× Chère communauté,
Suite à l’incendie au sein des bâtiments de notre hébergeur OVH, à Strasbourg mercredi 10 mars 2021, nous ne pouvions plus accéder au site ! L’accès a été rétabli par notre équipe mais nous n’avons pas accès aux photos pour le moment. Dans l’attente de réponses de la part d’OVH quant au devenir des photos mises en ligne avant le 10 mars 2021, vous pouvez de nouveau réutiliser le site sans risque et ajouter de nouvelles photos !
La Team MyAtlas
Roadtrip d'une semaine dans la région de Ouarzazate et des oasis du sud jusqu'aux portes du désert.
Octobre 2019
7 jours
Partager ce carnet de voyage

Etape 1 // 175 km // environ 4h de route

Un réveil précoce nous permet d'admirer le lever du soleil depuis le balcon de notre chambre.

Après un petit déjeuner au bord de la piscine, on prend la route à bord de notre Clio rouge vers le col de Tizi n'Tichka, qui culmine à 2260 mètres d'altitude. Le temps se gâte, on se fait arrêter par la police... Pas vraiment ce qu'on imaginait !

Comme le prévoyait notre itinéraire, on s'arrête dans le petit village de Telouet. L'atmosphère est assez fantomatique sous ce ciel d'orage. On ne l'a pas fait mais il est possible de visiter la Kasbah (compter 2€/personne).

Le soleil est de retour, on reprend la route et nous voilà bientôt seuls dans un paysage lunaire, tantôt ocre, tantôt sable : magnifique !

On arrive à Aït Ben Haddou et son célèbre Ksar. Sa visite nous conduit sur les traces de Daenerys ou encore Maximus, notre "Gladiator" préféré.

L'accès peut être un peu difficile à trouver. Il faut se garer le long de la route principals (on vous demandera quelques dirhams) puis emprunter le ponton qui enjambe la rivière. Le site est entièrement gratuit.

Pour dormir à proximité d'Aït Ben Haddou, nous vous recommandons vivement le Riad Tamdakhte. Leur hospitalité est top et les repas excellents (on y a dégusté un délicieux tajine de poulet au miel et oignons confits). Miam !

Etape 2 // 160 km // environ 3h00 de route

Après un petit déjeuner des plus copieux, direction Skoura !

Malheureusement, comme souvent au Maroc, la palmeraie n'est pas indiquée et on se fait embrigader dans une visite guidée par un marocain et sa mobylette. Après deux heures de "balade" dans la palmeraie (qui ne vaut pas le détour), on est enfin libérés, non sans avoir dû dépenser une petite fortune dans une boutique d'artisanat "berbère".

Refroidis de cette expérience, on repart vers Boumalne Dadès et plus particulièrement vers les gorges du Dadès. On en profite pour faire une petite randonnée dans la gorge de Sidi-Boubkar. Elle n'est pas très facile d'accès : il faut descendre jusqu'au lit de la rivière, traverser et suivre le cours de l'eau jusqu'à la gorge. Pas mal !

Etape 3 // 180 km // environ 7h00 de route

Nous quittons l'auberge vers 8h00 en direction des gorges du Dadès. Après quelques kilomètres de lacets, on arrive au point le plus étroit des gorges : impressionnant !

On avait prévu de faire la boucle et de revenir par les gorges du Todra. Après avoir passé quelques villages, gros problème : il n'y a plus de route et c'est de la piste pour les 4x4 pendant 45 km et impossible de faire demi-tour - pour rappel, nous avions loué une Clio. Mais les paysages sont à couper le souffle !

A une allure n'excédant pas les 25 km/h, on arrive enfin dans le village d'Agoudal. "Cli-cli" est en un seul morceau. On espérait déjeuner là-bas mais il n'y a pas le moindre restaurant ni épicerie.

Nous poursuivons donc notre route vers les gorges du Todra : plus belles (et touristiques) que celles du Dadès. On y trouve beaucoup de vendeurs de tapis ou autres souvenirs marocains.

Etape 4 // 210 km // environ 3h30 de route

La journée commence par une petite randonnée dans la palmeraie de la vallée du Todra. Le début de la balade se trouve au niveau de l'auberge de la "Source des Poissons Sacrés". Ensuite, il faut suivre son instinct, traverser l'Oued et se perdre dans les cultures de la palmeraie. Pour une fois, on n'est pas dérangé par les rabatteurs. Les quelques personnes qu'on croise sont des paysans.

Et c'est reparti, direction Merzouga ! Au fil des kilomètres le paysage s'aplatit, la végétation se fait plus rare et on découvre enfin les dunes de sable de l'Erg Chebi !

Nous logeons à la Kasbah du Berger qui donne directement sur les dunes, ce qui permet d'y accéder à pieds. La déco est très sympa, le personnel charmant et la nourriture délicieuse !

Réveil aux aurores pour aller admirer le lever du soleil sur les dunes. Il fait frais, on est comme seuls au monde face aux portes du Sahara.

Nous partons en milieu de matinée pour une excursion en 4x4. Musique marocaine à fond, notre guide nous conduit sur les hauteurs de l'Erg Chebi puis dans un campement berbère où nous partageons une tasse de thé à la menthe.

La balade se poursuit jusqu'aux frontières marocaines du Sahara qui est revêtu de roche sombre à cet endroit, bien loin de l'imaginaire collectif. Le sable fin est uniquement présent au niveau de l'Erg Chebi, dune qui mesure 26 kilomètres de long sur 6 kilomètres de large.

On s'arrête ensuite dans le village de Khamlia pour écouter un groupe de chanteurs locaux issus d'anciennes tribus nomades : envoutant !

Comptez environ 700 Dh pour une sortie privée en 4x4 (possibilité de diviser le prix si on fait l'excursion à plusieurs couples par exemple).

Il est également possible de faire l'excursion en dromadaire, quad, randonnée... et aussi de dormir une nuit en bivouac.

Etape 5 // 300 km // environ 4h00 de route

On prend le chemin du retour vers Agdz et plus précisément vers le village de Tamnougalt où nous logeons dans une kasbah du XVIIème siècle restaurée et transformée en chambres d'hôtes. Très sympa même si le confort est un peu rudimentaire.

En fin d'après-midi, visite du village et de sa palmeraie par un guide local pour finir par un dernier coucher de soleil...

Il est préférable de voyager avec un guide (pourquoi pas un circuit privé personnalisé à 2 ou 3 couples) pour plusieurs raisons :

  • Les rabatteurs, qui flairent les touristes à des kilomètres pour les embrigader dans des pseudo visites guidées puis demandent de l'argent ou obligent à acheter tapis ou autres babioles.
  • Les lieux d'intérêt ne sont jamais indiqués et peuvent être un peu difficiles à trouver, de même que les circuits de randonnées.

Les bureaux de change sont rares en dehors des grandes villes. Si vous commencez votre périple directement sans séjourner à Marrakech, préférez donc changer vos euros en dirhams à l'aéroport (même si la plupart des établissements acceptent les euros).

Les connexions Internet sur smartphone sont extrêmement chères donc soyez prévoyant et enregistrez vos itinéraires pour les avoir en mode "hors connexion".

Contrairement à ce qu'on peut lire sur certains sites ou blogs, la route du Sud est maintenant bien pourvue en stations services.