Carnet de voyage

Mexique - Chiapas Campeche Yucatán et Quintana Roo

33 étapes
45 commentaires
47 abonnés
Dernière étape postée il y a 569 jours
Deux mois au Mexique, notre dernier pays ... Mais encore un pays plein de contrastes avec des sites archéologiques et des paysages grandioses pour terminer sur des longues plages de sable fin...
Du 3 juin au 9 août 2019
68 jours
Partager ce carnet de voyage
3
juin

Nous voilà donc arrivés à la frontière côté Guatemala sains et saufs ! ( voir carnet de voyage Guatemala)

Et on ne sait pas ce que nous devons faire. Personne ne nous dit rien. On attend, je vais à la pêche aux renseignements puis un gars de l’agence arrive, et nous demande de le suivre... à pied, sacs au dos. Nous n’irons pas loin, nous récupérons un autre van, c’est un peu le bordel, les sacs sont envoyés sur le toit, je grimpe dans le van et là... et il ne reste que les places du fond et ce n’est pas les meilleures places. Avec le passage de roue, je me retrouve avec les genoux et mon petit sac dessus à hauteur du menton !!

Nous parcourons plusieurs kilomètres en ayant quitté le Guatemala mais pas encore arrivés au Mexique.

Passage frontière Mexique :

Frontière côté Mexicain 

Tout le monde descend. Passeport en main, nous partons vers le bureau des douanes. Le préposé le tamponne et nous donne l’imprimé d’immigration à remplir.

Nous lui redonnons le tout et ensuite il nous faut aller dans un autre bureau afin de payer une taxe d’entrée de 30$. Taxe qui ne figure pas sur le site de « diplomatie.gouv.fr » ? Ça commence bien. A lui suite du paiement, on nous remet un document qu’il ne faut absolument pas perdre puisqu’il sera demandé en sortant du territoire.


Nous remontons dans le van... avec les mêmes places. Le chauffeur est un peu plus prudent mais avec les « tumulos » (dos d’ânes) ... et il y en a encore plus qu’au Guate !!! Dur dur le dos !

Entre 2 tumulos je regarde le paysage. Il est magnifique !

Premiers paysages du Mexique 

Nous arrivons à San Cristobal de las Casas, fatigués. il pleut des cordes, il fait nuit. Nous prenons un taxi jusqu’à l’auberge de jeunesse, tenue par un français. Il est 20h30. Nous avançons nos montres d’une heure. Nous n’avons plus que 7h de décalage avec la France !

5
juin

Après une journée à visiter le fond du lit pour cause de douleurs intenses au ventre, je refais surface !

La région du Chiapas 

Situé dans le sud du Mexique et tout près du Guatemala, le Chiapas est une région montagneuse au climat rude et à la végétation luxuriante. Les Indiens y sont nombreux : plus d'un million sur une population de 3,6 millions d'habitants. Ce sont pour la plupart des descendants des Mayas. Chaque peuple parle sa propre langue et beaucoup ne parlent pas espagnol. Le Chiapas est l'Etat le plus pauvre du Mexique, plus de 80 % des communautés indigènes n'ont ni eau potable, ni électricité bien qu'il dispose de nombreuses ressources naturelles.

San Cristobal de las Casas

Notre guide nous dit qu'il s'agit de la Plus vieille cité espagnole du Chiapas fondée en 1 528, à 2 140 m d’altitude, San Cristóbal a changé de nom pour rendre hommage à l'évêque Bartomolé de Las Casas, défenseur des Indiens. San Cristóbal de Las Casas est une ville de l'époque coloniale avec ses rues étroites, ses arcades et ses maisons basses aux fenêtres grillagées de fer forgé. Indiens tzotziles et Occidentaux s'y côtoient en un fascinant mélange cosmopolite. C’est une ville qui nous fait penser à Antigua au Guatemala.

Visite éclair entre 2 averses

La rue piétonne de Guadalupe et les rues traversières...

San Cristobal 

Nous arrivons sur la place centrale, les cireurs de chaussures comme en Amérique du Sud, sont partout.

Direction la cathédrale et le zocalo. La cathédrale fut construite au 16ème siècle et rebâtie à la fin du 17ème siècle. Pas de visite pour aujourd’hui, elle est en travaux... Nous apprendrons pourquoi plus tard.

J’ai comme un sentiment confus, les indiens mayas, ici, sont dans la rue, à vendre leurs « babioles » pour 3 fois rien et n’ont pas du tout le même comportement qu’au Guatemala. Leurs visages sont tristes... Effectivement, lorsqu’on lit l’histoire du Chiapas, la population maya semble nettement plus pauvre ici et pas reconnue...

Un joli petit jardin au fond d’une cour où les indigènes font la queue... On ne sait toujours pas pourquoi ?

Des églises ... La bleue est l’église Santa Lucia.

Nous trouvons toutes les églises fermées ou en restauration. Le guide du Routard (2017-2018) ne le mentionne pas. Sur le moment, nous sommes déçus et frustrés de ne pas pouvoir les visiter. Après renseignement, c’est à cause d' un tremblement de terre survenu en Septembre 2017 ! Tremblement de terre qui a fait beaucoup de dégâts : D'une magnitude de 8,2, il a été suivi de plusieurs centaines de répliques dans les deux journées qui ont suivis, dont certaines approchant la magnitude 6 😞

Nous reviendrons plus tard continuer la visite de la ville qui en ce premier jour nous charme beaucoup... Le ciel se couvre de plus en plus. La saison des pluies est arrivée plus tôt que prévu.

6
juin
6
juin

Ce qu’il faut visiter lors d’une escale à San Cristobal c’est l’église du village de Chamula...

Ah bon, pourquoi ?

Parce-qu’il paraît que c’est bien particulier...

Nous décidons de nous y rendre aujourd’hui en bus local et j’avoue que j’ai hâte de de voir à quoi ressemble cette église. Nous nous rendons derrière le marché afin d’attraper le colectivo pour Chamula... et là ... il y en a dans tous les sens, dans toutes les rues, il n’est pas facile de s’y retrouver ...😩

San Juan Chamula se trouve à 10 km de San Cristobal de las Casas. Il concentre une communauté indienne maya : les Chamulas. C'est un territoire autonome à l'intérieur du Chiapas dans lequel les Chamulas appliquent leurs propres règles. Ces indiens sont reconnaissables par leur vêtement en laine de mouton noir ou blanc, en fonction du degré d’appartenance dans la communauté (si j'ai bien compris ). Les femmes quant à elles, portent une jupe noire. Quand je leur pose la question sur le pourquoi de la différence de couleur, ils se prêtent au jeu et veulent qu’on les prenne en photo !

Par contre, il est interdit de prendre des photos ou de filmer à l’intérieur de l’église, et ce au risque de se faire piquer l’appareil photo ou de générer un incident diplomatique.

Nous arrivons sur la place de l’église.

Plaza de la Pax 

Et cette toute petite église est magnifique, le blanc fait ressortir les couleurs de vert et de bleu du dessus de la porte. Pourvu qu’elle soit ouverte. On dirait qu’elle est fermée. Ah mais non, il y a sur le côté, une toute petite porte...

Allez, on vous raconte ...

En pénétrant dans l’église, nous sommes suffoqués par la chaleur et surpris par autant de monde. Le sol est plein d’épines de pin et de ... bougies.

Dans cette église, pas de bancs ... Ce sont des chamanes qui officient. Le chamanisme est ici plus fort qu'ailleurs. Nous sommes en terre Tzotzile, et les Tzotziles pratiquent leur propre religion basé sur le catholicisme. Des petits groupes sont installés sur le sol, à genoux, et prient en langue maya.

Nous décidons de traverser l’église, des bougies tout le long de l’allée centrale, je n’en ai jamais vu autant... L’air est lourd. Il nous prend à la gorge. Parfois, nos pantalons frôlent un peu près toutes ces bougies.

Une femme tient une poule vivante entre ses mains. Une poule qui sera sûrement bientôt sacrifiée...

Hubert ne tient plus. Nous faisons demi-tour difficilement tellement il y a du monde ! Impressionnant. Du jamais vu ... C’est la première fois que nous assistons à ce genre de cérémonie mis à part celles dans le cimetière de Chichi au Guatemala

Ouf, il fait bon dehors !

Une petite balade dans les rues de Chamula puis nous retournons à San Cristobal.

Assis à la terrasse d’un café, j’en profite ...

Dans le van du retour, nous apercevons dans le lointain de gros nuages noirs bien menaçants... Nous arrivons à San Cristobal, c’est le déluge, les rues sont pleine d’eau ! ☔️

Pour aller à San Juan Chamula :

2 solutions

- En colectivo -> Prendre la rue piétonne depuis le zocalo et aller tout droit (en fait il faut continuer jusque derrière le marché) - 36 pesos par personne l’aller retour soit 1,35€

- En tour organisé -> 400 pesos par personne soit 19€

7
juin
7
juin

Le Parc national Canyon del Sumidero est une aire naturelle protégée dans le Chiapas au Mexique.

Le canyon s’est formé il y a quelques 35 millions d’années...

Pour une fois nous décidons de prendre un transport organisé, avec le canyon et les miradors.

A la descente du van, nous sommes surpris par la chaleur. En effet, nous sommes redescendus en altitude. On embarque sur un bateau, et on navigue sur le fleuve Grijalva à travers les parois du canyon en passant d’abord sous le pont Belisario Dominguez.

Avant la construction d’un barrage et d'une usine hydro-électrique les eaux étaient tumultueuses.

Nous avons de la chance avec la météo car il a beaucoup plu hier...

Pour monter sur le bateau, il faut mettre des gilets de sauvetage, mais même si nous tombons à l’eau, je crois qu’il faut faire vite pour remonter à bord ! Nous apercevons plusieurs bébés crocodiles et quelques adultes ! Il doit y en avoir pas mal dans la rivière ...🐊

Nous croisons aussi quelques singes araignées qui posent pour nous. Contrairement au Costa Rica, ceux là sont plutôt noirs.

Singes araignées 

Puis la rivière se rétrécit et nous pénétrons dans les entrailles du canyon entre ses parois allant jusqu’à 1000 m de haut !

On trouve sur les parois plusieurs petites grottes. Les deux plus importantes sont El Arbol de la Navidad et la Cappilla de Colores, où le bateau fait un arrêt.

La Capilla de colores (chapelle de couleurs) : c’est une chapelle naturelle. Les parois prennent des ton de rose. Une vierge y a été placée.

La chapelle 

El Arbol de la Navidad: le « sapin de Noël » est le surnom donné à une formation calcaire de 750 m de haut. A la saison des pluies, cette formation se transformerait en cascade !

On rencontre aussi de nombreux pélicans, hérons et autres oiseaux.

Quel spectacle ! Les parois sont tellement haute que j’en ai mal au cou à regarder en l’air.

Nous arrivons au barrage hydro-électrique et la rivière s’élargit.

Maintenant, nous allons prendre de la hauteur...

Notre premier mirador

Le deuxième...

Le canyon depuis les miradors
9
juin
9
juin
Publié le 11 juin 2019

Nous reprenons la visite de la ville sous un beau soleil !

Et arpentons les rues au hasard, nous arrivons à nouveau sur la place centrale le zocalo et la cathédrale.

Place centrale et zocalo 

Direction le marché avec tous les fruits, légumes ... et saucisses.

Toujours très coloré ... et calendrier aztèque

Autres costumes très coloré !

Derrière le marché, l’église Santo Domingo.

Fan de coccinelle ! Et pour cause, ils ont continué à fabriquer des voitures alors qu’en Europe, les usines étaient fermées.

Nous grimpons jusqu’aux deux églises du Cerrito et de Guadalupe. Toutes deux offrent une magnifique vue sur San Cristóbal. Et l’église de Guadalupe est ouverte !

Eglise Guadalupe 
Eglise du Cerrito 


10
juin
10
juin
Publié le 11 juin 2019

El Chiflon est un site naturel situé à environ une centaine de kilomètres de San Cristobal et qui abrite plusieurs chutes alimentées par le fleuve San Vicente.

Nous décidons de nous y rendre en colectivo. Il en faut 2 au total. Un pour rejoindre la ville de Comitan qui se prend à l’arrêt des bus de San Cristobal (1h30 de route) et de Comitan un autre qui va à Tuxtla (40 mn de route) et le chauffeur vous descend à l’entrée des chutes... Quoique, de là, il faut marcher environ 10 mn pour arriver à l’entrée !

Je m’en souviens encore lorsque j’ai préparé un peu le parcours au Mexique, il y a un an, j’avais vu ces chutes d’eau d’une intense couleur turquoise. Oui, mais à une condition, y aller en dehors de la saison des pluies ! Et comme la saison des pluies est en avance et qu’ il a beaucoup plu ces derniers jours, je crains que la jolie couleur ne soit pas au rendez vous. Je ne me suis pas trompée, par contre le débit est tellement impressionnant que ça n’enlève rien à la beauté du site ! Le bruit est assourdissant et les chutes ... grandioses !

C’est parti pour la 1ère chute !

La cascade El Suspiro

 La cascade El Suspiro

Puis nous continuons de monter et arrivons à Ala de Angel. Tout aussi magnifique!

Cascade Ala de Angel 

Nous nous écartons du chemin principal et nous apercevons celle que nous sommes venus voir et qui se cache dans la végétation... El velo de novia... Le voile de la mariée ! (Tiens, comme dans les fjords de Norvège !)

Nous continuons le chemin principal et arrivons après quelques escaliers à monter, au pied de cette grande chute. Plus nous approchons, plus le vrombissement del Velo de la Novia (voile de la mariée) devient assourdissant. La chute est spectaculaire. C’est un débit d’eau énorme qui se jette du haut de la falaise !

On s’amuse à faire quelques photos, mais attention ça arrose !

El Chiflon est sans aucun doute l’une des plus belles cascades ! Même après avoir vu les chutes d’Iguazu !

12
juin
12
juin

Nous quittons notre petite auberge de jeunesse bien sympathique de San Cristobal après y avoir passé une bonne petite semaine.

Hostal Los Camellos tenu par Béné et Steph - Chambre avec SDB - Très propre -Cuisine à dispo. Bien pour faire des rencontres - 15,50€ la nuit.


Aujourd'hui le programme est de rejoindre Ocosingo pour faire une halte au site Maya de Toniná qui se trouve à mi chemin entre San Cristobal et Palenque.

Trajet normal à gauche  et trajet parcouru à droite

Nous partons vers 9 heures en direction de l’arrêt des bus et nous trouvons facilement le colectivo qui part à Ocosingo. Manque de pot, il ne reste encore que les places du fond, nous allons encore nous faire secouer ! Après avoir fait une bonne vingtaine de kilomètres, le van doit faire demi-tour ... une manifestation bloque le passage ! Décidémment...

Il demande aux passagers que nous sommes si nous sommes d’accord pour dépenser 35 pesos de plus car il va faire un gros détour ! Les virages et les ralentisseurs se succèdent tout le long du trajet. Au lieu des 2h prévues, nous mettons plus de 3h pour parcourir à peine plus de 100 km ! Et les sacs sont sur le toit, pourvu qu’il ne pleuve pas ! 🙏 Par contre, le paysage est de toute beauté, nous roulons dans la montagne, avec plein de forêts de sapins, on a l’impression d’être dans les Pyrénées et d’un seul coup, nous voilà en Auvergne !

Arrivés à Ocosingo, la chaleur nous surprend. Nous sommes redescendus à 900 m d’altitude et avons quitté le frais de San Cristobal ! Nous rangeons la polaire. Mais plus question d’aller visiter le site de Tonina, nous n’avons plus le temps. Le temps de boire un bon jus de fruits, le ciel s’obscurcit de gros nuages noirs. L’orage monte. Un orage violent qui dure au moins 2 heures. Ça gronde, ça claque, ça éclaire de tous côtés...

Le lendemain matin...

Le site Maya de Toniná

Nous nous levons de bonne heure afin d’éviter pluie et orage pour la visite du site. Direction le marché pour trouver le colectivo (un van) qui part pour Tonina. Gagné ! Celui là n’a pas de sièges, mais des bancs tout autour ! C’est assez folklo !

Nous arrivons sur le site, le petit musée est plein d’enfants, nous le visiterons en revenant. Nous empruntons un sentier très agréable pendant à peine 10 mn.

Un sentier en pleine campagne avec vaches, chevaux et cowboy ! Et toujours ces jolis arbres aux fleurs orange qu'on appelle flamboyants.

Premier aperçu du site ... 

Un peu d’histoire ...

Le site a été habité dès le préclassique et a connu son heure de gloire entre 600 et 900 après J.C. Les très anciens seigneurs du lignage du monde souterrain furent remplacés par la lignée nommée Squelette de serpent- Griffe de jaguar. Tout un programme ! Mais cette nouvelle dynastie contesta le pouvoir de Palenque, un autre site Maya que nous visiterons plus tard. La ville réussit en 730 à faire tomber cette dernière. Son nom provient du Tzeltal et signifie « Grande maison de pierre ». Les habitants de Tonina formaient à l’époque un peuple de belliqueux voire agressif ! Ils enlevaient les dignitaires des peuples voisins pour les rançonner. La décapitation était chez eux une pratique courante ! Avec leur puissante armée, ils réussirent à capturer le roi de Palenque qu’ils finirent par sacrifier ...

En arrivant sur le site, à gauche, nous découvrons le jeu de pelote. C’est d’ailleurs juste devant celui-ci qu’avaient lieu les décapitations.

El juego de pelota 
Une pierre représentant l’endroit où avaient lieu les décapitations, on peut remarquer la femme qui va décapiter l’homme

A l’intérieur du jeu de pelote, on peut voir des statues de prisonniers... les lions représenteraient les prisonniers de Palenque. Rester le dos droit comme ça pendant des heures devait être très fatigant !

Et là, en nous retournant, nous avons une vue superbe sur le site. C’est grandiose ! Quelle prestance ! A son apogée environ 3000 personnes vivaient ici.

La caractéristique principale du site est bien entendu son unique et énorme pyramide. Mais le site détient une autre particularité, à Toniná, les souverains sont représentés en ronde-bosse ou haut-relief et non en bas-relief comme d'habitude.

Toniná 

Nous arrivons au Palacio del inframundo... le monde de la nuit... C’est un dédale de labyrinthes sans fenêtre. Brrrr...

Inframundo 

Maintenant, c’est parti pour la grimpette ! Qui s'annonce raide ! Et des marches en veux tu, en voilà ! Il y en aurait 260 sur 75 mètres de haut, soit 10 mètres de plus que la pyramide du Soleil de Teotihuacán !

En haut, la vue est époustouflante ! Et puis tout cet écrin de verdure, ça donne un côté rassurant.

Petite halte à mi parcours 

Quelques fresques ...

On continue ...

La fresque des quatre ères

Magnifique bas relief qui illustre en quatre scènes à la manière d’un codex, la cosmogonie (elle se la pète, là, non ?) un peu effrayante du peuple de Toniná. Les têtes à l’envers représentent des soleils qui regardent le ciel.

Mais c’est quoi la cosmogonie ? La cosmogonie est une tentative d'explication de l'origine et de la création du monde, elle est constituée par un ensemble de récits mythiques fondateurs. Toutes les mythologies ont la leur...

C’est vraiment un site original car en fait il s’agit d’une énorme pyramide à flanc de colline. Une vraie ville verticale de 80 m de haut ! Le tout à 1000 m d’altitude !

Mais plus on monte, plus c’est beau ! Mais plus ça fait les cuisses ! Dur dur ! 🤪

On s’assoit quelques instants pour goûter à la tranquillité du lieu. Un oiseau passe ...

On se sent bien ici, l’environnement est de toute beauté et toute cette verdure, que c’est reposant. Quel calme ! Il n’y a presque personne. Et pourtant, il est à voir ce site. Il impose. On ne s’attendait pas à trouver un site archéologique comme ça en plein dans les champs !

Je pars loin... très loin...Quelque chose qui m’attire vers ... le haut ! J’aimerais bien être un oiseau pour voler si haut ! 

Le musée abrite les plus belles pièces découvertes sur le site et en regardant la miniature de cette cité, on fait à nouveaux un bond dans le passé en s'imaginant la vie des Mayas.

De retour à Ocosingo,

c’est le marché, les costumes ici sont différents. Et il recommence à pleuvoir !

Hôtel Zepeda - Chambre chambre sans fenêtre avec SDB presque sans lumière - 25€ la nuit - pas terrible

🚌 Colectivo derrière le marché, il faut demander son chemin car pas facile à trouver : 60 pesos soit 2,79€ l’aller retour - En taxi ( juste à côté des colectivos) 150 pesos l’aller 🤔 A ce prix le choix est tout de suite fait.

15
juin
15
juin

La région du Chiapas est une terre d'aventure. Voyager dans le Chiapas c’est comme faire un voyage dans le temps. A chaque détour, on sent l'âme maya rôder autour de nous. Et dès qu'on escalade des pyramides, waouh ... on se sent revivre !

Les histoires racontent que nous croiserons des jaguars sur le chemin des temples ... Mais même sans jaguar, ces temples nous font remonter le temps à l’époque des Mayas en l’espace d’une seconde !

Bienvenue à Palenque !

Nous sommes arrivés hier à Palenque pour quelques nuits. Mais à peine étions nous arrivés qu’un orage éclata pendant toute la soirée et ce jusqu’au petit matin. Que d’eau que d’eau ! Vive la saison des pluies !

Les ruines de Palenque

Nous nous réveillons ce matin. Le ciel est d’un bleu éclatant.

Vite le p’tit déj. Vite, nous partons réserver nos billets de bus de nuit pour mardi prochain et vite nous prenons un colectivo pour Las ruinas de Palenque. Il parait que c’est l’une des cités mayas les plus impressionnantes et la mieux conservée.

La cité commença à se développer pendant la période classique de la civilisation maya bien après le site de Tikal que nous avons vu au Guatemala. A son apogée en 700 après J.C., Palenque était un haut lieu de culte qui s’étendait sur près de 65 km2. Cette réussite est due au roi Pakal, qui fit construire la plupart des édifices importants. La civilisation de Palenque s’éteint à la fin du 10ème siècle pour des raisons encore mystérieuses, la ville fut abandonnée et, petit à petit, elle fut absorbée par la jungle.

La partie du site que nous allons visiter représenterait une infime partie du site, la recherche se poursuivant encore ...

Nous arrivons sur le site et déjà, une impression de grandeur nous attend.

Les ruines de Palenque 

Nous sommes entourés d’arbres magnifiques !

Le premier temple que nous voyons en arrivant est le Temple XII ou Temple du Crâne à cause du bas relief qui orne le haut de son escalier d'accès.

Juste à côté se trouve le plus grand temple, le Temple des Inscriptions, l’une des constructions les plus imposantes de ce site archéologique. Il se dresse au sommet d'une pyramide, haute de 22 m. Il doit son nom aux textes qui couvrent les murs et les piliers. Pas moins de 617 glyphes, qui en font l’un des textes les plus longs du monde maya.

 Piliers de la façade du temple décorés à l'origine de bas-reliefs en stuc.

Ce temple abrite la tombe de Pakal le Grand qui régna 68 ans sur Palenque, de 615 à 683. Ce n’est en 1952 que sa tombe fut découverte.

Le temple des inscriptions 

Le Palais est un autre édifice important de Palenque. On y accède par de grands escaliers. La tour a été construite pour l'observation de soleil et des astres. Le Palais est composé de souterrains, de patios, de galeries et d'édifices. A l’intérieur, on peut admirer des statues particulièrement bien conservées.

El Palacio 
El Palacio 
Le Palais vu depuis le temple de la croix

Les fresques derrière le Palais.

Ensuite un petit chemin mène vers un groupe de trois pyramides : Le Temple du Soleil, le Temple de la croix, et le Temple de la Croix Foliée... Et encore des marches, rien que des marches !!!

Templo del sol  (temple du soleil)
Templo XIV 
Temple de la croix ... avec toutes les marches à monter

Le temple de la Croix est la plus haute structure du site. Il faut absolument y grimper pour admirer la vue sur le Palais et prendre conscience de la jungle qui nous entoure, c'est à couper le souffle !

La vue du temple de la croix
Le temple de la croix foliée 

Un autre chemin près du Temple du Soleil mène vers une autre pyramide, le Temple du Jaguar mais cette pyramide est encore enfouie dans la végétation.

L'aqueduc et Le jeu de pelote. Ce dernier n'a pas d'anneaux ?

D’autres temples... Temple El conde ...

Nous décidons de revenir par le musée. Il faut suivre la rivière. C’est superbe, nous découvrons d’autres temples disséminés dans la végétation et une magnifique cascade, des oiseaux, des papillons ... mais attention le sol et les marches sont glissants ! J’ai failli en faire les frais ... aaah !!!

Première cascade 

Quelle végétation !

Toute cette jungle donne une ambiance surnaturelle. Et si on rencontre un fantôme maya ?. 👻

Et puis à travers les arbres, nous découvrons une autre magnifique cascade ! C’est d’une beauté ... C’est magique ! Des fougères qui poussent sur les troncs des arbres ... Nous restons là, un moment à contempler cette cascade !

Des ponts suspendus ...

Des oiseaux et papillons ..

Petit oiseau et papillon hiboux 

Des arbres immenses !

Vous avez pu remarquer que l’endroit est bien vert, ben oui, c’est donc humide et chaud. A force de jouer aux aventuriers de la jungle, nous dégoulinons de sueur ! 😆 Hahaha !

Ce site est superbe et nous a vraiment enchanté !

17
juin
17
juin

Qui a déjà pris son petit-déjeuner au son des singes hurleurs ? Eh bien nous, c’est ce matin.

C’est lorsque j’entends un drôle de râle que je comprends.... et que j’aperçois une grosse masse noire dans les arbres. « On dirait un singe là-bas dans le jardin ? » Si si, je suis bien réveillée !

Singe hurleur 

Après ce bien joli moment, nous prenons un colectivo, (Il s’agit d’un moyen de transport tellement pratique !) en direction des cascades. Nous commençons par celle qui est la plus loin et arrivons après 1h30 de route au site spectaculaire d’Agua Azul.

Cascades Agua Azul

Cascadas Agua Azul... la cascade Eau Bleue en français ... Rien que le nom, déjà, ça fait rêver... sauf que, la saison des pluies est en avance d’au moins 1 mois alors ... le turquoise est remplacé par du chocolat !

Mais quel bruit ! Ces chutes sont vraiment impressionnantes tellement il y a du débit !

Cascadas Agua Azul 

Nous montons toujours plus haut.

La végétation est toujours superbe !

Après la flore, la faune ...

Fourmis coupe-feuilles 

Lorsque nous arrivons au point le plus haut, nous découvrons un bien joli spectacle, la vue est juste magnifique ! Et le bruit, assourdissant !

Au début de la saison des pluies 

J’ai trouvé une photo sur internet, je me permets de la publier pour vous montrer la différence en saison sèche.

Photo trouvée sur le net (Yann ARTHUS-BERTRAND)

Ici aussi, on trouve des caféiers.

Après avoir passé environ deux heures à Agua Azul, nous repartons nous mettre au croisement de la route principale et nous hélons un autre colectivo afin qu’il nous dépose au croisement de la route pour la 2ème chute qui se trouve à une vingtaine de kilomètres de Palenque.

Cascade de Misol Ha

Complètement différente de Agua Azul c’est une magnifique cascade qui chute de 30 mètres de haut dans un bassin au cœur d'une végétation luxuriante !

Celle ci ressemble à une cascade vue en Islande ! (Mais sans la végétation) Et comme en Islande, il est possible de passer derrière la chute ! C’est génial ! Waouh !

Cascadas Misol Ha 
Passer derrière une chute d’eau à Misol Ha !

De retour à Palenque, le 1er colectivo est plein, le 2ème aussi... le 3ème est le bon, mais nous sommes dans la benne d’un 4x4 !

Petite visite à Palenque ville, on voit qu’on est dans le Chiapas chez les indiens Zapatistes, très virulents !

Demain soir, nous prenons un bus de nuit pour rejoindre les Caraïbes et la Laguna de Bacalar. Nous allons changer de région et entrer dans le Yucatan.

Casa Mac Cañada - Grande chambre de 4 - Salle de bain - Cuisine à dispo Le tout super propre et tranquille dans la verdure - Un grand merci à Tomy d’une gentillesse incroyable - 18€ la nuit

18
juin

Notre guide de voyage nous dit que Bacalar est un endroit de toute beauté. Situé au sud-est de la péninsule du Yucatán et presque à la frontière du Belize, Bacalar est tout d'abord un petit village bordé d'une lagune qu'on appelle la lagune aux sept couleurs. Ce lac de 70 km de long et 4 km de large est composé d’eau douce et d’eau salée.

Et pour y aller depuis Palenque, nous avons donc pris un bus de nuit de la compagnie ADO ( plus rien à voir avec les petits vans) en direction de Chetumal où nous arrivons ce matin. Il est 5h30. De Chetumal nous reprenons un bus pour Bacalar !

En attente de notre bus qui part à 21h45. 

Vers 7h30, nous frappons à la porte de notre futur hébergement. La dame qui nous reçoit est super sympa et nous donne la chambre de suite. Normalement il faut attendre 14h. Sa gentillesse va même jusqu’à nous offrir le petit déjeuner... très copieux avec fruits, céréales, pain confiture ...!

Mais ... nous avons hâte de voir à quoi ressemble cette fameuse lagune, alors, c’est parti, on vous emmène la découvrir ! Ah ... une averse nous fait ralentir nos pas ☔️ Nous trouvons un abri de fortune... et nous arrivons sur le zocalo (place centrale).

El Zocalo 

Mais où est cette lagune ? Nous arrivons au fort San Felipe .... et un petit bout de lagune se détache au fond...à droite... là vous voyez ...

Même si l’endroit reste peu touristique, cette lagune est difficile d’accès, un mur d’hôtels tout le long nous empêche d’y accéder facilement car ils ont tous un accès perso.

Ah enfin, nous trouvons un ponton... et waouh... qu’est ce que c’est beau !!! Ça te saisit d'un coup !

Paysage de carte postale 

Cette couleur ... Nous restons assis un long moment sous cette paillote...

La laguna 

A nouveau, le ciel devient tout gris. Mais c’est ... un grain qui monte !! Il y en aura plusieurs ...

Et on a bien mouillé ! 

Nous réservons un tour pour demain... « la lagune en voilier » ! Et comme des gamins, nous avons hâte d’être à demain !

Le lendemain

Ça y est nous y voilà...

La lagune de Bacalar en voilier ... marine, bleu, vert, émeraude, blanc, turquoise....

C’est parti pour trois heures d’enchantement sur une lagune aux eaux cristallines !

🎵Tiens bon la vague et tiens bon le vent, Hisse et ho, Santiano, Si dieu veut, toujours droit devant 🎶Nous irons jusqu'à San Francisco ! bon, on n’en demande pas tant... la lagune c’est déjà pas si mal ! 😆

Y’a d’la gîte ! 

Quel plaisir de couper les vagues. Quel plaisir de sentir le vent sur le visage ... le bateau file sur l’eau et prend pas mal de gîte ! Un vrai plaisir ! Un bon vent, nous naviguons au près en tirant quelques bords et...

Nous arrivons au canal des pirates qui se trouve juste en face du fort San Felipe que nous avons vu hier, lequel a été bâti en 1733 pour protéger la population de Bacalar contre les attaques des Pirates des Caraïbes !

 C’est par cet étroit canal que passaient les pirates...

Nous faisons une halte à l’entrée du canal. L’eau est un peu soufrée.

Hub en profite pour faire quelques photos.

Hub se déchaine ... 

Cette couleur, je ne m’en lasse pas !

Trop beau ! 

Nous repartons jeter l’ancre à l’île des oiseaux, (la isla de los pajaros). Nous pouvons nous baigner autour du bateau mais l’île est protégée, nous ne pouvons y accéder.

Ça filoche ... 
Que du rêve, que du bonheur ! 

Un endroit magique, il n’y a personne ! A part quelques oiseaux ...

 la isla de los pajaros

Et nous ...

Pour clôturer cette belle journée, nous partons diner au restaurant « El Piña » que nous vous recommandons si vous passez par là. Les brochettes de crevettes ananas grillés accompagnées d’un guacamole sont à tomber !

⛵️ Balade en voilier : 

organisé par la dame de l’hôtel - très bien - 22€ par pers. Pour 3h30 de balade

23
juin
23
juin
Publié le 23 juin 2019

Nous quittons cet endroit paradisiaque ... ainsi que notre hôtel bien sympa, quittons Rachelle et son mari, une petite larme à l’oeil...

Juste un dernier regard ... mais ... nous reviendrons ... promis !

La laguna de Bacalar 

Gran Balam Gran Jaguar - chambre de 4 - Salle de bain - Cuisine à dispo très pratique - avec très bon petit déj. (Fruits, céréales, thé café à volonté, pain confiture) Hôtel tout neuf - Très propre - Proprio très sympa on a l’impression d’être chez eux et comme à la maison - 35€ la nuit

On a testé 2 resto :

- El piña - Très sympa dans la verdure cadre champêtre - Brochettes crevettes, salades, pizza, guacamole etc ....

- Kai Pez - au bord de la lagune au vent près du fort - bon ceviche au crevettes

• • •

Nous montons dans le bus de la compagnie ADO en direction de Tulum où nous arrivons 2h30 plus tard et prenons possession de notre petit appartement ...wouaih c’est-comme-sur-les-photos... dans une résidence... avec piscine ! 🏊‍♂️ Yes ! Ben oui, on s’est fait plaisiiir ! Un peu de confort, ça fait du bien ! Nous allons passer une petite semaine à se la couler douce ... 😎🏝 et à préparer la suite de notre parcours. Il nous reste 1 mois ... on aimerait aller jusqu’à Mexico la capitale, à voir ...

Notre appartement 

Maintenant, y’a plus qu’à faire les courses... et piquer une tête dans la piscine !

Hasta luego !

Xscapetulum Hôtel - Nous avons pris un appartement mais ils ont aussi des chambres simples, des chambres avec jacuzzi - 42€ la nuit

25
juin
25
juin

Nous louons des vélos et c’est parti ! En route pour la cité Maya, la seule construite en bord de mer !

Tulum signifie en langage maya « muraille » ou « fortification ». La cité était protégée sur trois côté d'une épaisse muraille. Le quatrième coté, à l’est, était naturellement fortifié par de hautes falaises d’environ 12 mètres de haut dominant la mer. Cet accès à la mer facilitait les échanges commerciaux.

L’entrée dans la cité

Le château fut appelé ainsi par les espagnols car c’était l’édifice le plus grand du site. En fait, il s’agissait d’un temple religieux et avait une fonction importante. Tous les 52 ans, les Mayas pensaient que le monde arrivait à la fin d’un cycle. Une cérémonie avait lieu au cours de laquelle pendant 5 jours tous les feux étaient éteints et toutes les dettes annulées... 😉 ( Wouaiiii ! Et si on faisait pareil ?)

C’était la hantise de la fin et la fête du renouveau !

Avec vue sur la mer... cool les Mayas !

Le temple des fresques

Temple du Dieu descendant, à cause d’un motif sculpté à l’entrée représentant un Dieu la tête en bas. Certains y voient le dieu-abeille des mayas ... hahaha nous voilà revenus au temps de Maya l’abeille ! 🐝 car l’apiculture était une activité importante chez les Mayas.

Iguanes, nombreux sur le site

Coatis et oiseaux también !

Coatis plus petits que ceux du Costa-Rica 

Après cette visite, nous décidons de revenir par la mer ... mais où est la mer ... ? Impossible de la voir, nous loupons les seuls endroits ouverts au public, le reste ce ne sont que des hôtels, resto avec plage privée, mais le petit bout que nous apercevons est loin d’être turquoise. Il y a apparemment beaucoup d’algues sur la plage...ça sent le goémon !

De retour sur Tulum, nous repérons un glacier italien... hum hum ...

29
juin
29
juin

C’est parti pour un road trip de 15 jours au Yucatán !

Après cette petite pause bien méritée, nous en avions besoin tous les 2, nous reprenons nos sacs, direction Valladolid, mais avant, nous partons à l’aventure et en voiture vers le site de Cobá.

Un peu d’histoire :

Cobá fut la principale ville maya de la péninsule du Yucatán depuis plus d'un millénaire, Elle occupe un territoire de 70 km2, mais comme à Palenque, le site n'a pas encore dévoiler tout ses secrets. La cité atteint son apogée entre 300 et 600 après J.C., c'était une ville puissante où vivaient 50 000 habitants. Comme les autres sites Mayas, elle a été abandonnée sans explication...

Nous roulons dans une forêt, apercevons un lac, encore de la forêt, toujours cette forêt que l’on appelle ici la jungle, ça y est, nous y voila !

La cité disposait d'un vaste réseau de tunnels qui reliaient des communautés éloignées, même à plus de 100 kilomètres !

Nous arrivons au 1er groupe de pyramides, toujours le fameux jeu de pelote, affectionné par les mayas.


Pour continuer la visite, nous sommes un peu feignants ce matin, 😴 nous prenons un « pousse-pousse » pour nous rendre à la grande pyramide située à environ 2 km.



Coucou, c’est moi ! 

La pyramide de Nohoch Mul est la plus haute de la région et la deuxième du monde maya. Elle mesure 42 m de haut, soit l'équivalent d'un immeuble de 10 étages ! Très pentue !

Si vertige, s’abstenir ! Pour monter ça va à peu près, heureusement une corde a été installée au milieu de la pyramide, la descente se fait sur les fesses !!!

La cité doit certainement son existence aux 5 lacs qui l'entourent ... On y observe des crocodiles... alors on ira pas s'y baigner...

Nous revenons à pied et passons devant un temple tout rond et un autre jeu de pelote.

Nous reprenons la route et direction Valladolid !

Hasta mañana !

30
juin
30
juin
Publié le 2 juillet 2019

Aujourd’hui nous sommes le 2 Juillet... Juillet... ça y est...ça sent la fin... reste 1 mois et 10 jours ! Et enfin, nous avons du wifi... pas toujours facile ici au Mexique. Je vais donc pouvoir reprendre la suite du blog.

Nous quittons la cité de Cobá à pied sous la pluie. Nous sommes trempés jusqu’aux os ! Ça rafraîchit ! Après l’orage c’est sous une pluie violente que nous arrivons à Valladolid, troisième ville du Yucatan. Il y a tellement d’eau dans les rues qu’on a l’impression de traverser des gués ! Valladolid fut fondée par les espagnols au 16ème siècle et devint un grand centre religieux avec les premiers bâtiments édifiés par les franciscains. Nous posons les sacs à ... non ce n’est pas une auberge de jeunesse, ni un hôtel, comment dire, nous sommes en fait chez une famille ... chinoise !

La pluie se calme, mais l’orage revient, il tourne autour de la ville, mais nous risquons quand même une sortie, après un déjeuner... chinois ! Pardi ! A 2,50 € pour nous 2, on ne va pas s’en priver ! Allez prenez vos parapluies, on vous emmène, c’est parti..

La cathédrale

La cathédrale où a lieu les communions, les filles d’un côté, les garçons de l’autre

Le zocalo (la place centrale)

El Zocalo 

Balade au hasard...

La rue 41 et 41A qui mène au couvent, nous passons devant une maison de style maya reconstituée...

Le couvent San Bernardino de Siena

C’est l’un des premiers couvents contruits dans le pays. Edifié en 1552, il fut incendié par les indigènes en 1847 puis en 1910.

Nous pénétrons à l’intérieur du couvent par une lourde porte sur le côté de l’église...

Le couvent 
Très photogénique ce couvent... 

Au Mexique, dans le Yucatan, il y a des cenotes. Alors bienvenue dans le monde des cenotes et des rivières souterraines...

Mais qu’est-ce qu’un cenote ?

Un « cenote » (prononcé cé-NO-té) est un gouffre naturel qui se crée lors de l’effondrement du plafond d’une grotte. Les cenotes offraient aux populations Maya la seule source d'eau dans la jungle et étaient dès lors considérés comme sacrés par le peuple Maya. Les Mayas considèrent les cenotes comme une entrée de leur « monde souterrain » ... Comme les labyrinthes du temple de Toniná, vous vous rappelez... l’inframonde où leurs dieux vivent et leurs esprits résident après la mort.

Alors que certains cenotes sont verticaux, tels des puits remplis d'eau, d'autres se présentent sous la forme de grottes comportant des bassins et des passages sous-marins.

Aujourd'hui c’est un lieu de détente, la péninsule du Yucatán en compterait pas moins de 10 000… dont seule une minorité a été explorée et est connue. Outre l’aspect pratique, les cenotes représentant la principale source d’eau potable de la péninsule, ils étaient aussi la demeure de Chaak, le dieu de la pluie...(Source divedosojos.com)

Dans le jardin du couvent se trouve un cenote (fermé dessus) datant de 1613 et qui sert encore à l’alimentation en eau du couvent.

Le cenote Sis -Ha du couvent 

Et maintenant direction un vrai cenote qui se trouve en ville, le cenote Zaci. Notre premier cenote !

Nous avons l’impression d’être dans un autre monde. Nous ressentons comme un sentiment de paix et de bien être ...

Nous remontons et nous nous dirigeons vers l’église Candelaria

Bon après ce grand tour, nous en n’avons plein les "papattes", un petit repos s’impose avant d’aller voir le son et lumière au couvent racontant l’histoire Maya et l’arrivée des Espagnols.

1
juil

En fait, on est le 4 juillet mais internet n’est pas facile à avoir au Mexique et quand par miracle tu l’as, paf ! Tu as une coupure de courant qui peut durer jusqu’à 8 heures d’affilée ...

donc revenons au 1er Juillet !

La ferme apicole Xkopek - L’abeille mélipona : Abeille sans dard sacrée et vénérée des Mayas

Avant de quitter Valladolid, (pour changer un peu des temples), nous partons visiter une ferme apicole familiale et la visite est très enrichissante. On apprend plein de choses sur les différentes sortes d'abeilles mayas ( et voilà Maya l’abeille qui revient) ainsi que sur la culture des Mayas. La guide nous montre 5 méliponas différentes (sur les 15 qui existeraient) dont une qui est toute petite et ressemble à une mouche. Elles volent autour de nous... Mais ces abeilles n’ont pas de dard.

Le site comporte aussi un ancien cenote, maintenant comblé. Les différentes abeilles y font leur nid, certaines dans la terre, d’autres dans des troncs d’arbre, d’autres dans le plafond de la grotte...

Un labyrinthe dans la grotte 

Un petit tour dans le domaine nous permet de mieux connaitre la végétation de la région. Nous apprenons que lorsqu’ils sont jeunes, les ceibas, l’arbre sacré des mayas, ont des épines, celui là à 9 ans. Cela nous rappelle le ceiba géant que nous avions vu au Guatemala.

A la fin une petite dégustation nous permet de découvrir un miel d'une saveur nouvelle, très fruitée, avec un arrière goût d’orange, du pollen, propolis et bonbons... Nous passons un agréable moment avec de jeunes filles sympas, qui voyagent ensemble depuis 6 mois. Nous discutons une bonne heure dans ce cadre superbe. Tous les 4 arrivons presque au terme du voyage. On se comprend. Et nous savons tous les 4 que le retour va être compliqué...

Nous repartons vers le cenote Xkeken. Celui là se trouve dans une grotte souterraine. Il mesure 30 mètres de long pour 20 mètres de large.

Nous descendons dans les abîmes de la terre et waouh... vraiment impressionnant ! Nous ressentons la même chose que la première fois, lorsque nous avons vu notre 1er cenote, une sensation d’apaisement. Nous restons un petit moment. En plus il y fait bien frais...

De nombreuses stalactites descendent du plafond.

En remontant à la surface, juste à côté du cenote, nous apercevons une grotte.

Sur le chemin du retour, depuis le Costa-Rica, nous regardons toujours en l’air à la recherche d’oiseaux. Il faut marcher doucement, s’asseoir, s’imprégner du lieu, ne pas courir... et ... la chance est avec nous, un bel oiseau se dessine, là, dans les arbres. Il est Magnifique !

Nous reprenons la route et maintenant direction Rio Lagartos ! Petit village de pêcheurs au bord du golfe du Mexique. Nous traversons un paysage plutôt monotone, un village avec une église imposante et arrivons à Rio Lagartos.

Nous pénétrons dans l’hôtel réservé sur Booking, avec plus de 50% de reduc, (prix génius) un hôtel « chicos » où tout est impersonnel ! L’hôtesse d’accueil nous débite une charade à toute vitesse que je ne comprends pas un mot de ce qu’elle dit. Je lui demande si nous pouvons rajouter une nuit, elle nous regarde de haut en nous faisant comprendre que ce n’est pas dans nos tarifs ! Elle ne nous plaît pas du tout celle là.... comme il s’agit d’une réduction, le sèche cheveux a été enlevé, comme c’est mesquin, je lui réclame juste pour la faire ch... , (il est indiqué dans la résa), nous n’avons pas de bouteilles d’eau non plus, 1ère fois depuis le tout début du voyage ! Et le cocktail gratuit ... on l’attend encore !

Nous partons chercher autre chose ... et trouvons une petite posada très sympa ! Nous réservons 2 nuits.

En revenant dans notre hôtel chicos nous profitons de la piscine de cet hôtel toute la soirée !

Rio Lagartos 

Hôtel Rio Lagartos - chambre avec salle de bain - super prix Booking 26€ la nuit au lieu de 60€

2
juil

Le check-out de l’hôtel étant à midi, après une petite grasse mat. nous retournons profiter un max de la piscine !

Je monte aussi sur la terrasse de l’hôtel prendre quelques photos.

Le paysage sur la lagune est superbe ! Si la lagune de Bacalar avait les 7 nuances de bleu, ici, c’est plutôt des nuances de vert.


Puis nous nous dirigeons vers notre petite posada réservée hier où une gentille dame nous reçoit. Nous posons les sacs et allons voir quelques pêcheurs afin de négocier un tour pour demain matin, sur la lagune. Au final, c’est le tour de notre posada qui se révèle être le moins cher.

En attendant, petite visite du village. Il fait 39° ! Heureusement, il y a le petit vent de la mer, ça fait du bien.

La place centrale qui sert aussi de terrain de jeu

Tout est calme. C’est reposant. Nous avons l’impression d’avoir changé de pays. Ici, la vie s’écoule doucement au rythme de la pêche. Ici, pas de distributeurs de billets, (il faut prévoir avant) Pas de bruit... juste celui des vagues ...

Retour de la pêche !

Retour de la pêche 

Tout au bout du village, le long de la mer, nous repérons un petit chemin : Le sentier Petén Mac dans la mangrove, un pêcheur que nous avons rencontré nous dit qu’il y a des cro-co-diles, waouh ! ... on y va mais point de crocodiles à l’horizon, à part une tortue, un iguane, des poissons, plein de libellules, de jolis oiseaux et surtout une belle mangrove !

Nous décidons ensuite d’aller faire un tour à Las Coloradas, le village des salines. C’est une petite ville de pêcheurs où coule des lacs de couleurs roses. Et apparemment pas trop connu des touristes. Pour voir le lac bien rose, il faut venir vers midi. Nous, on voulait voir le coucher du soleil ...

Las Coloradas

Hub aperçoit au loin des flamands roses.... qui font leur danse ...

Après cette belle journée, nous nous couchons tôt car demain, nous partons sur la lagune au lever du soleil...

3
juil
3
juil

6 heures du mat. à ma plus grande surprise le soleil se lève juste là ... devant notre fenêtre ! Waouh qu’il est beau !

Mais enlevez moi tous ces fils électriques !

C’est parti !

Nous embarquons avec Manuel et nous sommes le seul bateau à naviguer sur la lagune, ce qui nous permet de profiter du lieu et de pouvoir observer les oiseaux en toute quiétude...

Départ 7 heures du matin 


Une jolie mangrove nous accompagne ...

Mangrove 

Nous rencontrons nos premiers oiseaux, des frégates. On en avait vu de bien plus grandes à la Isla de Plata en Équateur !

Des pélicans, cormorans, spatules, hérons, aigles et autres espèces dont nous ne nous souvenons plus du nom.

Pélicans 
Cormorans et ...? 

Nous descendons du bateau et nous sommes surpris par la consistance du sol, dans laquelle on s’enfonce. Hub en a jusqu’au genoux. L’appareil photo a bien failli tomber dans l’eau. Il en perdra une tong !

Et de l’autre côté de la rive, nous retrouvons les flamants roses.

Bon, faudrait peut être arrêter de manger les gars ! C’est l’heure de la photo !

Ah quand même !

Quelques uns font bande à part

Une caravane de flamingos 

Et puis les voilà qui s’envolent.

Notre guide a repéré quelque chose, là, au bord de la rive.

Un crocodile !! Il nous dit qu’il n’est pas dangereux... ok mais je n’irais pas lui chatouiller le dessus de la tête ... 3 m de long, la bête quand même !


Cette fois ce sont les hérons qui sont sur la plage. Dis, tu nous fais une petite place ?

Quelle beauté ! Nous sommes tous seuls avec les hérons sur une plage paradisiaque, digne d'un paysage de carte postale.

Magique ! 

Cette réserve a su conserver le respect de la nature, et de sa biodiversité mais pour combien de temps ?

Et puis un pêcheur arrive avec une drôle de bébête, una cucaracha ... Il s'agit en fait d'une espèce préhistorique de la famille des crabes... ça ne se mange pas et c’est lourd !

Pour finir cette belle journée, nous allons diner dans un resto de poissons.

Un bon ceviche de crevettes. Bon, il manquait la patate douce comme au Pérou, mais il était bon quand même !


Dernier regard sur cette superbe lagune.

Sentir le souffle du vent et je m’envole quelque part ... ailleurs...juste le temps d'un instant... au delà de l’horizon, vers l’immensité de la mer...

Et on est heureux, on a vu un croco ! Ouais !!!

Demain, nous quittons ce superbe endroit où il fait bon vivre pour le petit village de Piste, tout près d’une des 7 nouvelles merveilles du Monde ...

5
juil
5
juil

Les ruines de Chichen Itza : On y va ou pas ?

La 7ème nouvelle merveille du monde a un prix. Et oui, elle est donc très très touristique ! Déjà, nous arrivons au parking, on nous demande 80 pesos soit 5$ ! Nous partons nous garer à l’extérieur puis retour à pied vers le site. A peine arrivés au guichet, nous sommes surpris par le prix. On se regarde. Non ? Ah ? Quand même ! 50 € pour nous 2 ! Demi tour, Chichen Itza, on y va pas.

Etant donné que nous nous sommes réveillés à 6 heures 😏 nous décidons d’aller voir le cenote Ik Il juste à côté de Chichen Itza, ce qui normalement en faisait une raison pour ne pas y aller. Il n’était donc pas prévu dans notre programme mais à l’ouverture, nous devrions être tranquilles. Au moins on ne s’est pas levés tôt pour rien !

Gagné ! Nous avons le cenote rien que pour nous pendant un petit moment. La vue d’en haut est déjà impressionnante.

Ça vaut quand même le coup de voir ce cenote très profond avec ses lianes qui tombent dans l’eau.

Cenote Ik-Il vu d’en haut

L’eau ruisselle le long de la végétation.

Cenote Ik-Il 

Vue d’en bas

Maintenant direction Izamal sans prendre l’autoroute mais en passant par les petites routes. Nous ne sommes pas déçus, nous traversons de jolis petits villages mayas très typiques.

Nous arrivons à Izamal et posons les sacs à la Posada, puis repartons vers Mérida, visiter, non pas une merveille du monde mais un ... Décathlon. Si si ! On voudrait changer un peu nos tee-shirts. Au final, nous ressortons bredouille, rien trouvé, c’est bon pour le porte monnaie dit Hubert, hahaha ! En plus, les prix sont les mêmes que chez nous. Mais cela nous fait tout bizarre de rouler sur une 4 voies et d’arriver dans une grande ville après être passés par ces petits villages. Une impression d’avoir changé de pays en 5 minutes !

Nous repartons vers le centre historique de la ville et en l’espace d’un instant, le ciel s’obscurcit. Il est noir de nuages. 16h30, il fait nuit. Mais que va t’il nous tomber sur la tête ? Nous reprenons la route du retour vers Izamal. Tant pis pour Mérida !

Un petit bain dans la piscine de notre Posada nous fait un bien fou, nous avons eu très chaud aujourd’hui. La température est montée jusqu’à 40° !

La piscine de notre hébergement

Samedi 6 Juillet

Izamal, la vie en jaune

C’est un ancien site religieux consacré au dieu suprême des Mayas, Itzamna et au dieu soleil, Kinich Kakmo, nom donné à la pyramide qui se situe dans la ville. La ville a été construite sur un ancien site maya.

Nous partons visiter la ville, et déjà le ton est donné rien que dans notre rue. Le style est ... comment dire, jaune, rien que du jaune. On y trouve de vieilles voitures et de splendides portes que je prends plaisir à photographier.

Nous arrivons sur le Zocalo. Toujours la place principale comme la Plaza de Armas en Amérique du Sud. En face du couvent, les calèches attendent les touristes.

Izamal , le couvent

Nous pénétrons dans le Couvent de San Antonio de Padua, édifié par les colons espagnols et qui est aujourd'hui la principale attraction d’Izamal.

C’est l’un des plus anciens monastères des Amériques.

Ce monument est assez impressionnant par sa grandeur.

Nous ressortons du couvent et passons devant un théâtre de plein air, une salle d’attente de médecin ... Puis nous buvons un bon jus d’orange et on s’éclate avec des chapeaux mexicains !

Nous partons ensuite voir à quoi ressemble cette pyramide qui se trouve en plein centre d’Izamal, Kinich-Kakmo.

Nous en faisons d’abord le tour ...

Mais en fait, on ne la voit pas. Il faut donc rentrer à l’intérieur et grimper tout en haut. Nous montons quelques marches et là, on oublie que l’on se trouve dans une ville. Il y aurait quatre pyramides dans la ville !

La vue est magnifique.

Vue aussi sur le couvent et c'est là qu'on s'aperçoit qu'il est immense.

Nous terminons la journée vers le marché.

Malgré la chaleur nous avons bien aimé arpenter les rues de cette jolie ville.

7
juil

Ce site magique (ça y est je commence déjà les superlatifs !) n’est pas dans mon guide touristique et c'est tant mieux, nous devrions peut-être, être plus tranquilles. Il se situe au nord de la ville d’Izamal ou encore plus près de Mérida. Pour y arriver, nous sommes passés par une petite ville située à environ 50 km au nord d’Izamal, Dzilam Bravo, petite ville de pêcheurs. On ne s’attendait pas à voir autant de bateaux de pêche ici. On a adoré ce petit village de pêcheurs ! ça sent bon la mer, les odeurs d'antifouling qui me rappellent mon enfance ...

Dzilam Bravo est en fait un port historique, car les Espagnols y ont débarqué sous la conduite de Francisco de Montejo pour commencer la conquête de la péninsule. . À cet endroit se trouve la tombe du célèbre pirate du 19ème siècle, Jean Lafitte !

Dzilam Bravo 

Nous continuons la balade vers Santa Clara et commençons à apercevoir quelques salines, oiseaux et quelques flamants roses.

Le paysage est de toute beauté. Ces couleurs ... c’est magnifique ! Un iguane, là qui pose pour la photo.

Des oiseaux ...et je crois apercevoir au loin, un crocodile !

Une jolie plage derrière les salines. En fait, il y a la mangrove, les salines, la route, la mangrove et salines puis la mer ...

Salines côté mer c’est plus marron 

Et des flamants roses !

Pas de touristes ici ce qui signifie pas magasins ni restos. Mais nous finissons quand même par trouver un petit coin sympa où nous mangeons un bon poisson frit. Et c’est reparti ! Après le rose, le bleu vert ... de la mer.

Quelle beauté ! D’un côté c’est rose... et quel rose ! Cette fois, nous sommes là à 13 heures et non pour le coucher du soleil comme à Las Coloradas près de Rio Lagartos.

La couleur rose est due aux algues de couleur rouge et au plancton.

Waouh ! 

De l’autre côté, c’est laiteux ! Cet endroit est vraiment magique !

Laguna Rosada 

Et tous ces flamants roses qui trainent au milieu des lacs. Pas besoin de payer une lancha à Rio Lagartos pour voir des flamants. Ici, il y en a toute une colo !

En veux tu, en voilà !

Nous sommes enchantés ! Cet endroit, je me répète est vraiment spectaculaire ! Quelle belle journée !

8
juil

Aujourd’hui nous prenons la direction de la cité maya de Mayapán. Nous avons à peu près 1 heure de route.

La ville de Mayapán, est considérée comme la dernière grande capitale maya (1200-1400 après J.C.) D'ailleurs Mayapán en langue Maya veut dire "le drapeau des Mayas" ! Au XVème siècle, une guerre civile éclata, la cité fut brûlée, et les habitants abandonnèrent leur ville. A son apogée, la population a été estimée à environ 12 000 habitants.

Ce site un peu secret, loin des circuits touristiques donc de la foule...

De ce fait, nous sommes tout seuls. Quelle quiétude ! Notre guide nous dit que Mayapan est un petit Chichen Itza. Il parait que l’on y retrouve les même monuments en plus petits. Mais comme nous n’avons pas vu Chichen Itza (vu son prix), on ne peut pas comparer. Toujours est il qu’ici, à Mayapan, il se passe quelque chose. Comme si on sentait encore l'âme des Mayas rôder autour de nous. Il est de ces endroits où l’on se sent bien. Comme à Tonina au Chiapas, en pleine campagne.

A l’arrivée sur le site, je suis surprise par sa grandeur. Je m’attendais à quelque chose de plus petit...

Allez c’est parti pour la visite !



Puis nous approchons de la grande pyramide, El Castillo.

Le plus grand temple de 18 m de haut était le monument le plus important. Ce serait une réplique del Castillo de Chichen Itza, en plus petit bien sur.

Il est formé de neuf structures superposées. Il porte d’ailleurs le même nom de Chichen Itza, et offre lors du solstice d'hiver un jeu de lumières et d’ombres comme Chichen Itza.

La cité démontre une fois de plus les connaissances avancées des Mayas en astronomie et mathématique.

Je regarde cette pyramide. On dirait qu'elle m'appelle... Et j’en ai bien envie. Je fais le tour des 4 côtés.

Celui là n’est pas terrible ... du tout !

Celui là m’inspire plus. Mais d’en bas, on distingue à peine les marches les unes des autres.

Allez, je me lance ! La grimpette s’avère être très raide !

Mais je peux vous dire que l’arrivée en haut est ... wouhhh ! J’y suis ! Ça fait quelque chose !

Waouh ! 

Waouh ! J’y suis arrivée ! Ne pas se retourner ni regarder en l’air pendant l’ascension. Le paysage là haut est de toute beauté ! Ça vaut vraiment le coup de grimper jusqu’en haut !

Vue depuis la pyramide Kukulcan 

Maintenant, il va falloir redescendre ... Est ce que je change de côté ? Je regarde les 4 semblants d’escaliers. Ne pas avoir le vertige. Bon, ben faut y aller... vais pas coucher là ... (Coucou Naty, ça ne te rappelle rien ?) Je redescend finalement par le même côté... Doucement mais surement.

La vue des marches depuis le haut 

Quelle émotion ! Je suis toute essoufflée comme si j’avais fait un marathon ! Wouh ! Il faut dire que la température frôle les 42° ... Je me sens ... Je ne trouve pas de mots pour dire ce que je ressens. Frissons garantis.

Nous continuons la balade.

Le temple des rois. J'en aperçois un, qui passe au loin ...

El Templo Retondo

Attention, ne pas marcher sur un iguane ! Il y en a partout !

Le temple et la salle des tortues.

La salle des fresques

Le temple du guerrier

Le temple du cenote

Un temple caché dans la forêt ... et ses petits oiseaux...

Ce que je ne vous ai pas dit, au Mexique il y a des papillons.... des papillons, plein de papillons. On roule souvent dans des nuages de papillons de couleur jaune ! Ceux là sont plutôt marron.

La végétation est superbe, entre broméliacées, cactus et flamboyants, ces derniers portant bien leur nom.

9
juil

Nous quittons la ville jaune d’Izamal vers 8h30, et notre petite Posada très sympa.

Avec Isabel 

Posada Ya´ax Ich - Qui signifie en langue maya « Yeux verts » Ya ax = verde en espagnol soit vert - Ich = ojos les yeux - Tout est parfait (parking, piscine, serviette de piscine, thé café, moustiquaire partout, super literie...) La gentillesse d’Isabel qui nous a préparé des pâtes aux brocolis pour un soir. Ne manque que la cuisine. 24€ la nuit

Environ 2 heures plus tard, nous arrivons au site archélologique d’Uxmal (prononcé Ouchmal) à environ 160 km au sud d’Izamal. Un peu plus cher aussi celui là car un petit peu plus touristique. Tout comme Chichen Itza, il est considéré comme l’une des Sept Merveilles du Monde en raison de sa situation au milieu d'un cadre naturel exceptionnel et pour l'excellente conservation de tous les édifices de la civilisation Maya.

Uxmal, qui signifie en langue maya « bâti trois fois » est l'un des plus importants sites archéologiques de la péninsule du Yucatán, catalogué au Patrimoine mondial de l'humanité, avec Chichén Itzá. Malgré son nom, Uxmal a été bâti cinq fois et exerça son pouvoir durant quatre siècles, de 600 à 1000 apr. J.-C. Les Espagnols qui connaissaient ces ruines ont donné aux édifices leurs propres noms : le quadrilatère des Nonnes par exemple.


En entrant, on est tout de suite frappé par la pyramide du Devin, haute de 40 mètres, construite sur une base ovale avec un temple tout en haut. La pyramide se compose en fait de 5 temples superposés construits entre le VIème et le Xème siècle. Elle a été disposée de telle façon que l'escalier qui permet d'accéder au temple soit face au soleil à son coucher. L'escalier est extrêmement pentu (45 degrés d'inclinaison) : en montant, on restait tête basse face aux dieux et en descendant, on ne pouvait pas leur tourner le dos. (Source Le Petit futé)

Pas de risque d'avoir le vertige cette fois, car la montée est désormais interdite, je suppose pour cause de sécurité.

La pyramide du Devin 

Derrière la pyramide du Devin se trouve le Quadrilatère des Nonnes.

Il s'agit de quatre édifices disposés autour d'une place de forme rectangulaire. La façade des quatre édifices est décorée de très beaux bas-reliefs qui représentent des figures ou des animaux (serpents, jaguars, hiboux) ou des masques du dieu de la Pluie, Chaac. Chaque édifice possède plusieurs ouvertures qui permettent d'accéder à des chambres intérieures. Les Espagnols pensaient que ces édifices servaient de résidence aux prêtres mayas, d'où le nom de Quadrilatère des Nonnes.

Nous apercevons au loin, le palais du Gouverneur...

Mais avant d’y arriver, nous passons par le fidèle jeu de pelote. Je parle à chaque fois du jeu de pelote mais connaissez vous la règle du jeu ? Aujourd’hui, je vais vous la donner ... elle en fait froid dans le dos !

Tout d’abord le jeu de pelote d’Uxmal mesure 34 mètres de long et 10 mètres de large du nord au sud. Les pierres atteignent 6 mètres de haut et la balle pèse 3 kilos.

Deux équipes de chacune 7 joueurs s’affrontent en essayant de placer la balle à travers un anneau. La balle ne doit pas tomber au sol dans son camp et le décompte des points s’effectue comme au tennis en fonction des fautes. Le poids de la balle fait qu’on ne peut la toucher de la main, ni du pied ni de la tête. Elle est maintenue en l’air et renvoyée par les hanches, les fesses, les épaules et les avant-bras. Aussi, des ceintures de cuir ou de tissu épais protègent les reins, d’autres protections renforcent la tête, les épaules et les mains d’après les sculptures. Sous ces protections, les joueurs sont nus à l’exception d’un pagne et de sandales. Le fort rebond de la balle et l’enjeu probable du résultat font que le jeu est très violent. (Source Terra-Maya)

Rappelez vous, elle pèse 3 kg la « baballe » !!

Seuls les indiens nobles avaient le droit de jouer, la raison en était religieuse. Le chef de l’équipe perdante était sacrifié et son corps jeté dans le monde souterrain ou guillotiné comme à Tonina au Chiapas ! C’était pas rien !! Brrr !!!

Juego de pelota 

Le palais du Gouverneur

Il se compose de plates-formes de 100 m de long, 12 m de haut, superposées et surmontées d'un temple. Le bas-relief est de style Puuc, et représente les masques de Chaac, le dieu de la Pluie. Encore lui ! 😉 Normal, nous sommes dans une région chaude et aride ! Ici, les cenotes n’existent pas.

Palais du Gouverneur 

Devant le palais se trouve un autel en forme de croix où est sculpté un jaguar. Il s’agit du trône du Jaguar. Mais toujours pas vu en vrai ...

Une autre pyramide se trouve derrière le palais du Gouverneur. Ce serait la pyramide du pigeonnier.

La grande pyramide 

Depuis la salle des tortues, nous avons une jolie vue sur la pyramide du Devin et le quadrilatère des Nonnes.

Vue sur la pyramide du Devin 

Ici, les petits oiseaux s’envolent à notre passage. Les gens font beaucoup trop de bruit ... à mon goût.

Malgré qu’il soit un peu plus touristique, j’ai bien aimé ce site, même si nous n’avons pas ressenti la même émotion qu’à Mayapán. Ce centre cérémonial nous permet de voir la maitrise que les mayas avait dans l’art du travail de la pierre.

Nous reprenons la route, quittons l'état de Yucatán pour rentrer dans celui de Campeche. Nous arrivons à Campeche deux heures plus tard, en fin d'après midi. La route est belle, toute droite et avec peu de voitures comme depuis notre départ de Tulum. Il faut quand même faire attention aux « Topes », (Tumulos au Guatemala) pas souvent signalés. En fait ce sont des énormes dos d’ânes dès qu'il y a 2 maisons et qu'il faut passer au pas sous peine de perdre des morceaux de la voiture !

Nous avons du mal à trouver notre logement...

Campeche, la seule ville fortifiée du Mexique

Lorsque nous approchons de notre quartier, juste derrière le marché, Campeche n’est pas très attirante. Notre quartier n'est pas reluisant...

Allez , un petit tour dans la vieille ville. Quel contraste ! Nous n'avons plus l'impression d'être dans la même ville !

San Francisco de Campeche est une ville riche en histoire. Son centre historique, fortifié, est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. On y trouve de jolies ruelles et anciennes demeures coloniales restaurées et peintes avec des couleurs vives, bleu, vert, rouge, jaune, orange... !

À l’arrivée des Espagnols, l’ancienne ville maya fut détruite pour devenir le plus important port du Yucatan lequel permettait des échanges commerciaux. Riche et jalousée, elle fut aussi la proie de nombreux pirates. Pour la protéger, une muraille fut donc érigée autour de la ville.

Nous commençons par la ruelle 59 sans voiture.... sans bruit ... C’est bien agréable !

Une église

Le zocalo, la cathédrale, la mairie ...

Direction le bord de mer ... C’est le rendez vous pour le coucher du soleil !

El golfo de Mexico 

Il fait bon s’asseoir et si on buvait un bon jugo de naranja. (Jus d’orange) ?

Nous remarquons quelques dessins sur les murs.

Ambar rooms and coffee -

Au final - Bien situé pas loin de la ville fortifiée - Cuisine, on peut cuisiner mais comme il n’y a pas de lavabo c’est le proprio qui lave. Le prix est de 18€ - Bonne literie - douche froide mais vu la température ... ça fait du bien. Le seul bémol est le manque de couverts, il ne met à dispo que des assiettes, bols, fourchettes etc ... en polystyrène, pas très écolo tout ça surtout quand on sait où vont les déchets ici ...

Pour une meilleure approche de la ville, mieux vaut dormir dans la ville fortifiée

11
juil
11
juil

Le réveil sonne à 6h45 ce matin du 11 juillet. Nous avons une heure de route et nous voulons être les premiers à parcourir le site de Edzna qui ouvre ses portes à 8h. Il fait déjà très chaud ce matin. Nous voilà maintenant seuls, oui totalement seuls. Tellement tout seuls que les moustiques se disent : « Ah ! enfin de la « viande à touristes » !!! 😆🤣

Nous avançons sur un petit chemin, avec nos ennemis les moustiques ! Pschitt, pschitt, je sors l’insecticide... nous voilà enfin tranquilles pour un petit moment.

Au début, on ne voit pas grand chose à part quelques ruines ...

Au fur et à mesure que nous avançons, la végétation se fait moins dense et là, il apparait... très grand, très beau, très calme, très serein, très fier... Nous sommes conquis.

Edzna 

Edzna

L’histoire du site débute dès 600 av. J.-C. par une petite communauté rurale qui croît peu à peu pour devenir le siège d'un pouvoir centralisé peu avant le début de notre ère. Dans cette plaine inondable en saison des pluies, les habitants construisent peu à peu un ingénieux système de captation, de stockage et de redistribution des eaux de pluie, via de nombreux canaux qui permettent d'éviter les inondations. Elle est occupée jusqu’au 15e siècle, et fut la plus importante cité maya et la puissante capitale de l’est de la péninsule du Yucatan, accueillant jusqu’à 30 000 habitants, voir même peut être jusqu’à 60 000 habitants !

De nos jours, seuls 10 % des bâtiments ont été dégagés et fouillés.

Fruit de quinze siècles d'histoire, ce temple détient une diversité de styles architecturaux.

• • •

Nous arrivons donc sur le site, sur la Plaza Principal où se trouve la grande maison, la casa grande Nohochná, un édifice de 135 mètres de long sur 31 mètres de large, orienté nord-sud, et dont le style serait celui du Petén. Ce bâtiment possède une particularité acoustique : si on claque des mains une fois rendu tout en haut, on entend le son se répandre jusqu’à la place !

Le jeu de pelote se trouve au bout de la place.

Faisant face à la grande maison, La Gran Acrópolis est l'ensemble le plus représentatif du site !

Acropolis 

Puis après quelques marches et 8 mètres plus haut nous arrivons sur une grande place carré de 160 mètres de côté.

Tout au bout, en face, le temple de la lune 

On ne peut plus monter sur ce temple. Sur les marches, nous pouvons encore apercevoir quelques détails maya ...

Le Templo del Norte fait face au temple de la lune.

Le temple du Nord 
Le patio Puuc 

A côté de la petite acropolis, se trouvent les fresques du Templo de los Mascarones

et, juste derrière, dans la forêt, la Pequeña Acrópolis, qui figure parmi les plus anciennes constructions : son soubassement date de 200 av. J.-C. et on y a retrouvé les stèles et céramiques les plus anciennes du site.

Nous avons bien aimé cette partie du site où la végétation reprend un peu ses droits... Et se poser pour écouter le silence ... et apercevoir quelques oiseaux.

Nous reprenons le chemin emprunté à l’aller mais au lieu de revenir vers la sortie, nous décidons de le suivre, un panneau indiquant la direction du temple de la vieja Hechicera (vieille sorcière). Après quelques centaines de mètres sur un joli chemin plein de moustiques, haaa 🦗nous découvrons une pyramide encore enfouie sous la végétation. Et là, on se dit que le site doit être encore bien plus grand, que tout n’a pas encore été dévoilé, ce qui rajoute un peu de mystère ...

Après cette belle quiétude, ressourcés, nous reprenons la route défoncée pour arriver dans la jungle de Calakmul et plus particulièrement dans le tout petit village de Zoh Laguna, avec ses petites maisons en bois.

Zoh Laguna 

L’église dans le même style

Notre logement pour 2 nuits.

Cabañas y hostal Zoh Laguna - 24€ la nuit chambre de 4. Piscine, resto pas cher

12
juil
12
juil
Publié le 16 juillet 2019

Aujourd’hui est un jour pas comme les autres. Pas envie de se lever du lit. Pas envie de réflechir. Pas envie du tout. Une envie de rien. La tête dans « le potage »... Manque d’énergie... la nuit n’a pas été assez longue pour recharger les batteries !!! Y’a plus de jus !!!

Nous sommes trop fatigués pour aller voir un temple soi disant méconnu ... Calakmul

Mais ce voyage nous a appris qu'on ne peut pas tout faire, pas tout voir ...

Calakmul se situe à 35 km de la frontière du Guatemala et Tikal se trouve au Guatemala, pas loin de la frontière Mexicaine. L'histoire de la période maya classique est dominée par la rivalité entre Tikal et Calakmul, assimilée à une lutte entre deux superpuissances Maya. Cependant Calakmul était pour Tikal une ville concurrente avec des ressources équivalentes qui contestait sa suprématie et s’engageait dans une stratégie d’encerclement à l’aide de son propre réseau d'alliés. À partir de la seconde moitié du VIe siècle ap. J.-C. jusqu'à la fin du VIIe siècle Calakmul a atteint un niveau supérieur, même si elle n'a pas pu surpasser complètement la puissance de Tikal et qui a été en mesure de prendre le dessus sur sa grande rivale dans une bataille décisive qui a eu lieu en 695 de notre ère. Un demi-siècle plus tard, Tikal a remporté également de grandes victoires sur les alliés les plus importants de Calakmul. Au final, les deux villes ont toutes deux succombé au moment de l’effondrement de la civilisation maya. (Source Wikipedia)

Aujourd’hui, le programme du jour est donc ... Piscine ! Et surtout Repos !

13
juil

Encore un matin ... 🎵 (tiens ça me fait penser à la chanson de Goldman), où nous nous levons très tôt, mais ce n’est pas un matin pour rien, nous nous dirigeons vers le site de Kohunlich.

En pénétrant à l'intérieur de Kohunlich, ancienne ville et centre cérémoniel maya, là encore nous ressentons comme une impression de paix et de calme . Il faut dire que l’ensemble du site en pleine Nature où la végétation fait corps avec la pierre nous rappelle Angkor... Allez, on vous transporte une dernière fois dans ce silence profond du temps des mayas.

Le Palais

On imagine bien les différentes pièces...

El Palacio 

L’acropolis

La Plaza de las Estelas (La place des Stèles)

Immense place qui représente l’espace central du site avec à l’entrée, le temple du roi, enfin, ce qu’il en reste !

Dernière photo, le temple du roi 

Une infime partie du site a été restaurée et est ouverte au public. Ainsi, près de 200 monticules restent à ce jour encore inexplorés enfouis dans végétation.

Le centre d’intérêt de Kohunlich est sans aucun doute le Temple des Masques, pour cela, il faut se diriger tout au fond du site.

De là haut, on a une belle vue sur la jungle.

Nous continuons la balade dans cette superbe forêt où les palmiers sont rois.

Nous arrivons à la Plaza Merwin où les quelques ruines sont de style Rio Bec.

Le jeu de pelote

Les 27 escaliers

27 marches plus haut, nous arrivons à un grand complexe résidentiel.

Après cette jolie marche dans cette belle nature, nous reprenons la route, une longue route jusqu’à Tulum.

Environ 3 heures plus tard, nous arrivons à destination et voulons voir les derniers cenotes gardés pour le retour... mais c’était sans compter les hordes de touristes qui sont arrivés... on a juste oublié que nous étions maintenant au mois de Juillet ...

El cenote Azul

Magnifique cenote à ciel ouvert dans une végétation luxuriante. L’eau de ce cenote est composée d'eau de pluie filtrée à travers un réseau de roches calcaires.

Quelques photos où il n’y a personne 

De retour à Tulum, nous reprenons possession de notre petit appartement avec piscine. Et comme dit Hub, ici on a la piscine pour nous tout seuls. Et cerise sur le gâteau, pour ce soir, l’appartement n’étant pas disponible, on a eu droit à une jolie chambre avec ... jacuzzi ! Elle est pas belle la vie ! 🙏

Agence de location de voiture - Rent a Car - Au rond point du supermarché AKI à Tulum

Petite Polo assurance complète incluse - 24€ la journée

On va donc fêter ça, avec cacahuètes et bière au gingembre !

Fin du road trip au Yucatán !

• • •

Le 18 Juillet nous quitterons Tulum et reprendrons le bus, notre mode de transport habituel, pour Chiquilá afin de terminer notre aventure sur les plages des Caraïbes... Envie de se la couler douce sur une plage. Ne rien faire. Écrire notre ressenti sur notre année de voyage... Se reposer aussi avant le retour en France. Nous avons élu les 2 îles : Isla de Holbox et Isla de Mujeres.

18
juil
18
juil
Publié le 21 juillet 2019

Nous n’avons pas internet dans notre cabane et dans les parties communes, il est hyper lent... bon je vais essayer de vous raconter notre journée...

C’est chargé comme des « bourricots » que nous partons ce matin prendre le bus.

Et oui, le fait de pouvoir faire la cuisine nous laisse des restes que nous emportons. Il nous servirons sur l’île d’Holbox.

Tulum pueblo et la station de bus ADO 

3 heures plus tard, nous voilà arrivés à Chiquilá où nous resterons 3 jours avant de prendre le ferry pour l’île d’Holbox.

Nous partons prendre l’atmosphère de ce petit village,, et nous nous écartons de la route principale. Les routes transversales ne sont pas goudronnées. La plupart des gens n’y restent pas, c’est un petit port sans grand intérêt, mais point de départ des ferry pour l'île d'Holbox

Nous cherchons un petit resto... il fait très-très chaud. En guise de resto, nous apercevons cette pancarte et demandons si nous pouvons manger ici. Normalement, le poulet est à emporter mais en 2 temps 3 mouvements, une table est prête et nous voilà avec 1/2 poulet grillé chacun ! Le café nous est même offert !

Direction la jetée où la plupart des bateaux partent pour Holbox (prononcé Holboch)

Et de retour à l’hôtel ... petite cabane au style maya.

23
juil
23
juil

Nous quittons Chiquilá en tricycle. Les Mexicains sont morts de rire en nous voyant avec tous nos sacs.

Nous achetons les billets de bateau et environ 30 minutes plus tard, nous posons les pieds sur l’île de Holbox.

Petit paradis qui s’étend de tout son long entre le golfe du Mexique et la mer des Caraïbes à l’intérieur d’une réserve écologique, prédilection d’une colonie de flamants roses, Holbox (prononcez Holboch) est une petite île située au nord de Cancun (35km de long sur 1km de large). Elle aurait été habitée dès le 16è et 17éme siècles par des descendants des pirates, ☠️ encore eux, venus du vieux continent ! Puis ce fut une terre d’accueil pour les survivants de la rébellion sociale maya en 1847, appelée la Guerre des Castes, donc on peut dire que cette petite île a une histoire plutôt chargée !

C’est un endroit très authentique. Mais comme partout, il est temps d’y aller, beaucoup d’hôtels en construction ! Il n’y a que 1700 habitants sur l’île et aucune voiture ne circule ici, pas de bitume, vive le sable, la poussière et la boue s’il pleut ! Les moyens de transport les plus répandus sont la voiturette de golf et le vélo…

Nous avons choisi Holbox pour son côté un peu authentique et pour nous reposer tranquillement pendant une semaine 🧘🏼‍♀️et peut être aussi.... aller nager avec les requins-baleines !!! J’aimerais bien ....

25
juil

Que le temps passe vite à ne rien faire ...

Notre vie sur l’île s’écoule paisiblement, entre dodo, plage, courses, rencontres, poussière, orages et gadoue.

Notre ressenti sur l’île d’Holbox est comment dire ... plutôt mitigé, la plage, la mer, alors oui c’est beau c’est magnifique, mais le derrière de la scène est un peu le « foutoir » tout est en construction, c’est un donc un peu bruyant... En fait il y a plus de voiturette de golf que de vélo et aussi quelques voitures et camions. Ces derniers sont là pour les livraisons de victuailles et surtout pour toutes ces nouvelles constructions !

Ça va devenir le dortoir pour touristes aisés ... et l’envers du décor n’est pas tout rose pour certains mexicains. (Nous avions préféré de loin notre petit paradis sur la petite île de Thaïlande) La vie sur l’île revient aussi très chère... Pour tout le monde. Dépêchez vous d’y aller ...

Du coup, l’île a perdu un peu de son authenticité ! Nous n’avons pas retrouvé le charme de Bacalar ou de Rio Lagartos.

Mais heureusement, dès que l’on s’écarte des sentiers battus... il n’y a plus personne ...

Des maisons colorées

Je n’irais pas donc pas nager avec les requins-baleines, l’excursion coûte 150$ !!! Par personne ! Pour deux fois 5 mn dans l’eau ! En plus nous ne sommes pas tous seuls. Il doit y avoir une bonne quinzaine de bateaux... Pas très écolo non plus tout ça !

En fait les requins-baleines sont présents autour de l’île à compter du mois de juin jusqu’au mois de septembre, depuis toujours ces mastodontes des mers ont pris l’habitude de venir se reproduire au large d’Holbox. Ils migrent pour se nourrir ici d’une grande quantité de planctons spécifiques à cette zone, cette alimentation y prolifère grâce aux conditions favorables des eaux du confluent du Golfe du Mexique et de la mer des Caraïbes.

Le matin, la poussière et après l’orage du soir, la gadoue

Et là... ça devient compliqué pour marcher... Les routes sont faites de terre glaise ce qui rend l’absorption d’eau pratiquement impossible.

Pas facile de marcher pour éviter gadoue et ciment 

Maintenant direction les plages, car c’est quand même ce qui fait la réputation de l’île d’Holbox !

35 kilomètres de plages. Même s’il y a beaucoup de personnes sur l’île, on peut donc trouver un petit coin pour se relaxer tranquille ! En plus l’eau est chaude !

Nous avons fait une grande marche vers :

La playa et punta coco

Un petit bain, seuls au monde ...

Nous arrivons à la zone protégée.

Encore des flamants roses 

Et voilà le paysage de rêve ... dès qu’il faut faire quelques pas, il n’y a plus personne ...

Encore un petit bain...toujours seule au monde !

Des paysages de cartes postales...

Y’a même des hamacs dans l’eau !

Puis direction de l’autre côté, vers l’Est :

La playa Mosquitos

Comme il est agréable de marcher dans une eau transparente...

Hôtel pour touristes aisés 
Paysage de rêve ... tôt le matin
Pélicans 
Retour de pêche 

Pélicans et frégates

Mystère... que font elles dans l’eau ?

De retour vers la place principale du village, on trouve de jolis dessins sur les murs.

Street Art 

Qu’il fait bon, le soir, se balader dans les rues d’Holbox, un peu bon enfant... après le coucher du soleil...

La bioluminescence ... Qu’est-ce que c’est ?

La bioluminescence est la production et l’émission de lumière par un être vivant. Le phénomène de la bioluminescence se fait grâce à une réaction chimique au cours de laquelle l’énergie chimique est convertie en énergie lumineuse. Ici en l’occurrence, c’est le minuscule plancton ... Pour en savoir plus c’est par ici

A la nuit tombée, un phénomène se produit sur les plages d’Holbox, il s’agit de la bioluminescence. Pour l’observer, il faut aller là où il n'y a aucune pollution lumineuse. Nous partons donc avec nos lampes frontales marcher sur la plage à la découverte de ce phénomène étrange. Nous voilà donc dans le noir complet, sur la plage, à chercher la mer et oh ! surprise ? Où est donc partie la mer ? Nous apercevons des masses sombres qui s’avèrent être des bateaux échoués sur le sable ... ben oui... il y a des marées à Holbox ! 😉 Maintenant, il faudrait rentrer dans l’eau, mais aucun de nous 2 n’ose y entrer tellement il fait sombre !

Le lendemain, nous y retournons avec Fanny mais... on ne voit rien... Du coup, nous prenons une excursion à touristes ... mais vous ne verrez pas de photos, ça ne fonctionne pas... Donc on rentre dans l’eau et nos pieds s’illuminent ....

Si ce phénomène étrange est un peu magique, le ciel étoilé est d’une limpidité, c’est de toute beauté ! Nous avons l’impression de toucher les étoiles .... On y remarque Jupiter, le sagittaire, Saturne, l’étoile polaire au bout de la grande ourse et une voie lactée comme jamais nous n’avons vu sauf en Bolivie dans le sud Lipez ! C’est Grandiose !

La voie lactée et Jupiter sur la photo de droite en haut à droite

En fait, pour ceux que ça intéressent, c’est un peu ça... en regardant en bas de la carte, en dessous de Jupiter et Saturne.

Carte du ciel récupérée sur Google 

Parmi nos balades, nous avons rencontré des gens charmants dont un couple de Nancy (avec des enfants) avec lequel nos idées se rejoignent... et Fanny, une canadienne ostéo et ses enfants ... avec qui nous avons bien discuté et surtout rigolé...

Auberge de jeunesse Golden Paradise - En ville - Chambre avec SDB - Cuisine à dispo - 39€ la nuit - Difficile de trouver moins cher ou alors oui mais en dortoir...

29
juil

Ce matin, nous quittons l’île d’Holbox pour une nouvelle île, la Isla Mujeres (Île des femmes).

La Isla Mujeres, « l’île des Femmes » doit son nom au temple maya dédié à Ixchel, déesse de la fertilité, découvert sur l’île.

Après les « au revoir » avec Fanny... Nous reprenons ferry, bus, navette puis re-ferry et nous voilà arrivés à la Isla Mujeres !

Cette île serait célèbre pour ses maisons colorées, ses fonds marins exceptionnels et parait-il pour sa douceur de vivre loin de l’agitation trépidante de Cancun …

La traversée dure à peine 30 mn, la mer est belle ...

Le port n’étant pas loin de notre hébergement, pas besoin de taxi, nous arrivons à pied à l’hôtel Sueño Maya. Nous découvrons notre studio au bout d’un couloir un peu tristounet... 😒 et très humide, il n’y a pas d’aération ...

Le lendemain matin...

A tout hasard, je demande, avec mon plus beau sourire, au petit jeune de l’accueil, s'il n’existe pas une autre chambre que celle-ci ? C’est tellement humide que même le sol est mouillé... donc rien ne sèche ...😩

Et ...il me répond oui mais le prix est le double ! Aaah... 😡 Ben non, ça ne va pas être possible... et puis d’un seul coup, il me regarde et me dit « Si, tenemos habitacion » ...😆

Et pour le même prix nous avons un super studio avec vue sur la mer !!! Yes !! Vite on se dépêche de déménager de peur qu’il change d’avis ! 😆

Petite balade de reconnaissance ... Alors l’île est encore plus touristique que l’île d’Holbox mais les rues sont propres !

Demain, nous louons un scooter ...

On vous raconte tout ça dans quelques jours ...

2
août
2
août
Publié le 3 août 2019

Nous avons repéré hier, un endroit où louer un scooter. C’est d’un pas décidé que nous nous dirigeons vers cette agence. Il est 8h50. La location d’un 2 roues démarre à 9h.... Mais le monsieur n’est pas arrivé et n’arrivera pas avant 10 heures dixit les gars de l’accueil... Ils sont un peu nonchalants parfois ces mexicains...

Au final, nous trouvons un autre loueur, plus sympathique ...

Un petit peu d’histoire :

Son nom "Ile des femmes" trouve t'il son origine dans le nombre important de femmes qui y vivaient pour la satisfaction des pirates qui sillonnaient la mer des Caraïbes ? Ou, lorsque les Espagnols arrivent sur l'île et découvrent de nombreuses statuettes féminines, lui donnent le nom de l'île des femmes ? En tout cas, pour ne pas changer leurs habitudes, ils colonisent l'île et détruisent une grande partie de l'héritage maya. 😩

Allez ! On vous emmène une dernière fois en scooter ... à la visite de l’île ! C’est parti !

Et pour commencer, direction le côté Ouest de l’île !

Toujours de jolis dessins sur les murs du village. Le vrai village se situe au centre de l’île.

Pakal le grand et le Jaguar de Palenque 

Une marina sur la laguna entre la mangrove

Et puis la mer...

Cette couleur turquoise, on ne s’en lasse pas... C’est beau ! C’est rafraichissant !

En face se trouve la ville de Cancun 
On ne s’en lasse jamais ... 

Nous arrivons à Punta Sud (le sud de l’île) et là, d’un seul coup, nous avons changé de pays, un petit air de Bretagne, non ?

Le phare

Le ruines du temple Maya Ixchel tout au bout sud de l’île, déesse de la Lune et de la fertilité.

Un iguane énorme ... Hub se risque à lui chatouiller le menton ... Même pas peur ! ha ha ha !

Nous reprenons la route, cette fois côté Est

De retour dans le village, les maisons sont joliment colorées.

Petite pause au resto « Coco Jaguar » que l’on vous recommande ! Un vrai régal ! Les proprios super sympas et le prix aussi !

Tacos aux crevettes et ceviche de poissons 

Ainsi s’achève notre belle journée ...

4
août

Après les plages tranquilles et la pointe sud de l’île, voici un aperçu du tourisme sur la Isla Mujeres à la playa norte (plage nord)

Devant chez nous, se trouve une petite promenade qui longe la mer ...

Petite balade le long de la mer

Et qui arrive aux plages surchargées de touristes 5 étoiles ...

Nos journées s’achèvent dans des couchers de soleil ...

Chaque soir, depuis notre terrasse, le ciel nous offre une mer de nuages...

Coucher de soleil  

Quand la magie s’en mêle ...

Puis sur la plage

Et si on kidnappait le soleil pour le ramener chez nous ? 

Le soleil disparait avec lenteur et doucement s’en va le jour ... Le soleil où se mêlent ces couleurs d’or, de rouge, d’orange nous invite toujours à la rêverie...

7
août
7
août
Publié le 8 août 2019

Nous reprenons le ferry... et me voilà nostalgique, ah ben mince alors, pourtant je suis contente de rentrer... 😉 Ma vue se brouille.... Durant cette petite demie-heure de trajet où je me noie une dernière fois dans cette mer turquoise, je repasse dans mon esprit, comme un film, tous ces pays traversés pendant un an, à découvrir toutes ces cultures différentes ... Encore une aventure... mais ces expériences sont inoubliables et nous sommes heureux de l'avoir vécu !

Et puis hop, nous montons dans le bus de ville, en spécifiant bien au chauffeur où nous voulons nous arrêter et enfin après 10 mn à pied, en sueur, nous arrivons à l’auberge de jeunesse Ka Beh à Cancun au centre ville. Nous attendons environ 1 heure au bar avec musique « hard » à fond les manettes, ça nous rappelle notre jeunesse... ha ha ha ! 🤣. Et puis oh surprise, on nous donne une jolie chambre très fonctionnelle de l’autre côté de la rue bien à l’écart du bruit...

Nous partons nous balader dans ce quartier de la vieille ville bien agréable.

Jeudi 8 Août 2019

Veille du départ ...

Nous préparons et réarrangeons nos gros sacs pour l’avion, et en profitons pour rendre plus légers nos petits sacs à dos. Il va aussi falloir changer nos derniers pesos, regarder là où c’est le plus intéressant pour ne pas trop y perdre.

L'auberge de jeunesse choisie à Cancun se trouve à 10 mn à pied du terminal des bus ADO, un bus part toutes les 30 mn vers l’aéroport. Notre vol demain est à 17h55, mais s’agissant d’un vol low cost, apparemment nous ne pouvons pas nous enregistrer en ligne. Donc, demain il nous faut aller à l’aéroport assez tôt si on veut réserver des sièges corrects (pas de cloison derrière) afin de pouvoir s’allonger...

Hostel Auberge de jeunesse Ka beh - chambre avec salle de bain - clim - cuisine à dispo - Petit déj et repas du soir compris - 30€

Quelques jours après notre retour, nous apprendrons que la compagnie d'avion a fait faillite !!!

9
août
9
août
Publié le 9 août 2019

En arrivant depuis le Guatemala, nous trouvons les mexicains déconcertants. Certains sont très sympas, d’autres un peu nonchalants... surtout sur la riviera maya, mais surtout c’est un pays très très bruyant !

Petit coup de cœur pour le Chiapas qui ressemble un peu au Guatemala avec une culture maya très forte, mais moins le Yucatan... La fatigue nous ayant rejoint sur le dernier mois, nous avons peut-être été moins réceptifs et un peu lassés ce qui fait que nous n’avons peut être pas apprécié le pays à sa juste valeur ... La chaleur aussi que nous supportons maintenant depuis presque 5 mois ...

Ce que nous avons aimé

Le Chiapas avec toutes ses cascades, le canyon de Sumidero, les temples perdus en pleine campagne, Tonina, Palenque, Mayapán où nous n’avons pas trouvé le jaguar .... chuut, il se cache, là, derrière...On le devine ...

San Cristobal de las Casas et Le petit village de San Juan Chamula : ses habitants et les cérémonies mayas

Le petit paradis de Bacalar

Le petit village de Rio Lagartos et les salines

Valladolid et la petite ville jaune d’Izamal

Les cenotes et la paix intérieure qu’on y trouve

Et la mer de la isla de Holbox pour se baigner !


Et le budget ?

Au Mexique, il y en a pour tous les budgets : Si vous venez en Février, saison basse, cela ne vous coûtera pas cher

Le Chiapas est une région où les prix sont bas, nous avons pu nous loger pour moins de 17€ une chambre sommaire avec salle de bain privée.

Dès que vous arrivez sur la Riviera Maya et en plus en juillet août... ça se gâte un peu !


Budget prévu pour 2 personnes : 4080€ pour 68 jours

Budget dépensé : 4341,32 € -> Soit dépensé pour 1 mois par personne : 957,64€

63,84€ par jour 😩 au lieu des 60€ prévu pour 2 pers.


Budget non respecté pour cause de location de véhicule sur 15 jours (502,62€ voiture, essence et parking)


10
août
10
août
Publié le 11 août 2019

Le 9 Août 2019. 15 heures. Aéroport Cancun. Passage immigration. Enregistrement au comptoir. 18 heures. Embarquement. Places 25A 25B... Personne à la 25C, super, nous avons 3 sièges pour nous 2 ! Et un coucher de soleil !

Le 10 Août 2019 est arrivé. Il fallait bien qu'il arrive un jour. Le 10 Août 2019 c’est aujourd'hui. 9h30 heure locale française (2h30 du matin pour nous) l’Airbus commence sa descente vers Roissy. Par le hublot, à travers les déchirures des nuages, j’aperçois quelques lambeaux de paysage. Un champ par ci, un village par là. Aéroport Roissy. 11 heures. Récupération des bagages. Puis...c’est l’ attente. Attente du train.... 18 heures, nous montons dans le train. Et 22h52 (7 heures de moins pour nous) en pleine forme, nous arrivons en gare de Bxxx. Un couple d’amis nous attend. Ça fait tout drôle de se revoir au bout d’un an. Eux n’ont pas changé. Toujours aussi jeunes !! 😉

Aujourd’hui se termine notre belle Aventure...

Suivez votre cœur, il connait le chemin