Carnet de voyage

Le Guatemala en 2021

21 étapes
25 commentaires
63 abonnés
Dernière étape postée il y a 2 jours
Le Guatemala, pays coup de coeur lors de notre tour du monde en 2018-2019, pays ouvert en 2021, j’avais hâte de le faire découvrir et partager mes sensations avec ma petite soeur.
Du 29 janvier au 27 février 2021
30 jours
Partager ce carnet de voyage
29
janv
29
janv

Après une nuit agitée, cette fois c’est moi qui suis malade... 🤮 et aujourd’hui 12 heures de bus nous attendent !

A 9 heures nous attendons le van qui doit nous récupérer à l’auberge de jeunesse. Nous profitons des derniers instants avec Béné et Stéphane, les proprios de l’auberge (auberge mise en vente). Au final, le van arrive à 10 heures après avoir ramassé tout le monde.

Le chauffeur est super sympa, il nous aide un peu pour passer la frontière.

Passage frontière Mexique : très rapide. Je rends le papier d’immigration, un coup de tampon sur le passeport et le tour est joué.

Nous remontons dans le van... plus au Mexique, pas encore au Guatemala sur quelques kilomètres.

Passage frontière Guatemala : idem, mais je ne me sens pas très bien. J’ai mal au coeur et je vomi juste devant le poste "covid" 🙃 dans une poubelle « ajourée » qui se trouvait là !! 😂 mais ça passe ! Ouf ! on nous prend la température, nous demande le test négatif, un coup de tampon sur le passeport et c’est ok ! Même plus de papier d’immigration.

Nous changeons de van et de chauffeur, nous sommes 6 européens. c’est parti ! Le paysage est de toute beauté, le chauffeur super sympa, nous fait pas mal de pauses. En descendant vers le lac, je commence à reconnaitre le paysage. C’est la pleine lune. Elle éclaire le volcan San Pedro, c’est magnifique. Pas de photos car ça bouge trop dans le van.

Nous arrivons à Panajachel autour de 21 heures ! Nous sommes même déposés devant l’hôtel. La chambre est sympa.

Une banane, des gâteaux et au lit, demain, il fera jour !

30
janv
30
janv
Publié le 2 février 2021

Aujourd’hui, nous découvrons notre environnement et sommes accueillis par un perroquet.

Après un petit déjeuner, nous partons à la recherche d’une tirette à sous qui veut bien de nos cartes et ce n’est pas gagné ! La banque Bi refuse nos cartes 😟 Pas encore tout à fait remise, je laisse Hub et Nat aller au distributeur d’une autre banque que j’ai repérée sur le guide du routard.

Nous partons en reconnaissance. Retournons faire des photos du lac. J’aime ce lac, il m’apaise...

Mais c’est surtout ce pays que j’apprécie tout particulièrement. J’appelle Jenny chez laquelle nous étions logés il y a 2 ans mais elle est en famille et ne peut pas nous recevoir, elle me donne une autre adresse d’auberge de jeunesse chez des amis et me dit qu’elle passera nous voir ! 😉

Nous partons voir le coucher du soleil

Au restau, le serveur est super sympa, on blague un peu ....

Et nous avons la chance d’assister à un chouette feu d’artifice depuis le balcon de notre chambre !

31
janv
31
janv

Nous commençons la journée avec une jolie vue depuis notre balcon

Après un bon petit déjeuner

Nous négocions un tuk tuk, afin de monter vers un mirador. Le Mirador San Jorge. Et ça grimpe dur ! Le tuk tuk a du mal à grimper la côte !

Le lac Atitlán s’étend sur plus de 130 km2 et se trouve à 1560 m d’altitude mais en climat tropical. Ce lac est le plus profond d'Amérique Centrale avec une profondeur de 340 mètres !

Il résulte d'une éruption volcanique qui a vidé la chambre magmatique sous-jacente il y a 85 000 ans ! Comme il est entouré de volcans, l'eau se retrouve enfermée et ne peut pas rejoindre la mer...

Passage ensuite vers un deuxième point de vue vers Santa Catarina

Et le village du même nom, sublime ! Ici c’est le bleu qui domine.

Pour finir au village de San Antonio. Nous arrivons devant l’église où une messe est célébrée.

San Antonio 

De retour à Panajachel

Je retourne admirer le coucher du soleil à un autre endroit et je découvre un petit chemin le long du lac. L’endroit est bien agréable. Le ciel de couleur rose est superbe !

Superbe ! 

Le soleil disparait lentement et le ciel reprend ses couleurs de jaune orange.

Nous finissons la soirée au même restau qu’hier et le jeune couple est super content de nous revoir. Nous discutons un peu avec eux et bien sur, le sujet sur la pandémie refait surface. Pour les enfants, ici, ce n’est pas facile. Les écoles sont fermées. Tous n’ont pas d’ordinateurs. Les plus grands se regroupent. Font la lecture aux plus petits. Le confinement a duré de mars à juin. Mais maintenant tout est ouvert avec un couvre-feu à 21h. Ils sont heureux de voir à nouveau quelques touristes. En tout cas ils sont super sympas ! Nous passons un bon moment...

Hospedaje El viajero - bien située, au fond d’une impasse, calme, propre, petite cuisine...et le perroquet

Guajimbo’s restaurant dans la calle Santander (rue principale)

2
fév

Nous prenons une lancha (un bateau) vers un village du lac, direction San Pedro. Puis un tuk tuk jusqu’à l’hôtel.

L’entrée de l’hôtel est un peu...disons particulière...il faut prendre une toute petite venelle, mieux vaut arriver de jour.

L’arrivée ne paye pas de mine mais la chambre est sympa et la cuisine bien pratique
Auberge de jeunesse avec cuisine 

La terrasse sur le toit nous fait redécouvrir le fameux « nez de l’indien »

Le lendemain, direction le village de San Juan, village que nous avions apprécié il y a 2 ans.

Une photo pour bien situer tous les saints :

San Juan

La village n’a pas changé. Ici encore plus qu’ailleurs, c’est l’authenticité et la gentillesse des habitants. Nous sommes chez les Indiens Tzutuhils, une ethnie maya.

L’arrivée 
Les peintures murales 

Nous revisitons le petit jardin de plantes médicinales et une petite fabrique de cuir.

On arrive sur une petite place

De nouvelles peintures murales, représentant la cueillette du café, le jeu de pelote, les costumes des indiens mayas Tzutuhils. Nous déjeunons dans un petit resto. Il n’y a qu’une seule table ! Le jeune garçon se met à discuter, nous apprend comment dire « buenas dias » dans son dialecte... mais en fait c’est très difficile !

L’église du village, ouverte, cette année, grâce à la procession

Chaque tuk tuk porte le nom du village. Les chevaux servent à transporter le bois pour la cuisine.

Les costumes ! Toujours aussi colorés. Chaque village a sa couleur, son costume, son dialecte.

Une procession a lieu, apparemment en l’honneur de San Pablo ? Nous en profitons pour boire un café. Dans la cour, il n’y a que des caféiers. En ce moment c’est la récolte.

La procession ! Pratiquement toute la population se donne rendez vous en bas du village. Chaque personne allume une bougie. Le curé bénit toutes les personnes d’un côté, puis de l’autre ... ça prend du temps ! Ensuite tout ce petit monde, remonte à l’église où des chaises ont été installées jusque dehors sur la place !

San Marcos

Ce village où les hippies ont élu domicile pour la zénitude, le yoga ou autre activité de ce genre n’est pas le plus sympathique. Les villageois peut être blasés par cette population, sont nettement moins ouverts ...

Mais le village est bien fleuri. Les bougainvilliers sont splendides. Des couleurs que nous n’avons pas chez nous en France.

Nous déjeunons dans un restau et rencontrons un couple de français. Ils sont arrivés depuis une semaine. On papote un peu, échangeons quelques endroits à visiter... et puis juste à côté du restau, de bonnes glaces ! On goutera aussi à la banane congelée nappée de chocolat chaud ! Un délice !

Restau, glace au chocolat et banane congelée au chocolat ! 

La vie du village... L’église, des petites pharmacies à chaque coin de rues... et toujours les coqs ! Lesquels on aimerait parfois leur tordre le cou la nuit 🐓 ! 😂

On dirait la mer ... Sérénité oblige...

De retour à San Pedro, le soleil se cache derrière les nuages, nous partons à la recherche de fruits que nous ne trouvons pas mais voilà qu’un nom attire notre attention... Hub nous prend en photo devant !

Le soleil se cache derrière les nuages 
Mais où est Jacques ? 

San Pedro

Le lendemain, c’est grande balade dans San Pedro, ça monte, ça descend... et ça remonte. Le village se trouve au pied du volcan du même nom. Les habitants comme à San Juan ont conservé leur gentillesse et leur simplicité de vivre. Tout autour du village et même dans le village, on trouve des caféiers partout. Mais il y a aussi des champs de cacao.

Nous commençons par le marché, et enfin des fruits à acheter ! Ou bien des poules ! 😆😆

Marché du matin de San Pedro 

Nous redescendons vers le lac, un arbre à avocats, une guesthouse (hôtel) bien perchée 😆 ! Aujourd’hui c’est jour de lessive !

La lessive pour tout le monde ! 

Le café qui sèche, un musée un peu cher, nous ne verrons que l’extérieur ! Hahaha ! Et toujours le lac ! On ne s’en lasse pas ...

Et toujours les peintures murales ...

Et les pontons...

En fait, on ne sait pas si ce sont les saints qui veillent sur le lac ou bien les volcans ?

Demain, vendredi 5 février, nous partons pour d’autres aventures ...

5
fév
5
fév
Publié le 7 février 2021

Sept heures du matin. Le van vient nous chercher. Il est à l’heure. Nous faisons le tour du village afin de récupérer d’autres personnes. Nous serons 9 dont 6 français. Nous retrouvons ceux croisés à San Marcos. Nous quittons San Pedro et le lac Atitlán.

Le paysage est magnifique. Le lever de soleil sur le lac est toujours magique.

Nous reprenons un peu de hauteur et roulons dans une forêt de pins. Beaucoup de champs de café aussi le long de la route. Une fois sortis de tous ces petits villages, nous atteignons une 4 voies presque jusqu’à Antigua.

Arrivés à Antigua, j’appelle Arnaud, un français super sympa qui a monté son agence il y a maintenant 15 ans. Il nous avait déjà donné de bons tuyaux en 2019. Il nous donne rendez vous dans un bistrot français, le café Bohème. Au menu salade et quiche au saumon. Nous discutons un bon moment. Naty réserve son excursion pour le volcan Pacaya, samedi ou dimanche...

Nous partons faire quelques courses pour le p’tit déj des jours prochains. En profitons pour faire quelques photos. Antigua n’a pas changé.

La place centrale et la cathédrale

Eglise La Merced

El Arco de Santa Catalina et derrière dans l’arche le volcan El agua et à côté le volcan El Fuego... nous sommes bien entourés !

Tout va bien dans le meilleur des mondes !

6
fév
6
fév
Publié le 10 février 2021

Nous n’allons pas refaire la rando du volcan Pacaya effectuée en 2019.

L’excursion réservée pour ma petite soeur avec Arnaud a failli ne pas avoir lieu car le volcan toujours en activité crache un peu plus que d’habitude.

Son récit est par ici

Photos du volcan faites par Naty 

Ses vidéos :

Pour plus d’info sur le volcan et voir les photos des Pashub en 2019 c’est par ici à l’étape du 12 avril.

7
fév
7
fév
Publié le 10 février 2021

Antigua

Perchée à 1 500 m d’altitude, Antigua est inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco. Antigua, ces ruines, ces rues aux pavés inégaux où il faut faire attention aux chevilles est dominée par les trois majestueux volcans, El Agua, El Fuego et El Acatenango

Rues d’Antigua 
Chicken bus, ancien bus américain reconvertis

El cerro de la Cruz

C’est la balade guatémaltèque du dimanche. Après plus d’une centaine de marches, nous arrivons au cerro (colline) et nous sommes surpris par voir autant de monde ! Nous avons une jolie vue sur la ville.

Volcan El Agua 

De retour vers el parque central, il y a toujours autant de monde ! Nous dégustons une bonne glace au chocolat ! (70%)

Le lendemain

Petit coup d’oeil sur notre hébergement, depuis la terrasse nous avons une superbe vue sur les volcans, El Agua, El Fuego et El Acatenango ainsi que du Cerro de la Cruz

Notre hébergement Casa Rustica 

Balade dans Antigua...

Le lavoir se trouve juste en face du couvent. Il date du XVIIIème siècle et est toujours utilisé par les femmes indigènes.

L’ église San Francisco

Ou les pèlerins viennent prier San José de Béthencourt, canonisé en 2002 par le pape Jean Paul ll

Nous croisons beaucoup de peintres à chaque coin de rue...

Au début et à la fin, le quetzal l’oiseau emblême du pays est presque terminé 

Puis retour vers la cathédrale, il nous faudra revenir à 17 h pour l’ouverture... Les tremblements de terre sont passés par là...

La cathédrale 

Mardi 9 Février

Ce matin, nous faisons l’expérience d’un chicken bus pour aller visiter le site de l’Azotea café, un complexe culturel installé sur une finca de café. C’est parti, direction derrière le marché d’Antigua où se trouve la station de tous les chicken bus !

Arrivés au village de Jocotenango à quelques km d’Antigua, nous arrivons sur la place de l’église.

Un arbre immense 

Mais quelle déception lorsque nous arrivons au site de l’Azotea... il est fermé le mardi ! 😩 Nous n’avons pas fait attention hier soir lors de notre recherche des choses à voir dans les environs.

Plan B. Nous nous rendons en Uber pour 1€ chacun au petit village de :

San Juan del Obispo

L’église

Ce village est réputé pour ce fruit orange, le nispero. Mais qu’est-ce que le nispero ?

Ce fruit juteux n’est autre que le néflier originaire de Chine depuis des millions d’années puis dans les années 1100 où il a été introduit au Japon d’où son appellation : néflier du Japon. Il est arrivé en Europe comme arbre ornemental par les jésuites, d'abord à l’île Maurice, puis en France et de là, il s'est répandu dans tout le bassin méditerranéen. On en avait vu beaucoup lors de notre voyage en Crête !

Le néflier a été introduit au Guatemala il y a plus de 75 ans, en provenance d'Espagne.

Le microclimat du village de San Juan del Obispo permet la culture de ce fruit depuis plus de 60 ans !

En effet, on trouve une grande variété de produits tels que: confitures, gelées, conserves au sirop, boisson gazeuse néflier (chicha) et vinaigre criollo (pour la cuisine), vin néflier (le résultat d'un évolution de la préparation de la chicha) ... Nous goûterons au vin... un à 5°, un autre à 10°. On peut dire que cela ressemble à un vin cuit.

Chicha : alcool à base de maïs et de fruits répandu au Pérou (ce nom me disait bien quelque chose)

Tienda de nespiros 

Le village ...

Cherchez l’intrus ! 

Ce village est aussi réputé pour la fabrication du chocolat. Après des explications très concises, nous goûtons à différents chocolats et surtout la spécialité du Guatemala, le chocolat chaud préparé avec de l’eau aromatisé à l’anis. Il y a différentes saveurs : orange, cannelle, anis, menthe, gingembre, etc... ou simplement nature. Les gourmands que nous sommes avons achetés quelques tablettes ! 😂😂

Nous reprenons un chicken bus pour le retour sur Antigua, il est 17h direction l’église, elle est ouverte, quelques baptêmes ont lieu. Puis je décide d’aller chez le coiffeur, une petite coupe pour la suite du voyage et nous retournons sur la place de nuit.

Chicken bus et la place centrale 

Au final, cette journée était bien sympa.

10
fév
10
fév

Nous reprenons un chicken bus afin de retourner à cette finca de café ouverte aujourd’hui.

L’arrivée à la finca par un joli chemin arboré, nous apercevons déjà le séchage des grains 

Finca qui comprend un petit musée de café, un musée d’instruments de musique maya qui lui sera fermé 😟, un jardin où poussent des plantes et des légumes typiques et où a été reconstitué un peu l’habitat traditionnel maya ainsi qu’une petite église.

Le petit musée du café : On apprend pas mal de chose sur la culture du café dont le Guatemala est le 8ème producteur mondial et considéré comme le 3ème en terme de qualité. Celui d’Antigua est renommé car la récolte est effectuée à la main.

Musée du café 

La finca est immense, nous n’en voyons pas la fin, mais comme il est agréable de s’y balader. Nous constatons effectivement que la récolte se fait bien à la main.

En sortant du petit musée, nous trouvons une échoppe qui vend aussi du chocolat, normal puisque c’est aussi la région. Nous goûtons à l’alcool de cacao, au thé au cacao et au grain de café enrobé de chocolat !

Les sacs prêts à l’exportation ! Avec l’emblème du pays, le quetzal !

Maisons mayas reconstituées.

Nous terminons par une dégustation de crêpes au chocolat et d’un expresso !! Et prenons le temps, il y a des endroits comme ça où l’on se sent bien...

11
fév
11
fév
Publié le 13 février 2021

Aujourd’hui, sur les conseils d’Arnaud, nous grimpons... en Uber, au Cerro de San Cristobal, pas très sympa le conducteur, il nous dit que le Cerro est fermé.... 😕 Peut être il n’a pas envie d’y monter, les virages sont secs et il nous fait secouer !

Le cerro est bien ouvert et la vue d’en haut est magnifique, le petit jardin, superbe ! Nous apercevons les volcans, l’Acatenango que j’aimerais bien faire un jour...

Les orchidées

Le potager, le petit jardin et des avocats ! Pour le guacamole !

Des couleurs...

Nous déjeunons, la boisson est comprise dans le prix de l’entrée et profitons de la vue.

Demain, une longue route nous attend, nous partons pour un village de montagne, entourée de jungle...

Nous n’aurons peut être pas internet...

Hasta luego !

12
fév
12
fév
Publié le 14 février 2021

Aujourd’hui nous partons presque en terre inconnue vers les montagnes où se trouve le petit village de Lanquin là où vivent les indiens Mayas Kekchis, qui résistèrent aux conquistadors jusqu’à ce que Bartolomé de Las Casas, (prêtre dominicain), ne pacifie la région, lui donnant le nom de Alta Verapaz « la vrai paix ». Les Kekchis comme les autres indiens mayas ont leur propre dialecte. Lanquin est un vrai village non touristique entouré de forêt et surtout là où se cache une jolie rivière : Semuc Champey.

8h du matin, à Antigua, nous montons dans le bus. Après quelques minutes à récupérer 3 autres passagers dans la ville dont 2 jeunes françaises parties le 14 janvier, nous prenons la route pour Lanquín. Le minibus est loin d’être complet.

Lanquín se mérite toujours ! 8 heures de route asphaltée (pause toilette et déjeuner compris) puis alternance de piste et de route goudronnée. Je repère de jolis arbres au bord de la route.

A la bifurcation vers Lanquin, nous sommes agréablement surpris car ils ont bien refait la piste en peu de temps ! Nous attendons quand même 40 minutes à un endroit car les travaux ne sont pas terminés. Nous passons dans des endroits où de gros blocs de pierres suspendus au dessus d’une falaise tombent à pic, il ne faudrait pas qu’il pleuve beaucoup, ce n’est pas très rassurant !


17 heures environ, nous arrivons au village et sommes à peine descendus du bus que quelqu’un crie le nom de notre hôtel. Allez, on met les sacs dans la benne d’un 4x4 et.... nous avec ! 😂😂 C’est comme ça ici, le transport en commun !

Puis nous prenons possession de notre petite chambre, c’est moyen ... et surtout, la piscine est en réfection, avec Naty nous sommes bien déçues.

Partons diner au resto de l’hôtel lorsque la proprio nous propose de changer de chambre pour plus grand, pour le même prix. Nous partons visiter la chambre et c’est tellement grand que cela nous fait tout bizarre...en fait c’est trop grand et ça manque de nettoyage (ça sent le renfermé) et de moustiquaires !

La vue depuis la chambre 

Sur les conseils d’Arnaud, je demande à parler à Domingo le proprio afin de voir s’il est possible de continuer notre route vers Rio Dulce. Les transports au Guatemala sont compliqués en ce moment car peu de touristes et donc si l’on décide de ne pas choisir les routes dites « normales » c’est plus compliqué. Mais tout est bien qui fini bien Domingo nous emmène lundi prochain dans son 4x4 pour moins cher que dans les agences !

Arnaud : Agence Bon Voyage à Antigua son site internet est par ici

Viñas Hôtel - 200 Qtz (20€) pour nous 3

13
fév
13
fév
Publié le 15 février 2021

Seymuc Champey, ça se mérite toujours ... Nous montons dans un 4x4, par chance, il y a de la place à l’intérieur, nous ne nous ferons beaucoup moins secoués, quoique ! Le mec se prend pour un pilote de rallye. On est secoués, ballotés dans tous les sens pendant presque 1 heure sur une piste plus que défoncée qui va à la rivière ! Piste pourtant refaite à un endroit.

Sur la piste, les croisements sont difficiles !


Arrivés ... sains et sauf et la pulpe bien mélangée, prise de température, gel et c’est parti !

De suite, le ton est donné, les arbres bougent... Que pasa ? Des singes ...



Est-ce des singes hurleurs ? Cela y ressemble.

Nous laissons Naty monter au mirador... Attention, comme il a plu hier soir, le sol est très glissant !

Nos photos de 2019, la rivière toujours pareille

Pendant que nous longeons la rivière.

La couleur de l’eau est toujours magnifique. On peut s’y baigner mais elle n’est pas très chaude.

Toujours les broméliacées et les racines aux formes bizarres...

On se croirait dans un film de science fiction 

Nous avons de la chance, un rayon de soleil fait son apparition.

La balade terminée, nous reprenons un 4x4, le chauffeur est nettement plus prudent, j’ai même le temps de prendre quelques photos. Autour de nous, des champs de café, de cacao, de bananiers, de maïs ...

Partons manger au Kaluka café et de retour à l’hôtel essayons de capter un « ti » peu de wifi ! Heureusement qu’Hub a acheté une carte ! Ça mouline dur !

14
fév
14
fév
Publié le 16 février 2021

Ce matin, visite du village avec Naty. Comme partout depuis que nous sommes arrivés au Guatemala, je constate que beaucoup d’endroits ont fermé depuis la pandémie faute de touristes ! Et pourtant dixit les gens du coin, il n’y aurait pas eu beaucoup de décès voir pas du tout ... 😊 Certains petits comédors (resto) et hôtels n’ont pas résisté. Ici, il n’y a pas beaucoup d’aide, même pas du tout. Mais les sourires et la gentillesse est toujours de rigueur ! Alors n’hésitez pas à venir, c’est un pays formidable !

Le dimanche tout est fermé ou presque 

Comme c’est dimanche, les villageois se rendent à l’église.

Puis nous décidons d’aller voir un oasis... en fait il s’agit d’un hôtel qui porte tout simplement le nom d’Oasis et qui a l’air bien sympa au bord de la rivière Lanquin. L’endroit est magnifique ... et la piscine... 😉 en eau ! Nous prenons le temps et déjeunons ... comme c’est calme et reposant.

Oasis hôtel 

De retour, nous montons jusqu’au cimetière en haut du village surtout pour la vue.

Lanquin village de montagne entouré de jungle 

Ici, pas de taxi, des tuc tuc et surtout des bennes de 4x4

Notre arrivée à Lanquin en vidéo !

Un tronc d’arbre en guise de poteau électrique et du futur pollo à la plancha ! 🐓😂😂

Ce soir c’est la fiesta ! La Saint Valentin ! Au resto de l’hôtel, nous avons droit à un menu, boisson à la fleur d’hibiscus (ici ils appellent ça Flor de jamaïca) et dessert compris ! Viande rouge, haricots rouge en purée, pomme de terre, salade. Musique cool ! Mais au bar, c’est plutôt disco avec les jeunes du village ! C’est amusant de voir que même ici dans ce petit village perdu, on fête la St Valentin et surtout que les couples sortent au resto !

Demain nous partons vers de nouvelles aventures !

15
fév
15
fév

8 heures du matin, nous montons dans le 4x4 de Domingo. Les sacs sont dans la benne ! C’est parti ! Nous quittons Lanquin, c’est le jour du marché et du recensement. Ça fait la queue !

Nous sortons du village et la piste commence. Le paysage est de toute beauté. Nous traversons plein de petits villages un peu isolés. Je demande à Domingo de quoi vivent les gens ici. De la culture du maïs pour manger et la cardamome pour l’exportation.

Les croisements sont compliqués. Un tuc tuc qui sort de nulle part.

En fait, les tuc tuc arrivent depuis le village de Cahabon (prononcé Cahbon)

La rivière Cahabón et le 4x4 de Domingo. Un barrage a été construit sur la rivière.

Nous faisons la queue devant le pont Cahaboncito. Ne pas dépasser 25 tonnes !

Après plus de 4 heures de piste plus ou moins en bon état, nous passons dans le territoire appelé Tierra de nickel, un endroit où plusieurs camions viennent récupérer du nickel pour le transporter jusqu’à Puerto Barrios, un grand port non loin de Livingston afin de l’exporter au Canada. Je n’ai pas pris de photos. La terre est rouge et non cultivable, l’usine immense !

Nous arrivons à El Elstor petite ville sympa au bord du lac Izabal.

L’immensité du lac 

Nous reprenons la route goudronnée mais ce sera de courte durée...😟

Arrivés à Rio Dulce,, ville du même nom que la rivière, nous récupérons les sacs à dos plein de poussière et heureusement qu’ils étaient bâchés, nous achetons les billets pour la lancha, car pas de route pour aller à Livingston.

Rio Dulce départ des lanchas

Départ 14h30, nous avons le temps de déjeuner, puis c’est parti ! A fond les manettes, pas très sympa le capitaine de la lancha !

Le fleuve s’étend à travers la forêt tropicale. Puis il s’élargit pour former ce qu’on appelle El Golfete.

Le lac Izabal serait le plus grand lac guatémaltèque et le moins pollué du pays. Il représente plus de 590 km².

Quelques maisons sur les rives...

1h45 plus tard, les cheveux dans le vent nous arrivons à Livingston.

Nous avons voulu faire un détour par cette côte car nous avions bien apprécié cet endroit il y a 2 ans. Je voulais en faire profiter Naty parce que l’histoire est différente du reste du pays. Livingston est coincé entre le Belize au nord et le Honduras au sud et possède la particularité être habité par une majorité de noirs descendants des esclaves africains introduits par les espagnols et les anglais pendant "la traite des noirs". On les appelle les Garifunas.

Nous revoilà donc au pays des Garifunas.

L’arrivée à Livingston 

16h45, nous descendons de la lancha, je me repère et suis contente de ma mémoire, sacs au dos nous partons en direction de la « casa nostra » notre nouvel hébergement.

La vue depuis le balcon 

Nous posons les sacs, un petit tour de repérage, nous retournons à l’hôtel pour diner. Stuart, le proprio nous explique que pour ce soir, ils ne peuvent pas nous faire à manger pour cause de réaménagement de la cuisine. Il nous donne un super endroit où diner, le Livingston resort, nous paye le tuc tuc aller-retour et c’est parti ! Super sympa ! Muchas gracias !

Quoique ! Quelques km plus loin, la côte est tellement forte que le tuc tuc s’arrête ! Net ! Tout le monde descend ! On pousse le tuc tuc ! 😂😂😂 Arrivés en haut on repart ! Quelques minutes plus tard, au bout de la rue... c’est la mer ! Quart de tour rapide pour le tuc tuc !!! Ne pas se retrouver dans l’eau ! Ouf ! Quelle épopée ! Tout ça pour diner d’un bon tapado ! Sorte de bouillabaisse au lait de coco. J’ai retrouvé le goût et je suis contente car celui fait à la maison a le même goût ! Yes !

Entre temps, nous apercevons une bien jolie piscine...

Mais l’histoire n’est pas finie. Au moment de payer l’addition... Nous n’avons pas assez d’argent ! 🤭 Je n’ai pas pris ma sacoche. Avec mon plus beau sourire, je leur explique que nous venons d’arriver, que nous sommes partis vite ...que nous repasserons demain, Naty leur fait signe qu’elle fera la vaisselle... et bien, ils sont tellement adorables qu’ils m’ont même demandé si j’avais assez pour régler le tuc tuc du retour ! 😉 Et que demain, en revenant, nous pourrons nous baigner... dans la piscine !

Quelle longue et au final belle journée. Maintenant dodo !

Hasta mañana !

16
fév
16
fév
Publié le 19 février 2021

C’est en tuc tuc que nous retournons au « Levingston resort » payer nos dettes.

Le cadre est magnifique dans la nature et en bord de mer. Ça fait du bien de remettre le maillot et de se mettre dans l’eau ! Qu’est ce qu’elle est bonne ! Et en plus on est tous seuls ! La pandémie a du bon parfois mais nous sommes tristes pour eux... comme le monsieur de l’hôtel chez qui nous avions fait une pause toilette hier juste au bord du lac Izabal, il ne savait pas quand il pourrait réouvrir son hôtel par manque de touristes 😢

Nous décidons de revenir à pied par le quartier noir.

La salle de muscu ! 😆😆 Et la maison de la culture ! Qui en fait n’est autre qu’un petit musée, nous l'apprendrons le lendemain.

Salle de muscu et le petit musée 

L’église

Ici beaucoup de tiendas (petits magasins) plus grandes qu’ailleurs. Après celle de Miriam, Natalie, Jaque, voilà celle de Monique !

Pour la petite histoire des garifunas :

En 1802, des Noirs libres issus de Saint-Vincent et de Saint-Domingue, îles de la Caraïbe échappant alors à l'influence française, fondent la ville de Livingston, sur la côte atlantique du Guatemala, en plein territoire espagnol. Encore aujourd'hui, leurs descendants, les Garifunas, rappellent régulièrement dans les rituels ne devoir leur survie en Amérique centrale qu'à la résistance première des ancêtres, menée aux Antilles (XVIIe-XVIIIe siècles). il s'avère que les trois fondateurs de Livingston identifiés, impliqués dans les soulèvements aux Antilles contre les colons il y a plus de deux cents ans, détiennent toujours aujourd'hui le contrôle sur la terre et le culte des ancêtres garifunas à travers leurs descendants directs d'Amérique centrale.

Quand la guerre civile éclata au Guatemala, beaucoup de guatémaltèques sont venus se réfugier dans ce petit coin où la vie y était tranquille. Nous comprenons mieux pourquoi les habitants de Livingston ne veulent pas de route pour venir jusque chez eux !

Après pour plus d’infos sur les garifunas, c’est par ici.

A chaque fois que nous passons devant cet endroit, ça pue le poisson. Normal, il le font sécher.

🤮

Le lendemain, nous rencontrons un garifuna nommé Felipe avec lequel on discute un peu et qui nous fait visiter son quartier. Le vrai quartier des Garifunas. Nous passons devant la mairie puis Felipe nous montre les couleurs des garifunas, noir, jaune et blanc.

Au détour d’un pâté de maison, nous rencontrons un pêcheur, la pêche a été bonne !

Felipe nous explique que dans son quartier, noirs et blancs ne se mélangent pas. La végétation est superbe !

Maisons en bois typiques des garifunas 

C’est jour de lessive !

Nous arrivons à la plage où se côtoient les drapeaux garifuna, américain et guatémaltèque. Ainsi qu’une statue sur un bout de rocher ! Nous n’avons toujours pas compris à quoi elle servait... Il s’agirait d’un pèlerin, sauveur du monde !

Il nous fait visiter le temple où se déroulent des cérémonies avec des tambours ainsi que le petit musée (casa de la cultura) qui était fermé hier. Mais Felipe connait tout le monde !

Ensuite, nous continuons la balade, seuls vers la plage. La mer est chaude ! On est bien... Nous avons l’impression d’être sur une île... Le temps passe... lentement... c’est comme la Pura Vida du Costa Rica !

Elle est pas belle, la vie ! 

Nous retournons à un endroit où, il y a 2 ans, nous avions écouté des enfants jouer de la musique et danser. Nous retrouvons leur prof 😉 Je lui montre les photos prises à l’époque. Ils sont morts de rire car se reconnaissent avec 2 ans de plus ! Ils sont super contents ! En fait c’est une association pour aider les jeunes à garder leur culture musicale, leur dialecte etc ...

Naty aimerait goûter à l’eau de coco. Il suffit de demander. Un bâton et hop, la noix de coco est là. Elle doit peser dans les 3 à 5 kg, c’est hyper lourd.

C’est bon... sans plus... 

On repart et le prof nous rattrape avec son vélo pour me donner son mail afin de lui envoyer les photos ! Après plus d’une heure à marcher en plein cagnard, nous retournons à la piscine de l’hôtel d’hier et boire aussi un bon agua limon bien frais ! Que mucho calor !

Sur le chemin du retour,

C’est mardi gras... ? donc comme chez nous : farine, eau et autres traditions comme essayer de faire tomber des arches ? Ou de lancer de la terre rouge ? On fait attention... et surtout de ne pas s’étaler dans la gadoue ! 😂 C’est bien gras ! Comme le mardi ! Hahaha !

Et l’on arrive à notre guesthouse ! Une bonne pizza pour ce soir et des camerones pour Hubert ! Tout ça au bord de l’eau...

Casa Nostra, notre hébergement 
La vue depuis notre balcon 

Jeudi 18 février

Aujourd’hui, pas de wifi. Dommage, on voulait avancer dans le blog. Heureusement, nous prenons le wifi de la carte sim du Guatemala achetée par Hub et on fait un partage pour tout le monde !

Après une journée de repos, de compte, nous partons nous balader à la fraiche si l’on peut dire... il fait toujours 33°, nous découvrons une petite fête foraine...

Des rues bien en pente où il a fallu pousser le tuc tuc ! Un match de foot...

Ce fut encore une bien belle journée !

Nous terminons par un beau coucher de soleil. Demain, nous repartons vers d’autres aventures !

Hasta Luego !

Guesthouse Casa Nostra - A gauche en arrivant des lanchas - super bon resto, super sympa en bord de mer

Association des garifunas : APTG Livingstone Asociación de pescadores y tradicional Garifuna

19
fév
19
fév
Publié le 21 février 2021

Réveil à 7 heures, fini la grasse mat. Le proprio nous appelle la lancha pour qu’elle nous prenne au passage... C’est y pas beau !!! Super sympa Stuart ! On se quitte en embrassade 🫂 ! Ça faisait longtemps, mais ça fait du bien ! D’ailleurs il nous dit « « aucun mort ici ». Comme dans beaucoup d'autre endroits où nous sommes passés. Ceux qui meurt ce sont certains hôtels et les gens qui vivent du tourisme car ici il n’y a pas d'aide.

Dernier regard sur la mer des Caraïbes, on est tellement bien, que nous n’avons plus envie de partir. Ici, dans ce petit havre de paix, on oublie tout ... Mais la lancha arrive 😢 Départ 9h30.

Casa Nostra, ses palmiers et ses pontons

Le capitaine du bateau est super sympa. Il nous fait faire un tour dans la partie qui s’appelle El Golfete contrairement à l’aller.

Nous passons près des habitations et d’une zone de nénuphars.

Des pêcheurs.

Mangrove, alors rouge ou blanche ?

Pas mal de voiliers... ça donne envie... Ici, à Rio Dulce, les cyclones ne viennent pas jusque là, l’endroit est protégé par les hautes falaises. Les côtes du Belize ne sont pas loin... la navigation doit être sympa.

La isla de los aves. (L’île aux oiseaux)


Arrivés Rio Dulce vers 11h. Recherche d’un colectivo pour Santa Elena. Il suffit de passer le pont et la compagnie de bus se trouve juste en face de Litegua : fuente del norte. En fait il s’agit d’un grand bus. Il n’y a presque plus de places, nous sommes dispersés. Il n’y a que des locaux, nous sommes les seuls touristes à bord. Les vitesses ont du mal à passer, et l’odeur (de pisse) est... pas top du tout !



Trois heures 1/2 plus tard, nous arrivons à destination. Changement de colectivo. Ils sont juste à côté sur la grande place des bus. C’est facile, il suffit de demander et hop, un préposé arrive de suite ! Celui là n’est pas tout jeune non plus ! 😆😆

Colectivo de Santa Elena à El Remate 

Arrivés à El Remate vers 17h30, le ciel est gris, nous n’avons plus l’habitude. Le chauffeur nous dépose juste devant la guesthouse. Et nous voilà de retour chez Humberto ! Il nous reconnait. On est heureux de se revoir !

On papote un peu. Il nous dit qu’il a eu le virus, qu’il a bien été malade durant 20 jours mais que maintenant tout va bien ! Et que le confinement de 6 mois fut bien long car même les tiendas étaient fermées. Il a eu plus peur de mourir de faim 😮 et d’ennui car il ne voyait plus personne, ni de touristes. Du coup, il a fait un élevage de poules ! Si, si nous avons acheté 30 oeufs tout frais pour 2,50€ ! Et il a fait aussi un potager avec d’autres personnes du village. Quand on lui demande s’il y a eu beaucoup de morts dans le village... il nous répond 1 seul 🤔

Installation à la chambre toute propre, toute neuve car il a rajouté un étage... et maintenant plus de touristes 😩 décidément ! Et pas d’aide du gouvernement. Puis nous faisons quelques courses pour le p’tit déj de demain, un bon petit resto dont on ne reconnait pas le proprio et au lit !!!

En fait, les proprios du resto sont partis à cause de la pandémia car ils ne pouvaient plus payer le loyer pendant le confinement puis ensuite le manque de touristes ! Tout ça est bien triste !

Chez Humberto - Sun Breeze Hôtel 

Sun Breeze Hôtel - Chambre de 3 - 9€ la nuit par pers. Petite cuisine à dispo.

20
fév
20
fév
Publié le 23 février 2021

Le soleil a disparu. Il a plu cette nuit. Nous allons attendre un peu avant de faire des visites. Car lorsqu’on vient à El Remate, c’est pour visiter un ou plusieurs sites archéologiques dont le plus connu est Tikal.

Donc aujourd’hui, petite balade tranquillou au village.

Les pontons...

Des fleurs...

Des cochons qui se baladent partout, des oiseaux dans le marécage...

Fleurs de bananiers, régime de bananes, manguiers en fleurs et qui commencent à faire les fruits, un chicken bus at the end (en fin de vie) et une plante comestible dont on ne sait pas le nom... de la rhubarbe géante ?

L’an dernier, au mois de mai, les manguiers étaient tous en fruits. Plus d’infos sur les manguiers, par ici

Et puis ...une petite douceur ce soir, du chocolat acheté à Antigua !!! Si on avait su... qu’il était si bon, ce n’est pas une tablette qu’il fallait acheter ! 🍫😋🤪

Trop bon ! 
22
fév
22
fév
Publié le 24 février 2021

Nous voilà de retour à Tikal. Nous avions adoré nous balader dans ce magnifique site archéologique il y a 2 ans. Cette année nous prenons plaisir à faire découvrir ce lieu à Naty.

Par manque de touristes, il n’y a qu’une navette qui passe à 6 heures du matin, pour Tikal. Nous négocions un prix avec Humberto afin qu’il nous y emmène et puis c’est plus sympa, cela nous permet de discuter un peu, il est tellement adorable.

Nous réglons l’entrée au site. Ne pas oublier le passeport. On repart en voiture. L’entrée n’est pas de suite. On roule un bon moment avant d’arriver à l’entrée du parc. Avec un beau sourire, je leur demande le petit tampon de Tikal sur le passeport ... Ensuite 20 bonnes minutes à pied avant d’arriver sur le site !

L’histoire de Tikal (juste un copier/coller d’il y a 2 ans, l’histoire n’a pas changée 😆😆)

Tikal est la plus grande ville du monde Maya, au milieu d’un parc protégé de 576 km2, les ruines occupent une place de 16 km2, c’est le centre de l’ancienne cité de Tikal, qui concentrerait les ruines de plus de 3 000 structures !

La civilisation maya s’était répandue dès l’année 800 avant J.C. La cité atteint son apogée dans les années 200 et jusqu’à 900 de notre ère. Ensuite aucun nouveau monument important n’a été construit, la démographie a chuté et la civilisation avec !

Quand on visite Tikal, on se demande : Mais comment faisaient-ils pour avoir de l’eau ? Pas de rivière, pas de lac !

En fait, ils récupéraient l’eau de pluie qu’ils stockaient dans dix grands réservoirs. La construction d’une grande ville uniquement avec l’eau provenant des précipitations saisonnières stockées ! Pas mal ? Mais ...

Déjà, ils pratiquaient la culture intensive au risque de manquer d’eau en période de sécheresse, (eh oui, il y en avait déjà) ce qui a certainement joué un rôle dans le déclin de la civilisation maya.... A trop vouloir en faire, on gagne ! (Lol)

La population dépassait les 70 000 habitants et avec la banlieue on arrive à plus de 420 000 habitants !!

La cité avait des accords politiques et commerciaux avec tout le monde Maya et il était courant de trouver à Tikal, du sel venant du Yucatan (Mexique) ou du jade du Honduras.

Tikal a été découverte en 1848, et déclaré Parc National en 1955 mais ce n’est qu’en 1979 que l’UNESCO l’a déclaré « Patrimoine Culturel et Naturel de l’Humanité »

Allez, c’est parti !

Le grand ceïbal est toujours là.

Arrivés au bout de ce chemin, ou va t’on ?

Cette fois, on le sait. Et les coatis sont toujours là eux aussi. Pour les photos et l’histoire un peu plus détaillée par rapport au monument, lire le carnet de voyage sur le Guatemala en 2019 étape du 7 mai.

Je vais essayer de mettre des photos un peu différentes.

Nous arrivons sur la Gran Plaza, et l’Acropolis Norte : l’Acropole Nord qui est construite sur une plate-forme supportant 8 temples funéraires. Sa réalisation a duré plus de 300 ans !

Le masque du dieu de la pluie Chaac... (à droite)

Nous dominons la Gran Plaza. De la haut, on a une vue sur les temples 1 et 2 qui se font face, comme dans un duel. C’est l’endroit le plus impressionnant de Tikal !

Gran Plaza 
Temple ll sur lequel on va monter 

Cette année, nous pouvons grimper sur la pyramide ll. De là haut, la vue est superbe !

Hub est tout petit en bas ! 

L’acropolis Central, ensemble de palais disposés de telle manière qu’ils forment à l’intérieur une série de 7 patios.

De là, nous pouvons admirer la gran plaza.

Nous apercevons des singes araignées et des oiseaux ocellés sorte de dindons joliment colorés.

Singes araignées 

Le temple lll toujours enfoui dans la végétation, on ne peut voir que sa tête !

Nous arrivons au temple lV. 64 m de haut, c’est parti pour la grimpette ! D’en haut, nous nous rendons compte de la végétation. La jungle est partout autour de nous !

Temples l, ll et lll 

Nous apercevons au loin la grande pyramide du monde perdu.

Maintenant, direction justement du monde perdu à travers un petit chemin.

Nous passons devant un temple avant d’arriver à la grande pyramide.

Allez, encore une grimpette sur fond sonore de singes hurleurs.

Des arbres surprenants et toujours les temples l et ll face à face qui dominent cette jungle.

Le temple lll qu’on ne peut voir que d’en haut, et le temple lV où nous étions juste avant !

Jolie vue sur tous les temples 

Nous profitons de cette vue pour manger nos bananes et nos galettes.

La place des 7 temples dédiée à l’astronomie.

Et le fameux temple V presque mon préféré !

Après cette bonne balade de 5 heures, nous partons déjeuner d’un bon pollo pour 4€ chacun dans un joli décor avec vue sur le lac.

Pour terminer la journée par un beau coucher de soleil.

Un drôle de nuage...

Superbe 
23
fév
23
fév
Publié le 26 février 2021

Que d’eau ce matin ! Nous croisons les doigts pour que la pluie s’arrête parce que l’après-midi est dédié à la visite d’un site archéologique... et puis miracle, vers midi, le soleil pointe le bout de son nez ...

13h30. Vamos chicos ! Nous montons dans la voiture d’Humberto et prenons la route durant 1/2 heure, route toute droite, en direction de la frontière du Belize. (Pays fermé en cette période) Il reste ensuite 1 heure de piste pour 13 km.

Quelques explications de la part d’Humberto. Yaxha signifie «eau verte» en maya. Ce site fait l’objet d’une restauration en douceur afin de protéger l’environnement, on ne dégage pas de nouvelles ruines mais on laisse volontairement la forêt comme protection naturelle. Il y aurait plus de 400 structures enfouies sous la végétation. Yaxha aurait atteint son apogée entre 300 et 950 après JC. et fait parti du 3ème plus grand site du Guatemala. (Tikal, El Mirador, Yaxha)

Nous sommes à peine rentrés sur le site que je me sens bien. Quelle quiétude ! Il se dégage ici une atmosphère particulière. Tout est calme. La nature est luxuriante. J’aurais bien aimé avoir des jumelles pour mieux observer les singes hurleurs que nous entendons. A refaire, je prendrais plus de temps pour visiter ce site. Se poser quelque part... Prendre le temps...

Allez, assez parler... on vous emmène à la découverte de cette cité maya que nous ne connaissons pas encore.

Yaxha. (Prononcé Yatch Ha)

Nous prenons une allée bien ombragée avant d’arriver à la pyramide des secrets, au complexe astronomique...

Puis au jeu de pelote, apprécié des Mayas.

Ce qu’il reste de l’acropolis sud..

Nous montons vers un mirador, dommage pour les photos nous sommes en contre jour... Au loin nous apercevons le fameux « templo de las manos rojas » mais nous attendons le coucher du soleil pour y grimper... et puis devant nous le lac Yaxha au bord duquel la cité se trouve.

En redescendant nous entendons les singes hurleurs. Nous restons un bon moment à essayer de les voir...

L’Acropolis nord sur lequel nous ne pouvons pas aller en ce moment. Dommage, il avait l’air grandiose !

Caché au bout d’un petit sentier qui s’avère être la Calazada de las Aguadas...

Se trouve le complexe pyramidale de Maler qui vaut le détour, car nous découvrons 3 belles pyramides !

Qui se trouve sur la plaza de los Sombras.

La jungle, le cri intense des singes hurleurs tout autour de nous, les petites collines où se cachent d’autres pyramides rendent cet endroit mystique...

Sur le chemin du retour, quelques stèles...

Pour revenir vers l’entrée du site et chercher le dernier temple sans se perdre, que l’on aperçoit de loin mais qui n’est pas facile à trouver, le temple des mains rouges ou 216. Imposant !

Pour y admirer le coucher du soleil.

Avant d’en faire le tour et d’apercevoir un bel oiseau... peut être le petit et la maman ...

Et puis arrive le clou du spectacle... et les singes hurleurs qui se déchaînent dans cette superbe végétation.

Superbe ! 

Le soleil fini par disparaitre.. pour laisser la place à la lune...

J’ai demandé à la lune... 

Comme je ne peux pas récupérer la vidéo 😒 des singes je vous mets celle du Costa Rica mais les singes sont les mêmes...

Puis redescendre avant la nuit, ne pas se perdre, retrouver Humberto, 1h30 de route de retour vers El Remate, dîner... et au lit... des étoiles plein la tête ...

Hasta Luego !

26
fév
26
fév
Publié le 27 février 2021

Isla de Flores

Alors, je ne sais pas ce qu’il se passe ici dans ce petit village de El Remate mais à chaque fois que je quitte ce village mes yeux se mouillent. Je me sens bien, ici. Ne pas chercher à comprendre, les ondes doivent être bonnes tout simplement.

Et puis nous avons dû dire « au revoir » hier soir à Humberto car ce matin, il n’était pas disponible. Juste dire au revoir à Nicky, son petit chien...

Et puis le colectivo qui arrive de suite, donc pas le temps de s’attarder, ni de jeter un dernier regard sur le lac Péten Itza...


Une bonne demie heure plus tard, tout s’enchaine vite, nous arrivons à la station des colectivos (bus) de Santa Elena, vite fait, je me renseigne sur celui à prendre pour passer la frontière samedi prochain, et vite 2 tucs tucs et nous voilà arrivés sur l’île de Flores !


Nous n’avons rien réservé, je compte sur ma mémoire pour retrouver le logement de Rosario. Je reconnais l’endroit, dit stop au tuc tuc, je vais voir si elle a toujours des chambres à louer pendant que Naty et Hub gardent les sacs, c’est ok, ouf, je suis contente de mon coup !

Après installation à la chambre,

nous partons faire un tour des environs... vite fait car l’île n’est pas bien grande mais surtout, nous cherchons un office du tourisme ou une agence afin de nous renseigner sur les formalités du passage de la frontière Guatemala - Mexique à Corozal (plus proche de Flores) car on entend tout et son contraire... et ce n’est pas gagné ! Les seules agences ouvertes veulent, bien sur, nous réserver un transport privé (nettement plus cher) ... au final, la dame d’une agence nous donne les mêmes renseignements que l’office du tourisme, nous en concluons que cela doit être vrai 🙏

Sinon Flores n’a pas changée...

Florès 

A part l’eau qui monte ou la route qui s’affaisse... elle va finir par ressembler à Venise... car en fait ce serait le sol qui remonte et ce serait cyclique (tous les 15 ans)

Nous partons dans un resto prendre un en cas (devinez quoi ?) et se rafraichir ! Mucho calor aquí ! La vue sur le lac est superbe !

Nous partons acheter un gâteau chocolat banane pour le petit dej de demain matin ainsi que des bananes. Sur le comptoir un autre gâteau au chocolat... la petite dame a dû tellement voir nos yeux le reluquer qu’elle nous propose 2 portions... qu’elle met dans deux assiettes et nous voilà partis... chaud devant !! 😂😂🍩


Après dégustation du gâteau (bon mais un peu trop sucré) ... chacun fait ce qu’il lui plait 🎵 ! Je bouquine un peu, Hub range ses affaires, Naty fait Myatlas... Puis nous décidons d'aller faire un tour « sur la croisette » 😎

La croisette 

pour prendre une lancha et aller sur la côte en face monter à un mirador lorsqu’un monsieur tout gentil s’approche de nous en bateau pour nous proposer une petite balade sur le lac.

Déjà le ciel est magnifique ! 

Porque no ? Après négociation du tarif... (5€ pour nous 3) nous voilà sur le lac juste devant le coucher du soleil !

C’est parti ! 

C’est parti pour la croisière ! Hahaha ! Comme c’est agréable... on entend à peine le bruit du moteur... le ciel est juste sublime !

Nous passons près d’une petite île où certains animaux ont élus domicile.

Atardecer... doucement le lac prend une jolie couleur or...

Les levers et couchers de soleil au Guatemala sont vraiment superbe. Ce pays reste et restera mon pays coup de coeur...

Nous avons une petite vue de l’île.

De retour sur Florès, cette fois, c’est la lune qui nous attire, nous partons de l’autre côté de l’île en 5 minutes !

Puis retournons diner côté Ouest... d’un plat de Pad Thaï... (ça faisait longtemps) et d’une petite bière pour fêter notre dernier jour au Guatemala ! Un petit peu de Thaïlande au Guatemala 😉 ...

et tous les soirs, les amoureux se promènent en bateau sur le lac ...

Nous rentrons à la casa Itzanaya, réglons la chambre (9€/pers.) puis discutons avec Rosario...

Demain... nous partons pour d’autres aventures ...

27
fév

Nous avons bien passés la frontière à la nage sans être dévorés par les crocodiles 🐊🤣😂🤣

Sans blague... allez on vous raconte en détail.

5h45, réveil.

7 heures du matin. Un dernier au revoir à Rosario. Nous prenons un tuc tuc de Flores direction Santa Elena juste à la sortie de l’île.

Arrivés à Santa Elena, les préposés des bus nous sautent dessus pour vouloir nous emmener à Tikal, mais non, nous, c’est La Tecnica ville à la frontière. On va à l’oficina qui se trouve juste en face. 100 quetzal par pers. (10€) et on nous dirige vers le bus. Les sacs sont envoyés sur le toit, ficelés et bâchés. On me propose la place de devant. Hub est derrière moi et Naty à gauche derrière Hubert. Le bus est censé partir à 7h40, en fait il part lorsqu’il est plein ou plutôt bondé ! 😃😃

A Santa Elena en attendant que le bus soit plein 

8h. C’est parti ? Là, tu crois que le bus est plein, et bien non ... 3 personnes montent dans le bus. Le chauffeur tourne la clé de contact, le moteur tourne mais nous ne sommes toujours pas partis. Encore 3 personnes qui s’assoient sur des tabourets...

Ça y est, enfin, nous partons ! ... musique à fond, le haut parleur dans les oreilles, le chauffeur qui n’arrête pas de cracher par la fenêtre... Mais qui conduit bien.

Ensuite, tu crois encore que c’est bon, que tu es bien partie et que le bus est plein mais voilà que le chauffeur s’arrête 5 mn plus loin ! 2 autres personnes à bord ! Mais on les met où ? Debout.

Il faut dire qu’ici pour certains c’est leur seul moyen de transport !

Cette fois, c’est bon, nous sommes partis, puis d’un coup, ils commencent tous à parler fort. Nous comprenons qu’ils sont en train de prendre les commandes pour les desayunos (p’tit dej.): pechugas et piernas de pollo papas fritas. Le chauffeur en roulant appelle la tienda ou le resto pour la commande ! C’est assez folklo !

Première ville. On s’arrête. Les vendeurs ambulants se mettent tous à crier ce qu’ils vendent. Quelle cacophonie. Puis on repart.

Nous arrivons à Las Cruces c’est l’arrêt desayuno pour eux de frites et de pollo !! La commande passée en début de trajet. Et enfin des baños (toilettes) à une station service.

Puis je suis agréablement surprise par la piste. Elle a été asphaltée depuis peu, ouf ! Mais c’est de courte durée nous reprenons une piste pas trop mauvaise et traversons des villages perdus au milieu de nulle part on se croirait au bout du monde.

Nous passons plusieurs check-point où des policiers attendent les véhicules. Le voisin de Naty qui viendrait du Honduras donne de l’argent au chauffeur à chaque point d’arrêt ? 🤔 Et le chauffeur ouvre la porte arrière pour montrer l’intérieur aux policiers et leur donne l’argent. Surtout ne pas se faire son film ...🙏

Nous arrivons vers le passage de l’immigration pour avoir le tampon de sortie du pays. Nous descendons du bus et arrivons dans une petite cabane ou le préposé nous tamponne le passeport, en plus il est super gentil ! On remonte dans le bus.

Nous roulons pendant une bonne demie heure sans voir âme qui vive et nous arrivons au bord du fleuve Usumacinta qui fait office de frontière. Nous achetons les billets pour la lancha, 15 Qtz par pers. et faisons un peu de change.

De l’autre côté de la rivière 5 mn plus tard, c’est un peu la pagaille, on suit les gens qui vont vers la droite mais non, il faut aller de l’autre côté vers la gauche ?

Il y a toujours quelqu’un pour nous renseigner, en fait, il faut prendre l’escalier puis aller tout droit.

Nous sommes accueillis par un charmant jeune homme « masqué ». Formulaire de santé virus à remplir sur l’honneur comme quoi tu n’es point malade et que tu n’as croisé personne de malade. ? Toujours le papier immigration à remplir, 594 pesos (23€) à régler par CB, un coup de tampon sur le passeport et nous avons droit de nouveau à 180 jours !!! Ni prise de température, ni preuve de fond sur le compte bancaire, ni de réservation d’hôtel, ni de billet avion retour, ni déduction des jours passés en janvier dernier... en fait c’est tout simple, l’office du tourisme et l’agence de Flores disaient vrai ! Yes !

13 heures 30 : Arrivés à l’hôtel Nueva Alianza, à 50 m des douanes dans la forêt, Quel calme ! Que ça fait du bien...après 4h30 de route dans le bruit ! 😉

On déjeune. On se pose. On fait les comptes... et là ? Ça se complique. On ne va pas avoir assez de pesos. Il faut essayer de trouver une banque dans ce coin perdu du Mexique ou alors partir demain, ou manger moins ?

Nous faisons une sortie en ville ? Quelle ville ? Corozal. Quelques rues, quelques tiendas, des poules, des cochons et des chèvres ? Donde esta el banco ? Si banque il y a... ce n’est pas gagné.

On se renseigne, les gens toujours aussi sympa et nous finissons par trouver où se trouve la banque. En fait en guise de banque ... Une jeune fille est équipée en technologie pour donner du change et de quoi retirer des sous. Elle est pas belle, la vie ?

La Banque 

Tous contents d’avoir réussi à changer nos quetzals en pesos et retirer un peu d’argent, nous rentrons à l’hôtel réserver notre excursion de demain.

Hasta mañana ! Peut être car le wifi n’est pas terrible ...

La suite du voyage en récit et photo c’est par ici, le carnet de voyage «Retour au Mexique » N’hésitez pas à vous y abonner si vous ne l’avez pas encore fait. Merci à vous tous de nous suivre ainsi que vos commentaires... ça nous fait du bien ...