Le Costa Rica

Dernière étape postée il y a 46 minutes
8 étapes
12 commentaires
41 abonnés
Un nouveau continent, l'Amérique Centrale avec toutes ses richesses que nous avons hâte de découvrir ...
Du 10 mars au 9 avril 2019
30 jours
Partager ce carnet de voyage
10
mars

Nous prenons l’avion aux environs de 15h à Santiago du Chili. Et au moment de l’enregistrement, comme pour le Laos vers la Birmanie, on nous demande un billet de continuation. Nous avions donc prévu cette éventualité et acheter des billets d’avion bidons (en fait, non, ce sont des vrais - voir article dans le voyage au Laos) et voilà c’est parti pour 6h30 d’avion. Après avoir mangé (on mange tout le temps chez la compagnie Avianca) regardé 2 comédies françaises, nous arrivons à Bogota (Colombie). Et c’est reparti ! 10 mn à pied à parcourir l’aéroport vers les départs internationaux, repassage aux contrôles, nous revoilà dans l’avion pour San Jose au Costa Rica. Vers 22h20 nous arrivons à destination avec un nouveau décalage horaire avec la France de 7h jusqu’ au 25/03 prochain changement d’horaire en France, après l’heure d’été, il faudra bien sûr rajouter 1h.

A l’aéroport de San Jose, il n’y a qu’un seul DAB et en plus il est en panne !

Un taxi de l’hôtel nous attend et je lui demande s’il peut nous arrêter à un distributeur automatique. Seulement voilà, le distributeur refuse de nous donner de l’argent. Grrr !😡

Demain sera un autre jour ...

Minuit.... mais en fait il est 3 h du matin pour nous heure du Chili, pays que nous venons de quitter... Il est temps de dormir ...

11
mars
11
mars
Publié le 12 mars 2019

Nous avons 3 choses importantes à faire aujourd’hui : retirer de l’argent (ici au Costa Rica ce sont des colóns) dans un distributeur qui ne prend pas de frais, acheter nos billets de bus pour demain et une carte Sim pour le téléphone et ensuite nous balader dans San Jose.

L’hôtel où nous sommes étant près de l’arrêt de bus, mais ça c’était calculé, c’est donc à pied que nous partons vers le terminal des bus. Le quartier est un peu miséreux. Nous trouvons la banque RCR et BN (banque nationale) qui ne prennent pas de frais. Nos tickets de bus pour demain et la carte Sim dans le téléphone, nous partons vers le centre de San Jose vers le théâtre municipal, la Cathédrale, quelques rues piétonnes ... Un bon jus d’orange ...

San Jose

San José est la capitale du Costa Rica mais c’est aussi la plus grande ville du pays, très étalée entre volcans et montagnes, situé à 1200 mètre d’altitude. Sa population d’environ 360 000 personnes et 2 000 000 dans l’agglomération métropolitaine représente 32,6 % de la population du Costa Rica.

San José à une position centrale dans le pays, elle a remplacé en 1823 la capitale qui était à l’époque Cartago.

De par sa hauteur San José reçoit un climat tempéré tout au long de l’année (18°c à 25°c). Il pleut tout de même régulièrement tout au long de l’année, idéale pour de nombreuses plantations sur les alentours comme les plantations de café.

Le Théâtre national (Teatro Nacional ): considéré par la plupart comme le plus remarquable édifice de San José . Construit dans les années 1890 , le théâtre est un centre important de culture tico. Les ticos au masculins ou ticas au féminin est le surnom que se donne les Costariciens entre eux.

Une statue de balayeur, la cathédrale, une petite église.

Après ces kilomètres de marche, nous mangeons dans un Soda, nom donné aux restaurants populaires, et après cette première immersion positive, les pieds bien fatigués, nous rentrons « à la maison » comme on dit maintenant ... il faut réserver les hébergements des jours prochains ...

Sura B&B avec salle de bain eau froide - accueil sympa, bon petit déj, bonne literie

35€ la nuit

🚎 Terminal des bus : Gran Terminal del Caribe pour aller vers l’Est

Billet de bus pour Cariari -> 3 630 colonnes pour 2 pers. soit env 5,30€ pour 2h de trajet

12
mars
12
mars
Publié le 14 mars 2019

Après un premier bus et deux heures de route dans la jungle nous arrivons à Cariari, un deuxième bus, une heure de plus, nous arrivons à La Pavona, une pirogue, une heure de navigation, nos premiers oiseaux, premières tortues...nous avons rejoint ce petit village de bout du monde : Tortuguero !

Isolé, ce village entre terre et mer des Caraïbes n’est accessible que par voie maritime ou alors aérienne avec de petits coucous ! Il reste préservé et authentique car il est installé sur un bras de terre entouré de canaux. C’est aussi un village totalement isolé du reste du pays.

La végétation est dense. Personne ne parle. Juste le moteur perturbe ce monde nouveau qui nous attend. Tout le monde regarde ce paysage à la recherche d’animaux... oh, un iguane, là ! Dans l’eau ! Et des tortues là sur le sable et... les branches d’arbre qui bougent, il doit y avoir des singes ?

Tortues, iguane ...

Tortues iguane 

Puis le canal s’élargit. Quelques habitations apparaissent. Nous arrivons.

Wow, il y a même quelqu’un qui nous attend sur le quai pour nous emmener à la guesthouse cabinas Tortuguero ! Quel accueil !

Cabinas Tortuguero notre logement 

Petit tour au village. L’église ... toute petite ...

Petites rues, l’école... les poubelles sont toutes représentées par des animaux !

Et puis, nous entendons un bruit fort ... les vagues des Caraïbes ...

D’un côté, la mer, de l’autre côté, les canaux.

Bienvenue dans le monde de la nature « La Pura Vida ! »

15
mars
15
mars
Publié le 17 mars 2019

Le parc Tortuguero est situé dans l’une des régions les plus humides du Costa Rica -> 6000 mm de pluviosité annuelle ! Aux 311km2 de parc terrestre viennent s’ajouter 5200 km2 d’habitat maritime. Il a été crée en 1974.

🐢 Comme son nom l’indique, le parc est propice à l’observation des tortues (Tortuguero signifie là où pondent les tortues). Quatre des 8 espèces de tortues peuplant notre planète viennent pondre sur les plages de Tortuguero ! C’est certainement grâce à l’aide de Caribbean Conservation Corporation, crée en 1955, que ce lieu de ponte existe encore.

En bref :

Tortuguero c’est ...

  • 2000 espèces de plantes
  • 400 espèces d’arbres
  • 309 espèces d’oiseaux
  • 111 espèces de reptiles
  • 57 espèces d’amphibiens
  • 60 de mammifères !

C’est au lever du soleil que nous avons choisi de faire la sortie en canoë. Nous avons préféré faire celle de 5h45 pour avoir la chance de voir le maximum d’animaux.

C’est donc en canoe, sous la pluie, encapuchonnés, appareils photos et caméra protégés, que nous partons pour une découverte d’environ 3 heures, dans le calme total, où seul le bruit des rames et de la nature règne sur le Parc Tortuguero.

Il est difficile pour nos yeux non expérimentés d’apercevoir tous ces animaux maîtres de cette forêt tropicale. Heureusement, notre guide Jessica est là pour nous aider à les reconnaître. Puis nous pénétrons dans un canal plus étroit, nous découvrons plusieurs espèces d’ibis, des iguanes, des oiseaux dont j’ai oublié pour certains le nom, des singes hurleurs, des singes araignées, un fourmilier (Tamandua du Mexique) et un caïman qui se confond avec les débris de bois qui dorment sur les nénuphars... Tout cela est bien magique pour nous novices dans ces contrées tropicales !

Iguane et Anhinga d’Amérique

Héron tigre ou Onoré du Mexique

Pic à bec clair

La photo est floue car dans le canoe ça bouge ... ça tourne ... 

Aigrette bleue, ibis vert

Aigrette bleue 

Toucans

Anhinga d’Amérique

Caïmans bébés ...

Même s’il s’agit d’un bébé, on n’ira pas le chatouiller ... 

Lézards ...

Singe araignée

Petit oiseau ...

Après cette belle balade sur les canaux, nous partons nous balader dans le parc national de Tortuguero. Le billet d’entrée (15$) acheté le matin pour la sortie en canoë est valable toute la journée.

Chaussures de marche obligatoire, c’est parti pour le sentier du Jaguar (env 5km A/R) en marchant la tête en l’air... aïe les cervicales 🧐 à la recherche d’animaux et la vigilence 👀 pour éviter les serpents !!!

Nous avons la chance de voir une maman singe avec son petit et un singe araignée en train de faire des acrobaties dans les arbres... de gros papillons bleus, rouges mais pas de paresseux à part nous ... 😆 Le parc est assez grand. Le chemin va tout droit jusqu’au dernier arbre sur lequel est inscrit le n° 60 et nous conduit vers de belles plages. La végétation est magnifique ! Après, soit on revient par la plage soit par le même chemin. Nous choissisons de revenir par le même chemin puis de bifurquer vers le village au niveau du grand mur afin d’éviter de remarcher dans la gadoue !

En compagnie de nos nouveaux amis du jour, du pays Basque !

Maman singe et son bébé

Dense végétation

Araignées, fourmis géantes, petits lézards ...

Singe arraignée

Et nous arrivons au bout du chemin ...

Un couple de français rencontré sur le parcours nous ont dit avoir vu un serpent ... ici, les serpents 🐉 sont très dangereux et sont mortels en ... 10 mn ...!!! 🙀

Et n’avons pas vu de jaguar ...

De retour au village ... On se fait de nouveaux copains ... euh ? Pas sur ... et nous rencontrons de bien jolis oiseaux, des caciques de Montezuma, à la queue jaune.

Et des crabes ... dans le jardin de notre auberge de jeunesse.

Auberge de jeunesse - Salle de bain privée - Cuisine à dispo - Cadre très sympa mais dommage car très bruyant discothèque en face - 22€ la nuit

Tortutours dans la rue principale juste à côté du parc (moins cher qu’Asoprotur) - Demandez Jessica, elle est Suisse donc parle français, c’est plus sympa pour les commentaires - 25$ par pers. + 15$ par pers. l’entrée du parc

Resto - juste en face du débarcadère - bonne cuisine à petits prix

17
mars
17
mars
Publié le 20 mars 2019



Nous quittons notre auberge de jeunesse, j’aime bien leur devise...

Jessica super sympa vient nous dire au revoir... et nous souhaiter une bonne continuation de voyage.



Embarcadère de Tortuguero

Nous quittons Tortuguero comme nous sommes arrivés, en pirogue.

Trois heures de navigation pour descendre vers le sud à Moín à travers les canaux, il y a de quoi se perdre tellement il y a de bras, C’est un vrai labyrinthe. Le soleil fera t’il une apparition ? Le ciel est gris et plus nous avançons vers le sud, plus les nuages sont noirs. Il pleut. Le capitaine arrête le moteur. C’est le silence. Un bruit rauque se fait entendre. Nous apercevons des singes dans les arbres, ce sont des singes hurleurs. Ça fait vraiment un drôle de bruit ...

Singe hurleur 

Dans l’herbe sur des petites îles flottantes nous apercevons des oiseaux blancs ...

Et des noirs...

Il pleut. Enormément. A grosses gouttes. Nos sacs à dos commencent à mouiller, heureusement nous avons la housse anti pluie dessus mais quand même, il aurait pu mettre une bâche sur les sacs.

Arrivés à Moín, nous retrouvons le monde des voitures et les chauffeurs de taxi nous attendent, mais encore une fois, ce n’est pas pour nous. Nous ne sommes pas pressés.

En sortant du port, encapuchonnés de nouveau, il faut prendre à droite et là, à quelques mètres sous un arbre, des locaux nous disent que le bus pour Puerto Limon passe par ici. Quelques minutes plus tard, nous sommes dans le bus.

Pour le peu de trajet nous gardons notre paquetage : capuchons par dessus nos 2 sacs dégoulinants de flotte, on a l’impression d’être déguisés en sac poubelle ! 😆 Nous arrivons à Puerto Limon, la correspondance pour Cahuita est à 15h, super nous n’avons qu’une demie-heure à attendre.

Trente minutes plus tard, nous sommes au terminal des bus de Cahuita, un petit coup de GPS et nous voilà arrivés, trempés, à la guesthouse Buena Suerte tenue par des Italiens de Turin.

Prix d’un taxi de Moin vers Puerto Limon -> 5$ pour 2 pers.

Prix du bus pour le même trajet -> 1,90€

Prix d’un taxi de Puerto Limon vers Cahuita -> 20$ pour 2 pers.

Prix du bus pour le même trajet -> 3,85€

18
mars
18
mars
Publié le 20 mars 2019

Aujourd’hui, on a du wifi, j’en profite !

Depuis la guesthouse, nous entendons les singes hurleurs. Lorsque le jour se lève tout ce petit monde de la nature s’éveille. Les oiseaux chantent leur mélodie. Tout le monde se donne le mot. C’est à celui qui va chanter le plus fort. C’est magique !

Tyran Quiquiri (oiseau jaune) et oiseau-mouche

Nous décidons de nous aventurer dans le parc Cahuita. Il est 10h du matin, il n’y a pas de soleil mais nous espérons ne pas avoir de pluie. Le parc comporte deux entrées : l’une à Cahuita et l’autre à Puerto Viejo. A Puerto Viejo, l’entrée est de 10$ par personne et à Cahuita sur donation.

Allez, c’est parti ! Chaussures de marche et capuchon dans le sac !

Dès l’entrée, le ton est donné. Nous apercevons deux paresseux !

Comme à Tortuguero, le chemin longe la plage jusqu’à Punta de Cahuita.

Mer des Caraïbes 

Et comme à Tortuguero nous marchons la tête en l’air, ouvrons grand les yeux, regardons dans toutes les directions et wow... voilà un serpent qui se confond avec une branche !

Attention, il peut sauter... ne pas rester trop longtemps à côté ! 

Les racines et branches d’arbres enchevêtrées ...

Jolie plage 

Une grosse « naraignée » ... à pattes jaunes !

Brrr 

Un panneau indiquant une possibilité de croiser des crocodiles ... mais ce que le panneau ne dit pas, c’est qu’il va falloir traverser la rivière à crocodiles pour continuer le chemin 😏

Allez, on ne se dégonflent pas, on quittent chaussures et chaussettes et nous voilà de l’autre côté de la rive, nous avons fait comme les locaux, passer plus près de la mer que de la rivière mais attention, le courant est fort. Certaines personnes ont fait demi-tour. (On a de l’eau jusqu’aux genoux voir mi cuisses)

Nous retrouvons le chemin et croisons un raton laveur.

Il est là, dans les broussailles, vous le voyez ?

Le chemin est bien agréable. Nous nous écartons de la mer et tout devient silence.

Des lianes qui pendent aux arbres. Mais où est Tarzan ? 😆

Drôle de fleurs...

Un écureuil

Seul le bruissement des feuilles semble être autorisé à briser ce silence. Les branches d’arbre bougent, il doit y avoir des singes... mais non, ce n’est que le souffle du vent qui fait danser les feuilles.

Et puis ... là, on s’arrêtent, ça bouge, il y a plein de singes ... chuuuut....

Des fourmis en plein travail, un genre de bernard l'ermite qui escalade un tronc d’arbre, une tortue qui se cache à notre approche.

Un bel oiseau qui casse la croûte et qui fait partie des macaos, sorte de perroquet, se confond avec les feuilles ... Heureusement nous avons un super zoom sur notre appareil photo !

Un gros papillon bleu qui ne se laisse pas prendre en photo et un singe capucin qui se balade de branche en branche à grande vitesse. Pas facile à prendre en photo non plus ...

Singe capucin 

Nous nous arrêtons au bord d’une plage pour manger nos gâteaux en faisant attention aux singes. Au final, c’est le maillot de bain qu’il fallait emporter aujourd’hui et non le capuchon.


Puis nous partons diner d’un casado de carne comme souvent car bien pratique pour les petits budgets.

20
mars
20
mars
Publié le 22 mars 2019

Réflexion du jour ...

Depuis le Chili et notre voiture de location sur la Carretera Austral, ce break nous a fait beaucoup de bien. Nous retrouvons, ici, au Costa-Rica le rythme « backpackers ». Nous prenons encore plus le temps de vivre. Mais dis moi, ça veut dire quoi, prendre le temps de vivre ?

On va à la rencontre de la faune, de la flore ... On va à la rencontre des populations ...

On vit au jour le jour sans savoir ce que sera demain. On vit le moment présent, le ici et maintenant comme on dit. On profite et savoure chaque jour, on découvre, on regarde, on s'émerveille, on écoute, on respire, on dort 😴 on mange, on rit, on vit... on change ... Le voyage au long court nous apprend ce qu’est l’essentiel...

Prendre le temps d’explorer chaque village traversé, d’assimiler les nouvelles découvertes et suivre nos envies ! Avoir un nouveau regard sur ce qui nous entoure. 🤗

On devient plus sages ? 😇 Je ne sais pas 🤪 mais on devient quelqu’un d’autre. En tout cas plus raisonnés, plus cool, plus légers ... Rien ne sert de courir... 🏃‍♂️

On a croisé des personnes en tour du monde qui couraient si vite qu’ils ont terminé leur course dans un hôpital ! Et d’autres qui ont fait un burn out ...eh oui, même en voyage !

Lorsqu’on nous demande : « Vous restez combien de temps au Costa Rica ? » On se surprend à répondre : « Nous ne savons pas »

Avons nous trouvé notre rythme ? Oui. Et il nous va bien.

Mais le ici et maintenant Dis moi, ça veut dire quoi ?

Moi qui me projette tout le temps dans le futur, j’avais tendance à gâcher un peu les instants présents qui méritent d’être vécus pleinement.

Mais comment vivre l’instant présent ? Dis moi ...

Eh bien j’ai appris étapes par étapes.

Pour le Sri Lanka, la Thaïlande et la Birmanie, je savais à l’avance les villes que je voulais visiter et dans quel ordre. Tout était programmé.

Pour le Laos, je savais que je voulais aller au Nord mais sans plus.

Pour notre retour en Thaïlande, je savais que je voulais aller dans l’Est et dans le Sud mais pas les villes que je voulais visiter, sauf pour notre repos sur la petite île ... j’avais ma p’tite idée ...😏

Ensuite, nous avons atterri au Chili et nous sommes partis vers la ruta 7 de la Patagonie qui n’était pas prévue... improvisation ...

Et nous voilà au Costa Rica et là... on construit notre itinéraire au fur est à mesure... et qu’est ce que c’est bien ... Quelle bouffée, je ne peux même pas vous expliquer ce que je ressens !

Voilà, j’ai appris. Nous avons appris. Nous avons grandit. Ensemble.

J’ai appris à ne pas vouloir tout voir, tout faire, tout rencontrer ... tout tout tout .... A force de vouloir tout voir, on ne voit rien.... « Qui trop se hâte reste en chemin » dicton d’un marabout.

Bon, allez, j’arrête mes pensées du jour ...

A demain.

21
mars

Alors apparemment on aurait attrapé le virus, le bon virus du Costa Rica : « La Pura Vida » !

Hier soir, les proprio de la guesthouse nous ont offert une bonne pizza. Du coup, pas besoin d’aller au resto ou de nous faire à manger ! Super !

Nous quittons Cahuita petit village paisible et ses 4 rues ...

Plage de Cahuita 

ainsi que notre guesthouse bien sympathique, ce matin encore Simonetta et Pepe nous offert nos 2 expressos italiens et maintenant nous descendons encore un peu plus bas, à Puerto Viejo. Non loin de la frontière vers le Panama. Sacs sur le dos, nous partons à la station des bus qui se trouve à 5 mn de la guesthouse. Achetons les tickets de bus et un demie heure plus tard, nous arrivons à Puerto Viejo. L’auberge de jeunesse est à environ 600 m, c’est parti !

En arrivant, nous demandons si nous pouvons prolonger de 3 nuits supplémentaires (avions réservé qu’une nuit) et c’est possible. Super !

Nous discutons un bon moment avec un Suisse qui arrive du Nicaragua. Pour lui, il n’y a pas de problème. Après avoir fait la lessive du jour, en espérant qu’elle sèche, 😏 nous partons voir si nous pouvons louer une moto pour vadrouiller dans le coin et descendre jusqu’à la frontière mais à 50$ la journée ....

En allant faire nos courses, nous retrouvons aussi les fançais de Toulouse rencontrés à Cahuita avec lesquels nous avons refait le monde pendant 2 jours...

Nous regardons les locations de vélo pour demain, je sens des gouttes... les nuages approchent et se font menaçants. Ils finissent par éclater et vite nous partons nous mettre à l’abri chez nous. Ça tombe super fort ! 💧☔️💦