Carnet de voyage

Cambodge

Dernière étape postée il y a 368 jours
Après 1 mois passés au Laos, nous voilà au Cambodge pays qui a souffert du régime des khmers rouges mais dont les habitants n'en sont sont pas moins chaleureux...
Du 27 février au 17 mars 2017
19 jours
Partager ce carnet de voyage
28
fév
28
fév

Suite de notre voyage en Asie effectué en 2017...

Après quelques heures d'avion depuis le Laos, nous atterrissons au Cambodge à Siem Reap. Nous avons pris l'avion pour éviter les problèmes de bakchich à la frontière lorsque le trajet se passe en bus et puis aussi pour gagner du temps.

Nous négocions (en anglais) un tuk-tuk (10$) pour la visite des temples d'Angkor. J'essaie de discuter avec le chauffeur pour faire le circuit à l'envers et nous partons vers midi et demi ... Ben oui, c'est en plein cagnard ! Mais peut-être aurons nous moins de monde et surtout moins de touristes Chinois (je n'ai rien contre les Chinois). Litrons d'eau dans le sac, c'est parti pour le grand circuit, on vous emmène à la découverte de ce site merveilleux !

Imaginez toutes les cathédrales de France réunies en un même endroit pour avoir une idée de la grandeur du site...

Nous arrivons aux temples de Pre Rup et c'est parti pour une grimpette ! La vue d'en haut est superbe ! Puis celui de Ta Som connu pour sa tour à visages de l'entrée ouest ...

Nous terminons par le site de Preah Khan, à l'époque il s'agissait d'une ville de plus de 50 ha entourée de douves. Elle abritait un monastère et une université bouddhique dont le personnel engloutissait 10 tonnes de riz par jour ! Il y avait pas moins de 5 324 villages aux alentours et plus de 97 000 habitants ! Maintenant c'est la végétation qui reprend ses droits ... On y accède en passant par la chaussée qui longe les douves. Des statues ont perdu leur tête, toutes détruites par les brahmanistes au 13ème siècle.

N'étant pas férus de ruines, on craignait un peu mais nous sommes agréablement surpris, ces temples sont en pleine forêt, le cadre est très reposant malgré les 40° ! Nous nous sommes régalés.

Bou Savy Guesthouse : 1 repas et un jus de fruit offert - 20$ la nuit pour 2 pers. avec petit déj - chambre simple confortable - resto et piscine (serviette à dispo pour la piscine)

Visa Cambodge : 30$ par personne en 2017

Les temples : 124$ pour 3 jours pour nous 2 (ça fait mal !)

2
mars
2
mars
Publié le 28 février 2020

Nous sommes super contents, nous avons retrouvé Sylvie et Philippe, les Québécois rencontrés au Laos. Je laisse Sylvie, parlant couramment l’Anglais, négocier le chauffeur de tuk-tuk et c'est avec eux que nous partons pour le petit circuit des temples d'Angkor et un autre temple qui se trouve un peu plus loin.

Nous nous levons à 4h15 pour assister au lever du soleil sur Angkor Wat. Et là, nous ne sommes pas seuls ... C'est l'attraction hyper touristique mais nous attendons en silence que la magie opère et le soleil apparait doucement et embrase le ciel de rose... C'est juste magnifique !

Angkor Vat 
Fleurs de lotus
Angkor Vat au petit matin

Nous pénétrons à l'intérieur du temple.

Puis direction le temple du Bayon,

Le fameux temple aux plusieurs visages qui regardent dans toutes les directions. Il y aurait 54 tours décorées par 216 visages de Bouddha !

J'ai adoré ce temple ! Tellement impressionnant ! Gigantesque !

Le Bayon 

Séquence moines et un mariage

Le temple Ba Phuon - 11ème siècle - Culte hindouiste avec une jolie vue sur la jungle environnante.

Et là, sur une des façade, nous découvrons un bouddha dans les pierres ? On passerait devant presque sans l'apercevoir ... Il mesure tout de même 60 m de long le bouddha !

Ensuite nous prenons la direction du Nord et 25 km de tuk-tuk afin de voir le plus petit mais le plus beau des temples par ses dessins aux reliefs bien conservés, le temple Banteay Srei. Il fait parti des temples mythiques d'Angkor. Ce temple est décoré avec tellement de finesse qu'on pense que seules, les femmes étaient capables d'une exécution aussi délicate ! Du coup il a été baptisé la citadelle des femmes !

Nous terminons par le plus mystérieux des temples avec toutes ses racines qui l'ensorcellent ! Le temple de Ta Prohm laissé volontairement envahi par la végétation. On se croirait dans un film de science fiction, c'est magique.... en plus en fin d'après midi, la lumière est parfaite.

Temples d'Angkor

Nous sommes tous fatigués par une journée de 12h mais comblés. Il est 16h lorsque nous repartons vers l'hôtel.

Le lendemain, c'est repos ...

4
mars
4
mars
Publié le 28 février 2020

Nous partons pour Battambang. Nous devons être prêts pour 9h30.

9h40 un van vient nous chercher à l'hôtel. Nous récupérons d'autres passagers en cours de route.

10h10 nous arrivons dans une sorte d'agence de 3 m sur 3. Ne pas aller aux toilettes, c'est plus que "dégueux" 😩

10h30, nous montons dans un bus pourri, sièges cassés, etc ...

En cours de route, on ramasse d'autres personnes puis nous arrivons à une sorte de gare routière. Nous montons dans un autre bus aussi dégueu que le 1er. Nous tournons en rond pendant 1h30 dans la ville pour récupérer d'autres personnes. Le dossier de mon siège est cassé et plein de poussière, ne toucher à rien, même les rideaux me couvrent les doigts d'une poussière noire ..... Le chauffeur de bus roule à toute allure, double sans se soucier des autres ..... 😢 😡

Nous arrivons à Battambang couvert de poussière mais sains et saufs !!! Ouf !

Nous partons manger au resto Nary kitchen avec un autre québécois rencontré à Siem Reap, nous avons très bien mangé. Il s'agit d'un resto qui donne des cours de cuisine.

5
mars
5
mars
Publié le 28 février 2020

Après une mauvaise nuit, chambre sur la route, très bruyante, puis à 5h30 du matin, petite musique genre boite à musique et chants bouddhiques .... plus la lumière de l'enseigne de l'hôtel....

Nous nous baladons dans cette ville aux contrastes surprenants entre pauvreté misérable et une fange de la population qui semble avoir un niveau de vie moyen.

Du coup, nous partons demain pour la capitale, je ne me sens pas bien ici, tout est sale, ça grouille de partout, on manque de se faire renverser par une moto.

Nous avons pris une autre compagnie de bus, un peu plus chère, nous espérons arriver demain à la capitale Phnom Penh

6
mars
6
mars
Publié le 28 février 2020

C'est avec la compagnie Mékong express que nous partons ce matin pour la capitale du Cambodge Phnom Penh. Nous avons droit à un van climatisé, une bouteille d'eau chacun 😉 Heureusement que nous avons pris cette Cie car la route est mauvaise et ils conduisent vite !!! Nous arrivons à Phnom Penh en plein dans des travaux, il n'y a plus de route, nous roulons dans la poussière, les pauvres gens qui vendent leurs bricoles ou les garages à moto sur le bas côté mangent de la poussière à longueur de journée.

Vers 14h30, avec un tuk-tuk pour 3$ nous arrivons à la guesthouse Alibi à un prix plus que correct juste à côté du palais royal.

Puis nous partons nous balader le long du Tonlé Sap... en passant par le Palais Royal

puis vers un marché aux odeurs un peu fortes, mélangées de viande et de poisson 🤮

Malgré cela, la faim nous attire dans un resto qui s'engage à réinsérer des jeunes pour les former aux métiers de l'hôtellerie. Les élèves arrivent à s'autofinancer grâce à la fréquentation du resto. Et nous mangeons très bien.

De retour vers la guesthouse, il y a un monde fou devant le palais royal.

7
mars
7
mars
Publié le 28 février 2020

Ce matin, il nous faut trouver un autre hôtel car là où nous sommes, c'est complet 😢 pour les jours à venir. Nous optons pour la guesthouse Number9 achetée par un français il y a 4 mois pas très loin de la où nous sommes.

Puis nous partons visiter le musée. Très intéressant. Je ne savais pas que l'Asie du Sud-Est avait eu une influence indienne aussi importante mais depuis les temples d'Angkor, ce n'est que ça. Il va falloir peaufiner notre culture. En fait, l'hindouisme est arrivé au début de notre ère par les moines et les commerçants venus des côtes de l'Inde. On y retrouve le sanskrit comme langue sacrée. Il s'agit d'un hindouisme tolérant cohabitant avec le bouddhisme. Le bouddhisme est devenu la religion officielle dans les années 80. Il n'y a que les moines qui peuvent qui peuvent atteindre le nirvana après plusieurs réincarnations.

On peut être moine ou bonze pour 3 jours, 1 semaine, 1 mois ou toute la vie. Tout travail leur est interdit !! Je sens que je vais me convertir ... haha !! 😆😆

Maintenant direction le marché central. Marché, qui est très propre et sympa sous une coupole jaune.

De retour, nous nous arrêtons au Wat Ounalum. Très beau de loin.

Phnom Penh 
Mécanique et canne à sucre 

Puis nous nous perdons dans la ville en cherchant une agence pour faire nos visa vietnamiens, agence (du guide du routard) que nous ne trouvons pas et nous marchons dans des quartiers plus que misérables. Ici ça sent mauvais partout, des odeurs de pisse à chaque coin de rue. Nous arrivons à un marché.... Waouh .... Nous faisons 1/2 tour, ce n'est pas très "ragouillant" !!! Il y a aussi des hôtels avec des hommes d'un certain âge et des jeunes filles ... Bref ... 😡

Insolite Cambodge

Nous retrouvons Sylvie et Philippe pour un apéro au 8ème étage du grand hôtel du Sky bar. La vue est imprenable sur le Tonlé Sap et nous devinons au loin le Mékong. Puis nous cherchons ensemble un resto sans odeurs nauséabondes.

De retour à la guesthouse, sur le trottoir, un rat me passe devant les pieds, grrrr .... !!!? 😡

Place du Palais Royal

Phnom Penh est une ville aux multiples contrastes. Des quartiers chics aux quartiers aux odeurs nauséabondes. De belles maisons coloniales aux taudis, tout se mélange. La guerre a laissé des traces, aussi bien aux habitants handicapés qu'aux maisons ou aux pagodes qui avaient toutes été détruites.

La ville se relève de ce long cauchemar, il y a des travaux partout. Il est très rare de trouver un endroit au calme. Même la nuit, les travaux continuent ....

C'est seulement depuis 1998 que l'espoir d'une vie meilleure sans attentats, sans prises d’otages, sans violences renait ...

Visas pour le Vietnam fait à la guesthouse Alibi pour 45$ par personne


9
mars
9
mars

C'est en tuk-tuk que nous partons pour Koh Dach, l'île de la soie. L'île des tisserands. Nous prenons un tuk-tuk et direction l'embarcadère.

Après une petite traversée en bac du Mékong nous voilà arrivés sur l'île. A peine arrivés au bout du pont, nous ne savons pas si le village est à gauche ou à droite 🤔 Nous avons une chance sur 2 de nous tromper. Bingo, nous prenons à droite, c'était à gauche ! hahaha !!! Et nous sommes déjà éreintés tellement la chaleur nous tombe sur les épaules !

Mais de suite, le changement est radical 🙏 Du calme, de la verdure, des palmiers, des cultures, des zébus ... la vie dans les champs !

Nous finissons tant bien que mal à trouver les tisserands. Les vers à soie, les couleurs, les métiers à tisser, on nous explique tout ... et le cadre est magnifique dans la verdure.

Il fait très chaud. La seule bouteille d'eau ne suffit pas .... Si on avait su, on aurait dormi ici une nuit au calme.

On aurait pu dormir ici dans cette cabane

Nous demandons à un indigène de nous indiquer un resto. Il veut bien nous emmener, heu ? Pas avec ça ?

Il fait le plein ... à la non pas la station, comment dire ... à la bouteille ! Comme au Laos !

C'est parti, on lui fait confiance .... Il nous emmène à 6 km ... sur une paillote. Nous allons à la rencontre de la famille qui fait la cuisine. Nous donne une carte avec un menu ... tout en ... cambodgien ... Ah bah oui, pourquoi pas ? Je lui demande des vegetarian noodles. Il ne parle pas l'anglais.

Nous attendons le repas, allongés dans des hamacs ... sur l'eau, à l'air.... c'est super, quel cadre enchanteur, c'est reposant.

Les nouilles sont excellentes. En fait il s'agit d'un Pad Thaï végétarien. Parfois, il vaut mieux éviter la viande. Nous mangeons pour 6$ avec les bouteilles d'eau.

Après le repas, il nous fait visiter l'île, c'est superbe ! La plupart des maisons sont sur pilotis avec un métier à tisser dessous.

De retour sur la terre ferme, le rêve s'effondre.... Le bruit, la pollution, toute cette agitation !

10
mars
10
mars
Publié le 28 février 2020

Nous changeons de quartier pour faire celui où se trouve le monument de l'indépendance.

C'est un quartier plaisant et tranquille.

Et nous nous faisons une petite douceur, croissants aux amandes et éclairs au chocolat avec un bon petit thé, dans une petite cour verdoyante, quel délice, dommage, j'ai oublié l'appareil photo !!!

Maintenant, je vais tester le grand jacuzzi de l'hôtel....

De retour à la chambre :

En fait il s'agit d'une toute petite piscine.


Nous récupérons nos visas vietnamiens. Demain, nous pouvons quitter Phnom Penh pour Kampot au sud. Ouf !

11
mars
11
mars
Publié le 28 février 2020

C'est avec la compagnie de bus Giant Ibis que nous quittons la capitale et nous nous dirigeons vers Kampot. Le départ est prévu pour 8h, 8h30 le van roule vers le sud. C'est parti !

Cette fois J'ai réservé à l'avance sur "booking", un hôtel à l'extérieur de la ville. Nous avons besoin de calme ...

A peine descendus du bus, tous les chauffeurs de tuk-tuk nous sautent dessus 😫 Nous prenons notre temps et nous nous mettons un peu à l'écart.

Après négociation avec un l'un d'entre eux, nous arrivons à l'Orchid bokor, un bel endroit tenu par un allemand en pleine campagne, au bord d'un chemin à quelques km de Kampot. On nous emmène à notre bungalow avec vue sur la piscine ... ben oui, on s'est fait plaisir ... et à petit prix, en plus !

Je me réjouis déjà à l'idée de passer le reste de la journée sur la terrasse de notre bungalow et à me baigner dans la piscine.

Ne rien faire dans le silence ...

C'est d'ailleurs ce que je m'empresse de faire après une bonne douche froide. (car il fait très chaud, 36° je crois)

Orchid bokor : 19$ la nuit sans petit déj. (un conseil, ne pas prendre le petit déj de l'hôtel car cher et rien à manger, se le préparer dans la chambre - Je n'ai pas aimé l'allemand qui gère cet hôtel)

12
mars
12
mars
Publié le 28 février 2020

Nous louons une moto, pour aller nous balader dans Kampot.

Rien à voir avec Phnom Penh. C'est une petite ville sympa où coule une rivière paisible. Nous aimons ces maisons colorées, la vie des pêcheurs, sa tranquillité, son atmosphère, nous sommes ici en pays Cham, vous l'avez compris c'est notre coup de cœur du Cambodge.

Nous retrouvons tous les Québécois à l'heure de l'apéro au soleil couchant.

Bateau café 
13
mars
13
mars
Publié le 28 février 2020

Nous reprenons notre moyen de locomotion favori et direction le bord de mer. Le petit village de pêcheurs de Kep ancienne station balnéaire de l'époque coloniale fondée en 1908 par les français.

La sortie de la ville de Kampot est assez mouvementée, ça circule de tous les côtés.

En arrivant à Kep, les routes sont en travaux et très poussiéreuses, ce qui rend le trajet un peu moins agréable. Mais très vite, nous arrivons sur le marché aux crabes. En fait, il s'agit de très petits crabes ou de grosses étrilles. Il y a aussi de grosses crevettes.

Nous continuons un peu le long de la plage puis nous nous régalons de crabes mais surtout de crevettes à l'ail bien meilleures que le crabe où il n'y a pas grand chose à manger !

Sur la route du retour, nous allons voir la mangrove qui se trouve juste derrière la plage.

Nous repérons de tout petits trous fait surement par des animaux, mais lesquels ?

Plus loin, nous trouvons des marais salants.

14
mars
14
mars

Aujourd’hui direction le Parc national Bokor à plus de 1000 m d'altitude et à seulement 8 km de Kampot.

Parc National Bokor

On ne peut pas rester insensible quand on prend cette magnifique route de 33 km, construite en 1917 dans ce joli parc pour y faire une station d'altitude pour les européens qui souffraient de maladies tropicales et que cette même construction dura 6 ans et que pour finir le plus vite possible, des milliers de Cambodgiens périrent de malaria et de conditions de travail difficiles.

Le paysage quant à lui est magnifique et la végétation très diversifiée. Et vive l'altitude qui nous donne un peu de fraicheur, ça fait du bien. Nous avons une magnifique vue sur la mer et les îles, il paraît qu'on peut apercevoir celle de Phu Quoc ? Le temps est brumeux et la mer se confond avec le ciel.

Pas mignonne avec mon joli petit casque rose ? 

Après le rond point un superbe temple surgit de nulle part,

puis la route devient pas très jolie avec cet hôtel casino qui défigure le paysage.

De l'ancienne station d'altitude il reste une église.

Et tout au bout, le fameux Palace hôtel, complètement abandonné pendant la Seconde guerre mondiale.

Un conseil, ne pas s'arrêter sur le parking mais continuez tout droit jusqu'à la fin de la route, là le panorama est superbe et en plus on est tout seuls !


Comme tous les soirs, nous partons au Boémiaz (A refaire, on réserverait ici l'hébergement) juste en face de notre hôtel où nous avons élu notre endroit favori pour prendre l'apéro et un bon diner de pâtes au poulet cuisinées au vin blanc et poivre vert de Kampot bien sur ! Elle est pas belle la vie !!! 🧘🏼‍♀️☀️

Guesthouse Boemiaz 
15
mars
15
mars
Publié le 28 février 2020

Petite balade dans Kampot, le centre historique où il fait bon se balader à pied. Achats de quelques souvenirs et nous enfourchons à nouveau la moto et partons dans les environs de Kampot à l'ouest de la rivière, rencontre avec un français chef d'entreprise qui vit à la Réunion, mais qui voyage 6 mois dans l'année et qui nous a fait part de ses expériences. Après midi enrichissant.

🚐 🛥 Nous achetons nos billets de bus et bateau pour l'île de Phu Quoc le 18/03, nous changeons de pays pour le Vietnam.

16
mars
16
mars
Publié le 28 février 2020

Ceux et celles qui connaissent Kampot me diront : "Mais vous n'avez pas fait les plantations de poivre ?"

Eh bien, nous y voilà.... Nous avons élu la plantation Sothy's pepper farm !

Allez c'est parti ! On vous emmène ... Quoique ... C'est pas gagné 😩 Elle n'est pas facile à trouver. Mapsme ne la localise pas. Je demande plusieurs fois notre chemin, mais personne ne comprends ce que je dis ? Encore un problème de langue, comment dit-on "ferme de poivre" en Cambodgien ? Je finis par demander à une station-service (si si, une vraie celle là, comme chez nous !!!) mais même dilemme... Grrrr !!! 😠 Comme j'insiste et que la dame est charmante, elle appelle sa fille à la rescousse ... qui parle un peu anglais. Mais malheureusement, nous n'en saurons pas plus. Personne ne connait cette plantation ou alors je prononce mal le nom ... Dépités 😥 nous faisons demi-tour et là ... Nous apercevons un grand panneau avec plein d'indications !!! Et c'est de suite à droite ! Dérapage contrôlé, allez zou c'est parti sur une piste bien poussiéreuse !

Et une fois qu'on a trouvé le chemin, il faut continuer tout droit après la voie ferrée sur environ 2km

Alors pourquoi cette plantation et pas une autre ? Parce qu'elle est équitable et bio ce qui sous-entend que le personnel cambodgien qui y travaille est mieux considéré, qu'il a des conditions de travail correctes et qu'il à droit à un jour de congé par semaine. Même nous, si on veut y faire du volontariat c'est possible.

Bon alors qu'est-ce qu'il a de plus que les autres, ce poivre ?

Il est considéré comme l'un des meilleurs au monde ! La plante est le "Piper Negrum" et c'est une liane tropicale

Le poivre de Kampot a l'appellation IGP depuis 2010 et en 2016 au niveau européen.

C'est un poivre de terroir qui s'étend tout autour de Kampot et de Kep. Le sol est riche en oligoéléments et en minéraux ce qui lui confère un goût bien particulier. Bordé par la mer, le climat, tant au niveau de l'ensoleillement que de la brise de mer, est idéal pour sa pousse car un plant de poivre a besoin de 24 l d'eau par semaine sans être inondé.

Le commencement : Le poivre de Kampot existe depuis très longtemps mais ce sont les français qui l'ont développé à partir des années 1970. Plus de 1000 tonnes par an étaient exportées en Europe et surtout vers la France.

Quand les Khmers rouges (mouvement politique militaire communiste) ont pris le pouvoir de 1975 à 1979 ils ont arraché tous les plants de poivre pour le remplacer par la culture de riz. Le poivre était pour eux un produit de luxe !

La guerre civile se termina au Cambodge en 1992 mais les khmers rouges sont restés jusqu'en 1998. C'est pour cela que les plus vieux plants ont à peine 20 ans.

Le poivre vert : C'est le seul qui n'est pas exporté car il ne se garde pas plus d'une semaine. Il est récolté avant qu'il soit mûr. Il est doux et peu épicé. (Pour l'avoir goûté)

Le poivre noir : ce sont les baies cueillies lorsqu'elles sont encore vertes puis séchées.

Le poivre rouge : les baies sont cueillies à pleine maturité, dès qu'elles deviennent rouges puis ensuite séchées. Ce poivre est très fruité (pour l'avoir goûté) et c'est celui que nous préférons en cuisine.

Le poivre blanc: c'est le poivre rouge dont on a enlevé la peau, c'est aussi le plus fort. Mais il n'est jamais très blanc sinon c'est du trafiqué. Il aurait une saveur très délicate.

La ferme que nous visitons fait 3 hectares et est certifiée bio Ecocert :

De la citronnelle pousse tout autour pour repousser les insectes, idem comme le margousier, dont les feuilles sont amères, si si... on a goûté et comme les bébêtes nous n'avons pas aimé. Il y a aussi des arbustes de quinine. Ces 2 derniers arbres sont aussi utilisés contre le palu. Et en guise d'engrais, ils mettent des excréments de ... chauve souris !

Poivre rouge, blanc, vert et noir 

La citronnelle autour des plantations.

Les plantations de poivre et un margousier

Le séchage : entre 7 à 10 jours et le triage, très minutieux se fait à la pince à épiler pour enlever tous les petits grains qui ne sont pas bons.

Dans le parc il y a aussi beaucoup d'arbres fruitiers, dont des manguiers aussi des fleurs de lotus et surtout quelque chose de magnifique, une toute toute petite école car la propriétaire de Sothy's était institutrice à Phnom Penh avant ...

Il y a aussi une plante qui soigne le palu c'est l'Artemisia ... Et c'est prouvé scientifiquement mais là on s'attaque à un autre problème !! No comment ... ce n'est pas le débat ici ...

Le fameux poivre est devenu un produit de luxe. Les grands cuisiniers le connaissent bien. Du coup, il se vend très très cher ..... Nous en achetons un peu (et depuis notre retour à la maison, je lui trouve un goût vraiment exceptionnel, en fonction des plats je ne peux plus m'en passer, heureusement, on en trouve en France et juste à côté de chez nous)

Ce soir, nous retrouvons Sylvie et Philippe.... pour une dernière fois. Nous avons bien apprécié leur compagnie durant ces 3 semaines.

Nos chemins se séparent ....

Eux la Thaïlande et nous le Vietnam dans 2 jours le 18/03 !

19
fév
19
fév
Publié le 28 février 2020
Photo prise dans un bar de Phnom Penh

C'est notre dernier jour au Cambodge. Repos, piscine, sieste, dernière lessive et rangement des sacs à dos !!!

Qu'est ce qu'on peut s'étaler quand on reste plusieurs jours, même avec pas grand chose !

Nos impressions sur le Cambodge :

Nous avons bien apprécié cette partie du Cambodge, Kampot, Kep et retrouver la mer, la visite des plantations de poivre, le Bokor, la végétation et la sérénité ..... qui ressemble un peu plus au Laos.

Avec Siem Reap et ses fameux temples d'Angkor !!! Juste magnifique mais 2 jours sont suffisants (en tout cas, pour nous)

Faire un tour sur l'île de la soie c'est sympa et on peut même y dormir.

Je n'ai pas aimé la ville de Battambang et nous n'avons pas aimé Phnom Penh. Et les déchets jetés partout !

Avec du recul, je dirais qu'il faut quand même aller à Phnom Penh, notre ressenti est mitigé mais il faut lire avant son histoire pour mieux la comprendre. Il est toujours intéressant de s'imprégner du pays qu’on s’apprête à visiter, et puis c'est aussi notre première fois en Asie...

Les Cambodgiens sont adorables et accueillants.

• • •

Demain nous partons pour le Vietnam, avec un passage de frontière terrestre, on espère que ça va bien se passer. On vous racontera .... Les frontières terrestres sont toujours un peu flippantes.

Donc demain, nous prenons un bus puis un bateau afin de rejoindre l'île de Phu Quoc, qui en fait se trouve tout près d'ici, une île où on a pas besoin de visa mais comme aucun bateau ne part du Cambodge, à part y aller en avion, on l'a dans le baba, comme on dit ....

A mon avis c'est une histoire entre les Cambodgiens et les Vietnamiens car l’île n'est qu'à quelques kilomètres d'ici !!!! Dommage, on aurait pu gagner quelques jours de plus au Vietnam !

Lire le carnet de voyage au Vietnam