Notre dernier pays, l'Argentine, pays de contraste entre la beauté des Andes, des chutes d'Iguazu, des glaciers de Patagonie et la mythique ville d’Ushuaïa tout près du Cap Horn ...
Du 10 octobre au 3 novembre 2014
25 jours
Partager ce carnet de voyage
10
oct

Vendredi 10 Octobre 2014

Nous quittons le Chili. Nous avons adoré ce pays et ses habitants.

C'est parti pour 10h de bus vers l'Argentine à Jujuy (prononcé rourouille) à 1 800 m. Nous franchissons la frontière à 4 700 m d'altitude celle ci un peu plus compliquée à passer que les autres. Des chiens sentent tous les sacs, tout est vérifié. Pas de nourriture fraiche (fruits). Nous y passons du temps !

Nous arrivons à Jujuy, dans la bruine mais c'est quoi ça ? ça faisait longtemps. Il fait nuit. Nous cherchons une tirette à sous qui veut bien nous donner de l'argent pour aller manger, mais aucune n'accepte nos cartes Visa 🤔 Nous cherchons donc un resto qui prend les cartes visa et nous verrons demain, il fera jour...

La Casa de Barro conseillé par le lonely planet -> Pas terrible du tout - Pas de drap ??? Ils arrivent soi disant du lavage à 10h du soir, faut faire son lit, les draps sont tellement fins qu'ils sont plein de trous... 😫

Très bruyant, les motos et voitures font trembler les vitres, sur Skype avec ma sœur on ne s'entend pas fenêtre fermée - La salle de bain commune n'est jamais nettoyée, la poubelle à peine ramassée sachant que le papier toilette ne doit pas être jeté dans les toilettes...

Le lendemain, nous trouvons deux distributeurs qui acceptent nos cartes, il s'agit de HSBC et GALICIA Ouf !

Dimanche 12 Octobre

Repos, visite de la ville, il fait beau, le soleil refait son apparition. Nous attendons Tiphaine et Matthieu, du Chili contents de les retrouver... 😀

Jujuy - La dernière photo est notre hébergement
13
oct

Nous partons pour la Quebrada de Humahuaca pour visiter les villages au nord de Jujuy presque à la frontière de la Bolivie. Le 1er village est Purmamarca, nous arrivons tôt dans la matinée et le soleil enchante les couleurs des montagnes. Toutes ces maisons sont construites en adobe, un mélange de terre et de paille.

La dernière photo représente des troncs de cactus

Puis nous remontons vers Humahuaca en passant par le tropique du capricorne.

et redescendons sur la forteresse de Tilcara et la montagne des 7 couleurs.

Nous passons une superbe journée et retournons dans notre hôtel pourri !

14
oct

Nous prenons le bus, direction la grande ville de Salta.

Nous sommes super bien accueillis par Cristian de "La Posta" ça nous change de Jujuy et allons chez Hertz pour louer un véhicule afin de faire la boucle Salta Cachi Cafayate Salta. Cristian nous précise qu'en venant de sa part, hertz nous fait 20% de remise, ça vaut tout de même le coup !

On en profite aussi pour réserver notre bus pour les chutes d’Iguaçu ainsi que nos vols pour la Patagonie. Voilà, comme ça c'est fait. En ce qui concerne les vols, comme le prix dépasse 500 pesos, nous devons obtenir une autorisation de la banque... Il nous faudra attendre ... 2 heures .... presque à l'heure de fermeture, juste le temps de manger et de prendre le bus ce jour là pour Iguazu..

Mercredi 15 Octobre

Aujourd'hui c'est repos à Salta. Après avoir dégusté une bonne viande rouge d'Argentine, nous partons à la visite de la ville. On "refait le monde" chez Cristian, l'ambiance est très cool et nous sympathisons avec des Canadiens, Charles et Denise partis pour 2 ans en Amérique du Sud ... à vélo. Leur blog de voyage est par ici

Salta

Nous visitons le musée archéologique, assez impressionnant toutes ces momies surtout celle de la jeune fille.... très bien conservée... Bouhhh, ça fait froid dans le dos !

16
oct

Jour 1

Nous récupérons la voiture de location et on vous emmène faire une petite boucle de 3 jours dans les vallées Calchaquies sur la Ruta 40. Nous doublons Charles et Denise sur leur vélo 🚴‍♂️ 🚴‍♀️ Tut tut ... Notre 1er arrêt ce soir se trouve à centaine de km de Salta, la petite ville de Cachi.

La ruta 40 c'est 5000 km du nord au sud de l'Argentine. Elle longe la Cordillère des Andes frontière avec le Chili. Notre rêve serait de descendre la route 40 dans son intégralité et de remonter au Chili la ruta 7 appelée aussi carretera austral. En attendant, nous allons effectuer un petit parcours qui mérite le détour. La route nous offre des paysages d'une incroyable beauté. C'est ... waouh à chaque virage !

Quebrada Agua Negra

Nous arrivons à la Cuesta del Obispo.

Puis le Parc National de los Cardones

Et nous voilà arrivés au petit village de Cachi à plus de 2000 m d'altitude où nous passons la nuit dans un super hôtel !! si si !!! Comme ça fait du bien le luxe !! 😉

ACA -> Très bien super grande salle de bain, grand confort mais un peu cher

Jour 2

Nous reprenons la mythique ruta 40... plutôt piste que route et direction Cafayate (prononcé Cafachaté) à environ 170 kilomètres ! Dans le ciel bleu, j'aperçois des condors, plusieurs sortes de condor. Le condor des Andes et le condor de Californie, celui là au sol n'est pas beau du tout avec sa tête rouge toute déplumée !

Un arrêt à Molinos, superbe petit village et continuation vers Cafayate.

A refaire : Notre 1er arrêt serait Molinos et non Cachi

Molinos 

Nous passons dans des paysages à couper le souffle, à vouloir s'arrêter sans cesse pour prendre des photos et filmer... Il fait 38° !

Arrivés à Cafayate, nous croisons à nouveau nos amis les Canadiens à vélo rencontrés à Salta. Décidément, nous sommes faits pour nous rencontrer... 😉

Anecdote : 2014 Charles et Denise descendent à vélo l'Amérique du Sud -> Argentine : 1ère rencontre, 2015 ils remontent à vélo l'Amérique du Sud -> Équateur : 2ème rencontre, 2018 ils découvrent la France à vélo : 3ème rencontre à la maison

Cafayate est une charmante ville à l'architecture coloniale et perchée à 1680 m. Elle est surtout connue pour ses vignobles.

Me rappelle plus du nom de l'hôtel, c'est à l'entrée de la ville, correct sauf que la piscine est vide et que le prix ne baisse pas pour autant

Jour 3

Nous reprenons la route direction Salta, et quelle route ! Nous traversons des paysages somptueux de la Quebrada de las Conchas ! Un site spectaculaire ! Sauvage et aride. On en prend plein les yeux !! On se croirait en plein western !

L'obélisque et ses environs

El mirador Tres Cruces (Le mirador des 3 croix) dans la Quebrada de las Conchas

La Quebrada de la Conchas 

Garganta del Diablo (Les gorges du diable)

De retour chez Cristian, nous retrouvons nos amis Matthieu et Typhaine du Chili ...

20
oct

Après 20h de bus de nuit, nous arrivons à Posada tôt le lendemain matin où il nous faut changer de bus et prendre un bus local pour Puerto Iguazu. Quatre heures plus tard, un peu fatigués, nous arrivons au paradis chez Marie une Montpelliéraine et son chien Tango. Il fait très chaud, nous profitons de la piscine avec grand plaisir.

Pourquoi autant d'heures de bus ? Parce que Iguazu signifie "Grande eau" en indigène. Il s'agit donc de chutes mais pas n'importe lesquelles !

Ce soir nous mangeons aux chandelles au bord de la piscine, un repas préparé par Marie.

Los Tangueros - Très très bien - Grande chambre avec SDB propre, piscine naturelle, et surtout Marie très sympa qui fait tout pour que votre séjour se passe à merveille

22
oct

Bon, on a pas fait 24 heures de bus pour se la couler douce chez Marie, même si tout est parfait.

Iguazu, ce sont donc des chutes. Elles s'étendent sur 3 km de long et jusqu'à 80 m de haut le tout dans une végétation tropicale luxuriante ! Pas moins de 275 cascades côté argentin soit 80% du site, se jettent les unes dans les autres dont l'ensemble forme un immense arc de cercle. Elles sont situées en Argentine, à la frontière avec le Brésil.

Au bout d'un sentier où nous croisons quelques coatis, les chutes se dévoilent tout d'abord par leur bruit assourdissant puis d'un seul coup, le rideau s'ouvre. C'est grandiose !

Chutes d'Iguazu côté Argentine 

Un peu plus haut ...

23
oct

Et dire que nous avons failli ne pas faire les chutes côté Brésilien. Celles ci représentent donc le reste des chutes soit 20% du parc. Elles se trouvent dans la région du Parana au Brésil qui est aussi le nom de l'affluent du fleuve Iguazu qui parcourt 1320 km !

Nous partons très tôt le matin. Passage de la frontière et présentation du passeport. Le chauffeur de Marie s'occupe de tout.

Toutes les personnes rencontrées nous disaient que ça ne valait pas le coup. Que c'était redondant. Pas du tout. Alors oui, comme ça au premier abord, il nous faut suivre un chemin goudronné (mais qui rend l’accès facile aux personnes en fauteuil roulant) sur un peu plus d'un kilomètre. Mais une fois arrivés au bout, la vue d'ensemble est saisissante. Vertigineuse !

Le chemin longe ensuite la colline pour atteindre une passerelle qui avance au dessus de la rivière, jusqu'à la plus haute et plus puissante des chutes. Le panorama est tout simplement magique !

Bon, ben ... j'ai pris une bonne douche ! 

De retour vers la sortie, nous nous dirigeons vers le parc aux oiseaux, un grand parc immense de 5 hectares en pleine forêt tropicale !

Nous avons bien fait d'écouter les conseils de Marie. Les 2 côtés des chutes sont vraiment à faire.

Le côté Argentin pour la balade dans la forêt tropicale -> Une bonne journée de marche

Le côté Brésilien pour la puissance et la grandeur des chutes -> La balade sur la grande passerelle, frissons garantis !

Nous dinons aux chandelles au bord de la piscine avec Typhaine et Matthieu.

Nous terminons la soirée sous les étoiles avec Marie par une belle discussion qui fait du bien.

24
oct
Hébergement chez Marie 

Juste un dernier regard … Nous sommes tristes 😥 de quitter Marie, nos amis Tiphaine et Matthieu, car c'est maintenant que le chemin nous sépare... Nous quittons cet endroit merveilleux, ce petit paradis …

Une porte se ferme.

Une autre s’ouvre.

Nous partons pour la Patagonie via Buenos Aires.

6 heures du matin, p'tit dej. préparé la veille par Marie. Nous arrivons à l'aéroport et nous apprenons que l'avion a 2h de retard, soi disant pour cause de grève... Nous ne le saurons jamais.... Mais le vol au dessus du lac argentin est de toute beauté.

Photos prises dans l’avion 

18 heures, nous arrivons à El Calafate. En Patagonie.

Auberge de jeunesse : NAKEL YENU -> Chambre avec SDB - Située un peu loin du centre, très bruyante, vaisselle du p'tit déj pas nickel mais bon accueil et bonnes prestations et surtout pas trop chère par rapport aux autres hébergements

A l'aéroport : Prendre la navette et non un taxi, c'est l'arnaque.

25
oct

Le contraste est douloureux. Nous passons de 35° à 12°. Ben oui, c'est la Patagonie ! Nous sortons les doudounes, bonnets et pulls.

Chaudement vêtus, nous partons pour le parc national des glaciers et plus particulièrement le glacier El Perito Moreno, l’un des glaciers le plus facile d’accès et surtout le plus vivant au monde. Il avancerait de 3 m par jour. C'est le plus grand glacier du parc avec ses 30 km de long et ses 4 km de large. Sa superficie est de 250 km2 !

Photos prises du bus

Nous embarquons sur un bateau afin d'approcher le glacier au plus près. Le bateau avance lentement sur le canal de Los Témpanos et se rapproche de la plus haute paroi du glacier. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il en impose avec ses 70 m de haut ! On entend un bruit sourd, un bloc de glace se décroche et vient s'effondrer avec fracas dans le lac. Waouh ! Impressionnant ! Que c'est beau !

Après la balade en bateau, maintenant c'est à pied que nous allons découvrir le Perito Moreno. On emprunte un réseau de petites passerelles. Le spectacle s'ouvre devant nous, c'est fascinant ! Les nuages disparaissent doucement et laisse filtrer les rayons du soleil. Le glacier se dévoile dans toute sa splendeur. Nous sommes ravis, éblouis. Les couleurs de bleu deviennent intenses. Le glacier nous parle, il chante, craque, gronde, résonne. Des blocs se détachent. Nous restons un bon moment à observer ce phénomène.

Cela nous rappelle des souvenirs de la baie de Disko au Groenland, sauf que là bas, nous naviguions à bord d’un petit bateau de pêcheurs.

26
oct

Nous prenons le bus de 8h pour El Chalten et 3h plus tard, nous arrivons à destination. Nous avons un peu de mal à trouver l'auberge de jeunesse. En fait elle se trouve presque tout au bout de la rue principale. Nous trouvons le temps long ! Le vent souffle très très fort 💨 ce qui accentue la sensation de froid. Un force 10 nous dirons les gens du coin !!!

El lago Argentino 


Auberge de jeunesse Patagonia Hostel - Très bien il y a même un sèche cheveux. Ne prend pas les CB - Pas trop dans nos tarifs

27
oct

Les nuages accrochés aux montagnes dissimulent le Fitz Roy et s’étirent sur tout le village. Le Fitz Roy. Montagne mythique de Patagonie. L’air est vif et le vent ne cesse de souffler mais courageux, nous partons pour une première randonnée. Nous tenons à peine debout. En l’espace d’un instant, les nuages se dispersent et la montagne s’éclaire. Nous avançons péniblement dans le vent. Le Fitz Roy est là, devant nous. De toute beauté ! Nous n'irons pas plus loin. Trop de vent. Nous ne ferons pas la deuxième rando, trop dangereux, dommage !

Rando vers le Fitz Roy 
El Chaïten 
28
oct

Aujourd'hui, au lieu de nous consacrer à d'autres découvertes de la région, nous sommes confrontés à un gros problème, il ne nous est pas possible de retirer de l'argent dans les distributeurs car ils ne prennent pas les cartes visas. Et aucune banque, même aux guichets, n'accepte nos cartes Visas ??? 😡

Que pouvons nous faire ??? Nous ne sommes pas les seuls. Les touristes tournent autour des distributeurs comme des abeilles sur un pot de miel.

Nous allons à la Poste (Correos) nous renseigner sur Western Union.

Le problème est, que nous ne pouvons pas régler l'hôtel, pas assez de pesos argentins. Il me reste quelques euros, je vais donc les changer.

Après discussion avec le gérant de l'auberge de jeunesse, à savoir si nous pouvons régler, par carte bancaire, les bus de nos balades des derniers jours directement dans les agences concernées. Après des minutes (15 min) qui paraissent des heures, la réponse est affirmative ! Ouf !

29
oct

Faux départ ! Grosses intempéries à Buenos Aires : les avions ne peuvent décoller

Retour à El Calafate, ville où nous ne pouvons pas retirer de l’argent avec nos cartes Visa. Et nous n'avons presque plus de pesos...

Nous retournons à la même auberge de jeunesse (car le gérant très sympa et son taux de change très intéressant) pour une nuit et créons un compte sur internet Western Union afin de nous faire un virement. La Poste de El Calafate acceptant ce service nous y retournons afin de récupérer notre argent avec pièce d'identité et numéro d'identification.

Et là, la galère commence ! Le préposé de la Poste nous raconte qu'il faut aller dans un centre d' impôts (AFIP) remplir un document. Nous y allons dans le froid et le vent ... Ce centre ferme ses portes à 15h15. Il est 15h18. Je m'énerve ! Le préposé de la Poste connaissait très bien l'heure de fermeture... 😠

Hubert se fâche tout rouge et moi je me fâche en espagnol !!! Cette histoire nous gâche un peu le plaisir !!! 😫😫


Jeudi 30 Octobre

Ushuaïa ou pas ...

Retour vers l'aéroport. Départ pour Ushuaïa prévu à 13h55.

14h20, nous volons au dessus de la ville de El Calafate qu'Hubert a renommé El Calamité !

16h, nous atterrissons sur la ville mythique d’Ushuaïa. Nous prenons un taxi pour nous rendre chez Monica. Il neige. ❄️

Arrivés chez Monica, nous lui expliquons notre problème d'argent et lui demandons où trouver une agence Western Union. A peine les sacs posés dans la jolie chambre, direction le grand magasin Carrefour. Et là, en 2 temps, 3 mouvements, sans remplir quoi que ce soit, nous avons notre argent ! Yes ! Quelle bouffée d'air !!! 😆

Chez Monica - B&B Las Retamas - Très bien

31
oct

Alors pourquoi Ushuaïa ? Pourquoi aller tout au sud de l'Argentine ? Parce que c'est un rêve !

Ushuaïa c'est la fin de la ruta 40 ! Après c'est la terre de feu, c'est la mer, le canal de Beagle, le Cap Horn...

Juste pour le mythe de se trouver au bout du monde ? Comme au Cap Nord en Europe. C'est symbolique. Pouvoir comparer les 2. Dans tous les cas, les 2 ne se ressemblent pas. Nous aimons les deux. La ville d’Ushuaïa est nettement plus grande. Mais nous aimons bien cette ville de 70 000 habitants perdue au bout du monde où il règne une atmosphère particulière.

Dans l'après midi, nous allons voir à quoi ressemblent les pistes de ski d’Ushuaïa. Belles rigolades et partie de boules de neige !! Mais ça ne vaut pas le déplacement... Au loin, la terre de feu repose dans les nuages.

1
nov

Nous poursuivons notre découverte de la Terre de Feu en bateau sur le canal de Beagle. Les manchots et autres oiseaux de mer 🐧🦅 se rassemblent sur les rochers.

Nous découvrons des lions de mer...

Le Phare des Eclaireurs et la ville de Puerto William. La vraie ville du bout du monde en fait se trouve au Chili ! 😆

Les manchots de Magellan et les manchots Papous au bec rouge. Attention, il ne faut pas confondre les pingouins qui eux vivent exclusivement dans l'hémisphère nord et les manchots qui eux se concentrent dans l'hémisphère sud (Antarctique)

Les manchots 


2
nov

Le temps est splendide ! Aujourd'hui on vous emmène prendre de la hauteur ... Moment inoubliable ! C'est parti !

Derrière les montagnes, le Cap Horn !


Ushuaïa - bout du monde 
3
nov

C’est la fin de notre Aventure. Nous quittons la charmante Monica et notre chambre bien douillette.

Nous prenons l’avion depuis Ushuaïa pour Buenos Aires. Le lendemain le Mardi 4 Novembre nous décollons de Buenos Aires pour Paris et arrivés à Toulouse le Mercredi 5 Novembre et c’est le bordel, grève des navettes qui te transportent de l’aéroport à la gare !! hahaha ! 😩😩 A croire qu’il est plus facile de voyager hors de notre pays 😉 Sac sur le dos nous cherchons un taxi !


Merci à nos amis Systef qui nous ont emmenés à la gare et qui sont venus nous rechercher. Merci à notre voisin Claude et à nos amis les Briraph qui se sont occupés de notre maison.

Et merci à tous ceux qui nous ont suivis...

En l’an 2014, nous avons réalisé un de nos rêves. Nous sommes heureux de l'avoir fait. Ces 3 pays sont magnifiques, faciles à voyager, aucune sensation d'insécurité ...

Depuis quelque temps déjà, nous avions envie d'autre chose, de voyager différemment. Autrement. Et aussi à moindre coût. Et c'est possible. Nous savons par expérience que la vie peut s'arrêter comme ça d'un seul coup, alors il ne faut pas la gaspiller, il faut la vivre à plein temps, en profiter un maximum ...

Ne jamais reporter à demain ce que l'on peut faire le jour même ...