Carnet de voyage

4 mois, 4 pays, tous les 5!

23 étapes
111 commentaires
56 abonnés
Dernière étape postée il y a 2 jours
Mexique, Costa Rica, Afrique du Sud et Namibie, en famille pendant 4 mois.
Du 27 décembre 2021 au 21 avril 2022
116 jours
Partager ce carnet de voyage
12
déc
12
déc
Publié le 12 décembre 2021

Bienvenue à vous lecteur qui vous intéressez à nos aventures !

Petite présentation de notre famille:

Jérôme ( 37 ans), Marie ( 36 ans), Louise (10 ans), Jean ( 7 ans), et Romane ( 4 ans).

Depuis plusieurs mois, nous préparons ce voyage, cette parenthèse de 4 mois dans nos vies. Le projet initial, construit avec les contraintes de déplacements en vigueur à l' époque, est de passer environ 1 mois par Pays: Mexique puis Costa Rica, passage à Paris pour poursuivre en Afrique Australe: Afrique du Sud et Namibie. Itinéraire qui peut être amené à évoluer bien sûr ...

Voyager en pleine pandémie, c'est compliqué, c'est risqué, mais nous comptons profiter du petit espace de liberté qu'il nous reste.

Notre objectif: passer des moments de qualité en famille, découvrir d'autres cultures, paysages, personnes, langues, faune et flore ...

Beaucoup de préparatifs encore pour ces 2 dernières semaines, décollage le lundi 27 décembre à l' aube!

• • •
27
déc
27
déc
Publié le 30 décembre 2021

Après une très courte nuit à l'aéroport de Roissy nous décollons à 6h45 après une petite frayeur sur un certificat de santé à remplir en ligne pour l'embarquement qui nous fait perdre du temps.

Transit par Francfort, puis c'est parti pour 10h30 de vol, où chacun se gave de films et dessin animés... on ne voit pas le temps passé , et l'enthousiasme des enfants augmentent avec les heures qui passent.


Entre le passage de la douane la récupération des bagages et la réception de la voiture (loin d'être simple !), c'est 24h après notre réveil que nous retrouvons enfin le lit de notre hôtel de Cancun.



Ciao Coquelles !
28
déc
28
déc
Publié le 30 décembre 2021

Au réveil nous découvrons notre hôtel, charmant, à la végétation luxuriante et petite piscine , dont les enfants profitent après un bon petit déjeuner.


Nous prenons ensuite tranquillement la route pour Tulum. Jérôme se fait sans soucis à la conduite mexicaine.

D'énormes complexes hôteliers de luxe parcement le long de la route, un avant goût de la jungle touristique que nous découvrirons à Tulum.


Après avoir déposé nos affaires au AirBnb ( appartement neuf dans une énorme zone résidentielle récente, sans autre charme que son prix), nous allons mangé au restaurant sur la plage, et trinquons à mon anniversaire !

Le vent de la côte nous a suivi dans nos bagages : grosses vagues et kites surf , la mer caraïbe est loin de ressembler à l'image qu'on s'en fait ! ça arrive 2 fois par an à priori.

Les enfants sont super courageux malgré la fatigue et les repas décalés. Il va nous falloir quelques jours pour récupérer du trajet et du décalage horaire.

Mais une super journée nous attend demain !

 Bienvenue à Tulum !
Belle découverte au réveil, cet hôtel de Cancun ! 
29
déc

Aujourd’hui, nous sommes partis visiter la réserve naturelle Sian ka’an avec notre guide, Marco.

Nous avons rendez - vous à 6 heures et demi du matin sur le parking d’un super - marché. Là bas, le guide et une camionnette nous attendent. Il y a aussi 3 couples. Ils nous conduisent ( en passant par une route très abimée ) à un petit ponton en zone naturelle et protégée. De là nous montons dans un petit bateau à moteur avec le guide, Marco. Le bateau a beau être petit il va très vite et c’est époustouflant ! Nous voyons en premier, les lamantins. C’est des mères et leurs petits. Pour ceux qui ne savent pas ce que sait, les lamantins sont comme des grosses vaches marines. Ils n’ont aucun prédateurs naturels ( grâce à leurs énorme taille et poids ) et sont végétariens - ils se nourrissent d’herbe aquatique . À la naissance, ils font un mètre et 30 kilos. Ensuite, nous voyons une grande île où la plus part des oiseaux marins se sont regroupés : des frégates, des pélicans, des spatules rosées ( elles avaient immigrés du Canada ) des hérons tigrés … Ils étaient tous là ! Puis, Marco nous emmène voir des dauphins. Quel moment magique ! C’est génial ! Après le copieux repas - traditionnellement mexicain - nous partons voir un crocodile. Il dort, bien caché dans les roseaux avec un sac plastique sur la queue. Saviez - vous que les crocodiles peuvent rester 2 ans sans manger ? C’ est d’ailleurs pour ça qu’il sont les plus proches parents des dinosaures avec les oiseaux.

Après cette merveilleuse journée, incroyable, mais fatigante, nous rentrons, nous nous douchons et surtout, nous reposons !

La mère lamantin et son petit
Les dauphins
Le héron tigré
L' île aux oiseaux et ses nombreuses fregates
31
déc

Bonjour,

Ce matin nous avons visité les ruines de la cité maya de Tulum. Nous profitons de rester un peu décalé pour démarrer la journée de bonne heure et arriver sur le site très tôt avant l’afflux massif des autres touristes vers 10h du matin.

Il s’agit d’une cité fortifiée avec 4 murailles d’environs 3 mètres de haut. Le 4ème mur est en fait le front de mer. La cité servait de zones d’échanges commerciaux ainsi que de place militaire forte. En fait c’est le dernier vestige des seignereries précolombiales. Le déclin des civilisations précolombiennes ayant commencé avant l’arrivée des conquistadors à la fin du 15ème siècle.

C’est également l’occasion de découvrir les cultes mayas, les temples, les dieux du soleil, du vent Etc…

Le cadre est idyllique mais le vent reste fort aujourd’hui.


En fin de matinée, le soleil se fait déjà intense et nous nous orientons vers le deuxième lieu de la journée: La cénote KarWash.

Les cénotes sont des formations géologiques. Dans le Yucatan le réseau d’eau douce est entièrement souterrain et ressort à certains endroits à ciel ouvert. C’est ce qu’on appelle les cénotes. Il s’agit donc d’étendues d’eau douce au milieu de la forêt du Yucatan. Il y en a des dizaines ou centaines par ici. C’est un vrai plaisir de plonger dans cet endroit très connu des plongeurs en bouteilles. Celle ci descend à 8m mais certaines sont beaucoup plus profondes.

Le nom de KarWash vient d’une anecdote. Selon la rumeur, les conducteurs de taxi y venaient laver leurs voitures.

Nous passons l’après midi dans cet endroit magnifique et utilisons pour la première fois nos masques et tubas! On observe pleins de poissons et même une petite tortue bien cachée.

1
janv
1
janv
Publié le 3 janvier 2022

Grosse fête dans notre quartier pour le réveillon, nous retrouverons les fêtards sur la plage pour admirer le lever du soleil, un bon moment pour démarrer cette année 2022.


Les enfants profitent ensuite de la piscine pendant que nous refaisons les bagages, direction Bacalar. Nous ne sommes pas mécontent de quitter Tulum, qui nous laisse un goût mitigé: évidemment beaucoup d' atouts , mais un développement touristique effréné, et qui est loin d' être terminé au vu des très nombreux chantiers en cours. Des hôtels et restaurants au style Hippie-chic qui côtoient des amoncellement de déchets et bicoques en ruines ; quelques mexicains qui travaillent au milieu de centaines de touristes qui déambulent en bikini en macramé , ...

En reprenant la route et traversant d' autres villes, on a l' impression d' arriver enfin au Mexique, et apprécions de voir défiler les façades colorées. Bacalar est évidemment touristique, mais ça reste une petite ville, en rien dénaturée, et pleine de charme. Pas de Starbuck ni Subway ici, ouf !

Bonne année 2022 à toutes et tous ! Feliz Ano !

2
janv
2
janv

Nous avons profité du matin pour travailler un petit peu,

puis, maillot de bain, bouées, c'est parti pour la Cenote Azul !

Arrivés là bas, nous plongeons dans l'eau sans hésiter : elle est plus chaude que la Cenote du 31 décembre...malgré ses 90 m de profondeur ! Il y a quand même beaucoup moins de poissons que la Cenote Karwash . Moi, personnellement, je préfère l'autre pour cette raison mais aussi car on ne voit pas trop non plus la végétation (racines d'arbres, nénuphars...) . Papa, lui s'éclate en plongée, et on lui découvre un nouveau talent d'apnée ! Nous partons après un DÉLICIEUX repas au resto de la Cenote.

Le lendemain, pluie toute la journée, on en profite pour se reposer dans notre grande chambre d' hôtel, et profiter de la piscine tout de même.

4
janv

Aujourd'hui le temps n'est toujours pas de la partie, Cependant nous avons programmé une balade en bateau avec Christel sur son magnifique bateau légèrement "hippie".

Nous apprenons que la lagune de Bacalar est une faille géologique dans laquelle se déverse les Cénotés. Nous passons sur plusieurs de celles çi (cénoté negro et esmeralda).

Elle fait 60 km de long pour maximum 4 de largeur. On dit qu'elle présente 7 couleurs dans un camaïeux de bleu. On a pu constater que même sous un ciel gris elle conserve ses couleurs magnifiques. Cela est du aux dépôts minéraux blanc au fond de la lagune et à sa faible profondeur.

Comme il ne fait pas très beau, nous recherchons le croco qui a été vu la veille sur les berges. c'est l'occasion d'observer la faune et la flore, le rôle de celle ci est à la fois de filtrer l'eau, protéger la berge contre l'érosion et d'offrir un lieu de protection aux quelques espèces endémiques de la lagune.

Il y a notamment un escargot qui se nomme "chivita" et qui pond ses oeufs entre autre sur les pontons.


Une des particularités de la lagune est d'abriter en son sein des stromatolites. Ce sont des concrétions minérales formées par des bactéries millénaires, les cyanobacteries. Celles ci sont les ancêtres des chloroplastes (bactéries qui réalisent la photosynthèse dans les végétaux). Elles sont présentes partout sur terre.

On pense que ces bactéries ont permis il y a plusieurs milliards d'années la désacidification des océans et l'oxygénation de l'atmosphère rendant possible la vie sur terre....

Evidement, ces colonies de bactéries sont fragiles et menacées notamment par le développement du tourisme sur le site de Bacalar. (il faut veiller à ne pas marcher sur ces "rochers" sous peine de tuer les cyanobactéries qui y vivent).

6
janv
6
janv
Publié le 6 janvier 2022

Un arbre à caoutchouc, déraciné lors d'un des ouragans qui frappent régulièrement la péninsule.

Tout un restaurant s'est construit entre et autour de ses racines aeriennes... et c'est pour moi lui la véritable star ici, devant les bons plats des cuissons!

5
janv
5
janv
Publié le 8 janvier 2022

Ca y est, enfin un beau ciel bleu aujourd'hui, pour profiter des magnifiques couleurs de la lagune! Nous projetions d' aller à " Los rapidos", une zone de rétrécissement de la lagune provoquant un léger courant , sympa pour se laisser dériver.

Christelle hier sur le bateau nous a conseillé un ponton non loin du restaurant très fréquenté par lequel il faut habituellement passé pour accéder à los rapidos. Elle nous dit que depuis ce resto il faut marcher sur les fameuse stromatolithes pour accéder à l'eau, .... et en effet, on hallucine de voir des dizaines de personnes marcher dessus comme sur des rochers (surtout les enfants ,qui ne comprennent pas que des adultes transgressent, ou ne connaissent pas les règles!)

Nous nous installons donc à la laguna bonenzia. Nous sommes quasiment seuls, petite baignade tranquille dans ses eaux turquoises...


Le poisson de la famille qui explore la lagune ... Louise toujours la première à l' eau! 

Nous louons ensuite des canoës pour aller jusqu'à' à ces fameuses rapides ... finalement un léger courant, rien à voir avec que qu'on imaginait, mais très sympa d' être en canoë dans la mangrove.

On a pas pris le risque d'emmener appareil photo ni téléphone sur les canoës, mais c'était vraiment chouette. On a découvert que Jean avait un bon coup de pagaie, et Louise nous a épaté en sautant du canoë pour finir à la nage les derniers 300m.

A peine descendu du canoë, énorme coup de vent et pluie diluvienne ... timing parfait !

Le lendemain, nous prenons la route pour notre prochaine étape, Santa Elena, petite ville à proximité de Uxmal et de la routa Puuc, anciens sites mayas. Petit pincement au coeur de quitter Bacalar, superbe étape pour nous tous. Avant de s' embarquer pour nos 5 heures de route, nous prenons un énorme desayuno au restaurant. On nous y propose une "rosca de reyes" . En effet, 6 janvier, c'est l' épiphanie, et on tire aussi les rois ici !Nous partagerons donc pour le goûter cette brioche aux fruits confits ... et la fève sera pour la reine Romane!

7
janv
7
janv

Aujourd'hui nous avons appris plein de choses !

Le matin, nous sommes allés très tôt au site archéologique d'Uxmal. Notre guide, qui parle français, s'appelle Daniel. Il nous fait découvrir les mayas, une ancienne civilisation qui accordait beaucoup d'importance à leur religion ( ils allaient jusqu'à boire, lors des cérémonies religieuses, du cacao mélangé à du sang d'hommes sacrifiés pour leurs dieux...Beurk ! ) Les Mayas ont construit de nombreux bâtiments sur ce site, à commencer par une grande pyramide qui rendait hommage au dieu du vent.

Nous nous dirigeons ensuite vers une sorte de grande place recouverte d'herbe, entourée de petits gradins, eux même entourés de grands bâtiments, appelée le carré des nones. Dans un des bâtiments nous voyons des empreintes de mains datant d'il y a plus de 1500 ans ! On voit aussi des chauves - souris.


Savez-vous que l'iguane mâle a entre 5 et 10 femelles ? 

Nous continuons notre visite avec la découverte d'un terrain de jeux semblable à celui dans Harry - Potter. En fait, il consistait à lancer un ballon avec leur parties du corps sauf les pieds ou les mains ( coudes, genoux, épaules... ) dans un anneau en pierre en hauteur. En haut, il y avait même des gradins !

À droite, le terrain de jeux et à gauche, les vestiaires. 



Vers la fin de cette visite, nous découvrons un grand arbre. C'est un Ceiba. Sur la photo l'arbre qui est géant n'a que 30 ans ! Pour les Mayas, il était sacré : les racines symbolisant l' infra - monde ( le monde invisible ) , le tronc, les humains et les branches, le monde céleste.




Les Mayas ont vécus il y a plus de 1500 ans. Ils occupaient tout le Mexique, le Guatemala, San Salvador et l' Honduras. Ils avaient plusieurs calendriers ( au moins 4 ) qu'ils appelaient cycles. Il y avait un cycle tous les 52 ans ( il fallait alors enterrer tous les bâtiments et en reconstruire de nouveau par dessus ). Il y avait également des cycles en fonction de la lune, de Vénus et du soleil. Un cycle long s'arrêtait en 2012 faisant croire à certains, la fin du monde. Tous ces calendriers leurs permettaient notamment d'organiser les cultures ( maïs ). Les Mayas se sont fait chasser par les conquistadors espagnols qui voulaient leurs imposer le catholicisme. Les espagnols ont tout brûlé, enterré, détruit. Au site Uxmal (celui qu'ont a visité), 70 % des bâtiment sont encore enfouis.


En haut, dieu de la pluie avec sa grande trompe puis, Daniel qui nous explique le système de citerne qu'utilisaient les Mayas pour récupérer l'eau et enfin, une carte qui montre toute la zone qu'occupaient les Mayas.

En bas, à gauche, une photo qui explique à quel point les fèves de cacao étaient rares et précieuses. Elles étaient même utilisées comme monnaie d'échange : avec 1 fève, on pouvait avoir 1 tomate, avec 2 fèves, un oeuf, avec 3 fèves, 3 poivrons, avec 10 fèves, un lapin et avec 100 fèves, un esclave. Au milieu, c'est un plan. Seulement les bâtiments colorés ont était découvert. Il n'y en n' a pas beaucoup, comparés à ceux en noir et blanc ! Et en dernier, une photo de nous qu'a pris Daniel.

7
janv
7
janv

Mais, la journée n'est pas finie ! La même après - midi, nous allons visiter le musée du chocolat.

La façade du bâtiment est très colorée ; il y a du bleu, du orange... À l'entrée, il y a aussi un grand bassin avec beaucoup de poissons.

Nous commençons la visite, qui est entièrement en extérieur. Nous admirons les plantes magnifiques roses, rouges, bleues, violettes ... multicolores ! Les expositions sont dans de petites cabanes en terre cuite avec un toit en paille. Ce sont des traditionnelles...avec de l'électricité. Il y a également des animaux ( sans compter les poissons ) : un jaguar, des singes - araignées, des cerfs et même une volière - mais elle est visiblement vide. Je précise que tous les animaux sont là car ils ont était maltraités ou qu'ils ont perdus leurs mère encore bébé, et qu'ils ne peuvent pas survivre dans la nature.

Nous découvrons un vrai cacaoyer, avec ses cabosses ! Nous donnons à manger aux singes ( qui sont très agiles ) : trop mignon !

Nous apprenons des choses sur les Mayas, l'origine du cacao, comment il est fabriqué... Et nous goûtons aussi le chocolat chaud " original ", celui que les Mayas buvaient : à notre grande surprise, c'est très amer et presque imbuvable ( malgré la délicieuse odeur ); comme le café pour les enfants. Nous apprenons que c'est les espagnols, qui ont conquis le Mexique, qui ont eu l'idée d'ajouter du sucre, mais, les Mayas, eux buvaient le chocolat sans sucre. En parlant des Mayas, nous voyons une mise en scène de cérémonie religieuse Mayas : c'est rythmé ! Il y a beaucoup de percussions ! Et même quelqu'un qui souffle dans un gros coquillage, comme celui que l'homme sur la photo tient dans sa main droite. Dans l'autre, c'est une cabosse de cacaoyer (qui contient les fèves).


Nous rentrons à l'hôtel avec le super sentiment d'avoir appris beaucoup de choses !

8
janv

Aujourd'hui nous décollons de notre camp de base vers 10h pour 1h de route avec au programme 2 cenotes. Elles sont en fait très proches l'une de l'autre et c'est avec la même entrée que l'on peut en profiter.

L'accès est limité à 20 personnes à la fois et 45 minutes dans la cenote. C'est suffisant et c'est une très bonne idée car le lieu garde une ambiance intime.

 X'batun 
Dzombakal 

Nous poursuivons la journée avec la cenote Kankirixche près du village d'ABALA. Ce n'était pas prévu au programme mais comme il était encore tôt et que les enfants en redemandaient (et nous aussi), on a cherché un peu.

Kankirixche 

Trois cénotes, trois ambiances complètement différentes. Au choix nous observons les racines des arbres arriver jusqu'à l'eau et nous nous baignons à coté des nénuphars. Ou alors, les poissons chats qui s'approchent de nous lorsque nous nageons. Enfin, on peut également observer à quelques mètres sous l'eau les stalactites sous marines.


Les enfant sont ravis de cette journée qui se termine par le repas à 18h30 avec en dessert une "Marquesita" Nutella/fromage (une sorte de gauffre enroulée) sur la place du village de Santa Elena. (c'est l'équivalent de nos baraques à frites!). c'est typique du Yucatan, on s'est régalé.

Sunset de folie sur la route du retour! 
9
janv
9
janv
Publié le 14 janvier 2022

Après une matinée studieuse à Santa Elena: travail scolaire, cartes postales, mails etc (au milieu des arbres tropicaux, c’est tout de même plus sympa! ), nous prenons la route pour Merida.


Les mexicains sont courtois au volant. peu de signalétique, ENORMEMENT de ralentisseurs dans les villes et villages traversés. Nous ne sommes pas toujours certains de comprendre les règles de priorité ici mais personne ne semble s’ en offusquer …

La traversée des villages en voiture est bien longue, mais c’est un plaisir d’ observer les enseignes peintes, les dizaines d’ échoppes colorées qui vendent 3 papayes et 2 paquets de biscuits, les chiens assoupis au bord (ou au milieu!) de la route.

Nous logeons en plein centre de Merida. Nous nous baladons le dimanche en fin de journée et une bonne partie du lendemain dans les rue colorées de Merida, mais les enfants traînent vite la patte dans ces déambulations.

Nous nous régalons de cocktail de jus de fruits, avec l’ ambiance sympathique du marché couvert.


Romane a adoré la « balade en carrosse », dans les rues de Merida,



mais est restée perplexe devant l’ éléphant qui remplace le boeuf de la crèche !?!

11
janv
11
janv
Publié le 15 janvier 2022

Nous nous levons à l'aube ce matin pour partir à Celestùn, une petite station balnéaire à 1h de Merida prisée pour sa biosphère, ses nombreux oiseaux et surtout ses flamants roses.

Juste avant la mer, il existe à Celestun une lagune enclavée d'eau saumâtre , propice aux palétuviers comme dans la réserve de Sian Khan près de Tulum. L'eau y est peut profonde et il semble que ce soit le paradis pour les échassiers, aigrettes, hérons, pélicans et autres.

palétuviers Rouges 


Nous arrivons à 8h00 du matin au départ de bateau puis trouvons 2 Belges Flamants pour nous accompagner (c'est le comble non?).

Apres une dizaine de minutes de bateau nous arrivons près de la colonie de flamants roses. On coupe le moteur et nous nous retrouvons au milieu de la colonie de 40000 oiseaux. c'est magique.

Flamants des Caraibes 


Après un long moment d'observation, nous reprenons la navigation vers une forêt de mangrove accessible en bateau puis vers une cenote appelée "Ojo de agua". Nous y observons de près un héron tigré.

héron tigré ou Onoré du Mexique 

Nous terminons cette sortie vers 11h, des étoiles plein les yeux.

Grandes Aigrettes 
Grande Aigrette 
Spatule Rosée 
Limule 
Cormoran à Aigrettes
Ibis blanc 
Pélican Brun 
Pélican d'Amérique 

Nous poursuivons cette journée sur la plage de Celestun. Apres avoir mangé dans un restaurant les pieds dans le sable, nous profitons de la plage une partie de l'après midi. Il y a un vent assez important assez habituel à Celestun, ce qui nous rafraîchit un peu. Ce n'est pas désagréable.

12
janv
12
janv
Publié le 18 janvier 2022

Après le travail scolaire et un copieux petit déjeuner, nous prenons la route pour Cuzama, à 1h de Merida. Malgré les indications du lonely planet, nous avons un peu de mal à trouver ce qu’ on est venu chercher; nous trouvons finalement un monsieur qui attele son cheval, et montons dans sa carriole. Il nous tracte sur de vieux rails dans la forêt pour y explorer 3 cenotes. Ça secoue pas mal, et il faut se tenir dans les virages ! Rien que le trajet est un bon moment de dépaysement au milieu des agaves.

Nous découvrirons encore une fois 3 cenotes très différentes.

La première est souterraine, on y accède par un puit calcaire, étroit et profond, avec un escalier raide et glissant … je passe mon tour avec Romane, mais Jérôme, Louise et Jean n’ hésitent pas.

Nous pique niquons avec notre rasade habituelle de Guacamole , mangue banane, pastèque …


La 2ème cénote se trouve dans une magnifique grotte au plafond recouvert de stalactites. La baignade dans ces eaux tièdes avec les poissons chats est agréable, mais accessoire comparée à la simple observation de ce lieu magnifique!

Un peu plus loin, la dernière cenote que nous irons voir est plus spacieuse et profonde, Jean y fera ses premiers sauts !

la couleur est incroyable, d' un bleu profond!

Nous rentrons dans notre charrette bringuebalante, tractée par Polly, qui lui a passé sa journée à brouter en nous attendant .

Jean aussi participe au blog! 
13
janv
13
janv
Publié le 18 janvier 2022

Nous poursuivons notre route dans le YUCATAN à travers 2 villes coloniales typiques, IZAMAL et VALLADOID.

Petit rappel historique non exhaustif:

Hernan Cortes est arrivé au Mexique via le Yucatan, il a rencontré une résistance avec les mayas puis est allé plus au nord pour rencontrer les Aztèques, aidé par les cités états rivales, il fait tomber l’empire Aztèque en seulement 2 ans (1519-1521), conquiert Tenochitlan et fonde Mexico.

Concernant la colonisation du Yucatan, ce sera Fransisco Demontejo (le vieux) accompagné de son fils (le Jeune) et du neveux qui feront la conquête de cette région. Ce sera beaucoup plus difficile et plus long (1527-1542).

De manière général, les conquistadores arrivent dans une place importante maya, puis la détruisent et utilisent les pierres pour rebâtir une ville à l’image des standards espagnols, toujours selon le même modèle. Nous avons donc toujours le même type d’organisation: un centre ville avec une grosse église administrée en général par les moines franciscains. Les rues impaires sont perpendiculaires avec les rues paires. C’est donc assez simple pour se repérer au milieu de tous ces blocs.


IZAMAL est également appelée la Ville Jaune car tous ses murs sont peint en jaune en référence au Maïs, élément central dans l’alimentation et le commerce Maya. Nous visitons le Couvent San Antonia de Padua ainsi qu’une ancienne pyramide, Kinich Kakmo, de 34m de hauteur. La spécificité de cette pyramide est sa construction avec de très grosses pierres. (Les mayas n’utilisaient pas la roue ni les animaux pour transporter les pierres, donc c’est une sacré prouesse). La vue du haut de la pyramide est superbe.

Nous visitions Izamal en Calèche, Romane adore ça!

L'hôtel où nous résidons est relativement vide, de même que les restaurants ou nous passons, les locaux disent que ce n'est pas la saison haute et que le Covid limite le tourisme.

Convent San Antonia de Padua  
15
janv
15
janv
Publié le 18 janvier 2022

La ville de Valladolid est calquée sur le même format qu'Izamal mais plus grande, elle est la troisième ville du YUCATAN.

Nous parcourons la place centrale à la tombée de la nuit, (18h), c'est l'heure pour les quiscales de chanter. Ils sont tellement nombreux que ça en devient assourdissant!

Le lendemain nous partons pour une Hacienda pour profiter de sa cenote. Cette fois çi, on s' éclate non seulement en sautant, mais aussi en se balançant au bout d' une corde avant de plonger. Sensation garantie! Louise adore ça et en redemande! Sans compter sur le groupe de sino-américains qui débarque et fait son show.

Jean se lache également un peu plus sur les sauts (5 mètres ne lui font plus peur!)

Dans la cenote nous rencontrons une famille française avec 2 enfants de 9 et 12 ans qui voyagent pendant 10 mois. C'est toujours sympa de partager ses expériences.


comme au parc d'attraction! 
petite pause méditative pour admirer cet arbre magnifique! 
17
janv
17
janv
Publié le 20 janvier 2022


Après Valladolid, nous avons décidé de repartir vers la côte Est pour finir notre séjour près de la mer, car nous n’avons pas encore beaucoup profité de la plage.


Nous passons par Còba, calme village abritant des ruines d’une ancienne cité Maya, de 55 000 habitants à son apogée, datant de l’ époque classique de 0 à 1000 après JC. (Les cités de l’ époque post classique, de l’ an 1000 à 1500 ayant été influencées par la culture Toltèque, venant des territoires plus au Nord, ont , entre autre, une architecture différente).

Après avoir déposé les sacs à l’ hôtel (assez miteux, on arrive tout de même à changer de chambre pour dormir dans 4 couchages au lieu de 3, c’est déjà ça!), nous filons voir le site Maya.

Un guide à l’ entrée nous propose une visite guidée en Français: banco!

Il parle un très bon français, avec un vocabulaire riche et précis, et comme le précédent guide à Uxmal, il a appris totalement seul sur internet …impressionnant!

A Còba, quelques monuments seulement sont restaurés (5% sur les 70km2 occupés à l’ époque!), sur cette ancienne cité très étendue. On se balade dans la jungle, à pied pour nous, à vélo pour d’ autres.


Nous apprenons encore beaucoup de choses sur la civilisation maya: leurs croyances, leurs rites, l’ organisation de la société: la classe « ouvrière », la plus nombreuse, qui laboure la terre, bâtit, travaille ; la classe moyenne de marchand et artisans ; puis la haute société. Les royaumes cherchent à étendre leur territoire: ils font la guerre aux cités voisines, organisent des alliances par des unions matrimoniales entre familles royales . Les « pièces rapportées » amènent dans leurs bagages l’influence culturelle, architecturale de leur propre cité.

Puis l’ extension de la cité avec la déforestation qui va avec, des famines, la révolte de la classe populaire…. et la chute du royaume.

Ca ne vous rappelle rien?



Terrain du jeu de balle, le Pok-a-tok, rituel sacré



En fin de journée nous faisons une petite balade près du lac dans l’ espoir d’ apercevoir des crocodiles qui y vivent, sans succès. (ce qui rassure Romane qui ne comprend pas que nous nous acharnions à vouloir voir un crocodile!? Quelle drôle d’ idée! Et pourquoi pas aller chercher un ogre dans la forêt tant qu’on y est !!?)

Mais nous voyons quelques hérons et autres oiseaux qui viennent se nourrir dans la vase.


Après une nuit assez fraîche, nous travaillons un peu le lendemain matin, et prenons la route pour Puerto Morelos.

Quelques jours de plage avant de , déjà, quitter le Mexique pour le Costa Rica.

19
janv
19
janv

Au revoir Coba, bonjour Puerto- Morelos !

Ce mardi, nous quittons Coba - au grand bonheur de Jean qui avait peur d’un fou qui était dans la rue de notre hôtel - plutôt tard dans la matinée car je m’était mise en tête d’apprendre l’espagnol avec papa et je devais donc recopier une fiche.

Puerto-Morelos est un grand village ou une petite ville ( comme vous voulez ) très très touristique. Ça nous fait tout de suite un peu bizarre quand on passe de Coba, petit village isolé, pas beaucoup touristique, ou il y a en grande partie des mexicains originaires de là bas, qui parlent Mayas, à Puerto-Morelos, au contraire, très touristique, populaire ou il n’y pas beaucoup de vrais mexicains.

Notre hôtel donne sur la plage ( en passant par la piscine ). La mer est magnifique et, comme on a pas encore vraiment eu l’occasion de profiter de la plage, on a bien l’intention d’en profiter un max !

Le lendemain, on prend un gros petit-déjeuner, puis, direction la mer Caraïbes, sur la barrière de corail pour faire du SNORKELING !!! On y va en bateau à moteur mais ce n’ai pas très long.

Il y a des dizaines et des dizaines de poissons multicolores, à couleurs fluos, brillantes ou sans même de couleurs, tous différents les uns des autres : des grands, des petits, en groupe ou seul, ils restent indifférents à nous ou bien ils s’enfuient dès qu’ils nous voient…Mais tous vivent ici, ensemble, au milieu des coraux. Il y a même des petites raies ! C’était magique ! À un moment, on est bloqué, tellement il y a de coraux ! Vraiment superbe, génial, fabuleux !

Photo d'un Chirurgien bleu que j'ai retrouvée sur Internet car on a pas pu prendre de photos dans l'eau, mais on l'a vraiment vu !...

Le lendemain, c’est une journée PLAGE !!! On espère bien profiter de notre dernière journée au Mexique ! Il est pourtant annoncé de la pluie et du vent toute la journée ( … ) mais il fait un grand soleil ! Youpi ! Vive les vacances ! Nous prenons notre « desayuno » ( petit - déjeuner en espagnol ) dans un resto sur la plage + devoirs, et enfin…BAIGNADE dans la mer qui est, je précise, plus chaude que l’eau de la piscine ! Plus tard dans la matinée ( ou même tôt dans l’après-midi ), nous mangeons un hot-dog et nous rafraichissons avec une limonade ( c’est courant, au restaurant, on prend souvent ça comme boisson ) …les pieds dans le sable !


En haut de la première photo, on voit les vagues qui se brisent sur la barrière de corail.

Mais, la journée n’est pas finie ! On se décide à aller faire du snorkeling un peu plus loin dans la mer…mais on ne se doute pas que l’endroit est presque aussi peuplé que la barrière de corail - qui est encore plus loin dans la mer ! Il y a des poissons Daltons ( ils ont des rayures jaunes et noirs, comme les Daltons ! ), les barracudas ( qui font peur à maman, mais qui, je vous assure, ne sont pas agressifs ) et encore beaucoup d’autres ! Ils y a aussi des coraux.

 C'est un Sergent major des Caraïbes, un Dalton !  ( à gauche ) et un barracuda ( à droite ).  


Quand, ( enfin ! ) on se décide à sortir de l’eau, des danseurs Mayas à moitié nus qui ont de gros masques à plumes, des coquillages à leurs pieds et le corps peint s’installent en face de nous.

Ils entament une danse sauvage, rythmée de tamtam et d’hurlements ( peut-être des chants ? ) en Mayas. Quand le spectacle est terminé, on leur donne une petite pièce et on file se prendre un petit jus de noix de coco, qui est, heu, pas très apprécié, mais on est quand même content d’avoir gouté. Après, on prend une douche, on fait quelques courses, et on se prépare à une bonne nuit, bien méritée, pour nos 5 aventuriers ! : )

participation de Jean 
21
janv
21
janv

Brainstorming en famille sur ces petits détails qui font aussi la saveur d’un pays qu’on apprend à découvrir!

Les murs peints magnifiquement... 
  1. Il y a beaucoup de chiens errants, mais ils ne sont pas agressifs
  2. Ici on donne des pourboires partout et pour tout: « La propina »
  3. On voit régulièrement des voitures coccinelles bien retapées.
  4. C’est très très très colorés !
  5. Les mexicains sont généreux: ici pas d’ indifférence envers les mendiants, quasiment tout le monde donne une pièce, les chiens des rues sont nourris.
  6. On affiche ses couleurs et sa foi: certains peignent le drapeau national sur le mur de leur maison (imaginez ça en France !?), d’ autres installent une petite chapelle , ou une statue imposante de la Vierge Marie sur le seuil de leur maison.
  7. Les dos d’ ânes français ont piètre allure par rapport aux Topes (ralentisseurs) ici! ça secoue!
  8. On ne mange pas de pain, mais des tortillas, systématiquement à table, avec tous les plats!
  9. Les Mexicains fredonnent, chantent facilement, ils aiment la musique visiblement!
  10. Les Mexicains sont plutôt petits: Louise a croisé quelques adulte de sa taille (moins d’ 1m50), et s’est même arrivé à Jean du haut de ses 7 ans !
  11. La culture maya n’est pas morte! on la retrouve dans le patronyme de beaucoup de personnes, la langue maya est parlée par beaucoup, quelques rites sont encore pratiqués dans des villages.
  12. Le papier toilette se jette à la poubelle, pas dans la cuvette!
  13. les gens s’ installent dans la rue pour vendre: des marquesitas, des jus de fruits qu’ils font eux même, des fruits découpés près à manger, des noix de coco, des glaces … près des ralentisseurs en général.
  14. on ne se sert pas soit même à la pompe à essence, quelqu’un le fait pour nous, contre pourboire. D’ ailleurs il y a beaucoup de personnel partout, et peu de machine automatisées qui remplacent les gens chez nous (péages caisses, etc)
  15. La mer est encore plus chaude que l’ eau des piscines!
  16. c’est le pays du hamac: beaucoup de mexicains dorment dedans, il y a partout des crochets pour pouvoir en accrocher
  17. les touches de clavier d’ ordinateur ne sont pas placées comme sur nos ordinateurs en France.
  18. On ne mange pas de dessert ( aie aie aie !)
  19. On mange le Nutella avec du fromage! sacrilège …
  20. Les enfants sont plus libres. ils jouent entre eux dans la rue, sans adulte sur le dos.


22
janv
22
janv
Publié le 24 janvier 2022

Après une bonne optimisation des sacs, c’est avec seulement 5 sacs à dos, ( dont le modèle miniature de Romane) que nous partons pour l’ aéroport. Après 2h de vol , nous arrivons à San José, capitale du Costa Rica. Récupération des bagages, navettes, etc… tout se passe bien plus vite et simplement qu’ à Cancun.

Fin de journée très tranquille (nous ne trouvons même pas le courage de profiter de la piscine ,c’est dire!). Nous récupérons le lendemain matin notre voiture de location ,et partons pour pour 160km .. soit 5h de route! (Nous serons incollables sur les meilleurs podcasts enfants en rentrant !)

Nous voilà à Cahuita, au Sud de la côte Caraïbes.

Il fait chaud et humide, il va falloir s’ y faire. Nous logeons dans une cabana au confort rudimentaire, quelques petits logements éparpillés dans un beau jardin, où nous sommes toujours à l’ affut des singes que notre hôte croise régulièrement … nous ne les verrons pas aujourd’hui, mais quelle vie il y a ici! entre Toucans, Lézards, agoutis, grenouilles (dendrobate), la nature n’est jamais immobile, et le moindre recoin réserve toujours une surprise au contemplateur qui prendra le temps de l’observer .

Nous avons profité aujourd’hui de playa negra, jolie plage de sable noire. L’eau est si chaude qu’on se fait brasser avec plaisir dans ses vagues pendant des heures…

Romane sympathise facilement avec des petites filles, comme parfois au Mexique, pas de barrière de la langue à son âge!

24
janv
24
janv

Aujourd'hui,8h00, direction le parc de Cahuita. c'est une foret tropicale dans laquelle un parcours de plus de 2 km a été créé de sorte que l'on peut marcher tranquillement et sans déranger les occupants du lieu.

A l'entrée un message nous invite au calme et à l'écoute de ce site exceptionnel.


A 50m de l'entrée du parc, nous voyons nos premiers singes! Probablement des singes araignées. C'est un moment très intense car on attend ça depuis longtemps. Il y a même un petit bébé ! Quel bonheur de les regarder s' élancer avec agilité d'une branche à une autre...


Nous sommes impressionnés par la hauteur des arbres: 20 à 30 mètres sans problème. Nous ne savons pas où donner de la tête tellement c'est luxuriant: Admirer les lianes enchevêtrées, les insectes, se tordre le cou à chercher les singes ou les paresseux. Nous faisons beaucoup de pause, juste pour rester là et se laisser surprendre par la nature. Dès que l'on s'arrête, nous découvrons plein de choses: termitières, papillons, oiseaux, fourmis, on sent qu'il y a plein de vie autour de nous sans pour autant pouvoir distinguer tout ce qui se passe.

On s' amuse à reconnaître nos "plantes d'intérieures" qui vivent sagement chez nous dans leur pot de 20cm de diamètre, qui ici s' épanouissent dans leur milieu naturel, avec des feuilles d' un mètre, rampant sur des dizaines mètres, ...

Nous avançons silencieusement, avec le bruit des oiseaux et des bruissement de feuilles et soudain

un bruit rauque, lourd et profond . Un son qui vient de loin, peu rassurant...

Un rugissement ?? Et non, le cri d' un singe hurleur !

Nous serons surement habitués d'ici 2 semaines car il y a des singes hurleurs dans beaucoup de régions du Costa Rica apparemment, mais la première fois, c'est impressionnant, Jean et Romane ne sont pas rassurés!


Après 3km nous arrivons sur une plage magnifique (on se mord les doigts de ne pas avoir pris les maillots!!). Une plage préservée car dans le parc naturel ... paradisiaque !!!


La plage est très propre et calme, quelques sargasses mais rien de comparable avec le Mexique.

Nous tombons sur une bande de ratons laveurs qui font les poubelles! On les retrouve dans les arbres un peu plus loin sur la plage.


La route du retour est tout aussi contemplative, nous ressortons vers 14h, ravis. Nous observons furtivement un papillon Morpho bleu du Costa Rica.


Apres l'effort, le réconfort: A table! En route pour le SODA, type de resto peu coûteux du Costa Rica, pour manger un Casallo (Riz+Haricots rouges+ Salade+ viande), repas typique du pays.


Nous retournerons probablement demain explorer le parc par une autre entrée!