Les 5T dans le Monde

Nous espérons que vous pourrez participer un peu à notre parenthèse familiale. On ne promet pas l'assiduité dans cet exercice de communication, mais nous ferons tout pour partager nos grands moments.
Du 11 juillet au 17 décembre 2019
160 jours
Dernière étape postée il y a 2 jours
1
1
Publié le 11 juin 2019

C'est avec 5 sourires aux lèvres que nous égrainons notre compte à rebours. Le 6 septembre 2018, nous décidions de franchir le pas. Alea jacta est, en route....

2
2
Publié le 11 juin 2019

Avant d'embarquer le 11/07 à 12H35, pour le vol SU6636 à destination de Saint-Pétersbourg, revenons brièvement sur la préparation. Nous découvrirons au fil de notre périple, les oublis et/ou les manques, mais avec 70kg à se partager à 5, (sûrement 80 au matin du 11 juillet) l'efficacité prend le pas sur le superflu.


                   Aude                      Fabien                         les enfants                     
Répétition Générale .......dans le flou. 

à suivre, #lapréparationenquelqueschiffres...

3

A J-7, il est temps de tester si nos 93 (!) abonnés reçoivent bien nos carnets de voyage.

A J-7, dans nos têtes, nous apercevons déjà les bords de la Neva, la perspective Nevski, les dédales de l'Ermitage... Mais, il nous reste encore 168 heures pour boucler la préparation, et cocher nos listes. Passons en revue la checklist : 9 pays au programme (détails dans un futur carnet), 4 continents, et 5 visas à obtenir (fait... Enfin, nous aurons les visas russes en poche lundi) / 5 visites par tête dans les locaux de l'institut Pasteur, pour 5 vaccins, à raison de 2 ou 3 rappels sur 4 mois = 45 piqûres pour les 5T (fait, dont l'encéphalite japonaise) / 51817 km, grosso modo notre parcours, en distance direct ville à ville de notre périple. 51817 km, en avion, mais aussi, au programme, en dromadaire, en camping car, en train, en jonque, à pied et parfois en porte bébé (à faire)

2,07 kg. de médicaments pour les bobos et les maux en tout genre. 

Pour le matériel et la logistique, nous sommes dans le cadre fixé, 20 kg par adulte, 15kg pour les enfants. Nous avons quelques astuces à vous faire partager, certaines connues comme l'utilisation des chaussettes, recto le lundi, verso le mardi, nu pied le mercredi (séchage) etc... et ce savon pratique qui nettoie : A/ le corps B/ le corps + les cheveux C/ le corps + les cheveux + les vêtements D/ le corps + les cheveux + les vêtements + les dents (!) -réponse à la fin de ce carnet-

A/ B/ C/ ou D/ ? 

Nous finirons ce troisième carnet, par un autre décompte, J-5. Lundi nous refermerons une autre parenthèse. Celle de notre vie Parisienne. En effet, avant de rêver ce voyage, nous imaginions un ailleurs moins ..... et plus ....., pour notre famille. Il est écrit, en gros caractère, sur les différents sites de préparation au tour du monde, qu'il est primordial d'organiser son retour. C'est donc avec enthousiasme, que nous imaginons et anticipons notre futur dans la région de Toulouse, et c'est avec émotion que nous quitterons l'Ile de France, là où pour nous tout a commencé.

3 juillet 2019 - PATRIMOINE DES 5T - 64 CARTONS ET 5 SACS A DOS -

notes :

_ il fallait répondre D/ pour le savon... dentifrice compris et oui !

_ Concernant les 51817km, nous ne sommes pas insensibles à la dégradation que causera notre aventure. Et pour "compenser", nous soutiendrons des actions choisies par Oscar, Joséphine et Marceau au travers de C02 My Climat et Sea Shepherd.

4

Voilà nous y sommes. Dans quelques "H"eures, ce projet de parenthèse autour du monde va basculer dans la réalité.

Oscar :"je suis content" 
Concernant les listes, tout est ok (ajout de dernière minute, le babyhaler prescrit aujourd'hui pour la bronchiolite de Marceau) 

"Blanc" et "Beige" font partie des recalés du voyage. Mais comme tout ceux qui restent à quai, nous penserons fort à vous. Merci à vous tous, de nous avoir aidés, conseillés, encouragés, à monter ce voyage, cette aventure, ces vacances (?). Donc merci! nous citerons vos initiales, vous saurez vous reconnaître. Merci à i,o,l,d,r,c,x,a,q,t,v,f,u,h,b,p,n,z,s,y, et à g,k,w,m,e,j.

5
5
Publié le 10 juillet 2019
à quoi rêvent-ils ? 

Pour eux aussi, il est grand temps de partir. Grand temps de mettre des images et des mots à ce terme si abstrait que l'on peut difficilement leur expliquer sans le réaliser "faire le tour du monde".

6
6
Publié le 11 juillet 2019

Premier avion, 2 heures de file d'attente, nobody, puis annonce "avion en retard" ... 3 heures. Et là tu sors et épuises tout ton catalogue de petits jeux à réaliser dans une file d'attente. #patienceattenteyogaméditation. #pasgravevraimentpasgrave

Sur cette photo à l'arrivée à l'aéroport... Marceau savait déjà que nous aurions des heures et des heures d'attente. 

.... Nous avons de la chance, l'avion d'à côté pour Los Angeles est annulé.

7

Nous avons convié pour le moment 140 abonnés à nous suivre pour le "MEILLEUR" et pour le "PIRE". Cette première journée de notre Tour du Monde ne sera sûrement pas la pire..... souhaitons qu'elle ne soit pas la meilleure.

Marceau croise un premier camarade Russe, en attente lui aussi de son vol pour Saint-Pétersbourg. Mélomane de surcroit, sauf que discrètement, pianotant, Marceau avait décidé d'ajouter quelques notes à la partition. 5 minutes plus tard.... France 1 - Russie 0

Au final, après 6 heures de retard, 1 vol, 1 bus et le métro, nous récupérons les clés à minuit. Quand au rythme des enfants que nous souhaitons respecter, au mieux... Premier coucher, 1 h du matin!


on voit le bout du tunnel de ce jour 1. 
8
8
Publié le 12 juillet 2019
matinée course.... sel ou sucre !?  
matinée... travaux pratiques, La Russie.
confirmation : Un temps rangée dans les cartons du déménagement, puis ressortie... la poussette, c'était une bonne idée !
9
un 13 juillet sur la Neva. 



pause des enfants sur la Neva, les monuments attendront ! 
10

Un tour du monde avec 3 jeunes enfants... maître mot pour garder le rythme "être ludique". Mon premier est une surface de terrain, mon second est une bête qui fait des trous, mon troisième, les nôtres ont 3, 5 et 7 ans. Mon tout est le programme du jour. Et bonne surprise, quand Aude a voulu se renseigner sur l'accès au musée, le gardien nous a laissés entrer sans faire la queue. (Yes!!)



chaque musée a sa "Joconde" inaccessible, enfin... cachée par des chinois !
le logo préféré des parents (?) dans un musée avec des petits. Surtout, quand il est plus représenté que les œuvres.  


le subtil art de la négociation... 

... deal familial, une visite = un parc.... allez hop, direction la cathédrale Saint-Isaac.


Carnet de voyage réalisé ce soir, assis depuis notre salle de bain (seul espace de vie libre après le coucher des enfants !)

A noter : vous pouvez nous envoyer des commentaires, des questions via la messagerie privée de myatlas.

11

Aujourd'hui, 15 juillet, direction le palais de Peterhof, à 30 km. de Saint-Pétersbourg, l'occasion d'avoir une autre perspective de Saint-Pétersbourg.

.... et puis au détour d'une allée, les fontaines des enfants....

A vos marques , prêts , PARTEZ !!

Après nos 5 premiers jours, les 5T  ont pris le rythme de cette aventure.
12
12
Publié le 16 juillet 2019

Salut les "Followers", avant la journée de transition de demain vers Moscou, aujourd'hui c'est NOTRE journée. Donc, parc, parc, parc et....parc !!!! Youhou...... signé Oscar, Joséphine et Marceau.

chercher les 7 différences 


... et au détour d'un parc puis d'un autre parc... une rencontre imprévue, le quart d'heure visite des parents. (Yes !)


Les enfants avaient coché toutes les options pour leur journée.

Rendez-vous à Moscou...

До скорой встречи, мы тебя целуем / à bientôt, on vous embrasse

13
13
Publié le 18 juillet 2019

On confirme Saint-Pétersbourg est une ville à visiter en famille et en amoureux.

Un Marceau matinal se prépare pour le départ..... trop matinal 


Transfert sans encombre, sans retard, et à l'aube de notre 7ième jour, nous bouclons cette première semaine toujours à 5.... enfin, nous déplorons la perte d'un doudou de Joséphine. Pour tous les parents qui nous suivent vous comprenez le drame !!

Pour tous les afficionados de l'émission "j'irai dormir chez vous ce soir", c'est un peu ce qui nous arrive pour cette étape Moscovite. Merci à Vladimir, Ivan, Natacha, de nous héberger dans cet appartement à 2 pas de la place Rouge. C'est un camping grand luxe, chaque enfant a sa chambre et le wifi pour poursuivre notre blog.

En écho à ce confort minimum mais efficace qui nous réjouit, nous réalisons avec Aude, après une semaine, que le rapport au temps est l'autre grand changement. Des sensations que nous avions perdues. Plus d'échéance, plus d'urgence, on retrouve le goût d'être au présent... mais trêve de philosophie, il y a la réalité de nos petits, qui nous demandent l'histoire des trois petits cochons avant le dodo.

14
14
Publié le 18 juillet 2019

"La place Rouge était vide Devant moi marchait Nathalie Il avait un joli nom, mon guide Nathalie..."

Pour donner le thème du jour, Gilbert Bécaud nous accompagne au petit déjeuner. Cela ne parle pas beaucoup aux enfants. Alors, suivons le guide...


15
15
Publié le 24 juillet 2019

Dans 7 jours, notre promenade familiale prendra une autre tournure. Nous emprunterons la ligne du transsibérien, depuis Irkoutsk direction Oulan-Bator en Mongolie. C'est pourquoi, nous utilisons ces 15 jours en Russie, pour nous "entraîner" à dormir ensemble, à rester 24h sur 24h ensemble, à gouter des plats autre que riz/brocoli/saucisse, à observer ce qui ne ressemble pas à la France.

Notre application de distance nous le rappelle chaque jour, et nous surprend, mais les petits tiennent le rythme de la marche. Surtout Oscar qui tel un animal à 4 pattes parcourt le double de distance, à courir et à sauter partout. Marceau et Joséphine se partagent la poussette. Cependant, il faut l'avouer rendons aussi hommage à la personne qui a inventé le city-tour-bus..

     octobre 1993                             Juillet 2019 
le 19 juillet se clôt par un dîner traditionnel, dans la taverne Taras Bulba 
16
16
Publié le 24 juillet 2019

Aujourd'hui, repos ... Nan, c'est une blague !! Aujourd'hui on "cuisine" : prenez 1/3 de Disneyland, 1/3 des puces de Saint-Ouen, quelques boutiques de souvenirs style babioles de Montmartre, saupoudrez de souvenirs du communisme et vous obtenez le Izmailovsky Market.

Partage d'un déjeuner avec des Vietnamiens qui nous invitent à les appeler, lors de notre passage à Hanoï, en septembre  



Pour rappel, car on ne va pas saborder une technique qui marche, éprouvée à Saint-Pétersbourg, pour ménager les montures et satisfaire tout le monde, chaque jour, il faut doser, le temps des parents et le temps des enfants...


Et pour finir, une subtilité électro-linguistique du jour :

Réchauffer le chocolat de Joséphine, le premier matin en Russie.

on vous aide, "CTON" c'est aussi un panneau de signalisation pour s'arrêter
17
17
Publié le 24 juillet 2019

A priori, nous devrions lors de ce tour du monde, poster des plages paradisiaques, des paysages somptueux, où nous serons juste en contemplation. Mais l'histoire de ce tour du monde se souviendra, aussi, qu'il y aura eu des journées comme celle-ci...

Jusqu'à présent nous avions été corrects dans notre organisation, nous avions pu anticiper et nous adapter face à des petits couacs. Mais, en oubliant le décalage horaire dans notre programme, la journée fut....

Pour la faire courte, nous pensions dormir dans l'avion, en partant à 17h et compenser une arrivée à 4h du matin (23h heure de Moscou) ... sauf que le plan de vol était de 5h.


départ de Moscou, dernier métro/musée moscovite,  
jusque là tout va bien.... en fait, plus vraiment nous découvrons la durée du vol. 
Il y en a qui feront moins les malins dans 10 min... 
Plutôt que de s'aventurer dans Irkoutsk, avec peu d'heures de sommeil au compteur, nous votons pour un arrêt au stand.
Ne parlons pas de sommeil profond. On remarque aussi le grand turn over des lits. 
une fois requinqué, et en ayant vidé toute la ranger 56 d'eau, Nous poursuivons vers notre hôtel  
Ligne 20, le mini bus qui nous emmène au centre ville. Obligé de faire descendre tout le monde, sous la pluie, à notre arrêt.
on y est presque.          (canicule en France on pense à vous) 
Nous sommes aussitôt plongés dans cette ville où des quartiers entiers sont encore érigés en bois. 
et nous sommes ravis que notre hôtel soit dans ce style si pittoresque.  
Cette journée épique se termine bien, nous découvrons à l'accueil de l’hôtel la livraison de nos billets pour le transsibérien. 
18
18
Publié le 25 juillet 2019

Après le hall de l'aéroport international (?) d'Irkoutsk, il y a des dortoirs où l'on aime y rêver.... pendant 14h ... lever midi.

Notre Datcha 


plaisir de scénographe 

Pour être franc, le responsable com de la ville d'Irkoutsk a un peu forcé sur le budget signalétique, car hormis les vieilles boiseries, on se croirait à Saint- Jean de Mont, en Vendée.

J-2 avant le transsibérien, 22 h de trajet...préparatifs. On repassera pour les 5 fruits et légumes par jour 
Pour finir, ce carnet... depuis 1 an nous leur promettons des animaux lors de ce tour du monde... on fait avec ce que l'on a ! 
19
20

C’est à la fois simple et compliqué d’écrire ce nouveau carnet. Par où commencer ? Comment ne pas tomber dans la facilité du catalogue des adjectifs synonymes de merveilleux. Et pourtant….


Il y a eu des jours relatés à Irkoutsk où nous avons été fiers de notre petite famille, car nous ne les avons pas épargnés, trempés comme des poulets.


Et aujourd’hui, l’alchimie, la recette d’une journée inoubliable, était au rendez-vous. Nous vous écrivons depuis le wagon n°9, trains 306 de la ligne du Transsibérien, en direction d’Oulan Bator. Quand vous pénétrez dans ce train, déjà les marches sont très hautes, il y a un truc qui est différent. Parce que vous l’avez lu, parce que régulièrement des magazines vous en parlent, parce que c’est mythique, vous êtes conditionnés, alors vous vous laissez porter. Nous découvrons notre cabine, notre espace de vie pour 22h, nos voisins de paliers, la machine à eau chaude pour les repas, ….


Avec les petits, nous nous arrêtons sur tous les détails, quand à 8:13 nous ressentons les étriers se desserrer, au revoir Irkoutsk. Désormais, il est 17h, nous ne voyons pas le temps passer. Nous avions choisi la chambre vue sur les grandes étendues, et nous y sommes. Nous traversons encore la Russie, mais l’architecture, les villages de bois, la densité de la végétation, les premiers chevaux nous indiquent notre prochaine destination. La vie à bord est pleine de rituels, les enfants découvrent le lyophilisé, régulièrement nous faisons halte pour 10 minutes ou 1 heure, et là c’est l’occasion d’acheter du pain et de l’eau,…. A 22h il y aura le passage de la frontière, à suivre….


Toutes les musiques se prêtent à ces grands espaces pour s’évader, même les musiques tristes vous donnent le sourire d’être là, nous vous laissons avec « Desperate Man » Tindersticks.


7h dernier petit déjeuner Russe

Revenons sur le passage de la douane, un arrêt d'1 heure trente pour sortir de Russie, présenter les bagages, contrôler la cabine, confier les passeports et décliner son identité. Là, Joséphine, qui n'était pas dans ces 5 meilleurs minutes, refusent de répondre à son prénom, ce qui n'est dans l'humour Russe, quand à Marceau qui avait bien appris sa leçon hurle son "OUI" à l’énoncé de son prénom, ce qui n'est pas dans l'humour Russe. Donc 1 heure trente plus tard nous repartons et 30 minutes plus tard, même cérémonie pour entrer en Mongolie.... dans un esprit plus latin dirons nous. Surtout, qu'à 23h30 la moitié des 5T rend visite à Morphée.

Vous devez vous dire que l'on ne s’est pas foulé côté illustration du passage de la douane....les 3 gendarmettes de dos du service sanitaire.

Aude avait décidé... pour nos abonnés, en catimini, d'avoir le profil du chef... mais elle s'est fait choper. Bilan, débarquement de la police dans notre cabine, nos cœurs à 200, pour contrôler son téléphone, le tout dans un dialogue international que même grand-mère pourrait comprendre "photo" "Non" "photo" "Non" "photo" "Non" Aude réussit à temps à l'effacer.... nos cœurs à 60.

21
21
Publié le 28 juillet 2019
- SANS LÉGENDE - 



Au quotidien, c'est compliqué de manipuler des Tugriks (1 euros = 3000 Tugriks)

Mais pratique pour improviser un Monopoly.

22
22

Dernier rêve à Oulan Bator dans un lit confortable, aujourd’hui nous prenons la route et la piste, direction les dunes de sable d'Elsentasarkhai

Lors de ces 3 premiers jours au pays de Gengis Khan, nous avons le sentiment d'être spectateur de ce pays. C'est agréable, très ludique pour les enfants, l'accueil est chaleureux. Même si notre zone de confort est déjà sévèrement entachée, nous sommes en retrait, comme préservés par nos hôtes.






Après ces 3 jours, nous semblions avoir enduré le plus dur. Nous semblions avoir acquis le rythme local. Un rythme où organiser sa journée avec, pour, et en respect de la nature est essentiel. Mais nous aussi, nous avions "notre" rendez-vous en terre inconnue. A cet instant, nous ne savions pas encore que notre voyage en Mongolie, n'avait pas encore vraiment commencé...... carnet suivant.

23
23
Publié le 2 août 2019

Au quatrième jour, les termes immensité, solitude, silence, désertique résonnaient en chacun de nous. Des étendues à perte de vue, des yourtes au milieu de nulle part, alors qu'il n'y a rien à voir, et pourtant tout à voir, nous sommes surpris de découvrir nos 3 petits, calmes, attentifs, parcourant des heures de pistes à ne rien demander.



le point blanc au loin, perdue la yourte de Tumuruu et, à droite, l'autre campement de la famille nomade qui nous accueille dans le parc Khustai.







Nous cherchions les arrangements, les adaptations, les entorses à la vie nomade pour accueillir les 5T, pour Teigné mais aussi Touriste. Mais rien... nous étions émerveillés, souvent déboussolés de devoir nous en accommoder.


Si nous garderons longtemps à l'esprit les paysages de la Mongolie et l'immersion dans le quotidien de ces nomades, c'est aussi l'omniprésence des animaux qui nous ont tous fascinés. Chevaux, chèvres, moutons, chameaux, vaches, yacks, marmottes, vautours, aigles,... Mais surtout ces animaux sont tous en liberté. Pas un enclos. Ils arrivent de partout, tout le temps. La nuit, ils entourent la yourte, ils sont là, séparés de nous par un mur de feutre.







L'espace de quelques jours les 5T, sont devenus les 5M, les 5 Mongoles.


Retour à Oulan Bator, après-midi ménage des sacs. Préparation des 3 prochaines semaines en Chine. Il est 1h30 en Mongolie. A 7h30, départ du Transmongolien, direction Pékin.... un trajet de 28 heures.

Et après ? Comme dirait un proverbe Chinois.....

24

"Au revoir la Mongolie, le tour du monde continue pour les 5T"


Dernière anecdote mongole... Entre la soupe et les piqûres, Marceau n'a pas choisi le meilleur côté des orties. Il y est tombé dedans...Le dos, les jambes, les mains,... en tout 5 fois. Cela tombe bien, nous fûmes 5T pour subvenir à l'unique ingrédient (le pipi) de la recette efficace en cette circonstance.

(au passage à droite, restons dans le thème, l'information Mongole pour utiliser correctement les urinoirs)

25

Nous quittons donc Oulan Bator direction Pékin.

encore un train mythique au programme 


Dans le transmongolien, 2 personnes organisent la vie de notre wagon. Accueil, puis distribution du linge, des tasses, du thermos d'eau chaude, du café/thé. Il faut s'organiser, les toilettes ferment 30 minutes avant et ouvrent 30 minutes après chaque arrêt. C'est aussi l'espace pour la salle de bain, la vaisselle.

Dans notre aménagement de la cabine, nous remplissons l'espace du centre (vide sur la photo) avec des sacs et autres pour obtenir notre cinquième couchage.



Petit à petit, les teintes et la végétation évoluent. Nous contemplons pendant des heures l'aridité du désert de Gobi.


Dormir dans un hall en tout genre, les petits sont rôdés. Alors quand nous installons notre bivouac à la douane Chinoise, rapidement le sommeil vient.

Pendant ce temps, chaque wagon est soulevé, pour remplacer tous les "bogies" (les essieux) au bon écartement chinois. Il faudra 4 heures pour réaliser cette opération.

Malheureusement, et vous le savez pour ceux qui ont suivi l'épisode de la photographie d'Aude à la frontière Russe, il n'est pas possible de tout photographier. Nous regrettons donc de ne pouvoir illustrer notre péripétie lors du contrôle à la douane chinoise, dans un hangar suffoquant. Coupure d'électricité dans tout le bâtiment, 23h, le noir. Sauf que nous avions nos sacs et nos passeports dans le scanner.... Quand l'électricité est revenue, la coupure avait "buggée" la machine. Bilan, 1 heure à attendre nos affaires et à décider comment les récupérer, sachant qu'aucun des 15 douaniers Chinois n'osaient traverser le tunnel avec le logo radioactif collé partout et malgré une machine en mode OFF. C'est en poussant avec une série de caisses que nous avons pu retrouver nos biens.


Avec encore les senteurs, le rythme et le silence de la Mongolie, nous arrivons à Pékin à 14h35 le 3 août.

Après une première journée à Beijing, Marceau semble épuisé d'avoir été autant photographié..... à suivre.

26

Notre première journée est consacrée au Temple du ciel et son très grand parc, nous irons y demander le pardon divin et de futures belles moissons, selon les traditions.




En Chine, il y a les pandas, les temples et prendre en photo les 3 petits T 


Au détour d'une ruelle, nous découvrons une école... fermée. Vu les sites et les gares bondées, les chinois sont aussi en vacances !


Après la yourte, voici notre auberge de jeunesse pékinoise.  
27

... une petite déception en souvenir de cette deuxième journée en Chine. Entre les quotas au guichet le jour même et les quotas sur internet, nous n'avons pas obtenu l'un des 80000 billets journaliers pour pénétrer dans la cité qui portera encore mieux son nom, "la cité interdite" pour les 5T. Pour ne rien vous cacher, cette nouvelle ravit les moins de 1,30 de la famille, au vu du plan, des 800 bâtiments et 9000 salles. Mais spontanément, Oscar nous dira qu'il est désolé pour nous, de ne pouvoir y entrer.





Recalés de la cité, nous traversons la place Tiananmen pour contempler l'opéra.       (l'oeuf pour les Chinois) 


Nous accumulons encore les kilomètres. Les petits continuent à nous surprendre. Nous trouvons toujours un subterfuge pour les emmener observer quelque chose au bout de la rue. C'est ainsi que nous nous retrouvons dans un hutong, des ruelles de résidences.





Nous n'avions pas besoin d'un canard laqué pour oublier de n'avoir pu pénétrer la cité, mais ce fut quand même symboliquement l'argument du soir pour bien finir la journée. Donc au programme fines tranches de canard, sur crêpes, avec sauces, fèves grillées, etc, etc, un met qui a ravi tout le monde.


28

Telle l'impératrice Cixi, qui se mettait en retrait des chaleurs de Pékin... et nous de la pollution, nous rejoignons son palais d'été.







après tant de solitude, et la perte d'un doudou en Russie, nous avons remédié à l'impair. 
29

Depuis le pont Bir Hakeim, métro ligne 6, vous avez une vue dégagée un peu surélévée sur la Tour Eiffel. Quand la dame de fer est dans le brouillard, nous pensons à ces visiteurs, de surcroit chinois, qui ont parcouru tant de kilomètres pour fouler cette célébrité. Malgré tout au milieu des 300 marches, même si la perspective est limitée, ils réalisent la beauté du site et l'ingénierie Herculéenne pour l'époque de cet édifice.

Et bien aujourd'hui, nous sommes comme ces chinois parisiens au pied de leur célébrité... sous une pluie chaude asiatique. Et après la place rouge, le transibérien, les steppes, Tiananmen, ... nous sommes émus de parcourir un tronçon de ce rempart... qui contrairement à la légende, n'est pas visible depuis la lune.


nous n'avions que le rouge à lèvres d'Aude... 




Régulièrement, on nous propose de nous prendre en photo en costume, contre rémunération.... heureusement, que de notre côté nous ne faisons pas payer !!

30
30
Publié le 14 août 2019

Aujourd'hui 10 août, préparation de notre départ de Pékin vers Pingyao en train couchette. Comme pour chaque transition, nous en profitons pour remettre à jour la logistique, le rangement des sacs, et pour les enfants d'avancer les devoirs pour les prochains jours.


Nous sommes surpris, depuis notre arrivée en Chine, de voir si peu de touristes (hors Chinois en vacances qui visitent leur pays). Nous sommes d'autant plus repérables mais nous sommes vraiment très bien accueillis. Il y a toujours une personne pour nous conseiller, nous diriger, nous accompagner pour trouver notre chemin. Nous les savions intéressés, curieux par les familles nombreuses (... on confirme) mais même sans les 3 petits, nous avons le sentiment qu'ils auraient le même sens de l'hospitalité.


gare centrale de Pékin, attente de l'ouverture du quai 

c'est donc (étonnamment) avec une grande facilité, que nous accédons à notre train K603, couchette "molle", départ 17h35 .... arrivée 4h49 ! Nous devions prendre un train "vraiment de nuit" qui arrive à 8h30 mais la réservation est annulée... encore une arrivée de nuit. C'est un beau voyage mais pas un long fleuve tranquille.



4h10, le responsable du wagon nous réveille " Go, Pyngao" 
dans les rues à la frontale... 

Il est 5h, Pingyao se lève, il est 5h je n'ai pas sommeil. Nous partons entre garçons arpenter la vieille ville.


Auberge, avec 1 chambre et l'espace commun 


salle de bain avec option bureau (quand tout le monde dort)  


Côté nourriture, comme le reste, en mode expérimentation.  
31

Les 5T ensemble, matin, midi et soir.... et même la nuit. Nous avons testé avec succès le futon familial. Nous sommes reposés pour vous faire découvrir cette superbe ville de Pingyao. C'est une ville entourée de remparts, dont l'architecture traditionnelle a été abondamment préservée. Les remparts dessinent une forme de tortue. Cela inspirera notre rythme pour la journée.








Marcher des heures à la découverte des vieilles pierres, c'est sympa, mais les enfants sont toujours à l'affût de voir des animaux. Le moindre petit chat qui traîne rencontre beaucoup de succès. Et puis.....




Dans la série "animaux du jour", les remparts n'ont pas inspiré que de bonnes idées.


vous ne rêvez pas 

Finissons avec notre désormais habituel stand photomaton. "Quand les 5T crée un embouteillage"



réalisé sans trucage 
32

Dans ce carnet numéro 32, nous poursuivons notre cheminement, traçant une diagonale, dans une direction sud-ouest depuis Pékin. Après Pingyao, nous marquons un stop à Xi'an, ville devenue célèbre en 1974 depuis qu'un fermier qui creusait un puits y a découvert l'armée de terre cuite. Nous y reviendrons.

Tous les soirs, nous racontons ou nous écoutons une histoire pour la veillée. Une fois n'est pas coutume, nous vous faisons profiter de celle du jour.... "Il était une fois un papa, de plus en plus barbu du reste (ça gratte, ça pique, mais il acquiesce, pour le moment, au souhait de ses 3 petits "T" de revenir en décembre avec la barbe du père noël). Donc il était une fois un papa qui avait la mission de trouver le bon chemin pour aller voir les soldats. A Pile ou Face, entre organiser la journée par une agence et se débrouiller, Pile avait décidé que l'on se débrouillerait. (Sachant que les taxis chinois refusent les tribus de plus de 4 !)

C'est donc avec internet à la mode chinoise, une carte en chinois, et un vieux guide récupéré dans une auberge, que le papa prépare l’itinéraire. Confiant, la famille enchaîne les stations de métro pour se retrouver à une heure au nord de Xi'an, dans une gare... qui se révèle ne pas être la bonne gare pour le départ du bus local, censé les emmener en 1 heure sur le site. Je vois que vous commencez à faire des calculs : Partis vers une mauvaise gare depuis 1 heure + retourner à l'autre gare, bus 266, 1 heure + récupérer le bon bus 306, et effectuer le bon trajet 1 heure = il fait très chaud, c'est l'heure normalement de déjeuner, cela va être long... Le papa regarde ses baskets.

Là, la maman prend le relai, "pas le choix, les terres cuites sont là depuis 210-209 av. JC, c'est pas 2 heures qui..... Allez go."


il fallait rester Zen comme un chinois....déjeuner chips, pain, cookies, banane. 


Après avoir parcouru "les" banlieues de Xi'an, la famille y parvint en début d'après-midi, plus tout à fait à l'heure prévue.

Il y a beaucoup de monde sur le site, mais quasiment pas d'occidentaux. Une nouvelle fois comme tous les monuments que nous avons visités, nous avions les images en tête, mais le contact au réel est très surprenant. la quantité, les détails, le fait que chaque posture et chaque faciès soient différents.





Pour l'autre petite histoire du jour, il s'agit donc d'une armée, souhaitée par le premier empereur de Chine, Quin Shi Huang, pour le protéger dans l'au-delà. Bon, il a aussi prévu et enseveli 48 concubines, histoire de ne pas s’ennuyer...


Pour finir l'histoire du jour, nous avons découvert au retour , que la fameuse gare de départ était simplement à 1 station de notre logement...

Sinon Xi'an... 


Nous finissons ce carnet par l'une de nos activités quotidiennes, le passage dans la boutique de Feng, ou de Tang, ou de Ming, ou de... elles se ressemblent toutes et à chaque fois nos achats sont très limités. Nos tentatives d'expérience culinaire ne sont pour le moment pas très concluantes. Dans tous les cas, nous y récupérons nos 8 à 10l d'eau quotidiens.

Dans le train Pingyao-Xi'an, en contrepartie d'une photo, une femme a offert aux enfants ce qui semblait être 3 bonbons sous-vides. Ils se réjouissent...

Il s'agissait dans chaque emballage d'un morceau de boeuf, mi-bouilli, mi-fumé.

33

"Pandi-Panda, petit ourson de Chine, Pandi-Panda, né dans l'Himalaya. Pandi-Panda, tu n'seras pas une victime, Pandi-Panda, on te protégera. ggnani, ggnana"

C'est bon, vous avez tous l'air en tête. Alors quittons Xi'an direction Chengdu, LA ville des Pandas.




le sandwich jambon beurre local, avec eau chaude dans chaque wagon 


auberge de Chengdu 


une nouvelle fois tout est immense, large, démesuré, pour accueillir 10 millions d'habitants


Centre national des Pandas, 120 pensionnaires 


Difficile de ne pas terminer la journée avec 3 nouveaux doudoux...


34
34
Publié le 19 août 2019

Jour 30 + 8 … Mais, nous n’avons pas oublié de fêter notre premier « moisiversaire » de ce tour du monde. Nous avons chanté comme il se doit dimanche dans les ruelles de Pingyao. Le bilan de ce premier mois est très positif. La comptabilité est bonne, nous sommes toujours 5 !

Si parfois nous avons franchi la zone rouge concernant la fatigue, notre tableau des étapes est respecté. Mea Culpa, nous ne pensions pas en préparant le projet, que cela serait si difficile d'accéder à de si beaux moments. Aujourd’hui, nous faisons route vers Guilin. Nous quittons les mégalopoles pour les rizières, les monts karstiques, les cascades, … et peut-être La première baignade de ce TDM (si on exclut notre douche dans la rivière mongole.) Cette perspective de sortir les maillots de bain revigore les « MOJ ».

« MOJ » parlons-en. Si parfois nous cherchons la touche pause sur une télécommande magique … que nous n’avons pas, histoire de prendre un café en tête à tête. Si parfois, parents indignes, nous aurions bien aimé trouver une baby-sitter chinoise. Oscar, Joséphine et Marceau ont été incroyables de courage. Leur énergie a aussi beaucoup aidé à la dynamique de ce premier mois. Bien sûr, il y a eu quelques « colères » mais il fallait bien nous faire comprendre que nous abusions de marcher 2 heures par 30 degrés, pour voir un temple… sans piscine. Nous aimons nos trois "T" qu’ils soient surnommés Tempête, Tonnerre et Tornade ou bien Trésor, Tendresse et Tranquille selon le moment de la journée.

Nous rigolons des nombreuses situations incongrues pour eux par la découverte de personnes différentes, surtout en Chine : cracher, les shorts ouverts pour les petits pour apprendre la propreté, mesurer les enfants s’ils font moins de 1,20 pour payer les entrées… et non selon l’âge, poser un sablier sur la commande au restaurant avec le devoir d’être servi avant la fin de l’écoulement du sable,….


...1,19 sans les chaussures 

Et le bilan des parents… heureusement, il n’y avait pas la place d’emporter de la vaisselle dans nos bagages, sinon elle aurait sûrement volé. Blague à part, cela rejoint le Mea Culpa, précédemment cité, nous sommes bien occupés pour des vacanciers. Mais ce périple met en avant et confirme ce pourquoi nous ne nous sommes plus quittés depuis 10 ans. On en reparlera c’est le 27 août, la wedding date.

Concernant la logistique, nous n’avons plus, depuis déjà un certain temps, un seul vêtement de repassé. Ce qui a pour effet, d’être froissé et alors ?! nous sommes loin du défilé de mode… en revanche cela a surtout accentué le volume des sacs. Ajouter quelques souvenirs, quelques jouets en plus, et de la nourriture, et vous obtenez un casse tête tous les 3 jours lors des transferts, pour tout rentrer dans les 8 bagages. Pour le matériel, pas de grosse casse, mais le fil, la colle et le scotch sont bien utiles. Chaque jour nous craignons de sonner le glas pour la poussette, mais pour le moment elle a ses quatre roues, et tous les soirs nous prions sainte Mac-Laren de nous accompagner jusqu’au bout, pour nous aider à porter les sacs.

Pas de gros bobos de santé non plus, le Smecta reste au fond du sac.

Et vous ? bien sûr, on pense à vous. Vous nous manquez aussi parfois, tel un bout de fromage sur une baguette fraîche. Si ce blog nous occupe plus que nous ne l’imaginions, ce lien abstrait est devenu le sixième "T". Au fil de la journée, nous nous projetons dans les moments et les photos que nous vous conterons le soir.


Peu de place dans nos bagages, mais nous gardons quelques souvenirs glanés ou offerts par des familles.s

Après un vote unanime des 5T nous poursuivons le TDM.

35
35
Publié le 19 août 2019

Comment résumer au mieux notre prochaine destination, si ce n'est en vous donnant comme indice ce billet de 20 Yuans. Après avoir dérivé vers l'ouest, nous prolongeons désormais plein Sud nos tribulations Chinoises. Nous voilà à Guilin, région du Guangxi.

Nous devrons attendre encore 3 jours avant d'être au coeur de cette région et découvrir de splendides paysages, mais déjà nous sommes séduits par ce que nous propose cette "petite" ville de 5 millions d'âmes. Nous décidons de prendre de l'altitude et de gravir les 396 marches du pic de "la beauté solitaire".











la ville s'anime la nuit, avec pourquoi pas un cours de danse traditionnelle sous un pont  
36



Une balade parmi les rivières et les lacs de Guilin où l'on y rencontre....


... les Daltons à la mode Chinoise.



Après les animaux de Mongolie en liberté, nous déchantons depuis que nous sommes en Chine. Sauf si vous appréciez vous faire nettoyer les pieds au théâtre, attendre vos nouilles en compagnie d'un alligator en cage ou choisir votre cuisse de grenouille



Saluons au passage notre jardinier local, paisible.



Nous retrouvons Jean-Pierre Gaillard à la Bourse de Paris, pour l'évolution du CAC 40. A noter une légère augmentation de l'action Joséphine.

37
37
Publié le 22 août 2019

C'est par bateau que nous décidons de rejoindre Yangshuo à une centaine de kilomètres au Sud de Guilin. Depuis la rivière Li, cela sera le point de vue idéal pour découvrir les fameux monts Karstiques.




Spontanément pollués par les adjectifs minimalistes des réseaux sociaux et de l'air du temps: "que du bonheur", "trop beau", #cool,... Les méandres de la Li, à la hauteur de leurs réputations, nous inspirent un vocabulaire autrement plus subtil et juste.



la courbe du Li qui a inspiré la gravure du billet de 20 Yuans... et le dessin du jour de Marceau  



La perspective depuis notre hôtel 
38
38
Publié le 22 août 2019

Ce matin, les organismes sont fatigués, mais l'hôtel nous proposent des vélos pour notre activité du jour... Humm ! comment refuser, nous ferons honneur à nos origines et "à la grande boucle". C'est parti, nous nous engageons sur une piste cyclable au milieu des rizières... où nous serons les seuls.




l'équipage féminin réalisera avec succès les 4 heures du parcours. 


arrêt au stand et le fameux pantalon pour apprendre la propreté





Une région aux paysages irréels tout comme le poulet "entier", en morceaux commandé pour Oscar ! 
39
39
Publié le 26 août 2019

Voici sûrement le plus court de nos carnets... Et pour cause, nous avons d'un seul coup allégé notre sac en Diosmectite (nous laisserons Wikipédia vous définir la situation)

En même temps, cet arrêt au stand obligé pour remise en état des 5T est le bienvenu avant d'aborder le Vietnam.

A peu près sur 10 pieds, pour certains encore bancals nous repartons de Guilin direction Nanning. Ce n'est pas la destination la plus intéressante mais essentielle pour rejoindre Hanoï par le train.


Après ces 2 jours de convalescence, nous replongeons vite dans le rythme à plusieurs facettes de notre voyage. Et pour cause, notre hôte nous a oubliés. Après 10 minutes de squat dans le hall de l'immeuble, l'hospitalité chinoise s'organise, notre hôte est retrouvée. Après 2 heures de "patience" des 3 petits T, nous avons les clés.

40

Profitons de ces 3 jours "sans" activité pour aller jeter un œil aux appareils photos des enfants.










41

C'est avec la lecture du 34ème et dernier chapitre du "Petit livre Rouge" que nous nous apprêtons à quitter la Chine. Que ce titre nous porte pour la suite...

Notre dernière destination chinoise, Nanning, n'est pas la plus "funky" mais c'est le point de passage obligé pour rejoindre le Vietnam par voie ferroviaire.

En même temps, cette transition en 24h de la Chine au Vietnam résume bien toutes les facettes de notre voyage. Et quel que soit le cadre, nous ne sommes jamais à court de découvertes, d'aventures et de rencontres.


Recto / Nanning (Chine) le 27 août 12:00 


Verso / baie d'Halong (Vietnam) le 28 août 12:00 


Mais avant d'aborder les réjouissances maritimes dans un prochain carnet, revenons sur notre dernier jour en Chine, sous la pluie.


Dernier ravitaillement, et ce n'est ni avec mélancolie, ni avec nostalgie que nous disons "再见" (ciao) à la nourriture Chinoise.


un point sur le parcours 


A priori dernier train de notre périple, et nous aurons vraiment apprécié ces moments à 5 dans notre petite cabine. Nous avions trouvé notre organisation avec les enfants, fiers, en haut des couchettes. A ce propos, nous avons omis de vous raconter la fois où Oscar sur un arrêt brutal du train est tombé du premier dans les bols de soupe/nouille. Plus de peur que de mal, mais un "B----l" dans la cabine. Aux dernières nouvelles, ils nettoient encore.


 extinction des feux dans la cabine.



Avant de refermer la riche, parfois éprouvante page chinoise de notre TDM, un mot sur notre dernière tribulation.

Pour rafraîchir vos mémoires, lors de notre entrée en Chine, le scanner à bagages était tombé en panne avec nos bagages à l'intérieur. Après 1 heure nous les avions récupérés... mais sans contrôle et donc sans être inquiétés de la présence de nos 2 couteaux multifonctions. En fait, nous n'y avions même pas pensé.

En revanche, pour sortir de Chine,... la douane nous les confisque. Enervés car nous les utilisons beaucoup et compréhensifs, nous nous résignions à les laisser. Pour nous rendre à la gare, nous étions accompagnés de notre hôte, qui depuis qu'elle avait oublié notre réservation, faisait tout pour se racheter de cette bévue....

... Au point de demander nos couteaux à la douane, puis de réaliser 2 paquets avec nos couteaux, longer le mur de la gare pour les lancer par-dessus, repasser le contrôle et retourner dans l'enceinte de la gare pour les récupérer et nous les confier... en Chine !?


encore une arrivée matinale, 5:35 Hanoi 


En avant première du prochain carnet de voyage, les 3 petits vous présentent leur chambre flottante....

42

Dès notre arrivée au Vietnam, nous décidons d'inverser notre parcours et de nous rendre directement dans la Baie d'Ha Long, au lieu des montagnes du Nord. Dans 4 jours, la tempête Prual doit traverser le territoire. La tempête se déplace vite depuis les Philippines pour atteindre la côte Vietnamienne mais pas aussi vite que les 5T.

Il faut 4 heures, depuis Hanoï pour rejoindre notre bateau. Après la nuit dans le train, la perspective de grappiller quelques heures de sommeil nous réjouit.

La jonque qui doit nous mener dans le labyrinthe des monts karstiques immergés, est amarrée à l'île de Cat Ba. C'est donc d'abord par un ferry plus rustique que nous rejoignons l’île.



le marché de l'île de Cat Ba


28 août - 11:30, le capitaine et son équipage nous accueillent pour 2 jours de croisière. Nous ne verrons pas la majorité des 2000 îles et pitons rocheux qui composent l'archipel, mais il suffit de quelques miles parcourus pour être envahi par la magie du dragon.









200 îlots flottants sont occupés par des familles de pêcheurs. 


Les îles sont remplies de tunnels, grottes, cavités que vous ne pouvez traverser que par le biais du canoé. Tels des passages secrets, ces tunnels vous permettent d'accéder au cœur des îles, des lacs entourés de falaises.


Qu'importe l'heure de la journée, le spectacle de la baie d'Ha Long est permanent.


43
43
Publié le 2 septembre 2019

les 5T... rapides!! Mais pas assez pour éviter les traînées de la tempête Prual.


 et ici, quand il pleut...

De retour sur terre, avant de gagner le nord du pays nous passons 2 jours chez l'habitant, un couple d'anciens professeurs qui vont nous initier à plusieurs activités locales. (pêche au carrelet, fabrication en bambou, cuisiner des nems,...)




... Et bien sûr veille de la rentrée, une pensée pour tous ceux qui reprennent le chemin de l'école, pour les enfants, du travail pour les parents et des activités du mercredi pour les grands-parents.

Pensée particulière pour la première rentrée de notre nièce, Madeleine et pour la première "crèche" de Tom.

Pour garder les acquis, nous n'avons pas arrêté les leçons depuis Saint-Petersbourg. Si papa n'est pas le plus pédagogue et le plus patient pour enseigner les petites classes, heureusement que maman a ces compétences comme deuxième nature pour que les devoirs ne soient pas une corvée... (même si le cadre n'aide pas toujours à la concentration...)


Chaque petit "T" est entré en contact avec son maître ou sa maîtresse de sa future classe. 
44
44
Publié le 5 septembre 2019


Rassurez-vous, le titre de ce carnet et la première illustration pourraient porter à confusion. Non ! après plus de 50 jours non stop avec nos 3 petits "T", nous, parents, nous n'avons pas déraillé.

Nous employons ici le terme overdose pour résumer nos 5 jours dans le nord du Vietnam, au cœur des montagnes de la "Chay River massif". 5 jours avec les éthnies Tay, Dzao rouge et Dzao noir.

Overdose, avec effets secondaires prescrits par tout bon médecin : de la bonne fatigue et des rencontres inoubliables. Ici, il manque de tout mais l'essentiel est là. Depuis notre départ, les moments d’inconforts sont vécus comme de luxueuses expériences.

Ci-joint donc, notre overdose de rizières, de buffles, de regards, d'activités manuelles locales, de cuisine Vietnamienne à juste titre réputée,....


En route, vers le Nord, des routes très étroites, pour rencontrer les Dzao Rouge 


le dernier kilomètre sera pédestre et pluvieux. Une façon de dire au revoir à la pluie pour les jours suivants 



Après la pluie,... 



nos différents "homestay"  



matinée dans les champs de Thé, tout le monde à l’œuvre. 


prendre un raccourci en traversant la rizière... 





J-2, les élèves préparent en musique la rentrée scolaire


Pour mettre un terme à cette overdose... De retour à Hanoï, rien de telle qu'une dose de vache qui rit... Premier ersatz de "fromage" depuis ?

En fait non, des overdoses comme ces 5 derniers jours on en redemande, à suivre...

45
45
Publié le 11 septembre 2019

Klaxon : (nm) avertisseur sonore d'un véhicule.

Avertir : (v/transitif) informer (qqn) de (qqchose) afin qu'il prenne garde.

Le Hanoïen, par souci de protéger continuellement son prochain, use de son klaxon sans réserve. De là, à qualifier son altruisme par le niveau sonore des rues de Hanoi...!!??

Encore dans les vapeurs de notre overdose nordique, "Tut, Tut, Tuuuuuuuut, Tuuuuuuuuuut, Tuuuuuuut" nous sommes brutalement reconnectés à la réalité urbaine !










Pour finir, une note plus personnelle du père des 5T. Le challenge de revenir en Père-Noël est toujours d'actualité mais cela demande une certaine attention. Or, ces derniers temps c'est davantage dans la catégorie Robinson que je concourrai.

Il n'est jamais trop tard à 44 ans pour découvrir les plaisirs d'être mis entre les mains du barbier et de se faire caresser la carotide par son coupe-coupe. Quel plaisir et quel raffinement perdu dans la rue des garages à Hanoï, d'avoir découvert ce rituel!


46
46
Publié le 11 septembre 2019

Au revoir et merci le Vietnam




Aéroport d’Hanoï direction Bali, via Kuala Lumpur. Première étape de notre traversée vers les Amériques.


En accord avec les 5T, et par respect pour tous nos suiveurs qui ont repris leurs durs labeurs, nous avons décidé en soutien de censurer notre séjour Balinais.




Rassurez-vous, les "5T" seront bientôt de retour. Cette île ne se résume pas à ses plages.

47
47
Publié le 14 septembre 2019

Après avoir quitté le Vietnam sous une dernière pluie torrentielle d'Enfer, nous atterrissons à Bali, surnommée terre des Dieux avec ses quelques 50000 temples. Mais c'est par un autre paradis, celui des surfeurs, que nous abordons l'île, plages, vagues et tout le merchandising omniprésent de cette "religion".

Nous n'allons pas vous raconter des salades, encore moins celles de nos déjeuners : depuis notre arrivée à Bali, pérenniser la ligne éditoriale de notre site n'est pas évident. Nous étions prévenus mais le nombre d'infrastructures touristiques est malheureusement proportionnel à l'absence de rencontres et d'aventures exotiques.

Avant que le carnet de voyage ne devienne un carnet de vacances, nous quittons (fuyons) le sud de l'île, direction le site du temple de Tanah Lot, édifié sur un promontoire rocheux qui le coupe du reste de l'île à chaque marée.

Avec notre voiture mais sans chauffeur, nous expérimentons la conduite à gauche... ... mais sans GPS, rapidement nous nous perdons dans les étroites rues balinaises. L'occasion pour nous, à défaut de grandes aventures, de renouer avec des ambiances de vie locale.








Sortie d'école, descente du drapeau, rencontre des 3 petits T