Carnet de voyage

Road trip en Australie

13 étapes
26 commentaires
15 abonnés
Dernière étape postée il y a 96 jours
Gilles a soudainement dépassé sa répulsion des araignées et proposé de louer un van en Australie. Nous partons donc pour 2 mois de découverte d'un pays immense dans les régions nord, centre et est.
Juin 2019
75 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Darwin au nord du Northern Territory est notre point de départ. Nous apprenons le 8 juin par Maxime qu'un terrible massacre a été perpétré dans un motel le jour où nous avons quitté la ville. Je comprends maintenant l'allusion d'un "austie" avec qui nous avons parlé hier soir. Il demandait à Gilles s'il comptait faire cuire une vache. Son feu était un peu surdimensionné en effet. Puis il a dit qu'on était mieux ici qu'à Darwin.

Les australiens échangent facilement et vous abordent volontiers. En une semaine on a parlé tous les jours avec des gens ce qui est bien sympathique. Une dame m'a dit que sa famille en remontant au siècle dernier était française.

Pour les voyageurs comme nous ou pour les promeneurs du dimanche, de nombreuses installations sont à disposition un peu partout. Aires de pique-nique avec tables et barbecue au gaz ou au bois, toilettes avec papier, parfois une douche, robinet pour faire le plein d'eau. Ces installations nous servent souvent et nous permettent parfois d'éviter le camping. Ainsi on a passé les 2 premières nuits sur une aire éloignée de la ville au bord de la mer. Mer où il est impossible de se baigner sans risquer de faire connaissance avec les crocodiles marins pas très amicaux. Leurs congénères des régions marécageuses et rivières sont moins agressifs mais dangereux quand même. On ne peut se baigner que dans les endroits indiqués comme sûrs ce qui n'est pas trè rassurant. Je découvre que cette bête me fait peur comme Gilles avec ses araignés !

Dommage la plage  est immense et casiment vide sauf des milliers de petits crabes qui grouillent 

On visite notre premier Lichfield park au sud de Darwin. Des cascades, des gorges, une végétation de savane et bois, des termitières, des feux volontairement allumés, maîtrisés pour entretenir les territoires.

Termitières cathedrales et alignement de termitières magnétiques. Curiosité, les termites suivent le nord. 
Ici c'est le paradis des oiseaux. Dans un camping un soir feeding birds. Le cacatoes blanc  là se nourrit tout seul. 
Un soir dans un camping on a aperçu des wallabys qui se sont carapatés dès qu'on s'est approché.

On remonte vers Darwin pour prendre la direction du Kakadu Park, parc aborigène connu pour ses peintures rupestres, ses balades sur les rivières marécageuses infestés de crocs, merci bien pas pour moi ! Nous ferons des balades qui nous mènerons à de beaux points de vue.

😃PHOTOBOMBING !! 😃
Campements et voisinage...
Beaucoup de poissons sur ce site, dessins anatomiques. 
Billabong plein d'oiseaux. 
Ces dessins racontent, informent, distraient les aborigènes qui ont vécu là il y a 25000 ans. 

Difficile de trouver un point de chute à Katherine, week-end anniversaire de la Reine Elisabeth et festival. Camping collés un peu serré et un peu cher. Mais le lendemain ce sera camping dans un park sans électricité, feu de bois et douches chaudes solaires. Au matin, 2 brown snakes hyper dangereux nous sont signalés par un monsieur. Ils se dirigent droit vers notre campement et celui des voisins. Dangereux, on l'apprend après. Notre voisin nous dit quoi faire en cas de morsure. Marquer d'une croix l'endroit précis, bander et aller à l'hopital le plus proche, or ça peut étre très loin. Un prélèvement est fait pour déterminer quelle antidote convient.

Décidemment c'est un pays où il faut être prudent et regarder où on met les pieds !!

Edith falls où on s'est baigné. 

Sur les routes on croise souvent des road trains, camions à 3 ou 4 remorques autorisés à rouler vite. On évite de les doubler, de toute façon ils roulent plus vite que nous !

Deuxième baignade dans un endroit incroyable. Une sorte de rivière dans un environnement tropical et une jolie eau bleue.

Bitter springs à Mataranka. Petit bain avant de prendre la route vers Alice Spring à 1100 km environ. 
2

Alice Springs est dans le "red center" en plein centre de l' Australie. Nous "descendons" en 2 jours et demi. La route est monotone et désertique. Des avertissements contre l'endormissement, à raison, invitent au repos. On se passe le volant toutes les heures. On craint de voir surgir un kangourou. Il y a hélas plein de wallabys morts tout au long de la route et même des boeufs ou buffles. Un vrai massacre ! Cela se passe surtout la nuit, d'ailleurs on nous a déconseillé de conduire après 17h, heure où les animaux commencent à sortir. La consigne est pour notre sécurité de ne pas chercher à les éviter.

La nuit tombe tôt, vers 18h30, il faut trouver où s'arrêter bien avant. Le choix n'est pas bien large et on est arrivé souvent trop tard pour avoir une bonne place. Un bout de gazon par exemple. Souvent c'est cailloux ou sable rouge que l'on traine dans le van. On s'installe et on ne tarde pas à échanger quelques mots avec les voisins.

Quelques arrêts intéressants ponctuent le voyage. Devil's marbles, des rochers ronds comme des billes, les oeufs d'une divinité serpent selon une légende aborigène. Le tropique du Capricorne que nous traversons au nord d'Alice Spring et des sculptures géantes d'un artiste aborigène.

Et nous faisons connaissance avec les mouches de cette région centrale qui harcèlent, vous collent au visage et au dos. Seul le vent et la nuit les fait disparaitre. Beaucoup de gens portent un filet sur la tête, moi aussi, plus du répulsif moyennement efficace. Une vraie plaie !

Nos premiers kangourous et émeus vivants ! Mais en captivité 😟

Pas l'air commode les émeus ! Ils m'ont pourtant fait penser à Zizi Jeanmaire avec leurs grandes pattes et leurs plumes. " Mon truc en pluume, plume de boaaa". Drôlement constitués les kangourous ! Ils courrent sur la pointe des pattes jointes.

Arrivée à Alice Springs températures en nette baisse. Si les jours restent doux, les nuits sont devenues glaciales 

Rien d'extraordinaire comme ville. C'est un centre d'approvisionnement pour toute la région. Beaucoup d'aborigènes trainent dans les rues et près des centres commerciaux, certains mendient. J'ai ressenti tout suite un malaise dans leur comportement dans le supermarché et on sent que les problèmes sociaux ne manquent pas.

Une anecdote, J'ai lu dans le journal local que l'hotel Ibis avait été poursuivi pour discrimination raciale, a fermé et va vendre.

Nous partons à la découverte des différentes endroits à visiter. Nous allons avaler des kilomètres pendant une bonne semaine avant d'attaquer la traversée vers Cairns sur la côte Nord-Est, et nous geler jusqu'à nous décider à acheter un petit radiateur. Les températures sont descendues la nuit jusqu'à zéro !

Nous commençons par le côté Est des Rangers et dormons dans un campground du parc accessible par une route non bitumée mais de quelques km seulement. C'est une entorse au contrat mais nous roulons tout doucement. Comme souvent dans les campings de parc, on place l'argent dû dans une enveloppe et on s'installe. Ce soir-là ce sera équipement minimun, une toilette sèche, un robinet d'eau potable, tables et barbecues gaz ou bois au choix (3,30$/pers). Quand il y a des douches et des toilettes classiques, c'est le double. Comme souvent petite discussion avec les voisins, peu nombreux.

Notre campement dans les Rangers. Comme en Amérique du sud, le ciel est incroyablement étoilé et lacté. 

Direction Uluru (nom aborigène) ou Ayers rock à plus de 400 km, ce fameux "rocher" emblématique du pays et classé au Patrimoine mondial de l'Humanité. Un autre site à 40 km le Mont Olga, Kata tjuta en langue aborigène locale mérite le déplacement. Les deux rochers sont des lieux sacrés.

On aperçoit Uluru de très loin, 348 m, une protubérance dans un environnement ultra plat, comme sortie de terre ou tombée du ciel plutôt. C'est super beau et impressionnant, comme si c'était vivant.

On reste jusqu'au coucher du soleil malgré la règle de ne pas rouler de nuit. A notre grande surprise, la lune apparait et s'élève juste au dessus dans un ciel d'une grande pureté. Un enchantement...


C'est beeaauuuu !!!  Quand on repasse devant Uluru le lendemain, il semble être de couleur violet avec des ombres bleu outremer.

Le site de Kata Tjuta est à 40 km à l'ouest est plus haut, planté également en pleine plaine, avec des formes arrondies, impressionnant aussi mais pas monolithique comme Uluru.


Retour vers Alice Springs en passant par Kings Canyon détour de 300 km AR quand même, mais qui offre une superbe balade de 6 km autour du canyon.

Cycades de 400 ans d'âge existant déjà à l'ère jurassique on dit aussi  ère des cycades

Ca n'en a pas l'air mais ces roches sont constituées de sable bien blanc. Des dunes de sable apporté par la mer quand elle recouvrait une grande partie de l'Australie lorsque les pôles n'étaient pas gelés.

Retour à Alice Springs et visite des Western Rangers en 2 jours. Paysages grand format, pontués de gorges, points d'eau et lookouts atteints après une montée plus ou moins ardue.

Facile !! 
Coucher du soleil à gauche, lever à droite au campground de Glen Helen gorge
Ca nous rapelle certains paysages d'Amérique du sud, au nord de l'Argentine notamment, el valle de los colores au nord de Salta 

Et voilà, la fin juin approche, il est temps de remonter vers le nord et de rejoindre Cairns à l'est sur la côte face à la barrière de corail appelée ici the Reef. Il y a quand même environ 2200 km. On compte 5-6 jours avec quelques visites.

3
3
Publié le 24 juin 2019

On trinque avec du vin de mangue pour l'anniversaire de Gilles que l'on a acheté dans une ferme sur la route. Il n'y a pas de vignobles par ici. Les mangues sont envoyées à Adélaïde, région viticole. Une française de Colombes nous a servis.

Traversée de l'Outback, ce qui veut plus ou moins dire, coins perdus dans les terres arrières et où la population est peu nombreuse et dispersée.

On s'arrête pour la nuit à Devils marble, campground de park qu'on avait repéré à l'aller. Il y a du monde mais l'emplacement à l'écart de la route est beau.

Lever du soleil 

La route promet d'être monotone. On croise de temps en temps des road trains et des voyageurs comme nous. On a adopté la coutume de l'outback de se faire un signe de la main ou un simple signe du doigt quand on croise un véhicule.

C'est une région d'élevage avec quelques victimes de la route...

Des termitières par milliers puis la plaine 
Bye bye Northern Territory !  Mouches dégommées sur le pare-brise... 😋😋 Quelle est longue et en mauvais état cette route !

Le monde est vaste ... et petit ! A la réception du camping ce soir en pleine cambrousse au milieu de nulle part, une jeune fille m'accueille. Elle est de Vannes !

Une ville intéressante Charters Towers qui a conservé pas mal de bâtiments d'époque, c'est à dire de la toute fin 19e ou début 20eme. Ambiance tropicale, on est à 200 km de la côte.

Charter Towers 

Après des km et km de plaines nous arrivons enfin dans l'est en bordure du Pacifique. En fait on a le choix entre la mer où il est plutôt déconseillé de se baigner hors des zones protégées par des filets anti crocos et anti méduses, Il faut être motivés !! et les parcs montagneux qui bordent toute la côte. Alors on va de l'un à l'autre. Les parcs pour les balades, rivières, cascades et la mer pour se reposer et révasser.

4


Sur tous les accès plage il y a un kit de premier secours en cas de piqure. Du vinaigre. Ne pas frotter... 

Tyto wetlands à Ingham, joli endroit mais encore des crocos. On y va quand même pas trop rassurés. Je regrette de ne pas avoir de jumelles pour observer les oiseaux.

Puis camping dans un campground nature près de la rivière Crystal Big Creek. Gilles cherche du bois pour le diner. Des espèces de dindons nous tiennent compagnie. Un porc épic se met en boule dès qu'il sent notre présence.

Train de transport de canne à sucre, il faut être prêt à s'arrêter. 

Toute cette région entre Townville et Port Douglas est dédiée à la culture de la canne à sucre entre la montagne et la mer. Des champs et des champs de canne à sucre avec des petits wagons pour transporter les récoltes.

Entre Tully et Mission beach c'est le royaume des "cassowary", des oiseaux proches des émeus avec le même regard pas sympa et un bec redoutable. Pas vu mais beaucoup de mise en garde... On dort sur une grande aire en pelouse mise à disposition par le village de Forest Beach.

Faute d'avoir vu des cassowary, on a visité leur habitat lors d'une courte balade dans la rainforest côtière. Celle-ci s'étend de Ingham jusqu'au nord de Port Douglas plus de 100 km et bénéficie d'un classement au Patrimoine de l'Humanité. Nous aurons plusieurs fois l'occasion d'y faire une incursion dans les deux semaines prochaines.

Les oeufs sont faux, ce serait extraordinaire  ! Juste un jeu de piste pour les enfants.

Par ici tout a été reconstruit en 2 ans après le passage d'un cyclone en 2011.

A Cairns nous nous rendons chez notre loueur pour quelques petits règlages et pour prolonger notre séjour de 2 semaines. En effet un mois nous semble trop court pour rejoindre Sydney fin juillet. Puisque nous avons un visa de 3 mois et tout notre temps, il est inutile de courir. Et puis cette vie au grand air en mode camping nous plait et on se sent bien dans ce pays... On recommande. 😊

Cairns nous fait bonne impression. L'ambiance est décontractée. Nous y reviendrons au retour.

Apportez votre nourriture, il y a tout ce qu'il faut pour préparer à manger en toute simplicité et convivialité. Ça nous épate, on n'a pas ça en Europe à ma connaissance.

 Lagon artificiel à droite, bord de mer à gauche où la baignade est déconseillée. Dès que le soleil est couché, dodo ! Et zumba ! 

On a bien envie d'aller faire un tour sur la barrière de corail mais... Trop de choix de tours et quelque méfiance. Alors on attend un peu avant de se décider. Avec toutes ces mises en garde, on se demande si une combi en lycra est suffisante pour se prémunir d'éventuelles piqûres de méduses quand on fait du snorkling même si à cette saison il y a peu de risques, si les spots ne sont pas trop abîmés, si on voit bien dans les bateaux à fond transparent etc... Bref quel tour choisir. Mais on a le temps puisque la barrière de corail s'étend jusqu'à Brisbane 1000 km au sud.

Une petite visite d'un parc animalier nous permet de voir (enfin) des animaux difficiles à voir dans la nature.

Les plus mignons. On a envie de les prendre dans les bras.
😱Les plus antipathiques 
Le tâcheté en haut est assez aggressif c'est un quoll, un petit marsupial.

Après un petit tour dans la très chic ville de Port Douglas, on prend la direction du nord vers le parc Daintree et le Cape Tribulation. On y accède après avoir traversé la rivière Daintree en bac et suivi une route étroite serpentant en bord de mer dans la forêt. Peu de monde, des plages de sable blanc presque vierges , des mangroves et la jungle. Cette forêt compte plus de 3000 espèces de végétaux, plus que celles de l'Europe et l'Amérique réunies.

Belle araignée, vénimeuse mais pas mortelle. C'est une néphile. Elle tisse une toile de soie très solide utilisée dans l'industrie...

Hier soir balade sur la rivière Daintree pour observer le mileu naturel et ses habitants. Petit comité, avec une famille de français. Le gros croco a déjà croqué un cochon et une vache (vus par le guide) juste entamés, son estomac n'étant pas très gros, il abandonne les bêtes aux charognards.

J'écris là à l'ombre du camping car. Jolie vue. Camping sympa, original

Quelques chiffres. La superficie de l'Australie est de 7,692 millions de km2 (la France fait 550000 km2) pour 23,5 millions d'habitants.

On part encore plus au nord vers Laura pour ses peintures rupestres et Cooktown qui a vu débarquer le navigateur, James Cook, puis plus tard les chercheurs d'or. Nous nous arrêterons là, au bout des routes goudronnées. Après il faut des 4x4 bien équipés et être bien préparés pour atteindre Seisia Bamaga au bout du "doigt" tout au nord (regardez la carte de l'Australie) à près de 900 km de Cairns.

On retrouve l'ambiance nature et coin perdu du Northern Territory. Des montagnes couvertes de forêts, une sorte de brousse parsemée d'arbres, des roadhouses pour faire le plein, se restaurer, camper, peu de circulation.

5
5
Publié le 11 juillet 2019

En 1770, James Cook débarque sur cette côte, jette les fondements de Cooktown et vient perturber la vie des aborigènes qui vont subir un sort similaire à celui de tous les peuples "découverts" par les européens, c'est à dire traités par le mépris comme des êtres inférieurs, corvéables à merci. Les armes à feu contre les lances en pierre polie.

Un siècle plus tard la région a attiré les aventuriers et les chercheurs d'or. Une communauté chinoise s'est installée, également exploitée par l'"homme blanc".

Aujourd'hui, il y a beaucoup d'élevage de boeufs sur des territoires surveillés par hélicoptères. Des troupeaux en liberté dans de grands espaces qu'on retrouve parfois au bord des routes comme ce soir où nous en avons croisé plusieurs. Pas étonnant qu'il y ait des victimes.

Un road train ne ralentira même pas. 

On fait vite le tour de la ville qui ne manque pas de charme. Nous visitons son musée et son jardin botanique et grimpons en haut de la Grass Hill où est monté James Cook en débarquant pour découvrir... cette vue sur l'embouchure du fleuve.

Au nord de Cooktown, la nature est encore plus sauvage, que des pistes sur des centaines de km. On regarde avec envie les 4X4 couverts de boue qui en reviennent en convoi de 3 véhicules. Pas sûr que nos dos supporteraient le traitement. Mais pas seulement, même s'il y a des campings, l'équipement "confort" emmené est réduit pour faire place aux réserves d'eau, d'essence et outils, mieux vaut être bien accompagné ou expérimenté.

L'embouchure du fleuve où est construite la ville. Plage idéale pour un pique nique. Toujours pas de baignade ! 😢😢

Sur cette route de 230 km il y a 3 bourgades, soit 3 roadhouses avec restau et pompe à essence, quelques maisons, un camping et un motel. Des fermes certainement dans la nature qu'on devine aux routes en terre qui partent de la route principale. Des bêtes écrasées. Des feux d'entretien.

Le camping où nous nous sommes arrêtés à l'aller nous plait bien. On y retourne au retour. Beaucoup d'oiseaux dont le rapace Tawny frog mouth, expert dans l'art du camouflage, de la place, peu de monde, des propriétaires très sympathiques.

C'est le même sous 2 angles différents 

Avant d'aller à Cooktown, nous allons à Laura pour regarder des peintures rupestres. Mais nous restons sur notre faim. Les lieux accessibles au public sont un peu décevants. Nous apprenons que d'autres peuvent être visités mais accompagné d'un guide et sur inscription, les visites étant limitées pour préserver les sites. Dommage, pas de place avant au moins une semaine...

6
6
Publié le 13 juillet 2019

Après notre nuit à Mont Carbine (un trou perdu) dans le camping où nous nous étions arrêtés à l'aller, nous prenons tranquillement la direction du sud mais à l'arrière de la côte. Sur la route un joli paysage de marais nous fait nous arrêter, ce qui est rarement facile.

Kuranda est hautement touristique (et commercial), nous allons juste voir les Baron falls tout près.

Bush turkey Kangourou imprudent. Forêt tropicale, je ne me lasse pas. Train touristique Les chutes à la saison humide sont énormes

A Mareeba, c'est un week-end rodéo et fête agricole. Tous les campings sont complets. Nous trouvons plus loin un endroit dans le bush normalement réservé aux véhicules totalement autonomes (Entendez avec des toilettes). 10 $ la nuit pour 2, et quand même 2 toilettes-douches froides.

Camping dans le bush. A droite c'est une fourmilière géante. 

C'est tout près du Granite park dans lequel nous voulons aller faire une balade d'une heure et demi dans les rochers. Plus sportif que prévu sur une partie du parcours mais ça passe !

Rencontres. Traces de pas de dinosaures. Passage délicat. Vous avez-vu la baleine ? 

On continue vers le lac Tinaroo. Joli endroit, le lac est très, les bords agréablement aménagés. Toujours de quoi faire un barbecue, toilettes, douches, tables de picnic abritées.

Beaucoup d'oiseaux. L'Australie est vraiment le pays des oiseaux. Avis aux amateurs. Je regrette souvent de ne pas avoir mes jumelles, mais je ne voulais pas me charger. Quand il ne restera des oiseaux que dans un endroit ce sera en Australie !

A l'accueil d'un camping de drôles d'oiseaux. Les oiseaux sont sur l'autre rive du lac, c'est un peu loin pour avoir de la netteté

Camping ce soir au bord du lac dans un camping pour les scouts (c'est les vacances ici pour 2 semaines). Peu de monde que des oiseaux.

Nature que de la nature, on y prend vraiment goût ! 

Dimanche 14 on décide d'écourter notre visite de la région et de revenir sur Cairns. Le van donne des signes de défaillance mécanique. Alors avant de tomber en panne dans une zone sans réseau, on préfère anticiper. On a bien fait ! Diagnostic négatif, on va nous changer le véhicule mercredi matin...

On en profite pour visiter un peu Cairns, son aquarium et son jardin botanique ainsi qu'un petit resto genre saloon.

On a faim !! 
Incroyable !! Accouplement d'hypocampes ! devant le 2ème prétendant éconduit et dépité...
Le poisson pierre très moche est le plus dangereux au monde, mortel en fait. Un tronc coloré d'eucalyptus et de paper bark.

Les arbres sont magnifiques, d'une grande variété, souvent gigantesques en hauteur ou étalement. Les 2 essences qu'on voit les plus répandues sont les eucalyptus mais très variés et le paper bark dont l'écorce ressemble à du papier déchiqueté.

Visite d'une galerie d'art avec une expo sur les aborigènes, sur ce thème récurrent de dépossession de leurs terres et identité. Très émouvante mais un peu triste.

Je rajouterai des photos de Gilles. A venir quand la connexion sera suffisamment costaude !

7
7
Publié le 24 juillet 2019

Après un changement de van, le même en plus récent et en automatique, on repart vers les Tablelands.

Vraiment une jolie région de collines cahotiques, qui font parfois penser à l'Auvergne. Normal ce relief est d'origine volcanique. D'un vert brillant ou paissent de nombreux troupeaux de boeufs ou de vaches laitières. Ici en Australie, on consomme beaucoup de boeuf. La viande est bonne, tendre et peu chère. Les barbecue présents partout incitent à en consommer.

Il y a aussi beaucoup de cascades dans cette région montagneuse.

Milaa milaa et al. 

Une petite randonnée pour profiter de la vue au Mont Ida à Heberton. Trop pentu et ça glisse sur les cailloux !

Dommage on ne voit pas la pente ! 

Petit parcours à Cardwell sur le chemin du retour vers la côte.

Halte déjeuner à Innisfail près de la côte. Quelques bâtiments début 20ème.

On file vers la mer. Il est plus difficile de trouver des places sur les campings. C'est la haute saison ici, chaud le jour, un peu frais le soir et sec. Les australiens pratiquent beaucoup le camping et sont très organisés et équipés.

Pas question de rater un match de foot ou de footy, sorte de rugby sur terrain ovale 
8

Nous redescendons vers la côte pour visiter Magnetic Island à une demi-heure en ferry de Townsville, contents de retrouver des températures plus douces. C'est le week-end, nous attendrons lundi pour éviter la foule. Journée de repos et de visite de Townsville. Sur le marché, je m'offre des boucles d'oreilles "Deep Pacific" création d'une artiste locale, faite à partir d'aluminium. 🎁

Sur la plage, des kite surfeurs filent au dessous de l'eau sur de drôles de planches à aileron très surélevé. Impressionnant.

Les kitesurfeurs ne craignent pas les crocos.. 

Nous louons des petits scooters pour circuler sur Magnetic Island. C'est une île habitée par les koalas. Nous espérons bien en voir dans leur milieu naturel. Un chemin de 2km nous emmène sur la route des forts construite pendant la seconde guerre mondiale. Personnellemnt je n'avais pas conscience que les australiens avaient autant pris part à cette guerre (la 1ere aussi d'ailleurs) et payé un lourd tribut également. Un peu partout des sites, plaques, memorials et lieux chargés d'histoire le rappellent.

Osprey, l'oiseau qui a inspiré la marque de bagage. On est à mi chemin entre Paris et Washington.

Et oui quelle chance sur le chemin du retour nous apercevons un koala dans un arbre. Ce sera le seul mais décidemment cet animal est vraiment attendrissant. Il semble si vulnérable avec ses mouvements si lents.

Trop mignon ! 

Pas envie de rester à Townsville, le bruit du milieu urbain ne nous plait guère.

Townsville. Ces arbres sont magnifiques.  Parfois les racines forment comme un rideau.

Sur la route vers les Whitsundays islands nous nous arrêtons dans un camping en pleine nature. La nuit commence à tomber et en arrivant, nous voyons plein de kangourous ! Pas le temps d'attraper l'appareil photo, ils se sauvent trop rapidement mais quel plaisir de les voir de si près.

Dommage je n'ai pu attraper que mon smartphone, la qualité n'est pas terrible, mais on voit bien le petit dans la poche !
9

Nous nous rendons dans ces iles au large de Arlie Beach en bateau à voile (bien qu'il va surtout voguer au moteur).

Le sable, presque de la silice pure est d'un blanc éclatant. Un peu de snorkling au programme. Il y a une grande varieté de poissons, quelques méduses que je parviens à éviter (en fait je découvre le lendemain sur ma main une petite couronne de piqures, pas douloureuses en tout cas pour le moment), je trouve l'eau froide malgré la combi de plongée. Une journée bien agréable.

Sur la Providence. Quelqu'un reconnait le jeune homme au t-shirt blanc ?? Il a été journaliste à Canal+... C'est Hugo Clément. 
Le fameux lagon des Whitsundays islands 

On reste au bord de la mer en recherchant un endroit pas trop touristique. Au bout d'une route le cap Hillborough et Seaforth. Nous resterons ce soir dans un camping nature au bord de la plage.

Il y a plein d'oiseaux. En voici quelques uns.

Celui du bas à droite fait un potin du diable en groupe, de jour comme de nuit. 227 espèces dans (petit) parc de Eugenella..
Filet anti méduses (mais qui laissent passer les toutes petites vénimeuses) et anti croco. 
Heureusement Gilles ne l'a pas vue !! 

Finalement on reste une nuit de plus. Le coin est agréable et reposant.

Avant hier nous avons appris le décès d'un oncle cher et hier la naissance d'une petite Giulia...

Balade au parc Eugenella. Avec un peu de chance on peut voir des ornithorynques... La région est très belle.

Trop de reflet dans l'eau mais c'est bien un ornithorynque 
10
10
Publié le 5 août 2019

Le temps court et il nous reste 1600 kilomètres environ à faire en 2 semaines. Il va falloir faire des choix ! Un jour on roule, le lendemain on reste sur un secteur.

Arrêts sympa pour la nuit le long de la Bruce Highway. Salon TV et cuisine super équipés dans un camping.

Cette côte pacifique la Capricorn coast est très touristique et offre de belles plages surtout avec les Great Keppel islands où nous n'irons pas (on ne peut pas tout voir). On s'étonne souvent qu'il y ait si peu de monde sur les plages et on se demande ce que font les gens vu que les campings sont pleins (en fait s'ils sont pleins c'est parce que les retraités du sud viennent passer l'hiver ici, apparemment la plage ne les branche pas !).

On dormira dans le parc Byfield en compagnie des pintades locales. Jolis paysages que nous n'avons pas pris en photo...

Elles sont amusantes, par groupe de 3, elles vous suivent  partout et se perchent sur une branche pour dormir.

Nous ne nous attardons pas et reprenons la route vers Bundaberg. Mais déçus par la côte et surtout l'arrière-côte plate, ventée et monotone, nous allons à Hervey Bay pour voir des baleines. Elles transitent en face de Fraser island en restant en moyenne une dizaine de jours avant de repartir vers le nord. Nous avons prévu un tour d'une matinée.

Un après-midi à Hervey bay, un vent ! Les oiseaux en bas à droite tournent la tête pour se protéger.

Les humpback whales (baleines à bosses) viennent se reposer dans cette baie au nord de l'île Fraser en face de Hervey Bay. On a là un lieu d'exception puisque l'île Fraser est également la plus grande île au monde entièrement en sable. Elle n'est visitable qu'en 4X4. Si on revient un jour en Australie, il se pourrait bien qu'on opte pour ce type de véhicule qui offre beaucoup plus de possibilités d'accès à des lieux superbes. En revanche, c'est plus camping que le van.

Un festival de baleines . Elles sont curieuses et viennent nous voir. Elle sortent la tête pour nous voir.
Fraser island 120 par 40 km de sable blanc. 

Avant de retourner dans les terres pour nous balader dans des parcs, nous allons jusqu'à Rainbow beach plus au sud avec une nuit à Poona. Ce sera la première plage où l'on peut agréablement se baigner presque sans risques (forts courants quand même).

Estuaire à Poona face au sud de l'île Fraser. Dans un camping maison secondaire (bus) et toilettage et aire d'exercice pour chien.
Rainbow beach, jolie plage. Les 4x4 sont autorisés à stationner sur une partie de la plage.

En route pour Brisbane, une grande ville de la côte Est entre la Sunshine et la Golden coast, par une "scenic road" en arrière de la côte. Le paysage est superbe, la route tortueuse avec des pentes vertigineuses. La route qui suit une crête permet une vue sur deux vallées. Il y a plusieurs petits parcs et villages mignons comme tout. Le tout est assez résidentiel et plein de cottages bed and breakfast.

Ce sera une journée randonnée-balade pas trop longue, 6-7km cumulés dans 3 parks différents, essentiellement dans de la fôret et le long de cascades.

Du côté de Mapleton, Montville et Maleny... et Glass house mountains. On oublie un peu les noms...

Ce soir on dort sur le showground d'Ipswich, grosse ville à 30 km de Brisbane. C'est un lieu réservé aux courses, rodéo et ici course de lévriers. Basique mais correct. Tout proche de Brisbane on doit aussi être dans l'alignement des pistes de l'aéroport. 😞 Finalement peu d'avions.

11
11
Publié le 3 septembre 2019

Je m'aperçois que cette étape n'avait pas été publiée ! Voilà c'est fait, bonne visite !

Dernière région du Queensland avant d'entrer dans les New South Wales et rejoindre Sydney. On y passe pour avoir un aperçu de cette fameuse côte réputée pour les surf, la Gold Coast, avec Surfeurs Paradise, ville branchée et animée en haute saison. La plage est superbe mais pas beaucoup de surfeurs.


Bon, faut aimer les immeubles en bord de mer !

Brisbane est une ville moderne tout en hauts buildings et avec quelques monuments historiques qui paraissent minuscules.

Cela nous manquait, nous avons visité le musée d'art contemporain avec 2 expositions sur 2 artistes australiens : Ben Quilty peintre actuel et Margaret Oley, décédée il y a peu de temps, plus classique mais aux techniques et thèmes variées.

La barbe australienne de cette génération d'homme. Souvent.  A moto aussi, moustaches au vent.
Ben Quilty et Margaret Oley 
12

Notre voyage approche de sa fin. Nous descendons vers Sydney, nous arrêtant de moins en moins mais en prenant les routes de traverses, ce qui nous rallonge beaucoup et en temps et en kilomètres. Mais le paysage fait de prairies, collines, forêts et landes nous ravit. A l'entrée dans le New South Wales nous rencontrons l'hiver. Bientôt les températures chutent et il y a même de la neige sur les hauteurs. Depuis 2 jours les températures la nuit s'approchent de zéro. Un vent glacial venu de Tasmanie nous accompagne déportant le van et on aperçoit de la neige sur les hauteurs. Et c'est bien le moment, une crevaison !

Certaines photos sont prises en roulant, pas terribles mais c'est pour donner une idée 
Une pause café à Tanterfield 
13
13
Publié le 19 août 2019

Sydney se situe à l'embouchure du fleuve Parramatta, dans une baie protégée et très découpée. Nous sommes séduits ! Première visite, le fameux Opéra sur Circular Quay et face au Harbour Bridge, aussi fameux. A bord d'un ferry on traverse la baie vers Manly.

Traversée de la baie.  
Sous toutes les coutures et un petit mot de l'architecte danois Jorn Oberg Utzon.  ET le spectacle auquel nous allons assisté..
Dans notre quartier Roslyn gardens près de King Cross. Un perroquet est venu quémander  à notre fenêtre ! 
Quartier Town hall (en haut) et quartier des Rocks (en bas) avec quelques bâtiments remarquables 

Ca y est ! Nous avons notre visa pour la Chine ! Nous y partons le 20 pour... au moins deux semaines.

Nous poursuivons notre visite de Sydney, le nez en l'air pour apprécier les vieux immeubles des années 1920-25 ou au contraire les buildings et gratte-ciel. Visite de musées, du jardin botanique, du quartier chinois et des quais...

Pause sashimi... 

Bondi beach, à quelques km du centre ville.

Et voilà c'est fini ! Nous quittons l'Australie avec l'envie de revenir visiter le sud et l'ouest.

Direction Pékin ou Beijin, avec une escale à Hong Kong... juste à l'aéroport, nous y avons passé 5 jours en mai quand le feu couvait sans que nous le sachions.