Carnet de voyage

Argentine Chili à moto

22 étapes
7 commentaires
Descente en moto Honda 400 Falcon avec mon amis Nicolas, de la Cordelière des Andes entre Argentine et Chili au départ de Bariloche pour aller jusqu'au Perito Moreno.
Janvier 2019
24 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Nouvel an passé, peu de sommeil et 550 km pour aller à Villa la Angostura.

Juan nous fourni 2 Honda 400 Falcon de 33 et 47000 km.

Demain c'est le départ, en attendant on va lever nos verres à l'anniversaire de Pascal.

Parilla, le BBQ local
Parilla, le BBQ local
Parilla, le BBQ local
2

On démarre la journée avec 8 degré et la pluie, qui s'estompera au bout de 50 km.

Direction la route des 7 lacs et San Martin de Los Andes, la route serpente à merveille le long des lacs autour de 800 m d'altitude.

Petite pause dejeuner dans une bonne boulangerie et le plein de la moto à 80 cent le litre.Les stations sont rares, faut pas les manquer.

Direction Conaripe par la rp.23 et 160 km de piste a travers lacs et coulées de laves.Je pense avoir paumé ma valise droite au bout de 10 km de piste et je ne m'en apercevrais seulement à la frontière Chilienne ( heureusement j'avais pris juste un leger change ).

On en profitera pour passer les frontières Argentine et Chilienne dans les bois. Nous sommes seul pour les formalités.

On termine cette première journée en bord de mer à Valdivia et la brasserie Kuntsmann.

L'embrayage de Nico donne déjà des signes de faiblesse.

3

Aujourd'hui avant de prendre la route,et ses 280km, visite de Valdivia et son marché, les Lions de mer nous attendent ( surtout les poissons données par les pêcheurs ).

Petit arrêt aux Termas Petrehue avec son eau à 38 degré et nous voilà déjà dans le no man's land entre le Chili et l'Argentine 20 km de paysages grandioses, pics enneigés et forêt pétrifié.

Le passage des frontières n'aura mis que 1h30.

Mais le retour en Argentine vers Villa La Angostura fut vraiment exceptionnel,

On a un peu serré les fesses, 280 km sans station services, on arrivent au pied de la station Nico tombe en panne sèche.


Après intervention sur la moto de Nico et remplacement de l'embrayage, petit test par Nico, pas plus de 5 minutes et abracadabra tout à lâché, retour chez le loueur.

On redémonte et le moteur est déclaré HS.

Changement de bécane avec remplacement des pneux et ensemble de freins.

Direction le resto, on récupérera nos bécanes à 23h00 complètement révisée s et aptes à continuer notre périple.

4

Après les périples de la veille sur la moto de Nico, nous prenons ce matin la route de Bariloche, la ville est ancrée autour du lac et des pics enneigés, ya des flics partout et on est bien évidemment contrôlée.

La ville très touristique finalement ne nous plaît pas du tout et du coup on reprendra la routa 40 après que je sois passé chez le coiffeur.

La routa 40 jusqu'a El Bolson nous a bercés le long des lacs enclavées autour des pics enneigés. Malheureusement la Brasserie est fermée.

Ensuite on s'aventurera sur 70 km de ripio à travers le parc Alerces, ce fut très technique, mais magnifique, bien qu'on en ressortira très poussiereux.

Que la montagne est belle.

Pour arriver au Chili, il nous faudra encore parcourir 50 km de ripio gros cailloux et passer les postes frontières en 1h30.

Arrivée à Futalefu après 480 km, oui, petit détour, la premiere route pour le passage de frontière était fermé.

On viens de réserver pour une sortie rafting demain ( notre seul jour de repos ).

5

Une fois n'est pas coutume, petite marche le matin et sortie de 6h00 pour le rafting, dont 3h00 sur le Rio Futalefu, un des 3 plus beau spot au monde.

Malheureusement pas d'appareil étanche sur moi, donc pas de photo.

Mais avec les bons contact de Nico en voilà quand même quelques une.

6

Nico était de sortie hier soir et moi, j'ai la crève, du coup ce matin on n'est pas en forme et pour se mettre dans le bain de la Caratera Austral au Chili, on démarre par 60 km de ripio et bientot grace au froid on mettra les tenues de pluie, qui serviront pour de vraie plus tard.

Mais à vrai dire, c'est rien par rapport aux petit souci du jour.

Km 50, mon cable d'embrayage casse.

L'avantage avec ces petits 4 temps, c'est qu'on peux passer les vitesses à la volée, l'inconvénient, à l'arrêt faut pousser pour enquiller la 2ème et sur les cailloux, ça marche pas à tous les coups.

km 200, soit après 650 km avec sa nouvelle moto, Nico me dit: tu vas rire, j'ai l'embrayage qui patine.

Finalement à 17h00 on arrive à Coyhaique âpres avoir parcouru environ 200 km de ripio sur les 440 km de la journée.

Nous avons vu de très beaux paysages dans la Cordillère des Andes malgré la pluie et le froid et on espère réussir à réparer mon câble demain et prolonger la moto du Nico jusqu'après demain jour de notre retour en Argentine.

Pour les photos du jour, ne pouvant pas m'arrêter il n'y en aura que deux.

7

A 9h00 tocante nous faisons l'ouverture du concessionnaire moto du coin, que nous a conseillé Juan le loueur de moto de Villa Angostura.

Pas de problème pour mon cable d'embrayage, mais c'est plus dur pour les disques d'embrayage de Nico.

Le concessionnaire dit qu'il n'en à pas, et notre loueur dit que celui des 250 xr convient, on les laissent s'arranger entre eux.

En fait notre moto utilise 7 disques qui sont les mêmes que ceux du 250cc mais en 6 disques.

Le mécano dit ok mais pas avant 15h00, on lui met la pression et les motos seront prête pour 13h00.

Au passage notre loueur vient de perdre 160€.

On prend la route sous des trombes d'eau.

Les 80 premiers kilomètres seront sur du bitume et du béton.

Ensuite, ce sera 250km de ripio avec au km 150 une tempête de neige.

Bienvenido en Patagonie.

La température est descendue et nous sommes trempé et transit de froids, mais la beauté des paysages nous transcende et lorsqu'un rayon de soleil apparait, nous sommes aux anges.

Cette partie de la Caratera Austral est tout simplement extraordinaire, elle fait partie de mes 3 meilleurs trip moto.

La journée vient de se terminer après 330km en 5h30.

Demain debout de bon heure, nous n'aurons que 12h00 de route.

8

Debout 6h15 pour cette très dure étape, au programme, rien de moins que 660km qui deviendront 730, le tout en 11h30.

Début dans le parc Patagonia et ses Lamas, les paysages sont sublimes et le ciel est lumineux, hors mi beaucoups de Lamas, les lièvres qui prennent le soleil sur la piste, détalles à la sortie des virages en nous voyants.

Passages des frontières en un temps record et nous poursuivrons coté Argentin avec des paysages plus désertiques, où des Emeux font la course en nous voyant.

Après 160 km de Ripio nous retrouvons la routa 40.Il nous reste 570 km, ce sera 500 de bitume et un passage de 70km de galets très casse gueule.

Cette Routa 40 fut très monotone et fraîche, avec un vent constant qui nous faisait souvent piloter incliné.

Arrivée à El Chaten avec ses paysages de montagnes enneigés et son sommet le Fitz Roy resplendissant.

La chaine moto de Nico est morte et le bidon d'essence à fuit dans sa valise.

On va s'en jetter une , bien manger avec un bon vin.

23heures je suis cuit, je me couche.




9

9h00 départ de El Chalten, pas trouvé d'huile et les niveaux sont bas.

9h25 l'attache rapide de ma moto à cassé, Nico est loin devant.

Pas de réseau.

J'interpelle quelqu'un sur la route pour l'avertir.

10h20 un motard s'arrete et me dit qu'il a une attache rapide et les outils.

Super, je démonte tout pour m'avancer en attendant Nico et lorsqu'il sera de retour rendra le maillon.

C'est pas le même, il est 11h00.

Mathieu le motard par sur El Chalten pour faire le plein, j'ecris un message sur son phone, lorsqu'il aura du réseau Nico sera au courant, maintenant je suis sur qu'il a filé tout droit sur El Calafate vu l'état de sa chaîne.

J'interpelle des Pick-up pour m'amener sur El Calafate mais y'a toujours une excuse, valises, véhicule de société, véhicule de location...

12h30 un semi remorque est en vue je lui fait signe et Fernando accepte de me prendre et au même moment Mathieu arrive.

A 3 on charge la moto en demontant le panneau arrière qui servira de rampe.

Fernando me dit qu'il bifurquera 30 km avant El Calafate. Royal, Nico d'ici là pourra me ramener le maillon.

Sur la route 2 endroits avec du réseau, Fernando me prête son phone et je m'arrange avec Nico.

10 km avant le croisement, un motard Brésilien à son pneu arrière de mort et fait du stop avec sa roue en main.

On l'embarque aussi et Fernando finalement nous emmènera en ville.

170 km parcouru en 2h30.

15h30, Nico est soulagé de me revoir, mais le garage moto viens juste d'ouvrir.

J'en profite pour faire faire ma vidange et la chaine .

17h45 je prend la direction du Perito Moreno sans Nico, il est caisse.

18h30, le parc à fermé à 17h00 et rouvrira demain à 8h00.

Je vais faire des photos dans le coin et retourne voir Nico.

On va faire la queue 30 minutes à l'unique station pour faire le plein.

On s'en jette une, on fait les courses , bières vin et on va au Guest house se faire à manger, il est 22h00.


10

On commence la journée par 80 km de bonne route pour aller au Perito Moreno le plus beau et grand glacier accessible.

Un chemin de 4 km de passerelle permet de parcourir une partie des 5 km de long des limites du glacier.

Ya du bruit, ce glacier se deplace et perd des blocs régulièrement, on dirait des détonations et du coup des iceberg derivent.

Les couleurs bleue azul sont d'une pureté qui font encore plus ressortir le glacier.

Ensuite comme on s'était concerté sur le manque de temps, on s'était dit et pourquoi pas se faire la routa 9 ( non conseillé )pour gagner 200km de route.

Du coup on à fait 200 km de piste rocailleuse.

Pour continuer cette journée nous sommes aller faire une rando de 4km pour aller voir une colonie de Pingouins dans le parc de Monte Leon.

La journée s'est terminée après 520 km.

11

Pas grand chose à se mettre sous la dent aujourd'hui, pour meubler la journée au paysages monotone et ses 510 km, j'ai laissé Nico faire une grasse mat et j'ai pris la route par la côte.

Une petite escapade avec 200 km en plus mais surtout 350 km de ripio et chemin pour enduro, le tout pour voir des animaux marins que je n'ai jamais vu.

Par contre j'ai souvent fait la course avec des Emeux et Guanaco ( genre de Lama ).

Sinon j'ai croisé renard, troupeaux de mouton, Flamand rose etc etc.

Évidemment peu de station service et comme il y avait énormément de vent, j'ai plus consommé et je suis tombé en panne sèche 10 km avant la station.

Un couple de Brésiliens à 2 sur un Triumph 800 Tiger, chargée comme des mules sont venue à ma rescousse avec un jerican de 5 litres.

La ville de Caleta Olivia est moche, mais nous y avons trouvé une charmante micro brasserie.

12

Petite journée de liaison de 640 km pour rejoindre Puerto Madryn ou nous attendent Adri, Pascal et Véro.

Ce sera presque uniquement du bitume, sauf une partie de mauvais ripio ( 100 km ) pour aller faire le parc de Pingouin de Punta Tombo.

Cette réserve d'environ 50000 pingouins nous fait passer sur un sentier à travers leurs lieu de vie.

Certains prennent le soleil sur ce même sentier.

La remontée d'après pêche des males sur le littoral est émouvante, on pense au dur labeur pour aller nourir leurs progénitures.

Sur le chemin la seule station essence au km 260 était en panne sèche.

On tombera en panne au km 318, mais heureusement j'avais un bidon de 5 litres qui nous permettra d'aller 30 km plus loin.

Arrivée à 18h30 et ce fut galère le soir pour trouver un resto car ils étaient tous blindés, service à 22h00.


13

C'est parti pour 420km de bus pour voir la Péninsule Valdes, presqu'île classé au Patrimoine mondial de l'Unesco pour ses espèces marines exceptionnelles.

Au programme Lions de mer, Éléphants de mer et Pingouins ainsi que sur la route, toujours beaucoup de Guanacos.

On aurait dû aussi voir des Orques mais comme c'est marée basse, on ne les verra pas.

Bon, le ripio en bus, c'est sport aussi, les partie de tôle ondulée nous font souffrir au même titre que les amortos .

Pour finir cette promenade 2h00 de détente sur la plage de Puerto Piramides.

Au retour on est aller faire des courses pour une Parilla.....

14

Dernière ligne droite pour Nico avant restitution de la moto.

Départ à 6h30 pour un passage Est - Ouest de 1020 kms.

Le soleil sera avec nous toute la journée pour la 1er fois du voyage en moto.

Les paysages sont bien moins monotones qu'en Patagonie par la côte et nous ne mettrons que 11h30 pour arriver à destinations.

Nos motos à 120 à l'heure consomme du 5 litres, mais bouffe surtout 0.6 litres d'huile tout les 500 kms.

La mauvaise surprise, sera de la part du loueur, qui devait nous louer la moto kilométrage illimité et qui finalement fera payer un supplément de 180 € à Nico.

Nous n'avions, par rapport au contract, que 300 km inclus par jour.

Pascal doit s'occuper de retrouver le mail disant que les motos étaient louées kilométrage illimité.

15

480 km à faire aujourd'hui , la région des lacs autour de Bariloche est vraiment magnifique et en plus les Gauchos s'occupent de leurs troupeaux dans les Estancia.

J'en profite pour canarder avec mon appareil photo.

Km 246, faut faire le plein dans la seule station avant Neuquen, après 20 minutes de queue le plein est fait, je stationne la moto et je vais boire un coup.

Au retour, sous la moto, une grosse tache d'huile, j'explore, le connard de Juan a niquer un joint en faisant la vidange hier, j'achète un bidon d'huile fait le niveau et espère aller jusqu'a Neuquen ou il y a un concessionnaire Honda .

Finalement chez Honda ils m'ont changé un joint et c'est reparti comme en 40.

16

En attendant que Véro et Nico prennent l'avion pour repartir en France,

Adri et Pascal nous ont concocté une visite d'un vignoble à 60 km de la maison.

Repas délicieux et bonnes bouteilles de vins à 9€.

En bref, on était un peu pintés.

17

Ca y est, je suis seul pour une semaine, Nico et Véro sont dans l'avion pour Paris.

Aujourd'hui 820 km pour aller dans la région de Mendoza la Mecque des vignobles Argentin.

Évidemment il n'a pas fait beau et 15 degré à l'arrivée à Mendoza.

Le seul petit problème, c'est que les Bodega ont toutes fermées à 17h00.

Impossible de les visiter, mais j'ai quand même pu acheter un nectar que je me suis fait le soir.

18

Le soleil est de retour et le sera toute la journée.

La region de Mendoza en direction de Santiago du Chili est magnifique, la route de montagne passe à travers d'immenses canyon pour atteindre 2700 mètres au col, ou se trouve un mirador pour observer le plus haut pics d'Amérique, l'Aconcagua à 6900 mètre.

Le passage de la frontière ne prendra qu'une heure, mais ça reste quand même un sacré bordel avec fouille des véhicules.

J'ai choisi ce passage de frontière pour ses 27 lacets et le point de vue qui va avec.

Ensuite les paysages Chilien deviennent culture de fruits et j'en ai profité pour manger sur le bord de la route, pêches, brugnons et raisins.

Une fois arrivée à Valparaiso une espèce de brume était présente empêchant le soleil de briller.

Qua cela ne tienne, je suis quand même aller me baigner, mais elle n'était pas bien chaude.

Grande balade le soir et utilisation du Funiculaire.



19

Journée découverte de cette ville maritime à l'influence street art.

En gros, 15-20 km à pied en commençant par le marché aux fruits et légumes puis celui des poissons.

Sur Valpo le matin une brume persistante jusqu'à midi puis doucement le soleil passe jusqu'à atteindre une belle température de 25 degré, idéale pour terminer l'après midi à la plage et bronzer un peu.

Durant la journée j'ai arpenté les différents Cerro (quartier) qui tous sont en pente, ça muscle les gambettes et sa redonne du souffle.

Aller ce soir ce sera un Jardin de Maresco ( assiette de fruit de mer ).

Non, ce fut plutôt noix de saint Jacques et street art .

20

La journée est très vite passé malgré ses 650 km.

Le soleil était présent jusqu'au bord de mer ou la grisaille est apparue.

Les paysages variés, j'en ai profité pour aller faire un saut dans les gorges de Maipu, la montagne à 50 km de Santiago.

Ensuite direction la colonie d'Otarie de Loberia.

Un caillou ou 3500 Otaries et Lion de mer ont colonisés les lieux.

Les photos du smartphone sont pourries, elles viendrons lorsque j'aurais celle de l'appareil photo.

Il ne me reste plus que 1000 km pour finir mon trip et mon pneu arrière est mort et d'embrayage commence à donner de sérieux signes de faiblesse, je pense que la montagne du retour va lui être fatal.

Bon ben avant de gouter au vin blanc et aux poissons je vais deja parfaire ma connaissance en Pisco, l'alcool du Chili.

21

460 km jusqu'a Villarica ou je dormirais et 60 km aller + retour pour aller au Termas Géométrica.

Les Otaries mon vraiment botté, du coup j'y retourne, malheureusement y'en a une de morte sur la plage.

La route serpente pas mal pendant 180 km jusqu'au chute Maipe.

Ensuite c'est plutôt droit jusqu'au Volcan de Villarrica, sur la route plein de cabanas qui vendent du fromage, mon sandwitch de midi est tout trouvé.

Juste le temps de déposer mes affaire au B&B de Villarrica et je fonce pour 14h30 faire le thermes Géometrica.

Un espèce de sentier ponton rouge mène pendant plus de 500 mètres vers une magnifique cascade, mais ce qui est vraiment plaisant, c'est plutôt la 20ène de piscine tout le long du sentier avec des températures comprises entre 37 et 45 degré.

Ma préféré, c'est cette petite vasque à 45 degré et la chute d'eau a proximité à 6 degré, le pied, quoique, ils ont bien compris la valeur ajoutée d'un tel cadre, 39€, plus jamais je dirais que les thermes en Allemagne sont chères.

Après une heure de piste et route, me revoilà au pied du volcan, j'en profite pour faire un petit tour en Kayak pour le canarder de plus bas. jajaja.

Balade en ville pour trouver un resto avec Wi-Fi, c'est vraiment pas le top ici.

22

Dés le départ le temps est avec moi et les paysages sont beaux et variés.

La region du volcan Villarrica est grandiose et ce le sera jusqu'a la frontière.

J'arrête pas de prendre des photos.

Passage des frontières en un temps record d'une demie heure et me revoila pour 30 km sur ce bon vieux ripio et sa poussière.

Me voila à San Martin de Los Andes pour me sustenter de quelques Empanadas et j'attaque mes 100 derniers kilomètres dans ce dédale de la région des 7 lacs.

Arrivée à Villa la Angostura pour rendre mon 400 Falcon après 9500 km.