Croisière à bord du Costa Deliziosa. Départ de Marseille et retour à Venise après 108 jours. D'Est en Ouest: Atlantique, Panama, Pacifique, Amérique du sud, Océanie, Asie, canal de Suez.
Janvier 2020
107 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 23 novembre 2020

Nous continuons notre navigation dans l'océan Indien. Celui-ci est réputé comme le plus méchant. Et cela se confirme.

Nous tenons un cap de 267° à la vitesse de 18 noeuds avec un vent de force 7 de SW et une houle de force 6 de SW.

La t° est de 21° et la mer à 23°. La profondeur est de 5000 m. Sur le pont, il faut se couvrir et bien se tenir.

Les 2 anémomètres du navire sont situés des 2 côtés du mat de proue.

L'anémomètre actuel, composé de 3 "tasses" à été mis au point par John Patterson en 1926.

Le soir, nous assistons à un spectacle musical de notre Maestro de la chorale sur le thème de "Love into French & American classic".

Nous aurons pour les USA : Ray Charles et Sinatra et pour la France : Adamo (qui est belge), G. Bécaud et Jacques Brel (qui lui aussi est belge). Plus "Barcarole" d'Offenbach.

Spectacle agréable.



2
2
Publié le 23 novembre 2020

Deuxième jour de navigation dans l'océan Indien.

Le cap est de 274° à la vitesse de 19 noeuds.

Le vent est de force 5 du SE et la houle de force 4 du SW. Donc malgré la diminution du vent, la mer est hachée. La t° est de 19° et la mer à 20°. La profondeur est de 3500 m.

Le commandant nous annonce que, selon les recommandations de l'OMS et des autorités nationales, Costa Croisière a décidé de prendre des mesures préventives à bord de ses navires afin de protéger les passagers et l'équipage.

Suspension des activités de groupes : spectacles, conférences, ateliers, leçons et danses.

En effet, le Queen Mary II qui avait accosté en même temps que nous à Sydney et à Albany a détecté 4 cas de Corona virus à bord.

D'où des mesures de précaution drastiques (distance de 1 m entre personnes, désinfection des mains obligatoire, service buffet servi par du personnel ganté, masques pour les personnes soignées etc.) durant 14 jours après Sydney et 14 jours après Albany soit jusqu'au 28 mars. Après cela, si aucun cas n'est détecté, le navire sera considéré sain et nous serons en sécurité.

Tout le monde accepte ces mesures sauf certains français qui rouspètent car ils savent tout ce qu'il faudrait faire, mieux que le Commandant.

Nous supposons que le navire fera les escales selon le trajet prévu uniquement pour les ravitaillements mais avec interdiction de descendre à terre par mesure de précaution.

Ce soir, nous reculons nos montres d'une heure.

Donc plus que 5 heures de décalage avec Paris.

3
3
Publié le 23 novembre 2020

Jeudi, nous suivons un cap 278° puis 285° vers l'Île Maurice à 17 nœuds.

Il fait nuageux mais doux (19°) et la mer à 23°.

Le matin, nous allons nous asseoir sur le pont 11 et l'après-midi, c'est une promenade digestive. Le vent forcit et la température diminue.

Le soir, pas de spectacle mais à l'avenir les spectacles seront dédoublés pour respecter la consigne de 1m entre les personnes.

Les discussions vont bon train : où va-t-on débarquer et quand va-t-on rentrer chez soi ?

En attendant, nous profitons d'une vie sans soucis, logés, nourris, pas de lessive ni de vaisselle. Il faut positiver.

Vendredi, nous poursuivons notre navigation avec un cap de 286° à la vitesse de 17 nœuds.

Le vent est de SW de force 8 et la houle de SW de force 8 aussi. La mer est donc très agitée mais régulière. Le bateau bouge peu. Interdiction de sortir sur les ponts.

La température est en hausse avec un maximum de 27°.

Nous approchons du tropique car nous sommes à 28° de latitude S.

À 11h ce matin, le commandant nous a mis au courant de la situation.

Tous les pays se protègent et n'acceptent plus les bateaux de croisière. Nous sommes probablement les seuls en navigation.

Le 28 mars, la quarantaine sera levée pour les personnes qui sont descendues à Albany et remontées à Fremantle. À ce moment le bateau sera certifié sain et l'endroit le plus sûr au monde.

Le commandant négocie la permission de faire une escale technique soit à l'Île Maurice soit à La Réunion ainsi qu'une escale avec autorisation de descente à terre pour ceux qui souhaitent rentrer chez eux plus tôt. Sinon, le retour se fera à Venise via le canal de Suez.

Nous continuons nos répétitions de la chorale et les spectacles se déroulent avec un siège de libre entre chaque personne.

Ce soir nous reculons nos montres d'une heure. Il n'y aura donc plus que 4 heures de décalage avec Paris.

4
4
Publié le 23 novembre 2020

Nous poursuivons notre navigation à 18 nœuds avec un cap de 289°.

La mer est plus calme. À 14h, il y a 28°.

Un grand jour pour nous car c'est notre anniversaire de mariage. Nous fêtons les noces d'or. Déjà 50 ans de bonheur. Nous faisons faire un portrait souvenir.


5
5
Publié le 23 novembre 2020

Dimanche, nous poursuivons notre navigation vers l'Île Maurice (cap 293° et vitesse 18 nœuds). Mer calme, force 2 et houle de force 1 de SE. Température 29°.

Nous allons au pont supérieur nous allonger sur un transat à l'ombre.

Les spectacles du soir sont retransmis en direct sur la TV des cabines. Nous restons donc dans notre cabine.

Ce soir, nous retardons les montres d'une heure.

Lundi, dernier jour de navigation pour l'Île Maurice.

Nous suivons un cap de 293° à 17 nœuds. La température est de 30°.

Nous avons franchi le tropique cette nuit.

Ce soir, notre position est : 20° 46' de latitude S et 60° 16' de longitude E.

Nous faisons du "farniente" le matin. Puis nos activités habituelles l'après-midi.

Nous gardons nos 3 heures de décalage pour aborder l'Île Maurice.

Ce soir c'est concert avec Giulia et sa belle voix et Graziano Refrigerato au saxo.

Nous connaissons le répertoire car ce sont eux qui assurent le spectacle au Piano Bar auquel nous assistons régulièrement.

Mais ce soir, en plus il y a les magnifiques toilettes de Giulia.






6
6

Nous jetons l'ancre à 8h au large de Port Louis.

Coordonnées : 20° 05' de latitude S et 57° 28' de longitude E.

Le ciel est bouché et il pleut. Le vent souffle en bourrasques.

Immédiatement, un énorme navire pétrolier ravitailleur vient se mettre à couple. Interdiction de fumer sur les ponts. Et le transfert de carburant commence.

Après 3 heures de transfert, le ravitailleur se détache et est remplacé par un autre encore plus grand. Le transfert de carburant se fera jusqu'à 21h30. Soit au total 13 heures pour remplir les réservoirs du bateau.

À 22h, le bateau appareille pour La Réunion.


L'Île Maurice était déjà connue des Malaisiens et des Arabes depuis le Xème siècle. Les Arabes l'appelait Dina Arob. Les Portugais l'ont découverte en 1505, la baptisant d'Ilha do Cerne ("île aux cygnes"), mais elle est restée inhabitée jusqu'à l'arrivée de la première colonie néerlandaise en 1598. Les Hollandais lui ont donné le nom de Maurice, en l'honneur du Prince Maurice de Nassau.

Les cyclones et autres événements météorologiques défavorables ont conduit les Hollandais à l'abandonner quelques décennies plus tard.

En 1715, les Français en prennent possession et la rebaptisent "Île de France".

Conquise par les Britanniques en décembre 1810, l'île reprend son nom hollandais.

Elle a accédé à l'indépendance le 12 mars 1968 et est devenue une république au sein du Commonwealth en 1992.

L' île a toujours été une démocratie stable avec des élections libres et régulières, respectant les droits de l'homme. Elle attire de gros investissements de l'étranger et a l'un des PIB par habitant le plus élevé de toute l'Afrique.


Arrivée à l'Île Maurice
Ravitaillement en carburant
7

Arrivée à 7h30. Latitude 20° 55' S et longitude 55° 19' E. Température : 30° et soleil.

Comme prévu nous accostons mais interdiction de descendre à terre.


• • •

Nous descendons au pont 3 pour être le plus près possible de la passerelle et voir nos amis réunionnais descendre et leur faire signe au revoir.


Ensuite nous allons au pont 11 nous étendre sur un relax à l'ombre ! Il fait très chaud.

À midi déjeuner au pont 2. À 16h, répétition de la chorale. Et à 18h30, le dîner.

Le soir une personne est débarquée, après moult démarches, pour urgence médicale grave. Elle sera conduite en ambulance à l'hôpital.

Ce n'est pas le Corona virus ! Ouf !!! Cela retarde notre départ.

• • •

L'île autrefois inhabitée a été appelée par les Arabes "Dina Morgabin" (île de l'ouest).

En 1513, le portugais Pedro de Mascarenhas fut le premier européen à la visiter.

Lorsqu'elle fut occupée par les Français en 1642, le roi de France Louis XIII la surnomme "île Bourbon" (nom de la famille régnante). Elle fut rebaptisée "Réunion" lors de la Révolution française (1793) pour commémorer la rencontre des Fédérés de Marseille avec la garde nationale parisienne.

Du XVII au XIXe siècle, l'immigration des Français, des Africains, des Chinois, des Malaisiens et des Indiens a donné à l'île l'hétérogénéité ethnique qui la caractérise avec une très grande tolérance religieuse et une gentillesse remarquable des habitants.

En 1869, l'ouverture du canal de Suez a réduit l'importance de l'île comme étape vers les Indes orientales.

Le 29 mars 1946, elle est devenue un département français d'outre mer et suite au référendum de 2009, elle est considérée comme faisant partie intégrante de la République française et en tant que telle, est représentée à l'Assemblée nationale et utilise l'Euro comme monnaie.

8
8
Publié le 23 novembre 2020

Nous navigons à 15 noeuds avec un cap de 17°, un vent de force 7 du SE et une houle de force 3 du SE. La température est de 28° et la mer à 29°. Il y a trop de vent pour sortir sur le pont.

Nous nous occupons dans les nombreux espaces du navire.

Les activités ne manquent pas. Il y a l'embarras du choix.

Ce soir nous avons un spectacle de musique classique au théâtre.

Nous avons chacun notre horaire et le jour car par mesure de sécurité (1m entre chaque personne) le spectacle se renouvelle 4 fois. Deux aujourd'hui (19 et 20h30) et deux demain (19 et 20h30).

Nous aspirons tous à être le 28 mars (14 jours après Albany, notre dernière descente à terre) car on sera certains que le bateau est totalement sain.

On fera la fête et les mesures seront allégées.


Trio Serenissima
9
9
Publié le 23 novembre 2020

Nous poursuivons notre route avec un cap de 13° puis 9° à la vitesse de 14 nœuds.

Le température de l'air et de la mer est de 30°.

Nous approchons de l'équateur. Nous sommes à la latitude de 10° S.

En matinée, le ciel est ensoleillé avec des nuages cumuliformes ascentionnels typiques des régions équatoriales. Ils nous donnent des averses l'après-midi.

Nous approchons d'une zone dangereuse. Car au large de la Somalie, la piraterie est une menace constante.

Les navires sont encouragés à signaler leur position à l'UKMTO (United Kingdom Maritime Trade Operations) de sorte qu'une mise à jour constante facilite la localisation des navires au cas où il y aurait des opérations militaires.

Les navires sont tenus de maintenir des mesures d'autoprotection contre les attaques de pirates. (Bouches d'incendie et le LRAD (Long Range Acoustic Device) arme sonique).

Depuis fin 2008, l'OTAN a contribué aux efforts de lutte contre la piraterie.

La marine italienne assure la participation continue de sa propre unité navale.

Le cap suivi par notre navire passe au large de la zone dangereuse de la Somalie.

Seul le golfe d'Aden ne peut être évité. Mais celui-ci est étroitement surveillé.

Le commandant négocie deux escales techniques à Oman ( Muscat et Salalah) avant de passer le canal de Suez.

10

Samedi, cap 20° puis 11° à la vitesse de 14 nœuds par mer calme et une température de 33°. Le matin est ensoleillé et l'après-midi variable. Il fait très chaud et humide car nous approchons de l'équateur.

À midi, le commandant nous annonce qu'une escale technique a été acceptée à Muscat en Oman.

À 16h, nous avons une répétition de la chorale.

À 18h, le commandant nous annonce que nous changeons de cap (277° à 20 noeuds) en direction des Seychelles pour une urgence médicale d'un membre de l'équipage.

Le spectacle du soir est le même qu'hier.

Dimanche à 7h, le navire se met en panne au large des Seychelles.

On attend les gardes-côtes pour évacuer l'équipier qui souffre d'une crise aiguë d'appendicite. Ceux-ci arrivent vers 7h30 et le malade est pris en charge sur la vedette.


Le navire vire ensuite à 180° et reprend un cap de 6° à la vitesse de 18,6 nœuds.

Le ciel est splendide avec ces nuages cumuliformes. Le lever de soleil est aussi très beau.




À midi nous prenons un cap de 22,9° et le soir de 25,8°. La température est de 31° ainsi que la mer. Celle-ci est plate comme un lac sans vent. Nous traversons l'équateur à 23h 15 à la longitude de 56° 59' E.

11
11
Publié le 23 novembre 2020

À 9h, nous navigons à 18 nœuds avec un cap de 22° vers Muscat pour une escale technique de ravitaillement. Ensuite nous nous dirigerons vers le canal de Suez.

Notre position : 2° 55' de latitude N et 58° 05 ' de longitude E.

Nous sommes donc revenus dans l'hémisphère nord.

La t° est de 31° et la mer à 32°. Le vent est de force 4 NE et la houle force 2 NE.

Nous suivons un cap NNE de 24° à la vitesse de 19 nœuds.

Le ciel est nuageux mais l'ombre est rare car le soleil est au zénith.

Le matin, nous faisons une promenade sur le pont pour prendre l'air mais vers 11h nous rentrons vu le soleil et la chaleur.

À 20h, le cap est de 23° et notre position est de 6° 14' N et 59° 17' E.

Nous navigons à l'Est de la Somalie à distance raisonnable de la zone de piratage. Nous nous dirigeons vers la mer d'Oman.

Aujourd'hui, nous avons répétition de chorale.

Les passagers qui sont remontés à Fremantle et qui étaient en quarantaine ont été libérés.

Le bateau est sain et nous sommes certains qu'il n'y a aucun problème.

Cependant, nous sommes obligés par les autorités italiennes de respecter un confinement comme en Italie vu que le navire est italien.

Stupidité qui conduit à la suppression des activités à bord.

Il ne nous reste plus que le farniente.

Les spectacles du soir sont maintenus avec 1 m entre chaque spectateur.

Nous regardons le spectacle dans la cabine à la TV.

12
12
Publié le 23 novembre 2020

Nous continuons notre navigation avec un cap de 355° à la vitesse de 18 nœuds par une mer calme. Notre position à 9h est : 10° 05' N et 60° 40' E.

Nous nous éloignons de l'équateur et ainsi nous retrouvons un magnifique soleil.

Nous arrivons dans la mer d'Oman.

La mer d'Oman est traversée par les hommes depuis l'Antiquité comme voie de communication privilégiée entre le Moyen-Orient, l'Afrique de l'Est, l'Inde et l'Extrême-Orient. Elle est parcourue par les populations côtières, les Perses et les Grecs exploitant le régime des vents de Moussons. Des navires grecs, poussés par une tempête prolongée, ont même accosté au Serendippo (aujourd'hui Sri Lanka).

La connaissance approfondie de cette mer a été reprise dans des traités de navigation écrits par le grand navigateur yéménite Ahmad iben Mäjid qui a aidé Vasco de Gama à tracer ses routes vers l'Inde après avoir contourné le Cap des Tempêtes baptisé ainsi par Vasco qui avait essuyé une violente tempête mais rebaptisé Cap de Bonne Espérance pour ne pas décourager les futurs navigateurs.


À midi, le commandant nous fait une déclaration.

Il nous confirme avec certitude qu'il n'y a aucun cas de corona virus à bord.

De plus devant la catastrophe en Italie. Il décide de mettre le pavillon du navire en berne et nous demande une minute de silence en mémoire de tous les morts en Italie et dans le monde. Cette minute est rigoureusement respectée dans tout le navire. C'est une minute extrêmement impressionnante et émouvante.

À 20h, notre position est : 13° 35' N et 60° 30' E.

13
13
Publié le 23 novembre 2020

Nous continuons notre navigation vers Muscat (Mascate).

Le navire a navigué la nuit à 21 noeuds pour sortir rapidement de la zone dangereuse de piratage. Les marins étaient sur le qui-vive toute la nuit sur le pont 3 avec les lances d'incendies.

Situation à 7h : latitude 16° 57' N et longitude 60° 21 E. Cap 356°.

La mer est calme (une mer d'huile). Pas de vent. La température max est de 30°.

Le soir, nous approchons du golfe Persique ou Arabique en longeant les côtes d'Oman. Latitude 20° 48' N.

L'arrivée à Mascate est prévue pour demain à 9h.

Nous passons notre journée calmement conscients d'être des privilégiés en bonne santé.

Quelques activités redémarrent en relachant un peu le confinement.

Nous pensons à nos familles et à nos proches qui vivent une situation bien moins confortable que la nôtre.

14
14
Publié le 23 novembre 2020

À 7 h nous franchissons le tropique du Cancer ( 23° 27' N).

À 9 h30, nous apercevons dans la brume la côte et le port de Mascate.

Nous accostons à 10h . Situation : 23° 37' N et 58° 34' E.


• • •

Commence alors le ballet des camions pour recueillir les déchets du navire et le ravitailler en nourriture.


Évacuation des déchets
Ravitaillement

De l'autre côté c'est le ravitaillement en carburant.


• • •

Nous photographions un navire typique.


Nous admirons cette entrée du port avec un paysage magnifique.

C'est la plus belle arrivée avec celle de Sydney.

Mascate est la capitale d'Oman et une des plus anciennes villes du Moyen-Orient.

Dans les temps anciens, c'était la plaque tournante de l'encens qui était exporté du sud de l'Arabie vers la Grèce et vers Rome.

Aujourd'hui, les produits traditionnels d'exportation sont les dattes, la nacre, l'encens et le poisson.

À Mascate, il y a deux ports maritimes, l'un situé à Mina al Fahal est un port pétrolier près des raffineries et l'autre à Mina Qabus, où nous sommes, et où transitent annuellement 1,6 millions de tonnes de marchandises.

15
15
Publié le 23 novembre 2020

Nous passons la journée sous un magnifique soleil.

Le golfe d'Oman se trouve dans la partie la plus orientale de la Péninsule Arabique et relie la mer d'Arabie au détroit d'Ormuz puis au golfe Persique.

À 16h, nous appareillons. À l'arrière du navire, nous admirons avec nostalgie et regret ce beau paysage qui nous donne l'envie d'y revenir.

Panneau à la gloire du Sultan d'Oman

Nous suivons un cap de 63° à 16 nœuds pour nous éloigner des côtes.

Puis un cap SE (143°) en longeant les côtes d'Oman puis SW (192°) pour contourner l'Arabie. Nous entrons dans une zone connue pour ses actes de piraterie. Toutefois, les navires de croisière attirent moins les pirates que les navires marchands.

Du 4 au 7 avril, il sera interdit d'aller au pont 3 la nuit.

Nous recevons des instructions écrites sur la conduite à tenir en cas de problèmes.

Des équipements spécifiques ont été investis par la compagnie maritime et de plus le navire est en communication permanente avec les autorités compétentes.

Ensuite, nous suivrons un cap WSW (252° puis 258°) dans le golfe d'Aden et ce jusqu'au large d'Aden. Cette zone étant mieux sécurisée. Puis WNW jusqu'au détroit de Bab El Mandeb et Djibouti.

Ce soir, nous reculons nos montres d'une heure.

16
16
Publié le 23 novembre 2020

Nous longeons la côte d'Oman sur une mer d'huile à la vitesse de 19 nœuds avec peu de vent. Ce qui ne nous dispense pas du déplacement d'air du navire d'où la nécessité de placer ses transats protégés de ce vent-vitesse.

La température est de 28°.

Ce soir nous entrons dans la zone dangereuse.

Les mesures défensives sont installées et des mannequins grandeur nature sont placés bien à vue sur les ponts inférieurs imitant des vigiles équipés, casqués.



Mannequins

Ce soir nous retardons encore nos montres d'une heure, ainsi, puisque de toute façon, nous ne faisons plus d'escale avec descente à terre, nous serons à l'heure de Paris.

Nous ferons une escale technique à l'ancre pour le ravitaillement en carburant à Suez.


Information culturelle :

Nearco est un ancien militaire et historien grec né en Crète en 356 ACN. Il a combattu dans toutes les campagnes organisées par Alexandre le Grand.

En 326 ACN, il obtient le commandement de la flotte qui descend le fleuve du Jhelum (Pakistan). À son retour de campagne indienne, en 325 ACN, Alexandre le nomme Commandant de la flotte macédonienne, lui confiant la tâche d'explorer les côtes de la mer d'Oman et du golfe Persique. Le journal de navigation de Nearco a été utilisé par les principaux géographes anciens. C'est la seule source qui décrit en détail les implantations des populations côtières du Makrān (Iran et Pakistan).

Les populations de la mer d'Oman étaient appelées Ichthyophagi ce qui signifie "Mangeurs de poissons ".

17
17
Publié le 23 novembre 2020

À 9h, notre position est : 14° 28' N et 53° 03' E.

Cap 252° à 20 nœuds sur une mer calme.

Nous entrons dans le couloir de circulation recommandé internationalement (IRTC) au large du Yémen qui est sous surveillance.

Il y a à cet endroit un train de navires allant ou venant de la mer Rouge et le canal de Suez. Nous pouvons enfin observer d'autres navires.



Notre route est tracée au crayon depuis Mascate

La nuit, nous navigons toutes les lampes extérieures éteintes, les rideaux des fenêtres fermés. Et interdiction d'aller sur les ponts. Des vigiles scrutent l'horizon avec jumelles et les moyens de défenses sont prêts.

Nous avons eu à 16h répétition de la chorale.

Le fait de nous mettre à l'heure de Paris alors que les pays riverains par rapport au soleil ont 1 heure de plus, nous impose la nuit à 17h.

À 20h, notre position est : 13° 29' N et 49° 53' E.

• • •

Ci-après la carte inter-active de l'AIS montrant en temps réel la position des navires.

18
18
Publié le 23 novembre 2020

À 9h, notre position est 12° 18' N et 46° 11' E et nous navigons à 17 nœuds avec un cap de 252°. La température est déjà de 30°.


En bleu le Costa Deliziosa /Rouge=Pétrolier/ Vert=Cargo

À 18h30, nous franchissons le détroit de Bab el Mandeb.

Mais impossible de le voir car interdiction de sortir sur les ponts toujours par mesure de sécurité.

À 20h, nous sommes bien engagés dans la mer Rouge.

Le cap change et est de 336°. La vitesse du navire est de 21 nœuds.



En bleu le Costa Deliziosa

Le détroit de Bab el Mandeb (qui signifie en arabe "Porte des lamentations" à cause des dangers que les puissants courants font subir aux marins), large de 32 km, est divisé en 2 par l'île volcanique de Périm contrôlée par le Yémen.

La partie entre l'île et le Yémen est étroite et peu profonde. Les navires empruntent la partie entre l'île et Djibouti large de 26 km.

Région très instable en raison des pirates et du conflit au Yémen entre l'Arabie et l'Iran. Mais depuis 2012, aucune attaque réussie n'a été enregistrée.

Mais ce détroit très stratégique est contrôlé par la Vème flotte américaine.

Il y a aussi présence de troupes françaises, espagnoles, allemandes et italiennes.

De plus vu le conflit au Yémen, il y a aussi des navires saoudiens et iraniens.

La Chine s'y intéresse aussi depuis peu. Il faut savoir que c'est le 4ème point de passage le plus important pour le transport du pétrole.

19
19
Publié le 23 novembre 2020

Pas beaucoup de choses à raconter sur le voyage.

Par contre un coup de théâtre.

Marie-Rose doit être hospitalisée sur le bateau.

Brusque saignement en vomissant et du sang dans les selles.

Un traitement de choc est organisé pour faire cesser les saignements. Sans résultat.

Le taux d'hémoglobine diminue fortement à chaque test de sang.

On ne parvient pas à faire cesser l'hémorragie.

Aussi, vu que le navire est en mer Rouge, il est décidé de nous débarquer en urgence médicale en Arabie saoudite. Et Michel de faire les valises en vitesse. On nous habille en cosmonaute car les Saoudiens sont super méfiants pour le Corona virus.

À 1h30 le 8 avril, une vedette des gardes-côtes saoudiens vient accoster le navire et le transfert commence. Difficilement car la mer est agitée. Le bateau saoudien est agité dans tous les sens. C'est une prouesse des marins de me transférer puis Marie-Rose liée sur un traîneau.

Dans cette épreuve, le réconfort est venu de tous les amis qui sont restés sur le pont pour nous faire signe au revoir et qui se sont manifestés par des applaudissements. Cela nous a fait chaud au coeur.

Il faudra 45 minutes de navigation pour accoster au port militaire de Djeddah.

Tout est prêt pour nous accueillir. Valises déchargées. Une ambulance super équipée avec médecin nous conduit à l'International Médical Center, le meilleur des hôpitaux.

Tout a été organisé entre les médecins de Costa et les autorités sanitaires saoudiennes. Un très grand merci à Linsay, notre hôtesse francophone, d'avoir fait toutes les démarches administratives auprès de notre assurance-voyage. C'était une grosse épine hors du pied.

Marie-Rose est prise en charge par les équipes médicales.

Pour nous c'est la fin de notre croisière mais c'est plus rassurant pour Marie-Rose.

C'est un hôpital ultra moderne et hyper équipé. Elle est en de très bonnes mains.

20
20
Publié le 23 novembre 2020

Journée très fatigante. De 6h mardi à 21h mercredi, sans voir un lit, et pour manger uniquement quelques grignotages. Aux urgences, je reste avec Marie-Rose pour les premiers soins. Chaque malade est seul dans une pièce. Je peux enlever ma combinaison de cosmonaute et la remplacer par une veste avec masque. On prend ma température. Je donne le rapport médical du médecin du navire.

Mais il faut malgré tout expliquer ce qui s'est passé. À croire qu'ils n'ont pas lu le rapport. Un traducteur GSM est utilisé en cas de difficulté de compréhension en anglais. Ce qui les intrigue le plus, c'est : a-t-on le Corona virus ?

Il faut répéter 36 fois que l'on vient d'un navire sain car en mer sans contact avec la terre depuis près de 30 jours. On doit finalement indiquer le trajet depuis Savona avec les dates de toutes les escales. Ils feront un test de détection sur Marie-Rose.

Puis le chauffeur qui a nos bagages me conduit au port commercial, services d'immigration, pour mettre un visa dans les passeports. Car on nous a acceptés sur le territoire sans visa pour urgence médicale.

Les halls immenses sont vides car pas d'arrivée de bateau, les ports étant bloqués.

Là, interrogatoire sur mon état de santé (coeur, poumons, estomac, diabète, toux). Plus les contacts depuis 14 jours, y compris avec les dromadaires. Je dois me laver les mains avec une solution hydroalcolique, une femme voilée me montre comment je dois faire. On remplace mes gants et le masque, on prend ma température dans la bouche et on prend ma tension.

Ensuite, avec mon chauffeur, il faut aller à l'autre bout de l'immense hall vide où sont les tapis roulants pour les bagages et les guichets de contrôle des passeports.

Là, on prend électroniquement mes empreintes digitales et on photographie mon visage pour comparer avec la photo du passeport. Puis on photographie toutes les pages des passeports et le tout est envoyé au ministère de l'immigration.

Après 1 heure 30 d'attente, on me rend les 2 passeports (le mien et celui de Marie-Rose) avec les visas manuels et les cachets d'entrée. Mais rien à payer.

Ensuite on retourne à l'hôpital. Marie-Rose a été transférée à l'étage des soins intensifs. Les médecins m'autorisent à la voir 2 minutes et m'expliquent que toutes les visites sont interdites à cause du Corona virus. On échangera les informations par WhatsApp.

Le médecin me demande si j'ai faim et me paie un thé et une pâtisserie. Sympa !

Puis le chauffeur avec mes bagages me transfère vers un autre chauffeur dans un van. Car lui seul peut circuler après 15h. Il m'emmène dans un hôtel, le Crown Plaza.

J'ai les coordonnées du correspondant local qui a pour mission de me prendre en charge. J'ai aussi reçu de Costa les coordonnées du Care team de Costa qui est à mon écoute en cas de besoins. J'ai d'ailleurs pu l'appeler pour des informations.

Costa Croisière ne nous abandonne donc pas et nous suit après notre débarquement.

21
21
Publié le 23 novembre 2020

En matinée, je m'installe dans l'hôtel. Puis je vais au super-marché (seule sortie autorisée) pour acheter 5 l d'eau car il faut boire vu la chaleur et l'eau de l'hôtel coûte cher. Je vide les valises et les refais afin de ranger logiquement car sur le bateau, j'avais dû les faire rapidement et tout était mis n'importe comment. Puis, je range dans les placards.

Vers 13h, l'agent de liaison local me propose un autre hôtel en pension complète.

Je refais mes bagages (pour la troisième fois).

Arrivé à l'hôtel, cette fois je déballe le strict minimum.

J'apprends alors qu'il n'y a pas de pension complète vu le Corona virus mais seulement B&B.

Les repas sont cuisinés sur place mais servis dans la chambre et payés à part.

Ce jour, je peux enfin manger à 14h et le soir.

J'envoie un SMS à l'hôpital pour avoir des nouvelles. On me répond que Marie-Rose a quitté les soins intensifs et est installée en chambre.

Je demande alors si je peux lui téléphoner. On me répond avec les instructions.

Enfin je peux parler à Marie-Rose. Quel bonheur ! Et surtout pour son moral.

Je reçois un SMS de Free que mes communications dépassent 50 €. Je dois régulariser sinon je ne peux plus téléphoner que vers la France. Je n'ai jamais vu cela dans mon contrat ! Bref, je régularise en payant la somme par Mastercarte.

J'espère ainsi pouvoir continuer à téléphoner à Marie-Rose.

Quand les ennuis commencent, ils ne s'arrêtent plus !

Je n'ai pas le temps de m'ennuyer. Il ne reste plus qu'à me coucher pour la nuit.

22
22
Publié le 23 novembre 2020

Vendredi, c'est le jour de la prière. Le week-end ici c'est le vendredi et le samedi.

L'hôpital m'informe que Marie-Rose peut sortir aujourd'hui de l'hôpital.

Il me faut un taxi autorisé de circuler. Je téléphone à mon contact local qui me suit mais en vain. Tout le monde est à la mosquée et en week-end.

Je dois aller à l'hôpital apporter des vêtements à Marie-Rose et la ramener avec moi à l'hôtel. Le responsable de l'hôtel passe une heure en recherches pour enfin trouver un chauffeur.

Muni de mes autorisations de déplacement que j'ai reçues de l'hôpital pour aller voir Marie-Rose plus une autorisation envoyée par WhatsApp de l'hôpital pour elle, je peux enfin me rendre à l'hôpital. Quelle joie de se revoir !

Sur place, nous devons attendre le billet de sortie. Cela prend du temps, vendredi oblige. Mon chauffeur qui m'attend dans sa voiture s'impatiente mais nous attend.

Enfin nous pouvons sortir. Nous arrivons enfin à l'hôtel vers 15h. Soit 5h depuis les premières recherches pour un taxi. Mais ....c'est vendredi, jour de la prière !

J'ai donc encore passé un repas. C'est bon pour la ligne !

Nous dînerons ensemble à l'hôtel à 18h, personnellement affamé.

On nous permet de manger dans la salle du restaurant et non dans la chambre, ce qui est une entorse au règlement.

Doublement merci à l'hôtelier pour sa gentillesse.

Samedi c'est le deuxième jour du week-end.

La journée commence bien avec les tracasseries imbéciles de l'assurance.

Axa me réclame mes billets d'avion aller du 10 janvier. Heureusement, je les avais gardés, enregistrés sur ma tablette ! On m'avait déjà demandé ceux du retour du 26 avril. Sans explication.

Axa ne connaît pas le représentant local qui s'occupe de moi et qui me confirme avoir déjà envoyé des rapports médicaux de l'hôpital à Axa. Ceux-ci seront examinés par leur médecin pour vérifier si les soins étaient justifiés.

De plus Axa m'écrit que l'hôpital refuse de donner le rapport médical de sortie à leur représentant à Paris alors que le représentant de Costa sur place m'indique qu'il ne l'a pas encore demandé car c'est le week-end et que le rapport n'a pas encore été fait. Bizarre.

Bref nous avons encore 12 jours à attendre pour être rapatriés.


Autorisation de déplacement vers l'hôpital
23
23
Publié le 23 novembre 2020

Ce dimanche, c'est jour de Pâques mais ici on ne connaît pas.

Le matin, le représentant sur place me téléphone pour me signaler que le chauffeur va venir nous chercher pour aller au bureau de l'immigration pour régulariser la situation de Marie-Rose. Connaissant l'endroit (3 halls immenses à traverser), je demande une chaise roulante car Marie-Rose est faible et incapable de marcher autant de distance. Nous partons donc sans manger.

À l'arrivée, une personne avec une chaise roulante conduit Marie-Rose aux guichets de régularisation (empreintes digitales électroniques et photo du visage). Le visa a déjà été mis dans le passeport en même temps que le mien.

À notre retour à 10h30, nous prenons le petit-déjeuner.

Nous devons signaler que partout les gens sont très gentils.

De plus, malgré la rigueur des démarches diplomatiques pour entrer dans le pays, nous avons eu droit à une grande souplesse : entrer sans visa, l'obtenir quand on est déjà entrés, attendre la sortie de l'hôpital pour régulariser la situation de Marie-Rose. Et tout cela gratuitement. On ne peut que dire merci.

Dans l'après-midi, nous allons prendre l'air et marcher un peu pour remuscler Marie-Rose. Ce sera une promenade un peu plus longue chaque jour.

Après le dîner, la journée se termine comme on peut le faire en confinement quand on n'est pas chez soi.


Lundi matin notre chauffeur vient nous chercher à 8h45 pour nous conduire à l'hôpital pour une visite de contrôle. Les entrées sont toujours très strictes au niveau contrôle sanitaire effectué par des infirmières en tenue de cosmonaute. Interrogatoire pour toux, mal de tête, rhume, mal de gorge etc.

Puis avant la consultation, température, tension artérielle, poids, taille, capacité respiratoire.

Après la consultation, je demande le rapport médical complet et je l'obtiens. Quant au rapport médical de sortie, il sera envoyé demain.

L'extérieur de l'hôpital est de style palais mauresque. L' intérieur ressemble à un immense riad très luxueux avec des patios. Tout est en marbre.

Les chambres sont toutes individuelles, très grandes.

On y entre par un salon puis un couloir avec d'un côté la salle de bain et de l'autre côté une kitchenette équipée. Au fond du couloir une très grande chambre avec le lit, des fauteuils et une table. Le plafond est sculpté d'arabesques. C'est le grand luxe.



La façade d'entrée de l'hôpital
24
24
Publié le 23 novembre 2020

Jeddah est située à 21° 32' de latitude N et 39° 11' de longitude E. Nous sommes donc au sud du tropique.

Depuis que nous sommes ici, ma montre est réglée sur l'heure constatée à l'hôpital.

Nos activités (lever, coucher, repas) et nos rendez-vous sont réglés d'après ma montre.

Mais on trouve bizarre qu'il fasse clair à 4h du matin et noir à 5h du soir.

Aussi ce matin j'en parle avec le maître d'hôtel.

Il me fait voir sa montre. Elle indique midi alors que ma montre indique 10h.

Je demande confirmation : "Est-ce bien l'heure de Jeddah" ? "Oui" !

Et pourtant tous nos rendez-vous à l'hôpital étaient bien en concordance avec ma montre.

Conclusion : l'IMC (International Medical Center) travaille à l'heure de Londres ( GMT + 1 h) alors que l'heure locale est GMT + 3 h et l'heure de Paris GMT + 2 h.

On n'aurait jamais pu imaginer cela ! Aussi ce soir il fait nuit à 19h. C'est plus logique.

Vu qu'il n'y a que 3 chambres occupées sur 115, le directeur nous propose une plus belle et plus grande chambre. C'est une suite ! Nous déménageons donc de chambre.

Nous nous promenons comme chaque jour pour muscler Marie-Rose. Aujourd'hui nous avons pu faire le tour complet du bloc. Un beau progrès.

Voici la vue de notre nouvelle chambre.

Le haut building est le centre gouvernemental de la région autonome de Jeddah.

Et la vue porte sur le port.

25
25
Publié le 23 novembre 2020

8ème jour depuis notre entrée dans le pays.

Aujourd'hui, on espérait recevoir le rapport médical de sortie. Mais il n'a pas été fait.

C'est promis pour demain.

Pour passer le temps, je demande à visiter l'hôtel y compris ce qui n'est plus accessible telles que la piscine, la salle de fitness. C'est un très bel hôtel 4* mais réduit au minimum. Le restaurant est interdit mais comme on est les seuls, ils ferment les yeux et on cuisine pour nous.

Je demande au responsable de l'hôtel de vérifier la date d'entrée indiquée (en arabe) sur le passeport pour être certain que l'on peux quitter le pays le 22. À ma grande surprise, il est obligé de chercher sur internet la traduction car la date est celle du calendrier musulman et non du calendrier grégorien universel !


L'hôtel
Le hall
L'étage
Le restaurant                                                                                      La piscine (sans eau)
La salle de fitness
Notre chambre

Il y a aussi sauna et hammam mais je n'ai pas de photo.

26
26
Publié le 23 novembre 2020

9ème jour.

Aujourd'hui il fait plus chaud car le vent marin qui tempérait l'excès a cessé et est remplacé par un vent venant de l'intérieur des terres. C'est un vent chaud qui apporte aussi des poussières du désert, ce qui donne une légère brume.

Je téléphone au représentant local de Costa (Motiee Bani) qui nous aide admirablement, pour lui demander de venir me chercher pour aller avec le chauffeur à l'hôpital chercher le rapport médical de sortie.

Sur place, je m'assure qu'il est bien en anglais et je demande 2 exemplaires.

Un exemplaire pour Motiee qui va le scanner et l'envoyer à Axa et un pour moi.

À l'hôtel, je demande aussi de le scanner pour le garder en PDF sur ma tablette.

Et puis c'est l'heure du lunch pris dans le restaurant. Mais les restrictions imposées par le gouvernement se durcissant, on me signale qu'à l'avenir tous les repas doivent être pris dans la chambre. De plus avant 15h, on peut faire une promenade autour du pâté de maison mais après 15h, uniquement sur le trottoir de l'hôtel.

Après-midi, je reçois la réponse d'Axa. On a bien reçu le rapport. Ils prennent contact avec leur agence de voyage pour un rapatriement le 22 avril.

Mais je dois fournir une attestation médicale que MR est en état de supporter l'avion.

Comment font-il alors en cas de rapatriement sanitaire d'urgence ?

Bref, je recontacte Motiee pour lui expliquer. Il va s'en occuper samedi car demain vendredi, jour de la prière en Arabie, tout s'arrête.

J'ai pu consulter les échanges de courriels entre Motiee et Costa.

Je peux témoigner ici que nous avons été suivis journellement par Costa Gênes et que l'équipe médicale du bateau a été tenue au courant chaque jour. Motiee a reçu des intructions pour nous apporter toute aide. Il nous a aidé pour les déplacements en voiture (chauffeur attitré), démarches avec l'hôpital, avec notre assurance Axa, le choix d'un hôtel, l'obtention du visa etc. Qu'aurions-nous fait sans lui ?

Car Axa se contente du paiement de l'hôpital, du rapatriement et de rembourser nos frais d'hôtel mais seulement 10 nuits alors que nous sommes confinés 14 jours. Mais dans combien de temps serons-nous remboursés ?

Aussi un grand merci à Costa que trop de gens critiquent injustement.

27
27
Publié le 23 novembre 2020

10ème jour.

Aujourd'hui c'est jour de la prière ici. Tout est fermé. Le calme absolu. Et donc rien à dire.

On nous monte nos repas dans la chambre. Nous avons de la chance que l'hôtel n'est pas fermé et qu'il y a un cuisinier qui prépare les repas sur place. Mais le choix est très limité.

Ci-joint quelques photos souvenirs de Jeddah prise de la fenêtre de la chambre.



28
28
Publié le 23 novembre 2020

11ème et 12ème jour.

Samedi, le bureau administratif de l'hôpital est fermé.

Nous envoyons un courriel à l'hôpital avec l'aide d'Ahmed, le gentil réceptionniste de l'hôtel, pour demander de nous envoyer le Fit to Fly.

Nous n'aurons la réponse que demain dimanche.

Pourquoi n'est-ce pas le responsable d'Axa qui est en contact avec l'hôpital qui le demande ? On déplore le manque d'assistance d'Axa. Heureusement qu'il y a Costa pour nous aider !

Nous nous tenons au courant du Costa Deliziosa par des amis restés sur le bateau.

Dimanche à 7h (heure de Paris), le bateau navigue au sud des Baléares avec un cap 270° soit plein ouest.

En ce qui concerne le confinement en cabine. Il a duré 24 heures, le temps de recevoir le résultat du test Corona sur un passager malade débarqué en Sicile pour insuffisance respiratoire. C'était une bonne décision du commandant comprise par tout le monde sauf par quelques français grincheux que nous avons bien connus et qui rouspètent sur tout.

Le bateau est d'ailleurs resté à l'ancre le temps de recevoir le résultat du test qui s'est révélé négatif. La vie a repris normalement sur le bateau.

En principe, le navire doit faire escale à Barcelone lundi 20.

Quant à nous, nous attendons le Fit To Fly.

On se demande pourquoi cette attestation. Car si on ne l'a pas, vont-ils nous rapatrier en train, ou par bateau ?

29
29
Publié le 23 novembre 2020

13ème jour.

Le matin, le chauffeur vient me chercher à 10h pour aller à l'hôpital récupérer le rapport médical avec la mention Fit to Fly. Aussitôt revenu vers midi, je l'envoie à Axa.

En général, je reçois un courriel de réception, mais cette fois, rien.

Comme nous sommes à 2 jours de la date de rapatriement, je téléphone fin d'après-midi. Un monsieur me répond mais la communication est hachée.

Après vérification de mon identité, il ouvre le dossier et reconnaît avoir reçu le Fit to Fly. Il ne comprend pas pourquoi on ne m'a pas répondu. Il va contacter son agence de voyage en Angleterre pour trouver une solution au rapatriement. J'avais déjà reçu cette affirmation il y a plusieurs jours. (!!!)

Je lui demande de me répondre à mon adresse courriel.

Quelques heures après, je reçois un formulaire sans aucun mot d'accompagnement :

Patient: ______Marie PIAVAUX ________________________________________

Age:____________________________ Date de naissance:___09-11-1947 ________________

Diagnostic : Upper gastrointestinal bleeding

Votre patient a-t-il été hospitalisé (hospitalisation continue, hospitalisation de jour) pour cette même pathologie durant les 6 derniers mois ?

* Oui

* Non

Dates hospitalisations :__________________________________________________________

Diagnotic :____________________________________________________________________

Votre patient avait-il un traitement en cours pour cette pathologie avant de commencer ce voyage ?

* Oui

* Non

* Si oui, Dates :____________________________________________________________

Ce voyage a t-il été organisé à but de diagnostic ou de traitement ?

* Oui

* Non

* Si oui, dates :____________________________________________________________

Votre patient avait-il été diagnostiqué d'une autre maladie ou était-il en cours de traitement avant ou pendant ce voyage ?

* Oui

* Non

* Si oui, pathologie et date

Date et signature du médecin traitant : _ _/_ _/_ _ Tampon :


Nous sommes en Arabie saoudite et notre médecin traitant est en France.

Les gens d'Axa sont complètement déconnectés de la réalité dans leur beau bureau.

J'ai répondu qu'ils auront ce papier quand on sera rentrés en France ou qu'ils peuvent contacter notre médecin traitant (numéro de téléphone renseigné).

Mais que cela n'a rien à voir avec notre rapatriement.

Décidément les ennuis continuent.

À 22h30, je reçois un courriel de l'assurance m'indiquant qu'ils auraient trouvé un vol vers Bordeaux avec 1 escale. Mais la date n'est pas indiquée. Ils me demandent un numéro de téléphone où me joindre, ce que je leur ai déjà donné plusieurs fois.

Wait and see.

30
30
Publié le 23 novembre 2020

14ème et 15ème jour.

Mardi, nous attendons dans la chambre des nouvelles de l'assurance. Car nous ne savons toujours pas quand on sera rapatriés. Que c'est long quand on attend !

Mercredi, l'ambassade de France à Riyad m'informe qu'il y a un vol le 22 vers Paris à 11h15. Axa n'est-elle pas au courant ?

On peut aller de Jeddah (départ 8h) à Riyad (arrivée à 9h30).

N'ayant pas de nouvelles, je téléphone à Axa (Espagne) vers 18h. Le répondant cherche mon dossier pour me dire que la personne responsable de mon dossier n'est pas là. Elle prendra contact plus tard.

Effectivement, à 21h on me téléphone pour me dire qu'on avait oublié de me donner la date du retour. Le gars m'annonce le 15 mai. Pas possible avant. C'est fou !!! Je lui indique le vol signalé par l'ambassade. Surpris, il me dit de réserver moi-même, de payer, on me remboursera car ce n'est plus possible pour leur agence.

C'est le sommet de l'incompétence.

C'est impossible pour moi à cette heure par téléphone et de contacter Mottiee pour le taxi demain à 5h.

Je lui renseigne alors un vol lundi 27 à 21h15 de Jeddah vers Paris par air Liban via Beyrouth.

Décidément, je fais leur travail. Où est l'assistance ? Nulle.

C'est un vol très fatiguant pour Mare-Rose. Mais il vaut mieux cela que rien.

Départ le lundi 27 à 21h15 de Jeddah, arrivée à Beyrouth à 23h40. Ensuite départ le 28 à 7h55 pour arriver à Paris à 11h35.

Mais l'aéroport de Bordeaux étant fermé, nous serions reconduits chez nous en taxi soit 6 heures de route.

Axa va le signaler à son agence de voyage et confirmera.

À 3h du matin, mercredi, un courriel résonne pour confirmer la réservation en joignant les billets d'avion.

Ce sera très fatiguant mais nous sommes soulagés.

31
31
Publié le 23 novembre 2020

16ème jour.

Nous approfondissons la culture saoudienne mais surtout notre anglais. Journée tranquille. Nous sympatisons avec le responsable de l'hôtel. Il est égyptien. Un autre est libanais. Le pays fait beaucoup appel aux spécialistes étrangers.

Les gens en Arabie sont très gentils et accueillants. Il y règne une grande tolérance contrairement aux idées reçues.

Un point positif de notre séjour ici, c'est qu'il fait chaud, le soleil brille au milieu d'un ciel tout bleu. Il ne pleut qu'un ou deux jours par an en janvier. Nous constatons que les voitures sont couvertes de poussières venant du désert. On se demande comment ils peuvent voir au travers des pare-brises car il n'y a pas d'eau dans les lave-glaces pour nettoyer.

Je reçois un courriel :

Madame, Monsieur,

Nous vous informons que vous avez 150 € par nuit avec un maximum de 10 nuits.

Nous sommes désolés de vous annoncer que le vol que nous vous avions réservé, a été annulé d´après notre agence de voyage à cause des restrictions qui ont été mises en place par les autorités saoudiennes jusqu´au 11 Mai.

Quant à votre demande de rapatriement, c´est notre régulation médicale qui a décidé du plan avec un vol commercial aménagé vu que ce sont nos médecins qui organisent les rapatriements et nous les exécutons.

Nous vous tiendrons au courant dès que ces restrictions seront enlevées néanmoins nous continuerons de chercher des options pour vous rapatrier.

N´hésitez pas à nous recontacter au besoin.


J'ai alors une discussion avec l'assurance par téléphone. Ils m'assurent qu'ils vont se bouger.

Je leur ai fourni les adresses courriels et téléphones des ambassades de Belgique et de France.

Ils m'ont répondu le lendemain matin. L'ambassade de Belgique n'a pas de rapatriement prévu. Nous sommes peut-être les seuls belges ici. Par contre l'ambassade de France pourrait en organiser. Il y a plus de Fançais présents ici.

L'assurance a demandé d'être mise au courant en cas d'un vol de rapatriement afin de réserver 2 places pour nous. Nous n'avons plus qu'à attendre.

Physiquement, nous sommes bien. La santé de Marie-Rose continue à s'améliorer.

On commence à s'habituer à une vie bien réglée un peu monastique. Et vivre chaque jour, un jour à la fois.

32
32
Publié le 23 novembre 2020

Le 17ème jour, vendredi, jour de prière. Mais en plus c'est le premier jour du ramadan.

Personne dans les rues. De plus, le personnel de l'hôtel est raréfié. Ils sont dans leur chambre. La vie est au ralenti car sans boire ni manger de 5h à 19h. Les communications en cas d'appel de notre part sont transférées dans leur chambre.

Nous avons calmement accepté notre situation, ce qui nous permet d'être détendus.

Nous avons décidé de demander une visite chez un ORL à l'Internationnal Médical Center pour Marie-Rose qui a des séquelles de son otite soignée sur le bateau. Ce sera, on l'espère, plus rapide qu'en France à notre retour.

Samedi 18ème jour, on nous propose un vol le 1er mai que nous acceptons.

Nous continuons nos contacts avec l'ambassade de Belgique à Riyad et le consulat de France à Jeddah.

L'espoir fait vivre.

33
33
Publié le 23 novembre 2020

19ème jour.

Le matin je reçois un courriel d' Axa me re-demandant de faire remplir un document (cf lundi 20 avril) par mon médecin traitant. Comme celui-ci n'a pas d'adresse courriel, comme la dernière fois, je leur communique le numéro de téléphone pour le contacter et demander les renseignements souhaités.

Je reçois une réponse cinglante de leur part :

Bonjour Madame, Monsieur,

Nous sommes désolés de vous informer qu´il n'y aura pas de prise en charge des frais médicaux ni d´un rapatriement sans le document rempli et signé par votre médecin traitant en France.

Merci de nous l´envoyer le plus tôt possible.

Bravo et merci AXA pour l'assistance à l'étranger.

Il ne reste plus qu'à contacter un ami, lui envoyer le document, lui demander de le faire remplir par mon médecin traitant et de me le renvoyer.

Ce matin, je contacte le représentant Costa pour lui demander de prendre un rendez-vous avec un ORL à l'Internationnal Médical Center pour Marie-Rose.

L' après-midi, je reçois l'information qu'il a obtenu un rendez-vous pour demain à 13h30. Inimaginable en France !

Le soir, courriel d'Axa.

Pouvez-vous téléphoner à votre médecin traitant ou nous donner son numéro de téléphone pour le contacter ?

Incohérent avec le courriel précédent ! De plus, ils ne prennent pas la peine de regarder dans le dossier car je leur ai déjà donné plusieurs fois le numéro de téléphone. Incroyable !!!

34
34
Publié le 23 novembre 2020

20ème jour.

De nuit, un courriel d'Axa :

Madame, Monsieur,

Nous espérons que vous allez bien.

Malheureusement, la loi ne nous permet pas de contacter votre médecin traitant pour demander ce document. C'est à vous d'en faire la demande puis de nous renvoyer le document. Vous pouvez toujours donner notre adresse email à votre médecin traitant et lui donner également le numéro du dossier pour qu'il nous retourne ce document indispensable pour savoir si votre dossier est couvert ou non.

Incohérence car pour le 27 avril, nous avions nos billets d'avion sans toutes ces démarches.

Tous ces courriels échangés pour obtenir les numéros de téléphone, pour contacter mon médecin, inutiles. Ne connaissaient-ils pas la loi à ce moment-là ?

Dans ce cas, tout est fait pour retarder les choses et finalement me dire qu'il est trop tard pour réserver l'avion pour le 1er mai, vol dont je ne crois pas en l'existence !

Sinon, ils sont vraiment incompétents !

Tout cela signifie que si vous avez eu un problème médical dans les 6 derniers mois, ils n'interviennent pas. Pas de paiements des frais médicaux ni de rapatriement. À vérifier.

À 13h, nous partons pour l'hôpital consulter un ORL pour Marie-Rose.

Le gérant de l'hôtel me signale le début du déconfinement. On peut désormais circuler librement partout entre 9h et 17h. Un lever de l'embargo est prévu aussi pour les avions mais la date n'est pas fixée. Bonne nouvelle !

J'envoie le document à mon ami Jean-Pierre qui le fait remplir en urgence auprès de notre médecin traitant et me le renvoie rempli. Un grand merci Jean-Pierre.

Je l'ai aussitôt envoyé à Axa en demandant un accusé de réception. Je le reçois 5 heures plus tard en me disant qu'ils me recontacteront.

J'attends maintenant une réponse de leur part. Ou que vont-ils encore inventer?

35
35
Publié le 23 novembre 2020

21ème jour.

Comme prévu, je reçois pendant la nuit un courriel m'annonçant l'annulation du vol du 1er mai.

D'après mes recherches sur internet, ce vol n'a jamais existé.

Ils nous proposent au plus tôt un vol le 15 mai.

Nous revenons donc à la case départ, à savoir le vol proposé le 22 avril selon l'équipe médicale d'Axa.

Après recherche sur internet, vu les tergiversations, tous les vols des 12, 13 et 14 mai sont pleins. Bien obligés d'accepter pour le 15.

Je reçois ce matin les billets. Golf Airline Jeddah 21h30, Bahreïn 23h45, Bahreïn 01h35, CDG 07h55, Air France CDG 10h20, Toulouse 11h40. De là, en taxi jusque la maison soit 2 heures 30 de route.

Nous ne sommes plus à quelques jours de plus. Nous espérons que cette fois cela fonctionnera.

L'hôtel nous permet d'aller à la salle de fitness. Début du déconfinement. Chic !

Mais pas possible de faire du tourisme dans le pays, car seul le Gouvernorat de Jeddah déconfine mais pas le reste du pays.

36
36
Publié le 23 novembre 2020

22ème jour.

L'été est là et les chaleurs. Il n'y a personne qui se promène dans les rues car il fait trop chaud et le soleil au zénith tape très fort. Tout le monde circule en voiture même pour les petits trajets.

Comme d'habitude, après le petit-déjeuner, nous sortons marcher malgré la chaleur mais dans une rue à l'ombre. Puis repos au frais dans la chambre. Puis à 11h, fitness.

Nous commandons le repas vers midi pour manger à 13h. Puis la sieste dont Marie-Rose a besoin.

À 16h, nous descendons dans le salon où nous attend Ahmed, le gérant.

Il aime discuter avec nous. Cela fait passer le temps. Car vu qu'il n'y a rien à faire, le jeûne est très dur.

Nous discutons de tout : famille, voyage, politique et religion.

Nous échangeons en toute tolérance, sans porter de jugement.

C'est très enrichissant de mieux connaître l'islam. Il n'y a pas entre nous de questions taboues. Et réciproquement il est très intéressé de connaître notre culture chrétienne.

Nous apprenons énormément de choses dans le moindre détail. Ainsi, il nous explique les gestes de la prière avec ce qui se dit à chaque stade : debout, puis courbé puis prosterné face contre terre. Finalement, parce que l'on ignore, on juge erronément.

Il faut accepter l'autre tel qu'il est. Se comprendre en gardant chacun ses opinions. Et ainsi on peut devenir amis.

37
37
Publié le 23 novembre 2020

23ème jour.

À midi, je reçois un courriel de l'ambassade de Belgique à Riyad m'informant d'un vol exceptionnel le 9 mai de Jeddah à Paris par SAUDI. Vol direct en 6 heures. Départ 8h50 et arrivée à 13h50.

Je vérifie sur le site de SAUDI. Ce vol existe bien. J'informe immédiatement Axa en souhaitant ce vol beaucoup moins fatigant pour Marie-Rose. Pas de réponse.

Vu les communications inaudibles d'ici avec Axa et le coût prohibitif des téléphones, je demande à Annick, notre fille, qui est en France, de téléphoner à Axa (numéro en France).

En relation avec Ibrahim, le responsable, apparemment il n'a pas lu le courriel ou fait semblant de l'ignorer.

Il propose que je réserve et paie, il me remboursera. Même réaction que pour le 22 avril.Toujours faire leur travail. Et pas certain du remboursement ! On demande qu'il s'en occupe.

Il va prendre contact avec leur agence de voyage en Angleterre pour demander la réservation. Il rappellera.

Comme pas de rappel, Annick le rappelle. Il n'a pas de nouvelle mais il pense que cela pourra se faire. Il rappellera en soirée.

Mais à 23h, Annick me signale qu'il n'a pas appelé. Elle reprendra contact demain matin.

Si c'est comme pour le 22 avril, Axa tardera le plus possible pour finalement répondre que c'est trop tard. J'espère me tromper pour cette fois, mais je n'ai plus aucune confiance.

Je peux réserver en 10 minutes mais eux il leur faut plusieurs jours. Et j'ai déjà 3 offres de prix pour un taxi de CDG à la maison.

38
38
Publié le 23 novembre 2020

24ème jour.

Vers 11h, Annick téléphone à Axa et c'est une autre personne qui répond. Cette fois-ci c'est un espagnol (Sergio) qui répond et la communication est très claire.

Après explication, il va prendre contact avec l'agence de voyage et rappellera avant midi. Effectivement il téléphone. Ibrahim qui gère notre dossier n'a jamais pris contact avec l'agence !!! L'agence lui demande d'envoyer un document nécessaire pour réserver. Mais en anglais et il ne comprend pas l'anglais. Il va donc téléphoner pour savoir quel document envoyer.

À 14h30, Annick nous téléphone avec de bonnes nouvelles.

L'agence lui a expliqué que SAUDI, par mesure de sécurité vis à vis de fraude, exige que l'on présente à l'embarquement la carte de crédit qui a servi à réserver le vol.

Donc je dois réserver moi-même pour pouvoir présenter la carte de crédit, ce que l'agence de voyage ne peut évidemment pas faire.

Axa me remboursera le prix que l'agence aurait payé soit 850 € par passager.

Il m'envoie un courriel pour que j'aie une preuve écrite. Cette conversation a été enregistrée par Annick.

Je vais sur le site de SAUDI et 10 minutes plus tard, j'ai mes billets d'avion pour samedi 9 mai. Mais cela me coûte un peu plus que 850 €. Je les envoie à Axa. Sergio assure qu'il réservera le taxi à Paris. Je renseigne aussi les coordonnées bancaires pour me faire rembourser. Ouffff !!! Quel soulagement !

Mais nous ne serons rassurés que lorsque nous serons dans l'avion.

J'envoie les billets d'avion à Moutiee Bani pour qu'on nous conduise à l'aéroport.

Mais l'aventure n'est pas terminée. À 16h, Ahmed me demande de descendre.

Il m'annonce que le Ministère de la santé a réquisitionné l'hôtel pour ses agents.

Nous devons quitter l'hôtel. Nous avons 1 heure pour faire nos bagages. Mais il s'occupe de tout. Il a réservé un autre hôtel. Il nous y conduit et vérifie le transfert.

Il est vraiment désolé. Dans notre nouvelle chambre, avant de nous quitter, il nous étreint tous les deux affectueusement. C'est une séparation déchirante et je lui promets de lui envoyer un courriel dès mon retour à la maison.

39
39
Publié le 23 novembre 2020

25ème jour.

Nous sommes installés dans notre nouvel hôtel. Hôtel tout neuf.

Nous sommes moins bien installés car notre chambre est plus petite. Nous passons d'une suite au Crown Town à une chambre au TAJ et pourtant plus chère.

De plus il n'y a pas de cuisine sur place. Le petit-déjeuner compris est copieux. Mais pour les autres repas, il faudra se contenter de spaghetti, de pizze ou de hamburgers.

Mais plus que 7 jours d'hôtel. On s'en contentera.

Ce matin, nous faisons une promenade de reconnaissance. On n'est pas loin du Crown Town.

Puis je vais sur le PC de l'hôtel pour imprimer les billets d'avion et le formulaire de dérogation pour circuler en France et celui pour y rentrer.

À la TV, uniquement des chaînes en arabe. Mais le technicien va s'abonner à TV 5 Monde. Sympa !

Nous restons dans le salon, c'est mieux que dans la chambre où la climatisation est difficile à régler.


Le TAJ
Le Crown Town au loin face au building du gouvernement
Nouveau quartier
       Quartier en construction                                                                           Mat porte-drapeau 171 m 
TAJ : le hall d'entrée
Porte de la chambre au fond à droite

Toute cette zone est en construction car elle a été conquise sur la mer. L'extension de Jeddah se fait sur la mer et non sur le désert.

L'eau courante est seulement en installation. D'où chaque jour d'énormes camions citernes viennent remplir les réservoirs de l'hôtel.

40
40
Publié le 23 novembre 2020

26ème jour.

C'est dimanche, ici ce n'est plus le week-end.

Jeddah s'écrit de 2 façons :

Le nom local, officiel, que l'on peut lire sur les plaques de signalisation dans le pays, c'est JEDDAH. Mais comme la prononciation est " DJ .....", l'orthographe internationale est devenue DJEDDAH. Ainsi pour réserver un billet d'avion, je dois indiquer DJEDDAH.

Ce matin, en me réveillant, j'ai vu qu'Axa avait essayé de m'appeler le soir. Mais ils ignorent le décalage horaire. Nous dormions, le GSM sonnerie coupée.

J'ai donc reçu un courriel d'un certain Karim me signalant son appel infructueux car il aurait voulu discuter du taxi et faire le point sur mon dossier.

Je lui réponds : 1. Le décalage horaire. 2. Pour le taxi, il peut demander à la société Taxiproxi qui recherche parmi des centaines de taxis. De plus, vu la faiblesse de ma femme, je dois manipuler seul 4 valises et 2 sacs. La voiture est la seule solution.

J'attends la réponse car j'ai un écrit de leur accord et l'enregistrement de la conversation téléphonique.

En tout cas notre priorité est d'être en France. Après on verra.

Je reçois un coup de téléphone d'Axa, de Thomas. Il me demande si j'ai bien réservé mon billet d'avion pour le 9 mai. C'est incroyable. Ils ne lisent jamais le dossier.

Il me demande si j'ai annulé le vol du 15 mai alors que ce n'est pas moi qui ai réservé. Je devrais faire leur travail. Il me demande alors si le taxi, c'est à Toulouse (?). Ils sont vraiment au courant alors qu'ils ont reçu une copie du billet d'avion ! Je dois lui dire que c'est à Paris. "A quel aéroport ?" me demande-t-il. C'est fou ! "CDG !"

"Très bien, on s'occupe du taxi" me répond-il. "Je vous tiens au courant".

Je pense que l'on pourra écrire un sketch à la Fernand Raynaud.

En tout cas, nous collectionnons les interlocuteurs : Ibrahim, Sergio, Jérémy, Karim, Thomas, Loubna. Alors que le 21 avril pour réserver un avion, seul Ibrahim pouvait s'occuper du dossier !

Ce soir, je reçois un courriel d'Axa confirmant le taxi mais pour le 16 mai !!!!!

Décidément quelle bande d'incompétents. Jusqu'au dernier jour ils nous emmerderont.

Tard, je reçois un courriel laconique : "Nous avons changé la date".

41
41
Publié le 23 novembre 2020

Lundi : 27ème jour.

Nous espérons avoir aujourd'hui une journée sans souci.

Il fait chaud, 36°. Mais c'est une chaleur hyper sèche et donc supportable. De plus un léger vent marin souffle agréablement. Nous faisons une petite promenade pour respirer autre chose que de l'air conditionné. Nous pensons à chez nous avec 15° en moins. Brrrr ! Mais quel bonheur d'y revenir !

Nous recevons une réponse par courriel d'Axa :

Madame,

Nous vous confirmons que le Taxi a bien été organisé.

Le nom de la compagnie de Taxi se nomme Taxi service Pro et nous leurs avons communiqué votre numéro de téléphone.

Il vous attendra comme prévu à la sortie de votre avion.

Nous vous confirmons que le taxi sera assez grand pour vos 4 valises.

Nous voilà rassurés. Mais chat échaudé craint l'eau froide.

Mardi : 28ème jour.

Je reçois une réponse de Motiee Bani. Le chauffeur Ali viendra nous chercher à l'hôtel samedi à 5h pour nous conduire à l'aéroport. En effet SAUDI demande, pour les vols internationaux, d'être présent 3 heures avant le décollage.

Nous avons eu une chance extraordinaire de recevoir une aide précieuse de Moutiee.

On n'oubliera jamais cette aide de Costa dont le service de santé nous a suivi durant ce séjour.

Nous remercions aussi tous ceux qui nous ont suivis chaque jour au cours de cette croisière et qui en quelque sorte ont pu virtuellement réaliser avec nous ce magnifique voyage.

Un merci tout spécial à Richard qui a commenté toutes les étapes. Ce fut un grand plaisir de le lire.

Cette après-midi, nous allons nous promener en faisant le grand tour du pâté de maison et ce avant 17h. Les rues sont à l'ombre heureusement.

Et puis nous allons dans le salon de l'hôtel nous faire plaisir en dégustant un mojito sans alcool bien sûr mais c'est agréable. On s'habitue à vivre sans alcool. Et aussi une petite douceur chocolatée ! Enfin une journée sans Axa !

42
42
Publié le 23 novembre 2020


Mercredi, 29ème jour.

La journée se présente sans histoire. C'est d'autant plus long à attendre.

Pour la première fois on nous apporte le lunch à 12h30.

Les autres fois, c'était vers 15h car, ramadan oblige, le cuisinier dort jusqu'à 14h.


Jeudi, 30ème jour.

Aujourd'hui matin, nous passons notre temps à calculer au plus juste le poids des valises. Et on déplace ceci de l'une vers l'autre et cela de l'autre vers l'une. Et pourquoi ceci là et cela ici ?

Bref on est fort occupés.

En plus on a enregistré les billets d'avion et choisi nos places.

On a alors reçu par courriel les tickets enregistrés.

Nous serons séparés pour les contrôles. Il y a des passages pour les femmes et des passages pour les hommes. Marie-Rose sera au portique n° 1 et moi au portique n° 4.

On sera d'autant plus contents de se retrouver à la porte d'embarquement.

43
43
Publié le 23 novembre 2020

31ème jour.

Nous sommes quasiment prêts.

Trois valises bouclées. La dernière (valise cabine) demain matin.

Reste un souci, le chauffeur sera-t-il à l'heure demain à 5h à l'hôtel ? En principe oui car il a toujours été présent à l'heure fixée. Mais après tout ce que nous avons vécu, il est normal d'y penser.

C'est vendredi et le ramadan. On ne compte pas sur un repas à midi. Nous ferons avec nos réserves au frigo.

Nous sommes en effet dans un hôtel qui fait passer le ramadan avant ses clients. Ce qui n'était pas le cas au Crown Town, plus international.


Merci à tous les amis qui ont suivi notre périple et nous ont encouragés.

Avec le recul, on oubliera les mauvais souvenirs et on ne gardera que les bons y compris ce confinement qui nous a apporté de voir la vie avec philosophie et confirmé la solidité de notre couple.

Ce séjour en Arabie nous a permis d'avoir une autre vision de ce pays musulman et de l'islam que celle que l'on a souvent en Europe et plus particulièrement en France.


La tolérance c'est un peu de l'indifférence. Après tout, l'autre a bien le droit d'être comme il est. C'est déjà pas mal.

Si on dialogue avec lui, on comprend pourquoi il est différent et réciproquement à notre égard. Alors s''installe de l'estime réciproque.

Et l'estime débouche sur l'amitié.

Mais il ne faut pas oublier de garder l'esprit critique.

Nous envoyons un SMS à Ahmed pour lui dire au revoir. Il nous répond qu'il va venir.

Nous l'attendons dans le salon. À 21h, il arrive. Nous sommes heureux de nous retrouver et nous prenons des photos en souvenir. Nous parlons de l'avenir et puis on s'embrasse. Il nous quitte à 21h30.



44
44
Publié le 23 novembre 2020

32ème jour.

Lever à 4h (3h heure de Paris).

Toilette, manger un petit bout.

Fermer toutes les valises. Puis les peser. Aïe ! 23 kg 200 pour une. Transférer quelque chose vers une autre. Pas possible. Alors ce sera vers ma valise de cabine. Celle-ci ne peut pas dépasser 7 kg. Elle en fait 9.

Mais on peut mettre chacun 2 X 23 KG en soute. On mettra donc les 4 valises en soute. On sera plus à l'aise avec seulement un petit sac chacun.

On téléphone pour descendre nos valises.

Ali, notre chauffeur habituel arrive à 5h.

Puis, 30 minutes d'autoroute avec 7 contrôles de police car le déconfinement n'est que de 9h à 17h.

À l'aéroport, il faut attendre qu'il soit 6h pour que le service assistance chaise roulante soit ouvert.

Ensuite, contrôle des passeports pour obtenir le cachet de sortie.

Il faut reprendre les empreintes digitales électroniquement de l'index uniquement. Il faut vérifier que c'est la même personne qui est entrée et qui va sortir avec ce passeport. L'empreinte est envoyée électroniquement au service d'immigration qui compare et donne son feu vert.

Malchance, la transmission ne se fait pas. Problème. On appelle un supérieur. Pas de solution. Ali photocopie nos documents pour les envoyer à Motiee Bani.

Un plus haut gradé est appelé qui téléphone au service d'immigration.

L'heure tourne et on se voit déjà rater l'avion.

Finalement après 3/4 d'heure, on nous rend nos passeports avec l'autorisation de sortie.

On peut enregistrer les bagages. Nous ne faisons pas la file. Passage spécial pour handicapés. Nous sommes aidés par Ali pour déposer les valises. On ne me demande pas ma carte de crédit !

Ensuite nous disons adieu et un grand merci à Ali et nous allons vers les contrôles-portiques.

Un passage pour les femmes. Très rapide pour Marie-Rose. De mon côté, passage normal. On se retrouve dans le hall d'embarquement en ayant traversé toutes les boutiques free taxes fermées.

À l'heure prévue, on embarque dans des bus pour rejoindre l'avion.

Les passagers quittent le bus pour monter dans l'avion. Mais nous, nous allons de l'autre côté. On monte dans un camion-cabine qui nous élève jusqu'à une porte de l'avion. On y entre avec la chaise roulante puis une hôtesse, oh ! qui parle le français, aide Marie-Rose jusqu'à nos sièges. Ceux-ci sont occupés par des gens qui voyant les places vides s'y étaient assis. L'hôtesse les fait partir et nous nous y installons.

Partout, il y a un siège vide entre chaque passager. Marie-Rose est près du hublot et moi près du couloir.

On nous distribue des masques, un tube de lotion hydroalcolique, un sachet hermétique avec des lingettes imbibées de lotion hydroalcolique et des mouchoirs en papier.

C'est très luxueux. Beaucoup de place entre les sièges pour les jambes. De grands écrans de TV très sophistiqués. C'est très chic.

Trois collations avec 2 petites bouteilles (jus d'orange et eau) sont distribuées au cours du trajet.

À l'arrivée, on nous attend avec une chaise roulante. Nous sortons les derniers mais nous passons tous les contrôles avant tout le monde. Récupération des valises aidés par notre assistant qui nous conduit au taxi qui nous attend. Aucun contrôle sanitaire !

Nous sommes reconduits en Audi A8 en 5h15 chez nous. Pas de trafic et vitesse constante (limites plus 10 km/h).

Jean-Pierre, prévenu par téléphone a ouvert le portail.

Lui qui fait souvent le trajet depuis Paris n'en revient pas du peu de temps et en plus c'est de CDG.

On est enfin chez nous. On peut décompresser.


Ainsi se termine notre voyage qui aura duré 4 mois.

Partis le 9 janvier de chez nous, on rentre le 9 mai.


Il nous reste maintenant à digérer tous nos souvenirs.


Et recevoir les remboursements de chez Axa .......!!!






Aéroport
Trajet
Trajet
45
45
Publié le 23 novembre 2020

Pourquoi cette croisière ?

Ce genre de vacances ne nous tentait pas. Autant de monde sur un bateau. Quelle promiscuité !

Nous revenions des noces d'or d'une cousine.

Nous étions dans la piscine en mai.

Et Marie-Rose de poser la question : "Et nous que va-t-on faire pour nos noces d'or ?"

Est-ce l'ambiance piscine ? Et moi sans réfléchir: "Et si on s'offrait une croisière ?"

Et Marie-Rose: "Pourquoi pas mais où ?" en pensant "En Méditerranée ou en Scandinavie ?"

Et moi de but en blanc: "Autour du monde !"

Marie-Rose a failli se noyer !

Le soir même, recherche sur internet. Et ce soir-là on s'est inscrits.

C'est comme cela que nous prenons nos décisions et cela nous a toujours bien réussi.


Et c'est ainsi que le 10 janvier, nous prenons l'avion à Bordeaux pour Marseille ...... pour s'embarquer à Savona.

Organisation impeccable de Costa pour l'embarquement.

Le navire est immense. Onze ponts, 294 m de long. Il y a de la place pour tout le monde. On est loin de la promiscuité. La décoration est raffinée. Un luxe remarquable.

Et avec près de 50 activités proposées chaque jour, il est impossible de s'ennuyer.

Les spectacles du soir au théâtre sont de très grande qualité.

Il y a un choix extraordinaire pour les repas.

Le dîner le soir est organisé en 2 services.

Il faut une fameuse organisation pour être servi selon les choix spécifiques de chacun et toujours recevoir les plats à bonne température. Et cela avec plus de mille couverts à chaque service.


C'est une belle expérience de côtoyer une cinquantaine de nationalités, des caractères différents et des comportements différents. C'est un bel échantillon de l'être humain.


Nous avons aussi vécu de nombreuses semaines sans souci : pas de courses, pas de préparation des repas, pas de vaisselle, pas de lessive, pas de nettoyage de la chambre, ni faire son lit, ni changer les draps, les serviettes, aucun souci pour les excursions etc. Une vie de pacha !


Cette croisière nous a permis de voir des choses splendides. Les excursions étaient remarquablement organisées pour les 2100 passagers.

Nos meilleurs souvenirs sont le canal de Panama, Lima pour son architecture, l'île de Pâques, Bora Bora, le site volcanique de Nouvelle Zélande et l'entrée dans l'immense baie de Sydney avec l'arrivée près de l'opéra.


Quant au dernier mois passé en Arabie saoudite, avec le recul, nous nous disons que nous avons fait une expérience culturelle plus enrichissante que si on était restés sur le bateau.


Rentrés chez nous, il nous reste à digérer tous les magnifiques souvenirs que nous avons dans la tête.

Et la rédaction du récit de ce voyage nous aidera à nous en souvenir.


Michel et Marie-Rose Latteur