Carnet de voyage

Tour du Cotentin 2017

11 étapes
9 commentaires
Randonnée sur le sentier des douaniers de Cherbourg au Mont saint Michel en 8 jours
Février 2017
8 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Tout le monde me saoule, ma vie me saoule, pas assez de certitudes, de mouvements, d'envies, de concrétisations, c'est gris dehors, c'est triste dans le journal ...mon yin et mon yang complètement dissociés...

A l'aube de mes quarante ans, de changements professionnels, et de grandes questions existentielles, la tête en brouillon, il fallait que je me pose, que je prenne l'air. Oui mais quoi ? où?

un stage de yoga? partir dans un pays ? seule ? avec mon sac à dos, en vélo???? je n'avais qu'une semaine de congés en poche...de site web en site web, je ne trouvais aucune idée qui comblait mes attentes.Alors que j'allais abandonner mes vacances en disant à mon chef de les annuler...et si je prenais mon sac à dos et que j'allais marcher pour faire le tour du Cotentin par le sentier des Douaniers? Objectif : Atteindre le mont saint Michel.

Nickel ! j'avais envie de grands espaces, d'être seule pour me retrouver avec mon corps et mes idées !

Vendu. La semaine du 25 février au 04 mars allait être consacrée à la randonnée en Normandie !

l'idée était bien là ! ouf! 
2

Convaincue que cette idée était la bonne, il ne restait plus qu'à partir marcher !

ok ma grande! pas si vite ! l'aventure OK mais avec un peu de matériel et de préparation.

J'avais déjà fait le GR20 avec des amis et il me restait de ce périple , pas mal de matériel de randonnée, dont mon sac à dos, bâtons de marche etc... donc je n'ai pas mis la priorité sur l'aspect matériel mais sur l'aspect où vais je dormir et comment ?

j'ai hésité une semaine...une semaine où je voulais partir complètement à l'aventure et me sentir libre de faire le nombre de kilomètres que je voulais pas jour, libre de rester sur place, dans un endroit qui me plairait, libre de vivre mon trip comme je l'entendais. Plus de limite ! plus de barrière !

Finalement, le temps d'un mois de février en Normandie, la saisonnalité des établissements côtiers ont eu raison de ma raison!

Au dernier moment, j'ai réservé sur mon parcours pédestre, gîtes, maisons d'hôtes et hôtels.

Ma plus grande préparation pour ce voyage ! En effet, il était clair, que je voulais partir de Cherbourg le samedi et arriver au pire le dimanche en 8 au mont saint Michel. A moi de me débrouiller pour trouver où dormir étape par étape.

Après une étude approfondie du topo guide le tour du Cotentin, mêlé aux avis des internautes sur les établissements proposés ( oui oui on a besoin de se rassurer !) , mes réservations furent faites en 1h00 top Chrono et donc mon parcours sur le GR223 et GR de pays calculé jour par jour !

Deux détails qui auront leur importance plus tard dans ma non préparation : je me suis achetée des nouvelles chaussures de marche et un GPS...et évidemment des cartes IGN.

Les étapes de mon tour du cotentin février 2017 
3

J'avais décidé d'arriver à ma destination, Cherbourg , en train. Cela faisait partie du voyage et surtout de ma mise en condition pour mon périple.

Plus beaucoup de sport à mon actif, un corps que je trouve grossissant et distendu à la veille de mon départ...qu'il me tardait de me retrouver !!!

Je fis , défis et refis mon sac trois fois de suite ...j'ai casé tout ce qu'il me semblait indispensable pour ces 8 jours. Sure de moi, envie de partir , j'étais prête !

Debout à 5h00 pour une arrivée à 7h00 à Cherbourg ! Yes c'est le jour !

un dernier calin et bisou à mon chéri, et me voilà seule dans le TER Caen - Cherbourg du samedi 25 février ! l'aventure commence !

oui oui des lunettes de soleil dans un train pour cacher ma tête de shootée ! j'avais un orgelet de dingue à l'oeil gauche! 
4

C'est le départ , où plutôt l'arrivée à Cherbourg ! il fait nuit, il est 7h00 du matin, je pars de la gare à pied.

Repères perturbés, je vais à droite, à gauche , tout droit ? bon derrière moi, je vais direction la mer, ce n'est pas cela..un petit coup d'oeil sur la carte , je décide de prendre une grande artère pour rejoindre les hauteurs de Cherbourg et trouver le GR de pays qui me fera arriver à Surtainville en passant par les Pieux.

Motivée, je tourne une petite vidéo avec la gopro tout en marchant d'un bon pas. Il fait bon, j'ai l'envie , et je veux sortir de la ville. 1/2 heure plus tard, le soleil à l'EST m'ouvrant la voie, je parviens à trouver les premiers signes du GR. Première pause avant la sortie de Cherbourg et l'entrée dans les champs pour prendre mes bâtons de marche et mettre en route mon GPS. La batterie s'est vidée dans la nuit !!!! aller!!!! on va faire sans ! je me suis donc achetée un GPS, qui n'a plus de batterie et dont, en plus, je n'ai pas su me servir ....je déconseille fortement ! la bonne vieille carte est largement suffisante !

Martinvast- Sideville -Virandeville-Sotteville-Les Pieux-Sciotot-Le Rozel-Surtainville...la traversée des hameaux, villages et petites villes de ma première étape . Je me suis perdue à plusieurs endroits, perdant le signal blanc et rouge...j'ai dû allonger ma marche d'au moins 5 km . Je me suis rattrapée grâce au GPS de mon téléphone ! impossible de me retrouver par la carte perdue dans des champs !

l'anecdote du jour ou la frayeur du jour : après les Pieux, j'ai retrouvé le GR223. j'étais seule dans un chemin et avais déjà à mon actif 8h00 de marche....j'étais en train de rejoindre le bord de la mer par une petite départementale. Personne en vue. Je m'arrête quelques minutes pour boire, remettre mon dos droit et reprendre mes bâtons que j'avais remis sur mon sac... je repars et comme d'habitude , regard circulaire autour de moi...personne j'y vais ! dans ma tête la prochaine étape Sciotot ! je marche d'un bon pas, je pense dans les 7 km/heure. Mon goutte à goutte, alias ma poche d'eau qui fuit par son bouchon, me coulait sur l'épaule. Un coup d'oeil vers cette dernière et je découvre juste derrière moi un homme qui était sur le chemin...seul, marchant d'un bon pas quasiment comme moi....mon cerveau se raidit..j'étais sure d'être toute seule , il n'y a pas deux minutes, et voilà qu'un homme est derrière moi marchant à vive allure!!! ok je flippe , je me fais surement un film mais j'y go...je redouble de vitesse mais suis en ligne droite et vois bien qu'il est derrière. Ouf j'aperçois devant moi un virage. je le prends le plus serré possible pour le perdre de vue et je me mets à courir...quand le chemin redevient une ligne droite, je l'aperçois toujours derrière moi et d'une distance qui ne marque pas suffisamment à mon goût ma course. enfin je quitte la route et j'arrive sur un chemin en pente et sinueux ! J'y vais à fond ! mes anciennes dispositions de coureuse reviennent à moi, mon cerveau est activé dans ce sens ! je ne sens plus mon sac, plus mes jambes je n'ai qu'une idée ... le semer ! Au bout de la falaise/pente, des maisons, quelques personnes qui sont dehors ...Ouf je suis sauvée. Bon ok probablement que j'ai flippé toute seule, mais pas grave, cela m'a permis de booster ma journée sur quelques KM.

je suis arrivée à Sciotot en nage et surtout avec l'idée d'être proche de mon premier lieu d'hébergement !

Confiante, j'envois un texto à Gwenola , propriétaire du premier gite/chambre d'hôte qui m'avait demandé de l'avertir de mon arrivée., je lui ai indiqué d'être à Rozel et de prendre du temps pour être à Surtainville vers 17h00... mais bien sur ! c'est sans compter sur la fatigue, le chemin, qui devient accidenté entre les plages, les dunes, les falaises...il me restait 5 km...les plus long de ma vie, j'ai du mettre 1h30/2h00 ! il est vrai que ce jour là j'ai fait au moins 45 km du fait de mes détours !! mais quand même. Finalement, je suis arrivée au gîte vers 17h30...bien fatiguée et ayant acceptée toujours par texto de partager le repas de mes hôtes.

Après 10h00 de marche, douche, repos et préparation de la prochaine étape....Gwenola rentre de course il est 19h30..le repas sera servit dans 30 minutes...j'ai hâte de manger un peu et de dormir beaucoup. 20h00 debout , je peine à marcher, bouger, tant je suis courbaturée. Mais je trouve en mes hôtes de la bienveillance et de la générosité à foison ! nous nous entendons sur beaucoup de sujets ! la fin de la journée dans ce gîte/ chambre d'hôte me va à merveille! je me dit que mon voyage me plait ! Gwenola me donne avec générosité une pommade pour soulager les muscles...quelle bonne idée que je n'ai pas eu en préparant mon sac !

Ce fut ma journée Egomane, chanson de Chedid, que j'ai eu toute la journée dans la tête et cela faisait au moins une semaine qu'elle me hantait...était ma source de vie et de mauvaise pensée ! ma vie et les autres : des Egomanes! pour celles et ceux qui ne connaissent pas :

ca prend bien la tête non ? 


quelques photos quand même !

Et le gite ? me direz vous.... le voici adresse et photos :

Leur maison  
ben tout est dit ! 

Allez sur leur site ! des gites vraiment sympas ( y a tout !) Gwenola est aux petits soins ! Kamel fait un jardin superbe et des photos magnifiques de sa région ! Attachant tout simplement !

5

Après un déjeuner copieux et mon avis partagé entre rester discuter avec Gwenola et Karim et continuer à marcher car c'était mon aventure à moi....je me badigeonnais de crème anti-inflammatoire et repris le GR. Le départ un peu lent, une première sensation de lourdeur, mon corps a mal, partout. Je me sens ankilosée , ma vie est comme telle, et hier je l'ai bousculé violemment. Premier retour de ma décision.

Pour le moment, je me concentre sur ma remise en route, il me faut bien 1h00 pour comprendre que je vais à nouveau marcher toute la journée et cette fois ci avec des courbatures et des pieds que j'ai abîmé par ma course ... j'ai de la motivation, et puis je me sens encore forte physiquement, la machine a de la ressource. J'ai toujours une musique dans la tête toujours Chedid : tu peux compter sur moi....en rapport avec la générosité de Kamel et Gwenola. Je passe ma journée à chanter , observer et gérer mon corps que je bouscule encore et toujours. Gwenola m'a fait avant de partir un sandwich au fromage ! si elle avait su qu'il me ferait 3 jours ! ce périple c'est aussi l'occasion de perdre du poids, de me remuscler un peu, bref de reprendre une contenance...bordel de 40 ans !!!

Ce fut une journée plutôt calme au niveau du temps, nuageux mais sans pluie, et avec de belles périodes d’ensoleillement.Le chemin plutôt facile à suivre pas de kilomètre en plus mais que ce fut long ! J'eu soif et trouvais à Portbail un bistrot ouvert !(Bar Restaurant de la Plage) Accueil de dingue par le gérant du bar qui avait visiblement l'habitude d'avoir des randonneurs du GR. Accueillie comme une héroïne que je n'étais pas ! un perrier plus tard et la promesse d'envoyer une carte à mon arrivée au mont, je repris le chemin de Denneville.

Entre temps, Franck l'Hôte du mon prochain gite m'a écrit un mail pour savoir à quelle heure j'arrive. Après un message laissé sur son répondeur lui expliquant que j'arrivais à pied, j'estimais mon arrivée à une demie heure une heure tout au plus du gite. Pour la deuxième fois, je mis plus qu'il ne fallait pour effectuer les derniers kilomètres, motivée par les derniers kilomètres et par la fatigue, je tombais encore dans le piège de la fin de journée...des dunes, encore et encore, je n'en pouvais plus , mal partout , l'envie de me doucher, de manger , de dormir, ras le bol de cette marche. c'est avec cet état d'esprit physique négatif que je contournais Portbail avant d'arriver sur les plages de Denneville où le vent se levait fortement..la tempête s'annonçait. je fis les derniers kilomètres en m'arrêtant toutes les 5 minutes...j'étais vraiment à bout physiquement pour cette journée. J'apprendrais les autres jours que ce n'était que le début. j'avais les larmes au bout des cils, mais les refoulaient en me disant que c'était encore une fois mon aventure, et qu'il était facile de marcher quand même !

Au bout d'une impasse, l'Albizia, mon gite pour une nuit et mon hôte qui m'accueille. Petite visite de ce bel endroit et petite discussion avec Franck, très gentil et prévenant! Il me préparera mon petit déjeuner de demain matin ! classe ou pas ???

j'ai une petite maison en bois à étage, une grande chambre avec terrasse, un salon avec télé et un poêle , une cuisine, bref je me sens la reine de cette endroit que j'adore. J'attendais ce moment de repos depuis tellement de kilomètres !!! , une douche plus tard, me voici en train de soigner mes blessures de pieds et mes muscles, affalée dans un petit sofa . Un appel à mon chéri pour le réconfort et au lit. Rituel en place, je relis le parcours du demain, récupération du GR, les hameaux et villages que je dois traverser...le dénivelé etc...et l'endroit ou je dors le soir ! je me rends compte tout doucement que j'ai prévu de grandes étapes et que mon voyage va être très très long...le doute s'installe en moi...vais je pouvoir terminer ? les deux premiers jours se sont bien passés et franchement, mes rencontres avec mes hôtes embellissent mes fins de journées ! donc oui ma vieille on continue !

 vous avez vu ce petit paradis !!!
6
Petit dej à L'albizia

Après une bonne nuit de récupération, et un super déjeuner, je repris le chemin des plages. C'est confirmé, j'ai vraiment mal partout. La mise en route est plus que difficile. Les pieds sont touchés, les chevilles bleues par les chaussures de marche que j'avais mis toute la semaine précédente à la maison pour " les faire" comme on dit ! Le départ toujours plus lent, je me suis arrêtée au moins 3 fois pour me soigner , prendre le temps de souffler et me dire qu'il fallait y aller. Beaucoup de vent ce matin là, je n'avais pas vu la météo , ni vérifié sur mon portable, mais j'apprendrai plus tard que c'était le début d'une tempête annoncée la veille. Le vent aurait dû me mettre la puce à l'oreille ! tout en étant consciente d'être le dos courbé, de ne pas avoir envie de marcher aujourd'hui, je me suis concentrée sur mon objectif.Arriver à Créances. Je me m'y un Mantra en tête : "pas après pas, on avance". je l'ai répété pendant mes 8 ou 9h00 de marche, sans m'en rendre compte, mécaniquement à voix haute. Mais que ce fut dur ! je débutais par les dunes et les sentiers sur le sable, un vent de dingue ! Je marchais dans des prés ou des vaches passaient tranquilles et enfermées par des barbelés...le chemin longeait leur territoire...par trois fois, je ne pu me retenir contre le vent , et roulais par terre m'écrasant contre les barbelés. Il était clair que je ne ferai pas le poids face au dieu Eole et la tempête qui arrivaient bien vite ! bourrasques à plus de 150 km/h ! fort , très très fort , nuages dont le nuancier de couleurs n'existent pas dans nos magasins... je décide par motivation de faire la course avec la nature ! Il faut que j'avance plus vite que la pluie qui arrive !...je me dis que j'ai ma chance , il faut que je lutte contre ces forces là... ! ahhh le déluge arriva sur moi au pas de charge ! le temps de mettre mon sac dans sa toile, et moi ma capuche, je décidais finalement de revenir dans les terres . Partir du bord de mer que je considérais comme dangereux. Je lâchais donc le GR et pris la route pour Créances.

Moment fort et de doute, je voyais cela comme une contrainte à cause du temps...mon voyage était terni par le vent et la pluie...! Après 2h30 de course poursuite avec le temps, j'usai le bitûme de mes chaussures de marche.Des trombes d'eau sur la tête, des rafales de vent à me tenir aux poteaux, un mal de corps immense, et des pieds en sang de partout...craquage ! j'ai craqué pensant que c'était la pire décision de ma vie, que je n'y arriverai pas, trop dur , pas assez préparée, étapes trop longues, trop d'ambition....mon craquage a eu lieu lorsque j'ai croisé le panneau kilométrique sur la route Créances :19... j'avais eu l'impression d'avoir déjà beaucoup marché....plus rien , moral dans les chaussettes, pour ceux ou celles qui m'ont croisé cette journée sur la route....et bien j'étais en pleurs pendant 19 km... je me suis adaptée au temps. l'âme au nuancier gris, le coeur débordant comme une baignoire trop pleine, le corps mouillé et flétri, je marchais sans plus y croire. A mi parcours entre deux sanglots et un énième arrêt en pleurs, j'ai jeté mes chaussures de marche sur le bord de la route. J'hésitais à finir pieds nus tant mes pieds ne supportaient plus rien...j'avais une vieille paire de basquettes de toile que j'ai mis en galoche .Mais pourquoi ai je l'impression que dans les chaussures de marche ils mettent de la ferraille pour tenir le pied !!! elles m'ont bousillé les chevilles !

Finalement, tous les sentiments négatifs que j'ai expulsé par mes larmes, m'ont aidé à surmonter cette journée et à arriver à Créances. Un coup de fil à mon hôte qui s'est révélé être anglais...pas avant 16 h00 ....

Je traversais le bourg. je trouvais un petit magasin, j'en profitais pour faire le plein de fruits, et une pharmacie. Au combien génial..explication de l'arrivée...je marchais en faisant des tous petits pas tant je ne pouvais plus poser mes pieds parterre et tant mes courbatures étaient diffuses dans mon corps. je devais avoir une tête de six pieds de long pour avoir pleuré toute la journée. Une dame sympathique a pris le temps d'écouter mes besoins et de m'orienter vers une solution anti inflammatoire naturelle de dingue à base d'huiles essentielles !!!! mon bonheur de la journée !

je repartis de la pharmacie mes sachets à la main et contente d'avoir cette paumade aux propiétés vertueuses ! je pris le temps de traverser le bourg,au bout du quel se trouvait ma chambre de repos.... Toujours en avance, je me disais que j'allais attendre devant la maison. Pas besoin, une dame agée m'avait repéré de loin. Sa solitude a eu raison du vent et de la pluie, elle est venue discuter avec moi ...elle était disons bizarre (perdue dans ses pensées)... Cela m'a permis de connaitre les gens du quartier et surtout de brûler les dernières minutes qui me restaient avant de pouvoir rejoindre la chambre tant attendue !!! Un premier toc toc...personne...j'attends...5 minutes....Un deuxième toc toc plus fort....personne..j'attends ...5 minutes...le troisième toc toc plus fort ....ouf ça réagit. Un homme assez corpulent m'ouvre la porte et surprise ! je me retrouve en face de Churchill ( bon d'accord je ne l'ai pas connu)...dans ma tête , je me suis retrouvée en face de ses vieux anglais qu'on voit dans les séries comme barnaby, un peu ronchons mais finalement agréables ( on ne sait pas trop...). Il me demande de le suivre pour me montrer la chambre...la maison d'hôte est dans le prolongement de leur maison. Il ouvre la porte et là deuxième sursaut... mais JE SUIS DANS UN EPISODE de Barnaby. Vieille maison en pierre et bois.Décor kitch anglais ! dans mon état d'esprit , quelle belle idée de se retrouver dans se type d'habitat/cooconning ! je like à fond ! il me montre ma chambre et me dit que je peux aller me faire un Thé ( ben oui presque 17 heure) dans la petite kitchnette à notre disposition !

il vérifie et m'énumère tout dans la chambre et me laisse ...vu ma tête, le gentleman a dû comprendre que je souhaitais me "rafraîchir" quelque peu !

Une chambre envahie par toutes mes affaires en train de sécher, une douche plus tard , et un corps badigeonné de mes huiles magiques, je descendais me faire un thé. Je pris le temps de le boire dans l'espace convivial de la maison d'hôte et rencontrais du coup la femme de Churchill ! Qui elle aussi a forcément joué dans la série ...Elle me demanda si j'allais dîner car elle proposait cette prestation. Je lui ai dit que je partais dormir mais serai ravie de petit déjeuner demain matin. OK fine. A nouveau positive , je décidais de faire une bonne nuit , retrouver des forces, continuer mon voyage en basquettes de toile.



Le Mesnil de Créances
7

Journée Réconciliation du Corps et de l'esprit !

Le lendemain matin, petit déjeuner copieux avec que des confitures maison telles que savent le faire les anglais, rose, pamplemousse etc...fabuleux. Je me régalais et entamais la conversation avec madame Churchill...en la flattant d'être probablement la peintre de ses lieux ! oui il y avait des peintures partout !!!

Bingo, l'étincelle dans les yeux, le rouge au joue de la flatterie, elle dit que c'est sa grande passion, qu'elle adore justement le lieux pour s'adonner à la peinture ! et qu'elle en vend !!! pas folle la guêpe !

Quelques minutes plus tard, avant de se dire au revoir, elle me pose pas mal de question sur mon parcours, car elle n'avait pas compris que je marchais...elle aimerait le faire elle aussi mais pour peindre...

Le GR est au bout de leur rue...et je commence direct par un moment de calme et de grâce dans la forêt de pirou....Les herbes magiques m'aident à supporter la douleur, mes pieds acceptent des chaussures plus "cool"... le moral est neutre , je sens qu'hier j'ai déversé tout le mal que je pouvais ressentir et que le positivisme reprend le dessus ! il fait beau ..donc oui se sera une bonne journée, je l'ai décidé !

Et en effet, je suis passée par de merveilleux endroits , entre forêts, hameaux paisibles, dunes, sables. magnifique journée ! je recommande cette étape !

Elle fut surtout belle car je me suis sentie introspectivement une ! Mon esprit et mon corps se sont enfin réconciliés ! non pas que je n'avais plus physiquement mal et l'âme rosie,non , mais l'un et l'autre se respectait ! une nouveauté pour moi qui a toujours tendance à faire supporter à mon corps les maux physiques et émotionnels. Donc , j'ai rythmé ma journée par des temps de massage, de yoga, de méditation...5 minutes par ci, 5 minutes par là qui m'ont permis en plus d'être en phase avec mon projet et la nature. c'est en cela que cette journée est exceptionnelle..Au Quatrième jour, je rentrais enfin dans mon voyage .......

Etape qui s'est révélée décisive dans la poursuite de mon périple, voyage interne et externe d'une extrême bienveillance ...rien à dire de plus ...les images de cette journée donnent le ton !

le soleil de la journée ! 
8

Le voyage c'est le changement !

Partie d'un hôtel avec une chambre marocaine ! Je recommande cet établissement hors saison en rapport au prix/qualité... de plus il vient d'être rénové....

Après une discussion avec la gérante de l'hôtel qui m'annonçait la pluie, me voilà sur la route d'Agon à la recherche de mon GR. Il fait gris mais pour le moment il ne pleut pas...donc j'avance. L'itinéraire prévu est Agon-Coudeville. Déjà lors de la réservation, j'ai eu un doute par rapport à l'établissement réservé...je me demandais si j'avais bien fait, je l'ai pris par défaut... Mes points de chute étant une bonne part de belles surprises et de rencontres, je leur donnais peut être un peu trop d'attention, d'importance...

Me voici donc partie pour mon 5 ème jour de marche, la tête dans mon voyage...je m'étais préparée à la pluie en protégeant mon sac, en mettant ma veste étanche, et mes guêtres....Le retour sur le GR commençait par des prés et forêts qui étaient encore trempés de la tempête d'il y a deux jours . j'avais toujours mes basquettes de toile aux pieds...en 5 minutes plus rien de sec..mes douleurs se sont réveillées car toutes les zones pansées se sont mises à bouger à cause de l'eau...bon tant pis , c'était comme cela et je n'avait rien d'autre à mettre au pied de toute façon.

Je continuais mon itinéraire en longeant la Sienne..petit cours d'eau qui se transforme en estuaire...bon abus de langage mais ça ressemble bien ! Généralement, on y trouve une faune et flore complètement différentes, adaptées au lieu marécageux...ce fut le cas !mais à mon grand désarrois , je n'étais pas un héron ou une grue et encore moins indiana jones dont je me suis inspirée...Pourquoi ? comme expliqué plus haut le terrain était encore trempé de la précédente tempête et très vite , il s'est remis à pleuvoir avec de nouvelles bourrasques de vent...optimiste , cela faisait parti du voyage, j'avais les pieds trempés pas grave... oui mais le chemin passait par des marécages, aucune indication qu'en cas de pluie, il n'était pas recommandé de le suivre...de 5cm d'eau , je me suis retrouvée dans 50 cm....trempée de chez trempée, mon sac et mes affaires aussi qui elles étaient protégées par des sacs poubelles !!!! bref, j'y étais j'y étais...mais là ou ça s'est corsé c'est que j'ai du marcher par défaut dans les roseaux, au milieu des poissons et des oiseaux qui fuyaient comme moi la montée des hauts de la Sienne....l'adrénaline de la peur de la montée des hauts, le challenge de sortir cet endroit le plus vite, je me suis sentie indi ! obligée de me frayer un chemin entre les roseaux serrés aux bâtons de marche, fermer les yeux quand je voyais les poissons me fuir (oui je sais c'est rien mais j'aime pas...lol, ce sont mes petites araignées à moi !), avoir l'appréhension des trous d'eau , deux ou trois fois , je me suis retrouvée l'eau à la taille , obligée de porter mon sac en l'air...si ça ce n'est pas de l'aventure !!!!

j'arrive à sortir de cette première aventure, une deuxième s'enchaîne, moins longue cependant.Il pleut toujours....j'arrive enfin dans une ville car je dois prendre un pont pas le choix ! j'en profite pour voir où je suis sur la carte et faire le point sur mes affaires....pas terrible tout cela, j'ai marché 3h00 et j'ai à peine fait 7 km et mes affaires sont en mauvais état...je ne vous dis pas l'odeur de la dame qui a marché dans la vase et qui sent le mouillé !!!! un festival nasal à moi toute seule ! Je repars avec l'idée que le chemin sera plus facile, le temps se remettra... Je retombe aussi sec dans les roseaux, la vase et tout le toutime mais avec une hauteur d'eau qui m'impressionne.l'eau est à plus de 60 cm voir 1m de hauteur...honnêtement , trempée pour trempée et puis m'amusant de la situation à la indiana, je me suis dis que c'était jouable....mais en calculant rapidement , que je n'avais pas fait beaucoup de km , il m'en restait encore au minimum 30. Ca allait être chaud. J'ai donc quitté ce fameux GR en reprenant une fois de plus la route. J'avais à peu près la carte en tête et me disais qu'en faisant une petite boucle par les terres ce serait plus simple. J'avais oublié mes chaussures non adaptées à la marche sur route et le temps qui s'est encore dégradé. On retombait dans les grandes bourrasques de vent et de pluie. J'essaye malgré tout de suivre le bord de la Sienne pour rattraper ensuite le bord de mer...Commençant à claquer des dents et ayant vraiment les talons talés de mes mauvaises chaussures, je décide de faire une pause à Regnéville sur mer.Je me suis réfugiée dans un local à vaisselle dans camping municipal à côté de la Poste de Regnéville. Personne en vue ? non c'est ok, je décide de me changer complètement, me rendant compte que je n'avais vraiment plus rien de sec sur moi y compris ma veste de pluie qui goûtait tant elle était trempée... je fouillais dans mon sac à la recherche d'habits secs....disons moins mouillé c'était le terme approprié ! je n'avais plus rien de sec ! mes chaussures sentaient à 5 km à la ronde, il bruinait encore et le vent continuait de souffler. Il m'a fallu 10 minutes pour prendre ma décision. j'étais dans une espèce de remise , mouillée mais surtout ayant froid et ne prenant plus de plaisir à marcher, j'avais un pré-sentiment quant à mon hôtel du soir...il était plus de 13h30 et il me restait encore la moitié du chemin. OK je m'arrête là ! tant pis! l'adaptation c'est le voyage et en plus j'avais je pense besoin d'une journée disons off ! la voici donc. j'annulais mon hôtel du soir ! allez savoir pourquoi et décidais d'aller directement à Granville ! J'avais décidé de m'acheter un nouveau matériel en terme de chaussure et de pluie. j'avais vu un arrêt de bus juste avant de trouver mon refuge...je laisse mes affaires et je cours à la borne du bus pour savoir à quelle heure il passe...dans 10 minutes cool ! je range mes affaires que je faisais sécher et me mets à l'arrêt de bus..il me restait une à deux minutes à attendre...Aucun bus... et pour cause..je n'avais pas lu la petite ligne indiquant que la ligne était en service uniquement en été, période d'affluence estivale ! Pas une voiture qui passe pour cause de mauvais temps et de village disons "endormi" à cette époque. Aucun touk touk en vue ??? ah non j'oubliais, je ne suis pas en Asie...il me reste le taxi. Deux heures plus tard, me voici à Granville, à la fin du célèbre carnaval, la ville encore colorée de milles confettis et des sourires de fêtes des personnes dans les rues. Entre temps, j'avais réservé un hôtel à Granville "au bout du quai" . A côté de la gare, petit hôtel qui vient d'être refait . bon rapport qualité prix. J'ai bien discuté avec la gérante, ultra sympathique, qui vu mon état , à fait sécher mon linge etc...

Ayant pris le strict minimum dans mon sac, et ayant tout mon linge trempé, j'ai du attendre quelques heures avant de pouvoir m'habiller "sec "! vers 18h00 il fallait que je me dépêche d'aller en ville pour acheter des nouvelles chaussures, vêtements de pluie et passer dans une pharmacie pour mes pieds.

Oui mes pieds, des ampoules partout...j'ai fait une réaction avec les compeeds et les pieds mouillés toute la journée...cela s'est transformé en brûlure et j'ai perdu mes ongles, plus les talons talés de ma marche sur la route.

je sors avec mes basquettes puantes mises en babouche et faisant floc floc à chaque pas avec une démarche de "j'en peux plus j'ai mal aux pieds" ! par bonheur et sans avoir regardé auparavant, en face de l'hôtel , une pharmacie et quelques mètres plus loin, un magasin de chaussures de sport ! Voeux exaucés ! je repartais avec une paire de basquettes tout terrain, un poncho et des pansements pour mes pieds ! je me sentais la reine de la rando !

9

Fière de mes nouvelles chaussures et poncho, je repars le coeur en fête pour cette sixième étape que je sais plus courte que les autres ,environ 25 km. Il fait beau, je connais un peu les endroits où je vais passer, je sais que ce sera beau ! j'ai l'envie tout simplement ! je repère assez vite mon petit balisage rouge et blanc qui est depuis six jours mon repère, mon guide ! Je suis dingue de mes nouvelles chaussures qui allègent mes maux de pieds et toujours mes fameuses huiles de massage qui sont entrées dans mes rituels de la journée ! je marche le coeur léger , la tête pleine de nouvelles idées.Qu'est ce que ce voyage me fait du bien ! Ca y est j'en comprend les bienfaits et je sais ce que je suis venue chercher ! Très belle étape, rythmée par des changements de paysages, forêts, plages, falaises, dunes, routes , tout cela sous le soleil ! Cette étape s'achève par 7 km de montées et descentes complètes des falaises de bord de mer. l'avantage est que cela offre un point de vue quasiment à 360 °. En haut d'une falaise, une arrivée avec un virage, il était là ! Au loin mais devant moi ! oui il était là ! celui pour lequel j'étais partie six jours plus tôt, je le voyais enfin , annonçant là mes derniers jours de voyage... Le mont saint Michel était en vue ! Heureuse de le voir, je terminai ma journée de voyage sur cette vision. j'avoue être physiquement fatiguée de mes 5 jours précédents , ce qui fait que mon arrivée à St Jean est plus que bienvenue! j'arrive vers 16h00 , j'ai pris mon temps pour marcher et de toute façon avec mes pieds , je ne marche plus qu'à trois ou quatre km/heure. Ma réservation de la chambre d'hôtes du soir indique qu'il est possible d'arriver à partir de 17h00...il me reste à profiter du temps, du paysage avant d'aller dormir ! et oui mon voyage m'a permis de devenir une marmotte. J'ai besoin de mes dix heures de sommeil réparateur ! une petite promenade et un bain de soleil sur la plage, j'arrive dans le village et tombe sur un bistrot. Je m'y installe avec un jus de fruit, un thé. Ambiance bistrot ! le gérant a deux frères qui arrivent dans la foulée, le plus agé pas beau mais débrouillard, fana de courses de chevaux qui m'explique comment gagner de l'argent ! le deuxième, un peu bourré, mais visiblement le plus émotif, qui me fait la bise et qui veut me payer tous les coups à boire, enfin le dernier, celui qui tient le bistrot, le dragueur au courant de tout ...Tranche de vie très sympa à laquelle je me suis substituée une demie heure plus tard pour rejoindre ma chambre d'hôte.

10

Après avoir déjeuner et discuter avec mes hôtes, ils m'ont préparé un petit déjeuner comme si nous étions une vingtaine, alors que j'étais la seule résidente...je filais vers la mer retrouver mon GR. Avant dernière étape avant le graal !!! trop heureuse de voir la fin arriver, trop heureuse de savoir que j'allais réussir, trop heureuse de l'avoir fait ! c'est sur ces visualisations là que je partis ce matin là en direction de Pontaubault ! journée tiède/ neutre. ni beau , ni pluie. Je fais le tour du mont ! je suis un mouton de pré salé, je marche avec eux dans leur pré, je les perturbent de marcher sur leur territoire et m'en amuse! les méééééé qui accompagnent mon passage sont les discussions de ma journée. J'avais toujours rêvé de marcher dans les prés salés...je ne sais pas pourquoi ...je me disais que ça devait être bien..oui maintenant je sais, ça l'est ! ce jour là j'étais boostée par l'énergie de la fin du voyage, de la dernière étape avant le Mont ! Quelle aventure !!! J'ai fini mon parcours du jour en compagnie d'un homme dont je ne sais pas le prénom qui faisait sa marche du jour et avec qui pendant une heure et demie nous avons discuté sans relâche. Faute d'avoir pu trouver un gite ou chambre d'hôte sur mon parcours, j'avais réservé une chambre l'ibis dans une zone industrielle. Je ne vous cache pas la joie incommensurable que j'ai eu à la tête du réceptionniste ! une dingue avec un sac à dos plus grand qu'elle, crottée de la tête aux pieds qui arrivent sur la moquette flambant neuve ....j'avoue ça m'a fait beaucoup rire!

11

Aucune appréhension, rien, je me suis préparée comme d'habitude en cette matinée de dernière étape. J'y étais, c'était la der mais j'avais encore du chemin. 25 km à faire, je savais qu'à mon allure, j'allais mettre du temps. je suis partie tôt ce jour là, pressée finalement d'en finir. Mon chéri m'attendrait à l'arrivée sur le Mont , enfin tout dépendait de l'heure car il avait aussi des contraintes. je profitais de ces dernières heures de marche, d'être seule, de revenir dans un monde différent...réveil de la nature, j'en profite pour gambader à mon tour dans les prés salés. les moutons ne sont pas encore là. Justement, une grille vient de s'ouvrir et je vois les premiers troupeaux sortir... la bergère qui les poussent, vient à ma rencontre. Elle me demande ce que je fais, d'où je viens. On papote quelques minutes, moi sur la marche, elle sur ses moutons. Nous finissons notre discussion par un conseil :" marche donc le long des barrières, les prés salés sont fait pour les moutons, c'est tout mouillé et tu vas te casser une jambe dans les trous " . Conseil avisé mais j'ai encore envie d'être avec eux. Pour ne pas la froisser, je fais mine quelques mètres de marcher le long des barrières et enfin je repars dans les prés avec les moutons dès qu'elle a le dos tourné. L'étape me parait très très longue, en fait, je suis arrivée au bout de l'aventure dans ma tête , j'ai trouvé tout ce que je voulais, je voulais également me reposer physiquement. une dernière grande ligne droite , j'arrive au pied du mont, avant le pont de la nouvelle route qui permet d'y accéder! je ne sais pas où est mon chéri mais j'ai hâte de le voir . je le sms....réponse j'arrive je suis sur le chemin près des parkings. Ok je pars à ta rencontre ! youyouyou , je le vois, tombe dans ses bras et pleure ! de joie, de fatigue de toutes les émotions emmagasinées durant ce voyage ! je suis trop contente. Nous retournons à la voiture, j'avais demandé qu'il me ramène des habits de change. Nous partons tous les deux au Mont , il est 13h00 pour manger une crêpe, heureux de se retrouver. je marche tout doucement mais sans mon sac !! j'y suis arrivée ! Quasiment 240 km dans les jambes, des paysages plein la tête, des hôtes plein de gentillesse....bref l'appel du voyage à recommencer !