À propos

Entrepreneur depuis une dizaine d'années, voyageur régulier, amateur de photo :)
Parti à la rencontre des startups de Tallinn et Helsinki avec 50 Partners, j'ai découvert deux jolies villes !
Juin 2017
5 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Après le chaos de Bangalore et de l'Inde en fin d'année dernière, notre nouveau voyage d'étude commence à Tallinn en Estonie : gros changement d'ambiance ! Avec environ 500 000 habitants, la capitale du pays est une ville à taille humaine, où il fait bon se promener à pied.

C'est une des villes médiévales les mieux conservées en Europe, avec la ville basse et ses remparts, et la ville haute et son château. En cette fin de mois de juin, le temps est très variable sur les bords de la baltique, je profite d'une journée de tourisme avant l'agenda startup pour partir à l'assaut de la cité.

La porte de Viru donnant accès à la ville basse, tôt le matin ! 

La ville basse est marquée par ses nombreuses rues piétonnes et ses façades colorées. L'activité tourne beaucoup autour de la grande place de l'Hôtel de ville. Ce dernier, avec sa tour octogonale, accueille aujourd'hui la mairie de Tallinn. On trouve sur la place une autre curiosité : la plus ancienne pharmacie d'Europe, datant de 1415 !

Outre l'architecture, la ville compte de nombreux objets donnant une ambiance médiévale, comme ces statues pour le moins sombres le long des remparts, ou bien cet énorme chaudron près de l'hôtel de Ville.

Le meilleur moyen d'avoir un bel aperçu de la ville, c'est de se rendre au nord de la vieille ville, direction l'église Saint-Olaf. Sa particularité ? On peut monter en haut du clocher, et profiter d'un panorama incroyable sur la ville ! Attention, il ne vaut mieux pas avoir le vertige, car le chemin de ronde fait à peine 50 centimètres de large, à flanc de la toiture en zinc. Il y a une barrière heureusement !

La ville basse de Tallinn et ses remparts, vu depuis l'église Saint Olaf
La ville haute sur la collinne de Toompea
Le port de Tallinn
Le nord-est et la pointe de Paljassaare

Dernière étape de la promenade, la ville haute sur la colline de Toompea. C'est ici que dès le Xème siècle les premiers habitants de la future ville ont commencé à bâtir un château. Aujourd'hui, on y trouve le château de Toompea qui accueille le parlement estonien et la Maison Stenbock, siège du gouvernement.

Côté religieux, on trouve la cathédrale luthérienne Sainte Marie, et surtout la magnifique cathédrale orthodoxe Alexandre Nevski. Visitant la ville le dimanche matin, j'ai assisté rapidement à la messe qui s'y tenait : je fus assez impressionné par la décoration intérieur et la cérémonie en elle-même.

Une des rue qui monte à Toompea
La cathédrale orthodoxe Alexandre Nevski
Drapeau estonien
La chateau de Toompea, siège du parlement estonien
La cathédrale orthodoxe Alexandre Nevski
La tour Long Hermann du chateau de Toompea
2

Tallinn est une ville qui se visite assez rapidement. Si vous êtes bon marcheur, vous aurez fait le tour de la ville basse et haute en une demi-journée. Ce qui vous laisse du temps pour faire quelques visites ensuite ! Voilà donc trois idées d'activités à faire après avoir bien marché 😀

Le musée du KGB

Sur un conseil de Solcito, je me suis rendu au musée du KGB qui se trouve dans l'hôtel Viru. En fait, cet hôtel fut construit par les soviétiques pendant la guerre froide, afin d'accueillir les occidentaux en montrant tout le luxe dont était capable l'Union soviétique. Mais il y a un détail qui ne trompe pas : d'extérieur on devine 23 étages, et pourtant l'ascenseur s'arrête au 22ème... En effet, le 23ème étage était occupé par le KGB, qui avait placé sur écoute un grand nombre de chambre de l'hôtel ainsi que le restaurant et le bar...

Je n'en dis pas plus, la visite de cet étage bien conservé est assez amusante ! Pensez à réserver à la réception de l'hôtel Viru car il n'y a que 6 visites par jour, dont certaines en finlandais.

L'hôtel Viru à Tallinn
Il n'y a rien derrière ce mur !
Un des bureaux du KGB
Matériel d'écoute et d'espionnage
Le musée du KGB, dans l'hôtel Viru à Tallinn

Musée de l'architecture

Non loin de la porte Viru, se trouve le musée de l'architecture d'Estonie. Dans un bâtiment portuaire entièrement rénové, il comporte au rez-de-chaussée de nombreuses maquettes d'immeubles, complexes ou quartiers entiers, à différentes époques et sous différentes influences (russes, etc.). Outre l'architecture en elle-même, on retrouve des maquettes qui explique la planification urbaine qui a eu lieu à différentes époques. À l'étage et au sous-sol se trouvent des expositions temporaires intéressantes, sur des personnalités estoniennes qui ont contribué à des bâtiments majeurs à l'étranger par exemple.

Musée de l'architecture estonienne
Exemple de planification urbaine en Estonie
Musée de l'architecture d'Estonie 

Musée Kok in de Kiek

Kok in de Kiek est un symbole des remparts de Tallinn. Cette tour de 38 mètres de haut date du XVème siècle, et accueille aujourd'hui un musée très intéressant. Une première partie est consacrée à un dessin animée retraçant l'histoire de Tallinn, avec les multiples invasions menées par ses voisins danois, finlandais et russes, et comment la ville s'est fortifiée avec le temps. On peut ensuite visiter un long souterrain de 500 mètres de long sous les remparts, qui retrace l'histoire de Tallinn à travers les usages qui ont été faits de ce tunnel. Enfin, la tour en elle-même comporte de belles pièces d'artillerie, et un café tout en haut où on profite d'une vue intéressante.

La tour Kok in de Kiek
L'entrée du tunnel sous les remparts de Tallinn
Pièce d'artillerie au musée Kok in de Kiek
Vue sur les remparts et la cathédrale orthodoxe
Le musée Kok in de Kiek 
3

Derrière ses allures de petite cité médiévale, Tallinn est en fait fait une ville en pointe sur le numérique.

La mafia Skype

Si il y un emblème qui place Tallinn parmi les villes qui compte dans le numérique, c'est bien Skype. Le logiciel de télécommunication mondialement connu a été fondé à l'origine en Estonie, en 2003. Les fondateurs étaient d'ailleurs aussi à l'origine du fameux logiciel Kazaa au début des années 2000.

Avec la vente de Skype à eBay en 2005 puis le rachat/revente à Microsoft en 2011, les fondateurs et nombre d'employés se sont considérablement enrichis. Ils ont alors réinvesti dans des accélérateurs, espaces de co-working et fonds d'investissement pour soutenir les startups de Tallinn. Cela a donné naissance à une seconde génération d'entrepreneurs et startups, parmi lesquelles on peut citer TransferWise ou Pipedrive. Voilà comment nait un écosystème de startup !

L'histoire de Skype depuis 2003
Belle référence de Marc Andresseen, fondateur de Netscape et du fonds a16z
Quelques succès de startups estoniennes
Lift99 et Garage98 sont des accélérateurs et co-workings à Tallinn
La mafia estonienne, aussi appelée Skype Mafia 😀

La e-Residency en Estonie

Là où l'Estonie surclasse de loin la plupart des pays, c'est avec son programme e-Estonia. Après l'indépendance, au milieu des années 90, le pays a fait le constat qu'il n'aurait pas les moyens de développer des services publics traditionnels pour tout le territoire.

Le gouvernement a donc investi sur les services en ligne. Dès 2000, l'impôt se payait en ligne, et l'Estonie est aujourd'hui le pays où collecter 1€ d'impôt coûte le moins cher. Chaque citoyen dispose d'un compte en ligne, et peut accéder à près de 200 services différents (logement, santé, fiscalité, etc.).

En pratique, seuls le mariage et l'achat d'un bien immobilier ne peuvent se faire en ligne, du fait de la présence d'un notaire. Pour le reste, c'est 100% online. Si l'équivalent de la RATP a besoin d'un justificatif de domicile, il peut y accéder par une API, et vous êtes notifiés quand une administration a demandé l'accès à une de vos données personnelles.

La carte de e-résident estonien que tout le monde peut avoir !

Bien que le vote en ligne aux élections soit très répandu (35% des votants), paradoxalement cela n'a pas réduit l'abstention, toujours de l'ordre de 30% à 40%

L'Estonie est tellement avancée sur la notion de gouvernement en ligne, qu'elle a commencé à exporter son logiciel à d'autres pays. La Finlande pour partie, mais aussi l'Azerbaïdjan, la Namibie ou les îles Feroe par exemple l'utilisent pour accélérer leur transition vers des services en ligne.

N'importe qui peut demander une carte de e-résident en Estonie. Elle permet de gérer à distance un certain nombre de service, comme créer une entreprise en Estonie et l'administrer à distance.

4

Tallinn en soi n'est pas une très grande ville, on peut en faire une bonne découverte en une journée bien remplie. Du coup, le bon plan c'est de coupler la visite de Tallinn avec celle d'Helsinki, de l'autre côté de la mer baltique.

Ça tombe bien, il y a un ferry qui fait la navette entre les deux villes en 2 heures. C'est pas plus cher et plus agréable que l'avion. Vous pouvez par exemple atterrir à Tallinn, visiter, prendre le ferry, visiter Helsinki, et repartir vers Paris depuis la Finlande. Idéal comme programme pour un week-end prolongé par exemple 😀

Tallinn vue depuis le port
Les ferrys reliant Tallinn et Helsinki

Après ma journée touriste et une journée et demie de rendez-vous avec les startups de Tallinn, me voilà donc sur le ferry, direction Helsinki !

5

Si Skype est la réussite emblématique de Tallinn, sans nulle doute celle d'Helsinki s'appelle Rovio. Si le nom ne vous dit rien, vous connaissez forcément leur produit phare : Angry Birds. Le jeu, qui consiste à lancer des oiseaux sur des cochons pour récupérer leurs œufs, a été lancé en 2009, alors que l'iPhone venait d'ouvrir sa plate-forme à des éditeurs tiers (les fameuses app). Le succès fut fulgurant : le jeu totalise désormais plus d'un milliard de téléchargements.

Cela étant, Rovio est symptomatique de la difficulté du jeu vidéo. Avant ce succès, il ne s'agissait que d'un petit studio de 6 personnes, qui durant 6 ans avait lancé 51 jeux avant Angry Birds, sans qu'aucun n'ait été un grand succès : ils permettaient juste à la structure de survivre... Aujourd'hui la société emploie plus de 400 personnes, un beau succès qui inspire de nombreux développeurs de jeux en Finlande et ailleurs !

Les bureaux de Rovio à Helsinki

L'autre élément structurant de l'écosystème finlandais, c'est Slush. Cette conférence sur l'entrepreneuriat qui met en relation les startups et les investisseurs est devenu en 10 ans un évènement incontournable en Europe. Plus de 17 000 personnes assistent à la conférence, 2000 startups et 1000 investisseurs. C'est d'autant plus incroyable qu'il s'agit d'une organisation étudiante à but non lucratif. Ils ont commencé par un petit évènement, et maintenant plus de 300 bénévoles aident chaque année.

Slush est le terme anglais pour la neige fondue. Parce que comme le disent les organisateurs, il faut vraiment une bonne raison pour venir à Helsinki fin novembre vu le temps !

Mais le plus original, c'est le dernier projet de Slush : ils ont créé Wave Ventures, le premier fond d'investissement entièrement géré par les étudiants ! Par nature, les partners du fonds changent régulièrement, alors tous les profits vont directement à Slush, qui a pour obligation de le réinvestir pour soutenir l'écosystème finlandais. C'est autre plus innovant que la bonne vieille junior-entreprise !

Andreas Saari, co-fondateur et CEO nous explique Slush et Wave Ventures
La conférence Slush
La conférence Slush à Helsinki 
6

Après une autre journée et demie à rencontrer les startups d'Helsinki, j'ai profité d'une journée de plus en touriste pour découvrir un peu la ville. La ville est assez différente de Tallinn, moins médiévale, mais pas moins colorée sur les façades de bâtiment. Un point commun avec Tallinn cela dit : les nombreuses églises et cathédrales. Les plus fameuses sont la cathédrale luthérienne d'Helsinki, et la cathédrale orthodoxe Ouspenski. Elles se dégagent clairement du ciel de la ville avec leurs magnifiques dômes.

Cathédrale luthérienne d'Helsinki
Cathédrale orthodoxe Ouspenski à Helsinki

L'église de Temppeliaukio, luthérienne aussi, ne risque pas de se voir au loin en revanche. En effet, elle fut construite dans les années 60 à même la roche d'une colline de la ville. Allant jusqu'à 8 mètres sous la roche, elle est couverte par un immense dôme du plus bel effet à l'intérieur. L'acoustique particulière en fait aussi une salle de concert à part. Seul bémol : c'est devenu une attraction touristique en soi, et les cars de touristes qui y débarquent ne semblent pas se soucier du silence requis dans une église...

L'église de Temppeliaukio

Il fait bon se promener à Helsinki. Les boutiques ne manquent pas notamment en décoration et côté restauration, on peut se régaler notamment avec les saumons. À noter cela dit que le coût de la vie est nettement plus cher à Helsinki qu'à Tallinn (qui ne manque pas pour autant de bons restaurants !).

Helsinki comporte de nombreux espaces verts, squares ou parcs. Les abords de la Baltique sont autant de lieux de promenades qui font que globalement, on respire dans cette ville !

Promenade à Helsinki

Je n'ai eu le temps de ne faire qu'un musée à Helsinki, et comme d'habitude ma préférence est allé directement à l'art contemporain avec musée Kiasma ! Sûrement car à l'étranger je suis plus ouvert d'esprit pour ce type d'exposition, même si je n'ai pas forcément compris toutes les œuvres 😀

Le musée Kiasma, vu d'extérieur
Le hall d'entrée du musée Kiasma
Certaines oeuvres utilisent la réalité virtuelle
Ne cherchez pas à comprendre 😂
Le musée d'art contemporain Kiasma à Helsinki
7

Helsinki est une ville construite sur une presqu'île, entourée de 330 îles ! L'eau est donc omniprésente, et ces îles sont autant d'opportunités d'aller faire une escapade en mer. La plus facile et la plus intéressante est probablement Suomenlinna.

Il est très facile de se rendre à Suomenlinna, la traversée durant une vingtaine de minutes. Deux compagnies sont disponibles, toutes deux près du marché de la ville. Le ticket s'achète sur place.

Un des avantages de la traversée est la vue sur Helsinki au fur et à mesure qu'on s'éloigne ! 

Suomenlinna est en fait une forteresse construite sur un archipel de huit îles, classée désormais au patrimoine mondial de l'UNESCO. Elle fut construite à l'origine par les suédois en protection contre les russes, qui finirent par l'occuper, avant de devenir un élément de défense de la Finlande. Outre les fortifications et les bâtiments militaires, on y trouve un chantier naval et une église notamment, ainsi qu'un musée et quelques cafés et restaurants. En fait, il y a près de 800 finlandais qui y vivent actuellement.

La forteresse de Suomenlinna

Si vous avez au moins trois heures devant vous (ou plus !), je vous recommande fortement cette escapade, qui donne une belle vue d'Helsinki et ses îles lors de la traversée, et permet de se plonger un peu dans l'histoire de la Finlande sur la forteresse.

8

Ce startup-trip fut une bonne découverte de deux capitales européennes, de la même façon que notre précédent voyage à Stockholm. L'Europe ne manque pas de bons écosystèmes pour démarrer une start-up !

Ici ma préférence va tout de même je pense à Tallinn. Bien que plus petit, la qualité de l'écosystème est indéniable : accès aux financements, entrepreneurs expérimentés, facilité de recrutement des ingénieurs, etc. Et le niveau de numérisation du gouvernement est juste bluffant !

En tant que touriste, il y a bien plus à découvrir à Helsinki je pense, mais j'ai eu un coup de cœur aussi pour Tallinn, à taille humaine et très agréable. La météo en revanche n'y est pas très enthousiasmante, l'été étant assez court. Les estoniens ont une blague pour cela d'ailleurs : "Tu as fait quoi cet été ? - Ah, rien, je travaillais ce jour là !" 😀