À propos

Entrepreneur depuis une dizaine d'années, voyageur régulier, amateur de photo :)

Carnet de voyage

Madère en famille

10 étapes
5 commentaires
3
Une semaine en famille sur l'île volcanique et tropicale de Madère. Au programme : randonnées, petits villages et beaux jardins !
Avril 2016
7 jours
Partager ce carnet de voyage
1

3 ans après notre premier voyage en famille, nous voilà cette fois-ci à Madère. À seulement 3h30 de Paris, cette île volcanique offre un dépaysement total, avec des températures clémentes toute l'année !

Située à 1000 kilomètres des côtes marocaines, en face de Marrakech, Madère est une province du Portugal. En plus de l'île principale, la province compte l'île de Porto Santo et les îles Desertas (inhabitées).

Notre hôtel se trouve à Funchal, la plus grande ville de Madère avec 112 000 habitants. Dès qu'on arrive, on comprend que l'île est escarpée et que les routes vont être sinueuses.

Le téléphérique offre une bonne perspective sur la ville de Funchal

Notre découverte de Funchal commence par la vieille ville. Un bon point de départ est le Madeira Story Center, qui retrace toute l'histoire de Madère depuis les premiers colons jusqu'à l'industrie financière offshore (sic) en passant par les vacances de Churchill. Le musée est très didactique et interactif et les explications en français. Une petite heure bien utile pour la suite des vacances !

Nous poursuivons notre visite vers les ruelles tout en couleurs. Quand les portes n'ont pas servi pour dessiner, elles mènent vers des galeries d'art très intéressantes.

Les dessins de la vieille ville sont à l'image de la flore de Madère : riche et colorée !

Dans la vieille ville, le marché des Laboureurs est une étape indispensable ! S'y rendre à la première heure permet de profiter des étalages de poissons frais. Mais le marché des Laboureurs accueille surtout des marchands de fruits et légumes, ainsi que des fleuristes. La grande diversité de produits est un régal pour les yeux, et il faut être fin connaisseur pour reconnaître toutes les espèces sur les étals !

Saurez-vous reconnaître toutes ces espèces ? 😀

Nous avons continué notre visite vers le centre-ville, pour découvrir l'hôtel de ville et la cathédrale. Les rues sont propres, fleuries et finement pavées, c'est très appréciable ! La ville n'est pas très grande et l'essentiel des visites peut se faire à pied.

Le centre-ville de Funchal

Enfin, nous terminons notre visite en déambulant sur la promenade. Là aussi, c'est très fleuri, bien aménagé et propre ! On apprécie la vue sur la ville de Funchal et les grands espaces pour se promener ou prendre un verre.

Pour les enfants. Dans le port de Funchal se trouve une réplique du Santa Maria. C'est une activité idéale pour les enfants : 3 heures en mer avec des animations de pirates. Pour les adultes, c'est l'occasion de découvrir la côte Sud jusqu'à Cabo Girao.

2

Le climat de Madère favorise une flore abondante. Pour la découvrir, vous pouvez explorer les moindres recoins de l'île, ou tout simplement visiter les jardins du Monte à Funchal. Un téléphérique vous y emmène depuis le port, et vous gratifie d'une magnifique vue sur la ville.

Le jardin tropical

Le jardin tropical est le plus haut des jardins. Il dispose aussi de deux musées et d'une série de jolis panneaux en céramique relatant l'histoire du Portugal.

Le fil conducteur de la promenade, c'est l'aménagement du parc en jardin japonais. Pendant un temps, on oublie que nous sommes au milieu de l'Atlantique, pour s'imaginer plutôt côté Pacifique !

L'agencement japonais du Jardin Tropical de Funchal

Si le jardin tropical fait surtout la part belle aux arbres et arbustes, on y trouve aussi de nombreuses fleurs. Le jardin n'était pas aussi fleuri qu'on l'aurait imaginé fin avril, mais ce fut tout de même appréciable 😀

Un des musées est une collection exceptionnelle de minéraux. Certains proviennent de Madère, mais une large partie est issue d'Amérique latine. La collection est très fournie avec un millier de pièces !

En descendant le parc, on arrive vers le palace. Aujourd'hui siège de la fondation gérant les deux musées du parc, il fut à l'origine la demeure d'un riche négociant. On profite aussi d'une très belle vue sur Funchal. Juste à côté, on trouve des cascades rafraichissantes, ornées de très belles céramiques bleues typiques de Madère.

En quittant le jardin tropical par le haut, nous avons fait un détour par l'église Notre-Dame de Monte. C'est ici que vous trouverez aussi les descentes en panier d'osier (oui oui !). Les carreiros vous poussent dans les chariots de bois, jusqu'en bas de Funchal !

À droite, les chariots utilisés pour descendre les rues pentues !

Le jardin botanique

Le jardin botanique de Madère est quant à lui plus "académique". On y retrouve toutes les espèces présentes sur l'île, ce qui en rend la visite indispensable, en début ou en fin de voyage 😀 C'est aussi le jardin des cartes postales et des guides, où on retrouve souvent les parterres fleuris dominant Funchal. Même si le temps est couvert, ça reste très joli !

Les fleurs sont plus présentes au jardin botanique qu'au jardin tropical. En se promenant, on a souvent l'impression d'être dans une jardinerie française, sauf qu'ici ça pousse en plein air, et à des échelles bien plus importantes que nos petites plantes d'intérieures 😀

Le jardin présente aussi de nombreux cactus de différentes tailles. Pour ma part, j'ai préféré les parterres de plantes grasses, parfois seules, parfois accompagnées de cactus plus grands.

3

Cabo Girão est un site incontournable de Madère, et ça tombe bien puisqu'il se situe à un quart d'heure de Funchal seulement. Il s'agit d'une des falaises les plus hautes d'Europe, culminant à 580 mètres. Âmes sensibles au vertige, s'abstenir 😀

Le premier moyen d'accéder à la falaise se nomme Faja de Cabo Girão. C'est un téléphérique qui descend en bas de la falaise, où se trouve un chemin de promenade et des cultures en tout genre. On y trouve même du ricin, ce qui a rappelé de mauvais souvenirs d'enfance à certains...

Vue de la falaise, depuis le téléphérique de Faja de Cabo Girão

Suspendu dans le vide pendant une longue minute, on a tout le temps d'apprécier les différentes strates de la falaise, signe de l'activité volcanique de l'île. En bas, j'avoue ne pas avoir compris ce qui pousse les locaux à cultiver un lieu aussi escarpé. Sauf peut-être... Pour la beauté du paysage en haut de la falaise ! 😀

Sur le second site, Cabo Girão, se trouve un "pas dans le vide". La structure en verre, perchée à 580 mètres, permet de s'avancer dans le vide en toute sécurité (enfin, on espère). On peut apercevoir au loin l'agglomération de Funchal, toute proche.

Du bleu, du blanc, du vert, du rouge, les couleurs de Cabo Girão depuis le pas dans le vide sont superbes !
4

Proche de Cabo Girão, Faja dos Padres mérite un détour tant on se retrouve dans un autre monde. Uniquement accessibles par un téléphérique, une dizaine d'habitations (chambres d'hôtes pour certaines), une ferme et un café-restaurant se trouvent au pied de la falaise.

L'atmosphère qui se dégage en bas est particulière : on est un peu comme au bout du monde, et pourtant la richesse des cultures qu'on y trouve rappelle la présence de l'homme. Au choix : des avocatiers, des cerises de Cayenne, des mangues, des bananiers, sans compter toutes les cultures plus classiques mais tout aussi jolies.

À noter le joli mélange d'oignons et salade !

On repart tout de même sceptique sur ce lieu, en observant le panneau détaillant le coût du téléphérique flambant neuf qui dessert ces 10 habitations : 3,2M€ dont 2,7 financés par l'Europe. Tout au long du voyage on est impressionné par le nombre de viaducs et tunnels, souvent en 2x2 voies. L'effort pour désenclaver cette île escarpée de 270 000 habitants est plus que bienvenu, mais il pose des questions parfois, comme ici à Faja dos Padres.

5

Madère, c'est aussi de nombreux petits villages côtiers idéaux pour faire une pause. Après les falaises, nous en avons visités deux.

On commence avec Ribeira Brava, qui marque la fin de la voie rapide qui longe la côte sud-est. Bien que le temps ne soit pas avec nous ce jour là, le bourg ne manque pas de charme, avec ses petites ruelles et l'église Saint Benoit, au centre du village.

Le village de Ribeira Brava

Plus loin, nous trouvons Ponta do Sol, une petite cité balnéaire enclavée que nous visitons un jour férié. On découvre alors, en fin de journée, les cafés remplis, la plage occupée par un match de beach volley, et la pointe rocheuse par les pêcheurs. La vie tranquille 😀

Le village de Ponta do Sol
6

Impossible de se rendre à Madère sans parcourir une levada ! Une levada est un canal d'irrigation qui longe les flancs de montagne à Madère. Elles ont été construites pour alimenter le sud de l'île à partir des montagnes du nord, dès le XIXème siècle. On compte aujourd'hui 1400kms de levadas, et elles font d'excellents chemins de randonnées.

Une levada est un petit canal d'irrigation, souvent de 30cm de large

La levada des 25 sources est intéressante à faire en famille, car elle se décompose en 3 parties, modulables selon la forme des plus ou moins jeunes 😀 Les plus motivés feront tout à pied, d'autres monteront dans la petite navette pour écourter.

À savoir : la levada des 25 sources peut se faire avec un sac à dos porte bébé. Un enfant de 4-5 ans pourra faire la marche vers la chute de Risco, mais pas la levada des 25 sources en elle-même (peu de dénivelé mais risques de chutes si l'enfant est pas assez grand par rapport aux barrières). Il est possible d'attendre à la maison forestière, c'est pratique !

La descente vers la maison forestière

Première étape : descendre du parking vers la maison forestière. Une navette est disponible, mais c'est tout aussi sympa à pied pour apprécier le paysage, et s'échauffer pour la suite 😀 Encore que, c'est moins vrai pour la remontée au retour...

La chute de Risco

Une fois à la maison forestière, une première levada s'offre à nous, la levada Risco. Peu de dénivelé ici, et le sentier est suffisamment large pour être accessible à tous. Au bout s'offre à nous la magnifique chute de Risco. Le retour est simple : chemin inverse vers la maison forestière !

En haut, on distingue bien la levada qui trace une ligne horizontale sur la falaise

Les 25 sources

Seconde levada au départ de la maison forestière, les 25 sources est un peu plus technique, mais encore plus jolie aussi. Avec ses passages étroits, ses voutes d'arbustes par dessus le canal, les paysages au loin, on est ravi ! Avec un peu de chance, vous apercevrez des truites bleues dans le canal ! Essayez de les attraper pour voir 😀

Mon petit-neveu a fait la randonnée dans le sac porte-bébé, porté par mon père 😀

Tout au bout, ce qu'on appelle les 25 sources est en fait une multitude de petites sources dans un petit cirque, qui marque le début de la levada qu'on vient de longer. Un cadre idéal pour faire une pause, avant de rentrer.

La cascade des 25 sources. À droite, la levada commence.
7

Si beaucoup de randonnées à Madère consistent à longer des levadas, certaines sortent du lot comme celle de la pointe Saint Laurent. Point de levada ici, mais une longue presqu'île aux paysages quasi lunaires, à l'opposé de la forêt tropicale au coeur de l'île. C'est en fait le premier paysage que l'on découvre de Madère, puisque l'avion survole cette pointe juste avant d'atterrir.

À savoir : pour les amateurs de randonnées, sachez que le climat de Madère est doux toute l'année, cela varie entre 15° et 25°. Bien sûr l'hiver est plus pluvieux et l'idéal est de venir entre avril et octobre, mais on peut visiter Madère toute l'année !

La presqu'île Saint Laurent, avec le pic au milieu et l'île Cevada ensuite

Il faut compter 4 heures pour faire la randonnée, qui se fait en aller-retour, avec une petite boucle à la fin. Il y a du dénivelé, mais on a pu la faire avec un sac à dos porte bébé (prévoir de se relayer quand même !), et le chemin est bien balisé et sécurisé.

Tout au long de la randonnée, on est surpris par les roches volcaniques, striées par des lignes verticales de trachyte. Le chemin est rythmé par de nombreuses criques, où la couleur ocre des roches contraste avec le bleu parfois turquoise de la mer. C'est sublime et ça motive pour aller au bout 😀

Sur la fin, on arrive à une petite halte où se trouvent des tables de pique-nique bienvenues pour une petite pause. D'ici, nous avons continué vers le dernier pic. La montée est raide, mais l'effort est récompensé par la magnifique vue sur les deux dernières petites îles de la pointe Saint-Laurent, où se trouve un phare. Au loin, on aperçoit les îles désertes.

8

Sans aller jusqu'à la pointe Saint Laurent, la côte présente plusieurs petits villages sympa, à moins d'une demi-heure de Funchal.

Nous avons ainsi visité Santa Cruz au gré d'une petite promenade. On a apprécié le marché, plus petit que celui des laboureurs à Funchal certes. L'église paroissiale mérite un détour : petite, ce n'en est pas moins la seconde plus grande de l'île 😀 Le parc devant l'entrée est très joli aussi. Enfin la promenade du front de mer, où les passionnés d'aviation scruteront les décollages et atterrissages depuis la piste de l'aéroport tout proche.

À gauche, la rivière recouverte de fleurs. À droite, on devine le début de la piste d'atterrissage.

De l'autre côté de l'aéroport, se trouve Machico, où sont arrivés les premiers colons au XVe siècle. Outre l'église et une chapelle, on trouve un vieux fort qui servait de défense au XVIIIe, où se trouve aussi une grande aire de jeu, idéale pour faire une pause avec les enfants 😀 Et surtout, chose rare et prisée à Madère, Machico possède une belle plage de sable fin, importé du Maroc !

La vie tranquille à Machico...

Enfin, nous avons terminé notre virée par Prainha, une petite crique avec un peu de sable, non loin du départ de la randonnée de la pointe Saint-Laurent. Le temps était maussade et le bar fermé, mais on devine que le lieu est prisé quand il fait beau (le parking était plein le jour ensoleillé de notre randonnée à la pointe Saint-Laurent).

La crique de Prainha
9

Pour notre dernier jour, nous sommes partis explorer la côte nord-ouest. Au milieu de la côte se trouve le village de Sao Vicente, que l'on a particulièrement apprécié car il a gardé une certaine authenticité. Le coeur du village est très mignon et plutôt bien préservé !

La route vers Porto Moniz est assez facile, grâce aux nombreux tunnels qui évitent l'Antigua Estrada, c'est à dire l'ancienne route à flanc de falaise, assez dangereuse. Elle permet cela dit d'aller faire des photos des criques, et ça mérite bien un arrêt de temps en temps.

Notre semaine s'est terminée à merveille avec les piscines naturelles de Porto Moniz ! Véritable petit coin de paradis, il s'agit de nombreuses petites piscines, alimentées à l'eau de mer. Une partie est aménagée en piscine municipale, et nous nous sommes jetés à l'eau malgré les 17 degrés seulement. Sans regrets 😀

Un cadre de rêve pour finir la semaine de vacances 😀

Dans la série "Où aller à 3 heures de Paris ?", après avoir visité l'Islande, Madère fut une excellente découverte, dans un tout autre registre ! 😀 La richesse de la flore et des paysages impressionne pour une île finalement à taille humaine (on compte une heure de Funchal à Porto Moniz par exemple).

Je retiens bien sûr que Madère est le paradis des randonneurs, mais aussi une île agréable pour venir passer du temps en famille. Funchal possède de nombreux hôtels où il fait bon se reposer (et où les jardins n'ont pas à rougir face à ceux du Monte !), et la ville n'est ni trop petite, ni trop grande.

Amateurs de randonnées, de petits villages ou de vie urbaine, tout le monde peut trouver son compte à Madère 😀