Carnet de voyage

Ténérife

22 étapes
2 commentaires
Ténérife & La Gomera ; juillet 2016
Juillet 2016
3 semaines
Partager ce carnet de voyage
13
juil

Lever aux aurores 3h40 pour un vol à 6h25 : Lesquin => Ténérife

"Bienvenido a Tenerife" à 9h45 (heure locale)

Tenerife

Tenerife est la plus grande des sept îles qui composent l´archipel des Canaries avec ses 2 036 km² et compte une population de 889.936 habitants. Elle est située à 300 km de la côte ouest de l’Afrique . Elle est dominée par le Mont Teide, le volcan qui s’élève à 3 718 m d’altitude et qui est la plus haute montagne des territoires espagnols. Les Guanches sont les premiers habitants arrivés sur l'île depuis l’Afrique au Ier ou au IIe siècle avant J.-C.. Puis ce fut la période des conquêtes par les Européens au XV°s.

Légende

Bien avant d’entrer dans l’Histoire, les îles Canaries sont présentes dans la légende comme étant ces fameuses terres mythiques situées au-delà des Colonnes d’hercules, du détroit de Gibraltar, sur le chemin de la Mer ténébreuse. De nombreux auteurs classiques y situèrent le Paradis, les Champs Elysées ou le Jardin des Hespérides. L’un des premiers témoignages fiables sur les îles nous vient de Pline qui au 1er siècle, nous parle d’une expédition envoyée par le roi mauritanien Juba qui rapporta en souvenir de cette aventure d’énormes chiens, d’où le nom de l’archipel : Canaries, de can ou canes. Il existe encore aujourd’hui de magnifiques exemplaires d’une race autochtone de dogues insulaires, d’aspect féroce et impressionnant, appelés verdinos (ou bardinos selon les îles). Il n’est pas surprenant que les premières narrations légendaires ou historiques sur les Canaries fassent presque toujours référence à l’île de Tenerife, que l’on appela aussi Nivaria. A cette latitude en effet, l’image d’une immense montage enneigée, visible à plusieurs kilomètres à la ronde et s’élevant au dessus des nuages les plus hauts, devait être plus que impressionnantes pour les anciens navigateurs.

Transfert en bus vers le Club Jumbo Tamaimo (Puerto de Santiago)

Déjeuner & réunion d'informations puis farniente à la piscine


Spectacle "Tamaimo Tropical" 

Voyagez en circuit individuel, personnalisé et abordable

Plus de 50 circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation facile en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires
14
juil

Découvertes des alentours de l'hôtel : Puerto Santiago & Los Gigantes. Il faut compter une vingtaine de minutes à pied pour rejoindre les plages et commerces.

Puerto Santiago
Playa Los Guios 

Plage à 250 m de l'hôtel (très jolie et sauvage, mais beaucoup plus glissante et dangereuse)

Spectacle de l'équipe d'animation pour le 14 juillet

Promenade au clair de lune & spectacle

15
juil
Soleil + sable noir = sandales et parasols obligatoires 
Vagues impressionnantes et ludiques !
Spectacle de perroquets 
Spectacle de Flamenco
16
juil
fête de la Virgen del Carmen
17
juil
Promenade en ville et bord de mer 

Les fêtes en l'honneur de la Vierge du Carmen (patronne des pêcheurs) sont très suivies par la population : messe ; cortège dans toute la ville jusqu'à la plage où la Vierge monte à bord d'un bateau et part à la tête d'un cortège maritime.

Cortège dans les rues et sur la mer
18
juil

Découverte de la Gomera en jeep

Traversée en ferry (45 mn)
Côtes de Ténérife 
Côtes de la Gomera

La Gomera est l'une des plus petites îles des Canaries (372km²). Un dixième de l'île est occupé par le Parc national de Garajonay. Connue depuis l'Antiquité (cf Ptolémée 90-168), l'histoire moderne de l île commence avec une expédition espagnole menée entre 1404-1405.

Découverte de l'île : paysages magnifiques et végétation très dense
Halte dans une bananeraie 
Déjeuner typique et démonstraion du langage "Silbo"

Le Silbo a été créé par les premiers habitants des îles Canaries, les Guanches, afin de communiquer sans avoir à se déplacer entre ravins et précipices. A l'origine, il reproduisait la langue des aborigènes, les berbères canariens et il était utilisé non seulement à La Gomera, mais aussi à El Hierro, Ténérife et Grande Canarie. Mais ce n'est qu'au XVI° s, après la conquête des îles Canaries par la couronne de Castille qu'il a été adapté à l'espagnol. A partir de ce moment, le Silbo Gomero fut aussi transmis de génération en génération jusqu'à devenir aujourd'hui un symbole de la culture canarienne.

Le Parc National de Garajonay

Le Parc National de Garajonay se compose d’une forêt dense composée d’espèces végétales différentes, souvent bordées par une mer de nuages qui lui donne un aspect magique. Ces brouillards, dont la charge d’humidité est interceptée par la forêt elle-même, sont essentiels à sa propre survie dans un territoire insulaire dominé par l´aridité. Cette forêt, toujours verte, est appelée Laurisilva, ce qui signifie forêt de lauriers, puisque la plupart des espèces d’arbres qui la compose sont des feuilles semblables à celles des lauriers, et dont l’existence est liée à une forte humidité et des températures douces avec peu de fluctuations au cours de l’année. Cette forêt de laurisilva canarienne recouvre une superficie de 4.000 hectares. Il s’agit d´une relique des forêts subtropicales qui occupaient une grande partie de l’Europe et de l’Afrique du Nord il y a plusieurs millions d’années, de sorte que « Garajonay » peut être considéré comme un authentique fossile vivant. En 1981, afin de protéger cet écosystème, le Parc National de Garajonay a été créé, et fût ensuite déclaré patrimoine mondial par l’UNESCO en 1986.

Miradore de Abrante

Il se situe en haut du rocher du nord de La Gomera. À l'extrémité du mirador se trouve une saillie de sept mètres de long avec un sol en verre au dessu du précipice. Quatre cents mètres plus bas, et en absence du nuage, on distingue la petite vallée de Agulo, avec ses grappes de maisons et ses terrasses agricoles, encaissée entre les rochers presque verticaux et ouverte sur l'océan atlantique, et au loin : Tenerife.

Miradore de Abrante 

La forêt de Garajonay

La légende de Gara et Jonay : la Princesse Gara était une belle jeune fille vivant à La Gomera. Un jour, sur la mer, elle vit arriver un beau jeune homme, Jonay, qui venait de Tenerife sur un radeau fait de peaux de chèvres remplies d'air. La belle Gara tomba amoureuse de Jonay qui s'éprit de Gara. Mais le père de Gara ne voyait pas leur union d'un très bon œil, et il leur interdit à jamais de se revoir. Les deux amants s'enfuirent dans la montagne sur le plus haut sommet de La Gomera. Mais les habitants les pourchassèrent. Arrivés au sommet, Gara et Jonay prirent un bâton, l'effilèrent aux deux extrémités et l'appuyèrent entre leurs deux poitrines rapprochées. Ils s'embrassèrent une dernière fois en se transperçant le coeur. Depuis, le plus haut sommet de l'île de La Gomera porte le nom de Garajonay, en hommage aux deux amants.

 forêt de lauriers

Mirador de Los Roques

Cinq « gardiens de roche » surveillent l'entrée au Parc national de Garajonay depuis le village de San Sebastián. Les rochers sont d'énormes blocs ronds, formés par le magma qui n'est jamais arrivé en surface et est ensuite apparu grâce à l'érosion.

Cheminées volcaniques

San Sebastián

Le port d'entrée de l'île est en même temps sa capitale. Moteur économique et culturel de La Gomera, il est aussi connu pour son passé historique. Christophe Colomb a pris ce port comme dernier point de départ pour la découverte de l'Amérique et a ainsi fait de San Sebastian une place unique dans les îles Canaries.

La Torre Del Conde (La Tour du Comte) 

Emblème de l'architecture militaire des Canaries. Elle fut construite au XV°siècle pour le Comte Hernán Peraza, dit "le Vieux" suite à sa conquête de la Gomera. Elle fut également le témoin de la cruelle conquête des Espagnols et la soumission violente des peuples indigènes.

Maison de Christophe Colomb

Eglise du XVème XVIème siècle, elle est un mélange de style mudéjar, baroque et gothique.

19
juil

Sortie en mer à la rencontre des dauphins et des baleines pilotes.

Les eaux du Sud-ouest de l'île de Tenerife sont un espace privilégié pour l'observation d'animaux cétacés en liberté. Leur présence proche de la côte a fait de Tenerife le premier endroit d'Europe en nombre de personnes qui réussissent à apercevoir ces cétacés en liberté. On peut y rencontrer jusqu'à 21 espèces différences. Les espèces les plus communes sont la baleine pilote, le grand dauphin et la baleine à bosse.

Free Bird One : catamaran pouvant accueillir une centaine de touristes (trop de touristes !)
Retour sur la terre ferme après une baignade dans la crique de Masca
20
juil

San Juan

Marché de San Juan (20 mn de bus depuis l'hôtel) : petit marché local

San Juan se situe entre Las Americas et Los Gigantes sur la côte sud-ouest ensoleillée de Ténérife. Cette localité est connue pour sa plage de sable noir à l'abri du vent et des fortes vagues en raison de son emplacement, à côté du port de pêche et de brise-lames.

Animation au bord de la piscine du Tamaimo
Les Beatles de Ténérife 
21
juil

Journée volcanique

Nous partons vers l'endroit le plus visité de l'île : le volcan El Teide. Grâce à la voiture de location, nous pouvons y aller à notre rythme et nous arrêter quand bon nous semble. Il y a de nombreux points de vue avec explications sur les roches, la végétation, les éruptions....

Parc National du Teide

Le parc national du Teide est le plus grand des îles Canaries. Un paysage unique de cratères, volcans et fleuves de lave pétrifiée qui entourent l'impressionnante silhouette du volcan Teide, qui se dresse jusqu'à 3 718 m d'altitude. Tenerife est une île d´origine volcanique dont la naissance remonterait à la fin de l´ère tertiaire. Il y a sept millions d´années, les zones de Teno, de Anaga et de Adeje ont émergé de la mer et elles se sont unies par la suite, formant ainsi la cordillère dorsale. Au centre de l´île, surplombant la caldeira de Las Cañadas, s´élève l´imposant volcan du Teide (3.718 m), le point culminant de l´île mais aussi de tout le territoire espagnol.

Le téléphérique pour monter à 3000m (plus haut, il faut une autorisation préalable)

Le Teide

Comme on dit aux Canaries, le Teide est le vaisseau amiral de l’archipel, il culmine à 3 718 m d’altitude soit sur une hauteur totale de 7 200 m depuis le fond de l’océan et représente non seulement le point culminant de l’Espagne, mais il fait aussi parti des plus grandes constructions volcaniques terrestres, avec les volcans boucliers d’Hawaii et de la Réunion. Ce site exceptionnel a été déclaré Patrimoine de l’Humanité en 2007. A présent on considère que le Teide est en pré-retraite, il est en phase d’extinction et de stabilisation.

Le volcan El Teide 
Les "Roques de Garcia"
la Cathédrale

Le volcan de Samara

Le volcan de Samara (1 936 m d’alt. ) a été formé par une seule éruption fissurale typique, de caractère strombolien. Il appartient tout comme le Chineyro à la zone volcanique la plus récente de Tenerife. L’éruption du Samara est difficile à dater, peut-être entre 2600 et 3900 ans. Elle a tout de même produit une coulée de lave d’une superficie d’environ 1,8 km2.

Spectacle des animateurs francophones 
22
juil

Journée au parc élu numéro un d'Europe et deuxième au monde par TripAdvisor

23
juil
Mirador de Valle de Ariba

Garachico est un village typique à visiter absolument. Un plan de la ville est disponible au château Saint-Michel reprenant tous les bâtiments historiques (2€).

Garachico

Garachico est une ancienne ville coloniale de l'île de Tenerife. La ville et le port de Garachico furent fondés juste après la conquête de Tenerife en 1496 par le banquier génois Christobal del Ponte. Garachico devint le port le plus important de l'île (A cette époque, les Canaries servaient surtout de port d´escale pour les caravelles sur la route du Nouveau Monde). Mais il fut en grande partie enseveli sous la lave lors de l'éruption du cratère secondaire du El Teide, le volcan Las Arenas Negras ou Garachico, en 1706. Aujourd'hui, nous pouvons visiter le nouveau Garachico, mais son histoire est omniprésente par la roche noire dans le village et les trainées de lave.

Vue sur Garachico 
"Tensei tenmoku"  (porte sans porte) / La roche de Garachico

Castillo de San Miguel

Le château Saint-Michel est une forteresse du XVI°s pour la protection de la cité face aux envahisseurs et aux pirates. Il survécut à l'éruption du volcan en 1706, la coulée de lave passant miraculeusement à côté.

Château Saint-Michel 
Eglise paroissiale Sainte Anne / Parc de la Puerta de Tierra / Place de la Liberté
la Casa del Marqués de la Quinta Roja / Casa Palacio de los Condes de la Gomera / Notre-Dame des Anges
Monastère Saint-François d'Assise

Mémorial de la révolution des vignerons

En août 1666, les vignerons canariens se sont révoltés contre les bas coûts imposés par la société anglaise des Canaries avec l'aval de Charles II. Ils ont déversé des milliers de litres de vin, inondant le port et les rues basses de la ville de Garachico.

L'ermitage de San Roque

Construit par les habitants de Garachico au début du XVIIe siècle, pour remercier Saint Roch d'avoir échappé à une épidémie de peste bubonique qui avait fait rage à Garachico pendant cinq ans et qui prit fin en 1606.

Mémorial de l'éruption de 1706


Le Caletón

La dernière éruption du volcan Trevejo, survenue en 1706, ensevelit une grande partie du village de Garachico et créa, lorsqu'elle déboucha sur la mer, ces bassins naturels qui font aujourd'hui partie des principaux attraits touristiques de la commune.

Baignade dans la piscine volcanique (à ne pas manquer même si l'eau est froide) 
Monument de l'émigrant

Los Silos

La ville de Los Silos fut fondée après la conquête de Tenerife et tire son nom des trois silos à céréales construits dans les alentours. L'agriculture constituait la principale activité économique de Los Silos, tout particulièrement la culture de céréales, de la canne à sucre et de la vigne.

la plaza de la Luz / Eglise paroissiale de Nuestra Señora de la Luz (XVI°) / Casa de la Música
Hôtel de Ville / Ancien couvent de San Sebastián des sœurs bernardines

Le Parc rural de Teno

Le Parc rural de Teno est situé à l'extrémité nord-ouest de l'île de Tenerife et comprend une partie des communes de Buenavista del Norte, Los Silos, El Tanque et Santiago del Teide. Avec ses 8 063,3 hectares, il s'agit de l'un des espaces naturels les plus beaux de Tenerife. Mais Teno ne se limite pas à ses beaux paysages ; sa diversité biologique en fait également un trésor. Il constitue un important refuge pour certaines espèces menacées comme les pigeons de laurisylve, le lézard tacheté de Tenerife, le corbeau, le Limonium perezii, la Vieraea laevigata et le Lotus mascaensis, entre autres. La présence d'espèces comme le balbuzard pêcheur (le rapace le plus rare de l'île) a entraîné le classement de cette région comme Zone de protection spéciale pour les oiseaux.

Chemin de randonnée réservé aux expérimentés 
Mirador de Baracán 

La route de Masca

Mirador de Cruz de Hilda

Masca

Masca est un petit village de pirates haut perché dans la montagne. Les pirates, depuis cet endroit, avaient vue sur l'océan et le transit des bateaux entre Tenerife et La Gomera.

24
juil

Icod de Los Vinos

Située au nord-ouest de l’île de Tenerife, Icod de los Vinos est une ville aussi connue sous le mon de Ciudad del Drago - Ville de Dragonnier. Elle doit ce nom au dragonnier le plus imposant et le plus vieux de Tenerife - Drago Milenario. A part ce phénomène de la nature, cette ville possède l’église remarquable - Iglesia San Marcos - où l’on peut voir une croix en argent du Mexique de 2 m de haut et pesant 47 Kg. En 1798 la ville a été presque totalement détruite par une incendie, qui a dévoré la plupart des constructions. Pourtant, miraculeusement elle n’a pas touché à l’église San Marcos.

La Plaza Andrés de Lorenzo Cáceres / L'église paroissiale de San Marcos / La Plaza de la Constitución 

Drago Milenario (Dragonnier millénaire)

C'est un arbre endémique de la Macaronesie, unique en son genre à cause de son âge (estimé entre 1000 et 2000 ans) et de ses dimensions (plus de 20m de hauteur et la base du tronc de 10m de diamètre). Son nom est dû à son aspect de Dragon, avec ses racines qui pendent comme des arbres et son ramage en multitude de bras qui fait penser à un être imaginaire. Sa sève devient rouge au contact de l'air et est appelée "sang du dragonnier". Elle est utilisée en médecine et en cosmétique.

Le Parc du dragonnier

Un jardin d'espèces endémiques, particulièrement didactique et éclairant pour le visiteur, a été créé autour du dragonnier millénaire et contient des petits dragonniers, des Euphorbia canariensis, des euphorbes, etc.

Grotte funéraire Guanche

La Orotava

Les Guanches appelaient cette région, « Arautava » ou « Arautapala ». La vallée de La Orotava a toujours été caractérisée par son impressionnant paysage surplombé par le Teide, ses eaux en abondance, ses beaux jardins et son agréable climat. Néanmoins, elle possède de nombreux espaces naturels protégés, tels qu'une partie du Parc national du Teide et du Parc naturel de la Corona Forestal, la Réserve naturelle de Pinoleris et le Paysage protégé de La Resbala. Le centre historique de la commune fut déclaré Ensemble historique et artistique en 1976. Ses rues sont parsemées d'édifices revêtant un grand intérêt patrimonial et de recoins d'une grande importance pour la commune, dont notamment l'Université européenne des Canaries.

L'église de la Concepción
Le jardin botanique / L'hôtel de ville 

Les Jardins du marquisat de la Quinta Roja

Également connus sous le nom de jardins Victoria, ils furent construits sur une propriété d'arbres fruitiers à la demande de la marquise de la Quinta Roja, doña Sebastiana del Castillo. Son fils, Diego Ponte del Castillo, mourut en avril 1880. Cependant, en raison de ses liens avec la franc-maçonnerie, l'évêché ne permit pas qu'il fût enterré dans le caveau de famille mais dans la zone du cimetière réservée aux non catholiques. Face à cette humiliation, la marquise fit construire un jardin avec un mausolée où enterrer son fils. Bien qu'elle obtînt finalement l'autorisation d'enterrer son fils dans le caveau de famille et que le mausolée ne fût jamais utilisé, il se dresse encore de nos jours comme protestation contre l'intolérance religieuse. Élaboré en marbre de Lyon, il fut achevé en 1883, sous les ordres de l'architecte français Adolphe Coquet.

Quantité de bâtiments historiques recensés dans la ville 
25
juil

Journée de repos pour profiter des activités proposées : stretching, aquagym, tir à l'arc, tir à la carabine, fléchettes...

26
juil

Arrêt sur la route menant à la Laguna au "Camello Center" (piège à touristes : peu de temps sur le chameau, aucune explication).

La Laguna

Le nom guanche de la zone sur laquelle se dresse La Laguna était Aguere, terme encore utilisé de nos jours pour faire référence à la commune. Elle est également connue comme la Ciudad de los Adelantados (ville des Adelantados), puisqu'y résidèrent l'Adelantado Alonso Fernández de Lugo et ses descendants. Suite à la conquête de Tenerife, La Laguna fut la première capitale de l'île, ce qui en fit le centre du pouvoir politique, économique et culturel de l'archipel.

Eglise de Nuestra Señora de la Concepción 

Pour 5€, accès à plusieurs bâtiments dans la ville, sans compter toutes les entrées de palais accessibles aux touristes.

Monastère de Saint Jean-Baptiste

Monastère de Saint Jean-Baptiste

Eglise de Santo Domingo de Guzmán

Forêt de Las Mercedes

La forêt sauvage de las Mercedes représente environ la moitié de la surface forestière de l’île. C’est Tenerife telle qu’elle se présentait il y a des millions d’années à l'ère tertiaire : les lauriers et les fougères arborescentes grimpent jusqu’au sommet des Montañas de Anaga.

"randonnée" jusqu'à Cruz del Carmen

Parc rural d'Anaga

Le Parc rural d'Anaga, déclaré Réserve de biosphère, occupe une grande partie du massif montagneux (14500 ha) situé à l'extrémité nord-est de l'île de Tenerife. Le paysage de la région est remarquable en raison de ses formations géologiques telles que ses roques (anciennes cheminées volcaniques), ses diques (fissures remplies de magma solidifié que vous identifierez comme des murs au milieu du paysage), ses falaises et ses ravins extrêmement escarpés. Une autre image inoubliable est, sans aucun doute, celle de la mer de nuages. Le Parc regroupe une flore et une faune très riches et très anciennes, composées d'espèces endémiques : les laurisylves et les pigeons des lauriers et les pigeons de Bolle (tous deux considérés des reliques vivantes et des espèces endémiques des Canaries) entre autres.

Mirador de Jardina

Santa Cruz

Capitale de Ténérife située sur la pointe est de l'île, elle abrite l’un des ports les plus importants historiquement de l'océan Atlantique. En effet, la ville s’est rapidement développée au XIXe siècle, car les flottes en partance pour les Amériques s’y arrêtaient régulièrement. On y trouve aujourd'hui l’Auditorio de Tenerife (Auditorium de Ténérife), Le Parlement des Canaries, plusieurs facultés de l'Université de La Laguna....

27
juil

Passage incontournable dans ce parc aquatique aux couleurs de l'Asie avec son attraction phare : la "tower power" et sa descente à la verticale.

Journée réussie à coup sûr (ne pas oublier les chaussures de piscine pour le sol brûlant) 

Tamaimo

Tamaimo est un village agricole près de Santiago del Teide et des falaises de Los Gigantes, à proximité du village reculé de Masca dans le paysage spectaculaire des montagnes de Teno. La région est connue pour ses produits frais, tomates, papayes et bananes en particulier, cultivés en abondance.

Mirador de Archipenque 
28
juil

Activités du club et repos au soleil...

29
juil

Tout comme la veille, nous profitons du club et des promenades aux alentours.

30
juil

Emplettes à Puerto Santiago: nombreux magasins de souvenirs et de vêtements aux prix très abordables.

Plage de sable noir de Los Gigantes, tennis de table, fléchettes, piscine volcanique....

Promenade du soir (il n'y a pas grand monde dans les rues le soir)

les Bee Gees de Tenerife
31
juil

Journée sportive : tennis ; stretching ; concours de tir à l'arc ; aquagym ; pétanque ; fléchettes ; piscine et promenade du soir.

1
août

Baignade à Los Gigantes avant le déjeuner

Promenade en bateau pneumatique à fond plat : 100 % assuré sans mal de mer.

Navigation calme le long des falaises avec visite d'une grotte aux eaux bleu turquoise (Promenade conseillée)
Baignade dans la crique de Masca

Promenade du soir vers la playa chica

2
août

Visite du musée des pêcheurs (gratuit)

Baignade matinale à Playa Chica avant les activités habituelles du club.

Sortie en mer à bord d'un voilier pour aller voir les dauphins. Le nombre limité de personnes à bord (9 maximum) permet d'apprécier pleinement la navigation.

3
août

Il faut se lever tôt pour ce dernier jour car le bus passe nous prendre à 8h. Le temps de saluer les animateurs du club et nous voilà partis en direction de l'aéroport. Nous avons un peu de temps pour flâner dans les boutiques avant d'embarquer pour Lesquin. Il fait un temps superbe ici et dans quelques heures, nous avons rendez-vous avec la pluie. Les vacances sont terminées !

Points bleus = visites (sans compter l'île voisine la Gomera) 

Nous sommes partis trois semaines dans cet hôtel club Jumbo Tamaimo en all inclusive avec animation francophone (bon rapport qualité/prix, nourriture variée et activités pour les ados aussi bien que pour les adultes). Bien situé sur la côte Ouest de l'île près de Los Gigantes avec la possibilité de se promener à pied aux alentours et de pouvoir embarquer pour des promenades maritimes (négocier le prix au port).

L'île de Tenerife offre un panel très large de paysages et d'activités. Il y en a pour tous les goûts, ce qui est appréciable pour des vacances en famille. Nous avons loué une voiture pour une semaine afin de visiter à notre rythme différents points de l'île (cf carte ci-dessus), néanmoins nous pourrons y revenir pour visiter d'autres villes et villages, notamment Santa Cruz où nous n'avons fait que passer. A une autre fois donc...