Vacances de Noël à Agadir
Du 21 au 28 décembre 2015
8 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Nous nous levons très tôt pour ce premier jour de vacances hivernales, bien avant le lever du soleil, à 3h45. Mais il ne faut toutefois pas sonner le clairon, tout le monde est prêt à l'heure. Notre chauffeur est ponctuel comme à son habitude, et nous prenons la direction d'Orly à 4h15. Il n'y a pas foule sur la route, nous sommes seuls au monde ! Enfin presque. Il fait nuit noire et le ciel du Nord est parsemé d'étoiles. Nous somnolons jusque Paris, jusqu'à ce que la circulation s'intensifie, obligeant notre chauffeur à freiner régulièrement. Les étoiles ont fait place aux nuages. Nous arrivons à Orly Sud à 7h00. Nous cherchons notre vol sur le panneau des départs et finalement, nous devons emprunter l'Orly-Val pour rejoindre Orly Ouest car les avions de Jet air Fly décollent de là-bas. Le trajet dure à peine une minute. Ensuite, nous attendons une dizaine de minutes pour enregistrer nos bagages et "embarquer" dans la foulée. Nous avons maintenant trois heures à attendre de pouvoir monter à bord de l'avion qui va nous emmener à Agadir pour passer Noël 2015 au soleil. Il nous faut encore emprunter un bus pour rejoindre l'avion. Le responsable Orly insiste pour que nous nous entassions comme des sardines dans le premier bus comble alors que les portes n'arrivent même plus à se fermer. Nous montons finalement dans le second bus et sommes à nos places à l'arrière de l'avion cinq minutes plus tard. Le vol va durer quatre heures et nous nous occupons chacun à notre façon : lecture, film, révisions.

Paris
Paris
Les Pyrénées
Les Pyrénées
Le grand Atlas (Marrakech)
Le grand Atlas (Marrakech)
Agadir
Agadir

Nous arrivons à l'aéroport d'Al-Massira à 13h, heure locale (14h heure française), l'estomac vide car il n'y avait pas suffisamment de sandwichs pour tous les passagers de l'avion. Il nous faut encore plus d'une demi-heure pour le contrôle des passeports, récupérer nos valises et rejoindre la navette pour l'hôtel Agador à Agadir, à une trentaine de kilomètres de l'aéroport. Il nous faut également remplir une fiche de renseignements à la réception et nous pouvons enfin rejoindre nos chambres et surtout, aller nous restaurer au snack, car il est déjà 15h30. Nous commandons des sandwichs marocains, italiens et des cheeseburgers, accompagnés de frites et d'un sablé avec des quartiers d'oranges.

Il nous reste quarante minutes avant la réunion d'information de 17h. Nous en profitons pour aller jusqu'à la mer. Elle est déchainée, il n'y a personne qui ose l'affronter. De la plage, nous avons une belle vue sur la forteresse en haut de la montagne. Nous prenons quelques photos et rentrons vite pour notre rendez-vous avec Isham qui nous explique le fonctionnement de l'hôtel, des restaurants, mais surtout les excursions. Nous choisissons un pack de trois excursions et il nous en offre une quatrième, de quoi bien occuper notre séjour à Agadir. Il nous fait ensuite visiter un peu le complexe, tout en nous emmenant à l'agence ThomasCook pour le paiement.

La nuit est tombée maintenant, nous allons nous changer pour aller dîner au restaurant "l'Oasis", c'est un restaurant de buffets divers et variés. Nous passons ensuite à la conciergerie retirer des bouteilles d'eau pour la nuit et allons nous coucher, quelque peu fatigués de cette longue journée.

2

Nous avons tous bien dormi et récupéré de notre première journée de vacances. Je ne me suis réveillée qu'avec les cris des mouettes , il faut dire qu'il y en a un très grand nombre qui ont élu domicile sur le club. D'ailleurs hier après-midi, elles ont survolé en force la piscine lâchant quelques "missiles" sur les touristes en train de bronzer. Nous allons prendre notre petit-déjeuner au buffet de l'Oasis. Tout comme hier, c'est copieux et varié, et de style plutôt français contrairement à la population de l'hôtel qui est plutôt allemande. Nous trouvons néanmoins des œufs et des saucisses pour accompagner les viennoiseries. Nous étant bien sustentés, nous allons nous balader le long de la plage d'Agadir. Le ciel est nuageux ce matin, mais le soleil essaie de percer. Nous débutons notre promenade avec un pull, mais arrivés au parc des oiseaux, nous l'enlevons car il commence à faire chaud. Dans ce parc gratuit, nous voyons quantité d'oiseaux, de paons, lamas, kangourous, ...

A midi, nous faisons demi-tour pour le déjeuner. Nous passons par la plage et mettons nos pieds dans l'eau. Pas davantage car nous n'avons pas prévu nos maillots de bain, et tout comme hier, la mer est déchaînée à la grande joie des surfeurs. Après le déjeuner, nous allons prendre le soleil à la piscine car maintenant, il fait bien chaud, plus d'ailleurs que l'eau !

A 16h, nous sommes de retour à la réception pour notre première excursion : randonnée équestre, coucher de soleil et barbecue sous une tente berbère. Notre navette arrive à peu près à l'heure et nous montons à dix pour sept places. En se serrant un peu, ça passe ! Le trajet dure moins de dix minutes, mais nous nous amusons bien avec nos compagnons de voyage belges. Arrivés au centre équestre, nous sommes accueillis avec un thé à la menthe et un petit biscuit afin de patienter, le temps que les chevaux soient préparés. Pendant une heure, nous promenons dans la nature, passant à côté du Palais de la garde royale, du nouveau Palais royal, d'un golf pour touristes aisés... tout en écoutant les blagues marocaines et belges. Nous passons ainsi une agréable fin d'après-midi.

Au repas, nous restons avec les Bruxellois. Le dîner se compose d'une salade de poivrons et tomates, d'un tajine de viandes blanches avec de la semoule et des légumes, d'un barbecue avec de nouveau de la viande blanche (spécialité berbère) et des merguez. Et en dessert, des fraises et des oranges. Pendant le dîner, notre hôte "Henri" (parque qu'avec Henri, on rigole) nous explique la naissance du Maroc berbère juif et catholique, puis musulman avec la venue des Arabes ; l'évolution des coutumes... A 21h, nous prenons congé et rentrons à l'hôtel prendre un café et chocolat avant de nous reposer.

3

Comme notre excursion du jour ne débute qu'à 14h, nous nous octroyons une grasse matinée et un petit déjeuner à 9h30. Ensuite, nous allons jusqu'au bureau de réservation des restaurants pour réserver nos repas pour chaque soir de la semaine, car nous avons droit à un repas par semaine dans chacun des restaurants à thème.

Le ciel est bleu et le soleil commence à bien chauffer. Le pisciniste nous prépare deux transats près de la piscine. Nous n'y restons que trois quarts d'heure, mais c'est grandement suffisant pour une petite insolation. Un peu de repos et un repas léger et je suis sur pied pour notre visite de la ville d'Agadir. Nous débutons par les ruines de la Kasbah, le seul "bâtiment" encore debout après le tremblement de terre du 29 février 1960 à 23h39, qui a fait 2000 morts à la vieille ville haute et 13000 à la ville basse en à peine 15 secondes. Des chameliers tentent de faire une photo avec nous moyennant une pièce, mais nous n'avons pas le temps. Nous préférons monter dans les ruines et profiter du panorama : montagne, ville, plage et port sardinier, le premier au monde. Notre bus nous conduit ensuite dans le port où quantité de mouettes attendent les restes de poisson. Il y flotte une odeur de "Chanel 5" comme nous l'a annoncé notre guide. Bien sûr c'est une plaisanterie !

La vue sur Agadir depuis la Kasbah 
Le port d' Agadir

L'étape suivante nous conduit au pied de la grande Mosquée d'Agadir. Nous ne pouvons pas y entrer n'étant pas musulmans.

La grande Mosquée Mohammed V

Puis nous poursuivons jusqu'à une fabrique d'huile d'Argan, l'huile miraculeuse qui guérit tous les maux.

Et pour finir, nous entrons dans le souk de 9 hectares. Nous ne voyons qu'un petit échantillon, mais ça donne une idée des courses quotidiennes marocaines dans un immense labyrinthe où toutes les échoppes se ressemblent.

Nous rentrons à l'hôtel au coucher du soleil, soit à 18h. La température va commencer à descendre. Il y a une heure, il faisait encore trente degrés. Le temps de nous rafraîchir et de nous préparer pour la soirée et nous nous retrouvons à la réception pour boire un verre de jus de fruit, ou plutôt un tang infect, pour fêter mon anniversaire. Ce soir, nous dînons au Fishman. Au menu : Soupe de poissons, salade de thon et poivrons, daurade accompagnée de riz aux poivrons et une pomme cuite au miel et à la cannelle. Nous avons apprécié ce repas au calme, il n'y avait pas beaucoup de clients. Nous terminons la soirée à la réception avec un bon cappuccino. Il est maintenant l'heure de se coucher car demain nous nous levons tôt, sans toutefois oublier d'appliquer de l'huile d'argan sur les boutons de piqûre de moustique.

4

Comme prévu, nous échelonnons nos réveils à partir de 6h30 pour un petit déjeuner à 7h15 afin d'être présents à la réception à 8h pour l'excursion d'Imouzzer. Dans ce village, à 1160m d'altitude, nous aurions dû voir d'immenses cascades appelées le "voile de la mariée". Malheureusement, la sécheresse ne nous octroie qu'un fin filet d'eau, mais le paysage du Haut-Atlas vaut toutefois le détour, et la soixantaine de kilomètres depuis Agadir à travers des gorges et des oasis. D'ailleurs cet endroit, la vallée de Tifrit, est surnommé "la vallée du Paradis". Notre guide nous invite à monter un peu plus haut, vers un lac où un plongeur attend les touristes pour plonger.

Vallée de Tifrit
Les cascades d'Imouzzer

Aujourd'hui, nous sommes le 24 décembre, nous fêterons ce soir le réveillon de Noël, mais c'est aussi la date du 12 Rabi' Al-Awwal 1437, du calendrier musulman, correspondant à la date anniversaire de la naissance du Prophète Mohammed. C'est donc un jour férié au Maroc pour célébrer la "Fête du Mawlid al-Nabawi". Le Souk que nous devions visiter est donc fermé.Lors d'une pause photo, nous entrons dans la caverne d'Ali-Baba !

Le long de la route, nous voyons quantité d'arganiers et en fin d'excursion, nous visitons une coopérative féminine : un petit jardin botanique et une boutique de produits confectionnés à base d'argan. Nous rentrons à 13h30, nous avons encore le temps d'aller déjeuner au buffet.

Jardin botanique "Elixir d'Argane" 

Nous occupons notre après-midi avec un mini-golf et la piscine. Il nous faut ensuite nous préparer pour le réveillon de Noël qui débute à 19h avec la crèche autour de la piscine principale, où une tente est dressée depuis deux jours avec quelques animaux : vache, âne, chèvres, moutons, dindons,... en prévision de la crèche vivante de ce soir.

Il y a foule autour du bassin, ce n'est pas facile de se frayer une place. A 19h30, Marie arrive avec Joseph, puis l'enfant Jésus, l'ange et les rois et admirateurs très nombreux. C'est un beau spectacle présenté par l'équipe d'animation. Suit un cocktail bleuté et quantité de mignardises que nous délaissons en prévision du repas. Nous nous éclipsons pour faire quelques photos au pied du sapin.

Crèche vivante 

Ce soir, nous dînons au restaurant l'Oasis ; nous avons la table C27, drapée de blanc avec des roses jaunes et la vaisselle de fête pour six personnes (la sixième ne viendra finalement jamais). Une fois que les invités sont tous arrivés et installés, les serveurs nous servent une soupe de légumes, suivie d'un suprême de poisson au pastis et à la crème et d'une clémentine givrée pour faire une pause. Nous poursuivons avec une escalope de dinde façon cordon bleu avec une pomme de terre, une tartelette à la mousse de marron, un artichaut empli de petits pois et une salade verte aux amandes. Le dessert de Noël se compose d'un filet de trois agrumes par personnes et d'une bûche. Un vrai festin ! Le repas terminé, nous nous dirigeons vers l'amphithéâtre pour assister au spectacle "Bolywood", une comédie musicale jouée par les animateurs. La soirée s'achève dans notre chambre avec la distribution de cadeaux. Joyeux Noël !

5

En ce jour de Noël, nous allons nous promener au Sud d'Agadir, voir divers paysages berbères. Nous sommes donc vite levés, malgré le réveillon de la veille. Mohamed vient nous chercher à 8h, et nous allons ensuite prendre d'autres touristes Belges francophones d'origine italienne, des Bosniaques et Polonais de Sibérie, et des Autrichiens. C'est une excursion internationale. Le tour se fera néanmoins en français et en allemand. Nous partons à une petite centaine de kilomètres au Sud d'Agadir, sur la route de la Mauritanie, voir le "Sahara de pierres". Ici, il n'y a plus de village, les maisons que l'on aperçoit appartiennent à des nomades. Le terrain dans cette région n'appartient à personne, quiconque désire s'y installer en a le droit.

Nous faisons un premier arrêt photo en haut du barrage Youssef Ben Tasfin (sur la route du barrage, il est interdit de s'arrêter, un soldat veille). De là-haut, nous avons une vue magnifique d'une part sur l'étendue d'eau et de l'autre sur le Sahara.

Barrage Youssef Ben Tachfine sur l'Oued Massa 

Au loin, nous apercevons un village, c'est là-bas que Fatima nous attend pour le petit déjeuner traditionnel berbère. Nous devons nous déchausser pour entrer dans la pièce principale. Nous nous asseyons à même le sol, sur des tapis, adossés à des coussins. La maîtresse de maison apporte quatre assiettes avec du beurre berbère chaud, du miel, de l'huile et le nutella berbère à base de cacahuète grillée. Nous y trempons du pain en dégustant un excellent thé à la menthe.

Petit déjeuner berbère

Nous poursuivons notre route vers le "Sahara de sable". Notre chauffeur arrête le minibus pour que nous puissions profiter du paysage et marcher dans ce petit désert africain. Le sable est orange par rapport au sable de la plage d'Agadir. Nous apercevons des empreintes étranges qui conduisent à des terriers. Un Berbère nous explique qu'il s'agit d'iguanes, et d'ailleurs, il en dépose un petit sur ma main. Le soleil commence à bien chauffer, heureusement qu'il n'est que 10h, dans quelques heures, nous aurions souffert.

Nous passons la porte du Sahara et continuons notre route vers Tiznit, grand carrefour entre l'Europe et l'Afrique. Arrivés dans la ville, nous marchons dans le souk installé en pleine rue. Il y a quantité de marchands de fruits et légumes, des étals de viande (non réfrigérée) et des bricoles en tout genre. Notre guide nous explique la raison pour laquelle toutes les femmes que nous croisons sont voilées : Ici, contrairement à Agadir qui est une ville touristique où les mœurs changent pour s'apparenter aux européennes, c'est une petite ville reculée et les traditions perdurent. Nous empruntons une petite rue pour nous rendre à une fabrique de bijoux en argent. Le gérant de la coopérative composée de treize familles, nous présente quelques bijoux traditionnels, tels que la ceinture de mariage, le bracelet - bague et la main protectrice de Fatima entre autres, avant de nous ouvrir les portes de sa boutique de vente.

Porte du Sahara 
Tiznit
La bijouterie "La Perle du Sud"

L'étape suivante, à une heure de route, nous amène à Massa dans une maison berbère pour le déjeuner. Le propriétaire des lieux nous invite dans la cuisine où les tajines mijotent sur les braises. Dans la cour, il y a deux fours : le plus gros pour le méchoui, le second pour le pain. Il est passé 13h, quand nous nous installons à table. Nous commençons par un cocktail de fruits maison à base de : cactus, goyave, fraise et citron. Notre hôte nous sert une salade marocaine suivie des fameux tajines de légumes et de bœuf. Pour le dessert, nous avons des oranges, clémentines, et un biscuit marocain avec du thé. Nous avions faim, et notre faim a été assouvie.

Nous pouvons repartir pour le parc Souss Massa. Le contraste est frappant entre le désert et ce parc traversé par un grand fleuve, alors qu'ailleurs c'est la sécheresse par faute de pluie depuis plus d'un an. Nous ne restons sur le site qu'une quinzaine de minutes et il nous faut repartir pour Tifnit, un petit village de pêcheurs.

Parc de Souss Massa 

Nous ne voyons en fait que l'Atlantique déchaîné. Il n'y a pas grand monde sur cette plage aujourd'hui, alors qu'en été, c'est très différent, car il n'y a pas une place de libre. Nous faisons quelques photos sans nous faire tremper par les vagues, terminant ainsi cette excursion "VIP tour".

Tifnit 

Nous rentrons juste à temps à l'hôtel pour assister au coucher de soleil sur la plage. Nous attendons l'illumination de la montagne et faisons demi-tour pour nous rafraîchir et nous préparer pour la soirée.

Coucher de soleil sur la plage d'Agadir

Ce soir, nous dînons à la pizzeria. Les pizzas ne sont pas grandes mais accompagnées d'une soupe, d'une salade et d'une glace, c'est grandement suffisant.

Le spectacle de ce soir commence avec une demi-heure de retard, nous sommes fatigués, mais nous patientons pour assister à la comédie musicale de Noël : "Haispray".

6

Aujourd'hui, n'ayant pas d'excursion prévue, nous nous accordons une grasse matinée. Il ne faut quand même pas négliger le fait que nous soyons en vacances ! Le ciel est voilé ce matin, mais ça ne va pas durer. Après le petit déjeuner, nous nous rendons à l'agence Thomas Cook réserver notre excursion de demain pour Taroudant. Nous en profitons pour faire quelques emplettes dans la petite supérette ; au moins ici, il ne faut pas négocier les prix. Puis nous décidons d'aller jusqu'au parc de l'Olhao à Agadir. Nous avons un peu de mal à trouver l'entrée, car celle que nous trouvons est fermée. Nous faisons tout le tour par l'extérieur et trouvons une entrée via un musée commémoratif du tremblement de terre de 1960. Il y a quelques photos montrant Agadir avant et après le séisme, ainsi que des coupures de journaux. Le guide du musée n'est pas avare d'explications. Nous pouvons ensuite entrer dans le jardin, très calme puisqu'il n'est officiellement ouvert qu'à 14h par l'entrée principale. Nous y faisons un petit tour et reprenons le chemin de l'hôtel par la plage.

Jardin de Olhao 

L'eau de mer est un peu froide (17°C). Nous ne traînons pas en route pour avoir le temps de déjeuner au buffet, sinon il faudra se contenter du snack. Nous avons ainsi trois quarts d'heure pour déjeuner, c'est suffisant, et ça permet de nous reposer de notre marche matinale, avant d'aller jouer au tennis pendant une heure. Nous choisissons le court à l'ombre car il fait chaud au soleil. Après cette séance sportive, nous allons à la piscine où l'eau est à 27°C. Nous n'avons pas de mal à y entrer et ne sortons que quand les mouettes commencent à battre le rappel.

Ce soir, nous allons dîner au restaurant marocain "La Medina". Le décor et l'ambiance sont typiques du pays. Les serveurs, en tenue traditionnelle, nous servent une soupe marocaine, une salade marocaine composée de plusieurs petites entrées, un tajine de poulet aux olives et citron, un couscous de viande aux sept légumes, et pour conclure un pastilla au lait avec un thé à la menthe.


La soirée se termine avec le spectacle marocain : une danseuse du ventre, des musiciens et des acrobates et un derviche tourneur.

7

Le vent souffle fort ce matin et le ciel est chargé. Mais notre guide Mohamed nous rassure, la météo n'a pas prévu de pluie pour aujourd'hui au grand dam des Marocains qui l'attendent impatiemment. Nous ne sommes que cinq pour l'excursion du jour vers la ville de Taroudant, également connue comme "la petite Marrakech", et la petite oasis de Tiout à une centaine de kilomètres d'Agadir. Il y a très peu de touristes cette année. Les minibus ne sont pas remplis alors que d'habitude, il y a plusieurs bus pour satisfaire la demande, la preuve en est aujourd'hui. Tant mieux pour nous, car nous bénéficions d'un guide et un chauffeur rien que pour nous.Nous empruntons la route principale entre le Haut Atlas et l'Anti Atlas. Nous croisons des bergers nomades avec leurs chèvres et moutons sur cette "route des oranges". Nous faisons un court arrêt pour aller en cueillir et les déguster. Le Maroc en produit 600.000 tonnes par an.

Quand nous arrivons à l'entrée de la ville de Taroudant ceinte d'une muraille de près de 8 km de long, notre guide et notre chauffeur nous laissent un moment pour faire quelques photos à l'extérieur de ce mur d'enceinte impressionnant.

Taroudant

Mohamed nous guide vers le Souk, ouvert tous les jours. C'est un immense marché pour les autochtones. Seuls les produits tels que le café, le riz et les céréales ont un prix fixé par l'Etat deux fois par an. Le prix des autres produits est fixé à la tête du client. Nous déambulons dans ce labyrinthe en essayant de ne pas nous éloigner de notre guide. Nous achetons quelques biscuits typiques à un étal, le marchand en préparait pour une cérémonie de mariage. Lors de notre quartier libre, nous n'osons pas dévier de l'artère principale de peur de nous perdre. Nous regardons un artisan sculpter une pièce de bois avec un tour à pied. Il y a des étals de babouches berbères (les berbères ont un bout arrondi, tandis que les arabes sont pointues).

Souk de Taroudant 

Nous retrouvons notre guide vingt minutes plus tard pour aller jusqu'à la place où il y a plusieurs attroupements (exclusivement d'hommes) autour de conteurs musiciens, charmeurs de serpent et dresseur de singe. Nous faisons une pause à la terrasse d'un café pour apprécier cette atmosphère de rue, un peu similaire à celle de Marrakech mais en plus calme.

Nous remontons ensuite à bord du minibus pour aller déjeuner dans un ancien palais à Tiout dans l'Anti-Atlas.

Dans la kasbah, seul ce restaurant demeure, les habitants ont préféré vivre un peu plus bas suite au tremblement de terre de 1960 qui a détruit la ville. Ici aussi, les touristes ont déserté les lieux, il n'y a que trois tables dressées pour déguster un tajine de poulet au citron, un couscous et des clémentines.

Oasis de Tiout 

A peine le repas terminé, le guide du village nous emmène par un sentier de pierres près d'un mausolée où nous attendent nos montures : cinq ânes appartenant à des villageois qui en échange recevront quelques pièces à la fin de la promenade. Nos compagnons de voyage nous emmènent à travers l'Oasis. C'est surprenant de voir tant de verdure alors que nous avons traversé un paysage aride avec des oliviers mourant de soif pour arriver jusqu'ici. Nous entrons un moment dans un jardin où l'eau coule à flot à côté d'immenses bassins qui servent de piscine municipale l'été, une fois nettoyés. Nous poursuivons notre route au pied d'immenses palmiers, apercevant plus haut la kasbah et le restaurant. La promenade dure 45 minutes et nous rejoignons Mohamed et notre chauffeur Abdul qui nous attendent dans le village.

L'excursion se termine, nous avons 95 km de route pour retourner à Agadir en traversant quelques villages. La chose commune entre eux est qu'on a l'impression qu'ils sont en cours de construction ou abandonnés. Notre guide nous explique que les Marocains, quand ils ont un peu d'argent, préfèrent l'investir dans leur habitation plutôt qu'à la banque. Nous sommes de retour à 16h30, le temps de prendre une boisson et d'échanger quelques messages avec le wifi de la réception et nous allons profiter de la piscine jusqu'au coucher du soleil.

Ce soir, nous dînons au restaurant "Steak House". Au menu : Crème de légumes, tagliatelles, steak au poivre vert ou escalope de dinde panée sauce tartare et une crème caramel. Nous terminons la soirée par deux parties de billard. Nous déclinons ainsi la soirée karaoké au bar principal près de la grande piscine.

8

Les vacances se terminent. Nous nous réveillons avec un soleil magnifique sur un ciel bleu. Nous nous retrouvons tous autour d'un petit déjeuner à l'Oasis avant d'aller faire nos bagages. N'ayant rendez-vous qu'à 11h30 pour le départ vers l'aéroport, nous allons donc profiter encore un peu de la plage et acheter deux toiles peintes par des Agadirois pour ramener un peu de ce pays à la maison.

La navette est à l'heure . Le chauffeur, pas très bavard, met nos valises dans le minibus et nous sortons d'Agadir. Il y a un peu de circulation sur la route de l'Aéroport avec les habituels contrôles routiers de la Gendarmerie Royale. Aujourd'hui, ils ont arrêté un motocycliste avec sa charrette de légumes et un passager au milieu du chargement.

A l'aéroport d'Almassira, nous esquivons les porteurs de valises à l'affut. A peine passés la porte, nous devons passer nos bagages aux rayons X. Ensuite, nous les enregistrons. Comme nous avons encore du temps avant l'embarquement, nous déjeunons tout en remplissant les documents de sortie du Maroc. L'attente pour le contrôle des papiers est aussi longue qu'à l'arrivée. Il faut être patient. Puis il faut encore contrôler les bagages à main avant de pouvoir passer dans la zone d'embarquement et ses boutiques. Il y a foule ici et pas suffisamment de sièges pour tout le monde. Nous flânons un peu pour tuer le temps. Nous embarquons avec une demi-heure de retard, mais le commandant nous assure qu'il va rattraper le retard. Et effectivement, l'avion affiche une vitesse de plus de 900km/h alors qu'à l'aller, il atteignait un peu plus de 800km/h. Le trajet passe rapidement, nous nous occupons entre lecture et visionnage de films. Avant d'atterrir, une hôtesse passe une bombe d'insecticide dans tout l'avion. Il fait nuit noire quand nous arrivons à Orly Ouest. Après un dernier contrôle des passeports, nous récupérons nos bagages. Notre navette nous attend à Orly Sud, nous empruntons donc l'Orlyval. Notre chauffeur prend par Créteil pour éviter les bouchons et à 22h00, nous sommes de retour à la maison. Quelques cadeaux qui ne pouvaient pas faire le voyage avec nous, attendent les enfants au pied du sapin. Après une bonne assiette de pâtes, nous allons nous coucher, car demain il faut retourner travailler.

Agadir / Le Haut Atlas / Paris