× Chère communauté,
Suite à l’incendie au sein des bâtiments de notre hébergeur OVH, à Strasbourg mercredi 10 mars 2021, nous ne pouvions plus accéder au site ! L’accès a été rétabli par notre équipe mais nous n’avons pas accès aux photos pour le moment. Dans l’attente de réponses de la part d’OVH quant au devenir des photos mises en ligne avant le 10 mars 2021, vous pouvez de nouveau réutiliser le site sans risque et ajouter de nouvelles photos !
La Team MyAtlas
En hiver, le train ouvre sur la complexité et les contrastes de la Russie. Seconde étape : Moscou.
Février 2015
2 semaines
Partager ce carnet de voyage
1

Premier séjour à Moscou. Je prends le métro en direction de la Place Rouge. Noyé dans une marée humaine, je suis seul à tourner la tête dans tous les sens pour trouver mon chemin, alors que les Russes suivent leurs flux habituels. Si les wagons du métro de Moscou ne sont pas décorés de photos de Versailles comme ceux du RER C à Paris, ils leur ressemblent. Les stations sont vastes, bien éclairées et souvent magnifiquement décorées. Staline a d'une certaine façon réussi à en faire le « Palais du Peuple » ! On me regarde à peine, les Moscovites ayant désormais l’habitude de voir des touristes étrangers, y compris dans le métro à l’heure de pointe. Je me perds dans ses couloirs et finis par me faire guider par deux policiers vers la sortie qui débouche devant le Kremlin.

J'ai une telle connaissance littéraire du Kremlin qu’il n'est pas une surprise. Il est très beau même si, n'en déplaise aux fans de Bécaud, la Place Rouge n’est pas blanche : pas de neige sur le sol, ni d’ailleurs de Nathalie.

Le froid plus que vivifiant est lui bien là.

Mon regard s’attarde sur un couple qui sort du GUM, la célèbre galerie commerçante, en savourant des glaces. Comment ont-ils pu en avoir envie par ce temps ? Mystère. Et soudain voilà que moi aussi j’ai envie d’une glace…

Je me rends à pied jusqu’à la cathédrale du Christ-Sauveur. Imposante, c’est une réplique à l’identique de celle rasée à la Révolution. On entre en passant sous un portique de sécurité. L’intérieur tout de granit, or et argent foisonne de matières précieuses ; on s’y sent un peu comme dans un mausolée. Les Russes avaient sans doute besoin de la ressusciter dans sa solennité pour faire leur deuil des temps maudits. Rien à voir avec cette petite église en reconstruction dans un autre quartier, aux fresques encore visibles mais défraichies par le temps et les … légumes, souvenir de son passé de hangar soviétique.

Sentimental, je prends la direction du Café Pouchkine, lieu accueillant, douillet et très chic. C'est à la fois une pharmacie, une librairie, un salon de thé et un restaurant gastronomique. Ce dernier offre une carte étoffée de gourmandises franco-russes. Sur le conseil d’une voisine, je choisis un medovick, dessert typique composé d’un biscuit parfumé au miel de sarrasin, de confiture de lait (sgouschonka) et de crème fraîche très parfumée (smetana). J'apprécie particulièrement l'association de la fine aigreur de la smetana au goût puissant du miel de sarrasin. Le Café Pouchkine est en fait très récent. Né de la chanson de Bécaud, ce temple du raffinement à l’ancienne, évocateur de l’époque de l’Alliance franco-russe, a été installé dans un ancien hôtel particulier.

La rue Tverskaya me conduit jusqu’au théâtre Bolchoï, symbole affirmé de la culture russe et soviétique. C’est un lieu de pèlerinage pour les amateurs de musique et de danse, un temple où s’expriment la beauté, la poésie du corps, l’excellence… Mais une ancienne danseuse m’en a aussi raconté l’ambiance, faite de concurrence sans pitié pour s’y faire voir et remarquer. Ecole de vie, lieu d'une féroce guerre des nerfs où la force morale prévaut sur la force physique. Le ballet auquel j'assiste n’en laisse rien voir. C’est un moment de grâce servi par des créatures angéliques que l’on ne peut imaginer que douces et tendres. Je compléte ma découverte par une visite « privée » des coulisses. Il est interdit d’y faire le moindre bruit. Je me transforme en petit rat silencieux pour parcourir les loges, scènes, studios, salles d’entrainement et de concert, en terminant par un atelier où l’on habille les cygnes. Il est émouvant de pouvoir en effleurer la beauté.

Moscou me laisse un souvenir puissant. Cette ville dégage à l’évidence de la force et de la fierté (à suivre).