L'été indien sous les nuances italiennes. Un décor flamboyant dans un écrin entre terre et mer. Voyage à travers les paysages de Ligurie et de Toscane.
Septembre 2018
7 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Ce petit voyage voit son départ à Albertville, en Savoie. Le train nous attend, en premier lieu direction Milan, pour ensuite nous acheminer tout droit sur Levanto. La météo annonce un temps radieux et chaud pour toute cette semaine de trekking dans les Cinque Terre et pour la découverte de Pisa et Firenze.

Via Dante. 

Visit Levanto.

Le rail italien nous mena sur Levanto en fin d'après-midi. Nous avons pu découvrir, entre deux tunnels et avant notre arrivée, de nombreux petits villages magnifiques (Rapallo, Chiavari..) sous les lueurs flamboyantes des rayons couchants. A la descente du train, Levanto était là, fouetté par les alizés et tout était calme. Nous sommes allées récupérer notre chambre dans le village avant de partir se promener au crépuscule.

Levanto est une localité aux maints couleurs. Chaque habitation, cabane, résidence.. possèdent une teinte qui lui est propre. De ravissantes piazzas sont ça et là, parsemées d'arbres sublimes au fil de notre chemin. Des ruelles pavées de magasins et restaurants mènent presque toutes au front de mer et à un débarcadère qui borde le village. La soirée fut chargée. Un arrêt délicieux à notre première pizzeria ligurienne, une balade sur la plage et le repérage de sentier pour le lendemain achèveront ce prologue italien.

Passeggiata mare. 

Départ du Trekking.

Dès le petit matin, rendez-vous à l'office de tourisme piazza Cavour pour prendre des cartes et les renseignements de dernières minutes. Ensuite, retour sur le front de mer, sacs sur le dos, pour récupérer le sentier repéré la veille. C'est parti pour la montée des premières marches.. et de très très, très loin les dernières !

Il est conseillé de demander des informations sur votre itinéraire avant de vous lancez corps et âme sur les parcours. Souvent, certains chemins sont fermés pour travaux, rénovations ou risques d’effondrement et alors il faudra réfléchir à un itinéraire de substitution, plus long et difficile par voie pédestre (ou alors train/bateau en dernier recours).

SVA. 
2

Levanto en arrière-plan, nous prenons la direction de Monterosso al Mare : la premier et le plus ancien des cinq villages. La randonnée durera quelques heures. Les paysages en valent la peine et récompensent les efforts fournis. Les innombrables marches à franchir sont terribles, il faut l'admettre, mais on finit par s'habituer (pas le choix..). Les sentiers sur les hauteurs et les falaises sont agréables et très jolis.

Écorces de pin pour petit bateau ! 

Partir fin septembre semble probablement une bonne idée : il faisait très chaud et il y avait un petit peu de monde lors de notre passage alors l'été doit être.. infernal. Les sentiers sont beaux mais assez étroits ce qui ne facilitent pas le passage et les croisements de plusieurs personnes.

Bellavista e Punta Mesco.

Les dernières maisons et affittacameres nichées dans les collines sont maintenant loin. Sur des chemins pierreux, rocailleux ou encore terreux, nous traversons des vignes, des forêts de pins (dont certains passages sont cernés par des myriades de cairn qui nous rappellent la Bretagne..), des oliveraies : toute une flore dense et sèche. Le SVA (nom du sentier) nous a mené sur le sommet de la montagne entre Levanto et Monterosso. Une fois au Bellavista, situé à une hauteur de 129m, un panorama splendide s'offre à vous. La mer, les montagnes dans le dos et la végétation tout autour.

SL : al mare. 

Proche du Bellavista se trouve le Punta Mesco (environ 5 min). Une vieille chapelle en ruine ainsi qu'un poste maritime séculaire surveillent l'horizon depuis leur position, silencieux, face à la mer. Le point de vue idéal encadré par les collines, Monterosso et les futurs villages à découvrir, pour un couché de soleil accompagné des embruns sur cette immensité azur.

 Buongiorno.

Monterosso.

La descente de la colline se fit par des marches escarpées pour finir par une route exiguë au milieu des habitations. Sous une chaleur écrasante, nous avons rejoint le front de mer du village. Une petite rue animée avec des boutiques et restaurants longe la plage pour rejoindre le cœur de Monterosso. Un quartier aux allures anciennes, riches en couleurs et fragrances citronnées.

Beaucoup de stands vendent des liqueurs, spécialités à bases de citron, d'orange, de la région : limoncello (liqueur de citron), orangecello (liqueur d'orange). Les pâtes multicolores et de toutes formes ont également un grand succès.

Suivre les panneaux c'est la vie ! 

A cette époque de l'année, il est encore possible de se baigner, l'eau est chaude et cela fait un bien fou après des bonnes heures de marche. Attention toutefois, les plages sans transats, donc gratuites, sont peu nombreuses. Par conséquent, il y a beaucoup de monde. Les vendeurs en tous genres sont également très présents, parfois trop. Ensuite, pour les courageux, il est possible de prendre un peu de hauteur pour quelques photographies d'ensemble. Il faut prendre la voie dans les remparts du Convento, de la Statua San Francesco ou de la Torre pour admirer le paysage et retrouver un peu de calme. Peu de gens montent sur les hauteurs, ce sont donc des endroits plus tranquilles, et la vue est plus jolie..

O Sole mio. 

La visite de Monterosso terminée, nous cherchons la suite du sentier cachée près de la Piazza Garibaldi entre les maisons derrière la station ferroviaire.

Il est important de trouver les signes rouges et blancs peints sur les murs, rochers.. pour se repérer sur votre itinéraire.

Fenêtre sur court. 

Attention dans le parc, des parties de sentiers sont payantes notamment de Monterosso à Corniglia pour nous (sentier bleu) : 7€50 par jour et par personne. Il faut prendre ces renseignements avant de partir. Vous serez arrêté à de petites cabanes sur le chemin pour acheter vos pass ou pour être contrôlé (pensez au liquide pour régler..).

3

Parcours vers Vernazza.

Après quelques heures de détente et de visite à Monterosso, nous voilà reparties pour un nouveau village : Vernazza. Le troisième de la liste (nord/sud) et l'un des plus connu. C'est ainsi que nous reprenons les sentiers à travers la colline et ses vastes domaines viticoles. Très vite nous prenons de la hauteur (toujours les marches..). La grandeur et la beauté des paysages sont à couper le souffle une nouvelle fois. Quelques maisons isolées se fondent incroyablement dans le décors sur notre passage, le terrain est abrupte, les précipices nombreux, les sentiers toujours aussi étroits mais cela renforce d'autant plus la splendeur des lieux.

Bonjour, Hi, Hello, Buongiorno, Hola, Gutentag...

Village étape.

L'amorce de la descente fut rude. La fatigue de cette première journée de marche, sacs sur le dos, commence à se faire sentir intensément. Heureusement (ou non), de nombreuses pauses s'imposent pour admirer les premières ébauches colorées de notre destination finale du jour.

Il est important, si vous partez plusieurs jours, et également (surtout) si vous partez en période "chaude", de penser à prendre de quoi s'hydrater régulièrement, remplir les bouteilles dans les locations. Il n'y a pas ou très peu de fontaines dans le parc des Cinques Terres, et l'eau coûte cher dans ces endroits très touristiques.

Vernazza. 

Le poids de la chaleur ambiante et des sacs font que, par obligation, notre première activité fut la baignade. On laisse tomber les sangles, on étend les habits trempés de sueur et on se jette à l'eau. Une eau transparente, à la température idéale pour nos corps endoloris. Un bonheur fou que vous comprendrez seulement si vous êtes amené à réaliser les mêmes circuits dans des conditions identiques.

Petits poissons noirs en eau clair. 

Une fois décontractée, il a fallu rejoindre la chambre que nous avions réservé sur les hauteurs. Malgré l'interminable flot de marches à gravir pour parvenir à l'appartement, nous avons fini par poser les sacs. Puis, il a suffit d'un coup d’œil par la fenêtre pour tout oublier. Pas de regrets sur notre choix : vue sur le village, les collines et la mer dans un crépuscule naissant... Retour au cœur de Vernazza, on se perd dans les ruelles, d'abord près de la grotte avec les cairns (près de la rue principale) puis, quelques escaliers plus loin, par hasard, nous trouvons un restaurant au niveau des remparts du château.

Le repas fut excellent, le panorama sur les montagnes et le couché de soleil étaient exceptionnels. Munissez-vous tout de même d'une petite laine, le vent est frais à cette altitude le soir. (Pensez également à réserver..)

Ristorante Al Castello, Vernazza.

Du foehn al ristorante ! 

Il ne faut pas hésiter à se perdre délibérément dans les ruelles pour trouver de magnifiques petits trésors : la grotte menant à une plage discrète, de longs escaliers tortueux qui mènent, eux, à un restaurant, au château, à des belvédères. Vous pouvez aussi vous balader le long de la marina pour trouver des coins de baignade paradisiaques, la Chiesa di Santa Margherita di Antiochia, des embarcations multicolores ... Bref, explorer chaque recoin est intéressant à tout point de vue dans cette petite commune.

Qui dit sac, dit angle mort..  
4
Salomon ! 

La voie à travers les montagnes.

Et c'est reparti ! Nous passons au travers des collines par le biais de nouveaux escaliers escarpés. Un regard en arrière nous offre une dernière vue encore inédite de Vernazza. Une cabane nous attend cachée au milieu de la végétation afin d'inspecter si nos tickets sont en règles : ils le sont, alors direction Corniglia. Entre vignes et oliviers, nous nous faufilons au gré des chemins. Une délicate effluve citronnée attira soudain notre attention. Plus loin se trouvait un minuscule hameau bariolé, logé au cœur de la colline. Un petit havre de paix, tout de même munit d'un bar et de quelques afficatacameres, surplombant la méditerranée. Peu de temps après cette agréable découverte, nous avons passé un nouveau poste de contrôle (le dernier de notre itinéraire) avant d'arriver sur le palier du village niché au sommet de la colline (c'est le seul village des Cinque Terre étant inaccessible par voies maritimes).

Sentiero Azzuro : fait genre tu marches ! 

Corniglia en bref.

De hauts murs en pierres bordés de vignes en terrasses marquent l'entrée pédestre de cette localité. A l'image des précédents, c'est un village haut en couleur dans lequel nous entrons. Dès les premières habitations, nous retrouvons de nouveau ce parfum doux et citronné. Il fait bon se balader dans ces étroites ruelles avec ses bars/restaurants, ses magasins en tout genres et ses points de vue à chaque coins de rue. Le tour est vite réalisé, l'enceinte de cette bourgade est petite cependant tout cela vaut le détour. Les nuances de couleur des maisons sont sublimes, les panoramas incroyables, certaines boutiques vendent du rêve.. bref un arrêt très sympathique.

Via Fieschi. 

Depuis le début de notre voyage (depuis Levanto), nous n'avons cessé de voir sur notre route, des maisons avec, une voire deux bouteilles remplies d'eau sur les paliers devant les portes d'entrée... Nous nous sommes très souvent demandées pourquoi ? Si vous avez la réponse, n'hésitez pas à nous le communiquer en commentaire. Votre explication pourrait se révéler être une illumination intellectuelle pour nous !

Please help ? 

Il est temps désormais de partir du côté de Manarola. Cependant, pour des raisons d'éboulement et travaux sur le SVA, nous prendrons le train via la Stazione situé au bas de Corniglia (impossibilité de prendre le bateau et sentier de déviation trop grand pour notre programme de la journée). Le coût est mesuré : 4€ par personne.

Vignettes et petit nutella ! 

Notez bien qu'il faut s'accrocher fort à vos genoux pour descendre à la gare par la Lardarina : 382 longues marches. Une chance, le trajet s'effectue parmi de nombreuses fleurs avec des bancs pour reprendre son souffle, ainsi qu'au milieu des figuiers et des vignes pour se mettre à l'ombre.

5

La foule dans un écrin.

Quelques minutes d'attentes pour le train et nous voilà déjà parties par des tunnels à Manarola. Nous sortons de la station en plein cœur de la masse. La flopée de personnes présente à notre arrivée nous donne l'impression d'un lieu beaucoup plus touristique que les précédents. Cependant plusieurs raisons à cela : le village est plus accessible en voiture (grands parkings), il est plus étriqué (tout est regroupé au même endroit) et c'est un des plus visibles des images clichés des Cinque Terre.

Touristes.. 

Découverte du village.

A l'image de ces voisins, Manarola est une commune magnifique aux teintes vives et nuancées, accrochée à sa colline viticole. La rue principale est très animée et joviale. Il y a beaucoup d'odeurs de nourritures en tous genres, de part le nombre considérable de restaurants et de magasins. Au bas de la route, nous rencontrons une sorte de balcon sur la mer. Depuis là, il est possible de prendre plusieurs passages pour admirer d'une part, un joli panorama du village et de l'autre, l'aspect plus intime de la cité.

Balcons.. 

Un conseil, pour vous rendre à ces différentes vues "carte postale" que tout le monde connait, prenez les ruelles qui grimpent, celles-ci sont souvent désertes par rapport aux autres..

Une fois au belvédère, la vue est sublime que se soit côté village ou côté mer. Vous avez là encore restaurants et stands de bijoux en vrac. Après cela, vous pouvez vous balader près du débarcadère et de ces embarcations sur une eau, comme toujours, limpide. Puis, de nouveau prendre de la hauteur et découvrir plus tranquillement des coins calmes, secrets et à l'abris des regards : des endroits qu'il faut savoir mériter (n'hésitez pas à vous égarez encore une fois pour tomber sur des merveilles).

Burger et Tartine. 

Après quelques heures de visite, il est temps de repérer notre itinéraire de substitution pour Riomaggiore (là aussi, des éboulements sur la Via dell'Amore nous font dévier notre chemin). Nous ne voulions pas une nouvelle fois prendre le train et le bateau ne nous a pas semblé intéressant. Le temps jouait en notre faveur et l'office de tourisme nous avait conseillé le sentier 531. Somme toute, c'est cette voie que nous avons choisi et nous ne le savions pas encore mais ce sera la plus rude du voyage ..

Stage photo. 
6

Costa del Corniolo.

La colline à franchir ne mesure que 240 mètres mais ce n'est pas l'impression que vous en aurez. Vous pensez arriver au sommet et c'est encore une nouvelle volée de marches qui apparaît derrière les buissons. L'ascension et ses faux espoirs sont dures mais cela en vaut la peine. Les paysages découverts au fur et à mesure de notre progression sont prodigieux. Des "escaliers", souvent plus obstacles que vraiment escaliers, entre vignes et pentes abruptes, nous laissent entrevoir la splendeur de Manarola reflétée dans la mer en contre bas.

531.

Le sommet se trouve sur un domaine viticole, cerné d'une végétation très dense. Un panonceau bleu pale nous indique que nous sommes sur le Sciacche Rail, un sentier d'ultra trail : ce qui explique certaines choses.. Il ne reste plus qu'à redescendre le même type de sentier pour rejoindre Riomaggiore. Seul un étroit passage difficile est possible au milieu de ces vignes en terrasse et de ces fourrés compacts. Prenez garde, une fois encore les genoux seront malmenés sur ses pentes raides.

Rail agricole. 

Arrivé en bas, attention au mauvaise surprise : la porte sur l'entrée du village était fermé à cette période (chose qu'apparemment même l'office de tourisme n'est pas au courant puisque nous avons emprunté cette voie sur leur recommandation). Sur les conseils d'autres randonneurs, obligés de passer par là eux-même, il nous a fallu escaladé cette porte d'environ 2 mètres de hauteur avec nos sacs.. (Impossible de faire demi-tour : beaucoup trop long et pas du tout l'envie de remonter cette montagne) Ce ne fut pas une partie de plaisir, mais avec quelques précautions, il est possible de grimper.

Riomaggiore : le village dans son écrin.

Après ces quelques petites difficultés, nous voilà enfin dans la cité. Nous entrons par des allées aux allures résidentielles avant de nous diriger dans le centre pour récupérer les clefs de notre seconde location. Notre affitacamere sera sur les hauteurs résidentielles avec un panorama au top.

Rocher dans SDB. 

Toute la fin de la journée/soirée sera pleine de visites, de marches.., de bronzage au bord de l'eau, d'achats... Comme dans chaque village, après avoir arpenté les grandes rues, prenez les petits passages discrets, complexes et vous déboucherez dans des coins subtiles et agréables. Les bâtiments sont encore et toujours multicolores. Les teintes apportées par le crépuscule réchauffent davantage cette atmosphère animée et vous font découvrir un village sous un nouveau jour. Les pieds dans l'eau nous pouvons observer cette lumière incroyable, les reflets marins illuminent à la perfection ses murs et sa végétation.

 Bain de pied : toute mouillée.

Pour ceux qui souhaitent envoyer des cartes postales. Fait attention au type de timbres que vous achetez et surtout au type de boîte postale dans laquelle vous devez expédier vos lettres, il est conseillé de demander à votre revendeur. (surtout ne pas les mettre dans les boîtes rouges.. pour la France..)

Strawberry Daiquiri. 

Dernier village dans les Cinque Terre, ces quelques jours ont été éprouvant pour les jambes mais magiques pour les yeux. La Ligurie est une région haute en couleur et son parc national est une pépite sur cette terre mosaïque. Nous quittons ce terrain d'aventure intacte pour nous diriger vers la Toscane désormais.

Le petit matin. 
7

Dès le petit matin nous quittons la province de la Spezia via le train direction la Toscane. Notre prochaine étape est Pise. Nous aurons quelques heures pour visiter la Place des Miracles et ses alentours. A la sortie de la gare, il y a une petite demie-heure de marche pour vous rendre dans ce lieu enchanteur. Peu avant d'arriver, vous traverserez l'Arno. Un cours d'eau rempli de poissons énormes : faites une pause et observez bien, leur taille et leur nombre sont impressionnants.

Ponte Solferino. 

Piazza dei Miracoli.

C'est à cet endroit précis que vous trouverez tous les monuments les plus importants de la ville notamment parmi eux le plus célèbre : la Tour de Pise ou Tour Penchée. Mais vous pourrez apercevoir également la Catedrale di Pisa avec son duomo, le Battistero (baptistère), le Palazzo dell'Opera, l'Angelo Caduto, la Fontana dei Putti... et bien d'autres.

 Ne marchez pas sur l'herbe : gare au coup de sifflet !

La majorité si ce n'est pas tous les bâtiments se visitent, il est possible d'en visiter un seul ou tous en prenant différents forfaits. Il faut cependant un certain budget pour tout visiter et attention, souvent le prix est bien onéreux. Pour notre part, nous avons choisi de découvrir seulement le Baptistère et la Cathédrale. Un décor sublime et des détails fabuleux à l'intérieur de ces monuments. Prenez garde toutefois de ne pas avoir de trop grands sacs et à la façon dont vous serez habillé (pas d'épaule nue, ni de short trop court..) sinon vous serez éconduit à vous changez ou/et l'entrée vous sera refusée, ticket ou non.

Anniversaire. 

Quelque soit l'endroit par lequel on rentre sur cette place, la vue est incroyable. D'immenses pelouses à perte de vue, bien entretenues et d'un vert flamboyant font ressortir les bâtiments d'un blanc marbré éclatant. L'impression que ces constructions datent de la veille est époustouflante. La Tour est effectivement penchée même si aux dernières nouvelles, elle se redressait. La foule présente sur ces quelques hectares de terrains est également considérable. Le #tourdepise doit voir des milliers de photos par jour, et des milliers de fois la même photo : que vous ferez sûrement aussi.. Aux abords de la place, vous trouverez de nombreux restaurants et sortes de marchés avec un nombre incommensurable de babioles sur Pise et son symbole.

Torre di pisa. 
8

Découverte au crépuscule de notre chambre avec terrasse idéalement située à deux pas de la Piazza del Duomo. Pour ces quelques jours, nous avons là une belle surprise : une chambre confortable, vue sur les toits de Florence ainsi que sur le Duomo et d'autres monuments.

Quand on s'arrête pas à la bonne station de train, on marche : nous on a marché.. 

Les premiers pas dans la Capitale de l'Art.

Dès les premières lueurs matinales et après un excellent petit déjeuner en terrasse, nous avons pris la voie de la Cathédrale Santa Maria del Fiore et son Duomo. Un petit détour dans une office de tourisme pour nous munir d'une carte de la ville et nous voilà devant les portes en bronze du baptistère San Giovani d'un côté, et le Campanile de Giotto de l'autre. La beauté des lieux et de ses bâtiments qui l'entourent sont impressionnants : la taille, les couleurs, l'architecture, les formes.. sont à couper le souffle. La Capitale de l'Art porte son surnom à merveille, elle sait s'y tenir et notre ébahissement est loin d'être à son terme.

Santa Maria del Fiore. 

Après maints de tours à errer sur cette place, nous descendons vers le Palazzo Vecchio, sur une nouvelle place : Piazza della Signoria. Un somptueux palais vue de l'extérieur avec à ses côtés de nombreuses statues, fontaines et restaurants bien sur (pas de chance, lors de notre séjour, la visite était interdite due à un festival). Notre chemin s'est ensuite tourné vers la Galerie des Offices puis le Ponte Vecchio. De sublimes édifices encore une fois. Le pont est un des emblèmes de la ville mais c'est également une rue parsemée d'une myriade d'anciennes joailleries/bijouteries de luxe. C'est un haut lieu touristique qui permet de traverser l'Arno afin de rejoindre le Palazzo Pitti. Vous pourrez aussi observer le Corridor de Vasari : il rejoint le Palais Vecchio via le Ponte jusqu'au Palais Pitti. Il servait autrefois à la royauté pour traverser la ville sans escorte, à l'abris du danger (pour les inconditionnels du livre et film Inferno, vous retrouverez beaucoup de décors sur Florence).

Vasari. 

Excursions plus en profondeur.

Une fois devant la Place et le Palais Pitti, nous cherchons la billetterie pour le Jardin de Boboli (toujours pas mal de décors d'Inferno pour ceux qui sauront les reconnaître).

N'oubliez pas votre carte d'identité, il y a souvent des réductions très intéressantes pour les plus jeunes et étudiants (pouvant aller jusqu'au demi tarif). Il faut bien se renseigner. Ces réductions sont effectives dans nombreux des musées de la ville, alors cela vaut le coup !

Pitti. 

Ainsi nous traversons le Palazzo pour nous rendre au jardin. Immense ! Il nous faudra quelques heures pour en faire le tour (et nous ne sommes pas sûres d'avoir tout vu). Dans le billet était inclus le Musée de la Porcelaine (exposition d'objets très raffinés) ainsi qu'une exposition chevaleresque au Lemon Palace. Des endroits très sympathiques et révélateur de cet esprit Toscan. Le Jardin en est le reflet. Celui-ci possède de grandes et majestueuses allées rectilignes ainsi que des sentiers plus discrets et tortueux cachés au milieu de milliers d'arbres. Ce n'est pas un parc très fleuri mais très généreusement arboré. Il possède aussi de nombreuses statues très originales ainsi que des fontaines et des grottes. A vous de vous perdre de nouveau pour dénicher tous ces subtils petits détails.

Boboli. 

Rendez-vous sur la colline.

Le centre de Florence est une pépite. Comme il est souvent écrit sur les blogs, guides... c'est un véritable musée à ciel ouvert, c'est vrai mais observer ce chef d'oeuvre de l'extérieur et avec un peu de hauteur sera la cerise sur le gâteau. Néanmoins comme dans chaque étape depuis le début de ce carnet, il faut le mériter.

L'heure de la petite grimpette à sonner. La Basilique San Miniato al Monte nous attend. Nous prenons les escaliers du Giardino delle Rose dans lequel nous ferons une petite ballade (ce n'était pas la saison mais un coin bien appréciable tout de même). Du parvis de la Basilique, le panorama sur la vieille ville est extra. Nous ne parviendrons pas à entrer à l'intérieur (nos shorts..) mais la vue extérieure est remarquable. Quelques pas plus loin et nous voilà sur la Piazzale Michangelo avec une nouvelle fois un paysage urbain fabuleux (il faut noter que la foule sur les lieux est elle aussi fabuleuse). Enfin, nous redescendrons par la Viale Giuseppe Poggi jusque la place avec la Porta San Niccolo avant de rejoindre le centre et d'effectuer une virée dans les magasins présents en masse et de nous octroyer un petit réconfort glacé après tant d'efforts.

San Niccolo et Breezer. 

Les soirs nous nous accordions de manger au restaurant (les prix étant bien raisonnables). Un en particulier à retenu notre attention. Vous dégusterez sûrement les meilleurs gnocchis quattro formaggi de votre vie dans ce bar/restaurant/pizzeria : l'Antico Bar Ginori, situé Via de' Genori en face du Giardino di Palazzo Medici Riccardi (qui, soit dit en passant est charmant).

Le Mercato Centrale et quelques douceurs Florentines.

Une matinée nous sommes allées visiter le marché. Très volumineux, il s'étend sur deux niveaux avec en bas des étales riches et variées puis, en haut, des restaurants et cours de cuisine. C'est un endroit hautement animé, où l'on peut goûter aux produits du terroir et en prendre pleins les yeux. Une marchandise de qualité, des couleurs étincelantes et des fumets délicats se dégagent de certaines devantures.

Achat des Pastas. 

Retour dans le centre pour une tournée des magasins. Certains sont très intéressants tant pour les boutiques souvenirs de la cité que pour du shopping à proprement parlé.

Via Calzaiuoli, cherchez une petite ruelle au milieu des grandes boutiques : Vicolo dell'Onesta. Engagez-vous dedans et vous tomberez sur un endroit discret ou vous pourrez manger tranquillement au milieu d'une sorte du jungle urbaine. Le soir, l'ambiance est plus romantique. Des petits concerts envahissent l'univers de la rue et vous dégusterez vos plats sous des ravissantes guirlandes colorées : Serre Torrigiani in Piazzetta.

Avis aux amateurs de glaces, vous trouverez des "gelaterias" partout et leurs vitrines sont spectaculaires : vous ne pouvez repartir sans avoir goûté à une de ces farandoles colorées. Pour notre part, nous n'avons pas résister. La gourmandise nous a également mené chez Lindt sur la Place du Duomo (marque Suisse, on sait.. mais le chocolat c'est la vie).

Gourmandises. 

Pour quelques verres avec restauration rapide dans un milieu sportif et festif, il est sympathique de se rendre à ce pub : The Old Strove (avec souvent des réductions le weekend..) mais attention, il est bien caché..

Quelques visites et découvertes...

Une après-midi, nous sommes allées rendre visite à David (l'original) dans la Galleria dell'Academia. Quelques minutes d'attentes, un prix réduit (demi-tarif une nouvelle fois) et nous voilà dans le musée. De nombreuses toiles de grands peintres italiens, des statues par dessus la tête et le fameux David et son fessier musclé !

No Water. 

Après une bonne heure de file d'attente et après avoir enfiler une tenue correcte, nous avons visité également la Cathédrale Santa Maria del Fiore et l'intérieur de sa coupole. Celle-ci est d'une extraordinaire splendeur, c'est la seule partie non payante et ça vaut le coup de patienter un peu. Si vous voulez monter sur le Duomo, il faut s'y prendre à l’avance et réserver puisque les visites sont souvent complètes.

Duomo. 

Si votre voyage retrace l'histoire d'Inferno, vous trouverez la tour de la Badia Fiorentina (début du film). La Maison de Dante se situe aussi dans le centre à deux pas de la tour (tout comme le Baptistère, la Palais Vecchio...)

Robert Langdon. 

Pendant notre séjour nous sommes tombées le jour d'un défilé des Florentins : costumes traditionnels, coup de canons, musiques.. Un moment au top ! Il est intéressant d'aller voir également la Basilica di Santa Croce (Michelangelo), la Basilica San Lorenzo.. et n'hésitez pas à aller toucher le groin du Porcellino, celui-ci est sensé porter chance. Laissez également une pièce dans sa bouche, si celle-ci tombe dans la grille au dessous, là c'est le top du porte bonheur !

Lys Rouge. 
• • •

Encore nombreux sont les sites à découvrir sur Florence mais le temps nous a manqué. Direction Santa Maria Novella pour un retour en France pluvieux à l'instar de toute cette semaine ensoleillée. La Ligurie et la Toscane sont des régions extraordinaires et nous sommes loin d'avoir exploré ces lieux en détails. L'Italie est un pays aux contrastes saisissants et à la beauté sidérante. Ces traverses ont laissé une marque indélébile dans nos souvenirs et nous reviendrons sûrement pour un prochain voyage dans ces contrées.

Grazie mille Luguria e Toscana.