× Chère communauté,
Suite à l’incendie au sein des bâtiments de notre hébergeur OVH, à Strasbourg mercredi 10 mars 2021, nous ne pouvions plus accéder au site ! L’accès a été rétabli par notre équipe mais nous n’avons pas accès aux photos pour le moment. Dans l’attente de réponses de la part d’OVH quant au devenir des photos mises en ligne avant le 10 mars 2021, vous pouvez de nouveau réutiliser le site sans risque et ajouter de nouvelles photos !
La Team MyAtlas
 avec 
R
Raude Chantal
Tombés amoureux des Cyclades, il y a de cela quelques années, nous y revenons régulièrement afin de visiter de nouvelles îles, petits paradis qui parsèment cet archipel de la mer Egée.
Du 6 au 17 septembre 2017
12 jours
Partager ce carnet de voyage
6
sept

Nous avions réservé un vol sur transavia au départ d'Orly -Sud . Nous nous y sommes rendus en TGV au départ de Lorient et pris à Paris-Montparnasse la navette qui nous a conduit rapidement à l'aéroport.

A la gare de Lorient  (Chantal à gauche !)

- Chez Transavia, un seul bagage à main par personne, en cabine. Bien respecter les consignes en ce qui concerne ses dimensions et son poids, car nous avons vu plusieurs personnes obligées (pas très contentes !) de mettre en soute le bagage en trop ou qui ne respectait pas les critères définis. Avec évidemment un supplément de prix ! Possibilité de télécharger sur leur application mobile les cartes d'embarquement et de procéder à leur enregistrement en ligne de 30 heures jusqu'à 4 heures avant le départ. Très pratique, si vous n'avez pas de bagages en soute, car de ce fait l'on gagne énormément de temps en passant directement en salle d'embarquement.

-la ligne "Le Bus Direct" qui dessert les deux terminaux d'Orly est la ligne 1 (départ en moyenne tous les 20 minutes) se prend en sortie de la gare Montparnasse, au 14 rue du commandant Mouchotte. Nous avions également acheté et imprimé nos billets (aller et retour) sur leur site.

- Arrivés à Athènes, à l'aéroport Elefthérios Vénizélos, nous avons pris le bus de la ligne X96 dont le terminal est le port du Pirée. Trajet très long car la ligne fait de larges détours et le bus s'arrête à de très nombreuses stations. En plus en ce qui nous concerne ( et je ne pense pas que cela soit exceptionnel sur Athènes !), nous nous sommes heurtés à de gros embouteillages. Cela a été très pénible et nous avons regretté de n'avoir pas choisi l'option taxi. Nous avions largement le temps pour prendre notre ferry, mais dans le cas contraire je déconseillerais ce moyen de transport, car en temps normal compter quand-même entre 1h00 et 1h30 de trajet.

- Nous avons réservé nos traversées en ferry, à l'aller (Le Pirée->Naxos) et au retour (Katapola à Amorgos->Le Pirée) sur le site aferry. Attention : une fois la réservation effectuée, le document que l'on imprime est seulement un bon d'échange à présenter au guichet de la compagnie (pour nous Hellenic Seaways) de votre ferry, situé au niveau du quai d'embarquement, contre l'octroi du billet. Mais quel quai d'embarquement, car le port du Pirée est immense et comporte 9 portes numérotées de E1 à E9......à ce point qu'une navette existerait afin de véhiculer les voyageurs, mais nous le l'avons pas vue ! Mais comme les guichets n'ouvrent que peu de temps avant le départ des ferries, vous n'avez pas intérêt à vous tromper de porte, car si la vôtre se trouve de l'autre côté de cet immense bassin, vous n'aurez plus qu'à courir en espérant que le ferry n'ait pas appareillé ...Il n'est donc pas conseillé d'arriver au dernier moment ! Notre ferry quittant le Pirée à 23h55 et arrivant à destination au petit matin, nous avions également réservé par l'intermédiaire de ce site une cabine double, digne en fait d'une chambre d'hôtel avec salle de bain et WC privés. Nous n'en espérions pas tant ! Hors cabine , les passagers s'installent du mieux qu'ils le peuvent dans les salons ou sur les ponts du ferry afin de passer une nuit, la moins désagréable possible.

7
sept

6h30 : Arrivée à Chora ( Hora sur les panneaux routiers), port principal et chef-lieu de Naxos (la plus grande et la plus élevée des îles des Cyclades), encore toute endormie...

Tout est calme, le soleil se lève, la lune n'est pas encore couchée, la seule agitation provient de notre ferry. Dès les premiers pas sur cette île, nous retrouvons d'emblée cette ambiance que nous aimons tant, ces petites chapelles, ce dédale de ruelles tortueuses ou il fait bon se perdre, ces escaliers, ces passages voûtés, ces placettes ou il fera bon s'asseoir à l'ombre des arbres ou des pergolas recouvertes de bougainvillées et de jasmin, ces tavernes...

A cette heure, tout est fermé. Nous déambulons dans les rues quasiment désertes, à l'exception de quelques chats rencontrés. Nous attendons l'ouverture des premiers bars pour prendre notre petit-déjeuner...

Nous prenons de la hauteur, en direction du Kastro et découvrons un joli panorama sur le cap Mougri qui reprend des couleurs et en arrière plan l'île de Paros...Dans cet archipel, toutes les îles sont proches.

Nous nous mettons en quête d'un hôtel. Nous consultons notre guide et décidons de séjourner dans le vieux quartier du Kastro. Il n'est pas encore tout à fait 8h00, et nous attendons l'ouverture de l'hôtel Panorama. Nous sommes partis avec le minimum d'affaires, chacun son sac à dos.

Je tente ma chance à l'hôtel Anixis, situé juste de l'autre côté du passage vouté, mais également fermé. Nous décidons de réserver une chambre (si disponibilité !) dans le premier des deux ou nous rencontrerons quelqu'un....et c'est à l'Anixis !


De la placette où se situe L'Anixis , au premer plan les studios Bourgos et  après le passage voûté, l'hôtel Panorama

Notre chambre n'étant libre qu'à partir de 11h00, nous allons enfin petit-déjeuner, louer un véhicule pour la durée de notre séjour et nous empruntons la digue qui relie la petite île de Palatia au port, pour voir de plus près cet immense portique en marbre (Portara, emblème de Naxos) qui marquerait l'entrée d'un temple en l'honneur d'Apollon, inachevé.

Nous avons loué notre Seat Ibiza chez Fun Car & Rides, situé pratiquement en face du débarcadère. L'on traverse le parking et l'on prend la première route en face, légèrement sur la droite (Léoforos Naxou Eggaron). L'agence se situe dans le deuxième bâtiment sur la gauche. Bon accueil, véhicules récents et bien entretenus. Prix abordables.

Nous gagnons enfin notre hôtel, où nous avons été logé dans un petit bâtiment annexe, situé à quelques dizaines de mètres du bâtiment principal. Nous appréhendons un peu de nous retrouver dans une chambre sombre et sans vue, mais lorsque nous y pénétrons, nous sommes agréablement surpris.... Elle est spacieuse, et dispose d'une belle terrasse avec vue sur mer

L'on distingue l'île de Palatia avec l'immense portique en marbre (Portara), et photo de droite le quartier de Grotta

Nous faisons nos provisions pour notre pique-nique dans une épicerie à proximité et commençons notre visite de l'île en direction du cap Agios Prokopios. Nous longeons la côte, le plus loin possible, jusqu'après Plaka afin de tenter de trouver un coin de plage qui puisse nous convenir , car sur des kilomètres ce n'est qu'une succession de parasols et de transats a touche-touche..... c'est pas notre truc ! Nous finissons quand même par le trouver ce coin, tout au bout de cette piste carrossable....Après il faut marcher, c'est ce qui explique qu'il y ait beaucoup moins de monde. C'est sur cette longue et belle plage ( malgré tout !) que se situent la plupart des hôtels, restaurants, locations saisonnières. Lors de notre séjour il y avait encore beaucoup de monde, alors j'imagine ce que cela doit être en Juillet/Août.....Il en faut pour tous les goûts ! Mais hors saison , je parierais que cet endroit ressemble à un "No man's land", car tout doit être fermé.

Rentrés de la plage, nous regagnons notre hôtel après avoir refait nos provisions pour un premier apéro, sur notre terrasse

photo de gauche : le bâtiment principal de l'hôtel avec rambardes bleues 

Nous y faisons la connaissance de Marie-Agnès, notre voisine de chambre, qui nous conseille de dîner au Typografio (Restaurant créé en 2004, à l'emplacement d'une ancienne imprimerie où a été édité en 1926 le premier journal de l'île du nom de "The Voice Naxos-Paros").

Une cuisine traditionnelle Grecque à base de produits locaux frais, entièrement revisitée, d'une grande inventivité, une explosion de saveurs ! Et ce qui ne gâche rien, un cadre sympathique, un personnel accueillant et un service rapide. Vraiment excellent ! Adresse à ne pas manquer, d'ailleurs nous y sommes revenus à plusieurs reprises pendant notre séjour.

Sur le retour vers l'Anixis, nous avons déambulé et nous sommes perdus à plusieurs reprises dans ce labyrinthe de ruelles.

8
sept

Encore une belle journée qui débute, un ciel d'un bleu profond, une mer d'huile. Aujourd'hui nous avons décidé de visiter l'arrière pays. On y trouve encore des villages préservés d'un tourisme de masse, tel que....

FILOTI

Accroché sur les flancs du mont Zeus (Point culminant des Cyclades : 1004 m), ce gros bourg, construit en amphithéâtre présente une belle vue sur les paysages alentour. Ses ruelles en escaliers partent à l'assaut de la montagne....

Sur la photo de gauche le mont Zeus (ou za), pris de la rue principale qui longe Filoti 
Des escaliers, des escaliers....toujours des escaliers, mais après l'effort ....
Une bonne salade grecque ! 

Nous regagnons notre véhicule et prenons la route pour....

APIRATHOS

Ce vieux village a su également conserver son aspect traditionnel avec ses rues dallées de marbre. Ses habitants, dont les ancêtres sont venus de Hora Sfakion en Crête, sont restés attachés à leurs tradition (tissage, carnaval) et à leur dialecte.

Après la visite d'Apirathos, nous voulions rejoindre plus au Nord, Apollonas, pour nous y baigner, mais aux environs de Koronos, nous nous sommes trompés de route (Il est vrai que l'on aimerait quelques fois un peu plus de panneaux routiers et que ceux-ci soient lisibles dans les 2 sens de circulation !) et retrouvés en direction de Lyonas, sur une route très sinueuse, dans la région d'où était extrait jusqu'en 1978 l'Emeri (variété impure de corindon très dur qui réduit en poudre était utilisé comme abrasif pour le polissage et le nettoiement) dont Naxos était le seul site de production en Europe. Ce minerai était transporté jusqu'au port de Moutsouna, par de petites bennes suspendues à des câbles aériens passant sur des pylônes. D'ailleurs des vestiges de ces installations sont toujours visibles de la route et certaines bennes contiennent toujours du minerai. Il ne faudra pas être dessous, lorsqu'un jour ou l'autre un câble cédera ou une benne tombera, car l'ensemble est dans un triste état !

Lyonas

Et au bout de cette route, nous découvrons enfin ( car elle se mérite !) la petite baie de Lyonas, très calme, insérée entre ses deux promontoires rocheux. Ici nous sommes très loin de la foule des touristes d'Agios prokopios, Agia Anna et Plaka, mais cela nous convient mieux.....a part peut être les galets !

Sur la route du retour, nous passons à proximité, des villages de montagne de Koronos (au premier plan) et Skados (au second) heureusement épargnés par un incendie qui nous semble récent...

Puis, d'une carrière de marbre en exploitation aux environs de Kynidaros. En effet Naxos dispose d'importants gisements de marbre toujours en exploitation et depuis l'antiquité a toujours rivalisé avec celui de Paros pour la construction de nombreux temples, notamment à Délos et Delphes.

Nous ne sommes plus alors très loin de Chora et de notre hôtel. Encore une bonne journée de passée !

En règle générale, nous réservons un hébergement pour une nuit , voire 2 au maximum, dans le même lieu, mais cette fois nous nous trouvions tellement bien à Chora, dans cet hôtel et cette chambre que nous avons essayé d'y prolonger notre séjour. Cela n'a hélas été possible que pour une seule nuit et encore en changeant de chambre...Dommage ! Nous avons en outre réussi à réserver 2 autres nuits à l'hôtel Panorama (juste à côté) mais en changeant encore de chambre le deuxième jour ! Il y a encore du monde à cette période !

9
sept

Aujourd'hui nous longerons la côte Ouest en direction du Nord, afin de rejoindre Apollonas au Nord-Est de l'île. Mais nous débutons notre journée par un arrêt baignade à Ammitis . Sur la route nous nous arrêtons également à Agia Tower, tour d'architecture post-Bysantine construite au 17iè siècle et malheureusement détruite par un incendie en 1992 ! Puis nous arrivons à Apollonas....

La petite crique  que l'on distingue est celle de Ytonas et à l'horizon nous apercevons l'île de Mykonos 

APOLLONAS

Ce charmant petit port, bien qu'isolé (Compter 2 heures de trajet en bus depuis Chora) se mue pendant la saison estivale en une agréable petite station balnéaire.

ou l'on peut se désaltérer et déjeuner dans ses cafés ou tavernes au bord de l'eau...

Petit bémol, lorsque un ou plusieurs cars emplis a craquer, déversent leur flot de touristes sur le quai. A ce moment, cela devient un peu la folie parmi les serveurs, qui se précipitent sur cet afflux de clients potentiels au détriment des clients qui déjeunaient (Nous avons eu mille peines a nous faire servir notre dessert, réclamé l'addition 3 fois et jamais eu notre café). Bon, il y a plus grave !


Au dessus du village, à l'emplacement d'une ancienne carrière de marbre, gît un Kouros inachevé de 10 m de long en l'honneur d'Apollon . Encore solidaire du sol, le sculpteur a sans doute abandonné son travail en raison d'une fissure apparue dans le bloc de marbre.

Sur la route qui nous mène d'Apollonas à Moutsouna

Moutsouna

On y accède depuis Apirathos, dans un paysage assez rude, par une route, très escarpée, dotée de nombreux virages en épingle à cheveux. Ce petit port de pêche a conservé le quai d'où était chargé sur bateau, après avoir été transporté dans les bennes suspendues (mentionnées dans la journée du 8/09), l'émeri extrait des mines d'Apirathos et de koronos.


A l'horizon, l'on aperçoit  les Petites Cyclades

Nous nous baignons un peu plus loin et prenons le chemin du retour, car il est déjà tard et nous avons une petite quarantaine de kilomètres à parcourir sur une route sinueuse, ou l'on ne peut pas rouler très vite, avant de rejoindre Chora.

Au second plan l'île de Paros, la pointe a droite est le cap Mougri  à proximité (au Sud) de Chora

Ce soir nous dînerons à L'Apostolis, attirés en priorité par son cadre. Par contre ses plats ne nous ont pas laissé un souvenir impérissable....

Photo de gauche : Nous y étions déjà passés, par hasard au petit matin de notre arrivée... 
10
sept

Dernier petit-déjeuner sur la terrasse panoramique de l'Hôtel Anixis, en compagnie de Marie-Agnès notre voisine de chambre avec qui nous avons sympathisé... En effet, ce matin nous plions nos bagages et déménageons à l'hôtel Panorama pour nos deux dernières nuits à Naxos.

Notre chambre se situe au rez-de-chaussée de l'hôtel Panorama et la vue, pour peu que l'on veuille bien se pencher sur notre terrasse entourée de 3 côtés par de hauts murs, n'a rien a voir avec celle que nous avions à l'Anixis. Ce ne doit pas être la meilleure chambre, mais nous n'avons pas eu le choix !

Aujourd'hui , nous décidons de visiter la côte Sud-Ouest après Plaka , ou nous nous étions arrêtés le premier jour en raison de la fin de la piste carrossable. Nous rejoignons donc la côte un peu plus au Sud par la route intérieure au niveau de Mikri Vigla ou nous nous baignons dans une eau cristalline...

Puis nous continuons en direction du cap Kouroupia, passons à Alyko, réputée pour sa plage de sable fin, bordée de dunes plantées de cèdres. L'endroit est sauvage, tranquille. Nous sommes désormais loin de l'agitation des environs de Chora. Et pourtant a quelques encablures, au cap Kouroupia nous apercevons un chantier abandonné, vraisemblablement celui d'un immense complexe touristique. Les promoteurs immobiliers sont toujours à l'affût.... le site a été protégé, mais pour combien de temps encore !

Sur la photo de gauche, une partie du complexe inachevé 

Nous passons les plages de Pyrgaki et de Roos Bay, puis apercevons Agiassos...

Agiassos, sur le chemin du retour (la photo était meilleure !) 

Nous roulions depuis Aliko (selon la légende de notre carte topographique Anavasi au 1:25.000) sur une route principale non goudronnée, mais a partir d'Agiassos nous devons emprunter une route secondaire non goudronnée ! Cela promet... Et effectivement, avec notre Seat Ibiza, nous nous engageons sur une piste caillouteuse, remplie de trous et de de bosses. Pour ne pas abîmer notre véhicule de location, nous roulons la majorité du temps en première, balancés de tous les côtés. A ce rythme, nous ne sommes pas rendus à Kalados.

Nous continuons malgré tout notre chemin. Un moment donné, il nous semble trop nous écarter de la côte....nous avons dû louper un embranchement. Nous faisons demi tour et descendons du véhicule afin d'essayer de trouver dans cette zone ce qui ressemblerait à une piste.

Nous la trouvons enfin, jusqu'à là invisible , complètement cachée à l'aplomb de la falaise d'une petite crique. Nous y descendons sans trop de mal pour la reprendre de l'autre côté . Arrivés sur les galets, a part un pêcheur sous-marin qui s'équipe, il n'y a personne. nous décidons de nous y arrêter pour un bon bain.

Nous remontons dans la voiture, afin de continuer notre périple....Aie ! Vue du bas, la piste nous semble beaucoup plus abrupte que vue du haut, de l'autre côté de la crique et en très mauvais état.....Je m'y engage malgré tout prudemment , mais suis rapidement obligé de constater que cela sera impossible de passer avec ce véhicule. Nous voulions à l'origine louer un véhicule 4X4, sachant quel type de chemin nous aimons parcourir , mais nous n'en avions pas trouvé à la location. Donc, périlleuse descente en marche arrière. Que faisons nous ? Tenter de passer en force en accélérant au risque d'abîmer le véhicule ou même de glisser dans la crique en contrebas ? Nous optons pour la solution la plus sage, rebrousser chemin et sortir si possible de la crique par le chemin par lequel nous y étions entrés. La pente est quand même moins raide et en meilleur état et cela se passe sans trop de difficultés.

Nous ne verrons donc pas aujourd'hui Kalados. Sur la route du retour, nous nous baignons à Roos bay et avant de rejoindre Chora nous nous arrêtons à l'Est de Melanes, à Flério afin de visiter 2 autres Kouros inachevés.

kouros de Flério 
A proximité, Kouros de Faranghi  (ou faraggi)

Ce soir nous dînerons une nouvelle fois au "Typographio"

Le port de Chora a crépuscule 
11
sept
11
sept

Bonne nuit, premier petit déjeuner à "l'hôtel Panorama", mais quelle déception il est servi en sous-sol, donc sans aucune vue sur l'extérieur.... Quel contraste avec la terrasse panoramique de "L'Anixis". Par contre , service à table .....mais ce n'était pas indispensable !

Nous réservons au bureau d' Hellenic Seaways notre billet de ferry pour Amorgos, puis gagnons une nouvelle fois Filoti à l'Ouest, pour descendre plein Sud vers Kalados, par une route escarpée et très sinueuse à flanc de montagne, dans un paysage très austère. Sur la photo du bas, à droite l'on distingue de cap Patsouras et la baie de Kalados. A l'horizon les Petites Cyclades

Ici, après une route qui semble interminable, on a l'impression d'arriver au bout du monde, car à part cette jetée de port qui semble assez récente, il n'y a rien, ou du moins presque rien, car un panneau nous indique quand même la direction d'une taverne à 800 m. Nous nous engageons dans un mauvais chemin qui serpente à travers une zone marécageuse pas très engageante en bordure de côte et finalement faisons demi tour, craignant de la trouver fermée, n'ayant pas encore vu âme qui vive dans ce coin.

Sans doute avons nous eu tort, car après-coup, en consultant Kalados sur internet , nous sommes tombés sur kalados studios, idéalement placé au dessus de la baie. Des studios (Ils font également café et taverne) proposés à la location sur de nombreux sites internet, avec de belles photos et de très bons commentaires. Finalement l'endroit idéal pour celui voulant passer un séjour en toute quiétude....Pour l'instant du moins, car je parierais que dans quelques années , si l'on en juge par les terrassements réalisés au dessus du port, cela risque d'être différent ! Ce port, en fait bien protégé des vents du Nord, en face des Petites Cyclades est peut-être la première infrastructure en vue du désenclavement et du développement de cette partie Sud-Ouest de l'île, peu fréquentée. D'ailleurs sur certaines photos internet l'on y voit déjà quelques voiliers et gros yachts à moteur .

Il fait une chaleur torride, ayant fait demi tour avant d'atteindre cette taverne, nous nous arrêtons en bordure du chemin, à l'ombre d'un arbre pour pique-niquer.

A l'horizon, Les Petites Cyclades 

Finalement la seule partie de l'île que que nous n'aurons pas parcourue sera la côte Est, de Moutsouna à Panormos , tout au Sud. Nous Quittons Kalados pour rejoindre Plaka pour profiter une dernière fois de la plage.

Puis, nous nous arrêtons à l'entrée de Chora, sur les conseils de Marie-Agnès dans un petit commerce très typique.


Aucun espace de libre...tout est utilisé du sol au plafond 

Dernière soirée à Naxos, passée en compagnie de Marie-Agnès au Typographio

12
sept

Nous quittons Naxos dans la matinée, en empruntant le catamaran Highspeed 4 de la compagnie Hellenic Seaways et après une brève escale à Koufonissia, une île des Petites Cyclades...

Arrivée à Koufonissia 

Nous arrivons à Katapola, port principal et le centre le plus animé de l'île . A notre descente sur le quai, nous passons, devant la traditionnelle file de personnes, brandissant chacune une pancarte avec la mention "Rooms to let". Au hasard nous nous arrêtons devant une pancarte au nom évocateur, du moins pour tout Francais "Pension The Big Blue" et y réservons une chambre pour la durée de notre séjour après nous être préalablement informés qu'elle disposait bien d'une vue sur mer.

Lorsque vous réservez votre passage pour Amorgos, choisissez bien votre port d'arrivée, en fonction de votre lieu d'hébergement, car un second port existe, Aigiali au Nord-ouest de l'île, a environ 15 km de Katapola. Attention :Les catamarans high speed ne desservent que Katapola.

Arrivée à la pension  "The Big Blue" 
La vue de la terrasse de notre chambre

Notre catamaran , habillé des couleurs de Cosmote, 1er opérateur de téléphonie mobile en Grèce (anciennement OTE) est toujours à quai. Nous rangeons nos affaires et descendons nous mettre en quête d'un loueur de véhicules, avant de trouver une taverne ou déjeuner. Compte tenu du problème rencontré à Naxos, nous recherchons en priorité un véhicule 4X4, mais ici cela s'avère également compliqué ! Finalement, nous nous rabattons sur quelque chose de plus fun, un quad Tymco SSV (Side by Side Vehicule) UXV 450.

La baie de Katapola est bordée de trois villages, Katapola (ou le ferry nous débarque), Rachidi au centre et Xylokéraditi, de l'autre côté de la baie où nous nous rendons pour déjeuner, au Diosmarini's (tenu par un français).

Petit tour d'horizon de cette baie, grâce aux photos ci-dessous prises de Xylokéraditi. Sur la photo du haut à gauche, Xylokéraditi. Le bâtiment que l'on y aperçoit est le bar "Le Grand Bleu", facilement repérable la nuit à ses néons bleus. Sur la photo du haut à droite, l'église que l'on distingue est celle de Rachidi. Sur la photo du bas à gauche l'on aperçoit la fin de Xylokéraditi, Rachidi au centre et à droite quelques bâtiments de Katapola . Et sur la photo du bas à droite, katapola dans son intégralité. Notre pension se situe à gauche de cette photo, le grand bâtiment juste en dessous de l'église....

Puis, nous prenons la direction de Chora (chef lieu de l'île, à 5 km à l'Est de Katapola), typique village Cycladique niché autour d'un rocher au sommet duquel subsistent les ruines d'un kastro Vénitien, et dominé par une crêtre rocheuse sur laquelle l'on peut voir plusieurs moulins a vent désaffectés.

Nous nous y arrêterons au retour, car pour l'instant nous recherchons la crique d'Agia Anna, surplombée par sa petite chapelle , afin de piquer une tête dans la grande bleue. L'endroit est minuscule, niché au pied de la falaise et fréquenté ! Nous trouvons quand-même une place sur les rochers alentours pour nous y installer....

Au moment du départ, intrigués par le nombre de personnes se rendant sur la pointe Sud enserrant cette petite anse, afin de prendre des photos, nous nous y rendons et sommes surpris d'apercevoir tout près le monastère de la Panagia Chozoviotisa, accroché et caché dans un repli de la falaise, au dessus de la mer. Ce monastère, construit au IX siècle était déjà reconnu comme le plus beau monastère byzantin des Cyclades, avant que Luc Besson par son film "Le Grand Bleu" en fasse l'emblème.....l'icone d'Amorgos. Au même titre que "La Portara" à Naxos. Nous le visiterons demain.

Pour l'heure, sur notre trajet du retour, nous nous arrêterons a Chora

Puis de retour à katapola, nous prenons notre traditionnel apéro sur la terrasse de notre chambre avant de descendre dîner dans une taverne sur le port.

13
sept

Un matin calme et ensoleillé, petit déjeuner sur le port

Monastère de la Panagia Chozoviotissa

Après avoir préparé notre pique-nique, nous reprenons la direction de Chora, pour nous rendre au monastère. Il fait déjà chaud. Nous nous arrêtons sur le bord de la route pour prendre une photo de la baie de Katapola, sous cette belle lumière matinale.

A gauche, Katapola, puis Rachidi et a droite Xylokératidi 

Avant d'arriver à Aghia Ana, un embranchement sur la gauche permet d'accéder par une route abrupte et sinueuse à un parking aménagé au plus près du monastère. Lorsque nous nous y rendions avec notre quad, nous avons rattrapé un bus touristique vide qui descendait en marche arrière, afin de reprendre un groupe de touristes en visite au monastère. En effet, le parking est si étroit, qu'il ne permet pas à un bus d'y réaliser un demi tour.

Il doit donc déjà y avoir un bon groupe de personnes en visite, vu la taille du car ! Et imaginant l'exiguïté des couloirs et escaliers du monastère, je pense que l'idéal aurait été de réaliser la visite à un autre moment. Mais tant pis, nous sommes là ! Heureusement que des laïcs régulent la circulation entre ceux qui montent et ceux qui descendent les escaliers et gèrent l'ordre de visite des pièces car il y aurait de véritables embouteillages. Remarquez, dans le cas contraire, la visite serait relativement brève, car l'on accède qu'à quelques unes des 60 pièces du bâtiment.

A partir du parking, l'on emprunte un escalier, entre falaise et mer qui permet d'atteindre le monastère après 15 à 20 minutes de montée. Montée qui pour certains visiteurs âgés ou avec embonpoint, semblait plutôt s'apparenter sous cette chaleur, à un véritable chemin de croix, avec de nombreuses stations......pour se reposer ! j'en ai vu plusieurs, avoir énormément de peine à reprendre leur souffle..... presque au bord de la crise cardiaque !

Photo de droite. L'on aperçoit la pointe qui borde au Sud Aghia Ana, d'où a été prise hier la photo du monastère
L'on aperçoit le parking  avec le car garé en marche arrière, puis la crique d'Aghia Ana et la plage de kambi

Tenue correcte exigée, pantalon pour les hommes et jupe ou robe pour les femmes dont les épaules doivent être également couvertes. Des vêtements suspendus à l'entrée sont mis gracieusement à la disposition des visiteurs. En principe, les photos sont interdites à l'intérieur.

Nous dégustons un ou deux petits verres offerts de Rakomelo (breuvage composé de raki, cannelle et miel), puis entamons la descente vers le parking (beaucoup plus facile, cela va de soit !). Mais cette fois attention aux chutes provoquées par des pavages en pierres rendues lisses et glissantes au fil du temps. Deux personnes sont tombées devant moi, sans trop de mal, heureusement....

Nous allons nous baigner au plus près sur la plage de Kambi, juste à côté de celle d'Aghia Ana.

Puis roulons plein Sud-oust, vers le cap et la baie de.....

Kalotaritissas

Un foisonnement d'île s'offre à notre regard. Les Cyclades méritent bien leur terme d'archipel ! Il y a de quoi mettre à l'épreuve son sens de l'orientation. Nous apercevons sans problème les Petites Cyclades, peut être même Naxos à l'horizon....Et l'île la plus massive à l'Ouest ? Est ce Ios ?

Nous nous baignons, rebroussons chemin et nous arrêtons à ....

Liveros Bay

Cette petite baie a acquis une certaine notoriété, depuis que Luc Besson y a situé l'une des premières scènes de son film "Le Grand Bleu", lorsque Enzo plonge sur l'épave d'un bateau échoué pour sauver un plongeur.

L'épave est celle d'un petit caboteur, l'Olympia qui venait de Chypre. En Février 1980, lors d'une forte tempête de Nord, le capitaine a tenté de protéger son bateau des éléments en l'abritant a proximité de kalotaritissas. Il y a jeté une ancre, qui a malheureusement dérapé et conduit à l'échouage du navire dans la baie de liveros. Il n'y a eu heureusement aucun mort a déplorer, mais aucune des tentatives réalisées par la suite afin de sortir le bateau de ce mauvais pas, n'a réussi ....

A l'origine ce caboteur avait été baptisé "INLAND", ce qui signifie traduit de l'anglais...... "A l'intérieur des terres". Nom prédestiné pour un bateau qui s'échouera plus tard au fond d'une baie ! Ce nom constitué de grosses lettres soudées sur la coque à la proue du navire, est toujours visible, malgré la rouille qui les ronge.

Puis bref passage à la ...

 baie de Paradidhisa 

Au fond, l'île de Gramvoussa 

et à la...

Baie de Kato Kambos

Au fond, l'îlot de  Pétalida

Avant de prendre le chemin du retour en direction de Katapola

Sur la photo de droite, nous apercevons Chora et distinguons l'éperon rocheux derrière lequel se cache le Monastère de la Panaghia Chozoviotissa. Même a cette période, il y a parfois beaucoup de vent sur les hauteurs d'Amorgos et dans notre quad sans pare-brise, ni protection d'aucune sorte, nous aurions aimé être un peu plus vêtus en cette fin d'après midi. Les bourrasques de vent, quelques fois assez fortes pour faire dévier de sa route ce véhicule léger, m'obligent à ralentir. Ce quad nous semble tout d'un coup moins fun, et nous décidons de le troquer demain contre une voiture...

14
sept
Dans la baie de Katapola, à hauteur de Rachidi

Aujourd'hui, après avoir changé de véhicule, nous décidons de parcourir la côte ouest en remontant vers le Nord de l'île.

Agios Pavlos, île de Nikouria

L'île de Nikouria, avec à son entrée Ouest l'îlot de Grabonisi, forme avec l'île d'Amorgos, la baie de Kalotiri. En fait une fausse baie car ouverte au Nord-Est sur la baie d'Aigiali.

Nous prenons un bon bain pour nous rafraîchir à la belle plage de galets d'Agios Pavlos, qui s'avance tel un cap dans la baie et rejoignons Aigiali

Aigiali

Superbe baie encaissée avec une jolie plage ombragée, surplombée par trois remarquables villages (Potamos, Lagada, Tholaria) construits en amphithéâtre. Aigiali est aussi le point de départ de nombreuses randonnées pédestres dans la partie Nord et Nord-est de l'île.... la plus sauvage.

Le petit port d'Aigiali 

Puis nous montons vers ...

Tholaria

Tholaria vu du village de Lagada de l'autre côté de la vallée 

De la route qui mène à Tholaria...

Autre point de vue sur l'île de Nikouria, au Sud cette fois 
Entrée (ou du moins une entrée !) de l'hôtel Aegialis, très bien situé. On pourrait presque se croire à Santorin ! 
Petite pose rafraîchissement ! 

Avant de redescendre sur Aigiali, pour prendre la direction de Lagada de l'autre côté de la vallée.

Lagada

Lagada, haut perché, vu de Tholaria 
Les poutrelles et hourdis de l'époque pour construire une dalle. Et cela tient ! 

Sur la route du retour, en direction de Katapola

L'île de Nikouria, la plage d'Agios Pavlos dans la baie de Kalotiri 
Agios Nikolaos, au dessus de la baie de kalotiri 
Juste au Nord de  Chora , vue plongeante,  avec au premier plan la baie de Katapola et à l'extrême sud , l'îlot de Gramvoussa
En provenance du Nord, autre point de vue sur Katapola 

Arrivés à katapola vers 19h00, Ouzo à la terrasse d'un café et balade sur la baie jusqu'à Xilokéraditi, avant de revenir dîner au à Katapola

Photo prise de Xilokéraditi 
A Xilokéraditi (ce n'est pas nous sur la terrasse) et  retour à Katapola,  îner une nouvelle fois  à L'"Akri Ouzo Taverna" 

Comme annoncé, nous avons troqué notre quad contre ce véhicule, qui nous aurait convenu, s'il avait été en bon état de marche. Mais hélas, ce n'a pas été le cas et nous avons dû le rendre en fin de journée. Le loueur ne nous a fait aucune difficulté pour ce nouveau changement car il connaissait parfaitement son problème. Ce n'est pas très sérieux ! Il nous en a trouvé un nouveau , une Fiat Panda, carrosserie enfoncée de tous les côtés, qui faisait un bruit pas possible lorsque nous braquions serré.....mais qui conservait sa puissance en côte, ce qui n'était pas le cas de la précédente. En plus je n'ai pas trop compris leur façon de décompter les journées de location. A notre arrivée, nous avons loué la voiture en toute fin de matinée et au moment du départ, alors que nous le rendions avant midi, nous avons dû régler une location pour la journée ! Je ne suis pas à 10 ou 20 euros près, mais cela ne m'a pas semblé normal ( peut-être à tort !). Je lui ai seulement fait part de mon étonnement, mais n'ai pas insisté. Donc, j'éviterais ce loueur !

Cette agence se dénomme : Asset - auto moto rent. A katapola, lorsque l'on est sur le port, dos à la mer, il faut prendre la première ruelle, à droite de l'agence de location de voitures FM rent a car. Elle borde une placette à droite et l'agence se trouve à gauche au bout de la rue.

15
sept

Après un bon petit déjeuner sur le port, nous embarquons dans notre Fiat Panda et prenons la route abrupte qui monte au site antique de Minoa, juste au dessus de Katapola, direction Sud.Très peu de choses a voir, à part quelques restes de muraille, mais nous en profitons pour pousser un peu plus loin sur la route, en direction de la baie de Finikiès ou nous nous baignons et jusqu'au dessus de la baie de Aghii Sarada (terminus de la route).

Site de Minoa, pas grand chose a voir et de plus périmètre clôturé ! 
La  chapelle de Stavros, à la bifurcation de la route qui mène  à Agia Thekla ,  prise du site de Minoa (Photo de gauche) 
En arrière plan, sur la hauteur, Chora et ses moulins sur la crête rocheuse  et à gauche Rachidi, sur la baie de Katapola
La route qui mène a la baie de Finikies que l'on aperçoit plus bas et ou nous nous baignerons 

En direction de la baie d'Aghii Sarada

Le petit village ou se situe la chapelle d'Agia Thekla, puis c'est le terminus de la route au dessus de la baie d'Aghii Sarada 

Ensuite, c'est le paradis des randonneurs, pratiquement jusqu'à la baie de Kato Kombos, à l'Ouest. Nous regagnons katapola à la recherche une nouvelle fois, d'une petite plage pour nous baigner dans la baie, du côté cette fois de Xylokéraditi.

Nous la trouvons, juste au dessous d'une petite chapelle dont nous devons traverser la cour pour y accéder...

Nous assistons à l'appareillage du catamaran que nous prendrons demain...

Petite salade Grecque accompagnée d'un bon verre de vin blanc local....

Il n'y a rien de mieux, après un bon bain ! 

Encore une baignade à Akrotiri (juste après Katapola, dans la baie) et nous sommes enfin prêts pour notre dernier Apéro ......ou du moins, dernier apéro sur notre terrasse !

Avant de descendre dîner, nous jugeons que ce serait serait peut être le moment de nous rendre à l'église située juste au dessus de notre pension et que nous n'avons pas encore visitée ! Il serait temps, la veille au soir de notre départ ! Bordée d'un côté par un champ planté d'oliviers, l'endroit est tranquille et agréable, Chantal en profite pour passer un coup de fil en France.

Puis nous prenons la direction de Xylokéraditi

L'air est calme, pas un souffle de vent, pas une ride sur l'eau, nous avons l'impression que le temps s'est arrêté. Nous sommes bien et le bar "Le Grand Bleu" semble nous tendre les bras....


Nous ne pouvons pas refuser son invitation , d'autant plus qu'une table est libre à l'extérieur. Nous nous asseyons pour prendre notre dernier Ouzo (dommage la photo est ratée !).... et je trouve que c'est un bel endroit pour réaliser un clap de fin à Amorgos. Île, on pourrait le croire, presque devenue un territoire français, mais pas tout à fait d'Outremer non plus, tant la proportion de compatriotes que l'on y rencontre à chaque coin de rue est importante, depuis le film "Le Grand Bleu" de Luc Besson ! D'ailleurs à une époque (si j'en crois un vieux guide du routard de 1999/2000 ) le film (en Anglais, sous-titré en Grec) était projeté tous le soirs sur cette terrasse. Mais c'était avant !

je ne pouvais pas ne pas mettre cette photo ! 

Bon, il est temps maintenant de dîner, nous nous installons au bord de l'eau, toujours à Xylokéraditi, au restaurant de produits de la mer " Almyriki." (Nous nous étions déjà arrêtés dans l'après-midi pour manger notre salade Grecque).

16
sept

Le jour du départ est arrivé. Nous rangeons nos affaires dans les sacs à dos, libérons notre chambre en fin de matinée et allons un peu traîner sur le port.

Il est 13h00 : Nous déjeunons sur le quai, lorsque le catamaran que nous prendrons tout à l'heure, accoste et débarque son lot de passagers et de véhicules. Sur la photo prise de la terrasse du restaurant l'on aperçoit à droite, 3 personnes en ligne, brandissant chacune une pancarte "rooms to let", comme à chaque arrivée de bateau.

Pendant que nous déambulons, attendant l'heure du départ, un autre catamaran, plus petit, d'une compagnie concurrente accoste, libère ses passagers et d'un seul coup, ponctionne une bonne partie des personnes se trouvant sur le quai . Il appareille aussitôt .....pour une autre escale sur une autre île.

Puis, vers 15h00, c'est à notre tour d'embarquer et de quitter Amorgos.

Bye, bye Amorgos 

Et nous voila partis pour une traversée d'environ 6 heures, jusqu'au port du Pirée à Athènes , malgré une vitesse de croisière de plus ou moins 40 noeuds (environ 74 km/h). Quand même ! Il faut aussi dire qu'Amorgos est l'une des îles des Cyclades les plus éloignées d'Athènes, avec Santorin, Anafi et Astypalaia qui détient la palme d'or ( Bien que rattachée administrativement au Dédocanèse depuis la révolution Grecque, cette île en forme de papillon appartient quand-même géographiquement, historiquement et architecturalement aux Cyclades !) Comme à l'aller, nous aurons 3 escales de courte durée à Koufounissia (Dans les petites Cyclades), Naxos, et Paros que nous connaissons déjà, pour y avoir séjourné il y a de cela quelques années. Nous n'avions pas vu cette escale réalisée de nuit à l'aller, car nous devions dormir à poings fermés dans notre cabine. Cette fois, nous avons pris quelques photos.

Brève escale à Parikia (Paros)

Puis, c'est l'arrivée au Pirée vers 21h00. De nombreux ferries, cheminées crachant, s'apprêtent a appareiller, car la nuit les navires high speed, restent en général au port.


Contraste saisissant. Nous nous retrouvons d'emblée avec notre taxis, dans les embouteillages d'Athènes. Nous avions réservé une chambre par l'intermédiaire de Booking.com , à l'hôtel Parnon, situé dans le centre d'Athènes, à seulement 50 m de la station de métro Omonia et à 200 m de la gare routière. Bon confort, pour un rapport qualité/prix imbattable. Nous recommandons.

Après avoir posé nos bagages, nous redescendons nous dégourdir un peu les jambes en ville et prendre un casse-croûte sur la place Omonia , à la terrasse du café, boulangerie, pâtisserie, cafétéria Vénéti

Il est 22h30 : Nous regagnons notre hôtel. Avant de monter dans notre chambre, nous passons à la réception réserver le taxi qui nous conduira demain matin à l'aéroport.

17
sept

Après une bonne nuit de sommeil, un bon petit déjeuner, notre taxi était pile à l'heure. Trajet beaucoup plus rapide, en sens inverse que celui réalisé en car à notre arrivée, de l'aéroport au Pirée. Nous avons emprunté une bonne portion de voie express où le chauffeur conduisait à bonne allure !

Attente à l'aéroport  d'Athènes

Puis embarquement..

Après un vol sans histoire, nous nous retrouvons à Orly-Sud, à attendre notre Bus-Direct, qui nous mènera à la gare Montparnasse ou nous prendrons le train pour Lorient, ou notre fille nous attendra à la gare.

La boucle est bouclée!

Nous avons été, une nouvelle fois enchantés d'avoir parcouru ces deux îles des Cyclades que nous ne connaissions pas encore. Nous les avons peut être visité un peu trop rapidement. Un certain nombre de lieux auraient surement mérité que l'on s'y attarde un peu plus, mais pressés par le temps, nous voulions en voir le maximum. Nous aurions également souhaité sortir davantage des sentiers battus, si nous avions eu la possibilité de louer un vrai véhicule tout terrain (Hors quad) , mais cela n'a pas été le cas et découvrir de beaux sites isolés , car il en existe plein.....il suffit de consulter Google Earth pour s'en rendre compte. Nous aimons la marche et certaines régions sauvages de ces îles, exemptes de routes carrossables (même en 4X4), sont le paradis des randonneurs à pied, car parcourues de nombreux chemins bien balisés , répertoriés sur des cartes topographiques, pouvant être consultées hors ligne , avec trace GPS sur smartphone. Application et carte disponibles sur Avenza maps sur App store, Google play et Microsoft. Distribution cartes papier : ANAVASI Travel Bookstore 32, voulis str., 10557 Athens, Greece tel/fax : +30 210.3218104 e-mail : sales@anavasi.gr.

En établissant ce blog, j'ai découvert une île, un trait d'union entre les Cyclades et le Dédocanèse , Astypalaia (ou Astypalea), dont je n'avais jamais entendu parler. Après recherches d'informations sur internet, nous pensons qu'elle fera l'objet d'un prochain voyage dans cette région......

Et d'un futur carnet de voyage !

Bonne consultation