Carnet de voyage

Le canal de Nantes à Brest à vélo

11 étapes
12 commentaires
4
 avec 
R
Raude Chantal
Nous avons parcouru à vélo, le canal dans le sens de Nantes vers Brest, accompagnés d'Aëla notre Westie, hébergés aux étapes en chambres d'hôtes, hôtels ou campings...
Du 31 juillet au 10 août 2017
11 jours
Partager ce carnet de voyage
31
juil

Distance parcourue ce jour : 20 km

Cliquer sur les photos pour les voir en plein écran et les parties en vert du texte pour accéder à un lien internet

Nous avons rejoint Nantes en voiture et déposé nos vélos à l'écluse N° 1 "St Félix", a proximité de la gare TGV et de la cité internationale des congrès ou nous garerons notre véhicule pendant notre randonnée.

Ecluse N°1 "St Félix" . la Cité internationale des congrès se situe au niveau du cube gris. Au fond L'Erdre, au 1er plan la Loire

Nous longeons les quais de l'Erdre, avant qu'elle ne devienne souterraine en centre ville et nous oblige à emprunter places et rues (place de la Duchesse Anne, rues henri IV et sully). Nous passons devant le château des ducs de Bretagne, la cathédrale, puis retrouvons enfin les quais de la rivière revenue à l'air libre.

Nous suivrons alors sa berge Est (rive droite en partant de Nantes) jusqu'à Sucé sur Erdre, en passant par Port Breton, ou nous continuons par manque d'attention sur le GRP pays Nantais, au lieu d'obliquer plein Nord, vers le lieu dit "La Chambre". Cela nous obligera à faire un détour par la route, beaucoup moins agréable, afin de rejoindre la chambre d'hôtes que nous avions réservé aux "Arbres Rouges" à Sucé.


Aux "Arbres rouges", après l'effort, le réconfort 

Visite de Sucé sur Erdre en fin d'après-midi et dîner au restaurant "la Cabane du pêcheur"

Quelques précisions :

- Sur la partie couverte de l'Erdre nous avons utilisé au maximum les jardins ou places non ouvertes à la circulation automobile pour progresser, mais finalement nous le déconseillons en raison d'accès rendus vraiment difficiles par l'existence de nombreux escaliers très délicats a passer avec nos vélos chargés. Donc il est plus aisé de prendre les rues mentionnées plus haut dans le texte.

- Passé les quais pavés, il n'y a pas de chemin de halage. le chemin emprunté suit donc les dénivellations du terrain

- Au niveau de l'auberge du vieux Gachet (sur le bord de l'Erdre), le chemin d'un seul coup est interdit aux vélos ! Sur les conseils d'un pêcheur, nous le prenons malgré tout. Nous ne serons pas les seuls ! Par contre il est encombré de grosses racines a fleur de sol, de passages étroits entre des blocs de roche et nous devons plusieurs fois mettre pied à terre. En fait il s'agirait plutôt d'un parcours VTT et non de VTC lestés comme les nôtres de 20 et 30 kg de matériel !

- Nous avions convenu d'utiliser différents modes d'hébergement en fonction de notre position sur le chemin, dans le courant de l'après-midi (chambres hôtes, hôtels, campings). Pour cette raison nous étions en autonomie totale et transportions sur nos vélos tente, 1 matelas, 1 lit de camp, sacs de couchage, popotte, réchaud à gaz, et tout le matériel nécessaire à une randonnée de ce type, soit 30 kg (y compris le poids des sacoches) pour moi et 20 kg pour ma femme, y compris les 10 kg de notre chien dans son panier.

- Nous transportions notre matériel dans des sacoches "Vaude". Sur mon vélo à l'arrière, une triple sacoche modèle "Karakorum" de 68 litres et 2 sacoches avant modèle "Road MasterFront" de 36 litres chacune sur chaque vélo. Nous en avons été très satisfaits.

- Pour ceux qui ont mal au dos et ne peuvent dormir sur un matelas gonflable, une mention spéciale pour le lit de camp "luxury lite" Ultra Lite Cot de la marque "Thermarest", poids 907 gr (avec housse de rangement 1279 gr) parfaitement adapté à la randonnée légère, pour un bon confort de couchage. Il rentrait parfaitement dans ma sacoche arrière. Penser peut-être à protéger le tapis de sol de la tente avec patins en mousse vendus spécialement !

Le comité régional du tourisme en Bretagne (Tel. 33(0)2 99 28 44 30) édite deux guides très intéressants sur les canaux de Bretagne avec cartes détaillées et de nombreuses infos pratiques (restauration, hébergements, campings cars, loisirs,infos touristiques et plaisanciers)

Nous avons également consulté le livre de Lauriane et jacques Clouteau intitulé "Canal de Nantes à Brest" dans la collection Miam Miam Dodo, édité aux "Editions du Vieux crayon". Très complet, ce guide nous a fourni de nombreuses informations, entre autres, très instructives sur la création du canal et son fonctionnement.

1
août

Distance parcourue ce jour : 35 km

Départ à 9 h 00, approvisionnement pour notre pique-nique, puis à la sortie de la ville, nous empruntons une portion de la Vélodyssée, très bien balisée et bien roulante qui nous amène en direction du canal

pause pipi pour Aëla ! 

Nous sommes obligés de la quitter un moment, car elle nous entraîne trop loin de l'écluse de "Quiheix", la deuxième écluse dans l'ordre des numéros, mais la véritable première porte de ce canal, hors Erdre ! En effet, après "La Grande Bodiniere" la Vélodyssée traverse la D69 (route de Nort sur erdre) et continue tout droit. Nous tournons à droite à ce croisement et prenons la première route à droite vers "Les Grands Bois", traversons un champ de maïs par un chemin d'exploitation, en se faisant arroser par les lances d'irriguation, passons "La Blanchetière", "La Grande Maison", puis "Les Fermes de Quiheix" par la gauche et longeons le bord d'un champ avant de rejoindre enfin le chemin de contre halage du canal à quelques distances de Quihex, juste au moment ou un bateau y pénètre.

Il est 11h00, une table est à notre disposition, nous en profitons pour chauffer un café et finalement pique-niquer 

Avant de traverser la passerelle de l'écluse pour rejoindre le chemin de halage, nous regardons vers l'ouest, dans notre dos, nous avons l'Erdre et devant nous le chemin de halage qui nous conduira à Châteaulin, point final du canal.

Il fait beau, le soleil brille, pour nous c'est vraiment maintenant que démarre notre randonnée ...

Ecluse N° 4 " La Rabinière" 

A hauteur de "Bout de Bois" nous quittons le canal, pour prendre la direction de notre halte du soir à l'hôtel restaurant "l'Abreuvoir" sur la commune de Héric. Il est 14h30, notre chambre étant libre, nous y déposons nos affaires, rangeons les vélos, prenons un rafraîchissement autour de la piscine et nous y prélassons le reste de l'après-midi, avant de dîner au restaurant de l'hôtel.

Distance parcourue cumulée : 55 km

2
août

Distance parcourue ce jour : 43,500 km

Départ de "l'Abreuvoir", courses à La Chevallerais, un seul commerce, une boulangerie, nous y acheterons des sandwichs. Finalement nous aurions dû poursuivre un peu plus loin et nous arrêter sur Blain qui présente plus de commodités dont certaines le long du canal.

casse-croûte de 11h00  , vraisemblablement à l'écluse N° 11 de "La Prée"

Nous passons donc Blain, sans nous arrêter et déjeunons après l'écluse de "Bougard", à proximité d'une crêperie/grill située sur le bord du canal, fait relativement rare pour être signalé, d'ailleurs il y avait du monde....

Finalement, nous arrivons à Saint Omer de Blain ou nous avions réservé une chambre d'hôte au "Pressoir à cidre", vers 12h30, encore beaucoup trop tôt ! Qu'allons nous donc pouvoir bien faire du reste de notre journée dans ce village, ou il n'y a pas âme qui bouge, le seul commerce n'ouvre qu'en fin d'après-midi et cette fois pas de possibilité de se reposer autour de la piscine ! Après discussion avec Chantal et entretien avec notre hôte nous continuons notre chemin....

Nous roulons en direction de Guenrouet ou nous envisageons de monter notre tente

Ramassage des plantes qui recouvrent totalement le canal par endroits 

A Guenrouet, nous nous installons au "camping St Clair"

Aëla en profite pour se reposer, car le panier sur le vélo, c'est pas l'idéal .....vivement le canapé à la maison. Si j'avais su, je ne serais pas venue. !

Puis nous réservons une table au restaurant gastronomique "Relais St Clair" au bord du canal.

Quelques précisions :

Par mesure de sécurité, j'avais avant le départ organisé notre itinéraire au jour le jour et réservé chambres d'hôtes, hôtels et certains campings, car nous ne voulions pas trop nous écarter du canal. Les hébergements de proximité n'étant pas légion, je pensais qu'à cette époque estivale ils auraient été rapidement pleins. Nous avons respecté notre plan sur des deux premiers jours, nous arrivions en début d'après-midi, mais la piscine nous faisait passer malgré tout un agréable moment, mais a partir de St Omer de Blain tout s'est trouvé décalé, car nous progressions plus vite que prévu ! J'ai donc dû supprimer toutes les réservations que j'avais réalisées ! C'est la première fois que je procédais de la sorte avant un départ, mais ce sera la dernière, car finalement c'est très embêtant de se fixer un cadre , car de nombreux aléas peuvent vous retarder (fatigue, maladie, chute, conditions climatiques,...).Je pense que les campings sont les plus utilisés par les randonneurs et il s'avère qu'ils sont plus nombreux que mentionnés sur la carte IGN 1/25000 et que finalement il y aura toujours une place pour une petite tente et 2 vélos dans un emplacement sans électricité.

Distance parcourue cumulée : 98,500 km

3
août

Distance parcourue ce jour : 45,55 km

Le levé est difficile, nous quittons le camping assez tard dans la matinée, le temps est incertain, le chemin de halage est plus étroit , en moins bon état et nous rencontrons un vent de face... Nous arrivons à Redon vers 12h30, Le temps maussade nous incite a déjeuner dans une crêperie.

les quais de La Vilaine à Redon , pris de l'écluse N° 17 bis Redon-Isac
Au premier plan, l'écluse N° 17 bis Redon-Isac, au second plan  la Vilaine et  au dernier plan, l'écluse N° 18 Redon-Oust  

C'est à Redon, port de mer, carrefour des voies navigables de Bretagne, situé au confluent de la Vilaine et de l'Oust que le canal de Nantes à Brest traverse la Vilaine, la voie d'eau qui remonte vers la Rance.

De l'autre côté de la Vilaine, l'écluse N°18 Redon-Oust 
Chantal  et Aëla m'attendent pendant que je prend les photos

A hauteur de Saint Vincent sur Oust , l'Oust franchit les falaises de l'île aux Pies, site d'escalade renommé

la vie n'est pas belle ? Diriger son  bateau confortablement assis dans un fauteuil à l'avant de celui-ci.... un bon bricoleur ! 

Sur cette portion du canal, les éclusiers rivalisent à "qui aura l'écluse la mieux fleurie ?"

Ecluse N° 19 La Maclais 

L'une des rares grosses péniches que nous ayons eu l'occasion de voir naviguer sur le canal !

Nous nous arrêtons au camping municipal de Peillac, situé en bordure du canal et montons notre tente. Nous nous préparons à monter au bourg de Peillac , distant de 2 km, lorsque je m'aperçois que la roue avant de mon vélo est à plat ! Donc Chantal fera les courses seule pendant que je réparerai le pneu crevé.

Distance parcourue cumulée : 143,840 km

4
août

Distance parcourue ce jour : 46,680 km

Nous quittons le camping vers 10 heures , le temps est maussade mais il ne pleut pas. Nous passons l'écluse N° 19 Guelin, très fleurie, au moment ou passe un bateau.

Saint-Martin sur Oust

Chantal, devant le temps menaçant, a déjà protégé ses sacoches et enfilé sa veste de pluie....

chemin de halage bien fleuri 

Nous arrivons à Malestroit

Son écluse bien fleurie qui est également un gîte d'étape...

Continuons jusqu'à l'écluse N° 26 La Née

En chemin nous rencontrons un curieux équipage ! Eh non ce ne sont pas Robert Louis Stévenson et son âne Modestine, mais Rosalie et son maître qui viennent de Roscoff et descendent vers le Sud pour une destination non précise....Nous leur souhaitons bonne route et nous arrêtons un peu plus loin sur un banc pour faire chauffer de l'eau pour un thé /café et afin qu'Aëla se dégourdisse un peu les pattes.

15 kms avant Josselin, la pluie nous rattrape et nous oblige tous à revêtir nos protections...

Ecluse N° 31 Guillac

Nous arrivons au but de notre étape à 16h30 et réservons une chambre au premier hôtel que nous trouvons au bord du canal , qui se situe en plus devant le chateau !

Il est bon de se retrouver au sec !

Nous débarrassons nos vélos, les mettons au garage, montons nos bagages dans notre chambre et prenons une bonne douche. Après un apéritif au bar nous rejoignons le restaurant ou nous dînons (bien mieux qu'au restaurant gastro de Guenrouet !). Nous sympathisons avec nos voisins de table , également randonneurs à vélo avec qui nous passons un agréable moment à discuter, ainsi qu'avec le couple de propriétaires de l'établissement, très accueillants, âgés respectivement, elle de 73 ans et lui de 68 ans ! leur établissement est en vente, mais les rares acheteurs potentiellement intéressés ne se décident pas ! C'est compliqué, d'où, toujours leur présence à cet âge....la galère !

Distance parcourue cumulée : 190,520 km

5
août

Distance parcourue ce jour : 50, 440 km

Départ de Josselin vers 10h00, la patronne de l'hôtel nous a préparé deux sandwichs . Le temps est revenu au beau, mais il fait froid. On se croirait en Automne.

Ecluse N°41 La Tertraie-1

Arrivée à l'écluse N°43 Cadoret

Casse-croute à l'écluse N° 44 Le Liée

Et le chemin continue en direction de Rohan

Ecluse N°53 et église de Saint samson.....dernière écluse fleurie !

Nous atteignons enfin l'échelle d'écluses qui permettra d'atteindre le bief de partage d'Hilvern situé entre la vallée de l'Oust et celle du Blavet. A partir de l'écluse N° 55 de Coetprat, un dénivelé positif de 61 m, sera franchi par une série de 24 écluses sur une distance de 5.5 km !

L'arrivée à l'échelle d'écluses est buccolique, mais nous sommes surpris de constater que les maisons des éclusiers sont en ruine ou laissées à l'abandon. Terminé les écluses pimpantes et fleuries....dommage ! Etant impossible par la photo de se rendre compte de l'échelonnement de ces écluses, je n'en ai pris qu'une seule ou l'on devine quand-même qu'elles se suivent vraiment de très près . Un drone aurait été très utile pour filmer ce genre d'ouvrages !

Puis au sommet de cette échelle après avoir passé l'écluse N° 78 Bel-Air

Nous atteignons le bief de partage d'Hilvern d'une longueur de 2,3 km

Autrefois alimentée en eau par la rigole du même nom, prouesse d'ingéniosité. D'une longueur de 63 km en suivant les courbes de niveau (mais seulement 21 km a vol d'oiseau !) elle prenait naissance au barrage de Bosméléac, construit sur le cours supérieur de L'Oust, dans les Côtes d'Armor entre les communes de Morléac et Allineuc.

Aujourd'hui après une longue série de déboires, elle n'alimente plus le bief. C'est une station de pompage installée sur le Blavet a proximité de l'écluse N° 110 du Porzo qui a pris le relais.

Je recommande encore une fois à ceux que l'histoire du canal intéresse, la lecture de l'excellent livre de Lauriane et Jacques Clouteau intitulé "canal de Nantes à Brest", dans la collection Miam Miam Dodo, édité aux éditions du Vieux Crayon

En effet, aujourd'hui, à son débouché dans le bief après l'écluse Bel-air, la rigole n'est plus que l'ombre d'elle même ....

Elle débouche de dessous ce pont 

Par contre bien que ne remplissant plus son office, son chemin de halage a été réhabilité en une agréable voie verte N° V8 .

Descriptif de l'itinéraire et plan sur le site www.af3v.org et également à partir de la carte IGN/AF3V en scannant le QR code y imprimé et en saisissant le numéro de l'itinéraire, soit 739.

Puis nous redescendons de l'autre côté, dans la vallée du Blavet par 2 nouvelle échelles d'écluses dont celle du Roz contient à elle seul 12 écluses sur une distance de 1,6 km, pour un total général de 29 !

Ecluse N° 87 Le Couëdic

Sur cette photo, l'on distingue mieux l'échelle d'écluses en second plan 

Et arrivons à Pontivy , but de notre étape ou nous réservons une chambre à l'hôtel Robic, sur les bords du Blavet, rivière canalisée se jetant dans la rade de Lorient, donnant ainsi accès à l'Atlantique.

Arrivée à l'hôtel, déchargement des bagages...cela en fait quand même pas mal !

Distance cumulée parcourue : 240,96 km

6
août

Distance parcourue ce jour : 44 km

Nous quittons Pontivy à 9h30. Nous remontons le Blavet afin de reprendre notre route à l'endroit ou nous l'avions quitté hier. Il fait un temps magnifique et.....

l'eau du canal est un vrai miroir...

En 1930 est construit à hauteur de Mûr-de-Bretagne, le barrage de Guerlédan, créant une retenue d'eau de 10 km et noyant 18 écluses du canal. Cela n'aurait pas été trop grave si comme stipulé dans le cahier des charges, la continuité de la navigation avait été maintenue par la création au niveau du barrage d'une échelle d'écluses ou d'un ascenseur à bateaux.....Mais, hélas le concessionnaire du site (aujourd'hui EDF) n'a jamais respecté jusqu'à ce jour ses engagements et la section de canal entre Pontivy et le barrage , se terminant de ce fait en impasse n'a plus été utilisée , ni entretenue, rendant progressivement les écluses et la voie d'eau inutilisables !

Quel déchirement, lorsque l'on parcoure cette section, de voir ainsi ce patrimoine laissé à l'abandon.

Des arbres déracinés jonchent le lit du canal, l'obstruant parfois complètement

Des infrastructures sont hors d'usage : Ecluse N°112 Auquinian. portes amont et aval de l'écluse entrouvertes ou défoncées, porte du déversoir inexistante, rendant ainsi impossible le maintien du niveau d'eau dans cette section du canal. La nature reprend petit à petit ses droits....

Ecluse N° 113 Stumo : Niveau d'eau toujours très, très bas et la végétation reprend également le dessus !

Chantal tiens mon vélo pendant que je prend la photo (problème de béquille) 

Ecluse N° 114 Bolloré, un minimum de travaux de conservation réalisés , par la pose d'étais pour tenter d'arrêter la déformation du bajoyer, qui aurait pu s'effondrer à plus ou moins long terme. Par contre ici , les portes amont et aval ont ici été changées permettant ainsi de maintenir le niveau d'eau en amont du barrage de l'écluse. Il y aurait donc un peu d'espoir.....

En effet, tout ne semble pas perdu car le comité des canaux bretons ainsi que différentes organisations oeuvrent afin de le faire renaître , aidé en cela par les plaisanciers en pénichette et les randonneurs à pied ou à vélo, toujours plus nombreux qui le parcourent à la recherche de calme et de communion avec une nature préservée.

D'ailleurs l'écluse N°116 Poulhibet a été totalement réhabilité, maison éclusière comprise et lorsque nous y passions une fête y était organisée...

Un peu plus loin, nous aurions presque pu croire que du riz poussait dans le canal !

Enfin nous arrivons au barrage de Guerlédan

A partir de cet endroit nous quittons le chemin de halage et prenons la route en direction de Mûr de Bretagne, par une longue côte à 7% qui nous a bien fait souffrir, pour prendre à l''entrée de la ville une voie verte, créée sur l'emplacement d'une ancienne voie de chemin de fer. Après avoir traversé le pont sur cette ancienne voie de chemin de fer, prendre immédiatement à gauche, rue de la Villeneuve, pour rejoindre au prochain carrefour sur la gauche cette voie verte qui nous fera contourner le lac d'assez loin, car en effet ses berges sont souvent privées.

Etant sur une ancienne voie de chemin de fer, quelques petites gares désaffectées (évidemment !) mais toutes réhabilitées, jalonnent le chemin. Nous nous arrêtons devant celle de Caurel pour déjeuner.

Puis passons devant celle de Ty-Bris qui a su conserver quelques attributs de sa glorieuse époque : pendule et panneau sortie...

avant de rejoindre le canal à l'écluse N°137, selon, Les Forges ou Bellevue ! Derrière Chantal, nous apercevons le bout du barrage ou le niveau de l'eau suite à sa dernière vidange de 2015 ( la dernière datait de 1985 !) ne semble pas être au plus haut. Ce qui expliquerait peut-être en partie, le fait que le niveau d'eau sur la section du canal jusqu'à Pontivy soit aussi bas, le barrage ne réalisant peut être pas encore de lâchers d'eau. Des écluses et barrages d'écluse en mauvais état et une pluviométrie particulièrement basse cette année accentuent peut-être le phénomène.

Nous passons un peu plus loin, devant l'abbaye de Bon Repos. Fondée en 1184, cette abbaye Cistercienne sera prospère jusqu'au XVI siècle , et connaîtra jusqu'en 1796, année ou elle fut pillée par les chouans, une succession de périodes heureuses et moins heureuses. Elle servit ensuite d'abris aux bâtisseurs du canal, avant de tomber dans une longue période d'abandon. l'Abbaye n'était plus qu'à l'état de ruine , quand en 1986 "l'association des compagnons de l'Abbaye de Bon Repos" entreprit la rénovation de son angle Sud-Est, désormais ouvert au public. Chaque été, depuis 1987, s'y déroule un spectacle de son et lumière.

Nous longeons ensuite les gorges du Daoulas ,

et atteignons Gouarec ou nous passerons la nuit à son camping

Tenu par un couple d'anglais, ce camping est très simple, convivial avec en plus un brin d'originalité, mais relativement exceptionnel au regard des prestations proposées et de la gentillesse de ses propriétaires : prêt de table et de chaises (seule obligation les remettre au moment du départ à l'endroit ou nous les avions pris), coût de la nuitée, 6€/personne, électricité comprise, grande tente avec tables et chaises ou possibilité de manger en cas d'intempéries, un cabanon cuisine avec ustensiles prêtés et possibilité de faire cuire son repas, mini salon de lecture avec livres à disposition, dépannage épicerie, petit déjeuner à 3 € à volonté (seule obligation apporter tasses et couverts), emplacements libres sur le terrain, aucune délimitation d'espaces.

Nous nous sommes installés à côté d'un camping-car et l'absence de délimitations par une haie, rendant les contacts plus aisés, nous avons fait la rencontre de Maryvonne et de Jacques, avec qui nous avons bien sympathisé. Nous espérons les revoir....

On est quant même mieux autour d'une table assis sur une chaise. Quel luxe !

Distance cumulée parcourue : 285 km

7
août

Distance parcourue ce jour : 51 km

Départ vers 10h30, après un petit déjeuner très convivial à l'accueil du camping

Le petit coin lecture

Nous prenons congé de Maryvonne et Jacques

Allons faire quelques courses dans le bourg, avant de reprendre le chemin de halage qui se trouve sur la rive opposée au camping

Nous repassons donc devant...

Ecluse N° 146 Coat-Natous, qui a la particularité d'être la seule écluse double du canal, deux sas bout à bout, avec en arrière plan la chapelle de la Pitié, grand lieu de pélerinage

Vu la végétation qui pousse devant sa porte amont, elle ne doit pas s'ouvrir souvent....

Et le chemin continue, dans le calme, en communion avec la nature, entrecoupé de l'indispensable arrêt casse-croûte...

Puis nous arrivons à la grande tranchée de Glomel ( 3km de long et profondeur maximum par rapport au niveau du sol , 23 m) le dernier bief de partage du canal qui permettra de passer du bassin du Blavet à celui de l'Aulne. Le chantier de la tranché était si important qu'il a été fait appel a plusieurs centaines de militaires, condamnés aux travaux forcés, tassés dans des baraquements insalubres, dans des conditions d'hygiène déplorables. Le travail très dur, le paludisme auront raison de la vie de beaucoup d'entre eux.

Dès la sortie de la tranchée, nous atteignons l'échelle d'écluses, qui va permettre au canal de franchir un dénivelé négatif de 108 m par 43 écluses sur une distance de 18 km, jusqu'au confluent de l'Hyère. Sur les photos ci-dessous l'on distingue mieux l'échelonnement rapproché des écluses.

Photo en haut à gauche : Arrivée à l'écluse N°160 Créharer

Photo en haut à droite : Au second plan écluse N°161 Stang-Jean et au premier plan écluse N° 162 Quinquis

Photo en bas à gauche : (sans garantie, car j'ai un doute !) Prise de l'écluse N°164 Ty-Lostec, au second plan N° 165 La Chapelle. L'on devine au 3iè plan l'écluse N°166 Menguen

Photo en bas à droite : Au second plan écluse N° 166 Menguen et au premier plan écluse N° 167 Kergicquel

Mais hélas cette section du canal n'est utilisable qu'aux petites embarcations, à petit tirant d'eau et sans tirant d'air (en raison de la construction de ponts trop bas !) et nous en avons eu la preuve un peu plus loin. En effet le canal était à sec, sans doute pour cause de travaux et peut être curage de la vase, car effectivement quand il était en eau, il ne devait pas y en avoir beaucoup sous la quille du bateau !

Petite pose pour tout le monde, Aëla se dégourdit les pattes et boit un peu d'eau.

Nous arrivons à proximité du port de Carhaix et hésitons à poursuivre jusqu'à Saint-Goazec en raison de la distance restant à parcourir. Renseignements pris auprès d'un éclusier, au plus près, il faut monter jusqu'à Carhaix-Plouguer pour trouver de quoi se loger, mais nous jugeons que cela nous éloignerait trop du canal. Nous nous arrêtons un moment à port de Carhaix pour prendre une décision, lorsque nous apercevons une pancarte "chambre d'hôtes", mais c'est une vieille pancarte, la propriétaire n'exerce plus son activité. Par contre elle nous donne les coordonnées téléphoniques d'un gîte d'étape situé non loin de là.

Soulagés, nous réservons une chambre individuelle et attendons devant l'établissement fermé que notre interlocuteur arrive, de Carhaix-Plouguer

Premier contact, assez froid.....il n'accepte pas les chiens, même en chambre individuelle ! le chien devra dormir dehors. C'est la première fois que cela nous arrive et pourtant nous avons logé pendant le parcours dans des chambres d'hôtes et hôtels de bien meilleur standing que ce simple gîte d'étape. Aucune possibilité de négociation, nous sommes donc contraints de reprendre notre route, vers Carhaix-Plouguer, distant maintenant d'environ 7 kms. j'essaie de réserver une chambre dans un premier hôtel....complet ! Nous en trouvons quand même une au "Noz Vad", ouf ! Mais pour atteindre la ville , nous nous heurtons à une côte sur presque la totalité du trajet...la galère ! Idem, pour rejoindre notre hôtel, toutes les rues sont en pente ! Enfin, nous y sommes et après une bonne douche, un bon apéro et un excellent dîner au restaurant "La Rotonde", la forme est revenue....

Distance cumulée parcourue : 336 km

8
août

Distance parcourue ce jour : 37,650 km

Levé à 8h00. Achat du repas de midi dans une charcuterie a proximité et retour vers le canal, mais cette fois en rejoignant au plus près la voie verte qui nous ramènera en aval du port de Morlaix, mais cette fois par une descente sur presque la totalité du trajet ! Nous traverserons sur un pont le canal et continuerons la voie verte (et non le chemin de halage), sur la rive gauche du canal jusqu'à l'écluse N° 202 de Kerdugnez ou elle rejoint le chemin de halage que nous emprunterons jusqu'au port de Morlaix. Nous traverserons une nouvelle fois le canal par le pont autoroutier sur la D769 pour rejoindre sa rive droite.

Nous reprenons donc notre chemin, mais le rythme est moins soutenu, car nous ressentons aujourd'hui une certaine fatigue. Nous décidons donc de ne rouler que jusqu'à Châteauneuf-du-Faou, ou nous devrions arriver en début d'après-midi.

Nous passons devant la péniche "Patricia" et la photographions sans savoir que quelques semaines plus tard nous la retrouverions dans la presse locale et sur internet. Nous en reparlerons en fin de ce carnet de voyage.

La péniche "Patricia" vraisemblablement à l'écluse N° 207 du Stêr pendant son trajet de Châteaulin à Port de Carhaix

Photo du haut à droite : passage à Pont-Triffen

Photo du bas à gauche : pique-nique sur les bords du canal à hauteur de Landeleau

Photo du bas à droite : Traversée de la route à Pont Ar Stang

Barrage de l'écluse N° 216  du Moustoir 

Puis arrivée à Châteauneuf-du-Faou à 14h30

Installation au camping municipal , sur la rive du canal et a proximité d'une table....très pratique ! Montons au bourg à pied faire nos courses (3 km aller/retour), prenons un bon goûter , discutons matériel avec d'autres randonneurs, bon dîner et tout le monde au lit à 21h00 pour être en forme pour notre dernière étape.

Distance cumulée parcourue : 373,650 km

9
août

Distance parcourue ce jour : 50,670 km

Il a pas mal plu cette nuit. Nous nous levons à 8h00 sous un temps très chargé. Tout est trempé. Une succession de grains orageux et de courtes éclaircies s'échelonneront une grande partie de la matinée, ce qui ne nous arrangera pas pour ranger notre matériel. Nous plierons ce que nous pourrons à l'intérieur de la tente et y patienterons en attendant que le précipitations s'arrêtent

Finalement nous ne quitterons le camping qu'à 11h30. Nous entamons notre dernière étape, sous un soleil enfin revenu, mais avec toutes nos protections en prévision de possibles futurs grains qui ne tarderont pas d'ailleurs à arriver. Nous nous arrêterons pour déjeuner une nouvelle fois sous une table couverte....bien pratique !

le temps s'améliore grâce à un vent qui s'est levé et chasse les nuages, mais qui nous oblige appuyer plus fort sur les pédales pour avancer, d'autant plus que la pluie a détrempé le revêtement du chemin qui est devenu gras et collant

Nous passons Pont-Coblan

puis l'écluse N° 227 Stéréon

Nous ne devons plus être très loin de Châteaulin

C'est quand même plus sympa avec un rayon de soleil

Ecluse N°234 Toul ar Rodo

Châteaulin que nous traversons rapidement en longeant les quais, pressés d'atteindre notre but final ....

Port-Launay et la dernière écluse du canal, maritime cette fois, N°237 GuilLy-Glaz .

En arrière plan le viaduc ferroviaire qui traverse la vallée de l'Aulne 

Maritime, car elle fait la jonction entre l'Aulne canalisé et l'Aulne maritime. A l'origine cette écluse , première du canal avait été construite en 1811 en amont de Port-Launay, mais afin de mieux bénéficier de l'effet des marées et doter Port-Launay d'un bassin à flot, elle a été avancée à l'emplacement actuel en 1858 et inaugurée lors du passage de l'Empereur Napoléon III et de l'Impératrice Eugénie. Sa configuration actuelle ne date que de 2004, en effet suite aux crues catastrophiques de 1995 et 2000 , elle a été dotée d'un barrage mobile électrique qui permet de maintenir un niveau d'eau constant dans le bief amont.

l'éclusier de service nous a gentiment proposé de nous prendre en photo pour immortaliser notre arrivée

Notre randonnée, s'arrête donc là. Nous n'irons pas jusqu'à l'embouchure de l'Aulne à Landévennec , encore distante de 23 km, car il n'existe pas de chemin de halage. Déjà trouver le bon cheminement pour y accéder est relativement compliqué en raison de la proximité de la voie express et de la configuration de la rade de Brest, mais se rendre à Brest (qui se trouve à l'opposé dans la rade !) à partir de landévennec s'apparente à un parcours du combattant 😡😡 si l'on souhaite rejoindre le GR34-GR37.

Si malgé tout, le désir de rejoindre Brest (à pied ou à vélo) vous obsède, à mon humble avis le mieux serait de rejoindre le GR34-GR37 au plus près, soit par le Nord-Est en rejoignant Pont-de-Buis-lès-Quimerch en empruntant au maximum le PR qui part de guilly-Glaz, retraverser la voie express en direction de Logonna-Quimerc'h, rejoindre la route C1 au niveau de pen Ar Hoat,et au plus cours la D147 , à suivre jusqu'à la hauteur de Rangourlay ou l'on débouche sur le GR à suivre ensuite jusqu'à Brest en passant par Le Faou, Daoulas, Plougastel-Daoulas......au bas mot environ 60 km ! 😦

Ou par le Nord-Ouest , en rejoignant le GR37 au niveau du Ménez-Hom et passer par le pont de Térénez, pour rejoindre la variante précédente.....environ 74 km ! 😦

Une autre solution, a mon avis beaucoup plus agréable serait de rejoindre Brest en descendant l'Aulne maritime, au départ de Guilly-Glaz sur la "Fée de l'Aulne", une gabare sablière construite en 1957 et classée monument historique. Se renseigner sur les possibilités au bar/couchage "Guilly-Glaz" situé devant l'écluse ou au 06 52 88 67 17. 😀

En ce qui nous concerne, nous avions prévu de passer la nuit à Châteaulin et de regagner Quimper en taxi le lendemain matin, d'y prendre le train pour Nantes pour y retrouver notre véhicule.

Finalement, nous rentrerons immédiatement sur Quimper, si notre chauffeur de taxi est disponible. En effet, dans la préparation de notre randonnée, nous avions recherché sur Châteaulin un taxi pouvant embarquer nos vélo. Il sera disponible, sous 1 heure. Nous nous donnons rendez-vous au bar le Ty- Mad, à Port Launay. Dans cette attente, nous en profitons pour réserver une chambre à "l'hôtel de la gare" à Quimper

Coordonnées du taxi de Châteaulin : Mr Bastard Thierry au 06 64 44 30 65

Nous atteignons Quimper en à peine 30 minutes par la voie express. L'hôtel n'usurpe pas son nom, car il se situe juste en face de la gare et notre train n'étant qu'à 12h01, nous pourrons prendre tout notre temps demain matin. Bonne douche et nous nous mettons en quête d'un restaurant sur les quais. Nous dînerons dans un bar a vin/restaurant qui s'appellera justement......"Sur les Quais" !

Distance cumulée parcourue : 417,500 km

10
août

L'hôtel de la gare a été entièrement rénové. Nous logions dans un bâtiment annexe situé dans l'arrière cour de l'hôtel.....très bien !

lever vers 8h00, il fait beau, mais frais pour la saison. je me rend à la gare SNCF afin de modifier nos réservations que nous avions pour le lendemain, car nous avons une journée d'avance sur notre planning.

Nous quittons notre chambre vers 10h30, remettons nos bagages sur les vélos et nous rendons à la gare ou nous attendrons notre départ au buffet.

11h30, nous nous rendons sur le quai assez tôt, car il y a pas mal d'affluence et beaucoup de randonneurs avec des vélos...

Le train s'arrête en gare et c'est la bousculade pour trouver dans un premier temps la bonne rame, car il y en a deux, l'une allant sur Nantes et l'autre sur Rennes (la séparation se faisant à Redon) et ensuite le bon wagon car les emplacements vélo sont limités (en théorie !). Nous trouvons le wagon vélo et son rack de 3 places mais il sera plein avec les vélos devant moi. Ceux-ci devant être débarrassés de leur bagages avant d'être accrochés, cela prend pas mal de temps. Voyant le monde qui attend derrière, je rentre directement mon vélo chargé, trouve un emplacement à côté des WC et saisis le vélo de Chantal également chargé que je range contre les 3 vélos enfin suspendus au rack. Et derrière moi, les vélos s'entassent contre la porte à l'opposé du quai. Vélos qu'il faudra souvent déplacer aux arrêts afin de laisser descendre ou monter les passagers, car l'accès au train ne se fait pas toujours du même côté. Mais cela se passe dans un climat bon enfant et les employés de la SNCF sont coopératifs. Finalement, l'on peut mettre plus de vélos que prévu !

Pendant notre trajet en train nous passons à Lorient, situé à une vingtaine de km de notre domicile, mais nous devons continuer jusqu'à Nantes ou nous arrivons à 14h43.

Nous sortons de la gare par la sortie Sud et rejoignons en quelques minutes le parking de la cité internationale des congrès ou nous récupérons notre véhicule et chargeons les vélos. Clap de fin !

Pas tout à fait, car sur la route du retour nous nous arrêterons à La roche Bernard, petit bourg de caractère sur La Vilaine et à Vannes ou nous dînerons dans la vieille ville avant de rejoindre enfin notre domicile.

Restaurant "Le Tandem" 

De retour à la maison, je suis tombé par hasard sur un article dans la presse locale qui parlait d'une péniche, dénommée "Patricia" (26,50 m de long, 4.50 m de large) qui s'était jointe à "La Route de l'Ardoise", événement fluvial qui a pour but de favoriser le retour de la navigation sur l'Aulne et à terme sur l'intégralité du canal de Nantes à Brest, en partant du principe de "Qui peut le plus, peut le moins" et démontrer aux petites embarcations que la ballade est possible. En cliquant sur les pavés dans le bas de cette page, vous aurez accès à des articles traitant du même sujet.

Et je me suis demandé si par hasard je n'avais pas pris une photo de "Patricia" pendant notre randonnée....et bien si !

Un site également intéressant (parmi tant d'autres) sur le canal de Nantes à Brest.



Finalement, il y aurait de l'espoir !