Carnet de voyage

L'étonnante Chiang Rai

Par
3 étapes
1 commentaire
1
Par jo_ana
Seconde étape dans le Nord, et dernière en Thaïlande, nous prenons la route pour Chiang Rai.
Du 12 au 15 décembre 2019
4 jours
Partager ce carnet de voyage
J50

Toujours à la gare routière de Chiang Mai, après plus de deux heures d'attente nous montons enfin dans notre bus, direction Chiang Rai.

Le trajet est affreux. La peur de ma vie ! Déjà, le chauffeur conduit comme un fou. Mais en plus, sur une bonne partie de la route, il n'y a plus de route justement. Celle-ci est en travaux, on roule donc sur de la terre battue. Ça tourne, on prend les virages à une vitesse folle, je me dis qu'on va se coucher sur la voie, ce n'est pas possible autrement. Le pompon sera lorsque nous croiseront un engin de chantier en flamme, mais quand je dis en flamme, c'est en flamme, style deux mètres de haut !! Ça ne les gênent pas plus que ça, pourquoi arrêter la circulation pour si peu. L'engin est probablement remplit d'essence, une véritable bombe à retardement.

C'est après 3h30 de route épique, que nous arrivons à Chiang Rai en début de soirée. Quelques centaines de mètres à parcourir et nous voici à notre hôtel. Quel voyage encore une fois !

Tout comme à Chiang Mai, ici il ne fait vraiment pas chaud le soir. Et nous ne sommes pas super équipés pour ça, on se couvre donc avec les uniques vêtements longs que nous avons et direction le Night Market de Chiang Rai, le seul endroit un peu animé de la ville en soirée.

Beaucoup de stands de marché où vous pouvez acheter tout et n'importe quoi, et un immense "food court" où sont proposés Pad Thaï, Fried Rice mais surtout des fondues chinoises. La proximité avec la Chine est à son paroxysme ici !! L'endroit est d'ailleurs plutôt très sale... Ils ne savent pas manger et les tables se transforment en montagnes de déchets, hallucinant !!

Pour nous se sera Noodle Soup et Pad Thaï avant de retrouver notre lit pour une bonne nuit de sommeil.

J51

Avant de démarrer nos visites à Chiang Rai et aux alentours, nous avons lu de tout et de rien sur cette ville. Les avis sont très partagés. Pour certains, la ville n’a aucun intérêt hormis celui d’être proche de la frontière avec le Laos, elle n'est donc qu'un point de passage, pour d’autres, elle est incontournable lors d'un séjour dans le Nord de la Thaïlande.

Le mieux est de se faire un avis par soi-même, nous avons donc deux jours complets devant nous pour découvrir ce qu’elle a à offrir. Location de scooter faite, nous partons pour notre première visite, le Temple Blanc, l’incontournable de Chiang Rai

Wat Rong Khun - Temple Blanc

C’est le top 1 des visites, LE lieu à voir à Chiang Rai. Il ne s’agit pas d’un ancien temple qui a traversé les siècles, mais de l'oeuvre d’un artiste thaïlandais, Chalermchai Kositpipat, originaire de Chiang Rai. Sa construction a démarré en 1996 sur le site d'un ancien temple tombait en ruines. Et il ne devrait être achevé qu'en ... 2070 !! Une petite fortune a déjà été dépensée par l'artiste pour la réalisation de ce temple, ~1 millions d'Euros.

De loin, il ressemble à un temple traditionnel, entièrement revêtu de blanc, symbolisant la pureté du Bouddhisme, mais en s’approchant, on remarque que l’artiste est parti loin dans la réflexion😛

Ça commence par quelques têtes coupées de stars hollywoodiennes accrochées dans un arbre qui donnent tout de suite l’ambiance.

Le site regroupe plusieurs bâtiments, dont le principal est l'Ubosot. On y accède par un pont passant au dessus d'une mer de mains tendues et de têtes de morts. Symbole de l'enfer et de la souffrance. Oui je sais, ce n'est pas très gai 😉

L'Ubosot 

L’intérieur est plus traditionnel, avec une immense statue de Bouddha. C’est en y prêtant plus attention qu’on remarque les détails qui dénotent. Les peintures murales mêlent dessins religieux et fiction en tous genres. On retrouve notamment Néo de Matrix, Star Wars, Hello Kyttie, le World Trade Center en feu et pas mal d’armes également, qui laissent entrevoir un monde chaotique.

Pas simple de faire des photos, le lieu est envahit de monde ! Mais après avoir fait deux fois le tour, on arrivera à tirer quelques photos sympas des extérieurs. En revanche pas de photo de l’intérieur, c’est interdit. On n’oublie pas de vous le rappeler toutes les trente secondes, des employés sont postés à l’entrée pour vous rappeler à l’ordre et vous pressez lorsque vous osez boucher la file pour faire une photo, ou simplement prendre le temps d’observer le lieu. C’est assez dérangeant d’ailleurs, on a du mal à profiter de la visite.

Le reste du site se compose de quelques bâtiments, toujours blancs hormis celui des toilettes, d'un musée où sont exposées des oeuvres de l'artiste, d'une cascade et de sculptures.

On repart à bord de notre scooter, pour un passage éclair au Golden Temple. Bon je pensais que c’était autre chose, en fait c’est un « simple » temple comme il y en a des milliers, qui n’est même pas ouvert d’ailleurs. Erreur d’aiguillage, on repart pour le Singha Park.

Golden Temple 

Singha Park

Alors oui, c’est bien la célèbre marque de bière thaïlandaise qui donne son nom à ce parc, tout simplement car il appartient à la compagnie. C’est l’endroit que je voulais absolument voir juste pour faire la photo avec la statut géante du logo de la marque ! De grands enfants. Pour l'occas', je porte même mon tee-shirt Singha Beer 😛

Photos en poche, on fait un rapide tour du parc, non pas à pied (c’est trop fatiguant de marcher, ils ne sont pas branchés marche en Asie) mais en scooter car une route serpente au milieu du parc. Pas trop naturel tout ça, ça laisse un peu perplexe.

On repart, en direction de l’Est cette fois-ci, pour le Nong Luang, lac perdu au milieu de la campagne. On se dit que c’est l’occasion de découvrir l’arrière pays qui est réputé pour être joli autour de Chiang Rai.

Sur le chemin, on s’arrête dans un village dans l’espoir de manger un bout. Au final, pas grand chose à notre disposition, on est loin des sentiers touristiques… On trouve un petit restaurant plutôt moderne qui contraste avec le côté très rural du village. Banco, on tente notre chance. On rentre dans l’établissement et nous sommes accueillis par quelques rires des clients. Hum… Que se passe-t-il ? En fait, à peine nous demandons le menu que nous comprenons, personne ne parle anglais et le menu est uniquement en thaï. On n’est pas sorti ! Etant donné qu’il ne semble pas y avoir grand chose d’autre pour manger aux alentours, on persiste. Une cliente, qui est en fait la sœur du propriétaire, nous apporte gentiment son aide, nous voyant en difficulté avec son frère justement, qui ne peut aligner un mot d’anglais. Elle essaie de nous expliquer ce qu’elle a mangé. Poulet frit, salade de fruit de mer, crevettes. Ok, on va faire simple, on commande pareil étant donné que le reste de la carte est un mystère. Et bien dommage pour nous, mais on a dû tomber sur une cliente qui a des goûts plutôt spéciaux en matière de cuisine… Le poulet est en fait du cartilage frit. Et le reste ne sera pas fantastique non plus, entre les crevettes que je n’aime pas en règle générale, et la salade de sea food qui est composée de vermicelle et fruits de mer. En plus, ce repas franchement pas top et du coup très léger pour ma part nous coûtera une petite bagatelle, l’endroit étant plutôt chic.

Après ce repas qui ne restera pas dans les annales, on repart, toujours en direction du lac qui n’est plus qu’à quelques kilomètres. Quelques stops sur la route pour faire des photos du paysage qui est vraiment pas mal ! Rizières, champs, montagnes en arrière plan, on est au milieu de la campagne !

Dans la campagne thaï 

Arrivés au lac, de jeunes locaux sont en train de pêcher. On est quasi seul, loin des sentiers battus et de l’agitation que nous avons vécue le matin au temple blanc ! Et ça n’est pas plus mal. Le lac est immense, nous apercevons au loin un grand Bouddha. On profite du calme.

Nong Luang 

On arrive à la fin d’après-midi, nous repartons vers Chiang Rai, et décidons de faire un stop au temple Wat Phra Kaew.

Wat Phra Kaew

Situé dans la ville de Chiang Rai, ce temple serait le lieu où le Bouddha d'Emeraude, statue la plus vénérée de Thaïlande aurait été trouvé, lorsque la foudre à frappé le Chedi en 1434 et le brisa laissant découvrir la statue. Celle-ci est aujourd'hui à Bangkok. Une réplique, plus petite a été installée dans le temple de Chiang Rai. Les peintures aux murs racontent l'histoire de cette statue, qui a pas mal voyagé entre la Thaïlande, le Laos... avant d'arriver à Bangkok. Un musée a également été aménagé à côté du temple, regroupant des objets et statues. Un bel endroit plein de charme.

Wat Phra Kaew 

On finit notre tour de scooter par un passage par la Clock Tower, qui brille de mille feux en cette fin de journée et direction l’institut de massage 😛 Oui je sais encore, mais je ne peux pas résister au foot massage en Thaïlande, ça fait trop de bien ! Ça nous passera donc une heure, avant d’aller prendre un petit cocktail en rooftop et savourer une délicieuse pizza dans un restaurant tenu par un Italien, de renommé national en Thaïlande. Une tuerie !!!! Avec tout ça, on peut rentrer dormir.

J52

Nouveau réveil à Chiang Rai, on ne perd pas de temps, une grosse journée nous attend, avec encore une fois pas mal de route à faire. Après le petit déjeuner nous partons direction la Maison Noire. Oui vous verrez, ils sont assez branchés couleur dans le coin… Après le Temple Blanc, la Maison Noire et à suivre le Temple Bleu 😉

Baandam Museum - La Maison Noire

Située à une dizaine de kilomètres au Nord, la Maison Noire est également un incontournable de Chiang Rai, après le Temple Blanc. Grâce à Maps.me, un chemin semble donner accès au site sans s’acquitter d’un énième ticket d’entrée. On tente le coup. On empreinte un petit chemin arboré, et aucun souci, nous voici ni une ni deux dans l’enceinte du « musée ». C’est donc content de nous que nous nous lançons dans la visite.

Encore une fois, ça détonne pas mal. Les artistes thaïs sont plutôt branchés arts conceptuels. La Maison Noire est l’œuvre de Thawan Duchanee, premier peintre thaïlandais de renommé mondiale. Il aura mis prés de cinquante années à créer ce lieu regroupant non mais pas une, mais quarante maisons. Peaux de bêtes, cornes de bœufs, représentations phalliques, c’est très très spécial, par moment ça met mal à l’aise, voir ça fait peur mais nous apprécions énormément ce lieu. C’est un endroit déroutant, qu’on ne voit pas partout (heureusement ?!), qui ne laisse pas indifférent… En bien ou en mal, pour nous ce sera en bien ! Nous avons vraiment aimer déambuler dans les différentes maisons en imaginant le créateur vivre ici. Un endroit qu’il serait dommage de louper en venant à Chiang Rai.

Arrêt suivant, non loin de la Maison Noire, nouvelle couleur avec le Wat Rong Suea Ten, dit le Temple Bleu

Wat Rong Suea Ten

De plus en plus fréquenté, sa construction a débuté en 2005, tout comme le Temple Blanc, sur les ruines d'un ancien temple. Il a été achevé tout récemment, en 2016. Comme son nom laisse entendre, il est d’un bleu électrique absolument magnifique !

A l’intérieur, c’est un immense Bouddha qui domine la salle de prière. Les sculptures sont splendides, à l’arrière du temple s’érige un immense Bouddha blanc qui contraste avec le bleu du temple. Très beau !! Même si le côté ancien manque un peu.

Et comme on n’en a toujours pas assez de Bouddha, après une petite pause déjeuner bien méritée, nous partons en direction la montagne pour le temple Wat Huai Pla Kang

Wat Huai Pla Kang

Perdue au milieu de nul part, surgit d'un coup l'immense statut de la Déesse de la Compassion. Elle est impressionnante et d'un blanc immaculé, juste magnifique. Le site regroupe également une Pagode à 9 niveaux ainsi qu'un hall blanc somptueux. L'accès à la statut peut se faire à pied par un grand escalier orné de statuts de dragon, ou bien en minibus, pour les plus feignants (#chinois). Il est également possible de monter dans la tête de la statut moyennant quelques bahts. Là-haut, vous pouvez admirer la vue sur toute la vallée et les nombreuses sculptures qui ornent les murs.

Déesse de la Compassion 
Dans le front de la Déesse 
Le hall blanc 
Pagode à 9 étages 

Dernière destination pour cette journée, et pour notre séjour à Chiang Rai, la source chaude Pha Soet Hot Springs. La région possèdent de nombreuses sources chaudes, peu sont aménagées. Celles de Pha Soet proposent une piscine. Situées à une vingtaine de kilomètres de Chiang Rai, nous longeons la rivière qui nous conduit vers le site. Sur la route, le paysage est magnifique ! Le Nord de la Thaïlande est vraiment une région qui se découvre à scooter au gré des routes et chemins pour en admirer toute la beauté.

Pha Soet Hot Springs

Maps.me me dit que nous sommes arrivés, nous ne voyons pas grand chose à l'horizon qui ressemblerait à un "centre thermal". Hormis une odeur d'oeuf pourri, résultant des eaux sulfureuses. On ne doit donc pas être loin. On trouve finalement l'entrée qui ne paye pas de mine, on est loin des installations luxueuses qu'on peut voir en Europe pour ce genre d'endroit. Ici, un réservoir d'où arrive l'eau de source, à 90°, mieux vaut ne pas y mettre la main. Et une piscine installée à côté pour se prélasser dans une eau à 37°. Des petits paniers en bambou sont également en vente avec des oeufs pour les cuire dans une eau à 73°, plutôt marrant 😉

Bien sûr, nous n'avons pas fait toute cette route pour juste regarder la piscine 😀 On règle les droits d'entrée, ~1€, et on ne se laisse pas prier pour rentrer dans cette eau super chaude !! Un pure moment de bonheur, d'autant que la température extérieure commence à baisser. On restera un bon trois quart d'heure à barbouiller dans la piscine, où nous sommes juste 5 pelés... Le moment le plus difficile, sortir de l'eau !! Du coup il ne fait pas chaud. On se dépêche de se sécher et de se rhabiller et on repart pour Chiang Rai.

On décide pour le retour de ne pas prendre la même route qu'à l'aller. Si on peut changer de décor c'est pas plus mal. On serpente donc dans la montagne. Je ne pense pas que beaucoup de touristes passent par ici. On est seul, on traverse quelques petits villages, on croisent des locaux de temps à autre. La quiétude avant le retour à l'agitation de Chiang Rai.

Retour en ville, une douche chaude s'impose et on en profite pour paqueter les sacs. Demain c'est déjà le départ. Et quel départ, Tommy rentre en France, tandis que je prendrai la direction, seule, du Myanmar (ou Birmanie pour ceux qui préfèrent).

Pour notre dernière soirée, on succombe au bar à chat dans le centre de Chiang Rai 😀 Mon petit chat me manque trop, l'occasion de passer un moment entouré de boules de poils trop choux. Je suis conquise. Par contre, il fait super froid dans le café !!!

Vous me donnez un chat, et je suis la plus heureuse 😀

On soldera notre séjour par un tour au Saturday Night Market (et non pas Fever 😉), encore une fois, immense marché de rue où l'on peut s'y perdre pendant des heures. C'est tout un quartier qui se transforme pour l'occasion. Les rues sont à thème, nourritures, souvenirs, vêtements, il y en a pour tout le monde. On en profitera pour enfin goûter le green curry, plat traditionnel et réputé que nous n'avons même pas testé. Et pour une première, c'est une réussite. Très très bon. Moi qui ne suis pas branchée nourriture asiat', je dois dire que le green curry c'est quand même pas mal. Au final, la Thaïlande propose quand même une importante variété en matière de nourriture avec des goûts assez diversifiés, contrairement à ses pays voisins.

C'est là-dessus que nous soldons notre journée, notre séjour dans le Nord et tout simplement mon voyage en Thaïlande. Demain, un long périple attend chacun de nous...

Saturday Night Market  

Bilan, pour une ville souvent peu appréciée, nous avons beaucoup aimé notre petit séjour à Chiang Rai. Certes, la ville n'offre pas le charme de Chiang Mai, mais elle présente tout de même des intérêts. Nous avons beaucoup aimé la Maison Noire, se balader dans la campagne, l'ambiance des marchés le soir. Quelques jours de plus n'auraient pas été de trop... Surtout que la ville est le point de départ pour partir plus loin dans la montagne, dans de petits villages vivant des plantations de thé (qui remplacent l'opium, aujourd'hui interdit), où vous pouvez passer la nuit.