Carnet de voyage

Road-Trip au Danemark

24 étapes
17 commentaires
Après avoir traversé rapidement trois fois le Danemark pour aller en Norvège et en Suède, nous décidons d'aller explorer ce pays, recommandé par un camping-cariste. Quel bonheur ! Pays magnifique...
Août 2020
24 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Vester Vedsted

Arrivée au Danemark

12 août 2020

Après une semaine de balades en Allemagne, nous nous présentons à la frontière du Danemark, sans trop y croire. En effet, nous avons lu qu'il fallait avoir 6 nuits réservées pour entrer, en cette période de virus. Les douaniers vérifient nos papiers, nous interrogent sur nos intentions de voyage, puis lâchent : Ah, road trip, it's OK! C'est bien heureux que nous nous rendons face à l'île de Mondo pour dormir, en compagnie de 10 autres véhicules. Après avoir assisté à un magnifique coucher de soleil, nous dormons paisiblement, c'est la première nuit depuis le départ où il ne fait pas trop chaud !

13 août

Nous nous sommes renseignés sur les heures des marées. Nous devons aller à Mondo entre 11h00 et 15h00. Un chemin caillouteux de 6 km sorti des eaux nous conduit sur l'île. Histoire de pimenter un peu la traversée, Zezkinette nous signale qu'il faudrait revoir la pression des pneus...

Petit coin touristique, moulin, petite exposition historique, balades à cheval... Joli coin tranquille.

Traditionnel poteau de la femme qui guette le retour de son mari marin !

Des touristes en groupes laissent l'autocar au parking et font la traversée dans un camion tiré par un tracteur. Ça doit être fun!

Église traditionnelle typique du Danemark, souvent blanches, ou en briques nues.

Nous allons pique-niquer devant un collège. C'est la rentrée des classes, les jeunes ont droit à l'entraînement "alerte-incendie" et viennent tous se ranger dehors. Ça nous rappelle des souvenirs !

Après avoir refait la pression de nos pneus, nous prenons le pont qui mène à l'île de Romo. Nous sommes éblouis devant cette immense plage, de 10 km de long pour 1 km de large. On s'approche de l'eau, mais notre Zezkinette est froussarde, elle a peur de s'ensabler ! Il faut dire qu'une petite copine imprudente est en train d'essayer de se dégager d'un trou de sable devant nous... De nombreux véhicules s'alignent au bord de l'eau.

On tente un pied, deux pieds, l'eau est étonnamment très bonne, on prend notre premier bain au Danemark, on est surpris... et heureux !

Nous explorons divers points de cette immense plage. Pas de phoques à l'horizon. Nous allons dormir sur le parking de Ribe, autorisé aux campings cars. C'est là que nous avions fait étape en juin 2018, sur la route du Cap Nord, et que nous avions rencontré ce camping cariste enchanté par un mois au Danemark.

2

Je vous poste les photos de notre soirée à Ribe en juin 2018. Cette année nous y avons juste fait le ravitaillement !

Église de Ribe

Promenade dans cette jolie petite ville

Un guide veilleur de nuit nous a accompagnés gratuitement pour un petit tour de ville très intéressant, en danois et en anglais.

La rivière est souvent sortie de son lit, des marques sur ce poteau en témoignent.

Nous avions fini la soirée par une glace danoise. Nous avons pu constater cette année que ces glaces sont vendues dans tout le Danemark et partout au même prix, parfum vanille avec enrobage chocolat poudre, paillettes ou liquide (qui durcit) au choix ! Pas de glace à l'italienne, par contre si on veut d'autres parfums on en trouve vendus par boules.

3

14 août : Pique-nique à l'ombre à la belle église de Janderup, malheureusement fermée. Comme dans toute la Scandinavie les cimetières sont composés de petits jardinets avec des pierres verticales, il n'y a pas de grandes pierres tombales.

Arrêt à des points de vue, dont le Mont Bleu.

Après avoir longé la langue de terre Holmsland Klit, nous arrivons à la plage de Hvide Sande. À notre grande surprise, les éoliennes sont sur la plage, plantées dans le sable ! Ce coin est très exposé aux vents et l'eau est froide. On se contente de se tremper les pieds.

La langue de terre est très étroite à cet endroit, en montant sur la colline aux blockhaus on peut voir la mer des deux côtés, et le port au milieu.

Nous allons dormir dans la banlieue de Ringkobing, un espace engazonné proposé gratuitement aux campings cars pour la nuit. Sympa. Nous étions avec un jeune couple d'allemands.

4

15 août

Nous suivons la route côtière. Arrêt à Ramme Dige, site archéologique. Jipy grimpe sur un ancien rempart pour mieux voir les tumulus (anciens tombeaux).

Nous longeons les dunes de sable qui nous empêchent de voir la mer.

Champ d'éoliennes dans la mer. On repère cet endroit pour le repas, au retour.

Arrivée à Thyboron. Restaurant en construction avec des bateaux !

Monument en hommage aux morts des combats navals de la bataille du Jutland, 1916.

La plage est protégée du vent avec des petits enclos, on aurait bien envie de se joindre aux baigneurs, mais on a décidé d'aller plus loin aujourd'hui.

Pour continuer il faudrait prendre un bac. Nous faisons demi-tour et contournerons les fjords. Arrêt pique-nique aux éoliennes.

Route vers l'est. Arrêt à Lemving. Visite de la belle église et du port.

Nous passons le pont de Nissum Bredming. La route longe et traverse les fjords. Le paysage est désertique.

Hanstholm, au bord de la mer, est très venteux. Des centaines de blockhaus parsèment la campagne.

Un petit coin surplombe le parc national Thy, mais ce n'est pas vraiment plat pour y dormir. Nous reprenons la route.

Finalement nous bivouaquons à Lund Fjord, au pied d'un observatoire d'oiseaux. On y voit surtout des canards qui nous présentent leurs croupions en plongeant !

5

16 août

Aalborg, visite rapide de la ville

Château de Aalborg

Hôtel de ville

Église de Notre-Dame à Aalborg. Nous y sommes entrés par hasard, on précise qu'il y a des toilettes dans presque toutes les églises en Scandinavie...

Nous avons juste le temps de manger rapidement avant de faire la dernière visite guidée de la journée du château de Voergaard, l'un des plus beaux édifices Renaissance du Danemark, inauguré en 1580. Que de surprises au détour des salles : des toiles de Raphaël, de Greco et de Goya, de la porcelaine française, des meubles Louis XVI, un pare-feu brodé par Madame de Maintenon, un service à café utilisé par Marie-Antoinette au Temple, un autre ayant appartenu à Napoléon…

Une telle collection de richesses venues de France s’explique aisément : la femme du propriétaire du château, le comte Oberbech-Clausen, n’était autre que la fille du chirurgien français Jules Péan. Un beau parti, puisqu’elle était la veuve du comte Chenu-Lafitte. A la mort de sa femme, le comte Oberbech-Clausen quitta ses vignobles du Bordelais et transporta les collections de mobilier et d’œuvres d’art à Voergård. Il créa une fondation et demanda que le château soit ouvert au public après sa mort, qui survint en 1963. Résultat, un bijou de raffinement français perdu dans la campagne du Jutland ! (Merci au Petit Futé)

Les photos sont interdites. 110 DKK la visite guidée.

En fin de journée, nous atteignons les dunes de sable de Rabjerg Mile. Nous sommes dimanche, on a bien fait d'arriver tard, le lieu est sûrement très prisé ! Magnifiques dunes de sable... Un moment inoubliable...

Nous allons dormir près de la ville de Skagen, sur un petit parking avec toilettes au bord de la mer, au pied d'une grande dune.

Évidemment Jipy l'infatigable escalade la dune pour assister au coucher du soleil.

Nous dormirons deux nuits à ce bivouac magique !

6

17 août

Nous laissons notre maisonnette roulante sur un parking gratuit de Skagen. Nous avons décidé de faire ce trajet à pieds (5 km aller) afin de mieux nous imprégner du paysage.

Nous sommes amusés par cette tondeuse électrique qui se débrouille toute seule ! On en verra à plusieurs reprises au Danemark.

Nous admirons les jolies maisons couleur "jaune de Skagen". En fait, on verra souvent des maisons et même des églises de cette couleur là dans le pays.


Magasin d'art

Une fois sortis de la ville, nous choisissons de monter à la pointe par la plage. Même si c'est difficile de marcher dans le sable, la balade est intéressante. C'est le mur de l'Atlantique. La mer ayant monté de 40 m depuis la guerre, les blockhaus se retrouvent quasiment dans l'eau.

Quelques familles se baignent, il fait un temps magnifique, et ce jeune goéland a besoin de s'hydrater.

Le phare de Skagen est un centre d'exposition sur les oiseaux migrateurs. On peut aussi monter au sommet. Nous nous contentons de profiter des tables en bois pour pique-niquer.

Puis on arrive au grand parking. Tout le monde devra continuer à pieds, à moins d'emprunter le bus-tracteur.

Au passage on passe devant la tombe d'un poète danois.

Le bus-tracteur, pour les pressés ou les invalides.

Voilà, nous y sommes, la pointe la plus au nord du Danemark ! La rencontre entre la mer du Nord et la mer Baltique.

On fait comme tous les badauds... Photo classique, un pied dans chaque mer ! Mais il y a du monde, ça bousculerait presque ! Heureusement les gens sont en général disciplinés, ils font la queue pour faire leur photo. Depuis notre entrée au Danemark, les masques protecteurs sont restés au fond des sacs... On ne verra des gens masqués qu'aux arrêts de bus, ce qui est rare puisque les gens utilisent surtout les bicyclettes.

On ne s'est pas encore habitués à l'idée qu'on pouvait se baigner au Danemark ! Les maillots de bain ne nous ont pas suivis. Tant pis, à priori on n'est pas les seuls, on se baigne en sous-vêtements, l'eau est trop délicieuse pour ne pas en profiter ! (On n'a vu qu'un seul monsieur se baigner nu).

En se baignant on voit apparaître des petites têtes... Les phoques tant attendus ! Voyant les remous que fait maintenant la rencontre des deux mers, on suppose que ces petits coquins guettaient la marée montante, afin de venir se rouler dans les vagues ! Ils ont l'air d'apprécier aussi d'être les vedettes et de se faire photographier ! On ne regrette pas d'avoir pris notre temps (il est 16h00).

Chemin du retour...

Après avoir dégusté une bonne glace au parking, nous rentrons par la route (encore un joli panneau pour notre collection "attention aux animaux").

À l'entrée de la ville, Jipy part seul récupérer Zezkinette en passant devant une ancienne pompe à eau.

Nous retournons dormir sur notre jolie plage.

7

18 août

Matinée repos : rangement des photos, lessive et baignade ! Peu de monde, l'eau est particulièrement délicieuse. Un monsieur m'explique qu'il revient d'Espagne et que l'eau n'y était pas plus chaude. Mais il me dit aussi que le temps va se dégrader dans les prochains jours...

Un petit tour à l'église ensablée Tilsandede. Impressionnant !

On peut monter au sommet de l'église, par un petit escalier en bois.

Nous quittons la pointe et longeons la côte vers le sud. Nous passons devant Frederikshavn d'où de gros ferries partent vers la Suède et l'île de Laeso.

Nous arrivons à Saeby, on se gare devant la très belle église Sainte Marie.

Les fresques nous impressionnent. Plusieurs scènes décrivent Joachim et Anne en attente d'enfant.

L'âme d'un mourant est emporté par le diable.

À chaque angle, le même personnage nous intrigue. Nous ne sommes pas d'accord, l'un pense qu'il avale une tige, l'autre qu'il l'expulse. Une recherche internet va vite nous éclairer !

https://www.narthex.fr/blogs/chroniques-scandinaves/les-fresques-de-l2019eglise-de-saeby-danemark-15eme-16eme-siecles

Après avoir dégusté la traditionnelle glace danoise (soft ice cream), nous prenons "la promenade du canal" (Fiskerstien).

Encore des tondeuses autonomes, et nous sommes très amusés par le "passage tondeuse" tracé au sol. Priorité aux tondeuses !

Retour à l'église en traversant le village et ses jolies maisons colorées.

Nous irons dormir sur le parking de la plage de Flakvej, au sud de Saeby.

8

19 août

Le rêve : Se baigner après un bon petit déjeuner !

Nous avons passé la nuit sur ce petit parking au sud de Saeby, en compagnie d'un camping car allemand. Le matin on va se baigner chacun son tour, on a l'immensité pour nous seuls !

Aujourd'hui, immersion dans la culture Viking.

75 DKK les trois sites.

Après avoir déjeuné et fait notre ravitaillement de mûres, nous entrons dans la forteresse Vikingeborgen. Avec un peu d'imagination, on se représente les maisons à l'intérieur de cette grande cuvette ronde. Au musée une maquette nous aidera à mieux comprendre la disposition des lieux.

À 1km de là, le village reconstitué : Vikingecenter Fyrkat. Toujours trois pièces : l'étable, la pièce à vivre, puis l'atelier.

Habituellement des personnes costumées font de l'animation et des démonstrations. Covid oblige, c'est un peu tristounet... Nous sommes peu de visiteurs, et les 3 personnes costumées ne sont pas très motivées ! Il faut dire que nous sommes en semaine et que les enfants vont à l'école.

C'est un musée interactif, il y a un qui en profite ! Du moment que le gel hydroalcoolique coule à flots...

Nous finissons par le musée d'Hobro. Pas seulement consacré aux vikings, il retrace l'histoire de la ville à travers les siècles.

9

20 août

Cette nuit nous avons dormi dans la forêt au sud d'Aarhus, en compagnie de deux jeunes allemands. Contre nous, un immense parc animalier (daims, sangliers) fermé la nuit. Jipy en fait le tour au petit matin. Puis on s'aperçoit qu'on peut y entrer pour voir de très près les "petites" bêtes. Malheureusement ce matin il pleut, on n'ira pas s'y promener.

Visite d'Aarhus : Un tunnel pour piste cyclable. Au Danemark les cyclistes sont rois, ils sont nombreux, ils roulent vite et on ne les entend pas. On a eu plusieurs fois des frayeurs !

Aarhus a sa petite sirène, moderne. Je préfère celle de Copenhague !

Le théâtre, à la façade très décorée.

La cathédrale d'Aarhus, 96m, la plus haute du Danemark et la 2ème plus haute en Europe du Nord. C'est aussi celle qui a le plus de fresques, le plus grand orgue, et son triptyque est le plus grand trésor médiéval du pays.

Aujourd'hui on déjeune d'une pita, en se dirigeant vers la vieille ville. C'est un complexe touristique. Des maisons typiques y sont reconstituées. Pour 150 DKK vous pouvez y passer la journée et visiter les intérieurs. Ça peut être intéressant pour montrer aux enfants comment "c'était avant"!

Nous nous contentons d'en faire le tour, en traversant un joli jardin. On peut aussi visiter un grand jardin botanique.

Nous sommes toujours intéressés par ces charrettes accrochées à l'avant du vélo. On en voit énormément au Danemark. Elles servent pour le transport des enfants (avec ceinture de sécurité et casque), mais aussi pour les courses, les chiens et même les adultes.

Immeubles décorés de faïence.

En route pour Jelling :

Les pierres de Jelling sont deux pierres runiques érigées vers la fin du Xème siècle, deux monuments commémoratifs. La petite et la grosse pierre furent respectivement érigées par le roi Gorm III et Harald à la dent bleue, son fils. Servant principalement à honorer les défunts des pierres runiques furent érigées partout sur le territoire scandinave. La petite pierre de Jelling honora Thyra, la femme du roi Gorm alors que la grosse pierre, érigée beaucoup plus tard, souligna la vie des parents d’Harald à la dent bleue, sa conquête du Danemark et de la Norvège ainsi que la conversion des Danois au christianisme. Ces monuments à caractère commémoratif se placent dans une période de changements sociaux et culturels avec l’arrivée de la foi chrétienne et la conversion à cette nouvelle religion. Les pierres de Jelling consistent en des sources importantes dans l’étude de la Scandinavie médiévale par leur style artistique, l’écriture utilisée, leur contenu, le contexte dans lesquels elles furent érigées ainsi que leurs commanditaires respectifs. (Wikipedia)

Les pierres ont été mises récemment sous verre pour les protéger de l'érosion.

L'église, au centre du monument. Tout le site (300 m de long) est bien sûr protégé par l'Unesco.

Des piliers symbolisent les fortifications. Un grand navire de pierre a été mis au jour lors de fouilles, son contour est maintenant symbolisé par des plaques de ciment.

Deux tumulus encadrent l'église. Celui du nord repose sur une chambre funéraire.

Nous allons dormir au bord de la mer, au sud de Velje, après avoir traversé une forêt dense : Holtser Hage.

Nous assistons à un magnifique coucher de soleil. À notre grande surprise, deux voitures viennent aussi dans ce coin perdu assister au coucher de soleil, ainsi que les bateaux ! Ça doit être réputé. Nous serons seuls pour la nuit.

10

21 août

Ciel couvert ce matin. Pas de bateaux aux alentours.

Ce petit site a des toilettes portatives et une petite aire de camping gratuite pour les randonneurs. On peut dormir et déjeuner à l'abri dans ces tentes en bois. On en verra à plusieurs reprises.

Nous déjeunons au pied du pont qui mène à l'île de Fionie.

Lorsque nous atteignons Odense, le soleil et le ciel bleu sont de retour !

À la cathédrale St Knud nous trouvons porte close. Les églises ferment en général à 16h00, parfois 17h00.

Sur la place de l'hôtel de ville trône une étrange statue que l'on a affublée d'un maillot de bain féminin ! On ne saura pas pourquoi...

Hans Christian Andersen est né à Odense en 1805. Qui n'a pas été bercé par ses contes de fées ?

Une partie du quartier Andersen est en reconstruction. On peut acheter un billet global pour visiter la maison natale et le musée Andersen, des activités sont, paraît-il, proposées aux enfants (pâtisserie, menuiserie...) mais tout est fermé, il est plus de 17h00. Ça fonctionne de toute façon sûrement au ralenti en cette période de Covid. Il paraît que l'ambiance y est fantastique à Noël.

Nous quittons l'île de Fionie pour rejoindre la grande île de Sjaelland.

Pour traverser le détroit, il faut emprunter la liaison du Grand Belt (payant), ouvrage d'art de 18 km construit à partir de 1990, composé d'un pont mixte rail-route entre l'île de Fionie et l'îlot de Sprogo, et d'un pont suspendu (et tunnel pour le train) entre Sprogo et Sjaelland. C'est très impressionnant !

Nous nous installons pour la nuit à la plage de Kobaek, avec vue sur le pont.

Le temps est très venteux ce soir.

11

Kobaek : Du vent et des vagues, mais l'eau est bonne, on en profite ! Matinée détente !

Hôtel de ville de Roskilde

Aujourd'hui, cap sur un des monuments historiques les plus importants du Danemark, la cathédrale de Roskilde, au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1995 :  

Nécropole royale depuis des siècles, elle est étroitement liée à l'histoire du pays et contient 800 ans d'architecture ecclésiastique. Elle fut bâtie entre le XIIe siècle et le XIIIe siècle en style gothique de brique. Vingt-et-un rois et dix-neuf reines de Danemark sont inhumés dans la cathédrale et ses chapelles, et leurs tombeaux, l'art et les fresques de la cathédrale évoquent mille ans d'histoire des rois, de la cathédrale et du Danemark. (Wikipedia)

Loge royale du roi Christian IV

Les stalles magnifiquement sculptées

Retable réalisé à Anvers à partir de 1560

Monument du duc Christoffer (1341-1363)

Tombeau de Marguerite 1er du Danemark, dans le chœur des chanoines

Petit pont couvert, accès aux bâtiments épiscopaux

La chapelle de Christian IV, 1620

Ce monument funéraire, pour l'instant protégé, accueillera la reine actuelle, Marguerite II. Son mari, le prince consort, récemment décédé, n'avait pas désiré reposer ici. Une maquette nous dévoile à quoi ressemblera le tombeau de la reine.

La chapelle de Ste Brigitte de Vadstena

La chapelle Glücksborg, chapelle de Christian IX (décédé en 1906).

Le sculpteur, Edvard Eriksen, célèbre pour sa petite sirène, a pris sa femme comme modèle.

Chapelle funéraire de la famille Trolle, avec un troll sur la grille !

Porte du Roi, réalisée en bronze en 2010. Elle remplace une porte en chêne sculpté (musée de Roskilde) et ne sert que lors de cérémonies.

Chapelle des rois mages construite par Christian 1er (fin XVe siècle)

Sur le Pilier des rois, qui porte les 4 voûtes, sont gravées une série de marques qui indiquent la taille de personnalités royale qui ont visité la cathédrale.

La chapelle de Frédérik V, 1825

L'horloge du XVe siècle : toutes les heures St Georges tue le dragon qui pousse un cri effrayant

Quelques photos prises lors de notre second passage à Roskilde. La porte du roi, vue de l'extérieur.

Nous dormons ce soir à Copenhague, accueillis par le clocher torsadé de Notre-Sauveur. On ne peut pas actuellement monter au sommet (covid-19).

12

23 août

Une bonne nuit en compagnie des péniches...

Nous empruntons la première passerelle piétonne.

Une place pleine de petits restaurants, Broens. Toilettes, gel hydroalcoolique, distanciation aux tables, les précautions sont prises...

Nous traversons la grande passerelle, une partie piétonne, l'autre piste cyclable. Un coin piscine est aménagé dans le canal, certains se baignent. Nous atteignons le quartier Nyhavn et ses maisons colorées.

Plein de petits restaurants bordent le quai.

Nous traversons Kongens Nythorv, la nouvelle place du roi, bordée par l'ambassade de France, le théâtre, l'hôtel d'Angleterre et les magasins du nord. Une exposition où des migrants témoignent de leur bonne intégration entoure la statue du roi Christian V.

Voilà le château de Rosenborg , que l'on veut visiter. 120 DKK

Rosenborg a été utilisé comme résidence royale danoise jusqu'en 1710 lorsque Frédéric IV construisit un château plus spacieux à Fredensborg. En 1833, Frédéric VI de Danemark décida de transformer le château. Diverses collections y sont conservées dans un musée et celles-ci sont accessibles au public depuis 1838. Y sont conservés, entre autres, les joyaux de la couronne danoise de la période comprise entre le XVIe et le XIXe siècle. Le château est aujourd’hui une propriété de L'État. (Wikipedia)

Rez-de-chaussée, les appartements de Christian IV.

La chambre de marbre de Frédérik II et la chambre royale de Christian V.

Chambre royale de Christian V

Le premier étage est fermé (covid...). Pour monter au 2ème étage, on attend devant le grand tableau "arbre généalogique" qu'un feu vert nous autorise à monter.

Le Long Hall a été achevé en 1624. Il était à l'origine destiné à être une salle de bal. Vers 1700, il servait de salle de réception royale et de banquet. Ce n'est que dans la deuxième moitié du XIXe siècle qu'elle devint connue sous le nom de « Salle des Chevaliers ».

12 tapisseries illustrant les victoires de Christian V, plafond en stuc sculpté d'événements historiques, chaise de couronnement des rois absolutistes et le trône des reines avec ses 3 lions d'argent...

On passe ensuite au sous-sol, exposition d'armes, la réserve de vin des rois et un drôle de jeu d'échec.

Des pièces magnifiques en corail et en ivoire.

Dans le salon vert, l'équipement équestre de Christian IV et des cadeaux royaux.

Une affichette attire notre attention sur cette bague coquine : elle aurait été offerte par Gustave III de Suède à sa femme Sophie-Madeleine suite à son infidélité (voir le scandale de 1778). Une main féminine tiendrait l'objet de son désir...

La salle du trésor royal est bien protégée dans le sous-sol. Multitude d'objets précieux qui servent encore occasionnellement à la reine (hormis les couronnes).

À l'entrée du château est aménagé un espace pique-nique, dont une partie est couverte. C'est bien pratique car quelques gouttes de pluie font leur apparition, mais ça ne durera pas ! On profitera du soleil en traversant les jardins du château.

Un arrêt à l'église de marbre.

Nommée en réalité St-Frédéric (Frederiks Kirke), elle ne fut achevée qu'à la fin du 19e s. Son énorme dôme est l'un des points de repère de la ville. (guide Michelin)

L'église orthodoxe russe Alexandre Nevsky a été édifiée en 1883 à la demande de la princesse Dagmar (1847-1928), fille du roi danois Christian IX et de son époux le tsar Alexandre III.

En passant devant l'église anglicane St Alban, nous arrivons à la fontaine de Gefion, qui représente la déesse Gefion sur une charrue tirée par ses quatre fils transformés en taureaux.

Jipy est heureux de retrouver cette fontaine gardée dans un coin de sa mémoire, depuis 1969, sans se souvenir où elle se situait !

Et enfin la statue que j'attendais depuis longtemps... Quand on s'est connus Jipy m'avait parlé de sa balade à Copenhague et de la petite sirène. Il m'aura fallu 44 ans pour la voir !

On reconnaît les traits de la femme du sculpteur, déjà vue sur les tombeaux de Roskilde.

Retour en longeant les quais. On découvre la statue de la "reine rebelle Mary Thomas", érigée en 2018 en hommage à cette femme qui avait mené une révolte ardente contre la domination coloniale danoise dans les Caraïbes. Elle se trouve face à ce qui était autrefois un entrepôt pour le sucre et le rhum des Caraïbes, près de l'endroit où elle avait été emprisonnée.

Retour "chez nous" en passant devant l'Admiral hôtel, installé dans d'anciens entrepôts.

Nous finissons la journée par un petit tour au quartier Christiania. Fondée par un groupe de squatters, de chômeurs et de hippies, l'autoproclamée « ville libre de Christiania » a fonctionné comme une communauté intentionnelle autogérée de septembre 1971 à juin 2013. (Wikipedia)

Nous allons aujourd'hui voir la partie est, où se trouvent l'hôtel de ville et la maison "banane".

Le stationnement redevenant payant le lundi matin, nous filons dormir au nord de Copenhague, nous reviendrons le week-end prochain !

13

24 août

Nous sommes venus dormir sur le grand parking près de l'entrée du terrain de golf. Le matin on récupère de notre grande vadrouille dans Copenhague : rangement des photos, ménage, lessive, cuisine... Puis on va se garer sur le petit parking devant l'entrée sud du parc.

Un escalier descend dans la mer, deux femmes se baignent.

Nous préférons nous diriger vers l'entrée du parc, un long sentier mène à l'hermitage, pavillon de chasse royal. On n'a pas bien compris s'il était encore utilisé le premier dimanche de novembre... On espère que ces cerfs sont protégés.

Au début du XIIIe siècle, Dyrehaven était une réserve de chasse royale réservée à la chasse à courre du gros gibier. Sur plus de 1 000 ha, elle offre aujourd’hui encore un bois superbe, un parc d’attraction, un golf et un hippodrome ! Depuis 2015, le parc est inscrit sur la liste de l'Unesco. Une longue balade sur ses chemins balisés permet d'observer et même d'admirer de près des hardes de cervidés et de daims. Un spectacle fabuleux pour petits et grands et totalement gratuit ! (guide petit futé)

L'hermitage (ou ermitage) a été construit en 1706, dans le style baroque, pour Christian VI afin d'accueillir les banquets royaux lors des chasses royales. Il peut se visiter sur demande. Il doit son nom au fait qu'une table garnie montait directement de la cuisine à la salle à manger grâce à une trappe dans le sol, permettant au roi de dîner en hermite, sans serviteur, s'il le désirait.

En 1669, Frédérik III a décidé que le bois de Boveskov (hêtres) devait être clôturé. Au fil du temps le parc a été agrandi, Christian V voulant chasser comme Louis XIV, avec des chiens. Cela nécessitait de l'espace. Les villageois ont reçu l'ordre de démolir leurs maisons et d'utiliser les matériaux pour reconstruire les fermes qui étaient restées vides depuis les guerres du Nord. En compensation ils ont été exonéré d'impôts pendant 3 ans.

C'est amusant de voir ces cervidés circuler parmi les golfeurs. Ils ont l'habitude de voir du monde, mais ils nous ont quand même à l'œil, au cas où on s'approcherait trop !

Quelques promeneurs à cheval, ou à vélo, ne dérangent pas ces jolies bêtes.

Nous retournons dormir sur notre grand parking. On aura encore fait un certain nombre de kilomètres !

14

25 août

Un petit tour à la plage de gravier (Skodsborg)

Route côtière vers le nord, on s'arrête à la plage de Sondre, à l'entrée de Helsingor, pour pique-niquer. Finalement nous laissons Zezkinette ici et allons à pieds au château d'Elseneur, car il n'est pas toujours facile de se garer gratuitement.

Entrée 145 DKK, visite libre

Château renaissance, situé sur un point stratégique face à la Suède, il a été inscrit en 2000 sur la liste du patrimoine mondial.

Puissance maritime, il est particulièrement connu pour être le cadre de la tragédie Hamlet de William Shakespeare.

On commence la visite par le deuxième étage, aux tapisseries somptueuses.

Un panneau explicatif afin de comprendre la disposition des latrines...

Dans le salon sont exposées sept des quatorze tapisseries représentant les rois danois. Il y en avait à l'origine 40, toutes tissées à Elseneur pour Frédéric II en 1581-1582.

Dans la grande salle de bal (62m de long), des comédiens nous jouent une petite saynète, à laquelle on ne comprend rien évidemment ! Après enquête, il pourrait s'agir de la reine Caroline Mathilde de Hanovre, reine consort de Danemark et de Norvège de 1766 à 1772. Accusée d'adultère par sa belle-mère Juliane-Marie de Brunswick elle fut emprisonnée ici et bannie.

À moins que ce ne soit un extrait d'Hamlet...

La chapelle à la magnifique décoration renaissance a été épargnée par l'incendie de 1629.

La tour des canons et les cuisines sont fermées cause Covid. On fait un petit tour vers les casemates, sans aller au bout faute de temps. Dans les souterrains trône une statue d'Ogier le danois qui, selon la légende, se dressera et lèvera une armée de jeunes gens et de vieillards pour sauver son pays si jamais celui-ci est confronté à un danger imminent.

On s'aperçoit qu'il nous reste à visiter le premier étage, où se trouvent les appartements des rois.

Avant de partir nous faisons le tour du château. Le ferry fait des allers-retours entre le Danemark et la Suède.

Une petite glace au soleil pour nous reposer de cette riche visite, puis Jipy va courageusement rechercher Zezkinette qui nous attend à 2 km.

Nous longeons la côte vers le nord pour aller dormir à la plage de Villingeboek.

15

26 août : Le matin, nous nous octroyons une petite baignade très agréable. On fait aussi une lessive, une séance carnet de voyage, le rangement des photos...quand une averse vient rafraîchir l'atmosphère !

Nous déjeunons au village de Gilleleje, face à la plage. Le soleil revient vite heureusement. Nous allons faire du ravitaillement, puis une promenade au port.

Les oiseaux se disputent les restes de poissons.

Promenade à l'ouest de Gilleleje, à la rencontre du monument de Kierkegaard.

Monument dédié à Kierkegaard, 1813-1855, écrivain, poète, théologien et philosophe danois.

Nous allons dormir sur l'immense parking de la plage de Tisvilde. Ce soir le vent est glacial. Il pleuvra toute la nuit.

Au-delà du parking se trouve une étendue boisée sauvage aux multiples sentiers, de quoi faire de belles balades !

16

27 août

Maisons traditionnelles danoises au toit de chaume et poutres sur le toit.

Un petit arrêt au sud de Frederiksvaert, pour avoir une vue sur le fjord de Roskilde, très étroit à cet endroit. Pins et sapins cohabitent.

Le château de Frederiksborg, construit pour Christian IV.

Il s'agit du plus grand palais de Scandinavie. Il symbolise la puissance de la monarchie absolue danoise. En effet, la famille royale y résidait et les rois y étaient sacrés lorsque le Danemark était une monarchie absolue s'étendant sur une partie de la Suède actuelle et jusqu'à la Norvège. Ses proportions exceptionnelles, sa splendeur font de lui le « Versailles danois ».

Chef d'œuvre de la renaissance danoise, il a été bâti sur 3 îlots du "lac du château" entre 1560 et 1630 mais reconstruit suite à l'incendie de 1859.

75 DKK, 60 pour les seniors

Depuis 1882, le château est musée d'histoire nationale. Il possède une importante collection de peintures historiques, de meubles d'époque, d'objets, d'œuvres artistiques illustrant l'histoire du Danemark des débuts de la christianisation à nos jours. Le musée dépend de la fondation Carlsberg.

Salle des Chevaliers :

La magnifique chapelle des Chevaliers, au décor d'ébène et de marqueterie, a été le lieu de couronnement de tous les rois danois de 1671 à 1840.

Depuis 1693, les statuts de l'Ordre de l'Eléphant et de l'Ordre du Dannebrog stipulent que les chevaliers doivent déposer le dessin de leurs armoiries ainsi que leurs devises afin d'être reproduits sur le recueil des armoiries des Ordres et sur un écu dans la chapelle des Chevaliers. Cette tradition est toujours d'usage. Le Danemark, la Suède et le Royaume-Uni sont les seuls pays à avoir encore de nos jours une pratique héraldique.

Pierre runique d'Harald à la dent bleue (qui a donné son nom au Bluetooth) version colorée.

Tapisseries de soie aux initiales de rois.

Le pont couvert, à la décoration rococo, avec vue sur les jardins, mène à la salle des audiences.

Salle des audiences, où le lustre est surmonté d'un cerf.

Un ascenseur (1693) permettait au roi de gagner rapidement la salle des audiences.

Tout au long de la visite, nous avons été époustouflés par les plafonds et le mobilier.

Kierkegaard

La chambre de la reine Sophie, mère du roi Christian IV, mène au Hall des Chevaliers.

Le Hall des Chevaliers est la salle d'exposition des portraits des grands monarques du Danemark, mais des expositions modernes ne nous permettent pas de l'apprécier pleinement.

Margrethe II du Danemark, (16 avril 1940), est la reine depuis 1972. Son mari, le français Henri de Laborde de Monpezat, devint le prince consort Henrik du Danemark. Il est décédé en 2018.

Salvadparken au fond du fjord de Roskilde. C'est aussi un camping gratuit, avec des abris.

De nombreux vols d'oies dans la soirée et le matin...

17

28 août

Nous repassons à Roskilde. On se gare cette fois devant le musée Viking. On ne le visite pas car on a lu qu'il était surtout fait pour les enfants, et de toute façon en cette période de Covid beaucoup d'activités n'ont pas lieu. Mais on peut voir à l'extérieur ce qui nous intéresse, la construction et l'exposition des bateaux.

On peut faire des balades dans un bateau viking, à condition de ramer !

Nous remonterons à la cathédrale pour en faire le tour (photos à l'étape 11).

Cap à l'ouest, à l'église romane de Tveje Merlose. L'église est ouverte car un enterrement vient d'avoir lieu.

Les peintures ne sont plus très lisibles.

Le clocher en bois est à l'extérieur.

Nous allons ensuite à l'église blanche de Tuse, fermée.

Ruines médiévales de Naesholm Borgruin : il reste peu de choses, mais il est plaisant de traverser ce joli pont sur le lac Nygard, la nature y est belle.

Nous atteignons la pointe Oester Lyng, à Khorsage, pour y passer la nuit. Nous y faisons une courte promenade, dommage, le temps est pluvieux.

18

29 août

Quelques pêcheurs en combinaison chaude et quelques promeneurs de toutous occupent la pointe sauvage, venteuse.


Nous retournons vers la plage de Rorvig, à 6 kilomètres, plus protégée du vent. La mer est fraîche, mais avec nos tops thermiques on peut s'offrir une dernière baignade !

Pour aller aux toilettes, il faut envoyer un SMS en tapant le numéro du WC, et la porte s'ouvre ! Magique !

Par contre la douche est glacée ! Le lavage des cheveux est un peu difficile !

Église de Rorvig, cette fois "jaune Skagen" et non blanche.

Grâce à MapsMe nous repérons une réserve d'oiseaux, Hov Vig.

Pique-nique, cueillette de mûres, et belle promenade agrémentée d'observatoires d'oiseaux.

Lommestenen, "le rocher de poche" des trolls.

La légende raconte que suite à la construction d'une église, les trolls ne supportaient pas le son des cloches. L'un d'eux trouva ce rocher qui rentrait juste dans sa poche. Lorsque les cloches sonnèrent, il jeta sa pierre sur l'église. Mais il manqua sa cible, la pierre dévasta une partie de la forêt avant de ricocher sur l'eau et de se poser à 50m du rivage de l'Isefjord. Ce rocher est devenu une attraction touristique, il paraît que 20 personnes peuvent danser dessus ! (bien serrées alors !)

Nous rejoignons Copenhague où nous nous garons au bord du canal, au même endroit que samedi dernier.

19

30 août

C'est reparti pour une grande randonnée urbaine !

Nous commençons par l'entrée principale de Christiania. La galerie d'art n'est pas encore ouverte.

Après être passés devant Notre-Sauveur et traversé le canal, nous admirons le toit torsadé de dragons de la Bourse de Copenhague.

À l'église de Holmen, il y a un baptême, on ne peut pas entrer. Nous allons au château de Christianborg.

Quand on traverse le château, on passe devant le musée, puis on trouve les écuries et le terrain hippique.

Nous pique-niquons au bord du canal Frederiksholms. Devant l'ancienne bibliothèque royale (1653), le grand "diamant noir", la nouvelle bibliothèque (1999).

Le musée de la guerre, et derrière les jardins de la bibliothèque royale.

Nous nous réfugions sous le préau à cause d'une bonne averse.

Passerelle piétonne. Nous longeons le Dansk Architectur Center. À travers la vitre on aperçoit un grand toboggan intérieur.

À la Glyptothèque Ny Carlsberg on jette un coup d'œil sur le jardin intérieur. Ce musée contient des antiquités égyptiennes, grecques et romaines, ainsi que des sculptures romantiques, des peintures impressionnistes et post-impressionnistes.


Le parc Tivoli, un des parcs d'attractions les plus vieux du monde (1843). Il faut y passer la journée...

La fontaine du dragon, devant l'hôtel de ville : elle représente un taureau qui se bat contre un dragon. On aime les bébés dragons qui semblent vouloir aider le grand dragon !

L'hôtel de ville, inauguré en 1905. Fermé puisqu'on est dimanche, nous ne verrons pas l'horloge astronomique qui se trouve dans l'entrée.

Sur la façade brille la statue en cuivre doré de l'évêque guerrier Absalon (1128-1201), le légendaire fondateur de la ville.

Statue d'Andersen, joueurs de trompette en bronze, hôtel Scandic et ses 4 mosaïques... La place de l'hôtel de ville est très animée.

Place du nouveau marché et palais de justice

Place du vieux marché et sa fontaine Caritas, la plus ancienne de Copenhague (1608).

Le petit enfant et le plus grand garçon à côté de la femme tiennent un cœur enflammé dans leur main comme un symbole d'amour pour Dieu.

À l'occasion de l'anniversaire du monarque (actuellement le 16 avril pour la reine Margrethe II), des boules de cuivre recouvertes d'or 24 carats, symbolisant des pommes d'or, sont placées dans la fontaine. La tradition remonte au 18ème siècle.

La cathédrale néoclassique (1829)

L'université (1479)

La synagogue (1833), qui utilise des éléments égyptiens dans ses colonnes, son toit et sa corniche surplombant l'arche.

La Tour Ronde fut construite par Christian IV sur la suggestion d'un astronome, achevée en 1642. Elle fait partie de l'ouvrage de la Trinité, comprenant l'église et la bibliothèque.

Elle faisait partie de l'université jusqu'en 1861.

Montée 80 DKK

Au sommet, à 35m de haut, se situe un planétarium et le plus vieil observatoire d'Europe encore en activité.

La montée par la rampe en spirale est assez raide. Ce plan incliné en colimaçon permettait aux chevaux de l'emprunter. En effet, le tsar Pierre le Grand y serait monté en carrosse tiré par 6 chevaux en 1716. Quelques expositions en chemin permettent de souffler ! Par une vitre on a aussi une vue sur l'église où se déroule un concert.

Grabrodretorv, superbe place piétonne entourée de restaurants et de bars, où trône un magnifique platane. Aux heures animées jouent des musiciens.

L'église du St Esprit : anciennement monastère du St Esprit en 1296, transformée en église paroissiale luthérienne en 1536, modifiée suite à l'incendie de 1728. C'est donc l'église la plus ancienne de Copenhague.

La "maison de l'église", accolée, accueille des expositions, souvent des brocantes de livres de tous les pays.

Place Amager, dans la zone piétonne (depuis 1962)de Storget, souvent considérée comme la place principale de Copenhague. Au Moyen-âge, se tenait le premier marché de la ville. Les paysans de l'île d'Amager venaient y vendre leurs productions, d'où son nom.

On y trouve des magasins de luxe, et des immeubles aux façades élégantes : la maison du maire Matthias Hansen, construite en 1616, de style Renaissance hollandaise, un immeuble construit en 1798-1800 pour un marchand de lin, Hay House (Højbrohus), immeuble construit vers 1896, dont la façade délimite le côté est de la place, et le très chic café Europa. Un pavage en granit a été réalisé en 1993.

Sur la Hojbro Plads trône la statue de l'évêque-guerrier Absalon fondateur de la ville.

Fontaine aux cigognes (1894) cadeau d'anniversaire de mariage offert à Frederik VIII et à son épouse Louise en 1894.

Nous passons devant l'Église St Nicolas, puis retraversons la Kongens Nytorv. Cette fois nous voyons la façade du "théâtre royal danois" de plus près (1874).

Nyhavn est animé, mais les distances Covid-19 sont rappelées et respectées.

Le palais d’Amalienborg est la résidence d’hiver de la famille royale de Danemark. Il est constitué de quatre demeures aux façades néo-classiques identiques et aux intérieurs rococo. Les quatre bâtiments entourent une place octogonale qui possède en son centre une monumentale statue équestre du fondateur d’Amalienborg, le roi Frédéric V de Danemark.

Tous les jours à midi on peut assister à la relève de la garde. Jipy l'avait photographiée en 1969 !

On rejoint les quais pour rentrer par le même chemin que dimanche dernier.

Nyhavn, retour par les passerelles piétonnes

Pendant que je prépare l'apéro à la maison...

Jipy a encore l'énergie d'aller voir le quartier qu'il nous manque à Christiania, notamment la rue des vendeurs de hasch où il est interdit de photographier.

Nous allons dormir plus au sud, devant le phare de Hojerup.

20

31 août

Montée au phare de Hojerup, 27m de haut, histoire de se dégourdir les jambes de bon matin ! Vue sur les falaises fossilifères de craie blanche.

Nous prenons le sentier le long des falaises, jusqu'au site de l'église de Hojerup (1,7 km).

Monument Absalon et église au bord de la falaise.

L'église d'Højerup (13e siècle) se dresse au bord de la falaise. Malgré une légende affirmant que l'église se déplace vers l'intérieur des terres chaque soir de Noël, le choeur s'abîma dans les flots en 1928 !

La falaise de craie s'étend sur près de quinze kilomètres le long de la côte et est d'une importance géologique particulière car c'est l'une des limites Crétacé-Tertiaire (limite K-T) les mieux exposées au monde. C'est également un témoignage de l'impact de « la chute de la météorite de Chicxulub » vraisemblablement à l'origine de l'extinction Crétacé-Tertiaire. (exposition au phare)


La nouvelle église de Hojerup

Exposition au phare

Un petit tour à Rodvig, où on profite de la possibilité de vidange et de plein d'eau au port. Au loin, une construction dans la mer, on s'interroge sur son utilité.

Au bord de l'eau, un ancien four pour fondre la monnaie.

Nous remontons sur Koge, où une piscine naturelle abritée, gratuite, côtoie le port. C'est tentant, plusieurs familles viennent s'y détendre après le travail et nous encouragent à les rejoindre, mais le vent est froid, on renonce !

Petit tour rapide dans la ville de Koge, aux jolies maisons.

Nous allons dormir à Stroby, un peu au sud de Koge, au bord de la mer.

21

1er septembre

Nous avons dormi devant un club de kayak. Pendant qu'on déjeune, quelques dames plus âgées que nous s'équipent (combinaisons) et sortent leurs kayak des hangars. Nous sommes épatés ! Les danois ont une sacrée culture sportive...

Nous retraversons Koge, vue rapidement hier soir.

Cathédrale St Benoît à Ringsted

Construite dans le style roman, elle est la plus ancienne église en brique en Scandinavie, qui remonte à environ 1170 quand elle a remplacé une église en travertin d'environ 1080. Elle est considérée comme l'une des plus belles églises du Danemark du point de vue architectural. En outre, elle est d'un intérêt historique particulier car elle est la première église royale du Danemark. Elle abrite également les tombes de nombreux monarques danois du Moyen Âge et de nobles (dont Valdemar 1er).

Église ronde à quatre piliers de Bjernede, époque médiévale.

À côté, une ancienne maison de pêcheurs...

On verra souvent de jolis chevreuils dans la région

L'église de Fjenneslev, qui date du Moyen Âge, est connue pour ses tours jumelles et la légende associée: On dit que le constructeur de l'église, Asser Rig (père du fameux évêque Absalon), pendant les travaux de construction a dû faire la guerre et laisser l'achèvement à sa femme enceinte Inge. Si elle donnait naissance à un garçon, selon la légende, l'église devrait avoir une tour, et si elle donnait naissance à une fille, elle devrait avoir une flèche. Quand Asser Rig rentra chez lui, Inge avait donné naissance à ses fils Absalon et Esbern Snare, et l'église avait deux tours.

Cependant, Absalon et Esbern n'étaient pas des jumeaux, et ils sont nés au moins 30 ans avant la construction des deux tours en brique...

Église de Vester Broby, 12ème siècle, mais remaniée et agrandie au cours du temps. Elle recèle diverses fresques exécutées entre le 12e et le 14e siècle.

Église de Orslev, encore une très belle église peinte de taille imposante pour une église rurale. Elle contient des fresques illustrant la vie à la campagne au Moyen-âge (notamment un bal villageois animé).

Attention, plusieurs églises portent le nom de Orslev au Danemark.

Nous finissons la journée à la plage de Bisserup. Le parking est plein, une course d'orientation a lieu. Les participants sportifs valident leurs papiers au stand avant de s'enfoncer en courant dans la forêt.

22
22
île de Mon

Île de Mon

2 septembre

Ce matin on a le parking presque pour nous seuls (juste quelques promeneurs de toutous).

Matinée lessive et baignade ! L'eau est bonne !

L'église de Jungshoved abrite une fresque représentant une danse macabre, mais en mauvais état.

On est interpellés par ce curieux personnage peint dans un angle.

Nous pique-niquons près de l'église, au petit port de Jungshoved.

Nous prenons le pont qui mène à l'île de Mon, et traversons Stege.

Église de Keldby, avec ses magnifiques fresques du 13e et du 15e siècle

Église de Elmelunde, encore de très belles fresques !

Les falaises de Mons

Formées par des sédiments glaciaires que la mer a érodés, ces falaises de craie blanche, recouvertes d'arbres sombres, s'étendent sur plusieurs kilomètres et surplombent la mer d'une hauteur qui atteint 128m à leur point le plus élevé.

Nous longeons ce soir la partie sud, mais on trouve que la vue n'est pas très dégagée.

Nous allons dormir près de la plage de Alebaek, en compagnie de deux autres vans (et de chevreuils !)

23

3 septembre

Comme nous sommes en forme après une bonne nuit et que nous sommes un peu déçus par la promenade d'hier, nous décidons de retourner aux falaises et de descendre au bord de l'eau.

Nous descendons par l'escalier central pour remonter par celui du nord, un peu moins pentu paraît-il. C'est quand même une sacrée hauteur ! Nous sommes contents car cette fois on a un meilleur aperçu des falaises, et comme la luminosité est belle on peut apprécier les différentes couleurs de l'eau. Un professeur montre à ses élèves comment casser les galets à la recherche de fossiles.

Petite collection de jolies pierres que l'on se contentera de photographier et de laisser sur place.

Lors de la remontée, on remplit notre petite boîte de mûres ! (Il faut toujours avoir sa petite boîte avec soi !)

Jipy me fait remarquer qu'un des rochers ressemble à De Gaulle !

La vue sur les falaises est vertigineuse. On a bien fait de revenir ce matin.

Dernière église danoise : Fanefjord.

C'est finalement celle que l'on préfère !

Une feuille détaille toutes les peintures, en danois et en anglais. Nous y passerons un bon moment !

Nous allons pique-niquer derrière l'église, puis nous cherchons le tombeau de Gronsalen. D'une longueur de 100 mètres et d'une largeur de 10 mètres, il s'agit du plus long tumulus mégalithique du Danemark datant d'environ 5500 ans. Les 145 rochers de 2 m de haut sont enfouis dans les champs, on ne voit donc pas grand chose !

Nous quittons l'île de Mons pour aller au sud du Danemark, à Gedser.

Après avoir fait un dernier ravitaillement danois pour liquider la monnaie, on se renseigne sur les horaires des ferries. Comme il est tard et que la mer est agitée, on préfère attendre demain. On va dormir au phare de Gedser.

24

4 septembre

Dernière promenade danoise, nous allons jusqu'à la pointe de Gedser.

Des ornithologues, bien à l'abri du vent, tentent de compter les oiseaux migrateurs. Nous entrons dans le petit centre d'exposition artistique où nous sommes bien accueillis.

Embarquement pour Rostock, 895 DKK pour nous deux et Zezkinette. Le trajet dure un peu moins de 2h00.

Au revoir le Danemark. Nous avons été enchantés par notre voyage, nous espérons revenir.

Nous ferons encore de belles visites en Allemagne, mais ça c'est une autre histoire...