Carnet de voyage

Le Grand Tour de Bretagne en camping-car

27 étapes
75 commentaires
35 abonnés
Dernière étape postée il y a 17 heures
La Bretagne par les routes qui longent le littoral en passant par les différents départements : un road-trip programmé sur plus d'un mois en camping-car .
Juin 2021
32 jours
Partager ce carnet de voyage
1

J'ai profité de la période hivernale pour préparer des circuits à réaliser au cours de l'année 2021. La décision de partir ne tient plus qu'à un fil. Le respect des règles de confinement liées au covid reporte la date de départ. Mais c'est sans trop de regret vu la météo fraiche et pluvieuse du mois d'avril et début mai, bien différente de celle de l'an passé. Un assouplissement des règles (ouverture des musées et terrasses café est prévue pour le 19 mai), nous partirons le 23 mai après le baptême de notre petite fille.

Nous espérons que le soleil nous accompagnera tout au long de notre périple, soleil indispensable pour sublimer les photos et mettre en valeur la nature, les paysages, le patrimoine de la région.

A l'instar de nos précédentes sorties, le carnet de voyage sera complété au fil de notre progression.

Pour info :

- le carnet de voyage ne sera pas nécessairement actualisé chaque jour

- le circuit prévu pourra faire l'objet de modifications en cours de route

Nous ciblerons avant tout la nature mais également les villages pittoresques, quelques centres-villes, des musées et églises,... Il y a tant à voir en Bretagne qu'il a fallu faire des choix des endroits à visiter.

En partant de l'Alsace, 3 300 km nous attendent dont la moitié en Bretagne.

Les points d'intérêt retenus ont été positionnés sur la carte suivante. Une fois de plus je me suis servi de :

- l'application "Park4night" pour trouver les parkings ou aires de stationnement proches des lieux à visiter

- l'application "ITN Converter" pour y enregistrer à la fois le circuit et les lieux de stationnement, données que j'ai ensuite transférées sur le GPS Tom Tom

- du Guide Vert de la Bretagne pour déterminer les lieux à visiter

2

Le plaisir de prendre la route est d'autant plus grand que le départ s'est fait attendre. Je me sens revivre et rajeunir !!! Le camping-car est bien chargé, un peu trop ou beaucoup trop comme souvent beaucoup de camping-cars quand ils ne rentrent pas dans la catégorie des poids-lourds.

Direction la Bretagne

Des "Alsaciens" vont rendre visite aux "Bretons".

t

Mesnil Saint Père

1ère étape

Nous sommes arrivés vers 13h au lac de la Forêt d'Orient, après avoir parcouru 330 km, et à 20 km de la ville de Troyes. Il existe une grande aire camping-car, rue du Lac mais elle est bondée. Eh oui ! les camping-caristes sont de sortie après cette période de confinement.

Au début de l'après-midi, le soleil peine à se maintenir mais il prendra le dessus vers 16 h. Nous stationnons sur un parking légèrement en pente proche du port et y resterons pour la nuit. Tant pis, nous seront seuls mais nous avons une vue splendide sur le lac et le port.

Le vent fait la joie des surfer et des propriétaires de voiliers.

Notre balade nous amène à longer le rivage à partir duquel nous faisons de magnifiques photos. Nous sommes fascinés par ce vert turquoise que le soleil sublime.

Nous assistons à un magnifique coucher de soleil, allongés sur notre lit.

Béatrice m'a fait savoir qu'elle voulait les mêmes prestations pour le reste du voyage. Je lui ai répondu faire le nécessaire à la condition qu'elle se charge de la météo !!!

3
3
Publié le 24 mai 2021

Nous nous réveillons vers 6h sous un soleil radieux, laissant présager une journée ensoleillée.

Le soleil n'aura pas tenu plus de 2 heures avant que les nuages et la pluie ne prennent le dessus. Nous quittons les lieux pour rejoindre Montargis, distant de 150 km.

En chemin nous nous arrêtons à Villemaur-sur-Vannes pour visiter l'église du 12/13ème siècle, son clocher recouvert de tuiles en bois et son jubé en bois datant du 16ème siècle. La porte de l'église est malheureusement fermée. Nous nous consolerons en prenant de la pâtisserie en plus du pain, à la boulangerie d'en face.

Arrivés à Montargis, nous stationnons sur un grand parking, rue du Pont Saint Roch, proche du canal et du centre-ville. La pluie ayant cessé vers 13 h nous nous empressons de visiter le centre.

Montargis a du charme avec ses canaux, ses rues sur l'eau et ses ponts. Elle est appelée la "Venise du Gâtinais". Il existe un circuit qui propose la découverte de 17 des 130 ponts et passerelles de la ville.

Pour rejoindre le centre-ville nous longeons le canal. Béatrice se met à rêver d'un bateau. Elle choisit le plus récent d'entre eux (forcément le plus cher) !!! En fait chacun a son charme.

Le canal de Briare qui traverse la ville et dont la construction remonte à 1604.

Nous nous dirigeons vers le musée de Girodet. Il est malheureusement fermé. Il est ouvert du mercredi au dimanche de 14 à 18 h. D'après les oeuvres affichées en ville, nous aurions apprécié la visite.

Une belle statue nommée "le chien de Montargis" se trouve devant le musée. Selon la légende, le roi a exigé un combat judiciaire entre l'homme (qui a tué le maître du chien) et l'animal.

Nous découvrons un centre-ville bien particulier avec tous ses petits canaux, ponts et passerelles...

Comme toujours, la visite de l'église s'impose...

De magnifiques vitraux...

La Maison de la Prasline Mazet, artisan chocolatier. Au loin, nous apercevons une partie du château de la ville.

La pluie ayant repris après 15h. Nous décidons de reprendre la route. L'aire de camping-car que nous avions initialement retenue est isolée au bord de l'eau. Nous reprenons la route pour rejoindre Beaugency que nous visiterons demain matin avant de rejoindre en début d'après-midi des amis qui habitent à proximité.

En contournant la ville d'Orléans, je me vois soudainement ébloui par un flash !!! J'ai horreur des flashs et nous sommes nombreux à les détester. J'estime avoir roulé à 76 km/h, donc retenu 71 pour 70 autorisés. Arrivés à Beaugency, nous stationnons sur l'aire de camping-cars à proximité du pont qui traverse la Loire. Les pizza de Tonio cuites dans son camion nous ont consolés de l'amende à venir.

4
4
Publié le 26 mai 2021

L'aire de camping-car, située Quai Dunois, donne une pleine vue sur le pont. J'ai compté 25 arches. Avec ses 435 m de long, il est le plus long et le plus ancien édifié sur la Loire.

Le matin, rien de tel que de faire une balade le long de la Loire avant de visiter la ville. Je suis la piste cyclable avant de suivre un sentier en pleine nature. En chemin, je croise un "message qui en dit long" !!!

Nous entamons ensuite la visite de la cité médiévale. Le château et à proximité la tour de César, un donjon du 11ème siècle avec des arcades à l'intérieur qui n'ont pas résisté au temps.

La mairie et la tour qui a abrité une horloge dès 1511.

Quelques beaux logis et le clocher Saint Firmin qui joue l'air du Carillon de Vendôme à raison de 3 fois par jour, l'église attenante a été détruite durant la Révolution Française.

L'abbatiale Notre Dame de la fin du XIème siècle, remaniée au 17ème siècle. En entrant nous sommes accueillis par des chants qui incitent au recueillement. Le magnifique choeur est sublimé par l'éclairage des vitraux, à voir...

Comme j'adore voir les vitraux, je ne peux m'empêcher de vous en montrer.

En début d'après midi nous rejoignons des amis qui nous font découvrir le village de Tavers.

Nos amis sont de grands amoureux de la nature.

En fin de soirée, la vie sauvage se rapproche de la maison et nous pouvons admirer la faune et la flore assis bien au chaud et au sec grâce à une grande baie vitrée donnant sur la nature. C'est tout simplement magique !

Au cours de notre ballade de l'après midi nous avons pu admirer les Eaux bleus et les Sables d'Or de Tavers. Il s'agit d'une résurgence de la nappe phréatique. La couleur bleue des eaux du bassin est due aux particules de calcium de carbonate qu'elles contiennent.

Les sources de Fontenils appelées également les Sables d'Or qui bouillonnent suite à des remontées des fonds de la terre.

Une autre promenade bien sympathique avec la vue sur différents lavoirs.

La visite d'un jardin privé.

Nous passons une agréable soirée ensemble et nous réjouissons pour la journée de demain, mais la météo prévoit de la pluie.

5
5
Publié le 28 mai 2021

Au réveil, c'est un crachin dru qui nous accueille en sortant du camping-car. Un avant goût de ce que la Bretagne risque de nous réserver certains jours !!! Ce crachin persistera tout au long de la journée. Impossible d'envisager des visites sauf à vouloir être trempés. Ce qui nous laisse largement le temps d'observer les animaux en pleine nature. Un vrai régal...

Les animaux sont nullement dérangés par la pluie.

Pour occuper la journée, il ne nous reste plus qu'à ...









Le lendemain (jeudi 27 mai 2021), la météo est clémente : nuageux le matin et soleil l'après-midi.

Balade dans le village de Lestiou (à proximité du village de Tavers)

Balade le long du cours d'eau, au contrebas du village

Nous tombons sur 2 anciens lavoirs rénovés, quasi identiques et 2 maisons avec beaucoup de charme.

En passant devant un étang, on nous a proposé de jeter du pain dans l'étang et de patienter un peu. Nous apercevons des carpes dont une carpe amour-blanc (plus longue et un allié pour lutter contre la végétation envahissante des étangs).

A midi, nous nous retrouvons en terrasse avec nos amis à la "Ferme des 3 Maillets" (une ancienne ferme rénovée en hôtel/restaurant). Nous apprécions tout particulièrement ce bonheur retrouvé après plus d'un an de privation !!!

Après un bon repas, rien de tel que d'aller faire une balade. Ce sera le château de Chambord et ses miradors. Les seuls animaux que nous apercevrons au loin mais tout au loin des mouflons qui perdent leurs poils d'hiver et une biche.

C'est toujours avec le même plaisir des yeux que nous revoyons le château. Une vrai merveille... Il n'a que 440 pièces, 262 cheminées, 73 escaliers, sur un domaine de 5440 hectares entourés de 31 km de murs.

L'église Saint Louis, du domaine de Chambord

En fin de journée, le podomètre affiche 10 km au compteur. Nous dormirons ainsi comme un bébé !!!

6
6
Publié le 28 mai 2021

Une journée ensoleillée se profile. Nous quittons nos amis et les avons d'ores et déjà invités chez nous pour l'année prochaine.

Nous nous dirigeons vers Châteaudun. Une aire de camping-car avec stationnement gratuit se situe en contrebas du château, 2 rue des Fouleries. J'ai eu beau chanter une sérénade au pied du château et observer le balcon, la Belle n'est pas venue.

Ayant déjà visité de nombreux châteaux, je choisis de ne pas le visiter.

Je choisis de rejoindre le quartier historique en prenant les escaliers. J'arrive en haut un peu essoufflé. Je passe devant la Maison de Louis Esnault (ancien architecte des Bâtiments de France).


On trouve des statues en bois sur quelques façades d'anciennes maisons.

La maison de la Vierge, bâtie au Moyen-Age, constituait autrefois la Loge des portiers qui surveillaient l'accès à la haute ville.

Quelques vieilles bâtisses :

Près de l'aire de camping-car la vue sur le pont et sur un moulin.

Le centre-ville présente à mon avis peu d'intérêt, si ce n'est une magnifique fontaine :

Je souhaitais visiter à Châteaudun la CANOPEE (le conservatoire d'aéronefs non opérationnels et exposés) soit une vingtaine d'appareils obsolètes de l'armée de l'air. J'ai appris via un coup de fil que le site risquait de ne pas ouvrir avant 1 an. Dommage !

Nogent-le-Rotrou

Nous décidons de poursuivre la route en direction de Nogent-le-Rotrou pour voir le château. Le parking se situe à l'entrée de l'enceinte du château, Place Emile Maquaire.

Nous ferons uniquement le tour des murailles sans visiter le château sachant que l'intérieur du donjon est vide.

Trois étages d'habitation avaient été créés dans le donjon dès le XIIème siècle. Si vous cherchez bien vous trouverez également une ouverture pour les latrines. A l'époque on y ajoutait autour un encorbellement en bois.

Nous avons eu une belle journée ensoleillée avec un léger vent. Nous avons continué notre route sur une vingtaine de kilomètres en direction de l'aire récente de camping-car de Belforêt-en-Perche, rue de Mamers. Stop pour aujourd'hui.

7
7
Publié le 29 mai 2021

Direction Domfront en Poiraie, à un moment donné je rate la direction indiquée par le GPS. Ne voulant pas faire demi tour, il me fera prendre des routes étroites et je suis amené à tourner en rond suite à différentes routes barrées. Cela me servira de leçon et ferai demi-tour la prochaine fois !

En se déportant, nous arrivons à stationner sur l'aire de camping-car proche du centre historique, Place de la Roirie. Les emplacements ne sont pas bien longs.

Domfront est une petite cité médiévale, figure sur la liste des "Petites Cités de Caractères". Le château n'est plus qu'une ruine.

Le centre est ancien, possède de très belles maisons à pans de bois, des rues étroites et pavées, le tout protégé par des remparts du 13ème siècle et 24 tours dont 11 seraient encore visibles (en avons vu plusieurs). Quelques photos de maisons...

Au milieu du centre historique se trouve l'église Saint Julien. Elle a été consacrée en 1933, et fait partie des premières églises construites en France en béton armé. Le clocher et le dôme pèsent 1500 tonnes, ils ont été restaurés après plus de 7 ans de fermeture de l'église.

Compte tenu de l'endroit exigu pour construire l'église, l'architecte a adopté le plan carré des églises byzantines. L'intérieur est décoré de céramique vernissée et de mosaïques. C'est grandiose. Dommage que les photos ne fassent pas ressortir le brillant. Je ne joins que quelques photos, il faut venir la visiter. L'église participe forcément à la notoriété touristique de la ville.

Nous nous arrêtons également à l'Eglise Notre Dame sur l'Eau du 11ème/12ème siècle, recensée comme faisant partie des joyaux de l'art roman normand. J'y ai allumé une bougie afin que Béatrice me supporte durant notre périple. (Note Béa : idem dans l'autre sens !)

Entrée dans le territoire de BRETAGNE, l'objectif 1er de notre circuit.

Béatrice me demande : c'est quand qu'on voit l'océan ? Bientôt, bientôt, un peu de patience. Encore 1 ou 2 châteaux ou cites historiques et tu l'auras ton océan !!!

Bazouges la Pérouse

Nous stationnons sur l'aire de camping-cars du village, rue des Ecouyères, stationnement et services gratuits.

Le village figure également sur la liste des "Petites Cités de Caractère". Les peintres, sculpteurs, photographes,... seraient nombreux à fréquenter le village : nous en avons vu aucun.

Le centre du village est effectivement ancien.

Cette fois-ci, pas de photo de l'église si ce n'est :

- ces 3 boules en bois accrochées et dont j'ignore la signification

- la statue sur une tombe d'un homme qui trouve enfin le temps de se reposer

Nous rejoignons ensuite le camping-car pour une autre aventure demain.

8
8
Publié le 30 mai 2021

La ville de Combourg figure également sur la liste des "Petites Cités à Caractère". Nous stationnons sur le parking situé rue Théodore Botrel, proche du centre-ville.

Le long d'une rue en rejoignant le centre, nous passons devant une somptueuse rangée de rosiers.

L'église étant à proximité, nous y entrons et sommes accueillis par une personne qui dit vouloir nous "purifier" en nous tendant du gel hydroalcoolique (nous apprécions son humour) et souhaite une bonne fête des mères à Béatrice. La messe avait déjà commencé, mais nous ne resterons pas car il faisait frais dans l'église par rapport à nos habits. Les lecteurs doivent se dire : ouf pas de photo de l'église !

Le centre de la ville est animé et tout le monde profite du soleil. La queue devant deux boulangeries et les terrasses bondées.

Zut le château est fermé, y compris le parc jusqu'au 7 juin à cause du covid. N'ayant pu voir davantage du château, la 1ère photo est celle d'une affiche

Il y a finalement peu à voir et nous repartons déçus.

Dol de Bretagne

Nous stationnons sur un parking proche du centre-ville, Impasse Legeard. Concernant la cathédrale, je me limite à quelques photos. La 1ère photo est liée à une commémoration concernant la libération de la ville en août 1944.

Il existe un puit à l'intérieur de la cathédrale qui communique avec un autre à l'extérieur, à près de 12 m de profondeur.

Le vaisseau de granit devant la cathédrale : le bloc de granit avant d'être taillé pesait 35 t, pour un poids actuel de 3,5 t. Il flotte et pourrait emporter un poids de 1,7 t. Il a nécessité 4 000 h de travail.

Nous avons ensuite remonté la Grande rue des Stuarts, la rue Lejamptel et la rue Ceinte pour voir de belles et anciennes maisons.

Nous rejoignons également la Promenade des douves des remparts, appelée également Promenade Jules-Revert. Sur le mur des remparts poussent des fleurs appelées : lilas d'Espagne (nous avons retenu la leçon d'une amie, experte en la matière).

La Pointe du Grouin

Béatrice commence à trépigner, et la mer c'est pour quand. Nous partons en direction de la Pointe du Grouin. Il n'était pas aisé d'y arriver en camping-car : affluence des voitures, parkings bondés, travaux de voirie... C'est moi qui fait grouin, grouin...

Nous avons finalement réussi à rejoindre la Pointe du Grouin à pied.

A Rothéneuf, nous décidons de passer la nuit sur l'aire "Des Ilots". Le tarif est plus que raisonnable : 9€ hors saison et 13€ en haute saison, électricité comprise. Il faudra attendre que la mer monte...

Il est fort probable que nous restions encore demain. Nous avons l'intention de voir les rochers sculptés distants d'environ 2 km.

9
9
Publié le 31 mai 2021

L'aire de camping-car est idéalement située pour visiter les "Rochers sculptés" qui se trouvent à environ 1 km. Il suffit de remonter vers le centre du village pour apercevoir le premier panneau indiquant la direction.

Le prix du billet d'entrée est modique à 2,50€. Le site fait penser au rêve du facteur cheval mais toutefois moins impressionnant. Les rochers sont peuplés de personnages d'un autre temps. Suite à un accident vasculaire le curé Fouré est devenu sourd et muet. Ne pouvant plus exercer sa profession de foi, il a dû se retirer. Son oeuvre réalisée à la fin du 19 ème siècle, porte sur plus de 300 statues sculptées sur un ensemble de rochers granitiques. J'ai du mal à en relever autant mais le site est impressionnant et mérite le détour. D'après le Guide Vert, il a mis 14 ans à les réaliser, d'après Wikipédia 25 ans.

Il faut noter que la visite reste un peu dangereuse en cas d'affluence. Ci-après la plus grande des statues :

Nous poursuivons notre balade en longeant le sentier de la côte, le GR34.


Vue marée haute, non loin de l'aire de camping-car.

Quelques belles demeures... Je monte en gamme.

Nous allons profiter de l'après-midi ensoleillé et nous mettre à la lecture.

10
10
Publié le 1er juin 2021

Nous avons décidé de ne pas nous arrêter à Saint Malo sachant que nous avions visité la ville il y a quelques années de cela.

Saint Suliac sera donc la 1ère destination de la journée. Le village fait partie de la liste des Plus Beaux Villages de France. Nous avons stationné à l'entrée du village mais d'autres parkings sont à disposition pour les camping-cars.

Après l'avoir visité nous confirmons qu'il mérite de figurer sur la liste des PBVF. Toutes les maisons anciennes sont de granit et superbement bien entretenues. Certaines ruelles sont tortueuses et révèlent tout leur charme !!!

Je laisse parler les photos sachant que je me suis limité en nombre.

Les passages sont charmants.

Eglise

Les vitraux ci-après sont particuliers. Le 1er reprend le Pèlerinage des Terre-Neuvas. Les marins du village avaient été épargnés alors que beaucoup de marins des autres bourgs avaient disparu lors de la campagne de pêche en 1910. En reconnaissance, les marins décidèrent d'aller pieds nus et en "linge de corps" par les grèves et en hiver, de l'église de Saint Suliac à l'église de Jouan (environ 20 km). Le 2ème vitrail porte sur la bénédiction des pêcheurs et de leurs épouses.

Autre fait marquant : en 1597 Saint Suliac fût le théâtre d'une sévère bataille entre 250 catholiques qui vont se retrancher dans l'église et plus de 800 malouins (protestants). De plus 2 galères vont venir en renfort bombarder l'église, laissant aucun survivant.

Encore d'autres photos, ayant du mal à me retenir !!!

Vue sur la Rance et sur la statue de la Vierge située en hauteur.

Dinan

Nous stationnons sur l'aire de camping-car rue du Port, sous l'aqueduc, 3€ pour 3h de stationnement. D'après le panneau, 38 places seraient disponibles. Personnellement je doute qu'on puisse en placer plus de 20.

Tant que nous sommes en forme, nous rejoignons les hauteurs de l'aqueduc pour atteindre la ville haute, ça grimpe fort !!!

Nous avons repris le sourire devant une bonne glace, avant d'entamer la visite de la ville.









Des vitraux de l'église.

Le trésor de l'église

La statue de Duguesclin

La tour de l'Horloge.

Pour le retour vers l'aire de camping-car, nous prenons les rues du Jersual et du Petit Fort. Jadis c'était les rues des bourgeois, des artisans et des marchands. Elles sont pavées et en pente (une très longue pente raide je précise), bordées de boutiques des 15è et 16ème siècle.

La maison du Gouverneur sur la première photo.

La descente était quelque peu éprouvante, que dire si nous avions eu à remonter ces 2 rues. Je comprends que le pêcheur tient à se désaltérer avant d'entamer la montée avec son vélo.

Arrivée au camping-car, nous décidons de ne pas aller au Fort La Latte ni au Cap Fréhel que nous avons déjà vus par le passé.

Nous cherchons à faire le plein de GPL et trouvons une station chez Leclerc à Lamballe et comme nous commençons à fatiguer, c'est une aire camping-car proche qu'il nous faut. Nous la trouvons à environ 5 km de Lamballe. Pas de vidange possible mais stationnement gratuit. Nous serons seuls pour la nuit. Qu'importe !!!

11
11
Publié le 2 juin 2021

Direction Kermaria pour voir la chapelle Notre Dame. Des petites routes, des petites routes, toujours des petites routes. Béatrice ressent depuis quelques jours des douleurs dans son bras droit et ignore la provenance jusqu'à ce matin. Elle se crispe et se retient à la poignée en hauteur. Pourtant je ne roule pas vite. Je reconnais toutefois que sur les routes étroites ceux qui viennent en sens inverse ne roulent pas au ralenti.

L'objectif est de voir les statues des apôtres en bois polychrome de son porche et les fresques du moyen-âge représentant la danse macabre où les morts entraînent les vivants.



Le parking à coté de la chapelle est super.

Le porche et ses statues en bois.

La porte de la chapelle est fermée jusqu'à 14h30. Grrr !!! Je joins ci-après la copie d'une image sur internet.

Pontrieux

Des petites routes, toujours des petites routes. Je suis les indications du GPS.

Nous stationnons sur le parking de l'Intermarché à environ 500 m du centre-ville. Béatrice se charge des commissions et moi de découvrir les lieux.

Je croise un magnifique toutou. Je ne vous parle pas de sa maîtresse, j'apprends qu'elle est retraitée et qu'elle possède un bateau à Perros-Guirec.

Le trésor de la ville se trouve sur les rives du Trieux où s'alignent une cinquantaine de lavoirs dont certains sont bien restaurés. A raison de 4€ par personne nous découvrons ces lavoirs en promenade sur une barque électrique avec une "petite jeune" qui commente.

A l'époque un grand nombre d'habitants étaient aisés voire très aisés pour pouvoir embaucher une lavandière. Ainsi au fond de leur propriété ils construisaient un lavoir. Chacun voulait avoir le plus beau, ce qui témoignait de la réussite des propriétaires.

Les propriétaires les plus aisés aménageaient une pièce au-dessus du lavoir.

Un des propriétaire a installé des toilettes après son lavoir. Il est inutile d'écrire que son voisin en contre bas devait être furieux.

Je suis à la fois émerveillé par ce que je vois mais déçu en l'absence des mannequins que j'attendais. Notre accompagnatrice nous a fait savoir qu'il faut venir en juillet/août. Je me permets de joindre 2 photos récupérées sur internet pour vous donner envie de venir et vous montrer comme c'est beau.


Nous continuons la route en direction de l'abbaye de Beauport que nous avions visitée par le passé. Je joins uniquement quelques photos prises à l'extérieur.

Paimpol

Direction Paimpol et allons sur l'aire de camping-car rue Pierre Loti. Il reste peu de places de libres. Je me renseigne à l'Office de Tourisme pour aller en bateau sur l'Ile de Bréhat. j'apprends que l'embarcadère se trouve à la Pointe de l'Arcouest, route de l'embarcadère à Ploubazlanec à 4 km de là. Ce sera pour demain si la météo nous est favorable.

12
12
Publié le 3 juin 2021

Jeudi 3 juin, il a plu une partie de la nuit et très légèrement dans la matinée. La météo prévoyant encore des nuages pour l'après-midi nous décidons de reporter à demain la visite de l'Ile de Bréhat.

Quartier libre pour chacun de nous en attendant une amélioration de la météo : Béa au fourneau et moi au vélo.

Le petit musée maritime de Paimpol n'étant pas ouvert, l'Office de Tourisme me dirige vers celui de Ploubazlanec, à environ 5 km. Je tombe sur un premier panneau indiquant que le village est jumelé avec celui de Bischoffsheim (près de Strasbourg).

Mais avant de visiter le musée je passe voir au cimetière le Mur des Disparus en mer lors des campagnes de pêche à Terre-Neuve de 1510-1926 et à Islande de 1852-1935. Généralement les corps n'étaient jamais retrouvés. A partir de 1859, le Mur des Disparus en mer devient un lieu de recueillement pour les familles de ces disparus. Le mur a été plusieurs fois remanié et restauré par la commune. Je viens de me rendre compte que j'ai oublié de faire une photo du mur actuel. Il est impressionnant par les nombreux panneaux appelés "mémoires" accrochés au mur, classés chronologiquement. En tout en intégrant les autres villages de pêcheurs il y aurait eu plus de 2000 disparus.

Je visite ensuite le musée. Il s'agit d'un petit musée sans prétention qui reste intéressant. On y trouve quelques maquettes et un rappel de la vie des marins de l'époque en lien avec la pêche à la morue. Une partie du musée est réservée à des explications et métiers actuels de transport maritime.

Je prends la direction du port. En chemin de m'arrête à la chapelle de Perros-Hamon. La chapelle renferme 11 siècles d'histoire. Elle est malheureusement fermée et je ne peux donc voir les nombreux ex-votos qui y sont.

La chapelle est d'une importance considérable pour la population du village. Elle était très fréquentée notamment après le départ des marins

Sous le porche latéral de la chapelle se trouvent les derniers mémoires originaux, semblables à ceux qui se trouvaient sur le Mur des disparus en mer.

Un peu plus loin, je passe de la Croix des Veuves. La croix a disparu sous l'effet de l'érosion. C'est de cet endroit que la population regardait les goélettes partir au loin. Les veuves portaient longtemps cette cape.

J'aperçois également de nombreux petits ilots et en empruntant un sentier je vois la chapelle de la Trinité.

Pour me faire pardonner mon absence un peu plus longue que prévue je ramène à Béatrice des huîtres que j'ai achetées au port.

Demain, je pense pouvoir joindre des photos plus "ensoleillées" et plus gaies.

13
13
Publié le 5 juin 2021

Nous avons bien fait d'attendre le beau temps.

Nous sommes arrivés tôt sur le parking de l'embarcadère de l'Arcouest pour avoir une chance de trouver encore un emplacement de camping-cars, le nombre d'emplacements étant limité et il est interdit de stationner sur le parking des voitures. C'est 8€ les 24h.

Nous prenons les billets pour l'île de Bréhat à 16€ incluant le tour de l'île "commenté" en bateau au lieu de 10,50€ pour un trajet direct. Nous ne le regrettons pas.

Après l'avoir visitée, nous sommes entièrement d'accord avec les vers du poète Haraucourt :

"Quand on connaît Bréhat, on y pense, Quand on y pense, on y revient, Quand on y revient, on l'adopte, Demain, vous adopterez Bréhat".

Les photos sont suffisamment parlantes et se passent de commentaires.

En fin de journée j'ai 12 km à pied au compteur et Béa 10 km.

La vue à partir du parking.

Tout le monde est chaudement habillé pour rejoindre le bateau et lors du tour de l'île en bateau. Une fois débarqués le soleil nous réchauffe et nous pouvons retirer une, voire deux couches d'habits.

D'après les explications qui nous sont communiquées, lors des grandes marées, les embruns dépassent la hauteur du phare. Jadis et pendant plus de 50 ans, c'est une femme qui s'est occupée d'allumer le feu du phare et il arrivait donc que les embruns pénètrent dans la cheminée et éteignent le feu du phare. Lors des grandes marées, la mer atteint le trait rouge du pylône.

Un phoque qui se prélasse.

Sur la première photo on voit le bateau de la SNS qui est insubmersible. Je n'ose imaginer l'état de l'équipage s'il devait se retourner pour se remettre sur la quille.

D'autres couleurs à travers les différentes fleurs rencontrées sur l'île.

Encore un beau panorama :

La place du village

L'église et une magnifique statue de la Vierge.

Le moulin de la marée

La vue impressionnante du haut de la chapelle Saint Michel

Nous nous dirigeons ensuite vers la citadelle.

Les verreries de Bréhat y sont installées. Les prix des pièces exposées sont à la hauteur de leur beauté.

La circulation automobile est interdite sur l'île. Les chemins et passages sont étroits.


Retour vers le bateau et au camping-car. En fin de soirée nous assistons à un beau coucher de soleil.

14
14
Publié le 6 juin 2021

Nous passons par la ville de Tréguier (connue pour faire partie des "Petites cités de caractère") sans la visiter, l'ayant déjà vue par le passé. De plus nous voulons profiter de la journée ensoleillée pour aller sur la côte de Plougrescant voir la maison entre les 2 rochers.

Nous arrivons sur la "côte des Ajoncs" et entrons dans le royaume du granit et des landes.

Le parking, rue Keravel Hent, se situe à environ 300 m de la célèbre maison "coincée" entre les rochers.

Je prends la maison sous un certain angle pour ne pas voir les 2 voitures stationnées devant la maison.

in 

La maison photographiée de face. Etant déjà passé la voir il y a 6 ans, j'ai l'impression qu'il s'agit des mêmes voitures et qu'elles n'ont pas changé de place.

Tout laisse à penser qu'il s'agit de guérites des douaniers puisque nous parcourons le sentier des douaniers.

Les vues sur les rochers sont magnifiques.

Béatrice engrange les bonnes énergies que dégage le rocher pour la suite du circuit.

On pourrait y voir la tête d'un éléphant reposant sur les rochers !!!

Et voici ce que l'on nomme le gouffre que j'ai eu tant de mal à trouver, m'attendant à un endroit plus impressionnant.

Ploumanach

Nous comptons profiter de la journée ensoleillée pour nous promener sur la "Côte de granit rose" près de Ploumanach à coté de Perros-Guirec.

Tous les parkings relativement proches de l'endroit que nous comptons visiter étant payants et compte tenu que les batteries de l'ordinateur sont vides, nous décidons d'aller dans un camping. Celui qui est le mieux placé est le Ranolien, un camping 5 étoiles. Avec ma carte ACSI, je paie 17,10€ la nuit. Une fois sorti de l'accueil je vois que le prix normal à cette époque est de 19€. A ce rythme je mettrai du temps à rentabiliser ma carte.

A part 3 emplacements, tout est complet. Je suis déçu par les emplacements restants mais bon. Je me renseigne sur l'endroit pour vidanger. Je tombe des nues. Pour le reste du camping, il n'y a rien à redire. Pour une nuit, ça ira !!!







Béatrice m'accompagne sur une partie du sentier des douaniers pour rejoindre le Grand site naturel de Ploumanach. Nous quittons le camping, longeons la côte, pour ma part jusqu'au port de Ploumanach et je reviens au camping.

Les couleurs du granit varient du rose tendre au rouge profond selon les heures, le passage de nuages,... C'est un spectacle assez époustouflant avec parfois des formes bien étranges, des rochers en équilibre,...

Tout ce chaos de rochers serait-il finalement l'oeuvre du diable ???

Je poursuis mon chemin sans trop me poser de questions. Arrivé sur la plage de Saint Guirec, je vois l'oratoire du Saint en question et non loin de là une petite église avec quelques statuettes, les 2 dernières étant en bois.

Comme je vois au loin un petit château sur une petite île je me sens obligé de poursuivre mon chemin. Il faut que je pense à renter au camping faute de quoi Béatrice va s'inquiéter.

Ce fut encore une superbe journée avec de magnifiques découvertes, de beaux paysages et 13 km à pied en plus au compteur. Que nous réserve la suite du parcours ???

15
15
Publié le 7 juin 2021

Hier en rentrant de la marche, Béatrice m'a demandé de me calmer et de ne pas tirer constamment sur la cordelette compte tenu de mes antécédents. Je vais faire un effort !!! Mais chasser le naturel, il revient au galop.

Hier alors que nous étions au lit, nous entendons des bruits provenant du toit du camping-car. Probablement des pommes de pin qui tombent étant donné que nous sommes placés sous des pins. Pourvu que cela ne laisse pas de bosses.

Ce matin en me levant, je peste... de la fiente de pigeons, bien explosée et déjà séchée. Pas le choix que de nettoyer en macérant avec de l'eau. Finalement pas de chance avec ce camping. Il est inutile d'agrandir les photos.

é

Plestin les Grèves

Béatrice me dit que cela porte chance. En cours de route, nous tombons sur un grand marché. Pour Béa, c'est la chance de la journée !!! Je lui réponds, grâce à la fiente !!!

Nous profitons de notre arrêt et du parking pour voir une petite exposition dans la nature. Il s'agit d'un sculpteur autodidacte qui recycle les vieux outils et autres pièces sans faire de grands changements. C'est super réussi.

Direction le FINISTERE

Plouezoch

Nous rejoignons ensuite le Cairm, route de Barnenez. Le cairm est un monument en pierre recouvrant des sépultures. Le billet d'entrée est de 6€, nous profitons de la visite guidée de 14h30.

Il s'agit d'un des sites préhistoriques majeurs de Bretagne qui a une fonction funéraire remontant à plus de 2000 ans. En 1954, le monument a été racheté par un entrepreneur de travaux publics et a servi de carrière. L'année suivante, la communauté de scientifique s'est mobilisée pour préserver le site.

Il faut imaginer un dôme sans gradin contrairement à ce que l'on peut voir, construit uniquement en pierre sèche et sans liant : une vraie prouesse. Au début il existait plusieurs cairms plus petits qui ont été raccordés par la suite. Certaines pierres pèsent près de 20 tonnes, déplacées sur 2 km. On a retrouvé 3 voutes intactes ce qui est rare.

Le cairm mesure 40 m de long, 25 m de large, 4000m3 de pierre, pesant environ 10800 tonnes.

Un peu plus loin, nous voyons la brume de la mer qui prend le dessus, et donne un air encore plus mystérieux au lieu.

Le seul couloir dans lequel nous pouvons pénétrer. Les

A l'arrière du cairm, on voit bien la masse de pierres de granit que l'entrepreneur a prélevées mais qui a permis de découvrir les voutes.

Après avoir repris la route, nous nous arrêtons à l'église de de Plouezoch.

Saint Thégonnec

Il existe une aire de camping-car gratuite non loin de l'église. Nous voulons visiter les enclos paroissiaux qui sont une réalisation originale de l'art breton.

Nous voyons en premier la Porte triomphale et la Chapelle funéraire souvent appelée ossuaire construite de 1676 à 1682.

Le calvaire a été élevé en 1610. Sur le socle, figurent des scènes de la passion.

Les 2 cotés du socle.

L'église, de l'intérieur

La chaire date de 1683, magnifiquement restaurée après une partie détruite en 1988 suite à un incendie.

Les 2 bras du transept sont couverts de boiseries des 17ème et 18ème siècle.

Puis retour sur l'aire de camping-car.

16
16
Publié le 7 juin 2021

L'aire de camping-car à Saint Thégonnec est vraiment sympa. Le pain que nous avons cherché à la boulangerie près de l'église est super bon.

Ce matin, la bruine nous a rattrapés. Autrement dit une journée à visiter des églises. Encore !!! Oui les enclos paroissiaux, c'est propre à la Bretagne. Il en existe 23. Je vous rassure : nous allons nous limiter à quelques uns. Il faut bien en garder pour un prochain voyage.

Guimiliau

Nous avons été agréablement surpris hier par le calvaire de Saint Thégonnec mais alors là pour celui de Guimiliau, nous sommes ébahis ! tout d'abord par le calvaire mais également par l'intérieur de l'église. Parmi ceux vus durant la journée, nous considérons qu'il s'agit du plus beau. Le manque de soleil ne m'a pas permis de vous transmettre la vraie beauté des édifices.

Un touriste nous a fait savoir qu'à l'époque les villages environnants ont bénéficié de la prospérité de la manufacture textile, grâce au lin. Les villages rivalisaient entre eux et voulaient avoir le plus bel enclos paroissial.

L'église date du 16ème siècle. Elle est très grande en comparaison au nombre d'habitants du village.

ur 

Le calvaire date de 1581-1588 et comprend plus 200 personnages. On y trouve 17 scènes de la Passion. Une pure merveille.

Les personnages photographiés de près.

Le porche de l'église.

Le baptistère en chêne sculpté de 1675.

L'orgue date de 1677.

La chaire en chêne également très belle.

Le choeur

Lampaul-Guimiliau

Un arrêt pour voir un autre enclos paroissial. Je ne montre plus que ce qui est particulièrement beau par rapport au précédent.

La poutre de gloire du 16ème siècle qui traverse la nef.

La chapelle funéraire.

La Roche Maurice

Un touriste nous invite à voir également l'enclos de La Roche Maurice et nous nous y sommes rendus. Quelques photos :

Le plafond de l'église et son trésor.

Saint Pol de Léon

Une partie du plafond de la cathédrale est peinte.

Nous avons bien aimé les stalles en bois.

Après la visite de la cathédrale, nous avons fait un tour en ville. Béatrice s'est intéressée aux vitrines. Elle m'a dit que cela suffisait avec les églises. Je lui ai répondu que je ne pouvais quand même pas photographier des vitrines et les mettre sur le carnet de voyage !!

Peut-être que la Bon Dieu et la Sainte Vierge se souviendront de nos passages en ces lieux saints ?

Nous avons rejoint la ville de Roscoff, et avons trouvé un parking rue de la Petite Vitesse, proche du centre-ville. Il est possible que nous visitions encore le centre-ville en fin de soirée.

17
17
Publié le 8 juin 2021

Après toutes les églises visitées durant la journée nous avons encore eu le courage de visiter le centre-ville de Roscoff et son port.

Le phare mesure 84 m de haut et au loin nous avons vu sur les hauteurs la chapelle Ste Barbe (photo zoomée).

Nous passons devant la chapelle Ste Anne construite en 1640 et devant le noeud de croix (avec 4 personnages taillés) provenant d'un crucifix découvert en 1971 lors de l'élargissement d'une route.

La guérite d'autrefois et la passerelle construite en 1967 qui permet d'embarquer pour l'île de Batz à marée basse.

Les demeures en granit du 16ème et 17ème siècle sont principalement regroupées dans une rue.

La Maison des Johnnies et de l'Oignon de Roscoff, marchands d'oignons qui les exportaient notamment en Grande Bretagne.

Un petit tour à l'église.

Ce matin du 8 juin 2021 nous prenons la direction de Meneham.

En cours de route nous voyons au loin des dunes, faisons un arrêt sur un parking et nous voilà entourés de fleurs.


Le site de Meneham

Direction Kerlouan.

Arrivés sur le site, le soleil fait son apparition. Que demander de plus ? A zut, stationnement camping-car interdit. Nous devons aller sur le terrain de camping éloigné d'environ 500 m. Tant pis, je brave l'interdiction. Par ailleurs j'ai eu la confirmation d'un PV pour excès de vitesse de 45€ qui remonte à 15 jours.

Le site se situe sur la côte derrière d'impressionnants blocs de granit.

Nous visitons en premier l'authentique village de Meneham, conservé en l'état depuis le 19ème siècle installé au pied d'un énorme chaos granitique qui le protège de la mer et des vents d'ouest. Il a été restauré et les maisons étaient habitées jusqu'en 1978. Actuellement gîtes et ateliers d'artistes.

Dissimulé dans les rochers, un corps de garde abritait les douaniers qui surveillaient la côte, entre autres les contrebandiers. Il date de 1685.

Par la suite quelques maisons furent ajoutées pour abriter les douaniers.

Les douaniers cédèrent au fil des années leur place aux goémoniers qui ramassaient les algues aux alentours. Les algues étaient brûlées à même le sable et les blocs de cendres issus de la combustion des algues étaient vendus pour faire de la teinture d'iode.

Nous grimpons ensuite sur les rochers de granit qui entourent le corps de garde pour avoir une vue plus large sur la mer et les environs.

Avons encore été agréablement surpris en voyant tous ces rochers en bordure de l'océan !!!

Avec un peu d'imagination on peut voir une baleine échouée, des têtes d'éléphants et autre animaux...

Nous nous imprégnons longuement des lieux. Béatrice est ravie, donc je suis happy.

Nous avons du mal à quitter les lieux.

Le Folgoët

Nous partons en direction Le Conquet en contournant la ville de Brest. En chemin, j'ai repéré une aire de camping-car gratuite à proximité d'une église. Nous ne pouvons nous empêcher de la visiter.

Exceptionnels : le jubé du 15ième siècle admirablement sculpté dans le granit ainsi que la chaire

Arrivés à Le Conquet, nous stationnons sur un parking à coté de l'Office de Tourisme.



18
18
Publié le 9 juin 2021

Le Conquet

Nous avons passé une excellente nuit sur l'aire de camping-car de Le Conquet. Le ciel est bien gris, trop triste pour faire à pied le tour de la presqu'île de Kernovan. Nous allons continuer notre route pour aller à la Pointe de Saint Mathieu.

Nous n'insistons pas pour longer la côte, l'océan étant gris partout.

Direction la ville de Brest

Nous positionnons comme coordonnées sur le GPS, la "Rampe d'accès au port" pour y trouver un parking. Nous arrivons à stationner près du Musée national de la marine. Ouf !!! Je me présente à la billetterie pour apprendre qu'il n'ouvre qu'à 13 h. Tant pis nous allons visiter le Musée des Beaux Arts qui n'est pas loin. Grr !!! il est fermé, il n'ouvre que le 19 mai. Béatrice a compris que je tiens à visiter absolument le Musée de la marine. Nous attendrons 13 h.

Le billet d'entrée est de 7€. Le musée se trouve dans le château.

J'y découvre de belles maquettes

Une salle qui présente de magnifiques sculptures en bois qui se trouvaient devant et derrière les bateaux. C'est magnifique !!! Et dire que ce type de sculptures était exposé à tous les temps !!!

Quelques tableaux.

Je trouve qu'il n'y avait rien d'autre de vraiment transcendant à voir. Finalement je suis sorti déçu de la visite. Je m'attendais à beaucoup mieux pour un musée national. Un autre visiteur avec qui j'ai échangé était également déçu. Il m'a conseillé de visiter celui de Paris et de Lisbonne.

Photos prises à proximité. J'aime un peu moins l'arbre.

Du haut du pont et du château j'ai fait quelques photos de "petits bateaux" de la marine nationale, les plus gros stationnant à un autre endroit. La cale d'un bateau et un hélicoptère de la marine.

Nous reprenons la route et passons devant le village de Sizun. Non, non j'ai dit plus d'église mais un touriste m'a dit à Brest qu'il fallait la visiter si nous devions y passer.

Commana

Il est grand temps de partir en direction de l'écomusée des Monts d'Arrée. Nous ne visiterons que le moulin de Kerouat à Commana, la Maison Cornec se trouvant sur un autre site, à Saint Rivoal.

Le billet d'entrée est de 5€. Le village de Kerouat se résume à 2 moulins et quelques petites maisons.

On nous fait d'abord prendre un chemin bien sympathique à travers le bocage.

Maisons à proximité du moulin.

Le 2ème moulin plus petit.

Une autre maison.

La journée commence à se faire longue. Il est grand temps de rejoindre le camping-car et trouver un lieu pour dormir.

Nous allons finalement rajouter 26 km pour aller rejoindre la forêt légendaire de Huelgoat, et le chaos de rochers qui longe la rivière d'Argent.

19
19
Publié le 11 juin 2021

L'aire de camping-car se situe juste à coté du camping encore fermé. Notre vue, à l'arrêt !!!

J'ai dit plus d'église. La journée d'aujourd'hui sera exclusivement consacrée au marché du village en début de matinée et à la nature. Nous avons récupéré à l'Office de Tourisme une carte avec les circuits pédestres.

Nous ferons le circuit pittoresque et le sentier du Gouffre ainsi que le début du sentier de la Rivière d'Argent.

Il a fait gris toute la journée mais les sentiers parcourus nous ont émerveillés. Dommage que les photos ne restituent pas notre perception des lieux. C'est une journée "rochers" que je vous présente.

A l'entrée du village, juste avant le pont, il y a un déversoir de l'eau provenant du lac et de l'autre coté se trouve le moulin.

Nous commençons notre "circuit pittoresque" par le haut. Nous arrivons à la "Roche tremblante" que nous arrivons à faire bouger, poids estimé 135 tonnes. Je vous vois sceptique, tout comme je l'étais !!! Je vous en apporte la preuve, lire le panneau. C'est impressionnant et marrant de voir la tête des personnes qui la voient bouger.

Des photos du chaos de rochers.

En descendant une échelle, nous arrivons à la "Grotte du Diable" (rien de particulier).

Certains passages sont étroits mais contribuent au charme du circuit.

Encore quelques photos de ce chaos de rochers.

Vers la fin du circuit nous revenons vers le moulin près du pont et apercevons le déversoir de l'autre coté du pont.

Nous partons ensuite faire le sentier du Gouffre et une partie du sentier de la rivière d'Argent. Les photos sont différentes du circuit précédent.

Je ne m'y connais pas en champignons en tout cas il est trop beau pour ne pas le prendre en photo.

L'endroit appelé "le gouffre" n'est pas particulièrement impressionnant. Nous suivons ensuite le cours de la rivière.

Sur ce nous avons bien mérité de manger en dessert du "far breton" acheté au marché et du ''mille feuille" acheté à la boulangerie du village. Ce dernier est le meilleur que nous ayons mangé à ce jour.

Demain vendredi 11 juin, nous irons visiter le village de Faou, qui figure sur le liste des Plus Beaux Villages de France.

Nous avons encore passé une nuit super calme sur cette aire, nous avons l'impression que de nombreux camping-caristes y restent plusieurs jours.

Le Faou

Le village fait partie de la liste des Petites Cités de caractère. Sa rue principale est bordée de belles maisons anciennes en granit dont les étages sont en encorbellement et les façades recouvertures d'ardoise.

Plusieurs éléments confirment le passage prochain du Tour de France.

C'est une des rares cités bretonnes à avoir encore conservé ce type de demeures.

Une magnifique enseigne qui représente bien la région de la Bretagne.

A marée basse, le chenal est bien triste.

Et hop un petit tour à l'église !!! Sous le porche, les statues "repeintes" des apôtres.

Le baptistère et le plafond de l'église.

Pointe des Espagnols

Nous partons ensuite pour aller sur la Presqu'Île du Crozon et plus spécialement à la Pointe des Espagnols.

En 1594, une garnison d'Espagnols, alliés de la Ligue, entreprit la construction d'un fort pour contrôler le trafic maritime dans la rade de Brest. Mal leur en a prit. Six mois après leur arrivée, les troupes d'Henri IV les passèrent tous par les armes.

Nous avons une vue sur la rade de Brest. Photos prises avec un zoom important.

Puis vint la brume de la mer, à grande vitesse en rafraîchissant l'air, laissant l'endroit bien mystérieux.

Puis le néant !!!

Nous rejoignons le parking que la brume n'envahira finalement pas.

20
20
Publié le 13 juin 2021

Nous partons du parking de la Pointe des Espagnols située au nord de la Presqu'île de Crozon où nous avons passé une bonne nuit.

Nous passons devant le Fort de la Fraternité et prenons un sentier. Pour info, près de 150 ouvrages ont été édifiés au 17ème siècle (la plupart par Vauban) sur le Presqu'île de Crozon principalement pour défendre la rade de Brest. Certains sont occupés par la Marine nationale.

Pointe de Pen Hir

La Pointe de Pen Hir ressort avec 3 étoiles dans le Guide Vert.

Nous stationnons sur le parking proche de la Pointe et du monument à la gloire des Bretons des Forces Françaises libres.

Nous sommes arrivés à la Pointe en même temps que le soleil. Super !!! A croire que le soleil nous attendait pour se dévoiler. Un magnifique panorama s'offre à nous et un à-pic de 70 m.

Tiens tiens au loin la plage dont rêve Béatrice !!!

En repartant nous passons devant le Musée mémorial de la Pointe de Pen Hir.

Des ancres de navires sont exposées dont celle photographiée du porte-avions Clémenceau dont la chaîne pèse 414 t et l'ancre 11 t.

Un petit tour dans le Fort, le musée quant à lui est fermé.

Nous passons devant les alignements de Lagatjar de 143 menhirs.

Locronan

Le village fait partie de la liste des Plus Beaux Villages de France et de celle des Petites Cités de Caractère. Il mérite effectivement d'être visité. Par le passé, il était prospère grâce à l'industrie de la voile et il l'est encore grâce au tourisme. Résultat => à la fin de la visite nous avions fait des petits achats.

De belles pièces dans une verrerie.

Une très belle place centrale du village.

De magnifiques et anciennes bâtisses le long des ruelles.

De l'église, je ne montre que des éléments de la chaire datant de 1707 qui retrace la vie de St Ronan, ermite irlandais venu en Cornouailles vers le 5ème siècle. J'ai bien aimé.

Douarnenez

Béatrice est patiente avec moi. Je tiens à voir le Port-musée de Port Rhû, 2 étoiles dans le Guide Vert. Pas facile de trouver un endroit pour s'arrêter avec un camping-car.

Normalement 4 des 7 bateaux amarrés dans le bassin se visitent. Pas de chance, pas de visite avant le 1er juillet, raison Covid. J

Je pars ensuite visiter le musée à terre. Le billet d'entrée est de 5,50€. La visite est intéressante avec des "embarcations" exposées : barques, bateaux à voiles... ainsi qu' un espace présentant la survie en mer, un autre sur la conserverie, etc...

La conserverie et la friture des sardines.

De nombreuses photographies rappellent l'ancien temps.

Différence entre une barque et d'un voilier de plaisance avec une allure très affinée.

Je n'ai pas regretté d'avoir visité ce musée.

En longeant le port, nous apercevons 3 carcasses de bateaux en bois. Cela ne cadre pas avec la beauté du port et des bateaux amarés.

Direction la Pointe du Raz et arrêt sur un parking à la Pointe du Millier, à proximité du moulin de Keriolet.

Nous décidons de rester, il faudra mettre les calles car le parking est en pente.

Demain nous rejoignons la Pointe du Raz et selon le parking qui nous attend nous allons probablement rester pour y passer la journée et la nuit et voir le coucher de soleil.

21
21
Publié le 14 juin 2021

La Pointe du Raz se situe à l'extrémité ouest de la Cornouaille. Avec la Pointe du Van toute proche, ils couvrent 2000 ha.

Nous stationnons sur le parking de la Pointe du Raz, 6,50€ la journée pour un camping-car, 16,50€ pour 24h, 4,00€ pour une voiture.

Nous rejoignons la Pointe à pied. Le panorama qui s'offre à nous est grandiose : les landes de bruyères et d'ajoncs illuminent les sentiers de part et d'autres. Rappel : l'ajonc est un petit arbuste épineux qui ressemble un peu aux genêts.

Trop beau ce jaune éclatant des ajoncs !!!

C'est encore plus beau avec le bleu de la bruyère entre les ajoncs !!! et surtout sur cette étendue.

Nous arrivons à la Croix celtique en granit réalisée en 2000 par un compagnon du devoir. L'hermine est l'emblème de la Bretagne, le serpent le symbole du savoir et de la connaissance, l'arbre de vie le symbole de l'éternel recommencement, le bateau de pêche et le poisson le symbole du marin et du chrétien.


Nous arrivons au bout de la Pointe du Raz.

Au loin c'est l'île de Sein que nous apercevons qui mesure 2 km de long. Comme nous nous trouvons en hauteur nous avons l'impression que la distance qui nous sépare d'elle est d'environ 2km alors que nous sommes à plus de 6 km. (Photos ci-après prises avec un zoom de 30x).

La statue de Notre Dame des Naufragés se tient face à la mer. Elle est très expressive.

Sur les conseils d'un camping-cariste que nous avions rencontré lors d'un précédent circuit, nous rejoignons en fin de journée la Pointe du Van. Nous y trouvons un emplacement sur un parking réservé aux camping-cars et y resterons la nuit. Les à-pics sont assez impressionnants.

Près de la côte et face à l'océan, une chapelle qui est fermée. La statue se trouvant à l'arrière de la chapelle est recouverte de lichen, à croire qu'elle porte un manteau avec une cape. Je la trouve adorable.

Non loin de là, 2 sources sont protégées par un abri.

Le soir à 22h19, nous assistons au coucher de soleil dans un ciel dégagé de tout nuage. En présence de quelques nuages, il serait encore plus beau.

Sur ce il est temps d'aller rejoindre morphée.

Quimper

Il n'est pas évident de trouver en camping-car un parking proche du centre. Comme il fait déjà très chaud, Béatrice préfère rester au camping-car à l'ombre des arbres d'un parking, proche du camping Lannion. Je prends ensuite le vélo pour rejoindre le centre-ville via un sentier.

J'arrive au Quartier de Locmaria, le coeur historique de la faïencerie de Quimper. Le billet d'entrée est de 5€. Il retrace sur 3 siècles l'histoire de la faïencerie de Quimper. J'ai beaucoup aimé les scènes et les personnages d'antan.

Des assiettes avec des motifs à "couper la faim". C'est bon pour le régime...

Béatrice et Jean-Luc il y a bien longtemps. Un autre plat présente la noce d'un couple.

Des poteries aux motifs bigoudens.

De magnifiques scènes de la vie.

J'ai été ravi par cette visite.

J'arrive à récupérer un plan du centre-ville juste avant 12h30, heure de fermeture de l'Office du Tourisme. Je compte également visiter le Musée département Breton. Il est fermé le lundi. Le musée des Beaux arts n'ouvre qu'à 14h ainsi que la cathédrale. Je patiente en faisant un tour au centre historique. Les maisons à colombage sont éparpillées au centre.

C'est long quand on attend 1h30. Je pense à Béatrice qui m'attend bien plus longtemps que cela.

Dans le musée des Beaux Arts, la très grande majorité des tableaux sont très sombres et ne sont pas vraiment à mon goût. J'en déniche tout de même quelques uns que j'apprécie.

Je fais un tour à la cathédrale mais je ne relève rien de particulièrement admirable.

Retour au camping-car, comme il est prévu plusieurs jours de mauvais temps à partir de mercredi. Nous décidons d'aller à Concarneau sur un terrain de camping au bord de la plage et d'y rester 2 nuits.

22
22
Publié le 15 juin 2021

Journée relaxe. Nous sommes au repos sur le camping du Moulin d'Aurore, 49 rue de Trégunc. Il est proche d'une petite plage et à 15 mn du centre historique que constitue la "ville close".

Ce matin nous avons longé le sentier côtier pour rejoindre ce centre historique que nous apercevons de loin.

Nous passons devant une petite plage sympathique. C'est sûr elle serait plus belle sans les algues. Pourquoi pas cet après-midi !!!


En chemin, nous croisons la statue d'un célèbre chef d'escadre : Duquesnes au temps du Louis XIV. Il a notamment remporté la victoire contre l'escadre d'un amiral hollandais considéré comme le plus redoutable chef de mer.





Nous croisons ensuite la statue de Sainte Anne (la protectrice des Bretons), érigée sur un bunker et sur lequel passe le sentier.

Au bout du sentier il nous faut prendre une navette bateau pour éviter des détours, 1€ pour environ 2 à 3 mn de traversée. Nous serons déposés devant la brèche de la muraille, l'entrée normale se trouvant du coté opposé du fort.

En face du fort se trouvent des chantiers navals avec 2 navires de la marine nationale en réparation .

Un peu plus loin 2 chalutiers amarrés.

Je constate qu'il y a une rue principale avec les boutiques et 2 rues qui longent les murailles (délaissées par les touristes).

Béatrice entend de la part d'un touriste : "les femmes trouvent beaux les endroits visités dès lors qu'il existe des boutiques".

Il a beaucoup de monde mais bizarrement moins sur la place centrale.

Comme on peut le voir, une boutique après l'autre... Certaines sont particulièrement tentantes !!! A consommer avec modération !!!

La chapelle-hôpital.

La maison du Gouverneur, fermée le mardi.

Nous arrivons enfin à l'entrée officielle du fort.

Nous reprenons le sens inverse pour rejoindre la navette et devinez !!!

Le restaurant s'appelle bien le "Pourquoi pas". C'est l'enseigne qui nous a donné l'idée. C'était bon et a un prix raisonnable.

23
23
Publié le 17 juin 2021

Nous nous sommes dirigés vers le hameau de Kercanic (à coté de Nevez) pour voir les maisons de chaume. Elles nous rappellent notre passage en Normandie. Elles sont peu nombreuses et sont toutes regroupées dans une rue.

Kerascoët

Comme nous sommes friands de ces maisons, nous allons au hameau de Kerascoët situé à quelques kilomètres du précédent.


Pont Aven

Après le repas nous ciblons le village de Pont Aven, connu pour être la Cité des Peintres. Ce bourg était le havre de Paul Gauguin et d'autres peintres de l'époque, attirés par la modicité des auberges et l'exceptionnelle lumière des lieux. Nous ne bénéficierons pas de cette lumière, le ciel s'est couvert à notre arrivée et nous craignons même de la pluie. Les petites bourrasques nous incitent à nous mettre à l'abri dans le musée consacré à l'école des peintres de Pont Aven et à la vie de Gauguin.

Le billet d'entrée du musé est de 5€. Nous y verrons de belles toiles dont certaines nous plaisent particulièrement.

Les tableaux émanent de différents peintres...

d

Ah ! un tableau de Paul Gauguin (1848-1903), intitulé "Village breton sous la neige" peint vers 1894.

Il n'a finalement pas plu. Nous faisons un petit tour au centre du village et des rues attenantes. Nous y relevons de très nombreuses galeries, des conserveries, des magasins pour touristes... et des toilettes pittoresques : voir la première photo.


Le village de Poul Fétan a été notre destination en fin de soirée, nous le visiterons demain.

Pour info, la batterie de l'ordinateur est à nouveau vide et ma souris m'a lâché. J'ai dû l'étrangler par mégarde. N'étant pas habitué à travailler sans, je diffère le compte rendu de la journée que nous passerons à Poul Fétan.

24
24
Publié le 18 juin 2021

Poul Fétan

Le village de Poul Fétan est un écomusée, à environ 30 km au nord de Lorient et à proximité de Quistinic.

Il s'agit d'un hameau de chaumières du 16ème siècle, restauré à partir des vestiges laissés à l'abandon dans les années 1973, achetés par le commune et restaurés pendant 13 années. On y retrouve l'atmosphère d'un "village breton au 19ème siècle".

Dans les années 1850, le village était occupé par 5 familles et 2 de locataires pour une surface agraire de 40 ha. La famille la plus aisée détenait à elle seule 20 ha.

Le billet d'entrée est de 11,50€, prix tout à fait raisonnable par rapport aux prestations proposées : visite guidée, ateliers de filage de laine, tissage, fabrication de beurre, fabrication de bougies, tressage de cordes, broyage de l'ajonc, spectacle des lavandières,...

Nous avons été ravis à la fois par les lieux et les animations très instructives. Vraiment ravis !!!

Les toits de chaume ont 40 cm d'épaisseur, faits de roseaux (résistants 40 à 50 ans si correctement entretenus). Les toits de paille de seigle tiennent environ 20 ans. Le faîte du toit est en terre d'argile sur laquelle on a fait pousser de l'herbe et des iris qui absorbent l'humidité.

L'intérieur d'une maison. Les parents dorment recroquevillés dans une des armoires pas très longues. Il est coutume de dire que seuls les morts dorment allongés, donc pas besoin qu'elle soit plus grande. Jusqu'à 5 enfants pouvaient dormir dans la seconde armoire, de manière à se réchauffer sachant que les portes des armoires se fermaient.

Il appartenait aux enfants de chercher l'eau à la source et de remplir le bac en granit.

A l'époque, le plafond était constitué de torchis et non de planches, les animaux occupaient le coté opposé de la cheminée. Seules les familles aisées avaient les animaux dans une annexe attenant à la maison.

De chaque coté de la cheminée, dans une maison d'une famille aisée.

La fabrication du beurre

La femme mariée emportait dans son trousseau une armoire renfermant des draps, elle était jugée sur le nombre de draps qu'elle apportait. Lorsqu'on invitait des personnes, on laissait volontairement une porte de l'armoire ouverte pour qu'elles puissent relever la hauteur des draps. Très souvent, les draps étaient pliés de manière à pouvoir en déduire un nombre plus important et aucun drap n'était stocké derrière la porte fermée.

L'ambiance de l'époque

Les habits

Les habits des mariés et des invités étaient des biens précieux qu'on conservait longtemps. Pour le quotidien les habits étaient en chanvre, très résistants, peu chers, ils étaient rèches mais s'adoucissaient avec le temps.

Il fallait d'abord peigner la laine afin que les fils aillent dans le même sens, puis on la filait au fuseau que l'on pouvait emporter partout (durant les pâtures) ou le rouet devant la cheminée...

Le tisserand, le tailleur, le sabotier étaient mal considérés par les paysans. Ils vivaient à l'écart du village. Le paysan ramenait les pelotes de fil au tisserand. Pour faire 25 m de tissu en chanvre, le tisserand posait 3 jours durant des fils longs de 25 m, soit un total de 6 km de fil. Il arrivait à tisser 50 cm par heure, soit 50 heures pour faire 25 m de tissu.


Parfois les fils étaient teintés. On utilisait des orties pour la teinte jaune, la fougère pour le vert, la pelure d'oignon pour l'oranger, les racines de garance pour le rouge,... Comme fixateur, on trempait le tissu dans un bain avec de l'urine de cheval, de vache ou humain.

Les lavandières : le lavoir était le lieu de commérage. Les draps étaient lavés 2 fois par an au printemps et en automne mais changés régulièrement d'où l'importance de disposer de nombreux draps dans l'armoire. Elles utilisaient de la cendre qui contient de la potasse pour décrasser. Les lavandières ont joué un spectacle d'environ une demi heure, mettant en avant les commérages. C'était superbement bien interprété.

L'alimentation ordinaire est simple : soupe aux légumes avec lard, pain de seigle, bouillies, crêpes et galette en sarrasin (également appelé blé noir). Voilà à quoi ressemble le blé noir.

Le chanvre mesure 2 m de haut, une fois récolté on le trempait dans des bassins d'eau durant 3 semaines pour qu'il pourrisse (c'est le rouissage), on le fait sécher, puis on le broie de manière à ne conserver que l'écorce et ensuite on le peigne pour en faire un fil.

A l'époque, chaque personne avait sa propre cuillère accrochée au-dessus de la table. Si un invité à un mariage oubliait d'emporter la sienne, il devait manger avec les mains. Seul Maturin (l'homme) possédait un couteau. Une fois les découpes réalisées la famille pouvait commencer à manger, une fois le couteau fermé, il fallait s'arrêter de manger et se lever de table.

Divers...

Nous avons pu manger sur place à midi. Notamment des crêpes au sarrasin avec saucisses et un gros dessert breton qui cale. J'ai moins aimé le cidre produit à l'ancienne. Au niveau du pressoir, on y dépose les pommes de cidre écrasées, puis une couche de paille et ainsi de suite. Je me demande si le goût "bizarre" ne provenait pas de la paille.

Nous avons passé une excellente et intéressante journée. Nous vous recommandons d'y aller. Nous connaissions déjà cet endroit pour l'avoir visité il y a 6 ans de cela. De nombreuses animations, la visite guidée et le spectacle des lavandières ont été rajoutés depuis.

Nous avons rejoint le camping-car et avons décidé de rester sur le parking pour la nuit en compagnie d'une dizaine d'autres camping-caristes.

25
25
Publié le 20 juin 2021

Ayant déjà visité par le passé la partie qui longe la côte du Morbihan (Carnac, la presqu'île de Quiberon, Auray, Vannes, Sarzeau,...), nous décidons de prendre la route vers Pontivy pour acheter une nouvelle souris pour l'ordinateur et prendre du Gpl.

En chemin nous nous arrêtons au Village de l'An Mil près de Melrand.

Le billet d'entrée est de 6,50€. Nous pourrons y voir :

* le Jardin qui reprend une centaine d'anciennes plantes

* une partie Vestiges découvert en 1902. L'espace a été occupé du 8ème au 14ème siècle

* une partie reconstitution

Béatrice s'est plus intéressée aux biquettes et au bouc qui n'a pas l'air commode. Le fait qu'il soit attaché était rassurant !!!

Un peu léger cette visite, aucune animation, peu d'informations sur la vie d'autrefois,... Je m'y attendais un peu mais bon c'était sur notre route.

Pontivy

Nous arrivons à nous arrêter sur un grand parking Rue François Mitterrand, proche du centre-ville.

Le 28 juin, l'arrivée de l'étape du jour du Tour de France se fera à Pontivy. La ville est visiblement prête à l'accueillir. Les vitrines de certains magasins le font savoir.

Nous prenons la Rue du Fil et la Rue du Pont. Les maisons à colombage y sont regroupées et des broderies sont suspendues au-dessus de la Rue du Fil. C'était beau à voir.

Quelques photos supplémentaires en traversant le centre-ville pour rejoindre le château ...

Le château est fermé mais un sentier permet d'en faire le tour. Il est impressionnant par ses dimensions.

De retour au parking, l'après-midi est déjà bien entamé. Nous décidons d'aller sur Rochefort en Terre et de rester la nuit sur le parking à l'entrée du village.

Rochefort en Terre

Le bourg est magnifique, il a été élu le Plus Beau Village de France en 2016 et fait partie de la liste des Petites Cités à Caractère. Il est en effet difficile de ne pas céder au charme paisible de ce bourg.

Le coeur de la cité a conservé des demeures du 16ème et 17ème siècle que l'on découvre en flânant le long de la rue du Porche, et sur les deux places du centre. Nous y relevons de belles façades en granit, de nombreuses échoppes et galeries d'artistes.

d

Tiens tiens la chatelaine m'attendait : quand elle m'a vu, elle s'est mise à sourire. Mais je n'ai pas vu que son Prince Charmant était derrière moi !!! 😢😢😢

Nous nous dirigeons ensuite vers l'entrée du château pour visiter le parc et le château de l'extérieur. C'est ma chatelaine qui m'accueille bien souriante !!!

Je me promène avec ma chatelaine le long des douves. La vue n'est certes pas très romantique mais elle a son charme. On a l'impression que tous les toits sont emmêlés les uns dans les autres !!!

Nous nous dirigeons ensuite vers la petite chapelle près des douves.

En nous promenant à travers le village, on constate que la nature est partout présente. Elle embellit les bâtiments, les ruelles... Mais ce n'est pas une raison pour que les Messieurs abusent !!!

Quelques enseignes bien sympathiques...

Nous sommes entrés dans une galerie où de magnifiques tableaux étaient exposés. J'ai réussi à prendre au vol 2 photos sachant que ces dernières étaient interdites.

Vers midi, la pluie a commencé à tomber et nous n'avions pas emporté de parapluie. Ayant globalement fait le tour du bourg, nous sommes retournés au camping-car.

Comme il pleut à verse nous décidons de quitter les lieux à 14h, pour aller où ? Ce sont finalement les mauvaises prévisions météorologiques des prochains jours qui vont nous indiquer le chemin à prendre. Celui du retour au bercail. Nous prenons ainsi la direction d'Angers et nous nous arrêterons sur une aire de camping-car à Segré.

26
26
Publié le 20 juin 2021

Nous avons quitté la ville de Segré, ce matin, sous une pluie intense. Nous positionnons la ville d'Angers sur le Gps en prévision de faire un tour au château. Arrivés sur place, nous avons continué notre chemin compte tenu des trombes d'eau qui aspergeaient le camping-car et donc les environs.

Nous décidons de prendre la direction d'Orléans et trouvons une aire de camping-car à Saran, proche de la ville d'Orléans. Il va falloir freiner un peu notre retour mais c'est bien la pluie qui décide pour nous.

Arrivés à Saran, le soleil est revenu. Nous nous empressons de nous dégourdir les jambes en faisant le tour de 2 beaux étangs qui se trouvent à proximité de l'aire de camping-car.

Une ballade bien sympathique, une ballade pour retraités...

Le château nous invite à visiter une exposition de kimonos. C'était beau à voir.

La femme japonaise ne portait aucun bijou mais ornait sa coiffure de peignes et d'épingles à cheveux, objets de bois laqué, de corne ou de métal. Tout est investi dans le "OBI", ceinture de brocard, lamée de fils d'or et d'argent, pouvant valoir des sommes considérables et se transmettant précieusement d'une génération à l'autre.

Kimonos à manches courtes.

Le Kamishimo, un vêtement traditionnel de cérémonie.

Le Haori est une veste qui se porte sur le kimono. Sur la photo ci-après, il rappelle la bataille d'Uji en 1180 qui opposa 2 clans.

Le Shicki go san qui se porte en automne en l'honneur des enfants âgés de 3, 5 et 7 ans, notamment pour aller au temple et souhaiter longue vie aux enfants.

Le kimono de mariage, sachant que la mariée en portera 2 ou 3 le jour de son mariage.

Voilà le kimono que je préfère, mais il n'était pas à vendre !!! C'est sans doute le raffinement des japonais qui dit qu'il "se porte chez soi quand il fait trop chaud" et non pas pour des moments coquins !!!

Le kimono d'un enfant.

Kimonos d'enfants et de jouets

Egalement une belle exposition de tableaux :

Après la visite nous retournons faire une ballade romantique !!! puis retour au camping-car

27
27
Publié le 23 juin 2021

Nous sommes arrivés au terme de notre périple : le Grand Tour de Bretagne.

Pour exprimer notre ressenti, je vais tout simplement reprendre les vers du poète Haraucourt en remplaçant "Bréhat" (sa version) par "la Bretagne" :

"Quand on connaît la Bretagne, on y pense, - Quand on y pense, on y revient, - Quand on y revient, on l'adopte, - Demain, vous adopterez la Bretagne".

Nous avons en effet pleinement apprécié cette région de France. La météo nous a été globalement très favorable. Souvent nuageux en début de journée et ensoleillé par la suite, mettant encore davantage en valeur la beauté des paysages, de la nature, de l'océan, des lieux visités... Mais une photo reste une photo. Quand bien même elle est réussie, elle ne transmet pas notre ressenti du moment, ni la largeur de notre champ de vision. Il faut aller sur place !!!

Partant de l'Alsace, nous aurons parcouru environ 3600 km en 32 jours. Béatrice a trouvé notre retour au bercail un peu trop rapide. Craint-elle déjà le train train de tous les jours ? J'ai la solution, celle de repartir !!!

Merci à vous, amis et/ou lecteurs, qui nous ont suivis au tout au long de notre circuit. Un autre circuit nous attend, peut-être au mois d'août pour visiter les Hauts de France, si pas d'imprévu.

ps : concernant nos arrêts en camping-car, nous n'avons pas réellement rencontré de difficultés à l'exception des barrières pour limiter la hauteur nous invitant à nous garer plus loin. Nous avons finalement passé 3 nuits en camping, 4 sur des aires de camping-car payantes et le reste sur des aires de camping-car gratuites ou des parkings.

Pour clore le périple : les dernières photos de notre voyage prises au retour, à l'occasion de notre arrêt sur l'aire de camping-car au port de Ligny en Barrois.