Carnet de voyage

Circuit Normandie

25 étapes
74 commentaires
1
La Normandie en longeant la côte : de Fécamp à la Presqu'île de la Hague, avec un départ et un retour au nord de l'Alsace
Août 2019
26 jours
Partager ce carnet de voyage
1
août

Après mes problèmes de santé rencontrés début mai, je me devais d'être patient avant de pouvoir repartir en camping-car. Béatrice n'est pas très rassurée, je la comprends après les frayeurs que je lui ai faites en Belgique.

Le prochain départ avec ma salvatrice est fixé au 12 août, direction la Normandie. La chaleur sera plus supportable que dans le sud. De plus pour me "ménager", j'ai prévu de :

- faire des étapes relativement courtes sur 1 mois

- procéder à une mise à jour régulière du blog, sans toutefois procéder à une diffusion quotidienne aux abonnés

J'ai préparé le circuit via l'application "Itn Converter", circuit que j'ai transféré sur mon GPS pour faciliter la vie à ma co-pilote. Les points sur la carte ci-après ont été positionnés (en m'appuyant sur l'application Park4night) directement sur des parkings ou des aires à proximité des lieux que j'ai l'intention de visiter. Le circuit fait environ 2400 km. Il pourra faire l'objet de petites modifications en cours de route.

Suis impatient de partir...

Circuit complet depuis le départ de Haguenau
Carte plus précise du circuit sur la Normandie
12
août
12
août

Pour rejoindre Sierck-les-Bains (notre première étape), nous avons décidé de ne pas suivre l'itinéraire proposé par le GPS, mais de passer par Bitche, la route étant plus sympa. Un coucou à Virginie et à Guy qui y habitent, des camping caristes qui ont un site étoffé de leurs voyages sur Myatlas.

La ville de Bitche mérite un arrêt. Je vous fais part des endroits visités récemment avec notre plus jeune fils et ma belle-fille.

L'étang de Hasselfurth

Il est situé à 2 km de la ville, pour y aller vous pouvez positionner "Allee Jean Gross" sur le GPS. L'endroit est sympathique pour s'y promener, en suivant l'anneau vert le circuit fait environ 6 km. Vous avez la possibilité de vous restaurer au Restaurant du Lac (plat du jour à midi 12€, buffet à volonté).

Après 2 km de marche, vous tombez sur une petite retenue d'eau dans laquelle se jette la rivière des canards appelée "Entenbaechel".

Eh oui, le repos fait partie de la ballade...

Citadelle de Bitche

Le billet d'entrée est de 10€ pour un adulte et 2,50€ de plus en intégrant la visite du Jardin pour la Paix.

Louis XIV a chargé Vauban de fortifier ce point, en 1679. Cette fortification s'est fait connaître plus particulièrement par le commandant Teyssier qui a soutenu un siège face aux prussiens du 8 août 1870 au 26 mars 1871. Le général allemand avait estimé pouvoir prendre la citadelle en 5 jours. Au final, elle est bombardée du 23 août au 21 septembre 1870, plus de 20 000 obus tombent faisant plus de 400 tués, sans compter les blessés. La forteresse ne se rendant pas, un blocus est imposé. Le commandant remet la place aux allemands le 26 mars 1871 sur ordre du gouvernement français.

La visite se fait à travers les salles souterraines de la forteresse. Un film est projeté, et pour laisser les visiteurs dans l'expectative, il est "coupé", la suite étant à regarder successivement dans les salles suivantes. Le film retrace bien la violence des attaques et la vie sous terre. Un peu violent pour des petits enfants qui accompagnent leurs parents. Il est rappelé que c'est la France qui a déclaré la guerre alors qu'elle n'était pas du tout prête. Les allemands bénéficiaient entre autres d'une artillerie beaucoup plus puissante et l'armée était bien mieux organisée. Suite à cette défaite, l'Alsace et la Lorraine ont été annexées à l'Allemagne...

Le puit est profond de 80 m et permet de remonter en une fois 200 l d'eau au moyen de la roue dans laquelle 2 hommes marchaient pour la faire tourner. L'intérieur d'un four à pain...

Le Jardin pour la Paix

Sans le billet cumulé avec la visite de la citadelle, le billet d'entrée est de 5€,- cher-. Le jardin a été créé en 2003 au pied de la citadelle, il présente un douzaine de jardins éphémères régulièrement renouvelés. Je reprends la description d'un dépliant "Le jardin vous déploie un enchaînement d'espaces ouverts ou intimistes, tous harmonieusement disséminés autour d'une promenade belvédère. D'innombrables déclinaisons paysagères agrémentent votre flânerie par autant d'escales de découvertes, de quiétude et de fraîcheur…"

SIERCK LES BAINS

Ce jour 12 août, départ circuit destination Normandie, avec un 1er arrêt à Sierck les Bains.

A proximité de Sierck-les-Bains se trouve le château de Malbrouck que nous ne visitons pas.

Nous nous sommes arrêtes sur un parking qui longe le Quai des Ducs de Lorraine. Nous avons été accueillis par "un" rayon de soleil et nous nous promenons dans les vieilles ruelles de Sierck avec de nombreuses maisons renaissances dont certaines ont de belles frises datant du 17ème siècle.

L'église a été bâtie sur le roc, construite en 1236 par le Duc de Lorraine et agrandie au 15ème siècle. Autrefois elle était une chapelle des Chevaliers Teutoniques. En longeant la rue nous tombons sur la geôle de la vieille tour dans laquelle fut enfermée une sorcière qui fut brûlée en 1616. Rappel : la chasse aux sorcières s'est faite du 15è au 18ème siècle, elle fit plus de 50 000 victimes.

Comme il ne pleuvait pas Béatrice m'a suivi pour la visite du château. Après avoir réglé le billet d'entrée de 6€, de gros nuages nous accueillent, suivis d'une grosse pluie. Dommage… Comme la visite se fait principalement sur les remparts, Béatrice patauge dans ses chaussures non imperméables, elle est désormais prête à affronter la météo pluvieuse qui nous attend en Normandie dans les 10 prochains jours.

En retournant au camping-car, nous nous apercevons que nous n'avons pas fermé le lanterneau au-dessus du lit. La couette est donc trempée, espérons qu'il ne va pas faire trop frais cette nuit.

RODEMACK

Rodemack fait partie de la liste des "Plus beaux villages de France". Un parking nous accueille juste à l'entrée du village. Tout le village est entouré d'un rempart, avec une citadelle. Tout est très propre, il est vraiment agréable à visiter. Le soleil étant revenu, nous commençons par la promenade des remparts.

En 1900, il y avait 2 boulangers, 2 bouchers, 2 commerces à bestiaux, 1 quincaillerie, 5 épiciers, 5 cafés, 1 mercerie, 1 marchand de tissus, 1 pharmacie, 3 moulins et de nombreux artisans.

Nous passons également en revue les plantes du jardin médiéval qui se situe au pied des remparts. Pour renforcer sa mémoire, il suffit de planter de la menthe et du romarin...

Béatrice ne tient pas à visiter la citadelle étant donné que nous avons déjà visité un château, ce jour. Elle a raison de vouloir profiter du soleil après la forte averse de cet après-midi.

Sur ce, se termine la journée.

13
août

Le village de Marville fait également partie de la liste des "Plus beaux Villages de France". Au 16ème siècle le village était prospère et comptait 2000 habitants.

En arrivant nous avons stationné à l'entrée du village à proximité d'un cours d'eau.

Nous commençons à longer les remparts du village. Vous pouvez d'ailleurs voir ma petite demeure !!!

Nous pénétrons par l'autre coté du village et côtoyons de vieilles bâtisses… Les rares bâtisses abandonnées ont également leur charme...

D'autres sont très bien entretenues…

Nous arrivons ensuite vers l'église St Nicolas, qui est magnifique. Son intérieur est grandiose. En entrant nous sommes accueillis par des chants pré-enregistrés et les spots s'allument au fur et à mesure que nous avançons dans le choeur...

Nous avons également visiter le cimetière qui se situe à environ 2 km du village. Il est immense et contient d'innombrables anciennes pierres tombales dont certaines remontent au 15ème siècle… C'est entre autres dans ce cimetière que les lépreux du diocèse de Trêve ont été enterrés. Vers 1890, le gardien du cimetière regroupa 40 000 cranes et ossements dans un bâtiment annexe.

Nous remercions les habitants engagés de ce village qui savent sauvegarder le patrimoine de leurs ancêtres et garder le caractère d'un village où il fait visiblement bon vivre...

14
août

REIMS

Hier au courant de l'après-midi nous sommes arrivés à l'aire gratuite de camping-car de Reims, qui se situe Allée Polonceau, à 10mn à pied de la cathédrale.

Ce matin direction la cathédrale.

Quelques chiffres au sujet de la cathédrale, longueur 138m, hauteur de voûtes 38m, hauteur des tours 81m, 2302 figurines dont 211 de 3 à 4m, construite de 1211 à 1481. Elle a subi de graves dommages durant la guerre de 14-18, l'édifice a été la cible volontaire de plus de 400 obus, causant entre autres la destruction de nombreux vitraux...

Le chœur manque de luminosité, dommage… Un des vitraux de Chagall, peintre français d'origine russe (1887-1985)

Le sacre des rois français. C'est par le sacre que Dieu transmet au roi le pouvoir avec les grâces nécessaires pour remplir cette mission. Tous les rois furent sacrés à Reims sauf Louis VI et Henri IV. Je ne me souvenais pas qu'on avait eu autant de rois, il faudra que je révise… mais je pense que je ne suis pas le seul...

Visite du Palais de Tau, le Palais des Archevêques. Le billet d'entrée est de 8€. Il est possible de visiter également la tour de la cathédrale et son toit en rajoutant 3€, problème nous aurions dû attendre 3 heures compte tenu des visiteurs déjà enregistrés.

L'ange girouette qui a été déposée du clocher de la cathédrale en 1860, elle indiquait la direction du vent. Elle a plus de 2m de hauteur. La salle des festins notamment après les sacres.

Magnifiques tapisseries...

Quelques photos des trésors...

Hôtel de ville...

Le centre ville est plaisant pour s'y promener, nous y avons vu de beaux bâtiments… que je ne rajoute pas au blog faute de quoi il sera trop long.

COMPIEGNE

Vers 16h nous sommes arrivés au Palais de Compiègne, juste le temps d'aller le visiter. Nous stationnons à environ 300m du Palais sur un parking 5 avenue Royale.

Le Palais de Compiègne

Le billet d'entrée est de 7,50€, nous avons payé 5,50€ étant donné que certaines salles étaient fermées au public pour le tournage d'un film. Pour la visite des salles nous avons été un peu déçus (serait-ce lié au fait que nous avons déjà vu par ailleurs de nombreuses appartements ?), nous avons davantage apprécié l'exposition d'anciennes voitures...

Le Palais de Compiègne est une ancienne résidence royale et impériale.

Ci-après quelques photos des appartements du Roi, et des Empereurs ainsi que les appartements de l'impératrice et deux superbes tapisseries...

Exposition de traîneaux et de voitures anciennes de tous les genres...

Vitraux de l'église de Compiègne…

Hôtel de ville de Compiègne avec son beffroi...

Sur ce j'arrête, les batteries de l'ordinateur sont vides...

15
août

Beauvais

Alors que nous espérions une nuit calme sur le parking du Palais de Compiègne, des jeunes en voiture nous ont réveillés à 4h du matin avec leur sono... Les 3 camping caristes que nous étions ont mis les voiles.

Nous avons donc rejoint l'aire de camping-car de Beauvais, rue Adebert Bellier, le stationnement et les services sont gratuits, il se situe à 10mn à pied du centre ville.

La météo n'aidant pas, Béatrice a décidé de ne pas m'accompagner. Durant mon absence, elle a discuté avec un couple d'anglais d'un certain âge qui voyage en camping-car depuis 5 ans. Ils voudraient acheter une maison en France mais attendent de connaître les incidences du Brexit pour eux.

La ville de Beauvais a gardé son image de cité médiévale jusqu'au printemps 1940, période où 80% du centre ville a été détruit par l'aviation allemande.

La visite première visait la cathédrale mais une messe y était célébrée, j'ai donc visité à proximité de la cathédrale le Mudo-musée. L'entrée est gratuite. Le bâtiment se trouve au fond d'une cour, il s'agissait d'un ancien palais épiscopal, on y accède via le passage vouté entre les 2 tours.

Il s'y tenait une exposition de tableaux du 19ème siècle. Dans l'ensemble les tableaux sont assez sombres, j'ai uniquement pris quelques photos de tableaux les moins sombres.

L'exposition de poteries et de céramiques du 9ème siècle à nos jours a lieu au dernier étage sous la charpente de chêne qui date du 16ème siècle...

Cathédrale… Toutes les statuettes de la façade sont détruites, probablement en lien avec la Révolution...

Elle montre des signes de faiblesses...

Malgré les averses successives, je me dirige vers la "rue 27 juin" réputée pour ses maisons médiévales. Sous la pluie et sans les touristes, elles n'ont pas le même charme...

GERBEROY

Nous sommes proches de la frontière de la Normandie mais nous ne sommes toujours pas en Normandie.

Le village de Gerberoy fait partie de la liste des "Plus beaux Village de France". Au Moyen Age, le village était une ancienne place forte.

Nous nous sommes garés sur un parking sur la D95 proche, le chemin d'accès est gravillonné mais le parking se situe en grande partie sur un terrain herbeux. La connexion au réseau n'était pas suffisante pour compléter le blog, d'où la diffusion différée.

Arrivés à 15h, nous sommes accueillis par des chants de coqs qui s'en donnent à cœur joie. De retour vers 18h, les coqs se sont couchés et nous décidons de rester sur place pour la nuit. Un peu après 5h du matin, nous avons droit à une vraie symphonie, d'après leurs cocoricos plus ou moins vigoureux et plus ou moins enroués, il devait y avoir 5 symphonistes, le braiement de l'âne a pris la relève vers 9h du matin. C'est cela la vraie campagne...

Les maisons sont coquettes...

Visite d'un jardin privé, billet d'entrée 6€, nous ne l'avons pas visité mais jeté un œil...

Un certain nombre d'artistes se sont installés dans le village. Nous avons tout particulièrement pu admirer le don d'une artiste qui a commencé à peindre des tableaux à 50 ans et qui a 70 ans actuellement. Ces peintures donnent l'impression de relief… les tableaux sont vraiment admirables...

Aujourd'hui, nous allons rendre visite à un ancien copain de chambre du temps où nous avons fait notre service militaire en Allemagne. Il habite à proximité de Rouen. Nous ne nous sommes pas vus, ni contactés depuis plus de 40 ans. Cette rencontre fera chaud au cœur...

16
août

Nous sommes arrivés en Normandie et c'est mon ami Emiliano et son épouse Nadine qui nous font l'honneur de nous accueillir les bras grands ouverts… Moment d'émotion après plus de 40 ans sans contact.

Au final nous n'avons pas changé, nous sommes restés "jeunes et beaux" (jeunes d'esprit et beaux avec quelques cheveux gris".

Ayant ramené mon album photos du service militaire, Emiliano ne tenait plus, il était pressé de le voir. J'avais quelques photos sur lesquelles il figurait et en souvenir des photos du stage commando que nous avions fait ensemble…

Comme cadeau de bienvenu, ils nous ont offert des spécialités normandes. A droite sur les 2 boîtes, c'est pour nous rappeler qu'on ne vient pas en Normandie sans bottes et sans ciré. Nous n'avons ni l'un ni l'autre, nous avons ramené le soleil d'Alsace, nous espérons qu'il ne nous fera pas faux bon.

Petite anecdote, ayant conservé l'adresse des parents, c'est la maman que j'ai contactée en premier. Quand j'ai dit avoir fait mon service militaire avec son fils et que je venais d'Alsace, elle s'est rappelée que j'habitais dans un village à rallonge. Nous lui avons rendu visite car elle tenait à me rencontrer.

Emiliano et Nadine nous ont fait visité le secteur le restant de l'après-midi.

Nous connaissons désormais la plus petite mairie de France, elle se situe à St Germain de Pasquier…

Emilano nous conduit à Le Bec Hellouin qui figure également sur la liste des "Plus beaux villages de France" et dans lequel se trouve un monastère avec des moines...

Nadine est douée en peinture, Béatrice a beaucoup échangé avec elle sur le sujet. Ci-après quelques unes de ses réalisations...

En plus des cadeaux de bienvenue, Nadine nous a offert le tableau ci-après et nous a concocté une délicatesse, une tarte au camenbert frit. Elle nous a montré le manneken pis chinois en poterie, en le trempant dans l'eau froide il se gorge d'eau et en versant de l'eau chaude sur lui il fait pipi avec un jet puissant...

A demain...

17
août
17
août

Nadine et Emiliano nous guident dans la visite du centre de Rouen.

En sortant du métro, nous tombons sur le Palais de Justice. Impressionnant... la façade témoigne de la férocité des combats durant la guerre 39-45. La jeune fille aurait-elle vécu les mêmes évènements !!!

L'autre façade a été restaurée.

Le bâtiment rattaché au Palais de Justice

Le même bâtiment que la photo précédente, avec les dégâts causés par la guerre,

Nombreuses sont les maisons à colombage, ci-après quelques exemplaires...

L'église Jeanne d'Arc construite sur la place du Vieux Marché…

Je vous laisse admirer les vitraux qui proviennent de l'église St Vincent qui a été ruinée durant la guerre, les vitraux ayant été retirés à titre de précaution. Quelques photos que je vous laisse admirer... une vraie merveille à ne pas manquer.

A l'emplacement des fleurs devait se trouver le bucher de Jeanne d'Arc brûlée à l'âge de 19 ans...

Le Gros Horloge

Admirer la façade de la cathédrale...

Dégâts causés à la cathédrale... la 2ème photo montre les points d'impact des 7 torpilles qui l'on touchée.

L'intérieur de la cathédrale

Pont à haubans...

Les visites se terminent sous la pluie, sans ciré et sans botte...

18
août
18
août

Senneville sur Fécamp

Nous avons prévu de longer environ 1/3 de la côte d'Albâtre en partant de Senneville jusqu'au Havre.

L'intérêt d'aller à Senneville était de pouvoir descendre au pied des falaises. Il existe un parking à proximité, rue Val de la Mer, mais la route est étroite sur plus d'un kilomètre et je croise les doigts pour que je ne sois pas amené à croiser un autre véhicule. Il suffit ensuite de descendre environ 150 marches...

Fécamp, le Cap Fagnet

En arrivant au Cap Fagnet sur la "route du phare", un parking gratuit nous accueille. Nous y passerons la nuit avec d'autres camping-caristes, un peu exposé au vent.

Nous visitons à proximité la chapelle Notre Dame du Salut, dédiée aux marins disparus en mer et les marins qui ont échappé à la mort dans des situations désespérées y ont déposé des ex-voto.

L'intérieur de l'église...

Les falaises du Cap Fagnet… qui sont impressionnantes.

photo avec le zoom  de la plage de Fécamp et de sa falaise en aval 

Le Mur de l'Atlantique laisse apparaître d'impressionnants bunkers, la 3ème photo représente le support d'un radar… dirigé vers l'Angleterre.

Vue sur Fécamp et sur le port...

19
août

Le but de la journée est de visiter le Musée des Pêcheries et le Palais Bénédictine.

Nous stationnons sur l'aire de camping-car qui se trouve sur le quai, à proximité du port et du centre-ville. L'aire est gratuite pour 8h d'arrêt et au-delà 5€ par 24h, possibilité de vidanger et de faire le plein d'eau en achetant des jetons à l'office de tourisme qui se trouve près du port.

Fécamp est la cité des Terre-Neuvas.

Au temps des voiliers, les terre-neuvas partent à la fin de l'hiver pour un unique voyage annuel qui peut durer jusqu'à 9 ou 10 mois… les maris ne voyaient donc jamais leur femme enceinte, c'est à leur retour qu'ils avaient (ou non) la joie de voir leur famille agrandie… Lorsque les "trois mats" sont remplacés par des chalutiers, les absences sont moins longues mais les voyages plus nombreux.


Musée des Pêcheries

Le billet d'entrée est de 7€, vous ne les regretterez pas. Nous avons trouvé le musée magnifique, il est récent, fin décembre 2017. Le musée au 5ème étage offre une superbe vue à 360° de la ville de Fécamp. On peut facilement y passer 2h1/2, il retrace notamment l'histoire intéressante des pêches en Terre-Neuve, éloignée de plus de 4 000 km, il faudra venir visiter le musée pour suivre cette histoire...

Je vous fais admirer quelques tableaux exposés...

Le tableau ci-après est immense, il est à la fois très beau et poignant : "La mauvaise nouvelle" de 1885. A le voir en vrai, il est doublement plus beau et vivant. "À la douleur de la séparation s'ajoute l'angoisse de l'âme errante privée de sépulture".

D'autres tableaux… "Un homme à la mer"

Pour ceux qui aiment, les tableaux avec des voiliers et ou des maquettes de voiliers sont nombreux… J'ai bien aimé les tableaux avec les falaises.

Pour mon beau frère pêcheur, ça se sont des hameçons...

Palais Bénédictine

Le billet d'entrée est de 12€, un peu cher quand bien même il inclut 2 petits verre de dégustation.

L'histoire de la Bénédictine débute en 1510 à l'abbaye de Fécamp lorsqu'un moine bénédictin aurait créé une boisson secrète composée de 27 plantes et épices. La recette a été perdue puis retrouvée en 1863 par Alexandre le Grand, collectionneur d'art, qui lui a permis de continuer sa passion sous toute forme d'art...

C'est ici qu'on continue de produire la liqueur vendue dans le monde entier.

Vitraux… sur le vitrail de droite apparaît François 1er qui s'est déplacé personnellement au monastère.

La nonne cherche des adeptes pour rejoindre le couvent... Cela m'ennuierait, il faudrait que j'apprenne à faire la cuisine...

Quelques photos de l'intérieur...

Les alambics et une des caves...

Etretat

Nous arrivons à nous garer en dehors de la ville à environ 1,5km des falaises en amont, nous devrions rajouter 2km de plus pour aller aux falaises en aval pour lesquelles nous nous contenterons de photos à contre-jour.

St Jouin Bruneval

Nous continuons notre route pour rejoindre l'aire de camping-car à St Jouin Bruneval, et décidons au final de nous arrêter plus bas sur un grand parking près de la plage qui donne une vue sur la mer et les falaises. Béatrice a admiré le coucher du soleil.

20
août

Nous rejoignons à Sainte Adresse un autre couple d'amis Roger et Annick qui nous ont invités à passer les voir. Roger étant un abonné de mes voyages, il m'a contacté. Nous étions tous ravis de nous rencontrer et nous ont offert un cadeau de bienvenu.

Ils nous ont proposé de servir de guide pour la visite de Sainte Adresse, Le Havre et Honfleur. Nous les en remercions.

La chapelle Notre Dame des Flots est située en hauteur de manière à être vue par les marins à leur départ du port et à leur retour. Les tablettes ex-voto de "reconnaissance", les tableaux et les maquettes de voiliers sont fort nombreux. La chapelle appelle au recueillement...

Direction le centre-ville de Le Havre. En cours de route nous passons devant quelques belles demeures.

Vue sur la plage… quel est donc ce grand immeuble de plus de 10 étages en face de nous => un bateau de croisière. Face aux charmants sourires de nos amis et de Béatrice, un œil inquiétant nous observe, il devine que nous ne sommes pas des croisiéristes et ne souhaite visiblement pas être photographié...

La croix sur l'église Notre Dame est une véritable œuvre d'art... Malgré sa construction en béton, l'intérieur de l'église dégage une sensation de paix, de chaleur...

Une œuvre réalisée au moyen de conteneurs, des personnages sur des façades...

La cathédrale est actuellement recouverte d'un "linceul", sur la photo suivante son "linceul" est retiré… La cathédrale a été particulièrement touchée par des bombes des alliés durant la 2ème guerre mondiale et la ville a quasiment été rasée.

Problème de mise à jour du carnet de voyage

Ayant eu pas mal de problèmes pour mettre à jour le blog, j'ai consommé plus rapidement que prévu les 20 gigas de mon abonnement Sosh. Tous mes accès à internet étaient bloqués, y compris l'accès à l'opérateur pour l'achat de nouveaux gigas. Ceci explique mon retard de plusieurs jours dans la diffusion des étapes. Nos amis nous ont donc accompagnés à une boutique Orange. A l'avenir je limiterai la taille des photos ce qui devrait éviter les problèmes de chargement.

Inutile de vous inquiéter si je reste muet durant plusieurs jours...

21
août

Avant de partir nous faire visiter Honfleur, nos amis "encore des artistes !" nous montrent quelques unes de leurs réalisations.

A Honfleur nous traversons le "Jardin retrouvé"

Encore un sympathique moment de partage...


Eglise de Honfleur avec son clocher en face...

Quelle affluence autour du port et du centre ville...

Exposition de tableaux dans le grenier à sel, sel utilisé pour la pêche à la morue sur les bancs de Terre-Neuve. Les falaises d'Etretat sous le soleil...

Quelques photos de maisons...

En hauteur de la ville nous rejoignons la chapelle de Notre Dame de Grâce… Les murs sont remplis de tableaux de remerciement et de reconnaissance.

Une bien belle journée passée avec nos amis que nous espérons revoir lors de leur passage en Alsace.

22
août

Après avoir quitté nos amis, direction Caen.

La météo nous est encore favorable, plein soleil, que demander de plus.

En chemin nous passons à Beaumont en Auge, un joli petit village. La chance nous permet de stationner non loin du centre.

Certes encore une église mais comme j'aime bien voir les vitraux anciens, ceux là bien que modernes me plaisent.

De magnifiques bouquets et arrangements de fleurs blanches et roses sont devant l'autel. Nous apprenons que c'est en vue d'un enterrement d'une personne de mon âge. Hum !!!

En passant devant une épicerie, je craque… Je sais que ce n'est pas raisonnable. Devinez ce que j'ai choisi… Qu'est-ce qu'il est moelleux !!! Je vais le manger sur plusieurs jours. Béatrice a acheté en outre un sandwich avec boisson et dessert à 7€, pas cher sachant que le sandwich faisait bien 40cm et était bien garni. Cela nous a fait un repas pour deux !

Beuvron en Auge

Toujours en chemin vers Caen, nous nous arrêtons à Beuvron en Auge qui fait partie de la liste des "Plus beaux Villages de France". Le parking situé "rue de la gare" nous y attend avec de l'ombre. Nous décidons de visiter le village et de rester la nuit.


Le village n'est pas bien grand et porte sur la rue principale.

En passant la dame au volant de la corvette m'a fait un grand salut. Comme je ne m'y attendais pas je n'ai pas pu immortaliser son salut. Elle ignore que j'ai un vieux camping-car...

23
août
23
août

Le mémorial de Caen

Nous arrivons vers 9h sur le parking réservé aux camping-cars (une vingtaine de places, 22 avenue du Maréchal Montgomery), soit à l'heure de l'ouverture du mémorial.

Le billet d'entrée est de 19,80€, plus 4€ si l'on veut un audio-guide. Il faut prévoir 3 à 4 h pour la visite sachant qu'il y a des projections de films. Personnellement, je m'attendais à ce qu'il y ait une exposition plus étoffée de matériels militaires, mais le mémorial est en soi très intéressant. Le Guide Vert précise que " Le visiteur est convié à effectuer un voyage dans la mémoire collective, de 1918 à nos jours".

J'ai fait peu de photos, compte tenu des atrocités de la guerre qui y sont rappelées. J'invite plutôt à visiter le mémorial...

Sur le bâtiment il est écrit " La douleur m'a brisée, la fraternité m'a relevée, de ma blessure a jailli un fleuve de liberté".

Des rappels sur les frontières...

Je me limite à ces 2 photos pour rappeler les horreurs de la guerre...

Au musée, Je suis tombé sur une photo concernant mon secteur d'habitation.


Un autre rappel pour ne pas oublier le coût de notre liberté...

Nous avons ensuite rejoint le centre-ville. Nous sommes tombés par hasard sur un parking sur lequel il est possible de s'arrêter (rue des tilleuls) et qui est en plus gratuit. Il est toutefois éloigné de plus de 2km de l'abbaye que nous comptons visiter.

Abbaye-aux-Hommes

L'abbaye ressort avec 3*** dans le Guide Vert.

Le billet d'entrée est de 4€, bien trop cher pour ma part étant donné que la visite se limite au cloître, à 2 expositions de photos… Il permet toutefois de faire une belle photo des 2 clochers.

Nous retournons sur nos pas en passant par le centre-piétonnier. En chemin nous croisons une église laissée en l'état depuis la guerre et le château de Caen.

Après voir fait plus de 6km en ville sous un soleil de plomb, nous sommes contents d'arriver au camping-car. Nous décidons de passer quelques jours sur un terrain de camping proche de plage. Nous avons retenu le camping "Oasis" à Lion-sur-mer près de Ouistreham. Nous avons hâte d'arriver et ne ferons plus le détour pour voir le fameux pont basculant Pegasus Bridge… Détruit, il aurait isolé et privé de ravitaillement la division aéroportée britannique parachutée à l'est des plages du Débarquement ; resté aux mains des Allemands, il leur aurait permis de lancer une contre-attaque de chars d'assaut vers les plages.

Pour Béatrice, c'est maintenant que les vacances commencent… Nous resterons 3 jours sur place et donc pas de mise à jour du carnet de voyage...


24
août

Nous nous sommes arrêtés à l'Oasis camping à Lion-sur-Mer, à proximité de la plage du débarquement, celle qui est la plus à l'est : SWORD.

J'ai pris le vélo en longeant la plage pour rejoindre Ouistreham.

Plusieurs monuments longent la plage, en mémoire au commandant Kieffer qui débarqua sur cette plage en avant garde avec 177 commandos français, et en mémoire aux sections commandos britanniques qui ont suivi.

De belles villas foisonnent désormais le long de cette plage. La 2ème villa est à vendre si cela vous dit...

Le grand bunker à Ouistreham transformé en musée...

Le billet d'entrée est à 7,50€.

Du matériel militaire est exposé à l'extérieur du musée. Le char rouillé a été sorti de l'eau en 1982, la barge a coulé après avoir été touchée par un obus. Les occupants ont réussi à se jeter dans l'eau avant qu'il ne coule. Les 2 garçons sont très intéressés, peut-être des futurs soldats...

Visite du bunker

Pour l'histoire de ce bunker :

les observateurs cachés à l'intérieur guidèrent le feu des batteries qui causeront de gros dégâts sur la plage Sword. La porte blindé a résisté plus de 4 heures avant de céder. Une voix en anglais leur demanda de monter, le lieutenant Orrell répondit qu'il préférait les voir descendre. 53 soldats allemands dont 2 officiers se rendirent au lieutenant qui n'était accompagné que par 3 hommes. Il s' avère que durant le répit que leur offrit la résistance de la porte, les défenseurs en avaient profité pour célébrer la fin de la guerre avec de bonnes bouteilles qu'ils se sont sans doute procurées dans les villas abandonnées des environs.

Les lieux ont été réinvestis par des reconstitutions de scènes très réalistes et bien commentées. Sur l'avant dernière photo, le soldat allemand sourit parce qu'il a dû être informé qu'ils allaient se rendre...

Dans la plus haute salle du bunker se trouve une salle avec un télémètre de 4m. C'est dans cette salle que le positionnement des navires à anéantir était défini.

Je me suis souvent demandé pour quelle raison le débarquement n'a pas eu lieu avec la marée haute, en fait les défenses de la plage n'auraient pas été détectées...

Le "Pegasus Bridge" pour lequel j'ai évoqué hier son importance et que nous n'avons pas visité car trop fatigués. Je retrouve sa photo en grand reproduit sur le mur d'enceinte du musée. Je suis ravi...

Je rejoins ensuite Béatrice qui a profité de l'océan et de la plage. En se baignant elle voulait prendre un beau coquillage et a poussé un cri en sentant la texture molle de "l'objet" ! En fait il s'agissait d'une méduse… sans doute morte sinon elle aurait eu vraiment de quoi hurler… Sur la plage d'autres méduses se sont échouées…

En fin d'après-midi nous retournons au camping.

25
août
25
août

Juno Beach est la 2ème plage la plus à l'est, elle s'étend sur 9 km. Ce sont les canadiens et les britaniques qui débarqueront. Ils rencontreront une vive résistance allemande, subissant de lourdes pertes.

La 3e division canadienne perd pendant la journée du 6 juin 340 hommes tués, 574 blessés et 47 prisonniers. Les forces britanniques perdent quant à elles 243 hommes, tués ou blessés. Des 306 barges de débarquement utilisées pour Juno, 90 ont été détruites ou endommagées.

Pendant cette guerre, 45 000 canadiens ont perdu leur vie, dont 5 500 au cours de la bataille de Normandie.

Béatrice part à la plage et moi je prends le vélo jusqu'à Courseulles sur Mer en longeant la côte. C'est la marée basse. Il est difficile de s'imaginer sur la dizaine de kilomètres parcourus l'existence de combats acharnés et les nombreux soldats tombés...

Courseulles-sur-Mer

En chemin, je passe devant des monuments à l'attention des canadiens et quelques vestiges.

Je décide de visiter le Centre Juno Beach qui est en fait un musée canadien. Le billet d'entrée est de 7€, plus 3€ pour un guide papier.

Le musée présente l'effort de guerre civil et militaire de toute la population canadienne. Au début des années 1939, les effectifs militaires ne dépassaient pas 8 000 hommes. A la fin de la guerre, ce seront quelques 1,1 millions qui auront servi dans l'armée.

Je n'ai pas fait de photos de l'intérieur du musée qui se limite à l'exposition de photos et images commentées.

Après ma visite, je passe au port pour acheter du poisson et retour en vue de rejoindre Béatrice à la plage.



26
août

Le ciel est couvert en partant de Courseulles sur Mer, laissant la mer moins belle… Béatrice a donc moins de mal à quitter le camping.

Bény-sur-Mer

Cimetière militaire canadien

Le GPS décide visiblement de me faire faire un détour en passant par Bény-sur-Mer devant le cimetière militaire canadien. Nous ne regrettons pas ce détour. Il fut crée comme cimetière permanent pour regrouper 2400 dépouilles enterrées dans des endroits différents. Il me paraît assez récent.

Il est admirablement fleuri et superbement entretenu. Il est impressionnant…

Arromanches-les-Bains

Nous avons stationné à l'entrée du village. En passant devant la cour d'un particulier, nous y voyons ...

Nous faisons un tour à l'église une fois de plus. Vous allez penser que nous avons beaucoup de choses à nous faire pardonner… Et une fois de plus nous avons aimé.

Arrivée sur la plage

Musée du Débarquement

Entourant le musée, quelques pièces d'artillerie.

Béatrice s'est promenée au centre du village et le long de la plage pendant que je visitais le Musée du Débarquement, à 8,80€ le billet d'entrée.

Grâce à des maquettes très précises, le musée aide à comprendre la mise en place et le fonctionnement du port artificiel. Winston Churchill savait que les ports étaient trop bien défendus pour espérer pouvoir sans servir. Il imagine dès 1942 la création d'un port artificiel et lance la faisabilité. En 1943, les ingénieurs plongeurs sondent les fonds marins afin de pouvoir y poser 115 caissons dont certains mesurent 70 m en vue de créer une digue de 8km. Chaque caisson est unique et les mesures adaptées en fonction des fonds marins existants. De plus 17 anciens navires vont être coulés pour former cette digue.


Autre problème à résoudre, les marées qui peuvent avoir une amplitude de 8m et la nécessité de pourvoir décharger 24h/24. Des pontons flottants ont été ancrés sur les fonds avec une plateforme qui suivait le niveau des marées. 12j après le débarquement le port était opérationnel, 750 camions pouvaient être déchargés en 1heure (oui en une heure) et 7 navires pouvaient être à quai simultanément.


Il faut savoir que le village d'Arromanches-les-Bains n'a pas été bombardé, de manière à laisser l'endroit intact, les attaques sur le village ont été faites par l'intérieur des terres.

Un guide commente la construction et le fonctionnement du pont artificiel sur une quinzaine de minutes puis suivent 2 films d'une durée de 15mn.

La maquette longue d'une dizaine de mètres est superbement bien faite. La réverbération des lampes sur les vitres pour protéger la maquette ne permet de faire de belles photos...

Quelques expositions...

Bayeux

Une superbe maison qui remonte au Moyen-Age.

Cathédrale

La crypte qui date du 11ème siècle...

Musée de la Tapisserie de Bayeux

La cathédrale a été construite sous le règne de Guillaume le Conquérant soit au 11ème siècle. Pour orner la cathédrale, l'évêque Odon, commande l'immense broderie qui fait près de 70m sur 50cm de large. Elle retrace la prise de la Couronne d'Angleterre par le duc de Normandie "Guillaume le Bâtard" en 1066, appelé "Guillaume le Conquérant" après sa victoire. En fait Harold reconnaît Guillaume comme suzerain et lui jure fidélité. Une fois qu'Edouard le Confesseur, roi d'Angleterre, décède, Harold accepte la couronne d'Angleterre que lui proposent les nobles anglo-saxons car ils ne souhaitaient pas avoir un normand comme roi. Ce sera la Conquête de l'Angleterre par Guillaume.

La toile brodée sur une toile de lin est magnifique. Il s'avère en fait qu'elle a été faite pour raconter l'histoire sous la forme d'images étant donné que les gens étaient illettrés. S'en suit un film et une exposition sur cette histoire et la conservation de cette broderie. Elle a certes nécessité une restauration mais les couleurs utilisées se ternissent plus rapidement que les anciennes.

Nous rejoignons ensuite Longues-sur-Mer où nous trouvons un beau parking avec vue sur la mer à côté du champ des "4 batteries à canon".

27
août



Béatrice a des huîtres pour la récompenser de sa patience durant mes visites de musées et pourtant j'ai essayé de faire vite… Pour moi se sera des maquereaux, meilleurs pour la santé !!!



Batterie de Longues-sur-Mer

Nous avons super bien dormi sur le parking à proximité, entourés de camping-cars. L'endroit a été super calme. Béatrice apprécie pleinement, cela va la changer à notre retour à la maison.

Les canons avaient une portée de 20 km, ils pouvaient menacer aussi bien la flotte de débarquement au large que les plages. Le poste de direction de tir se trouve 300m en avant au bord de la falaise, le tout défendu par des nids de mitrailleuses.

Dans la nuit du débarquement, un millier de tonnes de bombes ont été larguées sur la batterie sans grand résultat. Ce sont les croiseurs et navires de guerre qui neutralisent finalement la batterie de canons. Visiblement seul un des bunkers semble avoir été réellement touché.

Omaha Beach

A Omaha Beach, nous comptons rejoindre Colleville-sur-Mer visiter le cimetière américain. Une fois de plus, une magnifique plage de sable s'offre à nous avec des personnes allongées au soleil et pourtant...

C'est sur cette plage que le combat a été le plus sanglant faisant plus de 3000 victimes en un jour. Un guide du cimetière de Colleville nous a fait savoir que la bataille de la Somme en 14-18 a fait 50 000 victimes le premier jour !!!

Petit rappel :

Colleville-sur-Mer Le cimetière américain

Nous allons nous recueillir sur le cimetière militaire américain, achevé en 1956 sachant que durant les combats les morts ont été enterrés dans des cimetières temporaires. Après la guerre les familles ont eu le choix de laisser leurs êtres chers reposer en Normandie ou de les rapatrier (environ 18 000). Le cimetière regroupe environ 9400 tombes et aucun signe permet de savoir si le corps a été rapatrié ou non.

Tout comme le cimetière canadien, le cimetière américain est poignant !!!

Plafond en mosaique d'un lieu de recueillement qui se situe vers le fond du cimetière.

Pour information, la France a donné le terrain et mais ce sont les américains qui ont créé le cimetière selon leur convenance et qui se chargent des frais de gardiennage et d'entretien.

A l'entrée du cimetière, vous passez obligatoirement par un bâtiment qui est en quelque sorte un petit musée gratuit.

Overlord Musée

A 1km du cimetière, se trouve le musée Oberlord. Le billet d'entrée est de l'ordre d'un peu plus de 8€. De nombreuses scènes y sont reconstituées. Ci-après quelques unes d'entre elles...

Pointe du Hoc

La Pointe du Hoc fait partie du secteur d'Ohama Beach, elle est bien connue pour ses falaises que les soldats américains ont dû escalader.

La Pointe du Hoc qui est couronnée d'une batterie de 6 canons. Au moyen de grappins et d'échelles de corde, ils devaient escalader la falaise qui fait à certains endroits 30 m de haut et défendue également par des nids de mitrailleuses. Arrivés au sommet, ils découvrent que les canons ont disparu et sont remplacés par des leurres.

Chaque soldat transportait environ 35kg d'équipements et de cartouches...

Au niveau des batteries, le terrain est "vallonné". L'impact laissé par les bombes américaines pour les avions et les obus des navires est impressionnant et les impacts sont très rapprochés l'un de l'autre. Ce devait être un vrai enfer… En 75 ans on peut supposer que les trous ont commencé à se combler.

La batterie en question, vue de l'océan à partir de l'intérieur d'un de ces bunkers.

La fameuse falaise...

Le monument pour se souvenir...

Nous avons prévu de nous poser pour la nuit à Sainte Mère Eglise. J'ai vu sur internet qu'en 2014 le prix du parking camping-car (sans vidange ni approvisionnement) pour 24 h était de 10€. Je me dis que si ce n'est que pour prendre la photo du clocher de l'église, il n'est pas indispensable que nous y allions.

Nous avons trouvé un beau parking à proximité de la plage de Quineville. Magnifique plage sur laquelle le débarquement a également eu lieu. En remontant le Cotentin, il nous reste Uta Beach que nous ne visiterons plus.

Sur ce, je termine mes visites sur le débarquement. Il existe encore bien d'autres musées, mais il a fallu faire un choix.

Béatrice est tout particulièrement contente. Arrivés vers 17h sur le parking, elle a profité de la plage et baignade surtout que la route fut très longue vu que le GPS nous a fait traverser la campagne avec des petites routes étroites et qu'il a fait très chaud/

Demain, nous n'allons finalement pas visiter la ville de Barfleur mais irons directement à Cherbourg.

28
août
28
août

Cherbourg

Je pense avoir exagéré, 341 photos faites ce jour. Le plus dur sera de faire le tri.

L'objectif est de visiter le musée "Cité de la Mer". Plusieurs parkings permettent aux camping-cars de stationner à proximité, "Allée du Président Menut".

Le billet d'entrée est de 19€, vous ne les regretterez pas. La visite dépasse facilement 4 heures, en fonction des intérêts de chacun.

Dans le hall d'accueil, plusieurs engins de plongée sont exposés dont le Mir russe qui a plongé sur l'épave du Titanic.

La visite commence par le sous-marin Le Redoutable : long de 128m, mis en chantier en 1964, désarmé en 1991, 4 lances torpilles et 16 missiles à bord, 115 hommes avec un roulement de 70 hommes, mission de 60 à 70 jours. Il est impressionnant par sa taille.

L'intérieur est encore plus impressionnant… et dire que les 115 hommes doivent se croiser dans ses étroits couloirs.

Quand il fait nuit à l'extérieur, les lumières à l'intérieur sont tamisées comme sur les photos ci-après. Sur la 4ème photo, un petit jeune a pris les commandes du sous-marin !!!

Dans le Redoutable chaque sous-marinier à droit à son propre lit et n'a plus à le partager, quelle chance !!!

Visite de l'aquarium qui a 10m de haut avec environ 3500 poissons.

Les méduses que Béatrice affectionne !!!

Les fonds marins sont grandioses, attention pollution…

TITANIC

Vous suivrez sur un écran un condensé de 30mn qui relate la traversée, la collision et le naufrage. Vous vous trouverez derrière le bastingage reconstitué du Titanic et vivrez ainsi le déroulement du récit et la progression dans le temps, avec le temps écoulé entre le départ et sa fin tragique : les relances de SOS, les fusées de secours, la nuit qui arrive, le bruit de l'iceberg qui frôle la coque, le bruit de l'eau qui s'engouffre dans le navire... C'est la fois impressionnant et bouleversant !!!

Le spectateur se trouve juste derrière le bastingage

Après cette projection, vous pouvez suivre un film qui explique les défaillances et les causes de ce naufrage. De plus il existe un espace complémentaire avec diverses expositions.

Direction le Cap de la Hague

En partant de Cherbourg nous longeons la route des Caps par la D45. Quelques belles vues en cours de route, nous faisons un arrêt à Landemer, à Eculleville nous rejoignons la baie de Quervière (attention route étroite et pente de 18% sur 400 m), passons par le magnifique manoir de Dur Ecu (chouette propriété privée) et devant le plus petit port de France qui s'appelle le port Racine.

Nous arrivons ensuite au Cap de la Hague sur un parking réservé aux camping-cars à 1,5km du sémaphore. Vue magnifique. Nous décidons de rester 2 nuits.

Les batteries de l'ordinateur étant quasiment vides, je m'arrête là. Il faudra attendre pour la suite.

29
août

Nous avons passé 2 nuits au calme avec une magnifique vue sur la mer, le phare et quelques bateaux à l'horizon.

Le Cap de la Hague voit passer plus de 20% du trafic maritime mondial. Il est l'un des plus dangereux pour les navigateurs, avec des courants pouvant atteindre 20km/h. Par contre c'est un endroit idyllique pour les camping-caristes quand les journées sont ensoleillées comme c'était le cas pour nous.

Nous avons stationné sur le parking camping-car de Goury-Auderville, à 1,5km du petit port. Notre vue à partir du parking...

Goury, avec ses quelques maisons...

Le phare a été bâti en 1837 : 47m de haut, une portée de 40km, automatisé en 1990.

Le petit port de Goury et sa station de sauvetage de la SNSM.

Ballade sur le sentier des douaniers, le bocage a énormément de charme

Le toit d'une maison sur le sentier des douaniers...

Falaises et la mer toujours sur le même sentier...

Les falaises...


Sur la 1ère photo on peut imager Béatrice et Jean-Luc : soit elles se font des calins, soit elles marquent leur désaccord ...

Elles pensent à quoi ???

Village d'Auderville à 500m du parking

Eglise...

En fin de journée nous assistons à un magnifique coucher de soleil.

Et puis, bonne nuit !!!

30
août

Après avoir passé une agréable nuit, nous continuons notre chemin vers le Nez de Jobourg en longeant la côte.

En chemin, on aurait pu se croire en Irlande.

Nous stationnons sur un parking à proximité du Nez de Jobourg, les 3 photos ci-après émanent d'une pancarte avec un gros plan sur la lande atlantique.

Enfin le vrai Nez de Jobourg.

Nous sommes un peu déçus d'autant plus que le Guide Vert donne 2 étoiles pour ce site.

Nous quittons les lieux en début d'après-midi pour rejoindre la plage à PIROU. Ce qui signifie que nous commençons à prendre le chemin du retour. C'est Béatrice qui est contente !!!

Je compte offrir un bel après-midi à Béatrice : qui dit plage, dit mer et possibilité de se baigner… sauf que la mer était à au moins 1 km de la plage !!!

Vue de la plage quand nous sommes arrivés vers 15h30. Un parc à huîtres et à moules d'où une petite ballade dans cet impressionnant parc...

Les photos ci-après ont été faites à 18h avec la marée haute, la mer était proche à environ 100 m et les parcs à huitres ont été recouverts par la mer.

Nous sommes sur un parking devant les dunes

C'est en fait après 18h que les gens viennent se baigner et profiter encore du soleil, à marée haute !!!

31
août

Une fois de plus nous avons passé une nuit très calme à Pirou sur un parking herbeux devant les dunes. En soirée, nous étions une bonne dizaine de camping-cars à l'abri de la dune.

Hier soir après 20h, nous sommes retournés sur cette magnifique plage de plus d'1 km de large telle que nous l'avons vue vers 16h. Oh surprise ! L'océan avait englouti la plage à l'exception d'une dizaine de mètres.

Nous avons continué notre route direction Clécy - la capitale suisse normande.

En cours de route et plus précisément sur l'autoroute alors que nous roulions à 90km/h, le pneu arrière droit a éclaté. Un choc de plus pour Béatrice.

A peine le C .C. stoppé sur la bande d'arrêt d'urgence, un couple s'est arrêté derrière nous et a rapidement ramassé la partie de la gomme qui était restée sur la voie. Il s'avère que le gars intervient dans des dépannages mais pas dans notre secteur. Il a tout pris en main : il a fait le 17 (ou possibilité de faire le 112 mais uniquement sur autoroute). Ce service se charge de téléphoner au service autoroute afin de mettre la voie en sécurité et au dépanneur.

Le patrouilleur d'autoroute était rapidement sur place et la dépanneuse dans les 20mn. Nous avons été impressionnés par la vitesse des voitures qui frôlaient la voie d'urgence et craignions à tout instant une collision. Le patrouilleur nous a fait savoir que 88 fourgons ont déjà été emboutis depuis le début de l'année et que son chef a été tué en opération en décembre 2018. Par curiosité, nous avons consulté sur internet s'il bénéficiait ou non d'une prime de risque et bien non, c'est le SMIC et les primes d'astreintes. Ce n'est pas normal. Je peux vous assurer que c'est vraiment un métier dangereux.

Le Garage ARMAND 14310 VILLERS BOCAGE s'est chargé à la fois du dépannage, de sa prise en charge par l'assurance et du changement de pneu. Une chance de tonnerre, nous arrivons à 12h30 et quand bien même le garage a fermé depuis 12h pour congé annuel (nous sommes samedi), il propose immédiatement de faire le nécessaire s'il a un pneu camping-car en réserve. Comme il lui en reste 2, il les met en place sur les roues arrières. Hyper compétent et avec le sourire. A 13h15 nous pouvons repartir...

Le garagiste nous a fait savoir que les pneus camping-car sont à changer obligatoirement après 7 ans et qu'il faut s'assurer à la fois de la date de fabrication du pneu et qu'il porte la mention "CP" (camping-car).

Comme il existe une petite aire camping-car à Villers-Bocage, nous y avons stationné. Nous avons ensuite rejoint le vide-grenier qui se déroulait à proximité. La saucisse était excellente, meilleure que la saucisse blanche en Alsace. En face de l'aire on nous invite même à danser mais Béa n'a pas envie d'entrer dans la danse….

En cours de route, je vois le flash d'un radar !!! C'est trop con…

Nous arrivons enfin à Clécy.

Et visitons l'église, un remerciement à la Vierge pour sa protection.


Sur ce nous retournons sur l'aire de camping-car pour y passer la nuit.

1
sept

Clécy

Le village de Clécy est entouré d'abruptes et pittoresques barres rocheuses, une modeste montagne qui offre de beaux points de vue aux randonneurs. Avis aux marcheurs… A défaut il est possible de faire du canoë.

En quittant Clécy en fond de vallée, le GPS nous fait traverser la montagne pour rejoindre le Pont-d'Ouilly alors que le village se trouve dans la même vallée que Clécy. C'est également un point de départ connu pour des ballades, toujours dans la Suisse Normande. Nous y passons sans s'arrêter.

Nous nous dirigeons vers le "Haras au Pin". Encore des routes étroites à prendre avant de pouvoir apprécier une route nationale.

Le Haras du Pin

C'est Colbert en 1665 sous le règne de Louis XIV qui créée une administration de haras nationaux, l'achat de chevaux en Italie et en Espagne nécessaires à l'armée revenant trop cher.

Le Haras du Pin a été construit en 1715 à Exmès dans l'Orme. Le domaine fait plus de 1000ha, comprend aujourd'hui l'Ecole professionnelle des haras nationaux. Il est considéré comme le "Versailles du cheval".

Le billet d'entrée avec une visite guidée est de 8€, avec des prestations supplémentaires il atteint 22€, sans compter le spectacle équestre à 12€. Nous nous sommes limités à la 1ère prestation.

Au fond de la cour, le château dans lequel habitait le Directeur. Des réceptions s'y tiennent encore de nos jours. N'ayant pas acheté une prestation supplémentaire, nous ne pourrons pas le visiter.


Vue derrière le château 

La Guide nous a fait une présentation parfaite du haras. Elle nous a présenté des étalons qui participent à des spectacles équestres et des concours et des chevaux Percherons facilement reconnaissables. Un peu déçus toutefois car nous nous attendions à voir également des étalons de course. Elle nous a expliqué que l'Etat a décidé de laisser au privé la gestion et la reproduction des étalons de course...

Le haras détient environ 200 chevaux, mais seule une quarantaine sont actuellement au haras et la majorité d'entre eux sont dans les prés.

Nous visitons également la sellerie.

En haut et au milieu du portail d'entrée, la tête d'un cheval.

La visite se termine par la présentation de quelques "voiturettes" d'antan.

A la sortie du parking, 4 chevaux en bois se reposent...

En continuant notre route nous arrivons dans le "Perche" à l'extrémité sud-est de la Normandie Centrale. Direction l'Ecomusée de Saint-Cyr-la-Rosière. Dans le Guide Bleu, il s'agit du plus important musée des Arts et Traditions Populaires du Perche en Normandie.

Le GPS nous a fait découvrir le fin fond du "Perche" en nous faisant prendre des routes bien étroites. Heureusement nous n'avons croisé aucun autre camping-car en chemin. Nous saurons situer à tout jamais la région du "Perche". Le musée se trouve au final dans le hameau de Sainte Gauburge.

Sainte Gauburge

Arrivés sur place, c'est la surprise, un petit parking nous attend. Une dépendance sert de musée et la visite inclut un ancien Prieuré. Je vous laisse découvrir…

Le musée. J'ai le plaisir de retrouver le tracteur (même couleur, un Massey-Ferguson) qu'avait mon père lorsqu'il cultivait son champ de houblon et cela me rappelle la période de la cueillette dans notre jeunesse durant laquelle nous étions sollicités.

Après cette visite, nous trouvons une très belle aire de camping-car à 6km, à St Germain-la-Coudre. Nous y restons la nuit, je la recommande.

2
sept

Nous continuons notre route vers Chartres pour y visiter la cathédrale. En venant par Mainvillier nous arrivons à nous arrêter le long de l'avenue Gambetta, à proximité de l'Intermarché. Les 2 clochers de la cathédrale que nous avons aperçus de loin nous semblent proches. Il s'avère que nous aurons à marcher 2,5km pour la rejoindre : notre petit pèlerinage à pied...

Certes, c'est une cathédrale de plus mais chacune a ses attraits et est différente. Elle est belle et en cours de rénovation à l'intérieur…

Le chœur est une splendeur.
Le sol est pavé. La grille sculpté du jubé du XVIII ème siècle. 

Des magnifiques scènes sculptées entourent le chœur sur environ 30m de long.

Que dire des vitraux !!! Il faudrait se prendre le temps d'admirer chacun avec des jumelles. Selon le vitrail, l'agencement diffère.

s

Le Voile de la Vierge : relique vénérée à Chartres depuis plus d'un millénaire. Charlemagne avait reçu de l'Impératrice Irène cette précieuse étoffe. Charles-le-Chauve en hérita et en fit don à la cathédrale de Chartres en 876.

Sur la 2ème photo : Notre Dame du Pilier

Ci-après la partie de la cathédrale qui nécessite encore un rafraîchissement.

Après la visite nous passons devant un magnifique monument aux morts.

A 13h, sous cette journée ensoleillée, une pizza s'imposait sur une terrasse extérieure avec parasols. Elles étaient excellentes.

Nous reprenons la route, quelques embouteillages nous attendaient dont un lié à un accident.

En passant devant le château de Vaux-le-Vicomte, nous nous arrêtons. Il est déjà 17h30 et le château ferme à 17h. Nous décidons de rester pour la nuit sur le parking devant le château.

Le château est magnifique de l'extérieur et sans aucun doute de l'intérieur également.

Je consulte internet, le billet d'entrée est de 16,90€, ce n'est pas donné. Au niveau de la description du château il est mentionné :"Faites ressortir l'aristocrate qui sommeille en vous et découvrez la grandeur de ce chef-d'oeuvre baroque qu'est le Château de Vaux-le-Vicomte". Comme je n'ai ni l'âme d'un aristocrate ni la bourse d'un aristocrate, je ne vais pas le visiter...


La propriété est immense : château, annexes et jardins.

En fin de journée, nous nous retrouvons seuls sur le parking devant le château. Béatrice n'est pas rassurée, je lui dirai demain si elle avait tort ou non de s'inquiéter.

Ce matin 3 septembre.

Il n'y avait effectivement pas lieu de s'inquiéter mais le bruit des voitures sur le passage à piétons en pavés nous laissera quand même un mauvais souvenir.

Lac du Der

Aujourd'hui, nous avons fait un premier arrêt sur une des digues du Lac du Der.

Nous avons ensuite rejoint une aire de Camping-car pour y passer l'après-midi et la nuit avant de rejoindre demain des amis à Froncles du côté de Chaumont

4
sept

Lac du Der Chantecoq

Nous avons passé une nuit sur l'aire de Giffaumont-Champaubert (Le Champ Branlant) pour 4€ la nuit et 2,50€ pour les services. Nous sommes à environ 100m du lac, le soleil en prime et le passage du boulanger un peu après 8 heures, que demander de plus !!!

Pour rejoindre nos amis à Froncles dans le département de la Haute-Marne, nous traversons des villages avec des maisons à colombages et qui nous rappellent celles de Normandie ( et d'Alsace et de la Forêt Noire toute proche …= rajout Béa)

A Chatillon-sur-Broué nous nous arrêtons devant l'église à pans de bois, construite au début du 16ème siècle.

Nous nous arrêtons également à proximité de l'église St Nicolas à Outines

Lunéville

Après avoir passé un bel après-midi et une belle soirée chez nos amis, nous aurions pu rentrer directement chez nous en roulant 5 h. Mais comme je ne suis pas pressé et que nous passons à proximité de Lunéville, je suggère d'aller à l'aire de camping-cars et d'y passer la nuit. Nous nous y présentons à 12h11. Pas de chance, la barrière est fermée de 12h à 17h, ce n'est pas commun !!! Nous trouvons un parking sympathique près de l'IUT pour visiter la ville mais n'y resterons pas pour la nuit.

Nous admirons la beauté du parc (plantes, fleurs et gazon) en face de l'Hôtel de Ville et de part et d'autre du Monument au Morts, une vraie merveille...

Derrière l'Hôtel de Ville, nous tombons sur une église. La façade et les 2 clochers sont beaux. Quant à l'intérieur de l'église, il faut se retourner pour être impressionné et on ne s'y attend pas.

Nous atteignons ensuite une immense cour avec le château au fond, et de chaque coté des bâtiments attenant au château.

La statue : le comte de Lasalle, général de la grande Armée tué lors de la bataille de Wagram en 1809. "Cette posture immortalisée du cavalier intrépide sur sa monture symbolise la bravoure avant la mort au combat."

Le château se visite, 9€ l'entrée. Je suis un peu déçu mais bon c'est sans doute lié aux nombreux autres châteaux déjà visités.

Parmi les tableaux exposés, il y a en 2 concernant Marie LESZCZYNSKA, princesse polonaise. En 1725, âgée de 22 ans elle devient reine de France en épousant le roi Louis XV âgé de 15 ans.

Le parc du château qui selon moi mesure plus de 600m de long est splendide. Il est ouvert à tous sans avoir à payer une entrée.

Plusieurs statues modernes...le roi et la reine.

Vue du château à partir du fond du parc

Cherchant à différer notre rentrée d'un jour, je propose à Béatrice de stationner près du canal de la Marne au Rhin à Xouaxange (rue du canal). Nous ne le regretterons pas.

Sur cette belle image se termine notre beau périple.

Il me reste à faire un bilan de notre périple.

8
sept

Rappel :

- départ Alsace, direction la Normandie en vue de visiter les plages du débarquement et retour en Alsace

- le beau temps a largement contribué à la réussite de notre périple puisque nous n'avons eu que 2 demi journées de pluie et les autres jours le ciel était ensoleillé voire partiellement ensoleillé

Moments forts :

  • notre première rencontre avec Nadine et Emiliano du coté de Rouen et avec Yannick et Roger du coté de Le Havre. Nous comptons sur eux pour les revoir, en Alsace
  • l'éclatement d'un pneu sur l'autoroute, mais surtout la crainte d'une collision liée à la vitesse des voitures frôlant le camping-car arrêté sur la voie d'arrêt d'urgence
  • les belles plages du Cotentin sur lesquelles les personnes se bronzent au soleil et sur lesquelles tant de soldats y ont laissé leur vie en débarquant en juin 1944
  • les magnifiques vitraux que nous avons été amenés à voir
  • la visite du sous-marin Le Redoutable à Cherbourg
  • ...

Bilan chiffré

-durée du voyage 26 jours, soit du 12 août au 6 septembre 2019

-kilomètres en camping-car : 2305km

-kilomètres à pied : environ 180km

-dépenses engagées sur 26 jours : 578€ (sans la nourriture et sans peut-être un PV)

*gas-oil : 295€ pour 214 litres, soit une moyenne de 9,30 litres au 100km

*gaz gpl : 20€ soit 26 litres (équivalent à un peu plus d'une grande bouteille de gaz de 23l)

*péage : 18€ (parking, aire, pont de Normandie)

*camping : 68€ pour 3 nuits

*visites : 177€ pour 15 musées visités, sachant toutefois que Béatrice n'a pas visité certain

*remplacement de 2 pneux : 355€ non compris dans le total car dépense exceptionnelle

Remerciements à :

*nos abonnés et futurs lecteurs, en espérant qu'ils ont apprécié le carnet de voyage

*l'application Myatlas, qui a permis ce partage

*l'application Park4night qui nous a permis de trouver facielement des parkings, aires, campings

*aux différents villages et villes qui ont installé des aires camping-car

Ce support nous sera précieux pour nous remémorer notre parcours et le revivre...

Je suis déjà impatient de repartir pour un autre périple, Béatrice n'est pas aussi pressée.

Bonne continuation à tous...