Carnet de voyage

Circuit Drôme, Vaucluse, Lubéron en camping-car

19 étapes
47 commentaires
41 abonnés
Dernière étape postée il y a 10 jours
A la découverte des départements de la Drôme, du Vaucluse et des Massifs du Lubéron en camping-car
Juin 2021
20 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 5 juin 2022

Nous avions prévu de visiter la Drôme et la région PACA (Provence-Alpes-Côte d'Azur). Mais la canicule avec des journées à 40° au mois de juin, nous a amené à revoir notre projet en cours de route. Finalement nous limiterons notre circuit à la Drôme, au Vaucluse et aux Massifs du Lubéron.

Partant du nord de l'Alsace, nous aurons de la route à faire avant d'atteindre cette région. J'ai prévu de faire le trajet en plusieurs étapes avec des visites à chaque arrivée.

Le circuit initial frôlait les 2500 km à réaliser dans la limite maximum de 4 semaines.

2
2
Publié le 5 juin 2022

Lorsque nous sommes partis samedi 4 avril 2022, le ciel était bien couvert. Il s'est éclairci par la suite jusqu'à avoir un plein soleil. Arrivés à Poligny, nous rejoignons Château-Chalon par une route bien étroite, sur 13 km. Au cours de la journée, nous avons parcouru 375 km. Un parking est prévu pour les camping-cars à l'entrée du village.

Le village de Château-Chalon est le "prestige des vins jaunes". Il est classé parmi les Plus Beaux Villages de France et est labellisé Cité de Caractère.

Avant d'entamer la visite, nous profitons d'abord d'un petit repos sur les chaises longues (sans gêner qui que ce soit). Nous voyons passer une trentaine de véhicules "oldtimer" visiblement de la même marque automobile d'après leur ressemblance.

Nous démarrons la visite en remontant la rue qui passe devant la Tour Charlemagne ou de ce qu'il en reste. Nous bénéficierons de cette vue toute la nuit, puisque nous comptons rester sur le parking et y dormir. L'endroit devrait être calme.

Au détour des rues nous rencontrons de vieilles bâtisses qui ont beaucoup de charmes.

De nombreuses maisons sont encore dans leur "jus", d'où leur attrait.

Quelques photos de l'ancien temps. Tiens, tiens la moissonneuse batteuse me rappelle celle que possédait mon grand-père, elle était un peu plus moderne, la bande était déjà entrainée par un moteur électrique. Je m'interroge, "Mon Dieu suis-je donc déjà si vieux !!!" Que d'évolutions nous avons vécues !

Nous nous sommes engagés dans la rue des Sans Culottes, sans y rencontrer des gens sans culottes. Déçu, mais le sourire de la petite poupée m'a consolé. Les bras et la tête ont visiblement été confectionnés avec de la paille.

Des oiseaux sont près à prendre leur envol.

Vue sur une partie du village.

Vue du belvédère qui se situe à une altitude de 445 m. Panorama intéressant, dommage que le ciel commence à se couvrir.

Encore quelques photos

Les premières gouttes de pluie nous rappellent à l'ordre. Il est temps de retourner au camping-car.

Finalement, pas de pluie, ni d'orage. Nous devrions donc passer une bonne nuit. Mais voilà qu'à 1h30 du matin, un violent orage nous a secoués. Il est revenu 4 fois à la charge jusqu'à 5 h du matin suivi d'une forte pluie jusqu'à 8h. Le parking n'était donc pas aussi calme que nous l'espérions en arrivant.

Mais ne dit on pas : après la pluie le beau temps !!! Vers 10 h, des rayons de soleil font leur apparition.

3
3
Publié le 5 juin 2022

Départ de Château-Chalon, nous faisons un arrêt à Louhans, connu plus particulièrement pour sa rue avec des arcades. Nous stationnons sur le parking Place du Breuil.

Un petit tour en ville. L'hôtel Dieu ne pouvant se visiter qu'avec un guide à des horaires précis qui ne m'arrangent pas, je laisse tomber.

La Grand-Rue avec les arcades doit faire 300 m de long.

Un coup d'oeil vers le clocher de l'église, rien d'extraordinaire à l'intérieur de l'église.

Nous reprenons la route vers Bourg en Bresse, en chemin nous croisons d'anciennes maisons.

Bourg en Bresse

La dernière fois que nous avions stationné sur le parking du Monastère Royal de Brou, ce dernier était fermé. Il fallait donc que nous y retournions. Le billet d'entrée est de 9,50€.

L'histoire de Marguerite d'Autriche n'est pas une histoire de princesse comme les autres. Elle n'a pas eu de chance mais a eu l'audace, par amour, de mener la construction de cet édifice majestueux.

Née en 1480, elle fut mariée à l'âge de deux ans, pour réconcilier la Bourgogne et la France. A 10 ans, elle est répudiée. De retour aux Pays-Bas et âgée de 13 ans, son père négocie un nouveau mariage qui ne dure que 6 mois puisque son mari décède. Marguerite est cependant enceinte mais accouche d'un enfant mort-né. Son père négocie un troisième mariage en 1501 avec Philibert le Beau, Duc de Savoie. C'est le coup de foudre. Ce dernier décède 3 ans plus tard. Marguerite qui a 25 ans choisit de porter le deuil de son mari jusqu'à sa mort en érigeant un monument à sa mémoire : Le monastère royal de Brou, construit en 25 ans. Peu avant la fin des travaux, Marguerite tombe malade et décède. Les tourtereaux reposent en paix dans cet édifice dédié à l'amour.

Le jubilé est magnifique.

Derrière le jubilé, c'est encore plus impressionnant

Et ce n'est pas tout.

Que de belles sculptures, majoritairement taillées dans du calcaire.

Quelques photos des éléments des stalles.

La belle Marguerite qui aurait pu rendre heureux encore un autre homme.

Marguerite accédait à l'église par un couloir qui la ramenait directement à ses appartements.

Désormais dans les appartements sont exposés de nombreux tableaux.

Magnifiques la statue et le buste qui laisse songeur !!!

Après cette belle visite, nous décidons de nous rapprocher de la ville de Mirmande en parcourant encore une centaine de kilomètres. Nous nous arrêtons sur l'aire de camping-car de Reventin-Vaugris pour y passer la nuit.

4
4
Publié le 6 juin 2022

Nous avons roulé presque 3 heures pour rejoindre le village de Mirmande. En chemin, j'ai remercié le feu tricolore au rouge qui nous a permis de prendre les photos suivantes à Loriol.

Arrivés à Mirmande, nous stationnons sur le parking proche de l'aire de jeux, pas très grand mais proche du village et à l'ombre des arbres. Comme il fait hyper chaud, nous décidons d'y rester pour le restant de la journée et la nuit.







Mirmande est un village perché dans la Drôme. Nous le découvrons en flânant dans ses nombreuses et pittoresques ruelles médiévales.

Béatrice serait elle effrayée par la montée ou le chat ?


La cour intérieure d'une maison.

La verdure contribue au charme des vieilles pierres.

Il n'y a pas que des ruelles, il y a également une flopée de marches... Un habitant qui nous a vu faire des haltes sous les rayons du soleil, nous a dit : de profiter de la journée et qu'il ne fait pas aussi chaud que cela. J'ai répondu que nous venions du nord.

En plus des nombreuses maisons occupées par des artistes qui exposent en continu leurs réalisations, un circuit temporaire "Art'Pentez" permet de voir l'exposition d'autres artistes dans les 2 églises désacralisées.

Je ne vous montre que ce que j'ai apprécié.

En vrai, c'est plus impressionnant que sur les photos : il s'agit d'une installation éphémère de 28 dessins positionnés en ondulation sur le mur de l'église.

Dessins photographiés individuellement.

L'église Sainte Foy du XIIème siècle, située au sommet du village.

avec une vue sur la vallée du Rhône.

Et ce qu'on peut voir en appliquant un gros zoom.

Voilà le résumé de la journée. De retour au camping-car, nous nous mettrons à la lecture en appréciant l'ombre des arbres.

5
5
Publié le 7 juin 2022

Nous avons rejoint le village de Marsanne, identifié comme étant un village médiéval. A part l'existence d'une aire de camping-car gratuite, et n'ayant rien vu d'intéressant en traversant le village, nous ne nous sommes pas arrêtés.

En route vers le village "Le Poët Laval",... et quelques beaux champs de lavande.

Le Poët Laval

L'accès au village perché est interdit en camping-car. De ce fait nous avons stationné au parking se situant en contrebas à environ 1 km du village. La route proche du village se rétrécit en effet à 2,20 m de large.

Le village médiéval fait partie des Plus Beaux Villages de France. Il fut fondé au 12ème siècle par l'ordre des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem. Il est différent du village de Mirmande, moins touristique, mais plus rustique.

Le village vu de loin, une partie est cachée par la végétation.

Il ne faut pas hésiter à se perdre dans les ruelles, à revenir en arrière, à les remonter si nécessaire pour voir toute la beauté que nous offre le village.

Le tour des remparts...

Vues des ruelles montant au donjon.

Chaque recoin me plait.

Nyons

Direction Nyons. A peine stationné sur un parking avec des emplacements adaptés aux camping-cars, que la police municipale remet un papier à tous les camping-caristes. Il faut aller sur l'aire camping-car, payer un minimum de 10€ pour toute durée de stationnement inférieure à 24h, avec toutefois la 1ère heure gratuite. N'étant pas convaincu de l'intérêt du village, nous reprenons la route vers Vaison-la-Romaine.

Vaison-la Romaine

Nous stationnons sur l'aire de camping-car, avenue Chanoine Sautel. Un représentant de la commune est venu vers 20h, encaisser le prix du stationnement, soit 8,10€ pour l'emplacement et 2 personnes.

Il fait à nouveau très chaud. Nous partons visiter la ville vers 15h en nous arrêtant au préalable à l'Office de Tourisme, qui nous remet un plan de la ville et un autre avec les autres villages qui méritent un passage. Visiblement, il y a de quoi passer plusieurs jours dans le secteur. Nous nous contenterons de visiter demain le village de Séguret. Les autres villages le seront à l'occasion d'un autre voyage.

Les "anciens" se rappellent de la crue du 22 septembre 1992 diffusée à la télévision. L'Ouvèze s'est transformé en un furieux torrent d'eau et de boue avec une vague de 10m de haut, qui emporte tout sur son passage, et s'engouffre sous le pont, provoquant 32 décès et quatre disparus. Personnellement je me rappelle de la caravane emportée par le courant, engloutie au niveau du pont romain. Il avait été dit qu'une personne s'y trouvait encore à l'intérieur.

La construction remonte à la fin du 1er siècle, il a su résister à tous les siècles passés. Le pont photographié de chaque coté.

Dans la ville basse se trouvent les vestiges romains répartis sur une quinzaine d'hectares. Nous ne les visiterons pas, ayant un aperçu de loin et ayant déjà visité de tels sites.

Nous rejoignons la cathédrale Notre-Dame de Nazareth.

Un peu plus loin nous avons une vue sur la ville haute.

En passant devant un bassin, nous sommes en admiration devant un nénuphar.

En rejoignant le centre-ville nous avons vu au loin le mont Ventoux. Photo prise avec un gros zoom.

A coté de notre camping-car se trouve un couple belge qui revient de l'Espagne. Nous sommes épatés par leur vitalité sachant que monsieur a 89 ans et madame 85. Béatrice m'accompagneras-tu encore en camping-car si nous avons la chance de vivre aussi longtemps ? Je connais déjà la réponse.

Nous avons raté quelque chose de super important pour Béatrice : le grand marché du mardi matin.

6

En prenant la direction de Séguret, nous voyons au loin le village de Sablet.

Séguret

Le village de Séguret fait partie de la liste des Plus Beaux Villages de France. La visite nous a été conseillée par l'ODT de Vaison-la-Romaine. Nous arrivons à stationner sur le parking n°3 à 400m de l'entrée du village.

Le ciel est bien gris. Le village étant petit, on en a vite fait le tour. Un peu déçu, d'autant plus que lors d'un demi-tour pour rejoindre le village j'ai éraflé le camping-car, Béatrice dit que j'ai cabossé le camping-car. Nous n'avons pas la même vision des choses.

Les ruelles sont toutes caladées.

Finalement nous passerons plus de temps à l'exposition de peinture qu'à visiter le village. Les dames présentes étaient très sympathiques. Elles nous ont permis de photographier uniquement des tableaux émanant d'elles, ce que nous comprenons.

Près de la cheminée, j'ai aperçu quelques santons.

Gigondas,

Le parking préconisé est relativement loin du village. Comme il a commencé à pleuvoir, nous décidons de poursuivre notre périple.

Les Dentelles de Montmirail

Nous rejoignons le massif des Dentelles de Montmirail en contournant le village de Gigondas. Le massif se divise en 3 chaînes parallèles, et culmine à 627m. Nous stationnons sur le parking Les Florets.

Les 2 photos ci-après ont été prises à partir du parking, en fin de soirée et avec un rayon de soleil. Il s'agit plus précisément de la chaîne Dentelles Sarrasines

La même photo, prise à notre arrivée sur le parking et sans soleil, est moins colorée.

Arrivés en début d'après-midi, je décide de me dégourdir les jambes en me "frottant" au massif.

D'abord une petite grimpette. Je me fie à la signalisation "un rond peint en bleu"

Puis c'est du sérieux. Plus d'une heure de montée.

Plus je monte, plus la vue est belle, plus cela devient dangereux. Heureusement que Béatrice a insisté pour que je prenne les bâtons de marche. Le sentier me fait passer par une faille.

Après avoir passé la faille, j'arrive à voir à travers une des trouées.

Ignorant la distance du circuit avec le rond bleu, je décide de faire demi-tour. De retour au camping-car, nous décidons de rester sur le parking pour la nuit en compagnie d'autres camping-caristes. Seul regret, nous n'avons pas de connexion internet.

7
7
Publié le 10 juin 2022

Venasque

Le village fait également partie de la liste des Plus Beaux Villages de France. Nous l'apercevons au loin.

La route est étroite pour y aller et le parking se trouve à 10 mn à pied du village. Il est préférable de prendre la route réservée aux camions qui est plus longue.

L'entrée du vieux village.

Contrairement au village de Poët Laval, toutes les maisons paraissent occupées à l'année et de ce fait elles sont bien, voire trop bien entretenues.

Dès l'entrée dans l'église, nous sommes accueillis par des chants, qui dégagent beaucoup de sérénité et de piété.

Quelques statues...

Puis retour au camping-car et direction Pernes-les-Fontaines

Pernes-les-Fontaines

Nous arrivons à stationner sur le parking situé rue Cours Frizet, à proximité du centre-ville et de l'ODT. Ce dernier nous remettra un plan de la ville et nous signalera que l'entrée des 4 musées de la ville est gratuite.

Un circuit permet de faire le tour d'une quarantaine de fontaines visibles. Une soixantaine d'autres sont dans des propriétés privées. Toutes ne sont pas aussi admirables...

"Non, non, petit malotru, nous t'avons à l'oeil, il est interdit de se soulager dans les fontaines"...

Ci-après les 2 principales portes d'entrée dans la vieille ville. Il est dommage que les 1672 m de rempart furent démolis en 1848.

Photos de quelques bâtiments du centre-ville.


Nous recherchons une boulangerie et tombons sur une petite et ancienne boulangerie. Nous étions persuadés qu'elle était fermée si nous n'avions pas vu une cliente y pénétrer. Oh surprise !!! Le pain est encore fait à l'ancienne, au feu de bois. Le boulanger nous explique que la boulangerie existe depuis 1894.

A midi, 2ème surprise nous prenons le menu du jour au Restaurant Le Jean Jaurès, 13 avenue Jean Jaurès. Nous sommes agréablement surpris par le prix de 16,50€ pour une entrée, plat (pavé de saumon), dessert, 1/4 de vin, le tout avec un service impeccable. Nous recommandons vivement ce restaurant.

En suivant le circuit des fontaines, nous nous arrêtons à une exposition de costumes provençaux comtadins portés dans le Comtat Venaissin et jusqu'au nord de la Durance jusqu'à la fin du XIX e siècle.

Les robes ci-après remontent aux années 1860. On nous explique que leur taille fine est liée aux corsets que portaient les dames.

Il existe également le musée "La Maison du Costume Comtadin". Je ne mets pas davantage de photos.

Le musée des cycles : la collection est tout simplement impressionnante à la fois par sa qualité et le nombre de cycles. Le concept des livraisons à domicile étaient déjà d'actualité en 1950. Le cycle de couleur rouge permet d'atteindre 130 km une fois les 50 km/h atteints et en pédalant 100 tours à la minute. La selle photographiée date de 1922, je trouve qu'elles n'ont pas évolué depuis et qu'on souffre toujours autant quand on refait du vélo. Quant au vélo bleu il a parcouru 12 000 km en rejoignant Pékin.

En septembre 2024, il est programmé une fête qui réunira toutes les associations et de nombreux habitants qui seront habillés à l'occasion comme dans l'ancien temps et d'anciens corps de métiers seront présents. Ci-après des photos prises lors de la dernière fête de 2019.

Il y a encore un autre petit musée sur le vers à soie, et les santons. Mais j'arrête là avec les photos. Je trouve que les santons représentant des personnes âgées sont beaucoup plus jolis qu'avec des personnages jeunes. Finalement nous avons encore du charme, nous les anciens !

Comme nous avons décidé de rester sur le parking Cours Frizet pour la nuit, je retourne photographier vers 22h, les 2 anciennes portes éclairées de la ville et la tour au loin.

J'ai failli oublier de dire que j'ai perdu mon téléphone portable non loin du camping-car et qu'un couple charitable me l'a ramené après avoir décroché suite au coup de fil donné avec le portable de Béatrice. Sans téléphone, j'aurai été dans la "m..." pour la suite de notre périple et du blog, le téléphone de Béatrice n'ayant qu'un accès limité à internet.

Encore autre chose : nous déconseillons de rester sur le parking durant la nuit. Etant proche du centre-ville, il y a beaucoup de va et vient jusqu'aux environs de minuit, à 1h30 du matin l'arrosage de la pelouse s'est mis en marche. Pivotant à 180°, le jet se dirigeait ers la baie vitrée à coté de notre lit. Béatrice qui a habituellement la baie vitrée ouverte la nuit, l'avait fermée exceptionnellement à cause du vent. Ouf ! Le matin à 5h30, il faut compter sur le ramassage des poubelles, sans compter la circulation sur la route qui se trouve à proximité. Nous n'avons pas tardé à déplacer le camping-car. A l'avenir, nous veillerons à être attentif à ces aléas. Je pense nous nous dormirons mieux la nuit prochaine.

8
8
Publié le 13 juin 2022

Carpentras

Quand on dort mal il est parfois plus facile de se lever. A Pernes les Fontaines, nous n'avons pas trouvé l'aire de vidange qui devait être devant le camping, et camping encore fermé à notre passage.

Pour faire plaisir à Béatrice qui préfère les marchés aux vieilles pierres, nous sommes revenus en arrière sur Carpentras où se tient le marché hebdomadaire du vendredi matin. Galère pour trouver un parking. Béatrice s'est souvenue d'un commentaire de Guy qui écrivait que les camping-caristes n'y sont pas forcément les bienvenus.

Le marché a lieu dans le centre historique et à coté d'un grand parking. D'après wikipédia, ses origines remontent à l'antiquité au 1er siècle avant J-C. Ce serait un des plus animés de Provence. Je pense que chaque ville veut que le sien soit le plus grand et le plus animé. Exemple : le marché de Vaison-la-Romaine.

Nous y avons passé la matinée. Arrivés au camping-car, je constate que j'ai fait qu'une unique photo du marché et là j'ai pris la cathédrale en arrière plan. Bizarre !!! Je vous rassure le marché est très grand.

Je constate que Béatrice a également prise du photo avec le marché en arrière fond.

Dans le centre-ville nous nous promenons sous des Portes bonheur indien ou attrapes rêves.

Après avoir fait nos emplètes nous sommes retournés au camping-car pour rejoindre le village de Fontaine-de-Vaucluse, à 22 km. J'ignore où le GPS nous a menés mais il n'a choisi que des routes étroites et chaotiques. Nous sommes enfin arrivés et stationnons sur une aire camping-car Park à 13€ la nuit, électricité comprise. Pour être membre, nous avons également dû acheter une carte à 5€. Nous y resterons la nuit et probablement encore la nuit suivante pour profiter des lieux demain matin. Il fait hyper chaud et dire que dans 2 jours, les prévisions météo prévoient encore 5 degrés de plus.

9

Fontaine-de-Vaucluse est un charmant village caché au fond d'une vallée close qui attire pas mal de touristes. L'endroit est paisible. Comme il fait très chaud et que nous pouvons bénéficier de l'ombre grâce aux arbres sur l'aire de camping-car, nous y resterons une journée supplémentaire.

La veille au soir, j'ai fait des photos du paysage environnant.

Ce matin, avant la pleine chaleur, je pousse Béatrice à la dépense... Non pas à la dépense financière mais à la dépense physique !

Béatrice me lit son horoscope : "Le surmenage vous guette,... n'en faites pas de trop. L'attroupement planétaire présent dans le secteur de votre équilibre physique vous contraindrait à ralentir le rythme, faute de carburant".

Nous ferons donc un petit tour : nous partirons du village en longeant la Sorgue pour rejoindre l'aqueduc et nous retournons au village par l'autre rive.

Vue sur les rochers en longeant la route.

La Sorgue

La preuve de l'existence d'anciens moulins.

Nous arrivons à l'aqueduc. Une petite grimpette pour arriver sur le haut de l'aqueduc, et là, surprise il est encore en fonction.

Le canal encore alimenté poursuit sa route.

Quant à la vue du haut de l'aqueduc, elle est tout simplement sublime !


La Sorgue sur l'autre rive est encore bien plus belle. L eau de la Sorgue n'a que 13 degrés, il y a donc de quoi se rafraîchir.

Un petit endroit bien paisible pour apprécier encore davantage la nature.

Une maison bien atypique dans cette région reculée.

Au centre du village.

Une autre promenade m'amène vers ce qu'ils appellent le "Jardin".

Puis direction la source de la Sorgue. La source émane de l'émergence d'un immense réseau souterrain.

Il est interdit de s'y approcher de trop près. Depuis plus d'un siècle les plongées se sont succédées. En 1983, un plongeur atteint 205 m. L'immersion durera 9h, le plongeur emportera 50 000 litres de gaz respiratoire, soit près de 400 kg de matériel. En 1985, un robot atteindra la profondeur de 308 m. Il y a donc peu de chance qu'on vous retrouve si vous tombez dedans et n'arrivez plus à en sortir.

Un santon plus moderne. Et avec cette chaleur, une glace est la bienvenue.

Demain c'est dimanche => jour de repos. Nous décidons de passer une 3ème nuit sur l'aire.

10
10
Publié le 13 juin 2022

Dimanche matin j'ai pris le vélo, suis remonté sur l'aqueduc pour longer ensuite le canal sur 6km jusqu'au village de Lagne. Le village n'est pas particulier contrairement à ce que m'a affirmé un anglais. Sur le retour, la chambre à air n'a pas supporté le sentier empierré. J'avais 3 petits trous contigus et une rustine trop petite pour couvrir les 3 trous. Le fait de mettre 2 rustines cote à cote n'a pas marché. Pas de réparateur vélos dans les environs pour acheter une nouvelle chambre à air.

Au cours de l'après-midi, ce sont pas moins de 13 camping-cars qui sont venus sur l'aire. Ils avaient tous souscrits à un voyage organisé. Le calme que nous avions connu a été rompu, réunionite, apéro et discussions interrompues jusqu'à 22h, non loin de l'endroit de notre stationnement.

Comme il fait très chaud, Béatrice a pris un bain, un bain de pied car l'eau de la Sorgues qui coule juste à coté est à 13 degrés.

Gordes

J'ai retenu un parking sur la route de Cavaillon, à 2 km du village de Gordes et à 1,7 km du village des Bories. (43.901189 5.19275). Nous profitons de la couverture nuageuse pour rejoindre Gordes à pied. Nous passons devant une nouvelle construction qui plairait bien à Béatrice.

Non loin de là, il y a une maison à vendre si vous êtes intéressés. J'ignore le prix.

En chemin, nous nous arrêtons à un beau point de vue sur le village de Gordes. Le soleil faisant défaut, les photos sont un peu moins belles. On ne peut pas tout avoir.

A partir du point de vue, 800 m nous séparent du village. Nous apprécions la descente qui nous offrent de belles vues.

Puis la remontée vers le centre du village moins appréciée, sauf lors du retour.

L'association Les Amis de l'église Saint Firmin recherche des bienfaiteurs pour la rénovation intérieure. Il est vrai que l'église en a besoin même si cela n'apparaît pas vraiment trop sur les photos.

Quelques photos du centre du village et du château.

Nous achetons une fougasse aux olives que Béatrice réchauffe légèrement pour le repas de midi avec une salade verte. Excellent !







Village des Bories

Puis départ à pied vers le village des Bories, situé à 1,7 km du parking camping-cars. La route est interdite aux camping-cars. Il fait encore super super chaud.

Je longe des murs entiers de pierres sèches, y compris lorsque la végétation a repris le dessus.

En chemin, je rencontre une borie en partie écroulée. L'épaisseur des murs et du toit est impressionnante.

Content d'arriver au village.

Le village des Bories est une concentration de cabanes de bergers en pierres sèches qui servaient d'habitation jusqu'à la fin du 19ème siècle. Le site a été réhabilité en 1968, il offre un aperçu de la vie des bergers qui venaient vivre au milieu de la garrigue avec leur troupeau pendant les périodes de pâture.

Le billet d'entrée est de 6€. La quantité de pierres (calcaire) accumulée est impressionnante. Le poids des pierre pour une borie de taille normale dépasse les 120 tonnes.

L'intérieur de l'habitation est très spartiate, des troncs permettent de scinder la hauteur de la pièce. La soue et la bergerie sont rattachées à l'habitation

Autres photos.

Après la visite, retour au camping-car sous un soleil de plomb.

Vous vous souvenez, j'ai évoqué un groupe de camping-cars qui fait partie d'un voyage organisé. Il nous a rejoint sur le parking. Nous pensions qu'il continuerait sa route après leur visite. Pas de chance, ils se regroupent à l'ombre sous les arbres près de notre camping-car et ça papote et ça papote ! Vers 18h nous prenons la décision de quitter le parking et d'en rejoindre un autre près du village de Roussillon. Nous espérons qu'il n'aura pas l'idée de nous rejoindre demain.

11
11
Publié le 14 juin 2022

Tous les parkings proches du village sont payants et interdits aux camping-cars. Pas d'autre solution que de nous diriger en contrebas du village sur le parking réservé aux camping-cars, à près de 1,6 km du centre du village de Roussillon, en échange le parking est gratuit et se trouve en partie ombragé. Nous allons y passer la nuit.

Le lendemain matin, direction le village pour le visiter et faire le "Sentier des ocres". Roussillon fait partie de la liste des Plus Beaux Villages de France.

Visite du village. Toutes les maisons ont la couleur aux nuances de l'ocre.

Puis direction le "Sentier des Ocres". Le billet d'entrée est de 3€, avec le choix de faire le circuit court ou le circuit long. Ce dernier a été fait en 20 mn sans se presser.

Quelques photos du sentier.

On est émerveillé par cette falaise vertigineuse aux couleurs flamboyantes que le soleil met en valeur..

Par le passé nous avions visité le sentier des ocres (appelé le "Colorado Provençal") à Rustrel, il est beaucoup plus long et il y a davantage à voir. A choisir entre les 2, je préfère le Colorado Provençal.

Je comptais également visiter l'écomusée de l'ocre "Ôkhra" mais il se trouve à 2 km du village du coté opposé du parking. Comme il fait super chaud et que je serai obligé de le visiter à la va vite puisqu'il ferme à 13h pour rouvrir à 14h, je décide de retourner au parking du camping-car après avoir marché 7,5 km dans la matinée.

Tous en choeur : il fait trop chaud pour voyager !!!

Etant à l'ombre sous les arbres, nous décidons de rester une nuit supplémentaire sur ce parking. J'ignore encore ce que nous ferons demain sachant que la canicule persistera encore dans les jours à venir, d'après les prévisions météorologiques.

12
12
Publié le 15 juin 2022

Je ne m'attendais pas à avoir de quoi rédiger une étape aujourd'hui. Ayant cherché un parking ombragé avec l'application "park4night", je suis tombé sur le village de Goult.

En arrivant au village de Goult, nous nous dirigeons sur le parking de la mairie qui propose au fond, un charmant emplacement pour quelques camping-cars, endroit qu'il faudrait garder secret, avec en prime de l'ombre sous les arbres. Dommage que nous ne puissions pas y rester pour la nuit, un débroussaillage étant prévu demain.

Le village de Goult se situe entre les monts du Vaucluse et le massif du Lubéron, non loin du village de Roussillon.





Le village n'étant pas sur la liste des Plus Beaux Villages de France, nous nous attendions à voir le village classique du Lubéron, sans plus. Je vous le fais découvrir au fur et à mesure de notre avancée. Le ciel est voilé, tant mieux pour les "anciens" et tant pis si les photos manquent un peu de luminosité.

Oh ! tu as vu les prix ? La maison à la campagne n'est pas donnée.

Arrivés au centre du village, nous découvrons le bonheur de vivre qui existe dans les régions du sud, cool, pas de stress, apprécier chaque instant à sa juste valeur. Nous nous laissons prendre au jeu en prenant un café sur la terrasse d'un restaurant. Puis nous reprenons la visite : les plantes grimpantes embellissent les maisons.

Au fur et à mesure que nous avançons nous découvrons l'existence d'un château (château privé, non visitable), et dans son périmètre le vieux village. Ce dernier nous envoûte littéralement.

Mais qui s'est mise devant mon viseur. Béatrice veut-elle me rappeler qu'elle existe, qu'elle est là, qu'il n'y a pas que les vieilles pierres à voir !!!

Quel bel endroit !

L'écureuil et la poule...

Arrivés au moulin, avec la vue au loin du clocher (photo avec zoom).

Tout au long de notre visite, nous avons eu l'occasion d'échanger avec des touristes. Les premiers nous ont recommandé d'aller sur le camping Arc-en-Ciel à Roussillon (piscine oblige), le second est un anglais qui nous a fait savoir qu'il adorait la France, le troisième un couple d'enseignants qui n'ont pas réussi à faire partager l'amour des vieilles pierres à leur fils adulte et une dame qui nous a recommandé la visite des villages de Bonnieux et de Lacoste et avec qui la discussion a continué sur la terrasse d'un restaurant autour d'une bonne bière fraîche.

Il était 14 h quand nous sommes retournés au camping-car. Un bon sandwich, un sacristain aux amandes au dessert.

En conclusion avons été charmés par l'ambiance et le charme de ce village resté authentique !

13
13
Publié le 16 juin 2022

Nous avons quitté le village de Goult en fin d'après-midi pour rejoindre le village de Bonnieux.

Le Pont Julien

Nous avons passé à proximité du pont Julien, pont romain daté de l'an 3 av J-C. Et dire qu'il faisait partie de la route départementale jusqu'en 2005, soit plus de 2000 ans d'utilisation.

Les pilers intermédiaires sont percées de grandes baies cintrées pour faciliter l'évacuation des eaux en période de crues. Le cours d'eau est à sec, et on a du mal à croire qu'il puisse exister des crues d'une telle ampleur.

Bonnieux

Hier en fin d'après-midi, nous avons rejoint un parking ombragé à Bonnieux, à coté de la caserne de pompier et de l'église du bas. Je suis monté à l'église du haut en traversant le village sans passer nécessairement par les rues annexes.

On pourrait penser qu'on plaçait les églises en hauteur afin que l'on commence à expier ses péchés en chemin !!! Mais je suis exempt de péchés, Béatrice n'est pas d'accord. L'église était fermée en arrivant, est-ce lié au fait qu'il soit plus de 18h ?

L'église du bas et l'église du haut.

Au loin on aperçoit le village de Lacoste et son château.

Changement de programme

J'avais initialement prévu de rejoindre la Côte d'Azur, de la longer jusqu'à Menton et de revenir en Alsace en remontant par les Alpes.

La vague de chaleur actuelle proche des 40° aujourd'hui et dans les jours à venir nous a incités à revoir notre projet. Nous avons décidé de nous poser sur un camping équipé d'une piscine. Des personnes qui sont sur le camping Arc-en-Ciel à Roussillon ,et que nous avions rencontrées à Goult, nous l'ont fortement conseillé. Nous comptons y rester 3 jours et probablement 4. Je pense que nous reprendrons ensuite le chemin du retour en Alsace en remontant par les Alpes.

Je suis donc amené à modifier le titre du carnet de voyage qui n'est plus adapté.

En conséquence pas de nouvelle étape dans les prochains jours.

Béatrice est au paradis.

14

Jeudi 16 juin, Béatrice s'est fait plaisir dans la piscine du camping. Comme la température de l'eau était à 28°, j'y suis rentré. La température extérieure frôle les 40°.

Vendredi matin 17, j'ai fait un tour en vélo pour rejoindre le village de Bonnieux situé à 12 km et profiter du marché hebdomadaire du vendredi. Suite à un raccourci que l'on m'a proposé, je me suis égaré à la fois à l'aller et au retour en faisant bien 7 km en plus, j'étais dans la direction de Lacoste.

En quittant le camping, le départ commence par une longue descente, c'est que du bonheur. Puis, c'est une montée d'environ 4 kilomètres qui m'attend avant Bonnieux, situé en hauteur. Durant cette montée, les cyclistes dépassent mon oldtimer de vélo, saluent l'ancien qui pédale et ceux qui viennent d'en face font de même. Est-ce pour m'encourager ? C'est dingue tout ce qui vous passe par la tête durant ces moments d'efforts. Pour m'encourager Je m'imagine faire le Mont Ventoux, acheter un vélo électrique à mon retour, etc... mais surtout ne pas abandonner !!!

Finalement je saute sur chaque occasion pour faire une photo, autrement dit pour faire une pause et apprécier le moment présent.

Je suis attiré par le blason quelque peu effrayant devant une propriété, avec une grille qui cacherait un château et attention les photos sont interdites. Je m'attendais à ce qu'un gros bulldog vienne à la grille.

Autres occasions de m'arrêter,... La floraison de la lavande n'est pas encore très avancée.

Et puis c'est la délivrance : l'arrivée à Bonnieux, au marché.


Lors du retour j'apprécie la descente en quittant Bonnieux. Je me sens voler. A quelques kilomètres du village de Roussillon c'est à nouveau une montée que j'entrecoupe d'arrêts pour faire des photos de quelques beaux points de vues.

L'après-midi, piscine avec Béatrice dont l'eau est à 28°, extérieur près de 40° à l'ombre. Il n'y a que les cigales qui se régalent de cette chaleur, elles le témoignent jusqu'à 21h45 précises depuis 2 jours.

Saint Saturnin-lès-Apt

Samedi matin, je prends à nouveau mon vélo pour rejoindre le village de Saint Saturnin-lès-Apt, distant de 13 km. Dans la dernière montée vers le village, je me fais certes dépasser mais j'ai vu au visage du cycliste que je n'étais pas le seul à souffrir. Ce qui me fait tenir, c'est la bière qui m'attend à la terrasse d'un café.

Une bière dès10h du matin, que du bonheur après la montée ! C'est pour rincer les pores suite à la transpiration. Une Leffe en souvenir d'un de mes "chefs" qui adorait cette bière et qui n'a pu profiter que 6 mois de sa retraite.

Quand au prix du café, le client a intérêt à être poli !

En me promenant dans le village, j'aperçois au loin le moulin. Le fronton d'une porte laisse présager le mauvais caractère du propriétaire et il n'a pas l'air de vouloir s'en cacher. Béatrice pense que ce fronton a pour but de chasser les mauvais esprits qui souhaiteraient entrer dans la maison...

L'inscription suivante était gravée sur la fontaine mais effacée avec le temps : "Il n'y avait pas assez d'eau pour la population qui souffrait de cette vie, mais à présent qu'il en est une nouvelle, elle rechigne au moment où coule l'eau de celle-ci". Les habitants rechignent à payer la taxe mise en place, suite aux dépenses engagées, l'eau venant d'une source et d'une résurgence lointaines. L'eau de la fontaine est potable, ce qui est rare de nos jours. J'en ai profité pour me désaltérer et mouiller ma tête qui en avait grand besoin.

Juste à coté de l'église, se trouve un sentier qui permet de monter aux ruines du château.

La construction de certains murs est bizarre. Est-ce l'oeuvre d'un apprenti maçon de l'époque ?

Le château avec ses remparts était immense. Une retenue d'eau a été construite par la suite et permet l'accès au château par l'arrière.

L'endroit est impressionnant. Après avoir contourné les ruines du château je retourne au village pour remouiller ma tête et récupérer le vélo.

Pour le retour la montée de 3 km vers le village de Roussillon est "hard", les 500 derniers mètres seront faits à pied. Il est juste midi quand j'arrive au camping.

Il est 15 h, 40°. En m'exposant légèrement au soleil, le thermomètre est monté à 48°. Béatrice a rejoint la piscine et je la rejoins par la suite. L'eau a 30 degrés.

15
15
Publié le 19 juin 2022

Parlons un peu du camping Arc-en-Ciel :

Les tarifs sont tout à fait honnêtes d'autant plus que l'on a accès à la piscine et que l'électricité de 10 A est comprise.

Il continue à faire très chaud, pas de vélo aujourd'hui. Juste en face du camping, j'ai vu le début d'un ravin. Il m'a suffi de trouver un accès pour y descendre et m'y balader, ou plutôt déplacer est plus approprié, au fond du ravin.

Pas de sentier, c'est celui que tu te fais. Au fur et à mesure que j'avance je découvre une vraie merveille et je m'enfonce de plus en plus.

Le tri des photos n'est pas aisé tellement elles sont belles et toutes différentes.

En revenant en partie sur mes pas, je vois la possibilité de ressortir du ravin. Ravi de cette escapade.

A mon retour, je fais encore un tour du camping.

Cet après-midi, piscine et rester à l'ombre. Nous n'avons pas su nous protéger suffisamment les jours précédents, résultat => coup de soleil. C'est cette nuit que nous allons le ressentir.

Demain départ pour une nouvelle destination.

16

La Forêt de cèdres à Bonnieux

Lundi matin 20 juin, nous avons quitté le camping. Béatrice regrette déjà de ne pas pouvoir aller à la piscine car il commence à faire chaud. Nous partons visiter la Forêt de Cèdres du coté de Bonnieux. La traversée du village n'est pas facile, mais ça passe. Les 7 km qui restent à faire jusqu'au parking paraissent longs et sont souvent en montée. La vue au loin est impressionnante. Nous sommes particulièrement admiratifs des cyclistes.

Plusieurs sentiers balisés permettent de faire de belles balades à l'ombre. Nous prendrons le "Chemin des Cèdres" qui est la raison de notre venue.

A plus de 700 mètres d'altitude, la forêt de cèdres fut à l'origine plantée avec des graines venues du Moyen-Atlas algérien, et ce à partir de 1861 ! Les cèdres sont tout simplement impressionnants et majestueux !!!

Les cèdres sont encore plus beaux quand ils ont de l'espace autour d'eux.

Cette forêt spéciale avec ses arbres majestueux dégage une grande sérénité !

Nous reprenons ensuite la route en direction de Forcalquier en vue de nous arrêter à l'aire de camping-cars du village. En chemin, ce sont les platanes longeant la route qui nous font une longue haie d'honneur. Ces routes sont de moins en moins nombreuses.

Forcalquier

L'aire de camping-car à Forcalquier est gratuite. Je monte à la citadelle qui est surmontée par la chapelle Notre-Dame-de-Provence. Avec une montée qui s'éternise, il faut compter environ 15 mn. Il ne subsiste plus grand chose de la citadelle.

En rejoignant le centre-ville, je passe devant une statue "sans gène". A voir son regard de près, la femme apprécie l'audace de l'homme !

Au niveau du centre-ville, je n'ai pas trouvé d'intérêt particulier.

Les Mourres à 6 km de Forcalquier

Il s'agit d'un site géologique exceptionnel. A la fois magique et étrange !!! L'origine de ces rochers en forme de visages ou de têtes d'animaux selon l'imagination de chacun remonte à 25 millions d'années.

En rejoignant le site par la route, rien d'extraordinaire.

Un sentier balisé permet de faire le tour du site en 1h. Il suffit de faire 500 m vers le haut pour arriver au meilleur du site. A coté, il n'est pas question de couche-culotte, il faut lire les explications : "de la plante à la pierre".

Et voilà le résultat.

Il est possible d'imager des animaux... Béatrice y a également vu des personnages mais elle avait oublié son téléphone portable pour les photographier. Je n'étais pas à ses cotés.

Après cette visite, nous avons pris la direction des Gorges de la Méouge, à une dizaine de kilomètres au nord de la ville de Sisteron. Nous vous la ferons découvrir à la prochaine étape.

17
17

En direction de Sisteron en venant du sud, de beaux paysages s'offrent à nous.

Ayant déjà visité la ville de Sisteron, nous n'y ferons pas d'arrêt d'autant plus que le ciel commence à se voiler.

A voir le niveau de la Durance près de Sisteron, nous pourrions être rassurés quant au niveau de la Méouge que nous voulons longer.

En nous approchant des gorges nous commençons à nous inquiéter, le niveau est bien bas.

La route commence à se rétrècir.

Nous arrivons dans les Gorges de la Méouge en fin de matinée. Il est prévu de la pluie à compter de 14h et Béatrice aimerait bien avoir quitté les gorges avant la pluie. De ce fait, nous nous limitons aux 8 premiers kilomètres, mais qui me semblent les plus beaux d'après ce que j'ai vu sur internet.

Une personne que j'ai rencontrée sur le site des Mourres m'a fait savoir que les gorges sont sur-fréquentées en été avec le risque que la Méouge soit à sec et de ne pas pouvoir s'arrêter faute de parking.

Dommage que le niveau de l'eau soit déjà si bas.

Mais les vues d'avant se méritent. Certains passages sont étroits, mais ça passe.

Tout au long du parcours, les paysages parlent d'eux mêmes.

A part un croisement difficile avec un autre camping-car, nous n'avons pas eu de difficulté pour revenir au début des Gorges.

Nous nous posons ensuite non loin des gorges, sur l'aire de camping-cars de Laragne-Montéglin qui est également gratuite.

Dans la soirée et durant la nuit, il a légèrement plu. Dame Nature que nous remercions pour tout ce qu'elle nous offre, en demande davantage après cette période caniculaire.

Direction Grenoble, puis Chambéry

Nous avons pris la direction de Grenoble par la D 1075, qui transite par Asprès-Bluëch. Tout au long de la route, nous avons longé les massifs montagneux. Dommage que le ciel ait été nébuleux.

Les nombreux cours d'eau que nous avons pu voir sont quasi secs.

Les stations GPL, sont relativement rares dans la région si l'on exclut les stations Total qui rechignent à servir du gaz dès lors qu'il n'est pas utilisé comme carburant moteur. Nous avons trouvé une station U à Pontcharra et non loin de là, à St Maximin, une aire de camping-cars gratuite, pas très grande et au bord d'un petit étang. Un endroit à mettre les doigts de pied en éventail.

Le ciel se couvrant de plus en plus, je me suis dépêché d'aller à la tour et de visiter le hameau proche de l'aire. Une des fermes est encore dans son jus.

Il commence à pleuvoir.

Demain, direction le Jura mais j'ignore encore ce que nous allons visiter.

18
18
Publié le 23 juin 2022

St Maximin près de Pontcharra

Nous avons passé la nuit sur l'aire de camping-cars de St Maximin, Place du Marais. Les rainettes vertes s'en sont données à coeur joie jusqu'à 2 h du matin, puis silence total. Ce matin c'est le maître des lieux qui a fait le tour de l'aire.

Nous prenons la direction de Chambéry, puis longeons le magnifique lac du Bourget (difficile à prendre en photos en roulant).

Mijoux

La majorité des lieux touristiques du Jura nous est déjà connue. Je décide donc de longer le Jura par l'Est pour rejoindre le village de Mijoux en prenant la route marquée en jaune qui me paraît droite d'après la carte. Ce fut une route étroite avec une succession de virages, montées et descentes qui nous attendaient, en faisant une moyenne de 35 à 40 km/h, n'ayant croisé qu'un camping-cariste qui m'a fait un grand salut. Il devait penser la même chose que moi : "mais quelle idée". Pas de vue particulière si ce n'est des sapins le long de la route, ni de visite à faire. Nous étions soulagés d'arriver.

Et pourtant nous sommes 10 camping-cars sur l'aire de Mijoux. A peine arrivés, la pluie est tombée. L'air s'est bien rafraîchi, nous ne sommes plus habitués. Par la suite, j'ai fait un tour dans le village qui n'est pas bien grand.

A part des dessins sur certaines maisons et des sculptures réparties dans le village, il n'y a rien à photographier.

Le Père Alexis, l'insaisissable contrebandier du col de la Faucille.

Quelques belles sculptures...

Je rejoins l'aire de camping-cars sous la pluie. Béatrice m'annonce qu'il risque de pleuvoir une bonne partie de la journée de demain et les températures ne dépasseront pas 17° au courant de la journée. Il va falloir s'habituer mais nous sommes rassurés, l'été est encore devant nous.

19
19
Publié le 25 juin 2022

Fin du voyage

Au moment du réveil, il fait frais dans le camping-car, à peine 13°. Je rappelle que nous sommes à environ 1 000 m d'altitude et qu'il a déjà plu la veille. Je mets un peu de chauffage et m'habille en conséquence. Les prévisions météo pour la journée annoncent beaucoup de pluie. Il est difficile d'entrevoir des visites sous la pluie et nous n'avons pas l'intention d'attendre demain voire après-demain pour un temps meilleur. Nous décidons de continuer notre route vers l'Alsace.

Les paysages sont beaux même sous la pluie mais les photos ne sont pas terribles. La pluie a cessé momentanément le temps de faire quelques photos. Les vaches sont imperturbables et la pluie ne semble pas les incommoder.

La pluie ne cessant pas, nous continuons notre route. Il faut dire que nous connaissons assez bien la région du Jura pour l'avoir visitée à plusieurs reprises par le passé.

Une fois de plus ayant fait confiance au GPS, il me ramène sur des routes de plus en plus étroites. Nous n'avalons les kilomètres que petit à petit. Lassés, nous décidons de rejoindre l'autoroute au plus vite. Ah ! c'est quand même autre chose. Comme la pluie n'a pas cessé depuis que nous roulons, nous prenons la décision de rentrer chez nous et plus exactement de passer la soirée avec les 2 petites filles, notre ainé et notre belle-fille. Pour la nuit, nous avons rejoint un parking au bord du Rhin.

Le soleil étant revenu, l'envie de rentrer nous est passée. Nous décidons d'y passer une 2ème nuit et de rentrer dimanche matin. en début d'après-midi, un rassemblement de retraités assis à l'ombre élevant la voix à qui mieux mieux nous fait revenir sur notre décision. Nous quittons les lieux à 16h.

Voilà une autre manière de voyager !

La balade du matin nous amène à faire le tour d'un étang, non loin du parking.


Conclusion

Les journées caniculaires du sud, ont certes perturbé le circuit que j'avais projeté, mais elles nous ont incités à nous poser dans un camping avec piscine. Moment que nous avons beaucoup apprécié, y compris moi qui aime pourtant bien bouger.

Les amoureux de "vieilles pierres" apprécieront davantage ce carnet de voyage qui étale la beauté des villages perchés de la Drôme et du Vaucluse.

Partant de l'Alsace, nous aurons parcouru 1 800 km, sans avoir réellement rencontré de problèmes de stationnement. Il est fort probable qu'il en aurait été autrement aux mois de juillet et d'août.

Nous souhaitons à nos lecteurs et à nos amis de beaux moments de détente pour cet été qui vient de commencer.