Carnet de voyage

GUINEE . . . du Tarn & Garonne au Fouta Djalon

63 étapes
40 commentaires
58 abonnés
Dernière étape postée il y a 7 heures
Pour la cinquiéme année consecutive nous allons essayer de nous rendre ds le Fouta. Mais cette fois par l’extrême sud est du Sénégal, région de KEDOUGOU.
Octobre 2019
155 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 31 août 2019

On est à fond, vidange, révision moteur, ajout de panneaux solaires chez EAC à Balma, etc. A fond aussi sur les cartes, les guides, les sites touristiques et les info que nous glanons, de ci de là. Départ prévu, le 1, 2 ou 3 oct de Castelsarrasin vers Dancharria ou nous ferons quelques courses . . . et pour la premiére fois nous envisageons les Cantabriques, Asturies, Galice et Portugal avec Marie et Chantal . . . (à suivre)

2
2
Publié le 5 septembre 2019

Située à l’extrême Sud-Est du Sénégal, coincée entre le Mali à l'Est et le massif du Fouta Djalon en Guinée Conakry au Sud, la région de Kédougou cache encore des ethnies trés curieuses, soucieuses de leur authenticité et de leurs traditions. Les Bediks, Bassaris et Coniaguis occupent cette région traversée par le fleuve Gambie.

3
3
Publié le 5 septembre 2019

Les Bédik vivent dans une région peu touchée par l'islamisation. Les Bédik ont des contacts avec d'autres ethnies minoritaires dans le pays (Bassari, Sérères), parlent leur propre langue et se sont constitué une religion qui associe croyances traditionnels et éléments de catholicisme.

Leurs ancêtres seraient les familles Keita et Camara venues du Mali à la suite d'une guerre initiée par Alpha Yaya venant du Fouta Djallon.

Les Bédik sont généralement de religion traditionnelle et croient en un dieu créateur et à la résurrection des corps après la mort. Quelques-uns sont chrétiens et Iwol possède une église.

Leurs rites ont des points communs avec ceux des Bassaris. Comme eux, ils arborent une série de masques végétaux lors de certains rituels. On les a appelés « Peuple de la vallée heureuse » en raison des nombreuses fêtes qu'ils célèbrent.

  • Le « Manindam » est la cérémonie d’initiation des adolescents, dite « du père des Esprits ». Elle se déroule d'avril à mai.
  • Le « Gamond » est fêté entre mai et juin, sur le thème de la fécondité et de la puberté, de la pluie et de la santé.
  • « Eyamb » est une fête qui se déroule en juin ou juillet, fête de la puberté, mais spécifiquement consacrée aux jeunes filles non mariées.
  • Le « Matyang » est fêté en novembre ou décembre.

Pour en savoir + + + : https://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9dik_(peuple)

4
4
Publié le 10 septembre 2019

Le pays bassari est une région de collines sur la frontière entre le Sénégal et la Guinée, plus précisément dans une zone située à l'Est de Youkounkoun, à l'Ouest de Kédougou et au Sud du fleuve Gambie. Côté sénégalais, le pays bassari est inclus en quasi-totalité dans le territoire du Parc national du Niokolo-Koba. Côté guinéen, certains villages ne sont accessibles qu'à pied ou en deux-roues. Cet isolement explique en partie le fort maintien des traditions au sein de la population bassari.

D'après les recherches effectuées par les scientifiques, les Bassari seraient apparentés aux Bantous d'Afrique centrale et australe. Pour affirmer cela, ils se sont appuyés sur les ressemblances physiques, et les ressemblances culturelles, telle que les parures ou les coiffures.

On pense qu'à l'époque de l'empire du Ghana, puis du Mali, ils auraient migré du Golfe de Guinée et l'Afrique centrale, qui sont les points de départ de l'expansion Bantou, pour s'installer dans les hautes collines du sud-ouest du Sénégal et au Fouta-Djalon, où ils vivent dans les montagnes les plus hautes. Un récit historique parle d'eux à l'époque où Soumaoro Kanté se battait contre Soundiata Keita. On dit qu'ils étaient partisans du premier. Quelques Bassaris, à l'époque de Koli Tenguella lors de sa remontée vers le Fouta-Toro qu'il voulait conquérir, le suivirent avec d'autres individus appartenant à plusieurs ethnies, pour grossir son armée. Ainsi quelques Bassari se sont installés au Fouta-Toro et se sont fondus dans la population. Là-bas ils ont intégré la grande caste des soldats de Koli, les Sebbe Kolyaabe.

Contrairement à d'autres peuples d'Afrique de l'Ouest, les Bassaris ont résisté aux razzias esclavagistes et à l'islamisation. Cette ethnie résolument de religion traditionnelle s'est réfugiée sur les contreforts montagneux du Fouta-Djalon pour échapper au harcèlement séculaire des Peuls musulmans. Les Bassaris ont toujours été plus ou moins protégés des djihads peuls, grâce à leur isolement et au fait qu'ils vivent en altitude. Malgré cela, beaucoup ont été convertis à l'islam par les chefs peul Alpha Yaya Molo et Thierno Timbo. D'autres sont devenus chrétiens avec les missionnaires européens au xxe siècle.

Leur nombre total est estimé entre 10 000 et 30 000.

Selon le recensement de 1988 au Sénégal, les Bassari étaient 6 195, sur une population totale estimée à 6 773 417 habitants, soit 0,1 %2.

Ils sont généralement cultivateurs ou chasseurs. Les pratiques animistes restent prépondérantes, y compris chez ceux qui pratiquent la religion catholique. Beaucoup se sont installés dans la grande ville du Sénégal oriental, Tambacounda. D'autres sont partis vers Dakar.

Ils veulent que leur culture perdure, malgré le fait que beaucoup se marient avec des personnes appartenant à d'autres ethnies. Beaucoup se wolofisent, ou sont bilingues, parlant wolof et bassari. Traditionnellement, ils cohabitent avec les autres groupes tenda, les Peuls, et les Mandingues, Malinké, Soninké, Diakhanké et Diallonké.

Leur langue est le bassari.

masques Lukutas peu avant leur combat rituel avec les jeunes adolescents bassaris

Le passage d'une classe d'âge à une autre se fait à travers des rites d'initiation faisant un large appel aux génies.Pour les rites d'initiation, les Bassaris se déguisent en "Lokouta". Pour eux, ces êtres ("Lokouta"), à la tête enserrée d'un disque de raphia et couverts de boue ocre, ne sont pas des hommes, mais l'incarnation visible des génies bienfaiteurs qui peuplent les grottes. Les "Lokouta" font des combats rituels contre des adolescents qu'ils jettent à terre. L'adolescence vaincue préfigure l'entrée dans l'âge adulte. Les initiés vont se réfugier dans les bois aux abords de la grotte sacrée. Là, le "père-caméléon", un ancien, gardien de la coutume, leur révélera les premiers rudiments de l'histoire secrète du peuple bassari et, en perpétuant le cycle initiatique, fera de chaque adolescent un homme accompli, digne "fils du caméléon", leur totem.

Les Bassaris se coiffaient traditionnellement de la même manière : les hommes comme les femmes se rasaient le crâne sur les côtés et laissaient les cheveux longs sur le milieu du crâne, qu'ils coiffaient en cimier. Les femmes avaient aussi recours au tressage des cheveux, avec des modèles parfois très compliqués. Les jeunes hommes ont souvent les cheveux tressés.

La société bassari est organisée en classes d'âge, chaque classe ayant des rôles et prérogatives définis en fonction des circonstances (fêtes, repas, tâches agricoles…).

Traditionnellement, seuls 7 noms de famille sont utilisés : Bonang, Bindia, Bydiar, Boubane, Biès, Bianquinche, Bangar.

5
5
Publié le 17 septembre 2019

Ca approche, en principe nous quittons CASTELSARRASIN le 2 oct . . . mais pas trop tôt. Direction Dancharia ou nous avons prevu de faire les courses le 3 au matin. Puis ce sera Bilbao et le musée Guggenheim . . . a suivre

6
6
Publié le 18 septembre 2019

Nous partons de concert avec Marie et Chantal, deux Super Nana Solo qui affronteront l'Espagne et le Portugal, chacune ds son Ccar .....Oh Oh LA BELLE EQUIPE !

7
7
Publié le 26 septembre 2019

Collage du sticker Park4night

8
8
Publié le 29 septembre 2019

On part mardi de CASTELSARRASIN, direction Dancharia à la frontière Espagnole ou nous retrouvons nos AMIES Chantal et Marie.

9
9
Publié le 30 septembre 2019

On est a fond, on charge cette aprem, et on devrait avoir assez d'énergie avec ces panneaux

10
10
Publié le 1er octobre 2019

Avec Vibraction, impossible de se perdre.

11
11
Publié le 1er octobre 2019

Route paisible de Toulouse a Pau, au loin, vers L'Ouest les nuages menacent, quelques gouttes......Et ce soir, un peu tardivement nous nous posons en plein Pays Basque dans une ferme France Passion. Demain nous retrouverons nos co voyageuses a Dancharia.

12
12
Publié le 2 octobre 2019

Tres belle region verte et vallonnée, on sait pourquoi c'est vert, il pleut quasiment sans discontinuer depuis hier soir. Avons retrouvé Marie et Chantal à Dantcharia, ce soir, Apero tous les 4.

13
13
Publié le 3 octobre 2019

Depart matinal de Tolosa, nous etions sur une aire . . . qui était juste un terrain vague plat . . Il etait 10h sous la brume matinale. La route grimpe, le soleil arrive, la route est belle. Nous arrivons a Ondarroa, la mer, l'ocean est bleu. Lekeito, impossible de stationner, nous degageons, direction Gernika ou Guernica visite (photos à suivre). Ce soir bivouac Park4night au cap Machichaco et toujours un grand soleil.

14
14
Publié le 4 octobre 2019

Du cap Machichaco a Laredo. Matin pluvieux et doux, la nuit fut calme et la route encombrée vers Bilbao. Stationnement pas tout a fait immédiat, on a un peu jardiné, mais emplacements convenables a prox de Guggenheim. Visite du musée. Architecture toujours aussi surprenante de Franck Jerry, mais expo décevantes. On repart vers Laredo, beaux emplacements en bord de plage.

15
15
Publié le 4 octobre 2019

Matin ensoleillé, et brumes. . . Un village typique du Pays Basque comme nous les aimons.

16
16
Publié le 4 octobre 2019

Je ne pensais pas que les Basques etaient Fan de Hitchcock. . . sur un mur en bord de mer peu avant Ondarroa

17
17
Publié le 4 octobre 2019

Nous ne pouvions pas passer si près et ne pas aller y faire un tour.... ca tombe bien il fait Beau et Chaud ( contrepeterie Belge)

18
18
Publié le 4 octobre 2019

Et Guernica evoque bien sur Picasso

19
19
Publié le 4 octobre 2019

Coucher de soleil sur le Cap Matxitxako. . . Désolé mais on est au Pays Basque

20
20
21
21
Publié le 4 octobre 2019

En octobre

22
22
Publié le 5 octobre 2019

Étranges sculptures . . . je n'en sais pas plus !

23
23
Publié le 5 octobre 2019

La symbolique de la misére des enfants qui plongent pour récupérer les pièces jetées par les "Touristes" !

24
24
Publié le 5 octobre 2019

"On met les voiles" . . . depuis el Centro BOTIN.

25
25
Publié le 5 octobre 2019

El Centro BOTIN construit par l'architecte Renso Piano qui réalisa le centre Georges Pompidou a Paris

26
26
Publié le 6 octobre 2019

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Grotte_d'Altamira

27
27
Publié le 7 octobre 2019

Partis tot du camping de Santillana del Mar, vers 10h, direction Cabezon de la Sal, balade dans la forêt de Sequoias. Puis cap au Nord vers Comillas et tres bons moments al Capricio de Gaudi (photos a suivre). Direction Potes et les Picos de Europa. A 1500 metres beau coin pour le bivouac (merci park4night) sur la N621 a prox du col de San Glorio et plus précisément au Point de Vue du Corzo (Chevreuil). A cette altitude l'air est pur, le paysage est grandiose . . . et le lever de soleil devrait etre phénoménal !

28
28
Publié le 7 octobre 2019
29
29
Publié le 7 octobre 2019
30
30
Publié le 7 octobre 2019

Tres beaux sieges «Art nouveau»

31
31
Publié le 8 octobre 2019

Le soleil se lève sur les Picos de Europa.

32
32
Publié le 8 octobre 2019

Entre Cantabrie, Castilla Leon et Asturies

33
33
Publié le 8 octobre 2019
34
34
Publié le 8 octobre 2019

Du col de San Glorio dans les Picos de Europa, la route serpente dans des gorges et des vallées de tte beauté. Arrivés vers 16h sur une aire gratuite a Langreo . . . sous la pluie.

35
35
Publié le 9 octobre 2019

Tres peu de route ce jour mais VISITE EXCEPTIONNELLE du Musée de la Mine à El Entrego, à l'Est de Oviedo.

36
36
Publié le 10 octobre 2019

Depart de plus en plus tôt de Gijon (vers 11h) et cette fois cap a L'Ouest pour 193kms. Nous traversons les Asturies et rentrons en Galice. Arret a Cudillero, charmant petit village (photos a suivre). Arrivés vers 16h sur une tres belle aire gratuite a San Cibrao (parc4night 27890)

37
37
Publié le 10 octobre 2019

Trés joli village, d'accés facile, en bord d'Ocean, dans les Asturies, à l'Ouest de Gijon

38
38
Publié le 10 octobre 2019

Quelques vagues !

39
39
Publié le 10 octobre 2019

Rencontres éphémères !

40
40
Publié le 10 octobre 2019
41
41
Publié le 10 octobre 2019
42
42
Publié le 11 octobre 2019

Super journée avec balade jusqu'aux deux Caps, Estaca de Bares et Cabo Ortegal (photos a suivre). Nous sommes par contre assez déçus par l'habitat des villes et villages que nous traversons, maisons aux peintures criardes, verts passés, etc. Néanmoins les forêts d'eucalyptus et au delà de 500 mètres, les résineux nous enchantent.

43
43
Publié le 11 octobre 2019

La punta de la Estaca de Bares. On a adoré, c'est magnifique sous le soleil et sans trop de vent.

44
44
Publié le 11 octobre 2019

C'est l'arbre majeur de la Galice, il est beau, élancé et terriblement odorant.

45
45
Publié le 12 octobre 2019

Cabo de Ortegal

46
46
Publié le 12 octobre 2019
47
47
Publié le 12 octobre 2019

Sur notre route vers le Sud, nous avons fait une belle visite a Betanzos, rues etroites et «Bow Windows» tres spectaculaires (Photos à suivre) puis visite rapide de La Corogne, stationnement difficile. Nous prenons enfin la «Route de la Mort» vers Malpicas de Bergantiños et Camariñas. Bivouac venté, tres venté à Cabo Vilan.

48
48
Publié le 12 octobre 2019
49
50
50
Publié le 13 octobre 2019

Au hasard d'une bien belle balade en ville.

51
51
Publié le 13 octobre 2019
52
52
Publié le 13 octobre 2019
53
53
Publié le 13 octobre 2019

Sur la «Route de la mort», non qu'elle represente un quelconque danger pour nous voyageurs mais pluot pour les navigateurs qui autrefois attirés par les feux des «Nofrageurs» venaient se briser la et etaient largement pillés

54
54
Publié le 13 octobre 2019

Ca aurait pu etre une journée comme une autre, et ca le fut, par contre la nuit fut difficile et au Cap Velan, on a déménagé a 3h30, trop secoués ds le camion pour dormir. Bref, balade a Cabo de Barca, Muxia et soir sommes au bien nommé Cap Finistère. IL PLEUT !

55
55
Publié le 13 octobre 2019

Traditionnellement on y fait secher le maïs.

56
56
Publié le 14 octobre 2019

Du Cap Finistere a Santiago de Compostela, tres belle route entre Eclaicies et Averses.

57
57
Publié le 14 octobre 2019
58
58
Publié le 14 octobre 2019

Quelques oeuvres de ceramiques.

59
59
Publié le 14 octobre 2019

avec le Cap Finistere qu'on appelle ici Cabo Fisterra

60
60
Publié le 14 octobre 2019

Immense grenier a maïs ds la petite ville de Carnota, au sud de cap Finistère et sur la route de Santiago.

61
61
Publié le 14 octobre 2019
62
62
Publié le 15 octobre 2019
63
63
Publié le 15 octobre 2019