Déplorant la défection du team leader de l'expédition 2018 au Cap Nord, l'équipe s'est réunie autour de pizzas et de Côtes de Rhône pour prendre des décisions capitales à 50 jours du départ.
Partager cet article

A peine le premier verre de vin servi dans ce très sympathique restaurant du Petit Port sur la route des Goudes à Marseille, un constat a fait l'unanimité : malgré deux manières pour l'écrire, l'orthographe de Kirghizstan n'est pas intuitive.

Définir un nom pour l'expédition n'a pas été une mince affaire. Parmi les propositions non retenues "Vroum Vroum, Bishkek/Naryn et roadtrip de cheval" emporte haut la main la palme du titre le plus douteux. Notons qu'une compétition interne de jeu de mot les plus foireux est toujours en cours.

Pour que les futurs lecteurs du carnet de voyage sachent à quoi s'en tenir, nous nous en tiendront au nom évocateur de Kirghizstan Tour Road Trip Moto, ce qui donne à l'abréviation KTRTM un faux air cyrillique.

Le trajet prévu qui ressemble au jeu de "trouve le bon chemin" dans Pif Gadget tournicotera entre parties touristiques pour s'acclimater et régions moins fréquentées pour découvrir l'Asie Centrale post-soviétique ... mais pré-chinoise à en raison des milliards qui vont débouler pour perforer les pays en "tan" d'une autoroute de la soie.

Si le parcours des trois premiers jours semble acquis, la suite demandera sans doute quelques adaptations, compte-tenu des penchants du groupe à goûter toutes les formes d'aléas, stimulant des facultés d'adaptations hors du commun, après avoir longtemps travaillé ensemble et réussi à faire croire la plupart du temps que la situation était sous contrôle.

Nous tenterons de suivre autant que possible des tronçons de l'ancienne Route de la Soie dans le Pamir et nous nous perdrons sans doute dans les chemins d'altitude à la recherche des lacs proches de la frontière chinoise.

Suivez la flèche. Trajet bleu pour ceux qui bossent encore et devront rentrer rapidement.

GRAND JEU CONCOURS

Un fromage au lait de jument fermenté dans un estomac de mouton à gagner si vous découvrez quel est le team leader de Motorathon 2018 (https://motorathon2018.travellers.com), sur la photo ci-dessous, qui ne rejoindra pas l'équipe KTRTM dont le cœur est rempli de tristesse.

Indice : il a perdu sa gourde rouge, sur une autoroute allemande, dont la couleur s'accordait parfaitement avec la peinture de sa moto. Pas question d'évoquer des particularités capillaires, ce serait trop facile.

Amis lecteurs épris de sensations fortes et de récits d'aventures haletants, à très bientôt pour des nouvelles du team KTRTM.

KTRTM, ça fait penser a RTM , une ballade en métro , c'est pas mal

Ça peut faire

kateretemeu

salut les jeunes,

super orga mais il me semble que faire le voyage sans aller à la rencontre des peuplades de l'extrême sud ouest du Kirmachin serait une erreur, voire une faute de goût ; cela dit, si vous aviez eu un team leader du niveau de celui de 2018, l'affaire aurait été bien différente..... ou pas.

Super, ne changez rien, continuez la préparation sans forcer sur la pizza, c'est une arme de destruction massive.

Albert

Salut les kirghize

Cette nuit est passée les routes de l impossible au kirgizistan, à voir en replay sur France 5

J'ai vu ce reportage. C'est hallucinant. Deux gars dans un camion indescriptible, qui roulent par -30, en faisant du "business" kirghize. A moment donné, il font tuer un yack pour aller le fourguer en pièces détachées dans des villages lointain, sauf qu'un "concurrent" est déjà passé. Alors le yack reste dans le camion mais ils vont faire la fête quand même. Sans orchestre pour faire la musique, ils dansent quand même sur leurs propres chants. Émission très intéressant et pour s'imprégner de la culture du Pamir.

S
SOKOLOWSKI

Et bien en voilà un programme. Thierry m'a dit que vous allez louer les motos sur place. Heureusement car les vôtres auraient sûrement subi des dégâts, vous allez probablement vous retrouver avec des vieilles BM de l'armée, plus résistantes pour ce trajet. Bon voyage à vous 4 et soyez prudents, vous Cn'avez plus 20 ans.

Cath Soko


On recherche des modèles français pour l’exposition : « Ah les beaux motards »


Gunther von Hagens possède trois usines. L'une est installée à Heidelberg, en Allemagne, mais les deux autres sont délocalisées à Bischkek, au Kirghizstan, et à Dalian, en Chine. En bon élève de la globalisation, l'industriel a vite fait ses comptes : au Kirghizstan comme en Chine, la main-d'oeuvre est habile, les salaires sont raisonnables, la réglementation bienveillante et la matière première abondante.


Cette dernière est cependant particulière : il s'agit de cadavres d'humains. Médecin anatomiste se voulant artiste, Gunther von Hagens a inventé un procédé de conservation des corps qu'il a appelé "plastination". Il s'agit d'une sorte de plastification des morts qui permet, ensuite, toutes les manipulations, du découpage au coloriage, en passant par l'écorchement et la mise en situation.


Selon l'hebdomadaire, une partie des cadavres qui alimentent la chaîne de production du docteur von Hagens sont des condamnés à mort chinois vendus par l'administration pénitentiaire, qui dispose, dans les environs de Delian, de plusieurs prisons et camps de travail.


Il lui manque des corps complets, ou des membres, ou encore des foetus et des embryons, et quelques motards qui occuperont une place de choix dans son exposition.


Bon, les gars, si vous voyez un drôle de type au bord de la route avec un grand chapeau noir et une scie, ne vous arrêtez pas, je n’aimerais pas vous revoir dans une exposition sur vos motos.




Jérôme

Poster un commentaire

Si vous êtes déjà inscrit sur MyAtlas, connectez-vous ! Pas encore inscrit ? Découvrez MyAtlas, le site qui permet de raconter et organiser ses voyages.