Carnet de voyage

Pérou? Par là !

Dernière étape postée il y a 62 jours
Enfin je mets les pieds en Amérique latine pour une aventure péruvienne de trois semaines à la découverte de nouvelles traditions, mets et paysages... sur les traces des Incas !
Du 13 juillet au 4 août 2019
23 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 14 juillet 2019

C'est parti ! La première étape d'un voyage c'est toujours la préparation et quelle préparation ! Pour une fois, nous partirons légers car ayant fait le choix d'organiser nous-même le voyage pour plus d'économies, nous sommes contraints à un bagage à main de 8kgs pour 3 semaines ! Un vrai challenge qui m'aura tenu en haleine toute la journée puisqu'il faut également prendre en compte que le Pérou, comme beaucoup de pays du monde, comprend des climats bien différents selon les régions.

Au final :

Kit de survie: boule quies, masque sommeil, oreiller de voyage, adaptateur, batterie portable, médoc de dépannage, fil dentaire, foulard, pansements, gel antibacterien, 1 cuillère, camelback 1,5L, un carnet de voyage

Vêtements : 1 polaire, 1 imperméable, 1 ensemble thermique, 1 pijama convertible en tenue de jour, 2 pantalons deux-en-un, 2 leggins 3/4, 2 shorts, 1 combishort ultra-légère, 4 t-shirts, 5 débardeurs, 5 paires de chaussettes, 1 paire de chaussures confortables de randonnée légères, 1 paire de sandales, 2 bandanas, 1 maillot de bain, 1 serviette sport ultra fine, des sous-vêtements

Nécessaire toilettes : brosse à dent, dentifrice, savon, éponge, coupe-ongles, pince à épiler, produit insectes exotiques, crème solaire, rasoir, cup, ventoline pour l'altitude, aerius pour les allergies, bb crème, crème de jour, baume du tigre

Électronique : une tablette, une caméra waterproof type gopro, un appareil photo hybride, les batteries d'appareils, 3 cartes mémoires de secours.

Départ la veille au soir de notre chez nous pour dormir près de l'aéroport car le vol est à Paris le lendemain matin à 10:30. En bons français, nous cassons la croûte sur l'autoroute il y a déjà un air de vacances. Dernier jambon-beurre et rosette avant de nouvelles découvertes culinaires !

2
2
Publié le 24 juillet 2019

Une première journée sous le signe des transports ! Une première navette pour rejoindre l'aéroport de Charles de Gaulle. Notre vol est à 10:30. Le bus arrive en retard déjà le stress monte ! Impossible de rater cet avion qui va m'emmener dans ce pays qui fascine tant. J'ai hâte de découvrir de plus près : les vestiges incas, les paysages à couper le souffle, les découvertes culinaires, une faune et une flore nouvelle et la gentillesse légendaire des péruviens !

Après les traditionnels contrôles douaniers, nous embarquons avec Air France pour 12heures de vol direction Lima, la capitale du Pérou, seulement pour une escale. Nous en profitons pour échanger nos euros en soles et commencer notre cure de médicaments contre le fameux soroche (le mal des montagnes) en prévention de notre séjour à Cusco dans quelques jours.

Atterrissage en douceur, nous réembarquons immédiatement pour Iquitos, ville nichée au cœur de l'Amazonie. L'effervescence de la ville nous gagne dès les premiers kilomètres: les touc-toucs se bousculent dans la nuit déjà bien noire. Nous prenons un taxi pour 25 soles qui nous dépose à notre hôtel.

Bagages déposés, nous allons prendre la température de la ville et éveiller nos papilles avec les premières saveurs péruviennes.

Après ces longues heures de voyage, un repos bien mérité s'impose car demain commence le vrai séjour !

3

Notre guide pour deux jours, Jair, nous récupère à l'hôtel au petit matin. Court arrêt le long de la rivière avant de découvrir le marché local.

Iquitos vu de dos et de face... La jungle urbaine et sauvage se rencontrent 

L'empreinte olfactive et visuelle du marché local nous rappelle celle du Sénégal. Des étalages en vrac, des curiosités culinaires qui fourmillent, nous ne perdons pas une minute pour goûter les célèbres vers de coco suri.

Après ce rapide tour du marché, nous remontons à bord du bus pour mieux redescendre quelques mètres plus loin à "l'embarcadère". Ici le vrai chaos, les régulières catastrophes climatiques n'aident pas au maintien d'une belle architecture mais les déchets ne sont pas main de la nature...

Cette fois nous quittons la terre ferme pour découvrir l'Amazone au plus près. Les eaux troubles des différents affluents se mélangent en nuance de gris et rosâtre. À bord de notre 'péniche péruvienne', le regard se perd dans les profondeurs des mangroves.

Premier arrêt dans une réserve pour découvrir quelques spécimens du coin : piranhas, crocodiles et perroquets sont au rendez-vous mais nous faisons aussi la connaissance des paiches, ces énormes poissons à la bouche béante qui viennent nous saluer de très près sur le ponton.

Nous quittons cette réserve naturelle à la décoration originale pour reprendre la route vers notre lodge exotique.

Nous nous arrêtons en chemin pour rencontrer la tribu Doras. L'aménagement fait aux touristes gâche le côté authentique mais il est impossible d'accéder au cœur des tribus encore actives, établies plus loin dans l'Amazonie. Seuls quelques ethnologues privilégiés sont témoins des rites qui ont encore lieu dans cette Amazonie mystique. Nous nous contenterons de quelques discours et chants en dialecte local et des sourires des enfants. Moqueries des touristes ou joie de partager ce moment ? Nous nous joindrons quoiqu'il arrive à une courte danse.

Nous remontons à bord de notre bateau pour rejoindre la lodge et remplir nos estomacs d'un met local: racines de manioc, viande de caïman, paiche frit et salade de palmier et de maïs blanc.

Notre guide nous accorde deux heures de repos avant une nouvelle sortie dans la jungle. Cette fois nous enfilons les bottes pour braver la boue, il y a quelques jours encore la pluie s’abattait sur l'Amazone. C'est parti pour une rapide exploration des environs de l'hôtel.

Après un rapide raccourci à travers la jungle, connu de notre guide, nous débouchons sur un village où des enfants curieux nous accueillent avec de larges sourires. L'école est déjà finie depuis 13 heures, les après-midi sont consacrés à la détente ou à l'aide dans les champs. Nous en profitons donc pour visiter les locaux et improvisons une partie de foot.

Dans ce village, un autre guide prend le relai pour nous faire découvrir son jardin botanique de plantes exotiques aux diverses vertus. Ici, beaucoup de plantes naturelles sont mélangées pour obtenir des coctions hallucinogènes que les tribus utilisent lors de cérémonies chamaniques pour se connecter avec les esprits. Le guide nous donne également quelques noms de philtres d'amour réputés comme le "rompe calzon" (casse-caleçon) et nous fait gouter au vin et à la bière de la jungle.

Les rayons du soleil ne percent déjà plus la forêt d'arbres pour nous baigner de lumière. Nous nous dirigeons, non loin de là avant que la nuit ne tombe, vers une deuxième tribu qui nous attend de pied ferme pour une nouvelle danse traditionnelle et une démonstration de sarbacane. La mascotte du village est un paresseux qui ne quitte pas le tronc d'arbre servant de pilier à la maison en bois. De nouveau, les enfants se prêtent au jeu des selfies avec le grand sourire aux lèvres.

Climat tropical oblige, la nuit va vite tomber, nous retournons rapidement à l'hôtel. Je profite des dernières lueurs du jour pour capturer le coucher de soleil depuis la plateforme qui domine le paisible fleuve. La jungle est sur le point de s'endormir, pourtant les animaux sauvages des environs s'apprêtent surement à reprendre leurs droits dans cette obscurité où l'humain n'osera s'aventurer jusqu'aux premiers rayons qui perceront l'épaisse couverture des feuilles de palmiers au petit matin.

4

La douce chaleur de la jungle nous réveille tranquillement ce matin. Malheureusement, nous apprenons vite que notre bateau a un problème de moteur et qu'il va falloir attendre quelques réparations pour pouvoir reprendre notre excursion. Nous avons donc le temps de profiter des infrastructures de l'hôtel Amazon Rainforest Lodge.

L'Amazon Rainforest Lodge dispose d'infrastructures confortables et d'une cuisine locale qui permettent une retraite tropicale idéale. Le cadre est posé avec les cabanons en bois recouverts de palmiers reliés entre eux par des passerelles : une piscine avec toboggan, une salle de jeux pour enfants avec des lapins trop mignons à caresser, une salle de jeux pour adultes avec billard et autres, une plateforme observatoire. Les chambres en bois sur pilotis sont très spacieuses, disposent de nombreuses prises et d'une salle de bain avec les commodités de base (la pression de la douche n'est pas très forte).


Nous passons la matinée auprès de la piscine où les papillons nous offrent un joli bal de couleurs. Difficile cependant de les capturer en pleine action !

Après cette matinée détente, notre guide nous propose de passer le temps avec une petite excursion into the wild. Nous chaussons les bottes et nous voilà parti pour un court trek dans la jungle. Le chemin que nous prenons se trouve à quelques mètres à la rame.

Les quatre sens en éveil, Jair s'arrête de temps en temps à l'affût du moindre mouvement animalier. Son œil de lynx nous étonne tous les dix mètres. Jair nous explique qu'il y a encore quelques semaines, le chemin que nous empruntons était totalement inondé, ce qui explique pourquoi nous nous enfonçons facilement dans le sol et passons pas des ponts de troncs improvisés.

De retour à l'hôtel, nous apprenons que le bateau est enfin réparé et que nous pourrons visiter le centre de sauvetage animalier après manger. De nouveau, nous mangeons local ce midi avec le riz au lait péruvien en dessert, beaucoup plus liquide et fade que le nôtre !

Milieu d'après-midi, nous partons enfin de l'hôtel avec un bateau opérationnel. Les rayons du soleil sont rafraichis par les gouttes d'eau qui nous aspergent pendant la navigation. Les locaux se déplacent eux aussi en barques.

Le centre d'accueil animalier fait son apparition. Ici, les animaux sont secourus des trafics de braconnage et remis en forme avant d'être relâchés dans leur milieu naturel. L'occasion pour nous d'approcher de près ces animaux exotiques.

Paresseux, perroquets, tortues alligators, ocelots, serpents et singes en tout genre se retrouvent aux prises des braconniers.

Après ces rencontres sauvages, nous reprenons le large pour un nouveau village. Ici, des toucs-toucs nous emmènent à la maison aux papillons. Une course effrénée commencent dans les rues très étroites. Nous retenons notre souffle à chaque manœuvre de peur de chavirer à tout moment.

La visite de la maison aux papillons est très rapide: seulement une petite volière regroupant les différents stades d'évolution de la chenille au papillon. C'est un retour en enfance que nous effectuons en admirant ces différentes étapes : larve, chrysalide ou cocon et papillon. Tout ce mal pour seulement quelques heures de vie... les mystères de la nature s'apprécient réellement à chaque moment !

Demi-tour en touc-touc pour rejoindre notre bateau "amarré" au port local. Nous retournons à Iquitos pour une rapide visite avant de reprendre l'avion pour une escale à Lima.

Capitale de la région Loreto, la ville d'Iquitos est uniquement accessible par voie fluviale et aérienne ce qui la rend si atypique. Après avoir été construite par les colons en quête de l'El Dorado et avoir vécu ses heures de gloire grâce au caoutchouc, Iquitos compte aujourd'hui sur le tourisme pour survivre. Au cœur du centre, se trouve une maison en fer, imaginée par Gustave Eiffel lors de l'exposition internationale de Paris en 1889.

La nuit tombe et nous voilà prêts à décoller pour Lima où nous ferons une escale nocturne avant notre prochaine étape : Cusco ! Nous dormons dans un air BnB bien côté. Les chambres sont spacieuses et les équipements ne manquent pas, malheureusement la chambre côté route ne permettra pas de passer une nuit tranquille. Dans les rues de Lima, l'agitation est de mise à toutes heures et les nombreux chiens perturbent par intermittence le sommeil.

5

Nous décollons au petit matin pour Cusco, l'ancienne capitale de la civilisation inca. Ici, les paysages ont radicalement changé : les montagnes environnantes enveloppent la ville à la disposition perchée, nous nous trouvons à 3400 m d'altitude ! Les températures ont elles radicalement baissé même si le soleil perce à travers les nuages.

Après avoir déposé nos bagages à l'hôtel, nous allons explorer le centre historique en quête de pulls péruviens pour nous réchauffer lors les randonnées qui nous attendent ces prochains jours. Déjà, nous sommes quelques peu saisis par le mal des montagnes, un léger mal de tête fait son apparition et chaque escaliers pris nous semble difficile à grimper.

La ville de Cusco me séduit immédiatement par ses ruelles de pierres escarpées qui abritent de multiples boutiques de souvenirs. Il faut se faufiler dans l'enfilade de marchés artisanaux pour espérer trouver la bonne affaire ! Ci et là, les ruelles finissent par déboucher sur des petites places carrées. Après avoir arpenté nombreux magasins, nous arrivons enfin à l'imposante place des armes.

La place des armes encadrée d'imposants édifices 

Pause goûter avant d'arpenter encore les rues avant la tombée de la nuit qui se fait tôt à ce moment de l'année: c'est l'hiver ici ! L'occasion de découvrir la passion des péruviens pour les gâteaux à l'américaine dans le salon de thé très sympa La Valeriana qui se veut "chic à la française". Profiterole géante pour moi et quiches aux champignons pour les autres !


Le soleil couché, la fraicheur des montagnes nous saisi rapidement. Nous continuons notre exploration des marchés artisanaux qui eux ne semblent jamais dormir. Les télénovelas font office de musique de fond dans les stands tenus en famille en attendant le passage des touristes qui voudront bien jouer le jeu des négociations et acheter quelques souvenirs. Les enfants prennent déjà le pli des parents et viennent négocier en amont puis lorsque l'affaire est presque pliée, les adultes se tirent mystérieusement de leur sieste en réapparaissant des arrières boutiques ou des cachettes sous les étals de pulls et bonnets péruviens !

Avant de rentrer à l'hôtel, nous profitons d'un aperçu de Cusco de nuit qui est toute aussi jolie: les lumières des collines voisines posent une atmosphère féerique même si celles de la ville viennent éblouir les photos !

Ce soir nous mangerons rapide car nous devons dormir un maximum pour affronter la journée de demain consacrée à la randonnée de la montagne arc-en-ciel. Nous choisissons une pizzeria dans la rue de nôtre hôtel Choqechaka qui prépare avec soin notre commande au feu de bois ! Un régal avant de se blottir sous les couettes épaisses.