Carnet de voyage

Compostelle2020MBJ

74 étapes
237 commentaires
Pèlerinage du Puy en Velay à Compostelle
Août 2020
80 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Mercredi 5 août 2020

Nous sommes arrivés à pied d'œuvre au Puy en Velay. Nous dormons dans un Donativo, le relais du Pèlerin, sis 28 rue Cardinal de Polignac au Puy-en-Velay, sous la garde de la vierge Marie et de son fils.

2

Jeudi 6 août 2020 Le-Puy-en-Velais - Saint-Privat LE VELAY

Le matin à 7h nous assistons à la messe de départ des pèlerins dans la cathédrale du Puy. A la fin de la messe les grilles de la nef de la cathédrale s'ouvrent pour laisser apparaître les premières marches du chemin de Compostelle. Nous portons le masque anti-covid obligatoire dans les villes, villages et gites.

Après 7 kms de côte sur la terre volcanique du Velay, pause collation à Saint-Christophe-sur-Dolaison.

Pendant 8 kms, nous marchons sous un soleil qui devient d’heure en heure plus ardent. Les corps commencent à souffrir. Après une visite de la chapelle Saint-Roch, nous faisons une pause déjeuner à Montbonnet. Saint Roch est le patron des pèlerins. Nous aurons l’occasion de rencontrer de nombreuses chapelles à son nom le long du chemin.

La dernière portion du chemin est sous le cagnard. Nous arrivons à 16h au gîte d’accueil des randonneurs sis au bourg de Saint-Privat d’Allier, chez M. et Mme Micheli.

3

Vendredi 7 août 2020 Saint-Privat d'Allier- Saugues 19 kms LA MARGERIDE

Nous partons à 7h50 du gite des randonneurs à Saint-Privat-d’Allier. Nous marchons jusqu'à Monistrol d’Allier sur 7,5 kms. Le chemin est vallonné et en sous-bois. Nous rencontrons un ami de Saint Jacques qui nous indique le chemin originel car malheureusement les municipalités, sous la pression des commerçants et teneurs de gîtes, ont modifié le parcours.

Puis nous montons jusqu'au Vernet sur 3,5 kms avec des paysages de montagne magnifiques. Nous faisons un arrêt à mi pente à la chapelle de la Madeleine où nous sommes accueillis par un couple d'hospitaliers.

La dernière portion est de 8 kms de chemin très vallonné, passant par Rognac, où nous sommes accompagnés de nouveau par le cagnard : 33 degrés. Nous sommes maintenant dans la Margeride, havre de paix aux immenses plaines et forêts. Nous arrivons à 15h au Centre d’accueil de la Margeride à Saugues, sis 8 rue des Tours Neuves.

4

Samedi 8 août 2020 Saugues- La chapelle Saint-Roch 24 kms LA MARGERIDE

Nous partons du centre d’accueil de Saugues à 6h du matin pour bénéficier un peu de la fraîcheur. Nous traversons La Clauze avec son monument dédié à un loup, la bête du Gévaudan. Puis nous montons sur un sentier en forêt, où se trouve un élevage de bisons d’Europe, avant d’atteindre l'auberge du Sauvage à midi. Après 20 kms de marche, il n’y a pas d'hébergement disponible sur place. Il faut donc continuer…

…jusqu’ la chapelle Saint-Roch où nous trouvons une cabane pour nous abriter cette nuit.

5

Dimanche 9 août 2020 La chapelle Saint-Roch - Aumont-Aubrac LA MARGERIDE

Nous partons à 6h de la chapelle Saint-Roch. Nous marchons assez rapidement jusqu'à Saint-Alban-sur-Limagnole sur 10 kms avant de faire une pause-café pour récupérer de la nuit passée.

Puis nous marchons sur 9 kms dans de longues côtes à 35 degrés de température jusqu'à Bigose où nous faisons une pause déjeuner. Commence l'Aubrac avec ses steppes et ses landes granitique à genêts.

Il nous reste 6 kms jusqu’à Aumont-Aubrac. Le paysage est magnifique mais la chaleur est étouffante et que de côtes ! Nous arrivons à 15h à la Ferme du Barry, sise au 9 rue du Barry à Aumont-Aubrac.

6

Lundi 10 août 2020 Aumont-Aubrac- Malbouzon 18,5 km L'AUBRAC

Nous partons à 6h15 de la Ferme du Barry à Aumont-Aubrac. Nous nous arrêtons pour un rafraichissement. à La Chaze-de-Peyre après 4,5 kms de marche sur la route.

Nous empruntons ensuite un chemin en en sous-bois sur 6 kms jusqu'au carrefour des 4 chemins.

Puis sur 8 kms nous traversons de magnifiques paysages pastoraux d'Aubrac avec de longs murs de pierre bordant les champs et des burons, petites cabanes de bergers, jusqu’aux Gentianes.

A partir des Gentianes, nous quittons le chemin de Compostelle pour rejoindre le lieu d'hébergement.Nous arrivons à 11h30 au café restaurant chez Annie, sis dans le bourg de Malbouzon.

7

Mardi 11 août 2020 Malbouzon - Aubrac 20 kms L'AUBRAC

Nous partons à 6h du gîte café restaurant chez Annie à Malbouzon, que nous quittons avec joie : - Pas de respect des normes sanitaires anti-covid. Mélange des familles dans les chambres, une douche et un WC pour 20 pèlerins. - Pas de respect non plus des normes d'hygiène de la restauration : accès aux chambres par les cuisines et la salle à manger, un gros chien noir se grattant les puces dans la cuisine et la salle à manger, des ennuis intestinaux pour Monique et moi après le dîner du soir. - Pour clore le tout : plus de papier toilette le soir. Heureusement le petit déjeuner qui ne nous était pas destiné, car nous partions avant l'heure d'ouverture, était près. Des serviettes en papier disposées à côté des bols ont fait l'affaire. Donc l'esprit et l'estomac enfin libérés, nous rejoignons le chemin de Compostelle, le GR65, aux Gentianes.

Sur le chemin, il faut toujours penser à boire un peu d’eau toutes les heures.

Nous traversons des paysages arides aux champs bordés de murs de pierres et de temps à autres quelques vaches de l’Aubrac aux yeux comme maquillés ou un taureau nous saluent. Nous avons l’occasion de rencontrer à Rieutort d’Aubrac des scouts de Lyon sortant de leur campement qui marchent vers Conques.

Après 9 kms de marche, nous atteignons Montgros à 9h où nous prenons un excellent petit déjeuner à la maison de Rosalie. Cette fois, les normes Covid et d'hygiène y sont exemplaires.

Nous reprenons ensuite le chemin qui nous conduit à Nasbinals, 3,5 kms plus loin, où nous procédons à un ravitaillement et visitons l'église Sainte-Marie.

La température commence à monter. Après 3kms de marche, nous faisons une pause sandwich à midi au Pascalet, dans une côte à l'abri de quelques arbres au bord du chemin.

Nous continuons ensuite la montée dans les pâturages sous une grosse chaleur, où les seules habitations sont des burons. Nous sommes au milieu des vaches et parfois quelque taureau. Nous accélérons alors le pas en n’oubliant pas de refermer les barrières.

Pour seul être vivant, nous y rencontrons une sœur ermite, résidant dans l’un de ces burons…

…avant d’arriver au Royal Aubrac à Aubrac où nous prenons une bière et un thé glacé. Alléluia !

8

Mercredi 12 août 2020 Aubrac - Saint-Côme-d'Olt 25 kms L'AUBRAC

Nous partons à 6 h du Royal Aubrac, à Aubrac, où nous avons bénéficié d’un excellent accueil et d’un bon petit déjeuner Nous entamons la descente vers Saint-Chély-d’Aubrac par de beaux chemins en sous-bois. Après une heure de marche, à 4,5 kms du départ, nous arrivons au lieu-dit « le bout de l’enfer ». Au moment de prendre quelques gorgées d’eau, nous nous apercevons que nos gourdes sont restées dans un frigo à Aubrac. Bertrand repart les chercher pendant que je remets à jour le blog de la veille et Monique discute avec une dame en admirant le paysage.

Une heure et demie plus tard, nous reprenons la descente vers Saint-Chély-d’Aubrac situé à 8,5 kms du départ, sur un chemin aux pierres volcaniques, assez glissant.

En arrivant au village à 10h30 il commence à pleuvoir. Nous nous ravitaillons en sandwiches.

Puis, nous prenons un chemin vallonné en sous-bois avec une sœur pèlerin du Carmel laïc, qui nous accompagne sur cette portion du chemin. La pluie s'est arrêtée. Nous prenons notre sandwich à l'Estrade, 6,5 kms plus loin.

Nous entamons ensuite une grande descente dans le lit d'un ancien torrent, puis après une nouvelle côte, nous redescendons sur Saint-Côme.

L'arrivée se fait à 16h30 au gîte l'Antidote, sis 22 chemin des Plantiers à Saint-Côme-d’Olt. Un sirop de menthe bien frais est le bienvenu. Quelques minutes plus tard arrivent Louise et Vianney qui vont nous accompagner jusqu’à Estaing.

9

Jeudi 13 août 2020 Saint Côme d'Olt - Estaing 21 kms LE PAYS D'OLT

Nous partons à 7h du gite l’Antidote à Saint-Côme-d’Olt avec Louise et Vianney qui nous accompagnent sur cette étape jusqu’à Espalion. Nous sommes maintenant dans le pays d’Olt, ancienne orthographe du Lot. Après la traversée du Lot, nous attaquons une montée en sous-bois vers la vierge de Vermus, surplombant Saint-Côme d’Olt …

…puis nous descendons sur Espalion 8 kms plus loin et son magnifique pont sur le Lot, où nous faisons les courses pour le déjeuner.

Le chemin longe le Lot sur quelques kilomètres puis il nous conduit par une grosse côte en sous-bois au Briffoul 5,5 kms plus loin, où nous déjeunons au bord du chemin à midi.

Sur 7,5 kms, le parcours vallonné traverse alors de très beaux sites dont les hameaux du Trédou avec sa chapelle et le village de Verrières, avec de magnifiques demeures…

…avant d’atteindre Estaing, son pont et son château, qui permettra aux ancêtres d’un de nos présidents d’anoblir leur nom.

Nous atteignons le camping d'Estaing à 15h30, grâce à Louise et Vianney qui nous ont rejoint au centre d’Estaing. Ce camping se trouve non loin du Lot, mais surtout de la D 920 très passante et bruyante la nuit.

10

Vendredi 14 août 2020 Estaing- Massip 15 kms LE PAYS D'OLT

Nous partons à 6h45 du camping La Cavalerie d'Estaing. Après la traversée du pont où nous sommes déposés en voiture, nous disons au revoir à Louise et Vianney qui nous ont acheté des matelas gonflables et une tente, la veille. Nous porterons désormais ces matelas dans nos sacs à dos sans avoir à nous en servir jusqu’à Santo Domingo de la Calzada où nous les remettrons à Manuel, l’ami de Philippe. Quant à la toile de tente, qui a un défaut et est trop lourde à porter, ils la ramèneront en Anjou et la rendront à Decathlon. Nous longeons alors le Lot sur 4 kms avant d'attaquer une bonne côte qui nous amène à proximité de Fonteilles, 7 kms plus loin.

Nous empruntons ensuite un parcours vallonné de 8 kms à travers les prairies et les sous-bois vers Massip.

Nous atteignons le gite l’Orée du Chemin, sis à Massip sur la commune de Golinhac, à 11h15 et nous nous rendons aussitôt sans nos sacs à dos déjeuner à l'auberge de l'Host au centre de Golinhac, à 2 kms du gite. A l’issue, nous retournons sur le gite et prenons un repos bien mérité pour l'après-midi.

11

Samedi 15 août 2020 Massif - Conques 23 kms CONQUES

Nous partons à 6h45 de la ferme de Massip sur la commune de Golinhac, où nous avons été très bien accueillis et avons pu nous reposer depuis la veille à 14h. Nous rejoignons le bourg de Golinhac, puis descendons sur Espeyrac où l'épicerie a disparu et enfin continuons sur Sénergues à 9 kms du départ, où nous pouvons nous approvisionner à une petite épicerie à 10h30. Nous traversons des paysages de vallons ensoleillés.

Puis nous entamons une bonne côte à la sortie de Sénergues, avant de prendre un sandwich à midi, 5 kms avant Conques.

Il ne nous reste plus qu’une descente à forte pente assez dangereuse car caillouteuse. Nous apercevons alors les trois tours de l’église abbatiale Sainte Foy érigée au XIème siècle, avec son tympan retraçant le jugement dernier. Les reliques de Sainte Foy, décapitée en l’an 303 à Agen, reposent dans cette église. Nous arrivons à 14h à Conques, ville magnifique du moyen âge où nous logeons à l'abbaye Sainte-Foy, appartenant à la communauté des Prémontrés.

12

Dimanche 16 août 2020 Conques - Decazeville 20 kms ENTRE LOT ET CÉNÉ

Nous partons à 7h30 après une soirée bien occupée auprès des Prémontrés : vêpres, dîner à l'abbaye puis complies. Au moment de prendre le diner à l'abbaye, est effectué un essai incendie avec l’évacuation des pèlerins. Pendant ce même repas, une grosse pluie d'orage nous amène à intervenir rapidement en direction du sèche-linge extérieur, pour mettre à l’abri le linge qui peut encore l'être.

C'est donc avec du linge à sécher, accroché aux sacs, que nous entamons le chemin du jour : une descente très rapide de 500 mètres puis 2 kms de côte raide et abrupte. Nous traversons Nailhac 5 kms plus loin pour nous arrêter à une messe en plein air à 10h à la chapelle Saint-Roch, sur la colline de Montbigoux.

Après la messe, nous reprenons le chemin sur 4 kms jusqu'à Fonteilles où se trouve une aire aménagée de piquenique que nous atteignons à 12h30.

Puis nous progressons sur 9 kms à travers les vallons sous un ciel menaçant et le vent annonçant la pluie commence à se lever. Nous sortons les pèlerines à 2 kms de Decazeville, au moment d’apercevoir un magnifique puy recouvert d’arbres. Nous arrivons à 14h30 au gite des volets bleus, sis au 3 rue Camille Douls, à Decazeville, ancienne ville minière.

13

Lundi 17 août 2020 Decazeville - Saint-Félix 20 kms ENTRE LOT ET CÉNÉ

Nous partons à 7h30 du gite Les volets bleus, pas plus tôt car il y a un seul point d'approvisionnement sur le trajet : le Carrefour Contact de Decazeville, qui ouvre à 8h. Nous nous lançons sur une côte très pentue de 800 ms à la sortie de Decazeville qui nous conduit à la chapelle Saint-Roch.

Puis, après un chemin en sous-bois et le franchissement du Lot, nous entamons la traversée de Livinhac-le-Haut, suivie d’une nouvelle montée avant d'atteindre Montredon.

Commence alors le plateau entre Lot et Céné par la traversée de quelques hameaux, avant de faire la pause déjeuner à 12h30 à Lacoste, 13 kms après le départ. Bertrand va en profiter pour soigner la première ampoule au pied de votre rédacteur. La route goudronne échauffe en effet les pieds.

Après 2 kms de marche, nous découvrons la chapelle de Guirande, puis nous arrivons au lieu-dit Fréjafon à Saint Félix à 15h30 chez Thierry (06 65 91 92 52), qui vient de nous récupérer au niveau de l’église.

14

Mardi 18 août 2020 Saint-Félix - Béduer 23 kms ENTRE LOT ET CÉNÉ

Nous partons à 6h40 du gite chez Thierry à Saint-Félix. Il y’a, comme la veille, beaucoup de routes goudronnées et beaucoup de côtes à la sortie des villages.

Nous arrivons à 10h à Figeac, jolie petite ville le long du Lot, où naquit Champollion et où nous effectuons un ravitaillement près du marché central, après avoir traversé son ancien pont.

Puis, nous marchons sur une route qui traverse les pâturages.

Nous continuons alors vers Faycelles où nous faisons une pause déjeuner à midi, à 15 kms du départ.

Après le repas, une petite sieste dans les bois s’impose…

…précédant une marche de 9 kms par un chemin en sous-bois, qui nous amène au camping Pech Ibert, sis au Mas de Vergnes à Béduer.

15

Mercredi 19 août 2020 Béduer - Cajarc 18 kms LE HAUT QUERCY

Nous partons à 6h50 du camping Pech Ibert de Beduer, après un superbe accueil. Nous avons passé une nuit dans une tente digne de César. Nous avons aussi bénéficié d'un diner complet arrosé d'un Quercy rouge aux parfums du terroir.

Nous entamons la marche sur des chemins en sous-bois avec des dénivelés raisonnables et nous sommes au début du Quercy : un délice pour les yeux, un plaisir pour le pèlerin, un caprice pour les dieux.

Nous traversons Gréalou à 9h où nous prenons un graillon, puis progressons rapidement à travers les causses du Quercy avec ses dolmens, ses chemins caillouteux entourés de murs de pierre. Le calcaire est partout, sur les chemins, sur les murs, dans l’habitat, dans les champs, où paissent chevaux, vaches et porcs.

Puis nous descendons vers Cajarc où nous piqueniquons sur place avant de nous présenter à 13h30 à notre chambre d’hôtes, chez Mme de Boussiers, sise au 16 lotissement Camp de Poux à Salvagnac-Cajarc, de l'autre côté du Lot. C’est là que Bertrand va pouvoir traiter pour la deuxième fois une ampoule sous le pied de votre rédacteur.

16

Jeudi 20 août 2020 Cajarc – Limogne-en-Quercy 20,5 kms LE HAUT QUERCY

Nous partons à 6h35 de la chambre d'hôtes à Salvagnac-Cajarc. Après une bonne nuit réparatrice, nous traversons le pont sur le Lot et Cajarc, pays de Pompidou, Coluche et Françoise Sagan.

Après avoir suivi le Lot…

…nous entamons une longue montée vers Saint-Jean-de-Laur à 10,5 kms du départ. Là, nous faisons une pause à 10h.

Nous marchons ensuite sous un ciel bleu d'azur, sur un chemin bordé de murs de pierres blanches, de champs d'oliviers, où nous sommes bercés par le chant des cigales.

Après une petite pause-café bienvenue, nous continuons notre chemin à travers les Mas.

Nous atteignons Limogne-en-Quercy à 12h30, 10 kms plus loin, sous la chaleur revenue. Nous prenons notre déjeuner à la brasserie Le Galopin où Suzanna, suisse allemande, nous chante un Yodel. Puis, nous arrivons à 14h15 au gite La maison en chemin, sis au 99 rue de Lagagnac à Limogne-en-Quercy.

17

Vendredi 21 août 2020 Limogne-en-Quercy - Mas-de-Vers 22 kms LE HAUT QUERCY

Nous partons à 6h30 du gîte La maison en chemin à Limogne-en-Quercy. Le relief est peu accidenté. Comme la veille, le chemin est bordé de murs de pierres en calcaire. Des fils de fer barbelés empêchent les animaux de quitter les champs emplis de chênes pubescents, de pelouses sèches et de pierres, ou ils paissent.

Nous traversons Varaire, Bach…

…puis marquons un arrêt piquenique, suivi d’une sieste dans le bois du Grézal à 12h.

A 13h nous reprenons le chemin bordé de murs et caselles, petits abris de pierre des bergers, qui nous amène au carrefour du Mas de Vers à 14h15.

Notre logeur, Philippe Pariat, vient nous chercher pour rejoindre le gite Mango sis 51/67 route de Puylaroque à Lalbenque, pays de la truffe. Il nous ramènera le lendemain pour reprendre le chemin (GR65). Le chemin, c’est avant tout de magnifiques paysages à voir, c'est aussi beaucoup de côtes et de pierres qui mettent les mollets et les pieds des pèlerins à l'épreuve, malgré l'emploi de produits de massage ou contre les échauffements. Cette étape peu accidentée a permis de remettre quelque peu le rédacteur de ces lignes de douleurs musculaires apparues la veille dans le mollet gauche, et à l'arrivée, Bertrand, converti en infirmier, lui insère pour la troisième fois un fil muni d’une aiguille dans une ampoule logée sous un orteil du pied droit qui se développe chaque jour au gré des cailloux du chemin. Merci Bertrand !

18

Samedi 22 août 2020 Mas-de-Vers - Cahors 17,5 kms LE HAUT QUERCY

Nous partons à 7h30 de Mas de Vers où nous a déposé notre logeur de Lalbenque.

Nous parcourons nos derniers kilomètres dans le parc du Haut Quercy, par un chemin souvent en sous-bois, agrémenté de nombreuses montées.

Puis nous traversons un paysage de garrigues…

…avant de plonger sur Cahors et son pont Valentré.

Nous arrivons à 12h30 au Gite La Maison des Pèlerins, tenu par Marika et Alain Houadec, sis 158 rue des Cayssines à Cahors. Cahors est installée dans un méandre du Lot. On y accède par le pont Valentré. La vieille ville est construite autour de la cathédrale Saint-Etienne du XIIème siècle, de style gothique et roman, coiffée de deux coupoles. C’est une cité qui exportait son vin par voie fluviale vers Bordeaux.

19

Dimanche 23 août 2020 Cahors - Lascabanes 23 kms LE QUERCY BLANC

Nous partons à 6h30 de la maison des pèlerins à Cahors après une visite de la vieille ville et de la cathédrale la veille. A Cahors, nous quittons le Haut Quercy pour le Quercy Blanc.

Le chemin longe tout d'abord le pont Valentré, avant de nous conduire, par une montée composée de grands escaliers taillés dans la pierre blanche, vers à La Rozière à 5 kms. Puis nous atteignons Labastide-Marnhac à 10 h, 12 kms plus loin, où nous nous ravitaillons.

Le chemin souvent en sous-bois…

…traverse un pays de garrigues, de caselles et de champs aux longs sillons parsemés de pierres blanches.

Nous y découvrons aussi les montjoie ou cairns, petit tas de pierres, servant localement de repères.

Nous faisons une pause piquenique, suivie de la sieste en sous-bois à 12h15, 5 kms avant Lascabanes.

Nous arrivons à 15h30 à la chambre d'hôtes de Laniès tenue par Chantal Petit, sise à Lascabanes, commune de Lendou-en-Quercy, quelques centaines de mètres au-dessus de l'église, où nous avons fait une halte.

20

Lundi 24 août 2020 Lascabanes - Lauzerte 24 kms LE QUERCY BLANC

Nous partons à 6h30 de la chambre d’hôtes de Laniès à Lascabanes, où le jour n'est pas encore levé. Nous montons quelques côtes vers Montcuq situé à 10 kms. Nous y arrivons à 9h30 et procédons au ravitaillement.

Montcuq est un très joli village. Pour ceux qui auraient des doutes, la dernière lettre de Montcuq se prononce, « cuq » signifiant colline. Il n'empêche qu'il est parfois difficile de ne pas plaisanter sur ce nom, comme dans l'émission le petit rapporteur, nous rappelant des propos que nous tenions quand nous étions de jeunes bambins.

Nous prenons ensuite la route vers Lauzerte, en passant par Rouillac. Nous nous arrêtons pour le piquenique du midi dans une ferme à proximité de Montlauzun. Le paysage change nettement. Nous sommes dans l’Agenais. Après les champs empierrés des jours précédents, nous découvrons des cultures de tournesol et de sorgho et des champs de pruniers à l'abandon, qui ont servi autrefois à fournir du pruneau d'Agen.

Nous arrivons à 15h15 au gite communal de Lauzerte, sis au 15 rue du Millial, après une dernière côte. Le village, ancienne place forte, se situe au sommet d'une colline. Le gite est tenu par Corine, pèlerine. Lauzerte est une ancienne cité médiévale du Xème siècle avec son église Saint-Barthélemy, au nom bien évocateur. Mais là, ce furent les chrétiens qui furent massacrés par les huguenots pendant les guerres de religion.

21

Mardi 25 août 2020 Lauzerte - Espis 23 kms L'AGENAIS

Nous partons à 6h30 du gite communal de Lauzerte après la visite de la ville ancienne et de son église Saint-Barthélemy la veille.

Après la descente de Lauzerte, nous montons sur un plateau où prônent un magnifique pigeonnier, perché sur quatre piliers pour éviter les rongeurs, un point d’eau appuyé sur un arbre…

…et une petite chapelle où nous pouvons avec Suzanna faire résonner le ‘Dona nobis pacem’.

Puis nous traversons une région de cultures avec de magnifiques paysages baignés de soleil. Les principales cultures rencontrées sont le tournesol, le sorgho, le kiwi, la vigne, les pommiers et les pruniers.

Nous nous ravitaillons 13 kms plus loin, à Durfort-Lacapelette. La chaleur refait son apparition sans dépasser toutefois les 34 degrés.

Nous arrivons à 14h30 au gite Colibri d'Espi, sis au 2105 chemin d’Espis sur la commune de Moissac.

22

Mercredi 26 août 2020 Espis - Auvillar 25 km L'AGENAIS

Nous partons à 6h30 du gite Colibri à Espis où nous avons quitté Suzanna, qui avait fait la route avec nous depuis plusieurs jours. Elle rentre à Berne. Les chapelles et églises se souviendront longtemps encore du ‘Dona nobis pacem’. Bruno, l'homme au maillot jaune, qui me faisait penser à Erwan, fils de Dominique, va lui reprendre son travail. Quant à Claude, ancien légionnaire qui a sauté sur Kolwezi avec le Lieutenant Bourgain, il doit toujours marcher avec plus d’une journée devant nous. Et combien d’autres encore.

Nous descendons sur Moissac, où nous visitons son église abbatiale Saint-Pierre.

Puis nous longeons le canal du midi…

…jusqu'à Malause, 15 kms après le départ, que nous atteignons à midi, retardés par une tendinite au mollet de votre rédacteur. Malaise au mollet à Malause…le nom est prédestiné.

La dernière portion est entreprise par Monique et Bertrand seulement, votre rédacteur étant à la recherche d'un médecin et d'une pharmacie qu'il peut trouver à Auvillar où sa logeuse, Mme Desprez, le conduit en voiture. Mme Desprez, comme bon samaritain, le nom ne s'invente pas. Monique et Bertrand continuent leur chemin le long du canal jusqu'à Pommevic, puis bifurquent vers le Sud par Espalais, traversent la Garonne et atteignent Auvillar, après 10 kms de marche, où ils me rejoignent à 16h30 au gite Desprez, situé 761 chemin du Moulin à Auvillar.

23

Jeudi 27 août 2020 Sainte Monique Auvillar - Castet-Arrouy 20 kms LA GASCOGNE

Monique et Bertrand partent à 7h50 du gite Desprez à Auvillar. Pour votre rédacteur ce sont 2 jours de repos forcés prescrits par le médecin. Il sera hébergé au gite Place du Château dans le bourg d'Auvillar ce jeudi soir, puis au presbytère de Lectoure vendredi soir, avant de reprendre la route avec ses deux comparses. Il faut faire contre mauvaise fortune, bon cœur. Il se retrouve comme la voiture que vous voyez sur les photos, mais dans son cas c'est la jambe gauche qui flanche.

Monique et Bertrand traversent un paysage de vallons avec de grandes cultures de céréales ou de tournesol. C’est maintenant la Gascogne. Ce parcours est entrecoupé par Bardigues, puis le très joli petit village de Saint-Antoine-de-Pont-d’Arratz avec son église Saint-Antoine…

…le village de Flamarens avec son église Saint-Saturnin …

…et Miradoux, avec son église Saint-Orens-et-Saint-Louis, où ils prennent leur pause déjeuner.

Ils arrivent à 16h au gite communal de Castet-Arrouy sis place de la mairie.

24

Vendredi 28 août 2020 Castet-Arrouy - Lectoure 12 kms LA GASCOGNE

Monique et Bertrand partent à 7h du gite communal de Castet-Arrouy, où ils ont partagé la veille un repas avec Christelle, Joël, Hadrien et Ontario, qui pour la plupart terminaient leur périple. La soirée leur fut agréable.

Après 20 minutes de marche, la pluie a fait son apparition. Ils continuent alors leur chemin, couverts d'une pèlerine, à travers un paysage vallonné de champs de soja, tournesol et blé coupé. Le ciel devient de plus en plus menaçant et pluvieux.

Après une grande montée, ils arrivent à 10h à l’accueil chrétien au Presbytère, sis 30 rue nationale à Lectoure, belle ville thermale du Gers. Compte-tenu du temps maussade ce jour-là, ils ne peuvent pas apercevoir la chaîne des Pyrénées, du Belvédère.

Nous nous retrouvons devant la Cathédrale Saint-Gervais, où il pleut des cordes.

25

Samedi 29 août 2020 Lectoure - La Romieu 18 kms LA ROMIEU

Nous partons à 7 h de Lectoure après une nuit au Presbytère, où l'accueil a été mitigé de la part des hospitalières. Une dame revêche peu encline à répondre à vos demandes, peu pressée de vous laisser rentrer, même quand il pleut, et heureuse de vous voir partir. Une autre au contraire très cultivée, gentille et serviable. Il faut de tout pour faire un monde.

Nous prenons la route sur 9 kms jusqu’à Marsolan, que nous quittons à 10h.

Nous traversons un paysage similaire à celui de la veille, vallonné avec de grands champs cultivés, et des tournesols, mais cette fois baigné de soleil.

Après avoir traversé un bois et longé des ruches, où un doux parfum de fleurs vient flatter nos narines…

…nous arrivons à 13h au gite Refuge du Pèlerin, sis rue du docteur Lucante à La Romieu, après que la pluie a fait sa réapparition. La Romieu signifie le pèlerin en gascon où il s’écrit L’Arrromiú.

26

Dimanche 30 août 2020 La Romero - Larressingle 20 km LA GASCOGNE

Nous partons à 7h30 du Refuge du Pèlerin à La Romieu après une bonne nuit de repos et la visite de la collégiale la veille, pour un voyage à travers les champs de tournesol et les vignobles d'armagnac.

Nous marchons sur 6 km vers Castelnau-sur-l'Auvignon, haut lieu de la résistance du Gers, où nous arrivons à 9h.

Puis nous nous dirigeons vers Condom 8 kms plus loin. Dans un champ, nous pouvons lire les lettres majuscules inscrites une à un sur les fleurs de tournesol :

« A C O M P O S T E L L E »

Comme nous arrivons à Condom à midi, nous y prenons notre déjeuner. A l'issue nous visitons la cathédrale qui nous sert d'abri au moment où des trombes d'eau s'abattent sur la ville. Condom se prononce Condon en n'utilisant pas le m final, qui évoquerait alors un moyen de se préserver des enfants. Bien au contraire, Condom est le fief de jeunes gascons pleins de vie : près de sa cathédrale prône une statue de d'Artagnan et ses trois mousquetaires Athos, Portos et Aramis. De quatre, ils sont maintenant devenus six. En atteste la photo.

C'est couverts d'une pèlerine que nous terminons notre périple à 16h au gite de la ferme Tollet à Larressingle, après avoir traversé sa cité fortifiée. Pour la petite histoire la ferme Tollet est située à proximité de la ferme Cahuzac.

27

Lundi 31 août 2020 Larressingle - Montréal du Gers 18,5 kms LE BAS ARMAGNAC

Nous parton à 7h30 de la ferme Tollet à Larressingle après une soirée bien arrosée chez un viticulteur produisant de l'armagnac, au caractère bien trempé. Nous sommes maintenant dans le Bas Armagnac.

Après 1km nous passons le pont de Lartigue marquant les 1 000 kms restant pour atteindre Saint-Jacques-de-Compostelle, nous avons donc fait 1/3 du chemin vers Saint-Jacques et 2/3 de la partie française du chemin.

Puis nous traversons un paysage vallonné planté de vignes, de soja, millet et trèfle. Le soleil est revenu et les températures sont douces.

Nous atteignons Montréal-du-Gers à 11h, nous permettant de faire nos emplettes pour le déjeuner et de joindre une pharmacie... Enfin une genouillère pour votre rédacteur, qui est peut-être son sésame vers Compostelle. Alléluia !

Nous reprenons alors un chemin ombragé en sous-bois.

Nous atteignons à 14h45 notre gite situé au milieu des vignes, appelé La maisonnette au nord de Lamothe sur la commune de Montréal-du-Gers, tenu par Sabrina Aymé. Le gite est équipé de chambres et d’un tipi, où Monique et Bertrand vont dormir. Hugh ! Nous allons pouvoir fumer le calumet de la paix et chanter le "Dona nobis pacem".

28

Mardi 1er septembre 2020 Montréal-du-Gers - Cravencères 26 kms LE BAS ARMAGNAC

Nous partons à 7h05 de La maisonnette de Montréal du Gers où nous avons passé une bonne nuit dans le calme de la campagne.

Nous marchons vers Eauze situé à 10 kms dans des paysages de champs de maïs et de vignes, sur un chemin assez plat et droit longeant le fond de la vallée.

Nous arrivons à 10 h à Eauze et y procédons aux approvisionnements…

…avant d’apercevoir, assise à la terrasse d’un café la sorcière, qui nous apparaît d’une étape à l’autre.

Puis nous nous dirigeons, après un déjeuner sur l'herbe au milieu des vignes, vers Manciet 12 kms plus loin. De temps en temps, nous nous arrêtons pour goûter le raisin sur les coteaux. Dans les fonds de vallée apparaissent des lacs avec leurs entreprises piscicoles.

Nous atteignons Manciet, joli petit village avec sa place de taureaux et son église Notre-Dame-de-Pitié.

Il nous reste 4 kms avant l’arrivée à 17h au gite du Relais du Haget, ferme équestre située sur la commune de Cravencères.

29

Mercredi 2 septembre 2020 Cravenness - Lelin-Lapujolle 22 kms LE BAS ARMAGNAC

Nous partons à 7h du Relais du Haget sur la commune de Cravencères après une bonne soirée.

Nous marchons à travers un paysage de vignes et de champs de maïs avant d’apercevoir sur le bord du chemin une série d’affiches montrant des visages et franchir le méridien de Greenwich.

Nous atteignons Nogaro, 7 kms plus loin, où nous faisons des achats.

Nous prenons ensuite la route vers Lelin-Lapujolle sur 15 kms à travers les vignes. Les rayons du soleil se font plus ardents et la chaleur revient. En chemin nous nous arrêtons déjeuner devant le gite de l'âne Soubiran très accueillant.

Nous arrivons à 15h au camping La Solanilla de Lelin-Lapujolle, où Monique rejoint le mobile home en voiture. Elle commence à ressentir des douleurs de sciatique.

30

Jeudi 3 septembre 2020 Lenin-Lapujolle – Aire-sur l’Adour 13 kms LA PLAINE DE L'ADOUR

Nous partons à 7h05 du camping Solanilla de Lelin-Lapujolle, où Monique ressent toujours les douleurs de sciatique apparues la veille. Elle part donc avec le sac sur le ventre pour soulager le dos, en direction d'Aire sur Adour.

Les premiers kilomètres, nous sommes sur un plateau et apercevons pour la première fois les Pyrénées.

Puis nous traversons un paysage plat de champs de maïs. Nous sommes dans la plaine de l’Adour.

Soudain une inscription sur un relais de pèlerin : gardez le moral. Elle semble s’adresser à Monique et votre rédacteur qui adoptent la marche des éclopés du premier empire, avec Bertrand pour chef d'orchestre.

Nous atteignons Barcelonne-du-Gers avec son lavoir et ses maisons à colombage…

…ainsi que son église Notre-Dame-du-Mont-Carmel.

Nous arrivons à 11h au centre de loisirs sis quartier de la plaine à Aire-sur-l’Adour

31

Vendredi 4 septembre 2020 Aire-sur-l’Adour – Miramont-Sensacq 22 kms LA PLAINE DE L'ADOUR

Nous partons à 7h10 du centre de loisirs d'Aire-sur-l’Adour, où nous avons visité la veille la cathédrale Saint-Jean-Baptiste, après avoir consulté le médecin et acheté une ceinture lombaire pour Monique, et acheté une nouvelle paire de chaussures pour votre rédacteur. Monique a laissé son sac aux transports Claudine qui se chargent de transporter d'une étape à l'autre les bagages des pèlerins qui en ont besoin.

Nous longeons les arènes et la statue du toréador Ivan Fandiño, mortellement blessé en 2017. A ces moments-là je ne peux m’empêcher de penser à la corrida de Francis Cabrel et au sort du taureau.

Nous longeons plus tard l’Eglise Sainte Quitterie, et le panneau des 932 kms de Compostelle.

Puis, nous traversons un paysage plat, avec de la forêt, un lac et des champs de maïs. Nous apercevons la chaîne des Pyrénées depuis les longs chemins orientés plein sud.

Nous déjeunons à midi à un carrefour quelque peu ombragé 3 kms avant Miramont-Sensacq, puis visitons son église Saint-Jacques.

Nous arrivons à 14h30 sous la chaleur au gite de la ferme de Marsan sur la commune de Miramont-Sensacq, situé à 3 kms du village. C’est Sansacq la bien nommée car pour la première fois Monique n’en porte pas à l’arrivée, mais elle trouve un bon remède pour soigner la sciatique : la piscine du gite.

32

Samedi 5 septembre 2020 Miramont-Sensacq - Larreule 23 kms LE BÉARN

Nous partons à 6h45 du gite de la Ferme de Marsan sur la commune de Miramont-Sensacq où nous avons été bien accueillis, avec boutique de foie gras et vins du pays. Nous sommes maintenant dans le Béarn.

Nous traversons Pimbo et sa collégiale Saint-Barthélemy à 8h30.

Le terrain est très vallonné et nous ne cessons pas de monter et descendre à travers les champs de pâturage ou de maïs.

Nous atteignons Arzacq-Arraziguet et son église Notre-Dame-de-Luys à 10h. Nous y faisons les approvisionnements.

Puis nous reprenons la route des vallons…

…pour Louvigny à 15 kms où nous déjeunons à midi.

Nous traversons Fichous-Riumayou à 14h45…

…et après avoir longé l’Eglise Saint Pierre, nous arrivons à 15h30 au gite L'escale à la Ferme sis 1 route de Mazerolles à Larreule, lui aussi équipé d’une piscine.

33

Dimanche 6 septembre 2020 Saint Bertrand Larreule - Argagnon 25 kms LE BÉARN

Nous partons à 7h du gite L'escale à la Ferme sur la commune de Larreule.

Nous traversons Uzan, Géus-d’Arzacq avec son église Notre-Dame…

…et Pomps avec son église Saint-Jacques, où nous avons pris un café à 9h.

Puis nous marchons vers Castillon et son église Saint-Pierre…

…avant de visiter la chapelle Caubin où repose le gisant d’un chevalier de Malte et atteindre Arthez-de-Béarn et son église Saint-Etienne. Nous nous y ravitaillons et prenons notre déjeuner à midi.

Il nous reste alors 7, 5 kms pour joindre le gite Arrêt et Aller (mauvaise traduction de Stop and Go) tenu par des Anglais, isn't it ? Ce gite est sis au 190 route de Pédauque au Nord de la commune d’Argagnon. Il est tenu par Linda Jones et son fils Andrew. Le trajet est beaucoup moins vallonné que la veille, mais toujours avec des champs de maïs et des pâturages. Et nous apercevons de plus en plus les Pyrénées. Nous arrivons à 15h. Tiens ! Une truie à l’accueil !

34

Lundi 7 septembre 2020 Argagnon - Navarrenx 25 km LE BÉARN

Nous partons à 7h05 du gite british Arrêt et Aller, où nous avons été très bien accueillis avec un breakfast très complet et la truie, nommée Rackel Welsh parce qu'elle est ’so sexy’ comme le dit sa propriétaire. Raquel ronfle comme un sonneur sous sa couette dans le salon, heureuse d'être là après tout.

Nous prenons donc la route qui franchit le Gave de Pau…

…vers Maslacq et ses beaux manoirs.

Puis nous prenons une route de côte vers Sauvelade.

Au sommet, nous pouvons voir au loin les Pyrénées, mais aussi à quelque distance l'usine de Lacq.

Arrivés à Sauvelade, nous visitons son abbaye cistercienne Saint-Jacques, et déjeunons d'un sandwich.

Le parcours après Sauvelade est vallonné avec des champs de maïs et des pâturages, ainsi que de beaux paysages de campagne basque.

Nous prenons ensuite en direction de Méritein et son église Saint-Jean-Baptiste…

…avant d’atteindre Navarrenx et son église Saint-Germain-d’Auxerre. Nous arrivons à 15h au gite communal, sis dans l’école au 3 Avenue de France, après avoir fait les formalités d’accueil au café Le Dahu. Ce n’était pourtant pas un bizutage.

35

Mardi 8 septembre 2020 Navarrenx - Aroue 22 kms LE PAYS BASQUE

Nous partons à 7h05 du gite communal de l’école de Navarrenx. Après un petit déjeuner au café le Dahu, nous prenons la route de Castetnau-Camblong…

… puis poursuivons par un chemin en sous-bois avec de drôles de statues en bois, jusqu'au lieu-dit Lacorne où nous avons fait une halte à 10h.

Nous prenons ensuite la route traversant des paysages de pâturages et champs de maïs, avec vue sur les Pyrénées quand nous sommes en ligne de crête. Nous sommes maintenant en Pays basque.

Nous traversons Cherbeys…

…et Lichos avec son église Saint-Grat

Nous prenons notre repas à midi au gite de Bohotegia, où nous retrouvons Jean-Paul et Emile.

Puis à 15h nous reprenons la route pour atteindre à 15h30 le donativo Landaco Permaculture sis route d’Oyhercq sur la commune d'Aroue, accueillis par Birgit Hergert et Steeve Tchistoganoff.

36

Mercredi 9 septembre 2020 Aroue - Ostabat Asme 21 kms LE PAYS BASQUE

Nous partons à 7h05 du donativo Landaco sur la commune d'Aroue où nous avons passé une bonne soirée très animée par Erika, Emile et les autres pèlerins.

Nous prenons la route vers Larribar-Sorhapuru où nous arrivons à 11 h. A part l’église Saint-Martin et une ou deux maisons, il n'y a pas grand-chose dans le centre du village.

Cependant le Pays basque est magnifique avec ses maisons blanches à colombage aux grands balcons, ainsi que ses pâturages en pente. Nous voyons les troupeaux de vache en train de paître, et de temps à autre nous entendons tintinnabuler les cloches pendant à leur cou. En fond de tableau les montagnes des Pyrénées se font de plus en plus présentes.

Nous continuons sur Uhart-Mixe, très beau village, avec ses ponts,sa belle église Saint-Pierre et un fronton de pelote basque. Nous y déjeunons à midi.

Puis, nous entamons les 6 derniers kilomètres avec la chaleur avant d'arriver à 15h au gite Maison Ospitalia, sis maison Aneteia à Ostabat, tenu par M. Etcheparreborde.

37

Jeudi 10 septembre 2020 Ostabat-Asme - Saint-Jean-Pied-de-Port 22 kms LE PAYS BASQUE

Nous partons à 7h05 du gite Ospitalia sur la commune d'Ostabat-Asme. Ostabat est un beau village basque avec son église Saint-Jean-Baptiste et ses maisons à colombage.

Nous prenons la direction de Larceveau, puis Gamarthe où nous arrivons à 10h,

Nous atteignons Saint-Jean-le-Vieux et son église Saint-Pierre à 12h30. Nous y faisons les approvisionnements et y prenons notre déjeuner sur la place.

Devant l’église un basque qu’il nous semble reconnaître semble satisfait…

…car nous entamons les derniers kilomètres de cette dernière étape du GR65 sous un soleil radieux.

Nous arrivons à la maison du pèlerin à Saint Jean Pied de port à 15h où nous rencontrons Thérèse et Régis qui sont venus nous rejoindre pour la soirée. Nous nous installons à 15h30 à l’accueil paroissial Kaserna, sis 43 rue d’Espagne à Saint Jean Pied de Port. Nos pensées sont désormais orientées vers le Camino Frances en Espagne. Demain ce sont les Pyrénées.

38

Vendredi 11 septembre 2020 Saint Jean-Pied-de-Port – Uhart-Cize 8 kms LA NAVARRE

Après une rapide visite du village la veille, nous partons à 7h50 de l’accueil paroissial Kaserna sur la commune de Saint-Jean-Pied-de-Port, où Monique est restée pour la journée avant de nous rejoindre demain soir à l’albergue de la collégiale royale de Roncevaux. Nous espérons ainsi voir disparaître sa sciatique.

C'est donc à deux que nous gravissons la route de montagne des Pyrénées, dite route Napoléon, avec ses pâturages de chevaux, moutons…

…ou vaches, que nous trouvons parfois au beau milieu de la route.

Le temps est beau avec du brouillard en altitude, qui peu à peu disparait au fil des heures.

Partis de Saint-Jean-Pied-de-Port à 168 ms d'altitude, nous atteignons le refuge Orisson à 770 ms d'altitude et à 8 kms du départ, sis chemin de Compostelle sur la commune de Uhart Cize. Nous y arrivons à 11h…

Et nous avons tout le temps pour prendre notre déjeuner au pied du refuge au milieu de magnifiques paysages.

39

Samedi 12 septembre 2020 Uhart Cize - Roncevaux 16 kms LA NAVARRE

Nous partons à 8h du refuge Orisson su la commune de Uhart-Cize.

Nous montons sur 6 kms, puis prenons une route de col en légère montée sur 5 kms avant de descendre sur Roncevaux. Le chemin de col est très agréable. Il traverse des montagnes majestueuses dominées par la vierge d’Orisson. Souffle un vent froid mais doux pour le pèlerin. Le soleil est radieux et paissent des troupeaux : chevaux alezan, moutons mérinos aux têtes noires, aux longs poils blancs et aux cornes arrondies.

A 10h30 nous rencontrons le restaurateur ambulant que nous avions vu sur le film du chemin de Compostelle.

Nous passons la frontière espagnole à la borne de de Navarre, qui précède la fontaine de Roland. Et l’on croit entendre encore aujourd’hui résonner son olifant, appelant Charlemagne à son secours.

Puis nous franchissons le col de Lepoeder (1 430ms) peu après midi...

…avant de redescendre vers le col de Roncevaux ou col d’Ibañeta dit aussi port d’Ibañeta (1 057ms). Après avoir traversé un sous-bois de hêtres, nous rejoignons à 14h l’albergue de la collégiale royale de Roncevaux. L’accueil est des plus administratifs. Une machine travaillerait mieux que la personne qui nous reçoit.

40

Dimanche 13 septembre 2020 Roncevaux - Zubiri 23 kms LA NAVARRE

Nous partons à 7h35, cette fois-ci avec Monique, de l’albergue de la Collégiale royale de Roncevaux, où nous avons été à la messe des pèlerins la veille. Il est à noter que depuis la borne de Navarre, nous sommes en Espagne. Nous entendons donc pour la première fois la messe dans la langue de Cervantes.

Nous entamons la journée par le chemin de la chênaie des sorcières.

Nous traversons Burgete (Auritz en basque), beau village basque.

Puis nous faisons route…

…vers Espinal (Aurizberri).

Nous montons ensuite vers l’alto de Mesquiriz, le col qui surplombe Espinal, où nous prenons un en-cas.

Puis nous traversons les villages de Biskareta-Gerendáin (Viscarret), Linzoáin (Lintzoain) avant de franchir le paso de Roldan, passage de Roland, où nous déjeunons d’un sandwich, et de monter sur 8,5 kms en un long sous-bois bien agréable vers le col d’Erro.

Commence alors une longue descente de 5 kms sur des roches de schiste acérées pour maintenir les jambes et chevilles du pèlerin bien en alerte, qui nous amène à 15h30, après le franchissement du rio Arga, vers l'albergue Secunda Etapa à Zubiri.

41

Lundi 14 septembre 2020 Zubiri - Pamplona 21 kms LA NAVARRE

Nous partons à 7h05 de l'albergue Secunda Etapa sur la commune de Zubiri.

Nous prenons un chemin qui longe le rio Arga et une grande entreprise de magnésie.

Nous traversons les villages de Akerreta et Zuriáin, où nous pouvons prendre un complément au petit déjeuner à 10h à la Posada.

Je ne sais pas pourquoi. Si nous sommes en Navarre, il me semble aussi être en Pays basque…espagnol. N’en déplaise à quelques indépendantistes...qui visiblement se sont peut-être trompés de siècle. Puis nous continuons sur un sentier qui surplombe la vallée, habité de petits papillons blancs qui par moment virevoltent tout autour de nous pour notre plus grand bonheur.

Nous terminons cette journée de marche à une température de 31 degrés par la conurbation Arre, Burlada et Pampelune, juste après le déjeuner d’un sandwich à 12h30 devant le pont médiéval qui franchit le rio Ulzama.

Nous atteignons à 14h30 l’albergue Jesus y Maria, 4 calle Compañia à Pampelune. Ouf ! Que calor ! Mais un chemin bien balisé sur la conurbation de Pampelune.

42

Mardi 15 septembre 2020 Pamplona – Puente la Reina 24 kms LA NAVARRE

Nous partons à 7h de l'albergue Jesus y Maria, situé près de la cathédrale où a eu lieu la veille une cérémonie et où reposent les gisants de Charles III de Navarre et d’Eléonore, infante de Castille.

Après avoir traversé Cizur Minor, dans la banlieue de Pampelune, nous prenons le chemin vers la Sierra del Pardon en passant par les villages de Genduláin (501 ms) et Zariquiegui (630ms) à 10h, où nous nous ravitaillons pour le midi.

C’est un joli périple dans l’immensité de la terre de Navarre avec de beaux villages baignés de soleil. Sur la crête de la sierra, tournent de nombreux moulins à vent, géants modernes appelés éoliennes, que don Quichotte n'aurait pas manqué de défier.

Après une longue marche de 3 kms dans une forte montée sous la chaleur, nous atteignons le col de la sierra del Perdón (766 ms) où prônent des statues métalliques à la gloire des pèlerins et un monument en mémoire des morts de la guerre civile.

Puis, nous abordons une descente de 1 km pleine de caillasses avant de prendre la pause de midi.

Enfin nous abordons les derniers 10 kms vers Puente la Reina (Gares en basque) par les petits villages sympathiques de Uterga (469 ms), Muruzábal et Obañols. Nous atteignons à 15h30 l'albergue de los Padres Reparadores, sis 1 calle Crucifijo, à Puente la Reina.

43

Mercredi 16 septembre 2020 Puente la Reina – Estella 24 kms LA NAVARRE

Nous partons à 7h50 de l'albergue de los Padres Reparadores à Puente la Reina, après avoir pris notre petit déjeuner et réglé le problème du transport du sac à dos de Monique sur Estella. En effet la descente de la Sierra del Pardon la veille, pentue, longue et caillouteuse n'a pas pardonné...à sa sciatique.

Nous quittons la ville en franchissant le pont qui lui a donné son nom de Puente la Reina, car construit sur ordre d’une reine d'Espagne au XIème siècle. Ce pont est franchi par de nombreux pèlerins. C’est dans cette cité que se rejoignent le chemin de Saint-Jean-Pied-de-Port et celui venant d’Arles pour n’en former plus qu’un seul.

Nous marchons a découvert sous le soleil d'Espagne, nous couvrant seulement de nos casquettes, et de nos masques pour traverser les villages. La campagne est couverte de vignes aux grappes blanches et noires que nous ne manquons pas de goûter. Leur saveur est agréable et sucrée. Le vin sera bon cette année.

Les villages sont perchés en hauteur, aux rues étroites, souvent pavées, surplombés de l'église et jouxtés d'un cimetière entouré de cyprès. Comme l'écrivait très justement Jose Maria Gironella dans sa trilogie sur la guerre d'Espagne : "los cipreses creen en Dios". Les cyprès croient en Dieu. C’est toujours vrai. Nous traversons Mañeru et Cirauqui qui désigne étymologiquement un nid de serpents.

Après être passés devant l’Ermitage d’Urbe et longé l’ancienne voie romaine, nous arrivons à Lorca et son pont médiéval. Nous y déjeunons d'un sandwich et de quelques morceaux de pizza.

Puis nous traversons Villatuerta avec son Ermitage de San Miguel…

…avant d'arriver à 15h30 à l'albergue de los Capuccinos sis 6 calle Rocamador à Estella (Lizarra en basque).

44

Jeudi 17 septembre 2020 Estella - Los Arcos 21 kms LA RIOJA

Nous partons à 7h de l'albergue de los Capuccinos sur la commune d'Estella après avoir loupé le petit-déjeuner car il n'y a personne pour le préparer ce matin-là. Nous le prenons dans une station-service située à proximité. Le départ réel se fait donc à 7h30.

Nous passons alors par le village d’Irache avec sa célèbre fontaine à vins, où le pèlerin peut se servir à volonté d'eau comme de vin de la Rioja. Ce village est aussi connu pour son ancien monastère bénédictin.

Puis nous traversons un paysage de vignes dominé par l’Ermitage de la Purisima Concepción, avant d’atteindre Asqueta.

Vers 10h, nous longeons la vieille fontaine des maures et les coopératives vinicoles de Castillo de Monjardin.

Puis nous atteignons le très beau village de Villamayor de Monjárdin, où prône l’ancienne église de Saint André l’apôtre.

Cependant, après Monjárdin, plus de village, ni source, ni robinet d'eau ou fontaine sur 13 kms. Une seule solution, aller au bout en économisant jambes et eau pour trouver de l'eau à l'arrivée.

C’est une région où il a fait chaud car nous pouvons voir sur les flancs des collines les marques récentes d’incendies. C'est pourquoi l'albergue Casa de la Abuela sis 8 plaza de la Fruta à Los Arcos est rapidement atteint à compter de 13h. Enfin... de l'eau et du repos pour les jambes.

45

Vendredi 18 septembre 2020 Los Arcos - Marcos 18 kms LA RIOJA

Nous partons à 7h de l'albergue Abuela où nous avons été fort bien reçus par Sara Zuñiga y Losu, la petite-fille de la Abuela. La grand-mère, elle, s’appelait Expectatión.

Nous prenons le chemin de Sansol, qui porte bien son nom parce qu'aujourd'hui nous sommes sans le soleil et la pluie menace. Nous avons d'ailleurs mis nos pantalons de pluie, mais fort heureusement, ils ne nous sont pas utiles.

Juste après Sansol ce fut la 1ère pause à Torres del Rio à 9h.

Après 2 kms de marche pour atteindre l’ermitage de la Virgen del Poyo…

…il ne nous reste plus que 9 kms à faire.

Nous arrivons à midi à l'albergue municipal Andrés Muñoz, sis calle Medio de San Pedro à Viana.

46

Samedi 19 septembre 2020 Viana - Navarrete 22 kms LA RIOJA

Nous partons à 7h20 de l'albergue Andrés Muñoz à Viana. C’est une ancienne ville fortifiée de Navarre, qui est agrémentée de beaux monuments comme sa belle cathédrale Saint-Pierre et son hôtel de ville.

Nous prenons le chemin de Logroño, capitale de la Rioja, et traversons les vignes de son célèbre vin.

Logroño est atteint à 9h20, puis une heure est nécessaire pour traverser la ville avec son fleuve, l'Ebre. Heureusement, la traversée comme la sortie de ville est très agréable avec de beaux monuments et un grand espace universitaire de parcs et verdure qui se termine par un lac d'agrément.

Sur notre passage, une sculpture en l’honneur d’Albert Einsten porte cette inscription au sol, montrant ainsi sa soif de découvertes : « lo importante es no dejar de hacerse preguntas », l'important est de ne pas cesser de se poser des questions.

Après avoir franchi le pont sur l'Ebre, nous visitons l'église de Santiago el Real. Si la capitale de la région est belle, la météo est maussade. Mais à part quelques gouttes ressenties en ville et un peu de boue sur le chemin en fin de parcours, nous n’avons toutefois pas à souffrir de la pluie.

Nous ne trainons pour l’éviter en pressant le pas à travers les vignes, sous l’œil d’un taureau fixé sur un support géant. A compter de 13h, nous atteignons l'albergue el Cantaro, sis 16 calle Herrerias à Navarette, ville toute en hauteur, comme Viana. La pluie arrive, elle, à 14h30. Ouf !

47

Dimanche 20 septembre 2020 Navarrete - Najera 18 kms LA RIOJA

Nous partons à 7h20 de l'albergue el Cantaro à Navarrete, belle ville avec sa magnifique cathédrale Notre Dame de l’Assomption, aux rues étroites et pavées, où nous avons connu la pluie la veille l’après-midi et le soir.

Nous prenons la route du beau village de Ventosa, avec ses petits panneaux d’art photographique exposés sur le bord de la route, entouré de vignes et surplombé d’une belle église.

Après avoir longé une magnifique coopérative vinicole…

…nous faisons une belle rencontre, celle d’un joueur de guitare sur la colline Alto de san Antón…

…avant de redescendre lentement vers Nájera en admirant un paysage de coteaux couverts de vignes, se détachant sur un fond de montagnes et un ciel aux couleurs chatoyantes.

Après avoir longé les monastères Santa Clara et Santa Maria la Real, et traversé entre deux le rio Najerilla, nous arrivons à compter de midi à l'albergue Las Peñas, sis 56 calle Costanilla à Nájera.

48

Lundi 21 septembre 2020 Najera - Santo Domingo de la Calzada 23 kms LA RIOJA

Nous partons à 7h10 de l'albergue las Peñas à Nájera.

Après 5 kms de chemins rectilignes à travers les vignes et leurs réseaux d’irrigation, nous rejoignons à 8h45 Azofra.

Puis l’ancien itinéraire de Compostelle longe l'autoroute ou la nationale avec un passage dans une buse sous l’autoroute pour votre rédacteur qui s’y est malencontreusement aventuré. Il vaut mieux, comme le font Monique et Bertrand, passer par le nouveau chemin et longer le terrain de golf, où sont stationnées des voitures de luxe, situé entre Ciriñuela et Corueña, 4 kms avant Santo Domingo.

Quoiqu’il en soit, après avoir longé une coopérative vinicole qui précède la ville, nous rejoignons à compter de midi l'albergue La Casa de la Cofradía del Santo, sis 38 calle Mayor à Santo Domingo de la Calzada. Là, nous avons rendez-vous à 17h30 avec Manuel, l'ami de Philippe, pour aller diner chez lui à Escaray.

49

Mardi 22 septembre 2020 Santo Domingo de la Calzada - Belorado 22 kms LA CASTILLE

Nous partons à 7h de l'albergue Casa de la Cofradía del Santo à Santo Domingo de la Calzada, où nous avons pu admirer la veille avec Manuel la Cathédrale et l’hôtel de ville. Comme nous l’explique Manuel, Santo Domingo de la Calzada est baignée par le río Ora qui a donné son nom à la région que nous venons de traverser : la Rioja. Sa Cathédrale a la particularité d’avoir un clocher séparé de la nef et d’abriter un coq et une poule vivante, en commémoration d’un miracle du passé. Il nous le raconte en espagnol, traduit ici en français : « Une amoureuse éconduite avait caché une coupe dans le sac d’un jeune homme qu’elle aimait, qui fut accusé de vol. Il fut condamné à être pendu. Ses parents de retour de Compostelle le retrouvent vivant au bout de sa corde, grâce au soutien de Saint Dominique. Ils supplient le juge de dépendre leur fils. Le juge déclare que leur fils est aussi vivant que les poulardes rôties qu’il est en train de manger. Le miracle s’accomplit : une des poules ressuscite. Leur fils est sauvé. »

Puis Manuel nous a emmenés en voiture à Escaray où il nous montre l’église Santa Maria la Mayor...

…dans un petit village touristique au pied de la montagne, où Allende, son épouse, nous a préparé un bon petit repas.

Nous prenons donc ce matin la route de Grañon, où nous nous arrêtons pour un en-cas à 9h.

Nous y voyons une affiche de radio camino. Tous les pèlerins vous diront que Radio camino existe vraiment. C’est sur le chemin que nous prenons des nouvelles colportées d’un pèlerin à l’autre. C’est de cette manière que nous apprendrons que Emile, qui avait dû interrompre le chemin à Pampelune pour un congrès de médecine, a repris le chemin.

Nous allons maintenant suivre un chemin qui longe souvent la nationale 120 et nous avons la vue sur de grands espaces aux blés coupés. La météo est clémente. Nous sommes maintenant entrés dans l'automne et c’est la fin des grosses chaleurs.

Nous traversons Redecilla del camino et Castildelgado.

Puis, après avoir longé des immenses piles de bottes de paille, le long d’une route qui n’en finit pas…

…nous atteignons Viloría de Rioja où nous déjeunons d'un sandwich. Puis, nous poursuivons sur Villamayor del río avant d’arriver à 14h à l'albergue El Caminante, sis 36 calle Mayor à Belorado.

50

Mercredi 23 septembre 2020 Belorado - San Juan de Ortega 24 kms LA CASTILLE

Nous partons à 7h de l'albergue el Caminante à Belorado où nous avons pu admirer ses églises et la plaza Mayor la veille.

A travers collines et champs ouverts nous joignons Tosantos, puis Villiambistia, avant d’atteindre Villafranca et son église de Santiago Apóstol,où nous procédons à notre ravitaillement vers 10h30.

Nous entamons ensuite la côte vers les Montes de Oca, massif couvert de forêts de pins et de chênes. Le temps est maussade. Il tombe un crachin froid de type breton à compter de midi. Nous passons de 843 ms sur le río Oca à 1 157 ms avant le camp indien. C’est un massif où sévissaient les loups et brigands au moyen-âge et où 300 résistants républicains furent fusillés pendant la guerre d’Espagne en 1936.

Nous arrivons à 14h à l'albergue el Descanso de San Juan, sis 4 calle la Iglesia à San Juan de Ortega.

51

Jeudi 24 septembre 2020 San Juan de Ortega - Burgos 26 kms LA CASTILLE

Nous partons à 6h45 de l'albergue el Descanso de San Juan à San Juan de Ortega où nous avons pu admirer l'ancien monastère la veille. Nous sommes partis avec un croissant et un peu de jus d'orange à la lumière des lampes LED car le jour se lève actuellement à 7h30.

Le petit déjeuner sera pris 3 kms plus loin à Agés, quel mot prédestiné pour notre âge. Puis nous traversons Atapuerca (972 ms) et son site préhistorique…

…avant de franchir la sierra (1 073 ms) …

…qui nous donne accès à Cordeñuela-Riopico où nous nous ravitaillons à 10h après 12 kms de marche.

Enfin ce sont les 14 derniers kilomètres par Orbaneja-Riopico…

…puis après avoir longé la piste de l'aéroport et Villafría, nous traversons la zone industrielle et la zone résidentielle de Burgos qui comptabilisent à elles seules plus de 7 kms.

Le temps est couvert, sans pluie, et un vent d'ouest froid vient rafraîchir la température de nos corps échauffés par la marche. A 1 km de l'arrivée quelle n’est pas ma surprise de croiser Manuel, que je reconnais malgré son masque. Nous avons en effet rendez-vous sur place à 19h30 pour manger quelques tapas, qui vont se transformer en menus complets, en raison de nos faims de loups. A compter de 14h le but est atteint : l'albergue municipal Casa de los Cubos, sis 28 calle Fernan González à Burgos. J'allais oublier. Nous sommes au 1/3 du Camino Francés en Espagne et aux 2/3 de notre pèlerinage de Compostelle. Plus de 1 000 kms effectués. Il en reste 500.

52

Vendredi 25 septembre 2020 Burgos - Hornillos del Camino 21 kms LA CASTILLE

Nous quittons à 7h l'albergue municipal Casa de los Cubos à Burgos où nous avons pu voir la cathédrale et manger le menu du jour avec Manuel et Allende la veille au soir.

Après avoir traversé l'Ouest de la ville, nous marchons vers Villalbilla de Burgos, Le chemin est plat. Le ciel est assez couvert avec un vent froid à mettre des moufles et un bon manteau. Un petit café chaud pris au bar au centre du village est le bienvenu.

Lors des traversées des villes et villages où le port du masque est obligatoire, le souffle de la respiration est renvoyé par le masque sur le visage et, pour les pèlerins portant des lunettes, il vient embuer leurs verres, les transformant en véritables taupes frigorifiées mouvantes au dos déformé par un lourd fardeau. C’est quelque peu le cas de votre rédacteur. Seul Saint Jacques vous aide alors à trouver votre route...On ne sait trop comment ! C'est ça le miracle du chemin.

Puis nous traversons Tardajos que nous avons atteint à 9h30. Le soleil se fait alors plus apparent, le vent moins glacial.

Nous traversons alors Rabé de las Calzadas à 10h.

Il nous reste 8 kms à faire : une lente et longue montée puis la traversée d'un haut plateau avec un vent qui a redoublé de force. Puis soudain apparait à nos yeux une descente pentue qui serpente au loin vers Hornilllos del Camino. Hornillos signifie petits fourneaux en espagnol. Nous découvrons la meseta formée d’immenses plateaux de blé ou autres céréales, coupés de longues vallées plus ou moins verdoyante selon l’importance du rio qui les arrose. Le chemin monte doucement d’Est en Ouest sur plusieurs kilomètres sur le plateau, puis il descend brusquement. Le chemin, quant à lui, est un chemin de moutons de transhumance qui à l’origine était de 50 varas de largeur, soit 50 mètres. Là où les terres sont fertiles, l’homme a peu à peu empiété sur les 50 varas et le chemin s’est rétréci à deux mètres. Nous nous laissons donc descendre vers ce dernier village et son albergue municipal Immaculada Tablado, sis plaza de la Iglesia, que nous atteignons à compter de midi.

53

Samedi 26 septembre 2020 Hornillos del Camino - Castrojeriz 20 kms LA CASTILLE

Nous partons de l'albergue municipal Immaculada Tablado à 7h15 à Hornillos del camino où nous avons pu assister à la messe et à la bénédiction des pèlerins la veille, suivies par un petit concert au repas du soir au restaurant Origen : chants d’opéra du ténor José Martinez, frère du cuisinier Moïse et un morceau de musique espagnole par une guitariste.

Nous prenons un chemin sinueux qui monte sur 4 kms avec un dénivelé de 100 ms puis devient rectiligne et plat pendant 8 kms sur le plateau. La température est froide et le ciel est couvert. Pas de vent, aujourd'hui.

Le plateau se termine par des éoliennes et soudain une forte pente. Nous découvrons Hontanas (Fontaines en français) à nos pieds. C’est un très joli village aux maisons de pierre, avec sa très belle église Notre Dame de la Conception, situé au creux d’un paysage de mesetas où les chemins semblent ne jamais finir.

A la sortie d’Hontanas, nous entamons alors un chemin étroit en flanc de coteau…

…avant de suivre une route goudronnée et longer les ruines du Couvent de San Antón,

Puis nous découvrons 3 kms plus loin la Collégiale Notre Dame du Pommier, située à l’entrée de Castrojeriz.

C’est un village tout en hauteur et tout en longueur, surplombé par les ruines d’un ancien château fort. A compter de midi Nous atteignons notre but, l'albergue Camino Verge Montserrat sis 79 calle Real de Oriente.

Verge Montserrat est la Vierge de Montserrat en Catalan. Le premier mot n'ayant rien à voir avec l'acceptation française qui touche à un tout autre domaine...sur lequel nous ne nous étendrons pas aujourd'hui, ni les hommes par pudeur, ni les femmes pour garder leur esprit tourné vers Dieu. Et pourquoi utiliser le mot Vierge en Catalan alors que nous en sommes en Castille, où Vierge s’écrit Virgen ? Tout simplement parce que l’albergue est tenu par un membre de l’association catalane ‘la Vierge de Montserrat’. La statue de même nom, une vierge noire, se trouve à 60 kms de Barcelone sur la montagne de Montserrat, dominant la Catalogne dont elle est la patronne. En aparté, ce quiproquo potentiel sur les mots m’en rappelle un autre sur les images que nos yeux ont pu découvrir sur le chemin. Je n'ai pas osé les mettre sur le blog, ni même les prendre en photos : des fessiers bien charnus mis en valeur par des pantalons super moulants, voire des mini shorts, qui laissent entrevoir en montée au pèlerin fourbu et assoiffé, qui se trouve juste derrière, une partie du chemin à suivre. A ces moments-là, je me dis que les voies du Seigneur sont impénétrables. C'est ça aussi le chemin de Compostelle. Mais ne soyez pas inquiets pour la suite, la chaleur a disparu, les tenues se sont rallongées et se sont adaptées au froid. Tout est rentré dans l'ordre.

54

Dimanche 27 septembre 2020 Castrojeriz - Fromista 25 kms LA CASTILLE

Nous quittons l'albergue el Camino Verge Montserrat à 7h après avoir quelque peu visité la ville de Castrojeriz (788 ms) la veille, avec sa caserne de gardes civils (gendarmes espagnols), sa plaza Mayor et l’église San Domingo.

Nous attaquons la côte de Matamulas jusqu’au Pico del Francés (901 ms) avec un dénivelé de 200 ms sur 4 kms avant de plonger sur la meseta de Mostelares...

 ...en longs chemins semblant aller à l'infini jusqu'à Itero de la Vega (772 ms) 7 kms plus loin, où commence la province de Palencia.

Nous faisons un arrêt casse-croute 3 kms avant Itero de la Vega à la Fuente del Piojo (Fontaine du Pou) et longeons 1 km avant le village l’ancien hôpital des pèlerins, avant de traverser le pont sur le río Pisuerga.

A la sortie du village, nous prenons de nouveau un long chemin vers Boadilla del Camino sur 8 kms …

…puis, après avoir longé le canal de Castille, nous atteignons à compter de 14h l'albergue municipal Carmen Calvo, sis plaza de San Martin à Frómista.

55

Lundi 28 septembre Fromista - Carrion de los Condes 21 kms LA CASTILLE

Nous partons à 7h de l'albergue municipal Carmen Calvo à Frómista où nous avons dîné la veille avec Marie et Ephraïm. Marie est l'une des pèlerins avec qui nous faisons le voyage depuis Roncevaux. Elle est originaire de la région du Puy en Velay où elle tenait un commerce. D'autres pèlerins ont entamé le voyage avec nous beaucoup plus tôt. C'est le cas pour Jean-Paul de la région d'Aix les bains que nous avons rencontré à la ferme de Marsan à Miramont-Sensacq. Il a perdu un bras il y a trois ans, suite à un accident de moto. Bon vivant, on le voit parfois se promener en slip, protégé d’une serviette, dans le tome précédent. Il fait maintenant la route avec René qui habite Saint Laurent de la Plaine. Autre pèlerin que nous avons suivi jusqu'à Pampelune : Emile, ORL, chirurgien du visage que nous avons vu danser au gite Landaco sur la commune d’Aroue dans le Pays basque. Il porte un parapluie-parasol qu'il adapte à son brelage et le fait ressembler à un être venant de l'espace. Humain et plein d'humour, il apparait aussi plusieurs fois dans ce carnet de voyages. Quant à Ephraïm. Nous l'avons rencontré hier. Il fait quarante kilomètres par jour. Il est Irakien et a vécu en Irak jusqu'à 37 ans. Il est père dominicain, psychothérapeute et a bien connu Saddam Hussein auquel il avait demandé de l'aide pour faire des travaux sur un monastère, aide qui lui avait été accordée. Autant dire qu'il ne comprend pas l’intervention américaine en Irak et se désespère des conséquences pour son pays, pour la France et pour le monde. L’occident ne fait rien pour empêcher l'expansion de l'islamisme, au contraire. Ephraïm a d'ailleurs fait une intervention dans les médias sur la nécessité du dialogue entre les cultures occidentale et orientale. Ses patients en psy, à qui il cachait sa vocation religieuse, ont alors été surpris de voir qu'il était père dominicain.

En ce qui nous concerne, nous prenons le chemin de Población de Campos, qui longe la route. Puis nous continuons vers Villovieco. Ce sont de longs chemins souvent rectilignes qui traversent de vastes espaces de cultures alimentées par tout un système d'irrigation naturel ou artificiel.

Nous longeons ensuite le río Ucieza jusqu’à l'Ermita de la Virgen del río…

…avant de bifurquer vers Villalcázar de Sirga et son église Santa María la Blanca.

Ephraïm, le père dominicain, me double dans la dernière ligne droite de 8 kms juste avant Carrión de los Condes. Impossible de le suivre. Nous atteignons à compter de midi l'hôtel Albe, sis 21 calle Esteban Collantes dans le centre de Carrión de los Condes.

56

Mardi 29 septembre 2020 Carrión de los Condes – Lédigos 23 kms LE LEÓN

Nous partons de nuit à 7h10 de l'hôtel Alba à Carrión de los Condes, après avoir pris sur place notre petit déjeuner avec Marie, qui rejoint directement León en bus pour terminer son chemin de Compostelle avant une opération de la hanche.

Après avoir cheminé 5 kms jusqu’à Villalcázar de Sirga, nous marchons, marchons, marchons sur de grandes lignes droites pendant 18 kms. A part l’abbaye de Benevivere après 4 kms, nous n’avons pas rencontré un village ou âme qui vive. Seules des grandes terres céréalières nous entourent. L’horizon est à l’infini.

Soudain, nous découvrons à nos pieds Calzadilla de la Cueza. C’est le même phénomène qu’à Hornillos de los Caminos ou Hontanas, que nous avons traversé les jours précédents, selon le principe des plateaux et vallées de la meseta décrit précédemment.

Après Calzadilla, il ne nous reste plus que 6 kms de chemin qui longe la RN 120…

…avant d’atteindre à 14h l'albergue bar restaurant El Palomar, sis calle Ronda de Abajo à Lédigos.

57

Mercredi 30 septembre 2020 Lédigos - Bercianos del Real Camino 26 km LE LEÓN

Nous partons à 7h de l'albergue El Palomar à Lédigos à la lumière des lampes LED, comme souvent depuis la mi-septembre.

Nous traversons trois villages assez proches : Terradillos, Moralinos où nous prenons le café du petit-déjeuner à 9h…

… puis San Nicolás del Real Camino avant de nous diriger vers Sahagún.

Trois kilomètres avant Sahagún, après le pont sur le río Valderaduey, nous longeons l'Ermitage de la Virgen del Puente et traversons la ligne entre deux piliers, œuvre sculpturale de Marín de la Red, qui marque le centre géographique du Camino Francés. Il est alors 10h40. Nous sommes à la moitié du chemin en Espagne et aux trois quarts du voyage Le Puy en Velay - Compostelle. Grand moment ! Sur le pilier de gauche est inscrit ‘centre géographique du Camino’ et sculpté Alphonse VI de León ; sur le pilier de droite est inscrit ‘centre historique de l’ordre de Cluny’ et sculpté le deuxième Abbé du couvent de Saint Benoit, Bernard de Sedirac. L’un et l’autre ont beaucoup œuvré pour la ville de Sahagún au XIème siècle, époque où le chemin de Compostelle devient un pèlerinage de la chrétienté médiévale.

A midi nous traversons Sahagún avec sa tour de l’horloge et son arc de San Benito.

Deux heures plus tard, 1,5 km après l’Ermitage de Perales…

…nous atteignons l'albergue Santa Clara, sis 2 Travesía Comunión à Bercianos del Real Camino. S'il fait 8 degrés au départ le matin, il en fait 24 à l'arrivée. Depuis hier le soleil nous réchauffe l'après-midi, mais les nuits et matinées restent assez fraiches.

58

Jeudi 1er octobre 2020 Bercianos del Real Camino - Reliegos de las Matas 20 kms LE LEÓN

Nous partons à 7h20 de l'albergue Santa Clara à Bercianos del Camino.

Puis nous prenons le chemin vers el Burgo Ranero par un temps assez froid et venteux.

Que de longues lignes droites qui longent la route ! Il nous reste alors 12 kms de chemin…

…avec le franchissement du canal de l’arroyo Madriz de la Cava et de la voie ferrée par un tunnel…

…pour atteindre à compter de11h45 l'albergue Gil Bar, sis 28 calle Cantas à Reliegos de las Matas

59

Vendredi 2 octobre 2020 Reliegos de las Matas - León 24 kms LE LEÓN

Nous partons à 7h de l'albergue Gil bar à Reliegos de las Matas où nous avons pris un bon apéritif la veille au soir avec Jean-Paul et René.

Nous prenons le chemin de Mansilla de las Mulas, qui longent la route, et traversons le río Porma.

Puis, à la sortie du village, nous traversons le río Esla…

…avant de longer la nationale 601 vers Villamoros de Mansilla.

Nous continuons ensuite par Puente Villarente et son pont sur le río Porma.

Puis nous poursuivons par Arcahueja précédée d’une belle fontaine.

Puis ce sont Valdelafuente et Puente del Castro. Dès lors, le parcours perd de sa beauté car le chemin suit la route locale et la nationale, qui devient urbanisée. Nous approchons de León avec sa zone industrielle et commerciale et des pylônes électriques viennent défigurer le paysage.

Nous atteignons à compter de 13h. l'albergue San Francisco de Asís, sis 4 Avenida Alcalde Miguel Castaños à León. Il ne pleut pas le matin mais le vent froid souffle assez fort. La pluie arrive vers les 14h. Comme d’habitude elle a attendu que nous soyons arrivés. Sympa !

60

Samedi 3 octobre 2020 León - San Martin del Camino 26 kms LE LEÓN

Après un petit déjeuner copieux servi à partir de 7h15, nous partons à 7h45 de l'albergue San Francisco de Asís à León où nous avons pu visiter la veille le centre-ville, sa cathédrale et la casa Botines de style art nouveau dessinée par Gaudi.

Près de la casa Botines, nous prenons l'avenue San Marcos jusqu'à l'église du même nom…