Carnet de voyage

Rouergue-Androna 2019

19 étapes
1 commentaire
Par géo12
Cette année, un nouveau groupe de donateurs repart dans le nord de la Grande Ile à Mandritsara, province de l'Androna pour vérifier nos réalisations depuis 2015 date du précédent voyage.
Octobre 2019
4 semaines
Partager ce carnet de voyage
1

De nombreux donateurs ont réuni une grande quantité de produits qu'il va nous falloir transporter à Mandritsara et sa région : microscopes pour un collège, cahiers, copies blanches stylos, compas gommes... Et dentifrices et brosses à dents pour tous les jeunes enfants de l'école d'alphabétisation. Matériel pour la mise en place du cabinet dentaire dont nous vous donnerons des nouvelles... Ainsi, chaque voyageur prend, en plus de sa valise personnelle une valise de 23 kg contenant les fournitures que nous laisserons aux différents établissements scolaires et aux dispensaires que nous visiterons. Chaque valise est pesée et contrôlée. La bonne vieille balance romaine de madame Monique a repris du service.


2

Le grand voyage est commencé. Nous sommes bien arrivés à Blagnac ce matin à 6h00

Petit souci au moment de l'embarquement, j 'avais une valise de 27kg et une deuxième de 25kg ! Pas question de payer les 100€ demandés. La solidarité de l association a joué. Tous les cahiers en trop ont été répartis dans les autres valises.

Voilà Paris 9h45 on embarque...

3
1/ 6h00 On arrive à Blagnac 2/ Beaucoup de monde à la police de l'air ( quelques voyageurs connus) 3/ On embarque B 777 300
4

Levé vers 7h et prise du petit déjeuner en groupe....

Le matin promenade dans les embouteillages de Tana mais visite guidée du palais de la reine.

Retour à 13heures à notre petit hôtel, le Jardin d'Antanimena simple mais avec une merveilleuse cuisinière :

Ou avez-vous des déjeuners de "pension" en terrasse avec foie gras maison, brochettes de zebu et poulet et ses pommes sarladaises?

Et j 'oubliais les fruits chauds...


5

Les4X4 sont là et nous partons vers Ampefy, petit village au bord d'un lac à quelques heures de route de Tana.

Zou, Andy et Ando nos chauffeurs 

Rien ne presse... sur la route certains rencontrent des ananas frais qui ne demandent qu'à être dégusté

0n devrait peut-être penser aux amis qui n'ont pas vu la marchande...
6

Nous arrivons assez tôt à l'hôtel Farihy où nous allons passer trois jours.

Après la répartition des chambres, nous partons faire le tout du lac face à l'hôtel . Le lendemain c'est la découverte de l'îlot de la Vierge sur le lac Itasy dans un paysage magique, puis des cascades de la Lily. Le 12 octobre, en rentrant sur Tana nous nous arrêtons voir les geysers d'Analavovy.

La balade autour du lac d'Ampefy se termine par un chaos de pierres dangereux 
Cascades  de la Lily 
Vue du chemin qui mène à l'îlot de la Vierge
Les geysers d'Analavovy 
7

Difficile de passer un dimanche à Tana sans aller voir le père Pédro au milieu de son immense village. Un long sermon en malgache mais aussi un mot pour saluer les visiteurs : des australiens, des suisses et Rouergue-Androna. On a parlé un peu avec lui après l 'office.

Le Père Pédro : la messe 

Le soir nous récupérons quatre membres à Ivato. La journée du lundi 14 octobre est consacrée à l'étude du matériel dentaire présent sur l'ile.

Demain, 15 octobre, grand départ vers le nord et Mandritsara, ville où nous nous occupons de l' école d'alphabétisation et du dispensaire.

8

Deux journées très pénibles avec plus de 900 kilomètres à parcourir dont 200 de pistes difficiles. Il fait très chaud : 40 degrés, une humidité permanente et seulement de l'eau tiède à boire. Peu à peu chacun s'habitue. Après deux fois 12 heures de route avec un arrêt à Port Bergé, nous arrivons à Mandritsara en pleine nuit chez Pâtes "l'hôtel historique" de Rouergue Androna. Le confort est minimum. Cerise sur le gâteau : il n'y a pas d'eau. C'est la fin de la saison sèche qui a été particulièrement importante cette année. Il faudra se contenter d'un seau d'eau froide pour la douche quotidienne.

Chaque 4X4 cherche à éviter les ornières... 
...c'est souvent impossible. Les paysages sont magnifiques. 

Demain, la fatigue sera oubliée, nous avons rendez-vous avec les enfants de l'école d'alphabétisation...

9
Le docteur Michel, à gauche, passera une journée  de consultations des nourrissons  avec soeur Noëline.
 L'école  d'alphabétisation  c'est aussi un repas à  midi (plat unique) qui sera pour beaucoup le seul repas de la journée ...
Cours de brossage des dents par Dominique., dentiste.  Un des objectifs de cette mission : prendre soin de  ses dents.  

LA LECON DE BROSSAGE DES DENTS A L'ECOLE D'ALPHABETISATION

Robert qui a participé à cette initiation a fait un reportage très complet : ICI

10

Avec nos valises pleines de fournitures scolaires, nous faisons le tour de différents établissements de la ville de Mandritsara. Hélas, les écoles publiques ne sont pas encore rentrées et nous ne rencontrons que l' économe et un surveillant au lycée Victor-Miadana. Nous laissons quelques ballons de football et de rugby sans voir les jeunes, dommage ...

Sept microscopes sont offerts au  labo du lycée JP II - Retrouvailles entre André P. et un ancien élève maintenant enseignant
Dernière réalisation du P. A Alazard, décédé  cet été. Ce fut un "pilier" pour notre association à Mandritsara .
Encore de nombreux jeunes nous attendaient au lycée J 23 
Fournitures scolaires et ballons.  

Ce sont près de 15 valises de 23 kg de fournitures scolaires et médicales déposées dans les différents groupes et dans trois dispensaires (Fanantenana, Ambalakirasy et Tsarasahina).

C 'est l'occasion ici dans notre voyage de remercier tout spécialement nos donateurs : l'Intermarché de Saint Chély-d'Apcher et Maëva (Lozère), Le centre du quartier du Soleil et le lycée J Valles (St Etienne), les infirmières du Soleil, les pharmaciens (Rodez), les amis de Montpellier (Maryline), les amis de Castres et le Laboratoire FABRE, Aurélie, Emma et Clara..., et tous les amis de Rouergue-Androna...

Demain, 40 kilomètres de piste nous attendent pour aller à Ambalakirazy.

11

Ambalakirasy , c'est à 40 km de pistes de Mandritsara. On commence à avoir l'habitude de ces chemins...

Madame la présidente  est prète... C'est le père  POL CHOÏ  qui nous guidera sur sa moto
Le pont, à gauche , a été emporté lors de la précédente saison des pluies...
Les paysages sont toujours magnifiques... 
Seul dans les traces des zébus...

Arrivé à Ambalakirasy, nous sommes invités par les membres de la communauté à un repas de fête, nous apportons aussi des fournitures pour le dispensaire isolé dans la brousse et coupé du monde dès la saison des pluies. Les enfants ne sont pas encore rentrés à l'école ici , mais nous avons pensé à eux.

12

Il y a un plaisir certain à voir les messes à Madagascar. Aujourd'hui , c'est un peu spécial, il y a la cérémonie de " Confirmation" avec la venue de l'évêque. C'est ici une cérémonie où les confirmés donnent beaucoup de leur personne : chants, danses ...

Une danse lors de la confirmation à Mandritsara 
13
De bonne heure, on embarque pour 14h de "routes" et  surtout de pistes 

Avant de quitter l'hôtel-restaurant Pattès, il faut tout de même que je vous présent notre lieu de résidence...Pour les wc...on va passer!

 Chambre et salle d'eau (2 seaux pour la douche), couloir des chambres  sur la rue et la salle à manger avec ce soir là, soeur Sos

Nous avons rendez-vous à Tsarasahina avec le P de Bourran pour visiter les nouvelles structures développées depuis notre passage en 2015 et notamment le dispensaire. Nous n'avions pas pu nous arrêter à l'aller au Centre de Formation professionnel Agricole de Port Bergé que nous soutenons aussi car nous étions arrivés trop tard après une crevaison et un pneu éclaté. nous arrivons très tard encore à la mission. La route est très éprouvante.

14

Nous faisons d'abord le tour de la mission, un vaste complexe édifié depuis 2011 avec salles de classe, dispensaire, chambres pour les bénévoles venant travailler, etc.

Le dispensaire  et une partie du complexe scolaire 
Un cabinet dentaire en attente d'installation d'un praticien et une pharmacie d'urgence bien agencée (dixit notre médecin!) 

Avant le repas et malgré les 40°C à l'ombre nous faisons un tour au marché local. L'après midi est consacrée à la visite d'écoles de brousse réparties sur la commune.

Il fait 40°C  c'est l'heure de la sieste pour les petits
des classes dédoublées par un rideau  mais tout de même plus de 40 enfants par classe! 
Une invention du P De Bourran : des classes sans fenêtre. Une construction plus simple et une ventilation naturelle permanente. 

Mercredi 23 octobre encore un long trajet nous attend pour rejoindre Tananarive.

15

Il est 6h30 du matin et tous les 4X4 sont prêts. Nous espérons être de bonne heure à Tana pour éviter les embouteillages. Ce ne sera pas le cas....

A mi-chemin , sur un  des 4X4, le vase d’expansion  du liquide de refroidissement explose ! 
Bouteilles d'eau minérale, + Tricostérile et finalement bidon vide trouvé, par hasard ,sous un siège avec un peu de colle...

Nous sommes ici au milieu de nulle part et sans réseau à 150 km de Tana et toujours 40°C. La réparation va tenir jusqu'à Tana malgré les nombreuses côtes. Nous arriverons finalement vers 11h du soir. Merci à la cuisinière du Jardin d'Antaniména de nous avoir attendus pour un bon dîner avec de la THB bien fraiche !

16

Quatre membres du voyage doivent rentrer dans l'Aveyron . Ils restent à Tana pour un transfert à Ivato en fin de journée. Ils sont chargés, pour cette journée, d'une partie des achats d'artisanat pour l'association. Les dix autres abandonnent les 4X4 pour un bon bus Hunday jusqu'à la fin du voyage qui devrait être moins pénible. Ils mettent le cap au sud vers Ambositra et sa région, haut lieu de l'artisanat du bois, des nappes, etc... Nous n'irons pas à Ambalavo (plus au sud), la route étant incertaine vers Finaransoa. Les déplacements se font en convoi avec gendarmerie dans cette région et entraînent de grandes pertes de temps.

Route un peu encombrée heureusement il manque les attelages de zébus et les divers chariots à rouletttes... 

Nous arrivons à Ambositra sans histoire et nous logeons à l’hôtel Mania. C'est un hôtel très sympathique tenu par une dame très agréable qui s'occupe d'une association venant en aide aux personnes âgées de sa ville.

Le patio de l’hôtel Mania : un grand luxe après Mandritsara 
17
Le choix! 

Faire de la marqueterie : c'est simple. Il suffit d'avoir un fil d'acier, un ressort de sommier, une barre d'acier plate et une planche :

Ce soir c'est l'anniversaire d'André. Monique lui a préparé une petite surprise (en fait un gros gâteau). Nous lui offrons un dessous de plat en capsules de THB (la bière emblématique de Mada) en souvenir des bons moments. Ilona, sa petite fille , a aussi pensé à lui.

18

Nous sommes arrivés à Antsirabe la veille et nous avons pris nos quartiers à l'hôtel Volavita.


Le 27 octobre, nous avons une grosse journée de travail avec l'achat des nappes pour l'association. Nous rencontrons d'abord le responsable du groupe de vendeurs pour fixer les prix. Cette personne sera notre seul interlocuteur et nous lui réglons l'ensemble des achats que nous faisons.

19

Soeur Sosthine nous informe que nous pouvons rencontrer les responsables du site d'Ankasina. C'est une grande mise à l'épreuve que de voir ce bidonville de Tana (plus de 110 hectares!) construit sur les égouts de la ville. Cette vision, le dernier jour de notre voyage, sera très marquante pour beaucoup parmi nous mais elle s'imposait, c'est une réalité de Madagascar ...

Vers 20 heures le car d'Andy vient nous chercher direction Ivato

Le Boeing 777 est arrivé vers 23h30 de Paris CDG  il repart à 1h45 d'Ivato vers Paris CDG  avec un nouvel équipage.

FIN du voyage.

Merci à : André, Monique, Jean-Claude, Robert, Luc, Raymond, Odile, Dominique, Lucile, Michel, Edith, Maryline et Ilona pour leur bonne humeur qui fut quotidienne et leur soutien à l'association Rouergue-Androna

Géo