Carnet de voyage

Java et Bali Novembre 2017

21 étapes
81 commentaires
26 abonnés
Dernière étape postée il y a 2426 jours
Pour garder le contact et vous faire partager notre voyage
Novembre 2017
3 semaines
Partager ce carnet de voyage
12
nov
12
nov
Publié le 12 novembre 2017

On se prépare à 18h de voyage en passant par Amsterdam et Singapour pour arriver demain en fin d'après-midi à Jakarta. Il sera 18h30 heure locale soit 6 h de plus qu'en France...

Mode baroudeur...  
13
nov
13
nov
Publié le 13 novembre 2017

Toute la nuit et toute la journée entre 3 avions, ça fatigue mais nous voilà bien arrivés dans la grande ville. Passé les contrôles en vitesse, les bagages au rendez-vous, nous sautons dans un bus qui nous dépose au pied du monument national. Encore 30 min de marche pour l'hôtel, l'occasion pour Roland d'apprécier la moiteur du climat tropical et les embouteillages.

Pas question de crapahuter plus, dîner a l'hôtel et vite, rattraper le sommeil en retard.

14
nov
14
nov
Publié le 14 novembre 2017

Remis de notre voyage et du jet-lag, nous voilà partis vers la vielle ville, Kota Tua. Longue marche sur une avenue polluée et bruyante avant de retrouver le calme relatif de Fatahillah Square. Courte visite du Musée de la banque d'Indonésie dans son batiment historique.

À près un rafraichissement au Café Batavia, nous faisons le tour des 3 musées qui bordent la place. Musée historique de Jakarta et Musée des Beaux-Arts et céramique, pas chers mais vite vus.. Seul le Wayang Museum nous fait impression avec une jolie collections de marionnettes...

Direction le port pour voir les antiques pinisi, goélettes de Macassar, ces bateaux de bois qui commercent toujours avec tout l'archipel.

Retour en bus alors que la nuit tombe et l'orage gronde au loin. On ne rentre pas vraiment secs mais les 34°C sont les seuls responsables..

15
nov
15
nov
Publié le 15 novembre 2017

C'est par une météo en demi teinte que nous avons consacré cette journée à notre transfert par le train.

Quelques photos toutefois depuis notre voiture "comfort eksekutif".

Ce parcours de sept heures et demie, nous fait rapidement quitter les bidonvilles de Djakarta pour des paysages de rizières bordées au loin par quelques volcans.

Pressés de rejoindre notre hébergement où nous attends la piscine, nous prenons un taxi en pleine heure de pointe.

Après un bain, et quelques échanges touristiques avec notre hôtesse, nous allons dîner.




16
nov
16
nov

Nous partons equipés de nos sacs à dos et de notre parapluie qui va nous être salvateur à partir de treize heures.

Notre première étape du jour nous fait découvrir le Kraton, gigantesque palais du sultan dans lequel se produisait aujourd'hui une chorale traditionnelle devant un parterre de touristes et de nombreux écoliers et étudiants bruyants.

À quelques enjambées nous visitons le Taman Sari, lieu de villégiature du sultan dans lequel se trouvent quelques bassins et fontaines.

C'est sous une pluie battante, cette fois que nous nous réfugions dans un restaurant logé dans un autre palais, le restaurant Gadri dont la décoration et l'ameublement n'ont rien à envier au palais Kraton.

Puis nous gagnons le fort Vredeburg pour une visite de son musée retraçant l'histoire de la constitution de l'Indonésie actuelle. La présentation est toutefois très sommaire et destinée à l'édification des masses populaires.

Nous poursuivons notre chemin vers le Malioboro Mall pour un peu de shopping et une petite collation. Chemin du retour à la nuit tombante à travers la fête foraine de l'Alun-Alun aux manèges un oeu vintages mais avec ambiance très familiale.

Notre journée se termine par un dîner dans un établissement populaire, un bain dans la piscine de notre hotel, et la préparation de notre activité de demain.


17
nov
17
nov
Publié le 17 novembre 2017

Départ ce matin à 7:30 après un rapide petit déjeuner. Notre taxi nous conduit en compagnie de deux autres clients de l’hôtel, dans une circulation particulierement dense vers le site de Borobudur sanctuaire bouddhique célèbre édifié au IXeme siècle. La météo est au rendez vous et la température déjà élevée se fait rapidement ressentir lors de l’ascension des marches très hautes et très inégales de l’édifice.

Cette construction rénovée par l’UNESCO en 1973 rassemble quelques 1500 panneaux narratifs et 1200 panneaux décoratifs évoquant les doctrines bouddhistes et divers aspects de la vie javanaise.

Plus tard dans la journée, notre circuit nous conduira à la découverte du site de Prambanan et ses spectaculaires temples édifiés entre le VIII et Xeme siècle, vestiges de la longue période hindoue de Java.

Il est 15 heures lorsque nous prenons la route du retour. Nous n’avons pas déjeuné et roulons sous une forte averse à vive allure (notre jeune chauffeur est assez space!).


Nous profitons à nouveau de la piscine et de l’espace de détente, actuel lieu chers lecteurs, de la rédaction de votre blog préféré avant d’aller dîner.

Le restaurant "Rôti van Java" est au coin de la rue et sert surtout des desserts comme son nom aurait du nous le laisser supposer. Après un plat de poulet frit et de nouilles, nous nous laissons tenter par un de ses sandwichs de pain frit parfumés au chocolat ou à l'ananas et copieusement parsemé de fromage râpé.. le goût est original et pas mauvais... Il faut vous dire que ce repas si copieux nous aura coûté 5 € pour 2 avec les boissons chaudes ! Nous profitons d'un nouvelle accalmie pour rentrer et vous faire partager ces lignes..

18
nov
18
nov
Publié le 18 novembre 2017

Nous donnons volontairement à cette journée un rythme de détente et la consacrons à la visite en premier lieu d’une exposition temporaire de peinture à l’espace culturel Taman Budaya.

Il fait déjà très chaud, et nous décidons de nous y rendre en becak (cyclo-pousse) compte tenu de la distance.

C’est une première expérience pour moi, et c’est avec une petite appréhension que je m’installe seul dans ce véhicule. La sensation de circuler dans un véhicule aussi frêle parmi cette circulation trépidante diminue très rapidement. Je suis à la fois admiratif de l’habileté avec laquelle mon pilote se fraye un chemin parmi les autres véhicules, et à la fois un peu gêné de constater la charge que j’impose à cet homme qui doit peser deux fois moins lourd que moi...!

Nous visitons à suivre le musée Sonobudoyo abritant une belle collection d’art javanais. Masques, marionnettes, kriss et batiks y sont réunis en nombre. Le patio abrite quant à lui des statues hindoues et des sculptures balinaises.

Après un rafraichissement dans un vieux restaurant sous le regard d'un possible sultan aux airs de rockers nous allons essayer de trouver les échoppes de fruits et d'épices du Pasar Beringharjo. Malheureusement, il fait surtout la part belle aux batiks et aux tissus et c'est avec difficulté que nous trouverons de pauvres stands de fruits et légumes bien peu avenants. La section alimentation est surtout représentée par les grands sacs débordants de chips de crevettes qui n'attendent que de tomber dans l'huile pour régaler les gourmets.

Vient l’heure du déjeuner que nous décidons de prendre dans le Mall Malioboro, climatisation oblige... Le food court du 3eme étage nous permet de découvrir quelques nouveaux plats.

Deuxième découverte personnelle, celle d’un massage que nous prenons Fred et moi dans un établissement proche de notre hébergement. La prestation d’un massage dit ‘’javanais’’ nous sera facturée l’equivalent de 10euros de l’heure pour deux personnes.

Après un bain, un thé et une sieste nous sortons manger pas très loin de l'hôtel. Le Huru Warung propose une cuisine traditionnelle et nous optons pour les spécialités de la maison arrosées de bière. Un festin pour cette dernière soirée à Yogya.

19
nov
19
nov
Publié le 19 novembre 2017

La météo étant ce qu'elle est, nous avons décidé de modifier un peu notre parcours. Trop de pluie pour une excursion sur les volcans par ici. Espérons que ceux de Bali nous serons plus propices.

Nous voilà donc partis pour Solo-Surakarta (la ville porte les 2 noms indifféremment), notre prochaine étape. C'est sans nous presser que nous allons chercher le train à la gare de Yogya ce matin pour un trajet d'une heure dans un paysage de rizières. Malheureusement la propreté des vitres est totalement incompatible avec la prise photos ou de vidéo et le ciel est gris et nuageux..

Rapidement transportés en taxi jusqu'à l'hôtel, nous déposons nos bagages et filons après les formalités d'usage pour la visite du Musée du Batik Danar Hadi. Un des plus beaux du monde sur le sujet d'après le Lonely Planet.. Une collection privée remarquable dans un magnifique bâtiment, ancienne résidence du président de la République, disposée au milieu de meubles et de boiseries anciennes de toute beauté.. malheureusement, malgré le pris du ticket d'entrée, les photos sont interdites et la guide ne nous lâche pas d'une semelle... On a adoré la succession des salles montrant la technique du dessins à la cire et des teintures, les différents motifs traditionnels et ceux plus contemporains... Une multitude de coutumes insoupçonnées régissent le port du Batik selon les grands événements de la vie comme la naissance, la grossesse, les fiançailles le mariage, les funérailles, le couronnement.. Réservé aux nobles ou aux colons hollandais jusqu'en 1950, il est maintenant autorisé pour le peuple mais a gardé toute sa signification cérémonielle quand il n'est pas vendu au touriste.. c'est le tartan javanais !

Il est grand temps d'aller grignoter un truc et nous nous arrêtons dans un restaurant très fréquenté qui sert du Sate Kambing, soit des petites brochettes de chèvre, parfait encas à 15h30 pour tenir jusqu'au soir.

La pluie nous raccompagne à l'hôtel où nous prenons un peu de repos.

Sur les conseils du LP, nous allons dîner au Nasi Lewet Bu Wangso Lemu. Menu unique d'une spécialité de Solo, le riz est accompagné de coco râpée, d'un curry de chayotte, d'oeuf dur, d'un peu de poulet et de foie de volaille.. c'est délicieux et très vite dévoré.

Incapables de trouver le marché de nuit pourtant signalé tout près, nous devons prendre le désert dans un glacier qui a déjà pris les couleurs de Noël et c'est sous l'œil du vieux barbu rouge que nous dégustons de délicieux sorbets.

Quelques œuvres de street-art sur le trottoir en rentrant. Bonne nuit.

20
nov
20
nov
Publié le 20 novembre 2017

Pas de petit-déjeuner ce matin prévu dans notre petit hotel. Nous partons donc directement vers le Palais du Sultan. C'est avec déception que nous constatons qu'il est rénovation et qu'il faut se contenter de la façade, la grand hall d'audience, et des gardes en uniformes qui se livrent avec complaisance aux photos des touristes locaux. Il n'y a plus qu'à rebrousser chemin.

La ville à la particularité de posséder deux palais depuis la brouille entre cousins.. le Pura Mangkunegaran est même mieux entretenu que ces équivalents officiels et nous emboitons le pas à notre guide francophone pour une visite princière. La salle d'audience (la plus grande du pays) au plafond tendu de batiks, les statues dorées du perron et les salles destinées aux cérémonies publiques sont photographiques.. le cœur du palais, les collections de bijoux, de vaisselle, d'armes ou d'archéologie sont strictement surveillées... Alors qu'elles mériteraient plutôt un peu plus d'entretien. Mais tout cela reste fort intéressant..

Avant de manger, nous faisons un tour dans le marché aux antiquités, immense bric-à-brac où s'amoncellent œuvres d'art, vaisselle, outils etc. Pas d'achat ! Les statues sont trop grandes, les peintures sur verre trop fragiles... On verra plus tard.



Nous déjeunons dans un établissement "héritage" qui propose une cuisine dans un cadre charmant. Le bar à même vu passer des célébrités comme N Mandela, B Obama, M Thatcher... Et nous désormais ! La table se couvre de riz, de bouillon délicatement parfumé, de salade et de poulet que nous arrosons d'un jus de citron frais..

La pause se prolonge pour laisser passer l'averse qui interdit toute idée de sortir.

Une fois reposés, nous prenons la direction du Taman Sriwedari ou se donne tous les soirs des représentations de théâtre traditionnel. Un restaurant de fruits de mer nous invite à un délicieux repas de crabe, moules et autres coquillages dans une sauce pimentée ! Un délice !

La séance a commencé. Nous prenons les places VIP à 10000 IRP(60 centimes) pour une représentation de Salaga Seta. L'histoire est mystérieuse et on ne donne aucune information sur le sujet. On admire les costumes, les maquillages, l'orchestre et les chants sans trop comprendre.. on profite ! Il y a des combats, des rois, des princesses, un monstre qui a la fin de transforme en prince ou en dieu.. les lumières se rallument, les gens se lèvent, l'orchestre file en coulisse. Atterrissage brutal. Pas d'applaudissements.. on rentre !

21
nov
21
nov
Publié le 21 novembre 2017

Cette journée est consacrée à notre transfert vers Bali. Transport en taxi vers l'aéroport, enregistrement des bagages, attente de l'embarquement, vol sans encombres.

Malheureusement la météo à l'arrivée est la même qu'à Java et c'est sous une pluie battante que nous faisons la route vers Ubud. Ce n'est qu'à 40 km de l'aéroport mais il faut 1h30 de taxi pour rejoindre notre hotel. Seuls les derniers kilomètres sont agréables, quand les rizières refont leur apparition sur les bas côtés et que les innombrables ateliers de sculpture sur pierre transforme les trottoirs en un panthéon de granit noir.

L'arrivée à l'hôtel est hélas assombrie par un oubli de Roland dans le taxi. Portable et passeport aux abonnés absents.. Espérons que demain soit porteur de bonnes nouvelles sinon il faudra passer du temps entre la police locale et le consulat pour obtenir les papiers nécessaires à notre retour ! C'est donc l'esprit un peu chagrin que nous partons explorer le village alors que la pluie a cessé et nous prenons un petit encas dans un de ses cafés avec terrasse avec vue sur rizières avant de flâner en léchant les vitrines.

Décidément, rien à voir avec les magasins que nous avons quittés à Java. Ici tout est propre, léché, présenté au goût occidental, avec des trottoirs entretenus. L'exotisme réside dans la multitude d'autels où brûle l'encens et les statues ornées de tissus de couleur. Vivement demain que nous puissions voir tout ça sous le soleil mais on peut déjà essayer de partager quelques photos...

À demain pour la suite de ces péripéties et espérons-le une bonne surprise.. 🤞





22
nov
22
nov
Publié le 22 novembre 2017

Autant vous rassurer de suite, nous serons en mesure de rentrer en France comme prévu. La journée a été consacrée aux formalités administratives entre poste de police local et consulat de France à Denpasar puisque ce matin nous restions sans nouvelles des objets perdus...

Ce n'est qu'en revenant de cette longue expédition que nous apprenons avec soulagement que passeport et téléphone nous serons rapportés dans la soirée ! Une intervention divine de Ganesha sans aucun doute !! Je l'ai secrètement invoqué plusieurs fois aujourd'hui 😃

L'après-midi est orageux et la pluie torrentielle.. nous restons donc à l'abri dans la chambre entre sieste et lecture. Nous attendrons la fin d'après-midi pour ressortir dîner dans le superbe cadre du Lotus Café où les tables donnent sur les portes d'un temple magnifiquement éclairé. L'appétit est revenu et nous apprécions bien mieux le Babi Kecap (porc au soja) et le Be-Pasih Goa Lawah (poisson mariné au tamarin et la citronnelle, cuit dans une feuille de bananier).

Sans aucun doute la nuit prochaine sera beaucoup plus sereine que celle d'hier !

23
nov

Nous démarrons cette journée dans un esprit serein après nos émotions administratives d’hier.

Compte tenu des prévisions météo, nous décidons après notre petit déjeuner de nous rendre directement dans le sanctuaire sacré de la forêt des singes. La mission de ce sanctuaire est de conserver un espace basé sur le concept du Tri Hita Karana, philosophie bouddhiste, permettant d’atteindre le bien être spirituel et physique. Cette doctrine repose sur l’equilibre et l’harmonie entre les hommes, leur environnement et le Dieu Suprême.

C’est sur ces bases que le sanctuaire des singes situé au cœur de la cité offre aux visiteur au travers d’un parcours paradisiaque la découverte de cette espèce animale, des plantes rares et des trois temples que la forêt abrite, le Pura Dalem Agung, le Beji et le Prajapati.

Notre parcours nous met de suite en présence de l'espèce des macaques à longue queue balinais. Environ 600 individus peuplent la forêt. Omnivores, ils sont principalement nourris de patates douces, de bananes, maïs, concombres, noix de coco et autres fruits. Nous assistons tour à tour à des scènes de jeux, d’épouillages, de bagarres, de nutrition dans une atmosphère sylvestre empreinte de calme et de sérénité.

Bien entendu, ces animaux restant sauvages, toutes les recommandations d’usages sont faites aux visiteurs quant à l’attitude à adopter dans ce milieu.

Nous sortons de la forêt en fin de matinée sous un ciel voilé pour un parcours dans les proches rizières d’Ubud puis nous nous attablons pour un rafraichisssement.

Nous décidons de repousser l’heure de notre déjeuner et partons pour le marché local. J’y effectue (Roland) personnellement un peu de shopping, la difficulté reposant sur l’absence de prix et les négociations tarifaires en conséquence qui ne sont pas ma tasse de thé.

C’est toujours sous une météo clémente, mais pour peu de temps que nous nous installons pour nous restaurer en terrasse, obligés au bout de 10 minutes de nous replier à l’intérieur, le déluge arrivant. Au menu un délicieux ragoût de bœuf pimenté, le Rendang de Sumatra. Nous restons le reste de l’après midi à l’hotel à l’abri en profitant tout de même d’une accalmie pour utiliser la piscine pour la première fois depuis notre présence. La pluie reprendra de plus belle et ce sont de véritables trombes d’eau qui vont s’abattrent jusqu’en début de soirée. Lorsque nous décidons d’aller dîner vers 20:00 il nous faudra traverser le jardin nos chaussures à la main, les pieds dans 20 cm d’eau pour sortir de l’hotel. Nous dînons tranquillement, peu de monde ce soir dans les établissements, et préparons la journée de demain.


24
nov
24
nov
Publié le 24 novembre 2017


Pour mieux découvrir la région nous avons décidé de tenter le tour organisé... Pour la somme modique de 10 €, nous allons passer la journée dans un minibus qui nous promènera vers différents sites d'intérêt autour d'Ubud. Quelle bonne surprise après le petit déjeuner de voir que notre groupe ne sera que de 12 personnes et dans un joli van climatisé où, montant les premiers, nous squattons les meilleurs places !

Goa gajah: la grotte de l'éléphant. On commence par un magnifique site dans le village de Bedulu. Drapés dans nos sarongs ( obligatoires ! ), nous découvrons une grotte de méditation à la façade ornée d'un monstre grimaçant. Les quelques salles sous la montagne cachent encore quelques statues. Un peu plus bas près de la rivière, une source sacrée et quelques ruines de temples sous les banians.

Gunung Kawi. Le temple près de la riviere avec 300 marches pour parvenir dans cet ensemble de temple dont les plus grands candis de 8 mètres sont sculptés dans la paroi rocheuse. Ce serait le plus ancien site religieux de l'île. On se promène entre fontaines, grottes moussues, rizières, pagodes... Autant dire que comme on ne nous à laissé que 45 min pour descendre, visiter et remonter, nous sommes à tordre en revenant à la voiture..

Tampaksiring : Pura Tirtah Empul. La source sacrée.

Découverte en 962 après J-C, cette source aux propriétés magiques, surgit dans un vaste bassin avant de se déverser dans des piscines que les fidèles comme les touristes semblent beaucoup apprécier.

Agrotourism. Coffee garden

Après quelques explications sommaires sur quelques plantes du jardin, les cosses de cacao dans les arbres, les caféiers, nous voilà en présence de 2 pauvres civettes censées être à la base de la production du Kopi lewak de notre producteur.. on y a peine à y croire... Le "café le plus cher du monde" est fait avec les graines rejetées par ces petits mammifères qui adorent la pulpe des baies du caféier mais n'en digèrent pas le grain. Lavé, torréfié, pilé, tamisé, il aurait un parfum inimitable aux arômes de caramel et de vanille. Les défenseurs des animaux condamnent cette production ou les civettes sont contraintes de ne manger que du café alors que leur alimentation naturelle est beaucoup plus variée que cela habituellement.

La dégustation des différents cafés parfumés et des infusions d'herbes permet un pause agréable mais nous ne sacrifions pas aux achats.

Kintamani : Vue sur Gunung et Danau Batur.

Contre toute attente, le ciel est plutôt dégagé, sans doute un effet de l'altitude. Nous sommes face au deuxième volcan le plus élevé de Bali qui culmine à 1717 mètres. Au fond d'un immense cratère plus ancien, se dresse le cône du Mont Batur depuis seulement 1917 mais qui montre encore les traces d'éruptions plus récentes, la dernière de 2000. Une partie importante de cette cuvette est occupée par un lac. Notre chauffeur nous a laissé dans un des innombrables restaurants qui bordent la route panoramique et nous jouissons d'une vue imprenable sur le volcan est dégustant un buffet très varié de spécialités locales. Les nuages commencent à remonter leurs nez alors uil est l'heure de partir pour nôtres dernière étape de la journée...

Tegalagang : les rizières en terrasse.

En revenant vers le sud et en perdant de l'altitude, le temps reprend ses habitudes.. Le ciel noir va rapidement nous tomber sur la tête et en arrivant sur la crête qui domine les terrasses, nous hésitons à descendre de voiture pour prendre les photos.. On ne traine donc pas, inutile d'espérer une éclaircie ! Nous reprenons la direction d'Ubud par des petites routes à travers les rizières et des villages où les ateliers d'artisans sont encore plus nombreux que les chambres d'hôtes..

Massage.

Il n'est pas si tard, alors plutôt que de retourner nous enfermer dans notre chambre, nous allons nous faire faire un foot-massage. Une heure pendant lesquels mollets, orteils, plantes sont fermement malaxés et pétris par les puissantes mais de deux charmantes jeunes filles. Roland apprecie moyennement cette forme de souffrance tarifée... Mais je suis sur qu'il y reviendra ! 😄

Babi guling.

Il fallait absolument trouver un resto qui propose cette spécialité balinaise (le porc ne se trouve pas bcp ailleurs en Indonésie) de cochon de lait rôti. Servi sous différentes formes (saucisse, couenne frite, gigot) avec du riz et des herbes parfumées, c'est un plat traditionnel de fête pas si simple à trouver. Je me régale.. Roland est plus réservé... Il trouve ça un peu sec...

Précision : il est fort peu probable que ce plat figure au menu du repas indonesien déjà réclamé par certains d'entre vous ! 🤣

25
nov
25
nov
Publié le 28 novembre 2017

Emballés par notre promenade d'hier nous avons décidé de remettre le couvert aujourd'hui ! Nouvelle journée d'excursion vers d'autres sites cette fois ci jusqu'à la côte nord de l'île ! C'est parti pour une balade de 8 heures.

Petit groupe de 5 dans une petite Toyota aux vitres fumées, nous voyagerons donc avec un couple de canadien et une Espagnole d'Ibiza. Pas besoin d'être nombreux pour avoir des difficultés à être à l'heure et le temps de chercher nos trois compères nous avons déjà une heure de retard sur les prévisions.. passée à attendre dans la voiture que tt le monde soit prêt ! Bref, on décolle !


Les chutes de Gitgit : le village à semble-t-il plus d'une cascade à montrer mais notre chauffeur nous dépose devant les chutes jumelles. Après un petit sentier aménagé, on découvre une première cascade sous les arbres et un peu plus en aval, une autre. Le cadre est sympa, la nature propre, le soleil brillant.. un bon début qui valait bien les quelques 90 min de route d'une traite avec lesquels nous avons commencé la journée...

Station balnéaire de Lovina. Plage de sable noir ou les dauphins viennent le matin près des côtes, il nous faut encore près d'une heure de route pour redescendre de la montagne et longer la côte vers l'est pour trouver Lovina. On nous laisse 10 minutes pour mettre les pieds dans le sable et apercevoir les bateaux à balanciers échoués sur la grève. Toute cette route pour si peu, était-ce bien utile ? Nos 3 amis ont l'air satisfaits, nous ne dirons rien...

Le sources chaudes de Banjar. La voiture reprend sa route vers les montagnes et après quelques kilomètres, nous voici sur le site de Banjar. Après une centaine de mètres entre les échoppes de souvenirs, nous arrivons aux sources sacrées, agréablement aménagées avec 3 piscines où l'eau s'écoule de la gueule de dragons de pierre. Pas de risques de brûlure, mais l'eau est tiède et sent suffisamment le souffre pour attester de son origine volcanique.. nous prenons un rapide bain sous l'œil goguenard de quelques adolescents locaux qui reluquent les touristes en bikini.

Le Danau Buyan. On reprend la voiture vers le centre de l'île et ses montagnes pour retourner sur nos pas et profiter de la vue panoramique sur le lac Buyan. La route de la crête est ponctuée de plateformes et nous faisons un stop quelques instants avant de repartir. Comme on voit, l'éclaircie sera de courte durée..

Bedugul : le temple Ulundanu Beratan et le lac.

Perean, le garden coffee. Pas moyen d'échapper à une deuxième dégustation de trajet de café dans un coffee garden. Plus expéditive cette fois, bien que le jardin soit plus riche avec vanille, ananas, anturiums et surtout quelques cages avec des civettes bien réveillées et qui se sont laissées prendre à nos objectifs.

Mengwi: Taman Ayun, le temple de la Famille Royale

Pas de temps à perdre, il se fait tard et derrière nos vitres teintées, on croirait le ciel déjà couché.. avec les travaux de voirie nombreux, notre chauffeur est tendu à l'idée de ne pas arriver avant la fermeture de ce temple du 17eme siecle. Cerné de canaux, un pont conduit vers un agréable jardin. L'enceinte sacrée n'est pas accessible mais une promenade permet d'en faire le tour et d'admirer les pavillons aux toits de chaume. Dans un coin une marionnette couverte de graine doit sortir pour les fêtes des moissons ou des semailles...

Après quelques achats nous sommes fatigués de cette longue journée et nous npus atablons non loin de l'hôtel dans un restaurant calme et aéré. Une deuxième version du Rendang nous convaincra moins que celle déjà goûtée il y a 2 jours.. quand à l'association poulet et sèche aux épices, c'est agréable sans plus..

Il est temps de rentrer dormir !

26
nov
26
nov
Publié le 26 novembre 2017

Il semble que notre post d'hier n'ait pas été vu ! Juste ces qq lignes pour relancer la machine avant de vous faire le résumé d'aujourd'hui tout à l'heure comme ts les soir . Bonne lecture

PS pour les inquiets : pas de coulées de lave dans notre jardin ce matin..

26
nov
26
nov
Publié le 26 novembre 2017

Pas de panique au programme d'aujourd'hui. Nous avons décidé de consacrer cette dernière journée à Ubud au repos. On commence donc doucement ce matin et une fois le petit déjeuner avalé, nous sortons faire du shopping. C'est sans trop comprendre que nous voyons quelques particules blanches tomber du ciel et tâcher de gris les feuilles des arbres. Ce n'est que dans l'après-midi que nous comprenons qu'il s'agit d'une pluie de cendre venu du gunung Agung en éruption à 35 km d'ici. Pas de secousse, pas d'évacuation, pas d'inquiétude visible sur les visages des locaux...

Une fois les courses faites (le plein d'épices essentiellement) , après une pause rafraichissement, nous nous accordons un instant "grooming" chez le barbier..

La célèbre Ibu Oka tient un de ces restaurants à quelques pas et nous allons déjeuner d'un délicieux Babi Guling en regardant la forêt. Encore meilleur que la première fois !



Mais voilà que comme tous les jours à 13h30 la pluie vient ! Roland va se baigner à la piscine sous la pluie et il faut attendre 17h30 pour que le temps se remette au sec.

C'est l'heure d'un massage qui pendant une heure nous dénoue les muscles et laisse nos peaux grasses et parfumées !

Il n'est que temps de se rendre au spectacle de danse balinaise, dernière occasion pour nous de voir ces danseuses aux costumes richement parés exécuter avec grâce mouvements de mains et du regard aux sons du gamelan.

Après tant de beauté, il est l'heure de dîner. Dans un bel établissement aéré, nous nous offrons un cocktail au gingembre servi dans un verre qui dégage un nuage de fumée.. étonnant ! Le riz sauté est délicieux et c'est rassasiés que nous rentrons nous coucher après une journée finalement pas si reposante !

27
nov
27
nov
Publié le 28 novembre 2017

Nous abordons en ce début de semaine la dernière phase de notre séjour et décidons de joindre la côte ouest et ses immenses plages de sable particulièrement prisées des surfeurs de tous horizons.

Après un petit détour par l’agence consulaire de france pour récupérer un document, nous gagnons en fin de matinée notre hôtel tout juste réservé 2 heures plus tôt.

Il fait déjà beau et très chaud, et après avoir déposé nos bagages, nous prenons la direction de la plage à 5 mn au bout de la rue. C’est l’occasion pour nous de découvrir, que cette station balnéaire comporte un grand nombre d’hôtels dont certains de bon, voire grand standing, nous ramènent à un aspect de la vie vie très touristique et mercantile, dont nous nous étions un peu éloignés ces derniers temps.

Nous prenons un verre dans établissement tranquillement et observons la plage en face. Un grand nombre de gestionnaires privés proposent tous les services possibles, allant de la location de bain de soleil à la vente directe d’articles de plage, en passant par la restauration et la distribution de boisson.

Nous découvrons même des massages et manucures proposés directement sous les arbres en bordure de rue. Encore une fois c’est un contraste important entre la merveilleuse nature présente et cette vie trépidante et bruyante en bord de mer.

Nous restons dans l’etablissment où nous sommes attablés et décidons d’y déjeuner. C’est un copieux plat pour deux dénommé ‘’Sea Food Balinese’’, sorte de bouillabaisse locale constituée d’une soupe à base de carotte, pommes de terre, haricots verts, thon blanc, poisson blanc, crevettes, et morceaux de calamars.

Nous consacrons l’après-midi à la ballade, puis au repos au retour à l’hôtel.

C’est comme à l’habitude sans tarder qu’un orage éclate accompagné d’une forte pluie, ce régime est décidément répétitif.

Sans grande originalité, nous ressortons en début de soirée pour un verre, au ‘’Frankenstein’’ bar restaurant animé où parents, enfants, et autres sont, sur proposition, maquillés façon ‘’zombie’’ dans une ambiance festive.

Nous dînons tranquillement dans un restaurant voisin, à l’ambiance un peu plus calme et rentrons.

Au passage nous tentons d’élaborer notre programme de demain, visite culturelle, plage, rien n’est encore décidé.

28
nov
28
nov
Publié le 28 novembre 2017

Devant un si beau rayon de soleil ce matin, il n'y a qu'une chose à faire après le petit-déjeuner, c'est filer à la plage... Nous voilà donc équipés pour une journée de bronzette, armés d'eau, de lecture, de lunettes de soleil et de maillots de bain ! Nous louons de ces matelas sous parasol car il n'est pas question de rester en plein soleil même par un temps un peu voilé comme aujourd'hui !

Lecture et baignade sont bien agréables et on n'est pas dérangé par les avions qui devraient décoller ou se poser au bout de la plage puisque l'aéroport est fermé aujourd'hui... Pourtant aucun panache de fumée à l'horizon.. Seulement de gros nuages qui annoncent la pluie qui ne manque pas d'arriver vers midi et nous oblige à rentrer sous nos parapluies..

Après un excellent déjeuner, nous partons le nez au vent jusqu'au marché de Kuta. Une longue marche de 5 km de trottoirs pour bien peu car l'essentiel des échoppes est fermé à cette heure.

La plage de Kuta semble plus populaire que celle près de note hôtel. L'ombre des arbres est encore libre d'accès et les marchandes de fruits, de sarongs, les masseuses déambulent et animent le coin. Beaucoup de surfeurs par ici qui s'essaient à monter sur la planche dans des vagues peut-être moins difficiles qu'à Seminyak. Au bout de la plage, la silhouette du Gunung Batukau, volcan de 2276 m, deuxième sommet de Bali, qui émerge au dessus des nuages de cette fin d'après-midi grise ! Magnifique ! Et celui là a l'air tranquille ! Après un rafraîchissement, nous rentrons en taxi pour ne pas rentrer complétement trempés et épuisés.

Nous ressortons vers 20h30 pour un dîner Padang simple et épicé avant de nous offrir une petite glace sur le chemin du retour. On verra demain pour une petite séance de massage. Ce soir, c'est au lit, écriture et lecture.

29
nov
29
nov
Publié le 29 novembre 2017

Parce que nous ne sommes plus à un plaisir près à l’occasion de ce beau voyage, nous avons décidé de quitter notre hôtel moderne et fonctionnel, mais sans beaucoup d’âme et de charme, pour un très beau complexe parfaitement intégré dans le style et l’architecture balinaise. Fred en fin limier qu’il est, avait repéré l’endroit auparavant.

Pas besoin de taxi pour ce transfert car les deux sont distants d’à peine 80 mètres. Notre hébergement n’étant pas tout à fait prêt, nous avons déposé nos bagages et sommes allés directement à la piscine où nous avons passé la matinée.

Sous un soleil déjà bien installé, nous prenons place sur nos bains de soleil sous un grand parasol.

Une personne de l’établissement ne tarde pas à nous apporter nos serviettes, et nous propose le cocktail de bienvenue. Nous profitons de ce moment de détente, pour nous consacrer à un peu de lecture, de jeu, et de mots croisés. Bien évidement nous nous mettons à l’eau à deux reprises dans la matinée. Fred, à l’occasion de son second bain fera la connaissance d’un gros lézard de 45cm de long qui traversera le bain de part en part avant de gravir en sortant un enrochement duquel jaillit une petite cascade d’eau se jetant dans la piscine. Spectacle impressionnant que je n’ai malheureusement pas pu prendre en photo tellement la scène a été rapide.

Poussés non pas par la faim, mais plutôt par la gourmandise, nous déjeunons au restaurant de l’hôtel que nous connaissons déjà et dont nous savons que la carte recèle un certain nombre de plats subtilement repérés hier.

Mango chicken et Deep fried Pork sambal matah

Nous sortons de table au moment où la pluie quotidienne arrive, nous félicitant d’avoir judicieusement géré notre temps, nous regagnons notre chambre.

Nous sortons faire un tour en ville un peu plus tard, une fois la pluie calmée et faisons les curieux au hasard de quelques boutiques. Nous en profitons plus tard pour nous désaltérer, et sommes accueillis par un hôte un peu particulier...

Avant de dîner nous réservons un véhicule avec chauffeur pour notre excursion de demain, destination à découvrir dans notre prochaine rédaction.

Padthai et Kiewtiau
30
nov
30
nov
Publié le 30 novembre 2017

Pour occuper notre avant dernière journée, nous avons décidé de faire un tour des deux temples qui sont proche de Kuta. Pas sûr que le jour soit propice après une nuit de pluie ininterrompue qui n'a pas l'air de vouloir cesser avec le lever du jour mais tant pis, nous avons réservé ferme hier !


Direction le nord pour commencer par la visite du Tanah Lot, l'un des sept temples majeurs de Bali. Construit sur un rocher isolé à l'initiative d'un moine au 9eme siècle, c'est un lieu de pèlerinage important et l'abondance des échoppes de souvenirs et des stands de boissons en atteste bien qu'à cette heure matinale beaucoup soient encore clos. C'est l'occasion de voir le site au calme, et sans être sollicités tous les 2 mètres.. Malheureusement, la marée haute nous empêche de faire le tour à pied sec et nous devons nous contenter de le regarder de loin. La fameuse source d'eau douce qui surgit dans une chapelle n'est pas accessible et nous restons à l'écart de celle du Luar Saci, le serpent sacré, où l'on peut obtenir d'un prêtre la bénédiction du reptile...

Au nord du sanctuaire principal, le Pura Batu Bolong, le "temple du rocher percé", est aussi joli à voir.

On reprend la route vers le sud, au delà de l'aéroport, dans une circulation toujours très dense et qui laisse peu de place aux occasions de s'arrêter visiter ces ateliers de sculptures sur pierre ou sur bois qui nous plaisent pourtant bien.. mais comment faire rentrer un Ganesha de 1m de haut et 1 tonne dans nos sac à dos..?

Après une bonne heure de route, nous voilà déjà arrivés à notre deuxième étape, le Temple de Uluwatu. Aussi très touristique, il faut là revêtir le sarong pour faire la visite. Un sentier longe une falaise. En contrebas, d'énormes vagues viennent se briser sur la plage. L'a-pic de 70m est impressionnant mais il faut aussi se méfier des singes très joueurs, dont la spécialité est le vol de lunettes. Un gardien armé d'un lance-pierre nous enjoint de planquer les nôtres, car une fois dans les mains des macaques, on peut leur dire adieu ...

Le temple est comme toujours réservé aux fidèles et à la prière mais la vue est saisissante et le sentier se prolonge assez loin pour une balade d'une trentaine de minutes avant de revenir au parking.



Il n'y a pas beaucoup d'autre attractions dans ce coin surtout avec un temps aussi incertain même si le soleil pointe enfin son nez depuis une heure. Nous décidons d'aller voir la plage de Jimbaran, juste au sud de l'aéroport où nous devrions trouver à manger..

Hélas, si le soleil est bien là, l'eau est bleue, le sable est fin et les avions s'envolent, cette plage est un gigantesque amas de plastique. D'après le chauffeur, c'est la faute de la pluie qui a tout fait descendre brutalement sur la grève... C'est pathétique... Plus loin, quelques Indonésiens s'affaire à trier ces déchets des bois flottés et des algues pour remplir d'immenses sacs qu'ils iront sans doute revendre pour quelques roupies.

Pas très envie de déjeuner au milieu de cette décharge. Et le soleil brûlant sur le sol humide fait remonter une moiteur terrible. Nous quittons la plage pour aller manger plus loin et faisons confiance au conducteur pour nous trouver un endroit... Malheureusement, il n'a pas trop saisi nos préférences et nous dépose au pays des tirelires. Un restaurant de plein air où le jardin et les pavillons qui l'occupent sont pleins de porcelets rebondis et souriants..

Une fois nos "mi goreng" avalées, il ne nous reste plus qu'à rentrer à l'hôtel pour passer un moment à la piscine. Sur le chemin, contre toute attente l'excellente visibilité nous permet de voir le Gunung Agung et son panache de fumée blanche ainsi que quelques autres sommets plus placides. Roland parvient même à faire une photo !



La fin d'après midi approche et nous décidons d'aller faire une ballade sur la plage en attendant un possible coucher de soleil. Ici aussi pas moyen de faire un pas sans marcher sur des emballages de plastique, pailles, cuillères, bouteilles... Et quand il faut traverser à gué un torrent aux eaux douteuses qui descend directement de la ville à la plage, charriant dieu sait quoi, nous renonçons et rebroussons chemin.

Les bars de plages sont bondés et les hauts parleurs diffusent de la musique à fond pour accompagner les touristes dans l'attente du coucher de soleil. Je ne peux m'empêcher de trouver un côté veillée mortuaire à cette foule assise devant un océan de plastique en train de mourir.. les gens ont l'air plus optimistes que moi..

Attablés sur une terrasse pour un petit cocktail de fruits, nous somme quand même bluffés par les couleurs que prend soudainement le ciel gris pour devenir orange puis rose en l'espace de quelques minutes.

Avant dîner, nouvelle séance de foot-massage. Une heure ! Une détente totale ou presque selon la pression exercée par le masseur sur nos orteils ou nos mollets mais quel bien.

Il reste un peu d'énergie pour un dîner aux accents Thaïs mais pas suffisamment pour trainer prendre un verre.

1
déc
1
déc
Publié le 2 décembre 2017

Pourquoi faut-il je le dernier jour du séjour soit le moins pluvieux ? Pour nous donner des regrets ? En tous les cas au moins celui d'avoir fait notre ultime excursion hier plutôt qu'aujourd'hui.. mais qu'importe, nous avons encore une belle journée pour profiter de la température tropicale, de la piscine, et de la carte du restaurant de l'hôtel. L'avion étant en soirée, pas de stress...

Bon, il faut relativiser après un premier message d'annulation de notre vol par KLM, remplacé quelques minutes plus tard par un vol de Singapore AirLine.. quasiment aux mêmes heures.. mais avec la désagréable surprise de devoir changer d'aéroport entre CDG et Orly ! Un petit message de protestation à KLM et allez savoir si cela a suffit mais comme par magie nous revoilà enregistrés sans plus avoir à prendre un RER ou une navette dans le froid ! Merci AF- KLM !!

C'est le cœur léger que la journée se passe en lecture entrecoupée de bains et d'un dernier repas avant de sauter dans un taxi et de rejoindre l'aéroport.

On croise quelques "naufragés" en train de manger les rations distribuées par les agences consulaires car malgré la réouverture du ciel, tous les vols à destination de l'Australie sont annulés... Sûrement plus généralement ceux qui vont vers l'est... Nous, on va dans l'autre sens !

Singapour sans histoire en 2h30 de vol et une nuit de 13h pour se poser à Paris sous le ciel gris et le froid... piquant. Différentiel de 32 ° avec hier soir !

Nous voilà maintenant en train d'attendre le dernier avion et de conclure ce carnet de route en espérant vous avoir intéressés et divertis. Et en vous donnant RDV pour un prochain voyage...