Carnet de voyage

Le voyage

Par
83 étapes
68 commentaires
33 abonnés
Dernière étape postée il y a 1304 jours
Par fatosi
Here we are en route for Italy mostly, but also France, and also a few weeks in New Zealand and Australia.
Juillet 2016
52 semaines
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 3 septembre 2016

After 2 months of unblogged adventures in France and Italy, I meet talented good fairy Corinne at her work place at Le Bastidon de Lucie in Cuers, Provence. After coffe yesterday afternoon at my sister's house, while the rest of the family splashes in the pool, she helps me create this blog where I will share with you what Deni and I are discovering and enjoying during this year. Our plan as you know: learning Italian in its land.

But! First things first! These pictures below have been taken at Le Bastidon de Lucie, a Village de Vacances for individuals, families and groups, totally accessible. How wonderful to know of this place, owned by a lovely family with a BIG heart. Over 14 years, Deni and I have seen it grow from an idea to reality. What a privilege and good omen to start the blog in such a wonderful vibes place.

This is the story: once upon a time, when this little girl was born, the doctors made a big mistake and consequently, her body did not have a chance to grow in full health. As time went on, she needed much surgery and a wheelchair. Her parents found out that in France there were close to no place to go on vacations with their family, so they decided to create one, in sunny Provence. Now the little girl is a young woman and has benefited from her parents' ability to make their dream a reality, which offers so much to so many people. SUCCESS!

She is now living at home studying robotics at a nearby university. She is a dynamo, very curious of everything, and wants badly to improve her English. Take note, you English speakers. Another happy note is that the family won their case in court over the medical community, and hence for the rest of her life, will benefit from full time assistants to help her do everything she needs help with, like feeding and such.

LOVE this family, they are so fun!




2
2
Publié le 4 septembre 2016

C'était hier à Baux en Provence que ma vie a changé. Bon, sans faire dans le mélodramatique, mais que vous mesuriez bien l'importance de cet endroit.

Ça s'appelle les Carrières de Lumières. C'est très grand, tres magique et totalement unique. Ça se passe dans d'anciennes carrières de bauxite hautes comme des cathédrales. C'est une projection mouvante d'œuvres d'art sur un thème, cette année, Chagall. Impossible de décrire la fascination ressentie au cœur de cet univers visuel et musical, ou la surprise et le ravissement d'être entourée d'immenses images projetées sur les parois de cette ancienne carrière. On ne sait plus où regarder, on est enveloppé des pieds à la tête dans un géant cocon délectable et délicieux qui transporte infiniment de beauté et donc fait du bien à l'âme.

Epoustouflant.

3
3
Publié le 8 septembre 2016

Hello my dear friends, after a week in Provence at my lovely sister's Sylvaine, with my parents and incredible bro in law, we are back in the mountains. We changed our plans of going to Napoli and instead are helping my cousin prepare a couple of walls for a new roof. It is dusting, breaking stones, mixing and spreading cement for a couple of days. We have many happy memories in this old house already from the last few decades, and thus putting our small mark on this house which we love is a joy. This decision of leaving Napoli aside for now works well, for this year is dedicated to make new discoveries as well as to keep weaving the fabric of our friendships and family connections. What a pleasure! So we are in Le Bugey, which is east of Lyon, gentle rolling hills and small farms.

4
4
Publié le 12 septembre 2016

Ciao tutti!

Finally we are back in Italy, beside Genoa, Riviera del Levante. My favorite fun thing to do so far is strolling in small pedestrian streets in the hot evenings where all the families talk, talk and talk while eating gelato. The language is being offered to us everywhere, and it's very delicious. Sometimes we sit on a bench and enjoy the show, it is a delight. The Italian as a group are so expressive that we learn quickly all kinds of little things- which we should write, right? It's striking to see all generations spending time together at night in the little streets. Babies are publicly adored and passed from arms to arms around the table to be kissed and fussed over.

Our Airbnb host is a drummer, crazy about Frank Zappa. This morning, he regaled us with his life story, and gave us a demo with his sticks on the dining room table, it was much fun to hear and beautiful to see.

Even though we are right beside Cinque Terre, we did not go today because we had to connect our devices. Sad, but oh well.

Tomorrow we are leaving for Siena, and will sleep two nights in a monastery. More new beds...

5
5
Publié le 14 septembre 2016

Impossible to go to bed without sharing the magnificence of Siena! I loved observing and feeling with my senses and imagination the town's roofs at noon, sun baked, and in the evening, sun kissed. The colours are astounding, everyone strolling on the piazza San Domenico right before sunset was stopping right in their tracks and taking pictures. This moment was made of magic, as if the Grand Creator up there was sending us an inestimable present. And s/he was!

Today after walking around the old town, we sat in a cafe- library for our daily Italian lesson: we read the papers and tell each other new words, practice them a bit and I write them down. We also marvel at them and repeat them for fun, trying to make them dance like the Italians do. It takes time but we both love doing this, and Deni uses his phone to translate. Fortunately, there are MANY words that sound like French, so understanding is usually pretty easy- except the irregular verbs when conjugated and the plurals! We hunt the friendliest coffe shop we can find as soon as we arrive in a town, and we squat for a couple of relaxed focussed hours, making use of the coffee bar of course.

Tonight at dusk, the sky was a wonderful ultramarine blue, and all kinds of people were in the streets, taking advantage of the cool of the night. On a whim, and because we craved one, we went to see a movie. When he sold us the ticket, the guy made a sorry face: " It's in Italian!" Little does he know our obsession. However most of the dialogue's subtleties were lost on us... The movie theatre was in an old church, it was funny to observe how the screen is just tacked on the antique wall. And then I thought: of course! what to do with all these empty churches- cinemas! Perfetto!

6
6
Publié le 17 septembre 2016

Nous sommes arrivés il y a deux jours à Casa Augustina, qui est un petit domaine paradisiaque de la campagne Ombrienne tout près d'Assise. Il y a plusieurs pavillons avec une dizaine d'appartements, une immense salle blanche de yoga, une grande piscine, un restaurant, un échiquier géant, et une oliveraie avec 1300 arbres. Nous avons un petit appartement bien fourni, avec une excellente douche ( très important, la douche!)

Ce centre de vacances accueille des groupes intéressés par la méditation et le yoga, ou des individus qui ont envie de se reposer à la campagne. En Italien, on les appelle des Agroturisma, et en France, des gîtes ruraux. C'est notre premier contrat de travail, et nous resterons ici pendant deux semaines. Mon travail est de jouer avec les deux petites filles pendant que leur mère fait son travail de bureau le matin, et celui de Deni est de ratisser les aiguilles de pins qui sont par terre, et rendent le sol acide. Il y a de quoi faire!

En outre, nous nous occupons des repas pour libérer les adultes encore plus. Il y a deux familles d'amis, des trentenaires, qui vivent ici ensemble pour le moment, pour un total de 5 enfants. Une des familles fait l'école à la maison comme nous il y a tant d'années. Souvenirs!

Ce sont des gens tres gentils, confiants et ouverts avec les idées larges, et les discussions à table sont toujours intéressantes et animées. Nous, on parle surtout avec nos mains! Alice, 12 ans, a signé un pacte avec nous pour échanger nos connaissances en français et italien. On s'amuse bien à voyager d'une langue à l'autre!

Les deux petites de 3 ans ont une imagination débordante, se déguisent, et je suis en bonne voie de les apprivoiser, donc tout va bien. Hier nous avons cueilli des pétales et feuilles dans le jardin et fait un "soleil végétal", voir photo.

7
7
Publié le 19 septembre 2016

Today was Sunday, grey and raining, the parents were busy or napping, and the warm kitchen was buzzing with little girls making art together. It was very wonderful, reminding me much of all these years homeschooling with Alexi and Raphaelle! We were at it until 4, one project coming after another such was the desire to "make". These we loved: creation of an alphabet song, origami boxes, salt dough objects, watercolour hearts, leaf rubbings ( Stockmar beeswalk blocks in the house!!), origami boxes, and even the making of chocolate biscotti! Sheesh, and when we were done the rain stopped, and we were all feeling just right. No wonder! So Deni and I went for a walk alone, and suddenly an amazing rainbow (they always are!) was spanning the sky. Talk about a day!

8
8
Publié le 30 septembre 2016

We have not spent a lot of time exploring this town, but each time we went the skies were succulent. Giotto? Who? St Francis? Who? The truth is that we were so taken with our walks in the countryside and of course, our work commitment as well as the peace and positive energy of Casa Augustina that we kind of ignored Assisi. Although we noticed that is a very much adored town, by Italians and anyone else. There was much reverence in the crowds, a beautiful, solemn and serene thing to witness.

Seriously, Giotto is on our mind, but we are in Italy for a very long time, so we pace ourselves. It was fun to discover Norberto: in the 60s, he became famous interpreting Assisi, especially picturing the life of monks living there. He thus created a style, a "school". I don't know if there is an English expression, but In Italian and French, we say: " Ha fatto scuola/ Il a fait école." whomever has ever been in Assisi will remember and laugh, for some of these paintings are quite lighthearted ( as in monks playing soccer of ping pong on the church piazza) and are in almost each gallery!

9
9
Publié le 30 septembre 2016

Oh lala, impossible de décrire à quel point le paysage est un rêve dans lequel se promener. La vue sur les collines est perpétuellement changeante, et nous raconte plein d'histoires: petites routes tortueuses passant dans des hameaux de trois maison, un monastere, et regulierement, une ou deux maisons à vendre, petits poneys, vergers, moutons ( se comportant comme un troupeau de moutons, je confirme, après une heure assise au milieu d'un paturage- hilarant! Je pourrai écrire un texte juste sur cette expérience! ). Quand aux plantations d'oliviers, elles sont partout, et leurs rangées bien rangées (!) m'ont souvent donné envie d'aller ranger mon tiroir à chaussettes sur ce modèle, si j'en avais un. Tout cet ordre est vraiment charmant et me donne envie d'être vertueuse, de cultiver un potager, de faire de la soupe, de mettre des pêches en conserve et de ne plus jamais aller dans un supermarché. Toute cette douceur ambiante baignée dans une harmonie de verts délicats oscillant du vert sombre des cyprès, au vert tendre des prairies jusqu'au vert bleuté des feuilles des oliviers, donne envie de s'asseoir sur place dans l'herbe à l'ombre avec une bonne vieille boîte d'aquarelle un grand pot d'eau et une bonne variété de pinceaux, ainsi que d'un bloc de papier d'Arches géant, et de faire de la couleur aussi longtemps que...

10
10
Publié le 30 septembre 2016

Each morning for the better part of the last two weeks we had a little workshop at the kitchen table, with one or more very eager beavers. By now, I know that origami stars and nature crafts are in my DNA.

First: Focaccia decorated with hazelnuts. For this, you HAVE to have flour everywhere, especially on the floor, and you MUST sit on the table.

Second: We spent a lot of time collecting fruits and leaves, then making and painting paper boxes to give them a nest. We made mobiles from our treasures, and decorated the kitchen guérilla style, for everyone to discover at their pace as a surprise. Our final step was to make mandalas. Can you spot the cooperative one? Work is so much richer when it involves more ideas and hands. The mamma applauded much when she entered the kitchen. What a great mamma, what great enthusiasm she had for our little making workshop.

Third: no kite paper? Parchemin paper saves the day! After seeing with wide eyes the one that Fay gave me way back when and that I carry around during this voyage to decorate each of my rooms with, one six years old beaver was very determined and focused, and created all these amazing stars in two mornings, with not so much as a sigh. As a side note, not so her sister who, when overworked, would brush away the bangs away from her eyes with the back of her hand, look at me and say "Oufa!" meaning "Phew!"

11
11
Publié le 30 septembre 2016

Deni et moi n'avons jamais tant joue aux échecs ensemble, et de toute façon, jamais auparavant avec un échiquier géant- ce qui apporte le jeu a un tout autre niveau: nous sommes accros maintenant! Nos parties se déroulaient la plupart du temps en solitaire, une fois seulement ensemble au clair de lune chacun jouant à son tour quand nos pas nous menaient par la, et ensuite quand on se rencontrait, le dernier à à avoir joué avertissait l'autre. Le jeu tout en bois, sculpté par Benvenuto Gallutin, est une merveille. Si j'étais restée plus longtemps j'aurais aimé poncer chaque pièce, et repeindre les blanches, avec l'amour du bois au bout des doigts.

12
12
Publié le 1er octobre 2016

While going to the grocery store in Palazzo, the village down the road, every night a bunch of retired men congregate around 5pm. They get to enjoy each other as well as the street scene and the sight of the groups of kids hanging around at the main cafe in front of them. They call to their friends, and sometimes talk seriously, redoing the world. Sometime, a ripple of laughter go through the group and they all slap their thighs and roar. Sometime, they talk loudly and involve people walking by on the other side of the street in their conversation. I was thinking how much they contribute to the life of the village, and how they problem solve and support each other, and others. Palazzo's wise men, wise enough to be foolish too sometimes.

13

Please can you send me a quick note telling me if YES you can them them or NO, you cannot.

Énormes mercis si vous pouvez me dire si vous pouvez voir les photos, ou pas!

14
14
Publié le 4 octobre 2016

We spent three days in Florence, walking incessantly the neighbourhood, staying in an old high school/ monastery in the Centro storico. ( Each Italian city so far has one, and thanks to great street signs, it is always well indicated_ the only problem being that these areas give a huge headache to our GPS, which retaliates by not helping at all! ) It was fun to feel like small ants under the gigantic Duomo, and to get lost in the streets, as well as seeing Florentines living their daily lives. Without a kitchen, we made ourselves at home at Miso di Riso but oh my friends the Can $ does not allow for much...

On Sunday we spend the whole day in Teatro Verdi at a conference on environmental issues: L'economia della Félicita, which gathered international leaders searching for a better way to live. Among others: Serge Latouche, Michael Schuman, Rob Hopkins- who shared the Transition Towns movement and many exemples through the world of things happening- Vandana Shiva- who is incredibly loving, down to earth, and I want to be her neighbour- Helena Norberg- Hodge- who wrote a huge book: Ancient Ftures- Julia Butterfly Hill- who lived in Luna, a sequoia for 2 years, to save it and it's forest, from being cut, Manish Jain, who started his talk by having us stand up and play hugging games with our neighbours, Maurizio Pallante, Mauro Bonaiuti, etc.... it was very interesting and inspiring, and made me think a lot how Deni and I live... for us, there are lots of things to learn! It also made us think about the Working Center in Kitchener. How lucky to have visionaries and leaders among us. Helena left us with homework: 1- Educate ourselves about what is happening. 2- Reconnect with the earth, plants, nature, animals, and build more community around us. 3- Celebrate life together: dance, eat, make art, sing and play music, and feel the joy. She said that this way of living gives us a strength and make change possible. Very inspiring.

15
15
Publié le 7 octobre 2016

Adesso, now, we are settled in our new workplace, consisting of a stones/ straw bales/hemp Fairy House surrounded by 9 hectares of lush mountain countryside, a few large gardens and bits of orchards, meadows, many hazelnut trees, sheds, an abandoned house and old mill, and a river. There are chicken, geese, cats and dogs galore. To get to the house you leave the car beside a neighbour farm and walk down the Jeep- only treacherous path, and one k later, you have arrived.

We are there for the whole month of October. This house is always full of volunteers coming from the world to learn how to grow veggies, use nature!s herbs for vegan cooking and learn the Italian langage. The family's livelihood is to transform the fruits of the gardens into food for the Thursday night market in Bologna, 2 hours from here. The comfort level is about the same as a summer camp: one far away bathroom in the bowels of the house for 6 persons, and rooms with sets of -luckily excellent- beds and a sheet hooked on nails for a door. There are guitars and some singing, and some drama. Everyone is asleep by 10, and breakfast has to be had by 8am so we can start our morning of work. The meals are delicious, earthy, and abundant. We are still learning to read the owners: expectations, interests, what is important to them, etc... We are also trying to understand what they say, as they mostly speak very fast and assume we catch it all. We are in the adaptation phase when you learn where the coffe tin is, how to work the gas stove, and where is the stash of empty jars. We need to be very flexible and ready to wash lots of dishes or make 30 panini right now! The lady owner is very strong, speaks loudly with all kinds of facial expressions, and is apt to change her mind quickly on little things- but to us it's all big things! She has Italian temper or hot blood, so we have to adapt to these Latin ways and try to understand how she functions. Deni takes his destiny in hand and one by one washes all the windows of the house as well as rototillates the ground and plants spinach with the male owner, who is a Teddy Bear😀

16
16
Publié le 2 novembre 2016

Eh bien il est temps de faire du rattrapage de blog, car notre mois à Villa Minozzo a été si rempli qu'il ne m'a pas été possible de nourrir ce blog comme aurait dû l'être. Voici le récit de notre journée à la fête des ânes, dans un village voisin, un jour de brouillard. Comme dans beaucoup de pays de l'hémisphère nord, la fin de l'ete est le bon moment pour célébrer les recoltes et aussi la cuisine du terroir, et de faire la fête avec la communauté. A Sologno, on fait tout ça et en plus des troupeaux d'ânes nous font les yeux doux, promenent les enfants et se laissent caresser et photographier. Il y a une pièce de théâtre dans l'église à 15 heures, et des jeux pour les enfants, lesquelles doivent se remettre du choc d'être retournes à l'école récemment après 3 mois de vacances d'été.

Et puis, il y a plein de stands on on peut goûter toutes sortes de bonnes choses: boulettes de viande de bison, fromage de pecorino, champignons, etc... Aujourd'hui, une tasse de vin chaud dans lequel on trempe des biscotti est la bienvenue. Tout est humide, et je reluque la marchande de bonnets de laine avec des yeux d'hibou, en pensant tres fort qu'à mon retour à la maison je vais faire, avec une couverture sur mes genoux, de la mini couture devant l'âtre qu'heureusement Eddy nourrit généreusement- et entretient- des que le temps est à la pluie.

Et puis, on tombe sur un espace grand ouvert ou un groupe d'hommes en tablier font un truc tres très sérieux d'une grande marmite: la polenta. On s'approche, on se présente, et on y va de nos questions dans notre italien naissant ( on va tourner la situation de façon positive!). Encore une heure de "tournage" et le repas sera prêt! Ça les amuse de rencontrer un groupe de 4 femmes de France, Allemagne, Australie, et Espagne. On plaisante et pour finir tout le monde comprend tout le monde, et c'est amusant.

17
17
Publié le 2 novembre 2016

Voilà, c'est le grand jour: Manuela a décidé de donner à qui veut une leçon de tortellini. Je laisse aux mordues ce privilège, après tout, des nouilles, c'est des nouilles. Je fais bien en fait car ça devient un peu difficile et délicat, et ma patience n'a pas besoin d'être davantage mise à l'épreuve ces jours-ci. Moi, je prends les photos. Alors, férus de cuisine, regardez bien. Guarda e impara. Regardez et apprenez.

On remplit les petits carrés de pâte avec un mélange d'oignons, ail, et bourrache/ verdure genre épinards. Ça prend du doigté! Les cuisinières doivent mettre la main à la pâte, haha, encore et encore avant que leurs doigts comprennent ce petit geste qui tord et pince à la fois. Manuela est impitoyable et défait chaque tortellino rate. Ici, les règles sont établies: on fait bien, ou on ne fait pas. Je suis de plus en plus contente d'avoir choisi de prendre des photos.

Finalement, ça prend forme. La patience paye toujours, eh? La passion de notre chef est belle à voir, et je suis impressionnée par le choix qu'elle a dit de passer une après midi à enseigner juste pour nous donner une experience culinaire. Ce soir- la , on va manger un super souper!

Bon et non, des nouilles, ce ne sont pas des nouilles! C'est d'un savoureux! Tout le monde s'en lèche les doigts. Mmmm. Inoubliable.

18
18
Publié le 2 novembre 2016

Once upon a time a long long time ago, Giants lived all over the place. A benevolent giant was living on Mount Cusna, which is the one protecting this valley from earthquakes and strong winds. Last night, It has snowed on Mont Cuban, and everyone is looking at its tranquil and pink mass this morning. The legend comes out. This giant was always helping the small people with their needs, mostly, piling up stones here and there to keep building up the mountain and increase their protection. Well, giants don't live for ever, even a long time ago, even in legends. One day, this lovely giant lied down and said good bye to the little people. As a last present, he shed a tear, which ran down in the valley and thus created a mighty river, the Saccia, still strong and clear.

19
19
Publié le 3 novembre 2016

When Manuela sees I can draw, she asks me to paint the walls of the top floor of the house, which is a bedroom in a small tower, accessible only by a ladder. This is her grand child's room, but right now is used by workawayers. What an honor for me. From now on, this is my daily work: researching, sketching, consulting and planning my murals.

We have a few meetings when she tells me what she wants: family lore, the Monte Cusna legend, and local fauna, etc... I make sketches, then she eventually approves some of them, and off I go. First I have to prime the walls and give them a coat in a vanilla colour, then I draw. Using my watercolours, I paint mostly in blue with low intensity hues so as not to overwhelm the room. Takes me 4 days. I have a ball spending my morning in this sun drenched room. We are both happy!

20
20
Publié le 4 novembre 2016

Un matin nous décidons de passer le week end a Ferrara, ville connue pour les rochers Ferrero ( pensez chocolat et papier doré) et le nombre élevé de gens qui utilisent le vélo au quotidien. La voiture remplie de tous les volontaires de la maison, nous partons. La ville se love autour du château d'Este, qui est tres riche et beau, et un des rares a être entourée de douves remplies d'eau. Impossible de vous donner un cours d'histoire, mais sachez que les ducs d'Este de tous temps ont été d'excellents administrateurs pour la ville et la population. Ils accueillaient les pratiquants de toutes les religions, et la ville jouissait d'une bonne économie. La famille aimait les fêtes et avait un château spécial nommé " le château pour chasser l'ennui".

C'est vendredi soir et malgré la température fraîche, les rues sont pleines, les restaurants et bars de plus en plus animés et notre groupe profite d'une animation croissante: marche artisanal avec céramiques, écharpes de soie, savons, chocolat, etc... C'est tout tres beau et coloré et festif. Dans la cour du château, plein de petites tentes sont érigées ou on peut goûter la cuisine du terroir de la main même des producteurs- enfin, on se sert soi meme quand même! C'est tres convivial et comme au temps des Este, on sent qu'il y a un grand sens de la joie, de la fête et du partage de tout ce qui rend la vie belle dans cette ville. Beaucoup de gens manifestent leur bonheur de voir les autres, avec des grandes accolades et des vives voix. Il est vrai que les Italiens sont tres démonstratifs! Comme d'habitude en Italie, je suis frappée par la vue des familles qui se promement ensemble avec tout le monde: grand parents, parents, enfants, etc...

Tout à coup, le clocher du château se met à carillonner à grands coups de cloches joyeuses, et tout devient encore plus beau. C'est la vérité absolue qu'une trame sonore bien choisie décuple n'importe quel plaisir visuel et lui ajoute texture et profondeur. Il ne m'en faut pas plus pour vivre un moment spécial i tout prend une allure irrésistible: les bulles arc en ciel géantes après lesquelles les enfants courent en riant, le couple au cheveux blancs si elegant au teint olive et yeux étincelants avec cette grande écharpe rouge qui vole au vent, l'impressionante multitude de cyclistes qui circulent dans les rues de Ferrara, les ados qui se pressent à la porte de la gelateria... Je serre Deni contre moi et remercie le ciel d'avoir la chance et la capacité d'apprécier cet instant. ( Je ne sais pas encore qu'a la nuit tombee, notre petite copine Ronja nous fera marcher des km pour trouver le "restaurant idéal" et que mes pieds fatigues... mais bon, la pizza était délicieuse Ronja😉)

21
21
Publié le 4 novembre 2016

Le lendemain, nous comprenons que le soleil parle de plage dans les parties de cache cache endiablé qu'il joue avec les nuages, alors nous filons vers l'Adriatique. Comacchio nous surprend: belle comme un cœur avec un long pier ou la pêche au filet se pratique, des petites maisons coquettes aux couleurs pastel, d'excellentes gelaterias ( bon, on n'en a essayé rien qu'une, mais alors, à se rouler par terre!) et toute une foule qui se promène et se raconte des histoires en gesticulant et en marchant sur la plage et sur la jetée. Il fait chaud!! Ronja et moi voulons vraiment aller faire trempette, mais il est temps de partir et il s'avère que notre bonne éducation ne nous permet pas de faire attendre le groupe pour satisfaire nos envies aquatiques... merci papa et maman d'avoir fait de moi un être civilisé! Mais les italiens, eux, ne songent nullement à nager, car ils sont habillés de pied en cap en carte de mode, dimanche oblige, et ce qui est plus surprenant, en vêtements d'hiver, alors qu'il fait au moins 20 degrés. ???

Au moment de quitter la plage, en voyant trois policiers qui ont bien l'air de s'ennuyer à mort- bon c'est peut être que je n'aimerais vraiment pas passer une après midi ensoleillée debout à regarder les gens sans bouger, et même sans possibilité de manger une gelato!- j'accomplis une bonne action grâce à mon grand cœur légendaire😀

Je m'approche d'eux et leur pose des questions sur je ne sais plus quoi ( heureusement que j'oublie mes bêtises, après coup!) et je reçois la récompense de voir leurs yeux s'allumer, leurs sourires naître, et leurs corps s'animer, yesss! une leçon d'Ialien sur la plage! Évidemment, les autres finissent par me rejoindre et il y a davantage de conversation- notre groupe international finit toujours par faire rire les Italiens!

Ensuite on quitte la plage pour aller visiter l'intérieur de Comacchio. C'est magnifique! Tranquille, un vrai dimanche de rêve nonchalant, comme ce canal qui serpente paressseusement dans la vieille ville, ces rideaux turquoises qui se reflètent dans l'eau, ou ce repas à l'ombre des buissons... on marche super lentement et on absorbe le calme...


22
22
Publié le 6 novembre 2016

Manuela makes this amazing cake for all special occasions, as well as to sell at the market. Very easy to make, I made it the second day of my stay. It is light but earthy, thanks to the chestnut flour, and perfect for autumn. LOVE it with a cup of tea.

Ingredients:

3 cups chestnut flour

3 soup spoons melted butter (The not any more missing ingredient, Pier!)

3 soup spoons sugar

6 eggs, separated

1 packet of yeast

3 soup spoons liquor such as rhum, cognac, amaretto, opt.

3/4 cup of milk

100 grams of chocolate, mi sweet or unsweet to taste. Use melted chunks, or powdered as you have.

Procédure:

Pre heat oven at 180 C, or 350 F

1- Whip together sugar and butter, and add yolks.

2- Add flour, yeast, milk, liquor, chocolate, and mix.

3- Beat egg whites until firm peaks form, and fold in chocolate batter.

4- Pour in a buttered and floured pan in which sliced almonds or muesli have been sprinkled.

5- Cook for 45mn at 180/ 350

23
23
Publié le 8 novembre 2016

Sylvaine et Emile, my sister and her husband, drive down from the south of France to spend a week end in Florence with us. Both couples get along very well, and we have lots of totally relaxed family fun as we stroll around. However, we have a goal: the Uffizi gallery! Sylvaine has bought tickets online, so we enter quickly, early, and our steps are full of purpose. We are ready!

We go up to the last floor, which features mostly 13th century artists, some of which are: Ghirlandaio, il Perugino, Jacopo del Sellaio, Bronzino, etc... As we admire it all, especially the Holy Families, I am struck by a bizarre fact: whereas the diverse women and men are full of grace and beautifully painted, Baby Jesus is constantly ugly, distorted, horrible really.

Is is possible that there were no babies around, and thus painters had no idea what they looked like?

Why do their faces look like old men with blue skin?

Why are their bodies grossly out of proportion?

Armed with my small italian language, I share my observations with a seated guard, whom gives me a sympathetic shrug, which does not drive me away, so he tells me to follow him. He then introduces me to a man- maybe an art historian? - who is holding court in a small circle on the side, and presents my request, which is met with a smile. What follows is an hour of our little group following the man, who answers my question with vivacity and delight.

Here is what happens regarding the ugly babies: baby Jesus is perfect. . Trying to paint his beauty is illusory, because it is all inside. No one even the best of artists could give it justice, because a painter is a human and has no access to perfection. Phew, I understand.

And since I have a prof by my elbow, I ask him the meaning of Florence, upon which he grabs my notebook and writes words in Latin as he explains this: in the year 1000, a lake full of Fleur de Lys- Iris Germanic- found right in the vicinity of the city. "Fiorenza, Florentia, Florida, the Flowered one". Also, unknown to me, the science of botany was born in Florence, and thus in this city of wonders in the 6th century, was created the first botanic garden. In most paintings from the Renaissance, flowers abound, in Nature, but also in people's hair, in their hands, and on their dresses. Here is the ceiling of the third floor corridor with its beautiful flower inspired scenes ( this corridor is VERY long, and so beautiful that I want to walk looking up all the time!) and a detail from "Primavera" by Botticelli.

The art historian also tells me more about how the fathers of Florence, who gave birth to the Renaissance, Cosimo, Lorenzo Le Magnifique, etc... Cosimo actually created the first ever museum right there in this Gallery. He wanted to show his statue of Venus to people, so he built for it a little enclave, right there in the city's administrative building (which is The Uffizi : The office) and had people pay to come see it. He says that they were a family with a vision, and had a dream for the city. And then he says this lovely thing:

And the dream continues, proof being that you are here today.

We arrive in the Botticelli gallery ( here I have a thought for my dear Wolfgang and Almut, who have a penchant for it too...) Suddenly, I am face to face with the Birth of Venus, omg. It is as beautiful as in my dreams.

Then "Primavera". It is full of stories, and I have a hundred questions: who is this blue man and what is he doing? Are these the 3 Greek Goddesses- Juno, Minerva, Venus , who asked shepherd Paris to decide who is the most beautiful of them all by giving the apple to her? Must study, must study.

There are a lot of people watching these two paintings, and actually, these rooms seem really popular. As I keep scrolling around the rest of the art, I ask myself why is it that Botticelli's people are my favorite too. And then, I realize that it may be because the faces he paints are beautiful by contemporary standards: régular features, plenty of hair in natural flowing state, and comfortable, if transparent, dresses. Maybe? Anyway, I drink it all, gratefully.

There is so much more to tell from the Uffizi, but I must sign off. I hope to go visit the Vasari Corridor in the Spring, which hosts only portraits and links the Uffizi gallery to the Pitti Palazzo, crossing the Arno ontop of the gold merchants.

24
24
Publié le 8 novembre 2016

Après notre séjour d'un mois à Villa Minozzo, notre travail est terminé: les buffets sont cires, le bois est coupé et la Tourette est peinte. Au revoir l'Emilie, et en route pour Chianti, qui se trouve au sud de Florence. Nous avons passé contrat pour une semaine avec Gloria qui habite un hameau d'une poignée de maisons dans le coin de Panzano. Bien sûr, il y a des vignes partout, toutes jaunes, et bien sûr, le soleil de la Toscane nous souhaite la bienvenue, comme le fait aussi Gloria, qui est tellement mignonne qu'on fait plein de travail pour elle! Corder son bois pour l'hiver, ranger une pièce extérieure, fixer au mur un cabinet de cuisine, faire les repas, tailler arbres et buissons, récolter des amandes et des noix, désherber un patio, etc... Elle récupère d'une jambe cassée, donc nous pouvons vraiment faire une difference, même pour une petite semaine.

Je tombe en amour avec les escaliers qui passent de la grande salle à sa cuisine, car ce sont des escaliers de cirque, absolument pas "au code" comme dirait notre copain André Bernier! C'est trop top, c'est comme dans les maisons que je dessinais enfant!

Un matin, on me soumet le travail suivant: decoudre les coutures, puis vider trois vieux matelas de leur laine. Je nous installe au soleil et commence. Gloria me raconte comment, enfant, elle se souvient que chaque deux ans, en été, le matelassier venait dans sa famille et s'installait pour quelques jours. Il decousait tous les matelas de la maison puis en sortait la laine et la battait au soleil jusqu'à temps que la poussière soit toute partie. Une fois la laine toute aérée et rebondie du soleil chaud, ils la rentrait dans les toiles a matelas lavées et séchées au soleil, et les recousait. Une fois tous les cinq ans, le laveur de laine venait, en plein été lui aussi, et lavait la laine. Tout une organisation!

Surprise! En décousant une couture, je trouve un morceau de papier roule, datant de 1963, qui signifie décrit simplement le travail accompli ce jour là, et recommande la famille à la Sainte Vierge. Simple, mais palpitant quand même!

Dans les environs, le ciel bleu et les nuages blancs déclinent tels des grammairiens des formes les couleurs de l'automne: nuage blanc derrière le tronc, tronc devant le ciel bleu, alignage de tronc sages devant maison, vigne vierge rouge, etc.... Sur la petite route, Deni et moi marchons sans bruit, tout est calme, nous respirons. La douce Toscane...

De chez Gloria, je me souviendrai de l'odeur des feux de bois et la texture des amandes fraîchement cueillies, de nos petit déjeuners dehors, des curieux objets en bois destinés à créer des chaussures, et de cette chère vieille maison remplie de livres, de crayons de couleur et de marionnettes.... Merci mille fois!

25
25
Publié le 8 novembre 2016

Tonight, we are leaving mainland Italy and ferrying to Sardinia! I propose that we stop to Orvieto for a visit, for we have lots of time since the ferry does not leave until 22h. Orvieto is in Umbria, and conveniently located on our way to Civitavecchia, where we will leave from, between Tuscany and Latium (Rome). We wander there for three hours of admiration. As we go through cities, we often play that game: would we live there? Hence it ends up that very quickly, Orvieto gets a vote of acceptance, for its loveliness.

We find a street where someone had a whole bunch of fun sculpting with wood. Makes us smile, as if a cartoon came to life in full view!

On a beautiful esplanade with a sweeping view of the countryside, we find an interesting series of large, horizontal bronze sculpture. The textures are beautiful and I can't help tracing the face contours with my fingers. Whatever it is, well done!

And always, always, small curving streets from another time, where we get lost and discover a potter here, a small bookstore there, and aaah, the pleasures of being a tourist in a place devoid of them because, people, it's Noviembre!! And we can park!! End of rant. Orvieto is splendid. We check 36 via del duomo, where Mariana de Blasi bases her novel " A palace in Orvieto", and see no red head, nothing more than a door, and oh but still, it might be true that she lives/lived there, why not?

But I am walking on my dear dear Deni's arm and nothing matters more. I do not ring the bell.

26
26
Publié le 11 novembre 2016

Welcome to Sardegna, where we have been lucky to swim once in the turquoise water in Santa Teresa, a typical laid back village with its white sand beach. Since then the éléments have been all over the place, meaning, tormented skies with rain, hail, and lots of wind. Of course the upside is that we get to see spectacular cloud formations! We are in the north, also called la "cote sauvage", and indeed, It is a very rugged landscape, with clumps of rocks beaten by the wind, low vegetation and lots of steep creeks, small beaches and an incessantly active sea. From Santa Teresa, we can see the southern point of Corsica, barely 10k away.

Out for a ride at dusk, with the determination of people who have been cooped up for two straight days inside, we said what the heck, climbed in the car and left town. We got what we wished for: A Strong Impression. As a purple sky roamed above us with fury, barely letting the moon make an appartition ( and when she did, she was irate too ), and an hostile white- foamed raging surf bit the coast relentlessly, as rocky mounds looking like strange animals or giant silhouettes in ambush, it suddenly struck us as pretty sinister. As things were, it was just past the time of Halloween, and this landscape made of a few abandoned houses ( but at a window: one light! we needed one light to make it mysterious and stir our imaginations, and boy, did it work!) and angry vegetation, was so strange that our throats suddenly became dry. I crossed my fingers and did not say out loud: " This is not a good place to have a flat tire!" but we were both thinking it.

For a small week we are working in a Camp for Migrants, in Porto Pozzo. The Center is located in an old hotel which now hosts kitchen, dining room, offices and staff bedrooms, and behind which a village made up of pavillions hosts 180 young migrants from Senegal, Mali and Nigeria. Our job is to interview them and guide them towards the completion of their immigration file, which they will present to a Commision later on ( in 1 year? 2 years? Less? More? ) In This document goes all admin stuff like names/ birth dates, family,etc... and their stories. We ask them to tell us what was life like in their country, what were the circumstances that made them leave, how they left, and why would they not want to go back.

Sometimes we scribe for them, for not everyone has been to school or not enough. They all speak English or French as well as their tribe's African language. Sometimes, the words have difficulty coming out, or it's one at a time, or they make up stories on the spot, or they try to remember what their friends told them to say. We patiently sit there beside them, encourage them and are careful not to put words in their mouths. Sometimes the stories tumble out quickly with a great deal of details and date and names. There are stories of friendships crossing countries on a motorcycle, kidnapping, being locked up in a room until someone pays a ramson, travelling in a container, money sent by Western Union by parents to the guy in charge of the trip, etc... All of them have crossed borders to reach Lybia stayed there for a while, and went out to sea in an inflatable boat. We ask them to write the story of their life, and the story of the trip to cross the sea, and always they tell of being squeezed inside, the cold night with no blankets, and the meeting of the big white Italian ship where they climb to finally reach the Italian coast. It is very interesting to hear them, and I am so glad we came here. However, the work is not well organized at all, no efficiency, no planning, and Deni and I have to close our mouth many a time, which is really hard to do for both of us!!

27
27
Publié le 12 novembre 2016

Nous sommes a Sassari, au Nord Ouest de la Sardaigne. Nous habitons et travaillons pendant une semaine au monastère plein de lumière San Pietro in Silki. Il fut bâti au 11ieme siecle lorsque l'eglise catholique se sépara de l'église byzantine et que le pape envoya une troupe de frères en Sardaigne. C'est un endroit immense, (avec un jardin immense) et on a passé notre première matinée à tout explorer ( quel labyrinthe! quelle hauteur sous plafonds! ) puisque nous sommes les seuls à y habiter, à part le gardien qui vit dans le bout d'une aile. On a traversé moult salons, des dizaines de chambres, salles de bains, bureaux, halls, cuisines immenses, etc... Il est administré par une association qui s'occupe aussi de Refugies, et s'occupe de le rénover, ce qui est tres bien avancé, et aussi de lui bâtir un futur: des vidéo- conférences médicales internationales, et des salles sont déjà toutes pretes pour ça, DONC la bâtisse entière jouit d'une forte connection internet, ce qui est bien chouette car on en a besoin et pas seulement pour ce blog mais pour trouver nos prochains contrats de voyage. Et oui, le temps passé, et on prépare notre voyage de janvier/ févrie, et du reste, on a repéré il y a une heure une librairie qui vend peut etre des cartes de la Nouvelle Zélande, alors hop on y va!

Pas de carte de Nouvelle Zélande dans cette ville- et pourtant on a trouvé une librairie qui avait un nombre impressionnant de cartes et de guides. Quand on a eu l'air déçus, le libraire nous a regardé en coin et nous a demandé d'un air de vouloir se justifier: " Vous pensez qu'en NZ, ils ont une carte de la Sardaigne! " Hahaha.

28
28
Publié le 17 novembre 2016

Our work at the monastery In Sassari is picking olives every morning with a bunch of volunteers. The technique is very simple: we spread large nets underneath a group of trees, and using long bamboo canes, we hit the trees. As hard as we can. In the company of small branches and a lot of leaves, the olives fall. We paix up the branches and gather the nets, making the olives roll inside them to a central point. We then get rid of some branches and pack the fruit in crates. The first day was brutal on our arms, sorry, my arms, but by the third day, it was ok, today I enjoyed it, and I know that tomorrow I will miss it. It's wild fun to make rain on ourselves a shower of olives while joking with the others.

Sassari is a good little town and we enjoy discovering it every afternoon on foot- we are logging kilomètres this week! Christmas decorations have started to show up. Night falls early, but it's warm, so people are sitting at terraces and standing in the streets talking.

This afternoon our employee invites us for pranzo (lunch) and a friend of hers joins us. This lady is going to New York City in 2 days and she is very excited and scared because she speaks not a word of English. Most of the conversation is about how ridiculous that today the streets are being wasted with soap because Italy's Prime Minister is coming for a visit, and how unorganized the governement generally is. Both women roll their eyes as everyone does. All the regular folks we have been meeting here for the last 4 months all say the same story: corruption in night places is endemic.

Deni orders spaghetti. No spoon? No problem, he gets a lesson on how to use his fork. The deal is to make a small nest by turning the fork on the side of the plate- the middle will yield too big of a nest- and make sure the strands are small before bringing it up to the mouth.

29
29
Publié le 19 novembre 2016

Au moment de quitter le monastère, une foule d'images se bouscule en moi. Cet endroit m'a vraiment frappé, en partie car je n'ai encore jamais vécu dans une si grande "maison"- et en avoir été l'invitée me paraît un grand honneur- et en partie pour tout le mystère qui l'habite. Mais bien plus que ça: l'atmosphère de "sainteté" qui règne dans les grands couloirs, les salons, les dortoirs, chapelles, etc... prévaut en proportion égale avec une impression que bien des intrigues se sont déroulées dans ces murs au cours des siècles. On sait tous que les vieux murs parlent, et de ceux-la suintent toutes sortes d'histoires de chuchotements, de privilèges accordés, de réunions secrètes, et tout un comportement de petit et grand clergé dont la danse quotidienne est régie par une hiérarchie bien déterminée et rompue à la règle d'or qui est l'obéissance. Pourtant, et peut être parce que notre étage en particulier a longtemps servi de maison de retraite pour gli anziani, les anciens, il se dégage principalement et tout simplement de la piété, ce beau mot calme pour l'âme.

Votre propre imagination aura certainement compris que se deplacer dans ce bâtiment de nuit impliquait un faisceau de lampe de poche puissant- pas vraiment d'interrupteurs pratiques- et pour ma part un compagnon pas trop éloigné. Il est tout à fait remarquable à quel point les ténèbres agissent sur l'imagination et comme le moindre petit objet surgissant dans le rai de lumière peut faire sursauter les cœurs sensibles! inutile de dire que si j'avais été seule pour cette étape, je me serais terree dans la chambre du crépuscule à l'aube, au lieu de quoi j'ai pu vivre quelques moments de douce terreur en traversant les cuisines immenses ou en montant des volées de marches du haut desquelles les bustes en plâtre de Bienfaiteurs immobiles dans leurs niches de marbres me regardaient de leurs yeux vides, et repousser les limites de ma peur du noir en m'aventurant seule le cœur battant dans un corridor tapisse de miroirs. Pour ta présence rassurante, merci Deni😉

30
30
Publié le 19 novembre 2016

And when morning came, in this olive kingdom, we discovered the beauty of an orange grove and kept enjoying the friendship of a young couple working with us, who were full of laughter with a baby on the way.

Good bye San Pietro in Silki! We drive to Cagliari to take the ferry for Sicilia tonight!

31
31
Publié le 19 novembre 2016

On passé quelques heures à se promener dans cette ville en attendant l'embarquement pour Palerme. C'est une belle ville de bord de mer, tres pittoresque avec plein de rues qui montent et des escaliers qui mênent a des terrasses d'où on peut voir tout l'horizon bleu de mer et de ciel avec son armada de bateaux, et prendre un ascenseur qui nous ramène au port. Comme chaque fois qu'on le désire, au gre de nos pas perdus le nez en l'air, on est tombés sur un beau petit café meubles de tables baroques peins en jolies couleurs, avec des coussins, de la nourriture Sarde, et rempli de lumière: nous sommes conquis et y passons un bon moment à nous restaurer et à écrire des cartes postales. En partant, je laisse sur la table un mot de félicitations: ma gratitude pour ces piccolo cafe carini, petits cafés mignons, est reelle, car grâce à eux on se sent "chez nous" le temps d'un repos. Loins du vrai "chez nous", lorsque survient un moment "creux de vague" comme la vie en a le secret, nous sommes toujours ravives dans ces endroits accueillants et chaleureux. Pendant cette première année nomade de notre vie, nous avons découvert qu'il est rassurant de savoir que quoi qu'il arrive, nous pouvons reprendre des forces dans ces petites poches poetiques et délicieuses.

32
32
Publié le 20 novembre 2016

Palerme, ville de splendeur déchue, a beaucoup d'attraits si on apprécie le chaos, et l'énergie crue qui y règne. Pas comme à Florence ou à Rome ou l'art est indiqué et bien mis en évidence pour faciliter la tâche au voyageur, la plupart de trésors de cette ville sont cachés ou tout bonnement laisses tranquilles. C'est à nous de les mériter et comment le faire mieux qu'en marchant le nez au vent et se laisser guider par nos envies? Souvent au détour d'une rue, on se regarde et l'un dit: " Par la! ". Je choisis toujours en fonction de la lumière, et Deni choisit souvent en fonction des petits détails qui accrochent l'œil.

Palerme a déjà été un émirat arabe, le siège d'un royaume Normand, puis fut au 12ieme siècle la plus grande ville d'Europe avant d'être de nouveau transformée par 500 ans de dictature espagnole. Palais, églises et châteaux Byzantins, Arabes, Normands, de styles Renaissance et Baroque cohabitent tout naturellement depuis des centaines d'années. Si la simple évocation de tous ces mélanges de styles fait danser une étrange sarabande a la banque visuelle du département d'architecture qui est logée dans votre cerveau, vous avez tout compris. Ça transforme une simple balade en aventure ou tout est possible.

Comme notre traversier est arrivé à 7h du matin, on a commencé notre exploration de la ville alors même qu'elle se réveillait, donc on l'a surprise s'habillant: rideaux de fer des magasins en train de se relever en grinçant , employés muets au regard endormi se rendant au bureau, groupes de touristes aux yeux plein d'indecision- ou aller?- et à la langue déliée fraîchement débarqués, comme nous, commis de boutique avalant leur café en vitesse au bar avant de rejoindre leur échoppe, trottoirs fraîchement lavés ou balayés par des propriétaires scrupuleux ayant pignon sur rue, etc...

En nous perdant dans ce qui passait pour une petite allée, nous sommes tombés inopinément sur le Mercato di Ballaro. Serpentant dans des ruelles sombres l'espace de plusieurs pâtes de maison au Sud- Est du Palazzo dei Normani, c'est le marché le plus animé de Palerme. Il vibre d'activité de l'aube jusqu'au crépuscule toute la semaine. C'est un mélange fascinant de bruits, d'odeurs et de cris, et l'endroit le moins cher ou acheter de tout: bottes en caoutchouc, vêtements, colifichets, viande, étalages de fruits et legumes, poissons frais pêches, olives, fromages, et une variété infinie de tous ces trucs fabriques en Chine. Je ne sens pas le geste de prendre des photos, alors j'en prends avec mes 5 sens, car ici, un sourire peut vous faire goûter la marchandise.

A l'opposé du spectre, nous voilà sur la grande place du Theatre Massimo, ou se joue en ce moment l'opéra de Carmen. Splendeur!

La vue d'une petite chapelle nichée au mur me rappelle à quel point la religion catholique est toujours chère aux gens. Nous avons vu des familles entières venant aux vêpres quotidiennes à l'église du monastère de Sassari, et avons remarqué des femmes surtout honorer ces petites chapelles murales citadines: les gestes diffèrent, mais ils impliquent les doigts qui touchent la vierge, et un baiser du bout des lèvres sur lesdits doigts. Parfois, une médaille portée autour du cou est de la partie, ainsi que des mots murmures. Ici à Palerme dans le quartier de Kalla, c'est une chapelle avec une plaque en marbre nous enjoignant de réciter un Ave plein de véritable dévotion (attention aux tricheurs!) a cette vierge afin de gagner 40 jours d'indulgence. C'est intriguant, mais contre, c'est assez cryptique, car on ne sait pas de quelle sorte d'indulgence il s'agit...

33
33
Publié le 29 novembre 2016

Deni and I are not church fanatics. and there is such an abundance of churches on italian soil, that we really have to pick and choose. On the recommandations of my father Noel Tosi, ever the art historian, we visit an amazing 12th century cathedral on the outskirts of Palermo, which happens to be the last and most beautiful of the Norman wonders of the medieval world, and one the most beautiful of the churches built in Sicily. What a good choice, merci papa. We are amazed! It is absolutely huge and, remarquably for the amount of detailed work it contains, took only 8 years to build. It combines 3 styles: Norman- French, Byzantine and Arab, and was built by King William II. When Palermo was occupied by the Arabs, the bishop of Palermo was forced to move his seat outside the capital, and he settled there in Monreale- another Mount Royal.

What is mostly impressive inside are the glass mosaic covering every square inch, depicting scenes from the book of Genesis, illustrations of the Old Testament, etc... We fill our eyes with these bright colours on a gold ground- there are 2.500 kilos of pure gold in there: we have never seen so much of it, so we feast on it. The finesse of the work is stunning.

Adjacent to the church, is one of the finest Italian cloisters as far as size and beauty of details matter, and well preserved. That is all that is left of the Bénédictine complex that stood there from 1200 on. Pairs of plain columns in white marble alternate with columns decorated with inlaid bands of patterns in gold and colours made from glass tesserae.

I observe closely the mosaic patterns and discover that no two are alike. I think right away of an art lesson for my kids!

Some columns are carved with various motives. I think of ancient botanical illustrations.

Some restauration is going on, and I wonder how much one is inspired to pray and meditate when working daily in such a place...

The capitals of the columns were carved- lots of ornemental foliage, as well as narrative cycles from the old and new testament- from what I learn is white Greek marble. Over time, they have acquired a thick, sandstone patina that covers them almost entirely.

The most precious place in the cloister though is a fountain, used by the monks and thoughtfully positioned in an angle so they could access it comfortably in any weather. As you can see it is of Byzantine origin, and brings me back to any dreams I might have had as a child after reading Aladin and the magic lamp, or Scheherazade and the Thousand and One nights. Needless to say, I spend a good chunk of time in this magical place!

34
34
Publié le 5 décembre 2016

En suivant la cote pendant une soixantaine de km à l'Est de Palerme, on arrive a Cefalu, petite ville qui a du charme a revendre. Il y fait bon vivre, et nous y passons 5 jours pour la savourer. La ville de Cefalu, l'ancienne Kephalodion, le mot grec pour "tête" et qui fait référence à la forme naturelle du Rocher qui domine la ville, occupe une position privilégiée sur le territoire de Palerme.

La première chose que vous demandez lorsque vous arrivez à Cefalu est: est-ce qu'on peut monter en haut du rocher? ( Evidemment que si on a deux jambes et des ambitions sportives, voilà un défi impossible à ignorer.) La réponse est: et comment! Pour la modique somme de €3 vous êtes invités à monter un chemin tout à fait civilisé fait de jolies marches larges qui vous amènent tout en haut, et de la, en empruntant un réseau de petits chemins de terre qui ne sont pas pour tous les pieds, mais qui sont toujours bien indiques, vous pouvez explorer tout un monde en ruine, herbes folles, longs champs en pente, et chèvres sauvages.


Que s'est-il passé? Après la chute de l'Empire Romain de l'Ouest, Cefalu se trouva menacé par les Arabes, et la ville emménagea en haut du rocher, sans pour cela abandonner la vieille ville. Les habitants recréèrent leur communauté entièrement avec tout ce qu'il faut pour vivre, en se sentant protégés par une muraille qui encerclait le domaine, un entreposage de grains, des murs de maison, un lieu de culte, une ecole, des postes d'observations et de défense, des salles de gardes, la et tout ce qu'il faut pour vivre. Tristement, après un long siège et malgré leur ingéniosité, leur forteresse en hauteur fut conquérie par les Arabes. Ensuite, les Normands l'occuperent, ce qui dota la petite ville marine d'une splendide cathédrale, que vous pouvez voir sur cette photo, prise du haut du rocher.


Du haut du rocher, un monde de Lilliputiens s'étale devant nous pour le plus grand plaisir de nos pupilles. C'est un royaume de petites maisons Lego avec des petits bonhommes qui s'agitent tels des fourmis affairées, des petites voitures qui glissent sans bruit le long de minces bandes blanches, et c'est une chasse aux formes bizarres, ces objets à l'allure vaguement familière mais qu'on voit tous les jours d'un different angle: d'abord, des toit s, des rues, un quai, une plage, une eglise, un stade, des cours, puis des... parasols? balcons? En fait, c'est ça qui est fascinant pour nombre de nous: regarder le quotidien avec une autre perspective. Voir les mêmes choses autrement, découvrir les faces cachées de ce qu'on connaît trop bien, enlever la couverture de banalité et changer le point de vue. Tout change, et tout est pareil. Et l'autre magie: les couleurs. Ces infinis écrus, roses, jaunes ou blancs éclatants, et bien sûr cette vaste étendue de bleu turquoise qui donne l'eau à la bouche, car il fait chaud et les lézards vert pomme qui font la sieste et le troupeau de chèvres sauvages qu'on rencontre au hasard au détour d'un buisson- et qui nous arrêtent " drette la", comme on dit dans le français de Saskatchewan, on cesse de respirer, elles nous toisent, nous sentent et recommencent à brouter, et nous on se remplit les yeux de leurs poils bruns, leurs cornes élégantes et leur allure fière, tout, tout nous crie que la prochaine activité s'appelle: plonger dans la mer!

Et c'est exactement ce qu'on fait!

Un soir vers 18h, le soleil allonge les ombres et l'eau clapote sur la petite plage aux bateaux. Tout est baigné d'une subtile lumière joliment grisée a l'ombre et dorée au loin ensoleillé. Avant d'aller dîner, on se promène sur le quai, et je repère un "banc d'hommes" qui placotent. Je m'approche, me présente, et requiert la permission de les immortaliser. Le meneur, que j'ai du interrompre, se voit voler la vedette et me regarde d'un air rogue comme si j'etais un chien qui venu lui disputer son os. Après un moment de flottement ou la galerie n'est pas sure de comment réagir, un homme en blouson gris prend la parole: "Si c'est pour le Canada, moi je suis d'accord!" Du coup je prends ma photo sans le meneur, qui dans sa surprise de mon intervention n'a pas joint le groupe, et du coup, celui ci se précipite sur le banc et en se glissant entre deux copains demande une autre photo. Haha.

Cefalu nous a ému: tant de charme, tant de tranquillité! Mais voilà, je ne vous ai pas encore parlé d'Aleister Crowley, qui loua un bâtiment sur Le Rocher et y vecut quelques années entouré de son groupe, tous adeptes de Thelema- secte aux pratiques sombres- qu'il avait inventée, dans les années 1920. Riche héritier britannique, alpiniste, écrivain prolifique, personnage tres controverse qu'un journaliste anglais avait qualifié d'individu le plus diabolique du monde, aux mœurs pour le moins décadentes, occultiste et tarologue, ses années à Cefalu furent celles où ils essaya de se remettre à flot car il avait dilapidé sa fortune. Il créa nombre de scandales, fut associé à plusieurs morts pour lesquelles il blâma les autres- la meilleure défense étant l'attaque- et Benito Mussolini finit par le jeter en dehors de l'Italie. Je sais, quel contraste, n'est-il pas? Cefalu, qui est l'image du paradis terrestre, et cette sinistre scène. Et puis votre servante, qui mène une vie tout à fait Normale, Bonne et Douce, et ce personnage exécrable, dont la vie se termine sans amis, malade et grelottant dans une stupeur d'héroïne et de pisse, dans le coin dégoutant d'un bâtiment dilapidé. Mais les contrastes me plaisent, et ça me rend plus vivante d'identifier et d'explorer les extrêmes: soleil et ombre, blanc et noir, envers et endroit, apparences et vérité, c'est ce qui est caché dans chacun de nous. Je vous laisse de Cefalu son allure mystique lorsqu'une nuit d'hiver à 20 heures, la ville se remplit de personnes placoteuses qui se hèlent et bavardent après le travail au milieu des rues piétonnes et que cette eglise est la, tranquille, qui les regarde comme elle a regardé tant de ses habitants.

35
35
Publié le 9 décembre 2016

OMG, Syracuse. A great place to start is a quote that landed on my lap via Gretchen Rubin, whom Deni likes to call my guru- of course, she is but a very smart writer, game changer and inspiring person that often offers tools to clean-up my act, and always to appreciate and enjoy Life, not to mention has a huge list of resources at her finger tips that she shares with the community. End of my GR rant.

From G.K. Chesterton:" The world will never starve for want of wonders but only for want of wonder."

This city is full of wonders. I am organizing my discoveries with a list of facts, but the reality is that it is all too much to organise, and my schedule does not offer the kind of time I would need to really make better, so enjoy the attempt and the pictures😉

Fact one: Syracuse is 2.700 years old! (Canada is 150 years old)

Dyonisus the Elder built a massive fortress as well as a 22k wall around all of it, and today still, the surf incessantly beats it. However, today still, the marine fosse is only 18 meters deep, so none of these insanely huge floating cities can moor there- how Venetians wish they could have half as much luck.

Fact two: Syracuse was founded by Ancient Greek Corinthians. These guy were exploring the Méditerranée and were amazed that Ortigia had it all: close to large cultivable plains, able to accommodate 2 harbours on each side, and possessing a deep water spring: the Fountain of Aretusa, which comes with a legend. Aretusa was an incredibly beautiful river nymph, one of these lesser divinities almost immortal, part of a special cast between men and Gods. One fateful day, the god of rivers Alpheus surprised Aretusa when she was bathing, and started to pursue her. Aretusa fled, but her running was no match for the god's, and allora, she begged Diana the goddess of hunting to help her. Diana became appalled by Alpheus' erotic pursuit and did help. Arethusa sunk into the ground and emerged on the island of Ortygia, methamorphosed as a fountain.

Today, Aretusa's fountain is taken over by papyrus, but is definitely the first stop of any city guide, whom are only too happy to regale their crowd with the tale. The story of Ortygia/ Syracuse is based on this fountain. How delicious to have a legend to tell. Not far from the bridge that links Ortygia with Syracuse, proeminetly stands Diana's fountain, narrating the whole episode.

Fact three: At its high point, which lasted many centuries, Ortygia was as populated as Athens and played a key role in ancient times, when It was one of the major powers of the Mediterranean world. Both Dyonisius the Elder and the Younger reigned there from the 4th c. BC to 344 BC. Immense catacombs were installed during Christian persecutions, which only have for rivals those of Rome. Here are views from the Roman and Greek theatres, on the site of the amazing Parxo Neopolos where, for €10 you can make a good old trip in time. If you are lucky (or lazy) like we were, you will seemingly nonchalantly hang near a guide and hear all the explanations! Lesson learned: it's a good idea to hire a guide!

Fact four: Dyonisos the eldest was a tyrant, and a number of prisons were set up, the most famous being this huge and very tall grotto. It was dug in the tender sediments right, right behind the Greek theater, with the intention of having such excellent acoustics that someone standing at the top of the grotto could hear everything, even whispers. It is said that Dionysos would listen to the prisoners conversations at night and have his most dangerous enemies killed the following morning. Much later in 1608, after his no turn escape from Malta, the painter Caravaggio arrived to Syracuse and dubbed this prison "Dyonisos' ear".

36
36
Publié le 12 décembre 2016

Le baroque sicilien est une forme spécifique d'architecture baroque apparue en Sicile aux 17 et 18 iemes siècles. Ce style comporte des caractéristiques typiquement baroques, telles que la profusion de courbes et d'ornements, mais qui se distingue aussi du courant Européen par l'utilisation de masques et d'anges souriants (les putti) et plus généralement par une flamboyance qui qui n'est possible de retrouver nulle part ailleurs. Ce type de baroque donne à la Sicile une forte identité architecturale. Nous sommes à Noto. Ici le Palazzo Nicolaci et ses balcons extraordinaires qui ressemblent à des figures de proues!

Ce palais est un vrai palais de princesses! Une salle de musique, des salons en veux tu en voilà, une salle de billard et des escaliers majestueux accueillent nos pas. Nous sommes seuls, et j'ai bien envie de prendre une sieste sur le lit sculpté, de faire ma curieuse derrière le cordon de retenue, et de jouer à cache cache dans tout cet espace!

Mais la salle de bal me donne envie de danser! La décision de mettre des chaises en plastique paraît à première vue incongru (joli mot!) mais après le choc initial, on s'aperçoit que c'est un excellent choix: leur transparence est toute légère, renvoie la lumière et brille, et donc participe au faste joyeux qui règne, et leur forme minimaliste fait que les yeux ne s'y accrochent pas et nous laisse tout loisir d'admirer les murs. L'espace est énorme, et tout une époque se déroule devant nos yeux. Bruissements des robes de soies, claquements de talons sur les carreaux, clinquements de crystal, chatoiement de rubans de velours, rouges des joues féminines et frisettes des coiffures, hommes aux tailles bien prises (mais par qui?) dans leurs gilets qui laissent dépasser des manches blanches de dentelle et dont la poche révèle la chaine en argent d'une montre à gousset étampée aux initiales du riche ancêtre... TOUT est la.

Ca valait bien une grande photo, hein? Maintenant, les détails des peintures murales, pour que vous puissiez vous régaler!

Et il y a un trompe l'œil! Regardez bien le rideau: le vrai rideau commence la ou le cadre de la fenêtre commence, et au dessus, c'est une peinture!

Quand aux miroirs, ils sont justes magnifiques, surtout lorsqu'il y a un petit Deni qui se reflète dedans...

Je sais, je sais, je vous garde longtemps dans le Palazzo di Villadorata, mais regardez ces portes dissimulees! Ha! Est ce que votre sang ne fait pas qu'un tour? Franchement, soyez honnêtes! OK, je commence!

Quels corridors étroits cachent- elles?? Quel débarras masquent-elles, et est-ce qu'il y a au fond de ces débarras une toute petite porte qui rejoint une de ces corridors étroits qui se rendent dans quel parloir pour quels rendez- vous interdit?? QUI va se faire prendre et jeter en prison?? Bon j'ai beaucoup trop lu, d'accord, mais je ne regrette rien, c'est trop amusant de pouvoir évoquer ce qui n'est pas mais qui fut. A vous de jouer😀

37
37
Publié le 13 décembre 2016

In 1693, a devastating earthquake flattened a whole area in southwestern Sicilia, among which the towns of Noto, Ragusa, Modica, and Ispica. They were all rebuilt in that Baroque I was describing in the precedent post. We are in Noto- because it does not rain today, thank you sky- and we wander on Corso Emmanuele II, a beautiful pedestrian street, lined with palazzi, churches, a cathedral, etc... Since Lonely Planet deems it the most beautiful Corso of Sicily, we admire.

It's really charming to walk around this town! The Corso is decked from today until January 6 in red carpets, just to be festive. Today is the first feast of the season: the Immaculata Conception. It's a day off for banks and gouvernement- ran services, and a few other businesses. People wander and talk, talk, talk, taking their time ((men! that is a given! ) and bells ring happily all over the place. It's a Holiday! Later on, there will be cortèges with people carrying the Madonna on their shoulders.

We enter into a church to admire and find a small "snail" staircase and that's all we need! Up we go until we reach the huge bells- hoping they don't start! The view from up here is exhilarating!


Fuelled by the dry weather, we get ambitious and decided to head to Modica, 40k away from Noto. However, before we go, we tuck in some lunch. So the story goes like this: we are hungry and looking for a restaurant, suddenly, Deni's nose picks up a yummy fish smell, so we literally follow the smell, and a few minutes later, we land in front of a small new place, all black and white. A young cook shows us the menu: fresh local fish. And that is exactly what we have, an excellent fresh local fish.

38
38
Publié le 14 décembre 2016

Donc, après avoir dégusté le poisson, nous partons pour Modica, une autre de ces villes Baroques. Etant donné que les jours d'hiver sont courts, il se fait un peu tard pour se promener en ville, mais bon, on a envie. En arrivant, surprise, le centre est ceinture, il faut laisser sa voiture a l'entrée et s'y rendre en navette. Nous déciderons d'y aller à pied- 1500m. Et la, surprise, c'est la fête au chocolat! Une allée de vendeurs- qui vendent du chocolat à TOUT nous accueillent, une foule de familles, et même une Fiat peinte en chocolat- indubitablement, c'est la princesse de la fête: tout le monde se fait prendre avec. Mais de Fiat en chocolat, nenni.

Dans la salle des fêtes, c'est autre chose qui nous attend: en entrant, des sculpteurs qui ont chacun un bloc de chocolat à transformer. Une d'entre eux est bien découragée, amis heureusement, il y a les copines pour encourager! Dans cet espace, un tapis fait de miettes de chocolat se déroule sous nos pas, on marche dessus, ça les brise, et notre sens olfactif est de plus en plus sollicité- s'affole, plutôt! Après les yeux, le nez!

Ensuite, quelqu'un a peint un portrait avec du chocolat.

Une fois l'entrée franchie, on arrive dans le domaine de la transformation: c'est du sérieux! En fait, ils préparent toutes sortes de pépites à essayer.

Voici des fèves de cacao- ne pas toucher- par contre, en passant outre, on découvre que c'est vraiment bon- pas amer ni rude, juste chocolaté. Surprise!

Et voici une apprentie chocolatière, anxieuse de répondre aux attentes de ses chefs, que Vermeer n'aurait sûrement pas manqué de remarquer!

Alors, on essaie. C'est peu, mais c'est à se pâmer. Et non, le regard du gars ne dit pas: " He toi, pourquoi tu en as pris trois? C'est UNE pépite." Il dit: " Tu viens de si loin? Prends tout, je ne dirai rien à mon chef, mais fais vite, je te couvre!!"

39
39
Publié le 14 décembre 2016

It's time to get real and let you know that, far from being on vacation, as Workawayers, we do work. Every morning. We get 2 days off every week, and afternoons. So here are some pics from our work. Here at this placement in Syracuse, we have done a fair bit of gardening, weeding, and Deni has rorotilled the ground and planted fennel. I have sanded and painted a large iron gate eaten up by rust. We have taken apart a huge piece of furniture headed for the dump, dragged from under a bed an IKEA dresser still in the box- one of those Xmas presents that we don't know if they really are such, because they involve so much work to start with! We then spen two days building it, not without telling the "IKEA joke" to our guests ( about the man who waits for the bus inside the armoire). While our host Anna has cooked, to our delight, since she is a demon in the kitchen, we have set the table and done the dishes for each meal, regularly extracted walnuts and almonds from their shells for the family's and our consumption, done other domestic jobs, and also have given a hand to our host Tino, who is in a wheel chair.

40
40
Publié le 15 décembre 2016

Notre hôte Anna est un démon en cuisine, et n'hésite pas chaque jour à passer deux heures aux fourneaux pour le repas de midi. Son mari Tino aime tellement ses petits plats qu'il n'a nullement souhaite déguster un plat que nous aurions pu faire. En même temps que c'est un compliment pour les dons de la cuisiniere, je mesure ma chance d'avoir un Deni qui aime cuisiner lui- même, et que nous ayons tous les deux l'opportunité de cuisiner l'un pour l'autre et aussi ensemble. Cela dit, hier midi, ses ravioli étaient à se pâmer, et je ne mâche absolument pas mes mots, je suis honnête de chez honnête. Je suis restée sur ma chaise parce qu'elle avait un dossier mais nul ne sait où je serais partie si j'avais été assise sur un tabouret. Probablement sous la table! (D'autres reservent ce genre de comportement aux excès de vin, moi ce serait plutôt la bonne chère qui me fait perdre l'équilibre et le sens du décorum!)

41
41
Publié le 10 janvier 2017

Piazza Duomo is set in the center of Ortigia, which is the historic center of Syracuse. Piazza Duomo is huge, and bordered by baroque buildings and dominated by the majesteous cathedral of Syracuse, giving its name to the Piazza, since in Italian, Duomo means Cathedral. The piazza is incredibly beautiful and we feel very small and in awe. It is a piazza for dancing, for grandeur and sublime, large fiestas filled with large crowds, for lovers sitting under the stars, reverencing and marvelling, plein air painting, creating, dreaming at all times of days and night, screaming your joy! Also, for having been there many times in 3 weeks, I have observed how magically it changes as the daylight runs its course. The different lights elicit different vibrations and I never had enough time there to wonder.

It all started as an altar in the 8th century BC, then a temple to Athena was built on it by the Greeks in the 5th century BC. This temple famous in all the Mediterranean featured doors decorated with gold and ivory, frescoes illustrating the fights against the Carthaginians, and was topped with a pure gold statue of Athena. This goddess has many roles, among which guardian and protector of cities. Her statue was always placed in strategic location as far as défense was concerned: the citadel of the city or the acropol. Then in the 7th century, the temple was covered with a Christian building, however, the original doric columns are still well visible. It was later changed by the Normands, and further yet, a part of it was reconstructed after the terrible 1693 earthquake.

The cathedral of Syracuse is dedicated to Santa Lucia, one of the Virgin Martyrs, dead in 603. One of two background stories about her is this: her fiancé, to whom she was promised as a child, was irate because she refused to marry him and started to sell her vast inheritance- which he coveted- and to distribute the money to the poorest. As he threatened to denunciate her to the emperor Diocletian, she would have ripped her eyes off and send them off to him in a box, following by the Virgin Mary sending her even more beautiful eyes. She was tortured but protected by the Spirit, and kept singing her love of God in the middle of the fire. Santa Lucia is frequently invoked by people suffering from ocular diseases. Her name is derived from the Latin Lux- lumiere, light- and is associated to many light festivities in Scandinavia, especially in Sweden. The Swedish painter and illustrated Carl Larsson documents this fête with delicate and colourful pictures.

On Dec. 13, day of Santa Lucia, we are in Syracuse, it is more or less a day off for people. On Piazza Duomo, people will gather. The weather is angry with a lot of wind and a purple sky where dark clouds run. We have to pack for the trip back to France, so we stay at home. Anna goes to the festivities, and we hear in the far distance fire crackers. She comes back with a package of hot chestnuts for us to share, and a report: a LOT of people with a LOT of screaming and stammering of the SYRACU- SAN! city yell and the showing of many huge mobile decorations, and the official carrying of the Santa Lucia Statue. Anna is puzzled to have met no one she knew, in a city where she was born, and she came back with that feeling of disconnect that one has when alone in a huge crowd.

Our bags are done. After a last meal with Anna and Tino and a last hug to the lovely dog Laila, we are leaving Sicily for Naples tonight, and then straight ahead to France for Christmas. Good bye Syracuse!

42
42
Publié le 12 janvier 2017

Nous avons embarqué sur un ÉNORME bateau- que dis-je: une ville flottante- à Catania, Sicile, a minuit, en route pour la maison familiale, située au sud de Paris. En route compagnons, comme disait Marcel Pagnol dans La Gloire de mon Père. Au matin, la baie de Naples étale ses splendeurs devant nous. Le ciel est bleu de chez bleu et l'air est doux, Terre Terre nous voilà...

Voici Deni qui se remplit les yeux de l'arrivée à Naples, avec le Vesuve en toile de fond. Il a l'air d'un marin, non? 

Nous arrivons en France par la Provence après avoir longé les cotes de la Méditerranée, chez Sylvaine et Emile juste le jour ou cette artisane du verre ouvre les portes de son atelier au village de Cuers, ce qui nous donne l'occasion une fois de plus de profiter du spectacle magique du verre en train d'être travaille à chaud. Sylvaine fait des perles de verre devant nous, et encore une fois je suis hypnotisée par le processus.

On rentre en France juste pour l'anniversaire de Mamiza. De leur lointaine Australie, Raphaelle et son copain Jaimie sont arrives pour quelques jours. Il n'est pas besoin de décrire comme ces moments passés ensemble sont rares et donc tres précieux. En suivant rigoureusement les traditions de notre enfance, nous apportons le gâteau illuminé dans la salle à manger obscure en chantant d'une même voix: Joyeux Anniversaire! sur cette mélodie bien connue dans tous les pays du monde, et notre octagénaire au longs cheveux souffle les bougies de tout son cœur. Et quand on pense que c'est fini, coup de théâtre! Sans crier gare, de la même voix que si il demandait qu'on lui passe le sel, Jaimie nous surprend tous en chantant la traditionnelle chanson: Bon anniversaire, nos vœux les plus sincères, que ces quelques fleurs t'apportent le bonheur, que la vie entière te soit douce et légère, Bon anniversaire! Nous sommes tous bouche bee devant ce prodige- et je crois bien que je n'en suis pas encore remise. Wow Jaimie! Et je ne veux pas vous assommer avec du trivia, mais savez- vous que cette emouvante chanson a été creee en 1951 pour le film Un jour avec vous ? Moi non plus!

A ce moment, il m'est impossible de passer sous silence le rôle qu'Aurelie et Neil, voisins de mes parents- dont la maison ne comporte pas d'un infini nombre de chambres, mais de tableaux!- on joue pendant ces vacances en nous ouvrant chaleureusement leur porte et nous offrant l'hospitalité d'un lit comfortable. Leur propre amour des voyages et de la langue anglaise nous ont réunis. A la fin de notre séjour chez eux, nous étions tous d'accord que nous avons des rêves en commun et qu'il n'y a jamais trop de complices pour les partager et pour se soutenir dans "l'envie furieuse d'en réaliser quelques uns." dixit Jacques Brel. Quel bonheur.

Les cadeaux! En vedette, deux cadeaux: une jolie photo de Bondi Beach pour les grands parents, née de l'imagination d'un artiste Australien. Ensuite, des tee-shirts Hundy (abréviation apparemment australienne pour "Hundred per cent", dans l'esprit de " Donne-toi 100% à ce que tu fais!" ) créés par la compagnie de Jamie. On les met, on fait les fous. Évidemment.

Et notre petite fille. Il. N'y. A. Pas. De. Mots. Tout va trop vite, mais tout se grave bien fort, la dans notre coffre à souvenirs. Ces jours sont un tourbillon de joie. Alors, oui oui, nous appartenons au clan des familles à long cours, vivant sur 3 continents différents. Pas de week-ends ensemble, jamais de soupers du dimanche ou de visites spontanées, pas de surprises genre " Je passais par la et j'ai vu de la lumière". On se voit une fois l'an avec un peu de chance, tout est planifié et organisé d'avance, et implique quelques avions et l'utilisation d'une carte de crédit pour pas rien que des cacahuètes. Une petite partie de moi aimerait qu'on vive plus proche les uns des autres, mais après tout, c'est comme ça et voilà, et puis je suis surtout reconnaissante que tout le monde soit en santé, se réalise et grandisse la ou ils veulent. Comme je l'ai décidé pour ma propre existence en 1981. Donc tout ça pour dire que chacune de nos rencontres donne lieu à beaucoup d'anticipation ( et de trépidation de ma part!) En conclusion: ces jours sont un tourbillon de joie.

Et puis le premier janvier, c'est l' anniversaire de Papino, qui donne de nouveau lieu a la même scène jouée quelques jours plus tôt, mais célebre a minuit, en même temps que la nouvelle année 2017!

MERCI Papino et Mamiza pour votre gentil accueil, qui nous a permis de célébrer avec vous ces fêtes de fin d'année, et bien sûr l'opportunité de découvrir toujours plus de beaux livre dans la bibliothèque paternelle et des peintres- Paul Delvaux!- et de partager bien des parties de Scrabble avec Maman!

43
43
Publié le 12 janvier 2017

One of the main pleasure of this blog is that I get to write it, and one of its tragedy is that, since almost everyday is rich with stories and experiences, a choice must be made.

Today, I present you, albeit too shortly, a mythic place in Paris, located in the Gare de Lyon, where we are boarding the TGV for Provence and my sister's home for a small stay. The restaurant Le Train Bleu hails from the Exposition Universelle de Paris 1900 and is a fabulous place. If you have a chance to go, get to the station at least a large hour early and enjoy the moment (coffe is great, don't take the omelet though...) Gold, sculptures, lustres and paintings from this Belle Époque era cover every inch. This place is the epitome of luxury, elegance and beauty and it used to be the favorite hang out of many celebrities such as Coco Chanel, Brigitte Bardot, Jean Cocteau, Colette, Gabin, Pagnol, etc... as well as being the background of a number of movies. In 1963, it was rebaptisée " Le Train Bleu" in honour of the mythical Paris- Vintimille, legendary train which destination was the then little known Côte d'Azur. To preserve its rich heritage from the Paris of 1900, this restaurant was registered to Les Monuments Historiques in 1972. Many thanks to my dad Noël Tosi who told me about this place. His knowledge of all things art is a bottomless well, and his willingness to share at least as deep. Gratefulness is in order that my dad was inspired to choose such a high calling: to study art and to paint.

The dining room of the Train Bleu: you simply don't have enough eyes!
44
44
Publié le 12 janvier 2017

On est arrivés en Provence. Finie la brume froide de Paris! Sur le port de Toulon, nous prenons un déjeuner en enlevant progressivement manteaux et pulls. Il est tout à fait remarquable qu'en un petit coup de TGV nous retrouvons la chaleur de la Sicile. On savoure, et ensuite on pousse jusqu'au musée des Beaux Arts pour admirer les Altantes de Jean Puget.

Alors, qu'est- ce que c'est? Les Cariatides sont des statues de femme soutenant un entablement sur leurs têtes remplaçant ainsi une colonne ou un pilier. La version homme est appelée Atlante. Ce sculpteur Marseillais était alors directeur des décorations de cette ville portuaire lorsqu'il signa ces œuvres en 1655, lesquelles symbolisent la souffrance et l'effort fourni par les travailleurs du port lorsqu'ils dechargeaient les sacs de cereales des bateaux. Ces statues se nomment La Force et La Fatigue. Jean Puget est le seul, sous Louis XIV, à pouvoir soutenir la comparaison avec Michelangelo. Les Atlantes soutiennent le balcon de la mairie d'honneur de Toulon et font face à la mer. Bien heureusement elles furent mises à l'abri pendant la guerre, car le port fut entierement rasé en 1944. Aujourd'hui nous pouvons admirer de près leur copie au musée des Beaux arts de Toulon.

Un gigantesque navire de guerre stationné juste en face et baignant du même soleil, le Tonnerre, nous rappelle la vocation militaire de Toulon mais nos pas nous portent au musée ou, à l'étage, une exposition de portraits de femmes nous tend les bras. Après bien des tergiversations, voici ma préférée. Ah comme c'est un bon exercice de réfléchir à ce qui fait d'une peinture notre choix premier, et ah, comme tout ce qui est beau est personnel😉


D'un autre côté, je suis sûre que Papino aime beaucoup ce tableau!

45
45
Publié le 17 janvier 2017

With Toto and Mimi we drive in their van for 3 hours to reach the Alpes de Provence just above Nice. Isola 2000 is not an old ski station like Megeve or Chamonix, however, its layout- one long snaking building right in the middle of the mountains- is extremely convenient for catching at least a dozen ski lifts of all types leading to a variety of slopes. In January, the sun's trip is shortish, which can be an inconvenient, but good news, the orientation of the mountains allow access to sunny skiing all day, there being a "morning" and an "afternoon" side. Yes. Options are everything!

The hotels at Isola 2000 are built with practicality on the mind, so skiers come out on the terrasse directly from the bar, open a door, retrieve their gear and slide to the nearest ski lifts. In the morning, one can be skiing minutes after opening the eyes, and at 4pm, a beer is never far away😉

Morning departure for our 3 snowboarders, and après-ski beer!

For a week in January as well as in July, the hotel offers a very affordable all- inclusive special. The rooms are large and warm, the beds are comfy, and the buffet is generous and varied. We feel pampered and have loads of time for snowboarding, talking, reading, blogging, or sleeping. No cooking, no cleaning. What a concept. We are not used to this! The clientele is young families or singles of all ages, often coming with friends, and a good bunch of the grand parents/ retired kind (however not necessary of the slippers brigade!) which makes for a nice sparse crowd. Since people behave better in small numbers, we are all good company for each other, and some of us even convince another group to play a trick on Mimi!

While my family slides down the hills all day long, I don't do anything involving any boards of any kind. During four days, I catch delicious ME time, walking the roads, discovering the different villages, soaking in the sun and the lovely landscape. I climb snowy hills, follow signs and peek through trees. I do what I want when I want. Some mornings, I grow roots in one of the comfy sofas ( hygge anyone?) that are tucked away in "rooms for being", and give myself away to the writing bug, translating our adventures here with my trusted iPad. We meet at noon for a quick lunch and the tales of the morning adventures, and hop they scatter away like birds and thus nice again, I am left to my self. Bliss. After the sun sets down, 4pm, we have a nap or l'apéro while the kitchen crew gets our dinner ready. Gee, I could get used to this.

One day, I walk to Italy- 3.3 k away- it takes me an hour with a good step. I am greeted with a sign "welcome to the Province of Cuneo". Why, hello back, Italy.

Above me, the sky is hard blue, the snow's shadows are blue, it is a real treat to be alone on the path, and I drink, drink and drink it all to better feel it and so better tuck it away in my memory box.

At the end of the week, we are all rested, fitter, (yes, despite the buffet!) and have had our fill of vitamine C!

My thank you card! 

46

Eh oui, c'est à mon tour de souffler le gâteau! Comme cadeau surprise, je reçois une assiette du Train Bleu! ( demandée auprès du serveur, et obtenue, par mes parents, il y a bien des années) Encore fraîchement enchantée et emerveillee de notre petit déjeuner dans ce magnifique café, je n'en crois pas mes yeux!

47
47
Publié le 24 janvier 2017

It takes us many hours to get to New Zealand, and our bodies will need 5 days to forgive us the brutality of this huge time shift: when we call my parents, it is Monday 9 am in Auckland, and Sunday 9 pm in Paris. We sleep some of the jet lag off before collecting our car, and with much trepidation, we start for the north, on the left side of the road. Thanks to our friends' advice, we go slowly, follow the others, and open our eyes extra wide, and all goes well, even if it is really strange to drive like this! Unfortunately, I have not received my new drivers license, so Deni will be the only driver here in Kiwi land, but fortunately, since I get to write this, you can deduct that his beginnings were stellar. Thank you Deni, I do love surviving a car ride! We join our new family, a mom and her two daughters living in a large house (surrounded by an incredible deck! ) on 5 acres of land, with 15 sheep, 2 rabbits, gardens, sheds, a glorious trampoline, as well as a sweeping view of green hills, the ocean and a couple of mountainous islands. The weather is cool and very windy and I am still sleepy, so the first afternoon after work finds me in my sleeping bag in the hammock drifting on and off to la la land.

So far, Deni's work consists of fixing things outside, such as the sheep fence, while I wash inside walls, sew little rings on huge white Venetian blinds, and collect pine cones in large bags to start the fire in winter. This I must do in the sheep's padlock, and as I work, I am being followed by Sheep- in- Chief. This animal has two concerns, which he expresses at regular intervals with his deep monotonous voice. Number one: " Do you have food for me in that bag? Although I love grass, I am really ready for a taste upgrade. Number two: " If you don't have food for me in that bag, who are you and what do you want? I am the alpha animal here and you cannot simply enter and do as you please! " The funny thing about Sheep- in- chief is that he uses the exact same tone of voice and onomatopeas to transmit these two different messages. Lucky me, for speaking sheep.

When I tell our host that I have never seen surfers, she laughs and sends us to one of the local beaches. There, not only so we see surfers, but, Turquoise water alert, we discover, tucked by the beach, a small lagoon perfect for swimming.

See the little dark spots of the waves? Surfers! 
48
48
Publié le 16 février 2017

Pourquoi ne pas commencer par un des sujets favoris des Kiwis: la plage. En effet, les Kiwis sont accros aux activités de plain air, et si la randonnée pédestre ou "tramping" est le passe- temps national, faire du body surfing, surf, paddle boat, pêche au harpon, ou tout simplement jouer avec amis ou famille, marcher, nager ou bronzer, doit arriver juste après dans le classement. Peu importe ou dans ce pays, qui possède plus que 15.000 km de côtes, on n'est jamais à plus de 130 km d'une plage. Ayant eu pendant deux semaines pour base la jolie region de Mangawhei Heads au Nord d'Auckland, nous avons visité plus d'une plage et avons voté Langs Beach notre préférée. Une fois découverte, aucun retour en arrière ne fut possible et de longues matinées et après midis se passèrent dans un état de bonheur beat, a explorer les formations rocheuses, regarder les surfers, lire, jouer dans les vagues. Remplir nos yeux de tout ce bleu, fouler de nos pieds nus ce sable blanc et plonger dans l'eau à intervalles réguliers furent une occupation quotidienne pendant une semaine. De temps en temps, simplement pour ne pas prendre une seule seconde pour acquis ce présent, on se rememorait les blizzards de l'Ontario ou le froid humide de Paris.

Et puis Forestry beach

Mes chaussures vous donnent une idée  de la grandeur de cette plage😉

Et puis le lagon

Et puis Mangawhei Heads

Vous voyez Deni? 

Au fond the cette baie il y a une grande île que les gens appellent La princesse endormie. Vous voyez son profil? On appelle aussi cette île, et toutes ses petites copines dissiminees autour d'elle Hen and chickens.

La princesse endormie ou La poule et les poulets 

Bon, allez, une dernière: Te Arai beach:

Bon, on va dire que vous en avez assez du thème plage, alors, passons à autre chose! Pour votre bénéfice et le notre, voici une petite collection de faits surprenants à propos de la Nouvelle Zélande:

UN. En 1910 on commença à appeller les jeunes recrues de l'armée Neo Zélandaise qui faisaient leur service à l'étranger des Kiwis. Le kiwi est un gros oiseau nocturne natif de ces îles, un pond des œufs énormes, et peut courir plus vite qu'une personne. ( en gros, ça vous suffit!) Les années passant, le nom est resté, et maintenant, ses habitants eux mêmes et le monde entier l'utilisent. C'est pas mignon les Kiwis?!

Mais le fait le plus surprenant dans toute cette affaire, c'est que l'armée de l'air, la Royal New Zealand Air Force, a adopté comme logo le kiwi, et j'avoue que ça doit faire joli sur leurs avions et uniformes. Mais il s'avère que le kiwi est un oiseau qui, à l'instar de la poule, ne vole PAS!!

Armee de l'air... oiseau qui ne vole pas...

Nous sommes loin des Mirages 2000, Torpedoes, Rafales et autres Mystères de l'armée française!

DEUX. La Nouvelle Zélande est, avec le Danemark et la Norvège, le pays le moins corrompu du monde.

TROIS: La Nouvelle Zélande, 4.4 millions d'habitants, est la masse de terre la plus récemment peuplée. Etant si loin de tout, c'est le seul pays du monde à pouvoir choisir qui y habite. En effet, elle ne partage ses frontières avec aucun autre pays, et pas un seul bateau surchargé de refugies ne peut y accoster. On dit que si pays accueillait tous ceux qui ont fait une demande pour y venir, la population grimperait instantanément à 11 millions!

49
49
Publié le 1er mars 2017

We spent 5 weeks in the North Island and had a wonderful time with the kiwis. Unlike Italy were we stayed put for longer periods, we jumped from family to family every week, and thus, moving at this fast pace, there was less time to spend writing about our experiences- or were our leasure time spent on the beaches?? Seriously, adapting to a new family, figuring out our living arrangements, the lay of the kitchen and all the little detail takes more energy than I would have thought.

Anita was a super uber host extraordinaire and we did good painting and gardening work and had much fun with her and her girls. Anita, herself of the Sweeties ( think about the Absolutely Fabulous movie) founded The Lovelies group for us, and life has not been the same since. Towards the end of our stay, it was a tribal thing at night: we liked to LAUGH and have Important TALKS around one of her delicious meals- more Pavlova please! Oh, what an incredible cook- move over, Annabel Langbein! ( this one is a very much médiatisée NZ cook, whose books I have found in every NZ kitchen I have been )


One fun thing on Anita's domain were the sheep. She had 15 of them, whose pastures were close to the house, and, when the hammock and my kobo reader did not call me too loudly, I spent some of my free time discovering these animals. Trying to be more obstinate that their leader, a BIG wooly beast, took some guts, and he finally gave up trying preventing me from sliding under the electric wire for a visit on what he firmly believed was his turf. Hello sheep??? You are A SHEEP!!! Move over!! And I don't have food for you either😉

Anita was hosting a German student for the next six months, and could no longer have us, so she called her friend Ann, who lived just around the corner, and off we went. Ann had a gigantic piece of land, all landscaped into vast flower/ tree beds, as well as a forest she had planted six years ago, so believe you me, there were lots to do: weeding for me, and weedwhacking for Deni. I weeded even in my dreams!

Close to the main house, we had our own adorable little house above Ann's printing studio- she silkscreens and sews pillows which she sells at the local outdoor markets. It was like a little piece of heaven and we could not have wished for better. Awesome work/ life conditions: Ann cooked for us delicious meals, we worked in bathing suits all the time- that is how hot is was- and we washed at the outdoor cold shower- a real bare feet, summer lifestyle, especially given that our afternoons were spent exploring the local beaches. Aaaahh... sometimes I think: am I really gonna go back to work in September??

After planting the seeds in Ann's head that I should paint something for her, the last days, she gave me a post to decorate, and it was such a welcome change from weeding, that I gave it all my heart. I am happy to say that Ann liked the post and that it will be part of her garden😉

One night, maybe at 2 am, I went out to the main house to reach the bathroom (for that is a privilege of old age that we must pee at night!). As I crossed the small courtyard, I happened to glance at the sky and became immediately filled with an indicible terror: the stars were so extremely huge and bright, blinking and scintillating almost loudly- why, the whole sky was alive- that I felt that I could have touched them. I had this feeling that I WAS way up close to the stars. It looked like this:

Not a picture of mine, however it is exactly what I saw. 

When looking at impressive starry skies before in my life, I would think "Wow, we can really SEE the Milky Way tonight", exactly like it was a thing to look at from afar. That night with my naked eye, I saw that our planet is INSIDE of the Milly Way, that we are part of it. There I am a witness of the fact, and don't need to take anyone's word for it anymore: a cosmic revelation falling on my lap. Since then, I have learned that NZ is a country with so small a population that, outside the major centres, it benefits from having very light pollution, making it one of the best places in the world to view the night sky. In fact, NZ is one of only three countries in the world to have a Gold Rated International Dark Sky Reserve- the Aoraki Mackenzie Dark Sky Reserve on the South Island.

50
50

Après deux semaines à Mangawhei Heads, qui est à peu près deux heures au nord d'Auckland, nous sommes partis encore plus au nord pour un contrat de deux semaines. Malheureusement, une mauvaise surprise nous attendait: les conditions de vie étaient simplement trop sales. Après avoir constaté le triste etat des lieux, nous avons eu sur le trottoir un bref tête à tête au terme duquel on a décidé de de pas rester. Pour la faire courte, il suffit de dire que nous avons négocié avec notre hôtesse, et j'ai utilisé ma meilleure diplomatie. Mais nous avons été reconnaissants que, malgré les circonstances, tout se soit bien passé. On ne s'est pas étendu sur notre dégoût, et avons simplement souligné que nos attentes étaient différentes. Cette femme a montré de la classe en prenant les choses avec philosophie, bien qu'elle aie vraiment compte sur nous pour bosser avec elle, nous offrant ses sofas pour dormir ce soir la- ce fut une nuit blanche! -, un petit dej le lendemain matin et ses meilleurs vœux pour la suite de notre voyage. Il est intéressant de noter qu'elle a reçu une cinquantaine de voyageurs au cours des dernières années, et les commentaires qui s'affichent sur son profil ne reflètent pas du tout ce qui nous a rebuté. Elle ne comprenait pas plus ce qui nous empechait de rester que nous ne comprenions comment tant de gens avaient accepté de vivre dans ces conditions! Ce soir-la, nous avons envoyé sur le site de Workaway une vingtaine de requêtes pour un placement immédiat, avec toute la foi des désespérés. Il était tellement hors de question que nous restions que nous serions partis de toute façon et aurions concocté un plan. Et la, Ladies and Gentleman, Countrymen and Romans, et la, le miracle que nous attendions a eu lieu. Notre fusée de secours a été entendue, et le même soir nous avions deux familles! Cette journée dut une excellente illustration de la maxime suivante, qui me sert de base, et de guide:

Sur une autre note, regardez ces logos! La fougère d'argent- the silver fern- est l'emblème de la NZ ( avec l'oiseau Kiwi ), et tout le monde rivalise de créativité pour en dessiner des jolies😉 Voici mes préférées.


Toujours en botanique, regardez CES logos: le pohutukawa- oui, ca m'a pris du temps à savoir le dire-, qu'on appelle aussi The NZ Christmas Tree car il fleurit a Noël- est l'arbre de NZ par excellence.

Il y en a partout! On retrouve ses différentes représentations sur beaucoup d'objets faits en NZ😀 Mes préférés:

51
51
Publié le 4 mars 2017

We will always cherish the lovely people who opened their homes to us, answered our many questions and taught us about the NZ culture, especially the Maori, had us visit their school, took us to concerts, movies, pointed us to the best beaches or hikes, shared long meals and discussions, and generously cooked for us. While writing the story of our adventures, I might sometimes think: " Argh! There is not enough time to write about everything!", but the reality is: " Anyway, how could I ever give justice, with mere words, to what happened in NZ? " So thanks, Kerry and Jacqui, Barb and Tom, and Catherine and Greig: you are all magicians!

52
52
Publié le 10 mars 2017

We spent ten days in Bondi Beach, Australia, where our daughter Raphaelle and her boyfriend Jay live. One. Block. From. This. Beach.

This is not my picture . See the strip of people way down there in the water? This is we are allowed to swim on windy days. 
Left, the kiddies pools, and right, the very necessary  Beach patrols. 

Given how hugely popular it is, this beach is not as huge we might think- funny how our idea of a thing heard of but not experienced in reality grows in our mind into some kind of a fantasy- but it is spectacular in many ways. Lots and lots congregate there and from morning to night, it is a constant people circus. Surfers walk around, families play, you name it. Furthermore, it has all the right features: clean, fine sand, an agitated surf who relentlessly beats the shore, and just the right amount of danger: the rip tides are unpredictable and can scare the pants off many a strong swimmer- or a brave one, like my partner in travels. Yes, you heard it right: my intrepid friend Deni got sucked into a rip tide, and after his HELP call was heard, was rescued by two near by swimmers, and later on by beach patrollers. Zoikes, that was scary! It was also the last time he swam!!

Left, an outdoor gymnastics right by the beach, right, one of many kid surfers. 

Although I did my fair share of ocean play, my favorite part of the beach is The Icebergs ( name of the winter swimming team) pool- a 50 m long ocean pool where you can really swim in salty water as much as your heart desires. But it is more than swimming, it is an Experience! First of all, we are surrounded by majestuous surroundings, included the surreal blues of the ocean and the delicious turquoise of the pool. Then we have this acute knowledge of the surf living and pounding right beside us swimming our laps, and sometime spraying over the edge, as if to remind us that we are on mighty Bondi Beach! Then, after swimming, there is a somptuous sauna overlooking the ocean. There is no way I am not coming back to this pool. Definitely a Bucket List item.


When living as a local in this neighbourhood, this is how our life might work: 9 to 5 is business as usual. BUT. Before work ( the beach starts pulsating with a hundred boot camps at dawn, the ocean is dotted with kayak and swimming teams as well as many surfers as soon as the first daylight breaks) ) and after work means walking over to the beach in bathing suit, barefoot, with a towel swung over shoulder, and joining the endless string of happy people who play in the waves. Did I say happy? Let me add more: fit, tanned, fit, good- looking in that casual effortless I was born like this style, exercise- loving, fit, young, fit, energetic, casual, ocean- lover, and did I mentioned fit, very fit.

Around the pool are these large mural paintings, which are changed very often, so it's a permanent show, which you can admire when you do the Coastal Walk, alongside with other beaches, many of them.

53
53
Publié le 19 mars 2017

Grace à leur sable ultra-fin et à leurs eaux turquoises, les plages de Jervis Bay, sur la côte sud de la Nouvelle- Galles du sud, trois heures au nord de Sydney, font partie des plages les plus sûres et les plus jolies de la planète. Hyams Beach a officiellement le sable le plus blanc du monde! Les nombreuses plages, les lagons, les anses secrètes et les criques dérobées de Jervis Bay sont parfaites pour toute activité aquatique. On y trouve une combinaison unique de paysages côtiers, marins et continentaux, qui offre des opportunités extraordinaires de randonnées à pied ou à vélo, de camping et de découvertes de la culture indigène. Pourtant, même en sachant tout ceci, notre petit groupe ne pense qu' à une chose ou deux, grosso modo à jouer dans les vagues et se la couler douce sur la plage en observant ce magnifique paysage qui reellement nous coupe le souffle. Un maillot de bain et un sac de snacks est tout ce dont nous avons besoin!

On s'en donne tous à cœur joie de plonger dans les vagues. Pourtant Deni crie: " Au requin!" lorsqu'il voit des ailerons menacants s'approcher de nous a toute vitesse. Comme je suis la plus pres de ces ailerons, j'exécute mon crawl le plus rapide pour sortir de la vivante, mais quand je prends pied sur la plage, il s'avère que les ailerons appartiennent à une famille de dauphins. Je cours et cours le long du rivage de l'immense plage pour bien voir mes premiers dauphins de toute ma vie, mais ils nagent vite, donc je dois courir tres vite! Finalement, une grosse vague déferle et la, magie, je les vois surfant dans la transparence turquoise, se laissant glisser dans le creux lisse. Cinq dauphins de tailles differentes, donc probablement une famille. Magnifique!

Jervis Bay est entourée par le Booderee National Park, St George Basin, et l'océan. Une importante faune australienne indigène y prospère, dans l'eau comme sur la terre. Sous les arbres, nous voyons des kangourous, pas mal timides.

Nous allons jouer dans les vagues de Murray's beach et profiter de cette grande journée de congé tous les quatre. Et la, oh, ne vous fiez jamais aux apparences d'une journee idyllique: Jay, en train de nager, se rend compte qu'un requin nage à côté de lui! Zoikes!!! Il sort à toute vitesse et bientot, tout le monde sort aussi, alertes par un sixième sens qui fait que tout le monde à compris qu'il y a un REQUIN dans l'océan! Il fait environ 80 cm de long, est gris pas trop foncé, et nage tranquille. Irréel! Totalement irréel! Jay sort de l'eau en vitesse, et tous ceux qui sont dans l'eau l'imitent. OUF! Laissez- moi vous dire qu'on scrute les vagues avec intensite pendant longtemps après! (curieusement, aucun de nous de remet les pieds dans l'eau après cet épisode!)

Jay is beside himself with excitement to have swam with a shark!! He is so extremely thrilled and not acted at all! Instantly, he jumps on the phone, and chats a mile a minute to his friend, who, like him, always wanted to see a shark. This is a great day for him, and we are all happy for him, but mostly, happy that he is safe😉

Jay aka " Swims With Sharks" 
54
54
Publié le 25 mars 2017

Time flies! The few days we spent in Chatswood with our then Valparaiso friends Isabel, Felipe before they were a family, and the kids Hugo and Bruno were simply delightful. The week in at Bondi with Raphaelle and Jay was extremely special. A huge thanks to these 2 very lovely non- hipsters (hahaha!) people who welcomed us with open arms. You gave us our first taste of this amazing and energetic, ocean front, laid back culture and all the yummy food shops! Despite the fact that you live so far away, may we meet again in a not too far future and please please, play in these waves for us!

55
55
Publié le 25 mars 2017

Écrire ce blog est une belle idee qui me plait de plus en plus. Ca me fait bien reflechir à ce que je vis, et magnifie mes expériences de chaque jour, qui pour lors acquièrent encore davantage cette qualité "d'aventures". Je savoure les choses deux fois, et passe de délicieux moments à penser à mes récits. Le mieux que je peux, je mets au service de ce blog- et fais progresser- à la fois ma créativité et mes petits talents de raconteuse pour communiquer à mes amis ce que je vis avec Deni cette année. J'utilise aussi mes envies de rechercheuse, ma spontanéité et mes élans de cœur, tout simplement parce qu'ils font partie de moi. Ce blog me donne le plaisir de partager- j'aime tellement vos commentaires!- et met en forme des jolis souvenirs pour mes vieux jours😉

Pour autant, nous vivons tellement de moments spéciaux, et changeons tellement d'endroits tellement rapidement, que mon blog n'existe pas en temps réel- sinon je devrais me ruer sur mon iPad chaque soir et passer mes nuits à écrire! Pour vous donner une idée, depuis que nous sommes revenus de Sydney le 2 Mars, il s'est passé 3 semaines, pendant lesquelles nous avons vécu et dormi à: île de France, Bretagne, Paris, le Bugey et le Jura, la Provence, Cinque Terre. Maintenant, le samedi 25 Mars, en temps réel, nous sommes a Sorrento dans la baie de Naples, en vacances pour trois semaines avec Cricri d'Ottawa, la soeur de Deni. En quelques soirées de libre, je prends le temps de raconter ce qui s'est passé maintenant, et de mesurer, de pondérer. Bienvenue à ce petit voyage dans mon passé recent. Au fait, je dois partager quelque chose de vraiment chouette: cet après midi je viens de décrocher un contrat de Workaway dans les alpes Italiennes sur les bords du lac d'Orta dans un tres beau centre de méditation/ yoga/ developpement perso. On y restera six semaines, et c'est juste à côté de Varallo, berceau de mes ancêtres Italiens😉 Fière de moi.

Le feu,  la soie et l'osier, de notre Workaway en Bretagne!
56
56
Publié le 26 mars 2017

Our Workaway in Brittany was one with friends, and it was delicious. Quoting my NZ friend Kerry ( who himself might have quoted Mark Twain) " When you meet people with like mind set, be ready for explosions!" Here is a mosaic of our week there😉

57

Apres la Bretagne, nous avons file sur Paris ou j'avais été conviée à une petite réunion de lyceens chez Marydor, dans le quartier de la Butte aux cailles. Je vous passe la joie et l'émerveillement que notre trio éprouverent à se revoir pour la première fois depuis 35 ans ( ! ) Suffit de dire que ce fut tres beau, nimbe de la tendresse nostalgique que ces années- la évoquent chez ceux qui les ont vécues comme vivent les papillons: sortant du cocon, vulnérables et fragiles mais avec un gros paquet d'espoir et de rêve en tête, et l'impression que si on y met du cœur, on agitera nos ailes tant et si bien qu'on volera jusqu'à la lune.

58
58
Publié le 26 mars 2017

La Butte aux Cailles, a little neighbourhood of small streets, is located in Paris' 13 arr., South Ouest from La Place d'Italie.

Today a charming and well- heeled little enclave, It owes its birdy name to a Pierre Caille who, in 1532 bought this then hill, which was covered with meadows, forests, and windmills. and at the feet of which flowed La Bievre. Later on, the proximity of this stream attracted launderers, tanners, dyers and such trades, which smelly and toxic activities took a toll of the quality of the air. The area was marked as unhealthy.

Between 1853 and 1870 ( the works were finally completed in 1927) Baron Haussman, commissioned by Emperor Napoleon III, redesigned the center of Paris, he demolished the crowded and unhealthy medieval neighbourhoods to replace them with new buildings built with standard specifications. Can you imagine the huge job?

The piercing of the boulevard Haussman in its last phase.

To do so, he annexed the suburbs surrounding Paris- but not Gentilly, to which La Butte aux Cailles belonged - and merrily constructed new sewers, fountains and aqueducts, giving Paris most of the distinctive appearance we know today.

Camille Pissaro's interpretation of the Avenue de l'Opera 

Another favorite painting from that time, is Gustave Caillebotte's Impressions of a changing Paris. Look at the rainy skies and standard buildings, mirrored by the grey uniforms of the stooped and expressionless humans, added to the total absence of trees: would that be a social commentary from the artist?

As a related side note, the strict specifications of Haussman frustrated so much the architects in their creativity that the Art Nouveau Style emerged. From all these unbending rules and straight lines, noodles and curves, vegetation and uniqueness were born, bringing to the city something different from all these restrictions that threatened to keep Parisians in line as in straight jackets way too much starched! From this artistic movement as surprising than brief ( 1890- 1910), Paris' architects were finally able to show exuberance and fantasy.

Pictures credit from @unjourdeplusaparis.com 

Parenthesis closed. Coming back to la Butte aux Cailles, Haussman's big urbanisation ignored it, and the neighbourhood kept doing its own thing. From 1828 to 1910, the city of Paris conducted terrassement works to cover the then almost extinct Brieve, and by the beginning of the 20 th century, La Butte progressively reached its actual appearance. Today, it remains an old village in the heart of Paris.

Not my picture. 

A little treasure of here is the pools, fed by an Artesian well. My friend Patrick crosses the city every week to swim here: best quality of water and only outside pool open in winter.

If by any chance you too are thrilled by the discovery of the little Parisian pockets, witness of another time and seeped in history, here are these tips from my cousin Jerome, who lives in the region: Explore Le quartier de la tour Maubourg, Rue st Louis, le viaduc des arts ( between Bastille and Porte Dorée), St Eustache ( la grande mosquée), la Place Monge, la rue Mouffetard, and of course Le Marais, Pigalle, etc...


Little things I fell in love with. Many more are waiting for you!
59
59
Publié le 26 mars 2017

Après Paris, une triste et mais quelque peu attendue étape furent les funérailles de ma tante Hélène, qui eut lieu dans le village de Voiteur, Jura, berceau français de la famille Tosi.

Comme la plupart des enterrements, cette journée apporta son bain de famille, avec un tissage de connections, qui me sont de plus en plus importantes ( puisque je vis à 6000k de la France, et que j'ai reconnu la breveté de la vie).

Ses filles et petites- filles ont ecri et lu des textes magnifiques et remplis d'émotion, qui faisaient chaud au coeur, exprimaient beaucoup d'amour et rendaient un juste hommage à cette belle et bonne grande dame.

Voici le mien:

" Il ne fait aucun doute pour moi que Tante Hélène a touché positivement tous ceux qui ont eu la chance de la côtoyer. Déterminée, affectueuse, curieuse de tout et remplie de révérence pour les humains comme pour les animaux, elle était de ces personnes qui personnifiaient pour moi l'amour de la vie dans sa plus éclatante expression et à son plus haut degré de brillance. Hélène a eu un profond impact sur moi car elle possédait le franc- parler qui rend libre, ainsi qu'une force, un élan, une énergie et de ces grands enthousiasmes qui donnent confiance, peu importe ce qui arrive, peu importe ou on va."

Auprès du cercueil, un texte de Teilhard de Chardin a été lu, duquel je me souviens simplement de "...maintenant qu'elle est partie, il ne nous reste plus qu'à être digne d'elle."

Complètement d'accord. Et d'accord aussi avec mon cousin Jean- Michel qui a dit: "Hélène, c'était du brut de brut." Du yaourt nature. Et chacun dans notre univers on a besoin d'une Tante Hélène.

60
60
Publié le 28 mars 2017

After this family event, we drove down past Lyon to Provence, and then zipped down the E80 highway past the Côte d'Azur, Monaco, the Italian Riviera, to finally stop not much south of Genova in the town of La Spezia, which is a perfect place to stay if you want to go visit the beautiful and world- wide famous National Park of Cinque Terre! BUT. When going to widely publicized places, I sometimes have expectations. THIS below, was my expectation of Cinque Terre.

Not my picture.

Between other sins, I confess my greed. I wanted the whole package: beautiful vibrant colours, pure turquoise water where to dip my feet in or take a dive in. I wanted to see Cinque Terre as it most probably was on a beautiful summer day in 1960, with maybe some Italian archetypes walking around, such as a Sophia Loren kind of woman in a while blouse, a pizzaiolo singing in his shop, a bunch of tanned kids in striped sailors tees running around like there is no tomorrow while their mamas would be in the plaza talking to each other with wild gestures and great laughs, and of course, a few fishermen mending their nets on the sun- baked beach. I wanted a whole cultural and visual feast.

BUT reality is alive, and so much better than a glossy magazine picture. Reality was park workers creating new sitting areas for tourists, boats sleeping on the beach in their winter coats, and a backdrop of brown hills.

Reality was seeing a bunch of visitors noisily and happily playing foozball in the middle of the plaza in Riomaggiore as we ate our bagged lunch on a bunch.

Reality was witnessing an empty terrasse, all decked up and waiting for lunch customers, and 5 villages with uncrowded streets we could enjoy with tranquility.

The three of us took the train from La Spezia all the way to to the last village, and then systematically got off at each stop to visit the other villages, one after the other. We did a lot of walking, but it was a relaxed day- save from the high school field trip in the train who were fooling around noisily- and we took our time. Kiki and I each bought a dress, and we had lunch in a small coffee house where the music was so good Kiki danced under the sympathetic and impressed eye of the barrista, with whom we ended up having a long conversation about the live music they have at night.

When we are not staying with Workaway hosts, we always use Airbnb. This one was so spectacular I must recommend it. Built right beside the impressive Villa Shiff, it was beautiful, surrounded by gardens and up high on the hill above La Spezia. Best of all, we could teach the train station by using 700 steps, or take a public shuttle.

Not my pictures. 
61
61
Publié le 2 avril 2017

Deni, Kiki et moi avons choisi de rester à Sorrento pendant une semaine pour pouvoir explorer la baie de Naples qui est juste magnifique, et dont on a tant entendu parler partout. Sorrento est la porte d'entrée de Capri, Napoli, la cote Amalfitaine, etc... rien que des beautés dont la renommée n'est plus à faire, et une autre italie "internationale". Nous logeons dans un petit village sis au milieu des citronniers sur les hauteurs de Sorrento. La- haut, les rues sont extrêmement étroites, et nous laisserons notre voiture en plan pendant toute la semaine, utilisant les 700 marches pour descendre en ville, et les petits bus qui desservent les villages environnants. Notre appartement est grand, chacun de nous trois trouve facilement son espace, et le balcon donne sur toute la baie, surplombée par le Vesuve. Il nous est loué par un hôte médaille, Giacomo, et non, n'est pas médaille qui veut! Giacomo offre un service exceptionnel: pour ne citer que certains d'entre eux, il est venu nous chercher à notre arrivée à Sorrento pour nous guider jusqu'à notre maison (qui est sa maison de naissance), il nous a emmenés ce même soir faire des provisions à l'épicerie, faire un tour de la ville- avec moult explications, aide avec nos bagages, venu nous chercher le lendemain pour un autre tour, et a répondu à toutes nos questions de toute sorte et nous en avions!! Il va sans dire que la maison avait TOUT ce dont trois voyageurs auraient pu rêver, donc nous nous sommes vraiment sentis choyés!

Merci Giacomo! 

Et voici une carte de ce qui fut notre terrain de jeux pour une semaine. Nous avons trouve un bel équilibre entre jours de visite et jours de lecture tranquilles à la maison, ou petites virées pédestres dans les environs à observer les citrons pousser ou découvrir les chemins, escaliers, jardins en terrasses, mini fermes et petites églises, et bavarder avec qui nous rencontrions.

Alors, bien sur: Capri. On est vraiment curieux de la voir!

Notre hôte connaît une petite coopérative maritime qui emmene une poignée de gens faire le tour de l'île puis les lache a Capri pour la journee pour les reprendre le soir. Pour qui a grandi en France, Capri, ca fait partie de notre culture collective depuis le tube du même nom. C'est l'eau bleue, et une certaine idée des vacances parfaites.

La Grotta Azurra! 
62
62
Publié le 4 avril 2017

Born from the dream of a Swedish doctor, this extraordinary house sits at the top of the island, Anacapri. From Capri, it's a cinch to get up there by bus. Here is the view you will get. Tempting, eh? However, be prepared to meet an equally beautifull man, of many talents. Few people have celebrated this Mediterranean island with as much passion as Axel Munthe, and few have done more for Capri's reputation and popularity in modern times.

A pharmacist's son, born and educated in Sweden, Axel Munthe was first a doctor. A student of French pioneer neurologist Charcot, and collaborator of Pasteur, he graduated at age 23 from the faculty of médecine of Paris, becoming the youngest doctor in Europe. He came to Capri during his medical studies, and after climbing the Phenician steps, stumbled onto a peasant's house sitting beside the ruins of a chapel dedicated to Saint Michael, itself sitting on the remains of one of Emperor Tiberius' ancient villas. He was immediately struck with the dream of building a villa there. And this is exactly what happened. Eventually, he was able to buy the land, and the work started.

As a doctor, he rarely prescribed medications to his patients suffering from mental disorders, recommending instead music, hypnosis and other alternatives. He started to practice medicine in Paris, were he welcomed many members of the Scandinavian artistic colony. Then in 1890, he opened a practice in Rome, in the same Casina Rossa where John Keats took his last breath in 1921.

The bedroom 

He was also an author. His autobiography The book of San Michele, became instantly one of the best sellers of the XX century and made him world- famous overnight. He wrote freely, using dramatic license and tragi- comedy to describe the idyosyncraties of his contemporaries, rich and poor alike. The backdrops he used were built on " the ill- defined narrow strip of land which separates the real from the imaginary " dixit Pierre Benoît. " He was a deeply humorous person but at the same time, a resigned and unhappy human being, a misanthrope. It is this tension that gives the book its dynamic and makes it so readable."

Axel Munthe was a constant defender of animal rights. Observing with alarm that Italians on Capri were practising undiscriminating bird hunting, he bought the land around the villa and created an ornithological reserve to protect them.

He was a philanthropist. As a doctor, he had a widely diverse clientele, and routinely healed the poor for free. At times when he could have easily stayed uninvolved, he put his life on the line to help the local population: during WWI, during Messina's earthquake of 1908, and in Napoli during a cholera outbreak, he was there in the middle of it all, providing assistance to injured and sick people.

He was an architect. Strong of the vision of what he wanted to create, he built much of the villa himself, working alongside the local people he hired- also involving his father and three brothers😉

One wall of his villa reads this message, photo down below, which means: "Daring, Willing, Knowing, Shutting one's mouth"

It must have been a kind of a motto for him. Although he would have been very vocal about many things, it is easy to imagine him sitting in his gardens early morning before the day broke, and as all philosophers are wont to do, thinking in silence.

From the time he opened his Roman practice, he split his time between Rome and Capri, often receiving during the summers a steady stream of visitors, among which Rainer Maria Rilke, Oscar Wilde, and Malaparte.

And that my friends is enough history. Since there is much pleasure of finding out things for ourselves, I will not rob you from the one of discovering Axel Munthe's strong link to the Royal Swedish Family and the Queen Victoria de Bade, or what happened at the end of his life. I can only thank my parents, those eternal lovers of Italy, for opening my eyes to this extraordinary man. And go no further to know my father's favorite book of all times!

Good bye, Capri, you were sweet!

63
63
Publié le 7 avril 2017

Aujourd'hui, on visite Naples. De Sorrento, en train, ca prend une heure. Nous somme remplis de curiosité et de trépidation, car Naples a- avait?- la réputation d'être bien mal famée, et peuplée de brigands, alors, hein, que va-il- se passer?? On a dans la famille une histoire, véridique, dit mon père, de deux touristes qui vont à Naples mais ils ne sont pas tres rassures à cause de la prevalence du crime, alors ils garent leur voiture juste en face du café où ils s'assoient, et ils la surveillent bien. Quand ils ont fini leur café, ils la reprennent, mais ils ne peuvent pas repartir: on a volé les pneus des deux roues qui étaient de l'autre côté!

Le train nous dépose pres du metro Garibaldi, et, donc nous nous engouffrons dans les profondeurs, toujours dans l'expectative. Surprise! Le metro est tellement neuf que nul graffiti n'en "décore" les murs, couloirs ou wagons. Wow! À partir de ce moment, nous savons que tout peut arriver qui va nous surprendre, et mettre à la poubelle les vieux mythes. Naples, mal famée et peuplée de brigands? Pas plus qu'ailleurs!

Nous avons découvert une organisation qui offre des balades guidées gratuites dans les villes, The Free Walking Tours ( nous nous sommes inscrits hier pour un Napoli Free Walking Tour, et avons reçu notre confirmation: nous sommes attendus! ) donc nous nous rendons Piazza Dante pour rencontrer notre guide, laquelle s'avère être Sylvia, Napolitaine de naissance, enjouée et passionnée. Notre groupe consiste d'une douzaine de voyageurs de toute origine, donc Sylvia fait la visite en anglais. En bonne historienne, elle commence tout de suite par nous expliquer que le poète, écrivain et homme politique du moyen âge Dante Alighieri a été un tel facteur d'unification de l'Italie, qu'on a place sa statue dans chaque ville de l'Italie. Ce grand homme fait partie du trio des trois couronnes qui imposèrent le Toscan comme langue littéraire. Il faut savoir que le latin était la langue commune écrite à toute l'Italie pendant que l'Empire Romain régnait, mais des sa chute, le pays à eclate en plus qu'une douzaine de régions, et chacune à ontinue a developper sa langue regionale. Passionne par son pays, et alors en exil à cause de ses opinions politiques, le Florentin Dante étudie les langues maternelles et découvre qu'aucune ne peut prétendre à être supérieure aux autres. Le Toscan finit par l'emporter sur les autres grace aux œuvres de trois écrivains Florentins: La Divina Comedia, de Dante, Canzioniere, de Petrarque, et Le Decameron, de Boccaccio.

Dante Alighieri par Sandro Botticelli 

Donc nous allons découvrir La vieccha cita de Napoli, petites rues étroites et sombres où les trucs les plus inimaginables s'entassent, et nous tombons tout de suite sur ce que tout le monde s'accorde à nommer La première pizzeria du monde. ( Fabienne devrait-elle utiliser des majuscules ici? Bof, c'est juste de la pizza! )

Il n'y avait pas de pas de porte ( "pas de pas de porte" est amusant, non?? Oui, je sais, je ris d'un rien! ) où on pouvait acheter de la pizza. Dans ce local, on confectionnait des pizze, ( picola lezione de grammaire: una pizza, due pizze) les cuisait au feu de bois, et les chargeait sur une charrette qui roulait jusqu'en bas de la rue jusqu'à ce qui n"était pas encore la Piazza Dante, pour les vendre à des gens qui les mangeaient en vitesse, debout, pour se nourrir rapidement avant de retourner travailler. Donc, nourriture du petit peuple. Pizza, napolitaine. Capish?

magasin typique du centre historique - on y vend de tout!

On tombe sur une statue de Pulcinella, un être imaginaire ne à Naples, emblème de la ville, et dans lequel on dit que chaque Napolitain se reconnaît. Ce personnage bourré de contradictions commença sa vie bien avant d'être ressuscité pour les besoins de la Commedia dell'arte: il appartenait depuis la nuit des temps au peuple, qui en avait fait un catalyseur de symboles qui se sont superposés et entremêlés au fil des temps. Il apparaît sur des murales de Pompéi: à vous de trouver son masque noir😉

Pulcinella incarne par son aspect la mort et les malheurs de l'humanité, mais les conjure par son bonnet en forme de corne d'abondance et ses pitreries. Les rôles qu'il joue sont aussi nombreux que les défauts et qualités d'un peuple. Il est drôle et tragique, naïf et malin, gentil et méchant, riche et pauvre, lâche et courageux, désespérément stupide et étonnamment débrouillard. Il réussit toujours à renaître de ses cendres, à l'instar de tour bon Napolitain, capable d'exercer n'importe quel métier, d'en inventer même, pour survivre aux invasions étrangères, aux guerres incessantes, aux colères du Vesuve, etc..

Sylvia et Pulcinella  

Pulcinella n'est pas un personnage, mais une collection de personnages. Benedetto Croce

Enfin, comme chacun sait, Pulcinella est bavard et ne sait pas tenir sa langue, d'où la locution "Secret de Polichinelle", qui existe également en Italien.

Nous tombons sur une exposition de creches en plein-air. Je ne me souviens plus pour quelle raison, mais Naples pense qu'elle est la seconde Bethleem, et adore les creches, donc c'est monnaie courante d'en voir un peu partout, tout le temps, même dans la montagne. Elles sont tres élaborées, et me font penser à ces maisons de fées qu'on fait dans certaines maisons Waldorf, en bois avec de la mousse des forêts, des champignons, et des décorations végétales. De vrais petits théâtres où plus d'un enfant aimerait jouer- enfin, où j'aimerais jouer. Avec des petits gnomes, bien sur😉

Un arrêt qui me marque est La chiesa de Gesu Novo. Ce palais fut transforme en église et jusqu'à récemment recelait un mystère non élucidé. En effet, sa façade principale est faite de pierres en forme de diamants, sur quelques unes desquelles il y a des marques gravées. Je vous laisse imaginer pendant combien de centaines d'années on a longtemps débattu sur le pourquoi et le comment de ces signes, et élaboré quantité industrielle de théories. Finalement, en 2010, un prof de musique local a compris que chacune de ces petites gravures étaient des notes de musique, qui se lisaient de bas en haut et de gauche à droite. Il a fait jouer cette musique, et c'est une lente musique médiévale, pas de surprises ici. À ce moment, avec plein d'etincelles dans les yeux, Sylvia tire de son sac son téléphone et avec un air de conspiratrice, nous fait signe d'approcher. Intrigues, on fait un "huddle" comme les joueurs de rugby, on met nos têtes ensemble, et on écoute avec émerveillement cette jolie musique un peu mystique. Ah Sylvia, tu nous tiens! Tu nous a présenté ta ville sur un plateau d'argent avec toute l'affection que tu ressens pour elle, et je ne peux imaginer de meilleure introduction😀

Cherchez les petites marques sur les pierres en diamant!

Notre journée à Naples s'achève par un bon repas pris dans un petit resto à trois tables seulement, mais où les étudiants viennent chercher leurs repas (Dans des petites boîtes en carton) car c'est de la cuisine du terroir, tres nourrissante, mais faite sans chichi et pas chère du tout. Quand elle arrive pour voir si tout va bien, nous invitons à manger notre guide, qui nous a recommande cet endroit, mais elle dit que sa mamma lui prépare son déjeuner de midi tous les jours et qu'elle y court😉

64
64
Publié le 10 avril 2017

So here comes another moment of truth, where a long- known, star- studded place- like Capri or Cinque Terre, is going to be matched with the real thing. The Amalfi road is a long winding and treacherous one, hugging the steep coast and bringing you to small villages clinging to the hills. From Sorrento, it takes us 45 mn to reach Positano, then Praiano, Furore, and finally, Amalfi.

Because parking is horrendous in the villages, and driving the road can be a nightmare ( traffic, steep curves, scary encounters with huge buses, ungodly speed, drivers who will pass you no matter what...) it is recommended to take the bus, so we did, from Sorrento to Amalfi, and because it was packed, we stood for the whole way, and because there are so many turns and driving is so fast, I almost tossed my cookies. So if you do take the bus from Sorrento center ( we hopped en route from our village up the hill) go to the very- easy- to- find main departure, by the train station ( there is a big sign and you can buy the tickets right there), arrive early so you will be able to travel sitting down, and sit in the opposite side to the driver so you can enjoy the terrifying and lovely view, as well as keep your cookies. The villages are way too touristy and too full of stuff to buy- forget authentic!- however, there are hikes to do, and people aboard the bus said they were great ones, but I shudder imagining what it is like in the high season, with the heat and the crowds😦

Views from the two hours I spent in Amalfi .

The best moment of the whole trip was driving back to Sorrento from Amalfi- for one, we were sitting down, and thus were able to appreciate, and not just submit to- a real performance, the Great Dance of the Passing Buses. Try to picture two huge, over- filled Pullman buses meeting face to face in the elbow- curve of a small village, coming instantly to a crawl, and trying to each go their opposite way without scraping themselves, or a parked car, or taking side mirrors off, or the corniche of a house. The villages streets are very narrow, and I swear that many times, we all stopped breathing, and were all held together by our disbelief of what incredibly tight spaces our bus had to squeeze through. When such a face- to- face happened, as our bus inched this way and that way to manage the passing by, all the passengers kept very quiet, their eyes glued on whatever they could see from this performance. We all know it will work, but none of us, equipped with normal brains, can believe it will, so each time, we think: " OK. No, not this time, there is not enough space. No way. " But, incredibly, our steel- nerves drivers deliver, and off we go. After one of these performances, and after we had all resumed our breathing, one woman quipped: " They really should sponge the buses with olive oil, it would work better for squeezing by! " 😀😀😀

Amalfi has great gelati! 
65
65
Publié le 10 avril 2017

Un album de photos, souvenir de deux jours de longues et splendides marches dans la ville par 27 degres!

Le Vatican, majestueusement elegant.
Une jolie fontaine et un cafe enchanteur. 
Le Parthenon dans toute sa gloire.
Mm... j'ai oublié mais c'est tres beau, et plein de chats😉
Magnifique Baroque jouant les modestes sur une place.... raté! 
Romains, voyez- vous encore la beauté de votre ville? 
Ouf! Enfin tranquilles et au frais à côté du Tibre tranquille... 

Kiki et moi, une photo spéciale pour une cousine adorable: Marie- Anne😀

Les nouvelles robes des Principesse, trouvées a Cinque Terre.

Et finalement, notre dernière soirée a Rome. Notre trio sépare et c'est le temps de dire au- revoir à Kiki, qui repart à Montréal, un bel anniversaire à Deni, hélas, sans bougies, mais avec un bel enthousiasme et plein de chansons, sans parler d'histoires drôles! Merci pour la visite KiKi, c'était immensément chouette de t'avoir avec nous pour presque un mois!

Qui a besoin de mots quand on a les sourires?!! 
La folie, un élément non- negotiable  😉
66
66
Publié le 18 avril 2017

Because our life is so nomadic this year, we use cafes as our " little homes away from home" at any hour of the day, and there, we do a bunch of stuff beside having coffee: Italian lessons with the newspaper and dictionary, listening to conversations, blogging, establishing lists and plans, and communicating with future hosts. We love our cute cafes ( which are also the best places to take the pulse of a community and get informations from random people about anything ) or as we used to say with Ronja back in September: cafes carini. Hello Ronja, here is today's cafe carini in Ostuni, the white city!

Loving all this white with pops of bright colours! 
67

Nous venons de passer 2 semaines à Altamura, chez Viv, Dom et Mat jeune famille adorable- et excellent profs d'Italiens!- qui nous héberge sans nous demander d'autre travail que de participer aux tâches de la maison et de parler en anglais à leur enfant quand on est dans l'appartement. Ils nous encouragent à visiter les alentours et des le premier soir, la carte est dépliée sur la table de la cuisine, et nombre de notes sont prises d'après leurs recommendations. Relax, curieuse et aimant rire Viv adore travailler la pâte à pain au levain, et creee un nombre impressionnant de muffins, focaccia et autres délices que je ne saurai nommer et encore moins écrire. Je suis convaincue que sa phrase :" Quand y'en n'a plus, y'en a encore!" à été inventée pour sa boulange! Viv et Dom ont construit une chaise haute spéciale cuisinière, et Mat, perche et arme d'un fouet ou d'une cuiller en bois, fait preuve d'une dextérité étonnante à chaque fois que quelqu'un commence à faire à manger😉

Séance de cuisine à l'appartement! 

Les Pouilles est dans le sud de l'Italie, c'est en gros le talon, la partie rose cercle de rouge sur la carte, avec Bari, Lecce, Tarente.

Alors nous commençons les visites, et d'abord, nous allons juste quelques km en dehors des Pouilles, dans la province du Basilicata, à Matera, ville dont la nomination de Capitale Culturelle de l'Europe 2019 est en train de changer toute la région. En effet, Bruxelles y injecte des tonnes d'Euros! Comme la région était decidement agricole, un grand renouveau économique est en train de se produire, on voit des grues partout, beaucoup d'entreprises choisissent de s'installer dans le coin, et de nouvelles infrastructures routières voient le jour😀

Visiter Matera, c'est comme retourner dans un passe oublié. Lorsqu'on visite cette tres pittoresque petite ville, on a la sensation de mettre les pieds dans une crèche vivante. Ce n'est pas un hasard si Matera est aussi appelée " la deuxieme Bethlehem", elle a été le décor de films comme " La Passion du Christ" de Mel Gibson, et l'Evangile selon saint Mathieu de Pier Paolo Paolini.

Dans les années cinquante, la population qui vivait dans les grottes creusées dans la montagne fut contrainte d'abandonner leurs maisons pour s'installer dans les quartiers modernes. Personne n'aurait pensé que ces grottes, les Sassi, "habitats creuses dans le rocher", allaient devenir le symbole d'une ville en renaissance. En 1993, l'UNESCO a inscrit les Sassi de Matera sur la liste du Patrimoine Mondial de l'Humanite, comme un système et un modèle de développement millénaires qui doit être préservé pour les générations à venir. Les Sassi sont reconnus comme un modèle de vie en parfaite harmonie avec l'environnement, s'intégrant dans celui- ci tout en exploitant ses ressources sans l'altérer.

Voici l'intérieur d'une grotte- musée. 

Matera est aussi la ville parfaite pour jouer, et je rêve d'y organiser une gigantesque partie de cache cache de NUIT, avec toute ma famille! Imaginez ça!

68
68
Publié le 26 avril 2017

This bright sunny day we drive down the south of Bari to Polignano a mare, a town where La Cena de Natale, a movie we saw in Syracure around Christmas, was filmed. It is the home town of Domenico Modugno, the creator of this well known circa 1958 song " Volare", and here he is, in all his bronzefied glory, hair, arms and jacket flying, right in front of la mare

We delight in exploring Polignano, for it is filled with all kinds of nooks and crannies, stairs, not quite square piazze ( pluriel of Piazza) lined with white Baroque buildings, pottery workshops and cute cafés😉 There is a part of the old city that dramatically juts out into the sea, creating a impressive backdrop and making space for a narrow but deep beach surrounded by high cliffs, which are pierced with as many caves as Swiss cheese. The waters are so intensely clean and turquoise that one wants to swim there, and despite the cool temps, a guy does, before the mesmerized eyes of the passerbyes.

69
69
Publié le 27 avril 2017

Monopoli est une jolie petite ville de bord de mer se trouvant au sud de Polignano. C'est dimanche, nous arrivons vers cinq heures, qui est en semaine l'heure du debut de la Passegiata, qui est le moment où les Italiens, après avoir terminé leur journée de travail, sortent dans les rues des centre- villes afin de se voir et se faire voir. Mais comme c'est dimanche et qu'on fête quelque chose- les Italiens fêtent beaucoup de choses, et font beaucoup Le Pont- les rues sont pleines de gens habillés joliment, qui prennent du bon temps en famille- je parle de trois générations au moins- , investissent les rues, devant les cafés et restaurants, les jeunes couples marchent tranquillement dans les rues de la vieille ville, remplissent les places avec les poussettes de bébé, les gamins qui courent partout, les grands mères, etc... On a toujours ce sentiment en Italie que, pendant les week ends, personne ne va nulle part, on ne fait rien de spécial, mais on est dans nos plus beaux habits, et on parle sur le trottoir, avec la famille et les amis. On PARLE! Oh comme ces gens parlent!!

On est en train de skyper à mes parents et ces deux la sont tres intéressés! 

Monopoli à un tres joli port, le long duquel une charmante promenade permet à chacun de faire admirer ses beaux atours. En Italie, l'apparence est importante lors de la promenade dominicale ou La Passegiata du soir. Il faut faire La Bella Figura, avec des vêtements en bon état, à la mode ou bien classiques si possible, une chevelure soignée, et un pas mesure lorsqu'on marche. Il n'est pas bon pour sa réputation, ainsi qu'une honte pour sa famille d'afficher une Bruta Figura. Cheveux au vent, allure trop décontractée, vieux tennis, pull noué autour de la taille, grands gestes, voix fortes, visages sans maquillages, ou absence de bijoux, sont suspects et susceptibles d'etres interprétés de façon négative. L' opinion des autres est importante dans les petites ville ou tout le monde se connaît, ou tout se sait, et il faut respecter un certain décorum. Quel petit- fils veut se faire réprimander par une grand mère offusquée qui a entendu chez sa coiffeuse qu'on l'a vu jouer au foot un soir trop longtemps sur le port la chemise sortie du pantalon et les cheveux en bataille? Non non non, il faut faire honneur à sa famille en tous temps, et faire una Bella Figura. En ma qualité de voyageuse, j'echappe à cette règle d'or, et les coups d'œil qu'on jette à au petit sac scotché sur ma veste en duvet et les chaussures de randonnée plus souvent crottées que cirées sont curieux et indulgents, mais en même temps, il est clair que je n'appartiens pas à leur monde.


En débouchant sur une rue éclaboussée de soleil, nous tombons sur ce couple qui bouge nonchalamment devant nous. L'homme et la femme marchent à petits pas sans parler, affichent une expression légèrement ennuyée et neutre, comme il sied au moment, et sont habillés impeccablement. Un bel exemple de Bella Figura! De dos, La femme ressemble fort à Trish- oh elle va se reconnaître!- et même les couleurs et le manteau qu'elle porte m'incite à penser que ce pourrait être elle. Telle une detective, je m'amuse à la filer. Memes cheveux, même profil, même lunettes, différent sourire. Bo! (Bof en Italien)

Quant à la cathédrale, située sur la plus jolie petite place, c'est une merveille. Deni a pris l'habitude d'entrer systématiquement dans chaque eglise. Il ressort illico et me fait signe. C'est une folie de marbres, de découpages, de sculptures, de tableaux.

70
70
Publié le 1er mai 2017

Bari is a thriving busy city on the Adriatic and a transport hub: it has an airport and one can take the boat to Albania, Croatia, Greece and Corfou. On one of these cool, blue skies days we park the car and leave for a day of discovery. First, the day- fresh fish for sale on the old harbour, to buy for home, or to taste on the spot. While my nose sends me the message that it would be unwise to involve my sense of taste in this experience, Deni's one encourages him to eat a plate of gelatinous sea urchins. I watch closely to see if I have missed an earth- shattering gustative experience, but judging by his still face, his taste buds have not jumped to the sky. My nose is always right😉

After this dubious snack, we pass by fishing boats, which are bobbing companionably, resting quietly after an early departure morning of work😉 In full sun, a young fisherman wearing a beautiful old navy blue woollen sweater is energetically painting his boat with tar, while a group of them are making sense of a huge tangle of fish nets, sitting together rather teeth- clenchedly.

In a kind gesture to my ever patient husband, I do not treck up to them to talk and take pictures, but let you imagine the scenes. Peccato ( pity) for the maglione (sweater)

What is great about Bari's old city, is that it has retained its authenticity. We are being told that families who have always lived there live there, and it is highly believable. There is no apparent "gentrification" nor transformation of the old city into something else, no tourists things for sale, cute cafes, bed and breakfast, trendy shops, art galleries, etc... It smells and looks like real life, with scooters/ bicycles parked any which ways, kids playing soccer and people going about their business.

There is nothing that pleases me more than seeing well ordered freshly- washed laundry hanging from the windows, and on this day am I ever lucky! The whole street smells of soap, and I feel cleaner.

Another source of wonder and soap scent: a pre- teen blowing bubbles from his balcony. 'Tis a simple pleasure, which these strolling Canadians appreciate in all its worth.

Orecchiette are a hugely popular pasta shape in Puglia - did you know that Italy boasts around 600 pasta shapes?- and they come in all sizes, each resembling an elf ear. In the old city of Bari, women make orecchiette in their kitchen, and dry them on racks right on their door step. If one wants to buy some, one asks with a loud voice near the door- Ci vende orecchiette qui oggi? Can we buy orecchiette here today?

Since my eyes have started to wander through the open door of the kitchens, I have often seen the same pattern: one middle- aged woman cooking, and a very old small, black- dressed immobile woman sitting in a corner. In this kitchen though, three women actively work. Since the kitchen is wide open and a guy with wide eyes eyes me, I ask if I can come in, he nods, so I go down a flight of stairs and do my little introduction, ask questions, take pictures, etc... The women are polite, but then the boss comes in and they all stand to attention to her strong, no- nonsense voice, and I slip out unnoticed. Oh well. It was still good to be there.

Outside of the maze of the old city, I struck up a conversation with a mother and a daughter bickering with each other- no bickering within my ear shot please!- and soon it turns out that one spoke French in an other life, the other one learns English, and both want to practice! Between Deni and I, they have won the jackpot. We each take one and make their dream come true, then we swap. A fun encounter!

Do not trust these sweet smiles: these women are LIONESSES! 

How I love stone arches. They add a graceful note everywhere they are.

Speaking of arches, Bari's cathedral has some incredible ones inside. Magnificient

With the goal to get a present for our host Viviana we enter a Barretti store, kingdom of the coffee machines: there is one for each taste. Since I have not much set my feet in coffee machines stores in my life, so am wide- eyed in front of this display.

Italians really do public places very well. There are always many piazze, groups of bunches, a fountain or other people gathering place in any city, for the anziani ( old folks) to sit, chat and watch people. There are many pedestrian streets for the night's Passegiata.

71
71
Publié le 6 mai 2017

Nous commençons aujourd'hui une série de trois workaways dans des familles anglaises. Oui, c'est vrai, notre but est d'apprendre à parler Italien, mais nous n'avons pas trouver de familles Italiennes pendant ces quelques semaines, alors nous nous faisons une raison, et elle s'avère être excellente: nous allons avoir un point de vue différent, de la part de gens qui ont choisi de s'établir dans le pays de Dante.

Maintenant nous descendons jusqu'à Ceglie Massapica, au sud des Pouilles, ou nous avons notre propre petite maison ou nous allons repeindre la piscine et des portes, remettre le trullo en état, et désherber les patios.

Du travail! Du travail! Jen à la brouette.

Voici l'histoire: il y a bien longtemps, une dame anglaise, Lisa, était tombée en amour avec l'Italie, et y avait fait beaucoup de voyages. Elle trouva cette maison, qui comportait un bâtiment principal et un trullo, l'acheta, et y vint pendant de nombreuses années à chaque vacances. Son voisin, Giuseppe, avait une maison de trulli, sa maison natale- un vrai antre d'homme où il venait bricoler le week- end.

L'antre de Giuseppe

Lisa lui donna la permission de faire toutes les greffes qu'il voulait sur ses arbres, car elle en avait plein et car il était fou de greffes. En echange, il lui proposa de tondre son terrain. Pour la peine, elle lui dit de prendre tout le bois tombe pour faire son feu d'hiver. En retour, il répliqua qu'il lui en couperait et corderait la moitié pour son feu à elle. Je ne sais pas exactement combien de temps les negotiations de troc durèrent, mais tout le monde fut content, et ils vécurent heureux pendant longtemps. Lisa emménagea dans sa maison italienne et y vécut pendant trois ans... Arriverent un beau matin pour des vacances le frère de Lisa et sa femme, Peter et Jen. En se promenant, ceux ci découvrirent une ruine, en tombèrent amoureux, et... oui, vous devinez la suite.. ils l'acheterent et la transformèrent en quelque chose de magnifique et fantastique: il y a une villa séparee, une cuisine extérieure, des cheminees enormes, et la piscine est bleueueueue!. Nous y sommes invités pour dîner, en même temps qu'un couple de véritables anglais excentriques hauts en couleur et avec une verve du diable et même si nous n'arrivons pas à en placer une, c'est un repas extrêmement, extrêmement hilarant!

Pour continuerl'histoire, Lisa maintenant vient dans sa maison italienne pour les vacances, quant à Peter et Jen, ils vivent dans leur maison, travaillent constamment à la rendre plus belle,, et la louent pour l'été sur homeawayfromhome.com à des touristes. Une belle fin, non?

72
72
Publié le 19 mai 2017

Our second English couple looked for 18 years to find their dream place, from Greece to Spain and Italy, and finally found it on top of this majestic wind- swept hill, close to Matera, Basilicata. There they built a sprawling, beautiful Masseria. Traditionally, a Masseria is a fortified farm or country house on a country estate found in the region of Puglia. The Masseria is typically fortified to protect his owners, inhabitants and animals from any attacks from Turks or pirates: Zoikes!! Everyone within the walls!! There is no translation for this type of country house, but they would come close to the French Relais et Chateaux, the Spanish Paradors, or, in the Southern US, Plantations. They are the products of the Spanish colonization in the 14 and 15th century, when large swaths of uncultivated land in Southern Italy were given to wealthy barons who ran these Agro businesses- raising animals and growing wheat- while also living on the premises themselves. For this reason, a Masseria is large and rustic, but also a bit elegant to satisfy the refined tastes of Spanish noblemen. This Masseria Mimosa is brand new, built with vaulted ceilings of white stone and marble floors, and we get to spend a week there, in the company of fun- loving people who come from yet another different walk of life, and with which we bond quickly and end up by having fabulous exchanges with.

Our Masseria on top of the hill! 

From the Masseria, we constantly enjoy a 360 degrés astounding ever- changing vista of green, green hills. The wheat is long, wind- swept, and in the waves of silvery ripples, we "see" either rabbits or sheep "galoping" all over the hills. It is very entertaining and becomes part of Deni and I outloud observations to each other. " Lots of rabbits running away this morning" " The sheep are quiet tonight".


Deni creates a Mediterranean garden with Esther and Richard, and I paint outside woodwork, gracefully arched porticoes, under the southern sun. We all work together in the morning, and afternoons are free. We take our main meal outside under the pergola, at noon and Richard cooks scrumptious delicious meals for us, served artistically on square plates. We love his creations and the Jaimie Oliver- like adventurous spirit he demonstrates in the kitchen. The gift seems totally invaluable when, freshly showered and dressed, with blood still pulsing from our 5 hard hours of work we finally sit down and tuck in. Best feeling in the world!

Right from the start we laugh together, justifying the comment our hosts will put later on our Workaway profile: " They entered our house as workawayers, and left as friends." Gee, yes. Lots of work, but so much pampering and a relaxed atmosphere conducive to jokes and... future visits! We could have stayed longer for sure. Oh Workaway and the pleasure of discovering all these wonderful people!!! Indescribable. I count on my fingers how many families we have yet to work with: four. Four. The Italian year is unrolling as planned, and with the spring coming, we are conscious that the next season to be coming is summer, which is september's harbour. I resolve to make the last months count. When looking back at this year in the future, I want to make sure I learnt something beside Italian. But what?!?

73
73
Publié le 20 mai 2017


Cette ville s'appelle: Albero ( arbre ) bello ( beau ) car il y a longtemps, la region était couverte d'arbres. Pendant la seconde guerre mondiale, d'énormes parties boisées de l'Italie furent rasées pour faire du charbon servant pour le chauffage et les industries de la guerre. ( je vous rassure, depuis, on a replanté, quoique pas toujours avec des arbre natifs à la région)

Nous sommes chez Rosie et Chris, notre troisième couple d'anglais, qui vont être aux petits soins pour nous. Aux. Petits. Soins. Comme des grand- parents!

Je découvre le Yorshsire Pudding avec ces deux anglais! 

Ils habitent sur 5 acres un petit trullo, qui est une maison en pierre de la région, avec un toit en cone, ou voûte d'encorbellement/ clavée pour les férus d'architecture. Un trullo est un habitat temporaire ou saisonnier dans les champs, ou un habitat permanent de petits paysans et d'ouvriers agricoles, et leurs murs épais sont ideals pour se protéger du climat. Il y a souvent 10 degrés de différence entre l'intérieur et l'extérieur! Ces petites maisons " de gnomes " datent du XIX siècle, qui fut leur âge d'or, et la zone la plus riche en trulli est la Valle d'Itria dans les Pouilles, dont Alberobello en fait partie. Il y a un amoncellement de 1500 trulli dans cette ville- par ailleurs tres touristique: la visiter à ses risques et périls ou à l'aube.

Pourtant loin de moi de renier les boutiques installées dans les rues principales de cette petit ville typique des trulli, car on peut y trouver quantités d'art local, à savoir des petits posters des trulli dans les années 60, pour lesquels Deni craque, des poteries et cet écharpe féerique en cashmere, tissée et brodée par les femmes locales, et qui me tape instantanément dans l'œil. Je la prends, bon anniversaire à moi! Comme dit Mamiza, si tu vois un truc que tu aimes et que tu résistes, tu le regretteras. Comme je suis plutôt du genre à ne pas acheter, j'y vais de bon cœur!

Comme les familles qui avaient besoin de plus de place ne pouvaient pas se construire en hauteur, et qu'on était en zone rurale, donc avec beaucoup de terrain, elles faisaient un trou dans le trullo, et en construisaient un à la suite. Le plus grand complexe d'Alberobello en compte douze, celui ou nous habitons en à trois: un pour la cuisine, un pour le salon, et un pour notre chambre. C'est tout petit , et comme dans les petites maisons, chaque chose à sa place, et des qu'un objet n'est pas la ou il devrait être, on s'inquiete. Voici un aperçu du trullo ou nous habitons pendant une semaine.

Le travail se fait, rythme par la chaleur et les petits lézards verts qui s'enfuient des qu'on approche. Pour moi, quantité de désherbage des nombreuses plages bandes d'iris et autres beautés qui font le bonheur de Rosie. Désherber, c'est un état d'esprit. Avec les bons outils, une ambition pas trop dévorante et des changements de positions fréquents ( sinon: bonjour les reins! ) tout se passe bien, et j'apprécie le travail tranquille en plein soleil ou je peux penser mes propres pensées et chanter des chansons. Deni lui bêche la vigne, nettoie le puisard et remet en ordre la piscine.

Après l'effort... 

On balaie, on s'occupe des deux gros chiens, et on met la table. Rosie cuisine et fait la vaisselle, et chaque matin à 10h30 petantes, Chris passe la tête par la porte principale en criant: " Coffee break!! "- qu'il nous sert à l'ombre de la tonnelle.

Café sous la tonnelle! 

Et c'est parti pour une petite discussion, car ces deux hotes- la profitent bien de leur workaways pour parler en anglais. Bien qu'elles aient choisi de vivre en Italie, aucune de nos trois familles d'anglais ne maîtrise tant soit peu la langue. Lorsque je vais faire le marche avec Rosie le vendredi matin, elle s'exprime par mots ou gestes avec les vendeurs, ce qui ne cesse de me surprendre. Elle même, est tres surprise car mon italien est bien supérieur au sien. C'est son choix, mais moi qui aime tellement communiquer, je ne choisirai jamais un pays dont la langue ne me donne pas envie de l'apprendre!!

Le marche à Alberobello 

Les petits plats que Rosie nous mitonne sont delicieux, et une des recettes que je veux goûter depuis longtemps, des fleurs de courgettes fourrées à la ricotta fraîche- ah! La ricotta fraîche! Un poème!!

Un jour, une voisine débarque avec des artichauts de son jardin, et tres gentiment mais avec autorité, elle investit tout de go la cuisine de Rosie et sans parler trop, entreprend de les préparer façon friture. C'est un imprévu. Nous avons travaillé fort aujourd'hui et avons prévu un dîner sans table et sans chichis, devant un film. Le film est choisi et nous nous faisons une joie de cette soirée. On se concerte dans le salon: il va falloir l'inviter, mettre la table, zut, mais bon, il faut être des bons voisins. On se résigne, bon tant pis et puis c'est chouette quand même les imprévus, ça donne du piquant à la vie. Pour finir, elle refuse notre invitation, nous offre son plat et s'éclipse. Une belle soirée fut eue par tous- mais est- ce du français??? La est la question! Quand aux artichauts, pas l'ombre d'un doute: ils sont meilleurs à la vapeur que frits!

Le dernier soir, on dîne comme les romains pour fêter une semaine réussie ou nous avons fait une différence chacun dans la vie des autres. Vin et photos marrantes sont de rigueur! Demain, Deni et moi entamons notre remontée vers le Nord.

Regardez les orteils!!! 
74
74
Publié le 22 mai 2017

Before we go back north, I need some time alone in Alberobello, when it just wakes up, when her eyes are still still and her streets void of people like me. This is what I get: bulky cleaners in orange uniforms who joke loudly while sweeping the main areas, an old man willing to share his bunch with me, where I eat my breakfast jar of diner left overs, and also, 2 women in pajamas having coffee on their door steps while chatting ( when I turn the corner and they see me, their eyes tell me that I clearly intrude, so I turn my heels and leave ). But mostly, was there a fiesta the night before? See for yourself. Bathed by the new morning light, this whimsical scene looks very magical to me.

75
75
Publié le 3 juin 2017

Puisque bientot nous allons quitter le sud et commencer notre remontée vers le nord du pays, nous faisons une petite virée encore plus au sud, en Calabre, sur le chemin de laquelle nous apercevons un château dans le lointain, probablement encore une construction de Federico! Comme nous sommes en vacances, qui nous empêche d'aller voir ce qu'il en retourne? Eh bien personne! Un coup de volant vers la droite, et nous montons jusqu'au joli village de Rocca Imperiale, au sommet duquel se trouve le Castillo Salvo. La visite se fait, et c'est bien joli dans le genre château riant et rieur avec de grandes salles et de larges fenêtres ouvertes sur le monde. Même s'il a doté le Castillo de douves sèches, pour accommoder bêtes et gens des comtés environnants en cas de danger, Federico n'avait pas trop peur des turcs! Il me fait penser a un des châteaux de Ferrara, construit pour " repousser l'ennui ", où on organisait des fêtes et des jeux. Il domine des paysages collineux ou les yeux se perdent dans l'observation des détails- oh ces champs d'oliviers qui sont plantés régulièrement et projettent leur ombre à l'exact même angle!- et se régalent de trente mille nuances de vert.

Les sols des grandes salles amicales prêtes pour des jeux et des danses sont recouvertes de carreaux de céramique tous différents. Wow! Ca me donne envie de les dessiner!!

Lorsque nous avons terminé, nous filons le long de la cote vers le sud et atterrisons au dessus de Crotone, dans un village de bord de mer. C'est dimanche vers 14h, et les rues sont vides de ses habitants- c'est le moment du Reposo- sauf qu'un marche important vient de se terminer, donc il y a encore de l'animation. Les marchands défont leurs étalages et rangent tout dans leurs camionnette, mais pas sans mener en criant des conversations décousues d'où il ressort un grand soulagement d'avoir fini et des plans pour leurs jours de congé- tout ça en chantant à forte voix. Les mannequins manchots tous nus me font des clins d'œil singuliers comme pour me faire remarquer que, puisqu'ils sont tellement insolites, ils devraient bien faire partie de mon blog. J'ai faim et nous sommes à la recherche du fameux "café carino" mais j'obtempère.

Nous trouvons le Café Carini, déguisé aujourd'hui en un restaurant trois générations situé juste en bord de plage, et juste renove- une splendeur de blanc! On s'asseoit sur une terrasse devant la mer à l'ombre de grandes ailes de toile blanche, et la faim se fait sentir. Pour une raison inconnue, le personnel est aux petits soins pour nous et devance chacun de nos désirs- bon, c'est seulement amusant les dix premières minutes en fait, mais la crème brûlée aux pistaches est tellement divine et délicieuse que je refuse de me sentir agacée même deux secondes. En fait, on a l'impression de dîner chez des grands- oncles qui seraient suprêmement bienveillants à notre égard sans qu'on aie rien fait pour ça. Fidèle à moi même, je me fends d'une tonne de compliments sur leur dessert et leur joli deco, ce qui me vaut d'être invitée dans la cuisine pour rencontrer les parents, qui sont aux fourneaux depuis 40 ans😉

Nous allons nous promener sur la jetee et sur la plage, ou la Passegiata a commencé, et découvrons les plus jolis galets du monde, tous marqué d'un signe bien spécifique: croix, cercles, rayures, etc... je joue à faire des groupes- puisque je suis en CP ( première année ).

76
76
Publié le 17 juin 2017

When living away from any wifi, sometimes for me, it is a toss between living or blogging, and yes 99% of the time I choose living. Even though ideally it is fun to report on this trip in real time, reality makes it impossible to do so. As I write this, we are done our Workaways for the year, and are resting in the small Alpine family house. Time to catch up!

This is, close to San Marin, the province of Le Marche, central Italy, between the Adriatic Sea and the Appennines, and the vegetation and relief have radically changed from our previous post- no more flat and dry, but mountainous and lush, with water galore. It is said that Le Marche is one of the best kept secrets of Italy. Here we can find mountains, beaches beautiful old towns and untouched nature. It is reminiscent of Tuscany but with peace, space and purity.

Instantly, we feel at home there. We are hosted by a couple of easy going profs of geology and their teens, living 10k from Urbino, on a few acres of greenery, in a big house that they are working on, one step at a time. My work: to sand planks destined to make a mezzanine for Gaia's room, and clear up a bush machete and saw in hand. Deni's work: make a myrtilles ( a kind of a blueberry ) garden, with a good wooden fence to keep animals away from the fruit.

Deni at work, the house, and my sanding station. 
77
77
Publié le 18 juin 2017

Une dizaine de km au loin de ce domaine vert Urbino dresse les tours couleur Terre de Sienne de son palais ducal. Nous investigons, et répétons l'expérience souvent car cette spectaculaire ville nous séduit complètement. En effet, on y ressent en permanence une vibration relax et bon enfant pas étrangère au fait que la ville compte davantage d'étudiants que de résidents. En effet, Urbino est le siège d'une de ses plus anciennes universités du monde, celle de Carlo Bo, instituée en 1506, ainsi que la célèbre Académie des Beaux- Arts. Aussi connue comme la Capitale du Livre grâce à l'Institut pour la décoration et l'Illustration du livre, qui a vu le jour pendant la seconde moitié du XX ieme siècle.

Le Palazzo Ducale 

Cette ville a un passe historique et artistique extrêmement riche, et est inscrite au patrimoine mondial d'architecture de l'UNESCO. Urbino à eu le mérite d'avoir été un point d'attraction pour les artistes et les érudits de la Renaissance, Italien et étrangers, qui ont su créer un extraordinaire complexe urbain. Les origines de la ville sont tres anciennes, mais c'est au cours du XVieme siècle que la ville vit sa plus grande splendeur.

C'est surtout grâce à Federico de Montefeltro que la ville acquit sa grandiosite artistique et monumentale, dont l'influence s'est vite étendue à d'autres pays d'Europe. Ce grand mécène sut transformer Urbino en une magnifique cour et attirer en même temps dans son duché les personnalités les plus illustres de la culture humaniste de la Renaissance Italienne: Piero Della Francesca, Luciano Lauranam Leo Battista Alberti, et le père de Raphaël, Giovanni Santi. En se promenant le long des ruelles raides et étroites, on se retrouve face aux bâtiments de style Renaissance: ancien monastère de Santa Chiara, palis Boghi et bien sûr le magnifique, éblouissant Palais Ducal dont je ne pourrai jamais me lasser d'admirer les details inoubliables, raffinés, majestueux en particulier la cour d'honneur et le Studiolo, bureau privé de Federico, tout en marqueterie fine en trompe l'œil aux parois duquel sont accrochés les portraits des innovateurs et artistes qui faisaient partie des invités du duc.

Cour du Palazzo Ducale. 

La salle du trône est immense et décorée de tapisseries des Gobelins, et 'est l'endroit où des grandes cérémonies avaient lieu, avec chevaliers en monture et toute la cour. D'après Baldassare Castiglione dans son "livre du courtisan", cette meme cour de Federico de Montefeltro introduit les traits caractéristiques du "Gentilhomme" en Europe, qui restèrent en vogue jusqu'au XX siècle.

Dans la ville les petits laboratoires et ateliers artistiques existent depuis le XV is me siècle: orfèvres, céramistes, artisans opérant dans la construction ( stucateurs peintes, menuisiers, tailleurs de pierre ). Dans les nombreuses boutiques du Centro storico- il est possible d'admirer de près les anciennes techniques et les créations les plus récentes.

En un mot comme en cent, ALLEZ à Urbino!!!

78
78
Publié le 26 juin 2017

The whole family in is European scouts, and everyone is helpful, outdoorsy, musical, active, friendly, curious, and likes to talk. Deni and I enjoy our lovely room and also roaming around all this green, the lovely dog and new litter of white kittens. We have mini concerts as Gaia and I like to unwind guitar in hand at night, and also singing ones when she belts Mamma Mia, dancing in the kitchen. After the second week of living together, all pretence masks fall and we reveal to each other as crazy as we are😀

Happy moments  
79
79
Publié le 26 juin 2017

Nous nous arrêtons un après- midi dans la charmante petite ville d'Urbania, au cœur de laquelle une jolie surprise m'attend, sous la forme d'une série de photos noires et blanches venant du passé. Elles sont affichées sous les arches bordant la rue principale, et cette location centrale leur donne une importance significative qui ne peut pas échapper au visiteur: ici, on valorise les familles et leur histoire. Je peux m'imaginer les grands- parents et parents s'arrêtant devant les photos et se souvenant, à travers les sourires de l'école communale, leurs vies d'enfants avec les rêves et les espoirs. Qu'en reste- t- il? Qu'avons nous fait de notre vie? S'il est vrai que nous portons deux sacs dans cette vie, un pour recevoir et un pour donner, que contiennent ces sacs? Quels sont nos rêves inexplorés qui ne demandent qu'un petit coup de pouce pour revivre? Quels deuils n'avons nous pas terminé? De quels bonheurs fabriqués par nous mêmes ( et un peu de chance ) pouvons- nous nous repaitre et quelles joies sont les notres pour toujours?

Aussi, lorsqu'on est enfant, regarder dans les yeux de nos parents alors au même âge que nous, et scruter leurs expressions faciales, peut faire réaliser beaucoup de choses, et donne une perspective sur cette roue qui tourne qui s'appelle le temps. Ca fait aussi tomber quelques barrières entre les générations de comprendre que, entre autres, nos parents comme nous, équipes des outils reçus à la naissance et dans nos familles, nous fabriquons notre chemin du mieux que nous pouvons, avec tout ce que ca implique comme obstacles à franchir, victoires et déceptions. Mais qu'il est indispensable de s'éloigner de notre enfance et de continuer à agrandir notre trousse à outils pour un meilleur voyage, car ce voyage est relativement court et nous sommes ici pour en profiter.

80
80
Publié le 9 juillet 2017

On the last day, our host Sara conveys us to a congregation of University choirs concert. This year, Urbino hosts, and for our great pleasure, the singing occurs in the lovely Piazza Ducale. The music is wonderful and it is a very fine movement to hear and see our happy- go- lucky Sara and her colleagues singing with all their hearts in this beautiful summer evening. It seems to me that Federico da Montefeltro, duke of Urbino, is winking at us from the 15 century and exuberantly shouting: " This is exactly what I envisioned this place to be! THANKS! YOU ARE ANGELS!"

.. and as all good things must end to make place for new things, we are leaving Le Marche. Our eyes are full of so many things, and certainly heart- tugging beautiful green hills. Green should be the official colour of Le Marche! We are content, and full of this plenitude thing that softly inflates the ribs cage and transforms a simple fact such as a bird taking his flight in front of us into not such a simple fact but a miracle. So we drive down the road with frenetic waving to the family and also the joyful perspective of living near Perugia- which we adore- for two weeks.

81
81
Publié le 9 juillet 2017

After leaving The Marche, we drive 2 hours west. Our later destination sits on top of a gentle height in the countryside, 11k from Assisi and 8k from Perugia, which we can see glowing in the night on a close- by hill. But even before we set foot at Podere Monticchio, which will be our house for the next two weeks, we spend the afternoon in Perugia the magnificient, Perugia the majestuous.

There is something highly seductive in this city for me: not properly flat, for built on two diffferent hills, it though does offer a feeling of space and time. It non- equivocally claims our attention, and asks us to trust and be there, to experiment having our body and mind there. Impossible to resist, much like a large- eyed kitten must be petted when one passes by. All thoughts of grocery shopping or even doing anything resembling work leaves our mind- frankly, I don't know how people function in this city. Central to the Centro storico, the vast Piazza dei Fiori stretches lazily its vast expanse of flat stone ground under the sun at the feet of the Cathedral, and the scintillating water cascading and splashing from the fountain is inevitably a magnet when the weather is hot. Tons of stairs descending from various palazzi bordering the piazza offer a perfect resting place for the owners of tired feet but more than that: being there seems like just the place to be. In my different visits to Perugia, I have seen enough visitors sitting there at all time of day or evening to be sure that a real sinergy exists there that attracts people like magnets. People watching, licking a gelato, writing in journals, meeting people, talking, having a rest: all reasons are good to be there, so we are.

This below is the well- known University per Stranieri- University for Foreigners- established in 1921. It is the oldest and most prestigious university for studying history and culture by foreigners. A very welcoming places for any lover of Italy, it holds pleinty of classes during the year and many programs such as Erasmus, and also regularly features free cultural events such as operas, choirs, conferences, movie showings and concerts. In a past year where we stayed in Perugia for two weeks, we assisted at some of those with delight, and the impression of being presented with easily digestible morsels of Italian culture. Its inside is a georgous as its beautiful facade: think moldings, mural paintings and old, intricate and gilded wooden benches. Just sitting there makes one want to learn all about Italian culture!

82
82
Publié le 12 août 2017

Podere Montecchio en Umbria- Ombrie- est une maison privée collée à une petite forêt de pins (dans laquelle deux ânes aux grands yeux coulent des jours heureux), qui s'organise autour de différents projets de communauté: cours de yoga et de méditation, rencontres de jeunes parents, etc... Un Podere est, merci Wikipédia 😉, dans cette partie de l'Italie, l'unité foncière d'une société rurale comprenant les structures nécessaires à l'installation et à l'obtention d'un revenu suffisant pour garantir les moyens de subsistance d'une famille paysanne. Un peu comme les Masserie de la Puglia.

Cette maison ample et généreuse est tenue par un jeune couple désireux de s'offrir un chemin de vie diffèrent et de partager leurs valeurs avec d'autres- non pas que ce soit facile. Dans une Italie où il est de plus en plus difficile de gagner sa vie même avec un bon paquet d'études, nous avons rencontré nombre de trentenaires qui cherchent un chemin alternatif, fouettes par l'espoir d'inventer leur vie, mais aussi par un flagrant manque d'opportunités : la situation économique moins que brillante et le népotisme rampant qui garde le privilège où il est né sont de véritable obstacles à la réalisation des aspirations normales de croissance et prospérité que chaque personne est en droit d'espérer. Nombre de ces trentenaires nous ont confies qu'ils dépendent encore de propres parents pour beaucoup de choses: leur logement, véhicule, et certainement le soin des petits. Alors, oui, d'accord, les familles italiennes sont tres liées et proches, et Nonno et Nonna adorent s'occuper des nipote. Mais la c'est totalement différent: les jeunes couples ne peuvent pas y arriver sans leurs parents. Parenthèse fermée.

Ici notre travail est de jardiner, bien sur, et de désherber, ahahaha. Je vais aussi peindre des signes sur du bois et, sur une Pfaff, coudre une envelope de matelas pour la terrasse.

Le jardin est magnifique. Matteo est un jardinier paysagiste de metier, et soigne ses plates bandes de légumes😀

On vit dehors, on y mange tous nos repas et comme les ânes de la forêt, nous y coulons des jours heureux au soleil, rafraîchis par une petite brise permanente. Quand, saoules d'oxygene et d'exercice physique et bénie par toute la lumière des dieux, on se retrouve le soir devant une jolie table remplit de petits plats végétariens colorés pour diner ensemble al fresco alors qu'un crépuscule époustouflant repeint le ciel en rose et que les lumières de Perugia scintillent sur la colline d'en face, on ferme les yeux et on remercie qui de droit pour cette douceur de vivre si intense. Et on engrange dans la boite à souvenirs. Nos jours de congé seront passés dans notre immense chambre à faire des siestes- à lire dans le hamac du jardin, à nous relaxer dans le jardin tellement magnifique qu'on se sent tres chanceux tout le temps d'être ici. On s'attache à nos hôtes et leur petit garçon.

On prépare pendant une semaine une grande fête ou tous les jeunes parents du regroupement sont invités. Le dimanche, une foule immense et bénigne arrive, poussant des poussettes et portant des bébés dans des hamacs ventraux, pour passer la journée ensemble sur les pelouses. Au programme: ateliers de peinture Steiner, confection de biscuits, cercles de pères, contes, réunions de parents, musique, jeux, goûter, etc...

83
83
Publié le 12 août 2017

I am writing this after our return in Canada. August. I know: a long break, eh?Haha. good that I committed to only write a blog and not to regularly write a blog!!! Speaking of it, don't you just love the word Blog?? There is a ring to it, and it is fun to say, especially the ending. Anyway, anything that rhymes with frog makes me smile and become goofy!!

In French, every word ending with Ette also makes me smile and take my little girl voice, and there are plenty of french words ending by Ette: fourchette, maisonnette, casquette, not to mention slightly ridiculous but affectionate nicknames such as Pépette.

But seriously, our 20th and last post Villa Cacciari was a very tiring Workaway post, and I needed time to digest this experience. As a consequence, I interrupted my blog for a while, then lost the habit, maybe got tired of it, and just let love and let roll the days. But Villa Cacciari sure was a block. I was not sure what to write, and even now, the whole experience is bitter sweet although I was born under a clear sky and my natural tendency is to forget the low parts. Hence I rejoice in the luck we had to be there. It also reminds me how experiences are so totally personal. For the life of me I could not recommend any Workaway to any one at all. Even though I would harbour high suspicions that a particular friend would get along and be happy doing a Workaway with a specific host, I would not want to rob anyone from the experience of choosing themselves!

I LOVED choosing our hosts! Sometimes, having to convince them that we should come to their place was a wonderful challenge for this teacher who likes words: how was I to present ourselves the best considering who I sense they were? From what specific angle should I approach them, what would them make cave in? What commonalities did we have that were irresistible to them? Also, more mysteriously: why did I absolutely wanted to go to this particular house?

It was amazing to being able to dip in a well of potential experiences, finding commonalities with complete strangers, and agreeing to walk together for a little while, us serving them and them welcoming us in the very heart of their homes. The amount of trust on each side is, as my friend Laurie would say, phenomenal, and the quick intimacy- sleeping in adjacent rooms, doing dishes together, not to mention folding laundry or manipulating the bedpan- very, as my friend Julius would say, very cool.