Voyage autour du monde en famille !
Du 17 janvier au 16 août 2020
212 jours
Partager ce carnet de voyage
1



C’est un peu paradoxal, avant ce tour du monde, je n’ai pas vraiment voyager. Pour moi, John, je n’ai pas eu dans mon enfance la chance ou l’occasion de partir en voyage. Mais bon je rassure, c’était cool Lormont city. Ensuite après les études je me suis dit : bah maintenant il faut gagner de l’argent et on se rend compte que le temps passe vite : une année puis deux, un enfant puis deux, quelques vacances par-ci par-là. En soi, ce mode de vie me convient. Mais un jour quand Amandine me parle de voyage longue durée, je me dis (je me dis me dis que toi aussi palala palala) : Oui oui il faut réfléchir, blablabla. Puis quand trois mois après, le discours ne change pas mais que l’humeur est un peu plus tendue, il faut alors y réfléchir sérieusement. Je laisse Amandine en parler . Sans elle, l’envie de voyager n’aurait pas été aussi forte mais aujourd’hui, je veux voyager pour elle, pour moi et pour nous, notre petite Famille. En route pour l’AvenTUCe! D’ailleurs TUC sont les initiales de notre petit héros. (C’est pour toi Cha!).


Alors c’est aussi étrange que John mais je n’ai pas voyagé à l’international durant mes 30 dernières années et pourtant cette envie d’aller voir ailleurs ce qu’il se passe est très présente. Alors un jour parce que le boulot devenait assez contraignant, que j’avais envie de « changement »… je me laisse partir dans mes rêves les plus fous en pensant partir vivre un an à l’étranger en fixe. Oui mais il y avait quand même pas mal de conditions à réunir (hygiène, sécurité, coût de la vie faible, scolariser les enfants sur place, marché du travail accessible, …). J’ai eu beau chercher rien ne sortait du lot. Alors pourquoi ne pas découvrir plusieurs pays sur plusieurs continents en quelques mois. Avec le recul je pense que c’est une envie enfouie qui pour moi était irréalisable avec les enfants. En cherchent sur internet, j’ai pu voir que c’était tout à fait possible alors fonçons ! Il parait qu’on ne meurt qu’une fois alors vivons à fond. ce voyage est mené, partagé et porté à deux (voir à quatre).