Carnet de voyage

La Norvège en famille

58 étapes
38 commentaires
Fanny, Antoine et leurs 3 enfants vont découvrir la Norvège pendant 2 mois en Camping-car. Ce carnet est destiné à notre famille, nos amis et tous ceux qui souhaitent suivre notre aventure.
Juin 2018
12 semaines
Partager ce carnet de voyage
1

Soleil magnifique 25 degrés

Ca y est c’est le grand départ ...

Décalé d’un jour car nous avons voulu profiter jusqu’au bout du mariage des voisins !!!

Fin des préparatifs et du chargement nous prenons la route à 11h30, direction Hirtshals au Danemark où un ferry nous attend jeudi matin à 8h.

Les 2 premiers jours vont être consacrés à la route en passant par la Belgique et l’Allemagne avec 1350km au programme.

Première étape : pause repas à bouillon sur une aire camping car au pied du château (avec services gratuits) - plein d’eau fait et jeux pour les enfants .

Nous passons la frontière allemande à 17.30 et pause repas à 19.10 sur une aire d’autoroute en Allemagne.

Arrivée 23h sur un parking dans la forêt à proximité de Brême

Distance parcourue : 694km

Pause repas à Bouillon
Pause repas à Bouillon
Passage de la frontière
Passage de la frontière

Votre circuit individuel en France, personnalisable et abordable

Circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires
2

Journée ensoleillée 27 degrés

Après une nuit paisible sur le parking proche de chemins de randonnées, nous reprenons la route à 9h sur les autoroutes allemandes (et leurs nombreux travaux!!!)

Arrêt à l’essence, 30 centimes moins chère qu’en France...

Les enfants sont sages, Louis regarde un peu la tablette et Romane dessine, nous avons donné un petit nom à notre camping car : FAREL.

A 12h30 : pause repas au burger king et jeux pour les enfants .

Mission courses (grosses réserves car la vie est chère en Norvège) effectuée vers 15h nous pouvons poursuivre la route il reste 430 km, les enfants font la sieste...

16h30 nous entrons au Danemark

Les enfants ont repris leur activité principale : le goûter

Romane joue avec sa poupée et Louis regarde la fin de cars

Nous arrivons à Hirtshals à 20.40, et nous trouvons un parking face à la mer, juste à côté de l’embarcadère pour les ferrys.

Pique nique dans le sable et petite balade sous notre premier coucher de soleil.

Distance parcourue : 651 km

Notre premier coucher de soleil 
3

Grand soleil et mer calme ...

Réveil mis à 6.45 pour être à l’heure au check-in... on décolle de notre parking panoramique et on embarque à l’heure. Le bateau est plein comme un œufs, avec voitures, camping-car et semi-remorques... Il y a même plusieurs bars et même une boîte de nuit / salle de concert panoramique 👍

La mer est calme et la traversée tranquille. On arrive à Langesund à 13h30. À nous la Norvège !!! On attaque la route en passant par la large route 36, bordée de lacs entre Skien et Ulefoss (pause goûter pour les estomacs affamés après le bateau). Nous prenons ensuite la route 360 jusque Notodden pour aller voir notre première église en bois debout, celle d’Heddal, qui est selon le guide vert (notre partenaire de voyage), la plus grande et la plus jolie de Norvège. Nous comparerons plus tard.

Nous reprenons la E134, qui tantôt longe un large torrent descendant en cascades, qui monte et descend comme un toboggan jusque Seljord, joli village blotti dans les montagnes. Nous dormons le long du cimetière, les voisins sont calmes 😁

Distance parcourue : 170 km

4

Grand soleil, entre 30 degrés en plaine et 20 sur les hauteurs

Nous rejoignons Dalen en passant par Kviteseid (e134, routes 41 et 38). La route est magnifique, avec des panoramas vertigineux. Nous passons plusieurs cols et longeons un immense lac par la petite route 38. Nous avons décidé d’aller manger à Dalen car l’endroit semble magnifique. Bien nous en a prit !!! Nous trouvons un spot génial le long du lac, avec de nombreux jeux pour les enfants et une petite plage.

Nous repartons de Dalen vers 15.00 par la même route en épingle serrée qu’à l’aller. Un petite pause goûter et baignade avant Rysstad.

Arrive enfin le clou de cette première journée norvégienne, avec la route (337 - 987 - 986) qui rejoint Lysebotn. Il s’agit d’une route d’altitude à une seule voie, avec des passing lanes assez régulier pour pouvoir se croiser.

Heureusement que les norvégiens sont très cool au volant ! Nous enchaînons les petits lacs dans lesquels se reflètent les montagnes, et décidons de dormir après Sulesgard, au pied d’un petit lac.


Distance parcourue : 203 km

5

Grand soleil, 28 degrés

Après un réveil par les moutons et petit déjeuner en leur compagnie nous reprenons notre petite route entre lacs et montagnes pour arriver au nid d’aigle (Oygarstolen) d’où nous dominons le fjord de Lysebotn depuis un point de vue époustouflant.

C’est aussi le point de départ d’une des randonnées les plus célèbres de Norvège, le Kjeragbolten. Il s’agit d’un gros rocher coincé entre 2 montagnes suspendu à 1000 mètres d’altitude.

Nous attaquons cette randonnée mais nous rebroussons vite chemin après le premier palier car cela est très raide pour les enfants.

Nous poursuivons ensuite par la route en lacets très serrés pour descendre jusqu’au port où nous allons prendre un ferry/croisière à 18h à destination de Forsand.

En attendant comme nous sommes en avance sieste, jeux dans le sable, pêche, balade et France/Argentine au programme.

Le ferry se révèle être une visite du Fjord, longue de 2h30, avec des points de vue sur Kjerabolten, Preikestolen (au programme du lendemain), et divers petits villages accessibles uniquement par bateau. Enfin, après avoir admiré une grotte nichée entre 2 montagnes, nous passons sous le pont de Forsand où nous passerons la nuit sur le quai, bercé par le bruit des vagues.

Distance parcourue : 26 km

L’histoire du soir  
6

Grand soleil (toujours pas un nuage...) 28 degrés.

Après une nuit extrêmement calme, les enfants admirent par la fenêtre de leur chambre le premier ferry qui accoste à quai à 8h30.

Nous empruntons ensuite le pont sous lequel nous sommes passés avec le bateau pour nous rapprocher du point de départ de la randonnée du Preikestolen, lieu naturel le plus visité de Norvège ...

En ce dimanche de grand soleil, il y aura effectivement du monde sur le chemin ! Il s’agit d’une plate-forme de 25m par 25m, suspendue au dessus du fjord (sans aucune protection, les autorités norvégiennes estimant que c’est au randonneurs d’assumer les risques qu’ils prennent), que nous avons vu d’en bas hier. Cette randonnée semblant trop dure et un peu dangereuse pour les enfants, moi (Antoine😉) va s’en charger tout seuls. Auparavant, il faut faire 6 km en vélo avec une route très escarpée qui mets en jambe avant d’attaquer la rando. Celle-ci s’avère très rythmée (1h15 de montée, 30mn de descente, rythme intensif ...) avec des paysages magnifiques au fur et à mesure qu’on prend de la hauteur. En haut, et après la photo traditionnelle au bord du précipice (facile à approcher,même avec un léger vertige) il faut encore monter un peu pour accéder à Pulpit Rock et avoir une vue du dessus du rocher de la Chaire. La vue et le panorama sont extrêmement impressionnants, le sentier étant difficile mais bien aménagé, et sans danger (sauf pour la partie finale bien sûr).

Le parking du soir (une aire de pique-nique bien aménagée) sera sur la route 13, route touristique du Ryfilke, que nous suivrons pendant plusieurs kilomètres au cours des jours prochains.

Distance parcourue : 20 km

7

Grand soleil, 25 degrés

Aujourd’hui on inverse les rôles, Fanny entreprend l’ascension du Preikestolen (avec Eliott) et je reste au camping-car avec les 2 crapules, d’où je profite pour effectuer les services nécessaires (remplissage eau et vidange WC). Après une montée express, une pose tétée sur la plate-forme, nous reprenons la route 13 vers 12h30.

Après une pause sur le port de Tau pour le repas, nous continuons sur une route en corniche alternant entre divers fjords et lacs aux eaux turquoises.

Depuis le début du voyage, nous avons du mal à réaliser qu’il est possible de voir et rouler dans autant de paysages variés et magnifiques. Chaque kilomètre est une découverte.

Un petit ferry plus tard entre Hjelmeland et Nesvik (10 minutes) que nous attrapons juste à temps, nous arrivons vers 16h00 à Sand, sur un emplacement au bout d’une jetée avec une vue à couper le souffle sur mer et montagne. Les enfants vont jouer dans le sable, pendant que j’essaye le matériel de pêche (infructueusement bien sûr ...). Je vais définitivement devoir aller demander conseil dans un magasin local si on souhaite manger du poisson frais ...

Nous nous couchons sous la lumière du soleil couchant, les journées étant de plus en plus longues

Distance parcourue :

8

Toujours aucun nuage à l’horizon... 25 degrés

1 semaine depuis le départ. Nous nous réveillons sur notre quai après une nuit très calme. Nous allons faire une balade jusque la cascade de Sand (Sandfossen, fossen signifiant cascade en norvégien), d’où un pont suspendu permet d’admirer les saumons sautant avant d’emprunter un passage pour qu’ils puissent contourner la cascade (visite payante possible avec une vitre permettant de les voir emprunter le passage). J’en profite pour faire quelques emplettes au magasin de pêche local, on verra les résultats lors la prochaine session pêche 😂

Nous profitons aussi du réseau Wifi de l’office du tourisme pour mettre en ligne la première semaine de notre récit de voyage, car il n’est pas toujours facile de trouver du réseau en Norvège. On retire aussi des couronnes au distributeur bancaire pour la première fois (nous avons souscrit une offre internationale dans notre banque nous permettant d’avoir des paiements par Visa illimités et 4 retraits par mois).

Après le repas, nous profitons de la sieste des enfants pour caler une session route. Celle-ci sera de courte durée car nous tombons sur Svendalfossen (donc la cascade de Svendal), une jolie chute d’eau qu’il faut escalader à l’aide de 508 marches en pierre. Pour nous y rendre, nous avons légèrement rebroussé chemin sur la route 13, pour ensuite emprunter la route 46 et la route 520.

Après Sauda, ville industrielle et port assez important à en juger par la taille des navires accostés, la route 520 se rétrécie et devient très escarpée.

Nous arrivons alors dans la haute montagne, avec de grands cirques glaciers, traversés par des torrents, cascades et rivières qui sortent de partout dans les montagnes.

Après la descente et un retour sur la E134, nous faisons un petit détour par Roldal pour voir son église en bois debout.

Après Skare nous nous arrêtons pour voir Latefossen, tellement puissantes que nous prenons des embruns depuis la route.

Nous repartons ensuite en direction de Odda, en passant notamment par un tunnel en colimaçon qui fait un tour complet, et en longeant le Sandvevatnet (vatnet = lac en norvégien). Nous apercevons alors un immense dôme blanc, le Folgefonna, notre premier glacier perché à 1600 mètres, mais dont certaines langues glacières sont accessibles par chemins de randonnées qui seront au programme du lendemain.

Notre parking du soir sera à Odda (sur la route 550 après avoir quitté la route principale), avec une jolie vue sur fjord, montagnes et cascades. Un bon résumé d’une journée encore magnifique !


Distance parcourue : 150 km

Distance parcourue depuis 1 semaine : 2037 km

9

Toujours pas l’ombre d’un nuage - 28 degrés

Ce matin c’est randonnée pour papa, sur le Buerbreen, langue du glacier Folgefonna. La piste d’accès étant trop étroite pour un camping-car (et le parking payant à 150 NOK / 16€...), je monte en vélo jusqu’au point de départ. Sacrée mise en jambe car il faut grimper une piste assez raide de 6km, qui longe un gros torrent dévalant directement du glacier .

J’enchaîne directement avec la randonnée qui s’avère plus sportive que prévue (c’est peut-être pour ça que les marcheurs que je croise sont si bien équipés alors que je suis en short de plage et petit sac à dos (avec le nécessaire de base dedans tout de même !) ... . Il faut utiliser des échelles et des cordes pour escalader, et des ponts en bois et poutres métalliques pour traverser certains torrents qui dévalent de la montagne.

La langue du glacier se détache peu à peu. 50 minutes plus tard (et 400m de dénivelé) je suis au pied du glacier (à 700m d’altitude seulement !). Impossible de continuer plus loin, il faut des guides de montagne pour s’aventurer sur le glacier et éviter les crevasses ... Bilan 2h00 de marche (pause comprise), 45 mn de vélo et une condition physique qui commence à bien revenir ...

Après une pause service à Odda, nous prenons la route 13 vers Kinsarvik.

Nous passons proche du départ de la célèbre randonnée Trolltunga (langue des trolls), mais qui est trop longue (22km - 10h AR) pour que je laisse la petite famille toute la journée 2 jours de suite ! Petit détail, de nombreux parkings de randonnée que nous avons rencontré s’avèrent extrêmement coûteux (Kjerabolten 200 NOK , Preikestolen 200 NOK , Bruabreen 150 NOK , Trolltunga 500/600 NOK - il fait retirer un 0 pour convertir en euro). Si les jambes suivent, ça vaut le coup de se poser en bas et de faire les ascensions vers les parking en vélo (et d’économiser un peu dans un pays où la vie est chère !)

Les étals de cerise en libre-service
Les trolls  

Nous passons par Kinsarvik, à l’intersection de 3 fjords, pour nous diriger vers la cascade Voringfossen (par la route 7), l’une des plus importante de Norvège (qui n’en manque pourtant pas ...), qui fait une chute libre de 180 mètre de haut ... La route, située dans un canyon aux parois abruptes, devient plus large. C’est appréciable et reposant d’avoir 2 voies de circulation distinctes ...

Nous revenons ensuite sur nos pas pour emprunter le Hardangerbrua, nouveau pont qui passe au dessus au dessus du fjord (route 13). Ce pont payant (150 NOK) est situé entre 2 ronds-points... à l’intérieur de tunnels !

Notre pause du soir nous amène au bord du Fjord de Granvin, pour une halte qui s’annonce calme.

Les enfants s’amusent dans les jeux pendant que nous prenons l’apero sur un banc. Depuis le début du voyage, nous avons trouvé beaucoup d’endroits de ce genre avec espace de jeux bien aménagé, toilettes (toujours propres !), douche, table de pique-nique même dans des endroits assez improbables ...

Distance parcourue : 151 km

10

Après les bonnes appréciations qui nous été envoyées lors de la première partie de ce carnet de voyage, nous faisons une petite pause dans le récit pour publier quelques vidéos qui permettent de mieux se rendre compte de l’importance de celles-ci. Merci à tous pour vos retours positifs !

Petit point matériel, si les photos sont jolies, c’est uniquement la faute des paysages, car nous avons seulement nos téléphones, et pas le temps de faire des retouches sur les photos.

11

Nuageux le matin, ensoleillé l’après-midi - 26 degrés

Au réveil, nous voyons nos premiers nuages du voyage. Et ceux ci sont assez épais et accrochés aux montagnes environnantes, ce qui donne une nouvelle vision de celles-ci ! Heureusement ils vont tout de même se dissiper assez vite au cours de la journée.

Concernant le parcours du jour, nous souhaitons nous rapprocher de Bergen afin de visiter cette ville (recommandée par les guides) vendredi. Nous faisons tout de même un détour par Skjervefossen, jolie cascade située sur la route 13.

Encore une fois, tout est bien aménagé (le parking et le parcours de visite), notamment les WC design, perdus en pleine nature ...

Nous mangeons donc sur place nos cuisses de canard confites ... les réserves commencent à s’amenuiser.

On revient ensuite sur nos pas pour prendre la route 7, qui longe le majestueux Hardangerfjord, qui prend par instant des proportions très importantes. Par contre, il est difficile à prendre en photo car il y a peu d’arrêt photos possible. Néanmoins la route est belle et large, ce qui est appréciable.

On traverse aussi de jolis villages (Ålvik, Norheimsund) très bien situé, où il doit faire bon vivre...

Nous continuons de suivre la route 7 vers Bergen avec 2 portions payantes (2x47 NOK). En Norvège, les péages sont automatiques. Une photo est prise du véhicule et la facture envoyée à domicile ensuite. Il est préférable de s’inscrire avant le voyage pour éviter les mauvaises surprises, mais ce n’est pas obligatoire (système Autopass).

Un dernier arrêt par la jolie cascade Steinsdalsfossen, qui propose une promenade passant sous la cascade. Les enfants sont contents.

Enfin, notre halte nocturne sera à Bjorkheim, au pied du port de plaisance. Nous en profitons pour faire nos premières courses norvégiennes ...

Distance parcourue : 110 km

12

Alternance ☁ et ☀ 15 degrés

Après une excellente nuit (mais un réveil matinal, merci Eliott...), la mission de la journée est la visite de Bergen.

Étant une ville où il est difficile de circuler, et encore plus de se stationner (même pour une voiture), nous optons pour le parking de la gare d’Arna, d’où partent des trains toutes les 30mn vers la ville.

Cette solution s’avère idéale et en 10 mn nous voilà dans le centre de Bergen.

Ancien comptoir de la ligue Hanséatique (pour ceux qui veulent se documenter —> https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Hanse), la cité de bois se révèle très agréable pour flâner. Le vieux port (Vagen),

la place du marché aux poissons (Torget) avec notamment le fameux crabe royal),

le vieux quai Bryggen (Parmi tous les kontors seul celui de Bergen fermé en 1754 existe toujours aujourd'hui, classé à l’Unesco),

la forteresse (bergenhus festning),

les petites ruelles avec les maisons peintes, les églises et les musées sont autant de lieux à découvrir.

Il y a aussi des restaurants accueillants ...

Il y a également un point de vue intéressant depuis l’aquarium situé au bout de Lille Lungegardsvann.

Nous revenons sur notre parking à 16h, car il y a France Uruguay à regarder ... Les enfants jouent bien !

Malheureusement, la chaîne norvégienne qui diffuse est cryptée (pas d’antenne satellite dans le camping-car pour capter des chaînes françaises, je capte seulement les chaînes du pays dans lequel je me trouve, ce qui est plus que suffisant...). Je vais donc devoir me contenter de mon téléphone et d’une mauvaise retransmission ... Après la qualif’ en 1/2, nous prenons la E16 en direction de Voss. Cette grande route alterne constamment entre tunnels et jolis passages le long du Veafjord, enclavé dans un canyon impressionnant, puis longe la rivière jusque Voss.

Notre étape du soir nous emmène sur les hauteurs de la station de ski, à l’écart de la passante E16, avec de très jolis points de vue sur la vallée.

Distance parcourue : 105 km

13

Grand ☀ - 20 degrés (15 en altitude)

Après une excellente nuit sur le parking panoramique, et une petite pause service à Voss (à 5 on consomme pas mal d’eau, surtout qu’il faut faire quelques lessives à la main avec un bébé de 2 mois), nous prenons la route direction Gudvangen, blotti au fond du Nearoyfjord, l’un des plus joli de Norvège selon le guide vert.

Nous prenons une toute petite route (avec un tunnel simple voie) vers le hameau isolé de Bakka. Nous trouvons une petite place le long du Fjord, et après un repas et une mini-sieste, départ vers la randonnée du Rimstigen.

Je ne sais pas grand chose de cette randonnée, sinon qu’elle fait grimper à un sommet de plus de 700 mètres et qu’elle dure 4h. Effectivement, l’étroit sentier grimpe en lacets serrés dans la montagne. Plus on monte et plus le panorama sur le Nearoyfjord devient étendu.

Une fois le sommet atteint, je continue un peu la balade sur un plateau d’altitude, jusque un grand cirque d’où descendent de belles cascades. La redescente sera au pas de course !

Le bilan de la balade sera de 2h30 AR, et 700m de dénivelé !

Pendant ce temps là, maman et enfants ont bien profité de la petite plage

Il est maintenant temps de trouver un endroit pour la nuit. Notre lieu de bivouac sera finalement à Undredal, un minuscule hameau posé au bord du Fjord d’Aurland (dont l’eau est verte foncée), longtemps accessible uniquement par bateau.

Une petite balade sous la lumière tombante pour nous mettre en appétit et découvrir au loin l’entrée du Nearoyfjord, et des nombreux ferrys / bateaux qui le parcourent, même à cette heure tardive.

Distance parcourue : 80 km

14

☀ le matin, ⛅ l’après-midi !

Notre nuit calme a été bercée par les eaux du torrent passant juste derrière nous. A partir de maintenant, notre objectif est de remonter vers le Nord, l’objectif de ce voyage étant d’atteindre les Îles Lofoten, réputées magnifiques, et situées au dessus du cercle polaire.

Nous rejoignons Aurland, joli village situé le long d’un Fjord, après avoir passé Flåm, qui est placé tout au fond du Sognefjord, mais où un gros navire de croisière a pourtant jeté l’encre. A certains endroits les fjords peuvent être très étroits, mais pourtant très profonds (1300 mètres de profondeur).

Pour la suite de la route, nous avons le choix entre un tunnel de 25 km et une petite route escarpée de montagne. Nous choisirons la seconde solution 😁 Le choix s’avère judicieux car les points de vue sont vertigineux. Nous nous arrêtons au Stegastein, d’où une marche de 10 mn mène vers un spot de parapente.

De là nous poursuivons un peu pour escalader un flanc de la montagne pour voir l’ensemble du bras du fjord avec les hautes montagnes en arrière-plan. Nous pouvons même observer le bateau de croisière amarré à Flåm.

Nous reprenons ensuite la route 243 située sur un plateau de haute altitude, au milieu des lacs et reste de neige.

Après la descente vers Leardal, un ferry de 10 mn nous permet de traverser le Fjord et de rejoindre Sogndal.

Il faut alors contourner le glacier Jostedal, duquel nous essaierons d’aller voir des langues glacières au cours des prochains jours.

On prend alors la route FV55, classée 3 étoiles dans le guide vert, qui passe entre les plus hauts sommets norvégiens et ouverte seulement entre mi-juin et mi-septembre.

Le début de la route est encore au niveau de la mer, avec 2 fjords aux eaux turquoises.

A Skjolden, une route en lacets nous emmène très rapidement en altitude, et nous dormirons sur un parking perdu entre de hautes montagnes (pics à 2000m), avec un panorama magnifique (altitude du parking : 1400m). Le plafond nuageux enveloppe la cime de certains, et n’est que quelques mètres au dessus de nous. La température a bien chuté également...

Des moutons viennent à notre rencontre mais Louis nous défend bravement 😂

Distance parcourue : 178 km

15

⛅ matin, ☀ ensuite. 20 degrés


Le seul bruit de la nuit aura été les cloches des moutons. Il fait frisquet ce matin (6 degrés extérieur !)

Aujourd’hui, ce sera une journée route pour nous déplacer vers le glacier Jostedal.

Nous reprenons donc notre route 55, qui s’élève encore plus haut entre les montagnes. Les paysages sont lunaires ! Lors de la redescente, la nature devient plus accueillante, les cours d’eau sont de couleur bleu glacial et les lacs turquoises !

Notre pause repas se ferra à Lom, au pied de l’église en bois debout, où nous en profitons pour mettre à jour le carnet de voyage.

De la, nous bifurquons sur la route 15, belle et large, où nous guettons les élans (pas encore aperçu depuis le début du voyage, malgré les nombreux panneaux les signalant).

A Grotli, on tourne à gauche sur la RV258, qui propose 25 km de piste, avec seulement quelques passing-lane pour se croiser. Cette superbe piste serpente entre les sommets enneigés et les lacs d’altitude.

La descente est assez vertigineuse, entre de belles cascades, alors que la montée avait été progressive depuis Lom.

Nous passons ensuite Stryn et Loen, pour rejoindre notre lieu de bivouac du soir. Pour cela, la route 723 (très étroite) longe la vallée du Lodalen et le lac Lovatnet.

Au bout de la route, on emprunte un chemin privé (il faut payer un péage et déposant un billet dans une enveloppe à l’entrée du chemin), qui devient encore plus étroit (...), pour enfin arriver sur notre lieu de bivouac.


Depuis le début du voyage, nous n’avons trouvé que des endroits exceptionnels pour dormir, mais celui-ci est absolument fantastique. Le petit chemin débouche soudainement sur un cirque encaissé, entouré de grandes montagnes, desquelles dévalent de grosses cascades de partout. La toile de fond de ce décors est la langue bleutée du glacier Jostedal, le Kjenndalsbreen.

Distance parcourue : 221 km

16

☀ - 25 degrés

Après une nuit bercée par le bruit des cascades, nous allons faire une petite randonnée vers le Kjenndalsbreen, facilement accessible, car elle descend jusque 200/300m seulement. Il existe une autre langue glacière accessible depuis la même route que nous avons empruntée, le Bodalsbreen, mais la piste d’accès est inaccessible en camping-car.

Ces deux langues glacières sont des ramifications du Jostedalsbreen, le plus grand glacier de Norvège et d’Europe continentale.

Nous voilà donc partis pour une belle balade en famille jusqu’au pied du glacier d’une belle couleur bleutée, d’où descendent de nombreuses cascades.

Nous reprenons ensuite notre route étroite qui longe la vallée du Lodalen jusque Loen, pour ensuite tourner sur la route 724. La vallée est tellement encaissé entre les à-pics rocheux, que lorsque la montagne s’effondre (ce qui arrive assez régulièrement), cela entraîne la formation d’une vague énorme dans le lac. Le bateau vapeur du lac s’est ainsi retrouvé propulsé à 400m de son point d’origine, sur un flanc de la montagne ...

La poste norvegienne

Passage par Olden et sa vieille eglise, pause repas le long du Oldevatnet, que nous suivons jusque son extrémité pour arriver à notre second glacier de la journée, le Briksdalsbree, qui descend de 1700m à seulement 340m.

Les trolls ...

Nous repartons donc pour une seconde randonnée familiale, il faut environ 45 mn à pied pour se rendre au pied de la langue glacière.

En chemin (qui grimpe un peu, mais très bien aménagé), on passe à côté d’une grosse cascade qui nous rafraîchit bien... il fait en effet très chaud !

Au pied du glacier se trouve un petit lac qui se transforme ensuite en torrent, et des indications marquent l’emplacement du glacier depuis 1770. La masse de glace, entaillée de larges crevasses, accrochée est vraiment spectaculaire. On voit également nettement sur la roche l’endroit où se situait le glacier au cours du temps.

Enfin, il est l’heure de nous mettre en route vers Stryn, pour une pause services, et surtout pour trouver un endroit qui diffuse France Belgique !

Je trouve facilement un pub avec grand écran, et je regarde la belle qualif en finale au milieu de nombreux supporters belges (et quelques français quand même). Pendant ce temps, les enfants sont au parc de jeux...

Enfin, nous faisons notre pause dodo à Hjelle (route 15), le long du lac, avec un joli panorama en fond.

La luminosité à 22.30
Eliott à minuit ...

Distance parcourue : 118 km

Totale de la semaine : 954 km

2991 km depuis le départ

17

⛅ le matin - 🌧le soir - 22 degrés

Nous débutons la journée par une balade le long du Oppstrynsvatnet (vatnet = lac), où nous trouvons de gros groseilliers bien chargés...

Le lac miroir

Il est ensuite temps de prendre la route de Geiranger. On quitte alors la route 15 pour prendre la route 63, et ses routes suspendues spectaculaires. On croise au passage l’embranchement vers la jolie piste que nous avions prise lundi.

Un peu avant Geiranger, on arrive sur un plateau à 1000m d’altitude, d’où part une route, dite « Nibbevegen , abrupte, pas très large, où les virages y sont prononcés et dépourvus de garde-fous » selon le guide vert ... Accessoirement, c’est une route à péage (150 NOK tout de même ...) Qu’à cela ne tienne, je descends le vélo pour escalader cette route de 5km qui monte vers le belvédère du Dalsnibba (1500m).

Une fois arrivé en haut, l’immense panorama est saisissant. Une plateforme construite au dessus du vide procure encore plus de sensations fortes ! La vue s’étend sur les pics enneigés des montagnes que nous avons traversées lors des derniers jours, jusqu’au village de Geiranger, niché au fond du Geirangerfjord.

On aperçoit également 2 routes suspendues que nous allons emprunter, la route des trolls de Geiranger (Geirangertrollstigen), et au fond, de l’autre côté du Fjord, la route des aigles (Orneveien).

Une fois la descente en vélo effectuée (merci les freins à disque ...), on rejoint le village niché au bord du Fjord, après une pause photo à un point de vue.

La route des aigles qui serpente sur la montagne au fond ...

Le stationnement à Geiranger est difficile, on continue donc directement sur la route 63, par la route des aigles et ses nombreux virages en épingles à cheveux ! Dans le dernier virage, la vue des 2 côtés du Fjord est magnifique, surtout avec les nuages chargés de pluie qui arrivent par l’ouest.

Un petit ferry plus tard (entre Eidsdal et Linge), on rejoint notre lieu de bivouac du soir, juste avant la descente de la Trollstigveien, l’échelle des trolls ...

Au passage, nous sentons nos premières gouttes de pluie du voyage, qui vont passer assez vite (juste le temps de dépoussiérer FAREL...). Sur la route, nous assistons à une scène insolite, avec la moitié de la route au soleil et l’autre moitié sous la pluie !

Distance parcourue : 120 km

18

☀ au dessus de 1000m, ☁ en dessous - 18 degrés

Réveil avec un beau soleil ce matin, on en profite pour aller dire bonjour aux moutons (attention Louis ...).

Mais des bribes de nuages arrivent par en dessous de nous, ce qui nous laisse penser qu’on va se retrouver la tête dans les nuages lors de notre descente de Trollstigveien.

Effectivement, après quelques kilomètres, on se retrouve dans un brouillard à couper au couteau, et impossible de voir à 5m ...

Dans ces conditions, on ne s’arrête pas à la terrasse aménagée pour admirer la vue, et on effectue la descente, raide et pentue, à l’aveuglette.

On passe ensuite sous le plafond nuageux pour arriver à Andalsnes. La particularité de cette ville est la Trollveggen, la plus haute paroi d’escalade d’Europe (1100m).

On se balade dans la ville, et comme le temps est gris, on fait une petite sieste ... Aujourd’hui sera une une journée repos, avec courses au supermarché local (REMA1000), et mise à jour du carnet de voyage.

On avisera de la suite de l’itinéraire (j’ai plusieurs options possibles) en fonction de la météo des prochains jours.

On dort sur un parking calme, à côté du quai d’embarquement des bateaux de croisière, en compagnie de nombreux autres camping-cars.

Distance parcourue : 35 km

19

☁ - 15 degrés

Au réveil, le plafond nuageux est toujours aussi bas. On voulait refaire la Trollstigveien mais impossible dans ces conditions (on a rencontré des français sur le parking qui ont été bloqués pendant 45mn dans la descente hier à cause du brouillard...). On planifie donc une excursion vers la ville côtière d’Alesund, bien réputée, qui se trouve au bord de l’océan.

Voilà à quoi ressemble les péages automatiques

On commence par monter au belvédère d’Aksla, qui permet d’avoir une très belle vue panoramique de cette jolie ville.

De taille plus modeste que Bergen (notre seule autre ville visitée jusque maintenant), Ålesund mérite vraiment un détour. Il faut par contre faire un peu de route (le trajet le plus rapide emprunte la E136 et la E39) pour la découvrir.

Après une grosse tempête en 1904, la ville a été presque complètement détruite par un incendie. En 3 ans, celle-ci a été reconstruite dans le style Art nouveau, qui lui donne un caractère très particulier.

Il est très agréable de flâner dans cette ville (j’ai déposé la petite famille en ville, me gare à côté de l’aquarium, et je les rejoins en vélo), d’autant plus qu’il y a des festivités organisées dans la ville. Les quais, le port et les jolies ruelles sont bien animés, avec notamment des balades en mer et des exercices de sauvetage en mer en démonstration.

Nous reprenons ensuite la route par un itinéraire différent qu’à l’aller. A Sjoholt, on bifurque sur la route 650 pour rejoindre Valldal. Notre pause nocturne sera à Stordal, sur un quai au bord du Storfjorden.

Distance parcourue : 182 km

20

☁ matin - ⛅ à partir de midi

Après une nuit très calme sur notre quai, les nuages sont toujours bien présents au réveil, et accrochés en bas des montagnes. On traîne donc un peu, avec ménage du camping-car et session de pêche.

Je peux enfin tester mes nouveaux leurres achetés (de 25g, 40g et 60g) la semaine dernière, et ceux-ci se révèlent efficaces. Je réussi à prendre mes 2 premiers poissons (des lieus je pense), mais je préfère les relâcher, car je ne les trouve pas assez gros.

On reprend ensuite la route 650, et on rejoint à Linge la route que nous avions déjà prise jeudi à la descente du ferry. Cela permet de rejoindre Åndalsnes via la Trollstigen (route 63) que nous voulions refaire.

Malheureusement, malgré les belles éclaircies et le beau soleil qui sont apparus en fin de matinée, lorsque nous arrivons en haut, c’est de nouveau la purée de pois ...

Mais, après le repas, le plafond nuageux s’élève légèrement, ce qui sera suffisant pour admirer le point de vue et visionner la descente qui nous attend (pour la seconde fois ...), qui est impressionnante depuis la plateforme aménagée en haut.

Une fois la descente effectuée (c’est plus agréable sans brouillard...), d’où on peux admirer la belle cascade Stigfoss qui dévale aussi la montagne,

on repasse par Åndalsnes, on tourne autour du Romsdalsfjorden pour rejoindre Afarnes (par la route 64). De là , plutôt que de prendre un ferry pour rejoindre Molde, on préfère contourner le magnifique Langfjorden par la petite route côtière 660, pour trouver notre bivouac du soir, un peu avant Eidsvag.

Une promenade avant repas nous ferra découvrir un super endroit (dans une crique perdue après une petite marche), au bord de l’eau, avec de quoi faire un barbecue (il y a même les grilles et les pinces...) et des jeux pour les enfants.

Distance parcourue : 175 km

21

☀ et ⛅ - 25 degrés

Un joli ciel nuageux nous attend lors de notre réveil en ce dimanche.

Le programme n’est pas trop chargé aujourd’hui, juste une finale de coupe de monde à ne pas rater ... Je me connecte donc et je constate qu’elle sera diffusée sur NRK1, chaîne nationale norvégienne et en clair. On pourra donc regarder le match en famille dans le camping-car !

Après un bon petit dej’ en terrasse, on décolle de notre jolie aire de pique-nique en direction d’Eidsvag. Un peu après ce village situé en bout de fjord, on quitte la route principale (62), pour longer le Langfjorden. On rejoint ainsi l’arrivée du ferry que nous aurions pu prendre la veille pour couper au plus court.

Nous rejoignons ainsi Molde, en empruntant un joli pont en courbe, puis juste après un tunnel sous la mer de 7km.

Molde est une ville assez banale, mais son intérêt est sa magnifique position. La ville est entourée d’un chapelet d’îles, avec de nombreux pics enneigés en toile de fond. On monte (par une petite piste bien raide) à un point de vue d’où on admire un superbe panorama sur la ville, les îles et les montagnes !

On va ensuite se poser au bord de l’eau pour un bon cassoulet trouvé dans les réserves ! Les enfants jouent dans le sable pendant que je retente ma chance à la pêche.

Viens ensuite le temps d’admirer la seconde étoile ⭐⭐ (merci DD), et on peux se mettre en route pour trouver notre bivouac du soir, qui sera dans le joli village de pêcheurs du Bud.

Distance parcourue : 116 km

22

☀ - 25 degrés

La journée commence par une balade dans le village de pêcheurs de Bud, avec son fort construit par les allemands sur les hauteurs (et reconverti en musée), son petit port,

sa jolie église,

et ses jeux pour enfants 😉

On rejoint ensuite la route 64, la route de l’Atlantique (Atlanterhavsveien). Cette route d’une longueur de 8 km, qui relie un chapelet d’île par une succession de huit ponts, est vraiment étonnante. Nous ferrons notre pause repas (et pêche!) sur l’une des îles.

L’un des ponts est particulièrement impressionnant car son architecture dessine une ellipse.

Nous rejoignons ensuite Kvernes, à la pointe sud de l’île d’Averoya, qui possède 2 églises en bois debout situées côte à côte.

Nous remontons ensuite pour une pause goûter à Bremsnes, qui se transformera en pause dodo, car le parking (un ancien parking de ferry qui n’est plus en circulation) est très calme, situé en bord de fjord avec une vue magnifique. Il y a également une jolie plage pour les enfants et un spot de pêche pour papa.

Le repos bien mérité pour les enfants 😀

Distance parcourue : 77 km

23

☀ - 30 degrés

Je me réveille à 6h00, et l’appel de la pêche (sur le quai du ferry), se fait entendre.

Je ne peux pas résister, mais la mer est très calme, sans aucun courant, et il fait déjà très chaud même à cette heure matinale. Malgré quelques grosses touches, elle restera infructueuse...

Ce n’est pas grave, c’était bien agréable,et j’ai perfectionné ma technique grâce à quelques recherches internet.

Après un petit-déjeuner copieux (comme toujours avec les petits ogres...), on reprend la route 64 dans l’autre sens, ce qui évite de passer par des tunnels sans intérêt, et permet de reprendre la route de l’Atlantique dans l’autre sens.

La mer est basse et la vision du paysage est différente de celle de la veille. Depuis quelques jours, on voit clairement l’influence des marées, alors que cela était invisible dans les fjords.

On doit ensuite se faire une grosse session route pour avancer vers le nord, car on souhaite être après Trondheim ce soir. Après Eide, on rejoint la E39, on passe la jolie île de Bergsoya, et on traverse un bras de mer en ferry (entre Kenestraum et Halsa).

Après le ferry, on décide de quitter la très directe E39, pour prendre la route 65, plus rurale, avec des reliefs boisés (autrefois peuplés d’ours), des petits lacs, et quelques jolis points de vue sur des bras de Fjords (notamment le Surnadalsfjord).

On rejoint la E39 à Orkanger, et à Klett on récupère la E6, la route de l’Arctique. On passe rapidement Trondheim (on roule sur notre première 4 voies du voyage), qu’on visitera sûrement lors du trajet retour, car il s’agit d’un passage quasi obligatoire. D’ailleurs, nous sommes très proches de la frontière suédoise.


Enfin, j’ai repéré une pause bivouac à côté de la plage de Stornesvegen, sur l’île d’Inderoy, avec jeux pour enfants, joli plage et panorama. L’endroit est très calme, et dispose même de prises d’électricité dans une petite cabane (pratiques pour une petite session coiffeur ...)

Distance parcourue : 376 km

Total de la semaine 1081 km

4072 km depuis le départ

24

☀ et 🌩 - 30 degrés

Ce matin, il fait encore bien chaud dès le matin. On profite encore un peu de notre lieu de bivouac, et on prend la route.

L’objectif de la journée est de nous rapprocher de la route 17 - 650 km de bitume (enfin on espère ...) et plusieurs traversées en ferry vers le nord, qui nous emmèneront (avec quelques excursions) jusque Bodo, l’une des villes possible pour un départ en ferry vers les îles Lofoten.

Après une pause services a Steinkjer, on quitte la E6 pour la route 763 parallèle, plus tranquille, qui serpente entre les cultures (blé et colza), que nous n’avions pas encore vu depuis le départ.

Depuis hier, nous avons laissé les hauts sommets pour une Norvège plus bossue, avec des monts aux altitudes plus modestes.

La route longe le lac Snasavatnet, jusqu’au site de Bolarein. Sur ce site au milieu des sapins, on peux admirer des gravures rupestres d’environ 6000 ans, dont un renne et un skieur, grandeur nature.

Il y a aussi un ours et un poisson, mais difficilement observable car le site n’est pas protégé des intempéries et les gravures se dégradent. Le skieur est notamment gravé sur le sol, au milieu du sentier de randonnée.

Ensuite, nous prenons la fameuse route 17, et nous faisons notre pause après Folgereid, au bord du Fjord, avec un super spot de pêche.

De gros orages éclatent après des températures de 30 degrés toute la journée. La première session de pêche avec Romane s’achève donc rapidement sous une pluie battante !

A 22.00, l’envie de pêcher me prend, et je vais attraper (sous la pluie), un petit cabillaud (bien connu des norvégiens qui les dégustent petits comme gros) , un lieu et un gros maquereau.

Distance parcourue : 223km

25

🌧 matin - ☀ l’après-midi

La pluie est tombée une bonne partie de la nuit. Au réveil, le ciel est couvert et la température basse.

Notre bivouac étant situé dans une clairière en herbe, on décide de décoller après le repas de midi, quant le soleil annoncé sera revenu, histoire de ne pas rester planté ...

Romane a habillé son frère 😂

En attendant, devant l’insistance des enfants, on retourne à la pêche pour essayer d’attraper un quatrième poisson pour compléter le repas.

Ce sera chose faite avec un joli lieu, qui viendra garnir nos assiettes de ce midi.

Entre temps, nos voisins tchèques de bivouac qui ont attrapé un gros cabillaud (1m10 je pense...) nous donnent 4 gros morceaux de filets, déjà tout préparés et épicés !

Nos poissons attendront le prochain repas et nous nous régalons avec ce délicieux poisson !

Nous prenons ensuite la route, sous un joli soleil, pour embarquer sur notre premier ferry de la route 17, entre Holm et Vennesund.

Les paysages deviennent alors magnifiques, avec de petites criques et des petites îles disséminées partout le long de la route, et des pics rocheux plus ou moins haut aux alentours.

Louis aime bien faire les courses en Norvège ...