1 semaine pour découvrir le Queyras principalement au travers de randonnées à la journée.
Du 1 au 8 août 2020
8 jours
Partager ce carnet de voyage

Pour notre séjour d'une semaine dans le Queyras nous choisissons de séjourner à Guillestre.

Le village est relativement central : il permet de rejoindre à peu près tous les coins du parc national en moins d'une heure de voiture. Il est aussi suffisamment grand pour disposer de plusieurs supermarchés pour faire nos courses ainsi que de nombreux restaurants pour les moments où on a la flemme de cuisiner (c'est les vacances après tout..!).

Chaque jour nous prendrons le départ d'une nouvelle vallée ou d'un nouveau massif.

J1

Pour le premier jour, direction une randonnée classique avec deux lacs et une bonne partie en forêt pour éviter les chaleurs : une boucle au départ du Pied du Mélezet pour rejoindre le lac Miroir puis le lac Ste Anne.

La montée est un peu raide au début mais assez vite elle se calme et la forêt de pins et le torrent qui la traverse apporte sa fraîcheur.

L'arrivée au lac est un régal pour les yeux avec ce lac au creux d'impressionnants sommets rocheux parsemés de quelques névés. Aujourd'hui pas d'effet miroir à cause des nuages mais ce n'est pas très grave !

Lac Miroir et vue sur les sommets environnants

Après un pique-nique au lac Miroir, nous montons jusqu'au lac Ste Anne qui offre lui un bleu glaciaire.

Lac Ste Anne 

La descente se fait par un autre chemin très agréable qui longe une rivière jusqu'au parking du départ.

Le topo de la randonnée est disponible sur Altituderando.

(12km, 800D+)

J2
matin

Ce deuxième jour est pluvieux, alors nous décidons d'aller faire une activité à l'abri : la visite des Mines d'Argent. Mais nous ne sommes pas seuls à avoir eu cette idée, alors en attendant le seul créneau disponible l'après midi, nous profitons d'une éclaircie pour visiter le Sentier des Marmottes au pied du Mont Dauphin, juste à coté de Guillestre.

Sentier des marmottes

Le sentier des marmottes est un court circuit plutôt destiné aux enfants (mais les grands aiment tout autant !) qui permet d'admirer des marmottes sans être en pleine montagne.

Il suffit de quelques minutes pour les apercevoir. C'est assez étonnant de les voir de si près et si peu farouches. Un vrai petit bonheur. Seul bémol, certains visiteurs qui leur donnent à manger et les caressent, on voit bien qu'elles sont dénaturées...

Photos au zoom du téléphone = qualité pourrie

Mont Dauphin

Si vous en avez le temps, poursuivez le sentier des marmottes pour faire une plus grande boucle qui monte au Mont Dauphin environ 100m plus haut.

C'est une forteresse Vauban comme on en croise beaucoup dans la région. Celle-ci abrite aujourd'hui un petit village atypique et très charmant.

La météo et le timing nous empêche de faire le tour complet du lieu mais il est sans nul doute à découvrir.

J2
après-midi

Pour passer le temps alors qu'il pleut, nous nous dirigeons vers Argentière-la-Bessée où est situé le musée de la Mine d'Argent. Plus qu'un simple musée, c'est en fait une visite des anciennes mines qui nous est proposée.

Après 30mn dans une petite salle du musée à observer des objets d'époque et une vidéo explicative, un bus nous récupère et nous emmène plus haut dans la montagne afin de nous rendre sur l'ancienne mine d'argent. Le voyage en bus dure une quinzaine de minutes avec quelques sensations sur la petite route qui longe la falaise au dessus de l'entrée de la mine.

Un guide particulièrement intéressant nous fais alors pénétrer dans la mine et parcourir son labyrinthe de galeries tout en expliquant et montrant les différentes techniques utilisées au cours des époques. Puis environ 1h plus tard, nous ressortons de la mine, en ayant l'impression d'avoir un peu ressenti ce que les mineurs vivaient à l'époque.

Entrée de la mine à gauche - Encore une fois, les photos au téléphone ne rendent pas très bien dans la mine... 

Sans être particulièrement fan de géologie, la visite est vraiment passionnante et vaut le détour !

Pour en savoir plus, visitez le site officiel.

J3

Le soleil faisant son retour, au moins partiellement, nous décidons de faire la grosse randonnée du séjour ! Au programme : montée sur un sommet à plus de 3000m et pas n'importe lequel, un des plus haut du Queyras.. le Mont Glaiza.

Au dessus du village d'Aiguilles et après 20mn sur une route forestière un peu chaotique, nous voilà prêt à partir. Il n'est pas encore 9h et nous sommes à 2000m d'altitude alors il fait encore froid surtout qu'un fort vent est présent. Nous rejoignons assez vite des pentes ensoleillées pour nous réchauffer mais dès que nous sommes sujets au vent, il ne fait pas chaud !

Après 500m de montée, nous constatons que les sommets sont dans les nuages et avec le vent et le froid, l'idée de monter tout en haut commence à être compromise.

Au départ à gauche, les sommets dans les nuages à droite 

Nous poursuivons tout de même jusqu'au Lac du Grand Laus. Là nous retrouvons plusieurs groupes de personnes qui comme nous semble résignés à arrêter la randonnée ici vu les conditions. Le vent qui souffle est un peu risqué pour la suite de la randonnée qui s'effectue sur une ligne de crête, surtout si nous n'y voyons rien !

Après une petite pause goûter, nous décidons de monter au moins jusqu'à la crête puis d'aviser une fois là haut selon les conditions. C'est alors que petit à petit le ciel semble se dégager... lueur d'espoir...

Lac du Grand Laus 

En arrivant sur la crête, nous ressentons toujours le fort vent mais les nuages sont en train de s'en aller et laisse apercevoir pour la première fois le Mont Glaiza. C'est alors décidé : nous y monterons, les conditions sont finalement favorables.

Le givre sur le cairn du Pic du Malrif témoigne tout de même de la température ambiante !

L'autre versant à gauche, le chemin de crête et le Mont Glaiza au centre, le lac d'où on vient à droite

La montée finale jusqu'au Mont Glaiza est plus technique avec des passages dans les cailloux mais finalement assez accessible.

Une fois en haut, on se fait presque surprendre "ah mais c'est déjà le sommet ?!". La vue est magnifique à 360 degrés. Quelques nuages bouchent un peu la vue mais on imagine tous les sommets des Alpes visibles.

La croix encore givrée à gauche, la crête que nous venons de monter à droite 

Il ne reste plus qu'à redescendre tranquillement, le soleil est maintenant bien au rendez vous.

Le topo de la randonnée est disponible sur Altituderando.

15km, 1500D+

J4

La moitié du séjour est déjà passée. Pour ce 4ème jour, direction le col Agnel, un col mythique qui fait la frontière avec l'Italie. De celui-ci, de nombreuses randonnées sont possibles.

Pour nous ce sera une courte randonnée au Pic de Caramantran (3021m) le matin et un petit détour au Col Vieux l'après midi, histoire de voir les deux "cotés" français du col.

Pic de Caramantran

Après avoir trouvé une place au parking en dessous du col Agnel (venir tôt, les places sont chères !), direction un sommet à 3000m facilement accessible en à peine plus d'une heure de marche.

Le Piso en bas à gauche 

Au col de Bramousse (point de passage intermédiaire), une famille traverse le Queyras avec un âne qui se laisse volontiers prendre en photos 😀

Puis une fois au sommet, superbe vue sur toutes les Alpes : on aperçoit le Mont Blanc, les Aiguilles d'Arves, le Piso italien...

Le topo de la randonnée est disponible sur Altituderando.

6km, 400D+

Col Vieux

Nous avons encore un peu d'énergie sous le pied, alors nous redescendons au col Agnel pour partir de l'autre coté voir le Col Vieux et ses lacs. Nous croisons énormément de monde, cela semble être la balade la plus fréquentée du coin, notamment par les familles qui redescendent au moment où nous montons.

Crête de la Taillante à droite 

Au col, une belle vue sur le lac et sur la crête de la Taillante nous attendent. Quelques photos et nous retournons à la voiture.

Saint Véran

Avant de retourner à Guillestre, nous faisons un petit détour par le village de Saint Véran, réputé pour être le village le plus haut d'Europe et un des plus beaux villages de France.

Ce sera l'occasion pour nous de prendre un goûter en terrasse avec une superbe vue sur les montagnes environnantes.

Pour ce qui est du village en lui même, nous ne lui avons rien trouvé d'extraordinaire. Des belles maisons de montagnes mais rien de plus... Cela ne vaut pas le coup d'y aller juste pour le village.

J5

Journée de repos où nous décidons d'aller près du lac de Serre Poncon pour prendre un peu la fraicheur.

Forêt de Boscodon

Première étape à l'Abbaye de Boscodon et sa forêt. Un lieu sur lequel nous sommes tombés un peu par hasard qui ne semble pas très connu.

C'est l'occasion de faire une courte balade en forêt à l'ombre du soleil. Il y en a pour tous les niveaux. Et on peut apercevoir le lac depuis certains belvédères.

• • •

Embrun

L'après midi, nous allons au plan d'eau d'Embrun pour nous baigner et nous reposer.

L'endroit est agréable est bien amenagé. On se croirait presque sur une plage de la cote d'Azur au final.. la surpopulation en moins, les montagnes en plus !

J6

Pour la dernière randonnée, direction une zone du Queyras que nous n'avons pas encore exploré. Avec une vue sur les Ecrins et la vallée de la Durance : le lac de l'Ascension (et la Tête du Peyron).

Nous partons de bonne heure pour éviter les chaleurs encore une fois et après une longue piste forestière (en bon état celle là) nous voilà en marche direction le collet du Peyron.

La montée est assez efficace et nous arrivons au collet vers 11h. Cela nous laisse le temps de faire un petit détour aérien par la Tête du Peyron. Le sommet est 100m plus haut que le collet mais nécessite un pied montagnard et l'absence de vertige car il y a un petit passage exposé où il faut mettre les mains. En revanche la vue en haut est spectaculaire, à la fois sur les lacs en contrebas et sur les Ecrins et le Queyras.

Lac de l'Ascension à gauche, collet à droite 

Après une rapide descente aux lacs, il est l'heure de manger. Le lac de l'Ascension est superbe avec une eau dans laquelle on ne résiste pas de se baigner.

Enfin il faut bien redescendre. Le soleil cogne mais les paysages nous font oublier la chaleur. Nous voilà rentrés à la voiture en début d'après midi.

Descente depuis le lac à gauche, arrivée à droite 

Le topo est disponible sur Altituderando.

15km, 950D+

Une semaine très (trop ?) vite écoulée mais l'essentiel est d'avoir passé un excellent moment dans ces massifs et ce parc national que nous ne connaissions pas.

Il est pour sûr différents des autres massifs des Alpes, avec ses nombreux 3000 relativement accessibles qui offrent une vue sur toutes les Alpes.

Nous y reviendrons certainement car il reste plein de coin à découvrir, que ce soit en randonnée pédestre, en VTT ou même en ski l'hiver.