Carnet de voyage

Myanmar

Dernière étape postée il y a 1002 jours
Février 2020
15 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 5 février 2020

Après avoir fait une escale d'une nuit à Bangkok, j'arrive a Mandalay jeudi en début d'aprem. (Pratiquement tout le monde portaient des masques dans les aéroports de Katmandou et de Bangkok a cause du coronavirus, et on nous a fait passer devant des caméras thermiques !).

A l'aéroport je rencontre 2 français avec qui je prends le bus direction le centre. L'un d'eux, Greg, va dans le même hostel que moi (l'Ostello Bello, 10$ la nuit en dortoir).

Arrivés là bas Greg et moi mangeons ensemble. Au Myanmar, le déjeuner traditionnel est monstrueusement copieux. Tu commandes un plat principal, mais celui-ci est accompagné de riz à volonté, et d'un assortiment de légumes crus ou cuisinés, de sauces plus ou moins épicées, de soupe... Il y a de la nourriture a foison (et ça a dû nous coûter environ 4 euros). C'est même trop car même si on avait très faim et que c'était très bon, on a jamais réussi à tout terminer. Je crois qu'on est restés au moins 1h30 dans ce restau, a manger... Il est trop tard pour bouger dans la ville, on rentre à l'hostel et on passe une soirée cool où on rencontre plein de monde.


Vendredi on part ensemble faire une excursion à Mingun, un endroit de l'autre côté du fleuve où se trouvent plusieurs monuments qui valent le détour. On prends donc un bateau pendant 45 minutes pour rejoindre l'autre rive, un peu au nord de Mandalay.

Il y a deux monuments principaux à voir ici. Le premier, Mingun Pahtodawgyi, est une stupa inachevée qui tombe en ruine. Sa construction à débuté en 1790, elle avait pour vocation d'être la plus grande stupa du monde (150m). Mais lorsque le roi qui avait ordonné sa construction est mort, les travaux ont été arrêtés et jamais repris car évidemment ce projet coûtait bien trop cher. Le tremblement de terre qui a eu lieu en 1838 n'a pas aidé à maintenir ce début de stûpa en bon état, elle est donc complètement fêlée, et les briques s'écroulent de toute part... Ce monument est carrément impressionnant !

Le second monument est Hsinbyume pagoda, une pagode construite en 1816 par le roi Bagyidaw, en honneur à son épouse décédée. Inutile de vous le décrire, les photos parleront d'elles-mêmes ! Tout ce que je peux dire c'est que c'est magnifique...

Plus tard dans la journée nous nous rendons à Mandalay Hill, une grande colline qui surplombe la ville. On s'y rend à pied, en longeant la muraille du palais royal (situé en plein cœur de la ville), et en traversant plein de petites rues charmantes. Le soleil commence à se coucher et on arrive à Kuthodaw Pagoda, au pied de Mandalay Hill, quand la lumière commence à être intéressante. Kuthodaw Pagoda est un ensemble de pagodes, qui abrite le "plus grand livre du monde". Il s'agit en fait de 729 pagodes en marbre blanc sur lesquelles sont gravés les pages du Tripitaka, le recueil des textes fondateurs du bouddhisme. Au milieu s'élève une superbe stûpa dorée.

On prend ensuite un taxi pour monter sur la colline car on a plus le temps de prendre les escaliers avant le coucher du soleil (mince alors !).

Au point le plus haut se trouve un joli temple, endroit parfait pour admirer le sunset (le soleil se couche vers 17h50). Il y a pas mal de touristes, mais aussi des moines novices qui viennent parler avec les touristes pour pratiquer leur anglais. Nous restons bien après le coucher de soleil, car l'endroit est bien plus calme et serein sans tout ce monde. Et là, on fait la rencontre de Kyaw (ça se prononce "Cho"). Kyaw est un moine novice de 18 ans. Il étudie dans un monastère au pied de Mandalay Hill. Il a choisi d'être moine depuis ses 11 ans pour pouvoir étudier. L'année prochaine il souhaite arrêter d'être moine pour être guide au Lac Inle, là où vit sa famille. Il passe 2h30 avec nous, pour nous faire faire le tour des temples alentours. Il joue au guide, ça l'amuse et nous aussi ! On apprend pas mal de chose sur sa culture et son mode de vie. Quand on choisi d'être moine, on vit dans un monastère, et il y a des règles très strictes à respecter, notamment : ne pas tuer, ne pas voler, ne pas mentir, ne pas avoir de relation sexuelle, ne pas avoir d’animosité, ne pas chanter, ne pas avoir de comportement ostentatoire, ne pas conduire, ne pas porter de parfum, ne pas prendre de substances toxiques, ne pas manger après 12h...

Leur rythme est très strict aussi : levé tous les matins à 4h, après avoir prié et médité ils doivent se rendre à l'extérieur du monastère pour collecter des dons de nourriture (déjà cuisiné car ils n'ont pas le droit de cuisiner eux même), ils prennent deux repas par jour et n'ont plus le droit de se nourrir après 12h. Le reste de la journée est consacré à étudier l'enseignement de Bouddha et à méditer. Ils ont quand même du temps libre dans la journée où ils peuvent s'adonner à d'autres activités. C'est pourquoi certains d'entre eux se rendent dans des lieux où ils peuvent discuter avec les touristes pour pratiquer l'anglais. Les moines peuvent arrêter d'être moine quand ils le souhaitent. Il y a trois "stades" dans la hiérarchie des moines, en fonction de leur âge et de leur degré de connaissances. Si j'ai bien compris ce qu'a expliqué Kyaw, le moine qui atteint le dernier stade, "high monk" reste moine à vie.

Les filles aussi peuvent choisir d'être nonnes. Elles portent un habit rose, et doivent se raser la tête comme les moines. Cependant elles n'ont pas tout à fait les mêmes règles. Par exemple, elles ne peuvent pas récolter des dons tous les jours, mais elles ont le droit d'accepter les dons d'argent et de nourriture non cuisinée.

À la fin de la journée, Kyaw nous propose d'échanger nos Facebook (et oui, Kyaw a un smartphone !), et depuis il nous envoie des messages tous les jours ! 🙂

Ce fut vraiment une rencontre très enrichissante, et un moment extraordinaire passé en sa compagnie.


Le lendemain, Greg et moi louons un scooter pour visiter le sud de la ville, où se trouve Inwa, l'une des anciennes capitale royale du Myanmar. On s'éloigne des sentiers battus, et on part à la rencontre des locaux. On rencontre notamment une famille qui fabrique des statues de Bouddha et des objets en bambous, et une famille qui fabrique des cigares. On s'y arrête quelques minutes pour les observer travailler. La communication n'est pas aisée car les birmans parlent très peu anglais, mais ils ont l'air contents de nous faire découvrir leurs activités.

On s'arrête pour manger dans une minuscule échoppe qui sert un bouillon/soupe à base de légumes, c'est hyper bon et ça nous a coûté 500 kyats chacun ( =30cts d'euros). Au Myanmar si on aime la street food, on peut se nourrir facilement pour moins de 2 euros. (Les logements sont un peu plus cher que dans certains pays d'Asie, mais la nourriture locale est vraiment cheap).

Après s'être arrêtés pour visiter plusieurs joli temples et pagodes à Inwa, on remonte vers le pont U-bein pour le coucher du soleil. Il s'agit d'un pont pieton, long de 1,2km (1060 piliers), le pont en teck le plus long du monde. C'est joli mais il y a vraiment beaucoup de touristes à cette heure. On le traverse pour se rendre à Amarapura, une autre ancienne capitale royale.


Point météo : enfin de la chaleur ! Ça me change du Népal. La journée il fait une trentaine de degrés, mais c'est tout a fait supportable. Pas besoin de regarder la météo, ici c'est la saison sèche et il y a du soleil tout le temps. En revanche les nuits sont fraîches.

Par contre qui dit châleur dit moustiques... Et à Mandalay il y en a en quantité !


J'ai bien aimé Mandalay. La ville en elle même n'est pas vraiment belle, mais tout autour on y trouve des temples, pagodes et stupas vraiment magnifiques. Je pense vraiment que cette ville vaut le détour !


Prochaine étape : Bagan !


2

Toujours en compagnie de Greg, nous sommes arrivés à Bagan dimanche 2/02, pour repartir le 6/02. Ça nous a laissé le temps de bien profiter de l'endroit, en prenant notre temps.

Bagan... Comment décrire cet endroit si spécial.

Il s'agit d'un vaste site archéologique qui s'étend sur 42km2, qui comprend plus de 3500 stupas, temples, monastères et autres structures bouddhiques construites entre le XIe et le XIIIe siècle, quand le site était la capitale du premier empire birman. Le site est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis l'année dernière.

L'idéal pour visiter le site est de louer un scooter électrique (qui sont les seuls à être autorisés ici, ce qui est cool niveau bruit !) à 8000kyats (5e) la journée. J'ai mon chauffeur personnel, moi j'ai juste à regarder le paysage et à prendre des photos à l'arrière du scooter 😂.

On paye 25000kyats (15e) l'entrée au site, et ensuite on peut s'y déplacer librement pendant 5 jours. Le scooter électrique est vraiment parfait vue l'étendue de l'endroit, on peut s'y perdre dans les petits chemins de terre entre les pagodes, et rouler pendant des kilomètres sans croiser d'autres touristes. Prévoir un masque et des lunettes par contre, car ça en fait de la poussière !

Le clou du spectacle ici : les levés de soleil...

J'en ai fait deux, tous les deux extraordinaires. Le soleil se lève tranquillement derrière les temples vers 6h00, quand apparaissent des dizaines de montgolfières qui les survolent. L'atmosphère est alors unique et magique...

L'idéal pour profiter de la vue est de prendre de la hauteur. Monter sur les pagodes est interdit depuis peu (pour ne pas les abîmer), mais les locaux nous autorisent à grimper sur certaines qui sont en bon état. (On l'a fait une fois, c'est pas bien je sais !).


Comme dans le reste du Myanmar, les habitants de Bagan sont des amours. Un soir ou Greg et moi admirions un sublime coucher de soleil qui donnait sur la rivière Irriwaddy, nous rencontrons Christian, en touriste allemand. Juste après nous rencontrons Yeye, un peintre birman qui discute avec nous. Il nous invite à aller voir ses peintures chez lui, il habite dans le village. Évidemment ses peintures sont magnifiques, je lui en achète plusieurs, ainsi que Christian et Greg. Le courant passe bien, on reste un moment à discuter avec lui, il nous présente quelques membres de sa famille. (Il parle très bien anglais, ce qui n'est pas souvent le cas dans ce pays). Il nous invite à manger chez lui le lendemain soir, c'est madame qui cuisinera. On accepte avec plaisir, et on participe financièrement aux courses.

Le lendemain on passe donc une agréable soirée chez Yeye. Son épouse cuisine divinement bien, c'est le meilleur repas que j'ai mangé au Myanmar jusqu'à maintenant ! (Du poisson, du riz, et plein de petits plats différents pour accompagner tout ça).

On apprend plein de choses en discutant avec Yeye. Par exemple, on apprend qu'ici la semaine comporte 8 jours, et le mercredi est coupé en deux. A chaque jour correspond un animal sacré. Mon animal sacré est le tigre car je suis née un lundi ! (La classe..).

Lorsqu'un birman donne ou prend quelque chose de la main à la main, il tend généralement la main droite, en tenant son avant-bras avec la main gauche. C'est un signe de respect pour eux.

Cette rencontre était vraiment chouette, et montre à quel point les birmans sont agréables et accueillants.

En se promenant dans une autre partie de la ville, on se retrouve dans un grand marché couvert, touristes sur les côtés, et complétement local at l'intérieur. À la sortie du marché, on se cherche à manger et on tombe au hasard sur 2 petits marchands ambulants qui vendent à manger aux écoliers à la sortie de l'école. On suit donc le mouvement et on s'achète de la salade de papaye verte (très répandu ici) et un sachet de trucs complètement inconnu. On sait juste que ça avait l'air hyper bizarre, mais que c'était bon 😂. On apprendra plus tard qu'il s'agit de nourriture importée se chine dont raffolent les étudiants, à base de crabe !

En se promenant dans certains lieux touristiques comme des temples, ou le jardin du musée de la ville, nous nous sommes fait prendre en photo plusieurs fois par des touristes birmans (ils voyagent pas mal dans leur propre pays), car ils étaient contents de voir des occidentaux. La première fois j'étais étonnée, et puis c'est devenu normal 😋.

Autre test de la journée : le betel nut ! C'est une tradition ici, il s'agit d'un genre de "chewing-gum" que les birmans machouillent toute la journée, qui leur rendent les dents rouges, leur pourrissent les dents d'ailleurs, et qu'ils recrachent dans la rue en laissant donc des traces de crachats rouges partout sur le sol. Quand tu le sais pas, tu croirait voir des tâches de sang partout c'est assez bizarre. Ce chewing-gum fait maison est donc constitué de noix d'arec, de tabac, de chaux (normal..) le tout enveloppé dans une feuille de bettel. Ça a un effet stimulant voir "enivrant". Ça a surtout un goût extrêmement bizarre, je n'ai pas pu le mâcher plus de 30 secondes ! Mais c'était drôle à essayer au moins une fois 😂.


Bref, bilan de Bagan :

Le kiff total, j'ai vraiment adoré mon séjour ici, dans ce lieu hors du temps. Bagan est le passage obligé quand on va en Birmanie.


3
3
Publié le 27 février 2020

Après Bagan, direction Kalaw. On a pas eu le choix que de prendre un bus "vip" car on a réservé trop tard. On a donc payé presque 2 fois plus cher (18 euros) mais c'était le top confort ! Des sièges confortables, un vrai grand bus donc qui secoue moins, et même de la bouffe ! Parfait.

Arrivé à Kalaw, on file directement à l'agence pour booker un trek de 3 jours qu'on va débuter dès le lendemain.

Il caille ici ! On est un peu en altitude. Dans la soirée je ressors la polaire ET la doudoune. L'ambiance de l'endroit, les paysages, (l'hôtel pourri) et le froid me font revenir quelques jours en arrière, au Népal, et je me rends compte que ça me manque un peu... Pour couronner le tout, on tombe au hasard sur un restau népalais ! On y mange pas aussi bien, mais c'est cool quand-même.

Le lendemain matin, on démarre donc un trek organisé par l'agence Uncle Sam, de 3 jours/2nuits (30 euros tout compris, pas cher !). Dans notre groupe il y a 2 coréens, une birmane, Greg et moi, et Momo notre petite guide de 21 ans.

Les paysages sont jolis, mais tout est très sec, car il fait très chaud ici la journée. Je dois avouer qu'après avoir marché au Népal, je ne m'extasie pas devant le panorama, même si ça reste sympa. Ce qui est chouette par contre c'est de faire connaissance avec les membres de notre groupe. Il y a Kyah, une jeune birmane de 18 ans qui vit à Yangon et est city guide là bas. Cest comme ça qu'elle a rencontré Martin, un coréen de 26 ans, qui a proposé à Kyah de l'accompagner pour la suite de son voyage au Myanmar. Le second coréen s'appelle Kym, et c'est tout ce que je sais de lui car il est extrêmement timide et maîtrise mal l'anglais, on ne l'entendra pas parler de tout le séjour, mais il a quand même l'air de passer des bons moments avec nous 😂. Et Momo, notre guide, qui a seulement 21 ans, qui fait des études de botanique, et qui est guide de ce trek pendant son temps libre. Il y a plusieurs agences à Kalaw qui proposent ce trek, et la plupart du temps les guides sont des femmes. (Je profite de l'appartée pour rajouter que j'ai remarqué que les femmes au Myanmar font parfois des métiers dit "d'hommes" comme œuvrer à la construction des routes, ou même conduire des taxis).

Le principe du trek est de manger le midi, le soir, et de dormir chez l'habitant. Ce sont donc les locaux qui cuisinent pour nous.

Après la première journée (environ 6 heures de marche) on s'arrête dormir dans un tout petit village (une quinzaine de maisons peut être), sans électricité (ils utilisent des minis panneaux solaires pour alimenter l'ampoule du salon et charger leur téléphones), et une seule arrivée d'eau dans tout le village. Ils remplissent alors des cuves, et se lavent à l'extérieur, dans un endroit à peine isolé. Il se lavent donc en longyi (vêtement traditionnel, genre de jupe longue, noué de façon différente selon si on est un homme ou une femme, que les birmans portent pour la plupart comme tenue quotidienne).

On nous installe des matelas dans la pièce principale, et on nous fait manger ici. Ce qui est dommage c'est qu'on a même pas vu la famille ce soir là, je ne sais pas chez qui j'ai dormi..

La nuit tombée, on fait une balade dans le village. Kyah et moi nous retrouvons toutes les deux, et on se fait inviter par un autre groupe de trekker dans une petite maison où un birman joue de la guitare et chante. On passe donc un moment très chouette, petit concert privé, où Kyah et Momo se mettent même à chanter ! 😁

Deuxième jour de trek, toujours sous un soleil de plomb. Pour se protéger du soleil, les femmes birmanes, ainsi que certains jeunes, appliquent sur leur visage du thanaka. C'est une crème d'origine végétale de couleur jaunâtre. Kyah nous en applique à tous, en faisant des formes différentes. Elle est trop mignonne !

Pendant la marche, on longe des champs de piment et d'avocatiers (les avocats sont une tuerie au Myanmar, j'en mange tout le temps !!).

Le village où on reste ce soir là est un peu plus grand et plus joli. Par contre toujours pas d'électricité, et ici même pas d'eau courante, uniquement des puits ! Les gens y sont un peu plus accueillants. On rencontre la famille chez qui nous dormons, et on a un peu plus d'échange avec eux que la veille. Avec les gens de mon groupe, on passe la soirée à se faire découvrir la musique de nos pays respectifs, ça fini en karaoké et apprentissage de chorégraphie de K-pop (pop coréenne). Je découvre le K-pop et je dois avouer que j'aime bien 😂.

La famille nous cuisine un des meilleurs plats que j'ai mangé au Myanmar : un curry de cacahouètes !! Juste magnifique.

La dernière journée, 4 heures de marche dans la matinée, à travers des paysages un peu plus sympa à la fin (petite "jungle" et forêt de bambous). On s'arrête manger dans un restau. Momo nous laisse ici, et on prend un bateau sur le lac Inle pour rejoindre la ville de Nyaung Shwe, là où on logera plusieurs nuits.

La balade sur le lac est chouette, on traverse des jardins flottants, on passe dans un village où les maisons sont sur pilotis. On met une heure à traverser le lac. Mais le moteur du bateau est hyper bruyant et casse la tête, même avec des boules quies.

On rejoint chacun nos hostels respectifs, et notre groupe se retrouve le soir dans la ville pour dîner ensemble une dernière fois.

Bilan du trek : j'ai bien aimé car j'y ai fait des rencontres inattendues et intéressantes. Les paysages étaient jolis, et ça fait toujours du bien de marcher.

Mais ce que je trouve dommage c'est que ce trek est tellement touristique, que selon les villages où tu loges, on sent que les locaux sont beaucoup plus froid qu'ailleurs car ils en ont ras le bol des touristes (ce qui peut se comprendre...). Il y a différents chemins empruntés, selon les agences. Donc il y a des villages qui sont un peu plus préservés que d'autres, mais dans l'ensemble c'est quand même hyper blindé de touristes. On a eu beaucoup moins de contact avec les birmans que dans les villes par exemple ! C'est dommage.

Mais c'était quand-même une chouette expérience et un bon moment !

4
4
Publié le 27 février 2020

Je suis hyper en retard sur mes publications, alors je vous avoue que ça va être plus bref et moins détaillé ! 😋

Et ouais, la meuf est en vacances et elle a pas le temps...


Bref, ce petit article sera consacré au Lac Inle, où je suis restée du 9 au 12 février.

Il s'agit d'un grand lac naturel de 116km2, situé dans les montagnes de l'état de Shan, au centre du Myanmar.

On s'y est baladé un peu en bateau, et surtout à vélo. Il y a des petits villages sur pilotis, et des jardins flottants tout autour du lac, c'est hyper mignon. Ici ils cultivent des vignes et fabriquent leur propre vin (vraiment pas bon 😂). Ils cultivent aussi entre autre de la canne à sucre, des pois chiches avec lesquels ils fabriquent du tofu (trop bon) et autres graines en tout genre. Avec Greg on a eu l'occasion de visiter un village où les familles fabriquent toutes une spécialité culinaire différentes, comme des bonbons à base de canne à sucre, du tofu sous différentes formes, des snacks frit à base de riz ou de pois chiches etc... C'est l'organisme " Tofu palace" qui organise ça pendant 1h30 et c'est assez intéressant !

La spécialité culinaire du coin sont les Shan noodles, (soupe de nouilles) et les meilleurs de la ville se trouvent au marché local de Nyaung Shwe, dans un petite échoppe au milieu du marché. Une des meilleures chose que j'ai mangé au Myanmar !

On s'est aussi payé le luxe de voir le coucher du soleil sur le lac, sur une petite barque dont le driver était juste adorable... Une fois le soleil couché, il nous fait faire un tour de barque entre les habitations du village flottant de Maing Thauk. On croise une femme qui vend des légumes, ça tombe bien fallait qu'on fasse des courses ! Nous voilà donc en train de faire notre marché, sur l'eau, pour faire la salade de ce soir... Normal ! On achète des tomates, des oignons, de la salade, du piment et de la coriandre, pour moins de 1 euros évidemment...

L'auberge de jeunesse où on reste les 3 nuits s'appelle Song of Travel (10euros la nuit), et c'est la meilleure auberge où j'ai été jusqu'à maintenant. L'ambiance, le personnel, l'équipement, la bouffe, tout était au top !

Ces quelques jours au Lac Inle étaient très sympa, un peu relax, et à la fois sportif puisqu'on a pas mal roulé à vélo. De bonnes rencontres, et de jolies découvertes !


Avec mon petit Greg, il est temps de séparer nos routes car nous n'allons plus au mêmes endroits maintenant...

Quelle belle rencontre ! On en a partagé des fous rires... 😂😁

Bonne route à toi 🙏


Prochaine étape pour moi : Hpa An

5
5
Publié le 11 mars 2020

Après avoir pris un bus de nuit, me voilà arrivée à Hpa An vers 7h00.

J'ai pas vraiment bien dormi dans le bus, mais je préfère quand même enchaîner la journée pour ne pas perdre de temps. Je déjeune dans une "boulangerie" (pas facile de trouver des bons petits déj continentaux au Myanmar, et je dois avouer que les soupes de nouilles me font pas rêver le matin..), et je loue un scooter à mon hostel pour aller me balader. Première fois pour moi que je conduis un scooter ! C'est l'idéal pour apprendre ici, car il y a peu de circulation, et dès qu'on sort de la ville les routes sont très tranquilles. Je roule donc aisément dans ce paysage magnifique, entourée de montagnes karstiques. Je visite une pagode suspendue sur un rocher (Kyauk Ka Lat Pagoda), 2 caves (Kawgun et Yateak Pyan), et je finis la journée à la Bat Cave, d'où on peut admirer des milliers de chauve-souris qui sortent de leur grottes quand le soleil se couche à 18h, pendant au moins 15 min. Impressionnant !

Mon auberge de jeunesse est nule (Soe Brother 2, 9e la nuit) d'après moi, mais elle a le mérite d'être à 10 min d'un marché de nuit où on peut acheter des portions de nourriture à 30 centimes, toutes plus différentes les une que les autres. J'achète 2 portions de nourriture et un jus d'avocat mixé (tellement bon !) et j'en ai pour 1,20e (pas la ruine..).

Le deuxième jour je loue de nouveau un scooter (pas à mon auberge car ils refusent de me faire un prix pour la demie journée). Je vais chez Good Luck motorbike, que je recommande ! et je pars l'aprem direction Saddan Cave. Cette grotte est hyper fun, car complètement loufoque. Il y a des lumières de toutes les couleurs partout, un panneau lumineux rouges qui fait défiler des messages en birman, au dessus d'une statue de Bouddha, normal... On traverse la grotte pendant environ 10/15min, parmis les nids de chauve souris, et on débouche sur une petite rivière et quelques rizières. C'est assez sympa !

En partant de la grotte je décide de ne pas reprendre la même route où il y avait un peu trop de circulation pour moi, et m'aventure dans les petits chemins de terre indiqués sur mon application magique (Maps.me, qui permet d'avoir un gps même hors connexion). Et là je roule au milieu de champs, de quelques habitations, et longe les belles montagnes carstiques. Le soleil commence à se coucher, et la lumière est top. Je découvre alors la sensation de liberté que tu ressens lorsque tu conduis un deux roues. Ca permet de s'éloigner des sentiers battus, et de découvrir des endroits pas du tout touristiques. J'adore ça !

Le soir je rejoins des amis et passe la soirée avec eux.

Je finis ce périple au Myanmar en beauté. J'ai beaucoup aimé passer ces deux jours à Hpa An. Je ne m'attendais pas à voir ce type de paysages, complètements différents de ce que j'ai vu jusqu'ici en Birmanie. C'est plus vert, avec plus de relief, et moins touristique que les autres endroit que j'ai fait.


Bilan du Myanmar :

coup de coeur pour ce pays.

C'est très beau, la culture y est intéressante, et la population est extraordinaire.

Mon endroit préféré est évidemment Bagan, mais j'ai vraiment beaucoup aimé tous les endroits où je suis allée.

Je recommande fortement ce pays ! Il ne faut d'ailleurs pas trop tarder à s'y rendre je pense, car le tourisme s'y développe très rapidement.