6 mois, 2 amies, Un pays, l'Australie !
Du 5 juin au 4 décembre 2017
183 jours
Partager ce carnet de voyage
5
juin

Après des mois de préparation, c'est enfin le grand jour, on part en Australie !!! Je rejoins Mathilde à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, qui est venue de Rennes en train. Mes parents et Fred m'accompagnent, et pour une fois, on part super en avance (non non, personne n'est stressé) ! La famille de Fred vient me dire au revoir et me souhaite un bon voyage, j'ai encore un peu de mal à réaliser que je pars pour 6 mois ...

Arrivée à l'aéroport, je rejoins Mathilde pour qu'on enregistre nos bagages, enfin nos "backpacks" qui seront nos fidèles compagnons pendant ces prochains mois !! Et c'est le moment tant attendu de la pesée du sac... 9,4kg !! Bon score, on verra le poids au retour ... On remercie Mr. Décathlon de nous avoir (quasiment) équipées de A à Z ! Une fois cette première étape de réalisée, on va tous à Starbuck prendre des forces !! A peine le temps de finir mon muffin, que c'est déjà le temps des au revoir. Une bise sur chaque joue, des gros câlins, et on passe les portiques de sécurité... Je fais la fière, mais une fois passée la sécurité, je verse ma petite larme. Avec Mathilde, on se regarde, ça y est l'aventure peut commencer ! L'avion décolle à 21h15, c'est partiiiiiiiiiiiii !!!!!

Dans le gros navion
6
juin

11hr de vol c'est looooong !!! Et ce n'est que le premier vol ... On a quand même été servies comme des reines avec un dîner et un petit-déjeuner ! On réussit à dormir un peu, et on se réveille à Hong Kong ! Quand on sort de l'avion, il fait chaud et humide, mais vite on rentre dans l'aéroport climatisé. Le temps d'escale est de 5hr ce qui nous laisse le temps de visiter l'aérogare qui est juste énorme. En attendant notre prochain vol, on réfléchit aux 6 prochains mois : boulot ou pas boulot ? Nouvelle-Zélande ? Achat de van ou location ? Pour l'instant, on aimerait faire le tour de l'Australie en van, travailler un mois ou deux, et aussi passer quelques semaines en Nouvelle-Zélande... Aurait-on les yeux plus gros que le ventre ??

A 21h20, on décolle pour 5 heures de vol direction Cairns ! On a encore droit à un repas et petit déjeuner : ) Bien que le temps de vol soit moins long, le trajet nous semble interminable et on ne ferme pas l'œil de la nuit ...

7
juin
L'auberge à Cairns
L'auberge à Cairns

On arrive à Cairns à 7hr du matin, on récupère nos backpacks rapidos, on tourne un peu en rond avant de trouver la navette qui nous dépose à l'auberge Central Cairns YHA où nous avons réservé trois nuits. L'auberge est très sympa, c'est propre, la cuisine est énorme, et il y a des pancakes gratuits le matin !!! On pose nos sacs dans le dortoir, et on part à la découverte de la ville.

Et ben Cairns, c'est pas top ! On est assez surprises car on s'imaginait Cairns comme une ville de taille moyenne, en fait, c'est plus une ville "attrape-backpackeurs". Il n'y a que des commerces à destination des touristes proposant des tours et plein d'autres choses à payer ... Ce n'est pas très beau non plus, les rues sont énormes avec des parkings un peu partout, des immeubles, et plein de 4x4. On se demande où sont les piétons... On a vite la réponse : dans leur voiture ou dans le centre commercial Cairns Central !

Cairns

L'esplanade le long de l'océan est sympa. Elle fait plusieurs km de long, des jeux pour enfants sont aménagés ainsi qu'un lagoon artificiel ! Comme on ne peut pas se baigner dans l'océan (pas de plage et beaucoup de "jelly fish"), une piscine a été créée. A côté, on trouve des barbecues publics (le bbq australien n'est pas un mythe !). L'esplanade donne sur la marina, point de départ pour les excursions à la Grande Barrière de Corail.

L'esplanade le long de l'océan

On en profite d'être à Cairns pour s'occuper d'affaires administratives, notamment notre demande de Tax File Number (TFN) qui nous sera utile si l'on veut travailler par la suite.

Vers 17h30, on décide d'aller faire les courses pour le soir. Et surprise, les magasins du centre commercial sont déjà tous fermés ! Seul Coles (grande surface australienne) est ouvert. On s'achète des plats préparés (riz, pita, soupe de tomate) comme on est fatiguées et qu'on a la flemme de faire la cuisine. Mais promis, les prochaines fois on cuisine ! On rentre à l'auberge et il fait déjà nuit noire alors qu'il n'est que 18hr !!! C'est perturbant, il va falloir se mettre à l'heure australienne....

• • •

Le lendemain, on teste les pancakes de l'auberge (un peu le goût de carton-pâte, mais bon c'est gratuit) !! On se lève motivées, direction Telstra pour acheter des cartes SIM australiennes puis on va à la banque Westpac pour s'ouvrir un compte en banque. On passe aussi à Kmart s'acheter des casquettes, gourdes et paréo : ) L'aprèm, Mathilde est la seule téméraire pour aller se baigner dans le lagoon (elle est un peu trop froide pour moi, je ne suis pas une bretonne moi !). Je reste sur le sable à faire bronzette. Retour à l'auberge pour réserver le snorkeling (plongée avec tuba) le lendemain, manger et dodo vers 20hr.. Avec les heures de vol et le décalage horaire, on est un peu déphasées et on est pas les plus bavardes à l'auberge... Avec quelques heures de sommeil en plus, ça ira beaucoup mieux ; )

9
juin

Levées 6h30 ! Aujourd'hui, on part faire du snorkeling à la Grande Barrière de Corail. On se rend à la Marina où un énorme catamaran nous attend, on est plus de 70 sur l'embarcation !

Il faut 2hr pour aller au premier spot, je reste dehors car ça tangue et j'ai un peu le mal de mer ! On arrive enfin, j'enfile une super combi, un tuba, des palmes et à l'eau !!! Elle n'est pas si froide que ça en fait, la combinaison n'était pas forcément obligatoire ^^ Dur dur de nager avec des palmes par contre ! Mais je m'habitue plutôt vite, et je pars à l'exploration de l'océan !! J'essaye même de nager comme la Petite Sirène, mais bon ce n'est pas une très grande réussite, j'abandonne vite .. Mathilde met un peu plus de temps à s'habituer aux palmes et au tuba, mais une fois que c'est fait, elle nage dans tous les sens. Il y a plein de coraux et des poissons, je tente de prendre des photos sous l'eau mais ce n'est pas évident, ça bouge tout le temps ! En tout cas, c'est magique de pouvoir nager aussi près des poissons ! Il faut faire attention avec les palmes, car on est très proches des coraux et il ne faut pas les toucher. On reste bien sous l'eau 30 à 45 minutes avant de devoir remonter.

A midi le lunch est servi : wrap, salade, fruits en self-service ! Mais ça continue de tanguer sur le cata, je préfère me contenter de pain car j'ai peur que mon estomac ne tienne pas le coup ... Mathilde en profite car elle n'a pas le mal de mer, et ça change du riz blanc ! On remet les gaz, direction le deuxième spot !

Et là, magique, on est encore plus proche des coraux et une tortue joue à cache-cache au milieu ! Tout le monde s'agglutine pour pouvoir la voir, elle est énorme ! Il y a plein d'autres poissons autour, et les coraux sont un peu plus colorés que ce matin. Comme c'est la première fois que je fais du snorkeling, je n'ai aucune idée de ce à quoi doit ressembler un corail en pleine santé, mais ce qu'on voit est magnifique ! On reste dans l'eau jusqu'à ce que les moniteurs nous rappellent, c'est déjà le temps de rentrer.

On rentre vers 18hr, on est crevées ! On se couche pas trop tard, demain il faut être en forme pour notre premier Helpx...

10
juin

Levées 6hr pour prendre un minibus direction Port Douglas où Delini, notre futur hôte Helpx, est censée venir nous récupérer. Elle habite une propriété nommée Karnak, située proche de Mossman en plein milieu de la Daintree Forest. On restera chez elle pendant un peu plus d'une semaine.

Pendant le trajet en minibus, on a le temps de se l'imaginer : blonde, 60-70 ans, un peu dans le style américain avec veste en jean et chapeau de cow-boy. Quand on l'a voit arriver, première désillusion : elle est mate de peau, elle porte un tee-shirt avec plein de trous, et des tongs (alors que nous, on a le pantalon et la polaire...). Dans sa voiture, on discute un peu et elle enchaine directement sur l'élection présidentielle française et la politique en général... On lui dit aussi qu'on a fait du snorkeling, elle nous regarde avec des grands yeux atterrés en nous disant que Cairns est le pire endroit pour faire de la plongée, et qu'il aurait mieux fallu attendre d'être à Port Douglas pour en faire. Bon, ça donne le ton.

Arrivées à Karnak, on a droit à un petit-déjeuner avant de devoir aller travailler. Comme on est françaises, elle nous a spécialement acheté un cake au citron (on n'est pas les seules à avoir des préjugés). On mange sur la terrasse entourée de photographies d'une dame blonde. On apprend que c'est Diane Cilento, première femme de Sean Connery qui, dans les années 80 a créé Karnak Playhouse, un théâtre à ciel ouvert au milieu de la forêt tropicale. La propriété est juste immense et magnifique ! Il y a des arbres tropicaux un peu partout, plusieurs maisons et bâtisses, ainsi que le théâtre aujourd'hui à l'abandon (bien qu'apparemment, un nouveau spectacle soit programmé pour ce mois d'août). Aujourd'hui, la propriété appartient à ses enfants, mais c'est Delini qui est chargée de son entretien. On repart de plus belle dans nos élucubrations : Delini serait d'origine aborigène, elle aurait été employée par Diane Cilento comme servante. Encore une fois, on se goure complètement : elle est Sri Lankaise, elle a fait des études à Londres, elle a vécu à New York où elle travaillait comme décoratrice, puis elle est venue à Sydney et c'est là qu'elle a connue Diane Cilento. Lorsque la Playhouse était en activitée, Delini s'occupait de l'organisation générale des spectacles et de l'entretien de la propriété. Bon, avec nos préjugés on s'est bien trompées, on va arrêter de jouer aux devinettes...

Karnak Playhouse

Après le petit-déjeuner, elle nous emmène à une des maisons qu'elle loue en AirBnB (obligées de prendre la voiture pour y aller, alors que c'est à même pas 100 mètres). Comme des clients arrivent demain, on doit tout nettoyer : passer le balais, enlever la poussière sur les rampes d'escalier, enlever les draps et les plier, mettre de nouveaux draps sur les lits, et désherber. Dit comme ça, ça semble plutôt simple, mais apparemment on fait tout de travers ; Delini n'arrête pas de nous crier dessus en disant que notre travail est "dreadful" (horrible). Bon on finit cette première matinée fatiguées et un peu énervées aussi. Surtout qu'on y retourne l'aprem comme on doit travailler 5hr par jour.... Le midi, on mange pain de mie et fromage (notre lunch favoris pour les prochains jours...), et on y retourne fissa. Cette fois-ci, elle nous demande de désherber un petit coin de jardin qu'elle veut transformer en potager. On se lance dans le travail à corps perdus, en faisant attention à ne pas toucher à la menthe ni aux asperges sauvages (sinon Delini pas contente), et on travaille bien plus que 5hr mais comme Delini ne vient pas nous dire d'arrêter, on n'ose pas partir. Quand elle apparaît enfin, elle a l'air plus apaisée et nous félicite pour notre travail ! Ouf ! Elle commence à faire à manger dès 16h30, eh oui, ici on mange à 17h30-18h (on suppose que c'est parce que le soleil se couche très tôt) ! On a droit à des spaghettis bolognaises pour ce premier soir (on oublie le régime végétarien pour ces 6 prochains mois...). On va se coucher à 21h, on est mortes !

Les jours suivants se ressemblent : on se lève à 6h30-7h00, on mange notre petit déjeuner (le fameux cake au citron, lait et thé). Puis on enchaîne avec nos 5hr de boulot (quasiment que du "weeding"/désherbage) jusqu'à 13hr. Pour faire passer le temps pendant le travail, on joue à des supers jeux : qui suis-je, dis-moi un mot et je te chanterai une chanson, et qui aura la dernière lettre (pour les règles, nous demander on est des expertes !). Le midi soit on mange pain de mie/formage, soit les restes du dîner de la veille. L'aprèm, c'est notre temps libre, on en profite pour se balader autour de la propriété, dans la forêt tropicale, et préparer la suite de notre voyage. Tous les soirs (17h30), Delini arrive avec son chat Putty pour nous préparer à manger : cari de poulet, purée et saucisses, schnitzels et petits légumes, pâtes aux pois chiches avec un bout de viande non identifié, pâtes chinoises, irish stew, pâtes aux crustacées, et poulet/légumes pour la dernière soirée. On a aussi eu droit à des desserts : custard/banane, custard/blueberry, profiteroles, et glaces ! On n'a pas mouru de faim là-bas ! Après le dîner, on s'occupe comme on peut en surfant sur internet (jusqu'à 20h30 car Delini coupe le Wi-Fi après), en lisant, whatsappant, ou en jouant à la bataille. On se couche vers 21hr comme des mémés, bien au chaud dans notre duvet !

Le potager avec les asperges sauvages, deux citronniers et une clôture en cours de désherbage

On finit cette première semaine de Helpx avec un sentiment mitigé : 5hr de désherbage sous le soleil, ça peut être fatiguant ! Surtout que Delini avait parfois des mots durs... Au contraire, en dehors des heures de travail, elle pouvait être attentionnée. Le jour de notre day off elle nous a emmenées à Port Douglas (station balnéaire) car elle savait qu'on n'avait pas de voiture pour se déplacer. Un autre jour, elle nous a déposées à Mossman Gorge pour qu'on découvre la Daintree Forest et les dindons sauvages.

Port Douglas
Mossman Gorge - Daintree Forest

C'est aussi chez elle qu'on a rencontré nos premiers australiens avec l'accent australien (t'as beau tendre l'oreille, essayer de lire sur leurs lèvres, tu comprends rien à ce qu'ils te disent). Les premiers étaient ses voisins, bon eux encore, l'accent était compréhensible. Par contre, le tueur de cochon sauvage qui est venu un autre soir était juste incompréhensible ! J'avais beau tendre l'oreille, il n'y avait que des sons inaudibles qui sortaient de ses lèvres quasi immobiles. Ce soir là, je me suis sentie très nulle en anglais : impossible de comprendre, et quand je croyais comprendre, ce n'était pas ça et je répondais à côté... Bref l'accent australien n'est pas le plus évident ! Parler avec Delini (et surtout trouver des sujets de conversation) n'a pas été de tout repos non plus. Je la comprenais et elle avait l'air de me comprendre (la plupart du temps ^^), pourtant elle répondait à peine aux questions qu'on lui posait ...

L'arbre Mathilde-Elise

Bien qu'on en ait chié cette semaine, on part avec le sourire et un sentiment de satisfaction (ainsi que plein de crevasses et de callosités sur les mains) ! Et je pense que Delini était aussi un peu touchée par notre départ (et préoccupée par notre devenir au pays des kangourous). Le dernier jour, elle m'a demandée de planter un arbre et lui a donné nos prénoms : Mathilde-Elise. Et pour les au revoir, on a même eu droit à une bise !!





Changement d'itinéraire : après quasiment deux semaines en Australie, on se rend compte que notre projet initial est un peu "too much"... Pour l'instant, on abandonne l'idée de trouver un job (Delini nous a bien refroidi aussi). On en cherchera un que si on ne peut plus faire autrement. Et la Nouvelle-Zélande est définitivement rayée de notre itinéraire. L'idée pour l'instant est de trouver un van et de partir en roadtrip. On a profité de la semaine chez Delini pour trouver trois vendeurs potentiels à Cairns, et un mécano français (Julien) qui viendra checker les vans avant l'achat. L'itinéraire qu'on aimerait réaliser est le suivant (on voudrait aussi faire la Tasmanie, mais je n'ai pas réussi à rajouter une autre étape sur Maps) :

Itinéraire 1
19
juin

De retour à Cairns pour notre recherche de van, qui on l'espère, ne durera pas plus de trois jours. On a trois rendez-vous prévus, et on espère bien trouver le van de nos rêves ! On a repris la même auberge qu'à notre arrivée, et une première surprise nous y attend : notre carte de débit de la Westpac (ce qui est étrange puisque ce matin nous sommes justement allées à la banque chercher nos cartes de débit... On se retrouve donc avec deux cartes) ! Comme on est prévoyantes (et radines faut bien le dire), on avait pensé à prendre un peu de pain de mie, du fromage, des bananes et du cake au citron chez Delini pour notre lunch. Après avoir mangé, on passe devant la réception et une deuxième surprise nous y attend, notre Tax File Number (comme je le disais, nous sommes prévoyantes : on avait mis l'adresse de l'auberge pour nos demandes de carte de débit et de TFN) ! Hallelujah, si un moment on est dans la merde et qu'on doit travailler, on aura au moins les papiers administratifs et le compte en banque pour le faire. On se sent chanceuses ce matin, on part avec enthousiasme pour notre première visite de van !

La première vendeuse est une allemande qui a fait la côte Est avec deux de ses amies. On se demande bien comment elles ont pu tenir à trois dans un si petit espace... A première vue, le van ne nous tente pas plus que ça. Il est vieux, il y a plein de rouille, la portière ne ferme pas, un phare est cassé... Julien, le mécanicien français, qui nous accompagne pendant le check-up des vans, nous confirme qu'il y a quelques réparations à prévoir : les amortisseurs sont nazes, le pot d'échappement est fissuré et risque de se détacher, les pneus seront bientôt à changer... Décidément non, ce van ne sera pas pour nous.

On visite le second van le lendemain matin. Les vendeurs sont un couple de français qui ont pas mal vadrouillé pour faire du fruit picking. De l'extérieur, le van est beaucoup mieux entretenu ! Aucune trace de rouille, il est bien aménagé, et il a tous ses phares. On sent que celui-là, c'est peut-être le bon ! Julien commence le check-up, tout est parfait, sauf... le joint de culasse qui est en train de se fissurer (c'est une pièce super importante du moteur, si elle casse vraiment, tu peux dire adieux à ton moteur). Merdasse. Julien propose qu'on aille faire vérifier le van dans un garage qu'il connaît pour avoir un second avis, et un devis le cas échéant. On s'y rend dans l'après-midi avec le couple de français, le garagiste confirme qu'il y a bien un problème avec le joint de culasse (ça se dit "head gasket" en anglais pour ceux que ça intéresse) et nous estime le prix des réparations à 600 dollars. On demande si c'est possible d'avoir un devis écrit, mais on nous répond que ça ne se fait pas en Australie. Les français nous font un rabais de 1000 dollars et nous proposent le van à 4000 dollars. On préfère en reparler à notre mécano préféré avant de donner notre réponse, et surtout on a un troisième van à voir.

Le troisième van appartient à un ... on sait plus trop, un hollandais dirons-nous. Bien entretenu de l'extérieur et plutôt bien aménagé à l'intérieur, tout est parfait sauuuf ... le joint de culasse pour lequel Julien n'est pas sûr de son état. Il a trouvé du produit pouvant boucher partiellement les fissures, mais il ne sait pas s'il a été mis à titre préventif ou pour cacher quelque chose. Ca refroidit nos ardeurs, et on refuse le van. On reparle avec Julien de notre visite chez le garagiste au sujet du second van et le prix des réparations lui semble bien trop faible.... Il nous conseille de retourner le lendemain chez le garagiste, exigez un devis papier. On y retourne, et bizarrement, le devis n'est plus de 600 dollars mais de 1600 dollars !!! Ouch ! Ca correspond davantage au prix que nous avait annoncé Julien. On recontacte le couple de français pour leur en parler et jouer le tout pour le tout : s'il casse vraiment le prix, on est prêtes à leur acheter le van. Ils nous répondent que ça ne les intéresse pas, tant pis ! (ils nous recontacteront quelques jours plus tard pour savoir si on serait toujours intéressées par le van. Et non, nous serons déjà parties dans de nouvelles aventures...)

On se retrouve donc le troisième jour sans van et le moral dans les chaussettes... On est assises à l'auberge devant notre ordinateur à se demander ce qu'on va bien pouvoir faire. L'itinéraire qu'on avait en tête va être difficile à respecter sans van. On se dit qu'en continuant sur la côte Est, on aurait peut-être plus de chance de trouver un van par la suite. On regarde les billets de bus Greyhound pour aller à Townsville, qui se situe un peu avant Brisbane, mais qu'est ce que c'est cher ! On continue de farfouiller sur internet à la recherche du bon plan, et Mathilde se souvient du concept de la "relocation" (un véhicule est loué pour aller d'un point A à un point B, et nous on est chargées de le ramener au point de départ. Comme le parcours et le temps de location sont imposés, la relocation revient moins cher qu'une location normale). On trouve un site, ils ont un minivan de disponible aujourd'hui pour se rendre à Brisbane en 19 jours. On en a tellement marre des histoires de van et de Cairns, qu'on clique sans trop réfléchir ! A 15hr, on fait la connaissance de Captain Kirk, le minivan, et notre maison pour les prochaines semaines ! On grimpe dedans, prêtes à enfin partir de Cairns ! Je commence à conduire, il faut s'habituer à conduire une automatique avec les manettes inversées (clignotant à droite et essuie-glace à gauche), le volant à droite, ainsi que la conduite à gauche ! Ca fait beaucoup dès la première fois. On roule jusqu'à 17hr, on est enfin parties de Cairns !

On s'arrête à Babinda, où nous avons repéré un free camp (en Australie, les aires de stationnement pour maison roulante sont beaucoup plus développées qu'en France. Elles peuvent être payantes ou gratuites, avec toilettes, douches pour certaines, et même électricité. Comme dans beaucoup d'espaces publics australiens, on peut aussi trouver des barbecues à disposition des campeurs). On s'installe et on part à la recherche d'un magasin encore ouvert à 17h30 car nous n'avons rien à manger pour ce soir... La ville est vide avec des vieux bâtiments comme dans les westerns, ça fait décor de série B ! On trouve quand même un Spar d'ouvert où tout est trois fois plus cher qu'ailleurs, mais on n'a pas trop le choix ! Une grosse pluie nous tombe dessus, on rentre manger dans le van notre maïs et notre pain de mie, éclairées à la lampe frontale (on ne sait pas encore comment allumer les lumières dans le van...). Bien qu'il pleuve, que le maïs ne soit pas très bon, et qu'on soit fatiguées, on est quand même super contentes d'avoir pu décoller de Cairns ! Que le roadtrip commence !!!!

Captain Kirk
Babinda, ville fantôme
22
juin

Résultat de notre première nuit dans le van : on a eu très chaud puis très froid, le lit est un peu dur, mais en trouvant la bonne position on a (presque) bien dormi ! Ce matin, on prend le temps de se lever, de découvrir le van (hier soir dans l'obscurité, ce n'était pas très pratique d'étudier toutes les fonctionnalités que Captain Kirk avait à nous offrir) et surtout, on réfléchit à notre itinéraire pour ces prochaines semaines de roadtrip. On décide de se diriger vers les Wallaman Falls, en passant par Innisfail et Mission Beach. C'est parti, on hisse les voiles !

Innisfail est réputée pour son architecture art déco mais aussi pour être l'une des villes les plus pluvieuses d'Australie. En effet, à notre arrivée, de gros nuages gris nous menacent. On parcourt la ville à la découverte de bâtisses originales puis on se promène le long de l'esplanade. La ville est assez petite et nous en avons vite fait le tour. Nous trouvons un Coles où nous nous arrêtons pour faire des courses (on se jette sur les pâtes, le riz, pesto, pain de mie, kiwis et oranges).

Innisfail

Le midi on s'arrête à Mission Beach pour manger et visiter cette station balnéaire réputée. On trouve des tables de pique-nique, on sort tout notre attirail pour faire cuire des pâtes, mais nous ne sommes pas encore très débrouillardes et nous n'arrivons pas à allumer le réchaud (y'avait plus de gaz en fait)... A la place de pâtes au pesto, ce sera pain de mie au pesto... On teste aussi les TimTam, spécialitée australienne composée de deux biscuits au chocolat fourrés au chocolat et nappés de chocolat. Ca fait beaucoup de chocolat ! Un peu trop pour nous, on n'est pas fan de ces biscuits. Après avoir mangé, on part se balader. La plage est magnifique, comme sur les cartes postales ! On essaye de se prendre en photo en sautant, mais ce n'est pas une réussite... La ville est très touristique, il y a des bars/restaurants/hôtels/souvenirs un peu partout. Mais on est surprises car on ne croise quasiment personne. On va au centre d'information où on nous explique qu'en semaine il n'y a jamais grand monde, mais que pendant les week-ends c'est bondé ! Surtout que les vacances scolaires vont bientôt commencer.

Mission Beach

On repart, et c'est déjà l'heure de se trouver un camp (à chaque fois, on essaye d'en trouver un avant la tombée de la nuit pour ne pas conduire de nuit). On en recherche un dans notre bible, le Camps 2007 (un gros bouquin qui recense les camps en Australie. Comme il date de 2007, il n'est pas forcément très à jour). On croit en trouver un gratuit à Tully Head mais il sera finalement payant. En chemin, on croise un Cassowary qui se promène tranquilou sur la route ! On traverse des champs de cannes à sucre qui sont bordés par les fameux "cane-train" (chemins de fer dédiés au transport de la canne à sucre). On ne savait pas que l'Australie était un aussi gros producteur de cannes à sucre, mais c'est en fait le troisième producteur mondial ! La production se concentre principalement dans le Queensland. Certaines villes se sont spécialisées dans leur culture et leur transformation (usine sucrière, distillerie de rhum) comme Bundaberg, qui est l'une des principales villes sucrières du pays (nous n'y sommes pas allées). On passe à Tully sans s'arrêter ; il y a une énorme usine sucrière, qui fait de la fumée partout, et des cane-train.

Sur la route : cassowary, usine sucrière, champs de canne à sucre et cane-train

On tourne un peu en rond avant de trouver le camp pour la nuit, mais on y arrive enfin et nous ne sommes pas déçues, le lieu est juste magique ! Le camp se situe juste à l'embouchure de la Tully River, c'est calme et il n'y a personne. On se croirait au bout du monde ! On va se promener sur la plage et on retente de prendre des photos en sautant. Le soir, on réussit à changer la bouteille de gaz du réchaud et à se faire cuire des pâtes au pesto. On pense même à mettre la poêle sur la casserole pour que ça bout plus vite ! On prend une douche bien chaude et on se couche vers 21hr.

Tully Head
23
juin

On se réveille sous un torrent de pluie ! Vite on s'habille et on décolle à 7h30. On se dirige vers les Wallaman Falls, les plus grandes chutes d'eau d'Australie, qui se situent dans le Parc National de Girrigngun. En chemin, on s'arrête à Cardwell pour prendre de l'essence et admirer la vue sur l'océan.

Cardwell

On traverse des prairies où de gros bœufs nous regardent avec un regard morne, et j'évite de justesse un wallabi ! On arrive en bas de la montagne et c'est le début de l'ascension jusqu'aux Wallaman Falls. La route est sinueuse et assez raide, Captain Kirk a du mal à monter ! On arrive enfin au sommet et forcément, on loupe le panneau indiquant le parking pour accéder aux chutes. On se gare un peu plus loin et on y va à pieds. Les chutes sont visibles à partir du parking, elles sont énormes ! De là-haut, on a vu sur l'ensemble de la vallée.

Wallaman Falls

Une randonnée de 2km est proposée, mais le panneau indique qu'elle est difficile et que plusieurs personnes y sont mortes. Un peu naïves, on décide de tenter le coup mais le dénivelé est important, et comme on est parties comme des touristes sans bouteille d'eau, on décide de faire demi-tour rapidement. La prochaine fois, on s'équipera mieux ! On repart et on décide de se rendre à Forest Beach pour notre lunch. A cause du vent, on abandonne l'idée de se faire des pâtes, et on mange du pain de mie au pesto entourées, de drôles d'oiseaux. On se dépêche, il y a encore pas mal de route à faire ! On s'arrête au free camp des Bluewatter Falls, c'est bien moins joli qu'hier mais ça fera l'affaire pour cette nuit ! On se couche assez tôt car il n'y a pas grand chose à faire.

24
juin

On se réveille vers 6h00, il fait froid, mais nous n'avons pas le choix, nous devons sortir du van et traverser un terrain pour accéder aux sanitaires. Une grenouille est cachée dans mes toilettes mais je ne la vois pas, et elle se fait un peu arroser... Peut-être que ça porte bonheur ^^

On part vers 7h00 à Townsville. Comme toutes les villes qu'on a faites jusqu'à présent, on se demande où sont passés les australiens ?? Il est encore tôt et c'est le week-end, peut-être sont-ils encore dans leur lit... Mais même l'après-midi, le centre-ville reste relativement vide. On emprunte "the strand", une promenade longeant l'océan avec vue sur Magnetic Island. Justement, on décide d'acheter des billets pour aller sur l'île le lendemain.

The Strand - Townsville

Il ne fait pas encore trop chaud et le soleil est caché derrière les nuages, c'est un temps parfait pour monter en haut de Castle Hill (286 mètres), la colline rose surplombant la ville. C'est dur la montée ! Pour le coup, on croise plein de joggeurs et de promeneurs, c'est l'attraction du week-end !! En cherchant bien, on les trouve finalement ces australiens ! Le temps d'arriver en haut, de gros nuages sont apparus, mais la vue reste très belle. On redescend pour prendre notre lunch. On va beaucoup plus vite que pour la montée...

Castle Hill - Townsville

Il commence à pleuvoir et on s'installe sous un abribus pour manger notre riz blanc nature (en fermant très fort les yeux, on s'imagine une pizza croustillante sortant du four). Comme nous n'avons pas de transformateur pour charger nos appareils électroniques dans le van, nous devons trouver d'autres solutions : les prises électriques des bibliothèques ou des toilettes publiques. On opte pour la première option, mais bien évidement, la bibliothèque de Townsville ferme à 12h00 et il est 12h05. On se rabat sur les toilettes d'un centre commercial dans le centre-ville. On y reste bien trois heures le temps de charger tout le monde (appareils photos, portable, tablettes, I-Pod), puis on part faire quelques courses et c'est déjà l'heure de se trouver un camp pour le soir.

Centre-ville de Townsville

Le free camp que nous trouvons est en fait une station service (on est passé trois fois devant avant de trouver l'entrée... Nous avons encore un peu de mal à repérer les panneaux indicatifs). Bon clairement, le cadre n'est pas top mais il y a l'électricité dans les toilettes et la Wi-Fi. On se couche tôt, demain on doit être à 7h25 à la marina pour prendre le ferry direction Magnetic Island.

25
juin

La nuit fut courte ! Dormir sur une station service, ce n'est pas le top... On arrive à la marina en avance, on attend 3O minutes avant d'embarquer pour Magnetic Island, ou "Maggie" pour les intimes. Lîle acceuille l'une des plus importantes populations de koalas d'Australie ainsi que des wallabies. On espère bien en croiser un ou deux !

On accoste à Nelly Bay et on commence à chercher les chemins de randonnée. Comme d'habitude, on ne trouve pas les panneaux indicatifs (pour le coup ce n'était pas que de notre faute, c'était aussi très mal indiqué !) et comme partout en Australie, l'automobile est reine ! On est obligées de marcher à côté d'une route où des 4x4 nous dépassent à toute vitesse. On arrive enfin à un sentier qui mène jusqu'à "The Fort", une ancienne base militaire datant de la seconde guerre mondiale. On l'emprunte en espérant apercevoir un koala. Un monsieur venant en sens inverse, et, nous voyant désespérément tournées la tête dans tous les sens, nous indique qu'un koala est visible quelques mètres plus loin ! En effet, il y en a un perché sur un eucalyptus ! On continue notre marche et Mathilde en repère un autre. Arrivées en haut, on découvre les vestiges du fort et une vue imprenable sur l'océan et au loin, Townsville. On redescend et on s'arrête sur un promontoire pour manger notre lunch (pain de mie/fromage/banane). Sur le chemin du retour, on croise encore deux autres koalas. Décidément, on ne sera pas venues pour rien (nous n'avons pas croisé de wallaby par contre, mais je ne m'inquiète pas trop, je suis sûre qu'on en verra plus tard) !

The Fort et koalas

Arrivées en bas, on se dirige vers les baies au sud-est de l'île car il fait chaud et on aimerait bien faire trempette ! On passe à Arthur Bay et on continue jusqu'à Radical Bay où nous posons nos serviettes. Je vais prendre la température de l'eau et la trouve un peu fraiche (certains diront que je suis difficile), tandis que Mathilde y va direct la tête la première ! On se prélasse un peu sur la plage, mais le temps passe vite et il nous reste encore quelques kilomètres avant d'arriver au ferry. On repart vers Horseshoe Bay, la plage y est immense et une véritable petite station balnéaire a été aménagée. Il est 15h, on redescend par la forêt vers Nelly Bay où le ferry nous attend.

Arthur Bay et Horseshoe Bay

On arrive bien fatiguées au point d'embarquement, on aura bien marché entre 15 et 20 km aujourd'hui ! On récupère Captain Kirk et on retourne à la station service où nous avons dormi hier. Ce soir, on se paye même le luxe d'une douche bien chaude (même si elle est payante) ! On se glisse dans nos lits, on va bien dormir ce soir !

26
juin

On décolle sur les coups de 8hr après avoir fait le plein d'essence. On roule deux bonnes heures avant d'arriver à Bowen, ville où a été en partie filmé Australia. On ne fait que passer, car décidément non, nous n'aimons pas beaucoup les villes australiennes. Avec nos repères européens, nous y sommes complètement paumées ! Ici, le centre-ville se résume soit à une artère commerciale avec des enseignes envahissant le paysage, soit, c'est le centre commercial le plus proche. Le piéton n'y a pas sa place : il y a très peu de passages piétons et les villes sont tellement étalées que les distances augmentent rapidement. Et pas question de traverser n'importe comment, au risque de se faire klaxonner ou écraser (j'ai testé pour vous, je me suis fait engueuler comme du poisson pourri). C'est assez frustrant d'arriver dans une ville et de ne pouvoir rien faire sans sa voiture... Pour couronner le tout, il n'y a aucun panneau indiquant le centre-ville ou les points d'intérêts, de quoi te faire tourner en bourrique rapidement. Bref, nous passons notre chemin, et nous nous dirigeons vers Airlie Beach, station balnéaire et porte d'entrée pour les Whitsundays (archipel de 74 îles accessibles en voilier/bateau). Sur la route, les champs de cannes à sucre laissent place à de grandes prairies plus ou moins arides, ça nous fait un peu penser au paysage de savane (enfin, l'idée que l'on en a !). C'est vraiment dépaysant !

Sur la route

On arrive à Airlie Beach et c'est déjà plus vivant ! La plage et la promenade le long de l'océan sont sympas. Il y a aussi un lagoon fermé pour travaux du fait du passage de la tempête Debbie il y a quelques mois. Mathilde va se baigner, je l'attends en faisant bronzette sur la plage.

Airlie Beach et notre premier crocodile

Demain, nous partons à la recherche des ornithorynques ("platypus" en anglais) à Eungella National Park. Nous trouvons un camp à Finch Hatton proche du parc. En réalité, on a un peu de mal à le trouver (encore une fois, on passe trois fois devant les panneaux sans les voir), et surtout le camp est caché derrière des cane-train. C'est payant, mais c'est pas grave, les paysages sont juste magnifiques : on est au milieu de nul part et plein d'étoiles illuminent le ciel ! Ce soir on change du pain de mie, c'est lentille ! Bonne nuit !!

27
juin

Ce matin, la météo n'est pas avec nous : un épais brouillard s'est installé pendant la nuit et l'humidité nous glace jusqu'aux os. Pendant un temps, on hésite à changer nos plans et à repousser notre journée à Eungella National Park au lendemain. Mais comme rien ne nous fait peur, nous restons sur notre première idée et nous partons à la recherche des platypus (ornithorynques) ! Arrivées en haut, ça c'est un peu dégagé, et on attaque direct par la "platypus walk" qui longe la Broken river. C'est LA promenade pour voir des platypus ! Il est conseillé de ne pas faire de bruit et d'être patient pour espérer en apercevoir... Bon, ça s'annonce compliqué pour nous, on en voit aucun après quelques heures d'observation ! On croise une famille qui nous dit en avoir vu plein la veille, c'est encore plus énervant !! On retentera notre chance cet après-midi. En attendant, nous partons faire une marche dans la forêt tropicale pour se réchauffer. On ne croise pas d'animaux, par contre, on entend plein d'oiseaux (dans un mois ou deux, peut-être arriverons-nous à les identifier) ! On se croirait dans le Livre de la jungle : il y a des lianes qui tombent des arbres et les branches s'entremêlent, on ne sait plus qui est à qui !

Promenade dans la forêt tropicale

On revient sur la "platypus walk", et là miracle, j'en aperçois un !! C'est très furtif et très petit, à peine le temps de le voir qu'il a déjà disparu sous l'eau, mais c'est bien un platypus ! Difficile de prendre des photos de ces petites bêtes, ce sera juste pour le plaisir des yeux. On continue de faire des aller-retours le long de la promenade et c'est au tour de Mathilde d'en voir un ! On a aussi la chance d'apercevoir deux tortues.

Platypus Walk - les petites tâches dans l'eau sont des ornithorynques

Vers 15hr, on se dit qu'on a été assez discrètes et patientes pour aujourd'hui (on a très froid aussi) et on décide d'aller au même camp qu'hier soir. On prend une douche bien chaude et au lit. On bat notre record, on se couche à 19hr après avoir mangé des pâtes !

28
juin
Les bonnes pâtes !!

Petit point sur nos talents de débrouillarde : on arrive maintenant à faire bouillir de l'eau et à ce que nos pâtes soient cuites ! Wouhou, ça change la vie ! Nous nous sommes aussi bien habituées à vivre en itinérance et avec peu de vêtements (comparé à ce que nous avons en France). Tous les soirs, nous lavons nos petites culottes et nos tee-shirts de la veille ! Bon ce n'est pas de la grande lessive, surtout que les odeurs de transpiration se sont imprégnées dans nos vêtements et sont parfois dures à faire partir (bouchez-vous les narines à notre retour en France, ça risque de coincer sévère!)... Mais bon, ça nous permet de ne jamais tomber en rupture.

Retour sur cette journée où il ne s'est pas passé grand chose. Ce matin nous recevons un appel de Delini, notre première hôte Helpx, qui souhaite avoir de nos nouvelles ! Décidément, elle nous étonnera jusqu'au bout. On lui dit que tout va bien et elle nous souhaite une bonne continuation. Nous nous dirigeons vers Mackay (prononcer "Maquaïï") pour visiter le centre-ville et faire trois courses. Le centre-ville étant le centre-commercial, nous faisons d'une pierre deux coups et nous repartons vers notre seconde destination de la journée, les Capricorn Caves. Nous faisons la visite guidée (on n'a pas trop le choix en fait) qui dure une heure. C'est très beau, on voit des stalactites, des stalagmites, et plein de petites chauves-souris. A la fin de la visite, on se retrouve dans une cathédrale de pierre, où l'on a droit à un jeu de lumière avec, en fond musical, la chanson Hallelujah... Frissons garantis !! C'était très bien même si nous trouvons cela un peu cher pour ce que c'est (32$ par personne pour une heure, quand on est backpackeuses et radines, ça fait beaucoup !!).

Capricorn Caves

Le soir, on se trouve un free camp à Yaamba, c'est le pire qu'on ait fait jusqu'à présent ! On est juste à côté d'une route super passante, il n'y a qu'une seule toilette (qui ne doit pas être souvent nettoyée), et il n'y a pas d'eau potable. On se retrouve comme des couillones à devoir demander à un couple allemand un peu d'eau. On ne refera plus la même erreur, d'autant plus que Mathilde est malade depuis hier après avoir bu l'eau du robinet du camp où nous avons dormi hier soir... Finalement, nous avons encore un peu à apprendre avant d'être des "total Robinson Crusoé" ^^ Comme nous n'avons qu'une gourde d'eau potable pour la soirée, on abandonne l'idée de se faire des pâtes, et on s'ouvre une boite de thon. Et coucher à 19hr...

29
juin

Nous nous levons à 6h30 et nous partons directement à Yeppoon s'achèter un bidon d'eau potable. On va ensuite au Byfield National Park où la forêt tropicale est censée rencontrer l'océan ! Belle promesse de dépaysement ! Arrivées au parc, on se rend compte qu'il faut un permis et un 4x4 pour y accéder, ce que bien sûr nous n'avons pas... On aperçoit un petit sentier qui mène dans la forêt tropicale et on décide de l'emprunter. Après quelques pas, on a vite la sensation de se prendre plein de toiles d'araignées dans la figure (bien que nous ne les voyons pas) ! On ramasse un bâton et, tel Indiana Jones, nous ouvrons la voie en chassant les toiles d'araignées !

Dans la forêt, rencontre avec un kookaburra (martin-chasseur)

Le sentier ne fait que 2km, et on décide de faire la route pour 4x4 à pieds afin de s'approcher de l'océan. On s'aperçoit rapidement qu'il y a de la fumée tout autour de nous, le bush est en fait en train de cramer ! On continue d'avancer, mais le feu n'est pas encore compétemment éteint (il y a des flammes par-ci par-là), et on trouve plus prudent de faire demi-tour. Dommage, ça avait l'air joli !

Ca brûle !

On remonte dans le minivan pour se diriger vers Rockhampton, la capitale queenslandaise du bœuf ! En effet, on croise quelques exploitations et de gros panneaux publicitaires. La ville est très étalée et on doit passer par des rues et des rues de magasins en tout genre (on a du passer devant trois Mcdo, ou Macca's en australien) avant d'arriver au centre-ville (qui soit dit en passant, fait deux rues et demi). On va directement à la bibliothèque pour recharger nos appareils et on en profite pour chercher un Helpx à Brisbane. On envoie quatre demandes et nous recevons une réponse positive quasi-instantanée de Carmen Simpson ! Youpie ! Notre recherche rondement menée, nous partons à la découverte du jardin botanique de Rockhampton qui, parait-il, est magnifique. On doit reprendre le van et mettre le GPS pour s'y rendre car il n'y a aucun panneau d'indication. Nous ne sommes pas déçues, en arrivant, c'est juste magnifique ! Il y a différents jardins (fruits tropicaux, jardin japonais,...) et des oiseaux qui babillent un peu partout. Comme il est déjà tard, nous ne pouvons pas y rester très longtemps, nous devons trouver un camp pour la nuit.

Jardin botanique de Rockhampton

On en trouve un à Duaringa, dans les terres à l'ouest de Rockhampton, juste après la tombée de la nuit. On va faire notre lessive quotidienne et un campeur australien vient nous parler de notre roadtrip. On tombe d'accord pour dire que les villes australiennes sont moches, et que le bush est plus authentique ! Ouf, si même les australiens le disent ! On se fait des pâtes et au lit.

30
juin

Il a plu toute la nuit, les affaires qu'on avait laissées sécher dehors sont trempées ! Le campeur australien rencontré la veille nous nargue gentiment. Pour me réchauffer, je me fais un petit thé (j'avais pensé à "emprunter" quelques sachets chez Delini, radinerie quand tu nous tiens), puis on part au Blackdown Tableland National Park. Le parc est en partie géré par la population aborigène Ghungalu, leur présence sur ces terres est clairement palpable ! Captain Kirk a un peu de mal à monter en haut de la montagne, on le remercie grandement d'y arriver car la vue est juste à couper le souffle !

Horseshoe lookout

Plusieurs sentiers de randonnée sont proposés sur l'ensemble du parc, chacun avec leurs spécificités. La premier que nous empruntons traverse la forêt et mène aux chutes de Two Miles Creek. Il offre des points de vue magnifiques sur les gorges et la vallée queenslandaise.

Tow Mile Creek

Le deuxième sentier (Goon Goon Dina Circuit) retrace l'histoire de la population Ghungalu sur ces terres. Des panneaux nous expliquent leur mode de vie, et notamment leur rapport à la nature, et on peut voir des traces rupestres. C'est super intéressant et beau !

Goon Goon Dina Circuit

Le midi, petite pause thon/pain de mie/kiwi. On reprend le van pour une dernière marche, mais la route est très mauvaise (petits coups aux amortisseurs...). On arrive enfin au départ du sentier Gudda Gumoo menant aux Rainbow Falls. Au début, on se dit bof, mais plus on avance et plus la vue se dégage sur les chutes. C'est un lieu sacré, un panneau indique qu'il faut expliquer la raison de sa venue au dieu Gumoo. On joue le jeu : nous sommes deux françaises à la découverte de l'Australie ! On arrive aux Rainbow Falls, elles portent bien leur nom car sous un certain angle, on peut voir un arc-en-ciel ! C'est sublime. On descend jusqu'aux chutes, on se croirait dans un autre monde. On prend des photos dans tous les sens !! On remonte, on encourage Captain Kirk avant de reprendre la route cabossée (on roule tellement lentement qu'on met plus d'une demi-heure pour faire les 16km de route cabossée) !

Rainbow Falls

On arrive sur la plaine, et on aperçoit enfin nos premiers kangourous sauvages (photo de couverture du blog) !! Comme une bécasse, je leur fais peur en claquant la porte et ils s'en vont tous en sautant !

Salut les kangourous !

Cette journée était magique, ça reste l'un de mes meilleurs souvenirs pour l'instant. On rentre dormir au même camp qu'hier soir (on fait même un petit bac pour tenir jusqu'à 21hr !).

1
juil
Pizza !!!

On arrive à Hervey Bay à 16hr, après avoir conduit plus de 400 km. Nous nous rendons directement au centre d'information pour réserver une excursion à Fraser Island pour le lendemain, et un camping pour les deux prochaines nuits. On dormira à l'auberge YHA d'Hervey Bay qui propose aussi des places des camping. Comme nous avons accès à la cuisine de l'auberge, on se fait un petit plaisir en s'achetant une pizza que nous réchauffons à la poêle (ça change du riz blanc et du pain de mie !). Le soir, on part se promener le long de la jetée mais qu'est ce qu'il caille ! On part se mettre au chaud au fond de notre lit ...

Hervey Bay

Le lendemain, le car/4x4 pour Fraser Island passe nous chercher à 8hr, il est tout petit mais on tient quand même à 17 dedans. Il faut savoir que l'île n'est accessible que par 4x4 ou en réservant un tour opérateur. Nous avons fait le choix du tour opérateur car l'idée du 4x4 ne me plaisait pas du tout. On prend un ferry qui met une quarantaine de minute avant d'accoster sur l'île. On arrive et c'est parti pour les montagnes russes !! Les routes sont tellement cabossées que même dans le bus/4x4, ça tape le cul ! On commence par se diriger vers la plage à l'Est de l'île et faire un premier stop à Eli Creek. Et là, sur la plage, il n'y a que des 4x4 roulant à 80km/hr ! Aucun piéton !! L'île est en fait une énorme attraction pour 4x4 !! On part se dégourdir les jambes à Eli Creek, et le chauffeur nous offre un petit-déjeuner avec thé, petits gâteaux, et lait. Au loin, on aperçoit même des baleines (enfin plutôt leurs jets d'eau). On reprend le bus voir Maheno Shipwreck, un énorme navire échoué datant de la seconde guerre mondiale. Puis on se rend à Coloured Sand, un rocher multicolore sacré ! On a droit de prendre une petite photo à chaque arrêt et on doit direct remonter dans le bus (c'est ça le problème avec les tours opérateurs, nous ne sommes pas libres de faire ce qu'on veut !).

Eli Creek, Maheno Shipwreck et Coloured sand

Demi-tour, c'est déjà l'heure de manger. Le bus roule à toute vitesse sur la plage car la marée monte !! Trop tard, des rochers nous empêchent de passer mais ce n'est pas grave car, avec notre bus/4x4, on monte sans problème sur la dune et tant pis si l'on écrase tout sur notre passage. On pique-nique à Eurong (Mathilde se jette sur la viande, et moi sur les légumes), on s'en met plein le bide ! On repart aussi sec vers le lac McKenzie qui est beautiful ! Je prends la température de l'eau et, même si je la trouve très froide, je me baigne ! Pas la peine de préciser que Mathilde est déjà dans l'eau depuis 15 min quand j'arrive enfin à me baigner en entier. L'eau est d'un bleu de carte postale et le paysage est magnifaïque ! On sort de l'eau et je reste gelée jusqu'à la fin de la journée (la clim dans le bus n'aide en rien). Après le lac, c'est déjà le temps de notre dernier stop à Central Station (principale ville de l'île avant que les chemins de fer ne soient fermés).

Lac McKenzie
Central station

C'est la fin de notre tour et nous n'aurons même pas vus de dingos (l'île est pourtant réputée pour en accueillir). En revanche, on aura vu plein de dingues au volant. L'île est magnifique et je trouve cela vraiment dommage qu'elle ne soit accessible et visitable que par 4x4. Cela devient une attraction touristique à la Disney, au détriment de l'île. Ca conforte le sentiment que j'ai par rapport à la côte Est de l'Australie : c'est magnifique mais trop touristique.

Coucher de soleil sur Fraser Island

On rentre vers 18hr, on est bien crevées (et on a bien mal aux fesses aussi !). On se fait des pâtes au thon et dodo à 21hr.

3
juil

On se lève à 8hr et on profite d'avoir accès à la cuisine de l'auberge pour prendre notre petit déj' au chaud. On y rencontre Isabelle, une française installée depuis 40 ans à Canberra, actuellement en vacances avec sa famille. On discute un peu des choses à faire en Australie et elle nous conseille de prendre notre temps pour descendre la côte Est car l'hiver peut y être très froid, surtout passé Melbourne. Cela nous fait un peu réfléchir : déjà qu'on se les caille ici, si à Melbourne il fait encore plus froid ça va être compliqué... Juste avant qu'on parte, elle nous donne ses coordonnées pour qu'on passe la voir à Canberra si l'envie nous en dit ! Super sympa !

Aujourd'hui, on décide de prendre notre temps car nous sommes presque arrivées à Brisbane (enfin, il nous reste encore quelques centaines de km), on peut donc se permettre de faire une journée plus tranquille. On va se promener à la pointe Vernon à Hervey Bay et faire un dernier petit tour dans la ville pour acheter des timbres.

Pointe Vernon - Hervey Bay

On part vers 11hr pour arriver une heure après à Maryborough et, pour une fois, on y trouve quelques bâtiments historiques ! C'est plutôt sympa, on s'arrête dans un parc pour manger notre traditionnel pain de mie/thon avec une orange en dessert.

Maryborough

On décide de se rendre à Rainbow Beach pensant que c'est assez proche mais on se fourvoie encore sur les distances, et on met plus de deux heures pour y arriver... Il est 16hr quand nous y arrivons enfin, c'est magnifique mais nous repartons assez vite car la nuit tombe et le camp pour ce soir n'est pas tout près... On aurait bien aimé dormir sur place mais, comme d'habitude, ce n'est accessible que par 4x4 et il faut un permis.

Rainbow Beach

On galère pour trouver le camp : il fait nuit, les routes ne sont pas éclairées et les voitures roulent super vites ! On passe deux fois devant le panneau (cette fois-ci, on a une bonne excuse pour ne pas l'avoir vu, il faisait nuit !) avant de trouver enfin le camp. On mange rapidos des petits pois et on va se coucher direct ! On voulait passer une journée tranquille et au final, on a beaucoup conduit et nous n'avons pas beaucoup profité des paysages... Il faut encore qu'on s'habitue aux distances australiennes : sur la carte, ça peut paraître tout prêt, en réalité, c'est très loin !

4
juil

Demain, c'est l'anniversaire de nos 1 mois d'aventure !!! On pose une règle pour la suite de notre voyage : à chaque date anniversaire, nous nous ferons un petit plaisir type resto/brunch/verre. On s'arrête donc deux jours à Noosa, station balnéaire huppée au nord de Brisbane, à la recherche d'un coin sympa pour fêter ça.

Le premier jour, nous visitons la ville la truffe au vent : nous sommes à l'affût d'odeurs alléchantes et de bons petits plats qui pourront satisfaire nos estomacs un peu frustrés par ces semaines de road-trip (le pain de mie c'est bon, mais ça va un temps !). Le centre-ville ne fait que deux rues mais on y trouve plein de boutiques sympathiques et pas mal de restos. On en repère un de burgers et plusieurs brunchs qui donnent bien envie (on a tellement faim que tout nous donne envie en fait). La plage est juste derrière le centre-ville, et encore une fois, c'est une plage de carte postale ! Avec beaucoup de monde cette fois-ci. Ca ressemble un peu à Port Douglas, en plus grand et plus huppé. Le reste de la ville est résidentiel avec des énooooormes villas qui donnent sur des canaux, un peu dans le style de Venise. On se promène aussi à Noosa Woods qui semble être l'endroit de prédilection pour la promenade de toutou !

Noosa Heads

Le midi, on mange notre pain de mie/thon en pensant très fort au petit plaisir que l'on va s'offrir le lendemain. On se rend ensuite au Noosa National Park à l'Est de la ville, pour une belle rando le long de l'océan !

Noosa National Park

On trouve un camp pour dormir dans la ville où l'on y rencontre plusieurs backpackers qui ont tous eu des problèmes avec leur véhicule australien (van ou voiture) ! Ca nous conforte dans notre choix de ne pas s'acheter de van, et de se débrouiller en faisant de la relocation par exemple. On réfléchit aussi à notre parcours en se demandant si ça ne serait pas mieux d'aller directement à Alice Springs, puis de descendre la côte Ouest. On part se coucher la tête pleine d'interrogations....

Le lendemain matin, on va directement au marché d'Eumondi sur les conseils d'un couple danois rencontré la veille. Enfin un marché ! On en cherche un depuis notre arrivée, mais ce n'est jamais le bon jour... Dans celui-ci, il y a plein de commerçants locaux en tout genre : masseur professionnel, ébéniste, maroquinier, bijoutier, peintre... On se promène avant de repartir vers Noosa pour déguster notre repas d'anniversaire. On abandonne rapidement l'idée du brunch (aucun ne nous plait vraiment), et on hésite entre pizza et burger ... On regarde les prix, ça sera burger au Betty's Burger !! Mathilde prend un Betty's Classic et moi je prends le Shroom Burger, le burger végétarien aux champignons ! Le tout accompagné de frites, bien évidemment ! Et ben c'est bien bon ! On a tellement faim qu'on oublie de prendre une photo, les hamburgers sont déjà à moitié dévorés quand on y pense ...

On a le ventre bien rempli et on part se prélasser sur la plage. On en profite pour faire un petit récap' de ce premier mois en Australie, et le mot qui nous vient directement à la bouche est "surprenant" ! Surprenant car on ne s'attendait pas à ça pour les paysages qui sont juste magnifiques (surtout quand on s'enfonce un peu dans les terres), car les villes australiennes ont un charme que l'on n'aime pas, et car les australiens sont quasi-inexistants (du moins, ils l'étaient jusqu'à notre arrivée à Noosa). C'est ce qui manque le plus à notre voyage à mon sens : les rencontres, que ce soit avec les australiens ou les backpackers. Il reste 5 mois pour arranger tout ça ! On réalise aussi qu'on vient de passer un mois ensemble, 24/7, sans se bouffer le nez ! Notre petit "couple" fonctionne plutôt bien :) Faut dire qu'on est tellement géniales et faciles à vivre que ça ne pouvait être autrement (hum hum) !! Sans déconner, quand on a galéré à Cairns, on n'a pas baissé les bras et on a trouvé une super relocation pour aller là où on le souhaitait, à Brisbane ! On se débrouille plutôt bien je trouve (non non je n'ai pas les chevilles qui enflent !), et surtout on s'est bien adaptées à la vie en itinérance : on a vite pris le rythme australien en se levant et se couchant en fonction du soleil (lever 6-7hr, coucher 20-21hr), on s'améliore chaque jour en cuisine, on lave nos vêtements régulièrement pour ne pas tomber en rupture, et surtout, on vit au jour le jour en s'adaptant à nos envies (si on n'aime pas la ville, on s'en va !) et aux imprévus (la météo, feu de forêt,...).

Noosa Heads
Le fameux camp

On quitte la plage le sourire aux lèvres pour se rendre au dernier free camp avant Brisbane. C'est le pire que l'on ait fait jusqu'à présent : les toilettes sont vraiment immondes/sales, la route est juste à côté, et il n'y a pas d'eau potable (mais nous avons notre bidon d'eau potable cette fois-ci, héhé !). Et pour couronner le tout, il pleut ! Comme depuis que je suis en Australie, j'ai envie d'aller aux toilettes toutes les 5 minutes, je suis obligée de courir sous la pluie, en tongue, avec la lampe frontale (encore merci papounet pour la lampe, que ferais-je sans elle !!) pour y aller ... Bref, on part se coucher le plus rapidement possible !

6
juil

On se lève à 6hr et on part du free camp le plus rapidement possible ! Nous ne faisons pas de stop avant Brisbane car rien ne nous semble valoir le détour ... On décide donc de rester les quatre derniers jours de notre relocation à Brisbane. Sur la route, on fait bien attention aux "tolls", les autoroutes payantes en Australie, qui ne sont pas forcément indiquées. On allume nos GPS (GMaps et Waze) pour vérifier plusieurs fois l'itinéraire et nous arrivons finalement dans le centre-ville en évitant ces fameuses routes. On se dirige directement vers le quartier South Bank car nous avions vu sur internet que l'on pouvait s'y garer gratuitement. On trouve une place que l'on croit gratuite, aucun panneau n'indique le contraire en tout cas. On s'y gare pour la journée et on part se promener. En revenant quelques heures plus tard, on se fait la réflexion que l'on ne voit que très rarement des contractuels mettre des contraventions. Ne jamais dire jamais, on en voit justement un à côté de notre Captain Kirk en train de glisser une magnifique contravention de 94$ sous les essuie-glaces. On accourt voir le monsieur pour lui demander des explications (loin de nous l'idée de faire sauter l'amende !). Il nous dit que dans tout Brisbane les places sont limitées à 2hr gratuites et que là nous sommes restées plus de 4hr... Oups ! On lui répond avec un air étonné que l'on n'en savait rien car nous n'avions pas vu les panneaux (presque la vérité : j'avais vu les panneaux à l'entrée de la ville mais je pensais que ça s'appliquait uniquement au centre-ville) et on lui demande où est-ce que l'on peut payer l'amende. Et là, ayant pitié de nous avec nos airs de chien battu (94$ ça fait mal) et comprenant que nous sommes françaises, il nous fait sauter la contravention !! Hallelujah, merci merci !!! On repart fissa à la recherche d'une auberge qui accepterait qu'on gare notre van dans leur parking les prochains jours . On en trouve une, Big Bird Hostel, où on paye juste un dollar de moins que si l'on dormait dans un dortoir (alors que nous dormons dans notre van, et que nous avons juste accès à la cuisine et aux sanitaires de l'auberge) : c'est un peu de l'arnaque mais nous n'avons pas d'autres choix. Nous y restons trois nuits, jusqu'à ce que nous quittions Captain Kirk.

Dès les premiers instants, on accroche bien avec la ville ! On commence par se balader dans le quartier South Bank où une esplanade a été aménagée le long de la rivière. Elle est reliée au centre-ville par plusieurs ponts piétons et cyclistes. A l'extrémité nord de l'esplanade, on retrouve les principaux musées de Brisbane et notamment le Gallery of Modern Art que nous irons visiter : il n'y a que deux salles d'exposition donc la visite fut assez rapide. Le centre-ville est bien sympa aussi, il nous rappelle des souvenirs de quand nous étions sur le continent américain ; des vieux buildings cohabitant avec des immeubles récents tout en verre ! Les deux rues commerçantes, Quenn St et Edward St, sont vivantes et on n'arrête pas de les emprunter ! On visite aussi le City Hall mais nous n'avons pas pu monter en haut de la tour car trop de monde (c'est les vacances scolaires en Australie). Forcément, on est allées au Coles s'acheter du pain de mie et on en profita pour regarder un peu les magasins, et verdict : nous n'aimons pas trop la mode australienne (on la trouve un peu vieillotte...). On se promène aussi le long du City Botanic Garden, le premier jardin botanique de Brisbane avant qu'il ne soit déplacé au Mount Coot-Tha car trop souvent inondé.

South Bank - Brisbane
Magasin sur Edward St
Brisbane RIver
City Hall
Centre-ville de Brisbane

Le deuxième jour, on a eu droit à une pluie torrentielle ! Comme nous n'aimons pas rester les bras croisés, on décide quand même de se promener le matin dans le quartier de Fortitude Valley. On y découvre le "chinatown", qui se résume en fait à une seule rue, et le marché St James où on salive devant les étales de légumes (enfin là je crois qu'il n'y a que moi qui salive) et devant les viennoiseries d'une boulangerie (on aurait bien voulu s'acheter un petit truc mais 4,8$ le pain choco, faut pas déconner) ! Trempées et gelées, on décide de se la couler douce à la bibliothèque le reste de la journée. On en profite pour regarder une série, et surtout réfléchir à la suite de notre itinéraire. Comme ce temps plus calme nous fait du bien ! Le road-trip c'est bien, mais ça fatigue un peu quand même et pouvoir se poser 5 min pour réfléchir calmement à la suite de notre voyage n'est pas mal non plus. On reste à la bibliothèque jusqu'à la fermeture, avant de rentrer à notre auberge.

Chinatown - Brisbane
St James Market

Profitant d'avoir encore Captain Kirk à notre disposition, on part à la découverte du Mount Coot-Tha et de son jardin botanique le troisième jour. Encore une fois, on fait appel à nos GPS pour éviter les routes payantes ! Mais raté, je loupe la bonne sortie et on se retrouve sur une route indiquée comme payante !! C'est énervant parce qu'il n'y avait aucun panneau avant et c'est une fois que tu es dessus qu'on te dit que c'est payant ! Bref, on arrive au Mount Coot-Tha un peu énervées mais où la vue sur Brisbane reste très belle. On emprunte un petit sentier mais, toujours énervées par l'histoire de la route payante, on ne profite pas beaucoup de la balade... On continue quand même le programme fixé en allant au Jardin Botanique. Bon là c'est autre chose, tu es obligé de te détendre en marchant dans ce jardin ! On se perd rapidement mais ce n'est pas très grave car tout est beau ! Et là encore, entre les arbres, nous avons eu une très belle vue sur Brisbane. Pour le retour, on fait bien attention à quelle route emprunter pour éviter de se repayer une "toll". Malgré ces désagréments, elle n'était pas si mal cette journée !

Botanic Garden - Brisbane

Au cours de notre séjour, on en profite aussi pour sortir tard le soir (enfin il doit être 19hr, mais pour nous c'est très tard !). Comme disent les australiens, qu'est ce que c'est "busy" Brisbane le soir ! Les rues marchandes sont noires de mondes ! En se promenant, on voit plusieurs bâtiments illuminés aux couleurs de la France. Avec Mathilde, on se fait la même réflexion : "merde on a loupé un épisode, y'a encore eu un attentat en France ?!". En fait non, il y a juste un Festival de la France dans le quartier de South Bank et toute la ville est donc parée de bleu/banc/rouge. Ca nous rassure mais d'un côté, ça nous fait un peu bizarre de se dire que la première chose à laquelle on est pensées en voyant les couleurs de la France fut à un attentat...

Brisbane by night

On arrive à la fin du quatrième jour et c'est déjà le moment de faire nos adieux à Captain Kirk... La veille, on l'avait emmené lui faire une beauté chez un laveur de voiture (finition aux papiers toilettes car il restait des petites traces !), nettoyé les draps, remis de l'essence,... Bref, il brille comme un sou neuf ! Bien que l'on puisse le garder jusqu'à 15hr, on préfère le rendre le matin pour éviter toute emmerde, et surtout le loueur se situe à 13km du centre de Brisbane et il faut ensuite rentrer à pieds. On le rend vers 11hr après avoir pris une dernière photo. Le retour à pieds est très loooong : 13 km à pieds, sous le soleil, à côté d'une route super passante ce n'est pas le top (on espère intérieurement qu'une voiture s'arrête et nous propose de nous déposer dans le centre) ! On met 2h40 pour arriver dans le centre-ville, on est mortes ! On va directement à l'auberge (nous avons réservé une chambre dans une autre auberge que les nuits précédentes). Must du must : on capte même la Wi-Fi dans notre chambre (d'habitude il n'y a qu'un spot de free wi-fi à l'entrée, ou parfois pas du tout). On se couche tôt car nous partons le lendemain chez Carmen, notre deuxième hôte Helpx, à Ipswich !

Trois semaines après avoir rendu le van, nous n'avons pas eu à payer d'amendes ni aucune des routes que l'on croyait payantes... Bon, tant mieux mais on a encore des choses à apprendre sur les "tolls" !

Changement d'itinéraire : après moult réflexions nous changeons encore d'itinéraire car, comme chacun sait, en Australie rien ne se passe jamais comme prévu ! En effet, on a un peu peur de l'hiver dans le sud de l'île et on préfère en profiter pour faire le Red Center et la côte Ouest où les températures seront plus clémentes. Il faut bien le dire aussi, nous aimons bien la côte Est mais nous restons toujours sur notre faim en attente du petit "plus" qui nous fera faire "wahou". Et on sent bien que la côte Ouest aura surement ce petit "plus" qui nous fera faire "wahou". On abandonne aussi vraiment l'idée d'acheter un van, on se débrouillera avec des relocations/lifts/autres. On a d'ailleurs acheté nos billets d'avion de Brisbane à Alice Springs pour le 19 juillet (départ à 6h10, arrivée à 14h55 le même jour avec un escale à Adelaïde), et d'Alice Springs à Darwin pour le 23 juillet (départ 17h15, arrivée à 19h23). Donc c'est décidé, nous partons à l'West !

Itinéraire 2
10
juil

On arrive à Ipswich à 14h30 et on attend que Carmen Simpson, notre hôte Helpx, vienne nous chercher. Les 13km de la vieille nous ont été fatidique, nous sommes complètement dans le gaz ... A peine arrivées à la gare d'Ipswich que plusieurs passants nous demandent où on va et si on a besoin d'aide. Euh non tout va bien, c'était hier qu'on aurait bien voulu que quelqu'un nous prenne dans sa voiture !

Carmen arrive quelques minutes après, elle semble fatiguée mais est très accueillante et gentille. Cette fois-ci nous n'avons pas fait appel à nos pouvoirs divinatoires pour l'imaginer ou inventer sa vie, tout était déjà dit dans sa présentation Helpx. Carmen est donc la mère de cinq enfants : Anneke, Tristan, Hamish, Piper et Dominic. Elle travaille en temps que fleuriste quelques jours par semaine et elle tient aussi une boutique en ligne d'équipements équins. Son mari, Danny, est malade et ne peut pas travailler (on n'en sait pas plus sur sa maladie), il reste donc toute la journée à la maison. Ils ont aussi plusieurs animaux dont deux chats, une vache, une oie (qui ne nous aime pas du tout), un coq et des poupoules ! Toute cette belle famille habite une propriété de 5 ha dans la banlieue d'Ipswich. Ils ont construit eux-mêmes la maison de leur rêve avec une grande cuisine ouverte sur le salon et une salle cinéma. Ils ont donc régulièrement besoin d'aide pour effectuer les tâches ménagères (vaisselle, lessive, ménage) et c'est là que nous intervenons, nous, les pros du ménage ! On restera chez eux un peu plus d'une semaine à les aider du mieux qu'on peut.

Les animaux de compagnie

Dès notre arrivée, on sent que ce Helpx va être complètement différent de celui chez Delini ! Ici, on a à travailler que 3/4hr par jour. Enfin ça c'est ce qui est prévu, en vrai, on ne travaille que 2-3hr par jour... Pour le coup, ce n'est pas par manque de volonté, mais parce que Carmen ne nous donne jamais plus à faire. Nos tâches quotidiennes sont donc de faire la vaisselle, étendre le linge, plier le linge, lancer la machine à laver et passer le balais. C'est un travail sans fin car à peine les enfants rentrés, ils salissent tout ... Nous avons parfois d'autres tâches (nettoyer le frigo, passer l'aspi dans la voiture, enlever les toiles d'araignée) mais c'est assez vite réglé aussi ! Et en plus de ce travail bien fatiguant, nous avons notre week-end de libre... On se sent parfois un peu gênées du peu de travail que l'on fournit par rapport à leur accueil (on est quand même très bien logées, et nourries comme des reines !).

Une fois le travail terminé, on est libres de faire ce que l'on veut. Et, après avoir passées plus de deux semaines en road-trip à manger du pain de mie et du riz blanc, ce que l'on veut le plus est de manger quelque chose avec du goût et se reposer ! C'est ce qu'on fera toute cette semaine. On a accès au garde-manger de la famille et Carmen n'arrête pas de nous dire "help yourself", on est obligée de lui obéir surtout qu'il y a du Nutella ! On découvre aussi le toaster qui permet de faire des toasts, soient des sandwichs grillés. Certes c'est encore du pain de mie, mais grillé avec du fromage fondu dedans, ça change tout ! Pour ce qui est de se reposer, on est un peu déçues avec Mathilde car on pensait dormir comme des bébés mais nous ne sommes plus habituées à dormir dans de vrais lits après plus de deux semaines dans le van. En plus de cela, il fait froid et il n'y a pas de chauffage, seulement des chauffages d'appoint... Au bout de la deuxième nuit, je sors le duvet et tout va mieux, je dors comme un loir.

Notre temps libre l'aprèm est assez limité car les enfants finissent l'école vers 15hr ! Ils rentrent directement à la maison après, sauf s'ils ont une activité (foot, arts martiaux, cheerleading). On joue avec eux à cache-cache, au foot (on y joue qu'une seule fois parce que l'on est vraiment nulles), au trampoline, aux lego et on fait même de la peinture ! Les enfants sont très sympas et le courant passe plutôt bien, on apprend même quelques mots de français à Hamish ! Un matin, on rencontre aussi les parents de Carmen qui sont très accueillants et excités par leur prochaine croisière en France. La seule personne avec qui nous avons un peu de mal est le père qui ne nous adresse quasiment pas la parole de la semaine (même le matin pour avoir un bonjour c'est compliqué !). Il nous a fuit pendant tout le Helpx, clairement s'occuper des Helpeurs, c'est pas son truc ...

Le soir, on mange avec toute la famille, chacun parle de sa journée et c'est difficile d'en placer une, surtout qu'ils parlent tous très vites dès qu'ils sont entre eux. On aura par moment la sensation d'être des "pots de fleurs" au moment du dîner ... C'est généralement la mère qui cuisine en semaine et nous l'aidons pour mettre/débarrasser la table et préparer les lunchs pour le lendemain. On passera aussi des soirées ensemble à regarder une émission culte en Australie, Ninja Warriors, un film avec Drew Barrymore (celui où elle perd la mémoire), et un match de football (ce qu'ils appellent foot est du rugby chez nous). C'est sympa de partager ces moments avec eux !Au cours de notre temps libre, je découvre par hasard MyAtlas ! Je propose à Mathilde que l'on fasse un blog ensemble, mais il n'est pas prévu dans les fonctionnalités de MyAtlas qu'il y ait plusieurs auteurs par blog... On décide donc de faire un blog chacune de notre côté. Si ça vous tente de redécouvrir nos aventures racontées par Mathilde, voici son blog : https://www.myatlas.com/mathildebm/6-mois-a-la-decouverte-de-l-australie/t/106702. Ecrire ce blog va nous occuper la semaine, car il faut rattraper notre retard et s'habituer à l'interface du site !

Match de foot de Tristan avec la famille

Vivre une semaine chez les Simpson nous a permis d'un peu mieux comprendre le mode de vie australien, qui pourrait se résumer en un mot : zenitude ! Ici tout le monde est zen et détendu. Le travail n'a pas l'air de les préoccuper beaucoup non plus. En revanche, la famille c'est sacré ! Samedi, nous avons assisté au match de foot de Tristan avec toute la famille. C'était super sympa de partager ça avec eux une fois, mais eux y vont en famille toutes les deux semaines. On découvre aussi le système scolaire australien : ici les enfants ont cours de 8h-8h30 à 14h45-15h, et après ils ont des activités. Au lycée, Hanneke a des cours de cuisine et de couture, ils ont aussi le choix de faire de la menuiserie par exemple. Et leur investissement est récompensé : Hamish a reçu un diplôme car il a assisté à tous les cours au cours du semestre. Ils sont aussi très orientés sport et "outdoor", de ce fait, leur chambre est très peu décoré mis à part les médailles de leurs exploits sportifs. On découvre aussi les spécialités culinaires australiennes : les plats industriels ! On a mangé des hamburgers aux poissons panés, des tacos, des hot-dogs, des saucisses, des toasts et sandwichs bacon/fromage... Enfin bref que de la grande gastronomie ! Pour le soir du 14 juillet, on décide de leur faire gouter la cuisine française avec au menu : quiches lorraines, quiche au thon-tomate-mozza et crêpes en dessert ! En préparant le diner, on a un peu peur car ce n'est pas du tout dans leurs habitudes alimentaires, et aussi car nous ne sommes pas dans notre cuisine avec notre maman en cas de problème. Mais plus de peur que de mal, tout le monde se jette sur les plats et mangent goulument ! Bizarrement, les enfants ont préféré les crêpes au Nutella ! Il reste encore quelques parts de quiches que j'espère pouvoir manger le lendemain midi... Mais je n'ai pas été assez rapide, les parents les ont finies au petit-déjeuner ! Eh oui, ici c'est comme le modèle anglo-saxon : on mange beaucoup le matin, pas beaucoup à midi, et beaucoup le soir. Avec Mathilde, on est assez fières de nos plats et on fait une petite danse de la victoire ! On sent que ça leur a fait plaisir qu'on cuisine pour eux, donc ça nous fait d'autant plus plaisir à nous aussi.

Les reines du fourneau !

L'avant dernier-soir, même le père s'est mis au fourneau (on suppose que c'est en partie du fait de notre présence car même les enfants étaient surpris d'avoir un repas aussi copieux) : il nous cuisine de la viande avec des légumes au four tellement bons que j'en rêve encore la nuit ! Et en dessert, il a fait des poires au golden syrup ! C'était délicieux ! J'ai même eu droit à un sourire du père ce soir la, comme quoi la cuisine ça rapproche :)

On a passé un très bon moment chez les Simpson, et on a pu se reposer un peu de notre mois de road-trip ! On repart requinquée direction le Red Center.

19
juil
Comme on est bien sur le tapis de l'aéroport !

La veille au soir, Carmen nous a déposées à la gare d'Ipswich pour qu'on se rende à l'aéroport. On y arrive vers 19hr, et c'est le début d'une longue nuit car, comme nous sommes radines et que notre avion ne décolle que vers 6hr du matin, nous avons décidé de dormir dans l'aéroport. Dormir est un bien grand mot, nous sommes restées allongées devant le comptoir d'Hertz puis assises sur les tables d'un café à somnoler et à rédiger chacune notre blog. On passe enfin les sas de sécurité vers 5hr du matin et on est un peu surprises, ils ne vérifient même pas notre passeport ! De l'autre côté, c'est le paradis du squatteur : il y a des fauteuils mouelleux, des canapés, des prises,... Dommage qu'on y arrive que 45 minutes avant le départ de notre vol (enfin Mathilde réussit quand même à faire un micro-dodo). On monte dans l'avion et à peine assise, je m'écroule de fatigue... On se réveille quelques heures plus tard à Adelaïde, où nous devons attendre encore quelques heures avant de prendre notre correspondance pour Alice Springs. On les passe à écrire notre blog et à se balader dans l'aérogare. On profite du deuxième vol pour finir notre nuit, et on arrive enfin à Alice Springs vers 15hr avec quelques cernes en plus. Comme d'habitude, on tourne un peu en rond avant de trouver la navette qui nous dépose directement à notre auberge, Alice Lodge. On y rencontre quasiment que des français et une hollandaise qui sont aussi là pour Uluru, mais seule l'hollandaise a réservé le même tour que nous. Le programme est bien chargé, en trois jours nous allons voir Uluru, Kata Tjuta (Mts Olgas), et King's Canyon. On part se coucher car on est mortes et que le bus vient nous chercher à 6hr le lendemain.

Dromaludaire

On se réveile à 5hr, ça pique un peu les yeux surtout que l'on a eu froid toute la nuit... Le bus est à l'heure, notre guide et conductrice Chloé, semble elle, péter le feu ! Par contre, elle n'a pas l'air très douée pour les manoeuvres, on reste coincés dans un parking pendant 15 minutes avant qu'elle arrive à faire marche arrière ... Ca promet pour la suite ! On fait plusieurs stops le long du trajet pour prendre de l'essence, regarder des dromadaires, faire pipi... J'en profite aussi pour rattraper mon retard de sommeil durant le reste du trajet. On arrive vers midi et on va directement au camp manger notre sandwhich avec deux françaises et l'hollandaise rencontrée la veille (tous les repas sont fournis et j'ai même droit à des spéciaux végétariens) avant de repartir chercher des gens à l'aéroport. Chloé nous emmène ensuite au premier stop intéressant du parcours, le centre culturel d'Uluru ! On y apprend que ce n'est que depuis 1985 que le site est en partie géré par la communauté aborigène. Uluru est un site sacré où plusieurs rituels avaient lieu, de ce fait, il est interdit de prendre des photos sur certains tronçons. De même, selon les croyances aborigènes, il est interdit de grimper sur Uluru mais, bien que la communauté ait aujourd'hui son mot à dire dans la gestion du site, le sentier pour monter est toujours ouvert au public... Chloé nous accompagne pour une petite marche interpretative autour du rocher où nous en apprenons un peu plus sur les rites aborigènes. Rien que de se balader en bas du rocher et de fouler ces terres sacrées donne une sensation étrange ! Tellement étrange, que sur le chemin du retour, Mathilde et moi perdons le groupe et ne retrouvons plus le bus sur le parking... On le repère finalement quelques mètres plus loin, on s'était trompées de chemin ! Tout le monde nous attend dans le bus et on est direct fichées commes les "frenchies" pas très douées...

Uluru

On repart au centre culturel pour y faire un dernier tour avant de se diriger vers un point de vue où admirer le coucher du soleil sur Uluru ! Au fur et à mesure que le soleil se couche, Uluru prend différentes couleurs du rouge au gris. C'est magnifique ! Pour accompagner l'instant, Chloé nous sert un apéritif avec un vin pétillant ("sparkling wine") et des petits snakers. Bon à y réfléchir, c'est quand même un peu spécial de se faire un apéro devant un lieu sacré... On rentre ensuite au camp manger des tacos, et avec Mathilde on se regarde car on ne voit aucune tente... On comprend vite qu'on va dormir à la belle étoile dans des "swags" qui sont en gros, des sur-sacs de couchage. Au début, pas très partante parce qu'il ne fait pas plus de 5°C dehors, mais finalement, une fois dedans avec la vue sur les étoiles, c'est plutôt très bien !

Uluru sunset

Pas de grasse mat', on se lève à 5hr du matin ! Bizarement je pète la forme (j'aurai tiré la gueule toute la matinée si je me serais levée à cette heure-ci en France...). Le swag c'est pas si mal, je n'ai pas eu froid et j'ai bien dormi, et se réveiller avec vue sur les étoiles, c'est quand même très sympa. On se dépêche de prendre le petit déjeuner car on va voir le lever du soleil sur Uluru et les Kata Tjuta, il ne faut pas le louper ! On arrive au point de vue vers 6h45, et on n'est pas tout seul ! Le soleil commence à se lever et les clics d'appareils photos se déchainent. Il faut le vouloir pour prendre une photo entre les perches et les grands gaillards... Pour le coup, c'est vraiment les paysages auxquels je m'attendais en venant en Australie : de grandes étendues de terres rouges avec des gros rochers, mais les voir en vrai est tout autre chose !

Uluru sunrise

On repart après au Mont Kata Tjuta pour une grande balade. C'est Chloé qui donne le rythme, et ça ne rigole, on a un planning et il faut le respecter. On marche donc assez vite, un peu trop car ça nous laisse peu de temps pour vraiment apprécier les paysages (et prendre des photos !). On passe entre des gros rochers rouges parsemés d'eucalyptus (il y a d'autres essences d'arbres mais je n'ai pas retenu leur nom), le contraste des couleurs est très beau !

Mont Kata Tjuta

On rentre à midi manger des hamburgers (veggie !) et on part vers King's Canyon. La route est longue, on fait plusieurs stops essence/pipi/achats avant d'arriver à notre destination finale. On s'arrête notamment pour récupérer du bois pour le feu de camp de ce soir. On y arrive à 18h30, on prend une douche rapide avant d'aider à faire à manger. Ce soir, Chloé nous prépare un bbq australien avec du steack de kangourou, moi, je suis bien contente avec mes boulettes végétariennes ! Le soir, on se retrouve tous autour du feu et Chloé nous raconte des histoires qui font peur (histoire d'arracheurs de tête encore en liberté) en faisant cuire une grosse brioche chamallow/nutella dans une marmite chauffée à la braise. La brioche est bonne mais, sans les chamallow et avec plus de Nutella, ça aurait été encore meilleur :) On part se coucher vers 22hr, les pieds réchauffés par le feu et les yeux rivés sur les étoiles !

Feu de camp, brioche et swag

Aujourd'hui, le lever à 5hr est plus difficile. J'ai la tête dans le gaz jusqu'à ce qu'on commence la marche à King's Canyon à 7hr. On commence alors qu'il fait encore nuit et le soleil pointe peu à peu le bout de son nez derrière les montagnes ! Comme hier, il ne faut pas trainer et c'est assez frustrant car je n'ai pas le temps de vraiment apprécier les paysages. On s'arrête quand même au Jardin d'Eden, un point d'eau entre les rochers entouré de végétation, pour prendre un petit snack. On repart ensuite traverser un "amphitéatre" fait d'une multitude de petites collines. Une coréenne de notre groupe a le vertige et ne se sent pas très bien durant les descentes, elle me raconte que chez elle, les montagnes ne sont pas aussi escarpées et les chemins moins étroits. Elle finit quand même la marche avec le sourire, contente d'avoir vu ces paysages si différents de ceux de son pays. On finit à 10hr, mais ça me laisse un petit goût de "reviens-y" : j'aurai aimé pouvoir profiter plus longtemps de ces paysages rocheux !

The Garden of Eden
Natural amphitheatre
King's Canyon

On rentre ensuite au camp préparer à manger pour ce midi et ce soir (pour ceux qui restent 4 jours). On ne comprend rien à ce que nous demande Chloé et on ne fait rien comme il faut... Aaah ces "frenchies" !! On finit de manger et c'est déjà l'heure de partir, on range nos affaires, on dit au revoir à Chloé (ce n'est pas elle qui nous ramène) et on grimpe dans le bus ! C'est parti pour 400km ! C'est très long, surtout qu'on refait les mêmes arrêts qu'à l'aller... Ce long trajet me laisse le temps de réfléchir à notre voyage en Australie et à mes attentes par rapport à celui-ci : j'adore ce que nous faisons avec Mathilde, tracer notre chemin en fonction de nos envies pour voir un maximum de pays, mais il me manque d'expérimenter la vie australienne en restant plusieurs mois à un même endroit... Je me dis qu'en décembre, date de retour initialement prévue en France, il me restera encore 6 mois à mon visa. Si cette envie continue de me titiller, je pourrais très bien décider de rester un peu plus longtemps. Sur ces belles réflexions, on arrive enfin à notre auberge. On pose nos affaires et on va dans la cuisine où l'on aperçoit dans l'étagère "free food" des wraps et des gâteaux ! Ni une ni deux, on se saisit d'un paquet pour notre dîner du soir et pour demain midi (on est prévoyantes !). Les wraps sont encore meilleurs que d'habitude, ils sont gratuits ! On part se coucher, j'ai la tête pleine d'interrogations...

23
juil

On se réveille à 7h30, on a mieux dormi dans les swags que dans l'auberge, il nous manquait surement les étoiles pour nous bercer ! Ce matin, on rencontre Justine, une française musicienne et passionnée par la viticulture. Elle joue du "hand pan", un instrument à caisse de résonance que je ne connaissais pas. Elle se le trimballe depuis la Nouvelle-Zelande et donne des concerts de rue de temps en temps. D'ailleurs, elle compte aller en jouer ce matin au marché d'Alice Springs avec un percussioniste français rencontré à l'auberge (oui, il n'y a que des français dans cette aubgerge). On l'accompagne, et leur petit duo est vraiment sympa ! Je ne connaissais pas le son de son instrument mais c'est vraiment original et ça attire les foules, ils se font 90 dollars en quelques heures ! Pendant qu'ils jouent, on fait un tour du marché qui est tout petit, puis on se balade dans la ville. En se promenant, on a la sensation étrange que deux mondes cohabitent dans cette même ville : les aborigènes et les autres. Les aborigènes sont très présents dans la ville, souvent assis sur les trottoirs ou à errer dans les rues. Mais il n'y a aucune interaction entre cette communauté et les autres habitants d'Alice Springs ! Même pour les touristes, il est parfois conseillé de ne pas parler aux aborigènes pour éviter tout "problème".... C'est très perturbant cette population qui semble inexistante aux yeux de tous (elle ne l'est surement pas, mais c'est en tout cas la sensation que ça donne) !

le marché d'Alice Springs

Ce midi, on mange quasiment gratuitement car on s'est resservies dans l'étagère "free-food"... On se fait des wraps thon/mais/formage et une orange en dessert ! Et là, on tombe sur Guillaume, un français rencontré ce matin, mais que nous n'aurions jamais voulu revoir. Il nous tient la jambe pendant 30 minutes en nous racontant toute sa vie (vous y avez droit aussi) : avant de venir en Australie, il a travaillé au consulat d'Egypte, puis il est rentré à Bordeaux où il a loupé les concours de la fonction publique, il a donc du travailler en intérim pour financer son voyage en Australie. Et, à la fin de sa magnifique présentation, il nous sort une phrase qui restera culte pour Mathilde et moi : "je préfère me considérer comme écrivain". Parce que oui, monsieur a aussi écrit un livre sur les jeux vidéos, mais qui n'a jamais été publié. Avec Mathilde, on se dit que peut-être nous aussi on peut se considérer comme écrivaines, après tout on écrit un blog non ?! Bref, il s'en va finalement et on fait de même car la navette pour l'aéroport vient nous chercher à 15h20. On décolle à 16h55 direction Darwin pour notre prochain Helpx !

24
juil

Michelle est venue nous chercher la veille à l'aéroport. Elle, son mari, et leurs trois filles habitent une grande maison dans une des banlieues de Darwin, Rapid Creek. Ils ont aussi un chien, Kenny, que nous allons devoir nous occuper toute cette semaine. Leur maison est immense : ils habitent le premier étage et nous, nous sommes installées dans un appart au rez-de-chaussée. L'appart est top, il y a une grande cuisine équipée, un salon, une grande chambre avec un lit super confortable ! On se dit que cette semaine va être bien reposante. En revanche, nous sommes de retour en zone tropicale avec des bêbêtes qui courent partout et des températures qui vont avec (30-35°C et très très humide, on n'est plus habituées). Deux nuits de suite, on a la visite d'une souris/rat (on n'est pas sures, c'était gros et ça courait partout) qui veut venir manger nos crêpes discretos, mais qui fait un vacarme pas possible en faisant tomber une bouteille ! La pauvre, elle est aussi terrorisée que nous ... On reprend de bonnes habitudes en rangeant et en emballant la nourriture dans le frigo et dans les placards pour éviter tout intrus (cafards, souris, fourmis,...).

La Maison
Rapid Creek

Le premier soir, Michelle nous donne une liste de tâches à effectuer au cours de cette semaine. Tous les jours, nous devons enlever les feuilles de la piscine, nettoyer les crottes d'oiseaux sur le deck, balayer les feuilles, couper les feuilles mortes, et sortir le chien Kenny au moins 1 heure. On amènage notre temps comme on le veut, du moment que le travail soit fait. C'est plutôt cool ! Kenny n'a qu'un an, il adore jouer et courir partout ! Comme il est sourd, il a appris le langage des signes pour apprendre à s'assoir, se coucher,... Nous aussi on a du s'y mettre, notamment pour dire "bon chien/bravo". Les premiers jours, on le promène dans le quartier comme nous n'avons pas le droit de le laisser en liberté sur la plage. C'était une mauvaise idée, il n'y a que des chiens super excités qui nous abboient dessus dès qu'on s'approche de leur barrière ! Même les labradors sortent les crocs... Les jours suivants, on allie l'utile à l'agréable en promenant Kenny jusqu'au Woolworths pour faire des courses. A la fin de la semaine, la mère accepte qu'on aille sur la plage jouer avec lui et le laisser en liberté. Evidement, c'est le jour où Kenny est le plus chiant : il laisse la balle tomber dans l'eau, ou bien la rattrape et va la mettre dans l'eau... Mathilde et moi sommes obligées d'aller la récupérer en retroussant notre short. Il décide aussi d'aller sur l'autre berge et de ne pas revenir et, comme il est sourd, impossible de le rappeler ! On a beau lui faire des signes, il ne revient pas... Finalement, c'est une petite fille aborigène qui fera avancer Kenny d'une berge à une autre avec ses frites, merci merci ! On rentre pas contentes, Kenny non plus ne semble pas content, il n'arrête pas de me mordiller les molets ! Dommagne, on n'a pas appris à dire "mauvais chien" en langage des signes... On s'amusera quand même bien avec lui cette semaine, il va nous manquer notre Kenny !

Ca travaille dur !

Comme on ne travaille pas plus de deux heures par jour, la nourriture n'est pas fournie et nous ne mangeons jamais avec la famille, sauf un soir où la mère nous invita à venir manger une pizza. Même si c'était prévu d'avance, c'est dommage de ne pas partager plus de moments avec eux. On a donc beaucoup de temps libre une fois le "travail" quotidien effectué. On l'occupe à se préparer de bons petits plats (on a une cuisine, on en profite) et à découvrir Darwin en vélo (on a accès aux vélos de la famille). On se ferra plein de crêpes au nutella et on testera un cookie géant à la poelle ! Eh oui, bien que la cuisine soit grande, il n'y a pas de four donc on est obligées d'improviser ! Visuellement, le cookie géant n'est clairement pas une réussite, mais au goût, c'est pas mal du tout ! Il y a encore quelques petits points à peaufiner, notamment la cuisson... Mais nous referons d'autres tentatives prochainement ! Comme nous avons un frigo, on s'achète plein de trucs qu'on ne peut pas s'acheter quand on est dans un minivan sans réel frigo : des légumes (j'ai retrouvé mes carottes !!), des oeufs, du lait, du fromage rapé... Bref que des bonnes choses !

Après l'effort, le réconfort

Pour éliminer tout ça, on fera beaucoup de sport et notamment du vélo ! Dur dur de remonter sur une selle ! Enfin, ce n'est pas le premier jour le plus dur mais les suivants quand on a déjà bien mal aux fesses ! Le deuxième jour de notre Helpx, on se rend dans le centre-ville de Darwin, à une dizaine de km de la maison de Michelle. On part vers 10h30-11hr mais il fait déjà une chaleur à crever ! Notre petit tour de Darwin est rapide, la chaleur nous a mises K.O. Surtout que la route pour y aller n'est pas du tout agréable : c'est une 2x2 voies donc on se prend toute la pollution dans la tronche, et avec la chaleur c'est encore moins agréable. Le centre-ville est assez sympa, surtout la promenade le long de l'océan (Bicentennial Park), on y voit plein de Darwinnois courrir. Ces australiens sont sureprenants : ils prennent tout le temps leur voiture mais le footing le long de l'océan, c'est sacré ! Faut dire que leurs promenades en général sont plutôt très bien aménagées. On visite aussi le nouveau quartier, Waterfront Precinct, composé de deux lagoons et de commerces. Darwin n'est pas du tout comme je m'y attendais : je pensais que la ville serait un peu vieillote et pas très vivante et c'est plutôt tout le contraire. Les bâtiments sont récents et ça bouge bien ! Elle nous fait un peu penser à Cairns, bien que le côté "attrape backpackeurs" soit moins prononcé. En rentrant de ce premier jour d'éxpédition à vélo, le portable de Mathilde tombe de sa poche, j'arrive juste derrière en vélo et je ne peux malheureusement pas l'éviter... Je l'écrase en freinant ! Il est complètement mort... Même si je ne pouvais pas faire autrement (il est vraiment tombé juste devant ma roue), je me sens un peu couillone... On ira en racheter un le dernier jour de notre Helpx chez JB HI-FI ! Au début, Mathilde ne pensait pas en racheter un mais, on se rend vite compte à quel point ces petits objets peuvent nous être utiles (Wikicamps, paiement sécurisé, contacter sa famille,...). Et cette fois-ci, on ne le mettra pas dans la poche.

Darwin

Le jeudi aprèm, après avoir promené Kenny, on en profite pour aller au Museum et Art Gallery of the Northern Territory où il y a une très belle expo sur l'art aborigène, ainsi que sur la tempête Tracy qui devasta Darwin en 1974. On comprend mieux pourquoi il y a autant de bâtiments récents, tout a été reconstruit après la tempête ! On se rend aussi au jardin botanique qui est à deux pas du musée mais, par rapport à ceux qu'on a fait jusqu'à présent, ce jardin-là est bien moins agréable ! On y reste 30 minutes avant d'aller au Mindil Beach Sunset Market, LE marché de Darwin ouvert de 17hr à 21hr tous les jeudis. Comme bon nombre de marché en Australie, on y retrouve plein de food-trucks ! Les gens viennent ici pour prendre à emporter et manger sur la plage en regardant le coucher de soleil. Comme nous sommes pauvres, nous ne mangeons pas là-bas mais l'ambiance est bien sympa !

Mindil Beach Sunset Market

Au cours de cette semaine, on a aussi voulu aller au Charles Darwin National Park, mais Michelle nous a plutôt conseillé d'aller à Lee Point. On l'écoute et elle a raison, la piste cyclable qui longe l'océan et qui traverse les mangroves jusqu'à Lee Point est magnifique ! On fait une petite marche pour arriver à la pointe de la Casuarina Coastal Reserve où on y voit plein d'oiseaux ! On espère voir un crocos mais nada. En tout cas, cette balade est bien agréable et change de la grosse route que nous avons pris ces derniers jours pour se rendre à Darwin.

Lee Point

Durant notre temps libre, on en profite aussi pour prévoir la suite de notre road-trip, et notamment la recherche d'une relocation pour aller à Broome. On checkera tous les jours le site Transfercar où nous avions trouvé Captain Kirk, et un jour, miracle, on trouve une relocation Darwin-Broome pour un voyage du 5 août au 9 août ! On clique direct sur le bouton, et on réserve aussi l'auberge à Broome. Le temps de relocation est court pour faire 1871 km, mais ce n'est que ce que nous avons pu trouver... Comme notre séjour chez Michelle se termine le 30 juillet, nous avons quelques jours avant la relocation pour visiter la région et on décide d'aller à Kakadu National Park et Litchfield National Park. On poste des messages sur Facebook pour savoir si des gens seraient partants pour nous emmener, et on trouve Damien, un français, qui serait d'accord pour faire Kakadu National Park avec nous le 31 juillet. Il a une voiture donc il nous emmenera et on partagera les frais d'essence. Tout se goupille à merveille, jusqu'à ce que Damien nous lache le veille du départ à Kakadu... Pas cool du tout ! On reste motivées, et en pianotant sur internet on trouve une voiture de location (une Toyota RAV4, un gros SUV) disponible 4 jours pour faire les deux parcs à un prix vraiment raisonnable. Parfait, au moins, on ne sera pas embétées par un Damien qui ne sait pas ce qu'il veut !

Ce Helpx est vraiment différent de ceux que l'on a fait jusqu'à présent : c'est la première fois que nous partageons aussi peu avec la famille ! C'est à la fois un avantage car ça nous permet de gérer nous-même notre temps et de visiter la ville, mais ça manque un peu de convivialité ! Evidement, c'était prévu dès le départ, mais je ne pense pas qu'on reprendra un Helpx du même type. Cette semaine s'est quand même très bien passée, Michelle et sa famille ont toujours été très gentils (parfois même un peu trop...). De même que chez la famille Simpson (notre deuxième Helpx), on les a trouvés très "zen". La mère venait toujours nous parler avec un grand sourire, même pour nous parler de la pluie et du beau temps ! Elle ne nous a jamais dit un mot négatif et nous remerciait cinquante fois par jour pour notre travail. Même le père (on ne l'a vu que le week-end) était tout le temps souriant et n'arrêtait pas de nous remercier ! Au bout d'un moment, on ne savait plus trop comment réagir car, avec les gens qui sourient tout le temps, on ne sait plus si c'est du lard ou du cochon... On avait un peu l'impression d'être dans le monde des bisounours où "tout le monde est beau, tout le monde est gentil". Même avec leurs filles, ils ne s'engueulaient jamais et il n'y avait jamais un mot au-dessus de l'autre ! C'est fou, aucune tension. Il faut dire que la mère est instit (elle finit tous les jours à 15hr, et ce n'est que depuis peu qu'elle est à temps plein) et elle n'a pas l'air d'avoir l'habitude d'être stressée. Elle nous racontait qu'elle trouvait ça fou que sa sœur, qui habite à Melbourne, fasse 2hr de voiture aller-route et rentre de son boulot à 20hr tous les soirs... Pour nous, ça nous parrait normal !!

On a passé de très bons moments avec eux notamment le soir où la mère nous emmena manger une pizza le long de l'océan à Rapid Creek. Tous les soirs, différents food-trucks envahissent les lieux et tu peux manger en rergadant le coucher de soleil. Ce soir là, c'était Pizza muy bonissima ! Michelle nous raconta qu'ils habitaient avant dans une communauté dans les Kimberley, et qu'ils travaillaient avec les aborigènes. Elle a l'air très préoccupée par la cause aborigène, et ne cessa de les défendre et de valoriser leur culture (connexion et entraide entre les membres d'une même tribue, relation avec la nature). Cette soirée était super agréable ! Pour la remercier, on fera des cookies (cette fois au four !) le dernier jour de notre Helpx. On avait un peu l'air de déranger tout le monde, mais une fois les cookies servis, tout le monde a sourit gentiment et dit merci. A chaque Helpx, Mathilde demande une recette à la famille pour avoir un petit souvenir (pour l'instant, il n'y a que la fille de Carmen qui lui en a donné une). Elle demande donc à Michelle, mais celle-ci fait la grimace et lui répond qu'elle n'en a pas et qu'elle n'a pas le temps... On est un peu déçues par sa réaction. Le dernier jour, c'est le père qui nous ramena dans Darwin et, pour nous dire au revoir, la mère nous fit deux bises car je lui avais dit qu'en France on se faisait tout le temps la bise. Ca m'a fait plaisir qu'elle fasse le geste :)

Changement d'itinéraires : après réflexion, je reste bien 6 mois de plus en Australie ! Ca ne sera pas 6 mois de road-trip, mais 6 mois de travail et d'immersion dans la "vie australienne". Ca sera une toute autre expérience, mais c'est ce qui manque à mon sens à mon voyage en Australie aujourd'hui. Et le must du must est que Fred viendra me rejoindre en début d'année prochaine :) Je suis super contente de pouvoir bientôt partager mon expérience avec lui, et qu'on experimente tous les deux la vie en Australie. Le but est aussi de travailler assez pour aller au Japon ensuite. Bref, gros changement d'itinéraire mais très heureuse de celui-ci ! Mais j'ai de grosses interrogations vis-à-vis de ce blog : est-ce que je garde le même pour les 6 autres mois, ou est-ce que j'en crée un nouveau ?? A méditer !

1
août

La veille, nous étions à Darwin où nous avons passé notre journée à se balader, écrire des cartes postales et notre blog, et peaufiner notre itinéraire pour les quatre prochains jours à Kakadu National Park et Litchfield National Park. Notre location inclus 400km, on doit donc essayer de limiter au maximum les kilomètres, même si l'on sait que l'on va obligatoirement dépassé le quota... Mais les paysages semblent valoir le coût ! Le soir, on s'est baladées un peu avant de rentrer à notre auberge YHA située en plein centre-ville. Darwin, le soir, est très animé ! Les bars sont remplis et tout le monde sort la tenue de soirée ! Avec Mathilde on s'est senties un peu exclues avec nos shorts et nos tee-shirts qu'on n'avait pas changés depuis trois jours ... On a mangé des toasts au fromage (pas aussi bons que chez Carmen !) et des petits pois avant d'aller se coucher.

Le lendemain, c'est le grand jour, on part chercher notre location chez Budget. On arrive à l'heure, la voiture nous y attend : c'est une Toyota RAV4, un énorme SUV tout neuf ! Ca change de Captain Kirk et de sa tôle rouillée... Mathilde commence à conduire et, bien qu'on ait maintenant l'habitude de conduire des automatiques (après plus de deux semaines avec Captain Kirk, on est des pros !), celle-ci est beaucoup plus sensible ! Il faut appuyer doucement sur les pédales et tourner le volant avec prudence pour ne pas foncer dans le mur... On part direction Kakadu via la Arnhem Highway et on s'arrête en chemin faire le plein de provisions et d'eau potable. La route est longue, on arrive à 13h à Aurora Kakadu Resort où nous nous arrêtons pour prendre de l'essence, acheter nos pass pour le parc (40$ par personne), et manger des wraps thon/maïs (après le pain de mie, notre nouveau plat préféré). On repart vers Ubirr où il y a un sentier d'interprétation d'arts rupestres : on voit des serpents, des sortes de loups de Tasmanie, des poissons,... Parfois, plusieurs dessins s'entremêlent car les aborigènes ont l'habitude de faire des dessins les uns sur les autres. C'est difficile de comprendre la signification exacte des peintures car elles représentent une histoire/expérience précise et, sans la personne qui l'a vécue, c'est compliqué de tout déchiffrer. Cependant, les serpents et arc-en-ciel représentent souvent des dieux ou des personnages mythiques dans la culture aborigène. On finit la promenade en nage, qu'est ce qu'on a chaud !! Ca fait bien longtemps qu'on n'a pas eu de telle chaleur, et surtout sans air... Il est déjà 16hr, et on décide de se diriger vers notre camp du soir. Cette fois-ci, c'est moi qui conduit : qu'est ce que la voiture réagit vite, une vraie fusée cette toyota ! Il va falloir se calmer sur l'accélérateur...

Ubirr

On passe à Jabiru sans s'arrêter, avant d'arriver à l'aire de repos de Burdulba où nous décidons d'y passer la nuit. Quand nous arrivons, il n'y a personne et on trouve ça un peu bizarre... On fait le tour et on aperçoit la boîte aux lettres où nous sommes censées déposer 5$ dollars pour pouvoir rester la nuit. Avant de payer, on lit l'écriteau au dessus de la boite aux lettres : il y a des inscriptions disant qu'il ne faut pas rester ici car il y a plein de moustiques et que c'est un enfer... Avec Mathilde on se regarde, ça nous embête de changer de camp car ça va nous faire faire un détour le lendemain, et donc des kilomètres en plus. On décide de rester pour la nuit mais d'"omettre" de payer. Surtout que le camp n'est pas si bien que ça : il n'y a que des toilettes sèches et pas de point d'eau (même non potable). Comme nous sommes encore habituées à l'heure de l'Est, on mange tôt pensant que le soleil va se coucher tôt : à 17h30, on sort le pain de mie et le fromage râpé ! Mais non, ici le soleil se couche plus tard, vers 18hr30-19hr, ce qui nous laisse le temps d'aménager la Toyota pour la nuit : on baisse les couchettes arrières pour faire un "lit" avec le coffre, et on étale nos sacs de couchage pour faire un "matelas". On va se coucher vers 18hr30, mais il fait aussi chaud que dans un sauna, et nous sommes obligées de ressortir de la voiture pour prendre un peu d'air frais. Les moustiques en profitent pour se jeter sur nous et dans la voiture ... On re-rentre et, malgré la chaleur, on essaye de s'endormir...

Burdulba

La nuit a été courte : on se lève à 5hr du matin en sueur ! Notre "lit" n'était pas si confortable que ça, on se dit qu'on va essayer les sièges avant en mode couchette pour la prochaine fois. A peine on sort de la voiture qu'une floppée de moustiques nous attaquent !! Et bim, 10 boutons sur les mains, ça gratouille un peu !! On se dirige vers Nourlangie (Burrungkuy) où nous avons repéré plusieurs sentiers. Comme nous n'avons pas de 4x4, une partie du parc ne nous est pas accessible (notamment les Jim Jim Falls), mais comme le parc est grand et touristique, il y a encore quelques options pour se balader. En chemin, on se dit que cette voiture est quand même super agréable à conduire, qu'elle tient bien la route même sur les "unsealed road" (route non goudronnée), et que même en montée on peut rouler à 80Km/hr... Mathilde trouve direct son surnom : Xena la Guérrière !! Ca lui va à merveille ! On arrive donc avec Xena à notre première balade de la journée, Angbangbang Gallery ! C'est encore un sentier avec de l'art rupestre mais, avec le lever du soleil, ça a un certain charme ! Le sentier donne sur un magnifique point de vue sur la vallée : il y a de la forêt à perte de vue, on se sent minuscules face à cette immensité !!

Angbangbang gallery

On redescend récupérer Xena, et repartir vers notre deuxième balade prévue de la journée, Angbangbang Billabong. On ne le savait pas mais un "billabong" est typiquement australien et désigne une "étendue d'eau constituée d'un méandre mort qui se forme généralement quand le cours d'une rivière change" (merci Wikipédia). Notre seconde balade fait donc le tour d'un billabong ! Comme il est encore tôt (8hr), on croise plein d'animaux qui viennent s'abreuver : des espèces d'oiseaux différentes, des cochons sauvages, et des kangourous. Les kangourous semblent les seuls à nous apercevoir, ils sautent partout à toute vitesse ! On espère voir des crocodiles, mais ils doivent encore dormir car on n'en voit aucun. On se rappelle une histoire que des françaises nous avaient racontée : deux touristes françaises étaient tellement déséspérées de ne pas voir de crocodiles sauvages qu'elles avaient jeté du bacon dans l'eau pour essayer d'en attirer ... Même sans les crocodiles, le spectacle que nous offrent les animaux ce matin est magnifique !

Angbangbang Billabong

On décide de se faire une dernière promenade avant d'aller manger à Yellow Water (Ngurrungurrudjba). Sur la route pour y aller, on ne croise personne, on se dit que tout le monde nous fuit... Arrivées là-bas, il y a un peu plus de monde et on commence la balade qui est censée longer une sorte de marais. Après juste quelques mètres, on tombe sur un panneau indiquant que le sentier est fermé cette saison... Dommage, le peu que l'on ait fait nous a bien donné envie pourtant !! A la place, on va au Warradjan Aboriginal Cultural Centre pour en apprendre un peu plus sur la culture aborigène. Bien que ce soit passionant, il y a tellement de dieux, de personnages mythiques et de superstitions que c'est difficile de tout assimiler.

Yellow Water

On décide d'aller manger à Jim Jim Billabong, le long de la Jim Jim Creek. Quand on y arrive, un couple australien nous fait de grands signes, on accourt et on aperçoit deux crocodiles sur l'autre rive !! On les aura finalement vu ces crocos (et sans l'aide de bacon !) ! Il y en a un plus gros que l'autre, ils plongent et remontent à la surface de l'eau régulièrement. Les rangers arrivent peu après pour noter l'apparition des crocodiles et les surveiller. Apparement les crocodiles etaient déjà là la veille, ils seraient même venus sur la berge où il y a le camping !! C'est dangereux, on préfère les voir de loin nous. On mange nos wraps thon/mais/fromage et orange en dessert, avant de redescendre vers Mardugal pour deux petites marches tranquilles dans la forêt. Ce parc est très étrange : c'est une alternance de paysages très secs et de zones humides. On s'arrête une dernière fois à Bukbukluk pour un dernier point de vue avant de quitter le parc.

Crocos !

Comme nous quittons le parc finalement assez tôt (la promenade de Yellow Water qui était fermée nous a fait gagner du temps...), on décide de prendre de l'avance sur le lendemain et de rouler un maximum jusqu'à Litchfield National Park. Je conduis, et je m'habitue de plus en plus à cette voiture : elle est finalement très agréable à conduire !! Sur la route, on croise plein de "road train" (des camions avec 3-4 wagons), pas facile à doubler !! On ne trouve pas de free camp pour rester dormir et on décide de continuer jusqu'à Litchfield NP que nous atteignons vers 18hr. On fait un premier stop au Termite Mounds où l'on observe plein de termitières ! C'est donc ça ce que l'on croisait sur la route. On voit un énorme nid qui date de plusieurs années et qui fait plusieurs mètres, c'est grooos !! On continue notre chemin et on s'arrête au Buley Rockhole pour dormir. Il y est censé avoir un camping mais on ne le trouve pas (il est en fait fermé définitivement, mais ce n'est pas marqué sur le plan que nous a donné le centre d'information), on dort donc sur le parking qui est quand même bien équipé : il y a des tables de pique-nique, un point d'eau et des toilettes sèches ! Le grand luxe ! On mange rapidement notre pain de mie/fromage car les moustiques sont encore de sortie, avant d'aller se coucher. Ce soir, on teste donc les sièges avant rabaissés au maximum pour faire une "couchette". Il fait un peu moins chaud qu'hier, mais quelques heures après s'être couchées, on ouvre un peu les portières pour aérer malgré les moustiques ...

Bonne nuit !
3
août

On se réveille à 5h30, les sièges avant c'est mieux que le coffre, mais ce n'est pas encore ça ! Pour le petit-déjeuner, nous nous sommes fait plaisir en nous achetant un cake au citron (aah merci Delini de nous l'avoir fait découvrir !!) ! Il y en avait en promo à Coles à 85 centimes, on n'a pas résisté à la tentation... On se dépêche de se préparer car il y a encore plein de moustiques : à 6h10, nous sommes prêtes à partir mais nous attendons 6h30 que le soleil se lève. On commence par la marche qui mène de Buley Rockhole aux Florence Falls, elle longe la rivière et les chutes d'eau. Le soleil se lève peu à peu et quand nous arrivons aux Florence Falls, il fait totalement jour. Les chutes sont énormes !! Nous sommes à la saison sèche, il n'y a donc qu'une grosse chute d'eau mais, à la saison humide, les montagnes sont censées dégouliner de partout. Encore une fois, nous sommes seules, les gens nous fuient vraiment, ou ils sont vraiment trop feignants pour admirer le spectacle au lever du jour !

Florence Falls

On se rend ensuite aux Tolmer Falls, les chutes sont encore plus impressionantes que les Florence Falls, et même que les Wallaman Falls qui sont censées être les plus grandes chutes d'Australie..! Nous empruntons une passerelle surplombant l'ensemble de la vallée et les chutes et, encore une fois, on se sent toutes minuscules ! Dans le creux de la vallée on aperçoit la forêt tropicale et plus on monte en altitude, plus la forêt devient tempérée avec la présence de connifères et notamment de cyprès ! Nous nous baladons dans cette forêt, il ne fait pas encore très chaud et c'est bien agréable.

Tolmer Falls

On se dirige ensuite vers les Tjaetaba Falls mais malheureusement, nous ne les trouvons pas ... Comme notre location n'inclut pas les kilomètres illimités, ça nous embête de faire demi-tour et on décide de ne pas y aller. A la place, on se rend aux Wangi Falls (prononcé "wongaïïï" falls") qui sont LES chutes à faire dans le parc, ce sont surtout celles où l'on peut se baigner. En effet, aux pieds des chutes s'étend un énorme bassin qu'on imagine bien remplit de monde l'après-midi. Il n'est que 11hr, c'est un peu tôt pour se baigner et on préfère faire la promenade qui monte en haut des chutes. Le sentier traverse la forêt tropicale avant d'arriver sur une zone beaucoup plus rocailleuse. Arrivées en haut, on a encore une très belle vue sur l'ensemble de la vallée. On redescend et comme il est encore tôt et qu'il semble possible de se baigner un peu plus loin, on décide d'avancer dans le parc.

Wangi Falls

Le prochain arrêt est donc "Cascade" ! Dit comme ça, ça donne envie mais une partie du site est fermé ce qui limite les cris d'émerveillement. En effet, la partie basse de la promenade n'est pas accessible, on ne voit donc pas l'ensemble de la "cascade". On grimpe quand même au dessus de la cascade mais, arrivées en haut, le point de vue n'est pas si impressionant. On se rend après à notre avant-dernier stop, Walker Creek, et là encore nous sommes un peu déçues : sur le plan, il y a marqué que l'on peut se baigner mais les bassins sont minuscules et ne donnent pas très envies... On s'arrête quand même pour manger notre pain de mie/thon en réfléchissant à la suite du parcours : soit nous continuons tout droit et nous quittons le parc sans nous être baignées, soit nous faisons demi-tour pour nous baigner aux Wangi Falls. Dans tous les cas, il nous reste un dernier stop avant de devoir choisir, Bamboo Creek-Tin Mine ! Eh oui, avant de devenir un parc naturel protégé, le site était avant tout une mine où on extractait de l'étain ! Il reste encore quelques traces de cette époque, on se dit que ça ne devait vraiment pas être facile de travailler dans une mine par cette chaleur et cette humidité. Les trois fondateurs de la mine sont d'ailleurs tous morts d'un cancer...

Bamboo Creek-Tin Mine 

Comme nous avons chauds et que nous nous sentons très sales (nous ne nous sommes pas lavées depuis trois jours), on décide finalement de faire demi-tour et d'aller se baigner dans les Wangi Falls !! L'eau est fraiche, mais une fois dedans, ça va mieux !! Le bassin est bondé par rapport à ce matin, mais qu'est ce que c'est agréable !! Je nage jusqu'aux chutes et je fais des petits ronds dans l'eau avant de resortir. On se sent tout de suite plus propres (même si ce n'est qu'une impression). On repart ensuite vers Darwin via une "unsealed road" (route non goudronnée) qui nous fait économiser quelques kilomètres par rapport à la route principale. Même si la route est bien cabossée, Xena avance sans problème ! Encore une fois, on aimerait bien ne pas avoir à payer pour cette nuit en trouvant un free camp sur la route. Pas de chanche nous n'en trouvons aucun, en revanche, en passant devant le Woolworth de Coolalinga, un Domino's Pizza nous attire l'oeil ! C'est un signe, nous voulions justement nous faire une pizza pour fêter nos deux mois en Australie ! Même si nous sommes en avance de deux jours sur notre date aniversaire (le 5 normalement), on s'arrête et on décide de manger au Domino's et de dormir sur le parking du Woolworths. Nous ne sommes pas sures que ce soit autorisé, mais si quelqu'un nous fait une remarque, on bougera. On fait le tour du Woolworths avant de se diriger vers Domino's : je choisis la pizza végétarienne épicée et Mahtilde celle au peperroni. On attend 20 minutes que les pizzas soient prêtes, à peine servies, on les engloutit en 10 min (on a eu le temps de les prendre une photo cette fois-ci !). On rentre et, avant d'aller se coucher, on regarde "Une famille très moderne" avec Jennifer Anniston. C'est une comédie américaine qui se regarde très bien quand on est fatiguées comme nous ! Pour cette dernière nuit dans la voiture, on retente les sièges avant en mode couchette, la nuit s'annonce très longue...

4
août

A 3hr du matin, j'abandonne d'essayer de dormir, Mathilde est elle aussi réveillée. Comme il est tôt, j'en profite pour avancer sur mon blog avant de ranger mon sac. Vers 5h30, on décolle direction le laveur de voiture pour faire une petite beauté à Xena car on la rend ce matin. On passe aussi un petit coup d'aspi car il y a de la terre rouge partout... On arrive à Darwin vers 7hr et comme l'agence de location n'ouvre qu'à 8hr et qu'on a un peu la tête dans le gaz, on attend tranquillement sur un parking. A 8hr on rend les clefs, et là, surprise en découvrant le montant de la facture finale : 480 $ !!! Contre 170$ annoncés au départ !! Même avec les kilomètres supplémentaires, le prix nous parait beaucoup trop élevé ! Il y a plusieurs charges qui sont apparues en plus du montant de départ, on demande donc des explications au vendeur. Il nous dit que c'est totalement normal, qu'ici même si tu ne te rends pas à l'aéroport tu dois payer une taxe aéroport, que tu dois aussi payer la registration du véhicule (6,5$ par jour), etc etc... Bref, il nous baragouine, comme il y a du monde derrière et que nous sommes fatiguées on laisse tomber et on s'en va. Sur le chemin vers l'auberge, on se dit que le montant n'est vraiment pas normal même avec les charges et les kilomètres en plus. Après avoir déposé nos bagages, on décide de retourner chez le loueur car on ne comprend vraiment pas. On retombe sur le même vendeur qui nous explique qu'en plus des charges supplémentaires, nous payons le fait que nous rendons la voiture en avance (on devait la rendre à 16hr, on l'a rendue à 8hr) !! Mais depuis quand tu payes quand tu rends une voiture de location en avance ??? On lui dit que c'est de l'arnaque, qu'il aurait pu nous le dire ce matin avant de nous faire payer la facture, mais il fait sa tête de con et ne veut rien savoir (surtout que s'énerver en anglais, c'est pas le plus facile non plus)... On repart super énervées !! Mais il faut bien continuer à planifier notre road-trip et notamment les 5 prochains jours entre Darwin et Brome, on se dirige donc vers la bibliothèque en essayant de calmer nos nerfs. En chemin, je me dis que j'irai bien courir pour me détendre mais il fait beaucoup trop chaud pour ce type d'activité... A la place, je passe mes nerfs sur Mathilde une fois arrivées à la librairie : on s'engueule pour une broutille, mais une fois que c'est passé, on se sent beaucoup plus détendues ! On finit de planifier notre itinéraire pour les jours suivants au calme et avec efficacité. On rentre ensuite manger notre traditionnel pain de mie/thon/orange avant de retourner à la bibliothèque et d'avancer sur notre blog. On part à la fermeture et en sortant, on se retrouve entourées de food-truck : c'est l'heure du marché et plein de camions ambulants se sont installés. Ils ont même le droit se sortir des chaises et des tables dans la rue, ce sont de véritables petits restaurants à ciel ouvert ! Ca fait du bien de prendre l'air et de se balader dans ce petit marché, on se détend un peu plus !

Darwin

On rentre à l'auberge et, comme dans toutes les auberges que nous avons fait jusqu'à présent, la carte électronique de Mathilde pour rentrer dans la chambre ne fonctionne pas, elle doit donc aller la changer... Elle n'a pas de chance, elle tombe toujours sur la mauvaise ! On prend une douche pour se relaxer avant de manger des pates/thon/orange, et au dodo car on est bien crevées !!

5
août

Hier soir, on était tellement fatiguées qu'on s'est chacune endormies sur nos portables... Je me réveille quand même à 5hr, vieille habitude ! On se prépare, on fait le check-out à l'auberge, puis on va prendre le bus pour se rendre chez Apollo où avons trouvé une relocation pour faire Darwin-Broome (1 871 km) en 5 jours ! C'est la première fois que l'on prend un bus public et on constate que comme partout en Australie, tout est très mal indiqué. Il n'y a pas de plan de ligne dans le bus et les arrêts ne sont pas tous marqués... Bref, heureusement que Mathilde suit sur son GPS où nous en sommes sinon nous nous serions surement encore paumées ! On arrive finalement en avance chez le loueur, et heureuse surprise, le vendeur est français ! Super on va pouvoir l'assommer de questions, on ne veut pas se faire avoir comme avec la précédente location ! Il commence à chercher notre réservation dans sa base de données et là, mauvaise surprise, notre réservation a été annulée !?! Avec Mathilde on ne comprend pas car nous n'avons jamais annulé quoi que soit, on sent les emmerdes qui commencent... Clément, le vendeur, nous explique finalement que la réservation a été annulée par Apollo, le loueur, mais que Transfercar, le site par lequel nous avons fait la réservation, ne nous a pas tenu au courant de l'annulation... Super, avoir des emmerdes deux jours de suite, ça fait beaucoup (on discute d'ailleurs de ce qui nous est arrivé la veille avec Clément et il nous confirme bien que l'on s'est fait arnaquer)... On presse Clément pour qu'il nous trouve une solution au même prix en lui disant que nous devons impérativement être à Broome le 9 août. Il pianote sur son ordi, passe deux-trois coups de fil et nous trouve une relocation pour le même prix et pour les même dates ! Hallelujah, on a même droit à 250$ d'essence offerts !! Il nous présente notre "maison" pour les 5 prochains jours : c'est un 4x4 avec une maison par dessus ! Le toit se rabat et il y a tout ce qu'il faut pour faire à manger : deux plaques de cuisson, un frigo, et un évier. C'est comme un camping-car, mais en version minuscule. Au bout d'une heure et demie passée chez le loueur, on décolle enfin !! Je commence à conduire et les premiers instants ne sont pas faciles : c'est une manuelle et mon pieds gauche est devenu faignant à force de conduire des automatiques, il ne sait plus quand il faut appuyer sur la pédale d'embrayage ! La conduite va être compliquée surtout que les freins semblent, comment dire, quasiment inexistants...

Avant de partir définitivement de Darwin, on s'arrête au centre commercial de Coolalinga faire le plein de courses et notamment des fruits et légumes ! On se fait plaisir : 3kg d'orange, des pommes, des kiwis, des tomates, des champignons, un poivron... On se dit qu'au pire, il en restera pour quand on sera à Broome. Il est 13hr quand nous finissons notre shopping et on décide de zapper les Edith Falls en se rendant directement à Katherine. On y arrive vers 16h30, il n'y a pas un chat dans les rues alors qu'on est un samedi à 16h30. On complète nos emplettes en achetant des bidons d'eau et on repart vite vers notre aire du soir, Limestone Creek. On y arrive à la tombée de la nuit et un australien nous saute dessus, il semble impressionné par notre campervan (et aussi que deux filles puissent s'en sortir dedans) ! Comme il fait l'itinéraire inverse que nous, il nous donne des conseils sur les choses à faire entre Broome et Darwin. Il nous montre aussi ses photos de vacances et notamment des énormes crocodiles, il en a l'air très fier ! Au cours de le discussion, on apprend aussi que les fruits et les légumes sont jetés à la frontière avec le Western Australia. Pour des questions environnementales, le Western Australia ne veut pas que des fruits, légumes, miel, produit animal en provenance d'autres régions n'entrent sur son territoire... Suuuuuupeeerrr, on a un jour et demi pour manger toutes nos provisions !! Ce soir c'est tomate, champignon, kiwi et orange... On fait le plein de vitamines !! Avant d'aller se coucher, il faut installer le lit sous le toit clic-clac : on défait les attaches à l'extérieur et on pousse le toit en hauteur, tout de suite on a plus de place ! On aménage des planches en bois et des matelas pour faire un lit, c'est parti pour notre première nuit dans le campervan !

Notre campervan

Aujourd'hui, c'est aussi l'anniversaire de nos deux mois en Australie !! Certes, on l'a déjà fêté deux jours en avance chez Domino's Pizza, mais c'est aujourd'hui le jour J, le moment parfait pour faire un petit bilan !

Depuis 60 jours passés en Australie, on apprend de mieux en mieux à connaître les "australiens" à travers nos rencontres sur la route et dans les Helpx. Ce qui est sûr, c'est qu'ils sont très ouverts et accueillants : ils te disent bonjour ("good day") tout le temps, sont toujours enclin à répondre à tes questions, et engagent la discussion facilement. Sur les aires de repos, tout le monde salut son voisin sinon c'est malpoli (on repère direct les étrangers qui n'ont pas l'habitude) ! C'est sympa d'échanger avec eux dans ces moment-là, et d'avoir leur point de vue sur ce qu'il y a à faire et à voir en Australie, bien que des fois ils soient un peu durs à comprendre... Mais ça nous fait pratiquer notre anglais et, même si je suis encore loin d'être bilingue, j'ai gagné quelques mots de vocabulaire et je suis moins stressée à l'idée de parler anglais que quand je suis arrivée. Les Helpx aident beaucoup aussi pour améliorer notre anglais et comprendre le rythme de vie australien : les trois que l'on a fait jusqu'à présent ont tous été différents mais sont tous inoubliables ! Ces expériences Helpx sont vraiment enrichissantes et complètent bien notre découverte de l'Australie en mode road-trip où l'on n'a pas toujours le temps de parler avec les gens. De nos Helpx, ce qui me marque le plus est leur côté "bisournours" : ils sont toujours souriants/gentils et jamais stressés, on dirait qu'ils n'ont jamais de problèmes ! Nous qui sommes en road-trip, on semble parfois plus stressées qu'eux ! Les habitudes culinaires australiennes sont aussi bien différentes des nôtres : ils sont plus à la mode anglo-saxonne. Le pain de mie n'est pas uniquement le repas préféré de backpackeuses radines, mais aussi celui de nombreux australiens. Pas la peine de préciser qu'on s'y est très bien habituées ;) Je ne regrette vraiment pas d'avoir fait le choix de faire du Helpx à la place de travailler (du moins pour les 6 premiers mois), et j'ai vraiment hâte d'en refaire d'autres.

Ces semaines passées sur les routes de la côte Est, du Red Center et du Northern Territtory me conforte aussi sur ma première impression : j'ai encore un peu de mal avec les villes australiennes ! Elles semblent figées dans le temps, pas très vivantes et les infrastructures en générales (routes, transports en commun, téléphonie) semblent dater du dernier millénaire. Exemple typique des routes : pendant tout un temps tu vas rouler sur une belle route goudronnée, et sans prévenir, tu te retrouves sur une "unsealed road" toute cabossée ! Ils n'ont pas eu assez de goudrons pour finir la route ?? Et ils ne pouvaient pas prévenir en avance ?? L'Australie est encore un pays très rural mais c'est ce qui fait aussi tout son charme ! Car oui, ce qui fait toute la beauté de l'Australie ce n'est pas ses villes, mais l'outback sauvage et immense !! Cette immensité, je m'en suis vraiment rendue compte lorsqu'on a du parcourir plusieurs centaines de kilomètres sans croiser personne entre Alice Springs et Uluru. Notre petit tour à Kakadu National Park et Litchfield National Park m'a aussi fait réaliser à quel point ce pays est sauvage et parfois assez rude : les feux de forêts sont courants, le risque inondation présent à la saison humide, les crocodiles pas toujours très gentils...

Pour le coup, je ne regrette pas notre choix d'itinéraire et notre rythme qui nous permet de voir un maximum du pays ! Bien que je ne sois pas fan de la conduite, conduire des heures sur des routes désertes à côté des road-train au lever et au coucher du soleil est une expérience inoubliable! Bon, il faut s'habituer à la vie en itinérance mais, pour nous, ça se passe plutôt bien ! Le premier mois, ce qui me "manquait" le plus était mes repas végétariens, maintenant c'est le manque de vêtement/propreté/coquetterie. J'ai égaré un tee-shirt à Brisbane, il m'en reste maintenant plus que cinq pour les derniers mois et, des fois, qu'est ce que j'aimerais pouvoir en changer !! Quand on est sur la route, ce n'est pas trop grave, mais quand on arrive dans une ville et que tu vois tout le monde bien habillé et que toi tu n'as pas changé de tee-shirt depuis trois jours, que tu pues et que tu as les cheveux gras, c'est un peu frustrant. Mais bon, ça fait parti de l'aventure aussi, on se fera belle en rentrant en France (ou pas :p) ! Ce qui fait aussi parti de l'aventure, c'est les bêbêtes (araignées, cafards, souris, petits insectes en tout genre), et je tiens à souligner que je cris de moins en moins face aux araignées. Bon faut pas me demander d'en écraser une, mais si elle reste à sa place, ça ne me dérange pas. Que de progrès ! ; )

6
août

Les nuits dans le campervan ne seront pas des meilleures... Comme les contours du toit ouvrant sont en toile plastique, ce n'est pas très bien isolé et j'ai eu froid la moitié de la nuit... On est assez serrées aussi : moi qui bouge tout le temps, c'est difficile de s'étendre ! Pour ranger ce fameux toit ouvrant, ce n'est pas une mince affaire non plus : je dois monter sur le toit pour qu'on réussisse à mettre les attaches... Tout ça nous demande des forces, on mange plein de fruits pour le petit déjeuner ! A 6h30 nous sommes prêtes à partir, et je crois que l'on a réussi à réveiller tous nos voisins en rangeant notre toit ouvrant... En tout cas, l'australien rencontré la veille est réveillé, il nous zieute du coin de sa caravane quand on part !

Sur la route

Pour se rendre à Broome, plusieurs itinéraires s'offrent à nous : la Gibb River Road, une route 4x4 qui traverse les Kimberley (un territoire reculé mais qui semble magnifique), ou la Savannah Way, l'autoroute qui longe les Kimberley et qui passe le long de plusieurs parcs nationaux (Purnululu National Park/Bungle Bungle National Park, Gregory National Park). Bien que notre campervan soit un 4x4, nous n'avons pas l'autorisation du loueur pour emprunter la Gibb River Road, on choisit donc par défaut la Savannah Way. Cette autoroute est immense puisque qu'elle traverse d'Est en Ouest le nord de l'Australie, en reliant Cairns à Broome. Nous, on en fait qu'une petite partie, de Katherine à Broome. On se lance sur la route et c'est Mathilde qui commence à conduire, on croise je ne sais combien de kangourous morts le long de la route ... Un moment, on en aperçoit quatre bien vivants sur le bas côté, et ces c*** choisissent le moment où l'on arrive pour traverser ! Mathilde pile (enfin, comme les freins ne fonctionnent pas bien, elle fait ce qu'elle peut en appuyant comme une forcenée sur la pédale) et on les évite de justesse ! Ouf, ce n'est vraiment pas passé loin ! Les kangourous c'est mignon, mais leur instinct de survie leur font un peu défaut ... Mathilde roule plus prudemment jusqu'à arriver à Victoria River Roadhouse. J'avais lu qu'un sentier partait de cet endroit pour voir le Gregory National Park, mais le départ est en fait un peu plus loin. On s'arrête quand même 10 min pour manger un fruit car on voit un panneau qui confirme ce que me disait l'australien hier : aucun fruit et légume ne passe la frontière du Western Australia ... On reprend la route sur quelques mètres et on arrive au départ de l'Escarpment Walk dans le Gregory National Park. Sur le parking, on rencontre une famille australienne et le père nous demande comment ça se passe dans le campervan et comment on se débrouille pour dormir dedans... Qu'est ce qu'ils ont tous avec notre campervan ?? Ils ont tous l'air étonné que deux filles puissent s'en sortir dedans !! Il est 9hr quand on commence à grimper et il fait déjà bien chaud ! En haut, la vue sur la Victoria River et sa vallée est super belle ! Au loin, on voit la route que l'on va devoir suivre encore sur plusieurs centaines de kilomètres ...

Gregory National Park

Justement, on redescend et on repart vers Timber Creek pour prendre de l'essence. Je m'endors direct dans la voiture, je n'ai pas encore récupéré les heures de sommeil perdues lors de notre escapade à Kakadu et Litchfield National Park... A la station essence, on mange une orange pour se donner des forces et je reprends le volant pour m'arrêter une heure après à notre aire du soir ! On pensait y arriver beaucoup plus tard mais décidément, on a encore un peu de mal à se rendre compte des distances. Aujourd'hui, on aura quand même rouler dans les 350 km... Heureusement que Mathilde a pensé à prendre son I-Pod, les grands noms de la chanson française vont nous accompagner et nous tenir éveiller pendant tout ce road-trip ! Notre camp du soir est en fait une aire de repos sur l'autoroute, avec quand même de l'eau et des toilettes sèches. C'est très désertique, il fait super chaud et, bien qu'il y ait du monde autour, on se croirait seules au monde, perdues au milieu de nul part... Là aussi, l'immensité et le côté sauvage de l'Australie se fait bien ressentir ! C'est l'heure du déjeuner et on sort la gazinière située à l'extérieur du campervan pour se préparer des champignons et des pâtes, mais il y a trop de vent et le gaz s'éteint toutes les deux minutes (et une plaque ne fonctionne pas, on ne sait pas pourquoi...) !! Mathilde trouve la solution : elle sort son paréo pour faire coupe-vent et ça marche !! Au total, on a quand même mis 3/4 d'heure pour faire cuire des pâtes et des champignons... On consacre notre après-midi à faire une lessive (on a un fil et des pinces à linge dans le campervan!!), avancer sur nos blogs respectifs et se reposer un peu. Une australienne vient me proposer ses carottes car elle va bientôt passer la frontière avec le Western Australia, comme j'aurais aimé lui dire oui !! A 18hr, on commence déjà à faire cuire le riz et le poivron car on a un peur que ça mette trois plombes à cuire avec le vent... Mais non , ça cuit tout seul ! Comme on finit de manger tôt, on se regarde un petit film au fond de notre lit : Lion ! Un peu long au début, mais c'est une belle histoire ! Dodo à 21h30.

Ca ne veut pas cuire !!

Pour le deuxième jour, on garde le rythme en se levant à 5h30, on est tellement rapides qu'on est obligées d'attendre pour partir car il fait encore nuit (on n'a pas envie de croiser des kangourous). On a prévu d'aller directement au Lac Argyle, le plus grand lac artificiel de l'Australie, mais nous avons mal regardé la carte car nous pensions que la frontière avec le Western Australia était après, mais non, elle se trouve avant le lac ! On s'arrête sur un parking juste avant pour manger une pomme et une orange, et cacher 13 oranges dans nos sacs et dans la couette... Parce que quand même, ça fait chier de devoir jeter toutes nos réserves ! On en sacrifie quand même (3 oranges et une tomate) en les laissant en évidence pour faire bonne figure. Au final, la douanière n'a quasiment pas fouillé le van et on a sauvé nos 13 oranges !! On change de région mais aussi d'horaire puisqu'on recule d'une heure et demie (on a donc plus que 6hr de décalage avec la France) : il n'est plus 7h40 mais 6h10 ! On arrive donc au Lac Argyle assez tôt, et c'est top parce qu'il n'y a personne ! On grimpe un peu pour avoir un super point de vue sur le lac, le barrage et l'Ord River ! Aucune balade n'est proposée, c'est dommage, on repart donc assez vite car nous avons de la route.

Lake Argyle

On passe à Kununurra sans s'arrêter et on continue vers le sud. On passe à côté du Bungle Bungle National Park, les paysages sont majestueux : des roches rouges recouverts d'un léger duvet vert ! Malheureusement, nous ne nous y arrêtons pas car nous n'avons pas les kilomètres illimités et que nous n'avons pas beaucoup de temps non plus pour se rendre à Broome. C'est ça les inconvénients de la relocation, nous ne sommes pas libres de faire ce que l'on veut ! Enfin, on ne peut pas tout avoir, mais on se dit qu'avec Captain Kirk on a été bien chanceuses d'avoir kilomètres illimités et 19 jours disponibles pour faire Cairns-Brisbane. On s'arrête à Halls Creek et encore une fois, ça fait très décor de Western ! Après avoir pris de l'essence (on a deux réservoirs de 70 litres, on peut tenir plusieurs centaines de kilomètres avec ça), on reprend la route qui longe les Kimberley. On traverse des prairies avec des rivières asséchées, et on croise des troupeaux de vaches et de chevaux ! Au loin, on aperçoit aussi plusieurs bushfire (feux)... On s'arrête pour manger vers 11h30 car, avec le décalage horaire, on a faim ! Ce midi, ce sera wrap oeuf/thon et orange. On repart et on continue à s'émerveiller devant la végétation qui contraste avec la terre rouge !

On s'arrête à Ngumban Cliff pour dormir (on aura rouler plus de 650km aujourd'hui), où l'on assiste à un magnifique coucher de soleil ! Je serais bien restée des heures à regarder les étoiles... Je vais m'acheter un swag pour dormir à la belle étoile si ça continue !! Le soir, on se regarde un petit film pas prise de tête : Amis publics avec Kev Adams ! Et ben, c'était bien nul mais bien drôle ! Pour ceux qui l'ont déjà vu : "le mec, il est taxi quoi !!"

Ngumban Cliff

Ce matin, on s'accorde une petite demi-heure de dodo en plus car, avec le changement d'horaire, le soleil se lève et se couche plus tard. On part donc à 6h30 direction Derby, en passant par Fitzcroy Crossing. Cette fois-ci, c'est moi qui conduit et la route est juste monstrueusement monotone et me semble interminable... Même Roch Voisine a du mal à me tenir éveiller... Contrairement à hier où nous sommes passées à côté des mémorables formations rocheuses des Bungle Bungle, là nous sommes sur le plateau Leopold Ranges et le paysage est tout plat... Il y a quand même les termitières rouges qui sortent de terre par-ci par-là, le grand jeu est de deviner à quoi elles ressemblent ! On arrive enfin à Derby et, encore une fois, la ville est très surprenante ! Ici, ce ne sont pas les platanes qui sont plantés le long des trottoirs mais des baobabs, il y en a partout ! La ville en elle-même est très longiligne, il y a de la terre rouge, pas beaucoup de commerces, plein de 4x4 et pas beaucoup de monde dans les rues. On va au centre d'information pour voir ce qu'il y a faire et il nous indique que la jetée est incontournable ! On s'y rend, la jetée est en fait un long chemin tout défoncé avec des mauvaises herbes, elle traverse une grande plaine toute asséchée mais qu'on imagine humide à la bonne période... La jetée mène au port, où un bus de touristes s'est arrêté pour manger. On se dit que ce n'est pas le meilleur endroit pour prendre le déjeuner, ça sent très fort le poisson pourri ! On repart par là d'où l'on vient pour rejoindre notre campervan, sous un soleil de plomb... Cette ville est vraiment étrange, la terre rouge et le côté "chaotique" me laisse un peu l'impression d'être sur Mars...

Derby

On reprend le campervan (cette fois-ci, c'est Mathilde qui conduit !) pour aller voir le Baobab Prison Tree, où pas loin de là, des aborigènes belliqueux étaient emprisonnés. Le baobab en lui même est sacrément impressionnant, on dirait une grosse bonne femme ! Après avoir mangé nos wraps, on repart vers notre camp du soir, Nillbbubica Rest Area. Toute cette route (500 km) nous a bien fatiguée, on va se coucher rapidement !

Baobab Prison Tree

Dernier jour de ce road-trip routier entre Darwin et Broome, au final, on a conduit près de 2 100 km en 5 jours ! Ce matin, on va remettre de l'essence, ranger et nettoyer le campervan, c'est maintenant devenu un rituel avant de rendre un véhicule ! A la station essence, un australien qui roule des mécaniques en mettant de l'essence reste coincé en dehors de sa voiture car il a oublié ses clefs à l'intérieur ! Il essaye d'ouvrir sa portière avec un pied de biche mais semble avoir quelques difficultés... Avec Mathilde, on se fout bien de sa gueule (en espérant que ça ne nous arrive pas un jour ^^). On arrive enfin à Broome et on galère un peu pour arriver chez le loueur... C'est finalement un australien qui nous propose qu'on le suive avec notre campervan jusque chez Apollo, merci merci !! On rend les clefs et tout est nickel, il nous redonne la caution (enfin il faut attendre 21 jours le temps qu'il l'a renvoi sur notre compte bancaire) et on repart tranquillement vers le Kimberley Klub YHA (dit "KK" ou "Kaï-kaï"), où nous avions laissé nos sacs avant de rendre la relocation. L'auberge est super sympa : des hamacs, une piscine qui donne envie, des canapés, des douches propres... On est censé y rester 3 jours, le temps de trouver une relocation pour aller à Perth. On regarde transfercar et imoova (deux sites de relocations en Australie), mais pour l'instant, on ne voit aucune annonce aux bonnes dates, ça s'annonce compliqué... Pour ce midi, on a repéré le toaster dans la cuisine, on se jette dessus pour se faire des petits toasts au fromage accompagnés d'un oeuf ! Après ce festin, une douche s'impose ! Décidément, les road-trips ne me réussissent pas, j'ai les cheveux tout secs et plein de gros boutons... Les australiens pourraient un peu penser à notre hygiène, et faire des douches sur les aires de stationnement quand même !! ;) L'après-midi, on va se promener dans Broome, le centre-ville qui est aussi le "chinatown", est assez mignon. Ca fait très station balnéaire et il y a des hôtels de luxe et des marchands de perle partout !

Broome

On va ensuite à Townbeach, la plage du centre-ville, et on constate qu'il y a un marché et que tout le monde est attroupé devant la baie... On ne sait pas vraiment ce qu'il se passe, et on décide d'attendre voir, après tout il n'est que 17hr et nous n'avons pas à trouver de camp pour la nuit cette-fois... On attend, on attend, mais rien ne se passe et il commence à faire de plus en plus froid ! On fait quelques tours en plus du marché, et on comprend que ce soir c'est la pleine lune et que son reflet sur la baie donne un effet d'optique appelé "staircase to the moon" (escalier vers la lune). Il est maintenant 18h30, il fait nuit, et on ne voit toujours pas de lune... On va regarder sur internet, et on apprend que la lune ne se lève qu'à 19h08 (on ne savait qu'il y avait un "lever" et un "coucher" de la lune, pour nous la lune apparaît quand il fait nuit mais non) ! Bien que nous sommes gelées, on décide d'attendre mais à une condition, qu'on aille s'acheter à manger au marché ! On repère des pizzas au feu de bois mais trop chères pour nous (20$ la pizza !), à la place on se prend des crêpes : jambon-fromage pour Mathilde, et haricots rouges-coriandre-œuf-piment pour moi ! On les mange en quatrième vitesse car nous sommes servies au moment où la lune apparaît ! Après avoir pris une photo, on repart rapidement car nous avons vraiment trop froid et que nous sommes aussi bien fatiguées. Sur le chemin du retour, on se dit qu'on a oublié de trouver un nom au campervan, après quelques minutes de réflexion on en trouve un : Vieux tacot ! Bien qu'il nous ait amené à bon port, sa mécanique était un peu rouillée, la gazinière ne marchait pas correctement, tout grinçait, les joints partaient en cacahuète... Enfin, tout comme un vieux tacot quoi !

Staircase to the moon
10
juin

A la place des 3 jours initialement prévus à Broome, nous allons finalement rester 5 nuits supplémentaires car nous avons trouvé une relocation pour aller à Perth à partir du 16 août en 5 jours (Broome-Perth = 2 300 km). C'est parfait, on va mettre à profit ce temps libre pour avancer sur nos blogs et préparer la suite du road-trip ! Enfin ça c'est ce que l'on pense, mais avec la connexion internet plus que limitée de l'auberge, ça s'annonce compliqué... On essaye de trouver d'autres solutions comme la Wi-Fi de la bibliothèque. Ce n'est pas encore très performant, mais ça nous permet au moins d'avancer sur nos recherches, en revanche, on abandonne vite l'idée de publier des articles sur nos blogs (impossible de charger des photos) et de télécharger des films (on en piquera finalement à Melissa). Un autre jour, on essaye la connexion de Mcdo (on achète même des frites pour pouvoir rester), mais elle est tout aussi pourrie... Il y a encore des progrès à faire question connectivité en Australie ... Concernant nos recherches et la planification du prochain road-trip, on avance bien et ce, grâce à l'aide de Melissa, la belge, et de Ryan, l'anglais, tout deux rencontrés à l'auberge. Ils nous font une liste de choses à ne pas manquer jusqu'à Perth, et insistent notamment sur le Karijini National Park qu'il faut absolument faire selon eux ! On l'avait rayé de notre liste car ça nous oblige à faire un gros demi-tour pour y aller, et que nous n'avons pas les kilomètres illimités inclus dans la relocation.... Mais tant pis, on veut profiter au maximum de ce road-trip ! Melissa et Ryan nous donnent plein de conseils mais semblent un peu dubitatifs sur notre capacité à suivre le programme fixé en seulement 5 jours de road-trip ! Mais pour qui ils nous prennent, on va leur montrer le contraire, non mais oh !! On en profite aussi pour faire un point sur notre budget et, sans surprise, nous sommes en avance d'un mois sur notre budget !! Bon il va falloir trouver une solution car à ce rythme là, on va devoir rentrer en France plus tôt que prévu... Pour limiter les frais, on décide de faire au moins un mois de Helpx d'ici la fin de notre aventure commune. On répond donc à des annonces de Helpx vers Perth en espérant pouvoir rester chez eux deux semaines. On a une réponse positive d'une famille à Albany, au sud de Perth. On leur répond oui le jour même, pour finalement leur dit non le lendemain (il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis) car les transports en commun pour se rendre à Albany sont trop chers (plus de 150 dollars aller-retour)... Dans notre esprit, une fois arrivées à Perth, on pensait faire le Sud de la côte en utilisant les transports en commun mais, vu le prix, on s'est vite ravisées ! A la place, on fait le choix de prendre une location de 14 jours qui nous laissera le temps d'aller jusqu'à Esperance à un prix plus raisonnable. Pour qu'on soit encore un peu plus dans le rouge niveau financier, on décide aussi d'acheter des billets d'avion pour faire Perth-Adelaïde le 6 septembre et de faire un Helpx à Adelaïde. En résumé, la suite du voyage après notre départ de Broome le 16 août est : 5 jours de relocation jusqu'au 21 août pour aller à Perth, 14 jours de location du 22 août au 4 septembre pour faire le sud de Perth jusqu'à Esperance, deux jours à Perth avant de prendre l'avion le 6 septembre pour Adélaïde.

Le reste de notre séjour à Broome, on le passe à se reposer (ou glandouiller, ça dépend des points de vue) ! Comparé à notre rythme des derniers jours, c'est un peu dur de ne "rien faire", j'ai l'impression d'être un lion en cage ! Mais cette semaine plus calme est nécessaire pour nous remettre d'aplomb avant notre prochain road-trip. Les matins, par habitude, je me réveille vers 5h30 et je craque en me levant à 7h30. On est plutôt actives en matinée : c'est là où l'on "travaille" sur notre itinéraire et notre blog en mode hors connexion. Deux matinées, on se rend à pieds à la plage de Cable Beach à 5 km de l'auberge. La première fois, on y reste assez longtemps pour que Mathilde prenne un joli coup de soleil sur les jambes ! La plage est magnifique, elle annonce les paysages que l'on va rencontrer sur la côte Ouest ! La deuxième fois, on emporte nos maillots de bain et on décide de se mettre à l'eau même si elle n'est pas chaude du tout ! Mais bon, pouvoir se baigner dans l'Océan Indien, ce n'est pas donné à tout le monde, tant pis si elle est gelée... Heureusement pour moi (Mathilde est un peu déçue), il y a des méduses et on sort rapidement de l'eau !! Je me suis quand même baignée jusqu'aux fesses ^^ On veut aussi aller à Gantheaume Point voir des pas de dinosaures, mais pour espérer en voir, il faut y aller à marée basse vers 6hr du matin ... Deux fois de suite on se dit qu'on y va, pour finalement se décourager, on a encore besoin de se reposer...

Cable beach

Les midis, on profite du toaster de l'auberge pour se faire pleiiiiiiin de toasts au fromage !!! On change des fois pour des pates/riz au pesto vert ou pesto tomate. On teste aussi une conserve petit-pois/maïs, mais ce n'est vraiment pas une réussite...

Pour ce qui est des après-midis, c'est encore des moments détente !! Plusieurs après-midis de suite, on reste dans nos lits à glandouiller sur nos ordis, je trouve aussi un livre en anglais à la bibliothèque de l'auberge (Snow White must die) que j'adore lire dans un hamac ! On rencontre aussi Coline, une amie d'ami de mes Grands-Parents, et la clique de français (principalement des filles) qui habite à l'auberge. Elles travaillent toutes dans des hôtels en tant que serveuses (y'en a même une qui s'est dégottée une place à Macca's alors que normalement, il n'embauche jamais de backpackeurs) jusqu'à la saison humide et des cyclones en septembre. Selon elles, trouver du boulot n'est pas si facile, les heures du boulot sont aléatoires et il ne faut pas forcément faire confiance aux australiens. Pas très rassurant pour la suite de l'aventure...

On mange généralement vers 19hr, accompagnées des autres de l'auberge ! Deux soirs de suite, on sort le jeu de carte. On apprend à jouer au Uno avec un jeu de carte normal, des Néerlandaises nous apprennent à jouer à "Ladder" (Mathilde connaissait déjà), et Ryan nous apprend à jouer au "Shit Head" (en français, ça s'appelle la bataille norvégienne). Ryan nous fait bien rire, il reprend l'expression soi-disant française "ohlala" et n'arrête pas de la répéter !! Avec l'accent anglais, c'est vraiment trop mignon et ça nous rappelle Hamish (un des enfants de Carmen, notre second Helpx) qui n'arrêtait pas de la dire aussi.

On arrive à la fin de la semaine reposées et prêtes pour notre course contre la montre pour arriver à Perth en 5 jours en suivant le programme fixé !

Notre havre de paix 
16
août

Ca y est, c'est le jour du départ !! Objectif : Broome-Perth en 5 jours en passant par Karijini National Park, Cape Range National Park, Pinnacles Desert et Lancelin !! Tout le monde nous dit que notre programme est irréaliste à tenir en 5 jours, ça nous met la pression mais nous, on y croit ! La veille, nous sommes allées faire le plein de provisions pour gagner du temps aujourd'hui. Nous avons aussi fait une grande lessive et nous nous sommes lavées les cheveux,... Bref, on sent le propre et on est prêtes pour ces prochains jours qui promettent d'être intenses !! Aujourd'hui, le plus important est de ne pas perdre de temps en récupérant le véhicule au plus vite. On se rend chez Apollo plus tôt que l'heure prévue car si l'on peut récupérer le véhicule en avance, ça nous arrangerait beaucoup. On tombe sur un vendeur qui, pour une fois, n'a pas l'air trop con (grosse pensée à toi Mr le vendeur de chez Budget) ! En un rien de temps on a le véhicule qui est, en gros, un camping-car pour deux personnes : on peut dormir dedans et il y a tout le nécessaire pour faire à manger (frigo, deux réchauds, micro-onde, théière). Et si par miracle, un jour, on décide de s'arrêter dans un camping avec électricité, on pourra brancher la bouilloire et le grille-pain, et même recharger nos appareils grâce aux deux prises électriques dans le véhicule. On repasse à l'auberge récupérer nos affaires et on part enfin de Broome à 10h15. On a été super efficaces et on est dans les temps pour se rendre à Karijini National Park, le premier arrêt de notre programme !

Mary Poppins

Je commence à rouler, environ 900km nous attendent avant d'arriver à destination. Le van se conduit à merveille (c'est encore une automatique) et il y a vraiment tout le nécessaire dedans... Son nom est vite trouvé : Mary Poppins (pour être aussi efficace et multifonction, ça ne pouvait être qu'une fille ;) On traverse le Great Sandy Desert et avec Mathilde, on est un peu déçues, on s'attendait à un vrai désert (enfin, l'image dont on en a : du sable à perte de vue) ! Mais c'est en fait une grande plaine toute plate avec de la végétation plus ou moins sèche par-ci par-là. Les termitières sont toujours bien présentes, elles semblent même résister au bushfire ! Vers 13hr, on s'arrête pour le lunch et on retrouve notre repas préféré en road-trip, le pain de mie/thon avec une orange en dessert ! A côté de nous, deux filles essayent de faire cuire des patates sur le même réchaud amovible que l'on avait avec Captain Kirk. Avec le vent qu'il y a, on leur souhaite bien du courage !

Great Sandy Desert

On repart et je continue de conduire, je suis en forme aujourd'hui ! Les paysages sont les mêmes jusqu'à Port Hedland, où l'on s'arrête pour prendre de l'essence et changer de conductrice. Nous avons été un peu optimistes sur la capacité du réservoir d'essence, nous étions sur la réserve quand nous sommes arrivées à la station essence ... On sera plus prudentes les prochaines fois ! Port Hedland est une cité industrielle qui s'est développée avec l'industrie minière, elle semble bloquée dans l'ancien temps : il y a des chemins de fer avec des locomotives qui semblent encore fonctionner aux charbons de bois, et des road-trains qui sortent des usines et se lancent à toute vitesse sur les unsealed road ! Il fait déjà nuit, et les phares de ces gros camions nous éclairent. On roule sur une route en travaux sur plusieurs kilomètres avant d'arriver à notre camp, Two Camel Creek, vers 20hr. Comme il fait nuit on ne voit rien autour de nous et on a du mal à trouver les toilettes (je ne les trouverai que le lendemain matin d'ailleurs...). On est toutes les deux mortes de fatigue, on se fait du riz/pesto avant d'aller se coucher rapidement. Première étape de réussit !

17
août

Réveil à 5hr, c'est un peu dur ! Bien que le lit soit super confortable, on a toutes les deux très mal dormi ... Il fait encore nuit quand nous partons direction Karijini National Park, où nous y arrivons deux heures après. L'entrée du parc coûte 12$, pour payer il suffit de mettre de l'argent dans une enveloppe et de la glisser dans une boite aux lettres. Eh oui, on fait confiance aux gens ici ! On commence notre exploration du parc par les Dales Gorge. Il n'est que 8hr du matin quand on commence à marcher et il n'y a encore personne ! Sur le coup, ça peut être un peu dur de se lever tôt, mais marcher quand il fait encore frais et qu'il n'y a personne, ça vaut vraiment le coup ! On emprunte le sentier qui fait l'ensemble des gorges, on passe au dessus et au travers des gorges, en se mouillant un peu les pieds parfois ! On se croirait aux temps des dinosaures à marcher aux creux des gorges, entourées de végétation ....

Dales Gorge
Notre petite tour

On continue la marche jusqu'à Circular Pool, les escarpements sont vraiment beaux et les piscines naturelles donnent envie de se baigner bien que l'eau soit bien fraîche ! A un endroit, les précédents marcheurs ont édifié des tours avec des pierres, nous aussi on marque notre territoire en faisant une toute petite tour, la tour Malise !

Circular Pool

On finit la marche vers 10h30, et on se dirige vers Weano Gorge, les deuxièmes gorges que nous avaient conseillées Ryan et Melissa. Le parc est très étendu et on doit emprunter une unsealed road sur 13km pour s'y rendre (normalement, nous n'avons pas le droit d'emprunter des unsealed road avec le véhicule, mais bon pour quelques kilomètres)... On y arrive vers 12hr, timing parfait pour prendre le lunch ! Ce midi, on se régale avec un wrap thon/maïs/fromage et une orange en dessert. En mangeant, on entend qu'un monsieur a chuté d'une falaise, les secours arrivent peu après... On va être prudentes en marchant ! On fait la marche qui passe au dessus des gorges, elles sont encore magnifiques ! On veut aussi faire celle qui passe à travers les gorges mais il fallait prévoir le maillot car il y a des passages où l'eau monte jusqu'aux fesses ... Tant pis, on n'est pas très motivées pour faire demi-tour pour chercher nos maillots et Mathilde ne préfère pas aller dans l'eau avec ses coups de soleil qui se sont transformés en cloque...

Weano Gorge

On reprend le véhicule pour se rendre à l'Ecoresort, un des deux campings du parc national. On paye 20$/personne pour une place sans éléctricité et sans douche, on trouve cela un peu cher ! Mais comme nous n'avons pas le choix (nous voulons rester le lendemain matin dans le parc), nous payons avec un petit sourire forcé. Du camping, un sentier mène à un point de vue spectaculaire sur les Joffre Gorge ! En bas des gorges, les gens semblent tout petits ! On rentre à notre van et comme les douches sont payantes, Mathilde se lave au seau d'eau et moi à la lingette, on sent le propre ! Après cette toilette, on se prépare des pâtes que l'on mange devant le film Babysitting (pas top du tout). Et au dodo !

Joffre Gorge
18
août

On se lève encore à 5hr, dehors il fait 7°C et c'est un peu dur de sortir du lit ! On se bouge le popotin et on arrive finalement au pieds du Mount Bruce, le deuxième sommet le plus haut du Western Australia (1 234 mètres), vers 6hr45. On commence la marche de 9km jusqu'au sommet, que nous sommes censées faire en 6hr selon les panneaux. Le soleil est déjà levé quand on commence à marcher, nous sommes entourées de spinifex et de mulgas qui tentent de repousser malgré le bushfire qui a dévasté le parc en 2014. La marche n'est pas des plus faciles : ça grimpe bien et il y a des passages assez étroits, on craint un peu pour la descente !

La montée !

On arrive finalement au sommet en 1h45, c'est pas si pire ! On a une vue à 360° sur le reste du parc national et sur une mine d'où partent des locomotives qui semblent interminables ! On est bien contentes d'avoir réussi à grimper là-haut et pour la peine, on se fait un petit selfie en sautant et on ajoute deux petites pierres à la tour édifiée par les précédents randonneurs !

En haut

La descente est moins agréable : les passages très étroits et sans rambardes ne sont pas très rassurants et Mathilde a le vertige... On garde les yeux rivés au sol pour ne pas tomber, on lève la tête uniquement pour dire bonjour aux autres randonneurs qui arrivent. Ils nous demandent si le sommet est encore loin, on est fières de pouvoir leur répondre, nous ça y est, on l'a fait ! On arrive finalement en bas à 11hr, on aura finalement mit deux heures de moins que prévu.

La descente

Pas le temps de se reposer (on prend quand même un cookie pour se redonner des forces), on repart aussi sec car nous avons plus de 450km à parcourir avant d'arriver à notre aire du soir. Pour y aller, nous avons fait le choix de passer par Tom Price, ce qui nous force à emprunter une route secondaire. Sur la carte routière, celle-ci est identifiée comme "route pittoresque", on espère que c'est pour ses paysages et non pour ses caractéristiques physiques ! Au début, on y croit, la belle route goudronnée passe à travers les collines mais pas de chance, une fois dépassé Tom Price, la route devient une unsealed road sur environ 40 km... Super, c'est moi qui conduit, je ne peux pas dépasser les 20km/hr avec les corrugations sur la route... Mathilde s'endort tellement c'est long. On s'arrête vers 13hr pour manger des wraps et on repart car on n'avance pas vite du tout...

Unsealed road

Quand on arrive enfin sur de la route goudronnée, je mets les gaz et je roule à 110km/hr alors qu'on s'était dit qu'il ne fallait pas dépasser les 100km/hr pour économiser de l'essence (on est vraiment radines jusqu'au bout). On arrive finalement juste après la tombée de la nuit à l'aire de repos qui se situe avant l'embranchement pour Exmouth. Après avoir mangé des pâtes, je continue mon livre en anglais tandis que Mathilde essaye d'avancer sur MyAtlas. On est fières, pour l'instant, on tient le programme qu'on s'était fixées !

19
août

On garde le rythme en se levant à 5hr ! En 30 minutes, on est prêtes et on part alors qu'il fait encore nuit... Les kangourous sont aussi réveillés, Mathilde en évite un de justesse ! Ils veulent vraiment qu'on ait une crise cardiaque ces affreux !! Après avoir traversé des banlieues résidentielles toutes neuves, on arrive enfin dans le centre-ville d'Exmouth qui se résume à une rue pas si attrayante que ça. Comme tout est fermé, on décide d'aller directement au Cape Range National Park, en passant par le phare.

Exmouth's Lighthouse

Le Cape Range National Park longe le Ningaloo Marine Park où il est possible de faire du snorkelling et de la plongée ! Cette fois-ci, on ne sort pas les masques et les tubas comme à Cairns, on préfère marcher ! Le Cape Range National Park est constitué d'une multitude de baies toutes plus magnifiques les unes que les autres. On se les fait à la suite : Mangrove Bay, T-Bone Bay, Lakeside, Kori Bay, Turquoise Bay, Oyster Stacks, South Mandu, Bloodwood creek et enfin Sandy Bay. Elles ont toutes une spécificités qui se retrouvent bien dans leur nom (je vous laisse deviner qui est qui d'après les photos). Les plages donnent vraiment envie de se baigner, Mathilde hésite mais il y a beaucoup de vent et des mini-gouttes de pluie commencent à tomber ! En plus, l'eau n'a pas l'air si chaude que ça.

Cape Range National Park

On s'arrête à Sandy Bay pour manger devant l'océan nos pâtes/thon (y'a des jaloux peut-être ? :p ). Il n'y a personne et on se croirait au bout du monde ! Sur cette plage immaculée, on perd un peu la notion du temps et on met du temps à retrouver quel jour on est et combien de temps il nous reste avant la fin de la relocation... Mais la réalité nous rattrape vite, il nous reste plus que deux jours et il faut déjà partir car nous avons un peu de route à faire avant d'arriver à notre aire du soir. On jette un dernier coup d'œil aux plages et on prend encore quelques photos avant de reprendre la route.

On fait un petit stop au centre d'information d'Exmouth mais il n'y a rien d'intéressant donc on repart. Juste avant de récupérer l'autoroute 1 qui longe la côte, on passe le tropique du capricorne !! On a beau se le répéter, difficile de réaliser qu'on est au tropique du Capricone... On traverse des plaines assez sèches avec plein de moutons et de termitières avant d'arriver à notre aire de repos, Minilya, vers 17hr. Après avoir mangé, on se couche assez tôt mais un monsieur trouve que 21h est le moment opportun pour couper du bois à la tronçonneuse. Il est vite accompagné par des jeunes qui ont décidé de faire la fête toute la soirée... La nuit s'annonce longue !

Tropique du Capricorne
20
août

Ce matin, c'est grasse matinée, on se lève à 5h30. Aujourd'hui, 800km nous attendent, on ne perd pas de temps et on part rapidement. Notre premier stop est Carnavon, dont la région est réputée pour ses fruits et notamment ses bananes ! Malgré cela, on ne résiste pas à la tentation d'acheter des pommes et des oranges... Comme nous avons du réseau, on en profite aussi pour checker nos messages : nous avons reçu plusieurs réponses de Helpx à Adelaïde, et une nous plait bien ! Ca nous rassure (et ça rassure aussi mon compte en banque), Lee-Ann et Greg Lawrence veulent bien nous héberger deux semaines début septembre dans la région d'Adelaïde.

On reprend l'autoroute et pour le coup, les paysages me font vraiment penser à un désert : de grandes étendues avec peu de végétations. Mais plus on va au sud, plus il y a de troupeaux de chèvres et de moutons qui broutent paisiblement dans des prairies bien vertes ! Arrivées à Northampton, ça change radicalement, c'est tout vert et vallonnée ! Faut bien l'avouer, ça fait du bien de voir autre chose que de la terre rouge, et surtout une végétation bien foisonnante ! On traverse des champs de colza et d'oliviers avant d'arriver à Geraldton, où nous nous arrêtons pour manger du riz/thon devant l'Océan Indien. On est assez surprises car on trouve la ville assez sympa, il n'y a pas autant de grandes enseignes que sur la côte Est et la promenade le long de l'océan est vraiment agréable. Par contre, ce n'est plus les mêmes températures qu'à Broome, il ne fait pas plus de 18°C aujourd'hui ! On se les caille un peu surtout qu'il y a beaucoup de vent...

Avant Northampton
Après Northampton : du vert, des champs !!!

On reprend la route et on bifurque peu après Dongara pour prendre l'Indian Ocean Drive (comme son nom l'indique, cette route côtière longe l'Océan Indien) : on traverse tour à tour plusieurs marais et on surplombe l'Océan Indien. On s'arrête à Cervantes où l'on trouve un camping pour la nuit (pas de free camp !) avec Wi-Fi, douche bien chaude et cuisine. On y arrive à 17h30, juste à temps pour voir le coucher de soleil sur l'océan. Pas de chance pour nous, les nuages cachent le soleil et on ne voit pas grand chose... Après avoir pris une bonne douche bien chaude (4 jours sans shampooing, nos cheveux n'en pouvaient plus), on se fait des pâtes au pesto qui réchauffent et je vais me coucher rapidement car je suis vraiment crevée ce soir...

Coucher de soleil caché
21
août

On ne se lève qu'6hr car nous sommes toutes proches des Pinnacles Desert dans le Nambung National Park, notre avant-dernier stop avant Perth ! On y arrive vers 7h30, il y a plein de roches qui sortent du sol, comme des menhirs ! Ces roches sont faites de calcaire et ont été érodés avec le temps pour donner ces formations étranges. C'est très bizarre d'arriver dans ce lieu quasiment désertique, alors qu'il y a de la végétation sur tout le reste de la côte... On s'amuse à faire les kangourous entre les rochers, avant d'en voir pour de vrai derrière des buissons. Ils ne sont pas du tout craintifs, même quand on passe devant eux et qu'on démarre le van, ils ne bougent pas un poil !

Pinnacles Desert

On reprend la route pour notre dernier arrêt, Lancelin, où il y est censé y avoir de grandes et majestueuses dunes de sables. Sur la route, on en croise mais arrivées sur place, on met du temps à se repérer et à trouver les dunes... C'est pourtant censé être visible d'assez loin ces choses-là non ?? On se rend d'abord sur un promontoire au-dessus de la plage pour se rendre compte que les dunes ne donnent pas sur l'océan comme on l'aurait pensé, mais sont davantage en retrait de la ville. On s'y rend et, encore une fois, grosse déception, le 4x4 y est roi ! Les dunes sont écrasées par le passage de ces véhicules, il y a des traces de pneus partout... On part vite car ça ne nous plaît pas tant que ça.

Lancelin

Ca y est, on arrive enfin à Perth, c'est la fin de ce road-trip qui fut plutôt intense ! En arrivant, sans surprise, il pleut (à chaque fois que nous arrivons dans une grande ville, il pleut) ! On nettoie la voiture, mais avec la pluie c'est un peu fastidieux. On passe déposer nos sacs à l'auberge et manger des pâtes au thon avant de se rendre chez Apollo pour rendre le véhicule. Au début, on pense pouvoir rentrer à pieds à l'auberge, mais il y a 14km et il faut emprunter une autoroute... On choisit donc l'option du bus qui nous amène directement dans le centre-ville de Perth. Dès les premiers instants, on accroche bien avec la ville : elle est de taille moyenne, il y a des bus gratuits, une promenade le long de la Swan River, et il y a d'autres commerces que des grandes enseignes que l'on voit partout. On fait un petit tour en passant au centre d'information avant de retourner à l'auberge car on est mortes de fatigue. Petit thé et gouter en rentrant car? depuis que l'on a découvert les cookies chez Coles, on en mange tout le temps (2$ le paquet de 500gr, à ce prix là, on ne peut pas refuser !). L'auberge où nous sommes (Wickham Retreat Backpacker) est top : on a petit déjeuner offert, riz/pâtes à volonté, et les deux propriétaires sont supers sympas ! Comme c'est gratuit, on se fait plaisir : ce soir c'est pâtes au pesto, et on s'en fait un peu plus pour le lendemain midi ! On profite de cette soirée pour se reposer car demain nous repartons sur les routes ; la location de 14 jours pour faire le sud de Perth nous attend.

22
août

A peine le temps de se reposer que nous repartons déjà sur les routes. Après avoir pris un solide petit déjeuner (thé, lait, tartine, corn-flakes), nous repartons chez Apollo pour récupérer notre location de 14 jours pour faire le sud de Perth. Le nenette d'Apollo essaye de nous avoir en essayant de nous refiler leur assurance super cher, mais nous ne sommes pas des bleus, nous savons que son assurance c'est de l'arnaque ! Nous sommes obligées de lui dire non trois fois avant qu'elle comprenne... Quand elle nous présente enfin le van, heureuse surprise : on pensait se retrouver avec un minivan type Captain Kirk, mais non, on se retrouve avec le même modèle que Mary Poppins ! Trop bien ! Enfin, c'est le même modèle mais en plus vieux : c'est une manuelle, et on voit qu'il a déjà bien servi ! On essaye de trouver un nom masculin et on se dit que le monsieur dans Mary Poppins pourrait correspondre aux caractéristiques du van. On cherche son nom exact sur internet, le van s'appellera donc Bert ! La vendeuse oublie de reprendre les oreillers et les draps en nous donnant les clefs (on les avait refusés car c'est payant), tant mieux pour nous !

Bert !

Mathilde commence à conduire, il faut se réhabituer à conduire une manuelle mais celle-ci est facile à manier et Mathilde gère comme une pro. On repasse à l'auberge chercher nos sacs, et on se rend à Fremantle, cité portuaire qui se développa durant la ruée vers l'or. Aujourd'hui c'est une ville résolument dynamique, branchée, bobo, culturelle, jeune, trendy et j'en passe ! On se perd dans les rues du centre-ville : les bâtiments industriels ont été rénovés en de petits resto et en de charmantes boutiques indépendantes.

Fremantle

On s'arrête manger nos pâtes/thon sur Esplanade Reserve entourées d'écoliers en uniforme qui crient et courent partout. Après manger, nous repartons à la découverte de la ville, ça fait bizarre de revenir à la civilisation après des semaines passées sur les routes quasiment désertes... On se balade le long du Fishing Boat Harbour et on monte en haut du Round House (ancienne prison) : nous sommes étonnées car nous pensions qu'il y avait une plage en plein centre-ville, mais non, la vraie plage se situe à 6km, ici c'est l'activité portuaire qui prime (enfin, il y a Bathers Bay comme plage dans le centre-ville mais c'est vraiment ridicule). On se dirige ensuite vers le marché de Fremantle mais celui-ci n'est ouvert que les vendredis/samedis/dimanches et nous sommes un mardi... On grimpe jusqu'à la prison qui est malheureusement payante, nous passons donc notre chemin.

Esplanade Reserve
Vue du Round House
Fishing boat harbour
Fishing boat harbour
Bord de l'eau

On part vers 15h30 de Fremantle pour se rendre à notre aire du soir située juste avant Bunbury. L'aire est proche de l'autoroute mais celle-ci n'est pas trop passante, en revanche, les prairies sont pleines de bœufs qui nous regardent avec un drôle d'air. Après dîner, on part vite se coucher car nous sommes bien fatiguées.

23
août

On se réveille à 6h30, c'est dur de sortir du lit ce matin... On reprend la route vers Bunbury mais il fait froid et les neurones ont du mal à se connecter. Pour y arriver, on emprunte la Forest Highway, autoroute qui traverse une grande et belle forêt. Bizarre bizarre toute cette végétation autour de nous, nous ne sommes plus habituées ! On arrive enfin dans la ville et comme d'habitude, on doit traverser une entrée de ville faite de grandes enseignes avant d'arriver dans le centre-ville. Bunbury est une ville industrielle qui s'est développée grâce à son activité portuaire, mais qui tente aujourd'hui de se tourner vers le tourisme balnéaire. Comparée à Fremantle, il y a encore pas mal de boulot mais les aménagements réalisés sont agréables, notamment la grande promenade avec des bancs et des chaises pour le moins originaux ! Ca se voit que la ville tente de se rénover, il y a plein de villas récentes avec leur propre marina (ici la question des inondations n'a l'air de préoccuper personne). Par contre, les commerces semblent encore avoir un peu de mal ; pas mal sont fermés ou en rénovation... On grimpe aussi en haut du Marlston Hill Lookout Tower qui donne sur la ville et la Geographe Bay (nommée en l'honneur d'un des navires de l'exploration scientifique de cette baie). En repartant, nous passons au centre d'information, mais ils n'ont que des dépliants pour des attractions touristiques...

Bunbury

On part vers Busselton mais nos batteries sont vraiment à plat, et on se dit qu'il serait judicieux de faire une petite pause cet après-midi. Arrivées à Busselton, on se rend directement vers la jetée, la plus grande jetée en bois de l'hémisphère sud, mais celle-ci est payante ! Comme vous pouvez le deviner, on décide de ne pas la faire mais de marcher le long de la plage à la place. Il y est aussi censé y avoir un festival du cinéma mais on ne voit rien en lien avec l'événement... On apprendra plus tard que le festival concerne l'ensemble du Western Australia, et que c'est un peu comme le Printemps du Cinéma en France.

Busselton

Pour cet après-midi, on décide de se la couler douce en passant l'aprèm sur une des plages du Cape Naturaliste, surtout que l'on est pour l'instant chanceuses avec la météo, il fait grand soleil ! On s'arrête donc à Meelup Beach, où l'on mange notre pain de mie/thon accompagné, pour changer, d'un melon. Nous sommes rejointes par deux magnifiques perroquets, dont un qui se soulage sur notre table ... Bon appétit ! On se pose ensuite sur la plage, à lire et se reposer.

Meelup Beach

On repart vers 15h30 voir le phare du Cape Naturaliste, on traverse des champs d'arum (je suis pas sure que ça soit ça, mais en tout cas, ça y ressemble fortement) avant d'y arriver. Pas de chance, il est encore payant... On tourne autour, on a quand même une très belle vue sur l'Océan Indien.

Cape Naturaliste

Après ce petit tour, on se rend à Yallingup où nous avons repéré un camping pour cette nuit (aucun free camp dans la région), le Yallingup Beach Holiday Park. Il est super bien situé, juste à côté de la plage ! On s'y rend pour espérer voir un coucher de soleil mais encore une fois, les nuages nous cachent la moitié du spectacle. Après avoir mangé du riz/poireau/pesto (on innove !), on se regarde un petit film, 7 plans avant mes 30 ans, comme on a l'électricité et qu'on peut recharger l'ordinateur. C'est une bonne comédie romantique américaine, et nous aussi on se pose la question, quelle est la liste des choses que l'on veut absolument faire avant nos 30 ans (33 ans pour Mathilde) ?? On part se coucher la tête pleine de réflexions...

Yallingup
24
août

On se lève à 7hr, on profite d'avoir l'électricité pour faire un petit thé et se faire griller du pain. Nous sommes maintenant dans la région de Margaret River, réputée pour ses vignobles. Aujourd'hui, on décide de faire plaisir à nos papilles en faisant des dégustations de vins (enfin surtout moi comme Mathilde ne boit pas). On part vers 8hr, mais à cette heure-ci, les vignobles ne sont pas encore ouverts... En attendant, on s'arrête à Mosses Rock où l'on a une vue magnifique sur la côte ! Contrairement à ce à quoi on nous avait prédit, il fait encore super beau ! Enfin, il fait un peu frais, mais il ne pleut pas et ça c'est top !

Mosses Rock

En retrait de la côte, la route traverse des vignobles et on croise pas mal de troupeaux de moutons Mérinos dont la laine est utilisée pour faire des vêtements et les fameuses boots australiennes type UGG. Nous, on préfère le vin et on se rend à la cave Stormflower Winery. Le vignoble fait 9ha et a été crée en 2007 lorsqu'une énorme tempête fit virevolter les fleurs des champs, ce qui donna le nom au vignoble. Nous sommes accueillies par une dame qui, heureusement, parle français ! Comme nous sommes novices en la matière, on croit que la dégustation de vin est payante mais pas du tout, on a droit de tester les différents vins de la cave. C'est parti pour la dégustation ! Comme Mathilde ne boit pas, elle ne fait que le sentir. Je goute donc du Sparkling Wine (vin pétillant), Sauvignon blanc (très doux), Semillon Sauvignon blanc (au goût d'herbe) et un Chardonnay. Il faut savoir que la région de Margaret River produit 3 à 4% de la production de vin australienne, mais qu'elle représente 20% des meilleurs crus australiens. Cette région viticole s'est développée dans les années 1960 (comme Vasse Félix crée en 1967 et qui devient meilleur cru dans les années 1970) car les caractéristiques climatiques et pédologiques ressemblent fortement à celles de Bordeaux. C'est pourquoi on retrouve les mêmes cépages qu'à Bordeaux. Après m'être rincée la bouche, on passe ensuite au vin rouge. J'essaye de deviner les notes de chêne, chocolat noir et myrtille dans les verres de Shiraz, Cabernet Shiraz, et Cabernet Sauvignon.. mais ce n'est pas facile quand on n'est pas habituée à déguster du vin ! On passe après à ce qui ressemble au Sauterne, le Botrytis Semillon. Pour le coup, je retrouve bien les goûts de miel, ananas et une petite pointe d'acidité citronnée ! Très très bon celui-là ! Mathilde, qui n'a fait que sentir, décide d'acheter une bouteille de Botrytis à ses parents. Elle se fit à mes goûts, j'espère qu'ils ne seront pas déçus ... La dégustation a duré une heure et on part vers la cave de Vasse Felix. Je pensais faire plusieurs dégustations mais comme je ne m'y connais pas trop en vin, je préfère m'arrêter là. J'ai un peu parfois l'impression d'être couillone en sortant des "hum c'est vrai que ça a un arrière goût d'herbe" ou des "je ne sens pas trop le chocolat par contre la myrtille revient bien en bouche"... Surtout que là, la dame parlait en français, donc c'était facile mais si je tombe sur un australien, à part dire "hum it's tasty" ou "what a lovely wine", je ne saurais pas trop quoi dire... Arrivées au vignoble de Vasse Félix, on ne fait donc que visiter la cave et se balader un peu le long des vignes avant de repartir.

Vasse Felix Winery

Pour le lunch, on décide d'aller à la plage de Margaret River, Prevelly, où la vue sur l'océan indien est juste magnifique ! On nous avait dit que les plages du Sud-Ouest australien étaient les plus belles, on ne nous avait pas menti !

Prevelly

Après avoir mangé, on continue notre journée dégustation en s'arrêtant à la bakerie Cookie Gallore pour s'acheter un cookie géant. Bon il n'y a que le nom qui donne envie : il manque de chocolat et ce n'est clairement pas le meilleur cookie que j'ai mangé (je crois que je préfère même les cookies à deux dollars de chez Coles). On repart vers notre camp du soir, Contos Campground, au sein du Leeuwin Naturalist National Park. Sur la route, on s'arrête au Mammoth Cave pour prendre une photo car mammouth est le surnom de Mathilde. Arrivées au camp, on espère avoir un point de vue sur l'océan mais non, il n'y a que de la forêt ! Le cadre est quand même super sympa et comme on y arrive assez tôt, pas d'excuses pour ne pas avancer sur notre blog. Ce soir pâtes/pesto avant d'aller au dodo.

25
août

On se lève avec un beau soleil et on prend la route pour se rendre à Augusta en passant par des forêts et des prairies humides avec des vaches et moutons en pâture. Augusta est une charmante petite bourgade qui donne sur la Blackwood River. On se promène le long de la rivière, au loin, on voit le bras qui se jette dans l'océan austral!

Augusta

On retourne au van pour se rendre au Cape Leeuwin, où se rejoignent l'Océan Indien et l'Océan Austral. Comme le phare est payant, on décide de se balader sur les côtes le long des océans. On parcourt notamment une partie du trail Cape to Cape qui rejoint le Cape Naturaliste au nord. Du côté de l'Océan Indien, la mer est déchaînée, les vagues sont énormes tandis que du côté de l'Océan Austral, la mer est beaucoup plus calme. On prend notre lunch sur les rochers, devant l'Océan Indien, accompagnées d'une mouette qui veut nous voler notre thon !

Océan Indien
Océan Austral

Par la suite, on reprend la route pour se rendre un peu plus dans les terres, à Nannup. C'est une petite localité toute mignonne, les devantures des maisons sont en bois, ainsi que les enseignes ! C'est la fête de la tulipe : dans la rue, chaque pot de fleur est sponsorisé par un habitant de la ville. La Blackwood river est encore là, on commence à la longer mais il semblerait qu'il ait beaucoup plu ces derniers jours car le sentier est inondé. Les paysages sont vraiment différents de ce que l'on a vu jusqu'à présent et c'est à ce moment qu'on mesure à quel point on a voyagé en Australie (et encore, on en a vu qu'une infime partie) : les maisons sont des chalets, les forêts sont denses , c'est vert,... C'est bien fini l'aridité !

Nannup

On repart vers Bridgetown qui est dans le même style que Nannup mais en plus grand. On veut se promener le long de la rivière mais pareil, tout est inondé. On décide donc de se rendre à notre camp du soir, Karri Gully Picnic area. On y trouve un sentier qui permet d'emprunter sur quelques mètres la Bibbulmun Track (trail de 900 km qui fait Perth-Albany), on pourra dire qu'on l'a emprunté sur une courte distance ! Pour se réchauffer et se remonter le moral, on se fait un petit gouter : thé/lait et cookies. Ce soir c'est spaghetti/pesto avant d'aller dodo à 21hr car aujourd'hui c'était dur, je ne sais pas si c'est la fatigue accumulée ces dernières semaines, mais j'étais dans le gaz toute la journée !

Bridgetown
26
août

Il fallait bien que ça arrive, aujourd'hui il pleut ! On enfile les pulls, on sort les K-Way's et on brave le mauvais temps pour retourner à Bridgetown pour voir la cidrerie et le marché. La cidrerie est finalement fermée et le marché est en fait un jardin partagé tenu par une association locale, chacun est libre de se servir en échange d'une donation. C'est super mignon, à l'image de la ville, mais comme c'est l'hiver il n'y a pas grand chose sur l'étal et nous repartons vite.

Bridgetown

Notre prochaine destination est Walpole, nous y arrivons après avoir traversé une forêt d'eucalyptus et des prairies avec plein de gros bœufs. Arrivées sur place, la pluie redouble d'intensité... On fait un tour au centre d'information et aux toilettes en attendant que ça se calme. Même s'il pleut encore un peu, on décide d'aller voir Walpole Inlet mais le sentier permettant de le longer est tout inondé et Mathilde a les pieds trempés avec ses Ben Simon...

Walpole Inlet

Comme on n'a pas envie de finir avec un gros rhume, on décide de reprendre la voiture pour se rendre à Nornalup Inlet mais il fait encore tout gris... Ca doit être très joli, mais sous la pluie c'est moins sympa ! On s'arrête sur un parking pour se manger des pâtes/pesto tomate au chaud dans le van, avant de repartir faire une "promenade" en voiture au sein de la Walpole Wilderness Area. Heureusement que nous sommes en Australie et qu'ici les gens sont accros à la voiture, des unsealed road permettent de se rendre à différents endroits du parc sans se mouiller ! Notre premier stop est le Giant Tingle Tree, où l'on peut voir des eucalyptus géants, dont un de plus de 400 ans !! Il y en a aussi un complètement fendu au niveau du tronc ! Il est tellement grand que l'on peut s'abriter en-dessous ! Trois différentes espèces sont présentes au sein du parc et constituent la famille des "Giants" : les Red Tingle, Yellow Tingle, et Rates Tingle. Malheureusement, nous ne sommes pas encore assez fortes en botanique pour les différencier... Déjà, on sait maintenant à quoi ressemble un eucalyptus alors qu'on n'en avait aucune idée avant d'arriver en Australie.

Giant Tingle Tree

Même si les arbres nous protègent de la pluie, on finit la marche rapidement pour se rendre en van à notre deuxième arrêt, Circular Pool, qui est une chute d'eau donnant sur une piscine naturelle. Nous sommes étonnées d'y voir autant de mousse, mais il y est expliqué que c'est dû aux plantes et à la saponine qu'elles contiennent. On se balade quand même un peu, juste le temps d'être bien trempées.

On repart vers notre aire du soir située au sein du Mount Frankland National Park. Pour y aller, nous devons emprunter une unsealed road pleine de sable... Comme je n'aime pas conduire sur le sable, j'ai toujours peur de m'y enfoncer (de vieux souvenirs de vacances en camping-car surgissent...) !! Arrivées au dernier croisement, on se rend compte que la route pour arriver au camp est inondée et impraticable... On doit faire demi-tour et reprendre cette unsealed road en sable, nooon !! Plus de peur que de mal, on arrive finalement au bout de la route sans problème. On cherche un autre free camp pour passer la nuit et on en trouve finalement un sans toilette, le long de l'autoroute Southwestern Highway. Ce n'est pas très confort, mais ça fera l'affaire pour une nuit ! Pour se remonter le moral, on prend un petit goûter avec des cookies. Le soir, c'est petits pois/œufs avant de se glisser bien au chaud dans nos sacs de couchage vers 19h30... La pluie toute la journée, c'est pas marrant...

27
août

Le soleil est revenu !! Nous nous reveillons à 7h15 et comme il n'y a pas de toilette sur le camp, nous nous arrêtons au centre d'information de Walpole. On traverse encore des prairies humides magnifiques avec des emeus et des gros boeufs. Notre premier arrêt de la journée est Conspicuous Cliff, une plage à couper le souffle ! Y'a pas à dire les plages de la côte Est ne font pas le poids face à la beauté sauvage et préservée de la côte Ouest ! On y est censées pouvoir y observer des baleines mais avec la chance qui nous caractérise, on n'en voit aucune. Il aurait fallu avoir des jumelles, ça aurait été plus pratique (ton père te l'avait bien dit diront certains...). On fait un petit bout du sentier Bibbulmun Track qui mène à un promontoire avec un beau point de vue sur l'ensemble de la côte plongeant dans l'océan.

Conspicuous Cliff

On redescend pour reprendre le van et nous rendre à notre deuxième arrêt de la journée, Tree Top Walk, où l'on peut voir un eucalyptus géant ! Pour y aller, on traverse encore des prairies mais cette fois-ci avec plein de bambis ! Arrivées à l'entrée du parc, nous sommes déçues car c'est payant (20$/personne) ! Ca nous parrait un peu cher et on décide d'aller directement à Denmark. C'est une jolie petite bourgade qui donne aussi sur un inlet, le Wilson Inlet. On s'arrête au centre d'information pour avoir des infos sur la région et, comme dans tous les centres d'informations australiens que l'on a fait, il n'y a que des flyers pour des tours et des attractions payantes et peu d'infos sur la région en elle-même. Il y a aussi plein de cadeaux souvenirs pour ceux qui auraient oublié d'en acheter. On réussit quand même à avoir un plan de la ville et des marches à faire dans le coin. On commence par se promener dans la ville et le long de la Denmark River, tout est un peu inondé et la plupart des commerces sont fermés comme c'est l'hiver. Quand nous étions sur la Côte Ouest et au Nord, nous n'avions pas le sentiment d'être en hiver comme les températures étaient elevées, mais là clairement, on s'en rend compte !!

Denmark

On décide d'aller manger à Ocean Beach, LA plage de Denmark où l'on peut voir l'entrée de l'Océan Austral dans le continent. On mange sur la plage nos wraps/thon/mais/fromage, mais avec le vent et le sable, ce n'est pas très pratique et nos wraps sont très croustillants... Au moment de faire la vaisselle dans les toilettes, on se rend compte qu'il y a aussi des douches ! Cela fait 3-4 jours que nous ne nous sommes pas lavées et, ni une ni deux, on sort les serviettes et les savons et on court sous la douche ! Pas de chance, l'eau est froide, mais on n'a pas le choix (je colle tellement je suis sale) on se jette à l'eau ! Dehors, j'entends la chanson d'Icona Pop "I don't care, I love it", je me répète le refrain très fort pour me donner du courage pendant que je me lave les cheveux sous l'eau gelée... Après avoir fini notre petite toilette, on s'arrête au point de vue de Wilson Head donnant sur l'Océan Austral pour essayer de voir des baleines mais c'est encore loupé, on n'en voit aucune...

Ocean Beach

On reprend la voiture pour aller au William Bay National Park et encore une fois, les routes goudronnées deviennent des unsealed road sans prévenir... Il y a plusieurs bays à découvrir dont les deux plus connues, Green Pool et Elephant Rocks. On s'arrête à la première où l'eau est translucide et où les rochers forment une piscine naturelle dans la mer. Comme il n'y a pas grand monde, c'est très agréable ! On se rend ensuite à Elephant Rocks où des gros rochers ressemblent à des éléphants les pieds dans l'eau. On y reste pas trop longtemps car l'eau monte et que le chemin pour repartir commence à être inondé.

Green Pool et Elephant Rocks

On ne fait pas les deux autres bays (Madfish Bay et Waterfall Beach) car l'unsealed road ne semble pas praticable pour les 2WD. A la place, on va s'acheter une glace à Bartholomews Meadery, j'en prends une au chocolat-miel et Mathilde une à la vanille-miel. Pour 4,5$, on en a pour notre compte puisqu'on a droit à un cornet et deux énormes boules de glace chacune ! Le mélange avec le miel n'est pas commun, mais ça passe très bien. On repart vers notre aire du soir, Cosy Corner East, qui donne juste sur l'océan ! Quand on y arrive, il ne reste plus qu'une place, on est bien contentes qu'elle nous ait attendue ! Cette fois-ci il y a même des toilettes, et avec la mer juste à côté, c'est encore mieux ! On se balade sur la plage en espérant voir le coucher de soleil, mais il est caché derrière les montagnes ! On rentre se faire des pâpâtes et avancer un peu sur nos blogs.... Dodo à 22hrs.

Cosy Corner East
28
août

On a de la chance, il fait encore très beau aujourd'hui ! On part sous le soleil direction le West Cape Howe National Park pour voir la pointe la plus au sud du Western Australia. On emprunte une route indiquée comme goudronnée sur la carte mais pas de chance, elle devient une unsealed road après quelques mètres... C'était écrit nul part et pour le coup, elle est plutôt bien défoncée... Après être entrées dans le parc et avoir roulé pendant un certain temps, on tombe sur un panneau indiquant que celui-ci est payant (12$). On trouve cela fort de café de faire payer l'entrée du parc alors que la route pour y accéder n'est même pas entretenue... Ca ne me dérange pas de payer pour des parcs nationaux où au moins une partie est accessible aux 2WD, mais là je trouve ça un peu abusé ! On fait donc demi-tour et on se rend directement à Albany, à une vingtaine de km de là. On traverse encore de belles prairies humides et des hameaux tout mignons ! Pour que tout soit si vert, on se dit qu'il doit quand même pleuvoir régulièrement... Arrivées à Albany, on va directement au centre d'information pour glaner quelques infos sur la région et celle d'Esperance, on en aura uniquement sur celle d'Albany. Vivre 24/7 avec la même personne est parfois compliqué, on s'engueule une nouvelle fois avec Mathilde pour une broutille et on passe la matinée sans se parler... On se balade donc en silence dans le centre-ville qui lui est bien vivant. Les commerces donnent envie et sont pleins, et la ville en elle-même est bien sympa avec de vieux bâtiments rénovés. On suit l'itinéraire qu'on nous a conseillé au centre d'information et on se rend à Dog Rock, mais arrivées sur place, on ne comprend pas ce que l'on doit voir...

Albany

Toujours en silence, on se dirige ensuite vers les deux montagnes d'Albany, Mount Clarence et Mount Adelaïde. On commence par le Mount Adelaïde où a été aménagé le National ANZAC Center (ANZAC : Australian and New Zealand Army Cops) et où sont encore présentes les ruines du Princess Royal Fortress. Parce qu'on ne le savait pas, mais Albany était une importante base militaire pendant les deux guerres mondiales, et un bon nombre de navires sont partis du port pendant la 1WW. Un parcours autour du Mount permet de découvrir les anciens armements et certaines ruines. On monte en haut du Mount où l'on a une vue sur Princesse Royal Harbour à l'Est et Middleton Bay à l'Ouest. Au loin, on a du mal à distinguer les îles du continent. Difficile d'imaginer ce port plein de bateaux prêts à partir en guerre !

Mount Adelaïde

On redescend dans le silence voir Old Goal (prison payante) et Brig Amity, bateau qui transporta les premiers prisonniers en 1826 créant la colonie d'Albany.

Albany Goal et Brig Amity

On retourne ensuite au van chercher notre lunch pour le manger à Ellen Cove devant Middleton Bay. On mange en silence nos wraps, et sur le retour, je n'en peux plus de ce silence et je crève l'abcès. On s'engueule comme des vendeuses de poissons pourris, mais une fois qu'on a dit ce qu'on avait à se dire, ça va mieux et on repart toute guillerette faire la promenade le long de la côte. On papote tout du long, on rattrape notre matinée de silence ! La promenade donne sur le Mt Martin de l'autre côté de la baie, et l'Emu Point, entrée de l'Oyster Bay. On aperçoit aussi les deux petites îles Michaelmas Island et Breaksea Island.

On repart car il est déjà 16hr et qu'on souhaite dormir au même camp qu'hier soir. On y arrive à 17hr, l'heure parfaite pour un goûter de réconciliation ! Comme tous les soirs, on essaye d'avancer sur nos blogs respectifs même si la motivation n'est pas toujours là.

29
août
29
août

Comme les autres jours, on se lève à 7h30 et on mange notre pain de mie avant de partir direction Torndirrup National Park. C'est encore moi qui conduit aujourd'hui car maintenant les distances ne me font plus peurs ! On commence par la pointe du parc où il y a l'Albany's historic whaling station et le jardin botanique d'Albany, tous deux payants. On se balade sur la plage et on admire un énorme bateau qui, à l'époque, s'en allait en mer chasser la baleine. Car avant de devenir une station balnéaire et un port militaire, Albany était un port baleinier. Aujourd'hui, cette activité commerciale a cessé bien entendu.

Albany's historic whaling station

On se rend ensuite au deuxième point de vue du parc, Jimmy Newhills Harbour, qui porte le nom d'un détenu du Brig Amity qui une fois libéré, est devenu pêcheur et s'est échoué sur ces falaises. Entre les aborigènes et la construction des colonies par des prisonniers, l'Australie n'a vraiment pas une histoire facile... Quoiqu'il en soit, ces falaises sont juste magnifiques !

Jimmy Newhills Harbour

On part ensuite voir les blowholes (je précise que pour l'instant nous n'avons pas payé le parc et que les routes sont bien goudronnées), où 78 marches mènent à des falaises où des jets d'eau sortent de terre ! Ces jets d'eau ne sont visibles que si certaines conditions météorologiques sont réunis et apparemment, aujourd'hui, ce n'est pas le cas. Ce n'est pas grave car la vue est quand même très belle, et qu'au loin on aperçoit des baleines (c'est des touristes qui nous les ont montrées, on ne les aurait pas vu sinon...) !

Blowholes

On se dirige ensuite vers notre dernier arrêt dans ce parc pour voir "the gap" et "natural bridge". En arrivant, on est surprises car c'est payant alors que tout le reste du parc est gratuit... Comme le nom l'indique, la première chose à voir est un gros trou que l'on peut admirer d'une passerelle qui le surplombe ! Attention à ceux qui ont le vertige, sensation de vide garantie ! On n'arrête pas d'enchainer les "ohalala", Hammish et Ryan avaient raison, on le dit tout le temps... La deuxième chose à voir est le "natural bridge", un pont fait de granite et de greiss ! On se demande bien comment il tient, peut-être qu'un géant est venu posé les pierres les unes sur les autres !

The gap et Natural bridge

On a fini notre tour du parc et on retourne vers Albany pour monter en haut du Mount Clarence. Tout en haut, un mémorial sur l'ANZAC a été aménagé. Je ne pensais pas que les guerres avaient été un si gros enjeux pour l'Australie ! Il y a plusieurs plaques commémoratives et pas que pour les soldats, il y en a aussi pour les chevaux ! Du sommet, on a aussi une super vue sur Princess Royal Harbour et Middleton Bay. On emprunte un petit sentier qui fait le tour du Mount mais la vue n'est pas si belle que ça et on repart vers Emu Point pour manger nos wraps.

Mount Clarence

On s'arrête sur la plage pour le lunch avec vue sur le Mt Martin. On profite d'avoir un point d'eau pour faire notre lessive car nous allons bientôt tomber en rupture de vêtements propres ! On a droit à quelques regards suspicieux quand nous rinçons nos sous-vêtements sur le parking...

Lessive !!!!!!

Après cette étape, nous partons vers le Gull Rock National Park et encore une fois, la route goudronnée s'arrête sans prévenir. On va voir la Gull Rock Beach et la première chose qui nous vient à la bouche est "ohlala" !! La plage donne sur King's Canyon (j'écris ces lignes un mois après y être allées et je n'ai strictement aucun souvenir de cette plage. Mathilde non plus. Mais ça avait l'air très beau).

Je suis allée là moi ??? Coooooool

On repart ensuite à Nanarup National Park, encore une fois c'est super beau : il y a la campagne en arrière-plan, des falaises qui se jettent dans l'eau et du sable blanc. La seule chose qui vient gâcher le paysage est les 4x4 et les motocross à fond la caisse sur la plage (ça je m'en souviens !!)... On souhaite ensuite se rendre à Little Beach, une des 5 plus belles plages d'Australie , mais c'est payant (12$) et il est déjà tard pour vraiment en profiter.

Nanarup National Park

On décide donc de se rendre à notre camp du soir, East Bay. En chemin, on croise un lapin qui veut faire la course avec le van !! Mais on lui fait peur et il s'enfuit vite dans les fourrées... Les routes sont bien défoncées, on essaye d'accéder à un premier camp mais il est fermé, on en trouve finalement un deuxième qui donne juste sur l'océan ! Ca nous parait tellement irréaliste qu'on se demande même si on a le droit de dormir ici, mais oui c'est autorisé ! Il est déjà 18hr, et malheureusement la nuit commence à tomber et on ne voit pas grand chose. Demain, on se sent obligées de se réveiller tôt pour assister au lever du soleil. Après du riz-pesto, lecture et dodo à 21h30.

30
août

On a beau avoir mis le réveil à 6hr, on reste au fond de notre duvet jusqu'à 7hr ... On ouvre les rideaux pour essayer de voir le lever du soleil de notre lit mais il est caché par les montagnes... On ne comprend rien à l'orientation, on était pourtant sure de l'avoir juste devant notre fenêtre !!! On regarde la carte pour vérifier mais on ne comprend toujours pas où l'on se trouve sur la côte, et pourquoi le soleil n'est pas du bon côté... Bravo les géographes !! On décide enfin à se bouger et on va faire un tour sur la plage avant de reprendre le van pour Bremer Bay.

East Bay

Aujourd'hui, nous avons prévu de nous rendre à Fitzgerald River National Park mais nous voulons aller avant au centre d'information de Bremer Bay pour être sure que le parc soit ouvert car il a beaucoup plu et que les routes sont souvent inondées. Mathilde commence à conduire mais a du mal à monter la côte pour sortir du camp qui est très raide, défoncée et pleine de graviers. Je tente ma chance et le van réussit finalement à monter cette fichue montée, direction Bremer Bay ! Même au bout de trois mois de voyage en Australie, on se fait encore avoir par les distances : je pensais que Bremer Bay était proche mais la route est en fait bien longue... Après avoir traversées des champs de blé et de colza, on y arrive enfin ! C'est une ville en plein développement, le centre-ville est quasiment inexistant et des maisons sortent de terre un peu partout le long de la côte. On trouve quand même le centre d'information caché dans la librairie et contrairement à ce que l'on peut trouver dans les grandes villes, il y a plein d'informations sur la région ! On nous informe que le parc est ouvert et que les routes pour y accéder sont toutes praticables, super on y court ! La route pour y aller est une unsealed road mais celle-ci est très bien entretenue comparée à celles qu'on a pu avoir avant. Notre premier arrêt dans le parc est Point Ann qui donne sur l'Océan Austral. Quand on y arrive, une australienne se jette sur nours pour nous dire qu'il y a plein de baleines dans l'océan... Et oui, il y en a plusieurs, on voit leurs jets et leurs nageoires !! On en compte quatre, on pense qu'il y a aussi des petits baleineaux.

Point Ann

Le parc en lui-même est magnifique aussi, il est inscrit à l'UNESCO pour sa biodiversité et notamment sa flore. Comme nous sommes toujours en hiver, les fleurs ne sont pas toutes écloses mais c'est quand même très joli. Ce parc est une bonne surprise, on n'était pas sure d'y aller mais je suis contente qu'on ait fait l'effort. C'est toujours quand on s'y attend le moins qu'on tombe sur des pépites comme ça ! On fait la marche qui longe la côte et on apprend que le Western Australia s'est fait envahir par les lapinous au XIXéme (un anglais en avait apporté pour s'amuser durant la chasse) et qu'un mur a été construit pour les empêcher de venir manger les cultures. Aujourd'hui, la population a diminué mais ça reste tout de même un problème dans le Western Australia (de même que les chats qui ont été introduits par les européens et qui sont de redoutables prédateurs pour la faune australienne).

Fitzgerald River National Park

On s'arrête pour manger notre riz/thon devant l'Océan et les baleines, puis on repart pour se rendre de l'autre côté du parc voir le Mount Barren. Mathilde conduit et on se rend vite compte que l'on aura pas le temps de parcourir les 200km qui nous séparent de l'autre côté du parc, de faire la marche jusqu'au Mount, puis de trouver un camp avant la nuit. Encore une fois, on a eu les yeux plus gros que le ventre. On roule donc tout l'après-midi pour arriver à notre camp du soir, Munglinup Truck Stop. La route ne m'avait pas manquée, c'était looooooong !! C'était aussi monotone que dans le Western Australia, mais avec de la végétation en plus. On mange des petits pois avant de tuer quelques moustiques et d'aller au lit.

31
août

Ce matin, c'est douche ! Il y en a une sur l'aire de stationnement où nous avons dormi, que ça fait du bien de se laver les cheveux ! J'ai fini mon pain de savon Dr Bronner qui me servait pour laver à peu près tout (cheveux, corps, lessive), et je suis maintenant passée au pain de savon Dove... J'attends de voir si c'est aussi efficace que Dr Bronner. On part ensuite direction Esperance et on y arrive vers 9hr. Comme d'habitude, on se rend directement au centre d'information pour avoir des infos sur la ville et sur Cape Le Grand National Park. La dame à l'acceuil n'est pas très aimable et me donne un vieux bout de papier en noir et blanc... Bon, on fera avec. Comme il fait beau, on en profite pour faire le Kepwari Walk Trail, une marche de 7km passant entre les lacs Woody et Windabout. On se promène en pleine zones humides, la végétation est dense mais on ne voit pas beaucoup de canards. En revanche, on voit un serpent et on en entend plusieurs autres entre les buissons.

Kepwari Walk Trail

On finit la marche vers midi et on part faire la Great Ocean Drive, une route de 40km longeant la côte et donnant sur les plages immaculées d'Esperance. On les fait dans l'ordre : West Beach, Blue Haven, Salmon Beach, Fourth Beach, Twilight Beach (2006 Australia's best beach), Observatory Point, Observatory Beach, Nine Mile Beach, Ten Mile Lagoon et Eleven Mile Beach. Impossible de les décrire une par une, elles sont toutes magnifiques tout en étant différentes ! Petit coup de coeur pour la dernière où les rochers forment des petites piscines et teintent l'eau de différentes nuances de bleu. On s'arrête manger sur la première plage qui reste une de mes favorites pour l'effet de surprise ! On déguste donc nos wraps croustillants devant l'Océan Austral et l'archipel de la découverte. Le temps n'est malheureusement pas avec nous, les photos sont bien grises et ne reflètent pas la réalité et la beauté des lieux.

Esperance

On se rend après au Pink Lake (ou Lake Spencer) qui, comme son nom l'indique, est censé être rose dû à la présence de sel mais il est en fait brunâtre... Comme on finit assez tôt notre programme de la journée, on décide de faire un petit tour d'Esperance qui, à ce que l'on a entendu, est une jolie station balnéaire attractif en été. Ben on ne doit pas avoir les même goûts car ce n'est pas très vivant et pas très beau, ça doit être la ville de la côte Ouest la moins belle qu'on ait faite. On se rend donc à notre aire du soir, Gibson Soak Caravan Park. On y arrive à l'heure du gouter, puis je bouquine avant le diner. Pates au pesto avant d'aller au dodo.

1
sept

On se lève à 7hr, on se prépare vite et on part directement vers Cape le Grand National Park. Quand on part, il fait encore très beau mais une fois arrivées au National Park, ça s'est bien couvert et des gouttes commencent à tomber... On traverse encore plein de prairies humides, décidément le sud-ouest de l'Australie n'est qu'une vaste zone humide ! On arrive au National Park et notre premier arrêt est Le Grand Beach... Comparée aux plages d'hier, celle-ci ne fait clairement pas le poids et la météo n'arrange en rien le paysage. Encore une fois, cette plage est accessible au 4x4, c'est même une entrée au National Park pour ceux qui viennent d'Esperance par la côte.

Le Grand Beach

Notre deuxième arrêt est Frenchman Peak, un des principaux sommets du parc (262 mètres). On grimpe et on le trouve très pentu, la descente ne va pas être facile surtout qu'il commence à pleuvoir et que les roches glissent... On arrive quand même au sommet, au moment où la pluie commence à tomber plus fort. C'est dommage car on a une vue à 360° sur l'ensemble du parc, mais la visibilité est un peu limitée avec les nuages... On redescend tant bien que mal, les rochers sont bien glissants avec la pluie et il y a du vent ! Forcément, je glisse dans les 5 derniers mètres avant l'arrivée et je me retrouve sur les fesses ! Mais heureusement, y'a du rembourrage pour amortir la chute ! Dommage qu'il fasse aussi moche, c'est difficile d'apprécier les paysages...

Frenchman Peak

Comme nous avons vu un peu juste niveau essence, nous décidons d'aller directement à Lucky Bay sans faire d'autres arrêts (comme il ne fait pas très beau, ce n'est pas plus mal non plus). Quand on y arrive, le vent a redoublé et il continue de pleuvoir. On décide d'attendre dans le van qu'il fasse meilleur en prenant notre lunch (pate au pesto pour se réchauffer !).

Lucky Bay

On part dès qu'il y a un rayon de soleil se balader sur la plage et faire la marche qui mène à Thistle Cove. Au loin, on aperçoit l'archipel de la recherche, la vue est très belle ! On arrive à Thistle Cove, des géants sont encore passés par là déposer de gros rochers ! Sur le chemin du retour, on aperçoit une maman kangourou et son petit et un peu plus loin, un kangourou qui fait une sieste au soleil.

Thistle Cove

Comme il continue de pleuvoir, on décide de rentrer prendre de l'essence, faire les courses, et faire un dernier tour dans Esperance. Le soir, on rentre au même camp qu'hier et comme on y arrive tôt, c'est cookie ! Puis riz-pesto puis dodo.

Kangourous à Lucky Bay
2
sept

Il a plu et soufflé toute la nuit ! Mathilde est sortie durant la soirée pour décaler le van car on avait peur qu'une branche nous tombe sur la tête ... Quand on se réveille, il pleut encore et on décide de rester au lit une heure de plus, puis de prendre notre petit-déjeuner du fond de notre duvet. Déjà que là on se les caille bien, on se dit que ça va être bien pire en Tasmanie... Vers 8h30, on se lève pour aller faire un dernier tour à Esperance. On voulait y faire deux choses : un marché et un magasin d'art aborigène, mais malheureusement les deux sont fermés.

Esperance

Tant pis, on repart direction Perth à plus de 500 km d'ici ! Je commence à conduire et un piaf suicidaire se jette sous mes roues, je n'ai pas le temps de freiner et le prend en plein dans le parechoc... C'est le premier, et j'espère le dernier, animal que je me prends !! Pas très cool comme expérience...

Vers 13hr, on s'arrête pour manger rapidement du riz/thon et des fraises en dessert. On repart et cette fois-ci Mathilde conduit tandis que je fais une petite sieste digestive. La route longe des lacs à même hauteur que la route (Lake King, Lake Grace), on se demande qui a eu l'idée de faire passer une route ici, à chaque fois qu'il pleut celle-ci doit être inondée... On s'arrête au-dessus de Narrogin pour passer la nuit, après manger, on se regarde une comédie américaine : Accepted ! Un peu tiré par les cheveux, mais ça passe ! Bonne nuit !

3
sept

Pour ce dernier jour de location, nous décidons d'aller à Fremantle le matin et à Perth l'après-midi car nous aurons peu de temps avant de prendre l'avion le 6 septembre pour visiter cette ville. Après deux heures de route, nous arrivons à Fremantle et nous sommes surprises d'y voir autant de monde, tous les perthois sont ici à prendre un bon brunch ! On se rend au marché qui est immense avec un peu de tout : des babioles, de l'art aborigène, produits frais, et un food court qui attirent beaucoup de monde. Après deux tours dans le marché, nous repartons vers Perth. Nous sommes fières de nous car nous avons résisté à la tentation d'acheter des choses (nous prenons l'avion bientôt et il faut éviter de surcharger les sacs comme nous n'avons droit qu'à 20kg).

Fremantle Market

Nous arrivons vers 11hr à Kings Park, le plus grand parc de Perth ! On arrive directement au May Drive Parkland, une des aires de jeux du parc, on est impressionnées par le monde ! Ici, on ne rigole pas avec le pique-nique : les gens ont deux glacières minimum (une pour les saucisses, une pour les bières), des tables et des chaises (ou une simple nappe pour les débutants), des jeux pour enfants (il n'y en a pas assez dans le parc),... On fait comme tout le monde, on s'installe aussi pour prendre notre lunch, mais nous c'est plus rudimentaire : nous sommes assises par terre avec au menu du pain de mie et du thon. On a de la chance car il fait super beau et c'est bien agréable de se poser là pour manger ! Après cette pause, on fait un tour du parc et on emprunte notamment la Lottarywalk Federation Walkway, un sentier qui longe le parc en passant à travers des eucalyptus géants et offrant une vue spectaculaire sur Perth et la Swan River. Un grand parc dans une grande ville, c'est quand même la classe !! Cette marche est super belle et agréable. On fait aussi le jardin botanique dont la spécificité et de contenir uniquement des plantes du Western Australia. On revoit donc nos amis les mulgas, spinifex, eucalyptus, baobabs... Tout commence à bourgeonner, on sent le printemps qui arrive !!

Kings Park

Vers 14h30, on a fini notre tour du parc et on décide de se rendre à notre camp du soir (free) qui se situe à une 100aine de Km à l'Est Perth. On y arrive vers 16h30, à première vue il semble bien agréable mais après un petit tour, on se rend compte que les toilettes sont immondes (je vous passe les détails...) au point d'être obligées de faire pipi dehors (enfin, on a l'habitude maintenant...). Comme nous sommes en avance, on en profite pour nettoyer le van comme nous le rendons le lendemain avant de diner notre fameux riz/pesto.

Ce matin, nous sommes super efficaces : les sacs sont fait rapidement, et après un tour rapide à la station de lavage, on rend le van vers 10hr. A 11hr, on est de retour à notre auberge favorite à Perth, la Wickham Retreat Backpacker (pour rappel, il y a le petit déjeuner à volonté et du riz/pâte gratuits). On reste à l'auberge jusqu'au lunch où l'on profite d'avoir accès à un toaster pour se faire de bons toasts au fromage. On part ensuite à la découverte de la ville et de ses innombrables parcs. On commence par le Langley Park, un parc qui sépare la Swan River du centre-ville. On ne sait pas ce qu'il s'y prépare mais de grosses machines sont en train de retourner la terre... On continue jusqu'au Elizabeth Quay, encore en rénovation, avec l'énorme Bell Tower à l'architecture originale. A première vue, on se demande un peu ce que fait cette tour sur ce quai, mais au final ça rend plutôt bien.

Langley Park et Elizabeth Quay

On remonte vers le centre-ville en passant par le Supreme Court Garden qui est juste super agréable. On s'y arrête pour prendre notre lunch. Des écoliers sont là aussi, ils font bons élèves avec leur uniforme. Après cette pause, on s'attaque au centre-ville et à ses rues commerçantes : Hay St Mall (super huppés), Murray St Mall, et Forrest Place. Perth est clairement une ville à vivre et non une ville touristique, mais c'est tout de même super agréable de s'y promener. Il y a pas mal de commerces, mais dès que l'on sort des grandes artères, bon nombre d'entre eux sont fermés ou en travaux. On ne sait pas si Perth est en train de se développer ou plutôt de sombrer... Nous sommes aussi un peu perturbées car demain c'est notre anniversaire (3 mois en Australie) et nous voulons nous faire un resto pour l'occasion mais malheureusement, nous n'en voyons que très peu...

City Centre
London Court

On continue notre visite de la ville avec le quartier culturel où se trouve le Western Australian Museum qui est aussi en travaux (seul Musée australien dont le cœur est une prison construite par les convicts). Une petite place aménagée entre la gare et le quartier culturel nous plait bien et on s'y pose un peu avant de continuer notre excursion. On va voir un petit passage que nous avons manqué tout à l'heure, le London Court, qui est plein de magasins pour touristes ! C'est très étrange de trouver une telle architecture ici, on se croirait un peu à Strasbourg ! A 16hr, on a bien mal aux jambes, on passe au Woolworths pour s'acheter du pain de mie pour nos toasts au fromage, et des cookies avant de rentrer à l'auberge pour les manger. Diner, blog et au dodo.

Quartier culturel

La nuit a été courte : une fille n'a pas arrêté de ronfler, deux autres sont arrivées en plein milieu de la nuit en faisant un boucan pas possible, et comme je suis encore décalée je me suis réveillée à 5hr et impossible de me rendormir... A la place j'ai essayé d'avancer sur mon blog. On se lève à 8hr, et après avoir pris un bon petit-déjeuner (quand c'est gratuit et à volonté, c'est toujours bon) on part de l'auberge à la découverte des parcs de Perth ! On commence par le quartier de Claisebrook Cove, qui est tout nouveau, tout beau, tout résidentiel et qui donne sur la Swan River. Il y a aussi des restos supers mignons, et avec Mathilde on aime beaucoup. On continue la promenade qui longe la rivière et, au loin, on aperçoit le Perth Stadium encore en construction, et le quartier de Waterbanq qui sort peu à peu de terre. C'est paradoxal, on a l'impression que Perth se construit et s'agrandit de plus en plus, mais d'un autre côté, l'activité commerciale semble un peu en déclin...

Claisebrook Cove et Perth Stadium

On marche jusqu'au Lake Vasto dans l'Ozone Park et l'on y voit des cygnes noirs ! On continue jusqu'au Supreme Court Garden où l'on s'y pose comme des loques jusqu'à midi. On mange nos pâtes/thon devant un match de frisby (on s'en prend quasiment un dans la tête d'ailleurs) et on repart vers Heirisson Island. L'île est bien moins sympa que ce que l'on pensait : on ne voit aucun kangourou (il y est censé y avoir des kangourous gris), ni aucun herisson. On a l'impression qu'un feu et un ouragan sont passés par là car la végétation n'est vraiment pas en forme...

Ozone Park

On repart à la recherche de toilettes et on en trouve au Queens Garden. Ce parc est encore super agréable et très bien entretenu. Décidément les parcs à Perth sont vraiment tops ! Nous voulions nous faire un resto ce midi mais comme nous avons fait les comptes hier, et que nous nous sommes rendus compte qu'il ne nous restait plus qu'une centaine d'euros pour finir le mois de septembre, nous avons abandonné l'idée d'en faire un. Mais il faut quand même fêter nos trois mois à Perth et à la place, on décide de se faire un bon goûter dans un salon de thé. Bon on en trouve aucun, et on se rabat sur un glacier, Gelato. Mathilde prend une glace stratciatella et moi un cookie qui me tombe direct sur le ventre. Après cette petite pause, Mathilde rentre à l'auberge tandis que je vais me promener le long de la rivière pour appeler ma grand-mère et lui souhaiter un bon anniversaire !! Une fois rentrée à l'auberge, on appelle Lee-Ann Lawrence, notre future hôte Helpx qui accepte de nous héberger dès demain soir, alors que nous devions arriver chez elle après-demain matin. Ca nous arrange bien car ça nous évite de payer une nuit à l'auberge à Adelaïde. On profite d'être à l'auberge pour se faire des toasts au fromage mais le manager me voit utiliser son toaster et m'oblige à mettre de la margarine sur le pain de mie pour que ça cuise mieux... Les toasts sont super bourbours et avec Mathilde on a du mal à les finir...

Queens Garden

Cette dernière nuit à Perth a été la meilleure, que c'est agréable de dormir sous une couette et non un duvet. On profite une dernière fois du petit-déjeuner à volonté et on va faire un dernier tour de la ville en passant par un parc situé entre le centre-ville et Kings Park, et traversé par plusieurs grosses routes. Bizarrement, une fois dans le parc, on n'entend rien de la circulation automobile et il est plutôt agréable. On refait un petit tour dans le centre-ville et le quartier culturel avant de prendre le lunch et nous préparer à partir à l'aéroport, car aujourd'hui nous partons à Adélaïde !! En prenant notre lunch, on parle avec une japonaise et un français qui sont tous deux à Perth pour travailler. Plusieurs autres backpackers se sont arrêtés à Perth pour travailler, et beaucoup d'entre eux ont trouvé un job dans le domaine du bâtiment, même les filles ! Je garde ça en tête, c'est bon à savoir pour la suite. On finit de faire nos sacs (qui grossissent de plus en plus, on ne sait pas trop pourquoi...) et on part prendre le bus pour l'aéroport. On prend un bus qui traverse la banlieue résidentielle de Perth, et comme il est 15h, nous sommes envahies par des écoliers en uniforme qui rentrent chez eux (oui, je suis fascinée par les uniformes des écoliers australiens). On arrive à l'aéroport une demi-heure après, on passe la sécurité et encore une fois personne ne vérifie nos passeports. On monte dans l'avion à 17h30 et on décolle peu de temps après, direction Adélaïde !!! Le vol me parait durer une éternité, mais il ne dure en fait que 2 heures... Avec le décalage horaire, nous arrivons à Adélaïde à 22hr, et Lee-Ann nous attend à la sortie de l'aéroport accompagnée de Scamp, son chien trop mignon. Elle et son mari, Greg, habitent une grande maison à Adélaïde Hills, dans la localité de Summertown. La route pour y accéder est en lacet et plus on monte, plus il y a du brouillard mais ça n'a pas l'air de gêner Lee-Ann qui continue d'appuyer sur l'accélérateur... Moi je suis sur le siège passager et je m'accroche à tout ce que je peux pour ne pas basculer ! Durant le trajet, on parle beaucoup, elle est très gentille et super bavarde ! On comprend bien son accent, sauf quand elle part dans des monologues, là on a un peu de mal à la suivre... Arrivées sur place, elle nous fait un petit tour de la demeure : nous avons droit à une chambre chacune avec lit double !! Le grand luxe !! On sent que cette semaine va être très relax et on ne se trompe pas puisqu'on apprend que le mercredi (soit demain) et le jeudi nous ne travaillons pas. Mais dans quelle famille sommes-nous tombées ??

5
sept

Ca y est, nous sommes à mi-parcours de notre voyage en Australie !! 3 mois, qu'est ce que ça passe vite, et en même temps, qu'est ce qu'on en a pu faire des choses... Après avoir sillonné les routes de la Côte Est de Cairns à Brisbane, foulé les terres sacrées d'Uluru-Kata Tjuta, observé la faune australienne à Kakadu National Park, traversé les plaines arides du Western Australia, rêvé sur les plages paradisiaques de la côte Ouest et s'être baignées dans les piscines naturelles de Litchfield National Park et de Karijini National Park, nous voilà arrivées à Perth, un peu épuisées, mais avec un grand sourire et des souvenirs plein la tête. Ce mois-ci a été plus qu'intense avec l'enchainement des relocations/locations entre Darwin et Perth durant lesquelles nous avons gardé un rythme soutenu en se levant quasiment tous les jours à 5hr et en se couchant vers 21hr... Nous n'avons pas chaumé et nous sommes arrivées à Perth avec quelques cernes en plus mais ça en valait clairement la peine !! On a découvert tellement de paysages différents, c'est même par moment difficile de tout assimiler entre les plaines arides, les montagnes, les campagnes verdoyantes, les forets d'eucalyptus géants, les plages paradisiaques. Difficile de se dire que toutes ces régions font parties d'un même pays, elles sont tellement éloignées et singulières les unes des autres que chacune d'entre elle pourrait constituer un pays. Nous avons parcouru qu'une infime de l'Australie, mais le peu qu'on ait vu est magnifique. Mon plus gros regret reste de ne pas avoir eu plus de temps pour faire Broome-Perth car 5 jours pour faire ce trajet, c'est beaucoup trop court...

Depuis le début du voyage, nous avons conduit 5 véhicules différents : Captain Kirk, Xena la Guerrière, Vieux Tacot, Mary Poppins, et Bert. A force d'enchaîner les relocations/locations, nous allons être des pros de la conduite ! Nous sommes passées par tout type de modèle, du vieux van au SUV dernier cri. On devient de plus en plus accros aux automatiques, et revenir à des manuelles est parfois compliqué... C'est quand même beaucoup moins fatiguant de ne pas avoir à se soucier de passer les vitesses ! Nous connaissons bien maintenant les autoroutes australiennes qui ne ressemblent pas à celles en France : il n'y a que deux voies qui peuvent se dédoubler en voie de dépassement, et ici c'est 110 km/hr et pas 130 km/hr. Bon comme nous sommes radines, nous roulons le plus souvent à 100km/hr pour économiser un peu d'essence (on a lu ça sur internet). Maintenant les grandes distances ne nous font plus peurs, on parle davantage en centaine de kilomètres qu'en dizaine. C'est bizarre de relire nos premiers articles, lorsque l'on trouvait que rouler 50 km en une journée était beaucoup, aujourd'hui, on en fait 500 en se faisant une rando le matin... Et oui, nous n'avons pas fait que conduire, nous avons aussi pas mal crapahuté ce qui nous a permis de gagner en souffle, en cardio et il me semble que je suis un peu plus musclée (enfin ça c'est ce que j'espère). Ce qui est sûr (ou presque), c'est que nous grimpons plus facilement... monter en haut du Mount Bruce n'était qu'une balade de santé pour nous ;).

Sur les routes de la Côte Ouest, nous avons rencontré quasiment que des australiens. Sur la côte Est, on croisait quand même pas mal de backpackers avec leur van mais depuis que nous sommes arrivées sur la côte Ouest, on n'en croise plus aucun ! Au bout de trois mois, nous avons maintenant pris l'habitude de dire "good day" à chaque personne que l'on croise, et d'engager la conversation plus naturellement avec les australiens. C'est le retour en France qui va nous paraître étrange !

Comme nous savions qu'au cours de ces road-trips nous n'aurions pas forcément accès à une douche et de l'eau, nous nous attendions à ce que notre hygiène soit mise à rude épreuve, et nous avions vu juste. Mais après seulement quelques jours de voyage, nous nous sommes habituées à sentir mauvais, à coller, et à avoir les cheveux gras. Passer 5 jours sans se laver ne nous fait plus peur (on ne sent même plus les mauvaises odeurs à la fin), nous avons pris l'habitude de faire nos lessives dans les lavabos des toilettes, et nous connaissons aujourd'hui tous les modèles de toilettes sèches qui puissent exister (celles avec brosse, celle avec poussoir à pieds ou à mains, celles qui puent, celles qui n'ont pas été nettoyées depuis des semaines...)... Maintenant, c'est lorsque nous arrivons en ville et que nous avons droit à une douche et à des toilettes avec chasse d'eau que ça nous fait bizarre, on a l'impression que c'est du grand luxe !

Ce troisième mois a aussi été très intense pour notre porte-monnaie qui est un peu trop vide à ce stade de l'aventure... Ce n'est pas que de notre faute, mais les mésaventures font aussi parties du voyage et il faut savoir rebondir ! Avec les prochaines semaines de HelpX prévues, on espère bien remonter la pente et rentrer dans notre budget. Nous, on y croit !!

7
sept

Ce HelpX n'aurait jamais été un HelpX 5 étoiles sans les trois personnes qui nous ont accueillies ces deux semaines : Lee-Ann, Greg, et Scamp. Ils nous ont tous les trois accueillis comme des princesses, et intégrés à leur vie quotidienne comme si nous avions toujours habité ensemble. Ce n'est pas seulement le fait d'avoir eu droit à un confort total chez eux avec une chambre chacune, des lits doubles avec matelas chauffant, une salle de bain pour nous, du pain de mie/fruits/glaces à profusion, mais c'est surtout pour tous les moments que nous avons vécu avec eux qui ont fait de ce HelpX une expérience inoubliable. Ces trois personnages ont tous une personnalité bien différente, et il est nécessaire que je vous les présente pour que vous compreniez ce qui a fait tout le charme de ce séjour.

Lee-Ann, Greg et Scamp

Je commence par Lee-Ann car c'est elle que nous avons rencontré en premier, et c'est avec elle que nous avons partagé le plus de moment. C'est un petit bout de femme super énergique et parfois un peu tête en l'air, bavarde, avec les cheveux rouges, toujours bien maquillée et un grand sourire. Elle nous accueille en nous prenant dans ses bras, comme si nous nous connaissions depuis toujours. Encore une fois, j'ai totalement faux au jeu des devinettes car je me l'imaginais en mamie avec des cheveux blancs... Je me suis bien plantée encore une fois ! Bien qu'elle soit dans la soixantaine, elle est pleine d'énergie et travaille encore trois fois par semaine dans le domaine de la finance. Elle a de gros problèmes de hanches qui, malgré son énergie et sa bonne humeur constante, ont l'air de pas mal la fatiguer. Comme la maison où elle et son mari habitent actuellement se situe sur un terrain en pente, ils ont décidé de déménager pour une maison de plein pieds près de la plage. Pendant les deux semaines où nous serons là, elle passe beaucoup de temps à visiter des maisons et à en discuter avec Greg, ou à nous. Etant de nature assez bavarde, elle part souvent dans des monologues en reprochant à son mari de ne pas finir assez vite les travaux dans la maison actuelle pour qu'ils puissent vendre et acheter au plus vite. Mathilde et moi sommes souvent au milieu de discussions assez tendues entre elle et son mari...

C'est avec Lee-Ann que nous passons le plus clair de notre temps, elle prend soin de nous comme une maman en nous préparant des repas équilibrés et des petites gourmandises en dessert, et en prenant le temps de nous parler et de nous faire découvrir sa région. On passe quasiment toutes nos soirées à jouer et à discuter avec elle : elle nous apprend le Yazthee (Mathilde connaissait déjà) auquel on joue pendant de longuuuuues heures, un jeu de carte anglais qu'on a beaucoup de mal à comprendre, et on lui apprend le Shit Head, le jeu que Ryan nous a appris à Broome. C'est la première fois qu'au cours d'un HelpX on partage autant avec les hôtes, et ce sont des moments inoubliables. On parle beaucoup avec elle, enfin, ELLE nous parle beaucoup car elle est très bavarde et que c'est parfois difficile d'en placer une. Entre le temps de trouver sa phrase en anglais, et le temps de pouvoir la placer, elle a déjà changé de sujet de conversation.

On passe vraiment de bons moments avec elle, qui a toujours fait en sorte de s'accommoder à nos envies et à ce que l'on visite un maximum de leur région, le South Australia. Dès le premier soir, elle nous demande ce qu'on veut faire et quand. Comme on arrive un peu les mains dans les poches sans savoir vraiment ce qu'il y a à faire, on lui répond la Barrossa Valley car j'avais rapidement lu que ça se trouve à proximité d'Adelaïde. Ce n'est en fait pas si près que ça, et elle nous propose plusieurs fois de prendre sa voiture pour qu'on y aille. Mais Mathilde et moi, on ne se sent pas rassurées à l'idée de la conduire et on refuse. Elle nous a emmené avec elle aux quatre coins d'Adélaïde en nous faisant à chaque fois une petite visite guidée. Elle nous a notamment conduit à Port Adelaïde en nous expliquant que, comme son nom l'indique, c'est l'ancien port d'Adelaïde mais qu'aujourd'hui, c'est principalement un quartier résidentiel et que les bars et commerces anciennement présents ferment peu à peu. Ce jour-là, elle nous a déposé au Sémaphore pour qu'on y passe la matinée : on y voit les anciens bâtiments de la défense, et de vieilles bâtisses encore présentes dans le centre-ville. On mange devant l'océan, même si la météo n'est pas forcément avec nous. Greg est censé venir nous récupérer à Adélaïde, mais comme son vol est retardé (c'est le jour où il rentre du Queensland), il ne peut pas être présent. A la place, Lee-Ann nous donne 50$ pour qu'on prenne un taxi comme elle non plus n'est pas disponible pour nous ramener. C'est super sympa, on n'en revient juste pas.

Semaphore

Lee-Ann a l'air de bien aimer les petits plaisirs de la vie, en particulier sortir et s'amuser, et les HelpX sont une bonne excuse pour essayer de nouveaux restaurants/cafés et nous, ça nous convient bien à nous aussi. Avec elle, on va à un "dîner-jazz" dans le restaurant Artisan Café à Blackwood, une ville à 30 min de Summertown. J'y fais une découverte culinaire : le jack fruit (ou jacquier en français) ! C'est pas mauvais, ça a la texture du porc mais c'est un fruit. Par contre, ça a l'air compliqué à cuisiner, il faut le laisser mijoter pendant des heures et des heures... C'est une soirée bien sympa, mais la musique et le bruit général dans le restaurant nous empêche de nous entendre et de discuter. Un autre jour, elle nous emmène bruncher à Strathalbyn puis nous conduit jusqu'à Victor Harbour pour qu'on fasse Granite Island, l'île aux pingouins. Sur la route, elle fait plusieurs stops le long de la côte et notamment à Golwa où elle nous montre la marina en plein développement. A Victor Harbour, elle nous laisse seules nous promener parce qu'avec sa hanche, elle ne peut pas beaucoup marcher. L'île est super belle, on est censées pouvoir y croiser des pingouins, on croit en voir un mais nous ne sommes pas sures que ça soit ça. Il y a aussi un festival de Rock&Roll et ici les gens jouent le jeu à fond en s'habillant comme dans les années 70, et en se lâchant sur la piste de danse. Une exposition de vieilles voitures est aussi présente pour parfaire le décor. On remercie beaucoup Lee-Ann pour cette excursion !!

Victor Harbour et Granite Island

Un autre matin, elle nous dépose à Haigh's pour qu'on fasse la visite de l'usine de chocolat et elle en profite aussi pour s'en acheter. On joue les détectives pour savoir quels sont ces chocolats préférés et on lui en achète pour la remercier de ces deux semaines passées avec elle. On en achète aussi pour nous : chocolat lait/croquant miel et chocolat lait cœur au caramel. L'après-midi, on prend un tram pour aller à Glenelg, la station balnéaire d'Adélaïde. Le tram est gratuit dans le centre d'Adelaïde et de Glenelg, mais payant entre les deux villes. Comme on ne trouve pas de distributeurs de billet, on s'assoit sans payer... On passe la matinée à Glenelg, à visiter la station balnéaire qui me fait beaucoup penser à celles en France : un front de mer avec de gros hôtels et résidences secondaires, des vendeurs de glace/gaufres le long de l'avenue principale menant à la plage, des enfants qui courent partout et personne dans l'eau. L'architecture y est quand même beaucoup plus hétérogène qu'en France : il y a des manoirs, des villas super récentes, des gros immeubles,... On mange devant la jetée avant d'aller à Adelaïde faire un petit tour. Lee-Ann passe nous chercher en fin d'après-midi, après avoir visité plusieurs maisons sur la côte.

Glenelg

Avec elle, on retourne aussi sur les bancs de l'école : on assiste un soir à une conférence de Maggie Beer, une cuisinière australienne réputée, à la South Australia University. Elle vient discuter de sa fondation visant à favoriser une alimentation saine dans les maisons de retraite (on n'a pas tout compris comment). Les universités australiennes sont comme celles aux Etats-Unis : ENORMMMES et tout moderne dans les amphis. C'est bien drôle de se retrouver dans un amphi, mais une heure nous a suffit hihi.

Enfin, Lee-Ann nous fait aussi découvrir son "quartier", Adélaïde Hills. Les premiers jours, elle nous emmène en voiture pour nous montrer les chemins à prendre si on veut faire de la marche, les raccourcis, les commerces,... On ira aussi à la librairie de Stirling chercher des prospectus touristiques sur la région et le parc national. Elle nous emmène plusieurs fois au Mount Lofty pour qu'on admire la vue sur Adélaïde, une fois de jour et une fois de nuit. Malheureusement, le temps n'est pas avec nous, et à chaque fois qu'on y est, il se met à pleuvoir.

Adelaide Hills

Lee-Ann est aussi une amoureuse du jardin, et surtout des bulbes ! Il y en a partout, dans son jardin, et aussi dans sa maison. Bref, durant ces deux semaines, Lee-Ann a juste était une personne en or qui nous a fait partager son amour pour sa région, les bons plaisirs de la vie, et sa bonne humeur !

Les premiers jours de notre séjour, Greg est encore chez son fils dans le Queensland, et nous sentons bien dans les paroles de Lee-Ann que Greg est un être "à part". On le découvre directement à son arrivée ! Quand je l'ai vu arriver, je me suis dit qu'il correspondait bien à la description du "gars dans la lune" : de grands yeux bleus curieux, une barbe de plusieurs jours, des cheveux hirsutes (pas besoin de gel, ses cheveux tiennent droits tout seuls), un tee-shirt et des vieilles tennis qu'il change que quand il part jardiner. Lui aussi est dans la soixantaine, mais il est à la retraite depuis plusieurs années. Il en profite pour s'occuper du jardin, pour aller faire ses "exercices" (du sport quoi), des siestes/méditations et plein de travaux dans la maison. Je n'ai jamais très bien compris quel était son métier exactement, mais il semblerait qu'il ait travaillé dans le bâtiment. Depuis qu'il est à la retraite, il a entrepris pas mal de travaux dans la maison notamment un agrandissement (la suite actuelle de Lee-Ann), un nouveau toit, un deck, et le petit dernier est la véranda qui met du temps à finir.

La maison

Nous avons passé beaucoup moins de temps avec Greg qu'avec Lee-Ann, mais avec sa personnalité hors du commun, il reste un personnage super attachant. Ce qui nous a le plus surpris en le voyant arriver est sa différence avec Lee-Ann : il est calme, complétement perché (bon elle aussi, mais pas dans le même sens), il n'aime pas sortir, ne semble pas avoir les mêmes centres d'intérêt... Leur seul point commun semble être leur amour pour leur jardin, et d'être bavard (mais en n'ayant pas du tout les mêmes sujets de conversation) ! Nos premières soirées tous les quatre étaient assez inconfortables car nous ne savions pas trop de quoi parler : avec Lee-Ann, on peut parler de tout et de rien, avec lui, on parlait surtout de pêche et de "subconscient" (je vous en dis plus à ce sujet dans quelques lignes). Après le dîner, il repart faire les travaux, regarder la télé, ou commencer sa nuit. Il se joint une fois à nous pour jouer aux cartes et c'est bien sympa !

Ce qui fait de Greg un personnage attachant, mais un peu loufoque, est sa fameuse théorie sur le "subconscient" et son régime alimentaire. Plusieurs années auparavant, Greg a eu une crise cardiaque qui l'a amené à revoir ses priorités et à envisager la vie différemment ; depuis cet accident, il ne mange plus (ou quasiment pas) de glucide. Adieux pains, pâtes, riz, patate, fruits, chocolat, gâteaux... Bref, toutes les bonnes choses de la vie quoi. Et vous, vous mangeriez quoi à sa place ??? Lui, il se prépare tout naturellement chaque matin des légumes pour son petit-déjeuner. Oui oui, et pas n'importe quel légume, il a une attirance particulière pour le chou rouge cuit et les brocolis. On lui laisse, nous on mange notre pain de mie sous son regard atterré. Avec lui, on découvre aussi le concept de "morning tea" (concept qui a l'air d'être en fait bien répandu en Australie) : c'est comme un goûter mais à 11hr du matin. Le morning tea est plus consistant que le petit déjeuner, et Greg se prend généralement une part de SON gâteau (farine d'amande, œuf, noix, et surement d'autres ingrédients). Après le morning tea, c'est le lunch : une bonne salade de graines, avec plein de légumes, pendant que nous, nous dégustons les soupes de Lee-Ann. Puis quelques snacks au cours de l'après-midi pour tenir jusqu'au diner. Le soir, c'est généralement Lee-Ann qui cuisine, et pas qu'un peu !! Elle prépare une viande avec plein de légumes en petite quantité, et du coup, on a un peu de tout dans notre assiette : des haricots verts, des carottes, des choux de Bruxelles au vinaigre balsamique, du choux au curry, des courgettes, des tomates, des brocolis, du choux rouge à la pomme, du chou-fleur, des patates,... Greg cuisine quelques soirs, uniquement le poisson qu'il a pêché, et qui est très bon d'ailleurs. Après le diner, on ne prend pas le dessert directement, on attend un petit quart d'heure puis on sort les glaces, les fruits et yoghourt pour se faire un petit snack. On cuisine plusieurs soirs et, au début, on n'est pas très rassurées à cause des interdictions alimentaires de Greg, mais on se rend rapidement compte que sa gourmandise est plus forte que ses convictions en matière de nutrition ... Il mange et se ressert de notre tarte aux pommes, de nos lasagnes à la viande et végétarienne, et de notre gâteau au chocolat (ou gâteau de Patapouf, spécialité de la maman de Mathilde). Avec Mathilde, on rigole bien quand il gratte le fond du plat de lasagne pour manger les pâtes accrochées au fond du plat, ou lorsqu'il vient discrètement prendre des chocolats après le dîner...

Bon appétit

On en vient maintenant à la deuxième facette du personnage, sa théorie sur le subconscient. Il nous en fera part dès la première soirée passées ensemble, et nous en reparlera souvent après. Selon lui, il faut écouter et parler à son subconscient pour atteindre ses objectifs, et la méditation en serait un moyen. En gros, si l'on souhaite quelque chose, il faut y penser très fort et notre subconscient va nous guider tout naturellement vers cet objectif. Il nous donne plusieurs exemples comme être heureux, résoudre un problème de mathématique, gagner au loto, guérir d'un cancer... Il a l'air d'y croire dur comme fer, nous, on est un peu plus sceptiques... Sa croyance en cette théorie fait de lui quelqu'un de très positif, et pour le coup, on ne peut pas reprocher cela à sa théorie.

Lee-Ann et Greg ont deux enfants, une fille et un garçon, qui semblent tous les deux ressembler à leur parent. Le fils aime pêcher, a fait des études de biologie marine, et teste la cuisine vegan avec sa compagne, tandis que la fille est une boule d'énergie, qui tient un vignoble, et travaille au gouvernement à Canberra. On rencontre la fille les derniers jours de notre HelpX et on a eu l'impression de voir une Lee-Ann en plus jeune dès qu'on l'a vue arriver.

La dernière personne de ce HelpX 5 étoiles est Scamp, le chien extraordinaire de Lee-Ann et Greg. C'est un petit toutou tout mignon qui suit sa maitresse partout. Il n'est plus tout jeune (une dizaine d'année), comme sa maitresse, il a des problèmes de hanches et à chaque fois qu'il saute du canapé, il se rétame un peu la gueule... Il me rend un peu gaga, je passe beaucoup d'après-midi à lui faire des calinous. En même temps, difficile de résister à ses yeux de chat poté...

Scamp, comment ne pas craquer...

Grace à ces personnages haut en couleur, nous avons passé deux semaines formidables ! Surtout qu'au final, nous n'avons pas beaucoup travaillé.... Le contrat était de travailler 4hr par jours avec 2 jours de repos par semaine en échange des repas, électricité, logement. En fait, nous avons travaillé que 2 à 3hr par jour avec des repas copieux, des lits supers confortables et des gens supers sympas. Le boulot dépend de la personne qui nous le donne : quand c'est Lee-Ann, on travaille dans la maison à faire le ménage, Greg, lui, nous fait faire du désherbage dans le jardin. Bon, par rapport à Delini, c'est de la rigolade ! Sauf quand les conditions méto se sont pas avec nous, deux jours de suite nous avons du travailler dehors par 10°C, on se les caille un peu... Mais pour une fois qu'on a du travaille, on ne peut pas refuser. On a vraiment été chanceuses de tomber sur un HelpX comme celui-ci, plus ça va, moins on travaille...

Nos lieux de travail

Et quand on ne travaille pas, on avance sur nos blogs respectifs, on fait des calins à Scamp, et on découvre la région. On se balade notamment dans le Cleland National Park où l'on fait la marche allant de Waterfall Gully jusqu'à Summertown. Ce parc national se situe à quelques minutes du centre-ville d'Adélaïde, c'est quand même super sympa d'habiter dans une grande ville et d'avoir un parc naturel juste à côté. Il y a une belle forêt d'eucalyptus et si l'on est attentif on peut y voir des koalas. Bon, nous, on n'en a pas vu, mais on croise des kangourous.

Cleland National Park

On va aussi plusieurs fois à Adelaïde et on accroche beaucoup avec cette ville. Le centre-ville est quadrillé et entouré d'une ceinture verte, facile pour se repérer ! C'est une ville dynamique et assez jeune, le quartier nord de la ville est principalement voué au campus de la South Australia University. Juste à côté, on trouve les musées et la bibliothèque. Les deux rues commerçantes, Rundle Street et Hindley Street accueillent des magasins en tout genre, des centres commerciaux, et des restaurants/bars qui donnent bien envie. Je suis étonnée de voir autant de gros buildings, encore plus qu'à Perth, qui me rappelle aussi les villes nord-américaines. On fait aussi le marché, Adelaïde Central Market, où l'on y vend des produits frais (fruits, fromage, pains...). On craque et on s'achète une pizza, qui même si très petite, est très bonne. Au nord de la ceinture verte, le quartier de l'Oval Stadium a été rénové il y a peu, et la promenade le long de la Torrens River est bien agréable. Le quartier aussi, c'est résidentiel mais avec deux rues commerçantes bien vivantes.

Adelaïde

Arrivées à la fin des deux semaines, on se dit que ça va être bien dur de repartir sur les routes ! Heureusement que le prochain road-trip ne dure que 4 jours, ça nous laisse le temps de nous réhabituer avant le "gros" road-trip que nous prévoyons de faire en Tasmanie. Notre prochaine destination est donc Melbourne, nous nous y rendons avec une relocation de 4 jours (23-26 août). Nous n'y faisons que passer, car nous repartons dès le lendemain (27 août) pour prendre l'avion pour la Tasmanie !! Là-bas, nous avons trouvé un HelpX à Cygnet, dans la Huon Valley, qui veut bien nous accueillir pour deux semaines.

Et ça y est, Fred a pris ses billets pour venir me rejoindre en Australie, il décolle le 22 janvier pour Melbourne !! Ca me parait encore loin, mais ça va arriver très vite !!

23
sept

Dur dur de quitter ce Helpx où l'on est si bien ! Le confort, et surtout, Lee-Ann et Greg vont nous manquer ! Dernière tartine, dernier thé, puis on dit au revoir à Scamp et à Greg qui nous prend même dans ses bras et nous fait la bise ! Ca nous fait tout drôle. Jennifer, la fille de Lee-Ann et Greg, nous emmène ensuite chez le loueur Britz pour qu'on récupère la relocation. Nous avons 4 jours pour nous rendre à Melbourne en passant par la Great Ocean Road ! Nous avons convenu avec Jennifer de nous retrouver par la suite au centre commercial derrière l'aéroport pour prendre un café, car nous voulons dire un dernier au revoir à Lee-Ann qui rentre ce jour de Melbourne. Quand on arrive chez Britz et qu'on voit ce qu'on a comme véhicule, nous ne sommes pas très enthousiastes (surtout après avoir passées deux semaines dans un confort total) : c'est un 4x4 avec une tente sur le toit qu'il faut déplier chaque soir. C'est le véhicule que nous craignons d'avoir depuis le début... Et puis les vendeurs ne sont pas avares en instruction, il nous donne les clefs et nous laisse en plan au milieu du parking. On fait le tour du véhicule : il y a un réchaud amovible, un frigo, un GPS (!!!), des oreillers/sacs de couchage/serviette pour 5 personnes comme le 4x4 est calibré pour 5 personnes. Tous ces équipements sont entassés dans le coffre et sur les sièges arrières, et il ne nous reste que peu de place pour ranger nos propres affaires. Et dire que ce van peut normalement accueillir 5 personnes, déjà qu'à 2 nous sommes serrées !! Ca va être dur de se réhabituer à la vie sur la route, ces deux semaines nous ont bien endormies... Mathilde commence à conduire, c'est une manuelle et elle se conduit plutôt bien, au moins un bon point ! On trouve son nom rapidement : Rambo !

Rambo !

On se rend au centre commercial et on fait des courses avant que Lee-Ann et sa fille arrivent. On trouve même un Aldi (on en cherche un depuis le début car il parait que c'est moins cher que Coles et Woolworths) où l'on achète la brioche aux pépites de chocolat que nous avions repéré chez les Simpson (2d Helpx). Jennifer et Lee-Ann arrivent peu après et on va se poser dans un café et discuter une dernière fois : Lee-Ann me propose une adresse où rester à Melbourne pendant les fêtes, et Jennifer est prête à m'accueillir à Canberra ! Après une dernière grosse bise, on récupère le 4x4 pour partir direction la Great Ocean Road. Aujourd'hui, nous nous sommes fixées comme objectif d'arriver au Grampians National Park pour dormir (on n'aura pas le temps de faire le parc national malheureusement), nous avons donc environ 500 km à parcourir cet après-midi. Mathilde commence à rouler, on traverse des champs de colza mais cette fois-ci on ne croise pas de troupeaux ! Après avoir roulé deux heures, on s'arrête pour prendre le lunch (wraps thon/maïs/fromage) mais il y a tellement de vent que nous sommes obligées de manger à l'intérieur. Je conduis pour la fin de la journée et on traverse peu après la frontière avec le Victoria. Et encore une demi-heure de décalage en plus (8hr maintenant avec la France). On arrive vers 19hr à notre camp du soir, il commence à faire nuit et on se dépêche d'installer la tente. Bon c'est assez simple en fait, il y a juste la fermeture éclair de la protection qui est assez chiante à ouvrir. Je crains plus demain matin quand on va devoir tout ranger !! Ils auraient du nous donner des tentes 2secondes, ça aurait été plus pratique... Une fois le lit fait, on se prépare à manger avec au menu des pâtes ! Nous avons le même réchaud amovible que chez Captain Kirk, et au cours de nos semaines d'expérience, nous sommes maintenant pleine d'astuces pour faire cuire rapidement des pâtes. Mais malgré cela, elles mettent plus de 40 minutes à cuire. On mange à l'intérieur car il fait nuit et qu'il y a trop de vent pour manger dehors. En rangeant la table après avoir diner, je me retrouve avec une grosse araignée sur le pieds et je ne cris même pas, je m'améliore !! On se couche vers 21hr, c'est parti pour cette première nuit sous la tente...

Lever 7hr, il a plu et il y a eu du vent toute la nuit ! Heureusement, le toit ne s'est pas envolé !! On met 20 min à tout ranger, je suis obligée de monter sur le toit pour remettre la tente et fermer la fichue fermeture éclair de la protection... Une fois cette gymnastique terminée, on part direction Port Fairy, on met deux heures pour y arriver. On fait rapidement le tour du centre-ville qui est assez petit et où l'attraction principale est un café qui attire touristes et habitués. On se balade ensuite le long de la Moyne River où de belles villas touristiques donnent sur la marina. Malgré les nuages menaçant, on continue notre visite jusqu'à la Griffiths Island, une petite île sauvage avec un phare trop mignon ! Mathilde et moi sommes sous le charme de ce petit coin de nature préservé.

Port Fairy

On repart direction Warnambool, point de départ (ou d'arrivée) de la Great Ocean Road. Par rapport aux distances que nous avons parcourues pendant nos derniers road-trip, tout nous parait rapide maintenant. Nous arrivons dans cette ville après seulement une trentaine de minutes. C'est une ville importante de la côte, on y retrouve des magasins en tout genre mais le centre-ville ne nous donne pas envie. On se dirige vers la plage où un grand parc a été aménagé avec des jeux pour enfant (labyrinthe, tyrolienne)... Y'a pas à dire, les australiens sont les pros des aménagements extérieurs ! On va sur la plage mais il pleut encore plus fort et on décide de retourner au van pour continuer notre périple sur la Great Ocean Road car nous n'avons pas beaucoup de temps non plus pour la faire.

Warnambool

Notre premier arrêt sur cette route tant réputée est la Bay of Island, et ben nous ne sommes pas déçues ! La mer est bien déchainée et les vagues viennent cogner les roches calcaires marquées par l'érosion. Malgré le mauvais temps, le paysage est magnifique !

Bay of island

On fait un deuxième arrêt à The Grotto mais lorsque l'on y arrive, il pleut d'autant plus fort et on préfère manger (wrap thon/maïs/fromage) à l'intérieur du van en attendant que ça se calme un peu. Dès qu'il y a un rayon de soleil, on sort le bout du nez pour aller admirer la côte.

The Grotto

L'arrêt suivant est London Bridge qui est un ancien pont en roche calcaire qui s'est effondré au XXème siècle créant ainsi une petite île. Il n'y a pas eu de blessés pendant l'effondrement, mais des touristes étaient présents et se sont retrouvés coincés pendant plusieurs heures sur l'île nouvellement créée avant d'être secourus. La vue et les escarpements sont encore magnifiques ! Ohlalaaaaa !!!!

London Bridge

On reprend le van direction Port Campbell mais on ne s'y arrête pas, on avance jusqu'à Loch Ard Gorge. On n'avait pas vu de touristes pendant les derniers mois mais ça y est, je crois qu'on les a trouvés ! Des cars de touristes asiatiques n'arrêtent pas d'arriver. La vue est encore magnifique, les rochers sont tellement érodés qu'on se demande comment ils tiennent encore. Malgré le mauvais temps, je prends 5 minutes sur la plage pour écrire un "bon anniversaire Simon" pour mon cousin. A peine écrit, la mer vient effacer le message...

Loch Ard Gorge

Il recommence à pleuvoir et on se dit qu'on a encore le temps de faire les 12 Apôtres avant de trouver un camp pour le soir. Arrivées là-bas, on reste pontoises : c'est noir de monde !!! Difficile de se tromper de chemin, on suit le troupeau pour aller voir les 7 rochers dans l'océan. Ces 7 rochers crées par l'érosion étaient initialement appelés 'la truie et ses petits" mais on a trouvé cela plus élégant de les renommer les "12 apôtres". Le chiffre 12 restent un mystère car il n'y a bien que 7 rochers visibles de la côte, bien qu'en hélicoptère il soit possible d'en apercevoir 11. On emprunte le sentier qui permet de les voir, à par dire "ohlala" nous ne parlons pas beaucoup... A peine nous avons fini de prendre nos photos qu'il se met à pleuvoir très fort et nous rentrons trempées au van. Un sentier permettait de descendre sur la plage mais avec le mauvais temps, nous avons trouvé plus judicieux de rentrer directement.

12 apôtres
Paumées au milieu de la forêt

On repart donc direction notre camp du soir qui se trouve dans le Great Otway National Park. Moi qui voulait prendre une route 4x4 pour tester notre van, je suis servie ! La route est bien défoncée, on traverse une forêt qui semble être une forêt tropicale et on aperçoit plusieurs bambies sur la route ! Quand on arrive au camp, nous sortons directement la tente car il commence à faire nuit et qu'il pleuviote encore un peu. On ne fait rien cuire à cause du mauvais temps, on se mange des wraps au chaud dans le van. Le camp où nous sommes ne nous rassure pas beaucoup : nous sommes en plein milieu de la forêt, seules, il y a du vent, il pleut, et il y a plein de bruits bizarres. Nous nous couchons rapidement en espérant que la nuit passe vite, mais à peine couchées, un "bruit" énorme se fait entendre, il est de plus en plus fort et semble s'approcher de nous et de notre tente qui nous parait bien fragile. Mathilde et moi restons terrées au fond de nos duvets, flippées à mort, aucune de nous n'osent parler mais on s'imagine chacune la fin du monde arriver... J'associe le "bruit" à la rivière, et du fond du lit, je me dis qu'elle est en train de déborder et que dans quelques minutes on va se faire emporter par les eaux, mais non le "bruit" passe et le van reste immobile. Mathilde, elle, pense au monstre dans Lost ou à un camion qui nous fonce dessus. On reste bien 10 minutes à ne pas oser parler, Mathilde rompt le silence car elle a entendu une bête sur le toit de la tente... On rigole nerveusement en parlant du "bruit" et en se demandant ce que ça pouvait être, on se souhaite bonne nuit et surtout bon courage car aucune de nous deux sommes bien rassurées... On passe la nuit à l'affut du moindre bruit, terrées au fond de notre duvet.

Après cette nuit mouvementée, Mathilde est la première à sortir de la tente et elle s'attend à ce que ce soit un carnage autour du van, mais non tout est bien en ordre, il fait beau, les oiseaux chantent comme s'il ne s'était rien passé cette nuit. On en reparle, cette fois-ci avec le sourire, et on se demande bien quel était ce bruit qui était vraiment ENORME et qui nous a terrifié au point de nous faire taire... On ne saura jamais je crois bien. Il a quand même plu toute la nuit et la tente est bien humide. Comme hier, je monte sur le toit pour la ranger et me retrouve un peu trempée... On part ensuite direction le Cape Otway. Celui-ci est payant et on préfère se balader le long de la côte en empruntant une partie de la Great Ocean Walk. La cote est encore différente de ce que l'on a pu voir jusqu'à présent : elle est encore plus végétalisée, et comme c'est le printemps, tout commence à fleurir. On rencontre pas mal de marcheurs qui font la totalité de la Great Ocean Walk.

Cape Otway

On reprend le van pour se rendre à Apollo Bay où nous sommes rejointes par les cars touristiques asiatiques. Le temps est mitigé, entre grand soleil et averse. On profite d'une accalmie pour se promener le long de la plage, et admirer les montagnes toutes vertes en arrière plan. Après s'être promenées, on tente de manger dehors nos wraps mais il se met à pleuvoir en plein milieu du repas et nous sommes obligées de rentrer dans le van tellement il pleut.

Apollo Bay

Après cela, on repart direction Lorne en faisant un petit stop au Cape Patton. Les paysages le long de cette route sont vraiment beaux : c'est une alternance de prairies humides, montagnes, et côte. On arrive à Lorne, c'est une ville touristique quelconque avec plein d'aménagements pour les enfants, on n'y attarde pas trop. On y apprend quand même que la Great Ocean Road a été construite par les soldats revenus de la 1WW avec pour objectif de relier les petits villages côtiers.

Cape Patton
Eskine Falls

On se rend plutôt à Eskine Falls voir de belles chutes d'eau et faire notre sport de la journée avec 200 marches à descendre et grimper ! Pour repartir, la pente est assez raide et je dois m'y prendre à plusieurs reprises avant de réussir à la gravir avec le van... On se rend à notre camp du soir qui se trouve encore une fois dans le Great Otway National Park, on espère qu'il sera mieux qu'hier ! On essaye un premier camp qui est fermé et on en trouve un deuxième génial, où une famille de kangourous et tranquillement en train de manger de l'herbe. Il y a même la maman avec le bébé dans la poche !! Ils sont vraiment énorme et on se dit que ce qu'on a vu jusqu'à présent devait être des wallabies car ils étaient plus petits. Eux sont vraiment énormes, on n'a pas envie de venir les embêter. On sort notre tente sans difficulté, on mange notre riz/pesto à l'intérieur car encore une fois, il fait froid (surtout après avoir attendu 1hr que ça cuise) et on se met au lit. Comme c'est notre dernier soir, on se permet une petit folie : on se regarde un film "The Lost City of Z" en mangeant mon dernier chocolat de chez Haigh's.

Amis du soir, bonsoir

Dernier jour de relocation, on est bien contentes de ne pas avoir plus avec ce véhicule et ce temps !! Quand on se lève, les kangourous sont déjà partis, plein de perroquets les ont remplacés ! Notre premier arrêt de la journée est Aireys Inlet où il y a un phare qui, cette fois-ci, n'est pas payant. Il y a des baraques énormes juste à côté et le long de la route côtière, le risque érosion ne semble pas exister ici... Le phare et la côté sont magnifiques, surtout avec ce beau temps.

Aireys Inlet

On repart vers Anglesea, notre avant-dernière ville sur la Great Ocean Road. On s'imaginait la ville comme une petite station balnéaire, mais c'est en fait une ville toute étalée et pas très attrayante. Son seul point positif est la balade le long de la Anglesea River qui est bien agréable. On y voit même un lapinou !!

Anglesea

On continue notre périple le long de la Great Ocean Road avec le Point Addis qui donne sur le Marine National Park du même nom. Les escarpements sont magnifiques, on voit plein de petits points noirs dans l'eau : ce sont des surfeurs qui se battent avec le courant ! On reprend le van pour se rendre à Bells Beach à 5min du Point Addis. On retrouve les même escarpements et les surfeurs qui attendent la vague.

Point Addis et Bells Beach

La dernière ville de la route côtière est Torquay (ou la première si l'on commence la route au départ de Melbourne). C'est une station balnéaire sympa avec une belle plage, mais ce n'est clairement pas les villes que nous retenons de la Great Ocean Road. On s'y balade un peu avant de se poser dehors pour manger ! On aura finalement réussi à manger une fois dehors en 4 jours de road-trip.

Ca y est, c'est la fin, nous repartons vers Melbourne car nous devons rendre le véhicule avant 15hr. Mathilde conduit, tandis que je fais une petite sieste digestive. On arrive à Melbourne à 14hr, on met de l'essence, on nettoie et à 15hr nous sommes chez Britz. On tombe sur un vendeur français qui nous informe que nous avons 50$ d'essence offert ! Bonne surprise, c'était écrit nul part ! Pour se rendre à notre auberge dans le quartier de St Kilda, nous devons prendre deux bus et encore heureuse surprise, nous ne payons dans aucun des bus comme nous n'avons pas de carte de transport et qu'on ne peut pas payer dans le bus. Ce n'était pas fait exprès, mais ça nous arrange bien. On traverse une partie du centre-ville de Melbourne : c'est graaaaaaaaaannnd !!! Il y a des gros buildings, des voitures, des gens partout, des trams... Le quartier de St Kilda est super sympa aussi, on s'y balade un peu une fois avoir déposé nos sacs à l'auberge Summer House. On passe devant le Luna Park, le parc d'attraction légendaire de Melbourne, dans les rues vivantes d'Acland Street et de Fitzroy Street, et le long de la plage jusqu'à St Kilda Pier ! On ne passe qu'une fin d'après-midi dans ce quartier très vivant, mais il faut clairement qu'on y retourne la prochaine fois qu'on sera à Melbourne. Le soir, pizza micro-onde avant de dodo à 20hr. Demain, nous nous levons tôt pour prendre l'avion direction la Tasmanie !!!!

Premiers pas à Melbourne...
27
sept

Ce matin nous nous levons à 5h30 pour prendre la navette direction l'aéroport de Melbourne où un gros navion nous attend pour nous emmener à Hobart. Difficile de réaliser qu'on se rend en Tasmanie, car pour nous la Tasmanie rime avec fin du voyage. Et dire qu'au début de l'aventure nous n'étions même pas sures d'avoir le temps de s'y rendre... Le dicton avait raison : rien ne se passe jamais comme prévu en Australie !! Dicton qui se vérifie aussi lors de notre trajet en bus pour se rendre à l'aéroport... Il arrive pile poile à l'heure, mais on se rend compte que le conducteur est en formation ; le formateur est à côté à lui expliquer comment conduire, rendre l'argent, regarder... bref il lui explique tout et ça prend trois plombes, et l'heure tourne. En temps normal, ça ne nous aurait pas dérangé, mais là nous devons prendre l'avion, et nous n'avons vraiment pas prévu large : notre vol est à 8h30, et le bus est censé arriver à 7h15 à l'aéroport. Comme c'est un vol domestique, nous ne sommes pas obligées d'y être longtemps en avance, mais il faut quand même qu'on ait le temps d'enregistrer nos bagages. Le conducteur avance très longtemps, et le formateur le perturbe en lui racontant plein de choses. Ca y est nous allons être en retard, le formateur annonce qu'il reste encore 40 minutes de trajet alors qu'il est 6h45... Il va falloir se dépêcher à l'aéroport ! Le formateur reprend la parole quelques minutes plus tard, il y a un accident sur l'autoroute, il faut donc passer par le centre-ville... Super, ce n'est pas notre jour de chance !! Maintenant que nous sommes dans le bus, nous ne pouvons plus rien faire, et nous arrivons finalement à l'aéroport à 7h25. Hop hop, on s'enregistre, on passe les sécurités (personne pour vérifier notre passeport ?? Non toujours pas...), et on grimpe dans l'avion ! Le vol dure un peu plus d'une heure, on passe au-dessus de la côte, les plages ont l'air magnifiques et qu'est ce que c'est vert ! Nous atterrissons, ça y est nous sommes en Tasmanie ! En récupérant mon bagage, un chien de la sécurité n'arrête pas de sniffer mon backpack... La dame de la sécurité me demande si je ne transporte pas des fruits ou des graines, mais ce que sent le chien est ma gamelle avec son odeur de thon imprégné... Il devient urgent de nettoyer en profondeur nos gamelles et gourdes !! On galère encore pour trouver la navette, mais après plusieurs allez et vient dans l'aéroport on la trouve enfin. On grimpe et nous partons direction Hobart. Il ne fait pas très beau et notre première impression d'Hobart n'est pas très bonne : il y a de gros buildings ressemblant à ceux de l'URSS, et le reste de la ville semble s'étaler en quartier résidentiel. Comme nous avons nos backpacks, nous décidons de se la jouer cool aujourd'hui, on aura d'autres moments pour visiter la ville. On se rend quand même au centre d'information mais il n'y a rien de chez rien et on part à la recherche d'un food court où l'on puisse se poser et manger. D'habitude on en trouve facilement, mais là on tourne en rond longtemps avant d'en trouver un minuscule. Je mange une tarte aux légumes et un muffin aux pépites de chocolat et Mathilde un toast au fromage et un muffin aussi. On reste assises un bon temps, en attendant notre bus de 17h15 pour nous rendre à Cygnet, où notre Helpx nous attend. Quand on sort pour aller à l'arrêt de bus, il pleut comme vache qui pisse et on se fait vite tremper. Au dernier moment, Mathilde court sous la pluie pour aller acheter du chocolat pour qu'on se fasse des cookies car demain c'est mon anniversaire !! Le bus arrive enfin, il y a du monde sur la route et on arrive en retard à Cygnet, mais Sally est là à nous attendre. Elle est venue en voiture, il fait déjà nuit et on ne voit rien du paysage en arrivant chez elle. Sally est retraitée, elle boit du thé, est végétarienne, très écolo, adore les animaux... Bref tout pour me plaire ! Elle a l'air très carré aussi, avec elle, on sent qu'on va devoir travailler ! Pour notre première soirée, elle nous a préparé une Shepherd's pie qui est, en gros, un hachis Parmentier mais avec des légumineuses/légumes/fromage de chèvre à la place. Et j'ai beau essayer, le fromage de chèvre, ça ne sera jamais mon truc... En dessert, nous avons droit à de la glace, des petits gâteaux, des chocolats,... Ce n'est pas ici qu'on va faire un régime ! Sally a deux labradors, Ella (noir) et Daisy (blonde), qui sont toutes les deux des chiens secourus. Ella semble avoir peur de moi ce soir ... Il y a aussi un mari dans l'histoire, Laurie, mais qui est actuellement dans les Pyrénées en train de faire le circuit des cols en vélo. Il revient le 9 octobre en Tasmanie. On va se coucher pour se préparer à demain... Enfin, comme on vient d'arriver et que c'est mon anniversaire, Sally nous donne un day off demain !!

28
sept

Ca y est, j'ai 24 ans !! Enfin, pas encore tout à fait, parce que nous sommes un peu en avance par rapport à l'heure française... Et pour ce premier jour, Sally nous autorise à ne pas travailler. Nous avons vraiment de la chance pour les HelpX car encore une fois, Sally est super sympa ! Elle me souhaite un bon anniversaire dès le matin et nous donne tous les ingrédients pour qu'on puisse faire des cookies. Quand on se lève, c'est vraiment la surprise : la maison de Sally se trouve en pleine campagne, nous avons vu sur son jardin où les fleurs commencent à éclore, et derrière une grande prairie où des bœufs viennent paître. On aperçoit aussi ses moutons, ses deux ânes et un peu plus loin ses poules, dont une qui s'est échappée du poulailler et qui joue à cache-cache. Sally a aussi quatre chevaux, dont un petit shetland qui semble tout perdu parmi les grands tagada. Tous ces animaux ont été secourus, certains sont plus peureux que d'autre à la vue d'êtres humains...

La ferme de Sally

Ce matin, elle nous fait gouter au porridge ! Ma mère en mange tous les matins, et ça m'a toujours un peu dégouté, mais là je suis obligée d'y goûter. La texture n'est vraiment pas top, mais avec beaucoup de sucre et des fruits, ça passe. Le matin, Mathilde se met aux fourneaux pour préparer les cookies, c'est agréable de ne rien faire quand c'est les autres qui travaillent ! Quand c'est cuit, on en goute un et elle m'offre mes cadeaux d'anniversaire : un sac avec un émeu trop rigolo et deux carnets pour que je puisse continuer à écrire mon journal car je n'ai plus de place dans mon carnet actuel ! Merci encore Mathilde !!! :D On part ensuite découvrir la ville de Cygnet qui fait vraiment petit village. Il y a tout dedans (sauf le dentiste nous dira Sally), on zieute rapidement dans les commerces (dont la bakerie qui donne grandement envie), et on va jusqu'au port. Les paysages sont vraiment beaux : on a vu sur la Kangaroo Bay et les montagnes toutes vertes derrière.

Cygnet

On retourne à la maison et une partie de nos cookies ont disparu, Daisy et Ella les ont mangé car nous les avions laissé sur la table !! Ouuups !! On prend le lunch : nous avons droit à du pain frais aux olives/oignons, avec du fromage et du confit d'oignon. On se fait des sandwichs de luxe ! Juliette, Damien et mes parents m'appellent avant qu'ils ne partent tous au boulot. Moi je savoure mes 24 ans, en buvant mon thé au soleil, et en admirant les paysages... Vers 17h30 Betsy, une amie chanteuse de Sally arrive, elle va animer des cours de chant pour la première fois ce soir à Cygnet. Il est 18hr et c'est déjà l'heure de manger car le cours commence à 19h15. Ce soir c'est soupe avec du fromage. On part vite après, et il commence à pleuvoir à torrent... La séance se déroule dans une salle du Town Hall, nous sommes bien une vingtaine à être présents (dont deux hommes). En arrivant, Sally nous présente et j'ai droit à un Happy Birthday chanté par la chorale ! Moment un peu gênant mais super sympa ! Fêter ses 24 ans avec une chorale en plein milieu de la Tasmanie, c'est quand même la classe. Le cours dure deux heures, je suis à côté d'une mémé de 80 ans qui a la pêche de Mike Jagger, et en face, une dame avec un pull vert a la voix de Barry Whitte... Sacrée chorale ! Au début, j'essaye de chanter mais j'abandonne vite, les autres sont des pros... Avec Mathilde, on préfère enchainer des petits pas de danse en arrière sur les chants africains... On rentre vers 21h30, Sally et Betsy prennent un dernier petit snack tandis que nous, on va se coucher après avoir dit bonne nuit à Ella et Daisy.

29
sept

Le premier jour dans ce Helpx est mémorable, et les jours suivants aussi grâce à Sally qui s'occupe toujours bien de nous et fait en sorte de nous faire découvrir son quotidien et sa région. Quand les gens sont gentils comme ça, on est contentes de travailler pour eux et chez Sally, nous enchainons pas mal d'heures de boulot ! Bon, la répartition du temps de travail n'est pas top car on doit attendre que Sally soit là pour avoir des tâches, et comme elle est tout le temps en train de courir partout, c'est parfois un peu long d'attendre... On doit travailler environ 4/5 heures par jour, et notre boulot principal est de l'aider dans son jardin immense. Elle et Greg ont emménagé quelques années auparavant, et ils ont beaucoup de projets pour leur jardin dont créer un potager, planter des arbres un peu partout et entretenir tout ça. Ils ont donc besoin de pas mal de main d'euvre, surtout que le printemps arrive ! On passe beaucoup d'heures à faire du mulching, du weeding, du plantage de plantes, du compost avec les donkie poo,... On avance bien et je crois que Sally est contente du travail réalisé. En travaillant, Mathilde se fait des bleus énooormes sur les jambes, on dirait une femme battue ! Elle n'a pourtant pas pris de gros coups et elle préfère aller chez le médecin par mesure de précaution. Ses bleus ne sont finalement rien de grave, ouf !

Ca bosse dur !

Notre travail est récompensé avec des bons petits plats et plein de glaces. Mathilde découvre la cuisine végétarienne et je ne crois pas que ça en ait fait une convaincue. On goute à de bonnes choses (cake à la banane, sticky date pudding, falafel, hummus) et des moins bonnes comme un cake à l'orange. On mange généralement dans le canapé en regardant la télé dont la fameuse série Doc Martin !! En plus de ces petits plats, Sally nous offre tous les soirs de la glace en dessert, parfois du chocolat et des pâtisseries quand elle passe à la boulangerie. Le matin, je m'habitue même à manger du porridge accompagné de fruits et d'un peu de yaourt. Un matin, elle nous prépare aussi un vrai petit déjeuner à l'anglaise : tomate, oeufs brouillés, toasts au beurre, halloumi,... Pas mauvais du tout ! Elle me fait aussi goûter son thé préféré : un mélange de Melbourne Tea (aromatisé à la vanille) et de French Earl Grey (je ne savais pas que le Earl Grey pouvait être French...).

Nous sommes aussi très bien installées : nous partageons une chambre et nous avons notre propre salle de bain. Les premiers jours, nous avons un peu froid dans le lit car nous nous étions habituées au matelas chauffant de chez Lee-Ann... J'attrape même un petit rhume, mais qui est vite chassé grâce au Tea Tree ! La maison est récente, et Mathilde et moi sommes tombées amoureuses de la grande pièce à vivre qui fait salon/salle à manger/cuisine. Il y a du bois partout et de grandes baies vitrées qui donnent sur la campagne, c'est super agréable de se poser là quand on ne travaille pas ! Je reste beaucoup d'après-midi avachie sur le canapé, à boire un petit thé en caressant Daisy et Ella (ou en regardant Gilmore Girl, série conseillée par Mathilde. Je la regarde pour perfectionner ma compréhension orale bien entendu).

Cosy

Sally fait aussi en sorte de nous faire découvrire sa région. Le premier dimanche, elle nous emmène au marché de Cygnet où il y a plein de producteurs et d'artisans locaux. On craque sur un stand de céramique, Raw Céramique, dont les objets sont produits dans la Huon Valley. Dans la rue, on croise un monsieur qui a les mains remplis et a besoin d'aide pour ouvrir sa voiture. Je l'aide donc en tenant ses affaires et il me remercie en m'offrant une belle carte postale de Cygnet, c'est trop gentil ! On passe aussi à la fameuse bakery qui est juste délicieuse. On y retourne plusieurs fois durant notre séjour et à chaque fois, il y a des gâteaux différents. Je teste donc les différents muffins : chocolat blanc/strawberries, ginger/chocolate, et banana cake. On se promène aussi dans le village et sur le port. Bien que Cygnet soit un petit village, c'est toujours vivant et les commerces sont toujours remplis. Pour fêter notre anniversaire du 4ème mois en Australie, Sally nous conseille le Red Velvet qui propose une soirée pizza le vendredi soir avec un petit concert. Tout Cygnet est réunis ce soir-là, mais personne n'écoute vraiment la chanteuse et le guitariste. Les pizzas sont bien bonnes, et on se fait même plaisir avec un petit dessert.

Petits plaisirs

Sally nous emmène aussi deux fois à la plage pour promener Ella et Daisy. C'est la première fois que l'on voit Daisy aussi excitée, elle se met même à courir !! Il faut savoir que Daisy est une vieille mémére de plus de 10 ans dont les occupations favorites sont de manger ou de dormir... Alors là, la voir courir est assez surprenant ! Ella, comme à son habitude, court partout et a l'air de bien apprécier sa petite baignade. Un autre jour, Sally nous emmène faire du "rowing". On accepte alors qu'on ne sait même pas ce que c'est... Après une petite recherche sur internet, on comprend que c'est de l'aviron ! Coooool ! On va naviguer sur "The Swan", un bâteau construit et appartenant à la communauté de Cygnet. Chaque membre de la communauté peut l'utiliser en s'inscrivant sur le planning. Nous sommes 6 à partir en mer aujourd'hui et surprise, il y a Frida, la vendeuse de céramique que nous avons rencontré sur le marché de Cygnet ! Mathilde commence à pagayer mais c'est sa première fois et c'est compliqué. Je suis dérrière à contempler le paysage : nous sommes au milieu de la baie, entourées par les montagnes ! Avec Mathilde, on échange de place à mi parcours et c'est à mon tour de pagayer. Heureusement que j'en ai déjà un peu fait quand j'étais petite avec mon papi sur l'Oise, parce que les pagaies sont bien lourdes et qu'elles ne sont pas évidentes à manier. Même si le temps est à chier et que nous sommes trempées, on est super contentes que Sally nous ait proposé de venir avec elle !

Sur la plage ...

Bien que ça ne fasse que trois ans que Sally est installée à Cygnet, elle est une membre active de la "communauté" ! Elle fait partie de plusieurs associations dont "meals on wheels" (distribution de plats préparés pour les personnes âgées), Bright Side (refuge pour les animaux), Cygnet Folk Festival, club jardinage... Elle connait tout le monde et on croise souvent ses amies chez elle. Un jour, l'une d'entre elle se ramène avec des bébés wallabies recupérés le long de la route, ils sont trop mignons !!

Bébés wallabies

Nous avons aussi droit à deux jours de congés et le premier nous en profitons pour aller à Hobart voir le Salamanca Market et le MOMA (Museum of Old and New Art). Nous avons pris le bus le matin, qui nous dépose dans la City à deux pas du Salamanca Market. Il y a de tout dans ce marché : des artisans locaux, des food-trucks, un peu d'alimentaire... C'est LE marché d'Hobart et on comprend pourquoi ! On en fait le tour plusieurs fois, on a envie d'acheter plein de choses mais la place dans notre sac est limité... Mathilde craque pour une écharpe qui est très belle. A midi, on s'arrête dans un food-truck spécialisé dans les burgers, je prends le végétarion (oeuf, pesto, champignon) et Mathilde celui au poulet. On se rend rapidement au St Pierre Pier pour prendre le ferry direction le MONA. Le bâteau est en camouflage gris, avec Mathilde on ne trouve pas cela très joli... On embarque pour une vingtaine de minutes, on a vraiment de la chance avec le temps, il fait grand soleil alors qu'il a fait très mauvais tout le reste de la semaine ! On sort même les lunettes de soleil. On arrive enfin au musée et je suis étonnée par le monde ... Ca grouille de partout !! Dès le départ, on se donne rendez-vous à l'accueil car on sent qu'on va se perdre comme nous n'avons pas le même rythme de visite... En effet, je perds Mathilde au bout de deux minutes et je continue l'exploration du musée seule. Comme d'habitude, j'arrive un peu en grosse touriste : je savais que le MONA comprenait de l'art contemportain mais je ne m'attendais pas à ce que ce soit SI contemporain. Le MONA a été crée par David Walsh, joueur professionel, dans le but de choquer et pour ma part c'est réussi ! Dans la première salle que je visite, il y a des squelettes qui copulent, je passe ensuite devant un bocal avec un poisson rouge vivant et un couteau de cuisine dedans, je traverse ensuite une pièce où chaque tiroir fait un rire différent pour arriver sur le "couloir des vagins". Je fais aussi le tour du "Museum of everything", l'exposition temporaire qui met en lumière des artistes qui n'ont jamais eu leur place dans des musées malgré leur talent. Je dois avouer que ce musée me laisse assez perplexe, je ressors de là avec des yeux ronds et un petit mal de crâne. Mathilde m'attend à l'accueil depuis une heure quand je finis enfin. Quand on fait le débrief, c'est bizarre car on a l'impression de ne pas avoir vu le même musée : il y a tellement de pièces cachées que nous en avons chacune manquées quelques unes. On prend le ferry de 17hr pour retourner à Hobart où nous nous promenons sur le port en attendant que Sally vienne nous chercher. Aujourd'hui, elle enregistrait un CD avec sa chorale à Hobart et nous a donc proposé de nous ramener le soir. Demain soir, elle participe à un concert avec cette même chorale. Elle nous récupère et on rentre directement à Cygnet, elle a la voix toute cassée...

Salamanca Market
MONA

Pour notre second day off, Sally nous prête sa voiture pour que nous nous rendions à Cockle Creek faire une rando dans la Tasmanian Wilderness World Heritage Area, c'est le point le plus au sud où l'on peut se rendre en Australie !! La veille, Sally et Laurie avaient entrepis des travaux pour le potager et Laurie avait malencontreusement percé un de tuyau amenant l'eau à la maison... Nous avons donc passé la veille au soir et ce matin sans eau... Laurie est tout de même allé acheter un bidon d'eau potable de 10 Litres car il faut bien qu'on boive, et que ce week-end il y a aussi un autre invité, Louis, le chien du fils de Sally et Laurie qui a tout le temps soif (et qui réussit à mettre trois balles dans sa bouche, pas évident). Après avoir pris un petit déjeuner, nous partons avec leur petite voiture jaune direction Cockle Creek en espérant que l'eau soit revenue d'ici ce soir, mais avant, nous nous arrêtons au IGA de Cygnet pour acheter des Fingers à Sally (on veut la remercier pour les deux semaines et on sait qu'elle adore cela) et s'acheter un sandwich dans la bonne bakery. Une fois les petites emplettes terminées, on s'en va sur les routes, ça fait bizarre de se retrouver dans une petite voiture ! C'est comme quand on passe du camping-car à une voiture, on a l'impression que notre cul va toucher le sol !! C'est Mathilde qui conduit et bien qu'elle conduise très bien, je ne me sens pas bien du tout ! Les routes sont en lacet et ça monte et ça descend... je sens que je ne vais pas aimer faire de la route en Tasmanie... On arrive enfin et on commence à marcher vers 11hr30 pour s'arrêter rapidement après car nos sandwichs partent en cacahuète et on préfère les manger rapidement. On s'installe donc sur un tronc d'arbre pour les déguster... Que c'est bon de manger une bonne baguette !! On repart ensuite, on traverse une forêt humide pour déboucher sur une immense plaine avec au loin des monts enneigés !! Le paysage est spectaculaire et on a du mal à se dire qu'on se trouve en Tasmanie ! On rencontre d'autres randonneurs qui viennent de beaucoup plus loin. On entre à nouveau dans une forêt humide et on entend la plage qui approche... Quelques minutes plus loin, on y est enfin ! Encore une fois, on ne s'attendait pas à ça : c'est beaucoup plus minérale que ce que je pensais ! Je m'attendais à une belle plage et en fait pas du tout, et c'est d'autant plus impressionant ! On se pose là quelques minutes et on réalise à quel point le temps passe vite : ça y est, demain nous partons de chez Sally et Laurie pour notre dernier "grand" road-trip, 15 jours à travers la Tasmanie ! On repart ensuite à la voiutre, le retour est plus rapide qu'à l'aller. Bien évidement, je fais zip le pingouin sans gravité. On arrive à la voiture et je conduis sur le retour (ça évite d'avoir mal au coeur). Sur la route, je m'arrête brusquement en voyant un chien allongé par terre. Comme il ne bouge pas, on croit qu'il est mort ou gravement blessé, mais à l'instant où je me mets sur le bas côté pour aller le voir il relève la tête et s'en va tranquillement... Décidément les animaux australiens ne sont pas très futés (ou ils sont tous suicidaires) !! Je continue de rouler et, à un tournant, une poule d'eau sortie de nul part fonce sous les roues de la voiture... Une voiture était juste dérrière moi donc je ne pouvais pas freiner, j'ai essayé de faire un écart mais la poule, au lieu de retourner sur le bas côté, a plutôt décidé de continuer sur la route et de passer sous mes roues... J'en suis donc à mon deuxième volatile. Je roule à deux l'heure jusqu'à arriver chez Sally et Laurie. L'eau est enfin revenue (on apprend que Laurie a troué une deuxième fois le tuyau et l'a re-réparé), et on mange une dernière fois tous ensemble dans le canapé, en regardant Doc Martin.

Cockle Creek

Pour remercier Sally et Laurie de leur accueil, nous cuisinons pour eux un jour des lasagnes végétariennes et des choux craquelins. Gros stress au moment de la préparation des choux craquelins, la texture de la pâte est beaucoup plus liquide que d'habitude mais plus de peur que de mal, ils montent une fois dans le four. On fourre les choux avec de la glace et ça passe tout seul, les lasagnes aussi. Je retiens la remarque de Sally qui compare mes choux à des "pancakes"... Un chou craquelin, un pancake, non mais je rêve !! C'est fou, les anglo-saxons comparent toujours tout à des pancakes (pour eux, les crêpes sont des pancakes français) ! Enfin, c'est une bonne soirée "française" qu'on passe avec Sally et Greg qui proposent de venir visiter Mathilde en Bretagne dans deux ans lorsqu'ils feront la côte ouest de la France en vélo.

Nous repartons avec un petit pincement au coeur de ce Helpx qui était génial ! Sally nous a donné rendez-vous dans deux semaines pour qu'on se voit une dernière fois avant que nous partions de Tasmanie.

5
oct

Après avoir cavalé dans tous les sens au mois d'août, nous prenons notre temps pour le mois de septembre ! Durant le road-trip de 14 jours au Sud de Perth, nous avons repris un rythme de voyage "normal" en se levant à 7h30 et en se couchant vers 21hr. Les journées étaient quand même bien chargées, mais nous ne nous ne nous sommes pas pressées pour avancer car nous n'avions pas de contraintes de temps ni de kilomètres ! Et c'est quand même plus agréable de voyager ainsi. Les deux semaines et demi que nous avons enchainé en HelpX dans les Adelaïde Hills nous ont bien requinquées aussi, on a été accueillies comme des reines par un couple en or ! C'est la première fois que nous restions aussi longtemps dans un HelpX et nous l'avons bien choisi : pas trop de boulot, bien logées et bien nourries. Et surtout, c'est la première fois que l'on partageait autant avec une famille. Nous avons passé la plupart des soirées à jouer aux cartes ou au Yahtzee avec Lee-Ann et Greg et pendant nos day off, Lee-Ann nous a emmené en voiture découvrir sa région. Nous avons beaucoup parlé avec eux (ils sont très patients) et ça nous a bien aidé pour progresser en anglais. Lee-Ann et Greg sont des personnes en or et comme tous les australiens, ils ont la "positive attitude" ! Nous enchainons rapidement avec le Helpx chez Sally, en Tasmanie, qui se passe tout aussi bien, on y reste même plus longtemps que prévu car Sally est juste super gentille et que nous aimons beaucoup le petit village de Cygnet. Parce que oui, ça y est, nous sommes en Tasmanie, l'une de nos dernières destinations avant la fin du voyage.. Comme ça passe vite !!

Le temps passe et les saisons aussi, nous voilà déjà au printemps (à l'automne pour vous héhé). Quand nous étions en région tropicale, on parlait davantage de dry/wet season, et nous n'avions pas trop l'impression d'être en hiver comme les températures étaient élevées. Mais depuis que nous sommes redescendues dans le sud, les différences de saison se font plus ressentir : quand nous sommes arrivées à Perth, on se les caillait bien, et encore plus à Adelaïde où l'on a enfilé les pulls ! Mais on voit que le printemps arrive ; les bourdons commencent à fleurir, et dès qu'il y a un rayon de soleil, tout le monde sort les tongs ! Avec Mathilde, nous sommes encore un peu trop frileuses, nous restons avec notre polaire et nos baskets et nous avons malheureusement perdu notre beau bronzage acquis au cours des derniers mois...

Petit point sur notre budget : nous avons quasiment rattrapé notre avance et, à la fin du mois d'octobre, on devrait être rentrées dans les clous (si tout se passe comme prévu) ! Hallelujah !! Et merci pour les cadeaux d'anniversaire :) Et qui dit argent, dit dépense, on a décidé de se faire plus plaisir pour les prochains mois, et ça commence par aller à la boulangerie. Ces deux derniers Helpx nous ont donné de mauvaises habitudes car à chaque fin de repas nous avions droit à de la glace ! Nous sommes maintenant habituées à avoir une petite note sucrée à la fin du repas...

Ces semaines en Helpx sont aussi l'occasion de faire des découvertes culinaires : Mathilde mange maintenant les légumes, et moi, je trouve que les fraises et les champignons ce n'est pas si mauvais... Comme quoi, les voyages servent aussi à dépasser nos propres à priori !

16
oct

Ca y est dernier réveil à Cygnet... Après avoir nettoyé la chambre et ranger les dernières affaires qui trainaient, nous allons prendre le petit-déjeuner avec Sally. Il est 7hr du matin, je ne suis plus habituée à me lever si tôt et le réveil est un peu dur... Mais comment a-t-on pu tenir plusieurs jours en se levant à 5hr du mat ??? Je joue une dernière fois avec Ella et Louis, Daisy est trop fatiguée pour sortir. Pendant ce temps, Sally nous prépare un petit déjeuner pour nous donner des forces toute la matinée : œufs brouillés et toasts au beurre avec pour Mathilde un verre de lait, et pour moi, une tasse de thé bien chaude. Il est 7h45 et c'est déjà l'heure de partir. Avant de faire nos adieux, on se donne rendez-vous avec Sally le 31 octobre à 15hr à Hobart pour qu'on se voit une dernière fois, et elle nous dit qu'en cas de problèmes on pourra toujours l'appeler. Elle est vraiment trop gentille, elle va nous manquer !! C'est Laurie qui nous emmène à Hobart, on fait des dernières caresses à Ella, Daisy et Louis et un gros câlin à Sally et on monte dans la voiture. Laurie ne prend pas la même route que d'habitude pour aller à Hobart (celle par Huonville), on passe par une route plus à l'est qui traverse des montagnes enneigées en hiver, et des campagnes verdoyantes. On longe aussi des étendues d'eau mais nous ne savons pas lesquelles... En Tasmanie, où qu'on aille, il y a de l'eau !! On arrive à Hobart à 8h45, on dit au revoir à Laurie et on va chercher le premier bus pour récupérer notre location chez le loueur Tasmania Campers, situé proche de l'aéroport. Le bus est à l'heure, et nous attrapons le second bus assez vite. Nous arrivons enfin chez Tasmania Campers dont les bureaux sont localisés dans une petite maison. Bill, le manager, nous accueille. C'est un gros monsieur avec l'accent bien prononcé, qui n'a pas l'air très sympathique au premier regard. Mais en réglant les détails administratifs, on se rend compte qu'il est plutôt très sympa et rigolo ! Il nous présente le véhicule : c'est comme un Mary Poppins ou un Berth mais en encore plus vieux. Tout est rafistolé, c'est du fait main par Monsieur Bill ! Il est très bien équipé, il y a même un grill !! On monte dans le van et c'est Mathilde qui commence à conduire, le moteur aussi n'est plus de première jeunesse... Ca y est on s'envole pour 15 jours de location à travers la Tasmanie !!!! On trouve le nom de la relocation à la fin de notre road-trip, ce sera Agecanonix !

Agecanonix !

Notre premier arrêt est Mount Field National Park qui se situe à l'Ouest d'Hobart dans la Tasmanian Wilderness Area. Avant d'y aller, nous nous arrêtons à Woolworths faire le plein de provisions pour ces deux semaines à venir. En route pour le parc national, Mathilde se prend une aile d'un oiseau, décidément, on est vraiment des dangers pour les volatiles... On arrive au parc national à 13h30 et on va au centre d'information pour s'acheter le pass park à 60$ qui nous permet de faire tous les parcs de Tasmanie pendant ces deux semaines (sinon c'est 24$ à chaque fois). On décide de faire la marche de deux heures permettant de voir plusieurs chutes, mais avant, on prend des forces avec un délicieux pain de mie/thon (le pain à l'olive de Sally nous manque déjà) ! On commence la marche qui traverse une forêt humide, avec plein d'eucalyptus (je sais les reconnaître maintenant éhéh !).

Dans la forêt...

On arrive aux Russell Falls qui sont juste énormes !!!! La plateforme est super proche des chutes et on se fait un peu mouiller. Des chinoises font même tomber leur perche dans l'eau... Les deuxièmes chutes que l'on voit sont les Horseshoe falls, plus petites que les premières et cachées derrière la verdure... On continue notre périple est on arrive à la Tall Tree Walk, un sentier passe à travers une forêt d'eucalyptus géant !! Il y a un appareil permettant de les mesurer mais on ne comprend pas comment il fonctionne (et on n'a pas trop envie de réfléchir non plus...). En tout cas, les arbres sont très grands et on se dit qu'ils doivent faire beaucoup de Mathilde et d'Elise empilées. Les troisièmes chutes que nous voyons sont Lady Baron Falls, majestueuses ! Pour le retour, on grimpe 239 marches, ça fait les jambes !! On se remet doucement dans le bain, ça fait quand même un peu plus d'un mois que nous n'avons pas fait de vraies randonnées...

Chutes et arbres géants
Le camp d'Ellendale

Le parc est grand et d'autres randonnées de plusieurs heures sont proposées, on hésite à rester là un jour de plus mais on préfère avancer. On trouve un free camp pas très loin du parc national, et cette fois-ci, c'est moi qui conduit pour s'y rendre. Je ne me prends aucun oiseaux, et j'évite même un wallaby. Quand on arrive au camp d'Ellendale, on se rend compte qu'il est fermé...C'est dommage car il donnait sur un lac et la vue est très belle. On décide d'avancer encore plus et de se rendre à Derwent Bridge pour se rapprocher au maximum de Lake St Clair, là où nous voulons nous promener demain. La Tasmanie est une mosaïque de paysages : on passe de plaines verdoyantes, à des forêts d'eucalyptus et à des plaines beaucoup plus sèches. Mais comme partout, il y a de gros points noirs, comme les poteaux électriques et une énorme station hydroélectrique qui gâche un peu le paysage. On arrive au camp vers 18h30, il fait jour ! Ce soir, on profite du grill dans le van pour se faire cuire une pizza et on se couche tôt car on est bien fatiguées ! J'écris mon journal sur mon carnet et aussi sur mon ordi pour aller plus vite lorsque j'aurais internet !

Au dodo !
17
oct

Toute la nuit, nous avons eu droit à notre frigo qui a fait un boucan d'enfer... J'ai craqué en pleine nuit et l'ai quasiment éteint mais maintenant il fuit. Après avoir pris notre petit déjeuner, on décolle direction le Lake Saint Clair National Park. En mettant le contact, je remarque un voyant orange anormal sur le tableau de bord, Mathilde vérifie dans le manuel, il correspond à celui indiquant qu'il n'y a plus beaucoup de liquide de refroidissement. C'est énervant, surtout que Bill nous avait bien dit qu'il avait tout rempli à fond. On décide de quand même faire le parc national, et de s'en occuper après. En arrivant au Lake St Clair (Leeawuleena : eau qui dort pour les aborigènes), on se dirige naturellement vers le centre d'information pour avoir une carte du parc. La dame de l'accueil nous donne spontanément le plan des marches de courtes durées, comme si nous n'étions pas assez bien équipées pour faire plus ! Bon c'est sûr que par rapport aux autres randonneurs, on a l'air de grosses touristes... On suit les instructions de la dame, et on se dirige vers le début des marches. La première que nous faisons est l'aboriginal cultural walk qui permet de découvrir les coutumes du peuple aborigène Larmairremener qui vivait sur ces terres. Encore une fois, ils se sont bien tous fait massacrés quand les européens sont arrivés, et il essayent maintenant de travailler à préserver la mémoire de leurs ancêtres via les arts notamment. Le long de cette balade, trois artistes aborigènes se sont essayés à retracer l'histoire de leur peuple. Le sentier traverse une forêt humide et je découvre un nouvel arbre, le banksia, que je saurai (peut-être) reconnaître par la suite.

Aboriginal walk

On continue dans la forêt et on arrive sur la Platypus Baytrack qui donne sur le lac. On retente notre chance avec les platypus, mais ils sont encore cachés je ne sais où. La vue sur le lac est quand même super belle avec les montagnes juste derrière.

Platypus Baytrack

On arrive ensuite au pont Watersmeet où, comme son nom l'indique, deux cours d'eau se rencontrent : l'Hugel River, et la Cuvier River. C'est très humide, il y a de la mousse partout, et des gros arbres sont tombés dans les rivières. Dès qu'on s'approche de l'eau, il fait tout de suite plus frais et c'est agréable car aujourd'hui nous avons chaud (nous ne sommes plus habituées, il ne doit pas faire tant que ça pourtant...). On revient vers le parking en longeant le lac et au loin, on voit des montagnes enneigées !! Et oui, il y a de la neige en Australie. Ca donne envie de revenir ici en hiver... Il y a d'autres marches qui permettent de grimper en haut et de passer à travers des lacs mais l'histoire du voyant nous turlupine, et on décide d'aller à la petite station essence/café à l'entrée du lac en espérant trouver de l'aide.

On s'arrête donc au parking de la station essence/café pour vérifier le niveau du liquide de refroidissement. Après avoir galéré pour soulever les sièges pour accéder au moteur, on regarde un réservoir blanc qui nous semble moyennement rempli. Comme le moteur est encore chaud, on ne peut pas ouvrir le réservoir et on patiente 10 min en écrivant notre matinée dans notre journal. Je vais ensuite dans le café de la station essence demander s'ils vendent du liquide de refroidissement car on se dit qu'il va bien falloir en remettre de toute manière. Je tombe sur une dame super sympa qui comprend que nous ne sommes pas des pros de la mécanique et que nous avons besoin d'aide. Elle va pour vérifier elle-même le niveau du liquide mais comme le moteur est encore trop chaud, elle nous dit de patienter encore un peu... On décide d'appeler le loueur pour le prévenir et lui demander la démarche à suivre. Je tombe sur Bill, je mets 5 min à lui faire comprendre le problème et il me répond qu'il faut juste rajouter de l'eau, tant que le voyant n'est pas rouge, on s'en fout... No worries mate !! Bon, dans tous les cas, il faut que le moteur refroidisse et on décide de manger (wraps thon/mais/fromage) en attendant. Une fois ce frugale repas terminé, le moteur a refroidi et on ouvre le réservoir blanc : on constate qu'il n'y a plus du tout de liquide dedans !!! Je retourne voir la dame du café pour lui demander du liquide de refroidissement, elle me prépare une mixture de liquide de refroidissement/eau dans une bouteille de lait et m'accompagne pour la mettre. En arrivant devant le moteur on lui montre le réservoir blanc vide, elle nous répond que ce n'est pas anormal puisque ce réservoir blanc que nous regardons depuis le début est en fait celui du lave-vitre !! Ouuuuups, les boulettes.... Le réservoir du liquide de refroidissement est, quant à lui, bien rempli... Elle doit nous prendre pour des pas douées, ce que nous sommes clairement en mécanique ! Mais on sait maintenant où se trouve ce foutu liquide de refroidissement. Elle nous rajoute un peu d'eau dans le réservoir blanc pour le lave-vitre et nous souhaite bonne continuation. Quand je mets le contact, le voyant a disparu, je ne comprends pas trop pourquoi mais tant mieux !! On va y aller molo avec ce van, il ne m'inspire pas beaucoup confiance...

Après cet épisode, on repart vers le Franklin Gordon Wild Rivers qui est traversé par la route menant à Stahan, notre prochaine destination. Plusieurs sentiers le long de la route sont proposés et le premier que nous faisons est le Franklin River Nature Trail. C'est une petite balade d'1km qui longe la rivière en plein milieu de la forêt humide tempérée. On retrouve les gros arbres plein de mousses et différentes sortes de "fern tree", qui me font penser à l'époque des dinosaures. On croise un animal dans les fourrées qui ressemble à un petit wallaby, mais il semblerait que ce soit davantage un Pademelon de Tasmanie. Encore un nouvel animal !

Franklin River Nature Trail

Le deuxième sentier que nous faisons est Donaghys Hill Wilderness Lookout Walk, une marche qui grimpe pour arriver à un point de vue magnifique sur la Franklin River Valley et le Frenchmans Cap (1443 mètres) que l'on voit culminer au loin avec son sommet blanc. Cette région porte bien son nom de Tasmanian Wilderness World Heritage Area : les paysages sont immenses et ne semblent pas avoir été impactés par l'homme.

Donaghys Hill Wilderness Lookout

Le dernier sentier est le Nelson Falls Nature trail qui traverse la forêt humide pour arriver à des chutes qui sont encore énoooormes !! Ce sont des whishing falls : en échange d'un don, on peut faire un vœu !! C'est la fin de la journée pour nous même s'il est encore tôt (15hr), on a repéré un free camp près de Burbury Lake et on décide d'aller s'y poser. On y arrive vers 16hr, la vue est magnifique et c'est apaisant de se retrouver là. On prend un petit gouter devant le lac, c'est bien agréable. Comme il est tôt, on en profite pour avancer sur nos blogs.

Burbury Lake
18
oct

Mathilde voulait se lever à 6hr pour voir le lever du soleil mais on n'a pas entendu le réveil... De toute façon, il y avait des nuages ^^ On prend quand même notre petit déjeuner devant Burbury Lake qui est toujours aussi beau. On prendrait bien une barque pour se balader dessus. On part ensuite direction Strahan ; d'un côté de la route se trouve le lac Burbury, et de l'autre les montagnes. Je conduis comme il y a plein de virages et que sinon je suis vite malade...

Queenstown

On passe sans s'arrêter à Gormanston, une ancienne ville minière qui est aujourd'hui quasiment désertée du fait de la fermeture des mines de cuivre. On s'arrête à Iron Blow où l'on a un point de vue sur une ancienne carrière aujourd'hui remplie d'eau, on aperçoit le lac en arrière-plan. On passe à Queenstown pour prendre de l'essence. De même que Garmanston, Queenstown est une ville minière mais qui semble avoir su un peu mieux rebondir. On continue notre périple en ne croisant quasiment personne sur la route...

Iron Blow

On arrive à Strahan que l'on pensait être une ville animée (enfin, pareil que Cygnet quoi), mais le centre-ville est en fait assez petit et pas très vivant. On passe devant un vendeur de bois (timber wood), cela explique les coupes rases que l'on a aperçu le long de la route (le bois est aussi utilisé pour le chauffage ici). On passe au centre d'information et on en profite pour vérifier la météo des prochains jours et mauvaise nouvelle, il est prévu de la pluie demain. Nous avions prévu de faire Cradle Mountain, mais on préfère repousser en espérant qu'il fasse meilleur les prochains jours. On fait la marche qui longe Macquarie Harbour, la vue est très belle ! Aujourd'hui, il fait très chaud et très lumineux, même avec nos lunettes de soleil, on plisse les yeux !!

Strahan

Après la balade, on reprend la route pour aller voir LA plage de Strahan (recommandée par le Lonely Planet), et bien nous sommes bien déçues ! Nous sommes devenues bien exigeantes depuis que nous avons fait les plages paradisiaques de la côte Ouest de l'Australie... Le paysage de montagne le long de l'océan est beau, mais la plage en elle-même n'est pas très belle, il y a une odeur d'égout et encore une fois elle est accessible au 4WD. On prend tout de même notre lunch devant l'océan (riz/thon).

Ocean Beach

On reprend ensuite la route direction le nord ! Comme il est prévu de la pluie demain, on préfère faire les villes du nord en premier puis Cradle Mountain par la suite. On a repéré un free camp près de Marrawah (West Point), à l'Ouest de Stanley. En plus, il y est censé y avoir une douche !! Mathilde commence à conduire, on grimpe des montagnes pleine de forêts pour arriver sur des plaines plus sèches, qui nous rappellent les paysages de la côte Ouest. Sur la route, on ne croise pas âmes qui vivent, juste de la végétation et des montagnes à perte de vue. A une vingtaine de kilomètre de Waratah, les paysages changent et on retrouve la campagne verdoyante avec ses troupeaux de vaches, et même de lamas. Au loin, on aperçoit l'océan, le contraste entre le vert de la campagne et le bleu de l'océan est vraiment beau. Comme la route est trèèèèès looongue, on change de conducteur et je reprends le volant jusqu'à arriver au free camp. On passe à côté de plusieurs bushfire qui ne semblent inquiétés personne, peut-être sont-ils fait exprès, en tout cas, la fumée envahit tout. On arrive à 18hr au free camp qui donne sur la mer. On se promène un peu sur la plage, l'air frais fait du bien après cette journée un peu étouffante (eh oui, nous ne sommes jamais satisfaites de la météo). On ne trouve pas de douche du premier coup, mais Mathilde la trouve plus tard, c'est une douche extérieure malheureusement... On fait une petite lessive, puis on se mange une pizza avant d'écrire nos blogs et d'aller dodo.

West Point
19
oct

La météo avait raison, il pleut !! On se lève à 7h30, nettoyage rapide de la tignasse (qui ne sert pas à grand chose avec l'humidité ambiante), petit déj' et on part direction Stanley. Heureusement qu'il faisait beau hier car le brouillard nous cache complètement le paysage... On arrive à Stanley et on voit au loin dans le brouillard, The Nut, un volcan aujourd'hui éteint. Avec le brouillard, le paysage fait un peu irréel... On traverse la ville toute mignonne pour se rendre au volcan et malgré le mauvais temps, on décide de le grimper. Il y a des télésièges qui amènent au sommet, mais nous, on le fait à pieds. Et ben ça monte sévère ! Ca va être sympa la descente avec la pluie... En haut, on est censées avoir une vue à 360° su le continent, mais avec le brouillard, on voit à peine le bout de notre nez... L'île en elle-même est très jolie, il y a plein de button grass et de petites fleures blanches. On voit aussi plein de pademelons qui sautent partout. Ils ont l'air aussi malvoyants que les kangourous que l'on a pu croiser auparavant ! Pour redescendre, on se tient à la rambarde mais malgré cela, on fait tour à tour "zip le pingouin" (expression de Mathilde), c'est à dire qu'on se casse la gueule, sans se faire mal heureusement ! On reprend le van pour faire la scenic drive qui longe la côte et qui offre une vue sur la ville et The Nut.

The Nut

On se rend ensuite à Penguin où l'on doit pouvoir des ... pingouins !!! Bon comme il pleut, nous ne sommes pas très patientes, et nous n'attendons pas beaucoup pour pouvoir en voir... On s'arrête sur un parking en fasse du Bass Strait pour prendre notre lunch : toasts fromage avec le grill ! C'est Mathilde qui s'y colle et c'est plutôt une réussite, même si un peu galère à faire cuire... Ca fait du bien de manger chaud en tout cas. Comme il continue de pleuvoir et que le brouillard est toujours aussi épais, on décide d'aller directement à Devonport et de passer un petit temps à la bibliothèque (surtout que les prises USB dans le van ne marchent pas, et que nous n'avons plus beaucoup de batterie). On y arrive à 15hr et on repart à 16h30. On a le temps d'écrire un commentaire à Sally, répondre à nos mails, vérifier nos comptes, imprimer des papiers,... On est surprises car dans les bibliothèques australiennes, on peut parler à voix hautes ! Deux personnes derrière nous discutent de leurs états d'âmes à voix hautes, sans gêne... On reprend le van pour se rendre au Lighthouse, il y a un petit rayon de soleil et la vue est très belle. On aperçoit enfin la côte et le Bass Strait, de l'autre côté il y a Melbourne !

Lighthouse

On repart vers notre camp du soir situé à Wilmot. Demain, on souhaite faire le Cradle Mount National Park, et nous avons donc choisi un free camp le plus proche possible. Quand on y arrive, il fait grand soleil, le camp est juste à côté du Lake Barrington et c'est encore une fois magnifique. Le lac, avec la forêt juste derrière, me fait penser au paysage canadien. On se prendrait bien une petite barque pour se promener dessus. Au loin, on aperçoit le Mt Rolland, les montagnes nous attendent demain ! On espère que le soleil sera aussi de la partie (on va travailler avec notre subconscient toute la nuit pour que ça soit le cas...).

Lake Barrington

Réflexion du jour : quelle est la contenance d'une vessie ? Mathilde dirait entre 500 ml et 1L, moi 1L.

20
oct

Petit espoir en se levant ce matin car il y a quelques rayons de soleil, mais dès que je sors du van il commence à pleuvoir... Et de gros nuages gris s'approchent dangereusement... On se rend comme prévu au Cradle Mountain, sous la pluie. Pour y aller, on emprunte des routes très pentues et en lacet, notre petit van a bien du mal à monter. La limitation de vitesse sur ces routes de montagne est de 100km/hr, on ne comprend pas comment c'est possible de rouler aussi vite dessus, nous on monte à 50 et on trouve déjà cela dangereux. On arrive au parc national et on s'arrête au centre d'information pour avoir des informations sur les marches et les navettes qui permettent d'accéder aux sentiers. La dame d'accueil nous informe que toutes les marches sont ouvertes mais qu'il faut être mieux équipé que nous pour gravir le sommet du Mount Cradle (1 545 mètres), surtout que celui-ci a été fermé tout l'hiver à cause de la glace et qu'il vient à peine de rouvrir. Bref, elle nous décourage surtout qu'il continue de pleuvoir et qu'il y a aussi beaucoup de vent. On décide donc de faire la marche longeant Dove lake, avec le Mount Cradle en arrière plan. Comme il continue de pleuvoir, on décide d'attendre une heure dans le van en attendant que ça se calme un peu. On enfile plusieurs paires de chaussettes et tout ce qu'on a de chaud en attendant ! A 10hr, on se dit que ça ne va jamais s'améliorer et on part quand même prendre la navette pour faire la marche. On arrive au départ du sentier vers 10h30 et on commence à marcher sous la pluie. Le Mount Cradle a la tête dans le brouillard, ça lui donne un petit côté mystérieux. On aperçoit même de la neige sur certains sommets, c'est qu'en Australie qu'on peut voir des montagnes enneigées avec des palmiers au premier plan ! Les paysages sont sublimes, même avec le mauvais temps. On a droit à quelques rayons de soleil par moment, mais qui sont vites cachés par de gros nuages. Forcément à la fin de la marche, je fais zip le pingouin mais je me rattrape de justesse !! Eheh !! Cette marche est censée durer 2-3h, nous on l'a fait en 1h30 (quand on a froid, on se dépêche!). On reprend la navette pour se rendre à notre van et prendre notre lunch, riz-thon !!

Dove Lake

Au programme de cet aprèm, Sheffield, grande ville de Tasmanie (par rapport à celle qu'on a pu faire) réputée pour ses peintures murales. Il y en a partout et de toute sorte ! Ca donne un certain style à la ville, les commerces jouent aussi le jeu avec de beaux trompe l'œil. On rentre dans une boutique d'antiquité, il y a de tout dedans, même les premiers Playboys ! Cette ville est surplombée par le Mount Rolland (1 234m) qui parait juste énorme ! Il me fait un peu penser à Uluru, c'est un gros rocher au milieu de nul part... Evidement, le soleil est revenu, mais ça fait du bien car il nous réchauffe. On espère trouver une petite boulangerie sympa (petite pensée à celle de Cygnet), mais rien ne nous donne vraiment envie...

Sheffield

On se rend ensuite à Latrobe, capitale autoproclamée du platypus, mais bizarrement ce n'est pas du tout affiché ! Il y est censé avoir un point de vue pour observer les platypus, mais il n'y a aucune indication... A la place on se balade dans la ville et on tombe encore sur un magasin complétement farfelu avec de tout ! On y passe un peu de temps car il y a plein de jouets et de gadgets ! On ne comprend pas trop la carte routière et la représentation des villes dessus, celles qui nous paraissent être des grosses villes sont en fait toutes petites et inversement...

Entre Latrobe et Barrington Lake

Il est l'heure de trouver un endroit pour dormir, on va à un camp devant le même lac qu'hier soir, mais sur l'autre berge ! Le camp est beaucoup plus grand et la vue sur le lac Barrington toujours aussi belle ! On se gare devant le barbecue, c'est un mauvais choix car une famille vient faire griller des saucisses avec plein d'amis et leurs chiens. Après avoir mangé des œufs et des courgettes, on se regarde un petit film "Raid Dingue" de Dany Boon, ça nous fait bien rire !

Barrington Lake
21
oct

Grand espoir en se levant ce matin car il y a un beau ciel bleu et qu'il ne fait pas trop froid ! On part pour notre deuxième et dernière journée au Mount Cradle en espérant avoir un meilleur temps qu'hier. Mais c'est raté, au fur et à mesure que l'on s'approche du parc, de gros nuages gris apparaissent et une pluie fine commence à tomber... Arrivées au centre d'information, il continue de pleuvoir mais il n'y a pas trop de vent et on espère que le beau temps va arriver. On enfile quand même une deuxième paire de chaussette, un autre pull et le châle, puis on part prendre la navette. Celle-ci nous dépose à 10h40 au parking de Ronny Creek, où commence la marche menant au Marion Lookout (1 233 m) en passant par Crater Lake. Le temps n'est vraiment pas avec nous, on se prend la pluie en pleine tête et le vent nous refroidit d'autant plus. On traverse une plaine avec plein de button grass, puis on rentre dans une forêt humide dense en longeant une cascade. On a déjà bien grimpé lorsque l'on arrive à Crater Lake, caché derrière le brouillard. Il y a pas mal de gadoue, et Mathilde perd sa chaussure qui reste enfoncée dans la gadoue... Elle en a partout dans la chaussure, sur le pantalon, la chaussette... Foutue pour foutue, elle décide de continuer la marche malgré cela ! La montée jusqu'au Marion Lookout est beaucoup plus raide, et avoir le vent et la pluie en pleine face ne facilite pas non plus... Après avoir suées quelques gouttes, on y arrive enfin et ... On ne voit rien du tout !! Il y a beaucoup trop de brouillard !! Mathilde fait une petite vidéo pour souhaiter bon anniversaire à sa nièce et on redescend en passant cette fois-ci par Wombat Pool et Lake Lilla. Sur le retour, on rencontre un groupe qui cherche le chemin pour se rendre au parking de Ronny Creek. Je leur explique que oui ils sont sur le bon chemin mais dans le mauvais sens, une des filles ne comprend pas qu'un chemin puisse se prendre dans les deux sens et reste bloquée sur son idée. Je dis bonne chance à un des gars qui l'accompagne et nous on redescend vers Wombat Pool. Avec la pluie, ca glisse bien et comme jamais deux sans trois, je fais encore zip le pingouin ! Je suis comme ma grand-mère, je ne tiens pas debout ... Ce n'est qu'une petite chute et on repart, on redescend assez vite car on ne voit pas grand chose du paysage, on a froid et il continue de pleuvoir. On arrive au parking trempées et gelées. Sur le parking on recroise le groupe qui cherchait son chemin, ils l'ont bien trouvé finalement. On aura bien marché 3hr dans le froid ce matin, Mathilde se change et on se mange des wraps au chaud dans le van.

Cradle Mountain

A 15hr, on repart vers Deloraine car on avait lu que cette ville était à voir mais on ne sait plus très bien pourquoi. Arrivées sur place, on n'en sait pas vraiment plus, la ville est mignonne et sympa mais sans mériter un détour non plus. On se rend ensuite à Bracknell où notre camp du soir nous attend. On y arrive vers 17hr, on se fait un petit gouter avant de se laver les cheveux au sceau d'eau froide et de se nettoyer le visage à la lingette. Mathilde nettoie ensuite ses affaires pleines de gadoue, elles auront bien vécues nos affaires pendant ces 6 mois... Pate au pesto avant d'aller dodo.

22
oct

Grand soleil ce matin, Mathilde ressort le short, il faut bronzer avant de rentrer en France ! On a oublié de faire les coures hier, on se retrouve avec 1 1/2 tranche de pain de mie par personne pour le petit déj, il faut qu'on passe à Woolworths se réapprovisionner ! On part donc direction Launceston, deuxième ville de Tasmanie, faire des courses et visiter. On y arrive vers 10hr, on achète du pain de mie, et on se dirige ensuite vers Cataract Gorge Reserve, une réserve naturelle à quelques pas du centre-ville. Comme Adélaïde, c'est surprenant de trouver un aussi beau parc naturel proche d'une grande ville. Il est aménagé pour les citadins avec une piscine (ce n'est pas possible de se baigner dans les gorges), un télésiège, et un beau restaurant. Nous on fait la balade qui longe les gorges en empruntant des escaliers et un pont suspendu ! Les gorges sont très belles et en chemin, on tombe sur un echnida, une sorte de hérisson obèse, complètement effrayé. C'est la sortie du dimanche et tout le monde a sortir les baskets et le jogging pour courir ! Contrairement à partout ailleurs en Australie, ici personne ne nous dit bonjour... On est bien déçues avec Mathilde, on aime bien maintenant dire "good morning" à des inconnus. A la fin de la marche, on aperçoit des fontaines d'eau potable et on en profite pour remplir nos bidons d'eau de 10L pour éviter d'en racheter, économie économie.

Cataract Gorge Reserve

Après cette petite marche, on se dirige vers le centre-ville de Launceston qui rassemble les grandes enseignes que l'on a l'habitude de voir en banlieue ou en entrée de ville. Comme c'est dimanche, ce n'est pas très vivant mais pendant la semaine, on imagine les gens venir ici pour travailler ou faire les courses. Niveau architectural, c'est un mélange de bâtiments industriels et d'autres datant de l'époque coloniale (début XIX). On s'arrête au centre d'information et on tombe sur une dame super sympa qui nous imprime un document sur ce qu'il y a faire à la Bay of Fires, là où nous allons demain. On se pose ensuite au Royal Park pour manger notre riz-thon devant l'entrée des gorges.

Launceston

On reprend le van vers 13h30 pour partir direction Saint Helens sur la côté Est. Mathilde conduit comme il n'y a pas trop de tournants, je n'ai pas de risque d'être malade. La route que nous empruntons est censée être bordée de champs de lavande mais nous devons être un petit trop tôt dans la saisons car on ne voit rien du tout... Les paysages sont quand même très beaux, Castorama devrait s'inspirer de la campagne Tasmanienne pour créer une nouvelle couleur de peinture, le vert de Tasmanie ! Avant d'arriver à Saint Helens, on s'arrête à la cheese factory de Pyengana, mais on n'est un peu déçues car ce n'est pas vraiment une usine, mais plutôt une boutique avec un café. On rentre quand même goûter plusieurs cheddars, LE fromage australien. C'est rigolo car les australiens sont très fromage, ils en mangent en apéritif et dès qu'ils le peuvent, mais pour eux, le fromage se résume à du cheddar... I