A is for Argentina

Notre programme a beaucoup changé au fur et à mesure du temps et nous sommes ravies d'avoir ajouté plusieurs étapes en Argentine. Découvrir le nord du pays, Ushuaïa et la Patagonie était génial!
Du 26 avril au 30 mai 2019
5 semaines
1
1

Pour notre première étape en Argentine, nous posons les sacs à Humahuaca. C’est une petite ville au nord de l’Argentine, reconnue pour ses montagnes aux 14 couleurs et pour ses canyons. On confirme, c’est l’endroit idéal pour faire des excursions dans les environs !

Humahuaca 
• • •

A propos du pays

  • Drapeau : Le drapeau de l’Argentine est constitué de deux bandes bleu ciel horizontales séparées par une bande blanche. En son centre, on y trouve un soleil doré dénommé « sol de Mayo », qui rappelle le Dieu Inca solaire Inti.
Le drapeau Argentin, devant un collège prestigieux à Cordoba, mais ça c'est pour plus tard. 
  • Sécurité : Le pays est très sécuritaire. Il y est facile de voyager en bus, en avion voire même en stop ! Comme tous les pays, seules les grandes villes ont des problèmes de vols. Il faut faire particulièrement attention à Buenos Aires, où certains quartiers sont réputés pour les vols (parfois à main armé).
Une rue à Cordoba, deuxième plus grande ville d'Argentine. 
  • Monnaie : Le Peso argentin est la monnaie locale. Le taux de change du Pesos est continuellement en changement. Aujourd’hui, en avril-mai 2019, le taux de change est de 1€ = 49,60 Pesos.
Pesos agentin 
• • •

Infos pratiques

Transport

Pour rejoindre Humahuaca depuis la Bolivie, nous avons fait quelques étapes de transport ainsi que le passage de la frontière.

  • Bus Tupiza – Villazon, 16bs (incluant la taxe de bus), 1h15 de trajet
  • Taxi Villazon – Puente Internacional La Quiaca, 4bs/0,55€ par personne, 20 minutes de trajet
  • Bus La Quiaca – Humahuaca, 40bs/5,20€, entre 2h30 et 3h30 de trajet
Hasta luego Bolivia, Argentina nos vamos! 

Le bus depuis Tupiza jusquà Villazon est rapide et efficace. Il nous a déposé au terminal de bus de Villazon où il est possible de prendre un bus pour Salta. Cependant, les prix sont exorbitants. La meilleure option est de prendre un taxi pour rejoindre ‘El Puente Internacional La Quiaca’, où il est possible de traverser la frontière à pieds. Tout se fait rapidement, la frontière boliviano-argentine est unifiée. Nous nous ferons tamponner notre passeport qu’une seule fois, signifiant la sortie de la Bolivie et l’entée de l’Argentine, les deux en une ! Une fois sur le sol Argentin, il suffit de marcher une quinzaine de minutes pour rejoindre le terminal de bus de La Quiaca. De là, les prix sont deux fois moins chers qu’à Villazon, pour le même bus et la même compagnie : Balut ! Une fois dans le bus pour Salta, il fait plusieurs arrêts en route, dont notamment Humahuaca.

Logement :

  • Hostal la Antigua, 350 pesos/7€ la nuit par personne, dortoir de 8 personnes, petit-déjeuner inclus.

L’hostal est tenue par un couple franco-argentin très sympathique ! L’hostal est bien situé, un peu en retrait du centre-ville, dans une rue calme, mais à seulement 5-10 minutes à pieds de toutes les commodités. La décoration est un peu veillotte mais faite avec goût, c’est coloré et accueillant. Les dortoirs sont grands, les lits confortables et les douches ont de l’eau chaude. Seul petit bémol, il n’y a pas de casiers pour mettre ses effets personnels.

Hostal la Antigua 
  • Hostal Inti Sayana, 350 pesos/7€ la nuit par personne, dortoir de 5 personnes, petit-déjeuner inclus.

Pour notre dernière nuit à Humahuaca, nous avons décidé de changer d’auberge. Notre dernière nuit à l’auberge La Antigua a été courte… beaucoup de personnes ronflaient. Tout à fait hors de contrôle de l’hostal, nous avons donc préféré partir et nous avons pu avoir une nuit calme dans l’autre auberge. Très jolie, propre et calme !

 Hostal Inti Sayana

Restaurant :

  • Pizzeria El Hornito : Une superbe pizzeria avec des prix très attractifs : seulement 280 pesos/5,65€ la grande pizza ! Elles sont faites maisons dans un four traditionnel, on valide, on adore !
Pizzeria El Hornito 
• • •

A faire 

  • Visiter le centre-ville :

Humahuaca est une ville de la province de Jujuy, au nord de l’Argentine. La ville est située dans la célèbre « Quebrada » de Humahuaca, soit le Canyon de Humahuaca. Elle doit son nom au peuple indien des Omaguacas. On y trouve plusieurs bâtiments dus à son passé colonial dont l'église. L'ensemble des ruelles et des maisons rappellent une cité de l'époque coloniale.

Pizzeria El Hornito 

La ville est petite et est rapidement visitée. Elle est calme, très jolie et colorée. Nous avons bien aimé marcher dans les rues. Les argentins sont très accueillants. Ils sourient, disent bonjour, sont curieux de savoir d’où l’on vient. C’est agréable de commencer notre séjour en Argentine dans une ville si chaleureuse !

Le street art à Humahuaca 

Les principaux édifices à voir sont « El Municipalidad de Humahuaca », soit la mairie de la ville, qui se situe sur la « Plaza Dr. Ernesto Padilla ». On y trouve également la « Iglesia Nuestra Senora de la Candelaria », l’église qui est devenue la Cathédrale de Humahuaca.

Plaza Dr. Ernesto Padilla 

Enfin, en quittant la place vers l’ouest, on trouve le « Monumento a los Heroes de la Independencia ». Massif et imposant, on ne voit que lui depuis la place. Des marches conduisent au pied du monument. On profite de la vue sur les montagnes. C'est l'œuvre de Ernesto Soto Avendaño érigé pour commémorer la lutte pour l'indépendance de l'Argentine. Il est dirigé par la figure géante d'un autochtone de neuf mètres de haut, qui représente le peuple argentin. C'est pourquoi on l'appelle également le Monument à l'Indien américain.

 Monumento a los Heroes de la Independencia
  • Aller découvrir Iquia & la "Quebrada de Las Senioritas", bus 20p, 20-30 minutes de trajet

Depuis Humahuaca, il est possible de se rendre dans plusieurs villes et points touristiques. Nous nous sommes d’abord rendus à Iquia. Jules, un français de notre dortoir s’est joint à nous. Pour s’y rendre, rien de plus facile, il y a des bus toutes les heures pour rejoindre la ville. Nous avons d’abord marché dans la ville, puis nous nous sommes rendus à la « Quebrada de Las Senioritas ». Quebrada en espagnol signifie « canyon ». Dans le nord de l’argentine, on trouve énormément de canyons et de formations rocheuses.

Iquia 

La Quebrada de Las Senioritas est d’un rouge vif. La marche est facile, tout est plat, il faut compter 2 heures. Il n’y a pas d’indication à part de temps en temps, des petits rubans bleus dans les arbustes. On n’a pas hésité à regarder une application GPS pour vérifier qu’on était bien dans la bonne direction.

La Quebrada de Las Senioritas 

C’était une bonne balade, avec des paysages magnifiques. On est déjà sous le charme de l’Argentine ! Pour le retour, nous nous sommes essayés au stop, et au bout d’une demi-heure, une voiture s’arrête pour nous emmener à Humahuaca. C’est un taxi… On a l’impression de s’être fait rouler, on va surement devoir payer… Tu parles d’une économie ! Et bien non, une fois arrivés en ville, il nous dépose, on se dit au revoir. Pas trop mal comme première expérience en stop en Amérique Latine !

Première expérience de stop avec Jules ! 
  • Explorer la "Serrania del hornocal", la montagne aux 14 couleurs, Colectivo 350p + 50p entrée d’une voiture au parc

Un des principaux attraits touristiques d’Humahuaca est « la Serrania del hornocal ». Ce sont des montagnes colorées à moins d’une heure de la ville. Il est possible de faire du stop, mais nous avons opté pour un colectivo. Nous étions dimanche, et nous craignons de ne pas trouver de voitures en stop. Avec du recul, au vue du nombre de personnes en haut venues en voiture, il ne nous aurait pas été impossible de trouver quelqu'un.

La Serrania del hornocal 

Une fois en haut, la vue est époustouflante ! Les montagnes sont grandes, colorées de différentes teintes. C’est bien différent des montagnes colorées du Pérou. Je dirai même que ce n’est pas comparable. Ici on voit des montagnes formées de roches de couleurs différentes. Au Pérou, les montagnes étaient faites de sables et de terres de différentes couleurs.

a Serrania del hornocal 

Nous avons rencontré deux argentins qui buvaient le maté, la célèbre boisson vénérée par les argentins, c’est une institution ! Nous avons pu y goûter pour la première fois. C’est très fort ! Le goût ressemble à du thé noir. Ce n’est pas désagréable mais j’imagine qu’il fasse habituer son palais.

Un petit toutou rencontré au Serrania del hornocal 
  • Se rendre à Tilcara, bus 150p/3€ A/R, 45 minutes de trajet

Depuis Humahuaca, il est facile de rejoindre la ville de Tilcara, une petite ville touristique dans le nord de l’Argentine. L'origine du nom du village est incertaine, mais elle pourrait venir du mot signifiant « étoile filante » en quechua.

Horaires de bus pour rejoindre Tilcara. 

Il est très agréable de s’y promener. Nous avons adoré rentrer dans les petites boutiques artisanales, marcher dans les rues et s’y perdre.

Tilcara 

Nous avons visité le « Pucará de Tilcara » qui est une remarquable forteresse construite par les indiens Tilcaras. Les pucarás, dont celui de Tilcara, sont non seulement des lieux défensifs mais aussi des sites religieux, puisqu'on y trouve, outre des lieux de vie, une nécropole et un centre religieux et sacrificiel en son milieu. L'ensemble date d'environ 900 à 1000 ans. Au pied du site sur le côté est à côté de l'entrée se trouve un jardin botanique avec de nombreuses variétés de cactus ainsi que des plantes locales. Très bon à savoir, le Pucará de Tilcara est gratuit le lundi !

Pucará de Tilcara  

Sur la place centrale se trouve l'église du village qui a été construite à partir de 1797 mais inaugurée seulement en 1865.

La place centrale de Tilcara et son église. 

Nous avons mangé en terrasse, dans un petit restaurant appelé La Picanderia. Dans ce restaurant, pas de carte, le propriétaire nous propose différents plats frais, préparés maisons. Ça sera salade et pièce de bœuf pour Mélissa et salade et omelette de mon côté ! Nous avons d’abord eu une superbe soupe végane en entrée, un délice ! Nous nous sommes régalées.

La Picanderia 

Nous apprécions beaucoup visiter les alentours d’Humahuaca sur plusieurs journées. C’est agréable de ne pas trop changer d’hostal.

Tilcara 
  • Découvrir Iruya, bus 360 pesos/7,25€ A/R, deux départs et retours par jour (8h30 & 10h30 à l’aller, 13h15 & 15h15 au retour)
Les horaires pour rejoindre Iruya. 

Nous sommes allées au petit village d’Iruya, à 72 km d’Humahuaca. La route est longue, il faut compter 3 heures, mais ça en vaut la peine ! Les paysages sont magnifiques, entre les montagnes, les formations rocheuses et la vue sur les routes sinueuses, on s’en prend plein les yeux.

Les magnifiques paysages que l'on voit en route pour Iruya. 

Une fois à Iruya, nous avons deux heures devant nous pour visiter le village et les environs, ce qui est bien suffisant. Le village est petit et mignon. On y trouve beaucoup de peintures et street art, à ma grande surprise. Nous sommes également allées au mirador. Il est accessible facilement en une vingtaine de minutes. La vue panoramique donne l’ampleur du village qui est plus grand qu’il n’y parait. Une journée bien agréable !

Iruya 
• • •

Après avoir explorer Humahuaca et ses environs, nous reprenons la route. Nous descendons à Salta qui promet également des merveilles! On compte louer une voiture afin de découvrir ses environs, on a hâte!

Humahuaca 
2

Après quelques jours à Humahuaca, nous sommes allées à Salta. Cette ville est connue pour son architecture coloniale espagnole et son héritage andin. La ville est établie autour de la Plaza 9 de Julio, une élégante place bordée de cafés.

Salta 
• • •

Infos pratiques

Transport :

  • Chauffeur privé, 2000 pesos/40€ pour toutes les deux, 3h de trajet

Nous souhaitions nous rendre à Salta le 1er mai sans penser que ce jour est férié en Argentine et que tout est fermé ! Heureusement nous avons trouvé une alternative très facilement. José un argentin qui vit à Jujuy a accepté de nous y emmener pour 2000 pesos. C’est plus cher que le bus, mais plus rapide et confortable !

Logement :

  • Air bnb avec José (un autre, des José, il y en a plein en Argentine 😀), 438 pesos/8,80€ pour une chambre privée avec notre propre salle de bain

Pour nos trois nuits à Salta, nous avons trouvé un appartement à Salta vraiment peu cher, proche du centre. C’est chez José que nous logeons, un argentin très sympathique et discret. L’appartement est grand, propre et décoré avec goût. On s’y sent comme à la maison !

Air bnb chez José 
  • Ferienhaus Hostel Salta, 380 pesos/7,60€ par nuit par personne, dortoir de 6 personnes, petit-déjeuner inclus

A notre retour du road trip Cafayate-Cachi, nous avons trouvé cette auberge qui s’est avérée très complète ! Les chambres sont bien aménagées avec de l’espace et des casiers. Le petit déjeuner est inclus et plutôt complet. Il y a beaucoup de douches, ce qui est très pratique. Et l’hostal est situé dans le centre-ville, gros plus pour en plus un prix raisonnable.

Ferienhaus Hostel Salta 

Restaurant :

  • Viracocha Restaurant Salta : Sur les conseils de notre guide durant notre « free walking tour », nous sommes allées manger dans ce restaurant. La décoration est superbe ! C’est très mignon et cozy. Les prix sont plus que raisonnables et la carte est pleine de choix. Nous nous sommes régalées, il y en avait même trop. Nous avons pu demander le reste à emporter pour notre diner ! Deux en un !
Viracocha Restaurant Salta 
• • •

A faire 

  • Visiter la ville avec le « free walking tour »  :

Nous avons commencé notre visite de Salta avec un free walking tour. Notre guide Homar parlait un anglais parfait et nous a donné des explications simples et efficaces sur l’ensemble des édifices que nous avons visité.

Il nous explique d’abord que la ville de Salta a été fondée en 1582 par les Espagnols. Elle a été construite en damier à partir de la place centrale dite « Plaza de Armas » (aujourd’hui, elle s’appelle Plaza 9 de Julio). Salta a été construite pour faire le lien entre Lima et Buenos Aires. En effet, la ville se trouve que le « Camino Real », la route des rois. C’est une route commerciale crée par les espagnols durant leur conquête. Aujourd’hui, cette autoroute s’appelle Pan-American autoroute et traverse le continent américain.

On surnomme également la ville « Salta, la Linda ». Salta est une modification du mot quechua Sarta qui était originellement le nom de la ville. Les Espagnols, incapables de prononcer ce nom, l’ont changé pour Salta. Et en quechua, Sarta veut dire « belle ». Ainsi, la ville a été surnommé, « Salta, la belle ».

 Plaza 9 de Julio 

Notre visite commence avec la Cathédrale Basilique qui se trouve sur la « Plaza 9 de Julio ». Elle était au départ une petite Eglise. Elle est devenue une cathédrale (ce qui signifie que c’est l’édifice principal religieux de la ville) puis également une Basilique en 1987. Une Eglise devient Basilique lorsqu’un événement important a lieu dans l’Eglise. Le rang de Basilique est donc donné par l'église en 1987 alors que le Pape Jean Paul II est venu donner un discours réunissant 1.2 millions de fidèles sur la place et ses environs. C’est aujourd’hui une des 5 plus belles églises en Argentine.

La Cathédrale Basilique de Salta 

La visite de la ville continue en passant devant le « Museo de Arqueología Alta Montaña ». C’est un musée sur les traditions Incas. Il n’en existe que deux au monde, l’autre se situe à Arequipa au Pérou. Nous le visiterons suite à notre free tour, plus d’informations ci-dessous.

Museo de Arqueología Alta Montaña 

Nous passons ensuite devant l’ancienne Mairie de la ville, qui était également un marché, des habitations et un peu tout et n’importe quoi. En 1953, l’Etait décide de déplacer la mairie afin de protéger le bâtiment afin de préserver l’architecture de type colonial de l’édifice. Aujourd'hui l'architecture de la ville est principalement néocoloniale. De nos jours, l’ancienne mairie est maintenant un musée sur l'histoire de l'Argentine. L’intérieur y est accessible pour seulement 20 pesos/0,40€ est très jolie.

Musée sur l'histoire de l'Argentine 

Homar nous explique aussi qu’une rue sépare la ville en deux : le nord de la ville et le sud. Auparavant, cette « séparation » était originellement faite pour séparer les riches et les pauvres. L'église, qui était dans la partie nord, était juste pour les riches. La rue qui séparait la ville était remplie de commerçants. C’était le lieu où les gens se mélangeaient, puis retournaient dans leur partie de ville respectives, une fois leurs emplettes faites.

La rue qui sépare le nord et le sud de la ville. 

Nous marchons un peu plus loin pour rejoindre l’Eglise Sancto Francisco qui était dans la partie sud de la ville, où se trouvaient les pauvres. Cette église a été reconstruite deux fois. Sa première construction était faite à base d’argile, beaucoup trop fragile pour survivre à un tremblement de terre. Elle est donc construite une deuxième fois en bois. A cette époque, l’électricité n’existe pas, des bougies sont utilisées pour l’éclairer. Malheureusement, le feu emportera l’Eglise. Elle est alors construite une troisième avec des matériaux très solides (pierre, ciment…) et c’est cet édifice que nous voyons aujourd’hui. Sa dernière construction a pris du temps, près de 100 ans, avant d’être achevée. C’est un architecte italien qui l’a imaginé, d’où son style baroque avec ses colonnes. La tour, du haut de ses 57 mètres, est la plus haute du pays et la fierté de la ville.

Eglise Sancto Francisco 

Nous continuons notre visite devant le Couvent de San Bernardo, qui était originellement un hôpital. A la fin des années 1970, la ville de Salta devient trop grande pour un hôpital si petit. Il est donc transformé en Couvent et un autre hôpital est construit ailleurs. De nos jours, 19 nonnes y vivent. C'est un des 5 derniers couvents en Argentine. De famille aristocratique, la deuxième fille était envoyée au couvent afin que sa famille gagne un statut social. Les nonnes ne sortent jamais du couvant lorsqu’elles y vivent. Il est impossible de les voir, seulement de leur parler à travers un mur de bois troué. De nos jours, les nonnes peuvent décider d’abandonner et quitter le couvent si elles le souhaitent, ce qui n’était pas le cas auparavant. La plus jeune des nonnes qui y vit est aujourd’hui dans sa trentaine.

Les rues de Salta
Couvent de San Bernardo 

Au nord de la ville on trouve un édifice important. La statue du Général Guemes est une fierté de la ville de Salta. Elle représente celui qui a protégé le nord de l'Argentine durant la guerre d'indépendance. Les Espagnols étaient concentrés sur le nord de Pérou. Quand ils ont entendu que l'Argentine se rebêlait, ils ont envoyé leurs troupes. Cet homme a retenu les troupes et protégé la frontière Argentine.

La statue du Général Guemes 

Notre visite se fini sur la « Plaza General Manuel Belgrado » où se situe l’ancienne prison. En grandissant, la ville a transformé ce bâtiment en édifice pour la police. La prison a été déplacée dans le sud (étonnement).

Plaza General Manuel Belgrado 

La visite était super, les informations données étaient claires, succinctes et intéressantes ! Un des meilleures free tour que l’on ait fait depuis un moment !

Salta 
  • Visiter le « Museo de Arqueología Alta Montaña », 200 pesos/4€ par personne

Il en existe deux "Museo de Arqueología Alta Montaña" dans le monde, l'autre se situe à Arequipa. Ce musée donne des explications sur les cérémonies des Incas.

 Museo de Arqueología Alta Montaña

En effet, les Incas faisaient des sacrifices sur des enfants, ils les emmenaient en haut d’une montagne afin de les offrir à la terre mère, la "Pachamama". Ils leurs donnaient de l'alcool pour les endormir, puis les enterraient vivant avec des vêtements, des outils et de la nourriture. Ils ne considéraient pas cela comme un sacrifice. Selon eux, les enfants voyageaient dans l’autre monde, c’est pour cela qu’ils leurs laissaient des vêtements, outils et nourriture.

Dans ce musée 3 corps d'enfants ont été préservés car les conditions météorologiques étaient parfaites. Il s'agit d'un garçon et de deux filles, âgés entre 6 et 14 ans, découvert en 1999. Ce sont les corps les mieux conservés au monde. On les appelle les enfants du Llullaillaco. Les trois corps complets sont conservés dans ce musée, sous une cloche de verre, sous atmosphère contrôlée (température de -20 ℃), pression, humidité. Les momies sont présentées au public à tour de rôle afin de les préserver au mieux.

Un des enfants du Llullaillaco 
  • Aller au « Cerro San Bernardo » pour apprécier la vue panoramique sur la ville :

Nous nous sommes rendues en voiture au « Cerro San Bernardo » mais il est également possible de prendre le téléphérique ou d’y aller à pied. La vue sur la vue est impressionnante, on peut percevoir l’étendue de la ville. J’adore les vues panoramiques !

 Cerro San Bernardo
• • •

Après ces quelques jours passés à Salta, nous prenons la route pour Cafayaté et la région viticole ! Nous avons loué une voiture pour 3 jours et nous comptons bien en profiter pour nous arrêter quand nous le souhaitons pour profiter des beaux paysages !

Salta 
3

Depuis Salta, nous prenons la route pour les beaux vignobles de Cafayate! Nous avons loué une voiture et avons fait un petit tour sur trois jours. Nous avons pu découvrir de superbes paysages, goûter du vin et manger du fromage, beaucoup de fromage!

La route 40 et ses beaux paysages! 
• • •

Infos pratiques

Transport :

  • Location d’une voiture, AR Car rental

Pour faire ces trois étapes Cafayate-Molinos-Cachi, nous avons loué une voiture. C'est une amie qui nous a conseillé cette agence de location. Et nous ne pouvons que la recommander aussi! Analia parle français et nous a aidé à faire la réservation. Tout a été très facile. C'était parfait!


AR Car rental 
• • •

Cayate

La route depuis Salta pour rejoindre Cafayate est absolument sublime ! Nous en avons pris plein les yeux ! Les Montagnes et formations rocheuses sont extraordinaires, et plus particulièrement vers la fin, une fois dans la « quebrada de las Conchas ».

La route 40 

Nous avons fait plusieurs haltes pour apprécier les paysages et prendre quelques photos. On retient notamment notre halte dans la « gorge du diable » (Garganta Del Diablo-Anfiteatro), une formation rocheuse donnant l’impression de rentrer dans les antres du diable !

Garganta Del Diablo-Anfiteatro 

On a également fait une pause déjeuner et une pause glace. L'avantage lorsqu'on a une voiture, c'est qu'on peut faire ce que l'on veut!

Déjeuner & glaces, comme des enfants! 

Logement :

  • Hostal Casa Arbol, 750 pesos/15€ pour une chambre double, petit déjeuner inclus.

Une fois arrivées à Cafayate, nous avons fait le tour de quelques hostals, certains étaient un peu trop chers pour notre budget. Puis nous avons trouvé l’auberge Casa Arbol. Elle est d’abord très jolie, la décoration est faite avec goût. Les lieux sont propres et l’accueil sympathique ! Nous sommes satisfaites de notre choix !

Hostal Casa Arbol 


A faire 

  • Aller découvrir le centre-ville de Cafayate :

La petite ville est de style colonial. Elle est connue pour ses vins. Les rues sont calmes et charmantes. Nous avons aimé s'y promener. Le marché artisanal est lui aussi très mignon, j'y ai acheté une bague, un souvenir facile à transporter!

Cafayate 
Le marché artisanal de Cafayate 
  • Visiter une Bodega : Bodega Nanni, visite gratuite puis dégustation optionnelle de 5 vins pour 100 pesos/2€.

Notre guide offre différents choix de Bodega, c’est la Bodega Nanni que nous visiterons. C’est l’une des caves les plus réputées de Cafayate et l’une des dernières à être encore située dans le centre-ville. C’est également l’une des plus anciennes, elle date de 1897. Les vins produits sont d’altitude et bio ! Nous avons visité les locaux et reçu quelques explications sur le processus de fabrication du vin et sur l’embouteillage. Suite à quoi, nous avons dégusté 5 vins, 1 blanc, 1 rosé et 3 rouges. Tous très bons !

Bodega Nanni 
  • Visiter la ferme de fromage de chèvre : Cafayate Goats, ouvert tous les jours, 9h-13h & 15h30-19h et les weekends 9h-13h

Nous sommes allées visiter la ferme de fromage de chèvre qui se situe à 30 minutes à pieds/5 minutes en voiture de Cafayate en suivant la rue Cordoba. Cette ferme est tenue par trois frères. Ces trois passionnés produisent du fromage de chèvre et du vin. Nous avons dégusté leur fromage de chèvre frais, aromatisé au basilique, à l’ail, à la provençale et mixed (lait de chèvre et de vache). C’était un délice, nous en avons forcément acheté, pour notre pique-nique, c’était parfait ! Avant de quitter la ferme, nous sommes allées voir les petites chèvres et les vaches. Nous avons pu caresser les petites chèvres, quelques-unes ont même eu le droit à un petit massage crânien !

Cafayate Goats 

Nous avons ensuite rejoint la route 40 pour continuer notre périple vers Molinos et Cachi. Nous avons traversé encore et encore des paysages à couper le souffle ! En traversant le canyon « Quebrada de Las Flechas » et les vallées Calchaquies, on se retrouve sur une route à paysage lunaire ! J’ai parfois l’impression d’être sur Tatooine, la planète de Luke Skywwalker, dans Star Wars ! On s’arrête souvent, on profite des paysages, on met la musique à fond, on laisse les fenêtres ouvertes, on chante… un vrai bon road trip comme on les aime ! ça m’avait manqué de conduire !

Le canyon « Quebrada de Las Flechas » et les vallées Calchaquies.
• • •

Molinos

Avant de rejoindre Cachi, on fait une courte halte à Molinos, une petite ville à 48km au sud de Cachi. C’est un village sans histoires, aux maisons blanches. Le nom Molinos vient des moulins encore en activité qui bordent la rivière Calchaqui.

Molinos 

Nous nous y sommes arrêté afin de visiter et voir la « Hacienda de Molinos », une superbe maison coloniale, qui appartenait au dernier gouverneur de Salta, Nicolas Severo de Isasmendi y Echalar. Il repose aujourd’hui dans l’église situé en face de la maison. L’ancienne maison du gouverneur, qui date du XVIIIème siècle a été reconvertie en hôtel et a été classée Monument historique.

Hacienda de Molinos

L’eglise San Pedro de Nolasco, en face de l’hacienda, est - elle aussi - classée Monument Historique et date du XVIIème. Nous avons observé l’autel depuis l’extérieur. L’Eglise est très sombre et fait un peu peur on doit dire, nous n’avons pas osé y entrer…

’eglise San Pedro de Nolasco 

Après cette halte à Molinos, nous reprenons la route. Il nous reste une heure de route pour rejoindre Cachi et on continue à bien apprécier les paysages, c’est magnifique.

On ne se lasse pas de ses beaux paysages! 
• • •

Cachi

Cachi, perché à 2 280 mètres d’altitude, c’est un petit village accueillant au cœur d’une région désertique. La ville est très charmante avec ses rues pavées, ses maisons blanches et son calme. Elle est touristique mais pas trop. On apprécie cet équilibre. Depuis la ville, on aperçoit la chaîne de montagne Nevado de Cachi. C’est impressionnant, on a un peu l’impression de se retrouver dans les Pyrénées le temps d’une minute.

Cachi & la chaîne de montagne Nevado

Logement :

  • Hostal Camino Del Inca, 350 pesos/7€ la nuit par personne, dortoir de 3 personnes, sans le petit déjeuner, optionnel à 150 pesos/3€
Hostal Camino Del Inca 

Restaurant :

  • Oliver Resto Bar : Un super restaurant avec une carte aux nombreux choix et aux petits prix ! Nous nous sommes régalées avec des pâtes à la sauce « oliver », la spécialité de la maison ! C’est une sauce à base de basilic, d’ail et de poivre, un délice ! Nous y retournerons pour le petit-déjeuner le lendemain. Tout comme le dîner, nous ne sommes pas déçues, c’est simple, bon, efficace et peu cher !
Nous avons dîné en bonne compagnie! 


Le retour à Salta

Une fois ravitaillées, nous reprenons la route pour revenir à Salta. Et de nouveau, c’est un défilé de paysages magnifiques ! Déjà, dès que l’on sort de la ville, la chaîne de montagne Nevada de Cachi est dos à nous, une halte s’impose tellement le spectacle est beau ! Puis, on continue notre route et la beauté ne s’arrête pas là, les montagnes et canyons majestueux continuent de nous éblouir jusqu’à notre arrivée à Salta !

C'est cette route magnifique qui nous a reconduit à Salta! 

Nous avons adoré faire ce petit road trip pour découvrir la région sud de Salta ! On pense que louer une voiture était la meilleure option pour prendre notre temps et apprécier les différents paysages !

• • •

Depuis Salta, nous nous rendons à Cordoba en avion. Les prix des bus en Argentine sont ridicules, beaucoup trop cher ! Pour une dizaine d’euros en plus, on peut prendre l’avion et gagner du temps. Ce n’est pas très écologique, mais malheureusement, on arrive vers la fin du voyage et on souhaite gagner du temps… Il est possible de compenser son empreinte carbone en faisant une donation à des associations écologiques qui financent des projets qui permettent de compenser les émissions de gaz à effet de serre. La Fondation Good Planet permet de compensation. Je compte bien y participer à mon retour de voyage, une fois que j’aurai renfloué mon compte en banque.

La région sud de Salta est somptueuse, ça vaut vraiment le coup de louer une voiture!
4

Nous resterons deux jours à Cordoba, de quoi visiter le centre-ville et apprécier l’ambiance de la ville ! Córdoba est la capitale de la province argentine du même nom. La ville est connue pour son architecture coloniale espagnole. Elle abrite la Manzana Jesuítica, un ensemble jésuite du XVIIe siècle composé de cloîtres, d'églises et du campus de l'Universidad Nacional de Córdoba, l'une des plus anciennes universités d'Amérique du Sud. La Plaza San Martín avec la cathédrale néobaroque de Córdoba occupe le cœur de la ville.

Cordoba 
• • •

Infos pratiques

Transport :

  • Vol depuis Salta jusqu’à Cordoba avec FlyBondi, une compagnie low cost bien notée.

Pour rejoindre l’aéroport de Salta depuis le centre-ville, rien de plus simple. Le bus 8A permet d’être déposé à 500 mètres de l’aéroport. Il existe plusieurs arrêts dans le centre-ville, nous l’avons pris sur l’avenue Saint Martin à l’intersection avec la rue La Florida. Mais il y a tous les arrêts sur le site.

Une fois que le bus vous dépose, il suffit de marcher en direction de la statue de Condor, toujours tout droit. En 5 minutes à pied, on rejoint très facilement l’aéroport. C’est un petit aéroport avec peu de boutique et seulement un restaurant. Il n’est pas nécessaire d’y venir 3 heures à l’avance, nous y étions 2h en avance, c’était bien suffisant. Aussi, il y a un wifi gratuit, illimité, très pratique.

Arrivées à l'aéroport de Salta, direction Cordoba! 

Notre vol s’est bien passé, un petit problème au moment de l’atterrissage à retardée notre arrivée. Il y avait beaucoup de nuages et de brume, ce qui a empêché l’atterrissage au premier essai. Nous avons volé en cercle autour de Cordoba jusqu’à ce que nous puissions réessayer l’atterrissage. Et le deuxième essai fut le bon !

Cordoba, on arrive! 

Les taxis pour rejoindre la ville sont très chers : 500 pesos/10€. Bon à savoir, Uber est illégal en Argentine, l’application n’y marche pas très bien. Nous avons donc opté pour le bus Areobus qui dessert le centre-ville. Il suffit de demander à un local de charger sa carte de bus, cela coûte 100 pesos/2€, ils le font généralement très volontiers, les argentins sont adorables et serviables.

Dans le bus pour rejoindre le centre-ville de Cordoba. 

Logement :

  • Hostal Lacandona, 400 pesos/8€ la nuit par personne, dortoir de 4 personnes, petit déjeuner inclus.

Cet hostal nous a été recommandé par un ami de Mélissa. Il y avait fait un volontariat quelques mois auparavant. Il nous avait vendu un hostal avec une ambiance chaleureuse et des locaux beaux et propres, il ne s’est pas trompé. On ressent tout de suite l’ambiance familiale. Les lieux sont simples, mais propres et bien décorés, particulièrement la cour avec des jolies peintures partout. Les lits sont un peu vieux, mais confortables.

 Hostal Lacandona

Restaurants :

  • Burger Beer : Nous sommes arrivées tard à Cordoba avec aucune volonté de cuisiner. Nous avons trouvé un restaurant à Burger à 200 mètres de l’hostal. C’était très bon ! Et en plus le personnel était adorable et aux petits soins, on a passé un bon moment. Ils ont une grande carte de bières et de burgers, il y en a pour tous les goûts.
Burger Beer 
  • Koari Asian cuisine & Sushi Bar : Nous sommes allées manger Sushi avec trois français, Vanessa, Yanni & Thibault, rencontrés durant le tour de 17h. C’est un petit restaurant avec trois tables, le personnel est accueillant et nous avons été servi relativement vite pour un sushi shop ! Leur carte laisse du choix et il est possible de demander une planche de sushi végétariens qui étaient excellents ! Une bonne adresse !
 Koari Asian cuisine & Sushi Bar
• • •

A faire

  • Visiter le centre historique : La Docta Free Walking Tour, rendez-vous à la place Saint Martin à 11h tous les jours

Nous avons commencé notre visite de Cordoba par un walking tour, comme on aime si bien le faire. Et on reste convaincues que c’est la meilleure manière d’appréhender une ville. Cela permet de se diriger et d’avoir une petite idée de l’ampleur de la ville.

Le free tour commence avec la Cathédrale de Cordoba. La cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption est l'église mère de la ville. Elle est le siège d'un archevêché catholique. Sa construction mis plus de 200 ans, de 1580 à 1787. En effet, le manque d’architecte et de main d’œuvre à cette époque a retardé à plusieurs reprises son avancée. A l’intérieur, on trouve plusieurs peintures au plafond. Elles sont faites par l’artiste Emilio Caraffa, un peintre argentin qui avait pour particularité de signer ses œuvres, non pas avec une signature mais en se représentant sur ses peintures. Sur la première photo, on peut le voir tout en bas de la peinture, une femme lui embrasse la joue. Aussi, c’était un artiste qui avait le vertige. Il a peint toutes les peintures au sol, elles ont ensuite été fixée au plafond de la Cathédrale. C’est pourquoi se sont des peintures et non des fresques.

Cathédrale de Cordoba 

Dans la cathédrale, on trouve également une statue de José Gabriel del Rosario, surnommé Cura Gaucho. C’est un prête argentin qui a dédié sa vie aux pauvres, à la construction d’écoles et d’églises.

La statue de José Gabriel del Rosario 

Nous continuons notre visite en empruntant le passage Santa Catalina où l’on trouve le « Museo Provincial de la Memoria », le musée de la mémoire qui commémore les personnes disparues et mortes durant les deux dictatures. En effet, au XXème siècle, l’Argentine a connu une période noire avec deux dictateurs : Onganía (dictature dite de la « Révolution argentine » de 1966 à 1973) & Videla (dictature militaire en Argentine de 1976 à 1983).

Museo Provincial de la Memoria 

Dans le passage de Santa Catalina, tous les jeudis, des portraits de personnes sont exposés. On les appelle les « desaparecidos ». Ce sont des personnes victimes de disparition forcée, qui ont été secrètement arrêtées et tuées en Argentine pendant la « guerre sale », entre 1976 et 1983 pendant la Dictature militaire en Argentine (1976-1983) du général Videla. A Buenos Aires, des femmes couvrent leurs têtes d’un foulard blanc, et proteste une fois par semaine pour retrouver leurs proches disparus. Le gouvernement argentin offre aujourd’hui aux personnes âgées entre 40 et 60 ans, et qui ne savent pas leurs origines, des tests ADN gratuits afin de retrouver sa famille.

Le passage de Santa Catalina & une représentation du foulard blanc au sol en commémoration aux mamans qui recherchent leur enfant.

Le Cabildo était au moment de sa construction en 1588, un édifice administratif mais pas seulement, il servait de marché, de prison, d’office de police et de parlement. Ses fonctions ont changé au cours des années, il est aujourd’hui le Musée de la Ville. Le bâtiment de style colonial, classé Monument historique. C’est l’un des derniers édifices de ce type à subsister en Argentine.

Le Cabildo  

Cordoba abrite une grande communauté de Jésuites. Ils ont construit plusieurs cryptes connectées par des tunnels au XVIIIème siècle qui servaient de sièges et de lieu de cultes. En 1767, suite à l’expulsion des jésuites d’Amérique du Sud, l'ordre des frères de Bethléem reprennent le contrôle des cryptes et les utilisent comme lieu de quarantaine pour les malades. Suite à la construction de l’hôpital de Cordoba, les cryptes sont ensuite utilisées comme entrepôt. Puis en 1920, les cryptes sont enterrées et oubliées jusqu’à la redécouverte d’une d’entre elles en 1990. Elle est rénovée et transformée en musée. Aujourd'hui des recherches sont menées pour trouver les autres cryptes.

L'entrée dans la Crypte 

Notre visite se poursuit en passant devant le bâtiment le plus fin de la ville. Il fait 30 mètres de long et 3 mètres de large en moyenne ! La partie la plus fine fait 80 cm. Le propriétaire de ce bâtiment était en froid avec le propriétaire derrière du terrain arrière, qui n’était autre que son frère. Du coup il a décidé de construire le bâtiment de toute manière, il souhaitait prouver qu’il n’y a pas de limite architecturale !

 Le bâtiment le plus fin de la ville

Nous passons ensuite devant la « Casa del Marques de Sobremonte », qui est la plus vieille maison de la ville. Elle contient 26 pièces et des jardins intérieurs. La maison est aujourd’hui un musée.

Casa del Marques de Sobremonte 

Nous nous rendons ensuite à la « Iglesia de la Compania de Jesus », qui a été construite entre 1640 et 1976. Sa construction est plus rapide que la cathédrale car elle a été menée par les Jésuites qui avaient plus d’architectes. La porte de droite était dédiée aux natifs et aux esclaves alors que la porte de gauche était pour les « blancs », autrement dit les Espagnols. Les peintures à l’intérieur ont été faites par les natifs. Les Jésuites entretenaient de très bonnes relations avec eux. La particularité de cette Eglise réside dans son autel qui est constitué de vrai or. La chapelle, qui était originellement très simple a été rénovée le siècle dernier, car c’est la seule Chapelle que les Jésuites possèdent dans la ville. Ils ont fait venir du marbre de Florence, elle a aujourd’hui beaucoup plus de prestance.

Iglesia de la Compania de Jesus 

Nous visitons ensuite l’UNC, l’Université national de Cordoba. A ses débuts, cette université était dédiée aux riches, les études coûtaient très chères. Au début du XXème siècles, des manifestations ont eu lieu pour une éducation libre et séparée de l'église. Depuis, l’université est publique et gratuite. Il existe toujours des universités catholiques payantes, qui peuvent aller jusqu'à 300$ par mois. Notre guide nous explique qu’une tradition existe à la fin des études : la famille et les amis du nouveau diplômé jettent tout et n'importe quoi sur la personne (farine, œuf, vin…). Ils vont même jusqu’à couper les vêtements, le diplômé se retrouvant en sous-vêtement, prêt à faire la fête. Un chose très bien pour tous les étudiants de Cordoba, c’est que les transports sont gratuits ! Et ils ont accès à un menu du jour à seulement 4 pesos/0,08€.

Université national de Cordoba 

Notre visite finie avec l’école Monserrat. Le "Colegio Nacional de Monserrat" est un lycée préparatoire à l'université publique. L’école est la deuxième plus ancienne du genre et l’une des plus prestigieuses d’Argentine. Il était originellement seulement accessible aux garçons, puis en 1997, l’accès aux filles fu ouvert.

Colegio Nacional de Monserrat 
  • Visiter le quartier étudiants et bohème de Cordoba : La Docta Free Walking Tour, rendez-vous devant le « Palacio Ferreyra » à 17h tous les jours

Notre seconde visite guidée de la ville commence au « Palacio Ferreyra ». C’était une maison construite entre 1912 et 1916, habitée par la famille Ferreyra jusqu’en 2000. Suite à la crise, la famille a dû abandonner l’idée d’y vivre dedans. Au début il la loue pour des événements et particulièrement des mariages. Les magnifiques escaliers attirent de nombreux couples. Puis en 2007, le gouvernement récupère la maison et l’a transformée en musée des beaux-arts.

Palacio Ferreyra 

Nous passons ensuite devant le « Palacio Dionisi » qui est le musée de la photographie. Tout comme le « Palacio Ferreyra », c’était une ancienne propriété privée.

 Palacio Dionisi 

Nous continuons la visite en nous rendant à la « Plaza del Bicentenario », qui célèbre l’anniversaire bicentenaire de l'indépendance du pays. Ce qui n’est pas tout à fait vrai… En 1810, les soulèvements pour l'indépendance du pays débutent. Mais c’est en 1816, que l’indépendance de l’Argentine est proclamée. Des cercles de couleurs sont installés dans le parc avec sur chacun d’eux une année, et une anecdote liée à cette année. Et cela, depuis l’année d’indépendance : de 1810 à 2010. Sur le Cercle de 1991, mon année de naissance, il est noté que le 6 septembre, l’ex sénateur provincial radical Regino Maders est assassiné. Ce crime a saisie la vie politique de Cordoba, car c’était le premier depuis le dernier régime totalitaire.

Plaza del Bicentenario 

Nous passons ensuite devant le musée de Emilio Caraffa. C’est un musée des beaux-arts avec une exposition permanente de l’artiste mais également avec des œuvres de renom. On y trouve des peintures de Picasso et Goya. Il y a également des expositions temporaires avec des artistes locaux. Devant le musée, on trouve une statue d’un ours polaire. C’était une statue qui était censée être installée sur une fontaine près du pont de l’antarctique… jusqu’à ce qu’un des ouvriers porte à l’intention qu’il n’y a pas d’ours polaire en hémisphère sud… La statue a donc été déplacée devant ce musée. Or la communauté de Cordoba se plaint de son emplacement. Devant le musée des beaux-arts, cela porte à la confusion des touristes qui pensent que c’est un musée des sciences naturelles… Un comble lorsqu’on sait que ce musée se situe à 5 minutes !

Le musée de Emilio Caraffa 

Près du musée Emilio Caraffa, on trouve une statue d’Anne Frank, en commémoration de la communauté juive tombée durant la seconde guerre mondiale. Beaucoup de juifs se sont enfuis d’Europe et se sont installés en Argentine. Il y a cependant une histoire derrière cette statue…. En août 2013, la statue d'Anne Frank avait été décapitée après une manifestation. Elle est restée 10 moins sans tête… La ville contacte alors l’artiste, Nahmias, qui l’avait sculptée pour qu’il puisse lui redonner sa tête. C’est le jour de l’inauguration que tout le monde s’étonne, la tête est disproportionnée et ne ressemble en rien à l’originale. Nahmias avoue donc avoir collaboré avec Carlos Belveder. Ce dernier nie les faits, il a bien sculpté la statue, mais seul. La statue est à nouveau décapitée afin qu’un troisième artiste rattrape cette disproportion et redonne vie à la statue d’Anne Frank… Quelle histoire !

La 1ere photo est la statue d'origine, la 2eme la reconstruction de  Nahmias & la 3eme photo est la dernière modification en date.

Le Parc Sarmiento est le Central Park de Cordoba. Il est nommé en l'honneur de Domingo Faustino Sarmiento, ancien président de la République argentine. Un élément frappant du parc est l'ancienne grande roue du parc d'attractions, communément appelée La Tour du Monde ou la Roue d’Eiffel. Sa construction a bien été faite par notre célèbre Gustave Eiffel. Elle a été utilisée jusque dans les années 1970, puis abandonnée et rouillée au point de la démolir dans les années 1990. Elle a été reconstruite et constitue maintenant un monument intéressant dans le parc Sarmiento. De nombreux étudiants en photographie apprécie venir dans ce parc pour s’entraîner à prendre des photos. Les coucher de soleil depuis le haut du parc sont apparemment époustouflants.

Le Parc Sarmiento 

Nous continuons le tour avec la visite de la « Iglesia de los Capuchinos ». Sa construction a commencé en 1926 et a été achevée en 1934. L’architecte italien Augusto Ferrari avait un challenge lors de son élaboration, ne pas utiliser ni d’or, ni d’argent. Il a donc usé de son imagination pour créer un Eglise colorée. La particularité de l’Eglise est le fait qu’elle n’est qu’une tour de terminée. L’architecte avait dessiné l’Eglise et c’était toujours dans ses plans de n’avoir qu’une tour. Mais une autre raison probablement vraie, est qu’une règle existait à cette époque et qui stipulait que les Eglises non finies ne seraient pas surjettent au paiement des taxes… Malin le petit Ferrari.

Iglesia de los Capuchinos  

Nous passons ensuite devant « Buen Pastor », un centre culturel, récréatif et commercial. La fontaine projette le drapeau de la ville, mais il est à l’envers… On n’a plus l’impression que c’est le drapeau français qui est illuminé ! Cocorico !

Buen Pastor  

Le Barrio Güemes est un quartier populaire de la ville de Cordoba. Il est composé principalement de petites maisons couleurs saumon. Tous les weekends, on y trouve la « Feria Artesanal », un marché artisanal où il possible de trouver absolument tout !

Barrio Güemes  

On finit notre visite dans les « Galerias », les quartiers des pubs & bars. Ici c’est branché, coloré et l’ambiance y est festive. C’est un mix du quartier festif de Medellin et de Londres. Les boutiques, les restaurants et les bars sont décorés avec style et goût ! On a envie de tous les tester !

Les « Galerias », les quartiers des pubs & bars 

Cordoba m’aura surprise ! C’est le genre de grande ville où je pourrais me projeter d’y vivre. Il y a de la verdure, des quartiers différents et branchés, un centre historique joli, des musées et une vie sociale développée. J’ai adoré découvrir cette ville !

Cordoba 
• • •

Notre prochaine étape est loin et pas des moindres, nous allons en terre de feu ! Nous rejoignons Ushuaïa en avion ! Cette étape n'était pas prévue, et nous sommes extrêmement contentes de l'avoir ajoutée !

Cordoba 
5

Nous n’étions pas sûres d’aller à Ushuaïa. Nous avions peur que ce soit trop cher « pour ce que c’est », beaucoup de gens n’avaient pas été tant impressionnées que ça, et tout le monde nous bassinait qu’il allait faire beaucoup trop froid… Mais que je suis contente que l’on est changé d’idée ! Non seulement ce n’est pas aussi cher comme on le pensait, nous sommes à Ushuaïa en saison basse, il y a donc beaucoup moins de touristes et il ne fait pas si froid ! Mais surtout, au grand surtout, c’est absolument magnifique !

Ushuaïa 
• • •

Infos pratiques

Transport :

  • Bus Cordoba-Aéroport de Cordoba, 95 pesos/1,90€ le trajet

Depuis Cordoba, nous avons rejoint l’aéroport avec le bus Aerobus. Il y a un arrêt de bus sur la place San Martin (en face de l’adresse San Jeronimo 70, sur la place). Il est possible de payer en cash, le trajet coûte 95 pesos/1,90€. Le bus nous dépose à 500 mètres de l’aéroport, il suffit juste de marcher tout droit depuis la grande statue du Condor.

 Aerobus sur la place San Martin à Cordoba 
  • Vol Cordoba-Ushuaïa, Aerolineas, 115,50€ direct

Une des raisons qui nous a décidé d’aller à Ushuaïa, c’est le prix du billet d’avion. Nous avons la chance de voyager en basse saison, du coup les prix sont cassés, une aubaine pour nous ! Le trajet dure 4h et l’atterrissage est un peu sportif. Il y a beaucoup de secousse, tous les enfants rigolent, ça fait des guilis dans le ventre, de quoi donner la nausée.

 C'est parti pour Ushuaïa!
  • Taxi, 250 pesos/5€

Pour rejoindre notre Air Bnb, nous avons pris un taxi. A Ushuaïa, tous les taxis sont équipés d’un compteur. C’est pratique, pas besoin de négocier et au moins on n’a pas cette sensation de se faire rouler.

Sorties de l'aéroport et déjà on est émerveillées par Ushuaïa 

Logement : Maison Air bnb, 11,45€ la nuit par personne

Nous avons trouvé une maison partagée à 15 minutes du centre sur la plateforme Air Bnb. Elle est splendide ! C’est une grande maison de montagne, style chalet, avec de grandes fenêtres. Ana Maria, notre hôte, est très accueillante et nous offre l’accès complet de sa maison, nous sommes ici chez nous. Il y a deux chiens et deux chats, dont un petit chaton blanc adorable. On va s’y plaire ici !

Notre air bnb chez Ana Maria 

Restaurants :

  • Tanta Sara :

Pour notre premier dîner, nous entrons chez Tante Sara, qui offre différents types de plats, dont des burgers. Ça tombe bien, on a faim ! L’ambiance est sympathique, on y trouve beaucoup de locaux, c’est toujours un bon signe pour un restaurant. On prend toute les deux un burger et on s’est régalées !

Tante Sara 

Nous reviendrons le lendemain pour le petit déjeuner, qui était en fait presque un brunch. Les prix étaient convenables et ça nous permettait de partir sur le Canal Beagle le ventre bien rempli. Ce restaurant est une très bonne adresse à Ushuaïa.

Tante Sara 
  • Bodegon Furguino :

Un autre restaurant très mignon avec du choix sur la carte, pour des petits prix. Nous y avons mangé un midi. Le personnel est agréable et la nourriture très bonne. On valide !

Bodegon Furguino 
  • 137 Pizzas y Pastas :

Pour notre dernière soirée, nous sommes allées manger une Pizza en compagnie de notre hôte Ana Maria et son fils Frédérico. Nous sommes allées dans ce restaurant, les pizzas étaient très bonnes et nous avons pu goûter des bières locales.

Un bon moment en bonne compagnie. 


Bars :

  • Santos

Le samedi soir, nous avons décidé de tester le bar le plus connu d’Ushuaïa, le Santos. C’est un bar qui propose des bières artisanales en pression. L’ambiance y est sympathique, on a l’impression d’être à la montagne, après une bonne journée de ski. En cette saison, il y a très peu de touristes, c’est agréable de ne pas se sentir dans une attraction. Le Santos, on valide !

 Santos
  • Viagro Bar:

Nous sommes allées dans ce bar avec Fede et Agustin, il y avait un concert de R'n'B/Rap. L'ambiance était géniale, la musique était excellente! On a passé une excellente soirée!

La 1ere n'est pas une photo du bar, mais nos frimousses! 
• • •

A faire

  • Faire un tour sur le Canal Beagle

Il existe énormément de tours pour faire une excursion sur le Canal. Encore une fois, nous sommes en basse saison, beaucoup de compagnies ont fermé leurs portes jusqu’en juillet. Fort heureusement, quelques-unes d’entre elles opèrent toujours leurs services. Sur les conseils de l’office de tourisme et grâce à des petites recherches sur la toile, on trouve la compagnie Rumbo Sur, qui est plus qu’abordable. En ligne, nous avions trouvé des tours à 100€, chez Rumbo Sur, le tour est à 1700/pesos soit 33,50€.

Tour sur le Canal Beagle avec Rumbo Sur 

Le tour est extraordinaire ! Nous avons d’abord été sur l’île Mary Ann, aussi dénommée « Islas Bridges », où nous avons pu apprécier la vue sur Ushuaïa. Il faisait très beau le jour où nous avons fait le tour, la vue était dégagée, c’était exceptionnel !

Islas Bridges 

Nous avons ensuite navigué à côté de la « isla de los pajaros » où nous avons pu observer des albatros à sourcils noirs, ces oiseaux qui sont une sorte de mixe entre la mouette et le pingouin. Ils étaient nombreux, par centaine, sur cette petite île. Généreux, ils partagent leur île avec des phoques ! En espagnol, on les appelle loup des mers, « lomo marino ». C’était un des mes grands rêves de voir des phoques, je n’ai pas été déçue. C’est l’animal sauvage le plus mignon que j’ai été amené de voir. Leurs petites moustaches, le ventre dodu, leurs petites nageoires et leur cri, tout me fascine ! Un grand moment pour moi !

Isla de los pajaros 

Nous avons fini l’excursion en passant devant le Phare du bout du monde. Il est simple, vêtu de sa robe blanche et rouge, il se tient grand sur le Canal Beagle. Entouré des montagnes, la vue est impressionnante.

Le Phare du bout du monde 

Nous sommes toutes les deux d’accords, nous avons vécu un grand moment et Ushuaïa monte dans le top 5 de notre tour d’Amérique pour le moment ! Nous sommes heureuses d’être là et de visiter cet endroit magique, vivement les autres activités !

Le canal Beagle et vues sur Ushuaïa 
  • Marcher dans la ville :

Nous avons rencontré beaucoup de personnes qui ont pensé que la ville d'Ushuaïa n'était pas très jolie et sans grand intérêt. Nous avons eu un avis bien différent! Nous avons adoré déambuler dans les rues et apprécier son architecture de ville de montagne. Les couleurs, l'Eglise, les boutiques et restaurants, tout est mignon dans cette ville!, de jour comme de nuit!

Ushuaïa de jour
Ushuaïa de nuit 
  • Visiter le glacier Martial :

Après notre excursion sur le Canal Beagle, nous profitons de la météo clémente pour aller visiter le glacier Martial. Pour s’y rendre, deux options : soit y aller à pieds, c’est 7km et ça monte. Soit prendre un taxi, la course vaut environ 300 pesos/6€. On s’économise et on s’y rend en taxi. En route, le chauffeur est adorable et s’arrête à un point de vue panoramique sur la ville afin que nous puissions prendre une photo.

Vue panoramique sur ushuaïa 

Arrivées à la base du glacier, on commence notre marche tranquillement. On nous avait informé que cela prend environ 2h pour y monter. Après une petite heure de marche, nous arrivons à un panneau d’information touristique sur la chaîne de montagne et sur le glacier. Un autre panneau informe les visiteurs que l’accès à la marche est fermé… Nous sommes un peu déçues, avant de comprendre que d’où nous sommes, nous avons d’ores et déjà le glacier sous les yeux. On suppose que la marche permet d’observer le glacier d’un peu plus proche. Du coup, notre déception disparaît, on apprécie les paysages. Quelle belle journée !

Le Glacier Martial
  • Visiter le musée naval & l’ancienne prison d’Ushuaïa :

Nous sommes allées visiter le musée naval & l’ancienne prison d’Ushuaïa. L’entrée était à 600 pesos/12€ par personne. Il est possible de louer un audio guide pour 50 pesos/1€, il faut laisser un papier d’identité en guise de caution. Je ne peux que vous conseiller de prendre l’audio guide car il y a énormément de panneaux explicatifs ce qui peut devenir lassant de lire au bout d’un moment. L’audio guide rend la visite plus facile et donne des explications concises et intéressantes sur différents sujets.

Le musée naval & l’ancienne prison d’Ushuaïa 

Nous avons commencé notre visite par le musée maritime. Nous avons appris que Darwin était allé en expédition avec Fitz Roy, durant laquelle ils ont travaillé sur la cartographie que nous avons actuellement. Le navire est nommé « Beagle » qui donnera le nom au canal par la suite. L'expédition prévue initialement pour deux ans en dura finalement presque cinq, le Beagle ne rentra en Angleterre que le 2 octobre 1836. Darwin passa la plupart de son temps hors du bateau, 3 ans et 3 mois à explorer les terres accostées, 18 mois en mer. Ils ont rencontré durant leur voyage la communauté Yamana. Darwin affirmera que c’est la « race la plus infime du genre humain ». Sympa le petit Darwin.

Il n’y avait pas de pirates dans cette partie du monde. C’est probablement dû aux conditions météorologiques, au fait que les navigateurs avaient peu d’or, ils étaient présents pour des recherches scientifiques et cartographiques.

Le musée maritime 

Nous sommes ensuite entrées dans le Pavillon 4 qui n’est autre que le musée du bagne. Le premier groupe de bagnards est arrivé sur l’Ile des Etats en janvier 1896 à bord du navire « 1er de Mayo ». L’idée était de coloniser l’île aves les prisonniers. Pour des raisons humanitaires, la prison est transférée à Ushuaïa. La construction de la prison a été réalisée par les bagnards eux-mêmes. Au fur et à mesure que le temps passait, les auteurs de grave délits et crimes sont envoyés dans cette prison. Nombreux étaient condamnées à une peine à perpétuité. Le régime de la prison était basé sur un travail réparti, un enseignement scolaire primaire et une sévère discipline. Les conditions de vie étaient très rudes. Il n’y avait pas de chauffage, seul deux chauffe-eaux étaient installés dans le couloir du pavillon, les portes des prisonniers étaient ouvertes 1h le matin afin de « réchauffer » leur cellule. Pour avoir été dans le pavillon historique qui montre les conditions réelles, cela devait être très dur. Il y fait extrêmement froid. Les prisonniers avaient le droit à une douche par semaine et leurs linges étaient aussi lavés une fois par semaine. Ils les récupéraient très souvent humide…

Le musée du bagne 

Une histoire qui nous a marque est celle de Cayetano Santos Godino. Il est surnommé « le petit aux oreilles décollées », était un tueur en série. En 1912, à 16 ans, il fut condamné pour le meurtre de quatre enfants, la tentative de meurtre sur sept autres enfants et l'incendie volontaire de sept immeubles. L’audio guide nous explique qu’il avait rapporté avoir tué ses enfants par ennui parce qu’il ne trouvait pas de travail. Dans la prison, il a continué à avoir des comportements violents. L’administration décide de lui faire une opération esthétique sur ses oreilles, pensant que sa violence venait de ce mal-être. Il a cependant continué à être violent, jusqu’à tuer le chat de la prison. Il se fait alors tabasser à mort par les autres prisonniers. Ça fait froid dans le dos !

Cayetano Santos Godino 

C’est une visite très intéressante, qui vaut le détour. Elle est un peu cher, mais il est possible de revenir le lendemain si vous n’avez pas eu le temps de tout visiter.

On n'en loupe pas une pour faire les endouilles! 
  • Aller voir la Laguna Esmeralda :

Depuis Ushuaia, il y a une navette qui part à 10h qui nous dépose à l’entrée de la marche, qui est en plein milieu de la route 3. La navette coûte 600 pesos/12€ par personne pour l’aller-retour. La navette revient à 16h.

Le bureau des navettes pour rejoindre les différentes marches autour d'Ushuaïa 

La randonnée fait environ 10 km, peut être un peu plus car nous avons dû parfois prendre des passages alternatifs. Le sentier était parfois une piscine de boue et d’eau. Ce n’est pas très écologique de sortir du sentier, cela crée des nouveaux tracés que d’autres personnes seront susceptibles d’emprunter, mais nous n’avons malheureusement pas eu le choix… Il y avait énormément de vent et se concentrer sur ses pieds n’a pas rendu la marche de tout plaisir. C’était épuisant de devoir se focaliser sur nos pieds. Mais ça en valait la peine, les paysages qui nous entouraient étaient magnifiques.

Les paysages autour de la Laguna Esmeralda 

Une fois arrivées à la laguna Esmeralda, elle n’était pas d’une très belle couleur, ce n’était pas la bonne saison, mais elle reste malgré tout très belle.

La laguna Esmeralda 

Il ne faut pas traîner pour être sûr de rejoindre la navette retour à 16h. Ce n’est pas une marche de tout repos, mais elle vaut la peine !

J'adore les paysages enneigés, ils sont plein de poésie. 
  • Aller au Parc National de la Terre de Feu :

Pour rejoindre le Parc National de la Terre de Feu, rien de plus simple, il existe des navettes tous les jours à 10h, 11h et midi. Cela coûte 850 pesos/17€ par personne l’aller-retour, sauf si vous réservez à l’avance et c’est alors 800 pesos/16€. La navette peut vous déposer à trois endroits différents pour faire différentes randonnées : Muelle, Centro de Visitantes Alakush et Puerto Arias.

Le début de la randonnée « Senda Costera » 

Nous nous sommes faites déposées à Muelle où nous avons pu commencer la randonnée « Senda Costera ». C’est une marche du 8km, de difficulté moyenne qui offre de magnifiques paysages sur le Cana Beagle et les Montagnes environnantes. L’eau est tellement transparente cela lui donne une couleur turquoise par moment !

Senda Costera 

Une fois cette première randonnée finie, nous avons continué avec la marche du « Paseo de la Isla » qui fait 600 mètres, c’est une courte mais très belle randonné. Et nous avons fini avec la marche du « Mirador Lapataia », qui fait 1km et permet de rejoindre l’arrêt de bus de Puerto Arias. Le bus passe à 15h et 17h. Nous sommes arrivées à temps pour prendre la navette de 15h.

Paseo de la Isla  
Mirador Lapataia 

Une très belle journée où nous avons découvert le Parc National de la Terre de Feu. On comprend son nom une fois qu’on y a marché. La terre et les paysages sont flamboyants, surtout lorsque le soleil se couche et laisse une couleur dorée sur le sol, absolument magnifique.

Le parc national de la Terre de Feu 
  • Faire un tour en avion au-dessus du Canal Beagle :

Le fils de notre hôte, Fede, est pilote d’avion. Il nous a conseillé de faire un tour en avion avec l’Aeroclub Ushuaia. Son ami, Agustin, était disponible et nous a emmené faire un tour au-dessus du Canal Beagle.

Aeroclub Ushuaia 

Nous y sommes allées à 11h alors que le soleil était presque au plus haut. C’était une magnifique journée, nous avons eu une parfaite visibilité !

Ushuaïa vu des air! 

Nous avons pu apercevoir la chaîne de montagne du Chili (1), le phare du bout du monde, le glacier Martial (2) et le village le plus au sud du monde (3), Puerto Navarino, au Chili. Nous avons aussi vu deux baleines qui sortaient leurs têtes de l’eau, faisant des éclaboussures. C’était un moment magique. Voir le Canal et Ushuaia depuis le ciel si proche était une expérience unique !

Voler au dessus d'Ushuaïa était une expérience inoubliable 
• • •

Notre semaine à Ushuaïa a été exceptionnelle ! Et dire que nous avons hésité d’y venir, heureusement que nous avons changé d’idée et que nous sommes venues explorer la Terre de Feu ! La ville est sublime, entourées de montagnes enneigées et du canal Beagle. Le Parc National, la laguna Esmeralda, notre tour en avion, tout était parfait ! Notre aventure en Patagonie continue, prochaine destination : El Calafate et le glacier du Perito Moreno !

Ushuaïa 
6

Nous n’avons pas vu grand-chose de notre vol Ushuaïa-El Calafate… Nous avons dormi tout le long ! Note à soi-même, faire la fête la veille d’un jour d’avion, pas la meilleure des idées ! Mais à l’atterrissage, on a pu déjà apercevoir les magnifiques paysages qui entourent El Calafate.

Le Perito Moreno 
• • •

Infos pratiques

Transport :

Pour rejoindre l’aéroport depuis notre Air bnb, nous avions réservé un taxi. La course nous a coûté 200 pesos/4€. Nous avons volé à nouveau avec la compagnie Aerolinas. Bon à savoir, il n’est pas nécessaire d’imprimer les billets d’avion, ils ont les machines pour scanner le code barre depuis un smartphone. Le vol est rapide, il ne dure qu’une heure et vingt minutes.

Vol Ushuaïa - El Calafate 

Pour rejoindre El Calafate, nous avons pris une navette. Nous avons acheté nos tiquets à l’un des comptoirs à côté des tapis pour bagages. Le trajet était de 300 pesos/6€ par personne. La navette nous a déposé devant notre hostal, très pratique car El Calafate est très étalé.

Logement :

  • Bla! Hostel, 350 pesos/7€ la nuit par personne dans un dortoir de 8 lits, petit déjeuner inclus

Nous n’avions pas de réservation, mais comme nous sommes venues en basse saison, nous n’étions pas trop inquiètes. L’hostel est situé très proche du centre-ville. L’ambiance y est très relaxe, les deux gérants sont très serviables et accueillants. Les dortoirs sont un peu vieillots mais les lits sont confortables.

Bla! Hostel 

Restaurant :

  • Wanano : C’est un restaurant qui propose des burgers avec des frites maison. Le concept est sympa, il faut d’abord choisir sa viande/protéine végétale, puis choisir la garniture que l’on souhaite accompagnée avec la protéine. C’est très bon et abordable ! Un restaurant simple et efficace comme on les aime.
Wanaco 
• • •

A faire 

  • Visiter le centre-ville d’El Calafate :

La ville n’est pas grande mais le centre-ville est très mignon. Il y a plein de boutiques et même un petit village constitué de cabanons en bois, chacun étant des petits magasins de souvenirs. On ressent l’ambiance ville de montagne, j’adore cette atmosphère !

El Calafate 
  • Faire un mini-trekking sur le Perito Moreno :

La seule compagnie qui propose cette activité est Hielo & Aventura. L’excursion comprend le transport, le passage en bateau pour rejoindre le début de la marche et deux guides de montagne pour la marche sur le glacier. Il faut compter 4500 pesos/90€ par personne. A cela il faut ajouter 700 pesos/14€ par personne qui permet d’accéder au Parc National Les Glaciares.

La journée commence à 8h30. Un bus de la compagnie Hielo & Aventura est venu nous chercher à l’auberge. Une fois toutes les personnes récupérées aux différents hôtels, nous prenons la route pour le Parc National Les Glaciares. Il y a 50km pour l’atteindre, puis 30km pour atteindre l’embarcation.

En route pour le Perito Moreno avec un magnifique lever du soleil. 

Dans le bus, notre guide Viviana nous explique que ces glaciers forme la troisième plus grande réserve de glace sur terre après l’antarctique et le Groenland. Le glacier Perito Moreno est le plus connu et le plus visité car il est facile d’accès. On y accède par la route et on peut l’observer directement.

Le Perito Moreno a aussi une grande particularité, c’est le seul glacier au monde qui ne bouge pas. La glace tombée est compensée par la glace qui est produite de manière naturelle, venant de la condensation de l’eau, avec l’influence du vent venant de l’océan pacifique.

Nous faisons une première halte à un point de vue sur le Perino Moreno : le mirador de los Suspiros. Il est encore loin, mais on le voit pour la première fois. Il est entouré d’une forêt magnifique habillée de ses belles couleurs d’automne. Ça rend le paysage encore plus beau.

Le mirador de los Suspiros 

Une fois arrivés à l’embarcadère, tous le monde entre dans le bateau. L’excursion est courte, elle dure 20 minutes, mais permet d’apercevoir le glacier d’un peu plus près. On entend pour la première fois le craquèlement de la glace, c’est impressionnant. Des morceaux de glace tombe dans le lac. La nature est tellement puissante.

Bateau pour rejoindre le début de la marche et déjà on peut apercevoir le glacier de plus prêt! 

Nous arrivons alors de l’autre côté où nous pouvons poser nos affaires dans des casiers afin d’être libres durant le mini-trekking sur le glacier. Nous rejoignons alors nos guides, Mariano et Carlos, qui nous donnent plus d’explications sur le glacier : il n’est pas en altitude, à seulement 197 mètres au-dessus du niveau de la mer ; il est situé plus proche de l’Equateur (latitude 32) que du pôle sud (latitude 90), en effet il est situé en latitude 52 ; il est également plus proche de l’océan pacifique que d’El Calafate ; aussi le glacier fait 60 mètres de hauteur, mais à également plus de 110 mètres de glace en dessous du lac.

Le Perito Moreno 

Après ces informations instructives, nos guides nous équipent d’un casque et de crampons (qui s’adaptent à nos chaussures). Nous sommes fins prêts à aller marcher sur le glacier ! Nous y marcherons une petite heure. Nous sommes passés devant des crevasses, des fentes, la glace était d’un bleu cristal. C’était impressionnant de marcher avec des crampons sur de la glace, et surtout savoir que l’on marchait sur un glacier !

Marcher sur un glacier... Je ne pensais pas vivre cette expérience, c'est chose faite! 
 On est pas belles avec nos petits caques et nos crampons? Des vraies aventurières! 

A la fin de la marche, nous avons fini notre expérience de mini trek avec un verre de whisky avec la glace pilée du glacier et un chocolat, de quoi finir la balade en beauté !

Du whisky avec la glace pilée du glacier 

Nous nous déchaussons des crampons et rendons le casque pour rejoindre le refuge. Cela tombait à pic, il a commencé à neiger à ce moment-là ! Nous pouvons alors profiter de notre déjeuner (préparé par nos soins), au chaud, prêt du feu. Une fois la pause déjeuner terminée, nous reprenons le bateau pour rejoindre le bus qui nous mène cette fois aux pontons permettant une parfaite visibilité sur le Perito Moreno.

On reprend le bateau et on s'approche un peu plus du glacier! 

Une fois là-bas, c’est impossible de ne pas s’arrêter tous les 20 mètres pour prendre une photo. La vue est sublime. Le glacier est imposant, sa couleur bleu azur est envoûtante ! Les couleurs automnales qui accompagnent ce tableau sont sublimes, on s’en prend plein les yeux. On profite de cette vue en se promenant sur les différents pontons pendant une petite heure, puis vient le moment de rejoindre le bus. C’est alors qu’un gros bloc de glace s’est détaché du glacier dans un bruit du tonnerre, c’était époustouflant ! Comme si le glacier nous disait au revoir ! Et cerise sur le gâteau, lorsque nous avons rejoint le bus, un renard passait par là ! Sa robe était magnifique, une créature mystérieuse et magnifique.

Le Perito Moreno 

Nous avons alors repris la route pour rejoindre El Calafate. Il faut compter une heure et demi pour le retour. On s’est octroyée une petite sieste, bien méritée après cette journée au froid et pleine de beauté !

• • •

Nous ne resterons pas longtemps à El Calafate, mais j’en garderai un grand souvenir ! Voir le Perito Moreno était un de mes objectifs de ce tour d’Amérique, objectif accompli et plus encore, le voir en automne était plus que ce que je demandais ! Notre prochaine étape est El Chalten, en route !

Le Perito Moreno 
7

Venir à El Chalten depuis El Calafate est très facile et rapide. La route pour y arriver est magnifique. Plus on visite la Patagonie, et plus cela me donne l’impression que tout est simplement beau ici. Je comprends pourquoi tout le monde nous disait que c’est splendide. C’est effectivement une région spectaculaire ! A El Chalten, plusieurs randonnées nous attendent, et on a hâte de les faire !

El Chaltén 
• • •

Infos pratiques

Transport :

  • Bus Chalten Travel, 800 pesos/16€, 3h de trajet

Les bus en saison partent deux fois par jour, soit 8h du matin ou 19h de l’après-midi. C’est très rapide, en 3h nous avons rejoint El Chalten. Le bus a tout de même fait une pause-café à mi-chemin, j’ai trouvé cela drôle pour la durée du trajet !

Une fois à El Calafate, le bus s’arrête d’abord à l’office du tourisme, où un guide nous donne des informations sur l’état des différentes randonnées. Elle nous donne aussi des recommandations sur les sentiers et nous informe sur la météo. C’est une manière pour eux de réduire les accidents. C’est très utile et bien pensé !

Arrivées à Une fois à El Chalten

Logement :

  • Los Viajeros Hostel, 360 pesos/7,20€ la nuit par personne dans un dortoir de 6 personnes, pas de petit déjeuner

Nous longeons à l’hostel Los Viajeros qui est dans l’hyper centre du village, c’est pratique. On est au milieu du départ des différentes marches. Les locaux sont très propres et bien entretenus. Les lits sont un peu mous mais restent confortables. Il n’y a que deux douches, ce qui reste convenable en saison basse mais qui doit poser problème en été. Et petit point négatif, il n’y a pas de petit-déjeuner.

Los Viajeros Hostel 

Restaurants :

  • Restaurante Ahonikenk Chalten Fonda Patagonia : On a mangé des pizzas dans ce restaurant. C’était un peu cher, mais quand on repense que l’on est dans un petit village de Patagonie, alors ce n’est pas trop mal. La décoration est géniale, on est dans un chalet en bois de montagne, avec des t-shirts de foot accrochés partout. Le service est super.
 Restaurante Ahonikenk Chalten Fonda Patagonia
  • Estepa Resto Bar : On s’est fait plaisir en mangeant dans cette brasserie, les prix sont un peu plus élevés que la moyenne mais cela reste raisonnable. Le serveur est très sympathique, un peu brouillon dans son travail, il disparaît à plusieurs reprises, mais les plats étaient de grande qualité et délicieux !
Estepa Resto Bar 
  • Panaderia Que Rika : nous avons acheté du pain et des sandwichs dans cette boulangerie. Le pain y est bon et les sandwichs sont pratiques pour les randonnées et bon marché.
Panaderia Que Rika 
  • La Cerveceria Chalten:

Nous sommes allées manger dans ce restaurant avant de prendre notre bus de nuit, et je peux vous dire que nous avons bien mangé! Les portions sont très généreuses et les prix pas si excessifs que ça pour El Chalten, une très bonne adresse.

Petit dîner avant de prendre le bus de nuit pour Bariloche 
• • •

A faire

  • Randonnée « Mirador de los Condores » & « Mirador Las Aguilas » :

Nous sommes arrivées aux alentours de 10h30 à El Chalten. Les conditions de météo étaient idéales, ciel bleu, aucun vent et pas très froid. Mais voilà, il était trop tard d’envisager une randonnée de 20km. Nous avons donc opté pour deux petites randonnées.

Parque Nacional Los Glacieres 

Le « Mirador de los Condores » est accessible en une trentaine de minutes et fait 1km (aller), il y a un dénivelé de 100 mètres. Ce point de vue permet une très jolie vue sur les montagnes, El Chalten, mais également sur les condors qui volent élégamment au-dessus de nous. Pour une première vue sur les montagnes et principalement sur Fitz Roy, nous sommes ravies, c’est magnifique.

Mirador de los Condores 

On continue ensuite la balade vers le « Mirador Las Aguilas ». On le rejoint en une quarantaine de minutes depuis le « Mirador de los Condores ». Elle fait 2km (aller) et il y a un dénivelé de 100 mètres. Ce point de vue ci permet une vue sur la vallée, les montagnes et sur le lac Viedma. C’est une très jolie vue également.

 Mirador Las Aguilas 

Notre première journée était calme niveau marche, de quoi avoir une introduction aux suivantes et se dégourdir les jambes, on est prêtes pour le Fitz Roy !

  • Randonnée « Fitz Roy & Laguna de Los Tres » :

Le deuxième jour, nous nous levons relativement tôt. Il fait encore nuit. Après un petit déjeuner léger, on prend la route pour la randonnée Fitz Roy. Nous sommes ici à la mi-mai, l’automne est encore là mais l’hiver s’installe tout doucement. On nous a prévenu que le sentier était difficile à la fin pour rejoindre la lagune de Los Tres. Mais nous sommes des dures à cuire et on sait que l’on a le temps. On veut la tenter, on verra bien ! Il y a 10,2km (aller) pour rejoindre la Laguna de Los Tres.

 Fitz Roy & Laguna de Los Tres 

Il y a d’abord un point de vue sur le « Rio de las Vueltas » seulement 700 mètres après avoir commencé. Et oui, déjà après seulement 15 minutes de marche, on a déjà des paysages magnifiques sous les yeux !

Rio de las Vueltas... et non il n'y a pas de filtre... C'était irréel!

On continue de marcher jusqu’à un croisement, nous avons le choix entre aller voir un point de vue sur le Fitz Roy ou sur la laguna Capri. Etant donné que le soleil se lève et que déjà les couleurs sont sublimes, nous décidons de prendre le chemin qui mène au point de vue sur la montagne. Les deux sont au niveau du kilomètre 4 de la randonnée. Nous passerons par la Lagune Capri au retour ! Et nous avons très bien fait. Nous sommes arrivées au point de vue pour le levé du soleil qui était juste sublime. Le Fitz Roy était d’une couleur Or rosé, tout était illuminé par le soleil. C’était un spectacle époustouflant. Et en l’espace de deux minutes déjà, le Fitz Roy a retrouvé sa couleur normale. La nature ne cessera jamais de m’impressionner.

Lever de soleil exceptionnel sur le Fitz Roy 

Après ce magnifique spectacle, on continue en direction du campement Poincenaut. Les paysages sont beaux, la marche est facile et agréable. Nous ne croiserons presque personne. Apparemment en été, il faut presque marcher à la queue leu leu… On se sent privilégiées d’avoir cet endroit presque pour nous. On y ressent le calme et la sérénité, c’est agréable ! Surtout en sachant ce qu’il nous attend !

On s'en prend tout simplement plein les yeux. 

Une fois arrivées au campement Poincenaut, on commence l’ascension du dernier kilomètre et demi, qui est difficile. Je pense qu’en été, monter à la Lagune de Los Tres n’est pas si difficile. Il est dit qu’il faut environ une heure pour y arriver. Cela grimpe, mais il y a des marches, le chemin est bien aménagé. Mais en cette période de l’année avec la neige et surtout la glace, notre ascension n’a pas été de tout repos. C’était presque de l’escalade à certain moment. Nous étions constamment en train de chercher le meilleur endroit pour poser nos pieds sans glisser et tomber. Après une heure trente de grimpe, nous sommes finalement arrivées au bout de nos peines ! Et quel spectacle ! Voir le mont Fitz Roy de si proche et la lagune à ses pieds d’une couleur turquoise, c’est époustouflant. Nous sommes peu nombreux en haut. On a l’impression d’être seul, c’est paisible.

La récompense, le Mont Fitz Roy ! 

Après une petite mais rapide pause pour se restaurer, on a continué de marcher vers la gauche de la lagune. Nous avons rejoint un point de vue qui permet d’avoir un spectacle extraordinaire. Une fois là-haut, nous avons eu une vue sur la Laguna de Los Tres et la Laguna Sucia, qui a elle une couleur bleu canard. Je pense que c’est un des paysages qui m’a le plus marqué dans ce voyage et dans la plupart de mes voyages. C’est irréel. La beauté est indescriptible !

la Laguna de Los Tres et la Laguna Sucia 

Après avoir apprécié la vue une petite heure, nous n’étions pas au bout de notre peine réellement, car il fallait redescendre. Nous aurons moins de mal car nous avons trouvé plus d’endroit avec de la neige et donc plus d’adhérence. Mais nous mettrons tout de même une heure trente pour retourner au campement. On a croisé plusieurs personnes qui réussissaient à dévaler la pente presque, et cela sans tomber. Je n’ai aucune idée de ce qu’il faisait pour aller si vite et ne pas glisser ! Chapeau !

Un retour pas très facile mais on a réussi! 

Le retour a été facile et agréable. Nous sommes passées par la laguna Capri qui est jolie mais bien moins impressionnante que les deux autres que nous venons de voir, il faut l’admettre.

Lala Laguna Capri

On finit la randonnée en 9h, une heure de plus que ce que la guide de l’office de touristique disait, mais nous sommes bien contentes d’avoir réussi à atteindre la Lagune ! Nos jambes sont courbaturées, on est contente de rentrer se reposer ! C’était une magnifique journée, nous sommes choyées par la météo et ça valait la peine de se hisser en haut de cette lagune !

 Randonnée finie, on rentre à l'auberge et on tombe sur ces nuages!
  • Randonnée « Loma del Pliegue Tumbado » :

Cette randonnée est moins connue à El Chalten. Généralement les voyageurs viennent faire la randonnée du Fitz Roy et celle de la Laguna Torre. Etant donné que nous avons fait celle du Fitz Roy, nous voulions faire autre chose qu’une lagune. Des amis nous avaient conseillé de faite la marche « Loma del Pliegue Tumbado » qui offre une vue superbe sur les montagnes, la vallée et sur la lagune Torre. On trouvait que c’était un bon compromis. Nous n’avons pas été déçues. La randonnée fait environ 8km pour rejoindre le mirador et il faut compter 2km supplémentaires pour rejoindre le haut d’une montagne qui offre une vue encore plus panoramique.

Loma del Pliegue Tumbado 

La marche est facile, le dénivelé est de 1000 mètres mais il se fait progressivement. Ce n’est pas trop agressif. Nous avons les 20km de la veille dans les jambes, le début de la marche est un peu difficile mais en marchant tranquillement nous rejoignons facilement le mirador. La vue y est transcendante ! On se retrouve devant un panorama de montagnes, on voit le glacier Torre, la Laguna Torre, la rivière Fitz Roy… C’est comme si les paysages étaient infinis ! Le vent souffle mais il ne fait pas si froid. La vue est dégagée, il y a quelques nuages, mais cela rend le paysage joli. Nous sommes choyées par cette météo toujours aussi clémente !

Loma del Pliegue Tumbado 

Le retour se fait plus tranquillement, tout est en descente. Nous prenons notre temps, on profite des paysages, on marche dans la neige dès qu’on peut, comme deux enfants. Une deuxième journée merveilleuse qui confirme notre amour pour la Patagonie, une chose est sûre !

Retour paisible à El Chalten 
• • •

Après ces merveilleux jours à El Chalten plein de découverte, nous reprenons la route pour rejoindre la ville de Bariloche. Nous avons devant nous 23 heures de bus... C'est parti!

El Chalten et le magnifique Fitz Roy 
8

Depuis El Chalten, nous avons pris un bus de nuit pour rejoindre Bariloche, une autre ville bien connue de la Patagonie argentine. Bariloche est entourée de lacs, de montagnes, de forêts de sapins, de chalets en bois, de brasseries artisanales et chocolateries ! On a un peu l’impression de se retrouver en Suisse tout d’un coup !

Bariloche 

Nous ne resterons qu’un jour pour nous reposer après le long trajet en bus de nuit. Avec une voiture de location, nous avons effectué un petit road trip autour de Villa la Angostura, San Martin de Los Andes & El Bolson, avant de revenir à Bariloche. C’est une petite boucle magnifique qui se fait facilement sur 4-5 jours.

La route des Lacs  
• • •

Infos pratiques 

Transports :

  • El Chalten – Bariloche, Bus Marga Taqsa : Bus de nuit, 3750 pesos/75€ pour un siège « semi cama », 23/24h de bus

Le bus est parti à 22h. Nous avions prévu de quoi manger pendant 24h, on n’est jamais trop préparé quand il s’agit de nourriture ! La compagnie de bus prévoit une collation et une brioche durant le trajet. Il est possible d’avoir un siège « cama » mais c’était 20€ plus cher, et avec du recul, nous ne regrettons pas d’avoir pris les « semi cama ». Les « camas » n’étaient même pas totalement inclinables… Ils étaient seulement plus larges. Pour 20€, c’est un peu abusé. Les 23h étaient longues, mais la route est lisse et linéaire, il n’y a pas trop de secousse. Nous avons pu dormir. Cela dit quand nous sommes arrivées à Bariloche, nous étions épuisées…

 23h de bus, notre record!
  • Location d’une voiture pour le Road Trip : Voiture Sixt, 15€ par jour par personne, location 6 jours

Etant en basse saison, nous avons eu la chance de trouver une location de voiture très peu cher avec la compagnie Sixt. La Patagonie, c’est le genre de région qui se visite très bien en voiture. Les paysages de la route 40 sont spectaculaires ! On a envie de s’arrêter tous les 500 mètres, et on peut se le permettre !

Notre petite Nissan pour quelques jours! 

Logements à Bariloche :

  • Penthouse 1004, 480 pesos/9,60€ par personne par nuit, dortoir de 6 personnes, petit-déjeuner inclus.

Cet hostel a été élu meilleure auberge d’Amérique du Sud ! L’auberge en elle-même est jolie, bien décorée, propre. Les lits sont très confortables et la cuisine est super bien aménagée avec plusieurs gazinières. Mais c’est surtout la vue qui y est superbe ! L’auberge est au 10ème étage d’un bâtiment, en plein centre. Nous avons donc une vue incroyable sur le lac et le centre-ville. C’est superbe !

Penthouse 1004 
  • Hostel Tierra gaucha, 320 pesos/6,30€ par personne par nuit, chambre privée pour deux, petit-déjeuner inclus

A notre retour du road trip, nous avons logé dans cet hostal. Nous avions trouvé une offre intéressante en ligne. On n’a pas réservé et on s’est présenté à l’hostel en ayant l’intention de négocier. Mais ils ont préféré que l’on fasse la réservation, soit ! L’hostel est bien situé, proche du centre-ville. La chambre était propre et le lit confortable. Le petit-déjeuner était complet. C’est une bonne adresse.

Hostel Tierra gaucha 

Logement à San Martin de Los Andes :

  • Hostel Alhue, 550 pesos/11€ la nuit par personne, dortoir de 3 lits, petit déjeuner inclus

A seulement deux blocs du centre-ville, cette auberge est très bien située ! C’est propre, calme, bien chauffé, les lits sont confortables et le petit déjeuner est simple mais efficace ! Une très bonne auberge, avec un bon rapport qualité-prix.

Hostel Alhue 

Logement à El Bolson :

  • Earthship Patagonia Eco Accomodations, 1000 pesos/20€ chambre privée pour deux personnes, petit déjeuner inclus.

C’est une auberge un peu particulière. Tout fonctionne par l’énergie solaire : les douches & l’électricité. Les dortoirs sont dans des yourtes, et une maison écologique comprend trois chambres privatives. En été, ils produisent leurs légumes. Ici, tout est zen, rien ne semble compliqué. On a dormi comme des bébés dans notre grand lit. Et le petit-déjeuner vegan était délicieux !

Earthship Patagonia Eco Accomodations 

Restaurants à Bariloche :

  • Friends : C’est un restaurant avec une décoration tout droit sortie de Charlie et la Chocolaterie ! Des jouets sont accrochés au plafond et sont disposés sur les comptoirs. L’ambiance y est sympathique et les prix sont abordables. Nous avons bien mangé !
Friends 
  • La Casa de la Hamburgesa : Nous avons mangé un midi dans ce restaurant. Un peu excentré du centre-ville, il était pratique d’avoir une voiture pour le rejoindre. C’est un bon endroit pour manger des burgers, ils ont même une recette végétarienne. Je suis très étonnée de trouver autant de choix végétariens en Argentine, une bonne surprise cela dit !
La Casa de la Hamburgesea 
  • Manush : C’est une brasserie située dans le centre-ville. Le restaurant ressemble à un chalet de montagne, la carte propose un large choix de nourriture et de bière artisanale. Nous avons dîné ici, et nous n’avons pas été déçues.
Manush  
  • Ren Vegetariano : Que l’on soit végétarien ou non, ce restaurant est un « must » absolu à Bariloche ! C’est un buffet où l’on peut sélectionner ce que l’on souhaite et on paye son assiette au poids. Je me suis laissée tenter par plusieurs plats mais je retiens particulièrement les courges cuisinées sous la forme d’un gratin dauphinois… Un orgasme culinaire ! Et le prix au poids est très abordable !
Ren Vegetariano  
• • •

A faire

La route des Lacs, Villa la Angostura, San Martin de los Andes, El Bolson & Bariloche

Notre itinéraire 


La route des sept lacs 

Nous avons commencé notre petit road trip avec la route des 7 lacs. C’est un tronçon de la célèbre route 40 qui arbore plusieurs magnifiques lacs, mais aussi des cascades et points de vue sur les montagnes environnantes. Nous avons d’autant plus de chance que c’est l’automne, les arbres sont vêtus de leur plus belle robe. On s’en prend plein les yeux !

Depuis Bariloche, la route des lacs commence déjà avec celui de Nahuel Huapi, du même nom que le Parc National. C’est le lac qui entoure la ville et un des plus grand de la région. On roule en direction de Villa la Angustura. Mais déjà nous faisons une halte au « Brazo Huemul » qui offre une vue superbe sur les montagnes et le lac Nahuel Huapi.

Vues sur le lac Nahuel Huapi : Brazo Huemul  

Nous ferons également une halte au port « Manzano », une petite bourgade juste avant Villa la Angostura. Cette visite vaut le détour. Le lac arbore une couleur bleu canard, les arbres colorés se reflètent dedans, les bateaux sont calmement amarrés et un petit toutou nous accompagne. Un moment magnifique.

Manzano  

Nous rejoignons ensuite le centre-ville de Villa la Angostura. C’est une agréable petite ville, un peu plus chic et moins touristique que Bariloche. Nous nous y sommes arrêtées pour manger un petit pique-nique sous les yeux curieux des argentins. C’est vrai qu’il ne faisait pas très chaud, mais hey ! Il faut bien surveiller le budget. Nous nous offrirons tout de même un petit café au chaud.

Villa la Angostura

Suite à cette petite pause méridienne, nous avons rejoint le petit port « Bahia Mansa » sur le lac aux eaux translucides. Je le trouve un peu moins joli que le port de Manzano cela dit.

Villa la Angostura 

Nous nous engageons ensuite sur la célèbre "Route des 7 Lacs". Comme vous pouvez le constater, il y a plus que sept lacs. Nous y ferons plusieurs haltes. C’est parti pour une jolie mosaïque de photos !

La route des 7 lacs. 


Mirador Inalco 


Lago Espejo 


Lago Correntoso 


 Lago Escondido


 Lago Villarino


Lago Faulkner 


Cascada Vulinanco 


Lago Hermoso 


Lago Machonico  


Valle del arroyo Pil Pil 

Après ce spectacle magnifique, nous arrivons à San Martin de Los Andes.

Mirador sur Saint Martin de Los Andes


San Martin de Los Andes 

San Martin de los Andes est un village très mignon, dans un super cadre naturel entre le Parc National Lanin et le lac Lacar. Avec ses jolies maisons en bois, son Eglise, ses grandes avenues, on a l’impression d’être à moitié au Canada, à moitié en Suisse. On y ressent une ambiance décontractée, tout le monde se dit bonjour. Les commerçants et les clients papotent tels des amis. C’est plaisant.

Saint Martin de Los Andes 

Nous y sommes restées deux nuits afin de pouvoir découvrir ce qui l’entoure. Etant en voiture, c’est très facile d’aller découvrir le lac Lacar et ses environs.

Mirador au début de la route 48 
 Paysages sur la route 48

Nous sommes allées voir les quatre plages du lac Lacar : Playa Turquesa, Playa Desde, Playa Principal et Playa Rocosa. Il a fait très beau cette journée, nous avons de superbes panoramas que ce soit sur la route, avec les belles couleurs d’automne, ou sur le lac. Le soleil perçait et donnait des couleurs turquoise aux abords du lac.

Différentes vues sur le Lac Lacar 

Nous sommes allées jusqu’à Hua-Hum afin de visiter la cascade Chachin. C’est une petite marche d’une demi-heure, mais la vue sur la cascade un peu en hauteur en vaut le détour, c’est très joli.

Cascade Chachin 


El Bolson

Après deux jours à San Martin de Los Andes, nous avons repris la route 40 pour rejoindre El Bolson. C’est une ville que nous avions volontairement contournée venant du sud de la Patagonie. Mais comme nous avions la voiture sur plusieurs jours, on s’est dit que ça valait la peine d’y aller faire un tour.

La route qui y mène est sublime, longeant les lacs Gutierrez et Mascardi pour ensuite emprunter une vallée bordée de sapins.

La somptueuse route 40 

Une fois arrivées, on ne va pas le cacher, nous sommes déçues. La ville n’est pas très jolie. La météo n’aide pas non plus, il fait très gris et on sent qu’il peut pleuvoir à tout moment ! Nous nous sommes rendues à l’office de tourisme et des montagnes pour nous renseigner sur les conditions météorologiques et sur les randonnées possibles. Malheureusement, les sentiers n’étaient pas très praticables. Nous n’avons donc été randonner. Mais je peux voir pourquoi les voyageurs s’y arrêtent, il y a un grand choix de randonnées. J’imagine que ça doit être plaisant d’y être en été !

Nous avons opté pour la visite du Parc National Lago Puelo à la place. Il se situe au sud d’El Bolson, à seulement 20 minutes. C’est un petit Parc National qui offre des petites marches de 30 minutes à 2h. En accumulant différentes marches, nous marcherons pendant 3 heures, en prenant notre temps pour apprécier les différents panoramas. Nous ne croiserons que 3-4 personnes. Le Parc est à nous, c’est paisible et reposant.

 Bosque de Las Ombras
Sendero del Pitranto Grande 
Mirador del Lago : la couleur de l'eau était irréelle tellement c'était jolie!

Après cette jolie balade, on reprend la route pour notre destination finale : on retourne à Bariloche, pour enfin la découvrir.


Bariloche

Nous avons encore la voiture pour deux jours, et nous sommes contentes ! Cela va nous permettre d’aller à différents endroits aux alentours de manière autonome, d’autant plus qu’il y avait des grèves et que les transports ne fonctionnaient pas ! On dit toujours, il n’arrive rien pour rien.

Pour notre première journée, on décide de faire un tour au Parc National de Llao-Llao en suivant la route 77, qui fait une boucle. On commencera notre visite en allant au Cerro Campanera. C’est une petite colline qui offre une vue panoramique sur Bariloche, ses lacs et montagnes. On a un peu l’impression de se retrouver à Guatapé, en Colombie. Mais il faut l’admettre, en un peu moins impressionnant, Guatapé reste un de nos coups de cœur ! Il faut compter 2h A/R pour cette marche.

Cerro Campanera 

Nous continuons ensuite notre visite en roulant en direction du Parc National de Llao-Llao. Encore une fois, des cartes postales s’accumulent sous nos yeux ! La météo, un peu pluvieuse, crée une ambiance un peu mystique. Nous ferons une petite marche d’une demi-heure pour rejoindre le « Mirador Lago Moreno », elle est très facile et encore une fois, les paysages sont très beaux !

Mirador Lago Moreno au Parc National de Llao-Llao

Notre journée touche à sa fin et on finit notre visite en passant par « Colonia Suiza », un petit village de chalets, un peu surfait, on a l’impression d’être à Disney. Il y a un marché artisanal avec plusieurs stands de nourriture, de souvenirs et autres babioles. On ne restera pas longtemps, entre la pluie et le vent, nous sommes frigorifiées. Mais le village vaut le détour malgré tout !

Colonia Suiza 

A notre réveil, la deuxième journée, Bariloche est vêtue d’une belle robe blanche. Il a neigé toute la nuit ! On décide de prendre la voiture pour aller voir Villa Catedral et le « Lago Gutierrez ». Rien que de conduire autour de ces paysages enneigés, c’est un délice ! Je suis une grande fan de la neige, je trouve que cela embelli les paysages. J’aurai pu conduire toute la journée ! Mais il fallait bien rentrer pour rendre la voiture de location. On aura bien exploré, chanté et profité !

Lago Gutierrez 
Lago Gutierrez 

Nous restons une journée de plus avant de quitter l’Argentine. Pour notre dernière journée en Patagonie, au programme, visite du centre-ville de Bariloche et manger des chocolats ! Bariloche, c’est un peu le paradis du chocolat argentin ! On l’a lu dans notre guide et on l’a vu de nos propres yeux. Des boutiques de chocolat sont installées tous les 50 mètres, voire moins ! Bien sûr, on s’est fait plaisir et on a dégusté quelques chocolats… un délice !

Plaza Centro Civico à Bariloche 
Les chocolateries de Bariloche!  
• • •

Et voilà, après plus d’un mois en Argentine, nous quittons ce beau pays ! Mais nous reviendrons vite, nous n’en avons pas fini avec toi ! Après le Chili, nous allons à Buenos Aires et aux Chutes Iguaçu. J’ai bien hâte ! Mais avant ça, place au Chili !

Bariloche