Coucou! Cette année devrait être l'aboutissement de mon CHEMIN DE COMPOSTELLE, en partant de CARRION DE LOS CONDES où je suis arrivé l'an passé. Ce sera la 4ème saison après 2019, 2020 et 2022
Du 1 au 15 avril 2023
15 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Lorsque j'a pris ma retraite d'enseignant en 2008, j'avais pris l'engagement devant mes collègues qui fêtaient l'événement, de "faire" le CHEMIN DE COMPOSTELLE, depuis LE PUY!

Trop occupé les premières années de cette retraite par ma fonction élective de maire de ma commune, j'avais laissé tomber. Puis étant libéré de cette fonction en 2014, je me suis remis à cogiter ce projet. C'est seulement en 2018, à la veille de mes 70 ans que je me suis dit qu'il fallait concrétiser... C'est ainsi que je me suis retrouver au départ de l'aventure le 3 avril 2018.

Mon objectif alors était de partir 15 jours pendant quatre années successives. On verra que que ce plan sera perturbé par quelque chose d'imprévisible à ce moment-là.

2

Cette première saison a eu lieu du 3 avril au 16 avril 2018 et m'a emmené du PUY à CAHORS. Ce fut l'occasion de nombreuses rencontres, mais aussi de découverte de nombreux lieux et paysages variés.

D'abord LE PUY avec la statue de Notre-Dame de France et la cathédrale avec ses fameuses marches que descendent les pèlerins en partance pour Compostelle. Je suis ensuite passé par Saint-Privat d'Allier, SAUGUES et ses sculptures étranges, Saint Alban-sur-Limagnole, AUMONT-AUBRAC et sa bête, Nasbinals, Saint Chély-d'Aubrac, Saint-Côme-d'Olt, ESPALION et son église perse du 12e, Golinhac, CONQUES et son abbatiale Sainte Foy, Livinhac-le-Haut, FIGEAC et sa place Champollion, Carjac, Varaire et enfin CAHORS, son pont Valentré et sa monumentale cathédrale St Étienne. C'est à Cahors que je terminais ce premier périple.

LE PUY - statue de Notre-Dame de France , Cathédrale; Les sculptures de SAUGUES; la bête de AUMONT-AUBRAC; L'église d'ESPALION.
 CONQUES: son abbatiale, le tympan d'entrée, le chœur; FIGEAC: place Champollion et copie de la pierre de rosette.
CAHORS: le pont Valentré, la cathédrale St Étienne et une de ses deux coupoles. 
3

1er avril 2019: c'est le départ de CAHORS où je suis arrivé hier dans la soirée; direction LASCABANE. Pendant 15 jours, je vais découvrir de nouveaux paysages, de nouveaux villages et faire de nombreuses rencontres.

Mes étapes après Lascabane, ont été: LAUZERTE, MOISSAC avec l'abbatiale St Pierre, SAINT-ANTOINE, LECTOURE, CONDOM et ses 4 mousquetaires, EAUZE et la cathédrale St Luperc, NOGARO et le gîte du *photographe, AIRE-SUR-L'ADOUR, ARZACQ, ARTHEZ-DE-BÉARN et le **concert improvisé, NAVARRENX et l'abbaye cistercienne de St Jacques de Sauvelade, AROUÉ, JUXUE/OSTABAT et l'élevage de moutons et enfin le 15 avril, SAINT-JEAN-PIED-DE-PORT terme de cette 2ème saison.

*Ce photographe était le propriétaire du gîte où j'ai dormi. Il m'a montré sa collection de photos grand format (2m X1m) avec des visages de pèlerins prises sur le chemin au cours de 2018. Ces tirages allaient faire l'objet d'une exposition en plein air le long du chemin aux alentours de Nogaro.

**Ce soir là à Arthez nous nous sommes retrouvés à 8 au gîte Brousse (Nom de famille du propriétaire de la boulangerie du village). Parmi ces 8 pèlerins, un jeune canadien qui nous a enchanté par sa virtuosité sur un vieux piano (accordé) qui se trouvait là, tout poussiéreux) dans la salle à manger. Merveilleux!

Départ de CAHORS; LASCABANES: une cazelle, l'église et le gîte; LAUZERTE: entrée et place des Cornières; Quercy: un pigeonnier.
 MOISSAC: ancien Carmel, abbatiale St Pierre; mise au tombeau; canal d'entre-deux-mers; AUVILLAR: la halle circulaire; ST ANTOINE.
 LECTOURE, ville fortifiée: clocher de la cathédrale; LA ROMIEU: collégiale; CONDOM: les 4 mousquetaires, la cathédrale, Carmel.
MONTREAL DU GERS: pause pèlerins; EAUZE: le floc d'Armagnac, cathédrale; sentier boueux du GERS; NOGARO: mon gîte , centre ville. 
 LÉLIN-LAPUJOLLE: église 16e, pique-nique; AIRE SUR L'ADOUR: cathédrale, halle aux grains; SENSACQ: église; ARZACQ: la tour Peich.
 Printemps en BÉARN; ARTHEZ DE BÉARN: diner au gîte (pianiste canadien à gauche), boulangerie Rousse; NAVARRENX: ville fortifiée.
AROUÉ: Pyrénées enneigés; la chapelle de SOYARTZ; l'ami messin Pat'; JUXUE: traite des brebis, lever de soleil; château d'APYAT.  
ST JEAN PIED DE PORT: église Notre-Dame, le pont d'Espagne sur la Nive. 
4

Ce devait être ma 3e saison et elle devait me conduire de SAINT-JEAN-PIED-DE-PORT à CARRION-DE-LOS- CONDES(Espagne) entre le01/04/2020 et le 15/04/2020. Mes étapes étaient déjà préparées et retenues (Il faut dire que je ne porte sur le dos que mon sac du jour. Et je fais transporter mon sac d'étape en étape car j'ai eu des problèmes de dos lorsque j'étais plus jeune). La pandémie de COVID en a décidé autrement.

A ce moment nous étions confinés dans l'espace et dans le temps: 1h de sortie max. par jour et dans un rayon de 1km.

Ce que je décidais: marcher pendant 1h dans le périmètre imparti dans le village où je réside et envoyer chaque jour un mail à celui qui aurait du être mon hôte du jour... Et j'ai eu quelques réponses, où on me disait la grande difficulté résultant de cet état de fait!

Sabine de St-Jean-Pied-De-Port: "Bonjour, hélas non, aucun pèlerin, le virus en a décidé autrement. Cette année 2020 est une année compliquée et difficile. On fera au mieux. J'espère que vous allez bien et surtout prenez soin de vous. A Bientôt". (31/03/2020)

Luis de Larrasoana: "Bonjour Edouard; merci beaucoup pour votre email. Nous avons du fermer l'auberge. Nous ne savons pas combien de temps nous devrons fermer l'auberge et nous ne savons pas si nous pourrons continuer. J'espère que tout sera bienôt résolu et que nous pourrons tous mener une vie normale. Merci encore une fois". (02/04/2020)

De Los Arcos: "Bonjour Edouard, il n'y a pas de peregrins maintenant, le chemin est fermé. Je pense que le prochain mois serait ouvert. Merci beaucoup". (06/04/2020)

Maïte de Logrono: "Hola, aqui estamos cerados hasta nuevaorden...por ahorahasta finales de Abril. Creo que estose ira alargandoun poco mas. Espero queentre todos lo podamos solucionar, y cuando eso ocurra... podamos concernosy disfrutar de "El Camino". Un abrazo y...hasta pronto". (08/04/2020)

De Belorado: " Muchas gratias por avisarme. Nos vermos otro ano. Hasta pronto". (10/04/2020)

Quelques exemples de circuits et quelques photos prises au cours de ces petits périples...

Sorties autour de Contest (01et 05/04/20); Levers de soleil (02 et 04/04/2020) ; les colzas sont en fleurs (08/04/2020)
 Levers de soleil (12 et 14/04/2020; paysages autour de Contest (13 et 15/04/2020); circuit autour de Contest (15/04/2020)
5

La crise sanitaire est toujours là, laissant craindre de nouveaux confinements. Aussi je me résous à reporter à l'an prochain mon périple sur la partie espagnole. Cela ne m'empêche pas de continuer mes balades très matinales autour de CONTEST. Ci-dessous quelques exemples et quelques photos.

Circuits autour de Contest (03 et 05/04/2021); le printemps e.st là: champ de colza et pêcher en fleurs
6

Aujourd'hui 1er avril 2022, me voilà reparti pour quinze étapes de SAINT-JEAN-PIERD-DE-PORT et première surprise: il neige!!! Les tracés par la route Napoléon ou par Caro sont fermés. Je rejoindrais donc RONCESVALLES par ARNÉGUY et par VALCARLOS (D933 en FRANCE et N135 en Espagne). Je poursuivrais le lendemain sur cette route, sous la neige jusqu'à midi, pour rejoindre LARRASOAÑA, terme de ma 2ème étape. Ma 3ème étape m'emmènera à CIZUR MAYOR, faubourg de PAMPLONA. Pour la 4ème étape, je franchirai l'Alto del Pardon (766m) avec ses silhouettes emblématiques de pèlerins et en crête, son enfilade d'éoliennes... Il faut dire que là-haut, ça souffle! J'arriverai dans l'après-midi à PUENTE-LA-REINA avec les dernière trace de neige. Le soleil est revenu et ne me quittera plus jusqu'à CARRIÓN.

La neige (01 et 02/04/2022); Cathédrale de PAMPLONA (03/04/2022); Alto del Pardon et ses silhouettes (04/04/2022) 

Ce 5 avril, j'arrive à Estella après avoir suivi une ancienne voie romaine et traversé plusieurs ponts romains. A Estella, plusieurs belles églises, surtout celle SAN PEDRO DE LA RUA avec son magnifique cloître. Au départ de la 6e étape, on prend des forces (?) à la fontaine à vin de IRACHE; le soir, je dormirai à LOS ARCOS après avoir visité l'église où on mettait en place les "chars" représentant des scènes de la passion du Christ pour les défilés de la Semaine Sainte.

 Pont romain; ESTELLA: cloître de San Pedro de la Rua (05/04/2022); IRACHE: fontaine  à vin (06/04/2022); LOS ARCOS 06/04/2022).

Ce 7 avril, départ de LOS ARCOS à 7h30 au soleil levant. Je traverse VIANA, dernière cité du chemin navarrais. Après avoir franchi l'Èbre, j'arrive à LOGROÑO, ville hérissée de flèches et clochers. La vieille ville est bâtie autour de la cathédrale Santa Maria la Redonda. À noter, la fontaine (Fuente de los peregrinos) et une place transformée en "jeu de l'oie" évoquant le Camino. Le soleil est toujours là lorsque je pars le 8 au matin en direction de NÁJERA. Après avoir longé un très joli lac, je passerai par le village de NAVARRETE, puis je grimperai au pied de l'Alto de San Anton pour redescendre ensuite vers NÀJERA, résidence habituelle des rois de Navarre au Xe et XIe. Quelques gouttes de pluie pendant la nuit.

Rue de VIANA(07/04); LOGROÑO: cathédrale et lac; NAVARRETE: rue principale; vigne de la  Rioja: NÃJERA diner avec Pat' le rémois. 

Le 9, j'emprunte un large chemin de terre ocre accentuée par la pluie de la nuit, en direction de SANTO DOMINGO DE LA CALZADA situé à 24 km. Plus de vigne, mais une vaste plaine aux couleurs jaune (colza) et vert (jeunes pousses de blé). Santo Domingo de la Calzada est une vieille ville fortifiée, avec une église-cathédrale flanquée d'un campanile, un ancien hôpital transformé en parador et ses ruelles médiévales qui s'entrelacent. Au départ de Santo Domingo, le 10, j'ai le droit à un magnifique lever de soleil. Aujourd'hui je traverse de nombreux petits villages, avant d'entrer en Castille et d'atteindre BELORADO. En fin d'après midi, je m'assied à un bar sur la Plaza Mayor, au pied de l'église San Pedro. C'est dimanche et nombre de familles espagnoles sont aussi attablées autour d'une sangria... et ça cause! À noter la présence de cigognes sur d'énormes nids en équilibre sur le clocher de l'église Santa Maria.

 Chemin "ocre"; AZOFRA: desayuno; SANTO DOMINGO: cathédrale; lever de soleil; clocher à cigognes; BELORADO: plaza Mayor.

Le 11, dès 7h le dortoir s'agite... J'en profite pour me lever et partir alors qu'il fait encore nuit. Je déjeunerai plus tard à TOSANTOS. Puis je vais monter à travers les Montes de Oca pour atteindre le Pico de la Pedraja (1163m) avec son monument aux victimes de la guerre civile. Ensuite longue descente à travers bois, pour soudain arriver sur SAN JUAN DE ORTEGA (1000m), et découvrir la belle chapelle dédiée à Saint Nicolas. Le 12, départ encore matinal pour une longue étape (28 km). Petit déjeuner à AGÉS, puis route goudronnée pour arriver à ATAPUERCA, cite archéologique célèbre. Puis montée vers le Riopico (1100m) sur lequel se dresse une gigantesque croix. De cette croix, joli panorama sur BURGOS. Puis longue route à travers la zone industrielle avant d'arriver au pied de la cathédrale SANTA MARÍA, magnifique!

Mémorial du Pico de la  Pedraja; SANTO DOMINGO: le monastère;  Croix du Riopico; BURGOS: la cathédrale Santa María (ext. & int.)

Aujourd'hui 13 avril, j'entre dans la Meseta, gigantesque plateau aride. Petit déjeuner à RABÉ DE LAS CALZADAS, décoré de nombreuses fresques dédiées... au Japon! Région désertique jusqu'à HONTANAS où je passe la nuit et rencontre un Mayennais qui ne m'est pas inconnu! Le 14, je pars à 6h45; il fait nuit noire. Le jour se lève lorsque j'arrive sur les ruines de l'ancien couvent de San Anton. La route passe sous deux arches miraculeusement restées debout. Traversée du "désert" puis arrivée à BOADILLA DEL CAMINO, nouvelle étape pour moi, après plus de 30km.

RABÉ et ses fresques;  la Meseta; HONTARAS: gîte;  couvent de San Anton; OADILLA DEL CAMINO: le rollo; ...et des cigognes.

15 avril: cette dernière étape de mon périple m'amène à CARRÍON DE LOS CONDÉS, après avoir longé le Canal de Castilla, jusqu'à FROMISTA avec son église romane San Martín. Petit déjeuner dans un bar perdu en pleine campagne sous un joli arbre tout de rose vêtu. Et au bout du chemin: CARRÍON DE LOS CONDÉS avec son monastère Santa Clara et ses nombreuses églises. Et c'est Vendredi-Saint; je vais donc assisté à l'une de ces processions si caractéristiques d'Espagne. Et dernier diner avec mes pèlerins de rencontre!

Le Canal de Castilla; FROMISTA: son église romane; l'arbre de rose vêtu; CARRÍON: monastère Santa Clara, procession et mes amis.
7

Je suis donc arrivé à Carrion en fin de matinée. Cela m'a permis de me remémorer cette petite ville très espagnole avec sa Plaza Mayor, ses nombreuses églises et monastères, et tout cela sous un beau soleil, mais beaucoup de vent.

Mon hôte m'a trouvé un parc fermé pour ma voiture... "C'est plus sûr" m'a-t-elle dit.

J'ai aussi refait quelques pas sur la dernière étape de l'an passé, histoire de remettre mes mollets dans l'ambiance! Donc, à priori, tout se présente bien pour les jours à venir.

Fin de la dernière étape de l'an passé, quelques photos de Carrión-de-lo-Condes.
Apparemment, il reste 401km!; décoration (plutôt noir!) pour les processions de la Semaine Sainte.
8

Départ ce matin vers 7h30. Il fait encore nuit mais les rues de Carrión sont éclairées. D'ailleurs pas de danger de se perdre: le chemin est large, rectiligne et suit une nationale (RN120), et cela sur 17 km, sans village, sans arbre, sur un haut plateau (alt 800-900m), sans âme qui vive! Sur ce plateau, du blé, du blé et encore du blé... Et du vent, du vent et du vent...

Chemins rectilignes; et soudain un village: ce n'est pas un mirage!

Et au bout de ces 17km, un petit village: la Calzadilla de la Cueza qui a un bar ouvert(!)

J'en profite pour petit déjeuner avec une tortilla et un Américano...

Entrée de Calzadilla; son eglise; le bar que je vous recommande; rue principale...

Il reste alors environ 7km pour arriver à Ledigos, petit village de 64 hab., mais où il y a une Albergue pour pèlerins de passage. Sur ces derniers km de la journée, le terrain devient plus vallonné, le chemin plus étroit et tortueux. Ce village est dominé par une imposante église fermée ce qui ne me permettra pas de visiter l'intérieur remarquable, dixit mon topo-guide...

Peu de pèlerins sur le chemin, surtout des asiatiques (et oui bizarre, non?). Des français? J'ai été doublé à 4 reprises par des cyclo-pèlerins.

Changement de paysage à l'approche de Ledigos; le village en briques de terre crue; l'église.

A demain...

9

Départ 8h après un petit déjeuner copieux... Il fait 1°; il faut dire qu'on est à 876m d'altitude. La journée s'annonce ensoleillée, le ciel est dégagé. Et bonne nouvelle, le vent est tombé.

Dès le départ, trois petits villages aux murs de briques à la terre ocre, aux 3e, 6e et 9e km: Terradillos de los Templanos, Moratinos et San Nicolas. Les paysages sont plus variés, le relief vallonné; encore du blé, mais plus de parcelles labourées en attente de semailles. Le chemin est plus étroit et plus sinueux.

Divers paysages; champ de panneaux photovoltaiques; éoliennes.

8km plus loin Sahagun, ville plus importante avec un vieux centre remarquable de style mudejar, en briques toujours. C'est là que je rencontre mes premiers français. Un nîmois, un normand et un vosgien.


Photos.de Sahagun et pont Romain à la sortie de Sahagun.

Après Sahagun, nous passons près de Calzada del Coto (+4km) puis arrivons sur Bercianos del Real Cmino (+6km), après être passé près de la chapelle de la Vigen de Perlés. Bercianos est un tout petit village qui a une église à l'écart du bourg au milieu d'un prairie construite récemment après que le clocher de l'église paroissiale ne se soit écroulée! .. et qui a aussi plusieurs albergues

Quelques photos de Bercianos (présence de cigogne dans un nid presde l'église nouvelle)

A noter ce jour: le franc et beau soleil, la présence de cigognes et d'éoliennes et les églises qui sont décidément toute fermées sur le Camino.

A demain.

10

Cette étape est similaire en longueur à celle d'hier: 26,5km. Je retrouve la même physionomie que celle de l'étape 1: plateau sans relief, long chemin (plus etroit) suivant une route rectiligne, grands champs aux culture plus diversifiées (blé, préparation de terrain pour le maïs et les betteraves). Donc toujours monotones et pour ainsi dire sans fleurs! A noter que sur un bout de chemin, j'ai été survolé par deux couples de cigognes qui paradent dans le ciel azur!

Différents paysages: lever de soleil chemin, tas de betteraves un carré de fleurs jaunes, train à l'horizon.

Deux petits villages traversés : à 7 km, El Burgo Renero, village rue avec une belle église, et à 20km, Religiosité de l'as Matas, petit village sans caractère propre, mais avec un bar pour le petit déjeuner: tortilla et Americano. Ça fait du bien.

Photos des deux villages.

Enfin, après 26,5km, Mansilla de las Mulas, 1700 hab. Elle conserve des ramparts d'un ouvrage de fortifications médiévales du 12e. Plusieurs tours crénelée sont encore visibles. Le Camino passe par l'une d'elle, la Porte de Castillo, près de laquelle se trouve un monument dédié aux pèlerins. Plusieurs églises, dont celle de Santa Maria et celle de la Ermita de la Virgen de Gracia, patronne de la ville. Et elles sont ouvertes, car on prépare la procession de la Semaine Sainte qui aura lieu demain soir. Mais demain je serai à León, capitale de la province du même nom.

A demain

Mansilla: monument aux pèlerins, eglises int t ext, muraille et place.
11

Aujourd'hui, j'arrive à León, capitale de la province du même nom, et riche historiquement. C'est une étape que j'ai choisie un peu plus courte (20km), pour arriver en fin de matinée afin de visiter la cathédrale chef-d'œuvre gothique.

Avant de parler de León, je vous donnerai, pour changer, des photos prises tous les km, pour que vous découvriez ce que je vois au cours d'une étape. Les petits villages traversés n'ayant pas le charme des villages ruraux rencontrés précédemment. En effet, ils font partie de la grande périphérie de León (125 000 hab.)


Photos concernant les km de 1 (c'était la nuit) à 6 (lèverai soleil). Remarquer la largeur du chemin.

Deuxième série du 7e au 12e km...

Au 12e km, on apercoisdes montagnes, ce qui change de ces plateaux plats traversés....

Dernières série des km 13 à 18, qui nous amène dans León.

Entrée dans León

Léon est une ville importante et riche de son passé historique qui a laissé des traces encore visibles aujourd'hui: de la muraille encerclant la vieille ville, en passant bien sûr par la magnifique cathédrale chef-d'œuvre du style gothique épuré et la basilique de San Isidro qui accueile le panthéon des rois de León dans une crypté voûtée aux peintures murales exceptionnelles ( mais non visitable aujourd'hui). Il y a aussi la Plaza Mayor qui vaut le coup d'œil, mais également d'autres bâtiments remarquables. Quelques photos seulement pour vous donner envie de passer un jour par León... c'est bien sûr une autre histoire.

Bonne soirée et à demain pour d'autres découvertes.


La cathédrale (int & ext) la basilique San Isidro, la Plaza Mayor et l'hôtel de ville, ?
12

Départ tôt de León car réveillé par la balayeuse qui nettoyait la rue de mon auberge après la fête de la nuit. En effet, il y a bien eu une procession hier soir (non annoncée sur les dépliants que j'avais consultés). Le rassemblement des pénitents et des chars sur la Passion du Christ se faisant sur la place de la cathédrale. Mais entre 10h et minuit, tout ce beau monde redescendait par la rue de mon hébergement, et ensuite c'est la "fiesta": dans les nombreux bars, cerveza et vins coulent à flot, ce qui a pour effet d'augmenter les paroles et les cris de tou(te)s ces espagnol(e)s...

Pour ma part, je n' ai assisté qu'à l'arrivée sur la place des deux 1ers chars. Ensuite je me suis replié, dans la cohue, dans mon dortoir où j'ai essayé de dormir(sommeil bien perturbé).



Quelques photos de la procession qui se fait accompagnée d'une fanfare aux musiques lugubres.

Aujourd'hui mon chemin a traversé une zone plus en relief mais aussi plus pauvre sorte de lande parsemée d'arbrisseaux chétifs, et cela en longeant toujours la N120. J'ai enfin rencontré des arbres en fleurs, le printemps est là avec toujours le soleil et la chaleur l'après-midi (20°).

Relief , Natioale et arbres en fleurs.

Sur les 20,5km plusieurs petits villages souvent coupés par la nationale. À noter l'église moderne de La Virgen del Camino, celle avec toujours des cigognes de Valverde de la Virgen et enfin celle plutôt récente de Villadangos où je suis.

Les églises rencontrées ce jour.

Rencontres du jour: sur le chemin trois françaises parties de Burgos pour rejoindre Santiago: une Bordelaise, une Vendéenne des Sables d'Olonne et une Bretonne de Lorient. Quelques échanges avant que chacun ne prenne sa variante, nord ou sud. Peut-être se croisera-t-on à nouveau d'ici Santiago?

Et cet après-midi, un coup de fil de Alain, (le Rémois) l'ami de la section 2022 qui me donne de ses nouvelles. Grand marcheur, il devait partir en ce début de mois, pour une soixantaine de jours sur un autre chemin de Compostelle, le Camino Mozarabe, qui part d'Almeria et passe par l'Andalousie. Hélas, il est bloqué par un mal de pied qu'il lui faut résoudre avant de repartir.

A demain pour une étape plus longue (plus de 30km en prévision).

Ce matin en partant de León, l'ancien hôpital pour pèlerins de San Marcos, devenu Parador.

Páramo = plaine désertique, au sens de "sans habitant et sans arbre"

13

Petit déjeuner copieux pour cette longue étape(au moins 30km) à 7h. Départ à 7h30, et pour ne pas changer, sur 12km, je suis la N120. Je constate plus de bosquets que les jours précédents. À 8h, je suis dans l'alignement exact des astres: la lune (pleine, astre de la nuit) se couche juste devant moi à l'ouest, le soleil (astre du jour) se lève juste derrière moi à l'est. En cette "Semana Santa", je pense à la création du monde, narrée dans la Genèse.

Au bout de 12km, j'arrive sur deux jolis villages, Hospital de Órbigo et Puente de Órbigo, reliés par un pont de plus de 200m et comptant 20arches.

Ensuite je prends la variante nord du Chemin pour ne plus longer la N120 et je ne suis pas déçu par les paysages qui s'offrent à moi.

J'arrive sur une jolie croix " El Crucero de Santo Torribio", d'où on peut voir les flèches de la Cathédrale d'Astorga, le petit village de San Justo de la Vega et en fond la Sierra du Teleno que je traverserai dans 2 jours au col de la cruz de Ferro.

Puis j'arrive à Astorga oú je découvre la cathédrale de style baroque en extérieur et de style renaissance à l'intérieur (pas de photos car office du Jeudi Saint) et le Palais Épiscopal, appelé Palacio Gaudi, car œuvre de jeunesse de l'architecte catalan pour un évêque d'Astorga de même origine que lui. Ce Palacio abrite aujourd'hui un musée...

A demain


14

Départ peu avant 8h après un petit déjeuner pris avec trois (1h-2f) américains d'un âge certain qui font le Camino par petites étapes. Dernières photos d'Astorga avec la fiesta avant la Procession et une dernière fois la cathédrale.

Astorga: plaza de España; préparatifs de la procession; église du Camino; balcon décoré.

En sortant dAstorga, on suit la route LE142. Au bout de 5km, je traverse le joli village de Murias de Rechivaldo avec son église et sa cigogne.

Murias: la interne, l'église et la cigogne et assai de selfie pour Basile...

Puis je reprends le chemin qui longe la même route, avec des paysages plus variés.

Jusqu'à Santa Catalina de Sorroza où je retombe sur les français rencontrés lors de la 2e étape, attablés à prendre le petit remontant de la mi-matinée. Je vais faire chemin avec eux jusqu'à Rabanal, terme de mon étape, eux poursuivant jusqu'à Foncebadon (+5,5km). Jolis paysages...

Santa Catalina: le bar, l'église et paysage.s.

Rabanal était un village à l'abandon vers 1980. En 1991, la Confraternité de St James fonde le refuge Ganselmo, bienvenu sur l'étape très longue d'alors (Astorga / Ponferrada) de 54km! alors sans hébergement! Grâce au Camino, le village a retrouvé dynamisme et vitalité. Même que depuis 2000, une petite communauté bénédictine s'y est installée.

Reste que demain, ma 8e étape m'emmène à Ponferrada (33 km) avec passage au point culminant du Camino Francés, le col de la Cruz de Ferro (1500m); Rabanal se trouve à 1150m.

Une bonne nuit s'impose.

A demain.

Photos de Rabanal.
15

Je suis arrivé à bon port après être parti à 6h, 33km de montées et dscentes.dans les jambes et sous une chaleur inhabituelle pour les gens du cru (+8° à 6h demain à 1150m, + 27° en ce moment à Ponferrada à 530m.

Les deux premières heures m'amènent au col de la Cruz de ferro, par des sentiers de montagne. Ça grimpe mais c'est très correct. J'ai en plus droit à un beau levé de soleil.

Photos à la Cruz de Ferro. Nous sommes à 1500m d'altitude. Joli paysage demontagne.

Dès le col passé, la descente vers El Acebo commence, d'abord par des petits sentiers terreux, puis de plus en plus rocheux et caillouteux, "casse-pattes" quoi! Et ça dure jusqu'à El Acebo où je retrouve les français qui s'étaient arrêtés 6km plus loin que moi hier midi. Malgré ces sentiers difficiles, je remarque que les fleurs ont de.plus en plus nombreuses.

Dans la descente entre le col et El Acebo. Sdai de selfiepour Basile...

Après El Acebo, la pente vient s'ajouter aux autres difficultés. À Riego nous sommes descendu à 900m, et le sentier est délaissé, sans repères (à regretter les larges chemins rectilignes rencontrés précédemment). Et on continue à descendre jusqu'à un beau village, surtout touristique ( des gens se baignent!), Molinaseca (575m).


Église e Riego et aspect de Molinaseca.

Et après Molinaseca on remonte sur Ponferrada sur les trottoirs pendant 8km.

Sans commentaires.

Après la douche réparatrice et le pique-nique dans un parc, je decouvre le Castillo (château), forteresse occupée par les Templiers au Moyen-âge, la Torre del Reloj (Tour de l'Horloge) qui donne accès à la place de l'Ayunamiento (hôtel de ville), la basilique de la Nuestra Señora de la Encina ( Notre-Dame du Chêne).

E Castillo, la Tour del'Horloe la basilique l'hôtel de ville,la place comme en été et la "Boheme" (réf huk)

Il faudra repartir tôt demain, même longueur, avec moins de montées et descentes.... j'espère.

16

Encore une étape à plus de 30km, mais avec beaucoup moins de dénivelé qu'hier. Départ à 6h30 après le petit déjeuner proposé par l'albergue à partir de 6h15'. Il fait bien sûr nuit, et à un moment où je suis encore dans la ville, je perds les flèches jaunes et les coquilles. À peine le temps de prendre mon téléphone pour savoir où je suis, qu'un espagnol m'ayant vu faire se propose gentiment de me conduire jusqu'à la balise la plus proche!

A la sortie de Ponferada eux petits oratoires.

Toute la matinée, les sentiers et petites routes nous emmènent de petits villages en petits villages par monts et par vaux. Un plaisir pour les yeux, et avec le soleil en plus...

Le soleil se leve; une église plus récente avec son campanile et son nid de cigognes (sans oiseaux), et la vigne..

A partir de Cacabalos je prends la variante "montagne" où je vais traverser les coteaux des Vins du Bierzo ( le Bierzo est une sorte de département dans la Région du León). On distingue le Bierzo Alto autour de Ponferrada et le Bierzo Bajo autour de Villafranca que je traverserai en fin de matinée.

Villafranca (3 000 hab.)où j'arrive en fin de matinée à un Castillo et plusieurs églises dont l'église romane de Santiago du XIIe. Les pèlerins qui pour des raisons de santé ne pouvaient poursuivre leur route jusqu'à Saint-Jacques bénéficiaient de leur indulgence plénière en passant sous la porte latérale de cette église, porte dite "du pardon"... J'ai passé cette porte... Dans la partie vieille ville, il y a des anciennes demeures Seigneuriales, avec leurs façades décorées de blasons et d'écussons.

Après Villafranca, je choisis de prendre le chemin par la vallée (assez de montagne pour aujourd'hui, surtout que demain ça grimpe encore). 12 km de route longeant une rivière (El Rio Valcarce), auraient pu être bucoliques. Que nenni! En fait je ne voyais pas la rivière qui était au moins de 10 à 20m en contrebas,par contre j'ai suivi la route dans une sorte de couloir bien délimité ( voir photo) et en plus il y avait une autoroute qui passait régulièrement au dessus de nos têtes , accrochée à la montagne par d'énormes piliers (un ouvrage impressionnant). Et il devait y avoir des joints de dilatation régulièrement, si bien que les voitures passant dessus faisaient un bruit difficilement supportable... Et la chaleur... Le.Camino n'est pas toujours idyllique !9


Demain encore à peu près la même longueur et ça regrimpe. Rendez-vous à Fonfria. ( Aujourd'hui, Trabadelo: 350 hab., hier Ponferrada: 65 000 hab!)

Quelques photos de Trabadelo et le fameux Rio Valcarce.

PS: je n'ai pas revu mes français. Ont-il été plus vîtes que moi? Ou ont-ils raccourci les étapes? Mystère, attendons les jours à venir?

17

Départ à 6h45 pour une étape d'une trentaine de km comme toutes celles de cette semaine, sauf la dernière(18km) pour me permettre de découvrir St Jacques de Compostelle.

Les deux premières se font dans les mêmes conditions que la fin de l'étape d'hier, avec toujours la présence de cette fichue autoroute! Mais il fait noir, cela passe mieux...

J'ai traversé deux petits villages dans la nuit. J'ai pu prendre une église. Au lever du jour, je prends quelques photos de l'autoroute; réflexion sur un tel ouvrage dans une si jolie vallée...

Puis soudain, plus d'autoroute, elle a pris une autre direction. Je vais pouvoir admirer une moyenne montagne verdoyante de prairies et de forets de sapins, en suivant des petites routes ou des sentiers pas trop caillouteux...

Puis, on change de régions. Adios le León, et Buenos Dias la Galice. Juste le moment où le ciel s'assombrit mais cela ne va pas durer.

Et le sentier va serpenter sur le flanc de cette montagne en traversant de nombreux tout petits villages (hameaux), et en passant tout de même de 620m au départ à 1288m à Fonfria, après les 1340m au Col Alto do Poyo! Et ça n'arrêtait pas de monter et descendre pour un dénivelé positif de plus de 1000m! Tout cela en plus de 8h...

Quelques rencontres en chemins...

Et quelques photos d'églises en Galice: beaucoup plus "lourdes" qu'en León. C'est du costaud.

La dernière est celle de Fonfria.

Quelques mots échangés avec des espagnols qui peinaient dans les montées. Mais plus de français !

Demain objectif: Sarria.Il me reste moins de 150km... mais il n'y a plus que 5 jours.

18

Ma nuit s'est bien passée ; mon hôte, une mamie de 70 ans, m'avait donne une couverture supplémentaire, car m'avait-elle fait comprendre la température allait baisser cette nuit. Belle attention, ma foi.

Au lever, à 5h30, deux bonnes nouvelles: il ne pleuvait pas et l'étape du jour ne fera que 26-27 km. En effet, je ne prendrai pas la variante; je m'étais emmêlé les pinceaux! -7 km, c'est toujours bon à prendre.


Les deux premières heures,dans le noir, je descends87 de 1300m à 660m à Tricastela ou j'arrive ves 8h. Auparavant, j'ai traversé deux villages bien endormis, sinon quelques aboiements de chiens que je dérange dans leur sommeil. A Tricastela, quelques pèlerins émergent des albergues ou pensions.

Il fait bien noir. La dernière photo est l'église romane de Tricastela.

Le jour se lève, le ciel est gris, il ne fait pas chaud (7-8°). Pour éviter la variante et les kilomètres, je passe en fait par la montagne, et je remonte donc à plus de 900m, pour redescendre à environ 400m à Siarra. Je vais traverser plusieurs tout petits villages presque inhabités, mais toujours une ferme en plein milieu des habitations et quelques vaches...odeur(!)... et bouses dans les rues... Ce loin d'être clean! Par contre les paysages où le vert domine sont magnifiques.

Les églises n'ont rien de typique. Et la fin (10 km quand même) se fait le long d'une route et ça s'éternise. Ces derniers km me paraissent deux fois plus longs que les premiers. Mais globalement la journée s'est bien passée... de plus en plus solitaire!

Sarria est une ville de 14 000hab et tout en butte. Les pèlerins se font de plus en plus nombreux dans les rues, mais où sont les français? Beaucoup d'espagnols.


A demain.

19

Je pars légèrement avant 6h. Je scrute le ciel: pas d'étoiles, pas de lune, le ciel est chargé, mais il ne pleut pas. Je pars donc gaillardement pour une étape de 33 km. Je prend une avenue repérée la veille, et au bout de 25min, ne voyant pas les fameuses flèches jaunes indicatrices du Camino sagement je fait demi-tour pour essayer d'en repérer une première... et ainsi je me retrouve à mon point de départ sans en avoir vu une seule...

Je repars en sens inverse et la, miracle des flèches jaunes, mais il est 7h, déjà 5 km de faits pour rien... et il se met à pleuvoir pour de bon, donc enfilage de la cape!


Je me retrouve avec quelques autres pèlerins qui partent, et à plusieurs les hesitatios sont levées. Mais il pleut, et lors d'une petite accalmie, je me retrouve avec une hollandaise qui ne pique pas un mot de français, sinon Paris quand je lui explique que je suis français, de France, Paris !!! Mais on se compend pour se prendre en photo successivement au bord d'une résurgence d'eau.

La pluie revient, il est 10h et un bar-restaurant sur le bord du chemin en pleine campagne. Je m'y arrête pour petit-déjeuner, et quellle belle idée, car pendant cet arrêt une grosse averse résonne sur le toit de la terrasse fermée où je me trouve auprès d'un poêle. J'en profite pour sécher mes vestes et cape. Et j'échange quelques mots avec une franco- israélienne qui, avec son mari et et deux enfants en poussette veulent relier Santiago... Je leur souhaite bon courage...

Je ne comprends pas pourquoi certains des photos ne sont pas dans le bon sens. Dernière photo: maisons d'un cimetière...

La grosse averse a nettoyé le ciel et je n'aurai pas d'eau de la fin de la journée. Petites festivités à la borne 100km avec un groupe e 6 lycéens espagnols qui font les 100 derniers km e partante Sarria. On se prend en photo. Quelques-uns 'essaient à dire quelques mots en français. Ils me disent, en francais, que peu de jeunes espagnols apprennent le français.

Ensuite je continue et arrive à Portomarin et son pont pour traverser la rivière O Miño. À signaler une église fortifiée.

Après Portomarin, il me reste 9-10km pour arrivé à mon gîte d'étape à Castromayor tout petit village avec cependant "castro" (?) antique. Un ancien village gaulois, non, mais ibère.

Ces deux dernières photos sont de Castromayor.

Et enfin, une enigme: ¿Que es?

J'en ai vu plusieurs aujourd'hui, le plus souvent auprès des habitations. Si quelqu'un a une explication, je suis preneur.

Et encore désolé pour ces photos qui ne sont pas dans le bon sens.

20

Départ 5h50. Le Camino passe juste devant la maison, je ne peux me tromper cette fois. Le ciel est nuageux, mais pas de pluie.

Ça commence par une belle grimpette, mais dans le noir ça paraît moins dur, même si ce matin je sens mes mollets. Mais très vite, je reprends le rythme.

Borne métrique spécifiques du Camino ; 1ère petie chapelle rencontrée aujourd'hui.

Jusqu'au lever du jour, vers 8h, je ne rencontre personnes, sinon les très nombreux chiens qui font entendre leurs grognements-aboiements. Même que l'un d'eux, imposant,vient me sentir de très près. Je garde mon sang-froid, et il repart sans dema nder son reste. Ouf! ( je n'ai pas osé le prendre en photo!)

Quelques paysages au lever du jour...

A 8h30, j'ai fait environ 14km, et j'arrive à Palas de Rei, ville suffisamment importante pour que j'y trouve un bar pour petit-dejeuner. Je trouve un petit bar aux aspects vieillot, mais les tenanciers se mettent en quatre pour me comprendre et me rassasier.


Un banc-flêche; à nouveau un séchoir ou grenier à céréales surtout maïs très typique de Galice et appelé "hórreo galego".

A la sortie de Palas de Rei, j'assiste au départ de tout un groupe de collegiens-lyceens qui partent pour Santiago de Compostela ( les 100 derniers kilomètres). Jusqu'à Melide on va se suivre ( voir photos). Ils (elles) ont l'air décidé et enthousiastes...

Quelques kilomètres avant Melide, hélas la pluie reprends. Sauve qui peut, pour se réfugier dans es bars qui font commerce! Une accalmie me permettra de trouver mon auberge du jour... un lit dans u petit dortoir... L'accueil est chaleureux, fait par un espagnol qui me dit savoir cinq langues, mais que quelques mots de français, appris au contact des pèlerins français. Il a des aptitudes pour les langues, mais dit-il...

Quelques photos prises en fin de parcours. Je constate que les arbres prennent leur tenue de printemps.

21

La pluie est au rendez-vous ce matin. Je pars vers 7 heures, ayant égaré ma lampe frontale (que j'ai retrouvée en arrivant cet après-midi dans mon sac que je fais transporter). Il faut sortir la cape... cela a duré jusqu'à 10h30, heure à laquelle je m'arrête pour petit-dejeuuner. Et là, surprise, la bande de français que j'avais perdue depuis quelques jours arrive pour aussi déjeuner...Retrouvailles sympathiques...

Pas facile de prendre des photos sous la pluie avec la cape...

Ipleutjusque vers 11h15, puis le soleil pointe timidement son nez. Lesnuages vont disparaître au fur et à mesure, pour avoir en fin d'étape un ciel bleu et de la chaleur qui vont faire disparaître toute l'humidité. Peu de paysages, car le chemin est souvent bordé d'arbres ce qui limite les vues d'ensemble.

Chemin sous toues ses formes...

Beaucoup de monde sur le chemin encore aujourd'hui, mais toujours très peu de français (mon hébergeur d'hier me disait que c'était un constat depuis le COVID, pour la diminution du nombre de français). Toujours des lycéens qui font leurs 100km et aussi quelques familles avec de jeunes enfants.

Il y a même toutous!

Quelques mots d'hier soir où je me suis retrouvé à manger du poulpe! C'était la 1ère fois, et ma foi, c'est bien bon! J'étais avec un couplé de français rencontrés à l'auberge et qui avaient décidé de manger du poulpe "specialite" de Melide... Soirée bien agréable.

Demain dernière étape du périple commencé depuis 6 ans maintenant. Étape courte: 20km, pour arriver en fin de matinée et participer à la messe des pèlerins à 12h en la cathédrale. J'espère un grand et généreux soleil.

À demain

22

Ultime étape de mon pèlerinage. Jour tant attendu. Étape courte mais avec toujours de bons raidillons. Au départ, à 6h, il y a une épaisse brume. Au départ ( il fait nuit) je joue le bon samaritain, en guidant deux jeunes australiennes vers le Camino ( il faut dire que j'avais fait un bon repérage la veille)

Le jour se lève, à peine huit heures, quand je passe la borne 10km. J'arrive dans la banlieue de Santiago, ce qui ne veut pas dire que je suis arrivé ! Toujours des lycéens sur le Chemin.

Après la longueur des rues en ville, on arrive dans la vieille vile. Les pèlerins se font plus nombreux. Mais la cathédrale est vraiment, elle n'apparaît qu'en dernier lieu, après que je me retrouve avec le groupe de francais... C,est ça aussi le Chemin: les chemins de chacun se séparent et se recoupent...

Après avoir été récupéré ma Compostella (qui attesre officiellement de mon chemin), je participe à la mise des pèlerins de midi (chaque jour). Nous n'avons pas droit au botafumeiro, immense encensoir qui enfumé la Cathédrale les jours de solennité et aux messes des pèlerins des lundis, mercredis et vendredis. Nous sommes samedi, la messe est dite.

.


La suite de la journée, et mon retour vers Carrion de los Condes, puis vers Contest, dans une 16e étape...

Journée inoubliable!!

23

Voilà, pas de marche, aujourd'hui. Ça fait tout drôle, mais il fait bien une fin. Et voilà, fe revenu à mon point de départ en Espagne, c'est-à-dire Carrion de los Condés: 7h de bus 🚍... Et pas de photo, même si j'ai eu droit, dans le bus à un beau lever de soleil dans une brume épaisse.


Le seul regret, c'est de ne pas être resté ce jour, dimanche de Quasimodo, donc de festivités pour l'Église, et pour Santiago... La totale, procession, messe solennelle présidée par l'évêque et aussi botafumeiro... Que n'ai-je manqué. Mais vous aurez droit à quelques photos d'une amie, Isabelle pour ne pas la nommer, rencontrée hier, qui a eu la bonne idée de rester une journée de plus...

(Avec sa permission!)

Toute chose à une fin. Aussi je dis merci à tous ceux qui m'ont suivi , accompagné de leur messages, de leurs pensées... Vous m'avez été de précieux soutiens. Merci encore.

Demain, retour sur Contest.


De Carrión-de-los-Condes


Adios !