De lointaines visions de steppes immenses et de sommets immaculés nous ont attiré ici. Immersion totale dans ce creuset nourri d'influences musulmanes, soviétiques, mongoles et himalayennes.
Du 11 au 30 septembre 2019
20 jours
Partager ce carnet de voyage
8

On quitte avec un peu de tristesse nos hôtes près de Sary Chelek, mais il nous encore une fois gâtés avec un kilo de muffins maison pour le petit déj' ! On n'a pas voulu les faire se lever étant donné qu'on se lève à 5h du matin pour attraper un marshrutka pour Osh,

2e ville du pays située dans l'immense vallée de Ferghana (300x170km, 11 millions d'habitants, 3 pays et des discussions sans fin sur le tracé des frontières) et porte de sortie vers l'Ouzbekistan, la ville est a priori connue pour son bazar et le trône de Salomon, montagne où le roi précité aurait passé une nuit (Youhou !) dans l'Antiquité.

Bon à part ça, on a juste eu le temps de faire quelques découvertes gustatives... Dont nos premiers croissants... plutôt briochés. Ah aussi, note de cuisine en voyage : ne pas se fier à l'image sur l'emballage des produits. Thom a fini avec une mayonnaise en guise de sauce tomate pour accompagner ses pâtes😀

Et voilà, on arrive déjà au bout du Kirghizstan, ça n'aura pas été le moins dépaysant pour se lancer dans cette grande aventure, mais on a déjà pris plein les mirettes ! Et puis ce choc culturel permet d'apprécier l'hospitalité d'Asie centrale et une société encore peu changée par le tourisme, mais aussi de développer nos compétences en langage des signes !

Si vous voulez découvrir la suite en Ouzbékistan, c'est par ici : Carnet Ouzbékistan

7

On se lance dans un petit périple pour rejoindre Osh au Sud Ouest du pays, pour ensuite rejoindre l'Ouzbekistan dont on nous a dit le plus grand bien, tout comme l'Azerbaïdjan, la Géorgie, les autres -stan (Kazakh-, Tadjik-, Afghan-...), mais on commence à comprendre que voyager c'est aussi choisir... On choisit donc de faire un crochet d'une semaine par l'Ouzbek ! Le luxe d'être en tour du monde c'est de pouvoir adapter son voyage 😀

On programme aussi un détour par le lac de Sary Chelek, qui nécessite un peu de logistique depuis notre dernière étape : 17 heures de trajet réparties sur 3jours / 3bus et quelques taxis.

En bonus, quelques photos des (longues) heures passées dans les bus locaux, les marshrutkas. Assis, debout, au milieu des sacs de pommes et de noix, de bébés qui pleurent, des gens qui vomissent... C'était folklo mais ça nous a permis d'être immergés au milieu des locaux et de rencontrer de belles personnes. A savoir qu'ici, les gens sont très friands des photos de la famille, de la maison... On aura ainsi passé quelques heures à faire défiler la galerie de nos GSM pour assouvir leur curiosité ! Familles et amis vous y êtes tous passés!

Les bus, c'est long, mais on ne s'ennuie pas (trop) ! 

Et voilà comment on a croisé Gulina dans le bus, une jeune locale qui était trop heureuse de pouvoir parler anglais avec nous (et nous aussi de pouvoir comprendre un Kirghize). Sa famille nous a accueillis dans leur guesthouse pour 2 nuits, sa mère nous a régalés et on a passé des super moments avec eux !

Petite photo de famille avec Tilik, la maman, Gulina, et sa soeur Masha. Manque juste papa Omar (parti faire l'apéro comme d'hab) ...

Bon, en vrai, on avait prévu de camper à proximité des lacs, mais la bruine, l'isolement et un fichu touriste kirghize (" What ? You want to sleep here ? But it's too dangerous, there are bears and wolfes in the parc !") auront eu raison du mental de Clo, qui a négocié un retour express au village à la fin de la journée.

Heureusement, malgré une météo capricieuse, on aura déjà pu avoir un aperçu du potentiel de la réserve 😀

Sary Chelek Nature Reserve 
6

Après ces quelques jours sportifs, on décide d'aller se cultiver un peu et de découvrir le caravansérail (motel multi-millénaire pour conducteurs de chameaux) de Tash Rabat sur la route de la soie.

On repart pas forcément moins bêtes et un peu déçus... C'est sympa mais les 15 min de visite et les 10 lignes de prose kirghize pour les explications ne valaient pas les 5h de taxi A/R... Bref, ça vaut le détour si vous faites trek dans le coin, ou si vous prenez la route de la Chine. Ça nous apprendra à nous fier aux recommandations de ce %§#@! de Petit Futé ! C'est aussi ça, le voyage ... Heureusement, ça rend plutôt bien en photos !

Tash Rabat 
5

Le temps de se remettre de notre petite virée à Ala Kul et de faire la route jusqu'à Kochkor, porte d'entrée vers le centre du Kirghizstan, on repense à ce qu'on imaginait du Kirghizstan avant de partir.

Yourtes. Chevaux . Steppes. YIHAAAAAAA!

Et tant qu'à imaginer des choses, autant les vivre, non ? Et c'est parti pour 3 jours de rando à cheval vers le lac Song Kul !

Départ de Kyzart

Avant même le départ, on est aux petits soins avec un bon déjeuner (les Garimond seraient aux anges avec tous ces biscuits, confitures et autres sucreries)!😉 On est ensuite rejoints par notre guide Nursultan et on récupère nos fiers destriers SamouraÏ et Toro. On rejoint dans l'après midi notre premier camp de yourtes.

20h, il fait nuit noire, on enfile les doudounes et on se couche dans l'herbe (en évitant les bouses de yak) pour admirer la voie lactée (pas de photos, mais on vous garanti que c'était sublime).

Montée vers Song Kul

Pour une fois, ce n'est pas nous qui suons à la montée, quoiqu'on commence à avoir mal aux fesses ! On commence tout de même à être à l'aise avec nos montures, et on se laisse aller à quelques galops entre steppes et rivages, c'est juste magique... Et quelques acrobaties pour Thom et Nursultan pour se réchauffer dans l'eau glaciale du lac !

Nouvelle nuit passée en yourte, on peut encore une fois apprécier la bonne cuisine des nomades.

Back to reality

Cette petite parenthèse hors du temps s'achève avec la redescente vers Kyzart. Dernières petites courses entre les chevaux, pas trop longues heureusement, on commençait sérieusement à avoir mal partout... 😉

4

Les dernières averses étant passées, on se décide enfin à partir ce mardi pour nos 3 jours de trek. On avait hâte !

• • •

Jour 1 : 15km de marche / 1000D+ / Altitude max 2900m. On remonte la vallée de Karakol en direction du camp Sirota en compagnie d'un couple de Français rencontré la veille lors du retour de Skazka. On croise un autre couple de Français (décidément, ça pousse comme des champignons ici) qui ont fait demi-tour, il se sont réveillés au camp avec 20cm de neige fraîche. On a vraiment bien choisi notre timing, tout a fondu lorsqu'on arrive là-haut.

La température baisse vite avec la nuit, petit feu de camp pour se réchauffer (après avoir soufflé avec des Belges pendant 3h sur les flammes pour que le bois mouillé veuille bien prendre) et dodo dans la tente par-10°C (au moins -8000°C d'après le Clothermomètre malgré 2 sacs de couchage emboités)... La nuit fut rude, et le réveil givré !

• • •

Jour 2 : 8km de marche / 600D+ 1000D- / Altitude max 3500m pour Clo et les sacs (13km / 1000D+ 1400 D- / 3900m pour Thom).

Ascension vers le lac d'Ala Kul. La montée dans la neige résiduelle et les pierriers est technique, on est bien contents d'avoir des bâtons, mais une fois la haut, on se dit que ça valait vraiment le coup... La vue est amazing whouhaou !

Lac Ala Kul (Alt 3500m) : allez, c'est parti pour 12000 photos 

Le trek continue normalement par le col d'Ala Kul pour redescendre dans la vallée d'Altyn Arashan, mais le peu d'informations fiables sur la praticabilité fait qu'on n'empruntera pas cet itinéraire.

=> Thom décide quand même d'aller jeter un coup d'oeil pour le principe, pour se rendre compte que ça pouvait passer à ski ou en bobsleigh, mais le décor étant moins sympa de ce côté, on repart vers la vallée de Karakol sans regret.




En début d'aprèm on attaque la longue descente jusqu'au camp de yourtes où on a passé une super soirée avec nos collègues Belges et une bouteille de vodka à 150som (<2€ !)

Alplager Yurtcamp - Na Zdrowie !
• • •

Jour 3 : 15km de marche / 550D- / Altitude max : 2400m

Notre sens du timing aura encore frappé puisqu'à peine le petit déjeuner entamé, on se rend compte que c'était la dernière nuit pour le camp de yourtes. A grand renforts de camarades montés en camions 4x4 de l'armée soviétique, le démontage commence (pas trop violemment non plus) !

Pour bien terminer cette grosse ballade, on profite encore des magnifiques panoramas offerts par la vallée de Karakol, sous un grand soleil cette fois-ci !

3

Lundi, jour prévu de départ du trek, on se réveille avec un orage au-dessus de la ville. Clo : "Euh Thom, tu voudrais pas checker si la météo a bougé ?"

Bingo. Pluie pour les 2 jours à venir, amélioration à partir de mardi après-midi. On décide de décaler le trek d'un jour pour éviter de se retrouver sous 20cm de neige en montant au lac.

On en profite pour faire un saut rapide (quand même 1h30 de marshrutka, les minibus locaux) au magnifique canyon de Skazka, au sud du lac Issyk Kul. Et on a bien fait ! Ce coin est plus épargné par les averses et on a même un ciel dégagé en milieu d'après-midi, qui nous permet de faire quelques photos pas dégueu...

Skazka (Fairytale Canyon) 

Les horaires et les arrêts de bus n'étant pas une notion très kirghize, on a pu tester notre patience pendant1h30 avant de récupérer un marshrutka pour rentrer à Karakol. C'est aussi pour revoir sa notion du temps qu'on voyage 😉

Heureusement, la vue est sympa pour patienter! 
2

Vendredi  : Départ de Bichkek

En voiture Simone pour 7h de bus depuis Bichkek, direction Karakol, à l'est du lac Yssyk Koul, camp de base des treks les plus connus de la région.

Samedi : Jeti-Ögüz

Rando light à environ 35km de Karakol, pour passer au milieu des pâturages et des yourtes et finalement apercevoir de mignonnettes chutes d'eau.

Jeti-Ögüz Sanatorium - Seven Bulls Rocks 

On a aussi pu se rendre compte de l'écart culturel avec l'Europe (dans le bon sens) assez rapidement ! Lorsqu'une famille assise dans l'herbe te voit arriver avec un autre couple d'Anglais, ça a l'air d'être normal pour eux de t'inviter à partager leur pique-nique (on vous passe les noms des plats, on n'a réussi à retenir que les chachliks, des brochettes de boeufs trooooop bonnes). Encore une fois, on se débrouille pour communiquer avec les mains, mais c'est aussi ce qui a rendu ça magique !

Jeti-Ögüz

Dimanche : Karakol

On se lève tôt pour aller au Animal Market, là où une fois par semaine les Kirghizes négocient chevaux, moutons et vaches par troupeaux entiers... Dépaysant ! L'après midi visite de l'église de Karakol et d'un parc d'attractions abandonné avec des Européens rencontrés à l'auberge.

Petit frayeur... on s'est fait arrêter par les flics... qui voulaient simplement faire un selfie avec nous 😀 Ils sont vraiment trop ces kirghizes !

Animal market & Karakol 

Ala Kul trekking

Demain c'est parti pour 3 jours de trek pour le lac Ala kul, ça ne devrait pas être de tout repos, malgré son nom. C'est ce lac turquoise entouré de montagnes qui nous a donné envie de visiter ce pays ! Si vous n'avez pas de nouvelles d'ici la fin de semaine, c'est qu'on est restés congelés sous la yourte par -10°C...

1

En préparant notre tour du monde, on avait lu que l'idéal était de débuter par un pays ne faisant pas trop sortir de sa zone de confort, où les gens parlent facilement anglais, où l’alphabet est le même que le notre... Autant dire que le choix de la raison n'était pas forcément pour un pays d’Asie centrale, en "istan", mais nous avons eu un véritable coup de cœur pour ce pays encore préservé du tourisme en farfouillant sur internet.

Visite de la capitale

Après une petite journée pour se remettre de nos émotions, se demander encore "mais qu'est ce qu'on fait là?", ca y est on s'est enfin mis dans le bain ! Aujourd'hui notre état d'esprit est plutôt "wouha mais attend, pendant 10mois on fait que ce qu'on veut... 😀"

Petite balade au bazar d'Osh market ce matin, visite du reste de la ville et son architecture qui fleure encore bon le style soviet, et déjeuner pour 1,5€/personne ce midi ! Les gens sont super accueillants, on a partagé la table d'une petite dame qui ne parlait que 3 mots d'anglais mais à force de Google Trad et de Gépalémo, nous a donné ses bons plans à visiter et nous a conseillé d'ouvrir une filiale Gerflor au Kirghizistan ^^

Demain on va se rapprocher de la nature, 6h de bus direction le Lac Yssyk Kul, en espérant ne pas avoir besoin des skis pour passer les cols...