Nous partons pour la Grèce, et nous dirigeons vers Ancona en Italie où nous prendrons le ferry.
Du 29 avril au 15 juin 2019
48 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Nous sommes à la première étape de notre voyage. Roanne. Une nuit au port devant de belles péniches. Demain direction l'Italie !

2

Deuxième étape il fait beau les températures remontent jusque 20 degrés.

3

Arrivés ce midi nous avons acheté nos billets et embarquons demain à 13h30 direction Patras en Grèce.

4

Nous allons passer la nuit sur le port d'Ancona, nous n'avons pas trouvé mieux. La nuit va être bruyante . Vivement demain qu'on embarque !

Voilà le vrai navire
5

Départ 13h30 camping à bord nous partons pour 25 heures de traversée.

6
La vieille ville
7

Après 24 heures de traversée nous sommes arrivés à Patras puis à Kato Alissos dans un camping au bord de la mer. Mimi à pris un bain .......

Étape pour la nuit il fait 23 degrés.
8

Nous mangeons a bord de la mer, il fait 27 degrès avec du vent.

La plage et les jolis coquelicots
9

L'endroit où mythe et réalité se rejoignent. Selon l'une des nombreuses légendes, Zeus y aurait inauguré les premiers Jeux afin de fêter sa victoire à la lutte sur son père Cronos.

10

Nous traversons ces villages de montagne en Arcadia sous la pluie, c'est une étape de 230km. Nous passons la nuit en bivouac au bord de la mer, le vent de ouest souffle fort. il fait 23 degrès au réveil. Nous descendons vers le sud du Péloponnèse en direction de Sparte.

Les photos de la journée
11

Mystras "la merveille de Morée" fut l'une des capitales culturelles de l'empire byzantin. Nous avons vu les vestiges des églises, des monastères, des bibliothèques, des bastions et des palais de cette cité fortifiée médiévale, classée en 1989 au patrimoine mondial de l'UNESCO, s'étagent sur les pentes d'un contrefort du massif du Taygète, à 7 km à l'Ouest de Sparte. Ce site historique est le plus important du Péloponnèse.

Nous sommes montés jusqu'au château fortifié situé à 621m, par des chemins, des escaliers de pierres bordés de fleurs odorantes et multicolores où les abeilles butinaient. Les divers édifices virent le jour entre 1250 et 1450. Belle ballade qui nous a demandé l'après midi.

12

Petite étape de 80 km Gythio port et base militaire de la Sparte antique, Gythion donne accès au Magne laconien. Avec ces maisons du XIX siècle aux couleurs pastel, cette jolie bourgade de pêcheurs est une halte agréable. Nous sommes au camping Mani Beach avec accès direct à la plage de Mavrovouni, une longue étendue de sable de 2 km.

Nous entrons dans le Magne (Mani) qui couvre la péninsule centrale au sud du Péloponèse, qui est encore rude et sauvage.

13

Départ de Gythio ce matin, nous prenons la direction de limeni, petit village côtier à 3 km d'Aréopolis sur la rive méridionale de la baie de Limeri aux eaux aigues-marines, magnifique panorama, belles maisons sont beaucoup sont restaurées avec goût. Les deux restaurants doivent servir du poisson grillé mais pas encore actifs, dommage. Nous mangeons au fond de la baie dans un parking au bord de l'eau.


Limeni

Un peu d'histoire.

Nous arrêtons à Kita le village avec ses tours et ses maisons-tours. Le territoire du Magne intérieur est jalonné de surprenantes tours de pierres, les unes isolées, les autres groupées. Certaines ont l'allure de forteresses. Du XVIIE au XIXÈME siècle, différents clans n'ont cessé de s'affronter pour s'approprier les rares terres fertiles. La tour est le symbole bien vivant de fer esprit de vendetta où chaque clan cherche à annihiler l'autre, en tuant les mâles et en détruisant la tour de la famille adverse. Jeunes, les garçons sont entraînés à combattre, les femmes travaillant aux champs et .....enterrant les morts. Aujourd'hui les tours sont restaurées et reconverties parfois à l'hôtellerie de charme.

Village de Kafi et Gérolimenas

En fin d'après midi nous arriverons à Gérolimenas, paisible village de pêcheurs, qui se love autour d'une petite baie abritée, à l'extrémité du "doigt" Sud de la péninsule du Magne. Sa plage de galets ourlée d'eaux turquoise, magnifique, où beaucoup d'Athéniens viennent passer le week-end.

14

Coucou nous revoilà pas de reseau depuis deux jours. Nous sommes descendus à l'extrême sud de la péninsule du Magne, l'un des points les plus méridionaux d'Europe. (Nous avons bivouaqué à Kokinogia avec des Anglais, des Autrichiens et des Allemands c'est ça l'Europe ........)

Petite rando pour aller au cap et y voir son phare. Mentionné pour la première fois par Homère dans l'Iliade, ce cap à joué un rôle clé pendant des millénaires.

15

Ce village perché à l'intérieur des terres, sans doute l'un des plus beaux villages traditionnels du Magne, avec ses maisons fortifiées serrées les unes contre les autres au sommet d'un piton rocheux.

Sur la route les paysages sont sauvages et nous poursuivons jusqu'au port de Kotranas ou nous déjeunons au bord de l'eau. Encore un bain avant le départ. ....

16

Hameau de pêcheurs au fond d'une baie presque fermée, très abritée. Porto kagio "signifie" port aux cailles en français. Ces oiseaux y feraient escale en septembre lors de leur migration vers l'Afrique.

17

Juste reliée à la terre par une digue étroite facile à défendre, l'imposante citadelle de Monemvasia semble surgir tel un iceberg de pierres des flots turquoise de la mer Égée. Perchée au faîte d'abruptes falaises, elle domine la mer de plusieurs centaines de mètres sur nous avons gravi.

La Monemvasia actuelle englobe à la fois le rocher (c'est à dire le kastro (fort)) et la cité médiévale nichée à ses pieds entre les murailles et le village moderne de Gefyra à l'autre bout de la digue sur la terre ferme.

Monemvasia a été longtemps dépendante de l'eau de pluie comme seule ressource d'eau potable, elle a toujours été habitée jusqu'à aujourd'hui même si seulement 20 personnes y resident. Monemvasia est appelée le Gibraltar Grec, son nom signifie "entrée unique" (de moni, simple et emvasia, entrée).

Si Mystra (vue lors d'une autre étape )figurait le centre spirituel de l'Empire byzantin au XIIIE siècle, Monemvasia était l'une des grandes plaques tournantes du commerce de Morée byzantine. L'Europe entière se délectait alors de son malvoisie, vin tiré du cépage malvasia.

18

Nous passons deux nuits dans ce camping avec accès direct à la plage de petits galets. L'équipe familiale est sympathique, excellent accueil, nous avons fait un itinéraire des lieux à ne pas manquer avec le gérant pour la suite de notre voyage.

Nous profitons de cet arrêt pour faire la lessive et nettoyer le camping car.

19

Nous commençons par la forteresses Palamède, cette imposante forteresse épouse le sommet d'un promontoire rocheux haut de 216 m et donne un superbe panorama sur Nauplie et le golfe Argolique. Érigée par les Vénitiens entre 1711 et 1714, elle compte au nombre des plus belles architectures défensives. Une seule nuit n'en a pas moins suffi aux troupes grecques pour s'en emparer en 1882, forçant la garnison turque qui s'y trouvait à se rendre sans combattre. Pour se rendre à la forteresse il y a les 576 marches à monter ou la route, nous avons pris la deuxième option.

Ensuite nous avons parcouru les rues de la petite ville qui occupe une place d'exception, dans un petit port au pied de la haute forteresse de Palamède. Elle est dotée de rues étroites, d'élégantes maisons vénitiennes, de demeures néoclassiques et de musées fascinants.

Nauplie fut la première capitale de la Grèce après l'indépendance (entre 1833 et 1834) mais elle doit sa renommée à son port depuis l'âge de bronze.

20

Premier arrêt à Porto Héli ce matin, située à l'extrémité Ouest de la base du triangle des Argolites, Porto Héli est une station balnéaire assez cotée dont la baie remarquable, quasiment une mer intérieure, fait face à l'île de Spetses. Des fouilles archéologiques menées près du village ont montré que l'endroit fut habité dès l'aube de l'humanité. On y trouve les fondations d'un sanctuaire probablement dédié à Héra.

Cette après midi nous arrivons à Ermione qui est située dans la même région. C'est une ville historique grecque du littoral, riche en patrimoine culturel, possédant une tradition locale et une riche hospitalité grecque traditionnelle.

Ermoni est un adorable petit port de pêche, qui occupe un promontoire terminé par une pinède. Beaucoup de charme au soleil couchant, en se baladant parmi les maisons pastel. Pas trop de monde par ici, pas vraiment de plage mais baignade extra depuis les rochers sur la presqu'île au sud du village.

21

Courte étape au départ Ermioni ce matin pour se rendre à Galatas en face de l'île.

Poros est séparée des montagnes du Péloponnèse par un étroit bras de mer. Cette configuration donne à la ville de Poros l'aspect d'une joyeuse cité au bord d'un lac, avec des maisons couleur pastel accrochée à la colline.

L'île est en fait formée de deux îles reliées par un isthme étroit : Stéfia, occupée essentiellement par la ville de Poros et Kalavria, la plus grande, en majeure partie boisée, dont la côte sud est jalonnée par des plages et les hôtels touristiques de l'île.


Le bateau bleu est un caïque qui fait les traversées en 5 minutes.

Voilà l'image que nous voyons ce soir au bivouac sur le port, la nuit sera belle.

22

En route pour Epidaure, nous faisons un détour sur la presqu'île de Méthana sur laquelle se trouve des volcans, que nous ne verrons pas car les routes sont des pistes que le camping car ne peut empreinter. Son port peut accueillir de gros navires et son petit port de pêche est très abrité dans une crique fermée. Des odeurs de soufre proviendraient des volcans, nous passons devant ce qui nous semble être une ancienne cure thermale aux eaux blanchâtres à l'odeur de souffre.

Puis nous arrivons à Epidaure où se trouve le théâtre de cette ville, qui date du IV siècle AV J.C , est l'un des bâtiments classiques les mieux conservés de Grèce, et le joyau d'Epidaure. Construit en pierre calcaire et parfaitement proportionné, il peut accueillir jusqu'à 14 000 personnes sur ses 34 rangées de gradins. Il est aussi réputé pour son acoustique exceptionnelle, la légende dit que si on laisse tomber une pièce de monnaie au centre de la scène, le son est propagé jusqu'en haut des gradins, chose que nous n'avons pu vérifier le théâtre étant malheureusement fermé, il semble que des réductions budgétaires touchent plusieurs endroits culturels.


23

Encore Epidaure ! Eh oui hier je vous l'ai raconté mais les images n'étaient pas les bonnes, en effet il y a deux Epidaure hier vous avez eu le petit théâtre.

Voilà donc le grand celui dont l'acoustique est extraordinaire, celui où l'on entend le bruit d'une pièce de monnaie qui tombe au centre de la scène. Les historiens que vous êtes, comme nous, l'auront remarqué bien sûr. .....

Le blanc que vous voyez sur les statues et frontons sont des parties refaites pour reconstituer le fronton ou la statue.

Ensuite nous prenons la route de Corinthe pour voir cet ouvrage qu'est le canal.

Le canal de Corinthe est une merveille technique dont la réalisation s'étala sur plusieurs siècles. Cet ouvrage d'art gigantesque, pensé par le tyran de la Grèce antique et lancé par un empereur romain, Néron- ne fut finalement taillé dans la roche qu'à la fin du XIXE siècle sous la direction d'ingénieurs français.

Cette voie d'eau de plus de 6 km de long sur 23 m de large se glissant entre des parois verticales de 90 m de hauteur est particulièrement impressionnante vue d'un bateau qui l'empreinte. Elle a contribué à faire du Pirée un grand port de la méditerranée. L'idée de percer un canal dans l'isthme de Corinthe pour relié les mers Ionienne et Egée revient en premier lieu à Périandre, tyran de la cité de Corinthe à la fin du VIIE siècle ac.JC. Mais il recul a devant l'ampleur de la tâche et opta pour une sorte dé voie pavée sur laquelle les marins tiraient les bateaux de petite taille à l'aide de charlots pour les emmener sur l'autre rive.

Par la suite l'idée ne manqua pas de séduire les plus grands. Alexandre le Grand s'y intéressa, puis Caligula, mais c'est Néron qui lança les travaux, donnant lui-même le premier coup de pioche (en or) en 67, avant de laisser 6000 esclaves juifs faire le travail. La construction fut vite interrompue par les invasions gauloises, ironie du sort, c'est une société française qui l'achevera en 1893.


24

Les grecs anciens avaient l'art de choisir des sites admirables. Le temple de Poséidon situé à 70 km au sud d'Athènes, trône sur le promontoire rocheux du cap Sounion, qui plonge dans la mer 65 m plus bas.

Construit en 444 av. JC (la même année que le Parthénon) ses colonnes de marbre blanc des carrières voisines d'Agrilesa étincellent sous le soleil. Les marins de l'antiquité savaient qu'ils étaient arrivés à bon port en distinguant la silhouette pâle du temple, et la vue depuis l'édifice est tout aussi impressionnante.

Le temple serait l'oeuvre d'Ictinos, architecte du temple d'Héphaïstos dans l'Agora antique d'Athènes. Seize de ses colonnes doriques élancées subsistent, ainsi que les ruines clairsemées d'un propylée, d'une tour fortifiée et, sur une colline plus basse au nord-est, du temple d'Athéna du VIIE siècle.

Le couple de perdrix et ses petits vit sur le site du temple
25

Aujourd'hui petite étape de 45 km, nous approchons d'Athènes ou nous passerons deux jours en début de semaine.

Porto Rafti est sur station balnéaire au fond d'une baie bien abritée, où la baignade est de mise, l'eau est à 19 degrès et l'air à 27.

Pas de photos de Porto Rafti, mais de minuscules iconostases et autels que nous trouvons beaucoup au bord des routes ou devant les maisons, elles sont dédiés à des victimes de la route ou à des saints.


26

Splendide et négligée, Athènes est un mélange grisant d'histoire millénaire et d'effervescence contemporaine. La vie culturelle e sociale se déroule au milieu des vestiges antiques de l'ancienne cité de Périclès. L’extraordinaire acropole, que nous visiterons demain, qui domine toute la ville, demeure le témoin des nombreuses transformations de cette cité au passé glorieux.

Nous avons commencé notre visite par l'Agora romaine et la tour des vents. La partie la plus spectaculaire de l'Agora romaine est son entrée, la porte d'Athéna Archegetis, bien préservée et flanquée de quatre colonnes doriques. Elle fut financée par Jules César et date du 1er siècle. Mais la pièce phare des lieux est la belle tour des vents dont l'intérieur mérite la visite.

Tour des vents
L'Agora romaine 

Ensuite nous avons visité la bibliothèque d'Hadrien, cette bibliothèque du IIe siècle, qui comportait aussi des salles de musique et de conférences, est le plus grand édifice jamais construit sous le règne de l'empereur Hadrien. Elle jouxtait une cour dotée d'un bassin central, entourée d'un péristyle de 100 colonnes, il ne reste que les vestiges d'un mur restauré.

La troisième visite de la matinée fut l'Agora antique, nous découvrons le temple d'Héphaïstos, dieu des forges, à l'origine entouré de fonderies et de boutiques de ferronnerie. Ce temple dorique, le mieux préservé de Grèce, fut l'un des premiers projets de Périclès.

La visite se poursuit par l'église des Saints-Apôtres, érigée à la fin du Xe siècle. Puis nous passons devant le portique de Zeus Eleuthère pour terminer la portique d'Attale. Il fut construit par le roi Pergame au IIe siècle av. JC, qui fut la première galerie marchande sous arcades au monde. Ce portique hellénistique (stoa en grec) immense, dont la façade était jadis peinte en rouge et bleu, accueillait aussi le public venu assisterà la procession des Panathénées. Dans l'antiquité, la manifestation la plus impressionnante à Athènes était la procession des Panathénées, laquelle marquait l'apogée de la fête du même nom célébrant Athéna. On ira admirer les fresques colorées dépeignant cette procession dans la frise du Parthénon, de 160 m de longueur, exposée au musée de l'Acropole.

Dans la stoa, le remarquable musée de l'Agora permet de se familiariser avec le site. Il y a notamment une maquette de l'Agora, ainsi que des objets qui y furent découverts.

Dans l'après midi nous visitons le temple de Zeus olympien, impossible de manquer cette merveille en plein centre d'Athènes, le plus grand temple de Grèce. Sa construction commença au VIe siècle av. JC; sous Pisistrate, mais fut abandonnée par manque de fonds. Les 15 colonnes corinthiennes restantes sur les 104 d'origines affiches des dimensions impressionnantes (17 m de haut et 1,70 m de diamètre) celle qui git fut victime des vents violents en 1852. Hadrien avait fait placer une statue colossale de Zeus dans la cella, et une tout aussi colossale à son effigie.

Vous apercevez l'Acropole entre deux colonnes 
27

Imaginez vous la majesté de l'Acropole, il y a 2500 ans. Le Parthénon, son monument dédié à la déesse Athéna, trônait fièrement sur la cité en contrebas qu'elle dominait de toute sa splendeur. A l'apogée d'Athènes, au Ve siècle avant notre ère, pèlerins et prêtres venaient prier dans les temples de cette "ville haute". La plupart existent encore à divers stades de restauration. A l'origine, beaucoup étaient peints de couleurs chatoyantes et abondamment ornés de sculptures en ivoire, en or et en pierres semi-précieuses.

Aujourd'hui, en entrant sur le site, on aperçoit, juché sur la droite, l'un des édifices de l'Acropole les mieux restaurés : le tout petit temple d'Athéna Nikè. En suivant la Voie sacrée qui traverse les propylées (la porte monumentale d'un temple) et vous montez jusqu'au Parthénon, icône du monde occidental. Majestueuses colonnes soutiennent les plus belles sculptures de l'époque : frontons, métopes et frise.

Le Parthénon et le tout petit temple d'Athéna

En retournant vers le centre de l'Acropole, nous voyons les caryatides de l'Erechthéion. Sur la face nord de ce monument le temple de Poséidon se dresse dans l'enceinte de l'ingénieux mur de Thémistocle. A l'ouest de l'Erechthéion, nous découvrons le don qu'Athéna fit à la ville : un olivier.

Les caryatides : Les éléments les plus reconnaissables de l'Acropole sont sans doute les majestueuses caryatides. Inspirées par des femmes de Karyés, ces jeunes filles portaient sans doute un bol à libations dans une mains, et tenaient leur robe de l'autre.

Temple de Poséidon, les caryatides et l'olivier
Un petit aperçu de l'Acropole et Odéon d'Hérode Atticus, et le théâtre de Dyonisos restauré 
28

Notre découverte de la cité nous amène à découvrir d'autres lieux comme le marché central d'Athènes, appelé l'Agora centrale d'Athènes, colorées et très animée, est une pièce maîtresse du trépidant Athinas, le quartier des marchés. C'est un délice sensoriel et gastronomique, avec un assortiment épatant d'olives, d'épices, de fromages et de plats traiteur. Le marché à la viande, historique, avec ses carcasses suspendues à la lueur d'ampoules dénudées, est l'un des plus importants, mais également le marché au poisson. Nous avons mangé sur place du poisson grillé avec des aubergines farcies, un vrai régal.

Marché de viande et de poisson 

Le marché aux puces est tout aussi pittoresque, le marché dit "gitan" n'est pas pour tout le monde. Prospecteurs de dépotoirs, vendeurs de bric-à-brac, maraîchers, vendeurs de vêtements étalent leurs marchandises dans plusieurs entrepôts et parkings. Les courageux peuvent dénicher de bonnes affaires parmi ce capharnaüm.

A vous de trouver votre bonheur ! 
29

Après Athènes nous arrivons à Delphes, située en montagne et en pleine nature c'est magnifique. Visite du site antique et de son musée avec sa collection d'objets et la maquette montrant le site de l'époque.

Les vestiges de Delphes, disséminés sur les pentes du mont Parnasse, témoignent de l'importance que connut la cité antique durant plus de 1200 ans, du VIIIe au IV siècle av. JC, la partie av. fut particulièremant active. Nous pouvons marcher sur les traces des pèlerins d'autrefois et se représenter les lieux tels qu'ils étaient.

Le sanctuaire était particulièrement vénéré. Les Grecs venaient se purifier dans la fontaine Castalie, apportaient un pelanos (tribut) et pouvaient acquérir un ex-voto sur l'Agora s'ils le souhaitaient. Ils remontaient ensuite la voie sacrée jusqu'au temple d'Apollon.

Nous découvrirons ensuite le trésor des Athéniens (temple) qui y enfermèrent leurs butins de guerre, puis omphalos le "nombril du monde" pierre ovale symbolisant le centre de la terre. Vous verrez également le mur polygonal, imposant mur de soutènement constitué en pierres polygonales imbriquées, assez remarquable. Mais aussi les restes du temple d'Apollon avec ses colonnes est l'édifice le plus sacré du sanctuaire. Voyez le théâtre où les jeux pythiques se déroulaient à Delphes tous les 4 ans et comportaient des épreuves d'athlétisme, il pouvait accueillir 5000 spectateurs.

30

Nous avons quitté Delphes se matin direction Volos, l'antique Iolcos serait la ville natale de Jason et des argonautes, puis nous avons découvert le massif du Pélion, qui s'étire le long d'une presqu'île au sud-est de Volos, culmine au mont Pliassidi à 1651 M. Son versant oriental largement inaccessible est formé de hautes falaises spectaculaires, tombant à pic dans la mer. Moins abrupt, son versant occidental épouse les contours du golfe Pagasétique. À l'intérieur de la presqu'île, les arbres ployant sous les fruits le disputent aux oliveraies sauvages et aux forêts de châtainiers, chênes, noyées, hêtres et eucalyptus. Nous passons la nuit en bivouac au bord de la plage avec deux autres camping car, dans le village d'Afissos, où l'accueil est toujours aussi chaleureux.

31

Après les ruines et les monuments, le cadre exceptionnel du site des Météores et son classement au patrimoine mondial de l'Unesco en font l'un des endroits les plus visités de Grèce. Le nom de Météores dérivé de l'adjectif meteoros signifiant "suspendu dans les airs", et cette image peut se justifier quand on découvre ces potins de grès coiffés de monastères, massifs et lunaires tout à la fois.

Histoire : l'étrange relief des Météores s'est formé à partir des sédiments d'une mer intérieure. Il y a quelques dix millions d'années, des mouvements tectoniques verticaux soulevèrent les fonts marins hors de l'eau, puis rapprochèrent les montagnes les unes aux autres, exerçant une pression extrême sur les dépôts sédimentaires durcis. La composition : calcaire, marbre et serpentine séparées par des couches de sable et de schiste argileux. L'érosion rongea le grès et le schiste argileux, scultant des falaises et des rochers aux formes fantastiques ou creusant des grottes et des surplombs.


A l'origine, l'ascension jusqu'aux monastères s'effectuait à l'aide d'échelles de corde amovibles. Par la suite, des treuils furent utilisés pour hisser dans des filets les religieux qui remettaient ainsi leur vie entre les mains de Dieu.....Aujourd'hui il suffit d'emprunter les escaliers taillés dans la roche dans les années 1920 et une route à l'arrière. Celui que nous avons gravis, le grand Météore est à 600 m au dessus du niveau de la mer, 1,5 heure de montée.

Aujourd'hui dimanche, visite des cinq autres monastères parmi lesquels se trouve un couvent. Ce matin nous avons visité ST Nikolaos, puis cette après midi, Varlaam, Roussanou le couvent, ST Trinity et ST Stefanos. Pour les visites des monastères les femmes doivent couvrir leurs épaules et leurs jambes complètement.

Je vous mets les photos du jour pour le plaisir des yeux.

32

Après les Météores nous sommes montés plus au nord de la Grèce, dans la région des Zagoria. Le charmant village de Monodendri de pierres et de lauzes, niché au cœur du massif de Pinde, apprécié pour son silence et ses randonnées de qualité en pleine nature.


Un aperçu du village

Aujourd'hui nous sommes partis en randonnée dans les gorges de Vikos. Le Voïdomatis à creusé durant des millions d'années les gorges de Vikos, d'une longueur de 12 km et d'une profondeur de 900 m. Il a laissé derrière lui des falaises dénudées et de profondes béances. Selon le Guinness Book des records, c'est, proportionnellement à sa largeur, le canion le plus profond du monde. Monodendri est à 630 m au dessus du lit de la rivière, c'est 45 ' de descente abrupte, puis nous longeons le canyon jusqu'à trouver une piscine naturelle dans laquelle nous avons pris un bain, après expertise de la spécialiste en baignade, l'eau devait être à 10 voire 11 degrès !

Deuxieme jour dans les gorges, ce matin randonnée vers le belvédère d'Oxyas, à 5 km de Monodendri par un chemin de terre. Présente une vue époustouflante sur les gorges depuis le belvédère de Beloi . Nous passons dans la Stone Forest (forêt de pierre) où l'on aperçoit les pierres et les lauzes utilisés pour la construction des maisons.

Dans l'après midi, direction Vikos qui se trouve à la fin des gorges, où l'eau est abondante dans le canyon, mais trop juste pour la baignade (8 degrès). Bivouac à Vikos avec des hollandais, petit restaurant, comme à la maison, cuisine grecque traditionnelle, désert maison offert, digestif fabriqué par le patron.

33

Après la région montagneuse des gorges de Vikos, nous sommes descendus vers la mer à Igoumenista, port reliant la Grèce à l'Italie, nuit au camping après trois nuits de bivouacs en montagne. Ce matin direction l'île de Leucade où nous allons passer le week-end.

Leucade , bien que reliée au continent par une étroite chaussée, ce qui en fait l'une des rares îles Greques accessibles en voiture, Leucade reste étonnamment préservée du tourisme. Un pont flottant laisse le passage aux bateaux qui veulent rentrer ou sortir de l'île, je vous le mets en photo.

Lefkada, est la capitale de Leucade qui vous accueille en arrivant sur l'île, l'atmosphère y est détendue, étonnamment plate et étendue, elle est séparée du continent par une lagune salée. Les séismes de 1948 et 1953 ayant dévasté son architecture vénitienne, Lefkada a été reconstruite dans un style parasismique particulier et attrayant. On dirait un port des Caraïbes, avec ses bâtiments en bois aux couleurs pastel, dont les étages supérieurs sont couverts de tôles ondulées peinte de couleurs vives

Après Lefkada nous nous sommes installés à Nydri. Cet ancien village de pêcheurs est aujourd'hui envahi par les boutiques touristiques. Nous partons pour la journée pour aller au cap tout au bout de l'île, cap Doukato. Puis Porto Katsiki avec sa plage aux eaux turquoises où nous avons mangé après la baignade.

Les plus célèbres plages d'Egremni et Porto Katsiki dévastées par le séisme de 2015. Elles furent en partie ensevelies sous les débris des falaises blanches qui les surplombent. Porto Katsiki qui a le moins souffert reste accessible en voiture. En revanche, l'escalier de 720 marches et la route qui menaient à Egremni ont été détruits et ne seront dans doute pas reconstruits.

34

L'Odysseia à été construit dans le chantier naval de Vligo, sur l'île de Leucade, selon les grandes lignes des galères antiques greques. Il a été nommé ainsi en mémoire de l'avantureuse odyssée d'Ulysse, grand héros de la mythologie greque et locale, roi de l'ancienne Ithaque qui aurait été, selon les travaux de nombreux historiens, l'île de Leucade actuelle.

Départ de Nydri, nous longeons la côte et les célèbres îles privées qui nous entourent, pour aller visiter la grotte marine historique de Papanikolis. Nous avons pris un bain dans la grotte où l'eau est claire et d'une profondeur de 6 m, expérience inoubliable.

Nous visitons ensuite l'île de Meganissi, pour une promenade entre les pins et cyprès qui nous conduit au village de Spartochori d'où nous avons une vue splendide sur la baie de Nydri et son exceptionnel chapelet d'îlots. Visite du village et de son église orthodorthodoxe.

Nous repartons pour une plage, superbe et déserte, pour de délicieuses grillades accompagnées de salades greques préparées par l'équipage. Trois heures sur place pour le déjeuner et la baignade.

Nous reprenons la mer et profitons de la brise pour hisser la voile et nous laissons pousser vers Scorpios, l'île privée de la célèbre famille Onassis. Nous en faisons le tour en commençant par l'histoire de cette famille marquée par la tragédie, contée par le capitaine. Puis nous nous échouons pour un dernier bain sur une des plages de Scorpios. Journée inoubliable, demain nous commencerons la remontée car notre voyage touche à sa fin.

35

Nous avons quitté Nydri ce matin avec un bel arc en ciel, direction Sagiada en passant par Parga station balnéaire avec de belles criques, malheureusement sous une pluie abondante, on se serait crus en Normandie. Nous n'avons donc pas pu visiter les sites historiques. Parga est un lieu de départ pour les îles Ioniennes.



Demain, nous quittons la Grèce, avec un pincement au coeur, mais aussi beaucoup de bons souvenirs et de belles rencontres, la Grèce est un pays magnifique et les Greques des gens du rare hospitalité, nous avons apprécié comme il se faut la cuisine traditionnelle grecque, faite à base d'huile d'olive et de produits locaux, poisson, grillades, fromages, bon de pays, sans oublier les pâtisseries qui sont un vrai régal.

Pour le retour nous remontons par la route, demain direction l'Albanie, puis le Monténégro, la Croatie, l'Italie et enfin la France.

36

Départ de Sagiada vers la frontière que nous passons à Konispol, trente minutes pour l'enregistrement et nous partons vers la côte jusqu'au parc National de Butrint. Avec passage du bac pour traverser le lac qui semblait être aussi antique. ...

L'histoire de Butrint, antique ville portuaire, représente un microcosme de l'histoire du monde méditerranéen. L'ancienne ville constitue aujourd'hui la destination touristique culturelle la plus visitée de l'Albanie. Butrint offre aujourd'hui un parcours remarquable à travers les différentes époques de l'Histoire, dont les débuts remontent au 8ème siècle av.JC. la vieille ville et son héritage sont un témoignage unique des cultures et des civilisations hellénistique, romaine, byzantine, vénitienne et ottomane.

Ensuite direction Gjirokaster vers l'intérieur du pays. Ville "musée" pour la partie ancienne de la ville où des maisons privées sont ouvertes au public, avec les meubles d'époque, puis son château, perché sur le dessus de la ville, avec un musée qui retrace la période de la guerre froide. Cette ville haute est restée pavée et son centre historique est en cours de restauration.

37

Nous revoilà, non nous ne sommes pas en prison......

Nous avons continué notre route en Albanie, nous rejoignons la côte, la Riviera, toujours aussi jolie, nous faisons une étape à Porto Palermo, petite crique où se trouve une forteresse, qui ne se visitait pas pendant la période de l'URSS, car cette crique et la baie adjacente faisaient partie d'une base militaire. Visite de cette forteresse cossue perchée sur un ilot rocheux bien gardé. Nous y passons le reste de la journée et la nuit tellement l'eau est bonne et le coin agréable, avec trois français et deux allemands. Avant de quitter ce spot nous prenons un bain matinal, la crique est aux Français !

Le lendemain direction le lac de Shkodër, ce lac est détenu par moitié par l'Albanie et le Monténégro, étape de 350 km en partie en montagne d'où la vue sur la mer est impressionnante. Nous trouvons une baie où l'eau est turquoise, deuxième bain de la matinée, la vie est vraiment dure. Nous trouvons un camping en fin de journée, un peu difficile car privés de téléphone et d'internet car ces deux pays n'étant pas dans l'Europe les communications sont payantes et hors de prix.

38

Encore un passage à la frontière de l’Albanie vers le Monténégro, les routes sont meilleures et la conduite moins périlleuse. Les paysages se ressemblent, après une étape de montagne nous rejoignons Budva, ville balnéaire, avec des constructions modernes d'immeubles, d’hôtels pour les touristes, qui gâchent la beauté de cette jolie baie, nous passons notre route et trouvons un autre endroit au bord de la mer pour la nuit. Bivouac

Le Monténégro, petit pays, qui couvre 18 812 km2, un litoral maritime de 293 km et environ 70 sommets de plus de 2000 m d'altitude au dessus du niveau de la mer. Le Monténégro est le premier et, le seul pays écologique du monde, Il a été proclamé État écologique en 1991.

La distance entre les deux points les plus éloignés au Monténégro est d'environ 200 km à vol d'oiseau. La partie la plus étendue du Monténégro, environ 40% se situe à une altitude de 1000-1500 M.

Le plus petit port pour deux bateaux 
39

Dernière étape au Monténégro, nous partons en vélo visiter le village de Perast, petit port des bouches de Kotor, deux ilots se trouvent devant Perast : Gospa od Skrpjela et Sv.Djordje (je vous traduit, Notre dame de Skrpjela et St Georges) La ville est évoquée sous le nom de Perastum en 1326? les Turcs ne l'ont jamais occupée bien qu'ils tenaient tout le côté nord de la baie. Le nom de Gospa od Skrpjela fut porté par 126 bateaux des bouches de Kotor. Ce village adossé à la montagne et les pieds dans l'eau n'est visitable qu'à pied, il est fleuri, ses maisons sont en cours de restauration, il conserve son patrimoine même s'il accueille des touristes dans des hôtels, mais aussi dans des maisons de particuliers.

Pour terminer cette traversée du Monténégro, quelques photos du camping où nous avons passé deux nuits, un petit camping très bien situé, en bord de mer, mais tourné vers la montagne où une rivière d'eau glacée longe le camping avant de finir dans la mer, coin de paradis s'il en existe, coin repas au bord de l'eau où les montagnes et les fleurs se reflètent.

De jour comme de nuit c'est simplement  beau, la température de l'air sur l'eau douce fait monter une légère brume

Demain nous prenons la direction de Dubrovnik, passage en Croatie

40

Nous avons passé la frontière à Brgat, une vingtaine de kilomètres avant Dubrovnik, puis longé la côte en direction de Split, nous trouvons un camping chez l'habitant, dans son jardin et sommes cinq camping car. Il suffit d'ouvrir la barrière et nous prenons un bain reposant après cette étape de 300 km.

Le lendemain en route vers Zadar, il fait 37 degrés quand nous arrêtons pour manger, de la côte nous voyons les îles croates à perte de vue. L'étape du soir se fait à Senj, jolie ville portuaire, d'où partent des excursions côtières ou vers les îles, nous avions parcouru la région il y a deux ans. Nuit sur une aire à 1 mètre de l'eau, la température ne faiblit pas même la nuit.

Ce matin, mercredi 12 juin, nous partons vers l'Istrie, belle région que nous aimons bien, ces villages sont pittoresques, elle compose des paysages on ne peut plus méditerranéens, sur cette terre d'un rouge profond, la vigne et l'olivier sont présents partout. Murets de pierre entrecoupant des maquis et quelques forêts de chênes.

Nous nous posons à Madveja, petit port de la région de Rijeka, c'est le sud de l'Istrie.

Demain, direction l'Autriche, vers Innsbruck.