Carnet de voyage

CUBA

Dernière étape postée il y a 1449 jours
Janvier 2019
15 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 8 février 2019

Cuba, l'île mythique des Caraïbes, empire des idées préconçues et souvent inexactes, pays du contraste où rien n'est comme ailleurs! Pour que tout soit parfait et que le charme de Cuba opère, il vaut mieux connaître un peu son histoire et se préparer mentalement à des contacts parfois rudes. Il vous faudra accepter aussi, un manque de liberté d'actions et votre possible hyperconnectivite sera mise à mal par un accès Internet limité. Mais on devient plus comprehensible lorsque l'on s'intéresse au parcours des cubains. Ah, ils n'ont pas été épargnés par les régimes sévères, les privations, les guérillas, les renversements, les embargos, les restrictions, le manque de liberté d'action et d'expression, la présence militaire, les camps de travail, la délation, ... bref ce n'est pas la costa del sol!

Pays sortant à peine du castrisme pour se diriger vers un socialisme d'État selon le discours officiel du régime, il n'empêche que les ouvertures sont faiblement perceptibles et l'état contrôle encore absolument tout dont les touristes et tout ce qu'ils peuvent apporter. Ajoutons à cela un embargo américain qui à peine levé à été remis en place... Voila pas mal de raisons qui font de Cuba, une destination unique mais compliquée.

Pays de contraste comme je le disais précédemment, car certains la voient comme un modèle de socialisme avec d'excellents résultats en matière de médecine (meilleurs médecins d'Amérique latine) et d'enseignement (meilleur taux d'alphabétisation par rapport au reste de l'Amérique latine et fief de Castro et du Ché symbolisant la résistance face à la dictature instaurée par Batista. Mais d'autres la perçoivent, comme un île figée dans le temps peinant à se renouveler après plus de 50 ans de communisme et d'embargo américain où de nombreuses libertés élémentaires sont bafouées encore aujourd'hui.

Il faut donc vous préparer à ne pas satisfaire la moindre de vos envies et à ne pas recevoir une réponse à la moindre de vos questions! Le pain y est rare, le steak de bœuf aussi, le choix des légumes et des fruits sont limités et les réponses sont toujours évasives même pour les questions les plus futiles ... Apprêtez-vous aussi à marchander et même si vous n'aimez pas cela, vous allez apprendre sous peine de liquider votre réserve de CUC (monnaie des touristes ) en moins de quelques jours!

Demandez toujours les prix à l'avance, surtout pour les moyens de transports car cela peut passer du simple au quadruple voir plus! Et avant d'accepter, faites plusieurs demandes et comparez!

Le logement de prédilection à Cuba est la casa particular, sorte de airbnb à la cubaine sauf que toutes les annonces se font dans la rue et que ce système fonctionne bien et est unique au monde! Vous aurez l'occasion de vivre directement avec les cubains et les murs en carton ne vous épargneront aucune note de musique! Des casas, il y en a véritablement partout et réserver à l'avance est presque inutile. Si vous vous attendez à une décoration d'inspiration 'Pinterest stylée', vous allez être déçus! À Cuba c'est la "décorécup" de grand mamy version kitsh avec des mélanges de couleurs les plus improbables, le tout agrémenté de meubles baroques foncés-laqués et des murs peints en vert inspiration "clinique de la forêt noire" (pour ceux qui ont connu cette série allemande méga déprimante!). MAIS c'est super rigolo et tellement charmant! Ces logements conviennent surtout aux couples ou aux groupes de 3 trois à quatre voyageurs (cela permet de diviser le prix de la chambre par le nombre d'occupants, vives les couples à trois ..euh avec enfant je veux dire.) .Très économique en sachant qu'une chambre peut passer de 15 à 35 cuc (14 a 34 euros). De plus chaque "casa" propose le déjeuner (5 à 2 cuc si vous négociez en fonction de votre appétit du matin) et aussi le souper (généralement plus copieux qu'au restaurant de 6 à 15 cuc).

En ce qui concerne le transport, utilisez les bus Viazul mais réservez à l'avance pour les grands trajets. S'il n'y a plus de place, pas de panique, des taxis partagés foisonnant dans les rues, ne sont pas beaucoup plus chers et sont souvent plus rapides (encore une fois, il faut négocier et comparer les prix !)

Si vous faites le tour de l'île (comptez 3 semaines), vous passerez beaucoup de temps à négocier/chercher/comparer/ discuter/refuser/reculer/avancer/ attendre/râler/abandonner/rigoler...Vous deviendrez peut-être comme moi, la reine de la negoc. Enfin parfois, on s'emballe et on finit les 10 kilomètres à pied à 22h! :))Ça fait partie du charme de Cuba ! La surprise!

Mais après votre journée bien chargée, rien de tel qu'un petit rhum et si vous aimez les cocktails à base de ce breuvage (quelle question 🙄) vous serez au paradis avec un fond musical cubain ... ole... un Cuba libre ou una Pina Colada por favor!

Les amateurs de cigares seront aussi comblés et ce sera dans la région de Viñales que vous pouvez visiter des fermes à tabac!

Dernier conseil, goutez svp, leurs succulentes langoustes grillées, elles sont proposées en grillades dans beaucoup de restaurants mais aussi dans les casas particular et elles sont délicieuses :) je ne m'en remets toujours pas!

2
2
Publié le 8 février 2019

Lorsqu'on débarque à Cuba depuis l'aéroport de la Havane, c'est comme si l'avion avait fait un voyage dans le temps en nous débarquant des décennies en arrière. Immédiatement, on s'extasie devant les vieilles bagnoles rutilantes, blinquantes qui déambulent en nombre dans le avenues de la capitale.

On s'étonne de la beauté désuète des façades décrépites teintées de superbes couleurs pastelles.

On se ravit de l'ambiance caliente des soirées salsa débordantes sur les rues toujours brillantes de la Havane.

On a envie de rentrer immédiatement dans un des nombreux bars où des groupes de musique cubaine mettent le feu.

Je serais bien restée une semaine à la Havane tellement il y à vivre/à voir/à faire. Une source d'inspiration sans fin, cette ville!

Personnellement, si j'étais photographe de mode, ce serait ma destination shooting favorite.


À faire à la Havane :

☆ Se promener encore et encore dans les rues de la vieille Havane

☆ El callejon Hamel: un quartier artistique et solidaire d'inspiration africaine.

☆ Se rendre à la place de la révolution et au cimetière de Christophe Colomb ---(proches de la station de bus de Viazul, parfait pour tuer deux heures avant de prendre le bus!)

☆ Faire une promenade dans une vieille voiture décapotable sur l'avenue Melancon.

☆ Acheter du rhum et des cigares si c'est votre derniere étape mais attention aux arnaques

(aller dans des boutiques et ne suiver pas les vendeurs en rue)

☆ Admirer les vieux livres et les affiches propagandistes vendus par des libraires en plein air dans le vieux quartier

☆ Surtout ne pas monter dans les calèches, véritable torture animale !

Ceci n'est qu'une petite suggestion et vous trouverez des listes bien plus étoffées sur internet, tout dépend du temps vous accéderez à la visite de la ville (un jour et demi pour ma part et c'était bien très court!)


Conseils :

○ La ville est grande mais le moyen de transport le moins coûteux reste vos jambes !

○ Dormez chez l’habitant car à la Havane, les casas sont un peu plus chères mais sont superbes (dans le vieux quartier surtout!)

○ Si vous utilisez les taxis ou les vélos-taxis, n’hésitez pas à engager une négociation avant de monter!

○ Depuis l'aéroport, le taxi coûte maximum 30 cuc mais bien moins cher si vous trouvez des gens pour le partager.



3
3
Publié le 10 février 2019

Située à l’ouest de Cuba, la Vallée de Viñales est touristique, mais elle vaut la peine d'être visitée avec ses collines calcaires si particulières en forme de pain de sucre que l’on appelle les « mongotes ». Elles sont posées dans un cadre verdoyant recouvert de champs de tabac entrecoupés de chemins de terre rouge-ocre. C'est un paysage grandiose, un farewest à la cubaine !

La ville de Viñales est une petite bourgade où de nombreuses habitations se sont reconverties en 'casa particular'. La ville n’est pas exceptionnelle en tant que telle mais sa vallée vaut le détour à elle seule.

La Vallée de Viñales se découvre de multiples façons : à cheval, à pied ou en vtt. La plupart des casas ( meilleure facon de se loger à Viñales) vous proposeront directement les activités. Le guide vous fera découvrir, au grès de la randonnée, la faune et la flore de la vallée. Plus de 100 guides sont accrédités dans la Vallée, ne craigniez donc pas la pénurie et il n’est pas nécessaire de réserver à l'avance. Quel que soit l’agence, le guide, le chemin emprunté est souvent le même : promenade dans la vallée, arrêt près d'un lac, découverte des champs de tabac et de la fabrication du cigare et des grottes aux alentours. Si vous souhaitez ne pas passer par un guide, renseignez-vous auprès des fermiers directement.

La visite des fermes à tabac permet d'en savoir plus sur la culture, la récolte et le moyen de conservation des feuilles de tabac et surtout la fabrication du fameux cigare cubain. On vous proposera d’en fumer puis d’en acheter.

Conseils :

☆ Le bus Viazul est le moyen le plus économique pour se rendre à Viñales au départ de La Havane pour un voyage de 3 heures, le bus vous déposera dans le centre du village

☆ La réservation d'une casa à l'avance n'est pas nécessaire car à Viñales il y a énormément de choix et il est facile de faire marcher la concurrence, tout un respectant un juste prix pour l'habitant ( l'arrivée des touristes est une chance pour ces habitants d'une région plus pauvre) .

☆ La balade à pied ou à vélo est à privilégier car les chevaux ne sont pas toujours en bonne forme et semblent souffrir d'une surexploitation. Personnellement, je regrette d'avoir suivi les conseils de certains blogs qui garantissaient un bon traitement des montures à Viñales !

☆ Renseignez-vous pour trouver un bon guide car certains, le nôtre notamment, passent leur temps à faire des arrêts pour que vous achetiez cigare-miel-rhum-petits bars..., toutes ces haltes sont pénibles lorsqu'elles se multiplient. Il est évident, que le tourisme fait vivre en grande partie la région mais l'impression d'être perçu comme une pomme à fric est parfois très dérangeante.

4
4
Publié le 16 février 2019

Inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1988, Trinidad et son riche passé colonial sont des joyaux superbement rénovés et hauts en couleur. Ses ruelles colorées et pavées qui s’animent joyeusement chaque soir autour de la casa de la Musica, point de ralliement des touristes et des cubains pour s’endiabler aux sons de la musique cubaine. A Trinidad, l’absence d’hôtels et de voitures dans le haut de la ville ont permis de préserver un caractère authentique et tranquille.

Trinidad se visite à pied, c'est la meilleure façon de découvrir ses ruelles pavées mêmes si ce n'est pas toujours facile d'y marcher sans se tordre les chevilles sur ces grosses pierres polies désordonnées. Il y a plein de jolis restaurants à Trinidad aménagés dans de superbes bâtisses en pierre et vous trouverez des bars plus ambiancés en descendant la rue à gauche en face de la casa musica ( oups c'est pas très clair, vous entendrez la musique!) , il y a notamment un bar décoré entièrement de billets venant de tous les pays. Vous pouvez y laisser un petit billet agrémenté d'un message et celui-ci s'ajoutera à la collection flottant au plafond!

De plus, Trinidad offre un point de chute idéal pour se rendre à la côte ou dans ses petites montagnes envirronantes.

Si vous avez envie de hauteurs, rejoignez le Mirador de la Loma del Puerto où il est possible de faire de la tyrolienne. Cela permet d'avoir un meilleur point de vue sur la région.

Si vous préférez la côte, il est facile de louer un vélo pour rejoindre la Bocas ou la Playa Ancon, il est moins facile d'y arriver sans suer quelques gouttes car il vous faudra parcourir 8 (pour la boca) à 12 kilomètres (pour playa Ancon) avec de sérieux dénivelés. Mais cela vaut la peine car la route est belle et offre de jolis point se chutes ça et là.

Vous pouvez aussi prendre un taxi pour 5 cuc!

La boca est un mimi village de bord de mer qui n'a pas grand chose à offrir à part la tranquillité et la proximité des petites plages avant la plus connue: Playa Ancon.

Néanmoins, y séjourner quelques jours est très agréable rien que pour assister au couché de soleil grandiose! En plus, il y a de jolies casas avec vue sur mer qui proposent souvent des vélos pour parcourir la route accédant à toutes les plages. Il n'y a qu'un seul restaurant et il n'est pas extraordinaire mais votre casa vous proposera certainement un repas du soir à la hauteur de vos espérances.


En ce qui concerne les plages, Playa Ancon est la plus éloignée et n'est pas aussi grandiose que les cubains le prétendent mais il y a un petit bar sympa sur le sable et l'ambiance est bonne (attention aux noix de coco! À 2 mètres près, je pouvais dire adieux au prince d'Akouda!)

En revenant de cette plage, lorsque la route sera enclavée entre la mer et un lac, vous croiserez sur votre droite un restaurant aménagé sur un catamaran, je vous conseille cet endroit. Les cocktails sont supers bons et on peut y manger pour presque rien. (Anti-moustiques olbigatoire)

Si une plage doit obligatoirement être visitée, c'est la plage qui se trouve juste avant le grill caribe (en venant de la bocas), elle ne porte pas de nom mais elle est privée et pour quelques cuc, on vous proposera du snorkeling avec ou sans matériel. Un petit coup de coeur cette plage car à Cuba, il est difficile de trouver une eau calme et limpide qui permette une aussi chouette sortie snorkeling.




5
5
Publié le 16 février 2019

La plus connue des presqu'îles de Cuba par les touristes est Varadero car elle a longtemps été le seul endroit touristique autorisé et maîtrisé par l'état. Cet endroit n'est accessible que pour les étrangers ou certains cubains privilégiés et n'est donc absolument pas authentique (quoique l'authenticité n'est pas la chose la plus répandue dans ce pays). Je n'avais pas envie d'y aller, entre autre pour cette raison, mais les vols directs Belgique-Cuba connectent Bruxelles à Varadero et il était donc plus facile de finir le voyage sur cette presqu'ile méga touristique ( certains soirs, tous les restaurants sont complets!)

Vous y trouverez malgré tout votre compte car il y a des casas à 30-35 cuc qui se sont ouvertes et elles ne sont jamais loin de la station de bus ( plus facile pour arriver ou repartir vers l'aéroport) ou de la plage.

Parlons-en de cette plage de Varadero, on m'avait dit qu'il s'agissait d'une des plus belles de Cuba. Vrai??? Je confirme, elle est magnifique ! L'eau est d'une couleur divine offrant un contraste parfait avec le ciel rosé et le sable blanc. La plage est extrêmement longue et large et ne donne aucunement l'impression d'être à l'étroit.

Lors de mon séjour, il y a eu une petite tempête (tornade à la Havane ) et le spectacle de la mer déchaînée, bien qu'un peu angoissant, était grandiose. Le lendemain matin, la plage était recouverte d'une sorte de petite méduse bleu électrique de différents formes. En me renseignant plus tard, il s'agissait en fait d'un organisme proche des méduses : la physalia physalys qui peut s'avérer très dangereuse si on touche ses tentacules bleues, provoquant des brûlures ou pire un arrêt cardiaque. Elles s'échouent généralement sur les côtés après des fortes tempêtes.

Un spectacle presque extraterrestre !

Si vous parcourez la plage jusqu'au bout (idéale pour le jogging du matin ), vous verrez, la fin de la plage de Varadero est réservée exclusivement à des mega hôtels supers chers, mais vous pouvez néanmoins vous balader sur cette plage sans problème.

Donc Varadero oui mais quelques jours suffisent.