Carnet de voyage

La réunion : la plus belle île du monde !

Par
4 étapes
5 commentaires
3 abonnés
Dernière étape postée il y a 1380 jours
Par darius
Etant donné que mes parents vivent à la réunion, j'y vais souvent. Je posterai donc ici les quelques randonnées que je ferai.
Avril 2019
1 jour
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 15 avril 2019

Je commence cette série de randonnées par une petite balade avec le club de randonnée de ma mère. Tous les lundis elle retrouve un groupe de personnes guidé par des employés municipaux du service des sports pour découvrir des petites balades dans les environs, et surtout pour garder la forme en marchant régulièrement.

Le groupe comporte principalement des femmes de 45 à 75 ans, autant dire que ce sont toujours des randonnées pas trop difficiles.

Nous avons rendez-vous à 10min de la maison à 7h30 (oui, vous avez bien lu, 7h30 !), c'est tôt mais finalement, même pour moi qui ne suis pas du matin, se lever tôt à la Réunion c'est pas si difficile. Déjà, vu que je suis arrivé il y a 2 jours, je suis encore dans le décalage horaire, mais aussi, comme le soleil se lève tôt et qu'on vit à son rythme, on se lève facilement tôt.

On retrouve le petit groupe sur un petit parking puis on se regroupe pour nous rendre à la Marine Vincendo en co-voiturage pour le départ de la petite randonnée.

Nous démarrons à 8h, la marche débute par un sentier vraiment simple en bordure de mer, en haut des falaises créées par les coulées de lave.

Rien que ça déjà, c'est beau, j'aime beaucoup ce paysage, c'est aussi le genre de paysage qu'il y a derrière la maison de mes parents, à Mare-longue.

Ensuite, le chemin, tout autant facile devient un peu plus ombragé, ce qui est sympathique car le soleil tape déjà bien fort, il n'est que 8h mais il fait déjà 28° !

Après seulement 20min de marche (toujours très facile), on arrive au cap jaune, une falaise de couleur jaunâtre (d'où le nom) qui se jette dans la mer, ça fait un joli mix de couleur.

De cette endroit il y a une petite descente un peu raide pour aller en bas du cap jaune. Un endroit un peu plus abrupte dispose même d'une petite corde pour aider ceux qui ont un peu plus de difficultés. Evidemment dans notre groupe, toute le monde ne descend pas. Nous y allons avec ma mère. Pour ma part c'est pas trop difficile, et je n'ai pas besoin de la corde, mais il faut tout de même faire attention.

Une fois en bas on bénéficie d'une jolie vue sur la mer.

Pour ne pas revenir sur nos pas et faire une boucle, nous continuons le chemin, mais personnellement je conseillerais plutôt de faire demi-tour, sauf si votre but est de faire des pas. Car le reste de la boucle n'est pas intéressant. Même si il démarre en longeant une exploitation de bananes, il finit par une grande partie de route (dont un bout de la RN2 qu'il est très dangereux de longer à pied à mon avis). Avant de boucler la boucle et d'arriver à la Marine Vincendo, on traverse des champs de cannes à sucre (mais par la route)

Petite anecdote : vous remarquez que sur les photos ci-dessus, il y a un frigo au milieu du champ de bananiers. Moi je commençais à pester contre les locaux, en disant qu'ils mettent leurs déchets n'importe où, mais l'accompagnant m'a expliqué qu'en fait ils s'en servent comme une réserve d'eau ! Ca reste plutôt moche, mais ua moins ce n'est pas une décharge sauvage, c'est fait exprès !

Pour finir ce petit article une petite photo de la marine Vincendo qui est quand même une jolie baie à la Jurassic parc :

La boucle nous aura pris 1h40 pour environ 4km parcourus (et en comptant la petite demi-heure qu'on a passé à descendre au cap jaune), c'était une randonnée très facile (plus une balade qu'une randonnée d'ailleurs), mais ça fait du bien une petite marche matinale comme ça. C'était une petite mise en jambes avant la grosse randonnée sérieuse que nous avons prévu de faire jeudi : monter au piton des neiges ! Alors à la prochaine, pour de nouvelles "aventures"

2

Ce matin, petite balade improvisée. Alors que j'ai dormi comme une marmotte, je me lève difficilement à 9h ! (Alors que je vous disais hier que c'était pas difficile de se lever tôt ici !!!), pour ma défense, la chambre où je dors et totalement dans le noir, il n'y a pas une once de lumière du jour qui passe et le lit est super confortable !

Bref, quand je me lève, mon père me dit "Et si on allait se faire une petite marche, y'a un chemin sympa du côté du puits arabe", je dis banco !

Sitôt dit, sitôt partis ! A peine 15min après m'être levé, nous sommes dans la voiture pour rejoindre le départ du sentier, à 10min de la maison, près du puits arabe, qui n'est autre qu'un vrai puits, Il a pris la dénomination de "Puits Arabes" dans les années 1970. Son modèle laisse à penser qu'il pourrait avoir été construit par des navigateurs arabes il y a plusieurs siècles. En octobre 1972, une expertise menée par une mission archéologique nationale a conclu que le puits n'aurait rien d'Arabe, si ce n'est sa technique de construction.

Le site est bien aménagé avec des tables de pique-nique.

La marche commence par longer les falaises en bord de mer dues aux coulées de lave (un peu comme hier), mais j'adore ce paysage.

Puis on s'éloigne un peu du bord de mer en suivant un sentier qui passe entre les vacoas et les filaos.

Pour arriver à la pointe de la table

Ensuite nous repartons en passant par la grande coulée de 1986 qui a agrandi l'ile de plusieurs hectares.

C'est marrant de voir comme la nature arrive à faire sa place, et de voir que les arbres arrivent à repousser sur cette roche qui semble pourtant assez hostile !

A un moment du parcours il y a une sorte de petit tunnel (on ne peut pas y passer)

Ensuite nous finissons notre boucle en relongeant la mer sur nos pas du début.

C'est une petite marche sympathique, très facile et courte ( nous avons mis environ 50min pour la boucle), il faut juste bien faire attention où on met les pieds car la roche volcanique peut être très coupante !

Il n'y a qu'à la réunion qu'on peut se lever un matin et se dire "tiens, si j'allais me balader au bord de la mer sur les coulées de lave"... 😀

(Bon, à Hawaii aussi, c'est vrai)

3

(Partie 1 sur 2, jeudi 18 avril 2019)

Aujourd'hui, nous allons enfin faire cette fameuse randonnée vers le piton des neiges. Cela fait plusieurs années que je veux la faire, mais je n'avais encore jamais pu, par exemple, l'année dernière il y avait trop de pluie pour pouvoir monter. Cette année, il semble que je sois enfin là à la bonne période !

Il y a plusieurs chemins pour rejoindre le gîte de la caverne Dufour qui est sur la route du Piton des neiges. Le plus pratiqué est celui au départ de Cilaos, dit "du bloc", qui est court mais assez abrupte (3h/3h30 de marche). Il est aussi possible de partir de Hell-bourg pour une marche d'environ 4h30, mais mon père voulait essayer en partant de la plaine des cafres, marche d'environ 6h30 pour 12km si on en croit certaines sources.

Notre programme est donc sur 2 jours : le premier on monte au gîte, puis le 2ème, réveil très matinal (3h du mat') pour rejoindre le sommet du piton des neiges et y voir le lever de soleil.

Nous quittons la maison (de St Philippe pour ceux qui ne sauraient pas), vers 8h20, nous nous arrêtons dans une boulangerie sur la route pour acheter notre casse-croûte du midi et nous arrivons au point de départ de notre randonnée, le parking de la mare à boue, vers 10h10. On comprendra très vite pourquoi ça s'appelle comme ça... Départ à 10h15 ! D'après le panneau il faut 5h30 (mais on se demande bien comment ils font leurs estimations !)

Vous notez ce magnifique ciel bleu, pour le moment on a de la chance avec la météo. La randonnée commence tranquillement par un sentier bucolique parmi les pâturages de vaches et de chevaux :

On passe aussi d'un champs à un autre par dessus les barbelés grâce à des échelles comme celle ci-dessous et on franchit ce mignon petit pont :

Bref, pour le moment la randonnée s'annonce mignonne et toute tranquille....mais il n'en sera rien, derrière ces débuts angéliques se cache belle et bien une randonnée démoniaque !

Après les pâturages, on marche un moment dans de vastes étendues de branles verts puis nous pénétrons dans la forêt. Le sentier est parfois très boueux ! Mais pour le moment ça reste pas trop difficile.

Après environ 2h30 de marche, nous nous arrêtons pour manger, moi j'ai pris un bon gros bout de pizza (ben ouais, pour une grosse rando, vaut mieux manger léger ! )

Après 30min de pause, nous reprenons la route. C'est après le déjeuner que la randonnée commence à se corser, ça monte, ça monte, et sur des sentiers pas très pratiques, c'est plein de rochers (type lit de rivière), et de temps en temps il y a de la boue qui complique encore plus les choses. Néanmoins on traverse des paysages magnifiques :

On arrive au sommet d'un col car juste après ça redescend à pique, tellement à pique que des escaliers ont été installés.

Nous continuons d'avancer dans des décors que je trouve vraiment très beaux. Par moment, il y a une ambiance de forêt primaire, un peu comme dans la forêt du Bélouve. Comme vous pouvez le voir, c'est humide et boueux !

Au bout de 4h, ma mère commence à avoir très mal aux pieds et à avoir des crampes, alors comme on n'est loin du bout, on se relaie avec mon père pour porter son sac. 1h chacun. Au bout de 5h nous arrivons au plateau de Kervéguen, au lieu dit de "La mare" à 2155m d'altitude.

Une petite zone de plat au milieu de toute cette folie de montées et de descentes... Le panneau indique 1h20, quand on a marché près de 5h, on est content qu'il ne nous reste plus que 1h20....mais en vrai, il nous faudra encore bien 3h pour arriver ! D'ailleurs un des panneaux qu'on croise quelques minutes plus tard, a été tagué, ils écrivent 1h et quelqu'un a rajouté quelque chose. Est-ce +15(min) ? +45(min) ? +1,5(h) (vous lisez quoi vous ?)😀 en tout cas, ce qui est sur c'est que 1h, ce n'est pas vrai !

Vers 17h30 (on marche depuis donc 6h30, si on retire notre pause de 30min), on sent qu'on se rapproche mais on n'en voit toujours pas le bout ! En théorie le check-in du gite est à 18h, j'accélère le pas pour partir devant, en laissant mon père s'occuper de ma mère qui souffre pour terminer la randonnée. Seulement 10min après, j'arrive en haut d'un petit col où on aperçoit enfin ce satané gîte !

Il me faudra encore 20 bonnes minutes pour arriver au gîte, à 17h57 !!! Si c'est pas du bon timing ça ! Je signale donc notre arrivée, le responsable place les gens par ordre d'arrivée dans les dortoirs, et, comme on est dans les derniers, on sera séparés, 2 dans le dortoir 12 et un dans le 16, il m'indique que le repas est servi à 18h30 et qu'il faut que je règle maintenant. C'est 19€ par repas, je n'ai que de quoi payer le miens et je lui dit que mes parents régleront en arrivant, il a l'air un peu stressé mais est ok quand même (il n'a pas le choix de toute façon !). J'ai mis 1/2h à arriver au gîte depuis que j'ai laissé mes parents, comme ma mère se déplace très lentement car elle a très mal aux pieds, et que le reste est quand même vachement escarpé, j'ai peur qu'ils arrivent bien après les 18h30, l'heure à laquelle la nuit sera tombée, même s'ils ont des lampes, ce serait un peu chiant.. Je me prends une dodo bien méritée, et vais les attendre, un peu anxieux, sur la terrasse du gîte qui donne juste en face de la où ils arriveront, en admirant en même temps ce magnifique coucher de soleil (c'est la lune qu'on voit au dessus)

...Et la j'ai une bonne surprise, je les aperçois en haut du dernier petit col ! Je suis un peu rassuré, ils devraient arriver avant la nuit du coup et à l'heure pour le dîner ! Je leur crie quelques mots d'encouragements qu'ils ne peuvent pas comprendre, et je les accueille au pied du gîte à 18h20 ! Après 7h30 de marche ! Quelle journée ! On a bien tous mérité notre diner !

Au menu : rougail saucisse avec riz et poids du cap, on a aussi droit à un petit rhum arrangé Maloya, c'est du super bas de gamme, mais ça fait plaisir quand même !

Ca fait du bien de manger et de retrouver un semblant de civilisation ! Je dis semblant car le confort du gîte est très, très spartiate, je vous en parle juste après... On discute avec nos voisins de tablée qui sont tous très sympa, chacun se raconte ses aventures...

On va se coucher très peu de temps après le diner, demain on se lève tôt, on prévoit de partir vers 4h, donc réveil à 3h30, suite de nos aventures, demain !

• • •

Un mot sur le gîte

Je n'ai pas du tout aimé ce gîte. L'accueil tout d'abord, je le trouve moyen, je trouve le mec qui s'occupe de l'accueil et du service peu avenant et pas tellement aimable, aucun tolérance quant aux horaires, aucune compassion par rapport aux randonneurs qui ont crapahuté toute la journée !

Le confort : il est ZE-RO ! Des dortoirs de 9 à 15 personnes (des lits superposés de 3 étages), pas de douche, un mini filet d'eau qui coule des robinets... Le plus scandaleux c'est quand même le fait qu'il n'y ait pas de douche, dans un endroit où les gens ne peuvent arriver que à pied avec minimum 3h de marche, pour partager leur chambre avec des inconnus, c'est le minimum !

La nourriture : ça va, le repas du soir est bon et y'a largement pour tout le monde. Par contre, il faut le savoir, c'est plat unique, et d'après ce que j'ai compris, c'est toujours le même : rougail saucisses, donc si vous n'aimez pas les saucisses (Laetitia?), faut penser à emmener votre repas, il y a une 2ème salle où les gens peuvent manger leur propre nourriture, mais attention, si vous êtes un groupe et qu'une partie mange son propre repas, vous serez séparés, interdit de mélanger ceux qui payent le repas et les autres !

Concernant le petit dej, c'est 7€ pour une boisson chaude (thé, café ou chocolat) + 4 tranches de brioche + un petit beurre et une petite confiture.

Les boissons : La dodo est à 3,5€ et les autres boissons à 3€ (y compris l'eau !)

Heureusement, l'ambiance est bonne. Tout le monde est sympa, tout le monde discute avec tout le monde, c'est plutôt cool. Et si j'en crois les commentaires sur internet, il n'est pas si terrible que ça ce gîte, dans la catégorie "gîte de montagne", comme quoi les différences de perception...peut-être que je devrais arrêter de fréquenter des 5 étoiles ?

4

(Partie 2 sur 2, vendredi 19 avril 2019)

Aujourd'hui c'est le jour où on monte sur le plus haut sommet de la Réunion !

La nuit a été rude, je n'ai pas tellement réussi à dormir, ça ronflait pas mal dans le dortoir et il faisait hyper chaud (on était 9 dans mon dortoir), j'ai mis un réveil à 3h30, mais finalement on se réveille à 3h mon père et moi, le temps de se débarbouiller et de s'habiller et on est prêts à partir à 3h30.

Nous sommes les premiers à quitter le gîte, n'oublions pas qu'il fait nuit noire, nous avons une lampe frontale chacun plus une lampe dans la main, on ne va pas manquer de lumière. Finalement j'enlève ma frontale, c'est ma lampe manuelle qui m'éclaire le mieux.

Alors que nous montons, on voit qu'on a pas mal d'avance, on voit les files de lampes au loin derrière nous ! Le temps indiqué sur le panneau est 1h50, et on ne mettra que 1h40 pour rejoindre le sommet.

Je suis monté en short, et j'ai un sweat, pour la montée ça allait, j'avais même chaud et j'ai enlevé mon sweat, mais la-haut, ça caaaaaaiiiiille ! Dès qu'on arrive en haut on sent un vent glacial qui balaye le sommet. Je rajoute mon coupe-vent par dessus mon sweat, mais ça ne suffit pas, je me pèle vraiment !

Il n'est que 5h10 quand on arrive et le lever de soleil est prévu pour 6h30 (mais les couleurs commenceront surement avant), j'ai tout de même plus d'une heure à patienter dans ce froid glacial...Je décide de faire des allées et venues sur le plateau pour me réchauffer, au final je m'installerai dans un cercle de pierre construit par des randonneurs qui campent la, pour entourer leurs tentes et s'abriter du vent. La-dedans je suis un peu plus protégé du froid.

Les gens arrivent les uns après les autres, on commence à être nombreux la-haut. Les premières lueurs du soleil commencent à apparaître à 6h08, c'est quand même déjà très beau !

Petit à petit le jour se lève. Je pose mon camescope pour le filmer, je tenterai un timelaps. Du côté du soleil qui se lève (l'Est donc) il y a beaucoup de nuages, mais de l'autre on peut déjà apercevoir les paysages au fond des cirques :


Je réalise en regardant les photos que j'ai prises, que je n'en ai pas pris assez ou alors que je jugeais qu'elles ne rendraient rien. Avant que le soleil se lève, on apercevait les lumières des villes en contre-bas, c'était très joli, mais c'est pour les yeux. De manière générale, toutes les photos que je poste ici, ne peuvent pas rendre à quel point c'est beau avec les yeux !

Il est 6h25, le soleil commence à pointer le bout de son nez brûlant :

C'est marrant ce tapis de nuages, on a vraiment l'impression qu'on peut marcher dessus, mais je vous rassure : je ne m'y risquerai pas !

Il est 6h49 et le soleil est franchement levé, les gens commencent déjà à redescendre.

Alors qu'il y avait quasi tout le gîte, ça commence à se déserter la-haut, je vous ai même pas montré à quoi ça ressemble ! Voici ce petit plateau rocailleux venteux (et flou) :

En revoyant mes photos je réalise que je n'en ai pas tant pris que ça, j'ai plus profité avec mes yeux, je vous recommande grandement de venir en faire autant, en photo, comme je l'ai dit un peu plus haut, ça ne rend vraiment pas ! Voici encore 2 photos de cirques vus d'en haut mais je ne saurais pas dire lesquels :

Pour finir la haut voici 2 photos que je trouve sympa, un groupe de 4 personnes contemplant le spectacle, dans le genre "remise en question", et le même style avec mon père :

Après cela, nous avons fait encore un petit tour en haut, notamment en allant sur une petite pointe un peu plus loin sur le site, pour profiter le plus possible, car on peut dire qu'on n'y monte pas tous les jours !

Vers 7h nous redescendons vers le gîte où nous rejoignons ma mère qui avait décidé de ne pas monter pour cause de douleurs aux pieds et parce qu'elle était trop fatiguée pour se lever à 3h. Nous étions arrivés les premiers la-haut et nous sommes presque les derniers à repartir. Je ne sais plus si je vous l'ai dit, mais depuis hier soir j'ai très mal au genou droit, du coté des ligaments croisés, ce qui complique sérieusement ma descente, malgré cela, nous doublons pas mal de gens et faisons la descente en 1h10.

Nous prenons tranquillement notre petit déjeuner puis nous prenons le chemin du retour. Il est 9h, et avec mon père, on a déjà presque 3h de randonnées dans les pattes ! 😀

Je ne vais pas redécrire toute la descente en détail, car c'est le même chemin qu'hier mais à l'envers. Sur les panneaux ils indiquent 4h30 pour rejoindre la parking de mare à boue, la bonne blague !!! Nous mettrons en fait 7h15 net (sans les pauses) ou 7h45 brut, il est donc environ 16h45 quand on arrive en bas. On en pouvait plus ma mère et moi (elle avec ses ampoules et moi avec mon problème de genou), on n'en voyait plus le bout et on marchait en mode zombie, un pas devant l'autre sans plus réfléchir à combien de temps il restait à marcher, sinon c'était trop déprimant ! Une dernière photo du cirque de Cilaos prise pendant la descente :

On savait que la délivrance serait proche lorsque nous arriverions aux pâturages du début de rando d'hier, mais ils tardaient à arriver ! C'est marrant comme on ne se rappelle plus de la durée des différents passages du parcours quand on est dans l'autre sens. A un moment quand on avait l'impression d'être proches parce que le terrain était devenu plat depuis quelques temps, on croise un randonneur dans l'autre sens et on lui demande si les pâturages sont loin et il nous annonce encore 45 à 60min !!! Quand tu n'en peux plus, ce genre de nouvelle te remet le moral dans les chaussettes !

Au final, l'heure de la délivrance arrive et on atteint ce foutu parking !!! QUE CA FAIT DU BIEN !

Bien sur, sans mon problème de genou, je n'aurais pas trouvé ce retour aussi dur, néanmoins ça reste une longue randonnée pas simple ! Je pense que c'est mieux de partir de Cilaos, c'est plus raide mais plus court, parait-il, je ne l'ai pas encore fait, je testerai une prochaine fois !

Dernière petite anecdote, au moment où on veut partir la voiture ne démarre pas.... va-t-on galérer encore un peu plus ??? Il semblerait que pendant notre absence il ait un peu plu et que la voiture se soit mise dans un mode de protection de l’électronique, au final il suffira juste de faire une certaine combinaison de pédales pour que ça reparte ! Apparemment ça n'était encore jamais arrivé à mes parents !

Fin de l'aventure. Je dirai que je ne regrette pas du tout de l'avoir fait et je suis ravi d'avoir vu toutes ces belles images et d'être enfin allé sur le toit de la Réunion et de l'océan Indien à 3070m, je ne saurais que trop vous conseiller d'y aller un jour (mais au départ de Cilaos).