Carnet de voyage

Pérou et Bolivie

20 étapes
101 commentaires
6 abonnés
Dernière étape postée il y a 13 heures
Pour notre voyage de noces, nous avons choisi de découvrir le Pérou et la Bolivie avec un périple à travers les Andes. Nous vous invitons une nouvelle fois à vivre ces belles découvertes avec nous :)
31 octobre au 23 novembre 2018
24 jours
Partager ce carnet de voyage
31
oct
31
oct
Publié le 29 octobre 2018

A l'heure où, à La Fouillouse, le paysage se couvre d'un manteau blanc, nous sommes fin prêts à migrer vers le printemps péruvien.

Nous décollerons mercredi de Lyon à 7h, ferons une escale à Amsterdam, et redécollerons à 12h35 en direction de Lima, capitale du Pérou.

Notre vol Amsterdam-Lima durera environ 13h... Autant vous dire que nous avons prévu quelques livres et quelques séries pour nous occuper durant ce looooong vol. Nous poserons le pied sur le sol péruvien à 19h10 heure locale (il y a 7h de décalage, en France il sera donc 2h10 du matin).

Nous sommes impatients de débuter ce voyage vers de nouveaux horizons et sommes déjà ravis de pouvoir partager ceci avec vous 😀

31
oct
31
oct
Publié le 1er novembre 2018

Et voilà, nous sommes bien arrivés à Lima 🇵🇪

Notre vol s'est très bien déroulé mais nous sommes contents d'avoir enfin posé pied à terre :-)

Nous avons été bien accueillis à notre sortie de l'aéroport, avec un chauffeur qui nous a menés jusqu'à notre hôtel. Et déjà quelle aventure!!! Une capitale bondée en cette soirée d'HaLLoween et des rues bouchées, où la seule règle sur la route semble être le klaxon^^ mais bon, ils ont l'air d'avoir une bonne maîtrise du volant 😉

Allez, maintenant au dodo, et demain nous reprenons l'avion direction Arequipa (nous consacrerons davantage de temps à Lima en fin de séjour).

1
nov
1
nov
Publié le 2 novembre 2018

Ce matin nous avons pris notre premier petit déjeuner péruvien. Nous avons choisi de boire du maté de coca, une plante qui nous aidera à lutter contre un éventuel mal des montagnes. En effet, à partir d'aujourd'hui nous allons peu à peu grimper en altitude et notre corps devra s'adapter.

Dans la matinée nous nous sommes rendus à l'aéroport de Lima pour un vol d'une heure vers Arequipa.

Nous avons survolé une partie des Andes et avons pu admirer vu du ciel un paysage désertique.

Après nous être installés à l'hôtel, nous avons passé l'après-midi à flâner dans la ville d'Arequipa (2300 m d'altitude), aussi surnommée "ville blanche". En effet, beaucoup de bâtiments sont construits en sillar, une pierre volcanique de couleur claire. Arequipa se trouve au pied de 3 grands volcans dont "El Misti", qui s'élève à 5825m.

Nous avons particulièrement aimé la grandiose cathédrale située sur la plaza de armas. Malgré les nombreux séismes l'ayant partiellement ébranlée, elle a toujours été reconstruite.

Ce soir, nous avons dîné dans un délicieux petit restaurant et nous avons goûté à deux plats à base d'alpaga... Nous n'avons pas trouvé énormément de goût à cette viande, mais les plats, les sauces et les accompagnements étaient excellents😋

Nous pourrons bientôt découvrir quelques-uns des secrets culinaires du pays, puisque demain matin nous aurons le droit à un cours de cuisine des Andes.

A demain 😉

2
nov
2
nov
Publié le 2 novembre 2018

Ce matin, nous nous sommes rendus dans le quartier de Yanahuara d'où nous avons pu admirer le volcan El Misti dominant la ville d'Arequipa.

C'est dans ce même quartier que se trouvait le restaurant El Tio Dario, où nous avons assisté et participé à un cooking show. Au menu :

- cocktail local, le pisco sour, à base de pisco (vin distillé), citrons verts, sucre liquide et blanc d'oeuf... Très bon et super facile à faire!

- ceviche (poisson cru mariné dans du jus de citron, oignons, divers poivrons et piments, accompagné de gros maïs et patate douce)

- lomo saltado (lamelle de boeuf flambées et ses accompagnements)

- glace locale à base de lait et de canelle

- avec en boisson un jus de maïs rouge, le chicha morada

Nous avons toutes les recettes sur CD donc on pourra refaire... le plus dur sera de retrouver les ingrédients 😉

Nous avons passé un super moment et tout était vraiment délicieux 😃

Après ce repas copieux, nous avons fait une petite marche digestive et avons visité le monastère Santa Catalina. C'est une véritable "ville dans la ville", qui a hébergé de nombreuses religieuses dans le passé. C'est un lieux magnifique, haut en couleurs, que nous avons pu explorer en parcourant les petites rues étroites et les multiples cloîtres, cellules, et autres pièces de vie des soeurs.

En milieu d'après-midi, épuisés par la chaleur, nous sommes allés nous reposer au bord de la petite piscine de l'hôtel😎

Demain, nous partons pour Coporaque, un petit village dans les montagne, où nous logerons une nuit chez l'habitant. Nous pensons donc que nous n'aurons pas de wifi, donc pas d'inquiétude si nous ne donnons pas de nouvelle demain 😉 gros bisous 😗

3
nov
3
nov
Publié le 5 novembre 2018

Samedi 3 novembre, nous avons pris la route en direction de la vallée du colca, en compagnie d’Alfredo notre chauffeur et de Raoul notre guide pour 2 jours.

Nous avons traversé la patapampa et l’altiplano (haut plateau), où nous avons croisé lamas, alpagas, vigognes et viscaches (petits mammifères avec une tête de lapin et une longue queue).

A vous maintenant de deviner qui est qui grâce aux photos 😉 voici quelques petits indices :

  • La vigogne est un camelidé sauvage, elle a le pelage court et a une silhouette élancée
  • Le lama est un camélidé domestique, sa tête est plutôt allongée et sa laine n'est jamais de couleur uniforme (souvent bicolore ou en dégradé)
  • L’alpaga, aussi domestiqué, est plus petit, plus “touffu”, et sa laine est de couleur uniforme

A vous de jouer 😉

Cette longue ascension au milieu de paysages quasi désertiques nous a permis d’atteindre l’altitude de 4910m.

De là, nous avions un point de vue superbe, et nous avons pu voir le volcan Sabancaya en éruption. Ce volcan gris crache régulièrement des fumées depuis le séisme de 2016. Les quelques paysans qui habitaient dans sa zone de danger ont été évacués.

Nous avons poursuivi notre route jusqu'au petit village de Coporaque (3600m) où nous avons déjeuné avec la famille de Saira. Après une petite sieste pour nous adapter à l’altitude, Saira nous a emmené faire une randonnée autour du village. Vous pouvez voir les cultures en terrasses datant de l’époque pré-inca, toujours cultivées à la main aujourd'hui.

L’église du village, construite à l’arrivée des colons espagnols, a subit d’importants dégât lors du séisme de 2016, comme d’ailleurs de nombreux bâtiments de la vallée.

Après la promenade, nous avons fait quelques jeux avec Diego, le fils de Saira et Jose, puis nous avons aidé à la préparation du dîner.

Après cette bonne journée, nous avons pris nos bouillottes et sommes allés dormir.

Ah oui, et la tenue tenue que porte Saira et que j'ai pu essayer est la tenue traditionnelle que porte beaucoup de femmes dans les villages. Elle est portée quotidiennement, ce n’est pas qu'une tenue de fête comme on pourrait le croire. Et le chapeau change de forme et de couleurs en fonction des communautés 😉

4
nov
4
nov
Publié le 5 novembre 2018

Ce matin, nous nous sommes levés avec le soleil à 5h30, et après un petit déjeuné copieux, nous sommes partis en direction du canyon du colca (toujours avec Alfredo et Raoul) afin d’admirer le vol des condors.

Le canyon du colca est le 2ème plus profond du monde (3400 m de prfondeur).

Les condors nichent au bas du canyon, dans la falaise, et utilisent les courants d’air chauds pour remonter. C'est le plus grand vautour du monde, son envergure peut atteindre 3m une fois adulte.

A l’entrée du canyon nous avons pu visiter d’autres villages et admirer de nouveau les cultures en terrasses. C'est une région très riche grâce à la culture des fruits, légumes et céréales : quinoa, maïs, avocat, tomates, pommes de terre (60 variétés), carottes, fèves, haricots,...

Cet après-midi nous avons pris la direction de Puno (6h30 de bus). Nous avons fait un arrêt à la lagunillas, où nous avons pu voir quelques flamants roses.

Nous dormons donc ce soir au bord du lac Titicaca, à 3800m d'altitude, la plus haute étendue d’eau navigable du monde.

Demain, nous partirons pour un trek sur les rives du lac et nous dormirons sur l’île du soleil. Nous ne sommes pas sûrs encore une fois d’avoir du wifi donc pas d’inquiétude et à bientôt 😉

5
nov
5
nov
Publié le 6 novembre 2018

Ce matin nous avons longé une partie du lac Titicaca et avons passé la frontière Bolivienne 🇧🇴

Après avoir fait le tour du marché de Copacabana, nous n'avons finalement pas fait le trek, puisque notre guide a craint la pluie. Mais nous avons eu bien meilleure occupation, puisqu'elle nous a fait la surprise de nous faire participer à un rituel chamanique local. Nous avons en effet pris part à la "cérémonie du crapaud", censée nous apporter la chance et le bonheur. Nous avons été un peu déconcertés dans un premier temps, quand le chaman nous a aspergés de vin rouge, d'alcool et de pétales de roses, tout en prononçant des paroles en aymara. Nous avons ensuite cassé une bouteille de champagne chacun, contre un rocher en forme de crapaud,... Tous ces petits rituels ont bien duré 30-40 minutes, ce fut une expérience unique, où nous avons parfois eu envie de rire, mais tout était très solennel... Alors nous avons joué le jeu, reste à voir si ce cher crapaud, représentant de la terre-mère, écoutera nos prières 😉

Suite à cela, nous avons vogué sur le lac Titicaca en direction de l'île du soleil. Nous avons mangé l'Aptapi, qui est une tradition pour les paysans et ouvriers, consistant à partager le contenu de leur panier repas.

Afin de digérer, nous avons grimpé jusqu'au village de Yumani, en passant par le temps du soleil, vestige de l'époque inca (vers l'an 1200).

Ce soir nous dormons au village de Yumani (où nous avons bel et bien trouvé du wifi). De là, nous apercevons, au delà du lac, la Cordillère Royale.

Demain, nous naviguerons à bord d'un petit catamaran construit par une communauté locale, en direction de Chuquiñapi (wifi encore incertain).

PS: Juju s'est trouvé un nouveau copain prénommé Neymar (la classe non? 😜) pour jouer au cerf volant.

6
nov
6
nov

Ce mardi matin, nous avons embarqué à bord du “Titicat 2”, un catamaran de la communauté de Chuquiñapi.

Nous avons alors entamé une traversé du lac, et 4h plus tard, nous sommes arrivés à la Casa de Retiro.

La casa de retiro est une sorte de monastère, construit par la communauté, et qui a pour vocation l’accueil de retraites spirituelles et depuis peu de touristes. Aujourd'hui, nous sommes les seuls occupants de ce lieu apaisant sur la rive du lac Titicaca.

Cet après-midi, nous avons découvert l’atelier de la communauté où ont été construits déjà 2 catamarans, et où un troisième (d'une capacité de 30 passagers) est en construction.

Ce sont des italiens qui sont venus sur place afin de former les jeunes et les familles de la communauté. Les italiens fournissent plans, outillage et certains matériaux. Ce projet a été initié par le prêtre de la paroisse.

Nous avons terminé la journée par une balade autour du “monastère”, sur la plage puis au milieu des champs, où femmes et hommes travaillent encore la terre à la main, à l’aide de boeufs et d’ânes.

7
nov

Mercredi 7 novembre, nous avons roulé en direction du village de Tuni avec notre nouvel hôte, Jaime. Nous nous sommes arrêtés à l’école du village où seulement 5 enfants sont scolarisés. Les conditions sont vraiment rudes puisque la classe est froide, sans chauffage, sans électricité depuis un an, et avec très peu de matériel. Nous avons discuté un moment avec le maître et les élèves. Nous avons laissé une petite contribution afin que chaque élève puisse avoir un nouveau cahier et des crayons de couleurs, voir plus s'il en reste.

Nous avons ensuite déjeuné chez Jaime, Marisol et leur fille Valeria. Puis Jaime, guide de haute montagne, nous a emmenés faire une randonnée au coeur de la Cordillère Royale. Nous sommes montés à 4700 m d’altitude. Nous avons pu observer les lacs, les sommets, les lamas, les alpagas, les ânes, les viscaches, et des oies de montagne. Nous avons même pêché la truite (on en a eu 3 mais on aurait pu faire mieux, Juju a laissé échapper deux)🐟

En fin de journée, lamas et alpagas retournent dans leurs enclos près des maisons de manière autonome, les paysans n’ont même pas besoin de rassembler leurs troupeaux 😉

Le soir, tout comme les lamas et alpagas, nous sommes retournés au village de Tuni (4400 m), nous avons préparé les truites et partagé le repas avec toute la famille de Jaime.

8
nov
8
nov
Publié le 8 novembre 2018

Ce jeudi matin, nous nous sommes réveillés sous le beau ciel bleu de la montagne bolivienne.

Après un petit déjeuner copieux, nous sommes allés tondre les lamas et alpagas. La tonte s’effectue une fois par an en cette période de printemps afin que les animaux n’aient pas trop froid.

Juju et Jaime ont eu la difficile tâche d’attraper les alpagas (qui pour l’occasion avaient été gardés dans leur enclos alors qu'en temps normal ils gambadent en liberté dans la montagne).

Une fois attrapé, il faut coucher l’alpaga sur le côté afin de débuter la tonte, ici au couteau. Il faut être vigilant à ce que l’alpaga ne bouge pas, afin de ne pas le couper. Mais vu l’épaisseur de laine il n'y a pas trop de risque… on s'y est essayé tous les deux, mais on manque encore un peu de technique^^

Ensuite, on nous a montrer comment filer la laine fraîchement tondue. Comme autrefois ou comme dans La belle au bois dormant, nous avons utiliser une quenouille… autant vous dire que la tâche fut ardue^^

Et après l’obtention de belles pelotes de laine toutes douces, vient le temps du tissage. Là aussi nous avons fait un petit essai. Les familles du village tricotent et tissent des vêtements, couvertures, nappes, etc…

Durant cette matinée nous avons aussi cuisiné: des papillotes de poulet mariné ail et piment, patates douces, bananes plantain, oignons, tomates… miam 😊

Nous avons apprécié ce petit plat après cette matinée où nous avions bien travaillé 😉

Cet après-midi, nous avons dit au revoir à nos hôte et Jaime nous a emmené à La Paz, capitale bolivienne au coeur de la Cordillère des Andes. Changement totale de décors : retour du bruit, de l’agitation, des klaxons, de la foule, de la modernité… mais aussi de plus de confort et d’eau chaude 😀

Après une soirée de repos, nous aurons tout le loisir de découvrir la capitale demain.

A demain!

9
nov
9
nov
Publié le 9 novembre 2018

Aujourd'hui, nous avons arpenté en long et en large les rues de La Paz.

Des grandes avenues aux petites ruelles, l'animation est dense. Les ruelles sont des marchés permanents : marché aux sorcières, marché noir,... Et on y trouve toutes sortes de choses : fruits, légumes, herbes, poissons, fleurs, vêtements, outillage, produits de beauté, pelotes de laine,...

Il y a aussi des femmes qui lisent votre avenir dans des feuilles de coca ou encore des cireurs de chaussures cagoulés alors qu'il faisait dans les 20 degrés aujourd'hui (interdiction pour eux de l'enlever d'après nos recherches).

Dans les rues, les minis bus, pare choc contre pare choc, manquent de vous écraser à chaque traversée... Mais ça va, on a survécu 😉

Bref c'est une ville où règne un joyeux bazar, et où la société moderne se confronte à la culture traditionnelle des ethnies andines.

A propos de modernité, nous avons aussi emprunté l'une des lignes du téléphérique urbain de la ville. Ce moyen de transport écologique et rapide nous a menés sur les hauteurs de la Paz. La vue depuis les cabines du téléphérique vaut le coup d'oeil. Pour le moment, 5 lignes sont en service, mais d'autres sont en cours de construction. Vu l'engorgement des rues par les minibus et autres taxis, nous avons trouvé l'idée du téléphérique super!

Demain, nous prenons un vol en direction d'Uyuni. Durant 4 jours, nous allons traverser le désert du sud Lipez, tout au sud de la Bolivie, jusqu'à la frontière avec le Chili. Nous nous attendons à voir des paysages grandioses, et nous allons retrouver du confort sommaire. Nos logements seront des auberges et refuges, donc nous n'aurons sûrement pas de wifi... Nous vous abandonnons donc le temps de 4 petits jours, mais promis, on revient vite, d'ici mercredi environ 😃 gros bisous

10
nov
10
nov
Publié le 14 novembre 2018

Samedi matin nous avons commencé notre traversée du désert du sud Lipez.

Tout d’abord, nous nous sommes baladés dans la ville d’Uyuni et avons fait un tour dans le cimetière des trains, où rouillent locomotives et wagons depuis leur mise hors service des mines.

Ensuite, nous avons pris la route à bord de notre 4x4 conduit par Ruben qui connaît le désert comme sa poche.

Nous avons aperçu un nandou et ses petits ainsi que des vigognes, avant d’atteindre le village minier de San Cristobal. Cette localité abrite en effet un important gisements d’argent toujours exploité aujourd'hui.

Nous avons poursuivi notre route en passant par la vallée des pierres, donnant libre cours à notre imagination. Chaque pierre se transforme alors un animal, visage, ou autre créature.

Ruben nous a ensuite fait découvrir une petite lagune où canards à bec bleu et oies vivent paisiblement entre les imposantes pierres du désert.

Poursuivant notre chemin sur les pistes poussiéreuses, nous avons découvert une colonie de flamants roses. Ici, cohabitent 3 espèces : le flamant Chilien, le flamant des Andes et le flamant de James.

Nous avons terminé la journée dans le village de Villamar où nous avons passé la nuit, bercés par le murmure du vent 😉

11
nov
11
nov
Publié le 14 novembre 2018

Pour ce deuxième jour dans le Lipez, c'est de bonne heure que nous avons repris la route (ou plutôt la piste) en direction du sud.

De nouveau, nous avons vu de magnifiques paysages sublimés par le soleil.

Notre première halte fut l'occasion de découvrir une lagune blanche utilisée aujourd'hui comme mine de borax (un composant pour les shampoings).

Nous avons ensuite roulé à travers le désert de Dali, où la disposition des pierres rappelle les oeuvres du célèbre peintre espagnol.

De là, nous avons atteint le volcan endormi Licancahur, au delà duquel se trouve le Chili.

A son pied, s’étend la laguna verde, dont la teinte verte change avec le vent. Cette teinte est due à l’importante concentration dans l’eau en plomb, soufre, arsenic et carbonate de calcium.

Avant de déjeuner, nous avons pu profiter des eaux thermales de Polques, bains à 38° aux côtés des flamants roses… détente garantie.

L’après-midi, nous avons fait une halte à sol de mañana, lieu où de petits cratères crachent du soufre. L’odeur était un peu nauséabonde, mais le spectacle en valait la peine.

Nous avons terminé la journée au bord de la laguna colorada, qui tient sa couleur rouge du fait de la présence d’algues et de plancton. Ici, le vent souffle à en décoiffer un alpaga, mais le lieu est encore une fois incroyable!!!

Nous dormons ce soir à deux pas de cette laguna, dans une petite auberge secouée par le vent, et où le toit, maintenu par des pierres, n’est pas sans rappeler ceux de Trêves ou de Tartaras 😉

12
nov
12
nov
Publié le 14 novembre 2018

Lundi 12 novembre, nous sommes remonté vers le nord du sud Lipez en longeant la frontière chilienne.

Après une première halte pour admirer une dernière fois la Laguna Colorada, nous avons traversé le désert de Siloli. Nous avons pu contempler l’arbre de pierre, une formation rocheuse façonnée par le vent.

Puis, en chemin, nous avons admiré 4 lagunas, toutes de couleurs différentes et très prisées des flamants roses.

Après un pique-nique au bord de la laguna Chiar Khota, nous nous sommes rapprochés du volcan Ollagüe, toujours en activité mais du côté chilien.

Nous avons fini notre route par la traversée du Salar de Chiguana, ancienne mer, où nous avons roulé sur un sol composé de sable, de sel, et de coraux fossilisés. Une voie ferrée traverse aujourd'hui ce salar, afin de transporter les minéraux extrait des mines jusqu'à la façade pacifique (au Chili).

Ce fut encore une journée pleine de superbes découvertes 😊

Cette nuit, nous dormons à la Cabaña del sal, une petite auberge faite entièrement de blocs de sel (murs, lits, tables, tabourets,...) et de grains de sel en ce qui concerne le sol.

13
nov
13
nov
Publié le 14 novembre 2018

Pour ce dernier jour dans le sud de la Bolivie, notre journée a commencé par une visite du cimetière archéologique de San Juan. Ce dernier abrite d’anciennes tombes en corail des Seigneurs du Sud Lipez. La visite est assez surprenante puisque chaque tombe est ouverte et laisse entrevoir des restes d’ossements et d’objets du quotidien.

En milieu de matinée, après une halte technique chez le garagiste pour souffler la poussière du moteur, nous avons atteint les portes du Salar d’Uyuni (12000 km carrés d’un sel d’un blanc éclatant). Ce salar est la plus grande étendue de sel au monde, elle est la conséquence de l’évaporation d'un ancien lac. Il s’agit aussi d’une réserve importante de lithium. Comme vous pouvez le voir, nous nous sommes bien joués de la perspective 😉

Nous sommes arrivés, à l’heure du déjeuner, sur l'île Inkawasi, au milieu du salar, laquelle abrite des cactus géants. Quand on sait que ces derniers poussent d'un centimètre par an, on vous laisse calculer l'âge de ceux mesurant cinq à six mètres 😮

Notre après-midi fut consacrée à la découverte du salar, et du village de Colchani où nous avons vu comment était conditionné le sel.

En toute fin de journée, Ruben nous a conduits à nouveau sur la vaste étendue blanche afin que nous profitions d'un magnifique coucher de soleil. Cerise sur le gâteau : il nous avait préparés un apéro surprise à base de fromage, d'olives et de vin rouge bolivien.

Cette dernière journée dans le Sud Lipez (pour ne pas dire en Bolivie) ponctuée par cette touchante attention de celui qui nous a fait vivre cette aventure, a été riche en émotion.

Ce soir, après un court vol, nous sommes de retour à La Paz pour la nuit. Demain, nous quitterons la Bolivie et prendrons un nouveau vol pour le Pérou, direction Cusco.

14
nov
14
nov
Publié le 15 novembre 2018

Aujourd'hui, nous avons pris l'avion depuis l'aéroport de La Paz jusqu'à Cuzco (ou Cusco), ancienne capitale de l'empire inca. Cuzco, ou Qosco en Queshua, signifie "le nombril du monde".

Cet après-midi, nous avons commencé la découverte de cette ville chargée d'histoire. Nous aurons pas mal de temps libre dans cette "petite" ville (500 000 habitants), mais aujourd'hui c'est avec notre guide, Noé, que nous avons découvert la cathédrale et le Qorikancha (temple du soleil).

Pour vous résumer l'histoire de la ville (on va faire simple^^), on peut dire qu'elle a connu 3 grandes périodes :

- pré-incas (avant 1400)

- incas (de 1430 à 1530 environ), courte période mais durant laquelle les incas ont réellement développé ici leur capitale, en construisant temples, cultures en terrasses,...

- post-conquête espagnole (après 1530), où les espagnols sont venus coloniser et christianiser la ville (et l'empire inca en général)... D'ailleurs on compte 14 églises dans la ville ...nous qui avons l'habitude de nous repérer par rapport à l'église de la ville, on n'a pas fini d'être déboussolés 🤣

On retrouve dans l'architecture de la ville ce mélange de culture inca et coloniale. Par exemple, le Qorikancha (temple du soleil), a été quasi totalement détruit par les espagnols pour en récupérer l'or, et pour y construire à la place un monastère. Aujourd'hui, le Qorikancha que nous avons visité est donc un mélange entre restes du temple inca et monastère. Les constructions incas étaient ingénieuses : empilement de pierres (sans ciment), avec de petites encoches, un peu comme un jeu de legos 😉, bien plus résistantes au séismes que les constructions des conquistadors.

Dans la cathédrale, nous avons aussi vu des ornements bien spécifiques du mélange entre croyances incas et christianisme. On n'a pas pu prendre de photos, mais on a pu observer de nombreux tableaux catholiques avec au milieu des éléments de croyances incas. Un exemple : un tableau de la Cène (dernier repas de Jésus Christ) avec un cochon d'inde en lieu et place du pain et du vin... Assez surprenant^^ Mais les espagnols choisirent de laisser un peu de "liberté" aux incas pour parvenir à les convertir au christianisme. Dans cette cathédrale on retrouve aussi un Christ de couleur noire, qui protège la ville contre les séismes.

On aurait encore plein d'histoires à vous raconter car Noé était vraiment très intéressant... Mais ce serait un peu long^^ donc en bref, notre première impression de Cuzco est qu'elle est une ville très agréable et calme (bien que très touristique de par son importance historique). Nous nous sentons bien ici, et avons hâte d'en découvrir un peu plus (demain puis mardi prochain), cette fois-ci par nous mêmes.

Ce soir, nous dormons dans un petit hôtel sympa, où l'on nous a attribué une sorte d'appartement avec salon, cuisine et ... 3 chambres et 2 salles de bains😂😂😂 on n'a pas trop compris mais bon... On prend^^ Donc s'il y a des volontaires pour nous rejoindre, ça passe laaaaaarge 🤣

15
nov
15
nov
Publié le 15 novembre 2018

Sans horaire imposé ce matin, nous en avons profité pour faire une petite grasse matinée.

Nous sommes ensuite allés dans le quartier de San Pedro, pour y découvrir son grand marché couvert. En plus des étals de fruits, légumes, viandes, fleurs, céréales, épices, pains, pommes de terre... on y trouve aussi des stands où l'on peut s’asseoir pour boire un jus de fruits frais ou manger un bout, à toute heure de la journée. L’ambiance y est très agréable ☺

Nous nous sommes ensuite dirigés vers le quartier de San Blas, davantage “bohème”, où nous avons flâné à travers les petites rues pavées.

Après s’être bien baladés, nous nous sommes assis tranquillement sur la place principale de Cuzco, la plaza de armas… mais la tranquillité fut de courte durée puisque une nuée de manifestants est arrivée : familles, écoliers et même religieuses!! On a cru comprendre, vu les affiches, que c'était une sorte de “manifestation pour tous” contre la “théorie du genre”.... Les réformes du président péruvien Vizcarra ne semblent pas convenir à toute la population, dans un pays encore très conservateur.

Nous avons ensuite visité le musée Inca de la ville, où sont exposés divers objets archéologiques relevant de cette période.

Puis, rattrapés par la pluie en cette fin de journée, nous sommes rentrés à l’hôtel pour vous raconter notre journée 😉

16
nov
16
nov
Publié le 17 novembre 2018

En ce vendredi, nous avons pris le départ pour la vallée sacrée. Notre première étape nous a menée dans le petit village de la communauté Umasbamba. Nous avons assisté à une démonstration de teinture et tissage de laine et à la préparation de la Pachamanca. Il s’agit d’un repas traditionnel, où les aliments (pommes de terre, maïs, bananes plantain, viande) sont cuits “à l’étouffé”, dans la terre, à l’aide de pierres préalablement chauffées. Le tout étant recouvert d’herbes aromatique, de tissus, et de terre. Encore une fois, notre repas fut copieux. Ah oui, et ici les cochons d'Inde mènent la vie de château... en attendant d'être mangés (on vous rassure on n'a pas encore testé).

Après avoir salué et remercié nos hôtes, nous sommes allés visiter les salines de Maras, alimentées par une source qui se gorge en sel présent dans le sous-sol. Le site comprend 2300 bassins, dont chacun produit environ 1 tonne de sel par an. Les salines appartiennent à une communauté de plusieurs familles, qui se partagent les revenus du sel et des visites touristiques.

Pour finir notre parcours en vallée sacrée, nous nous sommes arrêtés à Ollantaytambo, un village où il reste de nombreuses fondations d'un village inca ainsi que d’un de leur temple, inachevé à cause de l’arrivée des espagnols. Les énormes pierres utilisées et la pente dans laquelle ils ont dû travailler nous prouvent l’ingéniosité de cette civilisation! A partir de ce village nous sommes tombés dans une nuée de touristes, sur la route, comme nous, du Machu Picchu.

Après toutes ces découvertes, nous avons pris le grand train panoramique … et touristique^^ menant jusqu'au village d’Aguas Calientes, porte d’entrée pour le Machu Picchu demain 😃

Après avoir traversé en train les montagnes et la forêt humide, nous voici arrivés à notre hôtel. On se croirait de retour au Costa Rica : forêt dense, chaude et humide, peuplée de petites bébêtes 😁

Demain, petit dej à 4h45 et départ pour le Machu Picchu et l’ascension de la Montaña Picchu ⛰

17
nov
17
nov
Publié le 18 novembre 2018

Ce matin, debout à 4h20, afin de nous rendre au Machu Picchu.

Première étape, attraper un des 26 bus qui monte sur le site. Déjà à 5h15 du matin, la file de touristes au terminal était immense... Mais le débit était plutôt rapide, puisque 30 minutes plus tard nous voici installés dans le bus. Personnellement, je n'ai pas trop regardé par la vitre durant le trajet : petit chemin de terre + virages en épingles + bus qui se croisent + le vide en dessous = 😓😱

Une fois arrivés, nous avons découvert un site merveilleux, qui nous a laissés bouche bée. Notre guide a su nous faire emprunter un itinéraire exempt de touristes et nous avons eu le privilège d'admirer la levée de la brume matinale sur le site.

Maintenant un peu d'histoire 📖 La cité inca de Machu Picchu a été découverte en 1911 par le professeur américain Hiram Bingham. Le site a été édifié a 2453m d'altitude entre 1450 et 1540... Et oui, seulement 90 ans auront suffit à édifier ce lieu magique! Jusqu'à 500 incas pouvaient vivre sur place. En plus du quartier des habitations, on trouve aussi le temple du soleil, la maison de l'lnca (le roi), mais aussi une sorte d'observatoire astronomique et de nombreux autres bâtiments. La plupart d'entre eux ont des ouvertures alignées face aux montagnes considérées comme sacrées.

Tous les détails architecturaux nous démontrent l'intelligence, le savoir-faire et les connaissances scientifiques de ce peuple. Mais alors pourquoi quitter un pareil endroit seulement 90 ans de vie sur place? Ce n'est qu'une hypothèse mais les habitants auraient été chargés par le chef Inca d'aller caher l'or de l'empire dans la forêt amazonienne. Aujourd'hui, la cité d'or reste un mythe que personne n'a encore dénichée 😉

Après la tranquille découverte des vestiges historiques, place à des efforts plus intenses pour lesquels notre guide nous a quittés. Nous avons dès lors entrepris l'ascension de la Montaña Picchu : 650m de dénivelé en pente raide et 2730 marches de pierres inégales. Le sentier escarpé et étroit nous a offert de jolis panoramas. Après avoir bien transpiré pendant 1h15, nous voilà ravis d'atteindre le sommet 😃

La descente n'a guère été plus facile, et c'est fourbus que nous avons regagné le bus de la descente puis le train.

Sur ce site préservé du Machu Picchu, tout est d'origine (sauf quelques toits qui ont été reconstitués), et la tonte de la pelouse est naturelle : messieurs les lamas sont mis à contribution 😉

Ce soir et demain, c'est repos et apéros au Pisco sour (oups, même pas le temps de finir l'article que les verres sont vides^^) en vallée sacrée 😃🍸

18
nov
18
nov
Publié le 19 novembre 2018

Comme prévu, ce dimanche fut une journée 100% repos.

Après un gros petit déjeuner, nous avons fait une petit promenade digestive entre voie ferrée et champs de maïs. Autour de nous, les montagnes rougeâtres et les cactus donnaient au paysage un air de Far West.

Nous n'avons croisé ni les daltons, ni Lucky Luke, mais nous avons rencontré une fermière qui voulait nous vendre ses gros fromages ^^

Nous avons aussi écouté le train siffler signalant ainsi son passage aux habitants, aux vaches et aux ânes.

Après une longue sieste, nous avons rejoint le spa de l'hôtel où nous avons profité du jacuzzi et du sauna, avant d'attendre l'heure du repas au coin du feu.

C'est donc bien reposés que nous regagnerons Cuzco demain en début d'après-midi.

Voyagez en circuit individuel, personnalisé et abordable

Plus de 50 circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation facile en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires