Carnet de voyage

La Finlande en hiver 2011

7 étapes
17 commentaires
29 abonnés
Dernière étape postée il y a 1487 jours
Une semaine pour découvrir les activités que ce pays offre en hiver
Janvier 2011
7 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 29 mars 2020

Le 31 décembre 2010, je prends le train pour Paris. Cette année, je passerai mon réveillon de la St Sylvestre dans une chambre d'hôtel à Roissy car demain matin, je prends l'avion de très bonne heure, en direction de la Finlande pour découvrir toutes les activités qu'un pays du nord de l'Europe peut offrir en hiver.

A l'arrivée à l'aéroport d'Ivalo, les passagers sont séparés en deux groupes. Un premier groupe va séjourner à proximité de cette ville, alors que mon groupe va prendre un bus qui nous emmène à environ 200 kms d'Ivalo, dans un village perdu au fin fond de la forêt, dans un endroit isolé, sans un village à moins de 25 kms!

Nous prenons des routes enneigées, et peut-être verglacées… mais les chauffeurs ont l'habitude de conduire dans ces conditions. Bon, à mon goût, le chauffeur roule un peu vite quand même! 90 kms/h ! Il ne faudrait pas qu'un obstacle traverse devant nous...

Eh bien si ! Le voilà l'obstacle… un renne avec ses immenses bois a décidé de traverser juste devant le bus. Pas de panique, le chauffeur maîtrise. C'était un test, je suis rassurée.

Après quelques heures de route, nous arrivons dans notre hôtel au milieu des bois. Le village est à 1 km. Pour éviter que les loups, les ours, les…. enfin tous les animaux qui pourraient attaquer l'homme, ne pénètrent dans le village, il a été installé des grillages et des barbelés pour préserver notre vie… Waouh, on est vraiment dans une partie sauvage de la Finlande. Lorsque j'ai choisi ce voyage, c'est ce qui m'a plu, la nature à l'état sauvage, loin de la civilisation. Était-ce une bonne idée ??

Après le déjeuner, chacun s'installe dans sa chambre, dans des petits chalets individuels et le guide nous donne rendez-vous pour nous équiper. C'est l'hiver et c'est certainement la période la plus froide de l'année avec les jours les plus courts de l'année. Le jour se lève vers 10/11h du matin pour se coucher aux alentours de 12/13h. Et nous sommes au dessus du cercle polaire ! La température avoisine les… -30°C. Oui, oui, vous avez bien entendu -30°C.

Comme les vêtements de ski que chacun a apportés ne sont pas suffisants pour supporter ce grand froid, on nous donne des combinaisons, des gants, un bonnet et des après-skis. Et nous voilà parés, avec nos uniformes noirs et rouges, pour affronter le froid extrême.

On chausse des raquettes pour faire notre première découverte du domaine. Il fait déjà nuit et nous ne sommes qu'en début d'après-midi.

Pendant la balade à raquettes, le guide nous fait visiter une maison qui abrite un petit musée, nous faisant découvrir les modes vie et les espèces animales de la région, ainsi que l'artisanat local. Je découvre une jeune fille qui fabrique des porte-monnaie et des sacs à main avec des emballages de paquets de café. Elle m'explique, en anglais, que les moyens de la population étant très limités, rien n'est jeté, tout est récupéré et chacun utilise toutes sortes de matériaux pour inventer de nouvelles utilisations. Bravo… c'est magnifique et très original !

Dans la soirée, nous allons faire un tour dans le village. Très succincte la visite, quelques maisons, une épicerie et une église. Il n'y a même pas de bistrot.

Il fait vraiment très froid. Mon appareil photo et ma caméra souffrent du froid. Il faut les mettre à proximité du corps pour éviter qu'ils gèlent.

De retour à l'hôtel, on se met à table pour dîner et l'on voit des gens entrer et s'installer pour prendre une consommation. On est au milieu de nulle part et il y a plein de monde. Que se passe t'il? On comprend vite. L'hôtel est la seule activité du village et les autochtones viennent ici tous les soirs pour participer à des karaokés ou des jeux, et échanger avec les visiteurs de passage dans l'hôtel. C'est un moyen de ne pas déprimer dans un pays où, en hiver, il manque de lumière du jour. Eh bien! Papotons et jouons !

2
2
Publié le 29 mars 2020

Aujourd'hui, on commence fort. C'est la journée consacrée à la découverte des chiens de traîneau. Ils sont tous là, en horde, et ils nous attendent. Lorsqu'on les voit s'agiter dans tous les sens, cela fait un peu peur. Mais ce sont des chiens qui ont envie de courir et ils sont impatients de partir dans la nature.

Et c'est parti pour une découverte de 30 minutes (seulement). On se met par deux et chacun pourra jouer le rôle d'un musher pendant 15 minutes pendant que l'autre sera assis dans le traîneau tiré par les chiens. C'est fantastique ! Une expérience incroyable mais tellement courte…


Nous retournons déjeuner à l'hôtel et le guide propose, pour ceux qui le veulent, une randonnée de deux heures en chiens de traineaux pour l'après-midi. Je suis partante. Nous ne sommes que trois volontaires. La chef musher s'installe sur un scooter pour guider les chiens et les trois traîneaux la suivent. C'est juste magique de traverser de grandes étendues blanches, debout sur le traîneau, à guider les chiens avec les rênes. Un sentiment de liberté et de retour à la nature…


A la fin de la balade, on aide la chef musher à enlever les harnais, à rentrer les chiens dans leurs cabanes et à leur donner à manger. Ils sont moins énervés que le matin car ils se sont dépensés. Une journée magnifique et très épuisante, que je ne suis pas prête d'oublier.

3
3
Publié le 29 mars 2020

Aujourd'hui, c'est parti pour une journée de motoneige. A deux sur chaque moto, nous partons les uns derrière les autres vers une nouvelle aventure à la découverte de la nature finlandaise.

Nous descendons vers le fleuve gelé sur lequel nous commençons notre parcours. L'épaisseur de la glace nous permet de parcourir des kilomètres sur ce fleuve Kitinen. Puis nous traversons de grandes étendues blanches et passons sur des chemins enneigés dans des forêts, à travers des paysages très différents… c'est formidable de se sentir si proches des éléments naturels.

La nuit tombe vite. Nous faisons une pause. Le guide allume un feu et nous nous pressons autour des flammes pour nous réchauffer. Le guide nous propose une boisson locale qu'il vient de faire chauffer. C'est un jus d'airelles rouges agrémenté d'épices comme de la cannelle, de la cardamome, de la muscade ou de la girofle.


Après ce petit ravitaillement, nous repartons en direction de l'hôtel. Il fait nuit. Il faut allumer les phares des motos. Les couleurs des paysages sont juste magiques.

Nous rentrons à l'hôtel pour le déjeuner et profitons de l'après-midi pour se balader dans la grande forêt autour de l'hôtel et terminons l'après-midi dans le sauna intérieur de l'hôtel.

Lors du dîner et de la soirée avec les finlandais, certains nous disent qu'il faut absolument essayer le sauna traditionnel installé à l'extérieur de l'hôtel dans la forêt qui rejoint le fleuve. Je suis un peu dubitative. Est-ce bien prudent, pour une personne aussi frileuse que moi, d'aller tenter une expérience à l'extérieur par ce grand froid…

4
4
Publié le 29 mars 2020

Nous sommes en Laponie. C'est le pays du Père Noël et de ses amis, les rennes, que nous allons découvrir.

Ce matin, nous grimpons par groupes de quatre dans des espèces de traîneaux tirés par une motoneige.

Il neige. Il fait très froid. Nous arrivons sur le domaine de notre hôte qui élève des rennes. Il nous accueille dans une petite maison en bois où nous nous installons autour d'un feu de bois et d'une boisson locale pour nous réchauffer. Il nous donne des explications sur sa vie et sur l'élevage des rennes en nous précisant bien que ce ne sont pas des animaux domestiques et que la plus grande prudence est de mise.

Après avoir pris des forces et de la chaleur, nous partons découvrir ces animaux atypiques et faire une balade dans un traîneau tiré par un renne. Il ne nous manque que la barbe blanche, le manteau rouge et la hotte remplie de cadeaux !...


Après avoir pris une petite photo souvenir avec notre hôte et raccompagné les rennes dans leur prairie enneigée, nous reprenons un verre autour du feu pour nous réchauffer et repartons vers notre hébergement.

Après le déjeuner à l'hôtel, je me décide à essayer ce fameux sauna d'extérieur. Il est situé dans la forêt et c'est à chacun de mettre des bûches de bois dans le poêle pour faire monter la température. Je sens que j'ai chaud, que je transpire… je vais tenter l'expérience. Je sors à l'extérieur du sauna dans la forêt. Il fait très très froid. Le thermomètre le confirme : -30°C ! Brrrr ! Je parcours les 30 mètres qui séparent le sauna du bain froid où l'on doit se tremper. Ce bain froid est on-ne-peut-plus... naturel. C'est un trou qui a été creusé dans la grosse épaisseur de glace qui recouvre le fleuve gelé. Comme il y a du courant dans le fleuve, pour éviter d'être emporté par ce courant, un grillage a été fixé le long des parois tout autour du cercle et sur toute la profondeur de la glace. Mais l'eau est très froide.

Première tentative : je trempe les pieds dans l'eau et un peu les jambes… mais c'est trop froid, c'est gelé, c'est glacial, la température de l'eau avoisine les 0°C. Impossible de descendre dans l'eau.

Je remonte en courant vers le sauna pour me réchauffer. Je vais tenter un deuxième essai. J'arrive à passer l'estomac mais je ne peux pas plus. C'est vraiment trop froid !

Retour au sauna en courant pour me réchauffer pendant une dizaine de minutes. J'y vais. J'y vais pas… Allez, une troisième tentative. Et là, j'arrive à passer les épaules et même à faire une brasse ! Pari réussi. Je l'ai fait !

Je retourne au sauna pour me réchauffer et prendre une douche bien chaude. D'avoir marché dans la neige, j'ai les pieds qui me brûlent !

Après le dîner, je vais tenter une autre aventure. Je me joins au groupe pour essayer d'aller voir des aurores boréales. C'est la période. Ce serait un vrai bonheur si je pouvais en voir au moins une!

Nous prenons notre équipement anti froid et passons dans la réserve pour prendre des peaux de rennes. Et nous nous installons emmitouflés dans ces peaux de bêtes à attendre une aurore boréale. Il fait vraiment très froid. Le ciel a de jolies couleurs mais après deux heures d'attente, nous décidons de rentrer, transis de froid. Ce n'est pas notre jour de chance. Nous ne verrons pas d'aurore boréale ce soir.

Je reviendrai !...

5
5
Publié le 29 mars 2020

Aujourd'hui, j'ai décidé de retrouver mon âme d'enfant et d'aller voir le Père Noël.

Un bus nous conduit jusqu'à Rovaniemi en presque deux heures de route. Nous rencontrons un renne sur la route.

Et nous arrivons devant la maison du Père Noël.

Des petits elfes nous accueillent et nous conduisent vers le petit bonhomme rouge avec sa grande barbe blanche. C'est le bonheur de tous les enfants, petits et grands.

A l'extérieur de sa maison, je rencontre ses rennes qui se reposent après avoir tout donné ces dernières semaines, lorsqu'ils ont accompagné et conduit le Père Noël à travers le monde pour distribuer les cadeaux à tous les petits enfants sages.

Un village de glace est installé à l'extérieur avec son bar et ses statues sculptées dans la glace par des artistes et mises en valeur avec des jeux de lumière.

La maison du Père Noël a été construite sur le cercle polaire !

Il est 13 heures. C'est l'heure du coucher du soleil. Un moment magique. Et des couleurs qui changent au fur et à mesure que le soleil disparaît !

Après avoir déjeuné dans la maison du Père Noël, le bus nous ramène à notre hôtel. Une petite balade en raquettes et un sauna avant de le dîner, où nous retrouvons les habitants du village pour un karaoké.

6
6
Publié le 29 mars 2020

Aujourd'hui, le guide nous conduit sur le lac gelé pour nous faire découvrir les coutumes de ce pays. Chaussés de nos raquettes, nous traversons le lac en marchant sur l'épaisse glace qui le recouvre.

Tout d'abord, le guide nous enseigne l'art du feu. Il nous donne des morceaux de bois et nous explique comment réussir à allumer un feu à coup sûr. A l'aide d'un couteau bien tranchant, il faut faire des entailles dans le bois pour que le morceau de bois ressemble à un hérisson ou à une pomme de pin. Les petites lamelles ainsi constituées, permettent de faire prendre le feu plus facilement. Plus les lamelles sont fines, mieux c'est. Facile à dire mais moins facile de tailler et sculpter le bois.

Ensuite, il nous apprend comment on pêche dans le lac quand il est gelé. Nous nous installons avec nos outils. Une grosse chignole pour creuser un trou dans la glace jusqu'à l'eau encore liquide qui coule sous la couche de glace. Un fil et un hameçon pour pêcher le poisson. C'est ce qu'on appelle la pêche blanche.

On sent qu'il y a des touches mais il est difficile de remonter du poisson ! Marianne réussit à prendre un poisson. Il n'est pas très gros et ce n'est pas avec ça que l'on va pouvoir manger ce midi.

Installés sur nos peaux de rennes, le guide nous distribue notre petite boisson préférée pour nous réchauffer un peu. Et on y croit, on attend qu'un poisson morde à l'hameçon.

Nous rentrons à l'hôtel, quasi bredouilles. Heureusement que les cuistos ne comptaient pas sur notre pêche miraculeuse.

L'après-midi, nous partons faire une randonnée à raquettes lors de laquelle le guide nous fait découvrir la nature et les espèces d'arbres et de mousses que nous rencontrons sur le chemin. Ici, les gens sont très attentifs à l'écologie et les commentaires du guide sont très instructifs.

Nous devons rapidement allumer nos lampes car la nuit tombe vite.

Une pause pour se réchauffer et s'hydrater avec un jus d'airelles.

De retour à l'hôtel, nous passons la soirée toujours avec nos autochtones qui aiment parler avec nous.

7
7
Publié le 29 mars 2020

Ce matin, nous partons en chariots tirés par une motoneige pour participer à des activités physiques et sportives typiques de la Laponie.

Autour d'un feu de bois, le guide nous explique que nous devons constituer des groupes pour une compétition sportive de haut niveau.

Une fois les groupes constitués, nous commençons les épreuves.

A deux sur une paire de skis, nous devons affronter les autres équipes. Pas facile de s'accorder !

Nous passons à l'épreuve du feu pour prouver que l'on a bien compris la méthode que le guide nous a enseignée. Certains s'en sortent plutôt pas mal !

Un petit clin d'œil aux toilettes installées pour la circonstance. Heureusement qu'elles sont là car il fait toujours très froid…

Après nos deux épreuves qui ont pris pas mal de temps, nous déjeunons en plein air. Pas facile de manger avec les gants !

Assis sur des branchages posés sur la neige, nous attendons le passage du sorcier de la forêt qui vient nous faire la cérémonie de cercle polaire.

Première étape du baptême : boire le breuvage local pour nous purifier.

Deuxième étape du baptême : tenir les bois d'un renne pour nous donner la force.

Troisième étape : la marque au charbon sur le front, signe de notre baptême.

La cérémonie se termine et nous rentrons à l'hôtel en motoneige en traversant des paysages toujours aussi beaux.

Pour la dernière soirée de la semaine, nous nous retrouvons autour d'un bon repas où nous allons recevoir notre diplôme de baptême pour certifier de notre passage sur le cercle polaire.

Nous avons passé une excellente semaine, très dépaysante dans un endroit de Laponie situé au milieu de nulle part. Un véritable havre de paix pour déconnecter loin du quotidien !