Carnet de voyage

Au coeur de la Jordanie en novembre 2019

8 étapes
30 commentaires
33 abonnés
Dernière étape postée il y a 1670 jours
A la découverte du Royaume de Jordanie : de Amman jusqu’à Pétra et au Wadi Rum, en passant par la Mer Morte pour profiter d'une baignade dans les eaux salées.
Novembre 2019
8 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 17 novembre 2019

Samedi 16 novembre... départ vers une nouvelle destination... Amman, capitale de la Jordanie, par un vol direct de 4h30 au départ de Paris sur Royal Jordanian Airways.

Parée pour le départ ! 

A l'arrivée à l'aéroport Queen Alia International, le représentant local nous accueille pour nous aider aux formalités d'entrée sur le Royaume de Jordanie. Il prend tous nos passeports et nous invite à aller récupérer nos bagages. Après presque 2 heures d’attente... il arrive enfin! Autant dire qu’il n’est pas accueilli avec le sourire. Visa et Jordan Pass en main, un 2ème représentant local nous conduit à notre hôtel sur Amman pour 4 nuits. C'est cool, il ne faudra pas refaire sa valise tous les jours!

Carte et situation de la Jordanie / Circuit de la semaine

Un peu de géographie : la Jordanie est entourée par Israël et la Cisjordanie à l'ouest, la Syrie au nord, l'Irak au nord est, l'Arabie Saoudite à l'est et l'Egypte au sud. Certains de ces noms donnent quelques frissons dans le dos mais selon le quai d’Orsay (renseignements pris la veille du départ), la Jordanie est un pays sans risque...

La Jordanie doit son nom au fleuve Jourdain, qui délimite la frontière avec Israël, prend sa source au Liban et se jette dans la Mer Morte.

Le pays compte environ 10 millions d’habitants dont 40% se trouvent à Amman.

Le décalage horaire est d'une heure en plus. Eux aussi changent d’heure mais avec quelques jours de décalage par rapport à la France. C’est le dernier vendredi du mois d’octobre pour l’heure d’hiver.

La monnaie est le dinar jordanien dont le cours est d’environ 1,30 €.

Côté pile, côté face... 

2
2

Dimanche 17 novembre 2019.

Ce matin, c’est le départ pour les Châteaux du Désert. On quitte Amman par la route de l’est qui conduit vers la Syrie et l’Irak. C’est la seule route que les camions peuvent emprunter pour transporter vivres et carburants, ce qui signifie que le trafic est assez dense. Des parkings se trouvent même à la sortie d’Amman pour que les camions attendent leur tour pour réguler le trafic.

La route du désert des cailloux 

Cette route était empruntée par les chameaux. Comme ceux-ci ne peuvent parcourir que 15 kms par jour, des caravansérails étaient installés tout le long de cette ancienne route de la soie qui était également utilisée pour se rendre à la Mecque. D’où le grand nombre de « châteaux » qui servaient de refuge pour la nuit et d’approvisionnement en eau.

Premier arrêt au Qasr Amra

Ce caravansérail  laisse découvrir un intérieur magnifique avec des fresques peintes sur les murs et des espaces de convivialité 

Deuxième arrêt au Qasr Al-Kharana

Celui-ci est composé d’une cour intérieure entourée de chambres  

A côté des châteaux et des habitations, l’esprit des bédouins est toujours présent, et l’on trouve souvent une tente bédouine pour se détendre ou prendre le thé :

A remarquer, les chameaux ou dromadaires servant de support au bac de la cheminée

On revient sur Amman, la capitale de la Jordanie. A l'époque romaine, elle était appelée Philadelphia, et apparaît dans la Bible sous le nom de Rhabbat Ammon. C'est l'une des plus vieilles villes du monde à être toujours habitée. Amman, à l'origine, était bâtie sur sept collines mais elle s'étend actuellement sur 19 collines, portant chacune le nom de "jabal". Ainsi, les principaux quartiers d'Amman tirent leur nom des collines sur lesquelles elles s'adossent.

La capitale abrite encore des camps de Palestiniens, créés en 1948 et 1967, en conséquence du conflit israélo-arabe. Plus au nord de la capitale, des camps accueillent encore près d'un million de réfugiés irakiens et syriens.

On commence par la visite du théâtre romain superbement conservé, le plus grand de Jordanie, avec six mille places. Il est toujours utilisé pour des spectacles.

Un petit tour dans le musée folklorique et le musée des traditions populaires.

Après le déjeuner à Amman dans un restaurant typique, on se rend à la citadelle d’où la vue sur la ville basse est superbe.

La ville ressemble à des légos . Sur les toits, une ou plusieurs réserves d’eau.

Au sommet de la colline, on commence par la visite du site archéologique avant de terminer au musée historique :

- le Temple d'Hercule

- le Palais Omeyyade et la Citadelle :

Il faut quitter les lieux de bonne heure car le soleil se couche vers 16h30. Une fois la nuit tombée et les rayons du soleil cachés, il fait très froid le soir en novembre.

Belle journée que je termine avec Sabrina par du shopping dans le quartier al-sweifiyah autour de l’hôtel.

3
3
Publié le 18 novembre 2019

Lundi 18 novembre 2019

Ce matin, je me réveille vers 5h au son du muezzin, et de mon lit, j’assiste au lever du soleil vers 6h.

Départ pour Jerash, le deuxième grand site de Jordanie après Pétra, à une soixantaine de kilomètres au nord de Amman. La ville moderne a été entièrement construite dans un calcaire rosé orangé. Tout près se trouvent les ruines de l’ancienne cité romaine Gerasa, très bien conservées.

On entre sur le site par l’Arc d’Hadrien, construit en 129 en l’honneur de la visite de l’empereur Hadrien dans cette décapode, l’une des 10 villes les plus importantes de Jordanie.

Magnifique arche de 21m de haut

Près de l’entrée se trouve l’Hippodrome, le seul de Jordanie, où se donnaient des courses gréco-romaines de chars et de chevaux.

Hippodrome de 245m de long par 52m de large avec ses écuries  

Ensuite, on entre sur le site (payant mais compris dans le Jordan Pass) par la porte d’Amman.

Porte d’Amman et entrée du site 

On arrive sur une place ovale qui est le Forum, symbole de la cité antique et sans doute le plus grand de l’empire romain. Le sol est pavé et entouré de colonnes ioniques. Au centre se trouve une colonne sur laquelle, aujourd’hui, est allumée la flamme lors du festival de Jerash.

On peut remarquer la différence de position entre les pavés. Les romains et les grecs n'avaient les mêmes méthodes de travail.

Par l’avenue à colonnades appelée Cardo Maximus, on arrive sur l’agora, appelé Macellum, qui était le marché couvert. Une triple porte conduit sur une cour intérieure, entourée de colonnes disposées en octogone, au centre desquelles se trouve une fontaine.

Macellum 

On arrive ensuite sur le Tetrapyle sud, au croisement des allées pavées .

Tout était prévu, même le tout à l’égout ! 

La fontaine de Nymphée, dédiée aux nymphes, est juste magnifique. Elle servait à alimenter toute la cité en eau.

Nymphée  


Puis on découvre le Propylée avec son immense colonnade de piliers corinthiens et son escalier qui mène au temple d’Artemis.

Le Propylée 
Le Temple d’Artemis 

A la porte nord, on retrouve le Tetrapyle Nord qui conduit par une autre rue à colonnades, à la porte de Damas.

Tétraplégique nord et porte de Damas au fond

L’amphithéâtre nord très bien conservé :

Amphithéâtre nord

L’amphithéâtre sud où des musiciens présentent d’anciens instruments de musique :

Amphithéâtre sud

Pour finir, le Temple de Zeus qui domine le Forum

Temple de Zeus et vue panoramique sur le site et le Forum

Après le déjeuner, on continue vers Ajloun pour visiter la Forteresse (Qalaat al Rabad), nichée en haut d'une montagne, construite au XIIème siècle.

Forteresse d'Ajiloun

Du sommet, c’est formidable de découvrir la vue, d’une part sur les oliviers, culture pricipale de cette région, mais surtout sur la vallée du Jourdain et la Cisjordanie.

Coup de chance, le temps est dégagé, ce qui n’est pas arrivé depuis plusieurs semaines!... 

Avant de repartir vers Amman, à la sortie du château, deux petits princes discutent devant le château.

Trop mimi... 

Puis de retour à Amman, on se repose un peu et après avoir repris des forces en dînant à l’hôtel, je pars en taxi avec Sabrina, Alain et Chantal. Direction Downtown, le quartier populaire et animé de Amman. En empruntant une rue, le taxi pile et toutes les voitures doivent rebrousser chemin. Quatre camions blindés et les policiers en alerte bloquent la route et sont prêts à intervenir. Demi tour! On arrive avec beaucoup de difficultés à notre destination. On est tombé sur le seul taxi-driver qui ne connait pas downtown et qui doit appeler un ami, qu’il me passe au téléphone pour que je lui explique où on veut aller... quelle aventure! Après quelques embouteillages, on arrive dans la vieille ville sains et saufs et on part à la découverte de ce quartier typique.

C'est tellement peu cher que l'on trouve des prix en "fills", l'unité correspondant au millième d'un dinar jordanien
Boutiques, restaurants locaux, épices, costumes traditionnels, mosquée…


Belle soirée dans les rues animées de Amman ! Pour le retour, on donne la carte de l’hôtel. Pour le taxi driver, c’est plus facile de trouver l’adresse et de nous ramener à l'hôtel.

Layla Saïda !

4

Ce matin, on part pour l'ouest d'Amman, vers Iraq El Amir et son château de l'époque hellénistique Qasr El Abed (IIème siècle avant J. C).

Une petite leçon de vocabulaire sur la différence entre les mots hellénique et hellénistique : le 1er sens se rapporte à tout ce qui relève du monde grec à l'intérieur du pays même alors que le 2ème mot se rapporte à tout ce qui relève des territoires de l'empire grec hors des frontières de la Grèce.

Le nom du château signifie « château de l’esclave » car le maître des lieux était au service de son peuple.

Ce château est construit avec des blocs de pierres impressionnants sur lesquels on peut observer des sculptures de lions et d’aigles.

On reprend la route pour aller vers Béthanie, à la frontière de la Cisjordanie, territoire de la Palestine. Pour entrer dans l’espace, il faut franchir des barrages de police. Au loin, on aperçoit Jericho et des camions militaires surveillent la zone.

Béthanie est le lieu du baptême de Jésus par son cousin Jean-Baptiste, dans le Jourdain. Le lieu est reposant.

Lieu du baptême de Jésus où le Jourdain passait mais le lit du fleuvea été détourné de quelques centaines de mètres

En empruntant un joli sentier ombragé, on découvre cette belle église grecque orthodoxe toute proche du Jourdain.

En arrivant sur les bords du Jourdain, on assiste aux baptêmes et aux purifications des croyants, coté cisjordanien. C'est un lieu de pèlerinage pour les croyants du monde entier.

Surprenant ce lieu de pèlerinage...

Puis on prend la route vers la Mer Morte. C’est une mer qui ressemble à un lac et sert de frontière entre Israël et la Jordanie. Elle est située à 416 mètres au dessous du niveau de la mer, point le plus bas de la planète, et son niveau continue de baisser à cause de l’évaporation et du détournement de l’eau en amont pour l’irrigation et l’extraction de la potasse. La réputation de cette mer vient de la salinité de son eau avec 25% de sel alors qu’une eau de mer normale n’en contient que 4%.

Pour se baigner dans la mer morte, il faut soit séjourner dans un hôtel, soit profiter d’un restaurant qui a un accès à la mer morte avec une plage privée et surtout avec une douche pour se laver après la baignade. On choisit la 2ème option. L’endroit avec des piscines est sympa car dans la mer morte, on ne peut pas y rester très longtemps.

J’attendais avec impatience ce moment. Équipée d’une paire de chaussures pour éviter les blessures avec les cristaux de sel, je pars à l’aventure. A peine rentrée dans l'eau, je sens le sel qui me brûle les jambes mais je poursuis mon chemin. L’eau est à environ 25 degrés. Il faut se laisser glisser sur le dos ou sur le ventre, si on y arrive, mais il n’est pas possible de nager. C’est une expérience inoubliable qu’il faut faire au moins une fois dans sa vie...

Flottaison totale

Sur la plage, des seaux de boue sont à disposition, moyennant 3 dinars (4,50€), pour se faire un enveloppement de boue.

Et ce ne sont pas des combi de plongée... De toutes façons, il est impossible de faire de la plongée dans la Mer Morte !

Dans cette eau, ni les végétaux, ni les poissons ne peuvent survivre. Mais on peut voir quelques beaux cristaux de sable avec des formes qui s’adaptent selon l'environnement.

Cristaux de sel

Après trois douches pour bien enlever le sel et des jambes rouges, on rentre vers Amman, avec un beau coucher de soleil sur les montagnes et notamment sur le mont Nébo qui est au programme des visites de demain.

Encore une journée avec de beaux souvenirs en tête et une expérience inoubliable en Mer Morte...

5


A 7 heures, on part vers le sud en empruntant la Route des Rois. Comme on est parti de bonne heure, et de bonne humeur, on arrive les premiers à Madaba.

On traverse la vieille ville historique à pieds, en découvrant de belles maisons avec des terrasses en bois et les boutiques artisanales. On trouve même des poupées Bédouines jordaniennes.

Après les explications de notre guide, Mustapha, on visite l'église Saint-Georges de Madaba, connue pour la "carte de la Palestine" découverte sur le sol de l’ancienne église en 1898 lors de la construction de l'église actuelle.


Delta du Nil à gauche, Béthanie a droite avec les 2 poissons blancs dans le Jourdain pour représenter le baptême du Christ 

L’église abrite également de très beaux icônes.

Eglise St Georges de Madaba

Puis on part en direction du Mont Nébo, à 10 km au nord-ouest de Madaba. Ce site est le lieu présumé où Moïse serait mort et c'est de cet endroit qu'il a pu contempler la Terre promise sur laquelle il n'a pas pu accéder car Dieu le lui avait interdit. C’est un haut lieu de pèlerinage pour toutes les religions.

On remarque le caducée, symbole de ce site. Le caducée est un bâton orné de serpents d'airain et joue un rôle thérapeutique pour guérir les morsures de serpent. Selon la religion, Moïse a fait un serpent d'airain et l'a placé sur une perche. Celui qui regardait le serpent après avoir été mordu, conservait la vie.

La basilique, construite sur les ruines de l'ancienne église, laisse apparaître 3 nefs couvertes de mosaïques sur la vie pastorale

Une messe est dite par des prêtres pakistanais devant un groupe de pèlerins de leur pays.

De ce mont qui culmine à 840 m d'altitude, on peut apercevoir la Mer Morte et la Cisjordanie.

Mer Morte et Territoires palestiniens

Avant d’aller déjeuner dans un resto typique pour goûter aux brochettes de viande, on découvre la fabrication de mosaïques et de marqueterie.

Un travail minutieux avec de minuscules morceaux de pierres / Représentation de l'arbre de vie
Marqueterie

On parcourt la route des Rois en découvrant des paysages magnifiques, un barrage, des camps de bédouins, des artisans...

Paysages lunaires et camps de bédouins
Artisanat local

Puis on continue vers la forteresse croisée de Kérak, implantée sur un rocher dominant la ville. Les châteaux croisés se trouvent sur la ligne fortifiée entre Aqaba, au sud de la Jordanie, et la Turquie.

Kérak

Après avoir parcouru environ 350 kms, on arrive à Pétra via la route du désert, où nous nous installons pour 2 nuits pour visiter le sud de la Jordanie. Le plus spectaculaire du voyage nous attend !...

6
6
Publié le 22 novembre 2019

Il semble que la nuit ne se soit pas très bien passée pour tout le monde. La tourista commence à frapper!... Pour moi, c’est riz poulet depuis le début de la semaine. Et du poulet de toutes les couleurs... jaune au curry, vert aux herbes, et même rouge, peut-être à la betterave?... Donc tout va bien. Et je n’aimerais pas être à la place de certains car aujourd’hui, c’est la visite de Pétra, une des raisons pour lesquelles je fais ce voyage.

Mosaïque de Pétra en pierres de petra, vue hier à  l’Artisanat de Madaba

On commence par la visite de Beidha, aussi appelée Petite Pétra, à quelques kilomètres de Pétra. On arrive les premiers. Merci le guide! Après avoir traversé le siq Al-Bared (siq en arabe signifie canyon), on découvre des tombes encastrées dans la roche. Le site est agréable.

Petite Pétra 
Camp de bédouins à Beidha 

Et c'est parti pour la visite tant attendue du site de Pétra.

Pétra est classée 2ème merveille du monde moderne et a été déclarée site de l'héritage mondial par l'Unesco.

Vue générale du site avec différentes couleurs de pierres. Le monastère Ad-Deir est situé au sommet du gros rocher au fond en face

On traverse le Siq, étroite et longue faille apparue à la suite d'un tremblement de terre préhistorique.

Le Siq 

Au bout du Siq, apparaît soudain, le monument le plus majestueux de Petra, « Al Khazneh » ou le « Trésor » au décor gréco-romain.

Une des merveilles du monde  

On traverse le site pour découvrir tombes, amphithéâtre, palais, temples...

Vue du dessous du Haut lieu du sacrifice
La rue des Façades et l'ancien Théâtre
Le Grand Temple

Les roches laissent découvrir des couleurs naturelles surprenantes.

Roches surprenantes, des couleurs, des couleurs et encore des couleurs... 

Pendant le déjeuner dans un restaurant du site, on assiste à la préparation des falafels.

Préparation des falafels

Dans l'après-midi, je commence l’ascension du Mont El Deir avec Danielle. En montant les 813 marches très inégales avec un dénivelé de 200 m, on papote beaucoup, on apprend à se connaître, on s’arrête aussi de temps en temps pour reprendre notre souffle, mais on contemple surtout le paysage magnifique qui s’offre à nos yeux. La couleur des pierres, le reflet du soleil de l’après-midi qui donne un ton ocre à la pierre... c’est magique !

Thé au feu de bois 

Mais que regardent-ils ?

Sympa la vue du bar 

Le monastère ... majestueux.

Ad Deir
Monastère Ad-Deir du 2ème siècle

Comme rien ne nous arrête, on continue notre chemin vers le point culminant. Quelques centaines de mètres plus loin et quelques marches de plus, on arrive dans la petite maison du gardien d’où la vue est phénoménale.

Vue sur les Djebel

Il est temps de redescendre toutes nos marches pour visiter les tombes royales.

Tombeau du Palais, Tombeau Corinthien, Tombeau de la Soie et Tombeau de l'Urne

Puis on prend le chemin du retour en passant à nouveau devant la merveille du monde qui a changé de couleur. De l’orangé du matin , la couleur est passée au rosé du soir.

Avant de quitter les lieux, on assiste au coucher du soleil. Il est 16h20.

Coucher du soleil sur le Tombeau aux Obélisques
Vue sur la ville de Pétra au soleil couchant

En quittant le site, c'est la fête ! Une cérémonie est donnée en l’honneur du millionième visiteur 2019 du site de Pétra. C’était aujourd’hui et cela aurait pu tomber sur nous! Mais c'est Alison, une jeune américaine en lune de miel en Jordanie qui a gagné une semaine de vacances en Jordanie et un pass à vie pour le site de Pétra. Beau cadeau de mariage mais il faudra revenir et ce n'est pas la porte d'à côté…

Les heureux gagnants arrivent à dos de chameau avec la fanfare 
Un million de visiteurs sur le site de Pétra depuis le début de l'année 2019

Après cette journée fatigante, avec 18 kms parcourus, 813 marches grimpées, et aussi 813 marches redescendues, et quelques autres marches grimpées ici et là, je vais me détendre au bain turc et au hammam avec Sabrina, avant de faire un gommage et un massage.

Encore une journée de passée, qui nous rapproche du retour... snif snif ! Mais que de beautés observées aujourd'hui.

7
7
Publié le 23 novembre 2019

Ce matin, tout le monde va mieux et l’on prend la route vers le sud de la Jordanie. On traverse des routes de montagne en passant par l'un des points culminants du pays situé à 1565 m d’altitude. Ce qui signifie que cette semaine, on aura parcouru un dénivelé allant de -416 m au dessous du niveau de la mer à +1565m au dessus du niveau de la mer.

On poursuit le chemin entre deux vallées, le Wadi Araba et le Wadi Rum. Cette route mène jusqu’à Aqaba, seul port côtier de Jordanie. Le trafic y est donc très important et on croise beaucoup de camions qui transportent le pétrole entre les pays arabes.

On croise la seule ligne de chemin de fer du pays qui est consacrée au transport de marchandises. Il faut savoir qu’il n’existe aucun train pour le transport de passagers.

Le Wadi Rum est en vue. On monte dans des pick-up 4X4 «locaux» pour une chevauchée dans le désert pendant environ quatre heures. Ce désert a inspiré beaucoup de réalisateurs de films et Lawrence d’Arabie y a séjourné quelques temps. Les Sept Piliers l’ont même inspiré pour écrire son livre.

Départ par le Rocher des 7 piliers à droite

Premier arrêt, on escalade une dune de sable.

La beauté de la nature à perte de vue…

Et c’est reparti ! On reprend notre monture pour découvrir de nouveaux paysages à couper le souffle.

On s’arrête à la gare chamelière du Wadi Rum. Sur les murs, des inscriptions thamoudéennes et nabatéennes représentent des animaux et des humains.

Ce qu'il faut savoir sur le chameau : il marche en avançant les 2 pattes du même coté et a une vision concave. C'est pour cela qu'il ne peut pas "attaquer" l'homme car il le voit comme un géant devant lui.


On s’arrête devant la maison où Lawrence d’Arabie aurait séjourné.

Maison de Lawrence d'Arabie

La vue de la maison de Lawrence... plutôt sympa!

Les 4 montagnes

Après plus d’une heure de route, on arrive au fameux Burdah Rock Bridge. C’est une arche naturelle taillée dans la roche à 80 m du sol, devenue célèbre pour une publicité vantant les mérites d’une grande marque de cigarettes. Il est possible de l’escalader mais les marches ne m’ont pas convaincue de tenter l’aventure.

Un aperçu des marches !... Pour la montée, c'est gérable. Mais la descente… plus compliquée !

Une petite pause sous la tente bédouine où l’on nous offre un verre de thé et des petits gâteaux.

Reconstitution en miniature d’une tente bédouine pour poupées bédouines ...

On part pour une belle balade tranquille puis une course dans le désert. Quel dépaysement !

Une petite marche d’une demi-heure nous permet d’admirer plus sereinement les roches, les paysages et les fadas d’escalade.

En repartant, on est stoppé car la roue d’un 4x4 est crevée... Tout était trop parfait, il fallait bien qu’un petit incident vienne animer notre aventure. En 2 temps, 2 mesures, la roue est changée et l’on peut repartir.

L’aventure se termine par un déjeuner dans un camp bédouin, sous la tente.

Poulet riz pour ne pas changer les habitudes et gâteau semoule noix de coco miel... un délice! 

A 14h, on reprend la route vers Amman, cette fois-ci en bus pour environ 4h30 de trajet et 380 kms. À temps égal, ça ne vaut pas les quatre heures inoubliables que nous venons de passer dans le désert.

Arrivés à Amman, un nettoyage complet de la tête au pied s’impose pour enlever le sable et la poussière dont nous sommes recouverts. Après le sel de la Mer Morte, le sable du Wadi Rum, nous aurons eu, cette semaine, un soin complet de la peau et des cheveux... à l’œil (expression favorite de notre guide Mustapha).

Il est l’heure de faire les bagages pour prendre l’avion de bonne heure demain matin.

8
8
Publié le 24 novembre 2019

Le réveil sonne à 4h45 en même temps que l’appel à la prière du muezzin. Petit déjeuner à 5h30, à la fin de la prière, et départ pour l’aéroport à 6h15, trois heures trente avant le départ prévu de l’avion.

Petit déjeuner jordanien : khoubs bi asal wa khoubs bi joubnah wa qawha bi soukkar bi halib

A l’aéroport, je suis intriguée par un jeu de société... le Monopoly jordanien. Trop amusant!

Monopoly avec tous les lieux de Jordanie et des billets de banque à l’effigie des animaux locaux  

Tous rassemblés devant la porte d’embarquement pour prendre l’avion à destination de Paris, nous nous rappelons les expressions de notre guide Mustapha, qui nous ont fait rire tout au long de cette semaine.

« Bienvenue chez moi, faites comme chez vous, mais n’oubliez pas que vous êtes chez moi. »

La femelle du chameau, c’est bien entendu, mesdames et messieurs, vous le savez, c’est la chamelle, et le petit du chameau, vous le connaissez… c’est le « chamallow ».

Et le petit du dromadaire, le "dromadou".

Les empreintes d’un chameau  

En 1999, lorsque le petit roi, le roi Hussein de Jordanie, meurt, il aurait dû être remplacé par son frère Hassan. Mais une semaine avant sa mort, il nomme son fils Abdallah comme héritier de la couronne. Ce n’était pas prévu... La princesse Rania ne savait pas qu’elle allait devenir reine, elle était pas du tout préparée à ça. Alors elle a été obligée de faire un stage de « Reinesse ».

Les bédouins vivent dans le désert sous des tentes mais ils sont modernes quand même un petit peu, et ils ont des belles voitures. Ils ont tous les mêmes voitures d’ailleurs. Ils ont des « Chèvres au lait ».

Tu as de belles oreilles, tu sais... 

Vous savez, mesdames et messieurs que c’est WC qui a tracé les frontières de la Jordanie en 1921. Oui c’est Winston Churchill, qui était ministre britannique des Colonies. Il était assis sur sa terrasse avec une règle et un crayon, et il a tracé des lignes toutes droites... et il a éternué, c’est pour ça que, il y a un petit endroit, là dans le coin, où c’est pas droit... c’est pas moi qui le dis, mesdames et messieurs, c’est lui qui l’a écrit dans son livre.

Et l’histoire de Loth, vous la connaissez? Loth, c’est le neveu d’Abraham dans l’ancien testament et il habitait à Fifa (Safi actuellement), à la jonction entre la route du Wadi Araba, la route de la Mer Morte et la route entre Tafilah et Dana. Tout comme dans les villes de Sodome et Gomorrhe, il y eut beaucoup de choses pas très très belles, des événements très dramatiques, mesdames et messieurs. Un jour, la ville de Safi a pris feu. Loth s’est enfui avec sa femme et ses filles. Et il a dit à sa femme, non chérie, non chérie, ne te retourne pas. Si tu te retournes, je sais pas moi ce qui va t’arriver, mais non chérie, il ne faut pas te retourner. Je t’aime, je tiens à toi. Et comme c’est une femme, elle obéit pas toujours à son mari et là, bien sûr, qu’est-ce que vous pensez qu’elle a fait? C’est une femme… Alors, elle se retourne... et elle s'est «pétrafiée» en statue de sel pour avoir désobéi à son mari et donc à Dieu. Et vous savez comment elle s’appelait la femme de Loth? « Garonne » … hi hi hi

Maintenant, on va aller visiter Petra. C’est très très grand et pour arriver à l'entrée du Siq et aller jusqu'au Trésor, jusqu'au Khazneh, c’est très très loin et vous avez le choix, mesdames et messieurs. Y aller à pieds avec moi, monter sur un cheval jusqu'au Siq ou monter dans une calèche pour aller directement au Trésor. Sur place, vous verrez, mesdames et messieurs, il y a beaucoup de «caléchiens» qui vous attendent et qui vous proposeront de faire la balade, comme ça. Oui oui des caléchiens, c'est pas comme ça qu'on dit en français ?...

Merci à tous ceux qui ont participé au voyage pour cette magnifique semaine passée ensembles et pour les échanges enrichissants que l’on a pu partager.

Et merci à tous ceux qui ont suivi l’aventure à distance et un grand merci à ceux qui ont laissé leurs commentaires.