Carnet de voyage

A la découverte de la Croatie en 2015/2016/2019

6 étapes
14 commentaires
38 abonnés
Dernière étape postée il y a 1715 jours
La Croatie avec ses mille et une îles, ses kilomètres de côtes, ses parcs nationaux et sa grande diversité de paysages mérite sans aucun doute plusieurs voyages pour découvrir toutes ses richesses.
Du 31 juillet au 7 août 2019
8 jours
Partager ce carnet de voyage
1

En 2015, j'ai commencé à découvrir ce beau pays qu'est la Croatie.

Un vol direct pour Split au départ de Nantes, une auberge de jeunesse au coeur des rues piétonnes et un guide sur la région, me voilà prête pour partir à la découverte de la Dalmatie centrale.

_______________________________

La ville de SPLIT

Tout d'abord, la visite de Split s'impose. Les abords de cette ville industrielle ne sont pas très attirants mais lorsqu'on arrive sur le front de mer, la "Riva" offre un contraste tout à fait étonnant. Et avec le soleil couchant, c'est encore plus magique.

Le front de mer, Riva, et le palais de Dioclétien à l'arrière des bateaux


Cette avenue plantée de palmiers et bordée d'arcades invite à entrer dans la ville. On cherche le Palais de Dioclétien. En fait le Palais, c'est tout le centre historique et culturel de Split avec ses rues piétonnes, ses places, sa cathédrale et sa tour de l'horloge. Une porte permet d'entrer dans la vieille ville historique et là, surprise, on arrive sur un site archéologique avec des dédales de ruelles sous des voûtes en pierre où se sont installés des commerçants et des artisans.

La ville souterraine


L'intérieur du Palais ou de la vieille ville laisse découvrir des merveilles d'architecture à chaque coin de rue.

Split


Lors de la visite de la cathédrale St Dominius et de son trésor, une petite montée dans le clocher s'impose mais… j'ai les jambes qui flageolent . Arrivée au sommet, je me demande comment je vais redescendre, les escaliers sont étroits et il y a foule!...

Cathédrale de Split, clocher et escalier abrupt


Une satisfaction : la vue panoramique est magnifique!

Split et la Mer Adriatique

Sur la place de la cathédrale, on trouve le fameux café Luxor avec ses chaises très originales.

On trinque sur des coussins installés sur les marches du site archéologique près de la Cathédrale


Face à la cathédrale, dans un bâtiment au plafond ouvert en rosace à l'acoustique exceptionnelle, on peut écouter un groupe de chanteurs dalmates.

Chants traditionnels de Dalmatie


La partie nord de la ville est tout aussi intéressante. Sur la Place Narodini, on peut voir une des portes de la ville et croiser des gardes romains, sans oublier de frotter l'orteil de Ninj en faisant un vœu.

Split, le nord de la vieille ville


Split


Une balade sur le port nous mène sur la colline Marjan, où l'on peut flâner dans un immense parc qui offre des vues exceptionnelles sur la mer et se promener dans des jardins.

Vues de la colline Marjan


C'est également un endroit de choix pour voir le soleil se coucher.

Coucher de soleil sur l'Adriatique

_____________________________________

SALONA

A une dizaine de kilomètres de Split, il est possible de prendre un bus pour aller visiter le site archéologique de l'ancienne ville romaine, Salona.

Site archéologique de Salona

________________________________

Une journée sur l'île de Brac

On part en bateau jusque sur l'île de Brac, la plus proche de Split. On débarque à Supetar mais il faut prendre un bus ou un taxi pour aller de l'autre côté de l'île. On trouve un groupe et on complète le taxi pour traverser l'île. On arrive à Bol, très bel endroit que nous visitons et nous nous dirigeons vers les belles plages par une promenade le long de la mer. C'est magnifique.

Bol

Lorsqu'on veut repartir en fin d'après-midi, on veut prendre le dernier bus qui attend sur le parking mais un chauffeur de taxi nous accoste pour compléter son taxi. On accepte pour économiser des kunas… Lorsque l'on part, je me rends compte qu'il ne prend pas la direction de la sortie de la ville mais celle de la plage. Je lui demande où il va mais il n'a pas l'air de comprendre l'anglais ou alors, il ne veut pas me répondre. Je comprends vite que c'est plutôt la 2ème option car lorsqu'on arrive à la plage, il nous dit qu'il ne va pas au port. Il nous ramène au point de départ mais le bus est bien évidemment parti. Il veut nous faire payer la course mais il ne veut pas nous emmener au port. Finalement, il accepte de nous transporter mais... ce n'est pas le même prix qu'avec le bus local. Il nous demande 40€ à la sortie!!! On était pourtant à Bol mais là, on n'a pas eu de bol ! Facile...


L'arnaqueur au volant... et en plus, on s'essuie un orage sur la route!

En arrivant à Supetar, on en profite pour faire un petit tour de ville.

Supetar

_____________________________________

Escapade au Parc Naturel de KRKA

On décide d'aller passer la journée au fameux parc naturel de Krka. Pour des raisons pratiques, on prend une excursion. Pour 30 €, on part avec le bus pour le parc dont l'entrée est comprise dans le tarif et on peut visiter la ville de Šibenik, ce qui est intéressant car avec les bus locaux, on aurait dû le faire sur 2 jours.

La rivière Krka longue de seulement 72 kms a creusé un véritable canyon dans lequel se succèdent des cascades, des chutes d'eau et de nombreux petits lacs. On peut se baigner dans certains bassins et on visite le parc en suivant un chemin balisé qui contourne le site et permet de contempler la faune et la flore de ce lieu.

Le parc de Krka

Après la visite, on va déjeuner dans un petit restaurant typique où l'on goûte aux spécialités locales. Pour la digestion, je décide d'escalader des rochers et la vue est époustouflante.


Vue sur la rivière Krka


Je vais aussi voir les "travertines", roches calcaires et je me promène le long de la rivière, c'est magique.

Travertines et faune


En allant vers Silbénik, on aperçoit le Monastère de Visovac, seul sur une petite île en plein milieu de la rivière de Krka.

Monastère de Visovac

____________________________________

SILBÉNIK

Puis on prend la direction de Silbénik. Cette ville est située entre Split et Zadar. C'est un petit port et c'est là que la rivière Krka vient se jeter dans la Mer Adriatique.

La cathédrale St Jacques se dresse sur la place centrale. Sur la façade, on peut voir 71 visages de personnages.

Silbénik et la cathédrale St Jacques, classée au patrimoine mondial de l'Unesco


Puis, en traversant les jardins du Monastère, on arrive à la forteresse St Michel par un dédale de ruelles et de marches avec une belle vue sur Silbénik et sur la mer.

Les jardins du monastère St Laurent à Silbénik

_____________________________________

Une journée sur l'île de HVAR

Alors que l'on veut prendre un billet aller retour pour aller sur l'île de Hvar, la caissière nous invite à ne prendre que l'aller et nous conseille de prendre le retour sur place. Ok, on prend un aller.

On arrive sur l'île de Hvar, au sud de Split. La vue à l'arrivée sur Stari Grad est magnifique bien qu'il fasse très chaud et qu'il y ait beaucoup de touristes. On se ballade, c'est vraiment un très bel endroit.

Stari Grad

Je monte au château en traversant de jolies rues avec une végétation luxuriante. La vue sur la ville est un régal pour les yeux.

Vue du château sur Stari Grad, île de Hvar

On en profite pour se baigner tellement l'eau est transparente et chaude.

Puis nous décidons de regagner le port pour prendre notre billet de retour. Le guichet est fermé. Deux personnes attendent. On en profite pour s'asseoir à l'ombre. Un certain nombre de personnes arrivent qui veulent également un billet pour rentrer sur Split. Lorsque le guichet ouvre, on apprend qu'il n'y a plus de places disponibles. Panique à bord, on se trouve sur une île et on ne peut pas rentrer à la nage… On nous explique qu'un bus local peut nous emmener jusqu'au terminal du ferry à Hvar. On s'approche de l'arrêt de bus. Il y a déjà pas mal de mon de à attendre. Le prochain bus est dans 1 heure! On attend en espérant que tout le monde va pouvoir monter dans le bus. C'est bon! On part, on arrive au ferry et on arrive à prendre des places pour rentrer… Ouf!

Dans le bateau, un croate retraité vient nous parler car il a vu que l'on parlait français. Lorsqu'on lui explique nos déboires sur les 2 îles où l'on est allé, il nous explique que les croates n'aiment pas les français et que ça date de Napoléon. On ne comprend pas tout mais j'aimerais bien savoir ce qu'il leur a fait à ces croates…

______________________________________

Cap sur le Parc Naturel des lacs de PLITVICE

Comme pour le parc de Krka, on décide de prendre une excursion à la journée pour aller voir le magnifique parc de Plitvice, certainement le plus connu de Croatie.

Le départ est prévu à 6h du matin car il est situé à 4h de route de Split. Il fait déjà très chaud et l'on part avec un petit gilet très léger. En approchant, on voit que le ciel change et que la pluie arrive. Avant de descendre du bus, l'accompagnateur nous propose d'acheter un poncho en plastique pour ceux qui le souhaitent. Tout le monde saute sur la proposition et avant de descendre du bus, on s'équipe tous de cette fabuleuse petite invention pour la modique somme de 2€. Bien protégés, on prend un mini-train pour accéder au sommet du parc à plus de 600m d'altitude près du lac Proscansko. Et la découverte du parc commence à travers des chemins de pierres, de terre, des ponts de bois. Le parc compte 16 lacs qui sont reliés les uns aux autres par des cascades en tuff de calcaire. On traverse des forêts, des rivières d'eau douce, des chutes majestueuses. On traverse un des lacs avec un bateau.

Parc naturel de Plitvice, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco

Malgré la pluie et le froid, c'est une journée magnifique à travers la nature. Ces chutes d'eau sont extraordinaires et les couleurs de l'eau sont magnifiques. A ne pas louper!

______________________________________

Visite de TROGIR

A une vingtaine de kilomètres au nord de Split, se trouve la petite ville de Trogir, une des plus belles villes de l'Adriatique, inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco. Cette ville est souvent choisie comme décor de films ou de vidéos. C'est une ville portuaire avec une forteresse qui est reliée à la terre par 2 ponts.

Ses rues piétonnes sont animées et regorgent de touristes l'été.

Grad Trogir

Au centre des rues piétonnes, la cathédrale St Laurent, de style roman, a une façade remarquable. Du haut du clocher la vue est magnifique. Mais là encore, les escaliers sont hyper dangereux.


Cathédrale St Laurent de Trogir et vue du clocher sur le presqu'ile de Trogir

_________________________________________

Fin du 1er round en Croatie : Split et ses alentours

Une glace très locale !

A bientôt pour une nouvelle aventure en terres croates !

________________________

2

En 2016, j'ai continué mon périple en Croatie, direction Dubrovnik et le sud de la Dalmatie.

Cette fois-ci, je ne vais pas dans une auberge de jeunesse mais dans une chambre chez l'habitant, hyper bien située, juste à côté de la Porte Pile, porte principale d'entrée de la vieille ville, avec une terrasse et vue sur le vieux château.


DUBROVNIK

Porte Pile, Fontaine d'Onofrio et le Stradun

Tout d'abord un petit tour dans la vieille ville s'impose. On entre par la Porte Pile et on est tout de suite envoûté par l'atmosphère de cette ville fortifiée entourée par des remparts. Avant d'emprunter l'allée centrale, le Stradun, on peut se rafraîchir à la fontaine d'Onofrio, grande réserve d'eau fraîche en forme de polygone à 16 faces. Les rues piétonnes partent de chaque côté du Stradun. Côté sud, c'est assez plat mais côté nord, c'est un dédale de ruelles et d'escaliers. Heureusement que les bâtiments sont très hauts, ils protègent de la chaleur des rayons du soleil.

Porte Pile avec la statue de St Blaise saint patron de la ville, fontaine d'Onofrio et Stradun

Place Luza

Au bout du Stradun, on arrive sur la place Luza où l'on peut voir le Palais Sponza, la Colonne de Roland, la petite fontaine d'Onofrio, le Palais du Recteur (musée de Dubrovnik), l'hôtel de ville, l'Eglise St Blaise et la Tour de l'Horloge. Ne pas oublier de frotter le nez de Marin Drzic, ça porte bonheur! Les voyages en Croatie portent bonheur, à Split, c'était l'orteil de Ninj qu'il fallait frotter...

Colonne de Roland devant l'église St Blaise, la Tour de l'horloge et le palais Sponza, l'Hôtel de Ville, et le nez de Marin Drzic

Le vieux port et le fort St Jean

Derrière la Tour de l'Horloge, haute de 35m, principal symbole de la ville avec les 2 soldats de bronze, Maro et Baro, qui donnent l'heure, se trouve le vieux port de Dubrovnik, très animé, avec des départs de bateaux pour des excursions à la journée. Au bout du port le long des remparts, on distingue l'imposant Fort St Jean, lieu de bronzette et de rafraîchissement apprécié en plein été.

Vieux port et Fort St Jean

La cathédrale

On peut grimper par le petit escalier juste avant le fort pour accéder à la Cathédrale ou retourner sur la place Luza et emprunter le magnifique escalier à côté de l'Hôtel de Ville

Cathédrale

Les remparts

Le tour des remparts, bien que payant, est incontournable pour admirer la vieille ville d'une autre façon et la vue depuis cette imposante forteresse est tellement surprenante… Un conseil, il faut être en forme car de nombreux escaliers jalonnent le parcours.

Balade sur les remparts de la vieille ville de Dubrovnik

__________________________________________

Le Mont Srd (405m)

Après ce tour de ville, on décide de partir découvrir les alentours avec un minibus qui nous emmène, par une route de montagne, au Mont Srd à 405 m d'altitude, à l'arrivée du téléphérique de Dubrovnik.

La vieille ville de Dubrovnik vue du sommet de la colline
Dubrovnik

Autour de Dubrovnik

Ensuite, nous allons voir la réserve d'eau de la ville de Dubrovnik et de sa région en passant par le nouveau pont.

Réserve d'eau naturelle de la région de Dubrovnik

____________________________________

CAVTAT

Retour sur le vieux port pour embarquer vers Cavtat, charmante petite bourgade portuaire, située à 18 kms au sud est de Dubrovnik. C'est une ville médiévale sur la presqu'île de Rat. C'est beaucoup plus calme que Dubrovnik et l'endroit est idéal pour faire une randonnée le long de la côte jusqu'au sommet de la presqu'île, découvrir le port et le cimetière en haut de la colline.

Du chemin escarpé et sauvage, les vues magnifiques sur le port et les criques aux eaux transparentes

___________________________________

BOUCHES DU KOTOR (Monténégro)

Un petit tour par le Monténégro et les Bouches de Kotor nous tente. On réserve une excursion dans une agence, ce qui est préférable car pour aller au Monténégro, il semble que le passage à la frontière soit assez fastidieux si on y va en voiture particulière, ce pays n'appartenant pas à l'Union Européenne bien que la monnaie soit l'€uro. A contrario, la Croatie fait partie de l'Union Européenne mais n'a pas adopté l'€uro. Attention aux réseaux téléphoniques! Je conseille d'éteindre les données à l'étranger ou d'éteindre son portable car le Monténégro n'entre pas dans le champ des accords avec les pays européens. Pour info, une heure après mon entrée dans le pays, un sms m'indiquait un dépassement de 50€ que j'ai réussi à me faire rembourser par mon opérateur. Mais mieux vaut être averti!

De Dubrovnik, il faut prendre la route côtière, un peu étroite, jusqu'au Monténégro. La côte est magnifique avec ses falaises qui descendent dans la mer. Le passage à la frontière est effectivement assez long car ils vérifient toutes les pièces d'identité.

On arrive dans les Bouches de Kotor que l'on contourne jusqu'à la ville de Kotor par une route entourée d'un côté par les montagnes et de l'autre par la mer qui ressemble à un immense lac avec ses îles et ses monastères


Bouches de Kotor, ses îles et ses monastères

KOTOR (Monténégro)

Puis au fond de la baie, après avoir traversé Risan et Dobrota, on découvre la ville médiévale de Kotor, classée au patrimoine mondial de l'Unesco, avec ses ruelles cachées à l'intérieur des remparts. L'important est de se promener au gré des vents et de se perdre dans les ruelles. Une petite grimpette au sommet de la forteresse m'aurait attirée en temps normal mais par manque de temps, je ne la ferai pas.

Kotor

_______________________________________

BUDVA (Monténégro)

Puis direction Budva, la ville la plus connue du Monténégro pour sa vie nocturne. Cette vieille ville a un charme fou avec ses ruelles et sa citadelle. On accède aux plages par des arches creusées dans les remparts.

Budva

____________________________________

LLVAT (Monténégro)

Il est temps de prendre la route du retour. Le bus se dirige vers Llvat où il embarque sur un bateau plat pour traverser les Bouches de Kotor et retourner sur la rive nord pour rejoindre le chemin vers la Croatie.

La traversée est magnifique avec le soleil presque couchant. On se croirait dans les fjords.

Traversée en bateau des Bouches de Kotor

____________________________________

Entre Dubrovnik et Split

Le retour vers la France approche mais je voulais emprunter la route longeant la mer entre Dubrovnik et Split. Il paraît qu'elle est magnifique car elle surplombe de jolis villages en contrebas des falaises et offre une vue magnifique sur les îles. On prend un billet de bus local pour Split. Les 4 heures de trajet ne sont pas un handicap si la vue est belle.

Je suis déçue car le car ne va pas suivre cette belle route jusqu'à Split. Très vite, il prend la route de l'intérieur. On traverse le delta de Neretva avec des paysages de culture qui forment des dessins sympas.

Sur cette route entre Dubrovnik et Split, ce qui est intéressant, c'est le double passage du poste frontière de la Bosnie-Herzégovine. Ce pays, après la division des pays de l'est, a gardé une bande d'une vingtaine de kilomètres le long de la côte et vient couper la Croatie en deux.

La route côtière de Dubrovnik vers le nord, la frontière avec la Bosnie Herzégovine et les cultures dans le delta de Neretva

____________________________________

SPLIT

Après une nuit chez l'habitant et un nouveau tour d'horizon dans le centre historique de Split où cette fois-ci, j'ai ancré les images de cette ville magnifique dans ma tête, c'est le retour vers la France.


_________________________________________

Fin du 2ème round en terres croates et monténégrines.

Le 31 juillet 2019, nouveau voyage en Croatie

- une escale à Pula, point de départ pour découvrir une partie de l'Istrie,

- une escale à Zadar, pour découvrir le nord de la Dalmatie,

- et retour par Split.

A très bientôt...

3
3
Publié le 2 août 2019

Ce matin, c’est un peu difficile. Le réveil a sonné à 2h30, le temps d’aller à l’aéroport de Nantes pour un départ très matinal à 5h45 à destination de Pula. Comme l’arrivée de notre vol est prévue à 7h50, nous allons pouvoir profiter de notre première journée en Istrie.

L'Istrie est une péninsule dans le nord de la Croatie, au sud de la Slovénie, et séparée de l'Italie par le Golfe de Trieste. Officiellement, la capitale de l'Istrie est Pazin, mais Pula représente la capitale économique et culturelle. Dans cette région de la Croatie, la plupart des habitants parle italien. C'est une région viticole.

L'Istrie

PULA

Après avoir pris nos quartiers dans une auberge de jeunesse à proximité de la gare routière et du centre historique de Pula, et pris un petit déjeuner sur la terrasse du Crazy House Hostel, nous partons à la découverte de Pula.

Notre première étape, l’amphithéâtre de Pula , très célèbre pour la beauté de son architecture bien conservée. Nous arrivons sur le site en 2 minutes car l’auberge est située à proximité, et nous sommes éblouies par la splendeur du bâtiment. Nous faisons le tour du bâtiment et à certains endroits, on peut apercevoir la mer à travers les arches.

Amphithéâtre de pula 

Puis nous partons à travers la ville pour découvrir les rues et les vieilles maisons.

Architecture  

Nous découvrons les portes de la vieille ville.

Vrata  

Nous arrivons sur la place du Forum où se tient le Temple d’Auguste à côté de l’Hôtel de Ville.

Forum, Temple d’Auguste et Palais de l’Hôtel de Ville 

Un petit tour par le marché s’impose pour faire le plein d’énergie. On achète des fruits. Un marchand jette ses dernières tomates alors on lui demande si on peut les récupérer et il nous les donne avec un grand sourire. Quelle aubaine!

Marché 

Sous la ville de Pula, des souterrains sont ouverts au public depuis 2011. On remarque les entrées par le sigle Zerostrasse. Ce sont 400 m de galeries qui débouchent au hasard des ruelles avec deux expos. Assez sympa!

Zerostrasse 

Nous découvrons également des petites églises et des chapelles très sympas.

chapelles 

Puis nous grimpons au château qui domine la ville sans que nous ne l’ayons aperçu une seule fois depuis notre arrivée. Il est bien caché. A l’intérieur de l’enceinte, c’est le musée historique de l’Istrie. Un petit sentier contourne le château. Nous l’empruntons pour avoir une vue panoramique à 360 degrés sur la ville de Pula.

Chateau de Pula  

En redescendant par les innombrables escaliers de pierres, nous en profitons pour rendre visite aux tortues qui déambulent dans la cour du couvent St François.

Un petit tour par l’amphithéâtre pour finir la journée et écouter quelques chanteurs qui s’entraînent pour un spectacle.

L’amphithéâtre le soir 

Une visite nocturne de Pula après avoir écouté Carmen dans l’amphithéâtre.

Spectacle de Carmen à l’amphithéâtre 
Pula by night et les Grues illuminées  

JOURNÉE EN BATEAU

Ce matin, nous partons en bateau vers le nord de l’Istrie. C’est une excursion organisée qui va nous emmener vers de très belles villes et de beaux paysages. Nous voulions partir en bus pour visiter Porec et Rovinj mais avec le bus, il n’était pas possible de voir le fjord de Limm.

Nous quittons le port de Pula en direction des îles de Brujini. Nous longeons les côtes de ces îles qui abritent un parc national. Puis nous arrivons dans un petit port très animé avec ses campings et sa piste cyclable que l’on aperçoit. Ça doit être sympa de faire du vélo car la piste longe toute la côte.

Port

Nous passons devant Rovinj avant d’arriver dans le fjord de Limm.


FJORD DE LIMM

Ce fjord mesure 600 mètres de large sur une profondeur de 12kms. D’un côté, ce sont des forêts touffues et très vertes, de l’autre des rochers dans lesquels les pirates ont creusé leurs repaires. Le soleil donne des couleurs sympas.

Fjord de Limm 

Nous profitons de cet endroit pour faire la pause déjeuner en compagnie des mouettes qui espèrent récolter quelques miettes de notre repas.

Maquereaux, escalopes, salade de crudites 

Puis nous arrivons à Vrsar pour un arrêt baignade. La plage de galets nous incite plutôt à aller visiter la ville.


VRSAR

Nous longeons le port pour arriver dans le bourg de Vrsar. Une grande côte et beaucoup de marches nous conduisent au sommet du village pour visiter l’église.


Village de Vrsar 

En redescendant vers le port, des points photos nous font découvrir des paysages très différents. Nous apprécions particulièrement la vue sur les îles.

Panoramas sur l’Adriatique 

Puis nous allons faire une balade sur la promenade longeant les plages avant de reprendre le bateau. Il fait très chaud, c’est la plus chaude journée de la semaine. J’ai fini ma bouteille d’eau et je prends dans mon sac, la bouteille en réserve achetée la veille. A la première gorgée, c’est l’horreur... je recrache tout ce que je peux. Le gars de la supérette nous a vendu des bouteilles de vinaigre blanc !!!! C’est l’horreur! J’achète vite de nouvelles bouteilles et je mange du pain pour essayer de calmer le feu. Je ne conseille absolument pas ce breuvage à quiconque. Au retour, nous passerons à sa boutique mais il niera complètement sa responsabilité. Il nous tient pour responsables... comme si on savait lire le croate, nous! Quelle amabilité !

Tout va bien. Nous continuons notre périple vers RovinJ.


ROVINJ

Rovinj est l’une des plus belles villes de Croatie. A l’origine, c’était une île mais depuis le XVIIIème siècle, le canal séparant Rovinj du continent a été comblé. Maintenant, c’est comme une presqu’île qui s’avance dans la mer avec ses maisons colorées comme en Italie, son campanile comme sur la place San Marco à Venise, sa lagune avec ses petites îles comme à Venise. Et on s’y croirait!

Rovinj 

C’est magnifique ! Les habitants, les commerçants, les restaurateurs ont beaucoup de goût pour la décoration.

Déco dans les rues 
De l’art devant cette mer bleue transparente  

Retour vers Pula après une journée bien remplie... mais que de belles images dans la tête !


PARC NATIONAL DE KAMENJAC

Ce matin, nous prenons le bus 28 pour 30 kunas (4,50€) l’aller retour en direction de Premantura pour aller visiter à vélo le parc naturel de Kamenjac.

Après 30 minutes de trajet, le bus nous dépose au Camping de Premantura, ce qui nous fait économiser les 20 kunas de l’entrée au parc. Bon plan! Mais nous sommes au milieu des campeurs sans un seul panneau d’indication. Nous nous retrouvons avec un jeune couple d’italiens voulant également louer un vélo. Des campeurs, italiens eux aussi, nous disent qu’il n’y a pas de location de vélo dans le camping et nous indiquent les deux randonnées à faire, l’une de 20 minutes qui coupe la presqu’île jusqu’à un beau point de vue et l’autre d’une demi heure longeant la côte. Pour plus de sécurité, nous prenons une photo du plan et l’Italienne nous indique où est le camping sur la carte. Ok tutto va bene. Avec un plan, on s’en sort toujours !!!

Arrivés en bordure de mer, nous trouvons un loueur de vélo... ah ah ! l’italienne ne doit pas faire de vélo, sinon elle l’aurait su. Ce n'est pas trop cher, 80 kunas (12€) pour 4 heures de location. Mais lorsqu’on voit les sentiers avec tous les cailloux, on se décide à partir à pieds, le jeune couple d’italiens aussi.

Magnifiques sentiers pédestres  

Nous partons sous un ciel un peu gris mais selon la météo, ça doit se lever entre 10 et 11 heures. De toutes façons, c’est mieux pour randonner. Nous longeons la mer sur des chemins de pierres qui ne sont pas très confortables pour les pieds.

Des rochers coupent le sentier. Nous devons quitter le chemin côtier et entrer dans la forêt. On cherche un peu le sentier et on suit un couple avec un chien. On commence à enjamber des troncs d’arbre... ça ne doit pas être le bon chemin. D’autres randonneurs nous rattrapent et prennent un chemin sur la gauche. On fait demi tour et on les suit. C’est beaucoup mieux, on rejoint la mer sur une falaise d’où la vue est très belle. Un petit escalier pour descendre et pour remonter de l’autre côté.., sympa!

Vue de la falaise 

Puis nous arrivons dans une baie magnifique avec des dégradés d’eaux bleues. Nous voulons absolument suivre le rivage et nous retrouvons à marcher sur des rochers avec très peu d’espaces pour passer.

Nous réussissons à escalader quelques pierres et arrivons sur un petit chemin pour rejoindre une autre baie. C’est pareil, on ne peut pas suivre la côte alors nous empruntons un chemin qui nous mène encore au milieu de nulle part. Nous demandons à des belges s’ils savent où nous sommes mais ils ont le même plan que nous. Pour l’instant, je ne l’avais pas vraiment regardé car nous ne trouvions pas de panneaux de signalisation. En regardant la carte de plus près, devant les premiers panneaux que nous rencontrons, on éclate de rire car il n’y a aucun nom sur la carte. Par contre, sur le panneau, il y a plein de directions. 😂.

C’est où qu’on va? 

On décide d’avancer un peu et là, on se retrouve dans la civilisation avec VTT, parkings, voitures... on doit être à l’endroit où il faut être. On s’avance vers la mer et on découvre un endroit magnifique mais très populaire. On en profite pour pique niquer dans ce très beau site.

The place to be !  La pointe de Kamenjac...

Puis nous repartons sous un soleil de plomb par des chemins balisés à travers la forêt.

Chemins sous le soleil. Chemins ombragés  

C’est assez sympa mais ces chemins ne longent pas la cote. On revient donc en bord de mer et nous faisons le chemin de retour par notre route du matin. Sous le soleil, c’est complètement différent. Il y a de jolis spots de baignade et la mer nous montre un dégradé de couleurs magnifiques.

Envie de se baigner 

Dans ce parc naturel, nous rencontrons de très jolis spécimens de végétaux, de fleurs, d’animaux... avec de petits papillons qui butinent les fleurs!

Cherchez les papillons  
La nature est belle 

En attendant le bus, nous commençons à entendre des coups de tonnerre et à voir quelques éclairs, mais pas de pluie. Nous rentrons sur Pula, il fait très lourd. Après avoir dîné tranquillement sur la terrasse de l’auberge, je regarde dans le ciel un phénomène que je n’ai encore jamais vu. Juste le temps de prendre quelques photos, le ciel s’assombrit, devient noir et éclate. En 30 secondes, c’est une tempête d’une violence incroyable. Rafales de vent et pluie battante, parasols déchirés et inondations dans les couloirs.

Après la tempête, le calme revient

Encore une journée bien remplie avant de partir demain matin à l’aube vers une nouvelle région de la Croatie.

Ces 3 jours sur Pula nous ont permis de découvrir une petite partie de cette province mais il y a encore beaucoup de villages très sympas à visiter, de pistes cyclables ou de chemins à explorer.

4
4
Publié le 5 août 2019

Ce matin, on prend le bateau à 7 heures pour traverser le Golfe du Kvarner jusqu'à l'Archipel de Zadar, en traversant de nombreuses îles. En Croatie, on comptabilise 1 185 îles dont seulement 76 sont habitées.

Départ de Pula au lever du soleil 

Lors de la préparation du voyage, il n'y avait plus de places sur le bateau pour faire le trajet entre Pula et Zadar avec la compagnie Catamaran Line doo. Angoisse… J'ai cherché une solution de remplacement mais les 2 possibilités ne m'emballaient pas vraiment : soit un trajet en train de 18 heures avec 4 changements pour une trentaine d’euros, soit un trajet en bus de 16 heures pour 32 euros… J'ai étudié le trajet et les escales sur les îles et fais toutes les simulations possibles. Des places étaient disponibles de Pula à Mali Losinj et d’autres places disponibles de Mali Losinj à Zadar. Allez comprendre les secrets d’internet!! J'ai donc fait une double réservation pour 2x100 kunas, soit 2x15€ par personne au lieu de ne payer qu'une fois 200 kunas. Un peu plus de frais bancaires mais pour un prix similaire à un trajet fastidieux et la chance de partir en bateau pour cette mini-croisière que je n'aurais voulu manquer pour rien au monde!

Trajet en bateau de Pula à Zadar

Nous nous arrêtons sur certaines îles.


Susak 
Mali Losinj 

Un coup de cœur particulier pour l’île de Losinj dont le port de Mali a des airs italiens. Une piste semble contourner l’ile, à faire à vélo ou à pied. Lors d’un prochain voyage peut-être...

 Ilovik 

Après presque 7 heures de bateau, nous arrivons à Zadar à 13h35.

On se rend au Zadar Boutique Hostel, une auberge de jeunesse située en plein centre ville. Et quand je dis en plein centre, c’est en plein centre sur la place du Forum, face à la cathédrale Ste Anastase et à l'église Saint Donat, à côté du musée archéologique et dans la rue principale du centre de Zadar. Que trouver de mieux! Et pour 26 € la nuit par personne petit déjeuner compris. Idéal pour les familles (chambres de 4), pour les jeunes, les moins jeunes... bref un bon plan que je recommande. Au 3ème étage, des chambres individuelles pour 2 personnes avec les lits face à la mer...

Eglise St Donat à gauche, cathédrale Ste Anastase et l’auberge a droite

ZADAR

Zadar est située dans l'une des plus belles régions de l'Adriatique et bordée par un littoral aux eaux cristallines, face à 300 îles et îlots et non loin de parcs nationaux et naturels.

La visite commence par la cathédrale Ste Anastase et la place du Forum.

Cathédrale Ste Anastase 

En traversant le forum, nous arrivons sur la promenade de mer où nous allons écouter les orgues de mer. Un phénomène magique créé par des tuyaux dans lesquels s’engouffre l’air qui est rejeté par des trous installés dans des marches et crée une mélodie différente en fonction de la force du vent.

Orgues de mer 

Puis nous nous baladons à travers les rues. Nous découvrons un cloître et une église dans chaque rue...

Patrimoine religieux  

Les portes de la ville.

Portes de la ville fortifiée  

Les portes des églises

Portes des églises

Zadar regorge de jolis monuments à chaque coin de rue, de magnifiques parcs, d’une citadelle au bout de la promenade près d’un petit port, très joli à observer du parc, d’une Tour du Capitaine.. Cest agréable de se promener dans cette ville !

Découverte de Zadar  

Le soir arrive et le soleil va bientôt se coucher. Nous retournons écouter les orgues de mer et en profitons pour regarder le coucher du soleil.

Coucher du soleil à Zadar 
Un indien à Zadar  
Coucher du soleil scintillant  

Lorsque le soleil se couche apparaît le Salut du Soleil. Ce sont des capteurs, installés en cercle sur la promenade, qui emmagasinent l’énergie des rayons du soleil de la journée et reflètent la lumière le soir venu.

Spectacle de lumières au sol 
Surface avec capteurs solaires 

Puis nous finissons la soirée dans un bar dans une rue très animée de Zadar avec nos deux jeunes bretonnes rencontrées à Pula.

La vie nocturne à Zadar


PARC NATIONAL DE PAKLENIKA

Aujourd’hui dimanche, nous sommes réveillées par les cloches de la cathédrale. Nous voulons aller randonner dans le Parc National de Paklenika. Comme c’est dimanche, les bus ont des horaires spéciaux. Nous nous sommes renseignées à l’office de tourisme sur les trajets de bus pour aller visiter le Parc. Deux départs sont prévus à 8h ou à 11h. Vue l’heure du coucher de la veille, nous décidons de prendre le bus de 11h. Direction la station de bus située en dehors du centre ville à 30 minutes de marche. Nous arrivons à 10h30 et allons nous renseigner au guichet. On nous dit qu’on est dimanche et que le bus part à 10h30 quai 34. Sprint jusqu’au bus qui part devant nos yeux. On retourne au guichet et l’on apprend que le prochain est à 12h avec 50 minutes de trajet. On patiente en se renseignant sur les horaires de retour possibles. Sachant que les informations ne sont pas toujours justes, je passe plusieurs fois aux différents guichets pour me faire confirmer les horaires. 16h, 16h50 ou 18h. Horaires confirmés par écrit et papier en main, à midi pile, on part.

On quitte Zadar pour arriver dans la région du Velebit en passant par une route magnifique.

Route de Zadar à Starigrad 

Arrivés à Starigrad, nous rejoignons l’entrée du parc de Paklenika à environ 30 minutes de marche.

Entrée du Parc 

Nous voulons payer le droit d’entrée de 60 kunas et comme on a marché sous le soleil pour arriver au parc, le guichetier a pitié de nous et nous fait payer une entrée adulte et une étudiante. Qui de nous a encore l’âge d’étudier ??? On paye 100 kunas et l’on part avec un guide en main. Après quelques mètres sur une petite route, nous empruntons un petit pont pour arriver à un moulin restauré.

Moulin de Paklenika 

Nous prenons un chemin pour monter au belvédère d’où la vue a 360 degrés est magnifique : vue sur les montagnes du Velebit et sur la mer Adriatique.

Le chemin de 1500 mètres avec un dénivelé important 
Vue du belvédère  
La descente 

Après une pause pique nique a l’ombre des pins noirs, nous empruntons le sentier éducatif de 2 kms pour rejoindre le sentier de randonnée principal.

Sentier éducatif dans le canyon 

Nous étions un peu seules sur cette partie et nous comprenons que la plupart des touristes se garent sur un parking à proximité immédiate du Canyon de Velika Paklenika. Ce canyon est magnifique.

Canyon de Velika Paklenika 
Le paradis de l’escalade  

Il faut être bien chaussé car les pierres sur le chemin sont un peu glissantes. Au mois d’août, c’est assez sec mais on voit quelques points d’eau.

Un peu de frais 

Les roches ont des tons de toutes les couleurs.

Richesse des roches 

Le temps avance et il faut penser à faire demi tour pour reprendre un bus. Sur le parking, je vois une voiture qui démarre, je leur fais signe et leur demande s’ils peuvent nous ramener à l’entrée du chemin. Ils acceptent. Ouf! Ce sont des polonais qui passent 2 semaines de vacances sur Seline près de Starigrad. La route du retour est très étroite et il est difficile de passer à deux voitures. En arrivant sur la route principale, nous les remercions chaleureusement car ils nous ont économisé une bonne heure de marche.

Nous rejoignons Starigrad en 10 minutes avec une bonne avance sur les horaires de bus annoncés. Évidemment, le bus de 16h, nous ne le voyons pas, ni celui de 16h50 du reste. A l’arrêt de bus, ils ne sont même pas indiqués. Sur les horaires indiqués, on en voit un qui pourrait éventuellement passer à 17h, alors on attend et par bonheur il arrive à 17h15. Le prix n’est pas le même que pour le trajet du matin non plus... on avait payé 32 Juans par personne ce matin et la, il nous demande 44 kunas. Allez comprendre! On est contentes d’arriver à Zadar vers 18h pour aller prendre une douche et passer la soirée à écouter les orgues de mer et regarder le salut du soleil.

5
5
Publié le 6 août 2019

Ce matin, nous partons pour l’île de Dugi Otok. Nous passons par l’agence G&V line pour prendre notre billet de bateau. Le départ est prévu à 8h15 et l’arrivée à 9h. Comme aujourd’hui c’est la fête nationale en Croatie, ce sont les horaires du dimanche qui fonctionnent et il n’y a que deux bateaux pour le retour à 18h et à 19h15. Nous demandons le retour pour 18h. On nous dit qu’il faudra les acheter sur l’île une demi-heure avant le retour. Cette musique a un air de déjà vécu... on prend quand même les billets aller pour 40 kunas par personne et on verra pour le retour, en espérant avoir des places car c’est jour férié, fin de week-end et mois d’août !...

Pour arriver sur l’île, on passe sous le pont qui relie les îles de Pasman à Ugljan et on voit une messe en plein air sur le bord de la mer.

Île de Pasman 

En arrivant sur l’île de Dugi Otok, la première impression est peu engageante avec une usine en premier plan. Puis on arrive sur le petit port avec de jolis couleurs et c’est le début de ce que nous allons découvrir aujourd’hui.

Port de Sali 

En débarquant du bateau, on se dirige directement au bureau de vente de billets mais c’est fermé. On verra ce soir pour le retour. Direction le Tourism Information pour savoir où louer des vélos pour aller visiter le parc naturel de Telascica. On nous informe qu’il n’y a plus de vélos à louer. Bon et combien de kilomètres jusqu’à l’entrée du parc? 8 kms... un peu difficile d’y aller à pieds et encore marcher dans le parc. On nous propose une solution qui nous convient parfaitement. Un taxi peut nous y conduire pour 50 kunas par personne et 20 kanas pour l’entrée du parc. Excellent ! On part en minibus et on demande un retour pour 16h. Parfait, le chauffeur nous donne nos billets, un plan et nous donne toutes les infos pratiques pour la visite du parc. Une voiturette peut également emmener les touristes directement sur le site pour éviter le bon kilomètre à pied.

Infos pratiques  pour la visite du parc
L’ile de Dugi Otok vue du ciel, la baie de Tripuljac à gauche, le lac Mir à droite, et les îles de l’archipel des Kornati au fond 

Guide en main, nous prenons un sentier qui nous amène sur une baie.

La baie de Tripuljac 

En route, nous rencontrons les petits ânes typiques de l’île.

The donkeys 

Puis nous arrivons au niveau des restaurants et prenons à droite en direction du belvédère. En montant dans la forêt, nous traversons un petit village de maisons de Robinson, typiques de l’île.

Maisons de Robinson et parcours de prise de conscience pour la sauvegarde des forêts  

En arrivant au sommet, nous longeons la crête de la falaise avec des vues extraordinaires.

The cliffs 

Le chemin de pierres blanches est assez difficile. Pas facile de poser les pieds correctement. Puis le sentier est coupé par un arbre tombé. Nous nous retrouvons avec trois jeunes filles belges qui étaient dans le taxi avec nous et décidons de prendre un semblant de chemin pour descendre au lac salé.

Rien ne nous arrête, même pas les troncs d’arbre qui sont tombés  

Après ce passage difficile, nous arrivons .. au lac salé, une merveille de la nature. Rien à dire, il suffit de regarder pour découvrir ce lieu magique.

Le lac de Mir ou lac salé le matin 

Nous randonnons tout autour du lac sur 2,2 kms. Le lac mesure 900m sur 300m et la profondeur maximum est de 8ml. C’est magnifique. Et dire que les guides ne mettent aucune étoile à cette merveille de la nature.

Après avoir fait le tour du lac, nous nous dirigeons vers un autre endroit magique avec des milliers de kerns sur une falaise surplombant la mer.

Kerns 

Surprise! Du haut de la falaise, on aperçoit l’archipel des Kornati, îles très célèbres pour leur formation géologique qui surprend lorsqu’on les observe du ciel.

Archipel des Kornati vu dés falaises  

Nous longeons le lac pour regagner la baie de Tripuljac.

Le lac l’après midi avec des couleurs totalement différentes de ce matin
La baie  

En regagnant le parking, un journaliste, camera en main, me demande si je veux bien être interviewée pour un reportage sur mes vacances en Croatie. J’accepte de raconter en anglais mon expérience croate. Ce sera retransmis à la télévision croate cette semaine et posté sur YouTube d’ici 15 jours. Mdr

De retour au parking, le chauffeur nous ramène au port de Sali et nous discutons de la vie sur cette île avec les différents métiers des habitants selon la saison, de l’école, ds transports, de la vie sur l’île. Au lieu de nous ramener au port, il nous dépose près d’un sentier qui longe la mer pour revenir au port et découvrir de très veaux paysages.

Sentier autour de Sali  

Et nous voyons au lin les îles Kornati avec leurs formes de cônes.

Archipel des Kornati 

Nous arrivons sur le port avec une heure d’avance pour prendre les billets de retour. Le guichet est fermé et ouvre à 17h30. On a des billets pour rentrer. Ouf!

Très belle journée avant de quitter Zadar demain matin pour rejoindre Split.

6
6
Publié le 7 août 2019

Réveil au son des cloches de la cathédrale de Zadar pour nous rappeler qu'il faut se lever et faire les valises pour la dernière étape à Split.

Avant de quitter Zadar, nous profitons de notre dernière heure pour aller écouter encore une fois les orgues de mer sans la foule. Derniers coups d’œil sur cette ville, et c’est parti pour 20 minutes de marche jusqu’à la gare routière pour prendre un bus pour Split. Le bus de 10h est complet, nous prenons notre billet pour 10h15. On nous avait annoncé 90 kunas par personne et on nous fait payer 81,50 kunas. Bon plan! Arrivées au bus, le chauffeur nous demande 8 kunas pour chaque valise. Ah! Ceci explique cela...

Nous partons pour parcourir les 140 kms qui nous séparent de Split avec un arrêt prévu à Skradin pour ceux qui veulent visiter le parc national de Krka. Le village de Skradin semble sympa avec son château médiéval sur une petite colline. Le départ pour le parc se fait en bateau. Moi j’étais allée en bus directement sur le parking du parc. Cette solution semble plus sympa.

Nous arrivons à Split et prenons de suite notre billet pour aller à l’aéroport demain matin. Comme il y a un bus toutes les heures et que le trajet dure 40 minutes, nous réservons des billets pour 9h. Les billets coûtent 32 kunas par personne.

Nous nous dirigeons vers l’auberge de jeunesse Goli Bosi Hostel en nous arrêtant sur la promenade bordée de palmiers pour pique-niquer. En arrivant à l’auberge, on nous propose de nous surclasser... nous ne serons pas en dortoirs de 8 personnes mais dans une chambre individuelle avec un lit kingsize et un lit en mezzanine. Trop bien! Tout ça pour 30 € par personne alors que la prestation pour cette chambre est 4 fois plus chère!

Et nous partons à la découverte (ou re re découverte) de Split. C’est toujours aussi beau avec son Palais Dioclétien, sa cathédrale, son café Luxor avec ses coussins rouges et oranges installés sur les marches de la place centrale, ses gardes, ses portes, ses vestiges, ses vieilles ruelles, l’orteil de Ninj à frotter en faisant un vœu.. toujours un plaisir pour les yeux.

Split  
La cathédrale  
A travers Split  
L’horloge  
Frotter l’orteil de Ninj et faire un vœu...
Un air italien, cette place

De cette place, nous partons à la découverte du quartier Veli Varos qui va nous faire grimper jusqu’au Parc Marjan. Du belvédère, la vue sur Split est magnifique.

Split vue du parc Marjan  

Nous grimpons encore et encore, jusqu’au sommet du parc, en passant devant un café et en prenant les marches juste après la chapelle. La vue du sommet n’est pas magique mais nous avons escaladé le point le plus haut de Split !

Parc Marjan  

En redescendant, nous profitons de l’emplacement du café qui domine Split pour faire une pause coca et reprendre des forces. C’est amusant de voir toutes les chaises qui sont tournées vers la baie comme dans une salle de cinéma. Et en plus, les chaises sont craquantes!

Nous redescendons vers le port par un escalier juste à côté du café et finissons la journée à déambuler dans les rues piétonnes et écouter la musique sur la place de la cathédrale et sur la promenade en regagnant l’auberge.

Bye Bye Split !