× Chère communauté,
Suite à l’incendie au sein des bâtiments de notre hébergeur OVH, à Strasbourg mercredi 10 mars 2021, nous ne pouvions plus accéder au site ! L’accès a été rétabli par notre équipe mais nous n’avons pas accès aux photos pour le moment. Dans l’attente de réponses de la part d’OVH quant au devenir des photos mises en ligne avant le 10 mars 2021, vous pouvez de nouveau réutiliser le site sans risque et ajouter de nouvelles photos !
La Team MyAtlas
"La vie est un long champ à cultiver. Voyager, c'est y semer la diversité de la terre. Voyager, c'est l'embellir des couleurs du monde." Ludovic Lesven
Décembre 2016
17 jours
Ce carnet de voyage est privé, ne le partagez pas sans l'autorisation de l'auteur.
1

Loiseau voyageur qui sommeille toujours en nous, nous a sifflé d'aller nous rafraîchir en Nouvelle Zélande, vu qu'à Tahiti, en cette période, "fait chôôô" ....

J-3 ...Ceux qui me connaissent par coeur savent que la tension monte déjà !!! Surtout ne rien oublier : les affaires commencent déjà à s'empiler sur le lit.... énième vérification des documents de voyage....Sortir les "petites laines" qui sentent le renfermé au fin fond des placards... Ben oui, on va en avoir besoin....Faut pas oublier qu'à vivre au soleil toute l'année, on devient frileux à ..22° !!

Se blinder aux railleries de Christian qui répond : "on verra, on a le temps" quand je lui demande combien de paires de chaussettes il prendra ...

Pas si facile de préparer un voyage...

2

Ceux qui me connaissent bien savent que je prépare nos voyages bien longtemps à l'avance : que j'étudie les circuits possibles, que je calcule les distances, que je choisis les hôtels, que je cherche les petits coins perdus...."Rêver de voyage est déjà un voyage"....

Certains me demandent si je laisse une petite place aux surprises ou aux imprévus....

Ben, là, l'imprévu que me tombe sur la tête, j'ai du mal à lui laisser la moindre petit place ...."ça se peut tu" (diraient mes amis Québécois) que la veille de notre départ, on nous envoie un mail pour nous dire qu'il y a de fortes probabilités pour que la voiture louée à Christchurch (le 22 décembre) ne soit pas disponible à cause d'une "guéguerre" entre loueur et sous traitant...."Faut annuler et en louer une autre" qu'ils ont dit les rabat-joie... Facile à écrire... sauf que, pour l'instant, je n'arrive pas à en trouver une seule !!!! Va y en avoir des touristes à Christchurch pour Noël !!!!

Bref, affaire à suivre !! Et le prochain qui me parle d'imprévu..... grrrr .....!!!!

3

C'est sur le nouveau Boeing 777-200 d'Air New Zéland que nous avons voyagé : un bel oiseau blanc et noir, plus spacieux, avec 65 rangées de 10 sièges : impressionnant....Malheureusement, le voyage a été quelque peu perturbé (doux euphémisme) par d'interminables turbulences. ça aussi, ce n'était pas prévu !!

Mais nous sommes arrivés heureux (et très fatigués) à Auckland, ce matin, à 7h locale, plus vieux d'un jour car ici, nous étions déjà samedi. La "supershuttle" réservée à l'avance nous a conduits à l'hôtel (Albion), en plein centre ville, à deux pas de la "sky tower"et ce fut une loooongue journée à nous promener. Je confirme que prendre "the explorer bus" est une belle façon de voir les plus beaux sites à son propre rythme sachant qu'il y a un bus toutes les demi heures pour que nous fassions tout le circuit (14 sites !!) Ce soir nous sommes éreintés mais ravis..Et, vu qu'il est... l'heure de l'apéro, je vous laisse !!

4
Auckland : mélange de moderne et d'ancien...(non, je ne parle pas de Christian !!) 
5

Après une première nuit en pays Maori (où nous avons redécouvert le plaisir de la chaleur sous la couette) nous avons récupéré notre "Baronne" ( plus populairement appelée voiture de location) la dénommée Barina de Holden ( yapake des Renault ou des Peugeot !!! ) et nous avons pris la route vers le nord- est, direction Hahei.Nous avons suivi la tortueuse et pittoresque route de corniche jusqu'à Coromandel : un régal pour les yeux...

Que notre terre est belle ! Faut la protéger !

"La Baronne" a voulu faire plaisir à Christian qui voulait "revoir sa Normandie " Beaucoup de vaches, peu de moutons
Escale à Thames : sûr que Monet est venu s'inspirer ici  pour son "bassin aux nymphéas"...
6
Nous avons visité une ancienne mine d'or et Christian voulait reprendre du service !!!  
• • •
La route jusqu'à Hahei est pittoresque  
• • •
7

Nous poursuivons notre route jusqu'à Hahei, superbe petite ville où nous avons eu de belles surprises. Un appartement de toute beauté, chez l'habitant, un couple de retraités charmants et accueillants. Hahei semble être une ville de retraités ... plutôt aisés, les maisons y sont superbes.

Sur la route, dégustation d'huîtres ... un régal ! Manquait juste le pain de seigle et ... le vin blanc !!
Notre logement était superbe . 
Nous aurions dû rester plus longtemps ... Nous logions au rez de chaussée....
8

A Hahei,vous ne pouvez pas manquer deux sites absolument fabuleux, et ce d'autant plus qu'ils ont été formés par Dame Nature en personne .

Hot Water Beach est une plage de Nouvelle Zélande située au bord de l'océan Pacifique à proximité de la commune de Hahei dans la péninsule de Coromandel. Cette plage est remarquable du fait de la présence de source d'eau chaude d'origine géothermique qui crée des bains chauds naturels. L'eau remonte à une température pouvant atteindre 64 °C. Du fait de la marée, il n'est possible de profiter de ces remontées d'eau chaude qu'à marée basse.

Nous avons pris notre pelle ( laissé le seau et le rateau) et  Christian a creusé. Je peux confirmer que l'eau est bouillante.

Autre merveille de la nature :

Cathedral Cove est renommée pour l'arche naturelle qui y située. La baie Gemstone et la baie Stingray sont également situées dans la réserve. Nous avons suivi la piste superbement entretenue allant du nord de la plage de Hahei jusque là.

NB : Ce site a servi aux équipes de Disney pour tourner le film : « Le monde de Narnia »

Et nous y sommes descendus... 45 minutes ... aller... ça monte, ça descend...mais quelle splendeur arrivés au bout de cette piste ... goudronnée ...Chapeau les Kiwis, vous savez mettre votre pays en valeur !

Attention, ce qui suit fait mal aux yeux !!!


Quelle récompense au bout du chemin. 
9

Nous pensions avoir atteint le sommet avec "Cathedral Cove", nous n'étions pas au bout de nos surprises...et vous non plus, puisque vous voyagez avec nous !! (D'ailleurs, si l'on "crève" notre budget vacances, on risque de vous demander une petite participation à notre retour...)

Nous avons donc repris la route vers Roturua, redescendant ainsi vers le Sud-Est. Nous avons été surpris par une pluie battante mais qui n'a guère duré... Ouf !

Rester prudent et ne pas oublier de rouler à gauche... 

Arrivés à Rotorua, nous avons retrouvé le soleil... Tant mieux, car il fait "frisquet" sans lui.

Rotorua est une ville située sur la côte sud du lac du même nom, dans la région de Bay of Plenty dans l'île du Nord de la Nouvelle Zélande. La ville compte près de 65 000 habitants et est située à 60 km au sud de Tauranga, à 105 km au sud-ouest de Hamilton et à 82 km au nord-est de Taupo. Rotorua est très connue pour son activité géothermique. On y trouve de nombreux geysers, notamment le Pohutu à Whakarewarewa et des mares de boue chaude.

Pour savoir si Wikipédia avait raison, nous sommes allés vérifier sur place, sur le site de Te Puia.

E POUS TOU FLANT .....

Dès notre arrivée sur place, on réalise que l'on est dans un lieu à nul autre pareil. Des fumerolles de vapeur s’échappent des fissures, flottant au-dessus des sentiers et se mêlant à l’odeur très particulière du soufre. Nul doute, on est au coeur d’une région géothermale en pleine activité. À quelques minutes du centre-ville, c’est un paysage de geysers, de vasques de boues bouillonnantes, de terrasses de silice, de fumerolles et de volcans qui se déroule sous nos yeux. Tout ceci mêlé à la culture maorie : des spectacles culturels étant organisés dans le village, à l'intérieur du site. Le clou du ... spectacle...j'insiste, spectacle naturel, est le Geyser Pohutu ( éclaboussure constante). Il est le plus grand geyser actif de l'hémisphère sud, le plus grand du monde se trouvant dans le parc de Yellowstone aux USA.

Trève de "chalala", les photos parlent d'elles mêmes.

Le geyser  fier de montrer ce qu'il sait faire peut monter jusqu'à 30 m de hauteur...si on reste patiemment à l'admirer. 
Le "blue lagoon" est à 65°... J'ai refusé d'y goûter, ça manquait de glaçons !!  
10

Après la superbe journée (ensoleillée qui plus est) passée à se balader à Te Puia, nous sommes allés faire une autre randonnée dans la " Waimangu Volcanic Valley" qui ne se trouve qu'à une dizaine de kilomètres du site visité la veille, soit dans la périphérie de Rotorua.

Nous sommes toujours dans cette région géothermique en activité et les lieux traversés ne risquent, en aucune façon, de nous le faire oublier. La randonnée est une longue balade de 2h, mais la marche y est aisée et facile. Les sentiers sont bien entretenus et complètement balisés.... au cas vous vous auriez envie.... d'aller vous faire cuire un oeuf sur le lac "frying pan" qui, comme son nom l'indique est une vraie poèle à frire....Les autres lieux tout aussi fantasmagoriques portent des noms bien révélateurs : les sources d'eau chaudes du "sein de la terre", le lac du cratère de l'enfer....Heureusement que pour se remettre de toutes ces étranges créatures fumantes qui nous suivent partout (et je ne parle pas de l'odeur...) on peut finir la balade par une mini croisière sur le lac Rotomahana. Nous, "Papy et Mamie dynamiques", nous avons préféré utiliser le bus mis à disposition pour le retour .....

Mais voilà les photos que vous attendez !!!

Ne te retourne pas, tu es suivi !! 
Ce mélange de soufre, de silice, d'antimoine et d'arsenic dégage une odeur  pestilentielle mais donne de superbes couleurs.
11

Nous avons quitté Rotorua bien à regrets mais il nous reste tant à découvrir encore ! Nous avons filé plein sud afin de quitter le nord... sans le perdre !! Nous nous sommes arrêtés en route en fonction des panneaux touristiques proposant des sites à voir... Nous avons vu : du superbe... à "Huka Falls" et du décevant ... aux "craters of the moon" .Puis, nous avons filé vers notre destination finale prévue. Les 4 heures de route pour aller jusqu'à Otaki, ville étape choisie au hasard afin d'éviter de faire trop de route jusqu'à Wellington, ont été monotones. Paysages vallonnés et là, oui, on les a vus les moutons ..même des moutons noirs !! Nous avons vu de loin, le Mont Tongariro mais nous n'avions pas le temps d'aller ... rechercher l'anneau du Seigneur du même nom...C'est en effet dans ce parc national qu'ont été tournées des scènes du Seigneur des Anneaux. La route a étiré son long ruban d'asphalte jusqu'à cette petite ville de Otaki dont on pourrait ... ne rien dire... Juste une étape....

Voici les photos qui parlent mieux que moi....et pourtant, vous me savez bavarde...

Quelque peu décevant...on avait vu tellement mieux . 
Aux chutes Huka,le débit d'eau est impressionnant... 
"Qu'elle était verte ma vallée" ... près du mont Tongariro.
Otaki beach...pas très bien entretenue... 
12

Nous voici à Christchurch mais avant de vous faire part de notre ..migration, je vous livre, en vrac, quelques réflexions :

Au Nord... il n'y a pas que des corons !!! Il y a de superbes paysages.

Les néo-zélandais sont réservés, mais cordiaux si on leur demande des renseignements

La plupart ne savent même pas que notre île exceptionnelle existe ( oui, j'ai partout envie de dire que je vis à Tahiti... clin d'oeil spécial à mes enfants !!) Le service de communication du tourisme, bougez vous un peu plus pour que notre paradis soit mondialement connu !

Nous avons rencontré beaucoup de personnes d'origine Hindou et Chinoise : ce sont eux qui s'occupaient de tous les hôtels où nous avons fait étape .

L'été, ici, le jour devient nuit vers les 21h : c'est surprenant et malgré celà, les "kiwis" sont moins exubérants que les Espagnols...et les nuits restent bien fraîches (15°)

La conduite à gauche devient un jeu d'enfant (facile à dire je ne conduis pas...) quand le pilote a compris que les clignotants sont à droite ... à gauche, ce sont les essuie-glace !!

Ne pas râler quand il faut s'habiller (mettre sa petite laine) ou se déshabiller ( enlever sa petite laine) quand on passe de l'ombre au soleil.

Et, enfin se dire que l'on a de la chance de faire ce beau voyage.

Pas de photos, aujourd'hui.... faut savoir être patient dans la vie....( je parle à moi-même... vous saurez pourquoi demain...si je veux bien !!! )

13

Afin d'arriver à l'heure (qui a dit ... en avance .. ? !!) à l'aéroport de Wellington, nous avons quitté Otaki à ..5h45 . Pour convaincre Christian, j'avais des arguments : "on doit rendre la voiture dans un lieu que l'on ne connaît pas...on ne connaît pas la route.... il peut faire mauvais temps....il peut y avoir des bouchons...on peut tomber en panne"... et j'en passe...Ainsi, tout s'est bien passé et nous avons pu prendre notre avion et décoller à midi.

Après 45 minutes de vol nous voici à Christchurch. Et, là, nous avions besoin d'une voiture pour continuer notre périple. Ceux qui ont bien suivi notre histoire se souviennent que la veille de notre départ le loueur (ou le prestataire du loueur ou le prestataire du prestataire ) nous apprend que notre location a été annulée.... Grande panique...pour moi... Comment allons nous faire ? Malgré toutes les recherches faites par Carigami, (la plateforme de location de voitures par laquelle nous passons toujours et dont nous n'avions jamais été déçus) il n'y a plus aucune possibilité (sauf chez Europcar à 120000cfp .... trop cher ....). De mon côté, toutes les recherches sont vaines...Christian m'a rassurée (il est formidable, mon tane!) et nous sommes partis.

"Tout viendra à vous au bon moment, soyez juste patient"dit un proverbe

La "bonne" nouvelle est arrivée quand nous étions à Rotorua et c'est peut être pour cette raison que nous avons été échaudés (même ébouillantés..) Car, nous l'avons eue, notre voiture....arrivés à Christchurch, mais quelle voiture !! Christian a dit au loueur... "mais c'est une poubelle"...J'ai traduit ... en plus soft ...Un conseil, ne louez jamais chez "Lucky rental car" ....ce sont vraiment des profiteurs. Le prix n'y est pas moins cher qu'ailleurs ( ah.. si.. moins cher qu'Europcar..) et la voiture est une antiquité avec des bosses et des éraflures, des égratignures et autres griffures partout. Le bouquet est le kilométrage ...265 mille et des poussières au compteur ! Mais nous avions déjà payé sur internet donc, à moins de se lancer dans un procès, nous avons pris la route avec Lucky qui nous a conduits à bon port, dans notre hôtel, à Christchurch.

Peut être parce que nous n'étions pas d'humeur, nous avons trouvé que la ville était indéfinissable ...Faut dire aussi que le sort s'est acharné sur elle ces dernières années et que plusieurs séismes, ça laisse des traces. Toute la ville n'est qu'un immense chantier et on se sent peu à l'aise à l'arpenter, appareil photo en bandoulière....Je n'ai pris que très peu de clichés, par respect pour ses habitants. Juste une ou deux, parce qu'elles sont des symboles, à savoir : le mémorial des 185 chaises vides représentant chacune une victime. On y voit toute sorte de chaises ; des fauteuils, des sièges de bébé, des chaises de bureau. C'est très poignant...Et la cathédrale en carton : les gros tubes cartonnés qui la composent ont été étanchéifiés avec du polyuréthane et ignifugés, protégeant ainsi les matériaux de l’eau et du feu.

La vie continue....et notre voyage aussi ....et il y aura à nouveau de beaux paysages.

Christchurch panse ses blessures. 
Nous sommes chanceux, nous avons Lucky ! 
14

Nous avons quitté Christchurch en mettant cap nord ouest, direction Wesport. Il a plu longtemps sur le trajet. Les collines qui forment le paysage semblaient encore plus arides et dénudées sous ce crachin incessant. Nous avons écourté les arrêts car il faisait froid et venteux. Mais, quelques 300 kilomètres plus loin, il faisait meilleur et Westport nous est apparue comme une bourgade.... calme et tranquille, comme la plupart de toutes ces petites villes traversées...sans histoire... sans intérêt profond....mais qui se doivent d'exister puisqu'elle sont peuplées...La vie ne doit pas être facile dans ces villes perdues. Et pourtant, elles attirent le touriste parce qu'elles y ont des centres d'intérêts peu courants : un cap venté (à décorner les boeufs... forcément, il se nomme "Cape Foulwind" , une colonie de phoques, une mer si agitée qu'on y compte plus les navires naufragés ( en d'autres temps si lointains) et si torturée qu'on ne cesse de la photographier espérant que le temps d'une prise de photo, elle s'assagisse....Et quand on rentre, le soir, à l'hôtel, celui de l'Esplanade, on retrouve le repos bien mérité.

Il fait froid mais on garde le sourire : on n'a pas encore sorti les Kway !! 
Le temps change tout le temps ici ; pas facile à gérer. 
Colonie de phoque dans la baie de Tauranga.... cherchez les bien, ils sont  là ! 
15

J'ai toujours aimé la magie de Noël : les lumières, les guirlandes, les chants, la neige (juste ce jour là !!) les cadeaux. Toute cette ambiance qui nous plonge dans le rêve, l'irréel, la joie. J'ai toujours regretté de ne pas retrouver tout ça, dans les Noël tahitiens, car se croire en Décembre par 30°....pas facile....

Je ne suis dit qu'en Nouvelle Zélande, j'allais me régaler et retrouver toute cette magie....Que nenni ! Je crois que c'est le pire Noël que j'ai connu ... Il ne s'est rien passé... Comme si c'était un jour ordinaire : pas bousculade dans les supermarchés, pas de courses effrénées pour le cadeau de dernière minute, pas de guirlandes, pas de chants, pas d'excitation chez les enfants....la platitude complète....Les restaurants ont semble-t-il eu plus de monde que d'habitude mais les gens, ici, dînent vers les 17h. Nous, nous y sommes allés à 18h30 ( pour le "happy hour" annoncé... forcément ) et nous étions dehors à 19h45 après avoir mangé ... un steak frites....ravi d'en avoir enfin trouvé un depuis notre arrivée !!!! Et, déçus par le "happy hour" qui, ici, veut dire 10% de réduction sur l'addition....Même pas la possibilité de boire du champagne absent sur la carte ....

Mon seul espoir réside maintenant en la venue du Père Noël .... et s'il ne nous trouvait pas sur cette île du bout... du bout du monde ?...

Promis, je vous raconte demain....Hé oui, nous avons un jour d'avance ici ...

Je vous souhaite à tous, un trèèèès Joyeux Noël . Que l'esprit de Noël flotte sur un Monde en Paix !


Joyeux Noël à vous tous !
16

Nous avons quitté Wesport de bonne heure, comme à l'accoutumée. Nous sommes des lêve-tôt, même en vacances et à 7h, nous prenions la route.Partir tôt nous permet de prendre notre temps et de nous arrêter selon nos envies ou en fonction des panneaux touristiques de couleur marron qui signalent de beaux sites. Le crachin nous a accompagnés une bonne partie de la route. Nous sommes passés par Charleston, sans y danser... Nous ne voulions pas réveiller une ville si tranquille. Ici, les centres villes, ce sont de longues rues commerçantes....Je me demande s'il est possible qu'il y ait un jour un embouteillage...Nous poursuivons... sous la grisaille...en longeant la mer de Tasman.

Sous le soleil, ça doit être superbe ! 
• • •

Puis, le ciel s'éclaircit un peu pour notre arrivée sur Punakaiki. Tant mieux car là, la nature nous fait à nouveau tout un spectacle.Les "Pancake rocks" sont une importante attraction touristique de la région. Situés à "Dolomite Point," un peu au sud du village, c'est une région de calcaire très érodé où la mer entre pendant la marée haute par des geysers maritimes verticaux..... des "trous du souffleur"... quoi !! Le calcaire lui-même est formé de couches alternantes, dures et molles, de créatures marines et sédiments de plantes.

Pendant 30 millions d'années, ( c'est mon guide qui le dit...)des couches de calcaire et de débris marins se sont ainsi accumulées les unes sur les autres, donnant naissance à ces falaises hors du commun. L’érosion a, quant à elle, creusé les rochers de l’intérieur, si bien qu’aujourd’hui quand la mer s’engouffre vers eux à toute puissance, le spectacle est exceptionnel. Prise au piège de ces cavités exiguës, l’eau jaillit à la verticale de toutes parts, comme autant de geysers bouillonnants.....d'eau froide.... Émotions garanties !

Le repos du voyageur... 
Faîtes marcher votre imaginaire.... 
Pancakes...moi, je dis mille feuilles. 

Nous avons ensuite traversé Greymouth....grise mine... grise ville... rien à dire. Hokitika quelques kilomètres plus loin, est bien plus agréable. Nous avons essayé pour la 2è fois de voir des kiwis, dans des espaces réservés, mais je trouve que c'est payer trop cher (22 dollars par personne) pour l'apercevoir (si on a de la chance) dans un enclos plongé dans la nuit.

Ce drôle d'oiseau sans ailes est indigène au pays, c'est-à-dire qu'il a toujours vécu ici. Il ne peut pas voler bien que ce soit un oiseau qui pond et couve ses oeufs.Le Kiwi est un animal rare et nocturne. Il a un grand bec, lui permettant de fouiller dans la terre pour trouver son dîner, composé de vers, d'insectes ou de fruits.


Les seuls indices de fête, c'est à Hokitika que nous les avons trouvés. 
17

Le jour de Noël, nous étions chez Franz Josef... si... si !!!

Nous étions donc dans le petit village éponyme.

Pour la petite (ou la grande) Histoire, le nom de Franz Josef a été donné à ce glacier, en 1865 par l'alpiniste géologue autrichien Julius Von Haast en hommage à son empereur (sachant que précédemment, ce glacier se nommait... "Victoria Glacier" … de quoi déclencher une guerre… froide…)

Les Maoris, quant à eux, le nomment Ka Roimata o Hinehukatere (Les larmes de Hinehukatere) en raison d'une belle histoire d'amour terminée en désastre: le glacier n'étant en fait que les larmes gelées (par les dieux) d'une demoiselle pleurant la mort de son amoureux... ça fait penser à certaines légendes maohi. Ce qui est surprenant avec ce glacier, c’est qu’il se trouve à 300m d’altitude et qu’il culmine à 3000m. Le petit village de Franz Josef est à environ 20 minutes à pied de la face terminale du glacier. Il est tout à fait pittoresque, entouré par la forêt tropicale luxuriante avec les Alpes enneigés servant de toile de fond.

Malheureusement pour nous, il ne faisait pas très beau en ce jour de Noël. On ne peut pas dire que Franz Josef soit un paradis ensoleillé: c'est même au contraire l'un des coins les plus pluvieux de la NZ. Mais, on n’allait pas se laisser impressionner par la froide grisaille : on est équipé… on a des kways… et moi, j’ai des savates !!! (Je ne supporte pas autre chose ..). Alors, on est parti pour une belle randonnée de 3h, très facile, qui nous a conduits jusqu’à la moraine frontale, là où il n’y a plus de glace… Déception car on s’attendait à pouvoir toucher la glace…. C’est interdit, tout est super bien balisé et, en plus, la glace est beaucoup plus haut…Il aurait fallu faire une sortie hélico, mais, ce jour là, trop de brouillard. Coool ! on a fait des économies car une sortie en hélico, avec dépose sur le glacier (10 minutes) coûte la bagatelle de 250 dollars par personne....Mais, j'avoue que ce doit être chouette.

Voici les photos plus expressives que les mots.



Glacier dans le brouillard. 
Mais la randonnée a été très agréable. 
18

Nous avons quitté Franz Josef sans regrets, quelque peu déçus…mais on ne peut contrôler la météo…De plus, la pluie s’est invitée au voyage,sur une bonne partie du trajet... mais il nous en faut plus pour nous laisser abattre ! Nous avons eu raison de garder notre optimisme car, la suite du voyage a été une superbe découverte. D’abord, la route sinueuse a suivi le lac Wanaka jusqu’à un isthme naturel qui nous a conduits sur les rives du lac Hawea : regardez sur la carte de localisation, c'est peu courant comme situation.

Wanaka notre ville étape nous a réservé de belles surprises. C’est une ville installée au bord du lac du même nom, à la fois station balnéaire et station alpine selon la saison. C’est une ville vivante et le soleil semblait avoir donné rendez-vous à tous ses habitants et ses touristes, sur la plage où les aménagements environnants ( pelouse, terrain de jeux, activités nautiques) sont très nombreux ainsi que de nombreuses randonnées dans le Parc du Mont Aspiring. Nous avons aussitôt regretté l’idée de n’y rester qu’une nuit. Je ne pense pas que nous y reviendrons, mais, vous, quand vous partirez dans cette belle île du Sud, suivez ce conseil !!

Nous avons flâné toute la journée au soleil : un régal…

Et, maintenant, après « le poids des mots », « le choc des photos » !! (à publier dans Paris Match !!)

Sur la route , il y a toujours des surprises.
La plage de Wanaka 
Frise chronologique faite tout au long d'une allée passante: je trouve que c'est une bonne idée (trop de brillant sur mes photos )
Quand la nature fait des siennes : c'est insolite... 
19

C’est avec le soleil que nous avons quitté Wanaka pour Invercargill. Plusieurs surprises nous attendaient en chemin : une route toute fleurie, un décor plus qu’improbable et le bouquet final en visitant Queenstown.

• • •
Superbe décor naturel et plus loin, un décor plus qu'insolite...
Campagne publicitaire convaincante. contre le cancer du sein, et ce, au milieu de nulle part...
Avant Queenstown, nous avons fait une halte (mouillée) à Arrowtown qui a gardé un charme surrané de son passé  de ville minière.


Et ainsi, de surprises en dépaysement, nous sommes arrivés à Queenstown. Cette ville est nichée autour du lac Wakatipu ce qui lui donne l’avantage d’avoir une plage en plein cœur de la ville, au pied d’une chaîne de montagnes spectaculaire : les Remarkables….pas besoin de traduire.

C’est une ville vivante et dynamique. Les activités ne manquent pas : sportives, nautiques et terrestres. Tout est prêt pour la détente, il n’y a que l’embarras du choix. Prenez le temps de monter à bord du TSS Earnslaw, un authentique bateau à vapeur proposant plusieurs choix de croisières. Malheureusement, il y avait beaucoup de monde et notre tour ne pouvait être programmé avant 16h…trop tard pour nous.

Nous avons fait beaucoup de lèche-vitrines, du shopping aussi. Nous sommes allés manger un plateau de fruits de mer : nous avons été déçus car trop de poissons panés et peu de coquillages. En définitive, on ne trouve pas d’huîtres… Moi qui pensais que j’allais en faire une indigestion… ben non !

• • •
Centre ville de Queenstown 
• • •

Nous avons fait une expérience arctique !!! Pour nous habituer aux basses températures, nous sommes allés prendre un verre dans un bar nommé « minus 5 » …. Ben oui, vous avez compris : il y faisait -5°. On nous a prêté, à l’entrée, les anoraks, les gants et même des bottes pour moi car en savates… euh….C’était chouette mais, bon, moi, je suis ressortie au bout d’un quart d’heure !!

Au minus 5 

Puis, nous avons repris la route vers Invercargill où nous sommes arrivés (relativement ) tard puisque tout ferme à 17h. Nous avons peu traîné en ville, ville morte, car il faisait un froid de canard et un vent terrible.

Encore un jour de passé…mais nous apprécions chaque seconde de ce voyage….malgré les basses températures.

Invercargill, ville triste et froide. 
20

Quand nous avons quitté Invercargill, il ne faisait que 7° à l’horloge voisine, de quoi nous refroidir pour le reste de la journée….C’est ne pas connaître notre chaleureuse mentalité que de croire que nous allions attendre que la température remonte. De plus, nous avons remarqué que de visiter les sites tôt le matin, nous donnait le privilège de croire que nous sommes les seuls touristes. Pendant que tous (ou presque) dorment dans leur campervan, motorhome ou autre caravane, nous, nous avons la nature à nous. Croyez-moi, à midi, la tranquillité n’est plus de mise et ça se bouscule sur les « scenic trails ». Nous croisons peu de Français (ceux rencontrés sont jeunes et en groupe) , beaucoup de Chinois et aussi des Néo- Zélandais en "Christmas Holidays".

Actuellement, nous traversons la région des Catlins, sans doute le coin sur terre où il y a un lieu à admirer tous les 10km ( qui a dit que j’étais de Marseille ? )

Ces endroits sont appelés « points » (en anglais, s’il vous plaît) et sont tous plus beaux les uns que les autres. Cette côte Est est à nouveau sur l’Océan Pacifique et la mer y est déchaînée, et, si elle est calme, elle est glacée. Nous n’aurons jamais mis nos maillots de bain !!


Voici la région des Catlins 



• • •


Waipapa Point où nous avons rencontré nos premiers lions de mer  qui n'ont pas eu peur de me voir transformée en Bécassine !!
Slope Point . 

Slope Point est le point le plus au sud de l'île néo-zélandaise, à mi-chemin entre le pôle sud et l'équateur. Les vents venus de l'Antarctique y sont si violents qu'ils forcent les arbres à se rabattre sur eux-mêmes, créant ainsi d'étranges et fascinantes formes. Nous, on a cru s'envoler aussi.

Les arbres ne peuvent résister aux vents violents, à Slope Point. 
• • •
A Curio Bay, on peut voir une forêt pétrifiée .
• • •
Cathedral caves (et non Cove comme à Hahei, dans la péninsule de Coromandel. 
• • •
Encore un  point panoramique.. 
• • •

Et c'est ainsi que s'est écoulée notre journée que nous avons terminée dans un trou perdu, à Newhaven, où nous avons fait la connaissance d'Albert et de Suzy ( avec l'accent anglais, s'il vous plaît..)

Notre maisonnette au Newhaven holiday park. 
Suzy et Albert vous embrassent !! 
21

En route pour la province de l’Otago où se trouve la ville de Dunedin, nous avons à nouveau fait confiance à notre carte et surtout, aux panneaux touristiques de couleur marron qui jalonnent la route et qui conduisent toujours à des endroits emblématiques et exceptionnels. Jamais une seule fois arrivés à destination, nous avons regretté. A croire que toutes les merveilles de la nature se trouvent dans cette région. Les sentiers sont toujours très bien entretenus, bien sécurisés, agréables et faciles à suivre.

Arrêt à « Nugget Point ». C’est un promontoire escarpé au sommet duquel trône un phare. La mer toujours très démontée a usé au fil des millénaires la côte en y détachant de nombreux rochers joliment nommés « nuggets » parce que, au soleil, ils brillent comme des pépites d’or. Sous la pluie, on dirait des …gouttes d’argent !

J'ai eu un sacré vertige ! 
• • •

En redescendant de ce promontoire, on se devait de s'arrêter à "Roaring bay" aussi rugissante que son nom le laisse supposer. On nous annonçait la présence de pingouins aux yeux jaunes...Mais, ils doivent être "fiu" de voir tant de monde, alors, ils ont décidé qu'il fallait se donner rendez vous et on aurait peut être la chance de les apercevoir. Nous étions trop tôt au rendez vous et ils sont restés invisibles... Dommage !

Les photos des pingouins ont été récupérées sur internet.... 
• • •

Nous sommes ainsi arrivés à Dunedin, ville à l'architecture très victorienne et dont le joyau est ... la gare...de quoi rendre jaloux Salvador Dali qui prônait la gare de Perpignan ! La place centrale de la ville à la curieuse forme d'un octogone. C'est une ville très commerciale et très animée qui a gardé de ses origines écossaises un festival de cornemuse et une usine de fabrication de kilts. La curiosité de la ville reste la rue Baldwin qui est la rue la plus en pente du monde (le livre des records l'atteste) . Elle grimpe sur 350 mètres avec une inclinaison de 35 degrés. Son revêtement est en béton, car l'asphalte pourrait s'écouler en cas de forte chaleur.

L'intérieur de la gare est tout aussi beau que l'extérieur. 
• • •

Dernier arrêt avant de retrouver notre hôtel, (dans un ancien moulin) nous sommes allés voir les "Moeraki Boulders" Dommage, la marée n'était pas totalement basse et il y avait de l'eau sur la plage et beaucoup de monde ... trop pour prendre de belles photos de ce lieu étrange dont on dit tout et son contraire sur leur existence : des oeufs de dinosaure, des météorites, des théories bibliques.... Les scientifiques parlent de dépôts de calcites autour de noyaux de boue fossilisés (plus rationnel, certes mais moins féérique...

Etrange nature. 
• • •
Nous avons joué les meuniers ... en dormant ici ...
• • •
Notre voyage se termine... Lucky nous a ramenés à Christchuch . J'espère qu'on va la mettre à la retraite !!
• • •

Nous avons encore une nuit à passer à Christchurch, puis décollage pour Auckland et retour le 31 à la maison d'où je vous ferai un bilan de ce voyage. Merci de nous avoir suivis et commenté nos étapes. J'ai eu plaisir à écrire et à partager...

22
Dans le moindre coin perdu, il y a des toilettes... toujours propres.... 
Il y a des boîtes aux lettres dans des endroits improbables où 31 000 000  de moutons cohabitent  avec 4 400.000 d'êtres humains.
Il a fait froid, mais le ridicule ne nous gêne pas ! 
On a quand même compris que c'était Noël.....mais on a eu du mal à trouver la déco !! 
23

A la manière de son auteur, Rosemonde Gérard, je vous dédie ce poème, avec un petit jour d'avance sur vous....


"Bonne année à toutes les choses :

Au monde ! A la mer ! Aux forêts !

Bonne année à toutes les roses

Que l'hiver prépare en secret.

Bonne année à tous ceux qui m'aiment

Et qui m'entendent ici-bas ...

Et bonne année aussi , quand même ,

A tous ceux qui ne m'aiment pas".


Et partir en voyage ... 
24
Plus de 2500 km et il en reste encore à découvrir.. 

Nous voici de retour au Fenua, heureux d'avoir eu la chance de faire ce beau voyage et ravis de retrouver notre maison.

Voici, en vrac, quelques anecdotes pour mieux appréhender le pays :

Toujours vérifier ses adresses, même si on a un GPS : on s'est retrouvé dans un beau quartier résidentiel dont le nom de rue correspondait à l'endroit où nous voulions aller MAIS" Christchuch airport" n'est pas" Christchuch central"!!!

Savoir que Lucky, notre voiture ne prendra pas sa retraite cette année, à 270 000 km ; son cousin, le van, en a presque 500 000 !!!

Ne pas confondre "speights", la bière locale toujours proposée en premier lieu et "spit" (crachat!! ) qui ont la même prononciation !!!

Savoir qu'il fait nuit à 22h et que les couche-tôt qui gardent les habitudes du Fenua (qui a dit Christian ? !!) seront dérangés par leurs voisins qui arrivent très tard (pour nous) à l'hôtel.

Savoir qu'il arrive au centre de réservation ATN d'être dyslexique et qu'il peut transformer votre place 14 en 41 et que malgré mes réclamations, rien n'a pu être changé....

Savoir que la gastronomie n'est pas le fort des "Kiwis"...

Et le summum a été de ne pas trouver autant d'huîtres que nous l'aurions aimé...

Mais, malgré tout ça, nous ne regrettons rien. Nous avons A DO RÉ !


Et voilà, c'est fini... Rendez-vous au prochain voyage !! 
25

Et voilà, il est temps de fermer le livre....Il restera un merveilleux souvenir dont nous prendrons le temps d'en feuilleter les pages....

Je voudrais ajouter quelques remerciements :

A vous, chers amis lecteurs qui m'avez été fidèles, ce qui m'a poussée à faire "mes devoirs de vacances" chaque jour..

A vos commentaires et à votre humour...

A toi, Christian, mon "païlote" préféré et sérieux dans cette conduite à gauche...

A mes enfants qui ont été mes plus grands fans...

A la vie qui nous a permis de réaliser un de nos rêves....

A mon ...Papa... qui m'as donné ce goût de l'écriture.

Et... à celle qui avait toujours en mains mon appareil photo !!!

Rendez vous pour un prochain périple ...car "le plus beau des voyages est celui qui n'a pas encore été fait"....

Et puisse ce récit vous donner des envies d'ailleurs...."Rêver de voyage c'est déjà voyager" ...