Chiang Mai, ses temples

visite de quelques temples
Février 2019
3 semaines
1

Située dans les montagnes du nord de la Thaïlande non loin du triangle d'or, Chiang Mai, malgré le trafic chaotique et la pollution est avec sa vieille ville délimitée par des canaux et des remparts, ses marchés, son night bazar, son artisanat, ses musées, ses multiples salons de massage... une ville attachante et très agréable à vivre dans laquelle je ne me lasse pas de revenir.

Chiang Mai est aussi très connue pour ses temples puisqu'elle en abriterait plus de 350. Au hasard de mes promenades dans la ville, c'est toujours avec intérêt et plaisir que j'en ai découvert quelques uns.

N.B. Pour mieux comprendre les termes bouddhistes utilisés dans ce carnet de voyage, j'ai inclus un glossaire en dernière page.

2
Wat Doi Suthep 

A une quinzaine de km de Chiang Mai, au coeur du parc national, presqu’au sommet de la montagne qui culmine à 1675 mètres, Wat Phrathap Doi Suthep est un site sacré pour les Thaïlandais.

Il y a, la plupart du temps, beaucoup de touristes à Doi Suthep (c'est pourquoi il est préférable de s'y rendre tôt le matin) mais ce temple vaut vraiment la peine d'être vu. Il est magnifiquement étincelant et la vue offerte sur la ville de Chiang Mai est impressionnante.

Le premier chedi du temple date de 1383 et au fil des siècles plusieurs sanctuaires et pagodes, statues et cloches sont venues embellir le lieu.

Le chedi (l’élément le plus sacré du temple) contient une relique de Bouddha. Entouré de quatre ombrelles dorées il est recouvert de plaques d’or sur ses 24 mètres de hauteur et chaque angle est orné d’un Bouddha devant lesquels les fidèles se prosternent. Et les temples qui l'entourent, les statues, les sanctuaires... sont très beaux.

La route qui permet d'accéder à Wat Doi Suthep a été construite en 1935 par 5000 fidèles en moins de six mois. A partir du parking, il faut gravir les 306 marches de l'escalier bordé sur toute sa longueur par des nagas pour accéder au temple. Elles sont un peu raides... mais il existe un funiculaire pour les moins courageux !

Wat Doi Suthep 
3


Wat Chedi Luang 

103 Prapokkloa road

Wat Chedi Luang occupe une place très importante dans la ville de Chiang Mai parce qu'il fait partie des neuf temples qui composent le mandala de la ville, autrement dit le centre de l'espace sacré. A la fin du XVème siècle il abritait d'ailleurs le célèbre Bouddha d'émeraude qui est conservé aujourd'hui au Wat Phra Kaeo de Bangkok.

La construction du Wat Chedi Luang a débuté en 1391 sous le règne du roi Saen Muang Ma qui voulait y déposer les cendres de son père mais la construction ne sera achevée que 84 ans plus tard.

Le Wat Chedi Luang est dominé par un grand Chedi , le plus important de Chiang Mai. Il mesurait 98 m de hauteur et 54 m de largeur mais il a été endommagé au milieu du XVIè siècle par un tremblement de terre qui n'en a laissé visibles que les 2/3 inférieurs. Chacune de ses volées d'escaliers est gardée par deux nagas monumentaux et effrayants et, en haut des marches, un Bouddha en méditation inséré au creux d'une niche, domine les éléphants imposants qui encadrent la base de l'édifice.

La salle du viharn principal qui se situe juste à côté du chedi principal est impressionnante avec ses gigantesques colonnes dorées et décorées qui supportent un plafond rouge, lui aussi décoré.

Outre sa grandeur et la splendeur de ses décorations, ce viharn abrite, face à l'entrée, une grande statue de Bouddha en position debout qui date de la fondation du temple.

Ce n'est qu'au 20è siècle qu'ont été construits les deux autres viharns.

La majesté et la beauté du Wat Chedi Luang en font un temple incontournable à Chiang Mai.


Wat Chedi Luang 


les incantations matinales des moines 
4
Wat Phra Singh 

Samlarn road - au bout de Ramtchadamnoen road

Au coeur de la cité fortifiée de Chiang Mai, Wat Phra Singh, situé au milieu d'un jardin, est le temple le plus visité de la ville.

Le viharn principal original a été reconstruit au début du XXème siècle. Sa façade, décorée de sculptures et de feuilles dorées sur une mosaïque scintillante de verre bleu, est imposante et l'entrée est gardée par deux redoutables nagas le long des escaliers, nagas que l'on retrouve sur le toit à trois niveaux.

A l'intérieur du viharn, les murs sont blancs et l'attention est donc captée par le grand Bouddha en alliage d'or et de cuivre qui date du XVème siècle. C'est l'un des Bouddhas les plus vénérés du nord de la Thailande : Phra Chaon Thong Thip Buddha.

Un autre petit temple, le Viharn Lai Kham avec sa façade délicieusement sculptée date du XIVème siècle et de belles peintures très colorées décorent ses murs intérieurs.

Le chedi principal date de la création du temple mais il a été agrandi, rénové et entièrement doré. Des éléphants font saillie sur chacun des quatre côtés de la base carrée et à ses côtés se trouve un chedi plus petit.

A l'arrière du temple un bâtiment de pierres, de teck et de laque rouge abrite un Bouddha couché.

Le Ho Trai de Wat Phra Singh du XVème siècle qui est très intéressant à visiter contient toutes sortes d'objets bouddhistes dont des manuscrits sacrés anciens sur des feuilles de palmier.


Wat Phra Singh 
5
Wat Chedlin - Si Hoo Haa Ta

Prapokkloa road

A quelques dizaines de mètres du célèbre temple Wat Chedi Luang, le temple Wat Chedlin mérite vraiment une visite tant il est atypique.

Dès l'entrée, on note un magnifique gong devant le Viharn de style Lanna.

Et rapidement, nous nous nous trouvons face à une étonnante créature affublée de cinq yeux et de quatre oreilles qui est très rarement présent dans les temples. Il s'agit de Si Hoo Haa Ta (voir la légende ci-dessous) que je n'avais jamais vu auparavant.

La salle intérieure du viharn est délimitée par deux rangées de colonnes et elle abrite un Bouddha de cinq mètres de haut. Au bout du viharn une passerelle en bambou tressé bordée de tungs enjambe un plan d'eau dans lequel évoluent des poissons et permet d'accéder à un ensemble de bâtiments dans lesquels vivent les monks.

D'un côté du plan d'eau on peut s'attarder sur des bancs à l'abri du soleil et de l'autre côté du plan d'eau, le week-end, il est possible de participer à des "chat monk" c'est à dire des discussions avec les moines qui prennent le temps d'expliquer le bouddhisme ou la vie monastique. A ma connaissance, cela n'existe à Chiang Mai que dans ce temple.


Wat Chedlin 

La légende de Si-Hoo-Ha-Tha (créature divine avec quatre oreilles et cinq yeux)

Selon la légende, l'attention de Phra Indra (roi des dieux et seigneur du ciel) est un jour attirée par un fermier qui travaille tout le jour, s'occupe de sa mère âgée et vit dans la pauvreté. Gagné par la compassion, Phra Indra décide de l'aider mais souhaite d'abord tester la patience et la générosité du fermier. Déguisé en monstre doté de 4 oreilles et de 5 yeux (Si-hoo-ha-tha) Phra Indra détruit et mange toute la récolte du fermier ! Furieux, ce dernier se saisit de Si-Hoo-Ha-Tha et l'attache avec l'intention de s'en débarrasser dès qu'il aura fini de nourrir sa mère. Mais le fermier a pitié de Si-Hoo-Ha-Tha et offre au monstre un peu de la nourriture qu'il a fait cuire pour sa mère sur du charbon de bois. Ayant terminé, il revient vers Si Hoo Ha Tha et constate avec surprise que celui-ci mange les charbons ardents ! Mais sa surprise ne s'arrête pas là : une fois avalés, les morceaux de charbon sont excrémentés... transformés en morceaux d'or !

Parce qu'il a été convaincu de la valeur et du mérite du fermier, Phra Indra lui a permis de devenir riche.

Le symbole de Si-Hoo-Ha-Tha

Les quatre oreilles et les cinq yeux de Si Hoo Ha Tha illustrent les principes du bouddhisme.

Les quatre oreilles représentent les quatre pratiques de compassion : amitié affectueuse, compassion généreuse, souci du bien-être des autres et sérénité.

Les cinq yeux représentent les cinq préceptes du bouddhisme : ne pas tuer, ne pas voler, ne pas avoir de comportement adultère ou pervers, ne pas mentir, ne pas consommer d'alcool ou de drogue.

6
Wat Ket Karam

Charoen Raj Road

Au XVème siècle 2 000 ouvriers ont travaillé à la construction de Wat Ket Karam qui se trouve au bord de la rivière Ping dans Charoen Raj road, à l'écart des chemins touristiques.

Dès que l'on pénètre dans l'enceinte du temple on ne peut qu'être sensible à la sérénité qui s'en dégage et il fait bon s'y accorder un temps de méditation, avec pour seul fond sonore le chant des oiseaux et le tintement des clochettes.

Le Viharn du Wat Ket Karam, de style Lanna , est coiffé d'un toit à cinq niveaux et ses façades sont joliment décorées.

Au fond du temple l'autel accueille le Bouddha des lieux, ou plutôt les Bouddhas, l’un de petite taille et de couleur noire et le principal plus imposant, placé juste derrière.

A côté du chedi une école bouddhiste est logée dans une belle structure en bois datant d'environ un siècle.

Dans la continuité se trouve un Viharn et un ubosot qui possède une façade de toute beauté, mélangeant des bas et hauts-reliefs, en bois et en stuc.

Dans l'enceinte de Wat Ket Karam, on trouve également un petit musée dans un espace qui était autrefois l’habitat d’un ancien abbé en chef de ce monastère. Il contient de nombreuses sculptures, certaines anciennes et précieuses, en marbre ou en bois, mais aussi de vieilles photos, des bibelots, et toute une palette d’objets culturels et cultuels collectionnés au fil des décennies.

(Même si, bien entendu, tout le monde peut y venir, c'est un temple plutôt consacré à ceux qui sont nés sous le signe astrologique du chien).

Wat Ket Karam 
7

Wat Lok Mollee 

298 Manee Nopparat road

En bordure des murs de la vieille ville se trouve Wat Lok Mollee qui héberge l'un des plus grands et des plus impressionnants chedis de Chiang Mai.

On ne connaît pas la date exacte de la construction de Wat Lok Mollee mais on sait que dans la deuxième moitié du XIVè siècle le roi du Lanna y a invité des moines birmans pour y dispenser l'enseignement du Bouddha.

Le chedi a été construit en 1527 et il domine toute la ville. Il repose sur un socle carré et chaque face contient, dans une niche de sa partie supérieure, un Bouddha. Il renferme les cendres de plusieurs rois de la dynastie Mengrai qui régnèrent sur le royaume de Lanna de la fin du XIIIè siècle jusqu'à l'invasion du royaume de Lanna en 1558 par les Birmans.

Seul le chedi et les fondations de la salle d'ordination sont d'époque.

Il existe devant le temple plusieurs arbres à bodhi sur lesquels on suspend des feuilles de souhaits dorées que l'on achète dans le temple.

Wat Lok Mollee propose une pratique étonnante : après avoir versé 3 louches d'eau "bénite" dans un morceau de bambou enserré dans les pattes d'un dragon, on le hisse par un système de poulie jusqu'en haut du chedi pour arroser la plante qui se trouve aux pieds du Bouddha... C'est une autre manière de solliciter une bénédiction.

Wat Lok Mollee 
8
Wat Inthakin 

13 Intrawaroros road

C'est dans la vieille ville, à proximité de la place des trois rois et du musée culturel que se trouve le superbe petit temple Wat Inthakhin assez peu fréquenté par les touristes.

Récemment restauré, les bois sculptés du viharn ont été recouverts de feuilles d'or qui contrastent avec la couleur sombre du bois laqué et dans la lumière du soleil couchant l'effet est très beau. Le viharn accueille de nombreux bouddhas, dont le principal, une belle statue blanche, mesure environ trois mètres.

Le chedi est drapé d'un grand tissu orange sur lequel, avant qu'il ne soit mis en place, chacun peut inscrire un message pour se signaler à Bouddha.

Dans l'enceinte du temple se trouve un vaste édifice annexe qui abrite un intéressant petit musée qui retrace l'histoire de Chiang Mai et de ce petit temple ainsi que des peintures, des statues de Bouddha et des objets de l'artisanat thaïlandais.

Mais, les photos y sont interdites...

Wat Inthakin 
9
Wat Khuan Khama 

242 Manee Nopparat road

Bâti à la fin du XVème siècle Wat Khuan Khama est dédié au cheval et on dénombre plus de 20 chevaux perchés sur le sommet du mur d'enceinte et des entrées du temple.

Le viharn a un grand toit à plusieurs niveaux ornés de têtes de naga et de chofa avec de petites clochettes suspendues qui tintent au vent. Ses colonnes et sa porte sont richement décorées de motifs floraux dorés sur un fond rouge que l'on retrouve sur les colonnes à l'intérieur du viharn.

Sur l’autel principal, il y a neuf statues de Bouddha en or de différentes tailles et dans différentes poses de Mudra . Sur le côté droit de l'autel, un Bouddha en verre vert est une copie du célèbre Bouddha d'Émeraude qui se trouve à Bangkok.

Sur les murs se trouvent des peintures murales qui représentent des scènes de la vie du temps de Bouddha dans le Jataka.

Deux nagas gardent les marches qui mènent à la porte de l'ubosot.

Le chedi en or s'élève en pyramide avec une petite cloche surmontée d'un impressionnant parapluie et sa base carrée a une niche de chaque côté contenant une image de Bouddha et une place pour les offrandes. On retrouve le thème du cheval avec de petites figurines montées sur des poteaux en bois tout autour du chedi.

Il y a aussi un petit ho trai qui fait partie du deuxième étage du bâtiment kuti. Il est décoré un peu comme le viharn et l’ubosot avec des nagas et un pignon orné, mais la porte et les murs extérieurs sont très simples et peints en ocre avec très peu de décoration.

À l'entrée de gauche contre le mur d'enceinte se trouvent des figures en stuc doré représentant chaque animal du zodiaque sino-thaïlandais avec des tirelires dessous, invitant les fidèles à faire un don sous la statue de leur animal de naissance.

Wat Khuan Khama 
10
Wat Muen  Larn 

14 Rachadamnoen road

Ce temple est intéressant mais encore en cours de restauration et il n'est donc pas possible de l'apprécier véritablement.

La toiture du viharn présente de jolis nagas verts et dorés sur les bords.

L' ubosot étant un bâtiment récent, il n'a pas besoin de réparation et on peut admirer le pignon de l'entrée richement décoré et enrichi de dorures sur une mosaïque de verre vert.

Gardé par des lions birmans et encadré, à chaque angle d'un petit chedi, le chedi central a une large base carrée supportant une structure en cloche. Le bas de la cloche est recouvert de dorure et le haut de la cloche est décoré d'une mosaïque de morceaux de verre et de porcelaine de couleurs différentes.

Le ho trai , où sont conservées les fragiles feuilles de palmier portant les textes bouddhistes, a été récemment rénové. Il est composé de deux étages avec une tour sur le toit. Le rez-de-chaussée est fait de stuc blanc avec des nagas dorés qui forment des arches au-dessus de la porte et des fenêtres en teck qui sont bordées de laque rouge décorée de motifs floraux.

La tour est richement décorée de nagas dorés et elle est coiffée de chofa.



Wat Muen Larn 
11
Wat Suan Dok 

139 Suthep road

Wat Suan Dok (le temple du jardin de fleurs) construit au XIVè siècle, est situé sur la route de Suthep à l’ouest des vieux murs de la ville de Chiang Mai.

C'est un très grand temple, impressionnant, qui présente des caractéristiques uniques.

Ainsi le viharn est une très grande structure ouverte sur les quatre côtés avec un pignon richement décoré de fleurs, d'animaux et de monstres dorés posés sur un fond de mosaïque de verres gris et bleus. A l'intérieur, sur un sol carrelé, de nombreux piliers décorés de motifs floraux dorés sur un fond brillant bleu soutiennent l'énorme toit. Les traverses reprennent les mêmes motifs mais sur un fond rouge.

Le chedi principal est tout à fait étonnant. D'une cinquantaine de mètres de hauteur il date de la fin du XIVème siècle (mais a été rénové) et il abrite des reliques de Bouddha. La cloche est surmontée d'un bloc carré décoré de fleurs en verre de différentes couleurs et entre ce bloc et le parapluie doré qui coiffe le chedi, 15 images de Bouddha forment un cercle.

A l'entrée un ensemble de mausolées blancs abritent les cendres des souverains de Chiang Mai.

Wat Suan Doc est également le siège d'une université monastique bouddhiste parmi les plus importantes de Thaïlande.

Wat Suan Dok 
12
Wat Pan Ping 

158 Ratchapakhinai road

Vieux de plus de 500 ans, Wat Pan Ping a été en partie détruit par un incendie en 2002 avant d'être restauré.

L'entrée du viharn est gardée par deux lions chinthe et elle est superbement décorée d'une mosaïque dorée, bleue et verte.

Le Viharn a été restauré dans une couleur rouge dominante et il héberge plusieurs bouddhas, certains historiques, et de jolies peintures dorées sur fond rouge, réalisées au pochoir.

Le chedi a été entièrement restauré en 1972 dans une couleur dorée étincelante.


Wat Pan Ping 
13
Wat Phan Tao 

127 Prapokkloa road

Dans l'une des rues du Sunday market, ce temple, construit au 14ème siècle, possède le plus beau viharn en teck de Chiang Mai. Il était autrefois principalement utilisé comme résidence pour les moines du Wat Chedi Luang qui se trouve juste à côté.

Le viharn actuel a été construit en 1876 avec le teck d'un ancien palais. Ses murs sont constitués de panneaux carrés avec de petites fenêtres et le pignon est orné d'un magnifique paon décoré d'une mosaïque de carreaux de verre colorés. En dessous, le chien est censé être le signe zodiacal du roi Mahawong (qui fit du temple son palais au XIXème siècle) et autour de celui-ci, formant une arche, se trouvent quatre nagas , avec des figures d'oiseaux hamsa aux coins.

Le chedi est entouré d'un grand nombre de minis chedis dorés d'environ 20 mètres de haut, et la clôture rouge autour du déambulatoire est également entourée de mondops sur des piliers, créant une forêt de flèches et de tours autour de la base du chedi.

Il n'y a pas d'ubosot, mais un joli petit lac près du viharn avec un Bouddha assis sur un rocher sous un arbre Bodhi. Pendant le festival de Visakha Bucha qui a lieu vers le mois de mai, les moines allument des centaines de bougies tout autour du lac. Le spectacle est féérique.

Le temple abrite également une école d'enseignement bouddhiste réputée - l'école Dhammamethisueksa - où les moines novices et d'autres personnes reçoivent un enseignement sur le bouddhisme.

Wat Phan Tao 
14


Wat Mahawan 

Thapae road

Construit à la fin du XIXè siècle, Wat Mahawan conjugue les styles Lanna et birman avec de nombreuses représentations de créatures mythiques tels les Chinthes, lions mythiques que l'on voit souvent dans les temples birmans.

Deux chinthes blancs gardent l'entrée du viharn et les panneaux de bois du pignon avant sont ornés de divinités. L'imposant toit du viharn principal est pourvu de serpents nagas avec au sommet Garuda . A ses côtés, l'ubosot a une porte d'accès ornée d'êtres mythiques et de motifs floraux.

Le chedi de style birman est entouré d'un muret avec un chinthe gardien à chacun de ses angles et il contient, dans chacune de ses niches, un Bouddha accompagné d'êtres célestes.

L'ubosot de style Lanna est à côté du viharn. Sa porte d'accès est ornée de représentations d'êtres mythiques et de motifs floraux Lanna. Son toit à deux niveaux est orné de nagas avec un pignon sculpté de motifs de fleurs dorées, et la porte est décoré de motifs de fleurs dorées sur un fond rouge.

Un deuxième viharn de style birman en briques abrite une grande image de Bouddha assis de style birman.


Wat Mahawan 
15


Wat Umon Mahatherashan 

129 Ratchapakhinai road

C'est un temple modeste et pittoresque dans un joli cadre champêtre en plein coeur de la vieille ville. Un endroit de repos donc pour apprécier les ruines et les peintures à l'intérieur du viharn et pour profiter du jardin .

C'est aussi un endroit qui propose des stages d'entraînement à la méditation.

Wat Umon Mahatherashan 
16
Wat Pha Khao 

13 Rachadamnoen road

Wat Pha Khao a été construit à la fin du XVème siècle et c'est un petit temple qui a beaucoup de charme avec ses lampions et ses ombrelles colorés suspendus un peu partout.

L'entrée du viharn est gardée par deux nagas qui s'étendent le long des balustrades des escaliers menant au porche.

A l'intérieur les murs sont blancs, sans peintures murales et l'attraction est l'autel où l'éclairage du Bouddha principal et des statuettes qui sont devant, change continuellement de couleur... rouge, bleu, vert, violet, jaune, etc., avec deux couleurs différentes pour le Bouddha principal et les statues plus petites.

Afin de protéger sa structure en pierres, le chedi a été recouvert d'une fine plaque dorée et il porte une cloche en son sommet. Des statues de Devata en stuc portant des vêtements colorés sont agenouillées autour de la base du chedi mais, ce qui n'est pas fréquent, il n'y a pas déambulatoire.

Derrière l’ubosot se trouve un vieil arbre Bodhi avec des images et des offrandes, et à gauche, une grande maison des esprits construite en forme de temple.


Wat Pha Khao 
17


Wat Saen Muang Ma 

175 Prapokkloa road

C'est un très beau temple, calme, qui n'a pas beaucoup de visiteurs, alors qu’il mérite vraiment le détour.

Wat Saen Muang Ma Luang est un temple birman - les moines portent des robes rouges - mais les viharns et l'ubosot sont construits dans le style classique Lanna.

Sur le toit à plusieurs niveaux du viharn on voit des petites têtes d’éléphant là où d’habitude il y a plutôt des dragons. De magnifiques peintures ornent les volets, et on voit sur les façades, en relief, des petites créatures hybrides étranges qui viendraient de la forêt de Himmapan la forêt légendaire qui entoure le mont Meru, le centre mythique de l'univers. Un voyage au sein de l'imaginaire bouddhiste.

Si l'ensemble des bâtiments est récent, le chedi conique en briques à l'arrière est assez ancien.



Wat Saen Mung Ma 
18
Wat Jed Yod 


A environ 3 km au nord-ouest de Chiang Mai, au milieu d'arbres et de jardins, Wat Jed Yod, , dont la construction a pris fin au milieu du XVè siècle n’a pas été rénové (contrairement aux autres temples de Chiang Mai), ce qui lui donne un charme tout à fait particulier.

Wat Jed Yod (temple des sept sommets) doit son nom aux sept chedis qu’il possède et qui symbolisent les sept semaines que Bouddha passa sous un figuier avant son illumination.

Il abrite des représentations (en cire ?) extrêmement troublantes et réalistes de moines qui ont été importants pour le rayonnement du temple.

Malgré son aspect vétuste, le Wat Jed Yod est toujours en activité et de nombreux moines y vivent et y étudient.

Wat Jed Yod 
19
Wat Bupparam 

Thapae road

Tout près du night market, un vieux temple dans le jardin duquel sont disséminés des statuettes d'animaux (y compris Donald !) et où les poules circulent en liberté (en évitant apparemment d'entrer dans le temple...)

Wat Bupparam est l'un des temples les plus visités de Chiang Mai peut-être parce qu'il est situé dans Thapae road, la rue du night market.

Il a été construit en 1497 mais son chedi a été reconstruit dans le style birman en 1958 avec quatre grands lions qui montent la garde autour de sa base.

Parfois, un moine assis au premier étage attend de bénir les visiteurs. En échange d'une bénédiction et d'un bracelet, on attend de vous que vous offriez un don au temple.

Wat Bupparam 
20
Wat Saimoon Myanmar 


Comme son nom l'indique, Wat Sai Moon Myanmar est un temple de style birman, décoré simplement et situé près du coin sud-est du fossé. La partie la plus ornée du wat est la porte d'entrée. Les bâtiments sont pour la plupart dépourvus des éléments décoratifs habituels des temples thaïlandais, à l'exception du nouvel ubosotconstruit en 2017.

L'entrée du portique est en bois peint en rouge foncé avec une plaque décorative circulaire recouverte de verre de différentes couleurs. Les colonnes de soutien sont en bois et or peint. Le linteau est constitué de deux nagas de style birman qui forment un arc avec le visage d’une bête mythique au centre, peut-être un dieu singe.

À l’intérieur du viharn, des peintures murales décrivant la vie de Bouddha. Le toit est peint en rouge sans décoration et certains des piliers sont en bois brut.

L’autel principal est constitué de soies dorées formant une marquise au-dessus des images sur lesquelles se trouvent trois grands motifs circulaires bleus et rouges soulignant les têtes des trois principales images de Bouddha. Ils portent des casquettes dans le style birman à la place de la coiffure habituelle.

La base de l'autel est constituée de fragments étincelants de verre incrusté de fleurs.

Wat Saimoon Myanmar 
21
Pung Tao ancestral temple 

praisanee road

Totalement différent des temples précédents, celui-ci est confucéen et construit selon l'architecture traditionnelle chinoise . Construit en 1876 et rénové en 1998, Pung Tao gong ancestral Temple est le plus vieux temple chinois de Chiang Mai. Il est situé en bordure du marché de Warorot et du marché aux fleurs.

Les dragons envahissent les toits et des arches aux couleurs vives mènent au temple qui est très richement décoré. Lorsqu'on pénètre dans le temple, on est saisi par l'odeur d'encens et le sol est peuplé de dragons et d'autres créatures de la mythologie chinoise.

De tous les temples chinois que j'ai déjà vus, celui-ci atteint les sommets du kitsch.


Pung Tao ancestral temple 
22
Wat Sai Moon Muang 


Mun mueang road

Un petit temple discret fréquenté presque exclusivement par les habitants du quartier.

Le porche de l'entrée du viharn est surprenant et inhabituel avec ses peintures à dominante rouge. A l'intérieur, des peintures retracent certaines étapes de la vie de Bouddha et au fond de la salle, un joli Bouddha doré est assis sous un arbre bodhi.

Wat Saimoonmueang 

Maka Bucha à Wat Saimoon Muang

Makha Bucha est une importante fête bouddhiste (jour férié en Thailande) qui a lieu le soir de pleine lune du troisième mois du calendrier lunaire (19 février en 2019) pour célébrer l'anniversaire de l'enseignement du Bouddha neuf mois après son illumination.

Je suis allée à Sai Moon Mueang puisqu'il était situé tout près de ma guesthouse et que je voulais éviter la foule des touristes. J'étais la seule occidentale et les "fidèles" m'ont gentiment invitée à participer avec eux à la célébration... Ils m'ont remis des bâtons d'encens et une bougie et j'ai beaucoup apprécié l'intimité de la cérémonie


maka bucha à Wat Saimoon Muang 
23


Wat Pan On 

75 Rachadamnoen road

Construit au tout début du XVIème siècle, Wat Pan On est un des plus petits temples de Chiang Mai.

La structure intérieure du viharn est supportée par de grandes colonnes carrées décorées de motifs complexes et sur les murs on peut voir des peinture représentant des scènes de la vie du bouddhisme.

A l’extérieur, les fenêtres sont richement décorées de sculptures en bois représentant des créatures mythologiques et leurs arches sont des nagas.

Le chedi carré a été construit en 2007 et chacun de ses quatre côtés contient une niche dans laquelle est enchâssé une statue de Bouddha.

Chaque dimanche après-midi la rue Rachadomnoen se transforme en rue piétonne car le Sunday market prend possession des lieux et la cour même du temple est envahie par des étals de toutes sortes. C’est assez étonnant.


Wat Pan On 
24
Wat Umong 

175 Prapokkloa road non loin de la montagne Doi Suthep

Construit à la fin du XIIIème siècle, à quelques kilomètres de Chiang Mai, Wat Umong est un havre de quiétude bâti sur deux hectares dans une forêt au pied de la montagne Suthep.

Les murs en brique et les statues sont, pour la plupart recouverts de plantes et de mousse et sous une butte artificielle le temple est parcouru de tunnels. Ce sont d'ailleurs ces tunnels qui ont donné son nom au temple (Umong en thaï signifie "tunnel"). On peut emprunter ces tunnels qui étaient autrefois couverts de fresques aujourd'hui estompées et dans lesquels plusieurs niches ont été aménagées pour accueillir des statues de Bouddha pour accéder au sommet de la butte artificielle.

On accède ainsi au Chedi, accessible par un petit escalier. La section principale du chedi est entièrement recouverte de végétations épaisses bien qu'il ait été récemment restauré. On découvre alors, une étonnante statue noire d’un Bouddha très maigre. La tradition dit que Siddharta Gautama, avant de devenir Bouddha (donc toujours à la recherche de l'illumination) se retira dans une forêt et vécut pendant une longue période en se nourrissant très peu. La statue qui se trouve derrière le chedi de Wat Umong représente Bouddha à cette époque, complètement décharné.

En redescendant du chedi, sur un terre-plein, de très nombreuses statues de Bouddhas, dont certaines ont plus de 7 siècles, sont rassemblées. Cette collection insolite débuta lorsqu’un des fidèles du temple sauva de l’abandon quelques statues cassées de Bouddha, provenant d’un autre temple et les apporta à Wat Umong.

Un peu plus loin, une galerie expose d'intéressantes peintures, statues et sculptures dont un buste noir de Maitreya, le prochain et dernier Bouddha. Il est dit que le Bouddha actuel est un Bouddha de compassion survenu dans un âge de souffrance, Maitreya, lui, sera un Bouddha d'amour bienveillant qui viendra dans un âge d'harmonie afin d'assurer le bien-être du monde et l'orienter vers l'Eveil.

Dans la galerie, il y a aussi (entre autres peintures surprenantes) un tableau représentant quatre personnages qui illustren les quatre religions et au-dessus d'eux, cette inscription "Si l'une des religions te promet le paradis après la mort, c'est une escroquerie"

Près du lac situé Wat Umong propose aussi un centre de méditation dans lequel il est possible de faire un stage.



Wat Umong 
25
26

arbre bodhi arbre sacré (ficus)

chedi empilement de pierres dans lequel se trouve une relique

chofa ornement décoratif symbolisant Garuda, véhicule de Vishnu

devata déités

hamsa cygne, monture de Brahma

himmapan forêt légendaire qui entoure le mont Meru

ho trai bibliothèque du temple

Ho rakang clocher

jataka contes sur les vies antérieures de Bouddha

kuti cellule de moine

lanna ancien royaume asiatique centré sur Chiang Mai

maitreya prochain Bouddha à venir

mondop petit sanctuaire

monk moine

mont Meru montagne mythique considérée comme l'axe du monde

mudra position codifiée et symbolique des mains d'une personne

Phra Indra roi des dieux et seigneur du ciel

tung drapeau descendant que l'on trouve souvent dans les temples de style Lanna

ubosotsalle de prière la plus sainte, aussi appelée "salle d'ordination"

viharnsalle de réunion et de prières

wattemple