Bangkok, la cité des anges

Bangkok, la cité des anges
Février 2019
8 jours
2
1

C'est en 1939 que le Siam a pris le nom de Thaïlande.

Limitée à l'ouest par le Myanmar (la Birmanie), au sud par la Malaisie, à l'est par le Cambodge et au nord-est par le Laos, la Thaïlande est à peine moins étendue que la France et elle compte légèrement plus d'habitants.

L'agriculture, notamment le riz, et l'élevage des crevettes forment l'ossature de l'économie de la Thaïlande et l'essentiel de la production est exporté vers l'Europe, le Japon et les Etats Unis.

Mais depuis le milieu des années 1980 le tourisme joue un rôle majeur dans le développement économique du pays.

La religion officielle, le bouddhisme, pratiqué par 95% de la population, imprègne la culture de la Thaïlande On compte à peine 4 % de musulmans (essentiellement dans le Sud du pays) et 1 % de chrétiens.

2

Les Thaïlandais disent plus facilement "Krung Thep" que Bangkok.

Krung Thep signifie "cité des anges" ce qui est le tout début du véritable nom de Bangkok qui est en fait le nom de ville le plus long du monde.

Un nom pas facile à mémoriser comme vous pourrez en juger dans la courte vidéo ci-dessous

Avec plus de 10 millions d'habitants, la capitale de la Thaïlande, Bangkok (la cité des anges) rassemble plus d'1/10ème de la population.

Au premier contact, Bangkok donne une impression chaotique... les gratte-ciel surplombent les temples bouddhistes et les taudis, les bretelles d'autoroute et les lignes de métro enjambent les ruelles, les publicités géantes se dressent dans le paysage, les méga centres commerciaux côtoient les échoppes minuscules et les marchés grouillants, les embouteillages sont constants, la pollution est forte, la ville est bruyante... Mais très vite Bangkok se révèle séduisante, colorée, à la fois moderne et traditionnelle, riche en découvertes permanentes.

3

Wat Arun est un des emblèmes de Bangkok et certaines pièces de monnaie thaïlandaise sont d'ailleurs à son effigie. C'est sans doute le temple de Bangkok que je préfère et je vous conseille de le visiter le matin à l'ouverture (8h30) pour éviter l'afflux de touristes.

Wat Arun (le temple de l'aube), le troisième temple sacré de Bangkok (après Wat Pho et Wat Phra Kaeo), serait le premier temple à recevoir la lumière du matin, d'où son nom.

La particularité de ce temple de style khmer est son absence de dorures et une grande tour haute de plus de 80 mètres avec des décorations florales de porcelaine qui représentent le mont Méru, le centre du monde dans la cosmologie bouddhiste. Son prang central (type particulier de tour sanctuaire de plan carré avec une succession d'étages en gradins), haut d'environ 85 mètres, est ceinturé de terrasses elles-mêmes entourées de quatre prangs qui représentent l'enseignement, l'illumination, la naissance et la méditation.

Les somptueuses fresques murales montrent, entre autres, le prince Siddartha découvrant la naissance, la vieillesse, la maladie et la mort qui sévissent en dehors des murs du temple.

Si vous n'avez pas le vertige montez les escaliers aux marches particulièrement hautes et raides ( le très fort taux d'inclinaison des escaliers du prang central symbolise la difficulté d'atteindre les niveaux supérieurs de l'existence). Vous bénéficierez d'une très belle vue sur la capitale et sur le Palais royal situé juste en face, de l'autre côté du fleuve Chao Praya. Je dois bien avouer que je n'étais pas très rassurée pour affronter la descente qui est assez impressionnante.


4


La Chao Praya (que l'on peut traduire par "le seigneur des eaux") est le troisième fleuve le plus important de la Thaïlande et il constitue encore aujourd'hui un axe majeur de transport bordé par des immeubles ultra modernes, des temples, des taudis...

Emprunter les ferries (ou les bateaux pour touristes) pour se déplacer dans Bangkok reste le moyen de transport le plus économique et le plus agréable.

Embarquer à bord d'un bateau omnibus sans avoir en tête de destination précise... naviguer sur le fleuve Chao Phraya... descendre au hasard parce que l'embarcadère est plaisant ou parce que son nom agréable à l'oreille.... Se promener dans les toutes petites ruelles derrière Wat Soi Thong... échanger quelques mots ou plus souvent quelques sourires avec ceux que l'on croise... puis reprendre le bateau pour retourner à son point de départ...

Le fleuve Chao Phraya, les rivières Tha Chin, Mae Klong et leurs affluents sont reliés par des canaux qui ont longtemps constitué pour les habitants un lieu de vie, un moyen de déplacement, un endroit où se ravitailler. Aujourd’hui, de nombreux canaux ont été comblés, surtout les petits canaux insalubres, mais du côté de Thonburi, il en reste encore et vous pouvez y aller. Mais préférez les petits bateaux qui se faufilent partout.

Il y a encore là, dans ces petites cabanes, des personnes qui vivent le long des khlongs.

5

Poumon d'une des villes les plus polluées de la planète, le parc Lumphini, premier parc public de Bangkok construit en 1925, est un superbe îlot de verdure de 55 hectares sillonné par 2,5 km de chemins. A sa création il était situé en périphérie de la ville mais aujourd'hui il se trouve en plein coeur du centre des affaires.

C'est un lieu de détente très fréquenté et apprécié de tous puisqu'il accueille les adeptes de taï-chi, de gymnastique, de danse... les joggeurs, les cyclistes, les marins d'eau douce qui peuvent monter à bord de barques ou de pédalos pour évoluer sur le plan d'eau... les pique-niqueurs... les formations musicales, y compris l'orchestre philharmonique de Bangkok qui se produit pour des concerts gratuits en décembre et en janvier...

Touristes et locaux ne sont pas les seuls à apprécier le parc Lumphini... Près de 400 varans - dont certains mesurent jusqu'à 1m70 ont élu domicile dans le parc.

Ces énormes lézards évoluent dans les plans d'eau ou se prélassent sur les pelouses. Ils se nourrissent de poissons, de serpents et de rats mais ils ont aussi un rôle de nettoyeurs puisqu'ils ingèrent les restes de pique-niques laissés par l'homme.

6

Le plus simple - et surtout le plus agréable - est d'aller au Wat Pho en empruntant l'un des bateaux qui circulent sur la Chao Praya et de descendre à l'arrêt Tha Tien pier.

Le Wat Pho est le plus ancien et le plus vaste des temples de Bangkok . Non loin du fleuve Chao Praya, il couvre 8 hectares divisés en deux quartiers : au nord le quartier sacré avec ses édifices religieux et au sud le monastère qui abrite environ 300 moines. Il abrite la plus grande collection d’ images de Bouddha en Thaïlande, mais il est surtout connu pour son immense Bouddha couché doré.

Cette statue de 45 mètres de long et de 15 mètres de haut, modelée en plâtre autour d'un noyau de briques et entièrement recouverte de feuilles d'or, fut construite dans la première moitié du XIXè siècle. Elle représente Bouddha lors de sa dernière maladie, alors qu'il est sur le point d'entrer dans le parinirvana (départ de Bouddha pour le nirvana, à l'âge de 80 ans) et de mettre ainsi fin à ses réincarnations successives.

Allongé sur le côté droit, il soutient sa tête de sa main et les plantes de ses pieds qui mesurent 3 m de haut et 4,5 m de long sont incrustées de nacre représentant les 108 signes de bon augure que Bouddha avait à sa naissance.

Au centre de chaque pied se trouve un cercle représentant un chakra ou point d’énergie.

Les galeries abritent 394 statues dorées de Bouddha rapportées à Bangkok, au XVIIIè siècle sur ordre du roi Rama 1er, depuis les temples détruits ou désaffectés pendant la guerre.

Le temple abrite une école de médecine thaïlandaise et il est également connu comme le berceau du massage traditionnel thaïlandais qui est encore enseigné et pratiqué au temple.

7

La construction du Palais royal de Bangkok a débuté en 1782 et, au fil des années, de nouveaux bâtiments lui ont été ajoutés.

Il comprend la résidence royale et la salle du trône mais aussi des dépendances et plusieurs temples dont le Wat Phra Kaeo qui abrite le fameux Bouddha d'émeraude dont les vêtements en or et en pierreries sont changés trois fois par an. C'est un ensemble aux façades chargées à profusion de dorures, de morceaux de miroirs, de faïences... Il est somptueusement kitsch !

L'entrée est sévèrement contrôlée (épaules et jambes obligatoirement couvertes sous peine de se faire refouler) et la visite n'est pas toujours facile car il faut se frayer un chemin au milieu des touristes chinois (bruyants) qui passent leur temps à faire des selfies... ce qui les empêche sans doute de voir les panneaux demandant le silence...

8


En Thaïlande, les chao thi sont des génies protecteurs, gardiens du sol, des champs, des arbres, des maisons… et ils sont chargés de tenir à distance les phi, esprits malveillants et voyageurs.

Pour s’assurer la protection des chao thi, les habitants d’un lieu construisent donc devant leur maison, leur magasin, leurs terres ou encore les établissements publics une petite maison miniature dont la richesse est proportionnelle à la demeure qu’elle protège afin que les chao thi ne soient pas jaloux des humains et qui contient des figurines représentations des génies.

La maison des esprits est placée sur un pilier afin d'être à hauteur du regard, elle doit faire face à l’est et ne doit pas se situer là où elle peut être ombragée par la maison ou le bâtiment.

Chaque matin, avant 11 heures, les chao thi reçoivent en offrande des fleurs, de l’encens, de la nourriture et des bougies afin qu'ils se montrent collaborateurs et reconnaissants.

Généralement la cérémonie d'installation est orchestrée par un prêtre brahmane qui détermine la date favorable pour la construction, l’emplacement et l’orientation du sanctuaire.

Même lorsqu'elles sont vieilles, les maisons des esprits ne doivent jamais être détruites ; elles sont regroupées dans des lieux isolés afin que les génies ne soient jamais sans demeure.

Un matin, dans ma guesthouse, j'ai assisté une cérémonie surprenante : l'offrande exceptionnelle, en présence de tout le personnel qui tenait dans les mains des bâtons d'encens était... une tête de cochon !

9

Bangkok est une capitale culturelle mais elle est aussi LA capitale du shopping et le marché de Chatuchak est est un lieu de shopping très prisé.

Ouvert uniquement le samedi et le dimanche de 8 heures à 20 heures, ce marché bouillonnant pourrait être assimilé à un marché aux puces géant. Il se tient au nord de la ville et pour s'y rendre le plus simple est de prendre le métro et de descendre à la station Kamphaeng Phet.

Sur une superficie de 110 000 m2 les 15 000 stands de vente sont regroupés en sections, ce qui facilite (un peu) le repérage. Plus de 400 000 visiteurs y affluent chaque week-end et Chatuchak serait l'un des plus grands marchés du monde. On y trouve absolument tout : nourriture, massages, décoration, animaux vivants, vêtements, bijoux, plantes médicinales, instruments de musique, jouets... Tout, tout, tout... On peut même (je n'ai pas testé !) assister à des combats de coqs et de poissons.

Et comme il est fréquenté essentiellement par des Thaïlandais, les prix ne sont pas excessifs. Ce qui ne vous interdit pas, quand même, de négocier. Mais il est si grand qu'il est conseillé de se munir d'un plan du marché pour ne pas s'y perdre.

10

En Inde, sur le ferry qui relie Kollam à Allepey, j'ai rencontré une photographe professionnelle, Anne Garde, avec qui j'ai longuement discuté et, intéressée par sa démarche, j'ai décidé d'aller voir l'exposition de ses photos à l'Alliance française lors de mon passage à Bangkok.

L'Alliance française est installée depuis environ un an dans de superbes locaux non loin du parc Lumphini. L'accès au bâtiment est un peu difficile mais ça vaut le détour et je me suis promis d'y retourner lors de mon prochain séjour dans la capitale thaïlandaise.

Outre les cours de français et de thaï, d'arts appliqués, de musique, de danse, de théâtre... elle dispose d'une riche médiathèque, d'un auditorium, d'une librairie... d'un restaurant qui propose une cuisine française et thaïlandaise et des expositions de qualité.

J'ai découvert un très bel endroit, un personnel charmant et compétent et j'ai beaucoup apprécié les oeuvres des trois artistes qui étaient exposées.

Par le regard qu'elle pose sur les sites industriels et les lieux de mémoire Anne Garde crée des photographies auxquelles le travail sur l'architecture et la lumière apporte un grand esthétisme. J'ai beaucoup apprécié ses oeuvres. (Malheureusement les vitres sur les cadres parasitent les photos que j'en ai faites)

Stéphanie Ledoux parcourt le monde crayons en main car les croquis sont pour elle prétexte à rencontrer les gens. De retour dans son atelier elle redonne vie et couleurs à ces croquis en réalisant des portraits sur des toiles grand format.

Charuwan Noprumpha expose de petites aquarelles d'une grande délicatesse mais aussi des installations de verres colorés qui semblent se jouer de la lumière en frémissant le long de fils de nylon.

11

Pak Khlong Talad, situé au Sud de Wat Pho (le temple du Bouddha couché) est le plus grand marché de fleurs fraîches de Bangkok et même de Thaïlande. Il est très facile de s'y rendre en empruntant un des bateaux qui circulent sur le fleuve Chao Praya (descendre à l'embarcadère de Memorial Bridge).

Le marché est ouvert 24 h sur 24, aussi bien de jour que de nuit, et, avec ses chrysanthèmes d'un jaune éblouissant, ses orchidées, ses jasmins parfumés, ses compositions florales... il est un délice pour les sens. C'est dans un endroit magique que l'on arrive dès que l'on a franchi la zone dans laquelle les camions déchargent de gros cubes de glace destinés à maintenir les fleurs au frais.

Avant tout marché de gros, il est envahi par les grossistes, les gérants d'hôtels, les gardiens des temples mais il est aussi possible d'y acheter des fleurs au détail, à des prix dérisoires, en se frayant un passage entre les étals et les jeunes Thaïs qui poussent des chariots chargés de fleurs dans une ambiance survoltée.

Orchidées, jasmin, roses, fleurs de lotus... sont là dans une explosion de couleurs et d'odeurs. Et certains confectionnent, avec une incroyable maîtrise, de superbes couronnes, bouquets, bracelets ... comme vous pourrez le voir dans les vidéos ci-dessous.



12

Au bord de la rivière Chao Praya, Lhong 1919 est un ancien entrepôt construit milieu du XIXème siècle pour être un lieu d'embarquement des marchandises vers la Malaisie, la Chine continentale et Hong Kong. L'endroit rénové avec goût en préservant l'atmosphère historique du lieu a été inauguré en 2017.

C'est un endroit calme et agréable dans lequel plusieurs petites boutiques d'art et d'artisanat de qualité, des galeries d'exposition... ainsi que des restaurants et des cafés ont pris place.

Encore assez peu fréquenté, Lhong 1919 est un endroit tout à fait différent des autres lieux que l'on peut visiter à Bangkok et la plus agréable manière d'y accéder est le bateau.

13

Le quartier chinois de Bangkok est toujours très animé et en ce 5 février 2019, la circulation est interdite dans le quartier car c'est le nouvel an chinois. L'année du cochon commence et le quartier est en fête.

Beaucoup de monde, beaucoup de bruit, beaucoup de couleurs... et les inévitables durians dont les Chinois raffolent.

14

Jim Thomson est un homme d'affaires et agent des services secrets américains qui disparaît mystérieusement en Malaisie en 1967 sans que son corps soit jamais retrouvé.

Séduit par la Thaïlande, il vient s'y installer en 1946 avec pour projet d'y relancer - avec succès - l'industrie de la soie alors en déclin.

Amoureux de l'art asiatique, il rachète six maisons traditionnelles, la plupart à Ayutthaya. Elles sont démontées, transportées et remontées à Bangkok, au bord d'un khlong. C'est aujourd'hui un des rares exemples d'architecture thaï traditionnelle conservées en excellent état.

Dans cet ensemble de maisons, Jim Thomson entrepose ses collections de meubles et d'objets d'art (vaisselle, sculptures, porcelaines, Bouddhas...) et selon sa volonté sa maison est devenue aujourd'hui un très beau musée situé dans un jardin luxuriant dans lequel on s'attarde avec plaisir.

15

C'est mon amie Nucharee qui m'a entraînée la première fois dans ce marché qu'elle aime bien dans le quartier de Silom, tout près de Sathorn Road, un marché où il n'y a pratiquement pas de touristes.

Lalai Sap market est un marché-bazar niché dans les ruelles étroites de Silom, un mélange de boutiques, de stands et de vendeurs de trottoirs, de mini-centres commerciaux et de petits restaurants qui proposent de la streetfood. On y trouve aussi bien des fruits et légumes que des bijoux, des sacs, des vêtements...

C'est un labyrinthe dans lequel se presse une foule de Thaïlandais, surtout à l'heure des repas puisque Lalai Sap market est situé au milieu du quartier des affaires et qu'il est donc beaucoup fréquenté par les employés de bureau qui viennent s'y restaurer.

16



En bordure du quartier de Chinatown, le temple Wat Traimit est un bâtiment sans grand intérêt d'une architecture à la fois froide et clinquante. Mais il abrite un trésor : un étonnant Bouddha dont l'histoire est digne d'un roman.

L'étonnante histoire du Bouddha en or.

On suppose que cette statue, vieille de 700 ans provient de la ville d'Ayutthaya.

Elle aurait été couverte de plâtre pour échapper à la convoitise des Birmans qui assiégeaient la ville mais aurait perdu son secret lors de son transfert à Bangkok dans le bâtiment principal du temple Wat Phrayakrai.

En 1931, des travaux d'aménagement de la voie fluviale, nécessitent de raser le temple Wat Phrayakrai et la statue de Bouddha en stuc doré qu'il contient doit être déposée dans un temple voisin, le Wat Traimit. Mais la statue séjourne à l'extérieur, sous un abri pendant plus de deux décennies.

En 1955, les moines décident de procéder au transfert de la statue dans le temple de Wat Traimit mais lors du transport le cordage cède, la statue tombe dans la boue et y reste, sous l'orage, toute la nuit.

Au petit matin, lorsque le supérieur vient évaluer les dégâts il constate que le plâtre détrempé s'est fendu et laisse apparaître un métal brillant. Sous le plâtre, la statue est en or massif !

Aujourd'hui, le temple Wat Traimit abrite le plus grand Bouddha en or du monde. Il mesure environ 3 mètres de hauteur pour un diamètre de 4 mètres et pèse 5 tonnes 1/2.

Cette statue est aujourd'hui estimée à plus de 30 millions d'euros !